Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Juninho

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par jerome87 Voir le message

    Enfin je rajoute juste parce que j'en suis fier que je suis un des rares Lyonnais qui ait vu (au stade) le premier but de Juni en Ligue 1 sur la pelouse de Bastia :)
    On est 2 mon pote sur ce match de Bastia.... mais bon, j'en ai raté d'autres !!

    Commentaire


    • Commentaire


      • Envoyé par Gilles6975 Voir le message
        J'allais faire la même chose...
        Très belle une, je crois qu'elle est collector et que je vais acheter L'EQUIPE rien que pour ça...

        Commentaire


        • Moi je vais attendre de la lire avant de l'acheter .. j'ai peur que ce soit un numéro spécial pont de l'Ascension avec quedal a lire dedans si ce n'est un article sur Juni :dead:

          Commentaire


          • Envoyé par Gilles6975 Voir le message
            Moi je vais attendre de la lire avant de l'acheter .. j'ai peur que ce soit un numéro spécial pont de l'Ascension avec quedal a lire dedans si ce n'est un article sur Juni :dead:
            Il y a une page sur notre fabuleux numéro 8 :) avec un hommage des anciens joueurs de l'OL

            Commentaire


            • Vous le voulez l'article , le voila :



              Gerland va fêter son idole Après huit saisons et sept titres de champion, Juninho pourrait faire ses adieux à l’OL, samedi. L’ovation s’annonce immense.
              À trente-quatre ans,
              Juninho entoure l’heure
              de sa sortie d’un ultime
              mystère. Lyon-Caen,
              samedi, à Gerland,
              sera-t-il son dernier
              match sous le maillot
              de l’OL ? Suspendu
              à Toulouse lors de la
              dernière journée, il ne
              portera plus les couleurs
              lyonnaises cette saison.
              Et plus jamais, peut-être.
              À tout hasard, le public
              lyonnais lui rendra
              un énorme hommage.
              TOUSCEUXQUELEURSPASramènent
              régulièrement à Gerland sentent,
              depuis quelques semaines, que
              le moment approche. C’est une scène
              que les amoureux de l’OL se passent
              en boucle, sans savoir s’ils doivent
              l’attendre ou la craindre : au soir de
              son dernier match avec l’Olympique
              Lyonnais, lorsque Augusto Antonio
              Ribeiro Reis, dit Juninho, sera remplacé
              à quelques minutes de la fin, juste
              pour que le match s’arrête et que
              l’hommage commence, 40 000 personnes
              se lèveront, agitant des drapeaux
              qui seront des mouchoirs,
              vibrant d’une standing ovation qui
              fera vaciller, là-haut sur la colline, la
              flamme des cierges de la cathédrale
              de Fourvière. Ce moment-là est pour
              samedi, peut-être.
              Tout a une fin, mais les belles histoires,
              dans le football moderne, sont
              rarement aussi longues. Lorsque
              Juninho est arrivé à Lyon, en juillet
              2001, l’OL n’avait jamais été champion
              de France. Huit ans et sept titres
              plus tard, Lyon est devenu une puissance
              européenne et l’on parlera
              encore, dans vingt ans, dans trente
              ans, des années Juninho. Ilne sera pas
              qu’un symbole : il est, à ce jour, le
              meilleur joueur de l’histoire du club.
              Depuis deux ans, environ, sans que
              l’on puisse dater exactement cet élan
              nourri de l’admiration et de l’amour
              accumulés, chaque sortie en cours de
              jeu de Juninho, àGerland, suscite une
              ovation particulière qui est l’hommage
              d’une ville et traduit la
              conscience du temps qui passe. C’est
              un message avant qu’il ne soit trop
              tard, avant qu’il ne soit parti. Une
              répétition avant les véritables adieux,
              samedi soir ?
              Juninho a toujours
              eu envie qu’on l’aime
              un peu plus…
              Dire que personne ne sait si Lyon-
              Caen, samedi soir, Ligue des champions
              en jeu, sera ou non le dernier
              match lyonnais de la carrière de
              Juninho est avant tout une manière
              de rappeler que le Brésilien n’a pas
              fait publiquement connaître sa décision,
              à un an de la fin d’un contrat que
              son club le laisse libre d’honorer. Souvent
              pressé de questions sur le sujet, il
              ne s’est jamais trahi : en dix jours, à
              dix micros, il est capable de répéter
              exactement la même phrase, avec la
              mêmeintonation de sincérité,comme
              une pensée qui viendrait de surgir.
              S’est-il trahi en écopant d’un carton
              jaune à Marseille, après son 99e but,
              qui le prive du dernier match de la saison
              à Toulouse et ferait de Gerland sa
              dernière scène ? C’est une extrapolation
              que l’attitude passée de Juninho
              suscite. Il a si souvent mené le jeu
              qu’on ne l’imagine pas subir sa sortie.
              On le voit au Qatar la saison prochaine,
              peut-être à Vasco de Gama
              pour finir, ensuite, avant de renouer le
              lien avec l’Olympique Lyonnais, dans
              un autre rôle. À trente-quatre ans,
              Juninho a le droit d’avoir des envies
              d’ailleurs et de ne pas sentir suffisamment
              de signes d’amour de la part de
              son club et de son entraîneur. Et les
              critiques ne glissent pas sur lui
              comme l’eau sur les plumes d’un
              cygne. Elles l’imprègnent et ressortent
              plus tard, beaucoup plus tard :
              « Je suis moins décisif, mais j’ai fait
              une meilleure saison que l’an passé,
              lançait-il, il y a deux semaines. Les critiques
              sont exagérées.Ona beaucoup
              fait gagner l’équipe, mais les gens
              parlent de vieillissement et cela
              tombe sur Cris et moi. » Tout cela fait
              penser qu’il est plus près d’un dernier
              tour d’honneur que d’un autre tour de
              piste. Juninho a toujours eu envie
              qu’on l’aime un peu plus. Samedi soir,
              il ne devrait pas être déçu.
              VINCENT DULUC
              Juni is back

              Commentaire


              • La suite :


                Ils en parlent si bien…
                De Di Nallo à Houllier, en passant par Chiesa ou Lacombe,
                le capitaine de l’OL suscite les louanges.
                LYON –
                de notre envoyé spécial permanent
                ÀL’HEUREOÙLALIGUE 1sedemandesi Juninho sera
                encore lyonnais la saison prochaine, le capitaine de l’OL
                fait l’unanimité. Juninho est un drôle de joueur, qui n’a
                pas toujours su perdre, mais qui a si souvent gagné, dont
                Bernard Lacombe a dit un jour, une fois pour toutes :
                « Dans sa démarche, c’est le joueur le plus professionnel
                que j’ai vu depuis vingt ans et il restera le joueur qui a
                marqué l’histoire du club. En plus, c’est le meilleur rapport
                qualité-prix qu’on puisse trouver. En 2001, il faut se
                souvenir qu’il était libre ! Il y a eu un avant-Juninho. Il y
                aura un après-Juninho. »
                Parti au Real Madrid depuis trois ans, Mahamadou
                Diarra poursuit l’hommage : « C’est le joueur le plus
                important de Lyon », tranche le Malien, quandMarcelo,
                qui fut à l’origine de l’arrivée de son compatriote,
                en 2001, évoque l’homme autant que le joueur : « C’est
                un super joueur et un très bon caractère. On peut vraiment
                avoir confiance en lui. Et bien sûr, il y a ses coups
                francs. Je peux vous en parler : c’est comme cela qu’il
                nous avait éliminés en demi-finales du Championnat
                brésilien quand je jouais aux Corinthians ! »
                Les coups francs, encore, toujours. Gérard Houllier, qui a
                entraîné « Juni » durant deux saisons (2005-2007) :
                « C’est un grand compétiteur et le meilleur tireur de
                coups francs que j’aie jamais vu, car il est capable de
                varier ses frappes sans perdre de son efficacité. Mais
                “Juni”, c’est aussi la classe, sur le terrain et en dehors,
                un garçon respectueux, agréable à vivre. Unemine d’or.
                C’est une star, une vraie star, capable de vous faire
                gagner un match. Il faut se rendre compte : depuis son
                arrivée, il a été directement impliqué dans 40 % des
                buts de Lyon ! Sur la durée, c’est impressionnant. Mais
                une star, ça peut être fragile et c’est pour cela qu’il faut
                la protéger. C’est d’autant plus vrai avec lui : j’avais vite
                été frappé par ce sentiment qui anime toutes les vraies
                stars, dans le sport et ailleurs, leur faisant toujours
                craindre de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur.
                Du moins jusqu’à l’entrée en scène. Juni, c’est le
                contraire de l’arrogance et de la suffisance. Il marche
                beaucoup à l’affectif. Il faut savoir le prendre, car il a
                besoin de sentir qu’on lui fait confiance. Si c’est le cas, il
                vous le rend au centuple. »
                De plus loin, Guy Roux parle d’« un vrai phénomène,
                capable de marquer à tout moment grâce à une magnifique
                frappe de balle », Daniel Moreira, le Grenoblois,
                évoque « un magicien » qui fait croire que « les coups
                francs sont des penalties ». Serge Chiesa, une autre
                grande figure de l’OL, est, comme les autres, admiratif
                du joueur : « Il joue milieu de terrain et réussit à faire la
                décision par ses coups francs et ses frappes. Du coup, il
                ose des trucs impensables, comme ce coup franc qu’il a
                mis à Gerland face au Barça (1-1, le 24 février, en huitièmes
                de finale aller de la C 1), dans un angle impossible.
                Ce gars-là, il est au bout du monde et il frappe
                quand même ! J’aurais vraiment aimé jouer avec lui. Je
                ne vois pas comment on peut ne pas s’entendre sur le
                terrain avec un gars comme lui ! »
                Alain Caveglia, ancien capitaine de l’OL, ancien brillant
                frappeur de coups de pied arrêtés, n’aurait pas osé lui
                contester sa supériorité dans sa spécialité : « Moi aussi,
                je me serais bien vu évoluer à ses côtés. Mais je vous
                rassure : je lui aurais laissé tirer les coups francs ! »
                Fleury Di Nallo, autre légende lyonnaise, ne s’arrête
                toutefois pas à cela : « Il a un style de jeu particulier.
                Disons que c’est un 8 à l’ancienne, avec lequel j’aurais
                bien aimé jouer, moi aussi, car il sait aussi mettre le pied
                quand il faut, tout en étant capable de débrider
                n’importe quel match quand ça pinaille ! Mais je
                constate surtout qu’il a non seulement de l’influence sur
                le terrain, mais aussi dans le vestiaire. Ça ajoute encore
                à son aura. »
                CLAUDE CHEVALLY
                Juni is back

                Commentaire


                • Envoyé par Gilles6975 Voir le message
                  Cette image va rentrer dans notre légende. Absolument magnifique.
                  Première à Gerland. :proud:

                  Commentaire


                  • La photo est dispo sur olweb
                    C 'est mon fond d'écran depuis le début de la semaine et pour un bon moment

                    Commentaire


                    • Juninho , c'est le Roy.
                      Comme l'a écrit Duluc , j'espère que les flammes de Fourvière danseront sur son ovation. :-)
                      sigpic

                      Commentaire


                      • Je sais pas pourquoi mais je pense qu'un duo Juninho-Govou à la tête de l'OL ça irait bien. Bien sur ce serait pas avant 10 ans !

                        Commentaire


                        • Hélas, je ne pourrai être à Gerland pour le dernier match.
                          Moi qui ai vu ses premiers pas à Gerland, je ne serai là pour voir le stade trembler lorsque le speaker annoncera son changement à la 89 ème minute après avoir marqué son 100ème but sous le blason des Canuts.

                          Donnez une ovation à la hauteur du meilleur joueur que l'OL n'ai jamais connu!
                          Le Lion rugira...

                          Commentaire


                          • ca commence a sentir la fin pour juni oh la la jcrois qu'on va en avoir gros sur le coeur samedi si il part vraiment mais bon si il devait rester il l'aurait dit depuis longtemps ( gerets , leguen a lyon ) bon sang juni jarrive pas a croire que tu partes , enfin bon c'est pas plus mal jen pouvais plus de me retenir de respirer le temps que tu frappes les coup francs mdr !!!!!

                            Commentaire


                            • Juni pour tout ce que tu es et que ce que tu nous as apporte, merci ♥

                              Commentaire


                              • juni je t'aime ,juni je t'adore a tout jamais tu resteras dans mon coeur

                                Commentaire


                                • Envoyé par guignol Voir le message
                                  juni je t'aime ,juni je t'adore a tout jamais tu resteras dans mon coeur
                                  Dans celui de tous les Lyonnais, je pense...

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par akwababak Voir le message
                                    Dans celui de tous les Lyonnais, je pense...
                                    C'est une chanson. "Mustafa" des allumettes. :grn:

                                    Commentaire


                                    • juni chapeau bas



                                      :merci::merci::merci::merci::merci::merci::merci:: merci::merci::merci::merci::merci::merci::merci::m erci::merci:

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par HDD Voir le message
                                        C'est une chanson. "Mustafa" des allumettes. :grn:
                                        Pardonnez mon inculture musicale :mdr:

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par Gilles6975 Voir le message
                                          Mon dieu, que tu vas nous manquer.:-(:-(:-(:-(:-(

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par poq Voir le message
                                            Mon dieu, que tu vas nous manquer.:-(:-(:-(:-(:-(
                                            Il reviendra! :oui:

                                            poq, ca me fait toujours penser a une formule mathematique...

                                            Commentaire


                                            • C'est déjà demain...

                                              Et il reste de la place partout (sauf en v. inf).

                                              Bougez vous!

                                              Commentaire


                                              • Une standing ovation demain à Gerland pour lui demander de rester un an de plus à la maison. J'ai du mal à nous imaginer sans lui la saison prochaine. Faites vibrer tout Lyon pour les gones qui sont trop loin de Gerland !

                                                Merci au forumeur pour l'avatar, trouvé sur google images. ;)
                                                Dernière modification par Roger Hanin, 22/05/2009, 02h59.
                                                In Juninho we trust

                                                Commentaire


                                                • Envoyé par Roger Hanin Voir le message
                                                  Une standing ovation demain à Gerland pour lui demander de rester un an de plus à la maison. J'ai du mal à nous imaginer sans lui la saison prochaine. Faites vibrer tout Lyon pour les gones qui sont trop loin de Gerland !

                                                  Merci au forumeur pour l'avatar, trouvé sur google images. ;)
                                                  A mon avis, Juni va nous faire une Sonny.
                                                  Il va partir aux Emirats pour toucher de gros sous en ne se fatiguant pas trop et puis il reviendra au club pour occuper un poste dans l'équipe dirigeante.

                                                  Commentaire


                                                  • Autant j'ai toujours hâte d'être au stade là j'avoue que c'est un mélange de tout...Autant je suis pressé de me retrouver à Gerland autant je ne le suis pas de voir ce qui devrait etre la dernière sortie du maestro !!

                                                    JUNI C'EST L'OL !!!

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X