Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Pourquoi l’OL n’est-il plus sur le podium de la Ligue 1 ?

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par Jean K Voir le message

    Attendre quoi ? Un titre ?
    A minima un titre de transport...

    (Elle est plus fine que les autres, celle-ci )
    JMA : "Si on est 8e en fin de saison, j'aurais démissionné avant. »

    Commentaire


    • Envoyé par Jean K Voir le message

      Attendre quoi ? Un titre ?
      Du foot, ce serait déjà un bon début je pense. Et je ne suis même pas ironique en écrivant ça.

      Commentaire


      • Pourquoi l'OL n'est plus sur le podium ? Car par rapport à l'effectif actuel, Mapou Yanga-M'Biwa et Kader Keita seraient des titulaires indiscutables.

        Commentaire


        • Envoyé par Panthera Leo Voir le message

          Donnarumma : 1m96
          Neuer : 1m93
          Alisson : 1m91
          Oblak : 1m88
          Lloris : 1m88
          Lopes : 1m84

          Je ne dis pas que c'est suffisant. Je dis que pour un gardien, objectivement, il part défavorisé. C'est moins impactant qu'au basketball, mais cela l'est quand même.
          Donnarumma je sais pas si c'est une bonne référence

          Ederson : 1m88 Ter Stegen : 1m87 Keylor Navas : 1m85 Ramsdale : 1m88

          Foirer ses sorties a été un bien plus gros handicap pour Lopes que ça taille. Là, on est dans des proportions où même dans le pantalon, quelques centimètres ça peut se compenser facilement, alors dans des cages n'en parlons pas.

          Après, on peut chipoter en disant que ça n'aide pas, mais alors c'est bien le dernier de nos problèmes cette saison.
          Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

          Commentaire


          • Pour moi, il y a un point de bascule dans notre histoire, un avant et un après que trouve très bien défini et qui n'est pas du tout celui (ou ceux) que je vois habituellement mentionné(s) ici.

            Les deux ans de coach Houllier sont probablement l'apogée sportif de l'équipe, mais aussi le moment où tous les germes des maux caractéristiques du club sont semés. En vrac, Houllier s'est fait une spécialité de fracturer le vestiaire, en divisant pour mieux régner. Il a favorisé les individus, et notamment Juninho, au détriment du collectif. Il a établi les régimes de passe-droits (Juninho toujours) qui nous plombent encore. La République des joueurs, c'est à lui qu'on la doit. C'est aussi avec lui qu'on a entamé des stratégies de recrutement "bizarres" avec des joueurs dont on a pas forcément besoin. Et surtout, les déclarations assassines entre clans du club, le linge lavé en public portent particulièrement sa patte.

            Bien sûr, l'évolution du foot et des médias ont grandement aidé tout ça. Mais l'OL après Houllier n'est clairement plus le même. Et pas en bien.

            Commentaire


            • Envoyé par roicip Voir le message
              Pour moi, il y a un point de bascule dans notre histoire, un avant et un après que trouve très bien défini et qui n'est pas du tout celui (ou ceux) que je vois habituellement mentionné(s) ici.

              Les deux ans de coach Houllier sont probablement l'apogée sportif de l'équipe, mais aussi le moment où tous les germes des maux caractéristiques du club sont semés. En vrac, Houllier s'est fait une spécialité de fracturer le vestiaire, en divisant pour mieux régner. Il a favorisé les individus, et notamment Juninho, au détriment du collectif. Il a établi les régimes de passe-droits (Juninho toujours) qui nous plombent encore. La République des joueurs, c'est à lui qu'on la doit. C'est aussi avec lui qu'on a entamé des stratégies de recrutement "bizarres" avec des joueurs dont on a pas forcément besoin. Et surtout, les déclarations assassines entre clans du club, le linge lavé en public portent particulièrement sa patte.

              Bien sûr, l'évolution du foot et des médias ont grandement aidé tout ça. Mais l'OL après Houllier n'est clairement plus le même. Et pas en bien.
              Je suis complètement d'accord et je rajouterai que j'ai toujours pensé que ça avait commencé après le quart de final perdu 2-0 à l'extérieur contre la roma d'ailleurs.
              il me semble que le groupe avait été secoué et avait fait nimp en championnat après...

              Édit : je viens de vérifier, la fin de championnat est pas top avec pas mal de nul, mais reste tout à fait honnête malgré tout (par rapport à aujourd'hui). Je sais pas pourquoi j'avais ce souvenir... probablement que ça devait être plus laborieux dans le jeu...
              Dernière modification par karlu, 04/10/2022, 22h24.

              Commentaire


              • Envoyé par karlu Voir le message

                Je suis complètement d'accord et je rajouterai que j'ai toujours pensé que ça avait commencé après le quart de final perdu 2-0 à l'extérieur contre la roma d'ailleurs.
                il me semble que le groupe avait été secoué et avait fait nimp en championnat après...

                Édit : je viens de vérifier, la fin de championnat est pas top avec pas mal de nul, mais reste tout à fait honnête malgré tout (par rapport à aujourd'hui). Je sais pas pourquoi j'avais ce souvenir... probablement que ça devait être plus laborieux dans le jeu...
                Tu sais aussi pourquoi t'as le souvenir d'une défaite 2-0 à Rome alors que c'était à Gerland ?

                Commentaire


                • Envoyé par karlu Voir le message

                  Je suis complètement d'accord et je rajouterai que j'ai toujours pensé que ça avait commencé après le quart de final perdu 2-0 à l'extérieur contre la roma d'ailleurs.
                  il me semble que le groupe avait été secoué et avait fait nimp en championnat après...

                  Édit : je viens de vérifier, la fin de championnat est pas top avec pas mal de nul, mais reste tout à fait honnête malgré tout (par rapport à aujourd'hui). Je sais pas pourquoi j'avais ce souvenir... probablement que ça devait être plus laborieux dans le jeu...
                  La première partie de saison avec 50 points à la trêve est le plus beau jeu développé par l'OL. Certains parleront de la période Tigana mais bon... Après cela part en cacahuète dès que Réveillère se fait péter les reins par Mancini (que nous allons voulu recruter après mais sans succès). Il y a un avant et un après Roma, on finit avec 82 points si ma mémoire est bonne. D'accord avec vous deux pour GH.
                  Toi aussi, supporte le côté obscur du football

                  Commentaire


                  • Envoyé par roicip Voir le message
                    Pour moi, il y a un point de bascule dans notre histoire, un avant et un après que trouve très bien défini et qui n'est pas du tout celui (ou ceux) que je vois habituellement mentionné(s) ici.

                    Les deux ans de coach Houllier sont probablement l'apogée sportif de l'équipe, mais aussi le moment où tous les germes des maux caractéristiques du club sont semés. En vrac, Houllier s'est fait une spécialité de fracturer le vestiaire, en divisant pour mieux régner. Il a favorisé les individus, et notamment Juninho, au détriment du collectif. Il a établi les régimes de passe-droits (Juninho toujours) qui nous plombent encore. La République des joueurs, c'est à lui qu'on la doit. C'est aussi avec lui qu'on a entamé des stratégies de recrutement "bizarres" avec des joueurs dont on a pas forcément besoin. Et surtout, les déclarations assassines entre clans du club, le linge lavé en public portent particulièrement sa patte.

                    Bien sûr, l'évolution du foot et des médias ont grandement aidé tout ça. Mais l'OL après Houllier n'est clairement plus le même. Et pas en bien.
                    Point de vue intéressant, mais Lyon n'a dépassé les 80 points en Ligue 1 que deux fois dans toute son histoire. Et ce sont les deux années de Gérard Houiller. Et il n'a pas laissé un cimetière derrière lui : l'OL a encore gagné le championnat en 2008.

                    Attribuer à Gérard Houiller les échecs qui arrivent plus d'un an après, je ne puis souscrire à une telle analyse.

                    Quant à l'homme, je ne le connais pas, mais il était apprécié par Aulas et par les dirigeants de Liverpool. Oui, son histoire professionnelle a des parts d'ombre. Mais pour l'avoir relu un peu et revu et réécouté un peu (il y a un bel entretien avec Barth sur OLPlay) lors des hommages de l'OL et Liverpool, je trouve qu'il avait plus de classe que beaucoup d'acteurs du football qui s'expriment aujourd'hui dans les médias. Et gérer un groupe, c'est difficile. Encore plus un groupe qui écrase le championnat depuis plusieurs années. Enfin, je l'ai trouvé plutôt discret lorsqu'il est revenu travailler pour l'OL alors qu'Aulas comptait manifestement beaucoup sur lui.

                    Bref, point de vue intéressant, mais pas d'accord.
                    Dernière modification par Panthera Leo, 05/10/2022, 13h39.

                    Commentaire


                    • Envoyé par LyonexSouth Voir le message

                      Tu sais aussi pourquoi t'as le souvenir d'une défaite 2-0 à Rome alors que c'était à Gerland ?
                      En effet, le souvenir s'est un peu mélangé, ne me reste que les émotions liées on dirait !

                      Commentaire


                      • Envoyé par Panthera Leo Voir le message

                        Point de vue intéressant, mais Lyon n'a dépassé les 80 points en Ligue 1 que deux fois dans toute son histoire. Et ce sont les deux années de Gérard Houiller. Et il n'a pas laissé un cimetière derrière lui : l'OL a encore gagné le championnat en 2008.

                        Attribuer à Gérard Houiller les échecs qui arrivent plus d'un an après, je ne puis souscrire à une telle analyse.

                        Quant à l'homme, je ne le connais pas, mais il était apprécié par Aulas et par les dirigeants de Liverpool. Oui, son histoire professionnelle a des parts d'ombre. Mais pour l'avoir relu un peu et revu et réécouté un peu (il y a un bel entretien avec Bart sur OLPlay) lors des hommages de l'OL et Liverpool, je trouve qu'il avait plus de classe que beaucoup d'acteurs du football qui s'expriment aujourd'hui dans les médias. Et gérer un groupe, c'est difficile. Encore plus un groupe qui écrase le championnat depuis plusieurs années. Enfin, je l'ai trouvé plutôt discret lorsqu'il est revenu travailler pour l'OL alors qu'Aulas comptait manifestement beaucoup sur lui.

                        Bref, point de vue intéressant, mais pas d'accord.
                        Si tu es d'accord pour dire que la période houiller est le point d'orgue, c'est que la "régression" sportive commence juste après !
                        Même si je suis aussi d'accord que ce n'est pas une chute, juste qu'on sens que les boulons commencent à se dérégler sur certains points, que les réglages de la formule 1 commencent à être moins précis...

                        Commentaire


                        • Je pense aussi que les 2 plus belles années du club sont celles de G Houiller avec Juni capitaine . Je suis également d'accord pour dire que tout a basculé avec les 2 matchs contre la Roma.
                          On finit les matchs aller avec 50 pts et un jeu magnifique mais j'ai le souvenir que quelque chose se dérègle à la trève hivernale (un peu comme la 2è année Garcia), que certains joueurs commencent à foutre la me.de (Fred) et que G Houiller marque des signes d'énervement et déclare que, à Lyon, il faut demander l'autorisation pour changer les poubelles de place.
                          Je ne m'explique toujours pas ce 1er trimestre 2007 mais je trouve paradoxal d'écrire que Houiller est responsable de la chute alors qu'il est d'abord responsable de nos plus belles années.
                          Une piste peut-être: il ne s'entendait pas avec B Lacombe qui avait l'oreille de Aulas.
                          Mais, surprise, quelques années après JMA fait revenir GH comme conseiller et l'entente se recrée. Déjà le président n'avait pas la même analyse que vous.
                          Débattre c'est accepter la mise en danger de nos certitudes

                          Commentaire


                          • Vivre avec le passé, les supporters ont tues le club on faisant partir genesio et Maurice , c’était Le début de la fin , et je passe avec certains débiles du forum, cité leur pseudo serait leur faire honneur. Ils se reconnaîtrons .

                            Commentaire


                            • Envoyé par Florentin Voir le message
                              Je pense aussi que les 2 plus belles années du club sont celles de G Houiller avec Juni capitaine . Je suis également d'accord pour dire que tout a basculé avec les 2 matchs contre la Roma.
                              On finit les matchs aller avec 50 pts et un jeu magnifique mais j'ai le souvenir que quelque chose se dérègle à la trève hivernale (un peu comme la 2è année Garcia), que certains joueurs commencent à foutre la me.de (Fred) et que G Houiller marque des signes d'énervement et déclare que, à Lyon, il faut demander l'autorisation pour changer les poubelles de place.
                              Je ne m'explique toujours pas ce 1er trimestre 2007 mais je trouve paradoxal d'écrire que Houiller est responsable de la chute alors qu'il est d'abord responsable de nos plus belles années.
                              Une piste peut-être: il ne s'entendait pas avec B Lacombe qui avait l'oreille de Aulas.
                              Mais, surprise, quelques années après JMA fait revenir GH comme conseiller et l'entente se recrée. Déjà le président n'avait pas la même analyse que vous.
                              Attention, pour ma part je ne dis pas que Gérard Houiller est responsable, je suis d'accord avec Roicip sur le début de quelque chose qui se dérègle. Mais je n'en connais pas la cause, si tant est qu'il y en ai une...
                              Nous avons atteint un pic sur cette saison là, (bien que pour moi la seule saison ou nous aurions pu gagner la LDC est celle de la défaite à Milan en 2006, fichu pippo !), la courbe s'inverse au moment de ce match retour contre rome pour moi...

                              Ce n'est qu'un ressenti hein, je n'ai rien de palpable pour étayer mon propos.

                              Commentaire


                              • Je savais que c'était un peu polémique Je ne rends pas Houllier responsable de l'échec de Bosz, ça serait vraiment tordu. Mais je parle de graines semées qui ont donné de jolis fruits empoisonnés. Mais les graines n'auraient rien donné sans terreau fertile ni arrosage constant, évidemment.

                                Je parle aussi d'apogée sportif, donc on est bien d'accord qu'on n'a probablement jamais été aussi forts que sous Houllier. Pour autant, comparez l'état d'esprit de l'équipe sous Santini et Le Guen avec celui post Houllier. On a fait le doublé sous Perrin, mais on se souvient tous du staff qui sabote l'entraîneur, des joueurs qui choisissent les partenaires à qui ils passent le ballon ou non. Pour moi, c'est vraiment Houllier qui marque la bascule du club sain et qui sait qui il est vers celui qui se prend pour un autre et barbote dans la suffisance.

                                Evidemment, tout n'est pas noir ou blanc, Houllier n'est pas le seul responsable, il est peut-être tout autant victime que coupable dans l'histoire... Mais j'arrive pas à dissocier Houllier de cette bascule dont on ne s'est jamais remis.


                                PS : la classe d'Houllier, je la mets au même niveau que l'humilité de Cheyrou. "Crime contre l'équipe"....
                                Dernière modification par roicip, 05/10/2022, 14h03.

                                Commentaire


                                • Envoyé par roicip Voir le message
                                  Je savais que c'était un peu polémique Je ne rends pas Houllier responsable de l'échec de Bosz, ça serait vraiment tordu. Mais je parle de graines semées qui ont données de jolis fruits empoisonnés. Mais les graines n'auraient rien donné sans terreau fertile ni arrosage constant, évidemment.

                                  Je parle aussi d'apogée sportif, donc on est bien d'accord qu'on n'a probablement jamais été aussi forts que sous Houllier. Pour autant, comparez l'état d'esprit de l'équipe sous Santini et Le Guen avec celui post Houllier. On a fait le doublé sous Perrin, mais on se souvient tous du staff qui sabote l'entraîneur, des joueurs qui choisissent les partenaires à qui ils passent le ballon ou non. Pour moi, c'est vraiment Houllier qui marque la bascule du club sain et qui sait qui il est vers celui qui se prend pour un autre et barbote dans la suffisance.

                                  Evidemment, tout n'est pas noir ou blanc, Houllier n'est pas le seul responsable, il est peut-être tout autant victime que coupable dans l'histoire... Mais j'arrive pas à dissocier Houllier de cette bascule dont on ne s'est jamais remis.


                                  PS : la classe d'Houllier, je la mets au même niveau que l'humilité de Cheyrou. "Crime contre l'équipe"....
                                  Je comprends ton point de vue, mais je ne suis pas tout à fait d'accord, dans le sens ou il me semble logique qu'un groupe ou un/des joueurs qui ont gagné de nombreux trophées développent justement une forme d'autogestion.

                                  Quand Ancelotti consulte les joueurs sur le banc pour savoir qui faire rentrer, c'est de l'autogestion. Quand CR7 devient coach pendant la finale de l'euro, idem. Quand certains joueurs faisaient la loi dans le vestiaire de MU (avec bien sûr le soutien de Sir Alex), idem.

                                  Cest tout le travail du coach de définir les limites acceptables ou non de ce que peut décider un groupe.

                                  Même s'il y a eu des écarts, sous Houiller et Perrin, ça tient. Je suis beaucoup plus critique à l'égard de Puel qui a voulu imposer sa domination à tout le groupe, fragilisé le vestiaire avec les départs de Benzema et Juni le même été je crois, et qui au final n'a fait que démanteler le groupe morceau par morceau. Alors certes on fait notre première demi de ldc, mais à côté de ça c'est le néant absolu.

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par bib69330 Voir le message

                                    Je comprends ton point de vue, mais je ne suis pas tout à fait d'accord, dans le sens ou il me semble logique qu'un groupe ou un/des joueurs qui ont gagné de nombreux trophées développent justement une forme d'autogestion.

                                    Quand Ancelotti consulte les joueurs sur le banc pour savoir qui faire rentrer, c'est de l'autogestion. Quand CR7 devient coach pendant la finale de l'euro, idem. Quand certains joueurs faisaient la loi dans le vestiaire de MU (avec bien sûr le soutien de Sir Alex), idem.

                                    Cest tout le travail du coach de définir les limites acceptables ou non de ce que peut décider un groupe.

                                    Même s'il y a eu des écarts, sous Houiller et Perrin, ça tient. Je suis beaucoup plus critique à l'égard de Puel qui a voulu imposer sa domination à tout le groupe, fragilisé le vestiaire avec les départs de Benzema et Juni le même été je crois, et qui au final n'a fait que démanteler le groupe morceau par morceau. Alors certes on fait notre première demi de ldc, mais à côté de ça c'est le néant absolu.
                                    Cette lecture est très intéressante. Et elle répond, je pense, à pas mal de problématiques. La question n'est parfois pas toujours de savoir si quelqu'un fait bien son boulot ou non mais aussi de ce qu'il va laisser derrière.
                                    Par exemple, Mourinho après Porto, dans les clubs où il réussit, ça lui arrive de laisser quand même un certain champ de ruines. Conte, un peu le même principe. Ca n'enlève rien à la qualité de leur travail, mais ça peut poser problème.

                                    Ca peut tout à fait sembler légitime de penser que les méthodes qui fonctionnaient sous Houllier ont permis au club de franchir un palier (car c'est clairement là qu'on était le plus fort, encore que je trouve la dernière année sous Le Guen également très marquante en LDC, mais j'étais quand même jeune), mais qu'il est compliqué ensuite de les prolonger et de continuer sereinement.

                                    Après, si c'est que moi, je remonterais beaucoup moins loin. Je pense qu'on cherche parfois trop à intellectualiser des choses qui sont lisibles assez facilement sur le terrain. Tu prends un mec lambda qui regarde l'OL jouer la saison passée Nice pour être repris à 3-2 puis le match contre Rennes, il te dira qu'avec Bosz ça ne passe pas et que sa méthode est mauvaise pour obtenir des résultats et exploiter le groupe. Tu lui mets un match de 6 mois avant sous Garcia, il te dira qu'il y a un truc bien. Tu lui mets un match de la fin de la période Garcia, il parlera d'une cassure.
                                    Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par bib69330 Voir le message

                                      Je comprends ton point de vue, mais je ne suis pas tout à fait d'accord, dans le sens ou il me semble logique qu'un groupe ou un/des joueurs qui ont gagné de nombreux trophées développent justement une forme d'autogestion.

                                      Quand Ancelotti consulte les joueurs sur le banc pour savoir qui faire rentrer, c'est de l'autogestion. Quand CR7 devient coach pendant la finale de l'euro, idem. Quand certains joueurs faisaient la loi dans le vestiaire de MU (avec bien sûr le soutien de Sir Alex), idem.

                                      Cest tout le travail du coach de définir les limites acceptables ou non de ce que peut décider un groupe.

                                      Même s'il y a eu des écarts, sous Houiller et Perrin, ça tient. Je suis beaucoup plus critique à l'égard de Puel qui a voulu imposer sa domination à tout le groupe, fragilisé le vestiaire avec les départs de Benzema et Juni le même été je crois, et qui au final n'a fait que démanteler le groupe morceau par morceau. Alors certes on fait notre première demi de ldc, mais à côté de ça c'est le néant absolu.
                                      C'est au coach de définir les limites oui, mais dans tous les cas, ce sont les joueurs qui jouent. S'ils n'ont pas envie de l'écouter ou d'appliquer ce qu'il leurs demande, ils sont tout à fait libres de le faire, et avec des conséquences nulles pour une bonne partie d'entre eux. Ils ont aussi tout à fait la latitude de décider de travailler eux même les aspects défaillants de leur jeu, pour pallier aux insuffisances du coach quand il y en a et qu'elles sont aussi visibles. D'ailleurs, vu ce qui sort ces derniers temps sur Bosz, il semble qu'il ne se privent pas pour le faire, et on ne peut pas leurs donner tort à ce niveau-là.

                                      C'est en ce sens-là que j'en veux aussi beaucoup aux joueurs de nos dernières saisons, parce qu'on a vraiment le sentiment qu'ils se cachent, confortablement installés derrière leur coach dont ils ont bien conscience que ce sera le premier à sauter (Génésio, Garcia et Bosz ont tous ce point commun là), et derrière le club qui les défend systématiquement et les présente toujours plus beau qu'ils ne le sont vraiment.

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par Elano Voir le message

                                        C'est au coach de définir les limites oui, mais dans tous les cas, ce sont les joueurs qui jouent. S'ils n'ont pas envie de l'écouter ou d'appliquer ce qu'il leurs demande, ils sont tout à fait libres de le faire, et avec des conséquences nulles pour une bonne partie d'entre eux. Ils ont aussi tout à fait la latitude de décider de travailler eux même les aspects défaillants de leur jeu, pour pallier aux insuffisances du coach quand il y en a et qu'elles sont aussi visibles. D'ailleurs, vu ce qui sort ces derniers temps sur Bosz, il semble qu'il ne se privent pas pour le faire, et on ne peut pas leurs donner tort à ce niveau-là.

                                        C'est en ce sens-là que j'en veux aussi beaucoup aux joueurs de nos dernières saisons, parce qu'on a vraiment le sentiment qu'ils se cachent, confortablement installés derrière leur coach dont ils ont bien conscience que ce sera le premier à sauter (Génésio, Garcia et Bosz ont tous ce point commun là), et derrière le club qui les défend systématiquement et les présente toujours plus beau qu'ils ne le sont vraiment.
                                        Ils se cachent quand même de manière bien différente avec Pep ou Garcia avant la fin en eau de boudin et avec Bosz.
                                        Bosz, le problème, c'est qu'on n'a jamais été bons même quand les joueurs ne se cachaient pas. Et ça, il ne faut pas l'oublier. Contre Nice quand on perd 3-2, les joueurs ne se sont pas cachés. Simplement, un système tactique adverse a été plus efficace en 15 minutes que nous en 75.

                                        Le problème est ici. Le reste, c'est je pense trop de théorie de nous, parlant tranquillement sur notre chaise de bureau. Il est évident que quand tu sais d'avance que ça ne va pas payer, tu ne mets pas la même intensité que quand tu sais que tu vas gagner. Sous Bosz, le problème actuel se situe ici : il a épuisé son crédit de "J'applique sa méthode même si jusqu'ici ça ne paye pas, car j'y crois encore".
                                        Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par Ishkarnaval Voir le message

                                          Ils se cachent quand même de manière bien différente avec Pep ou Garcia avant la fin en eau de boudin et avec Bosz.
                                          Bosz, le problème, c'est qu'on n'a jamais été bons même quand les joueurs ne se cachaient pas. Et ça, il ne faut pas l'oublier. Contre Nice quand on perd 3-2, les joueurs ne se sont pas cachés. Simplement, un système tactique adverse a été plus efficace en 15 minutes que nous en 75.

                                          Le problème est ici. Le reste, c'est je pense trop de théorie de nous, parlant tranquillement sur notre chaise de bureau. Il est évident que quand tu sais d'avance que ça ne va pas payer, tu ne mets pas la même intensité que quand tu sais que tu vas gagner. Sous Bosz, le problème actuel se situe ici : il a épuisé son crédit de "J'applique sa méthode même si jusqu'ici ça ne paye pas, car j'y crois encore".
                                          Pas du tout d'accord. Les joueurs ont juste lâché, ce qui n'est pas acceptable. Mettre ça juste sur le compte de la tactique, c'est beaucoup trop simple.
                                          Comme ils ont lâché Génésio alors qu'ils savaient que perdre contre Rennes signifiait qu'il ne serait plus leur entraineur.

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par karlu Voir le message

                                            Si tu es d'accord pour dire que la période houiller est le point d'orgue, c'est que la "régression" sportive commence juste après !
                                            Même si je suis aussi d'accord que ce n'est pas une chute, juste qu'on sens que les boulons commencent à se dérégler sur certains points, que les réglages de la formule 1 commencent à être moins précis...
                                            Simplifions et généralisons le propos au-delà de Gérard Houiller : pour toi, celui qu'on pourrait qualifier de meilleur, "au point d'orgue", serait d'un autre point de vue quelqu'un de mauvais car les autres qui lui succéderaient seraient moins bons ? Nous n'avons pas la même logique. Pour moi, le meilleur n'est pas responsable de la médiocrité des autres qui le suivent. Une fois encore, j'ai simplifié le propos au-delà du cas de l'OL pour clarifier la logique. Je ne dis pas que dans le cas de l'OL tout est si simple.

                                            Je viens de lire la suite des débats et je constate d'ailleurs que la majorité s'accorde à nuancer la responsabilité de Gérard Houiller sur ce qui a suivi. À partir de là, j'estime qu'on est plus ou moins d'accord.
                                            Dernière modification par Panthera Leo, 05/10/2022, 13h56.

                                            Commentaire


                                            • Envoyé par Panthera Leo Voir le message

                                              Simplifions et généralisons le propos au-delà de Gérard Houiller : pour toi, celui qu'on pourrait qualifier de meilleur, "au point d'orgue", serait d'un autre point de vue quelqu'un de mauvais car les autres qui lui succéderaient seraient moins bons ? Nous n'avons pas la même logique. Pour moi, le meilleur n'est pas responsable de la médiocrité des autres qui le suivent. Une fois encore, j'ai simplifié le propos au-delà du cas de l'OL pour clarifier la logique. Je ne dis pas que dans le cas de l'OL tout est si simple.

                                              Je viens de lire la suite des débats et je constate d'ailleurs que la majorité s'accorde à nuancer la responsabilité de Gérard Houiller sur ce qui a suivi. À partir de là, j'estime qu'on est plus ou moins d'accord.
                                              Oui voila, c'est ce que j'essaie de nuancer au post 286

                                              Commentaire


                                              • Envoyé par Elano Voir le message

                                                Pas du tout d'accord. Les joueurs ont juste lâché, ce qui n'est pas acceptable. Mettre ça juste sur le compte de la tactique, c'est beaucoup trop simple.
                                                Comme ils ont lâché Génésio alors qu'ils savaient que perdre contre Rennes signifiait qu'il ne serait plus leur entraineur.
                                                Refaisons le match. On a dominé Nice à la possession, ceux-ci n'ayant rien créé pendant 75 minutes. Sur cette période, on arrive à faire seulement 3 grosses occasions, 2 de marquées et une ratée par Tino dans mes souvenirs. On a 2 xG sur ce match, 13 tirs. Nice finira avec 16 tirs pour 2,3 xG.

                                                Sur le match on fait plus de pressions que Nice, quelques tacles en moins malgré une possession de 57%. Nice fait 3 changements avant la 70ème, 5 changements à la fin avant même que nous en fassions un seul. Bosz fait jouer Kadewere tout le match jusqu'à l'exclusion, alors qu'il n'était pas dedans et qu'en plus, jusqu'ici, il ne lui avait filé que des bribes et aucune titularisation. Bosz gueule aussi tout le match sur Emerson, pas assez offensif à son goût, le même Emerson aux abonnés absents et cramé quand Attal entre en jeu et fout le bordel sur notre côté gauche.

                                                Je n'ai pas eu l'impression sur ce match que les joueurs ont lâché. Juste d'avoir dominé pour créer assez peu sur une période, et de ne pas avoir su tenir le coup ensuite. Et c'est ma lecture (personnelle) de la première période de Bosz chez nous, tant qu'il était encore à fond dans ses idées : des joueurs qui statistiquement faisaient plus d'efforts qu'avant mais une défense extrêmement friable. Tu peux tourner ça dans tous les sens que tu veux, à un tiers du championnat, nos statistiques de pressions, tacles et autres sont plus élevées que sous Garcia et on passe pourtant de cinquième défense du championnat à membre du top 5 des pires défenses en occasions concédées du big 5. Si ce n'est pas un problème tactique, je ne vois pas ce que ça peut être.

                                                Je ne mets jamais rien "que" sur le compte de la tactique. J'en reste néanmoins à la même lecture de la période Bosz : un premier temps où les joueurs ont essayé de jouer comme il le demandait mais avec bien trop de faiblesse défensive pour être vraiment en confiance longtemps, et surtout en se faisant ouvrir contre Rennes car notre système était trop facilement contrable car toujours pareil, quel que soit le contexte. C'était la période où une partie du forum était encore en train de penser qu'il fallait du temps, ou qu'il n'avait pas les joueurs qu'il fallait. Le problème, c'est qu'en voulant autant bouleverser notre manière de jouer, Bosz ne s'est pas donné lui-même du temps, et il n'a pas su faire progresser assez vite ses joueurs. J'ai même envie de dire qu'ils n'ont quasiment pas progressé in fine, puisqu'à mesure qu'ils ont éventuellement acquis des bribes de ce que Bosz voulait leur transmettre, ils n'y croient tellement plus que c'est pas assez organisé collectivement.

                                                Pour reprendre ma temporalité, ensuite, une autre période, encore en cours, avec une forme de retour à ce que les joueurs savent faire, sans réelle conviction, sans capacité à les faire progresser. Et au sein de ce deuxième temps, la période actuelle qui montre juste la limite d'une forme d'autogestion et d'absence de visibilité.

                                                Tu peux dire ce que tu veux, mais Garcia comme Pep, quand les joueurs se bougeaient vraiment, ils pouvaient déjà battre n'importe qui, et surtout totalement exploser un petit adversaire. Et ça arrivait quand même régulièrement, le problème étant les périodes de relâchement pour Pep, et la fin de dynamique sous Garcia.
                                                Bosz, il n'y a jamais eu ça. Les matchs relativement entiers où les joueurs (et nous) ont pu se dire "Là, vraiment, on a bien joué, on est meilleurs et tactiquement on les a bouffés", ça se compte sur les doigts d'une main. Les mecs étant, malgré tous leurs défauts, des sportifs de haut niveau, qui ont besoin de croire en un truc pour se motiver à fond, au bout d'un moment, ça lâche. Il faut attendre la 27ème journée pour gagner un match avec plus de 2 buts d'écarts. La saison d'avant, à la première journée c'était fait.
                                                Auparavant, il n'y avait eu que 4 matchs sur 26 avec 2 buts d'écarts. Sur les 26 premiers matchs, 22 se sont terminés soit avec une victoire d'un but, soit en nul, soit en défaite. Je ne vois pas comment les gars, sur le long-terme, peuvent y croire s'ils n'ont quasiment jamais la possibilité de se dire "On gère", "On domine vraiment".

                                                Bref, tu ne seras peut-être pas d'accord. Mais comme on parle d'un match contre Nice et contre Galtier, ça me semble assez évident qu'en comparaison, celui-ci réfléchit bien plus en termes de "Comment je peux inclure mes joueurs dans un système fonctionnant sur leurs qualités ?" tandis que Bosz raisonne plus en termes de "Comment je peux amener mes joueurs à jouer comme je l'entends ?". Et comme il a du mal à les faire progresser, forcément...



                                                Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                                                Commentaire


                                                • Envoyé par roicip Voir le message
                                                  Pour moi, il y a un point de bascule dans notre histoire, un avant et un après que trouve très bien défini et qui n'est pas du tout celui (ou ceux) que je vois habituellement mentionné(s) ici.

                                                  Les deux ans de coach Houllier sont probablement l'apogée sportif de l'équipe, mais aussi le moment où tous les germes des maux caractéristiques du club sont semés. En vrac, Houllier s'est fait une spécialité de fracturer le vestiaire, en divisant pour mieux régner. Il a favorisé les individus, et notamment Juninho, au détriment du collectif. Il a établi les régimes de passe-droits (Juninho toujours) qui nous plombent encore. La République des joueurs, c'est à lui qu'on la doit. C'est aussi avec lui qu'on a entamé des stratégies de recrutement "bizarres" avec des joueurs dont on a pas forcément besoin. Et surtout, les déclarations assassines entre clans du club, le linge lavé en public portent particulièrement sa patte.

                                                  Bien sûr, l'évolution du foot et des médias ont grandement aidé tout ça. Mais l'OL après Houllier n'est clairement plus le même. Et pas en bien.
                                                  Le premier point de bascule est pour moi bien sous houiller, aussi, mais c est juste la defaite de la Roma qui fout tt en l air (avec le depart de djilla, ca s est plus personnel comme avis, mais toulalan n a jamais ete un grans joueur). Apres on fait que regresser d annees en annees jusqu au danic et kone sous garde.

                                                  Mais on en a enchaine un bon gros paquet de points de bascule, puel, le depart de benz et juni, le grand stade, silvinho, et enfin l ami
                                                  peter

                                                  Commentaire


                                                  • Pourquoi on est déclassé ??

                                                    Bah, il suffit de lire l'interview de Monsieur Houssem Aouar dans l'Equipe...

                                                    JMA : "Si on est 8e en fin de saison, j'aurais démissionné avant. »

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X