Annonce

Réduire
Aucune annonce.

DHORASOO Vikash

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • DHORASOO Vikash

    Vikash Dhorasoo


    Taille: 1.68m.
    Poids: 63.00kg.
    Nationality: France
    Né le: 10/10/1973 sur Harfleur
    1er match professionnel: Le Havre - Saint-Etienne : 0-0 le 11/08/1993

    Clubs : Le Havre, Lyon, Bordeaux, Milan AC, PSG

    Palmarès :
    2003 Vainqueur du Trophée des champions (Lyon)
    2003 Champion de France (Lyon)
    2004 Champion de France (Lyon)
    2006 Vainqueur de la Coupe de France (Paris-SG)
    2001 Vainqueur de la Coupe de la Ligue (Lyon)
    2002 Vainqueur de la Coupe de la Ligue (Bordeaux)
    2006 Finaliste de la Coupe du Monde (France)

    Envoyé par Baralai93
    Il entame sa carrière professionnelle au Havre Athletic Club, où ses performances font rapidement parler de lui. Milieu de terrain offensif, capable d'accélérations balle au pied mais également doté d'un jeu de passe très précis, il s'affirme alors comme l'un des grands espoirs du football français.

    Après 5 ans passés au HAC, il est transféré en 1998-99 à l’Olympique Lyonnais. Ses trois premières saisons dans son nouveau club sont très concluantes. Le petit (1m69) milieu de terrain, très rapide et technique, s’impose comme une pièce majeure de l’effectif lyonnais. Ses bonnes prestations l’amènent également en équipe de France, et il connaît sa première sélection face à l’Ukraine, le 27 mars 1999.

    Envoyé par Baralai93
    En 2001, il remporte la Coupe de la Ligue avec Lyon mais quitte le club peu de temps après. En délicatesse avec son entraîneur Jacques Santini mais également avec certains cadres de l'équipe (notamment le gardien Grégory Coupet), Dhorasoo doit être prêté aux Girondins de Bordeaux pour la saison 2001-02. Avec son nouveau club il remporte à nouveau la coupe de la Ligue.

    En 2002, Dhorasoo retourne à Lyon, où il effectue deux saisons pleines, jouant plus de 30 matchs par saison, avec deux titres de Champion de France à la clé. Ces deux saisons sont également l'occasion pour Dhorasoo de se montrer dans un registre différent puisqu'il évolue la plupart du temps au poste de milieu défensif.

    merci à lyonfoot.over-blog.net et wikipedia

    Envoyé par Phanou Herko
    Posté le 24 mai 2004

    "Je t'aime, moi non plus" ou l'histoire (qui finit bien) de Dhorasoo à l'OL.

    Pour moi Vikash et l'OL, ce sont trois périodes:

    -Son arrivée et sa première saison (1998-1999):
    Arrivé pour 30MF du Havre, alors qu'il était aussi fortement courtisé par le PSG, Vikash a suscité un grand espoir du côté de Lyon. En effet, lui, "le technicien" arrive dans une équipe qui joue sur son physique et sa solidité défensive, et qui manque parfois cruellement d'inspiration offensive, malgré le talent et la présence de Cavégol et l'émergence des jeunes Job et Kanouté. Dès les premiers mois Dhorasoo répond à cette attente. Lors de son premier match à Gerland, il marque un but d'anthologie , et distille passes décisives sur passes décisives...Il contribue largement à cette saison pleinement réussie de l'OL (qui accroche la 3ème place), et se montre décisif sur des matchs d'importance comme contre Bordeaux (futur champion) et à Paris quand il obtient à lui tout seul un pénalty....Mais déjà les mauvaises langues se délient, et on entend murmurer dans les travées de Gerland quelques reproches sur sa soit-disante "inefficacité" devant le but....

    -Incompréhension et...divorce, 1999-2002.
    Comme pour l'OL, la saison 99-00 de Vikash, est une saison mitigée. Maribor, Brème, Nantes, Strasbourg sonnent comme autant de naufrages dans lesquels Vikash n'a finalement qu'un onzième de responsabilité, mais le peuple de Gerland ne pardonne que difficilement à ses stars, et même le grand Sonny est pris en grippe aprés la désillusion de Maribor. Mais Sonny, lui, il marque...Et c'est là toute la différence aux yeux d'un plus grand nombre, aux yeux de ceux qui, nombreux depuis la coupe du monde, pensent que le foot ne s'apprécie que par des reprises de volée dans la lucarne et qui ne savent lire que les statistiques. Vikash, lui, ne met pas des reprises de volée dans la lucarne, ne finit pas meilleur buteur....il essaye simplement de mettre son talent au service du collectif. Or cette année là Vikash a de plus en plus de mal à s'exprimer dans cette équipe dont les vertus sont essentiellement athlétiques... Malgré ses premières sélections en équipe de France (pendant lesquelles, il trouve le moyen de faire un festival de p'tits ponts dans l'une des meilleures défenses du monde...parlez-en à Leboeuf), il faut bien reconnaître qu'il ne réussit pas vraiment sa saison, un peu comme l'OL , finalement:? , ce qui permet de relativiser ce semi-echec...Lors de la saison suivante, l'OL réussit, alors que le parcours de Dhorasoo reste inconstant, ce qui aura pour conséquence de placer notre homme dans une situation de bouc émissaire, lui qui est déjà si atypique dans le monde du foot, s'isole de plus en plus dans un groupe mené par Santini et animé par Greg Coupet...Il aime pas parler de voiture, il aime pas jouer aux cartes...Est-ce vraiment ça le problème? Peut-être. On lui reproche aussi d'être irrégulier, de "Choisir ses matchs"! C'est vrai il fut étincelant contre Nantes, et moyen le match suivant . Bref, l'équipe réussit et lui reste en marge. Quand il part à Bordeaux il est pris en grippe par une grande majorité du public (L'un étant la conséquence de l'autre et réciproquement)... Ainsi le talent s'exile en Gironde et reste en demie-teinte, ce qui rassure faussement à Lyon "vous voyez, il ne fait pas mieux là-bas" peut-on entendre.. :?Pendant ce temps là, Lyon remporte son premier titre de champion le 4 mai 2002, sans Vikash, qui semble définitivement oublié du côté de la capitale des Gaules....

    -L'explosion (2002-2004).
    Vikash revient entre Rhône et Saône durant l'été 2002, avec un statut de paria...Il partage à cette occasion son triste sort avec Vairelles (lui ne s'en est jamais remis ), Partira, partira pas...Il commence finalement la saison comme remplacant, et à la surprise générale, accepte avec le sourire le rôle qu'on lui impose. Il faut dire que le bonhomme a changé. La paternité lui fait prendre plus de recul (c'est lui qui le dit), il intègre le groupe sans rien réclamer et y trouve même de nouveaux amis: Les jeunes Govou et Luyindula (pour le shopping ), juninho toujours pour le défendre, et même coupet pour causer bagnoles ...(nan, je plaisante). Sur le terrain, Le guen "le conciliant", lui offre un poste de milieu offensif gauche inédit pour lui, et dans lequel: il s'éclate...Du coup cette saison lyonnaise du deuxième titre est celle de Vikash, et enfin les destins de l'OL et de Dhorasoo se rencontrent et marchent dans le même sens, sur les rails du talent et de la réussite Du même coup, il devient indispensable à cette équipe et irremplaçable dans le coeur des gones...Alors même avec un début de saison 03-04 mitigé et freiné par les blessures, tout est pardonné à Dodo...même ces petits écarts de nonchalance un soir de match de coupe à Louis II. Rien n'y résiste, ni le caractère de breton de Le guen, ni son système de jeu...Vikash devient indispensable... . Mais, mais, mais Vikash va partir. Comme dans ces relations fusionnelles, passionnelles....c'est fort mais c'est court, trop court pour nous et même pour lui...

    Mais il est sûr que cette relation Dhorasoo-OL a marqué l'Histoire du club à jamais, comme elle a probablement marqué sa carrière...En tout cas qu'il sache que son passage à Lyon restera dans la mémoire des gones.
    Souhaitons-lui bonne chance pour son avenir lombard, puisse-t-il être aussi réussi que son passage à Lyon.

    Il rejoint les Chiesa, Lacombe, Combin, Di Nallo, Garde, Cavéglia et Anderson dans la légende de l'OL.
    Dernière modification par MuM_, 19/09/2006, 18h59.

  • #2
    L'Homme de la triple accélération, l'Homme qui accepte de jouer à gauche et donc tout en extérieur du pied, l'Homme des tacles impossibles au milieu, l'Homme de l'avant dernière passe jamais comptabilisée dans les stats.

    Un joueur élégant, de plus en plus rare. Un mec qui donne envie, quand il a envie, d'aller au stade. Ah ce premier but avec grand pont contre Toulouse.
    "Jérémie Janot en EDF ? Il est déjà en équipe nationale de la Loire. "

    Commentaire


    • #3
      Il vient de gagner 177 000 euros lors d'un tournoi de Poker Winamax selon So Foot... Des fonds pour enfin devenir président d'un club??
      sigpic

      Commentaire


      • #4
        J'adorais ce joueur, et le mot est faible.
        Fan de Staticman et Maxence Caqueret, dans l’ordre.

        Commentaire


        • #5
          Ben moi c'est le contraire je n'ai jamais accroché. Surtout pour l'homme pas le joueur qui avait certes du talent.
          No one likes us, we don't care

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par Sonny75 Voir le message
            L'Homme de la triple accélération, l'Homme qui accepte de jouer à gauche et donc tout en extérieur du pied, l'Homme des tacles impossibles au milieu, l'Homme de l'avant dernière passe jamais comptabilisée dans les stats.

            Un joueur élégant, de plus en plus rare. Un mec qui donne envie, quand il a envie, d'aller au stade. Ah ce premier but avec grand pont contre Toulouse.
            Sedan non ? J'ai un doute.

            Commentaire

            Chargement...
            X