Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mediapro "bombe à retardement" pour le Foot Français

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Pierre Rondeau


    Ça serait acté, «Mediapro se serait suicidé» et la ligue chercherait déjà un ou des nouveaux diffuseurs. Tout devrait s'accélérer d'ici la semaine prochaine





    Mediapro : Canal+, BeIn, GAFA... La LFP cherche désormais un nouveau diffuseur

    ÉCLAIRAGE - Le choix du Conseil d'administration de la Ligue pourrait se faire vendredi 16 octobre, avant un vote de l'Assemblée générale des clubs lundi 19 ou mardi 20 octobre.



    Suite du feuilleton Mediapro. La Ligue de Football Proessionnel a annoncé jeudi 15 octobre avoir mis en demeure le diffuseur (via la nouvelle chaîne Téléfoot), qui refuse toujours de payer les échéances d'octobre, 172 millions d'euros sur les 814 attendus chaque année sur la période 2020-2024. Surtout, les instances du foot français cherchent désormais de nouveaux canaux, un ou des remplaçants à Mediapro.


    Avant même l'hypothétique règlement du litige devant le tribunal de commerce de Nanterre, c'est un appel du pied lancé à Vivendi, propriétaire du diffuseur historique Canal+, mais aussi à BeIn, grâce au Qatar, principal bailleur de fonds du football français et du Paris Saint-Germain. Il ne faut pas non plus exclure l'entrée en jeu des GAFA, Google, Apple, Facebook, Amazon principalement.

    Solution ultime car "Mediapro s'est suicidé", a confié à RTL l'un des présidents d'un grand club de Ligue 1, qui font tous silence radio sauf un : le Lyonnais Jean-Michel Aulas, mercredi 14 octobre, à la sortie d'une conférence sur l'économie. "Je ne vois pas quel intérêt aurait Mediapro à ne pas payer, parce qu'il se mettrait en situation juridique extrêmement fragile. Six semaines après le début, on vient nous voir pour nous dire qu'on ne peut pas payer l'échéance du 17 octobre. Ce n'est pas sérieux".
    Choix du Conseil d'administration de la LFP vendredi ?


    En attendant, les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 sont en mode survie. Selon nos informations, une demi-douzaine de banques seraient disposées à consentir des prêts à 4%, taux d'intérêt du marché, expliquait il y a quelques heures un autre dirigeant sous couvert d'anonymat.

    Le choix du Conseil d'administration de la Ligue pourrait se faire vendredi 16 octobre, avant un vote de l'Assemblée générale des clubs lundi 19 ou mardi 20 octobre. La course contre la montre pour sauver le football français est engagée.

    https://www.rtl.fr/sport/football/me...mpression=true

    Commentaire


    • Envoyé par 69FAJA Voir le message

      Tu peux en dire plus ? merci.
      Oui, regarde ici : https://rmcsport.bfmtv.com/football/...p-1990683.html

      "Si le Canard Enchaîné indique que le nouveau président de la LFP, Vincent Labrune aurait paraphé un document visant à "accepter la procédure", L'Equipe assure à l'inverse que la Ligue n'a pas accepté d'entamer des négociations avec Mediapro."

      Si c'est vrai, ça m'étonnerait pas que JMA ait mis en avant Labrune pour mieux le flinguer derrière :-)



      Envoyé par JuniGarde Voir le message

      Les prêts ont des couts, ce n'est qu'une rustine. L'actionnaire chinois n'en a rien a battre de Macron qui a une influence de zéro sur le plan international. Le seul qui peut ramener un acteur étatique c'est Sarkozy avec le Qatar mais il n'a plus l'influence qu'il avait.
      Le prêt est une solution temporaire, bien entendu. Mais ce serait suffisant pour "tenir" le temps qu'il faut : quelques semaines, ou quelques années si Mediapro reste diffuseur (car on peut aussi difficilement concevoir qu'ils virent tout leur personnel...).



      Envoyé par 69FAJA Voir le message

      je pense que cela ne sera pas possible....il y a une délégation de l'Etat aux Fédérations mais cela n'exonère pas celles-ci pour respecter le code des Marchés Publics.

      Les Sté d'Autoroute ou les aéroports, par exemple, sont gérés par des Sté Privés mais lancent des AO pour leurs achats.
      Oui, par exemple les sociétés d'autoroute ont "remporté" des AO pour des tronçons, et ils peuvent ensuite sous-concéder des aires d'autoroutes/stations à des pétroliers et/ou des franchises de restauration.
      Envoyé par stadier
      - Upe : ça tiendrait qu'à moi tu serais responsable des Sports sur Canal ...

      Commentaire


      • Des prets + des prets + des prets
        On va faire un pret pour garantir entre autres le remboursement du pret qui a servis de garantie pour les prets des clubs.


        Est-ce qu'on peut m'expliquer un peu plus clairement comment tout ca va s'emboiter au final (j'ai dit "comment" pas "ou" j'ai mon idée la dessus)

        Apres les prets obtenus par les clubs, garantis sur la base des droits TV actuels, qui ne sont plus payés, pour palier la perte des droits TV de la saison derniere, on s'appreterait donc a refaire des prets, pour remplacer les sommes des droits TV qui servaient de caution aux premiers prets

        Un pret ca permet juste de repousser l'echeance de ces pertes, mais si jamais, on ne devait pas pouvoir du tout recuperer les sommes dues par Mediapro, comme on n'a pas pu recuperer les sommes dues la saison precedente, est ce que ca ne ferait pas au final presque 2 ans de pertes seches de droits TV (et de billetterie) dans la gueule des clubs si on tarde a retrouver un repreneur pour les droits TV de la saison en cours ?

        Car presque 2 ans sans fric, droits TV ET billetterie ? 2 ans sans revenus hormis la vente de joueurs et les revenus des Coupes d'Europe.... bonjour la casse !
        Les prets c'est bien joli, mais ca ne fait que retarder l'explosion de la bombe, non ?

        Il faudrait au plus vite trouver un repreneur pour les droits TV de la saison en cours, parce que plus on attendra, moins ils rapporteront et plus grandes seront les pertes des clubs.
        Dernière modification par Pr.Skinner, 16/10/2020, 01h37.
        "Hmmm oui mère..."

        Commentaire



        • Pierre Rondeau



          Enquête franceinter : la LFP, depuis les années 1980, n'a jamais demandé de garanties financières, jugées trop contraignantes, que ce soit à Mediapro, Canal ou Bein. Contrairement à tous les pays Européens, la garantie financière n'a jamais été 1 obligation dans le règlement de la LFP

          Commentaire


          • Envoyé par -Msila28 Voir le message
            Pierre Rondeau



            Enquête franceinter : la LFP, depuis les années 1980, n'a jamais demandé de garanties financières, jugées trop contraignantes, que ce soit à Mediapro, Canal ou Bein. Contrairement à tous les pays Européens, la garantie financière n'a jamais été 1 obligation dans le règlement de la LFP
            Vive l'exception à la française !

            Commentaire


            • Aucune garantie bancaire, un système "à la Papa"… l’affaire Mediapro révèle l’amateurisme du football français avec les droits TV de la Ligue 1


              Le principal diffuseur du championnat français de football veut renégocier son accord avec la Ligue de football professionnel. Les clubs sont inquiets pour leurs finances alors qu'aucun garde-fou n'a été mis en place pour faire pression sur Mediapro.


              Une caméra portant le logo du groupe Mediapro lors du match de Ligue 1 entre le Paris Saint-Germain et Marseille (OM) au Parc des Princes à Paris, le 13 septembre 2020 (photo d'illustration). (FRANCK FIFE / AFP)




              Après la trêve internationale, la Ligue 1 reprend vendredi 16 octobre, pour la 7e journée de championnat, dans un contexte particulièrement sensible. D'abord, il y a le couvre-feu imposé par le gouvernement qui prive totalement les stades de public. Mais surtout, les clubs ont rarement été aussi inquiets pour leurs finances alors qu'un bras de fer juridique s’est engagé entre la Ligue de football professionnel (LFP) et le principal diffuseur Mediapro qui veut renégocier les droits.



              Nous avons contacté ceux qui ont pris part au choix de Mediapro en mai 2018. Et nous avons découvert que le processus de décision révèle la légèreté, voire l’amateurisme, de l’ensemble du football français. Ce qui est pointé du doigt, et même ce qui indigne, depuis une semaine, c'est la fameuse garantie bancaire que la ligue n’a jamais demandé à Mediapro et qui la prive aujourd’hui de réel moyen de pression.


              Une garantie bancaire jamais demandée en 35 ans

              Sauf qu'en creusant auprès de responsables du football et de l'audiovisuel (tous préfèrent rester anonyme), on se rend compte que cette garantie bancaire n’a jamais été demandée à personne en 35 ans d’accord de diffusion à la LFP, c’est-à-dire ni à Canal Plus, ni à beIN Sport, ni à Orange.

              Une garantie bancaire, c'est bien sûr contraignant. Pour Mediapro, cela voudrait dire immobiliser à la banque plus d'un milliard d’euros. Mais c’est pourtant ce qui est demandé dans les autres championnats. L’Italie a d’ailleurs a rompu, il y a deux ans, l’accord avec le même Mediapro justement parce qu'il ne pouvait pas donner cette garantie de plus d'un milliard d'euros. Cette garantie existe aussi pour la Liga, le championnat espagnol, et pour le championnat Anglais, la Premier League. La sécurité financière est même une condition préalable à toute discussion.

              Pourtant en France, il n’y a pas de garantie bancaire.

              Les historiques de l’audiovisuel sportif expliquent aujourd'hui que "Canal et beIN, on les connaît… En revanche, Mediapro est un nouveau venu, et il fallait vérifier la fiabilité financière". Ce n’est pas faux, mais ça ne fait que confirmer finalement que le football français fonctionne "à la Papa" selon les mots d'un député qui suit le dossier de près. Un système qui, selon ce député, n’était pas fait pour la tempête, et qui se retrouve pris dans une tornade.

              "Le foot, c'est un État dans l'État"

              On peut se demander pourquoi il n'y a pas de garde-fou et pourquoi personne n'a dit à la LFP : "Attention, vous prenez un gros risque." La Ligue est une sub-délégation de service public, et dépend donc du ministère des Sports. Cette question des droits télé est importante parce que la taxe Buffet finance l’ensemble du sport amateur. Le ministère est donc concerné, mais il s’agit d’un contrat de droit privé. Il n’y a donc pas d’intervention possible légalement. Néanmoins dans la pratique le ministre peut, "doit même" selon certains observateurs, formuler des recommandations.


              Cela n’a pas été fait à l'époque reconnaît un collaborateur de l’ancienne ministre Laura Flessel. Mais ce n’est pas par manque d’intérêt, c’est parce "qu'on" nous a expressément demandé de ne pas le faire, nous affirme-t-il. Et par "on" il faut entendre "quelqu’un au-dessus dans la hiérarchie du pouvoir". Un autre ancien responsable politique confirme que "le foot, c'est un État dans l'État qui ne traite qu’avec lui-même et parfois seulement avec l'Élysée". Un huis-clos qui risque de conduire aujourd’hui à la catastrophe.

              https://www.francetvinfo.fr/sports/f...1_4143145.html

              Commentaire


              • Le Monde aujourd'hui:

                De quoi l’affaire Mediapro est-elle symptomatique ?


                Pour parler en des termes psychologiques, l’affaire Mediapro est due à la cupidité des clubs, à leur volonté inextinguible d’avoir plus d’argent d’année en année. Le football français a vécu dans l’euphorie depuis une quinzaine d’années, en tout cas depuis la prise de contrôle du Paris-Saint-Germain par le Qatar [en 2011]. D’un côté, les chaînes de télévision se livrent à une surenchère. De l’autre, la télédépendance des clubs augmente. Or, ce raisonnement ne peut pas se tenir jusqu’à la nuit des temps : arrive un moment où les détenteurs de droits, même les plus déraisonnables, comme Mediapro, ne peuvent plus suivre [début octobre, la société n’a pas réglé sa deuxième échéance, qui aurait dû rapporter ce mois-ci 172 millions d’euros au football français].
                Le risque de banqueroute pour le football professionnel français existe-t-il réellement ?


                Il est réel si rien ne change. La France n’est pas un cas unique, mais c’est un des cas les plus typiques : les revenus de plusieurs clubs, principalement ceux aux plus faibles budgets du championnat, sont dépendants à plus de 50 % de la redistribution des droits télé.
                Quelle responsabilité porte la Ligue de football professionnel dans la situation ?


                Elle a peut-être d’abord commis une erreur tactique.Si elle avait fait en sorte de répartirdavantage les droits à vendre avec les deux autres groupes demandeurs [Canal+ et BeIN Sports], elle aurait réduit sa dépendance à Mediapro.Elle aurait aussi dû tenir compte du fait que le championnat italien avait annulé l’offre de Mediapro pour diffuser le Calcio, justement parce que Mediapro présentait trop peu de garanties financières.
                En mai 2018, Mediapro a acquis la majorité des droits télés du football français pour la période 2020-2024, promettant 780 millions d’euros par an pour la Ligue 1…


                Pour gagner une enchère, il faut surenchérir. Et donc se montrer le plus optimiste – ou le plus menteur – sur ce que l’on est capable de payer. C’est un phénomène qui s’appelle la winner’s curse, la malédiction du vainqueur. Mediapro a obtenu les droits télévisés du championnat à un prix trop élevé,les informations selon lesquelles cette société a vite cherché à en revendre une partie à Canal+ vont dans ce sens. Il s’avère aujourd’hui qu’elle ne peut pas les payer… Mais elle ne pouvait peut-être pas les payer non plus au moment de l’enchère.
                Pour aller plus loin : Les nuages s’accumulent au-dessus du football françaisLa crise actuelle aurait-elle pu se produire sans celle liée au Covid-19 ?


                Tout à fait. Le Covid révèle les aspects les plus nocifs du capitalisme actuel. La crise récurrente du football depuis vingt-cinq ans[depuis l’arrêt Bosman et la libéralisation des transferts], c’est avant tout une crise d’inflation salariale. Les clubs paient des salaires de plus en plus élevés, des primes de transfert de plus en plus élevées. Jusque-là, ils ont raisonné en partant du principe qu’ils auraient des sources de revenus absolument garanties pour couvrir des coûts instables et croissants. Or, si leurs sources de revenus deviennent instables ou en baisse, le modèle économique du football devient totalement intenable…
                Quelles issues existe-t-il à la situation ?


                Si Mediapro se retire finalement, le football français devra procéder à un nouvel appel d’offres. Mais à quel tarif ? Canal+ ou BeIN Sports ont déjà plusieurs arguments pour négocier des prix à la baisse. Un match dans un stade vide, c’est tout de même un spectacle moins intéressant à diffuser. Et puis, le produit est moins stable : le Covid entraîne parfois des reports de matchs. Un autre excellent argument consisterait à dire que si la Ligue demande trop d’argent à Canal+ ou à BeIN Sports, ces deux chaînes risquent de se trouver elles aussi dans la panade, comme Mediapro.
                Quel nouveau modèle économique imaginer pour le football professionnel ?


                Le football se consomme de plus en plus sur des plates-formes numériques, par streaming, grâce à des retransmissions gratuites. Légalement ou illégalement. A terme, ces changements d’habitude peuvent avoir un gros impact. Si tout le monde arrive à bidouiller pour regarder les matchs et contourner les droits télé, quelle valeur auront ces droits télé ? Les clubs vont devoir inventer de nouvelles sources de revenus. Par exemple, imposer aux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) une taxe pour qu’ils retransmettent les matchs. Mais ce n’est pas gagné…

                Commentaire


                • En même temps les 30 premières années c'était avec le diffuseur historique Canal+ .... qui a preuve du contraire à initié ces droits TV et à cette époque une parole était une parole.... C'était même une des raisons de la pérennisation de la Chaîne C+ donc aucune raison de ne pas honorer le contrat qui les liait à le LFP
                  sigpic

                  Commentaire


                  • En tout cas Eyraud et Caiabozo vont être accueilli a coup de lance pierre chez canal et bibine. Eux qui avaient vécus le derniers appel d'offre comme une trahison vont pas mettre beaucoup de sous sur la table pour sauver les meules de mecs qui ont veillez a les évincer ...
                    Ils se sont levés. Ils m'ont applaudi et ils ont pleuré.

                    Commentaire


                    • Source: https://www.lemonde.fr/sport/article...6279_3242.html



                      Ligue 1 : « Mediapro a attendu la fin du mercato, dès le lendemain, on a appris que les dés étaient pipés »

                      Président délégué du SCO d’Angers, Philippe Caillot expose les conséquences du non-paiement par le diffuseur des droits télévisuels sur son club. Et redoute que le football français y laisse des plumes.



                      Propos recueillis par Clément Martel Publié aujourd’hui à 12h10

                      Temps de Lecture 3 min.
                      • Partage

                      Des supporteurs du SCO d’Angers, en mai 2017. THOMAS SAMSON / AFP
                      Le championnat de France reprend, vendredi 16 octobre, après une trêve internationale. Une Ligue 1 secouée par la décision du groupe Mediapro, le nouveau diffuseur qui devait propulser le football français vers les sommets, de ne pas s’acquitter de sa deuxième facture des droits télévisés : 172 millions d’euros, début octobre. Puis de réclamer une ristourne, arguant de la crise liée au contexte sanitaire. Si la Ligue de football professionnelle (LFP) se montre inflexible dans sa négociation avec le groupe sino-espagnol, les clubs professionnels français, qui devaient recevoir vendredi le versement de leur part des recettes de retransmission audiovisuelle, s’inquiètent de la situation.

                      Philippe Caillot, président délégué du SCO d’Angers (12e de Ligue 1 avant la 7e journée) expose les préoccupations qu’il partage avec de nombreux collègues.
                      Article réservé à nos abonnés Lire aussi Mediapro souffle un vent de panique sur le football français Mediapro a refusé de s’acquitter de sa facture et fait peser une grande incertitude sur le football français : comment vivez-vous cette situation ?


                      Au départ, on se dit que l’on parle de gens intelligents [les dirigeants de Mediapro], qui vont se mettre d’accord, et qu’il ne faut pas trop s’inquiéter. Mais c’est au niveau du timing que ça ne va pas : ils ont attendu la fin du mercato… A Angers, on a pris des risques calculés, à l’époque, en se disant : « On augmente la masse salariale de 20 %, d’accord, mais on a une belle équipe et on va s’y retrouver quelque part. » Sauf que, dès le lendemain de la fin du mercato, on apprend que les dés sont pipés. Pour nous, c’est une grosse déception.

                      On peut tout à fait entendre qu’il y a eu des soucis financiers, mais on ne rebat pas les cartes en cours de partie. On a fait notre mercato en anticipant la manne financière à venir [Mediapro doit verser 814 millions d’euros par an au football français]. Voilà comment ça se passe : le secteur sportif fait ses suggestions, sur leurs manques et leurs cibles, et ensuite on décide en fonction de nos moyens. Là, on était séduit par l’équipe potentielle, le président a dit « ok on y va », et on y est allé. C’est un risque calculé, où l’on espère rentrer dans nos fonds.
                      Quel est le pourcentage des droits télévisuels dans votre budget ?


                      A Angers, les droits télé représentent plus de 80 % du budget, et je pense que c’est à la même hauteur dans tous les clubs. Le reste, ce sont les partenaires qui nous sont restés fidèles, et la billetterie, qui est à zéro en ce moment [en raison de la pandémie de Covid-19]. Donc le problème économique est simple.
                      La LFP a contracté un emprunt pour pouvoir reverser de l’argent aux clubs, en l’absence du paiement de Mediapro. Avez-vous de ses nouvelles ? Quand est prévu le prochain versement ?


                      Le versement de la Ligue devrait avoir lieu en cette fin de semaine, le [vendredi] 16. On nous dit : « On va vous payer 30 % de ce qu’on vous doit, et on espère vous verser le reste à la fin du mois. » Sauf que nous, on a des salaires à payer à partir du 20 octobre, et il n’y a pas que les joueurs : il ne faut pas oublier tout le club derrière. Aussi bien en administratif qu’avec les joueurs professionnels, on a une masse salariale importante. Et la seule réponse qu’on nous donne, c’est « prenez ça, le reste on verra ».

                      A Angers, on a la réputation d’être un club bien géré, on n’est pas endettés, et on connaît des difficultés. Donc j’imagine pour les clubs qui connaissent davantage d’ennuis, qui ont par exemple fait un escompte sur leurs potentiels gains des droits télé… leur situation doit être catastrophique. Et la quasi-totalité des clubs est concernée. Quand vous voyez le mercato de cet été en France, avec des clubs qui ont investi 170 millions d’euros, on se dit que ça va être dur pour eux. Aussi solide que soit l’actionnaire du club, car il n’y a pas beaucoup de mécénat dans le football.
                      Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les nuages s’accumulent au-dessus du football français
                      La vraie question c’est : est-ce qu’on va toucher réellement ce qu’on nous a promis ? On a des doutes. Et ce n’est pas de la faute de la Ligue, puisque elle-même ne sait rien.
                      Comment envisagez-vous l’avenir à court terme, dans ces quelques semaines ? Est-ce que le spectre d’une faillite est écarté ?


                      Aujourd’hui, ce qui est important, c’est de trouver des solutions, et non pas des coupables. On est inquiets. Notre devoir, c’est de tout envisager, y compris le fait que demain, on ne nous paie plus. Mais à Angers, on n’imagine pas une potentielle faillite.

                      A aucun instant je n’imagine qu’il ne puisse pas y avoir un accord, car l’économie du football a un tel impact… Des solutions vont être trouvées, même si économiquement, on sait qu’on va y laisser des plumes. Mais ça ne peut pas s’écrouler comme ça du jour au lendemain.
                      Article réservé à nos abonnés Lire aussi Football et droits télé : « L’affaire Mediapro est due à la cupidité des clubs professionnels » Clément Martel
                      Ils se sont levés. Ils m'ont applaudi et ils ont pleuré.

                      Commentaire


                      • Oui, bon comme je l' ai déjà dit, média pro a déjà demandé en Aout un délais de versement. Ca aurait peut être pu mettre la puce a l'oreille , compte tenu de leur caractère sulfureux initial...
                        sigpicGentleman forumeur

                        Commentaire


                        • Envoyé par Mr_X Voir le message
                          En tout cas Eyraud et Caiabozo vont être accueilli a coup de lance pierre chez canal et bibine. Eux qui avaient vécus le derniers appel d'offre comme une trahison vont pas mettre beaucoup de sous sur la table pour sauver les meules de mecs qui ont veillez a les évincer ...
                          En même temps canal et beIn n’ont :

                          1) pas les moyens de « sauver » le foot français
                          2) pas la volonté (parce que le coup de tchoin initial il vient d’eux à la base hein)

                          si on commence à voir les choses de façon binaire : les acteurs classiques ou la mort, on va pas aller loin

                          Allons chercher d’autres choses et d’autres méthodes quitte à changer la réglementation. A un moment 2/3 clubs ne peuvent pas nourrir l’ensemble d’une ligue. Ça c’est une spécificité française totalement loufoque. Ça rend les gros pas assez gros (sauf triche etatique), ça rend les petits un peu trop résistants et la solidarité est a sens unique puisque dès qu’un OM ou OL va demander une « star » d’un club français, on va chercher à lui faire les poches.

                          Commentaire



                          • Commentaire


                            • Envoyé par -Msila28 Voir le message
                              Cela s'appelle un délit d'initié ...
                              Tout va bien dans le foot français !

                              Commentaire


                              • Envoyé par tendreg Voir le message

                                Cela s'appelle un délit d'initié ...
                                Tout va bien dans le foot français !
                                Et pourquoi, si cette information est avérée, St Etienne a été informé et pas les autres clubs ?

                                Commentaire


                                • Envoyé par auto67 Voir le message

                                  En même temps canal et beIn n’ont :

                                  1) pas les moyens de « sauver » le foot français
                                  2) pas la volonté (parce que le coup de tchoin initial il vient d’eux à la base hein)

                                  si on commence à voir les choses de façon binaire : les acteurs classiques ou la mort, on va pas aller loin
                                  Quel "coup de tchoin initial" de Canal et BeIn?

                                  Ils ont répondu à l'appel d'offres et MediaPro a surenchéri avec une offre intenable. Fin de l'histoire, non?

                                  Commentaire


                                  • Il n'est pas dit que la caution ne va pas jouer son rôle. Et il n'est pas délirant de considérer, comme Mediapro, que les conditions ont changé entre la date de la signature de l'accord et aujourd'hui, d'autant que les décisions débiles de la LFP sur la saison dernière ont aggravé la situation. Je rappelle d'ailleurs à tous l'attitude de Canal en avril dernier. S'ils avaient emporté l'appel d'offre il ne se seraient certainement pas gênés pour défendre leurs intérêts.
                                    Donc, attendons de voir ce qui va se passer. Je ne serais pas surpris que la caution paie en grande partie en contrepartie d'une baisse des droits, ce qui restera la meilleure des solutions. L'Etat devra normalement contribuer à aider le foot amateur.

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par auto67 Voir le message

                                      En même temps canal et beIn n’ont :

                                      1) pas les moyens de « sauver » le foot français
                                      2) pas la volonté (parce que le coup de tchoin initial il vient d’eux à la base hein)

                                      si on commence à voir les choses de façon binaire : les acteurs classiques ou la mort, on va pas aller loin

                                      Allons chercher d’autres choses et d’autres méthodes quitte à changer la réglementation. A un moment 2/3 clubs ne peuvent pas nourrir l’ensemble d’une ligue. Ça c’est une spécificité française totalement loufoque. Ça rend les gros pas assez gros (sauf triche etatique), ça rend les petits un peu trop résistants et la solidarité est a sens unique puisque dès qu’un OM ou OL va demander une « star » d’un club français, on va chercher à lui faire les poches.
                                      Bein et Canal ont été écartés de l'appel d'offre parce que la ligue et les clubs ont eu les yeux plus gros que le ventre en privilégiant le montant maximum quitte à prendre tous les risques, au lieu, par exemple, de diversifier ses fournisseurs. Aujourd'hui, ces mêmes fournisseurs se retrouvent en position de force, c'est le jeu. Si la ligue avait tenu compte des risques, ils n'auraient pas laissé Canal et Bein avec pas grand chose.

                                      Ensuite, la répartition collective n'est en aucun cas une spécificité française, et tu peux regarder ce qui se passe ailleurs, en Angleterre par exemple, pour voir que tout championnat un minimum équilibré ne peut reposer que sur une certaine forme de redistribution. Et ne parlons pas des sports américains, où là, on est à un niveau de redistribution sans équivalent dans aucun championnat de foot européen.

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par htgones Voir le message
                                        Il n'est pas dit que la caution ne va pas jouer son rôle. Et il n'est pas délirant de considérer, comme Mediapro, que les conditions ont changé entre la date de la signature de l'accord et aujourd'hui, d'autant que les décisions débiles de la LFP sur la saison dernière ont aggravé la situation. Je rappelle d'ailleurs à tous l'attitude de Canal en avril dernier. S'ils avaient emporté l'appel d'offre il ne se seraient certainement pas gênés pour défendre leurs intérêts.
                                        Donc, attendons de voir ce qui va se passer. Je ne serais pas surpris que la caution paie en grande partie en contrepartie d'une baisse des droits, ce qui restera la meilleure des solutions. L'Etat devra normalement contribuer à aider le foot amateur.
                                        La caution est quasiment certaine d'échouer.

                                        Il n'est pas délirant de considérer que les conditions ont changé? Peut être, mais de toute façon le modèle Médiapro n'avait aucune chance de réussir.

                                        Pourquoi est ce que la caution solidaire paierait si il n'y a aucun moyen de la faire payer? Pourquoi irait elle financer des pertes de centaines de millions d'euros? Pour les beaux yeux de la L1? Parce que même après renégociation, Mediapro sera toujours un gouffre financier.

                                        La meilleure solution pour tous, la plus réaliste, sera de casser tout simplement le contrat. Mediapro se dégage d'une situation avec des pertes minimes, les clubs retrouvent un financement stable mais réduit.

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par MAPASSOL2 Voir le message

                                          encore une fois. on parle du SALAIRE et seulement du salaire .... Neymar c est 3,5 de salaire par MOIS. Arnaud c est par an
                                          pas des dividendes ou des actions ou des parachutes
                                          il ya une différence avec les revenus annuels. et le salaire
                                          merci de bien lire
                                          Commence par te l'appliquer à toi même cher ami. Tu parles de 20%, j'explique simplement que dans le cas d'Arnaud c'est plutôt 0,1%. Rien de plus, redescends.

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par barhoum69 Voir le message

                                            Commence par te l'appliquer à toi même cher ami. Tu parles de 20%, j'explique simplement que dans le cas d'Arnaud c'est plutôt 0,1%. Rien de plus, redescends.
                                            sauf que le cher ami. parlais de salaire et seulement de salaire et pas de revenus
                                            donc ta reponse sur les revenus d alors n avait rien a y faire
                                            et mes 20% etait une forme d exemple sans plus.
                                            que ce soit 1% ou 20%. la référence etait le salaire et rien d'autre
                                            quant tu veut te mêler d une conversation sur les poires. , parle des poires ... pas du panier qui les contient
                                            bonne journee cher ami
                                            inscrit depuis 2000

                                            Commentaire


                                            • Envoyé par MAPASSOL2 Voir le message

                                              sauf que le cher ami. parlais de salaire et seulement de salaire et pas de revenus
                                              donc ta reponse sur les revenus d alors n avait rien a y faire
                                              et mes 20% etait une forme d exemple sans plus.
                                              que ce soit 1% ou 20%. la référence etait le salaire et rien d'autre
                                              quant tu veut te mêler d une conversation sur les poires. , parle des poires ... pas du panier qui les contient
                                              bonne journee cher ami
                                              Ahah le mec en mode passif agressif qui digère pas d'avoir complètement sur réagit et de s'être monté le bourrichon tout seul. Je réponds bien sur les points qui me chantent sans attendre ta permission, panier, pommes poires ou scoubidoubidous

                                              Commentaire


                                              • Envoyé par barhoum69 Voir le message

                                                Ahah le mec en mode passif agressif qui digère pas d'avoir complètement sur réagit et de s'être monté le bourrichon tout seul. Je réponds bien sur les points qui me chantent sans attendre ta permission, panier, pommes poires ou scoubidoubidous
                                                va jouer garçon
                                                bye
                                                inscrit depuis 2000

                                                Commentaire


                                                • La Ligue de football lance des saisies conservatoires contre Mediapro chez les opérateurs télécoms

                                                  https://www.capital.fr/entreprises-m...lecoms-1383475

                                                  Selon les informations de Capital, la ligue a demandé au tribunal de commerce l’autorisation de saisir des avoirs de Mediapro en France, et notamment les sommes versées par les abonnés de sa chaîne Telefoot. La justice lui a donné son feu vert mercredi 14 octobre. Immédiatement après, la LFP a envoyé des huissiers procéder à des saisies conservatoires chez les opérateurs télécoms, qui encaissent les revenus des abonnements.

                                                  Hélas, cette manoeuvre désespérée ne devrait pas rapporter grand chose, car le nombre d’abonnés à la chaîne reste très faible : 278.000 selon RTL et le Canard enchaîné, 350 à 400.000 selon le Monde. En supposant que la moitié de ces abonnés aient souscrit à l’offre sans engagement (29,9 euros par mois) et l’autre moitié à l’offre avec engagement d’un an (25,9 euros), alors les recettes des abonnements s’élèvent entre 7 et 10 millions d’euros par mois, ou 85 à 120 millions d’euros par an. En outre, il faut déduire de cette sommes la part conservée par les opérateurs télécoms pour transporter et commercialiser la chaîne, mais aussi l’avance versée par les opérateurs à Mediapro. Cette avance (dite “minimum garanti”) s’élève à quelques millions d’euros par opérateur, très loin des sommes demandées initialement par le catalan : d’abord 200 millions, puis 120 millions, puis enfin 50 millions. Bref, dans tous les cas, cela ne permettra pas de récupérer les 172 millions d’euros que Mediapro devait payer le 5 octobre, et encore moins les 814 millions qu’il doit payer par saison.

                                                  Commentaire


                                                  • Ouais du coup cette info confirmerait que la ligue sait tres bien qu'elle ne sera pas payé et que donc, a termes, le contrat ca être dénoncé.
                                                    Du coup ils exploitent toutes les voies judiciaires afin de recuperer un minimum de pognon avant le clap de fin
                                                    Les avis c'est comme les trous du cul...... tout le monde en a un

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X