Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ange aile gauche Rambert

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • fixing
    a répondu
    Envoyé par Phanou Herko
    Il paraît que l'OL pourrait réouvrir la filière argentine... Alors allons-nous trouver le digne héritier de Rambert et de Garcia??
    Bonjour. J'ai connu cette époque avec Maison et surtout, surtout Combin, aujourd'hui représentant en vins. Avec lui en 2006 on aurait la coupe aux grandes oreilles

    Laisser un commentaire:


  • stadier
    a répondu
    Envoyé par Sonny75
    Perso, ça m'étonnerait sauf si l'argentin en question est avant tout français;)
    Sinon, no way. L'Argentine c'est aujourd'hui pour les lapins verts.
    C'est sur qu'ils ont trouvé le bon filon avec Bilos en chef de file...merci M. Da Fonseca !

    Laisser un commentaire:


  • Sonny75
    a répondu
    Envoyé par Phanou Herko
    Il paraît que l'OL pourrait réouvrir la filière argentine... Alors allons-nous trouver le digne héritier de Rambert et de Garcia??
    Perso, ça m'étonnerait sauf si l'argentin en question est avant tout français;)
    Sinon, no way. L'Argentine c'est aujourd'hui pour les lapins verts.

    Laisser un commentaire:


  • Phanou Herko
    a répondu
    Il paraît que l'OL pourrait réouvrir la filière argentine... Alors allons-nous trouver le digne héritier de Rambert et de Garcia??

    Laisser un commentaire:


  • Offshore
    a répondu
    Il avait effectivement question de la venue à l'OL du fils de Rambert....
    Je n'ai jamais vu jouer Rambert, il venait de quitter l'OL lorsque j'ai commençé à aller à Gerland, mais mon père et mon grand père en parlaient de la plus belle des manières.....par contre le successeur est lui mon idole....

    Laisser un commentaire:


  • Phanou Herko
    a répondu
    Envoyé par Joe Diamond Quimby
    Il deviens quoi son gosse ? Un temp annoncé à l'OL , on en a plus entendu parler. On m'a dit qu'il avait rejoint un club espagnole un temp mais après ça ...
    Sebastian Pascal Rambert a débuté dans le club argentin d'Independiente, puis il a signé à l'Inter Milan en 95 ou 96 sans jamais y jouer avant de rejoindre Sarragosse pour quelques mois. Il a finalement retrouvé le championnat argentin avec Boca, River et, pour boucler la boucle, Independiente au début des années 2000. Sa venue à Lyon n'a jamais été évoquée avec insistance même s'il est sûr qu'elle aurait ravi quelques nostalgiques....

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Il deviens quoi son gosse ? Un temp annoncé à l'OL , on en a plus entendu parler. On m'a dit qu'il avait rejoint un club espagnole un temp mais après ça ...

    Laisser un commentaire:


  • Phanou Herko
    a répondu
    11/11/64 au Parc des princes France Norvège 1-0 son seul but en EDF à la 17ème
    1:0 Rambert (17), reprise de la tête du coin des 6 m d'un centre de la gauche d'Herbin relayé de la tête par Guy.


    FRANCE NORVEGE
    [2] AUBOUR Marcel (Olympique Lyonnais)
    [2] DJORKAEFF Jean (Olympique Lyonnais)
    [8] ARTELESA Marcel (A.S. Monaco)
    [3] CHARLES-ALFRED Daniel (Nimes Olympique)
    [13] CHORDA André (Girondins de Bordeaux)
    [11] BONNEL Joseph (U.S. Valenciennes-Anzin)
    [11] HERBIN Robert (A.S. Saint-Etienne)
    [23] FERRIER René 0 (A.S. Saint-Etienne)
    [7] LECH Georges = (R.C. Lens)
    [2] GUY André (A.S. Saint-Etienne)
    [4] RAMBERT Angel (Olympique Lyonnais)

    Avec une équipe de France très régionale: 3 lyonnais et 3 stéphanois! On est pas loin des fameuses sélections du Lyonnais!

    A noter que Combin n'avait pas été libéré par la juve pour ce match.

    Source: FFF

    Laisser un commentaire:


  • Le chat noir
    a répondu
    A force de saisir les dates des années 60 ...puis un envoi trop rapide suite à une mauvaise manip, voilà ce qui arrive.
    1983 et non 1963 : bonne lecture et bonne correction merci Phanou.

    Laisser un commentaire:


  • Phanou Herko
    a répondu
    Merci chat noir d'avoir compléter ce topic. Les hommages de di Nallo et Jasseron sont très touchants, je ne les avais jamais lus. Par contre la date de son décès n'est pas 1963, mais 1983! C'est déjà bien trop tôt!

    Laisser un commentaire:


  • Le chat noir
    a répondu
    Le souvenir d’Angel Rambert, l’un des plus talentueux joueur de l'OL, reste gravé dans l’histoire de l’OL et dans la mémoire de ceux qui, comme moi, l’on vu évoluer.

    Né le 12 juin 1936 à Buenos Aires d’un père argentin, d’une mère espagnole et d'un grand père français. il possédait un passeport Français.

    Pré selectionné dans l’équipe d’argentine, il a joué à l’idenpendiante et à Lanus.

    Le départ d’un autre argentin Marteleur précipite les débuts d’Angel Rambert.
    Dès son premier match avec l'OL, le 18 septembre 1960 à Valenciennes, il montre tout de suite l’étendu de son talent et son dribble déroutant.
    Il subtilise la balle à Masnagetti part, en grandes enjambées, pour ouvrir le score. 1er match 1er but. Le deuxième sera inscrit par Combin.

    Dans le football d'aujourd'hui, il n'aurait sans doute pas joué ce match. Les dirigeants Lyonnais étaient arrivés avec seulement 9 licences pour 11 joueurs. Marcel Aubour présente son permis de conduire, mais pour Angel Rambert le problème reste entier.
    Ferdinand Maillet, président de l'OL et membre du comité directeur de la ligue se porte garant et l'entraîneur de Valenciennes Robert Domergue accepte très sportivement de le laisser jouer.

    Son parcours à l’OL de 1960 à 1970 :
    376 matches pour 63 ou 65 buts
    54 ou 56 en championnat dont 25 lors de ses 3 premières saisons
    Selon mes archives
    1960-1961 : 10 buts
    1961-1962 : 10 buts
    1962-1963 : 5 buts en 30 matches
    1963-1964 : 6 buts en 28 matches
    1964-1965 : 5 buts en 32 matches
    1965-1966 : 6 buts
    1966-1967 : 4 buts en 31 matches
    1967-1968 : 6 buts en 36 matches
    1968-1969 : 1 but en 30 matches
    1969-1970 : 3 buts en 29 matches
    Dernier but contre Metz le 27/05/1970 à la 32ème minute
    Dernier match avec l’OL le 10/06/1970 à Gerland contre Bastia
    7 en Coupe de France
    1960-1961 le 23/02/196 1 but contre Angers
    1963-1964 le 1/03/1964 2 buts contre Cherbourg
    1966-1967 le 12/02/1967 1 but contre St Etienne
    1966-1967 le 21/05/1967 1 but contre Sochaux
    1966-1967 le 3/05/1967 1 but contre Angoulème
    1968-1969 le 12/01/1969 1 but contre Nancy
    2 en Coupe d’Europe
    Le 12/09/1961 Lyon Sheffield Wednesday en 1/32 aller de la Coupe des villes de Foires
    Le 13/12/1967 Tottenham Lyon en 1/8 finale retour de la Coupe d’Europe des coupes

    Son parcours en Equipe de France : 5 matches 1 but
    11/4/1962 à Paris, France Pologne 1-3
    23/05/1964 à Budapest contre la Hongrie 1-2 avec Combin et Di Nallo
    4/10/1964 au Luxembourg. La France l’emporte 2-0
    11/11/64 au Parc des princes France Norvège 1-0 son seul but en EDF à la 17ème
    2/12/1964 à Bruxelles Belgique bat la France 3-0

    Un double départ

    Il quitte l’OL à la fin de saison 1969-1970 pour Avignon (D2) avant de repartir en Argentine.
    Il nous quittera définitivement suite à une implacable maladie le lundi 24 octobre 1963 à Buenos Aires.

    L’hommage rendu lors de son décès résume toutes ses qualités :

    Lucien Jasseron apprenant son décès : « Je suis arrivé à Lyon il était déjà là. J’ai pu apprécié un excellent technicien au pied gauche magique, un bon organisateur, un gagneur. Angel avait beaucoup de caractère et d’autorité sur Nestor Combin. A une époque Angel était revenu en France pour suivre un stage d’entraîneur,. J’avoue lui avoir rendu un coup de main, parce qu’il le méritait.»

    Gérard Nicol dirigeant de l’OL « C’est moi qui ait accueilli Combin et Rambert,…Angèle un grand footballeur et surtout un mâle, un homme extraordinaire avec des qualités humaine hors du commun et une parfaite correction »

    Di Nallo « Je suis traumatisé, j’en tremble . J’ignorais son état de santé, je suis donc abasourdi.
    Angel représentait pour moi plus qu’un ami. Nous avons début pratiquement ensemble. Il était revenu spécialement d’argentine en 1962 pour participé à mon jubilé. Dans le milieu du foot, on cotoye des gens, on joue avec eux sans plus. D’autres dont Angel sont inoubliables. »

    Marc Naville conclu cet article du Progrès du jeudi 27/10/1963 par ces mots :
    « Angel Rambert laissera c’est certain, un souvenir impérissable. Il avait la classe sur le terrain et dans la vie courante. Avec sa taille et ses allures de matador, il était de la classe des grands seigneurs. »

    Laisser un commentaire:


  • Phanou Herko
    a répondu
    Envoyé par Roger Hanin
    Son fils Sebastian Pascual a été international argentin. J'ai retrouvé une vieille fiche Onze Mondial, il avait six sélections en 1994 à 20 ans, pas sil mal. Il jouait à Independiente et, selon cette fiche, rêvait d'un transfert en France.
    Ca aurait été sympa de le voir à Lyon.

    Extrait de la fiche.

    Il avait de qui tenir le gamin. ::
    Ces frères étaient également dans le football! Luis avait été approché par l'OL en 65, mais l'essai n'avait pas été concluant! Angel, en avait été assez marqué! En 69-70, Nestor Rambert, son autre frère joua pour l'OL et inscrt 9 buts.

    Laisser un commentaire:


  • Roger Hanin
    a répondu
    Envoyé par MacOL
    D'ailleur quest-ce qu'il est devenu aujourd'hui ?
    Il est mort en 1987. ::(

    Laisser un commentaire:


  • Roger Hanin
    a répondu
    Son fils Sebastian Pascual a été international argentin. J'ai retrouvé une vieille fiche Onze Mondial, il avait six sélections en 1994 à 20 ans, pas sil mal. Il jouait à Independiente et, selon cette fiche, rêvait d'un transfert en France.
    Ca aurait été sympa de le voir à Lyon.

    Extrait de la fiche.
    Ses longues courses sur le côté gauche laissent songeur plus d'un défenseur
    Il avait de qui tenir le gamin. ::

    Laisser un commentaire:


  • MacOL
    a répondu
    D'ailleur quest-ce qu'il est devenu aujourd'hui ?

    Laisser un commentaire:


  • VATE
    a répondu
    Ah! l' Angel, quel vituose....il dribblait son adversaire, revenait, et le redribblait à nouveau Je crois que contre Tottenham, Hon l'avait fait jouer avant-centre. J'avais écouté ce match sur la radio de l'époque : Lyon 3 avec guy-Laurent Chenine aux commentaires....mais il était si lent et les buts s'enchainaient si rapidement qu'il criait encore pour le premier but alors qu'on en était au 4eme ou 5eme Quel souvenir (3-4) avec ce but de raccroc de la tête de m'bouassa dans les dernières minutes...::

    Laisser un commentaire:


  • Phanou Herko
    a crée une discussion Ange aile gauche Rambert

    Ange aile gauche Rambert

    Pour toujours, il y aura le « petit prince » de Gerland (même quand l’OL jouera à Pusignan). Pour toujours, Nestor sera « la foudre » et pour toujours Ange, le prénom, suffira à surnommer Rambert. Angel Rambert ! Un nom aux multiples consonances qui claque telles ses montées toutes en finesse sur son aile gauche et qui évoque, pour le fan de l’auteur, un des plus beaux personnages d’Albert Camus. Dans l’histoire de l’Olympique Lyonnais, les années 50 ont offert le trio Lerond – Ninel - Schulz, les sixties seront marqués par la triplette Rambert – Combin –Di Nallo.

    En 1960, un petit parfum d’argentine enivre doucement le stade de Gerland. Le premier grand OL se met en place doucement ! Di Nallo fait ses premiers pas quand un argentin puis un second débarque entre Rhône et Saône. Nestor Combin débute en janvier 1960, quelques mois plus tard, en septembre, le jeune Angel Rambert, dispute sa première rencontre lyonnaise, sans licence et réalise un match exceptionnel (Victoire de l’OL a Valenciennes 1-0). L’OL tient une perle rare. Un de ces fins techniciens que seule l’Amérique du Sud sait en produire ! Un pur gaucher qui pouvait, à lui seul, déséquilibrer toute une équipe ! Buteur, passeur, dribbleur… Un footballeur comme on en fait plus, un artiste !

    Durant 10 ans, notre ange va ensoleiller l’aile gauche de l’attaque Lyonnaise et parfois celle des bleus! Deux coupes de France et une finale, une demi-finale et un quart de finale de coupe des coupes, son palmarès a embrassé celui de l’OL des années 60. Toujours décisifs dans ces grands moments, il avait inscrit le premier but de la finale de 67. Le 13 décembre de la même année, lui, l’ange, avait sonné le glas de la révolte dans l’enfer de White Hart Lane, quand il avait inscrit le second but des lyonnais, alors menés 3 à 1. Excédé par un but litigieux des londoniens de Tottenham, c’est aussi à cette occasion que le sang chaud de l’argentin bouillit au plus haut point ! Car Rambert avait un caractère, et disait ce qu’il pensait !

    Forte personnalité, artiste, bref un seigneur, Angel n’en était pas moins un homme sensible, qui avait besoin de la confiance de ses dirigeants ! Après la grande saison 63-64, Rambert est orphelin de Combin, l’ami argentin, parti régaler le public du comunale de Turin et foudroyer les défenses du calcio ! Notre ailier se retrouve un peu perdu dans le jeu lyonnais, les années 65 et 66 sont plus difficiles ! L’arrivée de Louis Hon en 1966 va le relancer ! Dans un dispositif beaucoup plus offensif, il retrouve ses véritables qualités d’ailier ! A 30 ans, Rambert reste le cet élégant ailier gauche, décisif et spectaculaire. La fin de sa carrière à Lyon s’effectue dans la discrétion empreinte d’une certaine fierté, celle d’accompagner les débuts de son successeur : Serge Chiesa ! Il quitte l’OL en 1970, et regagne son Argentine natale !

    Mais il manque encore une part importante de la carrière lyonnaise d’Angel Rambert dans notre petite évocation. On n’entre pas dans le panthéon des grands joueurs de l’OL sans avoir brillé dans les derbies ! Et Angel a fait plus que briller, il a éclaboussé de sa classe un grand nombre de nos rendez-vous avec le voisin stéphanois. A l’époque, ils étaient les plus forts mais l’OL avait un ange dans ses rangs ! Avec 6 buts (dont un triplé en 63) Rambert est le deuxième meilleur buteur lyonnais des derbies derrière Fleury !

    Respect donc, pour ce grand parmi les grands ! Pour ce joueur qui a écrit quelques-unes unes des plus belles pages de l’Histoire de l’Olympique Lyonnais. Pour cet homme, malheureusement parti trop tôt… Mais si aujourd’hui, l’OL a un ange gardien, je suis sûr qu’il joue sur l’aile gauche…


    PS : Parmi tous les grands anciens joueurs de l’OL que je n’ai pas eu la chance de voir jouer, j’avoue que c’est pour Angel Rambert que j’ai le plus de regrets !
Chargement...
X