Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ce que parler veut dire! (merci pierrot)

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • da_norf
    a répondu
    Envoyé par inthedark
    C'est bien, tout te fait penser à l'esclavage, moi tout me fait penser au sexe mais j'ai la décence de le garder pour moi.
    Tout ? Non, je ne crois pas... seulement quand il y a transaction avec d'un côté un / des hommes et de l'autre de l'argent... maintenant, je t'accorde que le fait que ça m'y fasse penser ne veux pas dire que ça en est ! C'est comme le sexe, c'est pas parce que t'y pense que tu sautes sur tout le monde la queue en avant !

    Sinon, je te rassure, c'est normal de penser au sexe, ce n'est pas sâle, tu peux en parler ! Ca ne peut que t'aider d'en parler, c'est un bon début de thérapie ! :-)

    Laisser un commentaire:


  • durkheim
    a répondu
    Envoyé par inthedark
    En même temps c'était un peu le but de mon post de montrer que ce mode de raisonnement était idiot.
    T'es vraiment trop fort.

    Laisser un commentaire:


  • inthedark
    a répondu
    Envoyé par da_norf
    Je te rassure "marché du travail" m'évoque aussi "marché aux esclaves", quant au marché de mon village, ça fait longtemps qu'on y vend plus d'êtres humains, mais seulement des denrées et autres objets (des ressources, en somme).
    ).
    C'est bien, tout te fait penser à l'esclavage, moi tout me fait penser au sexe mais j'ai la décence de le garder pour moi.

    Laisser un commentaire:


  • inthedark
    a répondu
    Envoyé par durkheim

    J'aime bien les gens qui essayent de trouver des vérités derrière les apparences mais là faut arrêter de fumer intheDark, vraiment. D'ailleurs "IntheDark", c'est bien la preuve que tu as basculé du côté obscur, non ? Tu vois comme c'est con ?

    :
    En même temps c'était un peu le but de mon post de montrer que ce mode de raisonnement était idiot.

    Laisser un commentaire:


  • Kevin Duluc
    a répondu
    Envoyé par durkheim
    Alors là je suis scotché, tu m'as percé à jour.

    Durkheim a écrit (entre dix mille autres ouvrages) une analyse sociologique du suicide pour montrer qu'un phénomène perçu comme ayant des ressorts essentiellement psychologiques trouvait aussi des racines sociétales : cela fait de lui un suicidaire et de moi le chantre de Thanatos, c'est évident.

    Et comme si ça ne suffisait pas je parle de pétrole, c'est bien la preuve que moi et mon pote le PDG d'Exxon on est des gothiques satanistes pur jus.

    J'aime bien les gens qui essayent de trouver des vérités derrière les apparences mais là faut arrêter de fumer intheDark, vraiment. D'ailleurs "IntheDark", c'est bien la preuve que tu as basculé du côté obscur, non ? Tu vois comme c'est con ?

    Envisager l'homme comme une ressource, c'est l'envisager comme un moyen au lieu de l'envisager comme une fin. Tout le monde peut comprendre ça. Et le fait que l'on nous invite (dans la construction des schèmes de pensée dominants, pub en tête) à envisager son voisin comme un moyen est dévastateur, je le répète.

    T'as qu'à lire Bruckner, merde :grn:
    Sans être méchant, in the dark n'a pas l'air d'être une lumière:joue: :joue: désolé:dt:

    Laisser un commentaire:


  • durkheim
    a répondu
    Envoyé par inthedark
    "Ressources" a toujours été utilisé dans bien d'autres contextes. Mais le fait que cela renvoie pour toi à la matière inanimée, montre que tu as un gout prononcé pour la mort, d'ailleurs ça n'est pas un hasard si tu prend l'exemple du pétrole qui est de la matière morte. De même, l'auteur que tu as choisi en pseudo est particulièrement connu pour ses études sur le suicide. Je pense donc que pour toi tout bon être humain est un être humain mort, quelque part c'est révélateur de la culture de mort dévastatrice de cette société.
    Alors là je suis scotché, tu m'as percé à jour.

    Durkheim a écrit (entre dix mille autres ouvrages) une analyse sociologique du suicide pour montrer qu'un phénomène perçu comme ayant des ressorts essentiellement psychologiques trouvait aussi des racines sociétales : cela fait de lui un suicidaire et de moi le chantre de Thanatos, c'est évident.

    Et comme si ça ne suffisait pas je parle de pétrole, c'est bien la preuve que moi et mon pote le PDG d'Exxon on est des gothiques satanistes pur jus.

    J'aime bien les gens qui essayent de trouver des vérités derrière les apparences mais là faut arrêter de fumer intheDark, vraiment. D'ailleurs "IntheDark", c'est bien la preuve que tu as basculé du côté obscur, non ? Tu vois comme c'est con ?

    Envisager l'homme comme une ressource, c'est l'envisager comme un moyen au lieu de l'envisager comme une fin. Tout le monde peut comprendre ça. Et le fait que l'on nous invite (dans la construction des schèmes de pensée dominants, pub en tête) à envisager son voisin comme un moyen est dévastateur, je le répète.

    T'as qu'à lire Bruckner, merde :grn:

    Laisser un commentaire:


  • Kevin Duluc
    a répondu
    Envoyé par inthedark
    Le message de départ aurait pu être intéressant, mais malheureusement ta lecture de Bourdieu et de Libé font que tu avances une explication qui ne l'est pas. Autant dire que parler de La Callas c'est la comparer à une vache.

    Puisque c'est l'usage qui t'intéresse, je te propose de faire une recherche google sur "un chirac", tu trouveras 40 000 réponses, et je ne crois pas que ces personnes aient confondu notre ancien président avec un objet.
    Je ne lis ni libé, ni suis particulierement fan de Bourdieu. je disais ça pour dire que c'était pas d'un gros niveau, ce que je disais, rien de plus!:joue:

    Quant à ton exemple de la Callas, tu caricatures à fond mon propos, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire... De plus l'exemple est mauvais, car la Callas, ou bien le Caravage, ce sont des exceptions qui au contraire soulignent leur prestige. Et je ne veux pas apporter une explication comme tu dis, mais relever un truc pour en discuter, c'est tout;)

    Le truc interessant là dedans, c'est que, et même pour chirac, que les media tendent à rendre des hommes objets, ce que le "un" peut révéler de façon profonde. Tout le monde sait qui est Chirac, l'admire ou le deteste. Mais il ne reste peut être que ce "truc qui dirigeait la France et boit de la corona". En fait, les hommes n'existent plus que par leur fonction, et non plus en tant qu'être. "UN Juni", c'est le truc qui met des coup franc, par exemple.

    Laisser un commentaire:


  • JIM
    a répondu
    Envoyé par BidouVert
    Alors vous pourriez acheter un ntelaar :proud:
    Tant que c' est pas UN Bilos .:p

    Laisser un commentaire:


  • da_norf
    a répondu
    Envoyé par inthedark
    C'est marrant, marché pour toi ça renvoie tout de suite à "marché aux esclaves", plutôt qu'à marché du travail, marché du village etc. Un marché dans ton imaginaire c'est l'esclavage :sick: Et le mot ressource a remplacé le mot homme? C'est faux puisque l'on parle de ressouces humaines, le mot homme est bien présent.
    Je te rassure "marché du travail" m'évoque aussi "marché aux esclaves", quant au marché de mon village, ça fait longtemps qu'on y vend plus d'êtres humains, mais seulement des denrées et autres objets (des ressources, en somme).

    Quand à ressources "humaines", le mot "homme" n'est plus présent, on qualifie juste le type de ressource.
    Combien de fois ai-je entendu les phrases "je n'ai pas assez de ressources pour mener à bien ce projet" "As tu besoin de plus de ressources ?" qui incluent aussi bien les crédits, le nombre d'heures que le nombre de personnes dasn un même raccourci, qui s'il n'est pas fait dans le but conscient de rabaisser la valeur de l'humain, finit tout de même par l'induire dans les esprits.
    De toute manière, même humaine la ressource me semble rabaisser l'homme à sa condition de "machine vivante" périssable, dispensable et interchangeable et lui enlève toute notion d'être, d'individu, de personalité. Ce qui ne veux pas dire que cette ressource est sans valeur (car toute ressource en a une), juste sans "âme" (ni pas y voir le sens bibilque, mais le sens plus large).

    Laisser un commentaire:


  • Alcatel
    a répondu
    Envoyé par durkheim
    Je l'ai jamais lu, il m'intéresse pas beaucoup. Mais s'il dit ça je suis d'accord avec lui sur ce point.
    C'est le thème central de "Misère de la prospérité". ;)

    Laisser un commentaire:


  • inthedark
    a répondu
    Envoyé par durkheim
    Et "ressources humaines", ça sonne comme "ressources pétrolières" ou "ressources en matières premières", ça réifie l'homme, participe de la marchandisation de l'humain. C'est un symptôme parmi tant d'autres de l'évolution du monde vers un tout économique dévastateur.
    "Ressources" a toujours été utilisé dans bien d'autres contextes. Mais le fait que cela renvoie pour toi à la matière inanimée, montre que tu as un gout prononcé pour la mort, d'ailleurs ça n'est pas un hasard si tu prend l'exemple du pétrole qui est de la matière morte. De même, l'auteur que tu as choisi en pseudo est particulièrement connu pour ses études sur le suicide. Je pense donc que pour toi tout bon être humain est un être humain mort, quelque part c'est révélateur de la culture de mort dévastatrice de cette société.

    Laisser un commentaire:


  • durkheim
    a répondu
    Envoyé par Alcatel
    Pascal Bruckner aurait donc raison :shock:
    Je l'ai jamais lu, il m'intéresse pas beaucoup. Mais s'il dit ça je suis d'accord avec lui sur ce point.

    Laisser un commentaire:


  • Alcatel
    a répondu
    Envoyé par durkheim
    Et "ressources humaines", ça sonne comme "ressources pétrolières" ou "ressources en matières premières", ça réifie l'homme, participe de la marchandisation de l'humain. C'est un symptôme parmi tant d'autres de l'évolution du monde vers un tout économique dévastateur.
    Pascal Bruckner aurait donc raison :shock:

    Laisser un commentaire:


  • durkheim
    a répondu
    Envoyé par inthedark
    C'est marrant, marché pour toi ça renvoie tout de suite à "marché aux esclaves", plutôt qu'à marché du travail, marché du village etc. Un marché dans ton imaginaire c'est l'esclavage :sick: Et le mot ressource a remplacé le mot homme? C'est faux puisque l'on parle de ressouces humaines, le mot homme est bien présent.
    Et "ressources humaines", ça sonne comme "ressources pétrolières" ou "ressources en matières premières", ça réifie l'homme, participe de la marchandisation de l'humain. C'est un symptôme parmi tant d'autres de l'évolution du monde vers un tout économique dévastateur.

    Laisser un commentaire:


  • strahan2004
    a répondu
    Tu pues ... Duluc



























    (désolé j'étais obligé :confus: )

    Laisser un commentaire:


  • BidouVert
    a répondu
    Alors vous pourriez acheter un ntelaar :proud:

    Laisser un commentaire:


  • inthedark
    a répondu
    Envoyé par da_norf
    D’abord sur l’aspect mercantile de la chose, les joueurs étant de plus en plus considérés come des marchandises plutôt que comme des hommes dans le foot moderne (et encore plus dans ces périodes de « mercato » - au passage, c’est vrai que ce mot présente mieux que sa traduction française « marché » peut-être trop proche de « marché aux esclaves » - ). Le problème est encore amplifié par le fait que les joueurs (du moins les plus connus, les stars), eux-mêmes, sont acteurs de cette situation car elle leur profite individuellement.
    Ensuite sur l’aspect "objetisation" (qu’on me pardonne le néologisme) de la personne. Cet aspect a une portée plus large que le monde du Foot. De nos jours le terme de "ressource" remplace dans les entreprises le terme d’"homme" et ce changement de dénomination n’est pas neutre.

    C'est marrant, marché pour toi ça renvoie tout de suite à "marché aux esclaves", plutôt qu'à marché du travail, marché du village etc. Un marché dans ton imaginaire c'est l'esclavage :sick: Et le mot ressource a remplacé le mot homme? C'est faux puisque l'on parle de ressouces humaines, le mot homme est bien présent.
    Dernière modification par inthedark, 24/07/2007, 15h59.

    Laisser un commentaire:


  • BONNOX
    a répondu
    Envoyé par Kevin Duluc
    "UN Juni vaut largement UN Kaka"
    Bonsoir!
    Pas d'accord...:grn:

    Laisser un commentaire:


  • inthedark
    a répondu
    Envoyé par Kevin Duluc

    "Ce que parler veut dire" est un livre de Pierre Bourdieu qui fait référence dans lequel l'auteur observe que parler n'est pas innocent, mais dit ce qu'est le locuteur, d'où il vient, ce qu'il pense, etc... (au delà de l'argot et de l'accent, BIEN SUR).

    Lyon 2 oui, mais lettres!:) . Ce que j'ai dit n'est pas tres élevé, il suffit de poser son cul une heure ds un amphi de linguistique ou bien de lire un "rebond" de libé à ce propos pour savoir ça. L'intention n'est pas de se la sentir comme certain ont pu le penser.

    Et pour moi, le foot n'est pas un truc de beauf comme je sais plus qui l'a dit.:)
    Le message de départ aurait pu être intéressant, mais malheureusement ta lecture de Bourdieu et de Libé font que tu avances une explication qui ne l'est pas. Autant dire que parler de La Callas c'est la comparer à une vache.

    Puisque c'est l'usage qui t'intéresse, je te propose de faire une recherche google sur "un chirac", tu trouveras 40 000 réponses, et je ne crois pas que ces personnes aient confondu notre ancien président avec un objet.

    Laisser un commentaire:


  • Alcatel
    a répondu
    Envoyé par Alcatel
    Absolument.


    D'où, par exemple, l'attitude extrêmement choquante du coup de tête de Zidane en finale de Coupe du Monde.
    Par sa violence, elle révélait un immense contraste: celui entre, d'un côté, l'image de footballeur surdoué, d'icône publicitaire, voire religieuse (mais religieuse au sens post-moderne, c'est-à-dire sans vraie fonction spirituelle mais seulement avec des signes, personnage "rassemblant"), un personnage lisse, parfait, qui consacre son temps aux enfants malades, apolitique, aconfessionnel (on n'a jamais entendu parler du musulman dans Zidane) et pont culturel entre la France et l'Algérie;

    Et de l'autre côté, l'Homme Zinédine Zidane, l'homme faillible, l'homme capable de violence, l'homme pulsionnel, émotif, réagissant de manière très conservatrice, à la manière d'une Vendetta, à une simple remarque vanneuse sur sa soeur.

    Voir cette violence surgir sur un terrain de foot, dont la télévision publicitaire a aseptisé tous les aspects depuis une dizaine d'années (au détriment des Valderrama, des Waddle, des Cantona !), révèle aussi l'impact de cette fameuse télévision: elle a su merveilleusement saisir ce fameux contraste.

    De nos jours, JAMAIS on ne verra un Waddle faire le clown face à ses défenseurs, ni Higuita tenter un démentiel "coup du scorpion" sans se faire hurler dessus par son coach, ni Valderrama être autorisé à porter une telle tignasse - on a toujours besoin de son jeu de tête. Et ce, bien que ces attitudes soient spectaculaires en soi, mais du spectacle non organisé, du one-man-show impossible dans un sport d'équipe régi comme une machine par la télévision qui a orgnisé son propre spectacle. Malgré tout, ces joueurs resteront célèbres pour leur personnalité encore plus que pour leur jeu...

    Dans la télévision post-moderne, les seules attitudes spectaculaires permises sont la beauferie jackisante d'un Djibril Cissé ou à la rigueur Ribéry sur un tracteur (débile et oubliable).
    :(

    Vu comme j'ai répondu, je me demande si la théorie de la synecdoque ("un joueur comme...") n'est finalement pas si fausse. Ca ne remet pas en cause mon propos, j'espère...

    Laisser un commentaire:


  • Kevin Duluc
    a répondu
    Envoyé par Alcatel
    C'est une vaste connerie. Le sens même de la République est de tirer les citoyens vers le haut (leur enseigner la langue française dans toute sa richesse et sa complexité), pas de les niveler vers le bas (attitude populiste, démagogique et insultante envers l'intelligence des gens).
    Débat traditionnel entre puristes et réformistes de notre bonne vieille langue!!:joue:

    ça fait plaisir de voir que jusque sur olweb on s'étripe à ce propos!:fier:

    Laisser un commentaire:


  • Kevin Duluc
    a répondu
    Envoyé par Thyrfing
    Toi t'es en sciences du langage a Lyon2 :grn:
    Sauf que je ne vois pas en quoi le fait de faire précéder un nom propre par un article, serait un phenomene semiologique. C'est tout simplement un phenomene langagier qui consiste a materialiser une personne. C'est donc plus de l'ordre de la sémantique et de la grammaire.
    Si on materialise des joueurs de cette maniere c'est surement parce qu'on se represente leur nom sur un terrain. Le nom prend alors toutes les caracteristiques physiques du joueur. C'est le principe de la synecdoque (la partie pour le tout).
    Et sinon quand tu dis que ce n'est pas par paresse puisqu'on rajoute un article devant le nom au lieu de dire simplement le nom, je crois que tu fais fausse route car a mon avis la phrase en entier donne plutot "un garçon comme... " qu'on reduit a "un..."

    C'est toujours sympa de croiser un collegue :)
    a+
    Pour la paresse, je me trompe peut être, mais il me semble bien que qd un forumeur dit " je veux UN reyes ou un Van nistelroy", il dit qu'il souhaite Reyes ou van nistelroy, et non "un joueur de la trempe de".

    Par sémiologie, je pensais surtout "étude de la langue en tant que signifiante". Ici, ce n'est pas sémantique, et certainement pas une synecdoque. C'est de la grammaire, oui, et la grammaire est l'organisation des signes dans la langue et est en plein dans le sujet de la sémiologie.

    "Ce que parler veut dire" est un livre de Pierre Bourdieu qui fait référence dans lequel l'auteur observe que parler n'est pas innocent, mais dit ce qu'est le locuteur, d'où il vient, ce qu'il pense, etc... (au delà de l'argot et de l'accent, BIEN SUR).

    Lyon 2 oui, mais lettres!:) . Ce que j'ai dit n'est pas tres élevé, il suffit de poser son cul une heure ds un amphi de linguistique ou bien de lire un "rebond" de libé à ce propos pour savoir ça. L'intention n'est pas de se la sentir comme certain ont pu le penser.

    Et pour moi, le foot n'est pas un truc de beauf comme je sais plus qui l'a dit.:)

    Laisser un commentaire:


  • da_norf
    a répondu
    Envoyé par lerelou
    mais mais mais... qu'est ce que c'est que ce topic en carton ?

    A suivre : la métaphysique du recrutement est-elle ontologiquement humaniste ?
    Une question qui mérite d'être posée, effectivement ! :fier:

    Laisser un commentaire:


  • quentinchloe34
    a répondu
    Ce que parler veut dire! (merci pierrot)
    change de titre :Ce que parler(pour rien dire) veut dire! (merci pierrot)..... correspond mieux !

    Laisser un commentaire:


  • Thyrfing
    a répondu
    Envoyé par Kevin Duluc
    Topic peut être sans intérêt, les modos en jugeront par eux même...

    En ces temps de tranferts, l'étudiant en langue que je suis s'étonne ( :-) ) d'un phénomène sémiologique constant: En effet, nombre de forumeurs font précéder les noms de joueurs par un article. ça donne, par exemple, "je verrai bien UN Reyes ou UN Willian à la place d'UN Benarfa", ou encore, "UN Juni vaut largement UN Kaka", etc.

    Alors que les déformations grammaticales sont en principe dictées par le principe de l'économie, de la paresse, ou bien du parler populaire, ce qui n'est le cas ici ni de l'un ni de l'autre, puisque l'on perd du temps à accoler un article à un nom, le phénomène est remarquable, non??

    Pourquoi ne pas dire "je verrai bien Reyes ou Willian à la place de Benarfa" ou bien " Juni vaut bien Kaka"?, ce qui serait, soit dit en passant plus respectueux envers ces êtres humains.

    Voilà pour la petite pensée linguistique du soir... Je pense que rendre "nom commun" ce qui est "nom propre" est révélateur d'un état d'esprit du locuteur, souvent aficionados du marché (encore un mot qui fait sens) des transferts plus que du sport lui même. La langue signifie beaucoup de chose.

    Bonsoir!
    Toi t'es en sciences du langage a Lyon2 :grn:
    Sauf que je ne vois pas en quoi le fait de faire précéder un nom propre par un article, serait un phenomene semiologique. C'est tout simplement un phenomene langagier qui consiste a materialiser une personne. C'est donc plus de l'ordre de la sémantique et de la grammaire.
    Si on materialise des joueurs de cette maniere c'est surement parce qu'on se represente leur nom sur un terrain. Le nom prend alors toutes les caracteristiques physiques du joueur. C'est le principe de la synecdoque (la partie pour le tout).
    Et sinon quand tu dis que ce n'est pas par paresse puisqu'on rajoute un article devant le nom au lieu de dire simplement le nom, je crois que tu fais fausse route car a mon avis la phrase en entier donne plutot "un garçon comme... " qu'on reduit a "un..."

    C'est toujours sympa de croiser un collegue :)
    a+

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X