Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Naby Sarr

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Naby Sarr



    Il est titulaire au Sporting, c'est assez étonnant, donc c'est tres bien pour lui, surtout qu'il joue la LDC, même si il a plus de mal sur le terrain, il a marqué un CSC hier contre Porto.



    Foot Mercato : Naby, vous avez quitté l’OL cet été, direction le Sporting CP. Pourquoi ce choix ?
    Naby Sarr : Ce club m’a fait du pied après le tournoi de Toulon, c’était une opportunité à prendre en considération. Puis, quand on est sollicité par un grand club comme le Sporting, le choix est vite vu. Je n’ai pas hésité.

    FM : Malgré tout, la perspective d’un départ pour l’étranger a-t-elle pu momentanément vous faire réfléchir ?
    NS : Oui, bien sûr. Au début, quand on se dit l’étranger, le Portugal, on se dit que c’est un pays qu’on ne connait pas, une culture qu’on ne connait pas. Ça peut être un frein, c’est clair, mais il faut savoir prendre des risques. J’ai fait le choix d’aller dans l’inconnu, et pour le moment ça me réussit.

    FM : Avez-vous été surpris de voir un tel club vous courtiser d’aussi près, et vouloir vous inscrire au cœur de son projet ?
    NS : C’était une grosse surprise pour moi, car la saison dernière je n’ai pas beaucoup joué avec l’équipe première de l’OL (2 matches de Ligue 1 et 2 de Ligue Europa, Ndlr). J’ai surtout joué en CFA, et voir qu’un club comme le Sporting me fait confiance ça fait plaisir, ça me donne envie de me battre encore plus. Ils m’ont fait comprendre qu’ils avaient confiance à moi, ça m’a donné envie d’aller là-bas.

    FM : Si on ne se préoccupe pas trop de ces choses en tant que footballeur, il est quand même à noter que le Sporting CP a mis une clause libératoire à hauteur de 45 M€ dans votre contrat, preuve de la confiance que le club vous accorde...
    NS : Comme vous le dites, nous les footballeurs on ne s’en préoccupe pas trop. Maintenant, si le club a décidé de fixer ce montant, c’est, bien sûr, une preuve de confiance. Ça ne peut que me donne envie de travailler encore, et d’essayer de faire le maximum.

    FM : Vous êtes en tout cas un titulaire indiscutable au club jusque-là, aussi bien en championnat qu’en Ligue des Champions. En dépit de votre CSC hier, est-ce un départ idéal ?
    NS : Franchement, je n’aurais pas rêvé mieux. Être directement titulaire en championnat, je ne m’y attendais vraiment pas. Je n’ai pas eu le temps de réfléchir, il fallait que je fasse tout de suite bonne impression au coach, au staff, à mes coéquipiers. En espérant que ça continue.

    FM : Comment se passe votre intégration au sein de ce groupe ?
    NS : Plutôt bien. J’ai eu la chance d’avoir quelques joueurs parlant français comme Miguel Lopes avec qui j’ai joué à l’OL, ou Islam Slimani et Adrien Silva. Grâce à eux notamment, j’ai pu m’intégrer et m’adapter rapidement. C’est un groupe où l’on retrouve différentes nations et différentes origines, il y a une vraie mixité et tout le monde est accueillant.

    FM : Quel regard portez-vous sur Nani, arrivé cet été en provenance de Manchester United ?
    NS : C’est un joueur de classe mondiale. Avec un joueur comme lui, on ne peut que progresser et apprendre. Il prend son rôle de patron et de grand frère à cœur, on peut discuter avec lui, il donne des conseils. Des conseils venant d’un joueur de ce calibre ne peuvent qu’être bons à prendre, toute l’équipe peut grandir avec lui.

    FM : Le prochain match se joue face à Chelsea. Est-ce aussi pour ce genre de rencontre que vous avez rejoint le Sporting ?
    NS : Oui, bien sûr. Des matches à haute intensité et haute pression : c’est pour ça qu’on travaille, chaque joueur de foot veut vivre des moments pareils. Il faut profiter au maximum car c’est quelque chose de beau. On joue face à des milliers de personnes, il faut profiter et ne pas faire semblant car beaucoup de personnes aimeraient être à notre place.

    FM : En tant que jeune défenseur, comment se prépare-t-on pour affronter Diego Costa, Eden Hazard et compagnie ?
    NS : En tant que jeune joueur ayant très peu d’expérience, quand on voit des joueurs avec une telle renommée qui sont connus dans le monde entier ça peut faire peur. Mais ce sont des hommes comme moi, ça reste un match de foot, à moi de donner le maximum malgré ma petite expérience.

    FM : Passer de la plaine des jeux de Gerland à Stamford Bridge, c’est quand même une belle histoire...
    NS : C’est clair que ça change ! C’est allé très, très vite pour moi, je n’ai pas eu le temps de cogiter. J’ai dû répondre présent et être performant, grâce à l’adaptation et à la bonne intégration de mes collègues pour l’instant ça se passe bien.

    FM : Comment qualifieriez-vous votre dernière saison à l’OL ?
    NS : Je suis jeune, et comme tous les jeunes on veut côtoyer l’équipe première. J’ai fait deux matches de championnat, à mon poste il y avait beaucoup de joueurs d’expérience. C’était un peu compliqué de jouer, je n’ai donc pas hésité à faire une saison complète en CFA car l’important pour un footballeur c’est de jouer 90 minutes pour garder le rythme. J’ai travaillé sur mes lacunes, je ne dirais donc pas qu’il s’agit d’une saison gâchée.

    FM : Est-ce l’arrivée de Lindsay Rose qui vous a clairement décidé à quitter l’OL ?
    NS : Suite à l’arrivée de Lindsay, je me suis dit que je n’aurais pas beaucoup de temps de jeu. Quand l’offre du Sporting s’est présentée, je me suis dit que c’était une possibilité pour moi de changer d’air, de découvrir autre chose, et de me lancer un nouveau défi. Je pense que c’était le bon moment pour moi.

    FM : Au final, quel bilan faîtes-vous de vos années à l’OL ?
    NS : Je ne remercierai jamais assez l’OL, qui est mon club formateur, où j’ai vécu mes premiers grands moments, mon premier but en pro, mon premier contrat pro. Je remercie l’OL, qui est un grand club avec de la qualité. Je suis content d’être passé par ce centre de formation où j’ai pu progresser.

    FM : Suivez-vous les performances de l’OL de près ?
    NS : Oui, bien sûr. Même si je ne suis plus en France, je suis le championnat et l’OL. Je suis content de les voir remonter la pente, de voir que mes amis Nabil (Fekir), Clinton (N’Jie), Samuel (Umtiti), Alexandre (Lacazette) ont la confiance du coach. C’est une bonne chose pour eux, j’espère que les bons résultats vont durer.
Chargement...
X