Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La recette du mois de novembre : Un canard d’or à la lyonnaise…

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La recette du mois de novembre : Un canard d’or à la lyonnaise…

    Bonsoir à tous...

    Au mois de novembre, le football s’auto congratule. Pour faire semblant d’y croire encore, un ballon dort, puis meurt…

    1954 ! Une coupe du monde en Suisse et les vieux souvenirs de mon grand-père : Une vitrine cours Gambetta, les tous premiers téléviseurs. Un Puskas éclabousse la planète du ballon rond de toute sa classe car même dans la défaite, le football se joue en hongrois. Lui, le stratège du Danube, qui n’a jamais reçu la boule dorée, doit doucement rigoler quand il voit, de là-haut, la danse du Canard madrilène dans l’antre de Bernabeu. Et oui, cette année, le ridicule est allé jusqu’à décerner le ballon d’or à Fabio Cannavaro. Mais après tout, France Football nous a déjà habitués au burlesque ! Zidane avait bien été récompensé uniquement pour deux coups de tête… dans le ballon cette fois là… Bref, Fabio meilleur défenseur du monde... Il paraît que Baresi a pris dix ans d’un coup et que le dernier cheveu de Cris est tombé dans la soirée…

    Tout cela n’aurait été, comme chaque année, qu’une feuille morte de plus, si notre ami Canargol n’avait pas croisé la route des gastronomes associés que sont Fred le boucher et John le chef. Car préparé à la petite cuisine lyonnaise, le canardvaro est bien le meilleur des plats européens du moment.

    __________________________

    ~~Recette du canard d'or à la lyonnaise~~

    Les chefs John Carew et Fred ont l’honneur de vous présenter Cannavaro, Colargol et canard d’or à la sauce lyonnaise.

    Pour 50 membres d’un jury ballondoresque :

    Ingrédient :
    Un canard italien mouillé jusqu’au coup…

    Préparation :
    Sortez-le de son pelage bleu azuré et quadru-étoilé et enrobez-le d’un blanc nappage madrilène. Laissez –le mijoter dans le bouillon gerlandais, il en ressortira cuit à point.
    Réchauffé à la Norvégienne, il est encore meilleur. Pour cela, il vous faut une cuisinière démodée et débranchée depuis longtemps, d’origine scandinave si possible.

    Durée de la cuisson : 180 minutes.

    Vous obtenez alors un beau canard d’Or.


    __________________________


    Pendant ce temps-là, Juninho tralalalalaaaaa…

    Pendant que les autres cuisinent, lui, il enfile les buts de génie les uns après les autres. Une merveille, et puis une autre… Mais deux points ! Ils ont osé ne lui donner que deux points ! Comme si le discrédit ne suffisait pas, Cannavaro obtient après calcul (euh !!)…. 100 fois plus de points que l’artiste. Le ballon n’en finit plus de rouler à l’envers et je ne parlerai plus jamais de celui qui est en or, celui qui a boudé Ferenc hier et qui ignore Juninho aujourd’hui ! Mais pour qui se prend-il celui-là ? Ballon d’or ! Retourne dormir!

    Mais le tribunal du café, royaume de l’ingratitude, méritait bien ,lui aussi, sa récompense…

    Combien de points donneriez-vous à ce qui a été écrit ici et là ?
    Car le mois de novembre est aussi celui du retour en grâce des damnés lyonnais. Carew, Diarra… succèdent donc aux Révéllière, Malouda, Carrière, Vairelles et tant d’autres. Invectivés hier, adulés aujourd’hui, sachez que le salut est temporaire. Ne vous contentez pas d’une passe décisive à Madrid, signe d’une baisse de forme ou même d’une hibernation. Justement, Juninho, géniale marmotte, a répondu à ses deux points et aux critiques du tribunal du café par deux gestes, deux frappes magiques. Je parierais même qu’à défaut de viser les canards d’or, il vise les barre transversales…

    A chacun son football.


    Bonne fin de soirée...
    https://twitter.com/phanou_herko

  • #2
    John Carew et Sidney Govou, les dégonfleurs de ballon ... d'or !
    Ne me quote pas !

    Commentaire


    • #3
      Le problème de Puskas par rapport au BO, c'est qu'il était au sommet de son art en 54 ou en 52, quand le Ballon d'Or n'existait pas encore.
      Après, il a fui la Hongrie en 56, a survécu dans un camp de réfugiés en Autriche, a sombré dans l'alcool, pris 20 kilos, avant de rejoindre le Real en 58. Le major galopant était devenu, pour certains, le major bedonnant.
      Alors, certes, il aurait pu être sacré en 60, à 32 ans, avec son quadruplé en finale.

      Après, le délire sur John Carew ridiculise le BO, si vous voulez ... Cannavaro n'était pas au top dans un match de poule (dont le seul but était de déterminer qui allait recevoir au retour au 8ème) de la Ligue des vice vice vice champions, mais il a été intraitable durant la plus belle compétition du monde.
      Les grands joueurs sont là dans les grands moments. Même si j'aurais préfére Buffon et que l'extra sportif aurait pu (dû?) entrer en ligne de compte.
      Dernière modification par Roger Hanin, 29/11/2006, 01h17.
      In Juninho we trust

      Commentaire


      • #4
        Petite parenthèse :
        Accessoirement ZIDANE en 1998 c'est le meilleur joueur du championnat Italien et le joueur FIFA de l'année entre-autre... :shock:
        sigpic

        Commentaire


        • #5
          Le gros probleme du BO, c'est la culture des "highlights".
          Nombreux sont les journalistes qui, faute de moyens, ne voient que des resumes de matches a la tele, ainsi que la Coupe du Monde.
          C'est quand meme symptomatique que ce Ballon d'Or soit conteste vigoureusement en France, en Angleterre, en Espagne, et meme en Italie...

          Pour moi, ca devait se jouer entre Henry, Eto'o, et Buffon. Cannavaro est risible depuis la Coupe du Monde (la moitie de l'annee, quand meme !) et son implication dans le scandale de la Juve aurait du entrer en ligne de compte. (sans parler de la piquouse parmesanne :(()

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par Intransferable
            John Carew et Sidney Govou, les dégonfleurs de ballon ... d'or !
            A eux deux, en deux matchs, ils l'ont mis minable, ridiculisé
            "Gagner ou perdre, mais toujours avec démocratie" Socrates-Corinthians

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par the_one
              Petite parenthèse :
              Accessoirement ZIDANE en 1998 c'est le meilleur joueur du championnat Italien et le joueur FIFA de l'année entre-autre... :shock:

              En fait je suis d'accord sur l'ensemble du post de Phanou...sauf cette allusion :shock: :shock: Zidane ne méritait-il pas son BO ?? Pour ma part je ne penses pas ..

              Pour le cas canavarro ,je suis d'accord avec Roger pour ne pas l' enfoncer car ca reste un grand joueur ( pas par la taille bien sur..) mais je ne suis pas d'accord avec le jury ,il y avait d'a utre joueur qui le méritait bien plus ..j'aurai bien vu Henry ou Etoo (malgré sa blessure ) mais si ils tenaient vraiment à récompenser un champion du monde ,j'aurai plutot vu pirlo ou zambrotta .

              Concernant la suite du topic ,je suis d'accord avec phanou...l' année dernière c'était Govou et Malouda les boucs émissaires " Govou vivement qu'il se casse au mercato blabla " " Malouda ,il a les pieds carrés blabla" alors qu' aujourd 'hui ils sont tout deux encensés...:dt:

              Je ne conteste pas la critique objective d'un de nos joueurs...seulement quelque soit le joueur il connaitra forcémment des périodes de moins bien...soyons un peu plus indulgents avec nos Gones .
              Cette année on a l' exemple de carew qui est systèmatiquement critiqué ,meme lorsqu'il réalise une très bonne performance ...mais bon c'est comme ca .

              Pour finir quelle préstations de Juni en 1ère période face à auxerre :shock: :shock: ...son slalom géant aurait pu conniatre un meilleur sort ..un joueur exceptionnel qui aurait mérité d' etre devant Ribery au classement BO :((

              Commentaire

              Chargement...
              X