Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Foot - Economie - «Tout commence au stade»

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Foot - Economie - «Tout commence au stade»



    Spécialiste de l'économie du football, responsable du département sport d'Ineum Consulting, Vincent Chaudel conseille plusieurs clubs français dans leur stratégie de développement. A quelques jours de la reprise du championnat, il dresse pour nous un bulletin de santé mitigé du football hexagonal. La fuite des talents à l'étranger (Malouda, Abidal, Ribéry...) fragilise la formation à la française et illustre le fossé économique qui sépare les clubs français de leurs puissants voisins européens. Stades moins performants, publics versatiles, « télé dépendance » sont quelques unes des raisons de ce retard français, que Vincent Chaudel attribue aussi à des causes historiques (la démographie, la centralisation) et culturelles (la relation des supporters à leur club). Le maintien dans l'élite du Paris-SG et le retour au premier plan de l'Olympique de Marseille devraient selon lui faire beaucoup de bien à un football français qui a manqué ces dernières saisons d'autres « locomotives » que Lyon. Première partie de notre entretien.


    « Vincent Chaudel, comment expliquer la fuite des talents, récurrente en France depuis une dizaine d'années ?

    La rupture, c'est 1995, l'arrêt Bosman, la libre circulation des joueurs, le « big bang » du football ! Avant, chaque pays avait un recrutement essentiellement national et un modèle économique spécifique : les socios en Espagne, les chaînes gratuites en Allemagne ou la télévision à péage en Italie et en Angleterre. En France, le modèle était de type solidaire avec comme pivot, la formation de talents : un club comme Auxerre a financé son développement par la vente de ses meilleurs joueurs à l'OM et autres clubs au pouvoir économique important.


    Et aujourd'hui ?

    Aujourd'hui, le « mercato » est quasiment sans frontières, et le critère de réussite numéro un, est devenu la puissance économique des clubs. En clair, vous ne pouvez plus espérer de résultats sportifs sans avoir les moyens d'acheter les talents qui vous feront gagner. A ce nouveau jeu, la France, surtout pour des raisons historiques, n'est pas a priori la mieux placée pour s'imposer. Et sa fameuse formation s'en trouve ainsi fragilisée, les talents partant de plus en plus tôt. Cette situation a interpellé la commission européenne qui a commandité une étude, en cours de réalisation, sur la formation des jeunes sportifs de haut niveau.


    Quel est le modèle économique qui « marche » aujourd'hui en Europe ?

    Le principal levier du développement du football professionnel, c'est le stade. Tout commence là ! Du monde au stade, ce sont à la fois des recettes de billetterie, de la consommation sur place, de la vente de produits dérivés, et, plus encore, un effet d'attraction sur de nouveaux publics qui veulent être de la fête, sans parler de l'intérêt des sponsors. A titre de comparaison, les taux de fréquentation approchent 95% en Angleterre. En France, on tourne autour de 75%. C'est dire la marge de progression...


    Mais il faut aussi des stades performants et la France en manque, non ?

    C'est vrai, malgré des progrès, par exemple à Nancy, Rennes ou Sochaux, récemment. On peut aussi rappeler que la Coupe du monde 1998 a certes permis d'injecter 600 millions d'euros dans les stades, mais les deux tiers ont servi à financer le Stade de France qui n'accueille aucune rencontre de championnat. En Allemagne, pour le Mondial 2006, douze stades ont bénéficié de 1,3 milliards d'euros, le double ! Résultat : la Bundesliga est passée de 27 000 spectateurs de moyenne à plus de 40 000 en moins de cinq ans ! Accessibilité, sécurité, confort, hygiène : tout a été repensé pour donner envie d'aller voir les matches, au-delà du cercle des fans. C'est la direction prise par l'Olympique Lyonnais avec son grand stade. »
    PSG

  • #2
    très interessant comme article merci Carlo.

    JMA avait comprit :oui:

    Commentaire


    • #3
      Moi ce que je trouve tres domagable c'est que le stade de France reste orphelin de club. Unn aussi grand stade, si beau (certe pas vraiment adapter pour le foot) qui a coute une fortune sans aucun club resident c'est du gachi.

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par kOL [email protected]
        Moi ce que je trouve tres domagable c'est que le stade de France reste orphelin de club. Unn aussi grand stade, si beau (certe pas vraiment adapter pour le foot) qui a coute une fortune sans aucun club resident c'est du gachi.
        heureusement qu'il y avait lille pour changer un peu, ainsi que le stade français pour faire vibrer ce stade pas adapté au football, mais en omnisport pas de souci !!!
        sigpic

        Commentaire

        Chargement...
        X