Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Bleus - Euro 2012

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par m@rco Voir le message
    En dehors de son comportement,s'il bonifiait le jeu de l'EDF ça pourrait mais même pas, il sert à rien..

    Ses ballons touchés contre l'Espagne :dt:



    Il a tenté que 4 passes vers l'avant, se sont ces 4 echecs:D

    Au dela de ce que ca veut dire car le contexte et la position de l'equipe etaient particuliers, ça me fait marrer:D
    Ishkar:"Tu as tout à fait raison, comme Blond auparavant d'ailleurs."

    Commentaire


    • franchement si on pouvait continuer à reconstruire l'équipe de France mais sans Nasri et Ben Arfa, et déjà anticiper les probables futurs retraites internationales de notamment Evra, Réveillère, Malouda, Diarra, Méxès, Ribéry après le mondial 2014 et donc préparer l'Euro 2016 qui aura lieu en France dès maintenant ça serait quand même bien mieux.

      je me suis un peu amusé et cassé la tête à établir la liste de tous les joueurs, en dehors de ceux que j'ai deja cités, qui pourraient et/ou mériteraient d'être sélectionnés, et ils ne sont pas loin de 60 à pouvoir y prétendre.

      voici la liste poste par poste :

      Gardiens : Lloris, Ruffier, Mandanda, Costil, Jourdren, Carasso, Reynet, Ahamada.

      Latéraux gauche : Mathieu, Clichy, Trémoulinas.

      Défenseurs centraux : Koscielny, Kaboul, Varane, Yanga-M'Biwa, Sakho, Stambouli, Ciani, Rami,

      Latéraux droit : Debuchy, Congré, Danzé, Perrin, Corchia.

      Milieux défensifs : Capoue, Toulalan, Matuidi, Mavuba, M'Vila, L.Diarra, Lemoine.

      Milieux relayeurs : Cabaye, Martin, Gonalons, Flamini, Didot.

      Milieux offensifs : Gourcuff, Cohade, Amalfitano, Corgnet.

      Ailiers gauche : Mounier, Ménez, Cabella, Tabanou, N'Zogbia, Marveaux(?)

      Ailiers droit : Valbuena, Lacazette, Griezmann, Payet, Gouffran, Kembo.

      Attaquants : Giroud, Rémy, Benzema, Roux, Rivière, Gameiro, Gignac(?).

      et encore je n'ai pris en compte comme joueurs que ceux qui ont -de 30ans pour pouvoir se projeter sur le long terme jusqu'à 2016.

      après si on veut à court terme encadrer nos joueurs avec des joueurs de 30ans ou plus et bien pareil ce n'est pas ce qu'il manque...

      Commentaire


      • Envoyé par blond69 Voir le message
        Non mais je parlais de clubs qui comptent;)
        Troisième ou Second en terme de formation ça compte pas ?
        "Le football est absolument propre" Del Bosque.

        Commentaire


        • Envoyé par KosOL888 Voir le message
          Je ne défends en aucun cas Ben Arfa et Nasri, mais on n'en sait rien si leur parent le leur ont tout accorder.

          Moi je connais un très bon joueur (Actuellement au PSV et demander par tous les grands clubs). Il est aussi d'origine Maghrébine. Ses parents font très attention à ce qu'il ne prenne pas la grosse tête, et lui rappelle sans cesse d'où il vient et qu'il faut garder les pieds sur terre. Mais des fois, il s'emporte et a une attitude pas très correct et c'est plutôt du à ses amis/cousins du même age qui lui monte à la tête et qui font de lui une superstar.

          Je ne connais pas Ben Arfa et Nasri personnellement évidemment, et je ne les suis pas depuis qu'ils ont 12 ans, mais ça ne m'étonnerais pas que la situation ait été la même avec eux ...
          C'est vrai que les fréquentations y sont pour quelque chose, surtout dans les cités où les mômes sont souvent dehors. Ceux qui sont influençables se font facilement embrigader. Je ne pense pas que ça soit le cas de Nasri et de Ben Arfa.
          :lov:

          Commentaire


          • Envoyé par m@rco Voir le message
            Troisième ou Second en terme de formation ça compte pas ?
            C'etait une boutade marco;)
            Ishkar:"Tu as tout à fait raison, comme Blond auparavant d'ailleurs."

            Commentaire


            • Envoyé par m@rco Voir le message
              Troisième ou Second en terme de formation ça compte pas ?
              Il voulait dire des clubs qui forment des footballeurs. :oui:



              :grn::grn::grn:

              Commentaire


              • Envoyé par blond69 Voir le message
                C'etait une boutade marco;)
                Je préfère..:grn:

                Allez je vous quitte sur un pas de dance..




                Edit, Manquait plus qu'LB. :non:
                "Le football est absolument propre" Del Bosque.

                Commentaire


                • Envoyé par Magik_OL64 Voir le message
                  C'est vrai que les fréquentations y sont pour quelque chose, surtout dans les cités où les mômes sont souvent dehors. Ceux qui sont influençables se font facilement embrigader. Je ne pense pas que ça soit le cas de Nasri et de Ben Arfa.
                  Pour habiter dans la même région que Ben Arfa et pour l'avoir croiser une fois en soirée, c'est clairement son entourage qui a façonné son image malheureusement.
                  Puis on lui a fait comprendre dès le plus jeune que c'était un potentiel Maradonna, l'argent tout de suite, départ à Lyon à 13 ans je crois... bref il y a beaucoup de circonstance atténuante quand à son cheminement professionnel et personnel.

                  Pour Nasri, je ne comprends pas. Il a grandit à Marseille, resté chez ses parents... Son père ne l'a pas lâché et surtout quand tu vois ce reportage:

                  http://www.youtube.com/watch?v=40QT7ystxmQ

                  Le mec avait vraiment les pieds sur terre, prenez le temps de regarder ça.
                  It's true I don't know that much about Ligue 1, but Ligue 1 knows who I am. Z

                  Commentaire


                  • Envoyé par alain_suit_cris Voir le message
                    Traites comme des dieux par qui?

                    A 12 ans?? :shock:
                    Par leurs parents

                    A 12 ans on est plus un bébé. J'en connais qui aimeraient bien se casser de chez eux à cet âge et même plus jeunes. Du moment que tu les retrouves le week-end ou pour les vacances, je ne vois pas le problème. Bien au contraire, ça les fait murir plus vite.
                    :lov:

                    Commentaire


                    • Envoyé par Magik_OL64 Voir le message
                      Par leurs parents

                      A 12 ans on est plus un bébé. J'en connais qui aimeraient bien se casser de chez eux à cet âge et même plus jeunes. Du moment que tu les retrouves le week-end ou pour les vacances, je ne vois pas le problème. Bien au contraire, ça les fait murir plus vite.
                      Alors la pas du tout!!! mais alors pas du tout. De 14 à 18 ans c'est l'âge le plus important dans le cheminement d'un adolescent et si tu vois pas tes parents toute la semaine, que t'es avec tes potes tout le temps, toujours dans l'amusement, avec des euros dans les poches...
                      It's true I don't know that much about Ligue 1, but Ligue 1 knows who I am. Z

                      Commentaire


                      • Envoyé par panam Voir le message
                        Alors la pas du tout!!! mais alors pas du tout. De 14 à 18 ans c'est l'âge le plus important dans le cheminement d'un adolescent et si tu vois pas tes parents toute la semaine, que t'es avec tes potes tout le temps, toujours dans l'amusement, avec des euros dans les poches...
                        Tu crois qu'ils ne sont pas surveillés, qu'on les lâche comme ça, dans la nature, tiens voilà 100 balles va voir les p.... :grn:

                        De toute façon tu sais, beaucoup d'ados sont dans des familles monoparentales, ou avec les parents qui bossent tard et qu'ils voient peu. Alors il vaut mieux être dans un centre, avec des horaires et un règlement, ou tout seul chez soi à glander d'après toi ?

                        Et puis les parents ils les voient, tous les week-ends, les jours fériés, les vacances, bref ils ne sont pas orphelins.

                        Bref on dévie un peu là :joue:
                        :lov:

                        Commentaire


                        • Envoyé par m@rco Voir le message
                          Je préfère..:grn:

                          Allez je vous quitte sur un pas de dance..




                          Edit, Manquait plus qu'LB. :non:
                          Adil Rami est complétement dans les ronces. :non:

                          Commentaire


                          • Envoyé par Magik_OL64 Voir le message
                            Tu crois qu'ils ne sont pas surveillés, qu'on les lâche comme ça, dans la nature, tiens voilà 100 balles va voir les p.... :grn:

                            De toute façon tu sais, beaucoup d'ados sont dans des familles monoparentales, ou avec les parents qui bossent tard et qu'ils voient peu. Alors il vaut mieux être dans un centre, avec des horaires et un règlement, ou tout seul chez soit à glander d'après toi ?
                            Franchement tu me feras jamais croire que l'éducation d'un enfant n'est pas meilleur chez ses parents et son entourage que dans un centre de formation ou dans une famille inconnue! C'est tellement logique qu'il y a même pas lieu d'exposer des exemples. ;)
                            It's true I don't know that much about Ligue 1, but Ligue 1 knows who I am. Z

                            Commentaire


                            • Envoyé par panam Voir le message
                              Franchement tu me feras jamais croire que l'éducation d'un enfant n'est pas meilleur chez ses parents et son entourage que dans un centre de formation ou dans une famille inconnue! C'est tellement logique qu'il y a même pas lieu d'exposer des exemples. ;)
                              Tu as des mômes qui ont été placés dans des familles d'accueil et qui ont été bien plus heureux que dans leur propre famille. L'éducation familiale est la meilleure, à condition que tes parents soient capables de t'éduquer. Quand ils ne le peuvent pas, pour une raison ou pour une autre, le centre de formation c'est toujours mieux que la rue et la "zone".
                              :lov:

                              Commentaire


                              • Nasri et Ménez : bazar, comme c’est bazar
                                Le comportement désinvolte, voire grossier, du milieu de terrain et de l’attaquant tricolores avant et après la défaite face à l’Espagne, samedi, font resurgir les fantômes de Knysna.

                                Samedi soir au cœur de la Donbass Arena de Donetsk, une petite heure après la qualification logique de la Roja espagnole pour les demi-finales de l’Euro au détriment des Bleus (2-0). Rentré en cours de jeu, Samir Nasri passe sans s’arrêter en zone mixte, l’espace dévolu aux échanges entre les joueurs et la presse. Juste avant de monter dans le car, il fait demi-tour, passe sous une barrière et retourne dans le vestiaire.

                                Il y restera une dizaine de minutes. Pendant ce temps, Alou Diarra, Karim Benzema, Hugo Lloris ou Franck Ribéry investissent l’espace et font face dignement : «On est tombé devant ce qui se fait de mieux en Europe», «les Espagnols sont plus matures que nous dans le jeu, mais bon, il leur a fallu six ans», «on leur a laissé le ballon exprès». Nasri revient, avec l’intention manifeste de ne pas répondre à la moindre question. Un journaliste de l’AFP insiste. Nasri : «Vous cherchez toujours la merde. Vous cherchez des histoires.» Le type : «C’est ça, casse-toi.» Nasri : «Va te faire *******. Va niquer ta mère, sale fils de ****. Tu veux qu’on s’explique ? Allez, comme ça, vous pourrez continuer à dire que je suis malpoli…» Le type recule et se fond dans la masse.

                                Nasri s’éloigne : dans le car des Bleus, il répétera à un membre du staff son intention de démolir le gars. L’histoire est terminée. Elle avait commencé bien plus tôt, deux heures avant le coup d’envoi, lors de la reconnaissance du terrain par les joueurs français. Seuls les remplaçants l’ont effectuée samedi. Une bonne moitié d’entre eux donnent alors l’impression de déambuler dans une kermesse battant son plein. Le milieu Blaise Matuidi fait des photos avec sa famille venue le rejoindre au bord de la rambarde, l’attaquant Jérémy Ménez déboule en claquettes et équipement MP3 avant d’aller se prélasser sur un banc de touche…

                                Cirque. Quand il voit l’ailier Hatem Ben*Arfa entreprendre carrément une conversation - elle durera plus d’une demi-heure - avec son agent assis en bas de la tribune, le directeur administratif des Bleus, Marino Faccioli, devient livide. C’est le grand cirque. En rupture de ban avec une partie du groupe depuis mardi ( Libération de jeudi), Nasri a une discussion animée avec l’entraîneur adjoint, Alain Boghossian. On apprendra plus tard que le joueur demande alors des explications sur sa non-titularisation, la première dans cet Euro. Quelques minutes après, Boghossian dira à un proche : «C’est la merde.»

                                Les remplaçants rentrent au vestiaire en ordre dispersé. Ils reviennent pour l’échauffement une heure plus tard, cette fois accompagnée des titulaires. Les trois derniers à rentrer sur le pré : Samir Nasri, Jérémy Ménez et le petit Marvin Martin, qui s’entraîneront - si l’on peut dire - ensemble. Ce que font les deux premiers ne ressemble à rien. Fous rires, pitreries… dont celle-là, que l’on doit au Parisien : il court vers le ballon en mouvement et essaie de se stabiliser à pieds joints sur la sphère tout en effectuant un salut militaire.

                                Il réitérera cette figure, se tordant même légèrement la cheville une fois. On n’y comprend d’abord rien : une trentaine de caméras braquées, mille fois plus de smartphones susceptibles d’enregistrer la scène… On a pigé d’un coup, quand les deux gars toujours hilares se lancent dans une séance de frappes pleine puissance à 20*mètres de leurs coéquipiers autrement concentrés : pour avoir mal pris leur mise sur le banc, Nasri et Ménez s’offrent alors une petite provocation en mondovision.

                                «Vaffanculo». Le staff technique ne leur en tiendra pas rigueur : les deux joueurs rentreront à la 64e*minute, au plus fort d’un combat alors légèrement dominé par des Bleus limités mais courageux, où Ribéry a une fois de plus tenté d’emmener tout le monde. Nasri patrouilla devant la défense tricolore, s’acquittant correctement de sa mission. Positionné sur l’aile droite, Ménez est en revanche passé à côté ; pas un dribble réussi, un agacement qui lui valut un carton jaune pour un «vaffanculo» lancé à l’arbitre italien et surtout ce geste invraisemblable envers son capitaine, Hugo Lloris, qui lui demandait de suivre son adversaire direct : paume vers le bas et le pouce qui se rabat sur les autres doigts joints, «ferme ta bouche» dans toutes les langues du monde.

                                En souffrance sur le plan du jeu, les Bleus auront fait énormément d’efforts lors de cet Euro, sur et en dehors du terrain, pour éloigner tant que faire se peut l’ombre du bus de Knysna. Samedi, à Donetsk, Ménez et Nasri auront tout tenté pour les y replonger.

                                Libération.

                                Commentaire


                                • Envoyé par Magik_OL64 Voir le message
                                  Tu as des mômes qui ont été placés dans des familles d'accueil et qui ont été bien plus heureux que dans leur propre famille. L'éducation familiale est la meilleure, à condition que tes parents soient capables de t'éduquer. Quand ils ne le peuvent pas, pour une raison ou pour une autre, le centre de formation c'est toujours mieux que la rue et la "zone".
                                  Mais arrete de generaliser. Qu'est-ce qui te fait dire que les familles de Nasri ou Ben Arfa etaient inaptes a l'education? C'est delirant de te lire. C'est des generalites pleines de presupposés ou d'a priori.

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par -Ib- Voir le message
                                    Nasri et Ménez : bazar, comme c’est bazar
                                    Le comportement désinvolte, voire grossier, du milieu de terrain et de l’attaquant tricolores avant et après la défaite face à l’Espagne, samedi, font resurgir les fantômes de Knysna.

                                    Samedi soir au cœur de la Donbass Arena de Donetsk, une petite heure après la qualification logique de la Roja espagnole pour les demi-finales de l’Euro au détriment des Bleus (2-0). Rentré en cours de jeu, Samir Nasri passe sans s’arrêter en zone mixte, l’espace dévolu aux échanges entre les joueurs et la presse. Juste avant de monter dans le car, il fait demi-tour, passe sous une barrière et retourne dans le vestiaire.

                                    Il y restera une dizaine de minutes. Pendant ce temps, Alou Diarra, Karim Benzema, Hugo Lloris ou Franck Ribéry investissent l’espace et font face dignement : «On est tombé devant ce qui se fait de mieux en Europe», «les Espagnols sont plus matures que nous dans le jeu, mais bon, il leur a fallu six ans», «on leur a laissé le ballon exprès». Nasri revient, avec l’intention manifeste de ne pas répondre à la moindre question. Un journaliste de l’AFP insiste. Nasri : «Vous cherchez toujours la merde. Vous cherchez des histoires.» Le type : «C’est ça, casse-toi.» Nasri : «Va te faire *******. Va niquer ta mère, sale fils de ****. Tu veux qu’on s’explique ? Allez, comme ça, vous pourrez continuer à dire que je suis malpoli…» Le type recule et se fond dans la masse.

                                    Nasri s’éloigne : dans le car des Bleus, il répétera à un membre du staff son intention de démolir le gars. L’histoire est terminée. Elle avait commencé bien plus tôt, deux heures avant le coup d’envoi, lors de la reconnaissance du terrain par les joueurs français. Seuls les remplaçants l’ont effectuée samedi. Une bonne moitié d’entre eux donnent alors l’impression de déambuler dans une kermesse battant son plein. Le milieu Blaise Matuidi fait des photos avec sa famille venue le rejoindre au bord de la rambarde, l’attaquant Jérémy Ménez déboule en claquettes et équipement MP3 avant d’aller se prélasser sur un banc de touche…

                                    Cirque. Quand il voit l’ailier Hatem Ben*Arfa entreprendre carrément une conversation - elle durera plus d’une demi-heure - avec son agent assis en bas de la tribune, le directeur administratif des Bleus, Marino Faccioli, devient livide. C’est le grand cirque. En rupture de ban avec une partie du groupe depuis mardi ( Libération de jeudi), Nasri a une discussion animée avec l’entraîneur adjoint, Alain Boghossian. On apprendra plus tard que le joueur demande alors des explications sur sa non-titularisation, la première dans cet Euro. Quelques minutes après, Boghossian dira à un proche : «C’est la merde.»

                                    Les remplaçants rentrent au vestiaire en ordre dispersé. Ils reviennent pour l’échauffement une heure plus tard, cette fois accompagnée des titulaires. Les trois derniers à rentrer sur le pré : Samir Nasri, Jérémy Ménez et le petit Marvin Martin, qui s’entraîneront - si l’on peut dire - ensemble. Ce que font les deux premiers ne ressemble à rien. Fous rires, pitreries… dont celle-là, que l’on doit au Parisien : il court vers le ballon en mouvement et essaie de se stabiliser à pieds joints sur la sphère tout en effectuant un salut militaire.

                                    Il réitérera cette figure, se tordant même légèrement la cheville une fois. On n’y comprend d’abord rien : une trentaine de caméras braquées, mille fois plus de smartphones susceptibles d’enregistrer la scène… On a pigé d’un coup, quand les deux gars toujours hilares se lancent dans une séance de frappes pleine puissance à 20*mètres de leurs coéquipiers autrement concentrés : pour avoir mal pris leur mise sur le banc, Nasri et Ménez s’offrent alors une petite provocation en mondovision.

                                    «Vaffanculo». Le staff technique ne leur en tiendra pas rigueur : les deux joueurs rentreront à la 64e*minute, au plus fort d’un combat alors légèrement dominé par des Bleus limités mais courageux, où Ribéry a une fois de plus tenté d’emmener tout le monde. Nasri patrouilla devant la défense tricolore, s’acquittant correctement de sa mission. Positionné sur l’aile droite, Ménez est en revanche passé à côté ; pas un dribble réussi, un agacement qui lui valut un carton jaune pour un «vaffanculo» lancé à l’arbitre italien et surtout ce geste invraisemblable envers son capitaine, Hugo Lloris, qui lui demandait de suivre son adversaire direct : paume vers le bas et le pouce qui se rabat sur les autres doigts joints, «ferme ta bouche» dans toutes les langues du monde.

                                    En souffrance sur le plan du jeu, les Bleus auront fait énormément d’efforts lors de cet Euro, sur et en dehors du terrain, pour éloigner tant que faire se peut l’ombre du bus de Knysna. Samedi, à Donetsk, Ménez et Nasri auront tout tenté pour les y replonger.

                                    Libération.
                                    J'ai envie de chialer.Qu'ils dégagent.

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par -Ib- Voir le message
                                      Nasri et Ménez : bazar, comme c’est bazar
                                      [...]
                                      Il réitérera cette figure, se tordant même légèrement la cheville une fois. On n’y comprend d’abord rien : une trentaine de caméras braquées, mille fois plus de smartphones susceptibles d’enregistrer la scène… On a pigé d’un coup, quand les deux gars toujours hilares se lancent dans une séance de frappes pleine puissance à 20*mètres de leurs coéquipiers autrement concentrés : pour avoir mal pris leur mise sur le banc, Nasri et Ménez s’offrent alors une petite provocation en mondovision.
                                      Goodbye!!! C'etait leur derniere pirouette.

                                      «Vaffanculo». Le staff technique ne leur en tiendra pas rigueur : les deux joueurs rentreront à la 64e*minute, au plus fort d’un combat alors légèrement dominé par des Bleus limités mais courageux, où Ribéry a une fois de plus tenté d’emmener tout le monde.
                                      [...]
                                      Libération.
                                      Alors, ca, par contre! :shock: Pourquoi les avoir fait rentrer? Pourquoi? Il y avait bien mieux a faire.

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par -Ib- Voir le message
                                        Nasri et Ménez : bazar, comme c’est bazar
                                        Le comportement désinvolte, voire grossier, du milieu de terrain et de l’attaquant tricolores avant et après la défaite face à l’Espagne, samedi, font resurgir les fantômes de Knysna.

                                        Samedi soir au cœur de la Donbass Arena de Donetsk, une petite heure après la qualification logique de la Roja espagnole pour les demi-finales de l’Euro au détriment des Bleus (2-0). Rentré en cours de jeu, Samir Nasri passe sans s’arrêter en zone mixte, l’espace dévolu aux échanges entre les joueurs et la presse. Juste avant de monter dans le car, il fait demi-tour, passe sous une barrière et retourne dans le vestiaire.

                                        Il y restera une dizaine de minutes. Pendant ce temps, Alou Diarra, Karim Benzema, Hugo Lloris ou Franck Ribéry investissent l’espace et font face dignement : «On est tombé devant ce qui se fait de mieux en Europe», «les Espagnols sont plus matures que nous dans le jeu, mais bon, il leur a fallu six ans», «on leur a laissé le ballon exprès». Nasri revient, avec l’intention manifeste de ne pas répondre à la moindre question. Un journaliste de l’AFP insiste. Nasri : «Vous cherchez toujours la merde. Vous cherchez des histoires.» Le type : «C’est ça, casse-toi.» Nasri : «Va te faire *******. Va niquer ta mère, sale fils de ****. Tu veux qu’on s’explique ? Allez, comme ça, vous pourrez continuer à dire que je suis malpoli…» Le type recule et se fond dans la masse.

                                        Nasri s’éloigne : dans le car des Bleus, il répétera à un membre du staff son intention de démolir le gars. L’histoire est terminée. Elle avait commencé bien plus tôt, deux heures avant le coup d’envoi, lors de la reconnaissance du terrain par les joueurs français. Seuls les remplaçants l’ont effectuée samedi. Une bonne moitié d’entre eux donnent alors l’impression de déambuler dans une kermesse battant son plein. Le milieu Blaise Matuidi fait des photos avec sa famille venue le rejoindre au bord de la rambarde, l’attaquant Jérémy Ménez déboule en claquettes et équipement MP3 avant d’aller se prélasser sur un banc de touche…

                                        Cirque. Quand il voit l’ailier Hatem Ben*Arfa entreprendre carrément une conversation - elle durera plus d’une demi-heure - avec son agent assis en bas de la tribune, le directeur administratif des Bleus, Marino Faccioli, devient livide. C’est le grand cirque. En rupture de ban avec une partie du groupe depuis mardi ( Libération de jeudi), Nasri a une discussion animée avec l’entraîneur adjoint, Alain Boghossian. On apprendra plus tard que le joueur demande alors des explications sur sa non-titularisation, la première dans cet Euro. Quelques minutes après, Boghossian dira à un proche : «C’est la merde.»

                                        Les remplaçants rentrent au vestiaire en ordre dispersé. Ils reviennent pour l’échauffement une heure plus tard, cette fois accompagnée des titulaires. Les trois derniers à rentrer sur le pré : Samir Nasri, Jérémy Ménez et le petit Marvin Martin, qui s’entraîneront - si l’on peut dire - ensemble. Ce que font les deux premiers ne ressemble à rien. Fous rires, pitreries… dont celle-là, que l’on doit au Parisien : il court vers le ballon en mouvement et essaie de se stabiliser à pieds joints sur la sphère tout en effectuant un salut militaire.

                                        Il réitérera cette figure, se tordant même légèrement la cheville une fois. On n’y comprend d’abord rien : une trentaine de caméras braquées, mille fois plus de smartphones susceptibles d’enregistrer la scène… On a pigé d’un coup, quand les deux gars toujours hilares se lancent dans une séance de frappes pleine puissance à 20*mètres de leurs coéquipiers autrement concentrés : pour avoir mal pris leur mise sur le banc, Nasri et Ménez s’offrent alors une petite provocation en mondovision.

                                        «Vaffanculo». Le staff technique ne leur en tiendra pas rigueur : les deux joueurs rentreront à la 64e*minute, au plus fort d’un combat alors légèrement dominé par des Bleus limités mais courageux, où Ribéry a une fois de plus tenté d’emmener tout le monde. Nasri patrouilla devant la défense tricolore, s’acquittant correctement de sa mission. Positionné sur l’aile droite, Ménez est en revanche passé à côté ; pas un dribble réussi, un agacement qui lui valut un carton jaune pour un «vaffanculo» lancé à l’arbitre italien et surtout ce geste invraisemblable envers son capitaine, Hugo Lloris, qui lui demandait de suivre son adversaire direct : paume vers le bas et le pouce qui se rabat sur les autres doigts joints, «ferme ta bouche» dans toutes les langues du monde.

                                        En souffrance sur le plan du jeu, les Bleus auront fait énormément d’efforts lors de cet Euro, sur et en dehors du terrain, pour éloigner tant que faire se peut l’ombre du bus de Knysna. Samedi, à Donetsk, Ménez et Nasri auront tout tenté pour les y replonger.

                                        Libération.

                                        Merci. J'ai pas vu le match. Enfin, juste la fin, je ne savais pas ce qui s'était passé d'extra sportif.


                                        On l'a dit avant l'Euro, on l'a dit pendant, on le dit après. Les Gogols non pas limités intellectuellement, mais dénués d'intellect tout court n'ont rien à faire sous ce maillot.
                                        sigpic

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par Magik_OL64 Voir le message
                                          Par leurs parents

                                          A 12 ans on est plus un bébé. J'en connais qui aimeraient bien se casser de chez eux à cet âge et même plus jeunes. Du moment que tu les retrouves le week-end ou pour les vacances, je ne vois pas le problème. Bien au contraire, ça les fait murir plus vite.
                                          N'importe quoi, desole de te le dire.

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par alain_suit_cris Voir le message
                                            N'importe quoi, desole de te le dire.
                                            Juste 22 ans et bien d'accord.
                                            sigpic

                                            Commentaire


                                            • Ils sont bien discret ceux qui appelaient de leur voeux cette génération 87...:proud:
                                              .

                                              Commentaire


                                              • Envoyé par -Ib- Voir le message
                                                Nasri et Ménez : bazar, comme c’est bazar
                                                Le comportement désinvolte, voire grossier, du milieu de terrain et de l’attaquant tricolores avant et après la défaite face à l’Espagne, samedi, font resurgir les fantômes de Knysna.

                                                l
                                                Terrible :non:
                                                Qu'ils degagent tous. Et qu'on mette un sélectionneur qui fasse le ménage. On a vu ce qu'il s'est passé en Afrique du Sud, et on refait les mêmes conneries, c'est encore pire.

                                                Commentaire


                                                • Antonetti sélectionneur, Antonetti, Antonetti !! :grn:

                                                  Commentaire


                                                  • Vahid Vahid!

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X