Annonce

Réduire
Aucune annonce.

De l’Ours Blanc au Nucléo… 50 ans de supporterisme à Lyon.

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • De l’Ours Blanc au Nucléo… 50 ans de supporterisme à Lyon.

    Communiqué : Le 21 juin 1964, les supporters de l’OL au vert.
    Les supporters de l’OL de l’Ours Blanc organisent, le 21 juin prochain, une sortie champêtre en Haute-Savoie, sortie à laquelle les cadets de l’OL sont invités.*

    *Progrès du 10 mai 1967
    ____________

    Ma volonté n’est pas de juger des faits, des évolutions ou des comportements. Je ne veux pas comparer les uns aux autres ou défendre une époque plutôt qu’une autre. Je me refuse aussi, à travers l’encre de ces lignes, de lancer l’huile sur le feu d’un sujet devenu sensible. Mais en préambule à toutes discussions sur le monde des tribunes, même lyonnaises, je serai clair : c’est avec la conviction du citoyen et avec le cœur d’un père, que je rejette toute idée de violence, de racisme et de ségrégation dans le football comme ailleurs. Mon opinion, vous la connaissez : Le foot nous rassemble plus qu’il nous divise. Pour illustrer mon propos, je vous ferai ce curieux aveu : Je ne serai certainement pas un supporter de l’OL si, à 60 km de Gerland, d’autres n’avaient pas une écharpe verte autour du coup !

    Plusieurs motivations ont guidé la rédaction de ce sommaire rappel. La première est de rendre hommage à l’élément essentiel de la vie de notre club : ces milliers de gones d’ici ou d’ailleurs, d’hier, d’aujourd’hui ou de demain qui s’abandonnent tous les samedis soirs dans le bras de l’ardente passion du supporter, cette folie douce quand l’OL marque, perd ou gagne, quand l’OL joue… La seconde ambition de mon propos se résume dans l’envie profonde de faire taire l’inculte qui sommeille dans la mauvaise fois de nos adversaires : A celui qui prétend que l’OL est un club jeune, sans histoire, sans passion, ces quelques lignes lui sont dédiées. Enfin j’aimerais, en arrière fond, défendre l’idée d’un football libre des pressions financières, médiatiques et politiques ; contribuer, modestement, à ce que l’OL n’oublie pas qu’il a été, et qu’il est encore un peu, un club populaire et familial.

    ~~~~~~


    1. Du « FC Gerland » des cités ouvrières au temps des brasseries… 1950-1975

    Aux origines de l’OL, la fusion de la section football du LOU, professionnelle et indépendante, et d’un quartier : Gerland. Le football survivait à Lyon depuis 50 ans, il est sorti de sa léthargie en 1950 quand l’Olympique Lyonnais s’est installé au Stade municipal de Lyon. Dans l’ombre du Rugby et du cyclisme, le foot des gones rencontre enfin son public : Le chaleureux vivier des cités ouvrières de l’agglomération. Les cols bleus et les scapulaires rouges sont désormais logés à la même enseigne : Tout le monde chez Tony Garnier. Le stade devient l’épicentre des dimanches après-midi du Sud la ville. Les faubourgs, les cités- jardins de Gerland, les Etats-Unis et les cités Berliet de Saint-Priest se retrouvent pour la messe dominicale des Ninel et autre Lerond. Déjà, le derby mobilise toutes attentions. En 1956 et 1957, l’OL, pour les troisième et quatrième saisons de son histoire en D1, dépasse à trois reprises la barre symbolique des 30000 personnes d’affluence. Notre club devra attendre 1972 pour atteindre de nouveau de tels niveaux. Le football séduit les lyonnais des années 50. La reconstruction, les années d’après-guerre, les tous débuts de la société de consommation expliquent en termes généraux cette étonnante passion pour le ballon rond, longtemps boudé par les gones… C’est dans cette décennie que se forge la première génération des supporters de l’OL. Quand on pense que le petit Di Nallo a fait ses premiers jongles à l’ombre du stade ‘antique’ !

    Au tournant des années 60, les supporters de l’OL ne se structurent pas encore mais se rencontrent et occupent les café-bars et les brasseries de la ville. Ils se retrouvent aux comptoirs place des Terreaux en 1963 et 1964, pour suivre, ensemble, à la radio, les épopées des Combin et Rambert en coupe de France et coupe des coupes. Les plus fervents d’entre eux, au retour des premiers déplacements, se rassemblent à l’Ours Blanc en sortant de la gare de Perrache. La brasserie du Cours Charlemagne devient alors l’emblème et le quartier général des précurseurs des groupes d’aujourd’hui. C’est ici que se décide la pluie de carottes de Geoffroy Guichard de 67 et que se fabrique cette première banderole, en forme d’étendard : « les supporters de l’Ours Blanc ». C’est aussi là qui s’organise le massif déplacement à Grenoble en 1964 pour assister au fameux match amical victorieux contre le Real Madrid de Di Stefano et Puskas (5-1…) et c’est encore l’Ours Blanc qui coordonne les fameuses sorties champêtres évoquées ci-dessus. Ces années ‘cafés’ se caractérisent par la relative bonhomie des supporters de l’OL. Lors des derbies des années 50 et 60, il n’était pas rare d’entendre s’élever de part et d’autre : « Lyonnais et stéphanois sont de bons amis… » !! Vous avez dit : « rivalité historique » ?

    2. De l’enfer de la D2 naît la passion des tribunes. 1975-2000

    L’ambiance de Gerland se durcit à la fin des années 70. Les matchs contre l’OM, Saint-Etienne et plus tard Grenoble sont notamment des rencontres très tendues. Cette tension atteindra son paroxysme en mai 1984 avec le décès d’un jeune supporter mortellement blessé par un jet de fumigène au terme de ce dramatique OL-OM… Le public lyonnais a changé. A partir des années 80, en plus d’un noyau de fidèles, il attire un grand nombre d’étudiants et les spectateurs, pour beaucoup, viennent des banlieues Sud et Est de la ville. A Gerland, la tribune Jean Bouin devient le cœur du stade. Festive, avec Papy la Sirène et bientôt furieuse et volcanique quand l’OL se retrouve dos au mur durant les années de D2, seuls avec nous-mêmes… C’est dans le contexte le plus difficile de l’histoire du club que se forme l’embryon de ce que deviendra l’un des plus anciens et plus connus groupes de supporters en France. C’est le temps des bancs en bois, pas de numérotation. 1985, 1986, doucement le Kop se forme au cœur de la tribune latérale, ce sera bientôt le Kop Jean Bouin après avoir été, de manière éphémère, les Boys of Jean Bouin. Gerland va connaître ses 10 plus belles années en terme d’ambiance. Avec comme points d’orgue un certain Lyon-Alès, le 22 avril 1989. Nous n’étions que 25000, mais nous avons produit le bruit d’une foule dix fois plus nombreuse. A chaque entrée dans le virage, je sens encore l’enceinte tremblante du boucan qui suivit le coup de sifflet final ? Ce soir-là, il nous envoyait en D1… Rappelez-vous : « L’OL on t’aime, l’OL on t’adore, monte en D1 en t’aimera plus fort », et les petits drapeaux rouges floqués « adieux D2 », et la ola, et la furia…

    Subissant la hausse du prix des places et la numérotation, le retour en D1 est marqué par la migration progressive de la tribune historique au virage Nord de ceux qu’on appelle enfin les « Bad gones »! Durant quelques matchs, au printemps 90, il y aura même la co-existence de deux Kops : L’un toujours à Jean Bouin et l’autre déjà installé dans le tiers central du Nord, juste sous l’horloge mythique. L’époque est à la confrontation : les charges des CRS sont fréquentes et le public exigeant de Gerland se rebellent contre la municipalité aux cris de « Michel Noir à l’Opéra ! Michel Noir à l’Opéra ». Est-ce l’âge d’or du supporterisme lyonnais ? A l’image de cette équipe de la remontée qui n’ a peur de rien, Gerland se veut fougueux. Comment oublier cet OL-Bordeaux qualificatif pour l'UEFA dans un stadio drapé de rouge et bleu. C’est aussi le temps des déplacements de 6000 voire 7000 gones à Geoffroy-Guichard. Les BG installés dans le virage Nord, un nouveau groupe va rallumer les braises ardentes de Jean Bouin. Dès 1993, les Lugdunum’s lions occupent la tribune latérale et ce jusqu’en 1996. Ils migreront, eux-aussi, vers les virages : D’abord en supérieur du Nord avant d'adopter définitivement le virage sud inférieur. Animés de l’esprit ultra, ils importent les artifices de cette culture au stade : Banderole et tifos tout en en se reportant sans cesse à l’histoire de la ville. Enfin, au tournant des années 2000, un troisième groupe de supporters voit le jour. Le Nucleo Ultra anime ainsi le virage Sud avec folklore et un sens singulier de la formule. On lui doit un certain nombre répliques célèbres dont ma préférée : « Milan AC – ASSE : Uniquement sur Play-Station. » Les rouges et bleus essayent tant bien que mal de faire revivre, à la manière de l’Ours Blanc, une Jean Bouin Vieillissante et embourgeoisée. Notons également la création au début des années 2000 des Héxagones, nés d’une nouvelle forme de supporterisme via internet et des O’elle mais comme elles refusent les hommes…. bah j’en parlerai pas ! na ! Enfin rendons hommage à quelques tentatives échouées sur le bord de l’histoire, je pense en particulier aux Gerland boys et aux Red Lions. Mais la vie des tribunes ne se limite pas aux groupes structurés, il y a aussi les initiatives personnelles comme celle de Tony la mascotte le bien nommé, longtemps témoin d’un football qui ne tolère plus aujourd’hui la moindre manifestation pittoresque. Triste ballon rond qui ne tourne plus vraiment…

    ~~~~~~


    J’ai longtemps imaginé que Gerland deviendrait encore plus bouillant quand l’OL aurait fini par remporter quelques titres. Mais ma désillusion est la hauteur du palmarès glané depuis 7 ans. Certes, notre stade est plein, au point qu’il deviendrait trop petit… Oui, les groupes font vivre ce cratère jamais éteint… Mais force est de constater que nous sommes devenus trop satisfaits. Que la facilité du résultat a engrangé l’aisance nécessaire, forcée et voulue des tribunes lyonnaises. L’explosion espérée un soir de mai 2002 est retombée comme un soufflet ! Jean Jaurès continue de secouer ses bijoux et de lire le Figaro magazine et jean Bouin ne fait que taper dans ses mains. Quand aux blocs extérieurs et supérieurs des virages, on en est encore à ce ridicule et risible dialogue : « debout ! » - « assis ! »… Les places trop chères, la multiplication des compétitions, les horaires Canal +, poussent doucement mais sûrement la lente évolution de notre stade vers le modèle anglais, avec ses tarifs et cette horrible obligation de s’asseoir.
    Ne nous trompons pas. Les supporterismes lyonnais sont à la veille de profonds changements dont on ne sait pas encore quelles directions ils prendront. Comment réagira ce nombreux public habitué aux succès et aux trophées quand l’OL trébuchera ? Quel sera l’impact du nouveau stade sur la passion des tribunes ? Quand je l’emmènerai dans quelques années à Gerland ou ailleurs, s’extasier sur les successeurs de Juninho et consort, mon fils entendra-t-il encore « Allez l’OL ! Allez L’OL ! Allez l’OL ! » ?
    Ainsi s’achève cette petite chronique. Je ne prétends pas à l’exhaustivité et à l’aboutissement. Elle n’est qu’une synthèse de mes lectures et mes connaissances ! N’hésitez pas à critiquer, à compléter ou à rectifier.

    Le tour a été fait : les fondateurs, l’histoire, les légendes, le derby, et les tribunes. Je vous abandonne aux joies du mercato et du football spectacle. Mais surtout n’oubliez pas : « Que vive le Foot libre !! »
    Dernière modification par Phanou Herko, 06/04/2007, 10h25.
    https://twitter.com/phanou_herko

  • #2
    C'était vraiment quelque chose ces départs de l'Ours blanc, non loin de la gare en plus, un véritbale lieu de raliement qui me manque grandement et qu'a disparu. :-(

    Merci Phanou pour ces merveilleux souvenirs.

    Commentaire


    • #3
      Concernant l'ambiance actuelle, selon moi le problème n'est pas que les tribunes latérales soient "embourgeoisées" et ne s'enflamment qu'avec le cours des événements, mais plutôt que le virage sud soit aussi nul, et même que le virage Nord ne soit pas encore meilleur.

      J'ai souvenir l'an pasé des grecs (je crois) dans leur petite partie de virage sud, il m'ont montré à quel point nos 2 virages pourraient mettre le feu avec des jeunes gones motivés (jamais vu autant de décibels, chacun d'entre eux devait se déchirer, dopés les gamins !!! :shock: )

      Je ne comprends pas les jeunes qui vont en Virage Sud, dans un kop et qui se comportent comme les "bourgeois" de tribune que je suis (et encore moi je me choppe trachéite sur tréachéite :( )
      Ne tirez pas sur le Pjanic !!

      Commentaire


      • #4
        merci pour cette analyse qui nous rappelle tant de souvenirs, juste une petite précision, « L’OL on t’aime, l’OL on t’adore, monte en D1 en t’aimera plus fort », il n'y avait pas "encore"...
        Et oui toute une époque mais je pense que tu te fais du soucis pour rien, les supporters futur de l'OL, c'est aujourd'hui et depuis 10 ans qu'ils se forment, qu'ils développent la passion avec des titres et du beau jeu alors que nous l'avons développé avec les craintes, les déceptions mais aussi les joies qui étaient toutes aussi fortes mais plus rares qu'aujourd'hui, on a fêté la remontée de la même façon que l'on a fêté les premiers titres de champion...
        Alors le jour ou les succès feront place aux défaites, et bien nous serons toujours lá, nous avec notre expérience des saisons difficiles et les néos supporters avec la ferveur permettant de retrouver un OL conquérant.

        Commentaire


        • #5
          Envoyé par wyke
          Alors le jour ou les succès feront place aux défaites, et bien nous serons toujours lá, nous avec notre expérience des saisons difficiles et les néos supporters avec la ferveur permettant de retrouver un OL conquérant.
          J'allais le dire !!!

          C'est sûr, ceux qui étaient là avant les années de gloire seront toujours présents et seront peut-être même encore plus motivés car ils savent que le supporter doit se révéler avant tout quand ça va moins bien... D'ailleurs, et même si c'était pas non plus la cata en cas de défaite, on peut noter qu'une des plus grosses ambiances de l'année à Gerland a été contre lorient quand on venait d'enchaîner les défaites et que les media s'acharnaient sur nous. Pour beaucoup, on s'est mis à attendre ce match avec plus d'impatience que d'habitude, conscients que notre Olympique allait avoir besoin de nous ! (cf. l'affiche "mobilisation générale" des kops et le post de Phanou dans la semaine précédente...).

          Et c'est vrai aussi que les jeunes qui découvrent le foot aujourd'hui avec l'OL en haut de l'affiche se mettent à aimer notre club et on peut espérer que ce sera pour la vie...
          "Plus nombreux sont nos ennemis, plus belle est la victoire"

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par wyke
            merci pour cette analyse qui nous rappelle tant de souvenirs, juste une petite précision, « L’OL on t’aime, l’OL on t’adore, monte en D1 en t’aimera plus fort », il n'y avait pas "encore"...
            Et oui toute une époque mais je pense que tu te fais du soucis pour rien, les supporters futur de l'OL, c'est aujourd'hui et depuis 10 ans qu'ils se forment, qu'ils développent la passion avec des titres et du beau jeu alors que nous l'avons développé avec les craintes, les déceptions mais aussi les joies qui étaient toutes aussi fortes mais plus rares qu'aujourd'hui, on a fêté la remontée de la même façon que l'on a fêté les premiers titres de champion...
            Alors le jour ou les succès feront place aux défaites, et bien nous serons toujours lá, nous avec notre expérience des saisons difficiles et les néos supporters avec la ferveur permettant de retrouver un OL conquérant.
            Beau panorama de Phanou c'est vrai. Peut être aurait on pu rajouter 2 phases :

            - celle pré coupe du monde 98 où les virages ont tour à tour été fermés (et notamment le dernier match au VN où on emportait tous un siège)...

            - celle où l'affluence de Gerland dans les années 90 (matchs à 10-12 000 personnes contre Lille, Toulon ou autres) était tellement faible que nous étions obligés de déménager du VN à Jean Bouin. Avec notamment le dernier match de Gilles Rousset et le célèbre "rousset on t'aime rousset on t'adore, si tu restes à l'OL on t'aimera plus fort".
            "Jérémie Janot en EDF ? Il est déjà en équipe nationale de la Loire. "

            Commentaire


            • #7
              superbe texte. Des fois, j'en vient a avoir envie de places a 35 frs, de supporters arrivant avec des drapeaux en chiffons... et d'enflammages pour les rares victoires de notre équipe!

              Allez L'ol.

              Ps: moi je retourne aux VS l'an prochain. Et j'espere que nous serons nombreux a se mouvoir pour faire plus vivre cette tribune...

              Commentaire


              • #8
                merci Phanou et quel beau resume de la situation passee et presente , quand au futur je pense que ca va bouger du cote Sud tres prochainement

                Commentaire


                • #9
                  Et ces differentes époques, je l'ai vécu aussi. Celà ne nous rajeunis pas. pfuuuu

                  Commentaire


                  • #10
                    J'ai pas connu, mais bravo au rédacteur.

                    Commentaire


                    • #11
                      Bravo, encore un très joli texte de notre mémoire du foot lyonnais

                      Commentaire


                      • #12
                        C'est un scandale, les magnifiques Gerland's boy et leurs 10 membres n'ont meme pas été mentionné :grn: .
                        Je sais meme pas ce qu'ils sont devenus ceux là.

                        Commentaire


                        • #13
                          Ayant connu l'installation en VN ca me fait quelque chose de te lire Phanou.

                          Y'a des matchs ou on été tellement peu nombreux que des que la pluie arrivait les portes de Jean Bouin s'ouvrait et le kop migrait laissant le VN tout vide ou quasiment.

                          Dans le style old school comment ne pas mentionner le match contre Bordeaux pour la qualif en uefa. Qui reste avec la montée en d1 et la victoire contre Lens pour le premier titre un des meilleurs souvenirs ce ces 20 dernières années.

                          Comment s'appelait le bar d'oullins ou les lugdus avaient leur fief j'avoue que cela m'echappe ?

                          Commentaire


                          • #14
                            Envoyé par Sonny75
                            Beau panorama de Phanou c'est vrai. Peut être aurait on pu rajouter 2 phases :

                            - celle pré coupe du monde 98 où les virages ont tour à tour été fermés (et notamment le dernier match au VN où on emportait tous un siège)...

                            - celle où l'affluence de Gerland dans les années 90 (matchs à 10-12 000 personnes contre Lille, Toulon ou autres) était tellement faible que nous étions obligés de déménager du VN à Jean Bouin. Avec notamment le dernier match de Gilles Rousset et le célèbre "rousset on t'aime rousset on t'adore, si tu restes à l'OL on t'aimera plus fort".
                            tout á fait même si cette époque avait déjá opéré un grand changement de mentalité dans le club, il n'était déjá plus question d'ouvrir les virages les soirs de pluie pour que rejoignent J.B. á la mi-temps les supporters mouillés, plus question de voir le président (Mighirian) venir payer un verre á la buvette aux supporters qui faisaient les déplacements, fini les longues discussions de fin de match avec les joueurs á la sortie de J.J. etc... mais bon tout cela a fait place aux résultats et l'on ne peut pas tout avoir...

                            Commentaire


                            • #15
                              Mes premiers souvenirs de fan de l' OL remontent en lisant ce post : tribune Jean Bouin, banc blanc, " L' OL on t' aime,l' OL on t' adore ..." et le stade qui retient son souffle quand Monsieur Kabongo controlait le ballon (avant de l' expédier dans la cage :-) ),ma premiere écharpe mi rouge- mi bleu avec un lion brodé sur les cotés et l' inscription au centre : " MON EQUIPE: LYON " .
                              Souvenirs , souvenirs ....
                              Mais quelque soit l' époque (passé ou à venir),je crois que chaque fan gardera en lui son premier match, sa premiere tribune, sa premiere écharpe,son premier chant ...
                              sigpic

                              Commentaire


                              • #16
                                Envoyé par JIM
                                Mes premiers souvenirs de fan de l' OL remontent en lisant ce post : tribune Jean Bouin, banc blanc, " L' OL on t' aime,l' OL on t' adore ..." et le stade qui retient son souffle quand Monsieur Kabongo controlait le ballon (avant de l' expédier dans la cage :-) ),ma premiere écharpe mi rouge- mi bleu avec un lion brodé sur les cotés et l' inscription au centre : " MON EQUIPE: LYON " .
                                Souvenirs , souvenirs ....
                                Mais quelque soit l' époque (passé ou à venir),je crois que chaque fan gardera en lui son premier match, sa premiere tribune, sa premiere écharpe,son premier chant ...

                                les toutes premières écharpes etaient bleu roi et rouge avec une petite tête de lion façon mascotte, les suivantes bleu foncé et rouge foncé avec le lion et un ballon façon logo...

                                Commentaire


                                • #17
                                  Franchement bravo pour ce texte vachement intéressant Phanou. Sinon je pense que le Virage Sud a un bel avenir devant lui.

                                  Commentaire


                                  • #18
                                    Envoyé par Gilles6975
                                    Ayant connu l'installation en VN ca me fait quelque chose de te lire Phanou.

                                    Y'a des matchs ou on été tellement peu nombreux que des que la pluie arrivait les portes de Jean Bouin s'ouvrait et le kop migrait laissant le VN tout vide ou quasiment.

                                    Dans le style old school comment ne pas mentionner le match contre Bordeaux pour la qualif en uefa. Qui reste avec la montée en d1 et la victoire contre Lens pour le premier titre un des meilleurs souvenirs ce ces 20 dernières années.

                                    Comment s'appelait le bar d'oullins ou les lugdus avaient leur fief j'avoue que cela m'echappe ?
                                    c'est pas le bar de la terrasse tout en haut d'oullins en face de midas ?

                                    sinon coté ambiance au stadio on est obligé de mentionné le match retour contre bologne !!

                                    Commentaire


                                    • #19
                                      Envoyé par . lyonnais
                                      C'était vraiment quelque chose ces départs de l'Ours blanc, non loin de la gare en plus, un véritbale lieu de raliement qui me manque grandement et qu'a disparu. :-(

                                      Merci Phanou pour ces merveilleux souvenirs.

                                      au même titre que l'ours blanc il y avait aussi le cambrinus...

                                      Commentaire


                                      • #20
                                        Félicitations pour ce superbe texte (à nouveau !). Très instructif pour ceux qui n'ont pas connu toutes les époques. Ca ferait du bien au plus grand nombre de lire tout ça, de comprendre que rien ne s'est fait par magie, en un jour, et qu'on vit une belle époque (l'apogée de l'OL ?).
                                        Bravo et merci.
                                        Envoyé par stadier
                                        - Upe : ça tiendrait qu'à moi tu serais responsable des Sports sur Canal ...

                                        Commentaire


                                        • #21
                                          Envoyé par wyke
                                          au même titre que l'ours blanc il y avait aussi le cambrinus...
                                          Ca, c'était cours Gambetta, juste vers la Fosse aux Ours (disparue elle aussi, :-( , faudra rebaptiser le coin).
                                          17/11/2007, avec l'Italie, protégeons les chats noirs. Adoptez un animal noir.

                                          Commentaire


                                          • #22
                                            encore un tres beau texte phanou. J'etais trop jeune (voir meme pas encore nee) lors de ses aventures "OLienne" mais sa fait partie de l'histoire du club

                                            Commentaire


                                            • #23
                                              Envoyé par Faf la raz
                                              c'est pas le bar de la terrasse tout en haut d'oullins en face de midas ?

                                              sinon coté ambiance au stadio on est obligé de mentionné le match retour contre bologne !!

                                              Yep exact La Terrasse merci.

                                              Commentaire


                                              • #24
                                                Envoyé par Blackcat
                                                Ca, c'était cours Gambetta, juste vers la Fosse aux Ours (disparue elle aussi, :-( , faudra rebaptiser le coin).

                                                t'es sur, il me semblait me rappeler que c'était sur l'avenue Berthelot mais ça fait un bail...:mdr:

                                                Commentaire


                                                • #25
                                                  Envoyé par Faf la raz
                                                  c'est pas le bar de la terrasse tout en haut d'oullins en face de midas ?

                                                  sinon coté ambiance au stadio on est obligé de mentionné le match retour contre bologne !!
                                                  LE match référence!! Et pourtant après s'être pris 3 pions à l'aller... les chances de se qualifier etaient proches du néant....

                                                  Mais ce soir la... Une sorte de folie s'est emparée de Gerland ... Folie que je n'ai jamais revue sur un match complet :non:

                                                  Commentaire

                                                  Chargement...
                                                  X