Annonce

Réduire
Aucune annonce.

4 mai... 2002!

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • MAPASSOL2
    a répondu
    Envoyé par CACOU38 Voir le message
    4 Mai 2002, Virage Nord Supérieur du stade de Gerland.

    Le supérieur qui vibre de 50 cm ou 1 m sur les qui ne saute pas n’est pas lyonnais…

    … puis trou noir de tension, d’euphorie ou de joie jusqu’à la celebration sur la pelouse.

    J’ai eu 3 trou noir sur des matchs… La saison précédente au Stade de France pour la coupe de la Ligue, OL-Lens et Milan-OL. Je ne sais pas pourquoi mais sur ces 3 matchs la tension ou l’excitation m’a emporté dans un monde parallèle sur 90 minutes ou plus!!!

    Ca reste de super souvenirs pas contre avec des mini flash-back assez énormes !!!
    flash back. ,pleurs, joie ,pleurs, morceau de pelouse toujours chez moi
    bonheur. Mais quel bonheur. J’avais donné ma place d abonné à un ami car j avais eu des places virages sud supérieur avec mon meilleur ami pour être ensemble

    Laisser un commentaire:


  • pologolo
    a répondu
    Envoyé par roicip Voir le message

    Si. Il a expliqué ne pas pouvoir ne pas associer Cavé au titre.
    Un autre monde, c'est ouf comme je n'arrive pas à imaginer cette scène aujourd'hui ...

    Laisser un commentaire:


  • stadier
    a répondu
    Envoyé par Elano Voir le message

    Oui, Santini je n'en pouvais plus moi, il était parfois capable de nous sortir des compo avec 4 milieux défensifs (Laigle Linarès Foé Violeau par exemple), alors qu'on avait vraiment du talent dans ce secteur de jeu. Je n'ai jamais revu ça chez un autre entraîneur, même Deschamps, c'est dire.

    Une sacrée bande de bonhommes en tout cas.
    Laigle était plus un relayeur à vocation défensive qu'un vrai 6. Et à la décharge de Santini, c'était l'époque qui voulait ça. La France est championne du monde avec un système à 3 milieux défensifs, la Juventus joue ses 3 finales de suite entre 96 et 98 avec 3 milieux défensifs, le Real aussi en 98 après c'est évident que la qualité des joueurs intervient aussi quand t'alignes redondo et Seedorf sur ton milieu à 3 ça fait moins défensif que Laigle-Linares-Violeau, si tu t'appelles manchester United et que tu mets Scholes-Butt-Keane-Beckham au milieu on te traite pas de défensif, mais encore une fois c'est le talent plus que le profil des joueurs qui donne cette impression.

    Santini a malgré tout bien réussi ses 2 ans alors qu'à la base on attendait, dèja à l'époque, un nom sur le banc de l'OL, et que sa nomination avait été encore plus contestée que celle de Genesio. C'est pas un mauvais bougre mais sa personnalité rigide rendait les choses difficiles, les embrouilles qui manquent de finir en bagarre avec dhorasso et surtout Vairelles (dhorassoo il prenait une tarte de Santini même à 50 ans il aurait pleuré derrière), la mise au placard sans explications de Bak, la gestion de Juninho. Il refusait aussi de parler à OL Télé. C'était pas super détendu comme ambiance. Mais les mecs vont chercher le titre.

    Laisser un commentaire:


  • stadier
    a répondu
    Envoyé par pologolo Voir le message

    Tout ça pour l'argent je parie , pfffff
    Oui mais aussi pour les femmes et la fête. Je suis éthiquement venal, les pays à la c.on, comme au foot, ne m'auront pas

    Laisser un commentaire:


  • Elano
    a répondu
    Envoyé par stadier Voir le message
    Du coup vu que c'est l'anniversaire aujourd'hui, il y a 21 ans l'OL gagnait son premier trophée depuis 24 ans avec la Coupe de la Ligue remportée face à Monaco.

    Pour avoir été de la partie le 4 mai 2002 et le 5 mai 2001, je sais pas si on aurait remporté le premier titre si on avait pas était chercher cette coupe de la Ligue en prolongations l'année d'avant, l'OL devient une équipe de gagneurs cette année là. En 2001/02 y a beaucoup de doutes sur la saison, c'est éprouvant nerveusement, le fait d'être derrière Lens, la décéption et l'energie laissées en C1, le retournement de situation contre Bruges qu'on enchaine avec la claque à Liberec, Sonny qui est pas mal blessé, la contestation de Santini et son comportement parano. Le groupe aurait pu lacher, mais non quand arrive le jour du match contre Lens, tu sens que les mecs y peut rien leur arriver.

    La différence avec les joueurs l'an dernier qui terminent 4èmes...

    Enfin du coup, si vous avez, comme moi, eu la chance de faire Stade de France le 05/05/01 et Gerland le 04/05/02, j'espère que Laville que Sonny vient chercher en civil avec ses béquilles, Coupet qui rend hommage à Borelli, l'Abbé Pierre interviewé par France Television sous l'oeil de Marie-Georges Buffet, Caçapa qui se débat avec les filets et Müller qui aurait échappé au XV all black entier dans sa course de célébration du but de la victoire, ça vous rappelera de beaux et bons souvenirs.
    Oui, Santini je n'en pouvais plus moi, il était parfois capable de nous sortir des compo avec 4 milieux défensifs (Laigle Linarès Foé Violeau par exemple), alors qu'on avait vraiment du talent dans ce secteur de jeu. Je n'ai jamais revu ça chez un autre entraîneur, même Deschamps, c'est dire.

    Une sacrée bande de bonhommes en tout cas.

    Laisser un commentaire:


  • CACOU38
    a répondu
    4 Mai 2002, Virage Nord Supérieur du stade de Gerland.

    Le supérieur qui vibre de 50 cm ou 1 m sur les qui ne saute pas n’est pas lyonnais…

    … puis trou noir de tension, d’euphorie ou de joie jusqu’à la celebration sur la pelouse.

    J’ai eu 3 trou noir sur des matchs… La saison précédente au Stade de France pour la coupe de la Ligue, OL-Lens et Milan-OL. Je ne sais pas pourquoi mais sur ces 3 matchs la tension ou l’excitation m’a emporté dans un monde parallèle sur 90 minutes ou plus!!!

    Ca reste de super souvenirs pas contre avec des mini flash-back assez énormes !!!

    Laisser un commentaire:


  • roicip
    a répondu
    Envoyé par pologolo Voir le message

    Coupet il sort pas avec le surmaillot de Cavé à l'échauffement contre Lens ?
    Si. Il a expliqué ne pas pouvoir ne pas associer Cavé au titre.

    Laisser un commentaire:


  • pologolo
    a répondu
    Envoyé par stadier Voir le message

    Ben c'est pareil de mon côté, parti en 2001, revenu en 2002/03 puis transfert définitif en 2003/04.
    Tout ça pour l'argent je parie , pfffff

    Laisser un commentaire:


  • pologolo
    a répondu
    Envoyé par stadier Voir le message
    Du coup vu que c'est l'anniversaire aujourd'hui, il y a 21 ans l'OL gagnait son premier trophée depuis 24 ans avec la Coupe de la Ligue remportée face à Monaco.

    Pour avoir été de la partie le 4 mai 2002 et le 5 mai 2001, je sais pas si on aurait remporté le premier titre si on avait pas était chercher cette coupe de la Ligue en prolongations l'année d'avant, l'OL devient une équipe de gagneurs cette année là. En 2001/02 y a beaucoup de doutes sur la saison, c'est éprouvant nerveusement, le fait d'être derrière Lens, la décéption et l'energie laissées en C1, le retournement de situation contre Bruges qu'on enchaine avec la claque à Liberec, Sonny qui est pas mal blessé, la contestation de Santini et son comportement parano. Le groupe aurait pu lacher, mais non quand arrive le jour du match contre Lens, tu sens que les mecs y peut rien leur arriver.

    La différence avec les joueurs l'an dernier qui terminent 4èmes...

    Enfin du coup, si vous avez, comme moi, eu la chance de faire Stade de France le 05/05/01 et Gerland le 04/05/02, j'espère que Laville que Sonny vient chercher en civil avec ses béquilles, Coupet qui rend hommage à Borelli, l'Abbé Pierre interviewé par France Television sous l'oeil de Marie-Georges Buffet, Caçapa qui se débat avec les filets et Müller qui aurait échappé au XV all black entier dans sa course de célébration du but de la victoire, ça vous rappelera de beaux et bons souvenirs.
    Coupet il sort pas avec le surmaillot de Cavé à l'échauffement contre Lens ?

    Laisser un commentaire:


  • stadier
    a répondu
    Du coup vu que c'est l'anniversaire aujourd'hui, il y a 21 ans l'OL gagnait son premier trophée depuis 24 ans avec la Coupe de la Ligue remportée face à Monaco.

    Pour avoir été de la partie le 4 mai 2002 et le 5 mai 2001, je sais pas si on aurait remporté le premier titre si on avait pas était chercher cette coupe de la Ligue en prolongations l'année d'avant, l'OL devient une équipe de gagneurs cette année là. En 2001/02 y a beaucoup de doutes sur la saison, c'est éprouvant nerveusement, le fait d'être derrière Lens, la décéption et l'energie laissées en C1, le retournement de situation contre Bruges qu'on enchaine avec la claque à Liberec, Sonny qui est pas mal blessé, la contestation de Santini et son comportement parano. Le groupe aurait pu lacher, mais non quand arrive le jour du match contre Lens, tu sens que les mecs y peut rien leur arriver.

    La différence avec les joueurs l'an dernier qui terminent 4èmes...

    Enfin du coup, si vous avez, comme moi, eu la chance de faire Stade de France le 05/05/01 et Gerland le 04/05/02, j'espère que Laville que Sonny vient chercher en civil avec ses béquilles, Coupet qui rend hommage à Borelli, l'Abbé Pierre interviewé par France Television sous l'oeil de Marie-Georges Buffet, Caçapa qui se débat avec les filets et Müller qui aurait échappé au XV all black entier dans sa course de célébration du but de la victoire, ça vous rappelera de beaux et bons souvenirs.

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Envoyé par stadier Voir le message

    Ben c'est pareil de mon côté, parti en 2001, revenu en 2002/03 puis transfert définitif en 2003/04.
    On se ressemble sur ce point là.
    Cela va bientôt faire 22 ans que j'ai quitté ma ville natale ...

    Laisser un commentaire:


  • stadier
    a répondu
    Envoyé par tendreg Voir le message

    Si je le te dis ... 2001 !!!!
    Ben c'est pareil de mon côté, parti en 2001, revenu en 2002/03 puis transfert définitif en 2003/04.

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Envoyé par stadier Voir le message

    Ca fait combien de temps que t'habites à bordal ?
    Si je le te dis ... 2001 !!!!

    Laisser un commentaire:


  • stadier
    a répondu
    Envoyé par tendreg Voir le message

    J'y étais à Lescure ce soir-là ... but de Sonny !
    Ca fait combien de temps que t'habites à bordal ?

    Laisser un commentaire:


  • Ewanoahlucasino
    a répondu
    Présent, virage nord sup, la ou j'ai été abonné pendant 15 ans. on se sentait indestructible depuis la victoire la semaine d'avant a bordal, ou j'étais également.
    Plusieurs anecdotes, bien que j'ai oublié la plupart de ce qui c'est passé cette journée.

    Sur le but de govou, j'ai secoué le gamin qui etait devant, j'ai failli me battre avec son père, mon ami a coté de moi a glissé sur son sac de bouffe qui etait posé a ses pieds, il c'est cassé le poignet en retombant ( mais il est allé a l'hosto seulement pendant la nuit, on a regarder la fin du match, faut pas déconner ), pour finir, une fois partie du stade, prit dans les bouchons, on est sortie de la voiture pour chanter et danser avec les autres supp, on a perdu la voiture, impossible de savoir ou elle était, je crois même qu'un pote ne savait pas dans quelle voiture on était venu.

    Quand je dit aujourd'hui a mes enfants qu'il ne faut pas boire, ma femme me regarde d'un air de dire " tu veux que te rappelle comment je t'ai connus ? "

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Envoyé par stadier Voir le message
    J'étais étudiant en Angleterre, j'ai organisé mon retour après la victoire à Bordal (Christophe "On va aider Lens à être champions" Dugarry se fera expulser après un accrochage avec le regretté Marc-Vivien Foé) après être sorti dans la foulée. La victoire à Lescure on en parle moins que le finish à Auxerre avec le but de Govou et la fête du slip avce les lyonnais sur la pelouse à l'Abbée Deschamps, mais c'est une victoire trés difficile.

    Après 5 heures de train et un vol, je rentre chez mes parents le mercredi, j'ai appelé l'OL pour savoir si ils avaient besoin de moi pour le contrôle, on m'a dit oui, je me suis pointé le samedi tôt dans l'après-midi, on nous a pas laissé voir la pemiére période malheureusement (un mec a quand même dit "je démissione" en partant à l'intérieur du stade avec son k-way pour aller voir le match en entier), je suis arrivé à temps pour voir le 3ème but du duo Laigle-Wallemme, à 10 minutes de la fin on a du aller trés près de la ligne de touche pour être prêt à contenir le public à l'aide d'une corde et éviter que le terrain ne soit envahit au début, voir la fin du match avec les joueurs aussi proches c'était assez énorme. Au coup de sifflet final j'ai tapé dans le dos à Deflandre en lui disant "bonne saison Eric" qui allait rejoindre ses partenaires sur la pelouse, j'ai vu un pote à moi qui lui était à Madrid cette année là et qui revenait aussi juste pour le match, j'ai lâché la corder pour aller serrer la main à Dominique Blanchard.

    Puis c'était le moment de faire la bringue, on est rentré dans un resto ou les gens étaient à table pour chanter et agiter les drapeaux, on a fait un tour par un bar à Bellecour, puis direction l'Hotêl de ville, je crois être un des derniers à m'être barré des Terreaux. Le lendemain après trés peu de sommeil et le bide en vrac il fallait repartir en début d'après-midi, malgré les retards, avec l'Equipe et le Progrès, le trajet fut des plus heureux.
    J'y étais à Lescure ce soir-là ... but de Sonny !

    Laisser un commentaire:


  • Eomer
    a répondu
    Envoyé par ganash69 Voir le message
    En tant que salopard de supporter du Café du Commerce j'étais au stade, quelques rangs plus bas que le père Djorkaeff, j'avais croisé un tant d'anciens joueurs ce jour là.

    J'espère bien qu'on ne fêtera jamais d'anniversaire de ce titre, je préfèrerai fêter de nouveaux.
    Comme on disait dans le temps : je plussoie

    Laisser un commentaire:


  • Eomer
    a répondu
    Le topic qui ne nous rajeunit pas.....

    Le 4 mai 2022 bizarrement je en rappelle pas du tout de ma journée AVANT l'arrivée au stade...... par contre je me rappelle de tout une fois arrivée au stade.
    Eh bien j’étais en virage nord (comme tout le temps a l’époque) avec 2 potes, mes vieux compagnons de stade.
    y avait un bon temps de chiotte mais déjà une ambiance de taré.
    Pis alors après, sur les buts de Govou et Violeau on est parti sur la lune, on estait devenu indestructible.

    J'ai 2 anecdotes d’après match :
    1 - Bon bien sur on treeeeeeeessssss largement arrosé la victoire en commençant par acheter chacun un pack de bière dans une épicerie dans le quartier de Gerland et pis.......... ça a été la tournée des pubs/bars, boites dans lesquels on rencontraient des supps...... j'ai fini complétement torché chez un pote, au moment d'arrivé chez lui il s’arrête a une boulangerie (cours du docteur long pour ceux qui connaissent) moi je reste dehors (je devais sentir qu'il allait se passer un truc)...... pour bien poser le décor il faut que je vous explique que la boulangerie était en bas de 5/6 marches le long du trottoir
    Je m'assoit sur ses marches, devant la vitrine de la boulangerie, y a du monde a l’intérieur (dont mes 2 potes) ça fait même la queue sur le trottoir
    et la (vous sentez le truc arriver ???) je me met a dégobiller tripes et boyaux devant les clients............... et mes 2 potes dans la boulangerie qui se mettent a chanter "Ohhhhhh Lyonnais allé lyonnais allé......................"
    Et les autres clients horrifiés

    2 - Quand je suis rentré chez moi sur le coup des 14/15h, j'avais oublié que mes beaux parents mangeaient chez moi le midi.
    Bon deja quand je suis apparu dans le salon, mon beau père éclate de rire et dit "Ouh ****** la tronche !!!!!! ah bah jte demande pas si t'as fêté le titre......."
    et je suis allé me coucher direct......
    et en allant me coucher j'entendais mon beau-pere qui disait a sa femme et a la mienne "Roh ca va oh faut bien vivre et pis merde c'est la premiere fois qu'on est champion..... ptetre qu'on le sera plus jamais"

    Le 4 mai 2002

    Laisser un commentaire:


  • ganash69
    a répondu
    En tant que salopard de supporter du Café du Commerce j'étais au stade, quelques rangs plus bas que le père Djorkaeff, j'avais croisé un tant d'anciens joueurs ce jour là.

    J'espère bien qu'on ne fêtera jamais d'anniversaire de ce titre, je préfèrerai fêter de nouveaux.

    Laisser un commentaire:


  • stadier
    a répondu
    J'étais étudiant en Angleterre, j'ai organisé mon retour après la victoire à Bordal (Christophe "On va aider Lens à être champions" Dugarry se fera expulser après un accrochage avec le regretté Marc-Vivien Foé) après être sorti dans la foulée. La victoire à Lescure on en parle moins que le finish à Auxerre avec le but de Govou et la fête du slip avce les lyonnais sur la pelouse à l'Abbée Deschamps, mais c'est une victoire trés difficile.

    Après 5 heures de train et un vol, je rentre chez mes parents le mercredi, j'ai appelé l'OL pour savoir si ils avaient besoin de moi pour le contrôle, on m'a dit oui, je me suis pointé le samedi tôt dans l'après-midi, on nous a pas laissé voir la pemiére période malheureusement (un mec a quand même dit "je démissione" en partant à l'intérieur du stade avec son k-way pour aller voir le match en entier), je suis arrivé à temps pour voir le 3ème but du duo Laigle-Wallemme, à 10 minutes de la fin on a du aller trés près de la ligne de touche pour être prêt à contenir le public à l'aide d'une corde et éviter que le terrain ne soit envahit au début, voir la fin du match avec les joueurs aussi proches c'était assez énorme. Au coup de sifflet final j'ai tapé dans le dos à Deflandre en lui disant "bonne saison Eric" qui allait rejoindre ses partenaires sur la pelouse, j'ai vu un pote à moi qui lui était à Madrid cette année là et qui revenait aussi juste pour le match, j'ai lâché la corder pour aller serrer la main à Dominique Blanchard.

    Puis c'était le moment de faire la bringue, on est rentré dans un resto ou les gens étaient à table pour chanter et agiter les drapeaux, on a fait un tour par un bar à Bellecour, puis direction l'Hotêl de ville, je crois être un des derniers à m'être barré des Terreaux. Le lendemain après trés peu de sommeil et le bide en vrac il fallait repartir en début d'après-midi, malgré les retards, avec l'Equipe et le Progrès, le trajet fut des plus heureux.

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Ah le mois de mai 2002 ... ce fut inoubliable !
    J'ai eu la chance d'être à Gerland ce soir-là ... cela demeure à ce jour mon plus grand bonheur en tant que fan de l'OL ... 15 jours plus tard, je me mariais !

    Laisser un commentaire:


  • mojori
    a répondu
    plein d'images et de souvenirs : au-delà du match en lui-même et des émotions incroyables, je me souviens d'un passage en voiture avenue Jean Jaurès vers 14h pour constater qu'il y avait déjà du monde, d'avoir trinqué après le match avec des supporters lensois au bout de leur vie mais courtois, et, peut-être le plus marquant, le dimanche en fin d'après-midi d'avoir croisé au parc de la tête d'or lors de la promenade dominicale un supporter lyonnais encore habillé de pied en cape et dont j'ai toujours pensé qu'il n'avait pas dû se coucher depuis la veille....
    J'avais 35 ans, dont 25 de supporter à attendre qu'un jour peut-être ce soit enfin notre tour, après le barrage gagné contre Avignon ou perdu contre Mulhouse, la D2 et ses alléchants matches contre Cuiseaux-Louhans ou Alès, l'arrivée du célèbrissime Pfannkuch....j'en passe et tellement ! encore merci M.Aulas...

    Laisser un commentaire:


  • sonnyand
    a répondu
    On emmènera forcément quelques images avec nous le jour du grand départ .
    Etonnant quand même ce peu de communication du club pour les 20 ans.

    Laisser un commentaire:


  • roicip
    a répondu
    Cette saison là, je n'avais pu m'abonner pour des raisons financières. Mais ce match, je pouvais pas le manquer ! J'avais pris ma journée (de manière dégueulasse pour mes collègues, j'en ai un peu honte rétrospectivement) pour harceler le standard téléphonique. C'était la folie, j'ai bien dû passer deux heures à me faire refouler avant de réussir à être "accepté". Ils ont parlé de 400000 demandes, soit 10 fois la capacité du stade ! Une fois l'euphorie passée, je me souviens avoir fait les comptes pour le prix des communications téléphoniques et des places et me dire que les pâtes feraient bien l'affaire pour le mois.

    Deux places en VS Inf où j'avais mes habitudes. Je ne suis pas superstitieux mais on avait de bien moins bons résultats quand j'étais ailleurs dans le stade. On sait jamais...

    Je me souviens encore très bien du match, des sensations ressenties. C'est probablement celui qui m'a le plus marqué. Deux images de Sonny me reviennent en mémoire : sa déception de ne pas avoir marqué le 4e sur une belle frappe croisée et son attente sur le bord du terrain dans le temps additionnel où il fait de grands gestes des bras pour dire que c'était fini.

    J'ai hurlé sur le We are the champions et je tiens à m'excuser auprès de ceux qui ont dû endurer ça il y a 20 ans.

    Laisser un commentaire:


  • inlandsis
    a répondu
    Envoyé par Upe Voir le message
    Hello,

    Je suis étonné de ne voir aucun post ici...

    Et vous, vous étiez où ce soir-là?

    Des anecdotes ?
    En 2002, j'ai 24 ans. J'habite dans le Tarn donc loin de Lyon.
    Avant dernière journée, la remontée inéluctable passe par une victoire à Bordeaux : je suis dans le parcage, le match n'est pas simple, mais Sonny nous délivre en 2ème mi-temps ! Nous aurons notre finale !
    Je rêve bien évidemment d'assister à ce match à Gerland.
    Mais ça serait un miracle d'avoir des places. Les quelques milliers qui seront disponibles pour le grand public seront en vente par téléphone.
    C'est un jeudi, je pars au boulot et passe ma matinée à essayer de joindre le standard, sans succès. Je dois appeler au moins 200 fois, pour rien.
    A midi je me rends chez mes parents pour manger, et par acquis de conscience, je retente un appel vers 12h30, au cas où...
    Et là miracle suprême, j'arrive à joindre quelqu'un, et il reste des places ! Je prends le max, à savoir 4. Une pour moi, une pour ma copine de l'époque, et deux pour des potes lyonnais mordus de l'OL.
    Le jour J arrive, un de mes potes abonnés aux Bad gones nous fait tous rentrer dans le virage, alors que nos places sont normalement en tribunes supérieures. Tellement facile de gruger à cette époque !
    Un orage s'invite peu de temps avant le match, l'ambiance est incroyable. J'ai jamais vu une ambiance pareille à Gerland.
    Les mecs en latérale sont debout à la moindre occasion, pour la moindre touche gagnée, le moindre tacle réussi.
    Le reste appartient à l'histoire, le scénario nous est hyper favorable et on assiste sous nos yeux aux deux premiers buts, avec la glissade de warmuz sur le premier.
    Le stade chavire au coup de sifflet final, et on se retrouve sur la pelouse.
    Retour ensuite chez les potes à pied, on ne croise que des gens ivres de bonheur.
    Tellement content d'avoir pu assister à cela, je n'oublierai jamais. La seule et unique "finale" de l'histoire du championnat, quand le deuxième reçoit le premier. Pas sûr que ça se reproduise de sitôt !
    Voilà Upe !

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X