Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Revient l'OL...

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Revient l'OL...

    Hello les Gones...

    Ça fait si longtemps...
    Je vais pas vous faire une tirade sur le match d'hier je n'en ai pas envie véritablement mais je vais vous partager une lettre ouverte transmise au coach fin d'année...

    Parce que justement je le ressent encore plus depuis hier soir...

    Parceque je pense que c'est bien aussi si certains des détracteurs du Coach, dont je oeux faire partie sur beaucoup d'aspect puissent bien être compris quand il s'agit de l'OL et du discours d'aujourd'hui, à l'heure de nous peindre regulierement les lunettes avec quelques fais d'armes récents.

    Qu'il soit bien entendu que la frustration de beaucoup ne reside vraiment que dans l'immense gâchis qu'on vit en connaissance de cause si souvent. Sans aucune autre envie que s'enflammer enfin de nouveau au firmament.

    Bonne lecture mes Gones et aller l'OL...

    --------------------

    Coach, Messieurs les joueurs…

    Par où commencer ? Par quelle pensée, quel sentiment, quelle histoire …

    Peut-être celle de tout simplement me présenter.

    Je m’appelle xxxxxxxx (Euggy69 pour les forumeurs qui me supportent tant bien que mal…), j’ai 40 balais en Mars et voilà 28 ans que je traines mes nerfs, mes joies, mes peines, mes espoirs et ma voix dans les travées du stade où se joue un match avec l’OL…

    L’OL… Quel immense programme. J’avais 10 ans quand j’ai mis pour la première fois les pieds dans Gerland (comme je regrette que beaucoup d’entre vous ne connaissent pas…). C’était le 21 Juillet 1989… Je pense que vous vous en souvenez très bien Coach puisque le seul pion qu’on a mis ce jour là c’est vous qui l’aviez marqué… l’OL avait perdu 1-4 contre le « grand OM » de Papin.

    Moi, 10 balais qu’est c’que j’ai retenu de ce match ? Une seule chose. Je ne pourrais plus jamais me passer d’aller au stade. J’ai passé mon temps à contempler ces gens juste heureux de remonter en D1 et surtout fier d’avoir juste planter un But à l’ogre Marseillais. Chanter et clamer leur fierté d’être lyonnais à une époque ou l’OM était le « club à la mode ».

    Je suis parti d’une défaite pour ne plus jamais redescendre d’avoir découvert ce que c’était d’être supporter et d’avoir en soit le poids de chaque pierre de cette ville merveilleuse, de vibrer et rêver de la puissance du football pour porter au plus haut la clameur populaire.

    Il n’y a rien de plus puissant que le football. RIEN.
    Les années passaient, des années difficiles ou l’OL mangeait son pain noir souvent. Perdre 5-0 à Cannes, 7-0 à Auxerre, 5-0 encore ici, 3-0 par là… Mais l’OL c’est l’OL. L’OL c’est le petit gone qui tape dans son ballon en banlieue… c’est un verre de blanc au comptoir du bistrot des Gones pour parler de la dernière pépite… le fils d’un tel, le gendre d’un tel… le cousin d’un tel…

    C’est là, ce n’est pas la fièvre marseillaise (qui s’en va et s’en vient comme la fièvre) ni l’Opportunisme Parisien. L’OL on l’aime autant qu’on le déteste, comme une femme ou a un ami peu vous décevoir et a qui quoi qu’il arrive on pardonne toujours…

    Arrive alors la première année forte que j’ai connu, 1994 1995, et je vous invite, joueurs à aller voir ce que c’était… A aller voir quelle incroyable équipe cette année là est devenue championne de France, le FC Nantes de jean Claude Suaudeau, ou chaque but était un chef d’œuvre collectif, bien loin de la culture de star du PSG version QATAR, bien loin de la valeur individuelle, une idée du football qui rendait le foot français parfois irrésistiblement VRAI.

    Et derrière cette équipe, qui ? MON OL…

    Incroyable 2eme, au commande un immense joueur, Jean Tigana. Dans les cages ? un MONSTRE, Pascal Olmeta. Des tauliers, et des jeunes, d’incroyables jeunes. Giuly, Maurice, N’gotty (qui fera gagner la coupe d’Europe à Paris 2 ans plus tard, parce qu’on a TOUJOURS besoin d’un Lyonnais dans les grands rendez-vous…) …

    Cette saison merveilleuse va pour la première fois vraiment me donner l’occasion d’aller voir un match de coupe d’Europe dans mon stade. Mais m’amènera SURTOUT à aller voir un certains OL – LAZIO de Rome… Surement peu parlant pour vous les jeunes… Ce n’est pas City, pas le PSG Qatari ou Chelsea (pourtant ces clubs n’existaient quasiment pas en Europe…).

    La Lazio a l’époque venaient d’atomiser la Juventus 4-0… la Juventus de Del Piero, Conte, Ravanelli, Vialli, Peruzzi, Di livio… Des MONSTRES. Elle comptait elle dans ses rangs, SIgnori, Boksic, DI matteo, Nesta, Casiraghi… DES MONSTRES aussi. QU’est c’que l’OL allait bien pouvoir faire ????

    IMPOSSIBLE

    J’ai mis les pieds à Gerland plein hiver dans un stade qui grondait de 39 000 personnes. Pas de toit, des bancs en bois en guise de siège, loin des joueurs et pourtant nous dans notre cœur on y est allé pas pour voir ces « stars » Italiennes, on n’en avait RIEN A FOUTRE.

    On y est allé POUR LEUR MARCHER DESSUS, On y est allé pour SOUFFLER LE VENT. Ce soir-là j’ai crié à en pleurer sur le but du 1-0, le stade a chaque action, chaque coup franc, chaque faute, chaque frappe demandait un but. L’OL A MARCHÉ SUR LA LAZIO DE ROME.

    Le match retour la seule chose qu’avaient les joueurs à la bouche AVANT MÊME de jouer le retour au stade Olympique de Rome c’était « ça va être DUR pour eux » …
    Le retour l’OL le gagnera encore plus magnifiquement 2-0… Je venais de goûter à quelque chose d’impossible à oublier… l’Europe et les exploits européens.

    La suite fut encore quelques années difficiles des désillusions des échecs, une finale de coupe de la ligue perdue injustement au parc des princes contre le FC METZ qui nous prive d’Europe. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps avec les joueurs on était 15 000 à pleurer avec eux, injustice Metz n'en avait pas besoin… Mais ils avaient tant donné…… ON LE SAVAIT. OUI ON L’AVAIT SENTI.

    Arrivera ensuite les années belles et mon premier grand rêve de titre. On est en 2001 quand l’OL va pour la première fois retrouver une finale de coupe de la ligue cette fois au stade de France contre le grand Monaco… Messieurs les joueurs j’aimerais vous faire bien comprendre dans quelle ville et quel club vous êtes et vous Coach avec quel genre de soutiens vous pourriez compter si par chance vous preniez toute la mesure de l’appel à l’amour que les supporters s’épuisent à faire depuis 10 ans…

    Ce soir là au stade de France il y aura plus de 45 000 lyonnais dans le stade. Des bus, des trains des voitures. JAMAIS… JAMAIS dans l’histoire du stade de France un club n’avait emmené autant de supporters de province en son sein. Je ne peux vous décrire l’incroyable souffle surréaliste qui s’est abattu sur ce stade gigantesque ce soir là au moment de marquer le second but et alors voir les ¾ du plus grande stade en France se mettre à sauter sur place. J’ai pris ce soir là la mesure du point de départ de ce que je me refuserais à JAMAIS de ne plus avoir … la PUISSANCE DE GAGNER.

    La saison suivante, vous pouvez aller voir qui était dans les joueurs de l’OL a cette époque. L’OL les a rendus célèbre et non l’inverse. Edmilson, Coupet, Anderson vous connaissez… Mais connaissez-vous, vous les jeunes joueurs, les Linares, Violeau, Delmotte et autre Laville ? Allez voir, aller visionner les images de ces travailleurs, de ces MACHINES à aller à la BATAILLE, sans détail, sans physique, juste dans l’amour du TRAVAIL et de la JUSTESSE…

    Cette saison de premier titre, Savez-vous combien de personne auraient pu rentrer dans le stade lors de la dernière journée décisive ?

    Personne ne sait ça parce qu’on ne vous raconte pas ça au club, parce qu’on ne vous raconte plus ces choses là … l’OL aurait pu jouer devant 380 000 personnes le 4 mai 2002. Remplir près de 5 fois le stade de France. L’OL a compté jusqu’à 10 points de retard sur le leader… 10 POINTS les Gones… 10 ****** DE POINTS. ET pourtant le FOOTBALL c’est le FOOT, il n’y a pas de LOGIQUE il n’y a qu’une seule vérité celle INDIVIDUELLE A l’EQUIPE.

    Le stade était plein à 16H, ça sentait la poudre, il pleuvait des vaches, j’étais trempé mais ****** de bordel de merde comme j’étais heureux d’être là. ON SERA CHAMPION, CE SOIR ON EST CHAMPION c’est ça que tout le peuple disait, c’est ÇA que les joueurs disaient. OUI il y avait un match a jouer, un adversaire à respecter MAIS NON IL PERDRONT parce que PERSONNE ne nous empêchera CHEZ NOUS d’ÊTRE CHAMPION. Vous entendez ? PERSONNE PUTAIN…

    Le match fût dur mais il n’y avait AUCUNE autre issue possible, j’ai des milliards d’images en tête, l’odeur de la pelouse, les larmes du CAPO au virage Nord, l’odeur des fumigènes, j’ai pleuré tout ce que j’avais en moi, je me foutais de la coupe du monde 98, je me foutais de mes problèmes, je me foutais de mon père alcoolo, j’me foutais des larmes de ma mère, je me foutais de nos problèmes de fric, de ma solitude, de mes galères de travail, du Kebab que j’avais même pas pu me payer parce que j’avais pas un rond sur moi, j’étais la personne la plus heureuse du monde ce soir là l’OL m’a donné une âme, un cœur, un BUT. Il a signé en lettre majuscules ses initiales dans mes tripes. J’ai pleuré, pleuré encore, rie, souri, aimé, rencontrer d’autres gones, d’autres gens pris mes amis dans les bras, embrassé ma ville comme jamais, j’ai hurlé, hurlé à la mort pour que ma voix se mélange à mes semblables…

    La suite ? Que pourrais-je vous compter d’autres dans ces 7 années suivante ou l’OL à ATOMISER le championnat de France ? Le meilleur tireur de coup franc du monde ? est-ce bien utile ? les claques sans aucune retenue donnée au Real Madrid, au Bayern, les incroyables match face à Manchester, le celtic, les centaines de stars galactiques qui ont foulé notre pelouse ?

    Que pourrais je vous dire de la PEUR qu’inspirais l’OL à TOUS les adversaires. De ces matchs « moyens qui se soldaient TOUJOURS par une victoire même difficile parce que l’OL avait dans les TRIPPES la HAINE ABSOLUE ET IRREVOCABLE DE LA DEFAITE… AUCUNE acceptation possible, pas de TRAVAIL en plus a FAIRE, ON NE PERD PAS et ON NE PERD JAMAIS DEUX FOIS D’AFFILES JAMAIS. C’est ÇA être une grande équipe, ETRE FORT. Ne pas IMAGINER LE FAIRE, MAIS LE FAIRE TOUT COURT.

    Je pourrais vous parler de nos désillusions ? Je pourrais vous parler de la puissance de rentrer dans San Siro en Quart de final retour de ligue des champions face au GRAND Milan AC de Shevchenko, Inzaghi, Seedorf, Dida, Gattuso… Je pourrais vous dire que nous étains 10 000 a faire vibrer le stade et à avoir éteint 89 000 personnes, je pourrais vous dire que ce fut le plus immense match de coupe d’Europe jamais joué par l’OL tant le niveau de football fût absolument gigantesque. Que c’est l’une des plus grandes déceptions de ma vie de supporter et pourtant nous les avons défendus applaudi et pardonné tant nous venions de vivre un moment d’Anthologie, l’apogée absolue du foot lyonnais par son prestige et la puissance de chaque duel et ce respect éternel de l’adversaire. Jusqu’à ce que Genaro Gattuso lui-même vienne se planter face au KOP lyonnais pour nous applaudir comme pour nous dire « ****** vous m’avez scotché… » Quel tragique et fabuleux moment… Que le retour fût long… et le travail difficile le lendemain…

    C’est ça COACH qu’on veut, vous n’êtes pas moins bon que les autres entraineurs de l’OL, pas moins respectable, Coach on demande qu’à vous aimer et vous porter en triomphe, mais ****** prenez conscience de ce avec quoi vous « jouez », prenez conscience et passez leur cette fibre de l’EXCELLENCE, ou NON il n’y a pas de rattrapage possible, il n’y a pas de « on verra » faire de son mieux c’est bien, cet OL là, tous ces mecs là se levait le matin pour GAGNER. Avoir envie ne sert à rien en foot, il faut le faire pour soit pour l’équipe, pour cette idée de PUISSANCE et de DEFERLANTE POPULAIRE D’AMOUR qu’on fera s’abattre sur soi.

    Coach, on est FRUSTRÉ, on est FOUS de sentir le potentiel, de sentir QUE CETTE ÉQUIPE PEUT ET SAIT FAIRE. Mais ****** VOUS les joueurs, S’il vous plait Arrêtez de jouer le football de vos adversaires, jouez le VOTRE, jouez DANS VOTRE COURS, JOUEZ L’OL, JOUEZ CHAQUE MATCH comme si c’était la LIGUE DES CHAMPIONS, MARCHEZ SUR VOS ADVERSAIRES PITIÉ !!!!!

    RAMENEZ-NOUS LÀ-HAUT, COACH, RAMENEZ-NOUS LÀ-HAUT JE VOUS EN CONJURE.

    REGARDEZ VOUS MESSIEURS, JOUEZ POUR VOUS, Vous pouvez être EXTRAORDINAIRES, VOUS SAVEZ L’ÊTRE ! Arrêtez d’essayer de devenir de grands joueurs, SOYEZ DE GRANDS JOUEURS ! Chaque passe est une œuvre d’art à part entière, chaque geste doit être réalisé dans un souci de PERFECTION, Chaque ACTION ne doit être faite qu’avec UN SEUL CHOIX POSSIBLE, celui qui FAIT LE BUT ! MARQUER, MARQUER, MARQUER ENCORE et ENCORE et ENCORE et ENCORE…
    Coach, Reprenez possession des lieux…

    C’est ÇA L’OL. L’OL Coach, joueurs, c’est ÇA, ce n’est pas parler de la grande équipe d’en face ON S’EN FOUT. Ou bien louer le bon match d’un adversaire on s’en BRANLE ! Ce n’est pas ESSAYER D’ETRE MEILLEUR que l’adversaire, c’est ETRE MEILLEUR que l’adversaire. Ne rien avoir à perdre ce n’est pas « essayer de ne pas perdre rien » c’est « risquer TOUT ».
    LA RAGE, LA GNAC, VAINCRE, PLUS HAUT PLUS VITE PLUS FORT !

    Vous jouez le Barça en Janvier, moi je n’y vais pas en victime et je n’y vais pas avec du RESPECT. Je laisse le respect à ceux qui tire la révérence. Le plus grand des respects c’est leur rentrer dans la gueule et l’assumer. Vous allez essayer de battre le Barça ? Alors sachez que vous perdrez…

    Vous allez essayer de ne pas les craindre ? alors vous perdrez…
    Vous allez jouer en vous disant que perdre n’est pas honteux ALORS VOUS PERDREZ…

    TAPEZ LES POINT. JOUEZ et TAPEZ-LES. S’ils sont au TOP VOUS NE GAGNEREZ PAS. Est c’que j’ai dit que vous perdrez ? NON.

    S’ils ont ne serait-ce qu’un pet de travers alors TAPEZ LES ! BATTEZ LEEEEEESSSSS !!!! JOUEZ POUR VOUS, POUR NOUS, POUR VOTRE COEQUIPIER. Le foot c’est vous ensemble. Vous avez le temps de parader, arrêtez de parler de vos mots, AFFICHEZ vos ambitions A l’OL, Coach rendez-nous l’OL, mettez-y de l’action et non plus de la réaction, abreuvez nous d’excellence, devenez VOUS AUSSI UN GRAND !!!!
    ****** MAIS JOUEZ LE TITRE AUSSI !!!

    J’emmerde le PODIUM !!! on a fini champion devant le PSG de Ronaldinho, On a déglingué le Bayern de Munich avec des joueurs de ligue 1 !!! marqué des buts d’anthologie face au MILAN de Crespo et Vieri ! ATOMISÉ pendant 4 ans le real de Madrid, Battu Liverpool chez lui avec des gamins, saccagé et éliminé l’équipe des galactiques la plus chère du monde en 2010, y’avait Cristiano Ronaldo Raul ou encore KAKA en face !!!

    Mais BORDEL vous avez souillé Manchester City à l’aller comme au retour ! survolez votre football ! Arrêtez de laisser espérez les autres ! arrêtez de vous mettre au niveau de médiocrité qui n’est pas DIGNE du maillot que vous portez ! Arrêtez de vous faire peur, mobilisez-vous aidez vous, AIMEZ VOUS !!! c’est AUTORISÉ !!!

    L’OL VOUS LE RENDRA AU CENTUPLE, VOUS NE VOUDREZ PLUS JAMAIS EN PARTIR… Ce n’est pas ce Maillot qui vous rend fort, c’est vous qui devez prendre conscience de l’exigence que ces couleurs et ce blason vous force à afficher. Tout doit être fait mieux, plus vite et plus JUSTE quand vous le portez !

    Coach quant à vous, sachez que seule la victoire est belle, mais que le cœur sera toujours récompensé chez les Gones et les Fenottes… Donnez-nous du cœur, de la gouaille et des grosses baloches. J’ai le souvenir d’un joueur qui ne donnait pas sa part au chien et qui cultivait la teigne et l’acharnement comme cheval de bataille sur un terrain… Et surtout qui galopais comme un survivant.

    Tout ce qu’on veut, c’est juste se remettre à rêver et qu’on nous rende la fierté d’haranguer, d’aimer et cette puissance de croire que rien ni personne ne viendra chez nous ou ne nous rencontrera sans y laisser un tonneau de plumes…

    Je viens de nulle part, je ne suis personne, j’demande juste qu’à aimer mon club et pouvoir continuer à le raconter et conter encore ces moments de gloire comme m’enflammer pour suivre les propos de mon Coach et mes joueurs qui portent en eux la force de la gagne. Gagner est une drogue dont il est impossible de se défaire…

    Moi et des milliers d’autres on est en manque et quand on voit ce dont vous êtes capables on ne comprend pas comment vous pouvez ne pas avoir conscience que tout vient de vous et votre aptitude à exiger de vous l’excellence pour récolter une déferlante d’amour et de succès…

    Mettez ce maillot avec la certitude d’être les meilleurs… Il vous portera bien avant que vous le portiez…
    Merci de m’avoir lu,

    Aller l’OL à JAMAIS…

    ××××××× / Euggy69




  • #2
    On a découvert ce virus quasiment en même temps, me concernant ce fut en septembre 1989 lors d'un OL Sochaux, perdu 0-4 mais dès que j'ai vu ce rectangle vert, ma passion est née !
    Très beau Euggy ..

    Pour la victoire à la Lazio, j'étais allé à Satolas, quelle fierté ce jour là !
    Que je l'aime mon OL !!!!

    Commentaire


    • #3
      Revoir Euggy sur le forum...ça aussi ça rappelle des souvenirs
      C'est quand même une journée à 30 Millions

      Commentaire


      • #4
        Intéressant à lire
        Génésio est le pire entraîneur que j'ai connu à l'OL, et j'en ai connu 24....

        Commentaire


        • #5
          Splendide.
          bravo , tellement vrai et que de souvenirs .....de magnifiques résultats et ......ah Milan ma déception la plus forte .
          depuis'l'age 11 ans , je vais au stade et je suis addict de l'OL.
          Allez l'OL , aller chercher le 8ème Titre :lov:

          Commentaire


          • #6
            Cette plume m'avait manqué

            Commentaire


            • #7
              Euggy, je suis sûr que le match retour contre Bologne doit également être un souvenir clé, j'étais sûr que t'allais faire un paragraphe dessus ;)
              Du coup je suis décu !

              Commentaire


              • #8
                Très beau texte Euggy, dommage que tu n'ais pas évoqué le douloureux match retour contre le PSV en quart de finale (tu n'étais peut-être pas au stade)

                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par peblyon Voir le message
                  Très beau texte Euggy, dommage que tu n'ais pas évoqué le douloureux match retour contre le PSV en quart de finale (tu n'étais peut-être pas au stade)
                  Surement que Monsieur Nielsen en a décidé autrement!

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par 38Cacou Voir le message

                    Surement que Monsieur Nielsen en a décidé autrement!
                    Certes mais n'oublions pas non plus qu'on n'a fait que match nul à Gerland, alors on peut en vouloir éternellement à Niquelesen mais à domicile on aurait du tuer ce match.
                    Et puis tu sais sous la pression peut être que ce pénalty on l'aurait raté

                    Commentaire


                    • #11
                      Envoyé par peblyon Voir le message

                      Certes mais n'oublions pas non plus qu'on n'a fait que match nul à Gerland, alors on peut en vouloir éternellement à Niquelesen mais à domicile on aurait du tuer ce match.
                      Et puis tu sais sous la pression peut être que ce pénalty on l'aurait raté
                      Le match allé, c'est Cocu et Van Bommel qui en decide autrement... de vieux briscards... Avec du recul je me dis quand meme que l'anti-jeu c'est propre au football et ça peut être "magnifique" (en vrai c'était à rager mais alors 14 ans plus tard c'est mémorable)

                      Commentaire

                      Chargement...
                      X