Annonce

Réduire

Le forum a été mis à jour, créez un nouveau mot de passe

Suite à la dernière mise à jour, vous devez créer un mot de passe unique avant de vous reconnecter à votre compte pour la première fois.
Il suffit de cliquer sur "S'identifier ou s'inscrire" en haut à droite de l'écran puis sur "Oubli de votre mot de passe ou de votre identifiant ?". Saisissez votre email OL, vous recevrez un email de réinitialisation de mot de passe. Une fois votre mot de passe créé, connectez-vous avec votre pseudo et votre nouveau mot de passe.

En cas de problème, n'hésitez pas à contacter notre Service Relation Client, nous pourrons vous accompagner dans la démarche.
Voir plus
Voir moins

Ligue 1 [J27] - OM/OL 1-1

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par farwak80 Voir le message

    Pourquoi surprenant ? La saison est fini à Marseille. On prépare l'avenir.
    Elle s'achèvera dimanche à 23h, nuance
    C'est quand même une journée à 30 Millions

    Commentaire


    • Notre Jean mimi, il en aura vu passé des présidents des sardines depuis 1987 :

      avec la musique des disparus de l'année des césars ou des oscars ou alors Jump
      avril 1986 - décembre 1994 Bernard Tapie
      décembre 1994 - janvier 1995 Pierre Cangioni
      janvier 1995 - février 1995 Bernard Caïazzo
      février 1995 - juin 1995 Jean-Michel Ripa
      juin 1995 - juillet 1995 Jean-Claude Gaudin
      juillet 1995 - septembre 1996 Jean-Claude Gaudin
      Jean-Michel Roussier
      1996 - septembre 1999 Robert Louis-Dreyfus
      septembre 1999 - novembre 2000 Yves Marchand
      novembre 2000 - 2002 Robert Louis-Dreyfus
      2002 - janvier 2005 Christophe Bouchet
      janvier 2005 - juin 2009 Pape Diouf
      juin 2009 - juin 2011 Jean-Claude Dassier
      juin 2011 - juillet 2016 Vincent Labrune
      juillet 2016 - octobre 2016 Giovanni Ciccolunghi
      octobre 2016 - février 2021 Jacques-Henri Eyraud
      février 2021 - Pablo Longoria

      Commentaire


      • Entre la rivalité habituelle, le cas de Garcia "le traitre", le contexte pesant, Gueye et ses déclarations, Sampaoli qui arrive, JHE qui se barre, ça fait un avant-match bien chaud. Marcelo qui revient, pas du luxe. Le huis-clos nous arrangera sûrement.

        Commentaire


        • Mc Court ce matin dans LA PROVENCE : "nous montrerons au monde ce que signifie être un club d'élite du football"
          Le Café du Commerce ça ose tout, c'est même à ça qu'on le reconnaît !

          Commentaire


          • Envoyé par InfosGones Voir le message
            Mc Court ce matin dans LA PROVENCE : "nous montrerons au monde ce que signifie être un club d'élite du football"
            Déjà il montre au monde entier ce qu'est une magistrale opération de com'
            C'est quand même une journée à 30 Millions

            Commentaire


            • Envoyé par Yanloup Voir le message

              Déjà il montre au monde entier ce qu'est une magistrale opération de com'
              Il va faire le coup du rapprochement avec les supporters avec "le projet les Goudes", "Le Cigale Project"
              Le Café du Commerce ça ose tout, c'est même à ça qu'on le reconnaît !

              Commentaire


              • Envoyé par _ol_ Voir le message
                Notre Jean mimi, il en aura vu passé des présidents des sardines depuis 1987 :

                avec la musique des disparus de l'année des césars ou des oscars ou alors Jump
                avril 1986 - décembre 1994 Bernard Tapie
                décembre 1994 - janvier 1995 Pierre Cangioni
                janvier 1995 - février 1995 Bernard Caïazzo
                février 1995 - juin 1995 Jean-Michel Ripa
                juin 1995 - juillet 1995 Jean-Claude Gaudin
                juillet 1995 - septembre 1996 Jean-Claude Gaudin
                Jean-Michel Roussier
                1996 - septembre 1999 Robert Louis-Dreyfus
                septembre 1999 - novembre 2000 Yves Marchand
                novembre 2000 - 2002 Robert Louis-Dreyfus
                2002 - janvier 2005 Christophe Bouchet
                janvier 2005 - juin 2009 Pape Diouf
                juin 2009 - juin 2011 Jean-Claude Dassier
                juin 2011 - juillet 2016 Vincent Labrune
                juillet 2016 - octobre 2016 Giovanni Ciccolunghi
                octobre 2016 - février 2021 Jacques-Henri Eyraud
                février 2021 - Pablo Longoria
                Ce club n'a plus de Francais pour le diriger. Pfff; Quelle honte; En quoi il représente la ville aujourd'hui ?

                Commentaire


                • Envoyé par _ol_ Voir le message
                  Notre Jean mimi, il en aura vu passé des présidents des sardines depuis 1987 :

                  avec la musique des disparus de l'année des césars ou des oscars ou alors Jump
                  avril 1986 - décembre 1994 Bernard Tapie
                  décembre 1994 - janvier 1995 Pierre Cangioni
                  janvier 1995 - février 1995 Bernard Caïazzo
                  février 1995 - juin 1995 Jean-Michel Ripa
                  juin 1995 - juillet 1995 Jean-Claude Gaudin
                  juillet 1995 - septembre 1996 Jean-Claude Gaudin
                  Jean-Michel Roussier
                  1996 - septembre 1999 Robert Louis-Dreyfus
                  septembre 1999 - novembre 2000 Yves Marchand
                  novembre 2000 - 2002 Robert Louis-Dreyfus
                  2002 - janvier 2005 Christophe Bouchet
                  janvier 2005 - juin 2009 Pape Diouf
                  juin 2009 - juin 2011 Jean-Claude Dassier
                  juin 2011 - juillet 2016 Vincent Labrune
                  juillet 2016 - octobre 2016 Giovanni Ciccolunghi
                  octobre 2016 - février 2021 Jacques-Henri Eyraud
                  février 2021 - Pablo Longoria
                  Je ne savais pas que Caiazzo avait dirigé l'OM.

                  Commentaire


                  • Envoyé par Pernambucano_ Voir le message

                    Je ne savais pas que Caiazzo avait dirigé l'OM.
                    Pendant 15 jours..., il devait traîner dans les couloirs, "hey toi là bas à la machine à café, tu va nous diriger le club cette semaine"
                    Le Café du Commerce ça ose tout, c'est même à ça qu'on le reconnaît !

                    Commentaire


                    • Les derniers changements vont ils booster l'équipe Marseille ?
                      il y a encore de bons joueurs dans cette équipe, ne nous y trompons'pas , il nous faudra être à un très bon niveau pour nous imposer la bas .
                      attention , ce match peut être un tournant pour nous .
                      il reste 12 matchs , chaque points perdus seront importantissimes .
                      le championnat va bientôt basculer , il ne faut pas craquer les premiers.
                      GAGNONS la bas pour faire perdurer l'espoir .
                      Allez l'OL , aller chercher le 8ème Titre :lov:

                      Commentaire


                      • Mandanda, Alvaro, Kamara, Payet, Thauvin c'est capable de se mettre au niveau sur un match, surtout en prime-time.

                        Le reste des joueurs c'est en dessous des notres.

                        Et les 5 remplaçants j'en parle même pas...
                        Le Café du Commerce ça ose tout, c'est même à ça qu'on le reconnaît !

                        Commentaire


                        • Le changement de président à l'OM et le besoin de réchauffement des supporters marseillais, rendent ce match très sérieux pour l'OL. Aborder cette équipe avec les doigts de pieds en éventail, sous prétexte de contexte, est le meilleur moyen de planter la progression lyonnaise au classement.

                          Il faut aborder ce match comme un match de coupe à élimination directe, un match piegeux. Il faut respecter l'adversaire si on veut le vaincre, ne surtout pas le sous-estimer avant le match.

                          Ils vont aborder les 90 minutes avec le besoin de montrer, à leur public, à leur prochain coach. Si on est sérieux, on les assouplit gentiment et on ne laisse pas de joker à nos adversaires directs.

                          Attention aux cartons rouges, il faudra garder la tête froide pour ne pas se faire embarquer dans leur vaudeville.

                          Commentaire


                          • Envoyé par François-17 Voir le message
                            Le changement de président à l'OM et le besoin de réchauffement des supporters marseillais, rendent ce match très sérieux pour l'OL. Aborder cette équipe avec les doigts de pieds en éventail, sous prétexte de contexte, est le meilleur moyen de planter la progression lyonnaise au classement.

                            Il faut aborder ce match comme un match de coupe à élimination directe, un match piegeux. Il faut respecter l'adversaire si on veut le vaincre, ne surtout pas le sous-estimer avant le match.

                            Ils vont aborder les 90 minutes avec le besoin de montrer, à leur public, à leur prochain coach. Si on est sérieux, on les assouplit gentiment et on ne laisse pas de joker à nos adversaires directs.

                            Attention aux cartons rouges, il faudra garder la tête froide pour ne pas se faire embarquer dans leur vaudeville.
                            JUNI...Garcia et le Prez saurons motiver nos joueurs.....j'en suis convaincu!
                            Attention au debut de match....!

                            FAN CLUB AXEL!

                            Commentaire


                            • JHE est parti du poste de Président mais a pris la tête du Directoire....c'est le changement dans la continuïté

                              Un choix salué par Coach Courbis mais qui suscite néanmoins quelques doutes. “Eyraud n’est pas parti. Sa fonction a été changée, ce sont deux choses différentes, note le membre de la Dream Team. Dans la période actuelle où c’était vraiment devenu impossible, la décision de McCourt a été très intelligente et astucieuse pour retrouver un retour au calme."

                              En résumé on pourrait faire une synthèse intitulée : Prendre les gens pour des k.o.n.s

                              Commentaire


                              • RMC est en boucle depuis des semaines entières à nous saouler avec le grand ,l'unique club en france qu'il chérisse tant l'OM......... qui essaient ils là une nouvelle fois d'influer si ce n'est les arbitres de ligue 1 qui vont officier ce dimanche ......Nous connaissons l' opinion de ces merdiats un seul olympique existe c'est l'OM leur choix est fait il est définitif et donc condamne notre pauvre OL à être pour eux qu'un pauvre club de seconde zone.
                                Tout est fait depuis plus de dix ans par la fédération française de foot pour maintenir l'OM en haut du classement pour que tout les coups tordus soit permis pour influencé l'arbitrage,les chaines télés et l'opinion public que oui l'OM mérite toutes les ******ries qui sont faites à leur profit CAR C'EST UN GRAND CLUB..........
                                tout celà est antisportif et mafieux rien n'est du à aucun club de ligue 1 il faut le mérité d'être au plus haut niveau et pour moi l'OM mérite plutôt la relégation en ligue 2 qu'une place en ligue des champions......L'année dernière déjà ils en ont volées une vont ils arrivées une fois de plus à nous empécher nous l'OL d'y parvenir tant leur haine ,leur jalousie immense de chaque club qui arrive là où ils n'ont plus leur place est grande......
                                Je regarderais une fois de plus avec une attention particuliére le comportement arbitral ,les commentaires de journalistes influenceurs et à la solde des Sudistes pour confirmer mon impression de championnat pourri par cette équipe mafieuse.

                                Commentaire


                                • Y a t'il des joueurs menacés de suspension au prochain carton jaune ?

                                  Commentaire


                                  • Sampaoli, ( comme, Biesla ) , l'entraineur légendaire au palmarès...inexistant ou presque en club. Il a l'air d'avoir une grande gueule, ca colle bien au club.
                                    Bref assez parlé de coachs vintage qui font bander dans le 13. Sur le terrain on va leur montrer ce qu'est une vraie équipe.

                                    Un Paqueta au taquet pour choper les poignées d'amour de M. Kébab-frites, un Marcelo de retour pour être dans les sales coups quand ca part en vrille, comme Antho. Un Memphis pour crucifier en fin de match. Et "ils le paieront" Thauvin qui chouinera en fin de match. Rien de plus
                                    Dernière modification par eddy571, 27/02/2021, 22h38.

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par eddy571 Voir le message
                                      Sampaoli, ( comme, Biesla ) , l'entraineur légendaire au palmarès...inexistant ou presque en club. Il a l'air d'avoir une grande gueule, ca colle bien au club.
                                      Bref assez parlé de coachs vintage qui font bander dans le 13. Sur le terrain on va leur montrer ce qu'est une vraie équipe.

                                      Un Paqueta au taquet pour choper les poignées d'amour de M. Kébab-frites, un Marcelo de retour pour être dans les sales coups quand ca part en vrille, comme Antho. Un Memphis pour crucifier en fin de match. Et "ils le paieront" Thauvin qui chouinera en fin de match. Rien de plus
                                      ok mais avec modération, si on peut aussi éviter de prendre des matchs de suspensions comme il y a deux ans, car j'ai l'impression que beaucoup n'attendent que cela.

                                      ensuite je suis altéré par le traitement que la lfp a fait de la l1 en montrant son luc à anal+, match à 13h le samedi mais aucun match le samedi soir, et avec cela on veut valoriser la l1, ridicule

                                      Commentaire


                                      • avant-première abonnés


                                        Lucas Paqueta (OL) : « Je voulais lutter contre les costauds »






                                        Le milieu de l'OL Lucas Paqueta, attendu comme un leader technique, explique son goût pour les duels et le combat, qu'il porte en lui depuis son enfance au Brésil avant le choc de dimanche soir entre l'OL et l'OM (21 heures).



                                        Hugo Guillemet, à Lyon mis à jour le 27 février 2021 à 20h14




                                        Il a profité d'un week-end de libre, la semaine dernière, pour visiter Paris et voir la tour Eiffel. Lucas Paqueta - appelez-le « Paqueta » tout court - n'a pas encore découvert Lyon, « il faisait trop froid », et la situation sanitaire ne lui a toujours pas permis de voir la ville du club qu'il a rejoint à la fin du mercato estival, à l'automne. Il aura le temps de le faire, car il compte bien durer à l'OL.

                                        Enfin serein après un passage compliqué à l'AC Milan, où le directeur sportif rhodanien Juninho est allé le chercher pour un peu plus de 20 M€, le milieu brésilien de 23 ans semble débarrassé de son statut de crack qui lui pesait sur les épaules. La Ligue 1 n'a pas découvert qu'un meneur technique : Paqueta est aussi un leader dans le combat, il le revendique. Avec déjà quelques mots de français, qu'il comprend, et avec l'aide d'Isabelle Dias, qui s'occupe de lui depuis son arrivée, l'international auriverde s'est longuement confié sur ses premiers mois réussis en France.




                                        « On vous a beaucoup vu évoluer en numéro 8, mais aussi en 6 et, à Brest, en 10. Quel est le vrai poste de Paqueta ?



                                        Le vrai poste, c'est sur le terrain (Rires.) Non, sincèrement, je me sens bien
                                        dans toutes les positions au milieu, puisque aujourd'hui j'ai la confiance du coach Rudi (Garcia) et de mes coéquipiers. Ce que je veux, c'est défendre, attaquer, défendre, attaquer, défendre, attaquer...




                                        À votre arrivée, on pensait que vous alliez surtout attaquer : on avait l'image d'un numéro 10, dribbleur, technique... Donc en fait, vous êtes un box-to-box ?



                                        Oui ! Là où j'ai été formé, à Flamengo, il faut démontrer une très grande volonté sur le terrain, c'est dans la culture du club. On m'a appris cette exigence, en me demandant beaucoup d'efforts là-bas. Et ça donne un peu ce que je suis aujourd'hui. Le style Paqueta, c'est un mélange de combat pour récupérer le ballon et de joie pour jouer avec.




                                        Vous avez donc acquis ce goût du combat au centre de formation ?



                                        Non, pas tout à fait. Dans ma vie, j'ai toujours été quelqu'un qui aimait vaincre, tout le temps. Donc je pense que j'avais déjà cette volonté de guerrier en moi. De toute façon, ça ne peut pas s'acquérir. La culture de Flamengo m'a simplement aidé à le développer. Et c'est ce que j'essaye d'apporter à l'OL. Quand j'étais enfant, ma mère me disait toujours qu'il fallait que j'apprenne à perdre. Et moi, je lui répondais : "Maman, je veux bien apprendre à perdre, mais sans perdre !'' La défaite m'apporte un trop gros sentiment de tristesse. Avec mon frère (Matheus, de deux ans son aîné), quand on jouait pieds nus, dans la rue ou sur la plage, on s'interdisait de perdre.

                                        « Mes modèles ? C'était Kaka et Zico. Parce qu'ils ont connu les mêmes difficultés que moi à l'adolescence, ils étaient petits, maigres »





                                        Personne n'a donc jamais battu les frères de l'île de Paqueta ? (*)



                                        (Il rit.) Franchement, je pense pouvoir vous dire sans mentir que non, personne n'a jamais gagné contre les deux frères de Paqueta, sur le sable ou sur le terrain. Même enfants, on donnait absolument tout et on est toujours sortis vainqueurs sur notre île.

                                        (*) Lucas Tolentino Coelho de Lima est né et a grandi sur l'île de Paqueta, située dans la baie de Rio de Janeiro. Il tire son nom de cette petite île peuplé d'environ 3 000 habitants.



                                        Que mettait-on en avant dans votre jeu à l'époque ? Ce goût du combat, ou votre technique ?



                                        Ça dépendait, parce que mon jeu était déjà un ensemble de plusieurs choses. Je me disputais beaucoup avec mon père à ce sujet, car il me disait que j'avais les caractéristiques d'un numéro 10. Mais moi, même si j'étais tout petit, que je faisais deux têtes de moins que les autres, je voulais aller au combat, je voulais lutter contre les costauds.



                                        Vos modèles étaient des milieux travailleurs ?



                                        Non, plutôt des 10, car c'était Kaka et Zico. Et parce qu'ils ont connu les mêmes difficultés que moi à l'adolescence, ils étaient petits, maigres. Ils manquaient de force, de taille, ils ont tardé à grandir. Moi, c'était pareil, j'ai suivi le même traitement que Zico (*) et j'ai grandi tardivement.

                                        (*) Il ne mesurait que 1,53 m à 15 ans (1,80 m aujourd'hui). Flamengo a alors fait suivre au joueur le Projeto Soma, un programme de renforcement physique et nutritionnel déjà utilisé sur Zico dans le passé.


                                        Connaissez-vous votre classement aux notes de notre journal ?



                                        Oui, je regarde chaque semaine. Je crois bien que je suis premier (Rires.) 6,25/10, c'est ça ?


                                        Raté, 6,21...


                                        (Rires.) Je suis venu pour donner le meilleur de moi-même, de toute façon. Je crois que je me suis plutôt bien adapté à l'OL et à la Ligue 1 puisque je me sens bien sur le terrain et bien avec tout le monde ici au club.



                                        Il faut relativiser cette moyenne, due en partie à vos performances avant Noël. Car depuis les Fêtes, on vous voit moins rayonnant.



                                        Je pense que mes adversaires ont bien compris ma façon de jouer, ils se sont adaptés et c'est donc plus difficile pour moi aujourd'hui, je suis mieux pris, je sens que le marquage sur moi a évolué. Ils me connaissent ! C'est à moi de trouver des solutions pour m'adapter et ainsi permettre à l'OL de continuer à avancer.


                                        L'OL joue moins bien car Paqueta est moins bien ? Ou bien est-ce parce que l'OL joue moins bien que l'on voit moins Paqueta ?



                                        C'est une question compliquée, mais je pense avoir compris (Sourire.) C'est vrai que quand je suis à mon meilleur niveau ça aide l'équipe à atteindre le sien. J'ai cette responsabilité pour qu'on joue bien. Mais il y a aussi d'autres joueurs dans ma zone qui m'aident beaucoup quand je suis moins en forme comme Léo (Dubois), Thiago (Mendes), Memphis (Depay) ou Houssem (Aouar). De toute façon, on doit tous s'entraider afin de compenser quand l'un d'entre nous est moins bien afin que l'équipe continue de performer. Ça vaut pour moi, pour Memphis...

                                        « À Milan, je m'étais mis beaucoup de pression. Trop, même. Donc en arrivant ici, à Lyon, je me suis dit que je ne m'en mettrai pas »





                                        Avec 3 buts lors des 4 derniers matches, vous le suppléez comme buteur... C'était une pression de Rudi Garcia, qui voulait vous voir marquer plus ?



                                        Non, ce n'est pas vraiment une pression du coach... Ni même une pression tout court. Vous savez, à Milan, je m'étais mis beaucoup de pression. Trop, même. Donc en arrivant ici, à Lyon, je me suis dit que je ne m'en mettrais pas. Que je donnerais le meilleur de moi-même tout simplement. Si les buts viennent, tant mieux. Aujourd'hui, ils sont là, c'est bien.


                                        Cette pression était liée à votre étiquette de "crack", que vous n'avez plus aujourd'hui ?



                                        Non, je connaissais ma responsabilité, je savais pourquoi j'étais là-bas... Parfois, les choses dans le football ne se passent pas comme elles le devraient. On s'imagine des choses, on se met une pression... C'est inexplicable, parfois il n'y a pas de motif à un échec. Même si mon expérience à Milan n'a pas été extraordinaire, du moins pas celle que certains attendaient, elle m'a beaucoup servi. Car je suis aujourd'hui un meilleur joueur. Je suis un Paqueta différent, un Paqueta plus fort, un Paqueta qui a retrouvé l'essence de ce qu'il était au Flamengo. La pression existe encore, elle existera toujours, mais elle ne vient plus de moi.

                                        »
                                        Votre compatriote Bruno Guimaraes a connu une trajectoire un peu similaire à l'OL : des débuts extraordinaires, puis un creux. En parlez-vous tous les deux ?



                                        Je ne pense pas qu'on puisse parler de hauts et de bas nous concernant... On peut dire qu'il y a eu des très bonnes phases, et d'autres plus normales. Mais il n'y en a pas eu de mauvaises. On discute beaucoup avec Bruno, on s'aide car on s'apprécie énormément. Bruno est un grand joueur, on est heureux tous les deux. En tout cas, moi, je suis heureux quand je suis sur le terrain avec lui.

                                        « Sans Juninho ? Non, je ne serais pas venu à Lyon. Aujourd'hui, quand je joue, je veux le récompenser de la confiance qu'il a placée en moi »





                                        Il y a aussi Juninho à l'OL. Auriez-vous signé ici s'il n'était pas là ?


                                        Non. Lui a d'abord été très sincère avec moi quand il m'a appelé : il savait la période que je traversais à Milan. Mais surtout, il me connaissait avant Milan. Il savait exactement qui j'étais. Il savait que je pouvais redevenir ce joueur comme à Flamengo, un guerrier qui se bat pour l'équipe. Aujourd'hui, quand je joue, je veux récompenser Juninho de la confiance qu'il a placée en moi.




                                        Saviez-vous qu'il avait parlé de vous à l'OL en 2017 ?



                                        Oui, je le sais (Sourire.) Mon agent m'en a parlé. J'étais heureux d'apprendre que, déjà en 2017, il m'avait repéré. Mais bon, les discussions avaient avancé avec d'autres clubs...



                                        Vous étiez trop cher, aussi.


                                        Oui, peut-être ! (Rires.)


                                        Vous avez cette volonté de satisfaire aux exigences de Juninho. À l'AC Milan, c'était pareil avec Leonardo, qui vous avait fait venir. Avez-vous besoin d'un mentor pour jouer en confiance ?



                                        Je ne sais pas si j'en ai besoin. À Milan, je suis arrivé dans un nouveau pays, sur un nouveau continent, c'était une langue différente. Leonardo m'a beaucoup aidé, accompagné. Pendant une demi-saison avec lui, ça s'est bien passé pour moi. On peut dire qu'il était mon mentor, oui. Mais ensuite, il est parti à Paris. À ce moment-là, je me suis senti un peu seul, pas encore parfaitement adapté à la culture, au club. Mais cette expérience m'a aidé : j'ai beaucoup grandi comme joueur et comme homme. Ici, à Lyon, c'est vrai que Juninho me transmet de la confiance et vous voyez un Paqueta prêt, adapté à ses coéquipiers, identifié au club. Mais tout cela, je le dois donc aussi à Milan et à Leonardo, que je veux remercier. Il m'a aidé et grâce à lui je suis devenu quelqu'un capable d'affronter les difficultés.



                                        Vous a-t-il écrit quand vous avez signé à l'OL ?



                                        Oui. Il m'a souhaité la bienvenue en France, et bonne chance.

                                        « Je compte bien m'inscrire dans la durée à Lyon. Ici, je suis redevenu qui je suis vraiment »





                                        Quelle image aviez-vous de Lyon avant d'arriver ?



                                        Celle du Brésil, donc très positive. Là-bas, on dit que c'est un club qui accueille très bien les Brésiliens. Juninho, comme d'autres, a marqué l'histoire de l'OL. C'est un club de Brésiliens, je suis vraiment heureux d'être ici et je veux à mon tour marquer l'histoire de mon empreinte.



                                        Vous vous dîtes que c'est un passage, et qu'il faudra un jour rejoindre à nouveau un très grand club européen ?



                                        Non, je suis très heureux ici et je compte bien m'inscrire dans la durée. Ici, je suis redevenu qui je suis vraiment et j'ai retrouvé ma confiance. Je veux faire un grand Championnat et je veux surtout porter ce maillot de l'OL en Ligue des champions. Avec des supporters : j'ai vraiment hâte de les découvrir dans le stade et de communier avec eux.


                                        Votre célébration de but les a déjà beaucoup marqués. Quelle est cette danse ?



                                        J'adore danser, j'ai toujours aimé ça. Cette célébration, c'est ma marque, j'ai toujours fait ça. C'est un pas de funk. J'aime beaucoup la funk. Après la publication d'une vidéo où on dansait avec Jean Lucas, j'ai découvert sur les réseaux sociaux que les Lyonnais aimaient aussi beaucoup ce genre de musique. Je ne l'ai pas fait exprès, je ne le savais pas, personne ne m'en avait parlé. Mais tant mieux ! »



                                        publié le 27 février 2021 à 18h00mis à jour le 27 février 2021 à 20h14

                                        L'Equipe

                                        Commentaire


                                        • L'OL se cherche toujours un arrière gauche




                                          Que ce soit le reconverti Maxwel Cornet, l'expérimenté Mattia De Sciglio ou le jeune Melvin Bard, aucun latéral ne s'est durablement dégagé sur un côté parfois fragile.



                                          Hervé Penot 28 février 2021 à 00h15


                                          partager


                                          À gauche, ce n'est pas toujours soir de caviar. Ces dernières semaines, le poste de latéral s'est trouvé des pensionnaires aux profils très différents, entre Mattia De Sciglio, le soldat italien plutôt spécialisé à droite, Maxwel Cornet, l'ancien attaquant reconverti, et Melvin Bard, le gone en post-formation.

                                          Et on oublie dans ce décompte le perdu de vue, Youssouf Koné, envoyé à Elche en prêt en début de saison et déjà parti vers d'autres cieux (Hatayspor, TUR), l'échec espagnol consommé... Le Malien échappe à l'une des problématiques de cet OL : comment resserrer un secteur actuellement déficient ? On se souvient du but encaissé à Brest vendredi dernier (3-2), sans conséquences, avec un alignement approximatif de De Sciglio ou de ces dernières sorties de Cornet dont l'une lui a valu un remplacement dès la pause à Dijon (1-0, le 3 février).


                                          Pour rappel, lors du match aller contre l'OM (1-1), Bard avait débuté, obtenant la meilleure note lyonnaise de notre journal (6/10), son dynamisme lui ayant permis d'obtenir un penalty. Mais le jeune joueur, encore perfectible, n'a jamais été en tête des priorités, en dépit d'une sortie intéressante en Coupe contre Ajaccio (5-1, le 9 février).


                                          « Un latéral droitier à gauche, ça enlève des options »

                                          Jérémy Berthod, ex-latéral de l'OL




                                          Ses deux concurrents n'ont pas perdu leur avance aux yeux de Rudi Garcia, dont le jugement ne repose pas sur une dynamique récente mais plutôt sur le moyen terme. Quelques sorties ratées n'ont pas remis en cause ses analyses, même si elles ont pu altérer les statuts.


                                          Depuis plus d'un an, Maxwel Cornet est régulièrement positionné en latéral droit par Rudi Garcia. (A. Martin/L'Équipe)





                                          La preuve ? De Sciglio est passé devant Cornet lors du dernier match, l'Ivoirien étant, toutefois, le grand gagnant de l'ère post-mercato estival. Garcia, en conférence de presse, a mis en avant le rôle de l'ancien de la Juve, son professionnalisme, son engagement, son intelligence tactique, sans oublier de mentionner ce que Cornet ou Bard ont réussi.



                                          « La hiérarchie a été remise en question, souligne Jérémy Berthod, l'ancien latéral gauche lyonnais. Maxwel avait de l'avance, puis il a été un peu moins fringant. On sent que parfois ce n'est pas son poste, même s'il a fait des très bons matches. Et pour De Sciglio, un latéral droitier à gauche, je ne suis pas fan car ça enlève des options. Il a tendance à ouvrir l'intérieur à son adversaire car il défend sur son pied fort, même s'il est intelligent. Et ça ne met pas en valeur ses qualités de centre. Melvin, je le connais bien et je ne suis pas surpris de son éclosion (Berthod a entraîné les U 17 à l'OL), même si ce n'est pas nécessairement celui qu'on imaginait passer au haut niveau, mais il a une combativité, un état d'esprit remarquables. Il n'a peur de rien et je trouve que c'est une solution crédible à gauche car personne ne s'impose, contrairement à droite où Léo Dubois est vraiment en avance sur De Sciglio. »

                                          Bard aurait d'ailleurs tout intérêt à prouver son potentiel puisque l'OL compte bouger cet été dans ce secteur, Cornet et de Sciglio (*) n'étant pas certains du tout d'être toujours présents après la saison.

                                          (*) Il est prêté par la Juve et retournera logiquement en Italie.

                                          publié le 28 février 2021 à 00h15
                                          L'Equipe

                                          Commentaire


                                          • Dans tous les cas, leur groupe aux sardines c'est du lourd... rien qu'avec Payet

                                            Commentaire


                                            • Envoyé par Upe Voir le message
                                              Entre la rivalité habituelle, le cas de Garcia "le traitre", le contexte pesant, Gueye et ses déclarations, Sampaoli qui arrive, JHE qui se barre, ça fait un avant-match bien chaud. Marcelo qui revient, pas du luxe. Le huis-clos nous arrangera sûrement.
                                              Gueye est bien ridicule d'ailleurs.. au vu du classement de l'OM, il ferait mieux de parler de l'Europe pour son club que de priver l'OL du titre.. il préfère que Paris soit sacré du coup ?

                                              Commentaire


                                              • Envoyé par petit_sauvage Voir le message

                                                Ahlala.... le retour d'Hagical! Qui nous avait laissé tranquille un moment, qu'est ce que c'était bien... Et là depuis quelques matchs il revient en mode "je vous l'aurai prévenu!". Moi et mon copain Yanloup (tiens tu peux mettre Phileagol et Junigarde dans le même sac je pense) .

                                                Donc sur tous les topics de match on va se taper un message du genre.... à base de "tout autre résultat serait une contre-performance"... [et nous autoriserait à ch**r allégrement sur le club et plus principalement sur le coach]... On appelle ca communément des oiseaux de mauvaise augure. Moi perso j'appelle ca des goélands (petite référence à Canto, en tant que Finistérien je me devais de retirer un truc du passage brestois*). Des oiseaux tellement gourmands qu'ils finissent par manger des excréments de toute sorte et s'en complaire...

                                                * En fait vendredi soir dans le Finistère il faisait vraiment un temps de m****... mais je suis content d'apprendre par des bobos lyonnais qui relèvent leur col des qu'il y'a un pète de vent que ca n'avait aucune incidence sur une partie de foot.
                                                Il y a ceux qui supportent, et ceux qui consomment...
                                                Ceci dit, il y a pire...



                                                Ceux qui supportent :

                                                "Bad Gones 1987 - Officiel


                                                18 h ·

                                                Salut les gones !

                                                À la veille d’un déplacement ô combien important pour notre équipe, et avant d’en venir au but de notre message, permettez-nous une petite digression.

                                                Ne vous inquiétez pas, nous n’allons pas renouveler l’expérience d’un texte lapidaire et insultant pour nos amis des bouches du Rhône. On a retenu la leçon la dernière fois, vérole sudiste, apparemment, c'est une insulte, donc on ne nous y reprendra plus. Promis !

                                                On ne va pas non plus tirer sur l'ambulance… La situation extra sportive est déjà assez compliquée à Marseille pour que l’on en rajoute une couche…
                                                Cela étant dit, malgré le peu d’affection que nous portons aux différents groupes marseillais, nous souhaitons sincèrement que la situation revienne à la normale chez eux et que les tensions s’apaisent, ce qui a l’air en bonne voie...
                                                Marseille sans ses groupes corrompus et idéologisés ne serait plus Marseille !
                                                En espérant que nous puissions continuer à les détester encore de nombreuses années !

                                                Cela doit nous rappeler, s'il en était besoin, l’importance d’avoir un homme de la trempe de Jean Michel Aulas à la tête de notre club (et ce n’est pas ce bon vieux Rachid qui nous contredira)

                                                Bien que nous ayons eu des désaccords, cela va de soi, les relations que nous entretenons avec notre président depuis bientôt 35ans, faites de confiance, de compréhension réciproque et parfois de compromis, fait que notre club en est là où il est aujourd’hui.

                                                Fin de la digression.

                                                Venons-en maintenant à ce qui nous importe le plus :

                                                NOTRE OLYMPIQUE !

                                                Depuis la très belle prestation de cet été, on peut dire que l’on ne s’ennuie pas à regarder l'OL.

                                                On préfèrerait, c’est évident, le faire depuis les travées de notre virage, qui nous manque cruellement, mais la situation est celle qu’elle est…

                                                On nous rétorquera qu’il y a des hauts et des bas, des matchs très aboutis et des performances bien plus poussives… Mais les résultats sont là ! Ça faisait longtemps qu’on avait pas autant vibré !!!

                                                Alors, la saison est loin d’être terminée, dieu seul sait où nous en seront à la mi-mai et il faut raison garder.

                                                Mais ne boudons pas notre plaisir de voir notre équipe jouer dans le trio de tête alors que le QSG vacille!

                                                Nous voyons encore trop de messages négatifs sur les réseaux sociaux à la moindre contre-performance.

                                                Alors qu’il faudrait faire l’inverse ! Inonder les réseaux d’encouragements! Que nos joueurs sentent que le peuple Lyonnais est derrière eux malgré l’éloignement !

                                                C’est tout ce que nous avons actuellement.

                                                Gardons la tête haute, faisons notre maximum pour envoyer des ondes positives à nos joueurs, chacun à sa façon, et prenons les matchs les uns après les autres, comme ils le font !!

                                                Allez l’OL putaïn !"

                                                Commentaire


                                                • Comment ça Monaco est à égalité avec nous.. leur série est dingue . L'om et rennes 2 matchs capital ..

                                                  Commentaire


                                                  • Vous le sentez comment ? Un prono ?
                                                    J'espère qu'on ne va rien lâcher, ne pas gâcher devant et ne pas se relâcher si on mène
                                                    1-3 pour nous
                                                    Monaco nous colle comme jamais

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X