Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ce que parler veut dire! (merci pierrot)

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #26
    Envoyé par Le_Suricat
    et faire une Bakayoko :clown: .... vous connaissez ?
    c'est rater l'inratable :joue:
    Oui je connais :

    Faire une Bakayoko = rater sa Gimenez

    Commentaire


    • #27
      n'a t'on jamais entendu il y a quelques temps un coup franc juninhiesque ? :oui:

      Commentaire


      • #28
        Bon, je vous laisse, je dois faire une FRED à mon employeur.... je pars en vacances ce matin pour une semaine et je reviens mi septembre....

        Commentaire


        • #29
          Pourquoi merci pierrot ? :dt:
          lyon 2007/2008

          Commentaire


          • #30
            Envoyé par deniss8
            Pourquoi merci pierrot ? :dt:
            C'est effectivement une bonne question... :mdr:
            Non, la cervelle de canut, CE N'EST PAS du yaourt !

            Commentaire


            • #31
              Envoyé par Tancrède
              LOL !

              ton message fait trop plaisir :D Et j'aurai tendance à être tout à fait d'accord...


              Pour autant, j'ai lu dernièrement un article de sémiologie dans je ne sais quel magazine, où quelqu'un défendait la thèse que la langue française devait être totalement réformée, parce qu'elle était une langue élitiste avec son orthographe si fortement influencée par l'étymologie... Par là, il tentait de montrer qu'elle avait été créée moins dans le but de communiquer, que dans celui de diviser clairement la population entre les lettrés et les illettrés.

              Il montrait que cela avait pu fonctionnait dans un contexte où tous n'avaient pas un besoin majeur de l'écrit, jusqu'à il y a quelques années, mais que l'apparition d'internet et des sms avait amené une situation nouvelle où l'écriture prenait une place éminente dans la vie de quasiment toute la population. D'où l'exacerbation de ce conflit sur l'orthographe, toujours d'après lui (il n'avait pas l'air de trop prendre en compte le fait que le sms faisait payer au nombre de caractère....).

              D'où sa conclusion : il faut supprimer les règles d'orthographe et laisser les français créer le français.

              "yen a ki son daccor avec lui" ? ca parait un peu extrême quand même...
              C'est une vaste connerie. Le sens même de la République est de tirer les citoyens vers le haut (leur enseigner la langue française dans toute sa richesse et sa complexité), pas de les niveler vers le bas (attitude populiste, démagogique et insultante envers l'intelligence des gens).
              Envoyé par anthoto1
              Michy à 40M€, c'est de la science-fiction absolue. :fier:

              Commentaire


              • #32
                Envoyé par da_norf
                He bien, moi, je vous propose DEUX barils de Fred contre UN de Juni ! C'est la promo du jour ! :grn:

                Alors topic tetracapillotomique ou d'un réel intérêt ? Et si c'était, là, la vraie première question ? Quel est l'utilité d'un forum, si ce n'est de débattre sur des sujets aussi futiles soient-ils.
                Car, ne nous leurrons pas, tous ces débats restent, au demeurant, stériles et n’ont pour but que de divertir leurs principaux participants. Je doute que tous les débats que l’on peut avoir sur le meilleur attaquant possible pour l’OL, influent de quelques manières, sur les choix du staff. Rare, également, sont les débats qui mènent à la prise de conscience collective d’une vérité universelle (pour cela, il faudrait déjà qu’une telle vérité existe et à ce moment, il n'y aurait plus débat :crazy: ).
                Donc, pour ma part : sujet qui a autant de légitimité qu’un autre, peut-être pas sur OL Café, mais certainement sur ce forum. Disons qu’OL Café lui a permis d’avoir un « auditoire » différent, de ce qu’il aurait pu avoir sur un autre forum.

                Sur le fond de la question, je suis assez d’accord sur la théorie « rendre commun un nom propre » sur deux points.
                D’abord sur l’aspect mercantile de la chose, les joueurs étant de plus en plus considérés come des marchandises plutôt que comme des hommes dans le foot moderne (et encore plus dans ces périodes de « mercato » - au passage, c’est vrai que ce mot présente mieux que sa traduction française « marché » peut-être trop proche de « marché aux esclaves » - ). Le problème est encore amplifié par le fait que les joueurs (du moins les plus connus, les stars), eux-mêmes, sont acteurs de cette situation car elle leur profite individuellement.
                Ensuite sur l’aspect "objetisation" (qu’on me pardonne le néologisme) de la personne. Cet aspect a une portée plus large que le monde du Foot. De nos jours le terme de "ressource" remplace dans les entreprises le terme d’"homme" et ce changement de dénomination n’est pas neutre. Il induit une "mise à niveau" de l’individu au rang de la machine. Il faut que les individus soient lisses, ne fassent pas de vagues, soient interchangeables. Si le but de productivité, qui pour le Foot se traduit par le nombre de matches et de compétitions gagnés, est louable en soit, il se fait au détriment de l’individu, ce qui me semble gênant. Là où on nie l’individu, on fini par nier sa personnalité, sa créativité et, par là, une partie de ce qu’il peut apporter à l’équipe. On se libère également du risque, que cette même personnalité, prenne le pas sur le groupe et le détruise. Prendre le moins de risque possible, quitte à passer à côté de quelquechose de grand, c'est en quelque sorte, un des grands leîtmotiv de notre société actuelle, au niveau écoomique et industriel.

                En conclusion, et pour finir sur une note plus légère :
                - Vous prendrez bien un Juni ?
                - Non, je préfère un Pastis ! :grn:
                Absolument.


                D'où, par exemple, l'attitude extrêmement choquante du coup de tête de Zidane en finale de Coupe du Monde.
                Par sa violence, elle révélait un immense contraste: celui entre, d'un côté, l'image de footballeur surdoué, d'icône publicitaire, voire religieuse (mais religieuse au sens post-moderne, c'est-à-dire sans vraie fonction spirituelle mais seulement avec des signes, personnage "rassemblant"), un personnage lisse, parfait, qui consacre son temps aux enfants malades, apolitique, aconfessionnel (on n'a jamais entendu parler du musulman dans Zidane) et pont culturel entre la France et l'Algérie;

                Et de l'autre côté, l'Homme Zinédine Zidane, l'homme faillible, l'homme capable de violence, l'homme pulsionnel, émotif, réagissant de manière très conservatrice, à la manière d'une Vendetta, à une simple remarque vanneuse sur sa soeur.

                Voir cette violence surgir sur un terrain de foot, dont la télévision publicitaire a aseptisé tous les aspects depuis une dizaine d'années (au détriment des Valderrama, des Waddle, des Cantona !), révèle aussi l'impact de cette fameuse télévision: elle a su merveilleusement saisir ce fameux contraste.

                De nos jours, JAMAIS on ne verra un Waddle faire le clown face à ses défenseurs, ni Higuita tenter un démentiel "coup du scorpion" sans se faire hurler dessus par son coach, ni Valderrama être autorisé à porter une telle tignasse - on a toujours besoin de son jeu de tête. Et ce, bien que ces attitudes soient spectaculaires en soi, mais du spectacle non organisé, du one-man-show impossible dans un sport d'équipe régi comme une machine par la télévision qui a orgnisé son propre spectacle. Malgré tout, ces joueurs resteront célèbres pour leur personnalité encore plus que pour leur jeu...

                Dans la télévision post-moderne, les seules attitudes spectaculaires permises sont la beauferie jackisante d'un Djibril Cissé ou à la rigueur Ribéry sur un tracteur (débile et oubliable).
                Dernière modification par Alcatel, 24/07/2007, 12h22.
                Envoyé par anthoto1
                Michy à 40M€, c'est de la science-fiction absolue. :fier:

                Commentaire


                • #33
                  Envoyé par Kevin Duluc
                  "je verrai bien UN Reyes ou UN Willian à la place d'UN Benarfa", ou encore, "UN Juni vaut largement UN Kaka", etc.
                  Pourquoi ne pas dire "je verrai bien Reyes ou Willian à la place de Benarfa" ou bien " Juni vaut bien Kaka"?, ce qui serait, soit dit en passant plus respectueux envers ces êtres humains.
                  Car imagine que l'on recrute Deux Reyes :grn:
                  Colombes Atletic Futsal Club 92 : http://cafc92.footeo.com/

                  Commentaire


                  • #34
                    mais mais mais... qu'est ce que c'est que ce topic en carton ?

                    A suivre : la métaphysique du recrutement est-elle ontologiquement humaniste ?
                    Edit [email protected] : Je suis jaloux de ta signature, je la garde pour moi !

                    Commentaire


                    • #35
                      Envoyé par Kevin Duluc
                      Topic peut être sans intérêt, les modos en jugeront par eux même...

                      En ces temps de tranferts, l'étudiant en langue que je suis s'étonne ( :-) ) d'un phénomène sémiologique constant: En effet, nombre de forumeurs font précéder les noms de joueurs par un article. ça donne, par exemple, "je verrai bien UN Reyes ou UN Willian à la place d'UN Benarfa", ou encore, "UN Juni vaut largement UN Kaka", etc.

                      Alors que les déformations grammaticales sont en principe dictées par le principe de l'économie, de la paresse, ou bien du parler populaire, ce qui n'est le cas ici ni de l'un ni de l'autre, puisque l'on perd du temps à accoler un article à un nom, le phénomène est remarquable, non??

                      Pourquoi ne pas dire "je verrai bien Reyes ou Willian à la place de Benarfa" ou bien " Juni vaut bien Kaka"?, ce qui serait, soit dit en passant plus respectueux envers ces êtres humains.

                      Voilà pour la petite pensée linguistique du soir... Je pense que rendre "nom commun" ce qui est "nom propre" est révélateur d'un état d'esprit du locuteur, souvent aficionados du marché (encore un mot qui fait sens) des transferts plus que du sport lui même. La langue signifie beaucoup de chose.

                      Bonsoir!
                      Toi t'es en sciences du langage a Lyon2 :grn:
                      Sauf que je ne vois pas en quoi le fait de faire précéder un nom propre par un article, serait un phenomene semiologique. C'est tout simplement un phenomene langagier qui consiste a materialiser une personne. C'est donc plus de l'ordre de la sémantique et de la grammaire.
                      Si on materialise des joueurs de cette maniere c'est surement parce qu'on se represente leur nom sur un terrain. Le nom prend alors toutes les caracteristiques physiques du joueur. C'est le principe de la synecdoque (la partie pour le tout).
                      Et sinon quand tu dis que ce n'est pas par paresse puisqu'on rajoute un article devant le nom au lieu de dire simplement le nom, je crois que tu fais fausse route car a mon avis la phrase en entier donne plutot "un garçon comme... " qu'on reduit a "un..."

                      C'est toujours sympa de croiser un collegue :)
                      a+
                      Merci à Diouf de ne pas nous avoir volé 25M€

                      Commentaire


                      • #36
                        Ce que parler veut dire! (merci pierrot)
                        change de titre :Ce que parler(pour rien dire) veut dire! (merci pierrot)..... correspond mieux !
                        http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/i...0102_aulas.jpg

                        Commentaire


                        • #37
                          Envoyé par lerelou
                          mais mais mais... qu'est ce que c'est que ce topic en carton ?

                          A suivre : la métaphysique du recrutement est-elle ontologiquement humaniste ?
                          Une question qui mérite d'être posée, effectivement ! :fier:
                          Non, la cervelle de canut, CE N'EST PAS du yaourt !

                          Commentaire


                          • #38
                            Envoyé par Thyrfing
                            Toi t'es en sciences du langage a Lyon2 :grn:
                            Sauf que je ne vois pas en quoi le fait de faire précéder un nom propre par un article, serait un phenomene semiologique. C'est tout simplement un phenomene langagier qui consiste a materialiser une personne. C'est donc plus de l'ordre de la sémantique et de la grammaire.
                            Si on materialise des joueurs de cette maniere c'est surement parce qu'on se represente leur nom sur un terrain. Le nom prend alors toutes les caracteristiques physiques du joueur. C'est le principe de la synecdoque (la partie pour le tout).
                            Et sinon quand tu dis que ce n'est pas par paresse puisqu'on rajoute un article devant le nom au lieu de dire simplement le nom, je crois que tu fais fausse route car a mon avis la phrase en entier donne plutot "un garçon comme... " qu'on reduit a "un..."

                            C'est toujours sympa de croiser un collegue :)
                            a+
                            Pour la paresse, je me trompe peut être, mais il me semble bien que qd un forumeur dit " je veux UN reyes ou un Van nistelroy", il dit qu'il souhaite Reyes ou van nistelroy, et non "un joueur de la trempe de".

                            Par sémiologie, je pensais surtout "étude de la langue en tant que signifiante". Ici, ce n'est pas sémantique, et certainement pas une synecdoque. C'est de la grammaire, oui, et la grammaire est l'organisation des signes dans la langue et est en plein dans le sujet de la sémiologie.

                            "Ce que parler veut dire" est un livre de Pierre Bourdieu qui fait référence dans lequel l'auteur observe que parler n'est pas innocent, mais dit ce qu'est le locuteur, d'où il vient, ce qu'il pense, etc... (au delà de l'argot et de l'accent, BIEN SUR).

                            Lyon 2 oui, mais lettres!:) . Ce que j'ai dit n'est pas tres élevé, il suffit de poser son cul une heure ds un amphi de linguistique ou bien de lire un "rebond" de libé à ce propos pour savoir ça. L'intention n'est pas de se la sentir comme certain ont pu le penser.

                            Et pour moi, le foot n'est pas un truc de beauf comme je sais plus qui l'a dit.:)

                            Commentaire


                            • #39
                              Envoyé par Alcatel
                              C'est une vaste connerie. Le sens même de la République est de tirer les citoyens vers le haut (leur enseigner la langue française dans toute sa richesse et sa complexité), pas de les niveler vers le bas (attitude populiste, démagogique et insultante envers l'intelligence des gens).
                              Débat traditionnel entre puristes et réformistes de notre bonne vieille langue!!:joue:

                              ça fait plaisir de voir que jusque sur olweb on s'étripe à ce propos!:fier:

                              Commentaire


                              • #40
                                Envoyé par Alcatel
                                Absolument.


                                D'où, par exemple, l'attitude extrêmement choquante du coup de tête de Zidane en finale de Coupe du Monde.
                                Par sa violence, elle révélait un immense contraste: celui entre, d'un côté, l'image de footballeur surdoué, d'icône publicitaire, voire religieuse (mais religieuse au sens post-moderne, c'est-à-dire sans vraie fonction spirituelle mais seulement avec des signes, personnage "rassemblant"), un personnage lisse, parfait, qui consacre son temps aux enfants malades, apolitique, aconfessionnel (on n'a jamais entendu parler du musulman dans Zidane) et pont culturel entre la France et l'Algérie;

                                Et de l'autre côté, l'Homme Zinédine Zidane, l'homme faillible, l'homme capable de violence, l'homme pulsionnel, émotif, réagissant de manière très conservatrice, à la manière d'une Vendetta, à une simple remarque vanneuse sur sa soeur.

                                Voir cette violence surgir sur un terrain de foot, dont la télévision publicitaire a aseptisé tous les aspects depuis une dizaine d'années (au détriment des Valderrama, des Waddle, des Cantona !), révèle aussi l'impact de cette fameuse télévision: elle a su merveilleusement saisir ce fameux contraste.

                                De nos jours, JAMAIS on ne verra un Waddle faire le clown face à ses défenseurs, ni Higuita tenter un démentiel "coup du scorpion" sans se faire hurler dessus par son coach, ni Valderrama être autorisé à porter une telle tignasse - on a toujours besoin de son jeu de tête. Et ce, bien que ces attitudes soient spectaculaires en soi, mais du spectacle non organisé, du one-man-show impossible dans un sport d'équipe régi comme une machine par la télévision qui a orgnisé son propre spectacle. Malgré tout, ces joueurs resteront célèbres pour leur personnalité encore plus que pour leur jeu...

                                Dans la télévision post-moderne, les seules attitudes spectaculaires permises sont la beauferie jackisante d'un Djibril Cissé ou à la rigueur Ribéry sur un tracteur (débile et oubliable).
                                :(

                                Vu comme j'ai répondu, je me demande si la théorie de la synecdoque ("un joueur comme...") n'est finalement pas si fausse. Ca ne remet pas en cause mon propos, j'espère...
                                Envoyé par anthoto1
                                Michy à 40M€, c'est de la science-fiction absolue. :fier:

                                Commentaire


                                • #41
                                  Envoyé par Kevin Duluc

                                  "Ce que parler veut dire" est un livre de Pierre Bourdieu qui fait référence dans lequel l'auteur observe que parler n'est pas innocent, mais dit ce qu'est le locuteur, d'où il vient, ce qu'il pense, etc... (au delà de l'argot et de l'accent, BIEN SUR).

                                  Lyon 2 oui, mais lettres!:) . Ce que j'ai dit n'est pas tres élevé, il suffit de poser son cul une heure ds un amphi de linguistique ou bien de lire un "rebond" de libé à ce propos pour savoir ça. L'intention n'est pas de se la sentir comme certain ont pu le penser.

                                  Et pour moi, le foot n'est pas un truc de beauf comme je sais plus qui l'a dit.:)
                                  Le message de départ aurait pu être intéressant, mais malheureusement ta lecture de Bourdieu et de Libé font que tu avances une explication qui ne l'est pas. Autant dire que parler de La Callas c'est la comparer à une vache.

                                  Puisque c'est l'usage qui t'intéresse, je te propose de faire une recherche google sur "un chirac", tu trouveras 40 000 réponses, et je ne crois pas que ces personnes aient confondu notre ancien président avec un objet.

                                  Commentaire


                                  • #42
                                    Envoyé par Kevin Duluc
                                    "UN Juni vaut largement UN Kaka"
                                    Bonsoir!
                                    Pas d'accord...:grn:
                                    LYONNAIS DE COEUR & COEUR DE LYONNAIS

                                    Commentaire


                                    • #43
                                      Envoyé par da_norf
                                      D’abord sur l’aspect mercantile de la chose, les joueurs étant de plus en plus considérés come des marchandises plutôt que comme des hommes dans le foot moderne (et encore plus dans ces périodes de « mercato » - au passage, c’est vrai que ce mot présente mieux que sa traduction française « marché » peut-être trop proche de « marché aux esclaves » - ). Le problème est encore amplifié par le fait que les joueurs (du moins les plus connus, les stars), eux-mêmes, sont acteurs de cette situation car elle leur profite individuellement.
                                      Ensuite sur l’aspect "objetisation" (qu’on me pardonne le néologisme) de la personne. Cet aspect a une portée plus large que le monde du Foot. De nos jours le terme de "ressource" remplace dans les entreprises le terme d’"homme" et ce changement de dénomination n’est pas neutre.

                                      C'est marrant, marché pour toi ça renvoie tout de suite à "marché aux esclaves", plutôt qu'à marché du travail, marché du village etc. Un marché dans ton imaginaire c'est l'esclavage :sick: Et le mot ressource a remplacé le mot homme? C'est faux puisque l'on parle de ressouces humaines, le mot homme est bien présent.
                                      Dernière modification par inthedark, 24/07/2007, 15h59.

                                      Commentaire


                                      • #44
                                        Alors vous pourriez acheter un ntelaar :proud:

                                        Commentaire


                                        • #45
                                          Tu pues ... Duluc



























                                          (désolé j'étais obligé :confus: )

                                          Commentaire


                                          • #46
                                            Envoyé par inthedark
                                            C'est marrant, marché pour toi ça renvoie tout de suite à "marché aux esclaves", plutôt qu'à marché du travail, marché du village etc. Un marché dans ton imaginaire c'est l'esclavage :sick: Et le mot ressource a remplacé le mot homme? C'est faux puisque l'on parle de ressouces humaines, le mot homme est bien présent.
                                            Et "ressources humaines", ça sonne comme "ressources pétrolières" ou "ressources en matières premières", ça réifie l'homme, participe de la marchandisation de l'humain. C'est un symptôme parmi tant d'autres de l'évolution du monde vers un tout économique dévastateur.

                                            Commentaire


                                            • #47
                                              Envoyé par durkheim
                                              Et "ressources humaines", ça sonne comme "ressources pétrolières" ou "ressources en matières premières", ça réifie l'homme, participe de la marchandisation de l'humain. C'est un symptôme parmi tant d'autres de l'évolution du monde vers un tout économique dévastateur.
                                              Pascal Bruckner aurait donc raison :shock:
                                              Envoyé par anthoto1
                                              Michy à 40M€, c'est de la science-fiction absolue. :fier:

                                              Commentaire


                                              • #48
                                                Envoyé par Alcatel
                                                Pascal Bruckner aurait donc raison :shock:
                                                Je l'ai jamais lu, il m'intéresse pas beaucoup. Mais s'il dit ça je suis d'accord avec lui sur ce point.

                                                Commentaire


                                                • #49
                                                  Envoyé par durkheim
                                                  Et "ressources humaines", ça sonne comme "ressources pétrolières" ou "ressources en matières premières", ça réifie l'homme, participe de la marchandisation de l'humain. C'est un symptôme parmi tant d'autres de l'évolution du monde vers un tout économique dévastateur.
                                                  "Ressources" a toujours été utilisé dans bien d'autres contextes. Mais le fait que cela renvoie pour toi à la matière inanimée, montre que tu as un gout prononcé pour la mort, d'ailleurs ça n'est pas un hasard si tu prend l'exemple du pétrole qui est de la matière morte. De même, l'auteur que tu as choisi en pseudo est particulièrement connu pour ses études sur le suicide. Je pense donc que pour toi tout bon être humain est un être humain mort, quelque part c'est révélateur de la culture de mort dévastatrice de cette société.

                                                  Commentaire


                                                  • #50
                                                    Envoyé par durkheim
                                                    Je l'ai jamais lu, il m'intéresse pas beaucoup. Mais s'il dit ça je suis d'accord avec lui sur ce point.
                                                    C'est le thème central de "Misère de la prospérité". ;)
                                                    Envoyé par anthoto1
                                                    Michy à 40M€, c'est de la science-fiction absolue. :fier:

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X