Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Juninho

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par bananas92 Voir le message
    Comment tu sais ça ?
    Même question!

    Sinan,Juni,je t'aime,merci pour tout,je l'ai déjà dit mais bon,c'est plus qu'un joueur,j'ai jamais été si triste pour un départ!
    sigpic

    Commentaire


    • MAXIMOM pou gagne Lé MACH
      sigpic

      Commentaire


      • Envoyé par Diagoliv Voir le message
        Même question!

        Sinan,Juni,je t'aime,merci pour tout,je l'ai déjà dit mais bon,c'est plus qu'un joueur,j'ai jamais été si triste pour un départ!
        C'est clair, surtout quand on sait que les joueurs de nos jours si ils font 2 saisons de suite sous le même maillot c'est déjà un exploit.
        Juni c'est le joueur par excellence.. ****** qu'il va nous manquer :-(
        J'aurais vu évoluer le plus grand joueur de l'OL : Juni, lyonnais à jamais

        Commentaire


        • Toulalan : «Merci, Juni»

          Toulalan est fier d'avoir joué avec Juninho, qui partira de l'OL cet été.(L'Equipe)C'est désormais officiel : Juninho vit ses dernières heures de joueur de l'Olympique lyonnais. Pour l'avant-dernière séance de la saison, ce jeudi, le Brésilien n'est pas sorti s'entraîner. Il a juste fait une petite apparition sur le pas de porte des vestiaires, le maillot de Jérémy Toulalan sur le dos. «Je le lui ai donné samedi à la fin du match contre Caen, raconte l'international français. C'est quelqu'un que j'apprécie, j'ai aimé jouer à ses côtés. C'était pour le remercier.» Toulalan ne tarit pas d'éloges sur Juninho : «C'est LE meilleur joueur avec qui j'ai joué, peut-être avec Franck Ribéry. A tout moment, il pouvait débloquer des situations et humainement, c'est quelqu'un de très bien aussi. Ça va être très dur de le remplacer.»

          Même dans son ultime sortie - le secret entourant son départ, son émotion mardi au moment de l'annoncer officiellement, sa manière depuis de se mettre en retrait - Toulalan comprend Juninho et lui rend hommage. «Il ne nous a jamais rien dit. Même lors du dernier match, on ne savait pas que cela correspondait à ses adieux. C'est quelqu'un qui joue pas mal avec les sentiments, qui est attaché au club. Il veut rester digne. Ça, ça se comprend. Maintenant, il faut lui dire un grand bravo et un grand merci.»

          En échange de son maillot, Juninho n'a pas donné à son futur ex-coéquipier son pied droit pour lui permettre enfin de marquer avec l'OL. «Je lui ai pourtant demandé plusieurs fois, en sourit Toulalan. J'essaierai de frapper plus l'année prochaine. Cela aurait été bien qu'il me le donne avant de partir.» Toulalan parle de l'année prochaine car il estime qu'il sera encore lyonnais. «Si le club a envie que je reste, il n'y a pas de souci. J'ai un contrat jusqu'en 2012. Avec les dirigeants, on s'est dit qu'on ferait un point après la Coupe du monde 2010, pas avant.» - S.L., à Lyon
          On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

          Commentaire


          • Envoyé par Earls court Voir le message
            Toulalan : «Merci, Juni»

            Toulalan est fier d'avoir joué avec Juninho, qui partira de l'OL cet été.(L'Equipe)C'est désormais officiel : Juninho vit ses dernières heures de joueur de l'Olympique lyonnais. Pour l'avant-dernière séance de la saison, ce jeudi, le Brésilien n'est pas sorti s'entraîner. Il a juste fait une petite apparition sur le pas de porte des vestiaires, le maillot de Jérémy Toulalan sur le dos. «Je le lui ai donné samedi à la fin du match contre Caen, raconte l'international français. C'est quelqu'un que j'apprécie, j'ai aimé jouer à ses côtés. C'était pour le remercier.» Toulalan ne tarit pas d'éloges sur Juninho : «C'est LE meilleur joueur avec qui j'ai joué, peut-être avec Franck Ribéry. A tout moment, il pouvait débloquer des situations et humainement, c'est quelqu'un de très bien aussi. Ça va être très dur de le remplacer.»

            Même dans son ultime sortie - le secret entourant son départ, son émotion mardi au moment de l'annoncer officiellement, sa manière depuis de se mettre en retrait - Toulalan comprend Juninho et lui rend hommage. «Il ne nous a jamais rien dit. Même lors du dernier match, on ne savait pas que cela correspondait à ses adieux. C'est quelqu'un qui joue pas mal avec les sentiments, qui est attaché au club. Il veut rester digne. Ça, ça se comprend. Maintenant, il faut lui dire un grand bravo et un grand merci.»

            En échange de son maillot, Juninho n'a pas donné à son futur ex-coéquipier son pied droit pour lui permettre enfin de marquer avec l'OL. «Je lui ai pourtant demandé plusieurs fois, en sourit Toulalan. J'essaierai de frapper plus l'année prochaine. Cela aurait été bien qu'il me le donne avant de partir.» Toulalan parle de l'année prochaine car il estime qu'il sera encore lyonnais. «Si le club a envie que je reste, il n'y a pas de souci. J'ai un contrat jusqu'en 2012. Avec les dirigeants, on s'est dit qu'on ferait un point après la Coupe du monde 2010, pas avant.» - S.L., à Lyon
            Je viens de lire ça et ça fait plaisir des hommages comme ça!

            Commentaire


            • Bravo Toul' , ca fait plaisir. Surtout venant de lui.

              Qu'on se sent fort quand on a écrit Juninho et 8 sur le dos et qu'on a le blason frappé du lui sur le coeur.
              sigpic

              Commentaire


              • Du 18 au 29 mai, Eurosport.fr va désigner les trois plus grands joueurs de chaque club évoluant cette saison en Ligue 1. Il s'agit selon nous des trois joueurs ayant laissé l'empreinte la plus forte au cours de leur passage au club. Chaque membre de la rédaction a désigné cinq joueurs. Chaque jour, vous pourrez également découvrir le vote des internautes, et le comparer à celui de la rédaction.

                Lyon. Marseille. Bordeaux. Il nous reste trois clubs et neuf joueurs de légende à découvrir. Gros plan ce jeudi soir sur l'OL. Sa carrière lyonnaise s'achève à peine que Juninho appartient déjà à l'histoire. Il y tient une place de choix. La 1re. Sonny Anderson et Fleury Di Nallo l'accompagnent.

                . 1. JUNINHO PERNAMBUCANO


                Pays: Brésil


                Date de naissance : 30/01/1975


                Saisons à Lyon (L1) : 8


                Matches à Lyon (L1) : 248


                Buts à Lyon (L1) : 75

                Que dire sur Juninho qui n'ait été dit ces derniers jours, suite à l'annonce du départ du Brésilien de l'Olympique Lyonnais? Alors que sa carrière rhodanienne s'achève, l'empreinte qu'il laissera du côté de Gerland est inégalable. Juninho, c'est d'abord un palmarès. Avec Sidney Govou et Grégory Coupet, il est le seul à avoir obtenu les sept titres de champions de France consécutifs de l'OL entre 2002 et 2008. Il est non seulement le plus grand joueur de l'histoire de Lyon, mais aussi le joueur de la décennie en Ligue 1. Les années 2000 sont les années Juninho. Quand il arrive en France à l'été 2001, il n'est pourtant pas considéré comme une grande star du football brésilien. A l'époque, quand on pense Juninho, on pense plutôt à Juninho Paulista, plus en vue que son homonyme. Pernambucano n'est pas encore LE Juninho. Rapidement, le néo-Lyonnais va pourtant se faire un nom, un prénom et une réputation. Très vite, il s'impose comme un titulaire indiscutable au milieu de terrain. La qualité de sa passe et son sens du jeu séduisent.

                Puis il y a cette incroyable patte sur les coups de pieds arrêtés, qui fera sa légende et la fortune de l'OL. En huit saisons à Lyon, l'ancien meneur de Vasco de Gama a marqué 44 de ses 100 buts sur coup-franc. Concéder un coup-franc dans les 30 derniers mètres face à l'OL, c'était presque concéder un penalty. Une arme fatale, qui a fait trembler les gardiens de France et d'Europe. Mais l'influence de "Juni" sur le jeu lyonnais a largement dépassé ce simple cadre. Il était devenu le baromètre de l'équipe. Quand le maître prenait froid, c'est tout l'OL qui s'enrhumait. Au fil du temps, Lyon n'a pas seulement découvert un joueur hors pair, mais un compétiteur né. Juninho, c'était la tête et les jambes. "C'est quelqu'un de fier, dit de lui son ancien entraîneur, Gérard Houllier. La fierté, l'ambition vont avec les super champions qui, même lorsqu'ils gagnent, ont envie de gagner plus". Quatrième buteur de l'histoire du club, derrière les attaquants Di Nallo, Chiesa et Lacombe, meilleur buteur de l'histoire du club en Coupe d'Europe (18 en 65 matches), Juninho a marqué son époque. Il ne nourrit finalement qu'un seul regret: en dépit d'une quarantaine de sélections, il n'a jamais réussi à s'imposer durablement en équipe du Brésil. Le fait d'avoir manqué la Coupe du monde 2002 demeure une blessure. "Je pense avoir eu en club la réussite que je n'ai pas eue en équipe nationale", se console-t-il. Ce n'est pas Lyon qui pourra s'en plaindre...

                http://www.eurosport.fr/football/lig...72/story.shtml
                On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                Commentaire


                • 18 buts en 65 matchs de CL c'est quand même énorme , ça le place dans des temps de passage de joueur comme Lampard ou Ballack. Et là pour le coup c'est une vraie référence européenne.

                  Commentaire


                  • Envoyé par Earls court Voir le message
                    Du 18 au 29 mai, Eurosport.fr va désigner les trois plus grands joueurs de chaque club évoluant cette saison en Ligue 1. Il s'agit selon nous des trois joueurs ayant laissé l'empreinte la plus forte au cours de leur passage au club. Chaque membre de la rédaction a désigné cinq joueurs. Chaque jour, vous pourrez également découvrir le vote des internautes, et le comparer à celui de la rédaction.

                    Lyon. Marseille. Bordeaux. Il nous reste trois clubs et neuf joueurs de légende à découvrir. Gros plan ce jeudi soir sur l'OL. Sa carrière lyonnaise s'achève à peine que Juninho appartient déjà à l'histoire. Il y tient une place de choix. La 1re. Sonny Anderson et Fleury Di Nallo l'accompagnent.

                    . 1. JUNINHO PERNAMBUCANO


                    Pays: Brésil


                    Date de naissance : 30/01/1975


                    Saisons à Lyon (L1) : 8


                    Matches à Lyon (L1) : 248


                    Buts à Lyon (L1) : 75

                    Que dire sur Juninho qui n'ait été dit ces derniers jours, suite à l'annonce du départ du Brésilien de l'Olympique Lyonnais? Alors que sa carrière rhodanienne s'achève, l'empreinte qu'il laissera du côté de Gerland est inégalable. Juninho, c'est d'abord un palmarès. Avec Sidney Govou et Grégory Coupet, il est le seul à avoir obtenu les sept titres de champions de France consécutifs de l'OL entre 2002 et 2008. Il est non seulement le plus grand joueur de l'histoire de Lyon, mais aussi le joueur de la décennie en Ligue 1. Les années 2000 sont les années Juninho. Quand il arrive en France à l'été 2001, il n'est pourtant pas considéré comme une grande star du football brésilien. A l'époque, quand on pense Juninho, on pense plutôt à Juninho Paulista, plus en vue que son homonyme. Pernambucano n'est pas encore LE Juninho. Rapidement, le néo-Lyonnais va pourtant se faire un nom, un prénom et une réputation. Très vite, il s'impose comme un titulaire indiscutable au milieu de terrain. La qualité de sa passe et son sens du jeu séduisent.

                    Puis il y a cette incroyable patte sur les coups de pieds arrêtés, qui fera sa légende et la fortune de l'OL. En huit saisons à Lyon, l'ancien meneur de Vasco de Gama a marqué 44 de ses 100 buts sur coup-franc. Concéder un coup-franc dans les 30 derniers mètres face à l'OL, c'était presque concéder un penalty. Une arme fatale, qui a fait trembler les gardiens de France et d'Europe. Mais l'influence de "Juni" sur le jeu lyonnais a largement dépassé ce simple cadre. Il était devenu le baromètre de l'équipe. Quand le maître prenait froid, c'est tout l'OL qui s'enrhumait. Au fil du temps, Lyon n'a pas seulement découvert un joueur hors pair, mais un compétiteur né. Juninho, c'était la tête et les jambes. "C'est quelqu'un de fier, dit de lui son ancien entraîneur, Gérard Houllier. La fierté, l'ambition vont avec les super champions qui, même lorsqu'ils gagnent, ont envie de gagner plus". Quatrième buteur de l'histoire du club, derrière les attaquants Di Nallo, Chiesa et Lacombe, meilleur buteur de l'histoire du club en Coupe d'Europe (18 en 65 matches), Juninho a marqué son époque. Il ne nourrit finalement qu'un seul regret: en dépit d'une quarantaine de sélections, il n'a jamais réussi à s'imposer durablement en équipe du Brésil. Le fait d'avoir manqué la Coupe du monde 2002 demeure une blessure. "Je pense avoir eu en club la réussite que je n'ai pas eue en équipe nationale", se console-t-il. Ce n'est pas Lyon qui pourra s'en plaindre...

                    http://www.eurosport.fr/football/lig...72/story.shtml
                    Je mets le résultat :
                    LE VOTE DES INTERNAUTES

                    1. Sonny Anderson
                    2. Juninho
                    3. Bernard Lacombe

                    Vous avez eu du mal à départager les deux Brésiliens, qui trustent à eux deux 90% des suffrages. Ils ne sont séparés au final que de quelques voix et malgré l'émotion suscitée ces temps-ci par le départ de Juninho, vous avez opté pour Sonny Anderson. Pour compléter votre podium, Bernard Lacombe, très loin derrière les deux Cariocas, a résisté à Karim Benzema. Lacombe a passé 10 ans à l'OL, inscrivant 123 buts en 222 matches de championnat. Viennent ensuite, dans votre classement: Benzema, Coupet, Govou, Chiesa, Cris et Di Nallo.
                    sigpic

                    Commentaire


                    • Entre la remise du plateau de cuisine (:grn:) (alors qu'officiellement la décision n'était pas prise) et l'absence de Juni durant toute cette semaine ainsi que très probablement lors du dernier match à Toulouse, ce départ, malgré les festivités des virages, laisse un drôle de goût dans la bouche.
                      "Jérémie Janot en EDF ? Il est déjà en équipe nationale de la Loire. "

                      Commentaire


                      • Envoyé par Sonny75 Voir le message
                        Entre la remise du plateau de cuisine (:grn:) (alors qu'officiellement la décision n'était pas prise) et l'absence de Juni durant toute cette semaine ainsi que très probablement lors du dernier match à Toulouse, ce départ, malgré les festivités des virages, laisse un drôle de goût dans la bouche.
                        Poussé à la sortie,tu veux dire? :confus:
                        sigpic

                        Commentaire


                        • Envoyé par Diagoliv Voir le message
                          Poussé à la sortie,tu veux dire? :confus:
                          Je ne veux rien dire car je n'en sais rien.
                          Mais, en dehors du très fort contexte émotionnel, c'est quand même surprenant de voir que l'ami Juni disait vouloir profiter de sa dernière semaine à l'OL pour plaisirche et fetche avec les collègues samedi dernier et qu'en réalité il a vidé son casier jeudi matin et qu'il n'a pas participé aux derniers entrainements de la semaine.

                          Mais c'est surtout le plateau qui m'a fait penser hyper fort aux fleurs données au SDF à Lama en même temps que Deschamps et Blanc (?).
                          C'était un drole de moment à vivre à l'époque à St Denis.

                          Samedi c'était géant, magnifique. Depuis, c'est retour aux affaires courantes et ciao le garçon. Alors que la place de l'OL est déjà fixée et qu'il n'y a plus rien à jouer ni à travailler. sur le terrain.
                          "Jérémie Janot en EDF ? Il est déjà en équipe nationale de la Loire. "

                          Commentaire


                          • Juni a communiqué par le biais des médias brésiliens. Notamment concernant son manque de motivation à rempiler pour une année supplémentaire dans le championnat de France.
                            Du Qatar il dit vouloir faire une dernière pige à Vasco avant de raccrocher les crampons sans pour autant se résoudre à "déjà" mettre fin à sa carrière.

                            http://oglobo.globo.com/esportes/bra...-756068115.asp

                            Commentaire


                            • Envoyé par Sonny75 Voir le message
                              Je ne veux rien dire car je n'en sais rien.
                              Mais, en dehors du très fort contexte émotionnel, c'est quand même surprenant de voir que l'ami Juni disait vouloir profiter de sa dernière semaine à l'OL pour plaisirche et fetche avec les collègues samedi dernier et qu'en réalité il a vidé son casier jeudi matin et qu'il n'a pas participé aux derniers entrainements de la semaine.

                              Mais c'est surtout le plateau qui m'a fait penser hyper fort aux fleurs données au SDF à Lama en même temps que Deschamps et Blanc (?).
                              C'était un drole de moment à vivre à l'époque à St Denis.

                              Samedi c'était géant, magnifique. Depuis, c'est retour aux affaires courantes et ciao le garçon. Alors que la place de l'OL est déjà fixée et qu'il n'y a plus rien à jouer ni à travailler. sur le terrain.
                              une petite difference mais non des moindres, le plateau ce n'est pas un truc genre "merci et bonne chance", mais un plateau qui symbolise les 100 buts. Je veux pas dire de conenries mais il me semble que gerard en a eu 1 aussi recemment.
                              Ishkar:"Tu as tout à fait raison, comme Blond auparavant d'ailleurs."

                              Commentaire


                              • Voila, la saison est finie. Plus de Juni sur le terrain. Un grand vide pour la saison prochaine, que ce soit dans les vestiaires mais aussi dans la compo...
                                On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                                Commentaire


                                • Envoyé par Earls court Voir le message
                                  Voila, la saison est finie. Plus de Juni sur le terrain. Un grand vide pour la saison prochaine, que ce soit dans les vestiaires mais aussi dans la compo...
                                  Oui, c'est termine les arguments du genre: "Pff, de toutes facons, c'est a cause de Juni qu'on joue en 4-3-3, il ne peut pas jouer dans un autre systeme et, avec son melon, il exige de jouer en 4-3-3. Marre des bresiliens".

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par alain_suit_cris Voir le message
                                    Oui, c'est termine les arguments du genre: "Pff, de toutes facons, c'est a cause de Juni qu'on joue en 4-3-3, il ne peut pas jouer dans un autre systeme et, avec son melon, il exige de jouer en 4-3-3. Marre des bresiliens".
                                    pour ça il va falloir attendre le début de saison prochaine..
                                    sigpic

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par galie Voir le message
                                      pour ça il va falloir attendre le début de saison prochaine..
                                      Comment ca? Son depart est enterine, hein? Cet argument ne tiendra plus, quoi qu'il arrive.

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par alain_suit_cris Voir le message
                                        Oui, c'est termine les arguments du genre: "Pff, de toutes facons, c'est a cause de Juni qu'on joue en 4-3-3, il ne peut pas jouer dans un autre systeme et, avec son melon, il exige de jouer en 4-3-3. Marre des bresiliens".
                                        "Il est trop vieux, il sert à rien"...

                                        perso j'arrive toujours pas à me dire que c'est fini...:-(
                                        On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                                        Commentaire


                                        • pourquoi en France on ne fait pas confiance à un joueur qui dépasse la trentaine?
                                          en plus Juni a un style de jeu qui lui permet de s'économiser et a une hygiène de vie impeccable

                                          Figo il joue à l'Inter et a presque 36-37 ans

                                          Juni 34 ans c'est trop tôt mais en France on adule les joueurs de 22 ans après 28 ans ils sont cramés :rolleye:

                                          le talent n'a pas d'âge
                                          "Milan est un plus grand club que le Barca"

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par Earls court Voir le message
                                            "Il est trop vieux, il sert à rien"...

                                            perso j'arrive toujours pas à me dire que c'est fini...:-(
                                            Bizarre hein? Ca va faire un sacre vide au milieu contre les grosses equipes.

                                            Commentaire


                                            • Envoyé par kaka717 Voir le message
                                              pourquoi en France on ne fait pas confiance à un joueur qui dépasse la trentaine?
                                              en plus Juni a un style de jeu qui lui permet de s'économiser et a une hygiène de vie impeccable

                                              Figo il joue à l'Inter et a presque 36-37 ans

                                              Juni 34 ans c'est trop tôt mais en France on adule les joueurs de 22 ans après 28 ans ils sont cramés :rolleye:

                                              le talent n'a pas d'âge
                                              Juni c'est pas un problème d'âge mais d'argent, si l'OL était un club hyper riche on l'aurait certainement garder.
                                              sigpic

                                              Commentaire


                                              • Envoyé par fvl Voir le message
                                                Juni c'est pas un problème d'âge mais d'argent, si l'OL était un club hyper riche on l'aurait certainement garder.
                                                garder un an l'emblématique joueur de ton club c'est trop?
                                                j'ai envie de meurtres quand j'entends que c'est une histoire de sous
                                                Juni aurait mérité un contrat à vie
                                                "Milan est un plus grand club que le Barca"

                                                Commentaire


                                                • Envoyé par alain_suit_cris Voir le message
                                                  Comment ca? Son depart est enterine, hein? Cet argument ne tiendra plus, quoi qu'il arrive.
                                                  Si on change de systéme aprés son départ, au contraire ces arguments auront été juste. C'est pour cela que je dis qu'il faut attendre de voir les premiers matchs pour voir ce qui va être mis en place ;)
                                                  sigpic

                                                  Commentaire


                                                  • Envoyé par fvl Voir le message
                                                    Juni c'est pas un problème d'âge mais d'argent, si l'OL était un club hyper riche on l'aurait certainement garder.
                                                    et tu en fais quoi de ses envies à lui??
                                                    sigpic

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X