Annonce

Réduire

Le forum a été mis à jour, créez un nouveau mot de passe

Suite à la dernière mise à jour, vous devez créer un mot de passe unique avant de vous reconnecter à votre compte pour la première fois.
Il suffit de cliquer sur "S'identifier ou s'inscrire" en haut à droite de l'écran puis sur "Oubli de votre mot de passe ou de votre identifiant ?". Saisissez votre email OL, vous recevrez un email de réinitialisation de mot de passe. Une fois votre mot de passe créé, connectez-vous avec votre pseudo et votre nouveau mot de passe.

En cas de problème, n'hésitez pas à contacter notre Service Relation Client, nous pourrons vous accompagner dans la démarche.
Voir plus
Voir moins

En coup de vent… nostalgique !

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • En coup de vent… nostalgique !

    Bonjour à tous

    Il ne s’agit que de mon souffle, capable tout juste de provoquer une tempête dans un verre de Saint-Joseph et de chanter dans un stade, mais s’il peut apporter un petit air de nostalgie, je vous l’offre avec plaisir, avec souci.

    Allez savoir pourquoi je vous écris tout ça….

    Il y a 18 ans, un après-midi d’avril, l’OL recevait le FC Sochaux Montbéliard dans un Gerland comble. 45000 ? 50000 ? Combien étaient-ils vraiment pour se tasser dans la vieille enceinte lyonnaise ? Nul ne peut le savoir. Places debout, barreaux écartés, supporters logés sur l’horloge du virage Nord, notre stade, ce jour-là, avait repris les airs d’un derby mythique de septembre 80. Combien donc, mais surtout pourquoi ? Oui, pourquoi étaient-ils venus nombreux, si fervents, si impatients ? Jouait-on un titre ? Une finale ? Une place en coupe d’Europe ? Une ligue des champions ? La réception du voisin ? Non rien de tout cela au programme de cette journée! Non, un simple huitième de finale retour de la coupe de France contre Sochaux. Mais quel était ce club capable de mobiliser autant de passion pour un événement si modeste, si simple ? Je vous présente : l’Olympique Lyonnais 1989, short rouge, maillot rouge et pensionnaire de Division deux française. Le connaissiez-vous ? Moi je ne l’oublie pas !

    Allez savoir pourquoi je vous écris tout ça….

    Il y a 6 ans, un soir de printemps, ils ont envahi la pelouse. La joie explosant dans le même stade, vierge de trophées depuis 28 ans. La liesse de cette soirée-là laissait présager les plus belles heures à venir de l’histoire d’un club. Qu’avions-nous gagné le 10 avril 2001 ? Une coupe d’Europe ? Un titre de champion pour le Poulidor du football français ? Non ni l’un, ni l’autre. Nous obtenions simplement le droit de rêver. Le rêve de briser trois décennies d’abstinence de titres et de palmarès. Mais quel était ce club qui enclenchait la mécanique du succès avec le simple carburant de l’espoir ? Je vous présente : l’Olympique Lyonnais 2001, encore vainqueur de rien du tout ou presque mais propriétaire d’un rêve : Une transhumance lyonnaise sur le stade de France… devenue réalité.

    Allez savoir pourquoi je vous écris tout ça…

    Frémir à l’idée de voir jouer Milos Bursac…
    Apprécier la technique de Ben Mabrouk…
    Bénéficier de la science du placement de Frédéric Zago…
    Se réjouir de la venue de Christophe Cocard…
    Se contenter du recrutement du grand François Brisson…
    Chanter en voyant jongler Fernandez-Leal et même applaudir la robustesse et la puissance de Torben Frank…
    Cafu , même à 93%…
    Savourer le jeu de Pfannkuch et d’Eric Péan, fantaisie et poésie…
    Faire de Raynald Pédros un sauveur !!
    Marco Grassi, grosse pointure, petit suisse et grands souvenirs : Ah ce face à face avec Porato au Vélodrome en 99 !!
    Mais quel était ce club qui se permettait de ne pas recruter des stars et qui remplissait tout de même son stade pour un huitième de finale retour de la coupe de France ? Je vous présente l’Olympique Lyonnais des années 90, club sans stars, sans forum et avec passion.

    Recherche pour club quintuple champion de France : Optimisme, confiance, folklore et ferveur. Merci de contacter Phanou Herko, à forum.olweb.fr.
    Dernière modification par Phanou Herko, 20/01/2007, 18h00.
    https://twitter.com/phanou_herko

  • #2
    ça c'est du post!
    Pas une daube de 40 lignes sans fond ...
    Merci Phanou !

    Commentaire


    • #3
      Très bon !

      Commentaire


      • #4
        Mon premier match à Gerland

        Quels moments formidables ! Un monde incroyable, j'étais en Jean-Bouin et j'ai maté tout le match debout le long de la fosse, pas moyen d'avoir une place assise !
        Je n'ai quasiment aucun souvenir du match, c'est l'atmosphère de Gerland qui m'avait marquée ! :)

        Commentaire


        • #5
          Rien à dire... très bon post !!

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par Phanou Herko
            Bonjour à tous

            Il ne s’agit que de mon souffle, capable tout juste de provoquer une tempête dans un verre de Saint-Joseph et de chanter dans un stade, mais s’il peut apporter un petit air de nostalgie, je vous l’offre avec plaisir, avec souci.

            Allez savoir pourquoi je vous écris tout ça….

            Il y a 18 ans, un après-midi d’avril, l’OL recevait le FC Sochaux Montbéliard dans un Gerland comble. 45000 ? 50000 ? Combien étaient-ils vraiment pour se tasser dans la vieille enceinte lyonnaise ? Nul ne peut le savoir. Places debout, barreaux écartés, supporters logés sur l’horloge du virage Nord, notre stade, ce jour-là, avait repris les airs d’un derby mythique de septembre 80. Combien donc, mais surtout pourquoi ? Oui, pourquoi étaient-ils venus nombreux, si fervents, si impatients ? Jouait-on un titre ? Une finale ? Une place en coupe d’Europe ? Une ligue des champions ? La réception du voisin ? Non rien de tout cela au programme de cette journée! Non, un simple huitième de finale retour de la coupe de France contre Sochaux. Mais quel était ce club capable de mobiliser autant de passion pour un événement si modeste, si simple ? Je vous présente : l’Olympique Lyonnais 1989, short rouge, maillot rouge et pensionnaire de Division deux française. Le connaissiez-vous ? Moi je ne l’oublie pas !

            Allez savoir pourquoi je vous écris tout ça….

            Il y a 6 ans, un soir de printemps, ils ont envahi la pelouse. La joie explosant dans le même stade, vierge de trophées depuis 28 ans. La liesse de cette soirée-là laissait présager les plus belles heures à venir de l’histoire d’un club. Qu’avions-nous gagné le 10 avril 2001 ? Une coupe d’Europe ? Un titre de champion pour le Poulidor du football français ? Non ni l’un, ni l’autre. Nous obtenions simplement le droit de rêver. Le rêve de briser trois décennies d’abstinence de titres et de palmarès. Mais quel était ce club qui enclenchait la mécanique du succès avec le simple carburant de l’espoir ? Je vous présente : l’Olympique Lyonnais 2001, encore vainqueur de rien du tout ou presque mais propriétaire d’un rêve : Une transhumance lyonnaise sur le stade de France… devenue réalité.

            Allez savoir pourquoi je vous écris tout ça…

            Frémir à l’idée de voir jouer Milos Bursac…
            Apprécier la technique de Ben Mabrouk…
            Bénéficier de la science du placement de Frédéric Zago…
            Se réjouir de la venue de Christophe Cocard…
            Se contenter du recrutement du grand François Brisson…
            Chanter en voyant jongler Fernandez-Leal et même applaudir la robustesse et la puissance de Torben Frank…
            Cafu , même à 93%…
            Savourer le jeu de Pfannkuch et d’Eric Péan, fantaisie et poésie…
            Faire de Raynald Pédros un sauveur !!
            Marco Grassi, grosse pointure, petit suisse et grands souvenirs : Ah ce face à face avec Porato au Vélodrome en 99 !!
            Mais quel était ce club qui se permettait de ne pas recruter des stars et qui remplissait tout de même son stade pour un huitième de finale retour de la coupe de France ? Je vous présente l’Olympique Lyonnais des années 90, club sans stars, sans forum et avec passion.

            Recherche pour club quintuple champion de France : Optimisme, confiance, folklore et ferveur. Merci de contacter Phanou Herko, à forum.olweb.fr.
            Si je suis d'accord avec toi sur certains passages , Pean -Ben Mabrouk notamment , je trouve que tu pousses le bouchon un peu loin quand tu trouves des qualités à Fernandez-Leal , et dans un degré moindre , à Zago et Pfankuch ! ainsi avec la "science de placement" de la paire Zago-Cabanel ( venus de D2 tous les 2 ! ) qu'est-ce qu'on se prenait comme valises !

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par Phanou Herko
              Bonjour à tous

              Il ne s’agit que de mon souffle, capable tout juste de provoquer une tempête dans un verre de Saint-Joseph et de chanter dans un stade, mais s’il peut apporter un petit air de nostalgie, je vous l’offre avec plaisir, avec souci.

              Allez savoir pourquoi je vous écris tout ça….

              Il y a 18 ans, un après-midi d’avril, l’OL recevait le FC Sochaux Montbéliard dans un Gerland comble. 45000 ? 50000 ? Combien étaient-ils vraiment pour se tasser dans la vieille enceinte lyonnaise ? Nul ne peut le savoir. Places debout, barreaux écartés, supporters logés sur l’horloge du virage Nord, notre stade, ce jour-là, avait repris les airs d’un derby mythique de septembre 80. Combien donc, mais surtout pourquoi ? Oui, pourquoi étaient-ils venus nombreux, si fervents, si impatients ? Jouait-on un titre ? Une finale ? Une place en coupe d’Europe ? Une ligue des champions ? La réception du voisin ? Non rien de tout cela au programme de cette journée! Non, un simple huitième de finale retour de la coupe de France contre Sochaux. Mais quel était ce club capable de mobiliser autant de passion pour un événement si modeste, si simple ? Je vous présente : l’Olympique Lyonnais 1989, short rouge, maillot rouge et pensionnaire de Division deux française. Le connaissiez-vous ? Moi je ne l’oublie pas !

              Allez savoir pourquoi je vous écris tout ça….

              Il y a 6 ans, un soir de printemps, ils ont envahi la pelouse. La joie explosant dans le même stade, vierge de trophées depuis 28 ans. La liesse de cette soirée-là laissait présager les plus belles heures à venir de l’histoire d’un club. Qu’avions-nous gagné le 10 avril 2001 ? Une coupe d’Europe ? Un titre de champion pour le Poulidor du football français ? Non ni l’un, ni l’autre. Nous obtenions simplement le droit de rêver. Le rêve de briser trois décennies d’abstinence de titres et de palmarès. Mais quel était ce club qui enclenchait la mécanique du succès avec le simple carburant de l’espoir ? Je vous présente : l’Olympique Lyonnais 2001, encore vainqueur de rien du tout ou presque mais propriétaire d’un rêve : Une transhumance lyonnaise sur le stade de France… devenue réalité.

              Allez savoir pourquoi je vous écris tout ça…

              Frémir à l’idée de voir jouer Milos Bursac…
              Apprécier la technique de Ben Mabrouk…
              Bénéficier de la science du placement de Frédéric Zago…
              Se réjouir de la venue de Christophe Cocard…
              Se contenter du recrutement du grand François Brisson…
              Chanter en voyant jongler Fernandez-Leal et même applaudir la robustesse et la puissance de Torben Frank…
              Cafu , même à 93%…
              Savourer le jeu de Pfannkuch et d’Eric Péan, fantaisie et poésie…
              Faire de Raynald Pédros un sauveur !!
              Marco Grassi, grosse pointure, petit suisse et grands souvenirs : Ah ce face à face avec Porato au Vélodrome en 99 !!
              Mais quel était ce club qui se permettait de ne pas recruter des stars et qui remplissait tout de même son stade pour un huitième de finale retour de la coupe de France ? Je vous présente l’Olympique Lyonnais des années 90, club sans stars, sans forum et avec passion.

              Recherche pour club quintuple champion de France : Optimisme, confiance, folklore et ferveur. Merci de contacter Phanou Herko, à forum.olweb.fr.
              Je m'en souviens des que je parle de lui je me remémore cette action , il était tout seul mais vraiment seul en partant à la limite du hors jeu au milieu de terrain il trouve le moyen de rater son face à face ! quel kiche ce grassi !:mdr:

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par Phanou Herko
                Recherche pour club quintuple champion de France : Optimisme, confiance, folklore et ferveur. Merci de contacter Phanou Herko, à forum.olweb.fr.
                Désolée, mais ce n'est pas sur le forum qu'il faut chercher : ev) :
                Un soir de victoire... une majorité de topics négatifs !! Govou, Cacapa, Houiller !!

                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par WebAnimOL (Mum)
                  Désolée, mais ce n'est pas sur le forum qu'il faut chercher : ev) :
                  Un soir de victoire... une majorité de topics négatifs !! Govou, Cacapa, Houiller !!
                  C'est qui Houiller...??? :shock: :grn:

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par WebAnimOL (Mum)
                    Désolée, mais ce n'est pas sur le forum qu'il faut chercher : ev) :
                    Un soir de victoire... une majorité de topics négatifs !! Govou, Cacapa, Houiller !!
                    Non mais c'est bien pour ce forum que j'ai passé l'annonce! Je trouve ce mois de janvier très long, trop long!
                    https://twitter.com/phanou_herko

                    Commentaire


                    • #11
                      bravo phanou comme d'hab super texte :fier: :fier:

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par WebAnimOL (Mum)
                        Désolée, mais ce n'est pas sur le forum qu'il faut chercher : ev) :
                        Un soir de victoire... une majorité de topics négatifs !! Govou, Cacapa, Houiller !!
                        triste verité :-(

                        Commentaire


                        • #13
                          Eh oui dès que ça bouge quelque part y'a toujours des vautours de luxe qui viennent prendre leur part du gâteau en se permettant encore de se battre. Ca s'appelle l'embourgeoisement, l'institutionnalisation. :-( C'est pareil dans le cinéma français à petit-fours.

                          Moi si je viens en footix, c'est pas pour exiger qu'on recrute Henry ou Gattuso. C'est pour me délecter d'avoir une très grande équipe en France, qui porte fièrement l'étendard de notre football en France et à l'étranger. Merci et bravo à l'OL, et vivement que Juninho soulève la Coupe aux grandes oreilles ! :fier:
                          Envoyé par anthoto1
                          Michy à 40M€, c'est de la science-fiction absolue. :fier:

                          Commentaire


                          • #14
                            Vu le prix des places sans cesse en hausse, je crois que les costards cravates envahiront petit à petit le stade. Quand aux vrais amoureux, ils ne sont pas dupes...

                            Commentaire


                            • #15
                              ça a le mérite d'être clair, net, explicite... mais certains préfèreront mettre des oeillères pour se voiler la face...

                              bravo phanou herko, c'est toujours un plaisir de te lire !!!
                              sigpic

                              Commentaire


                              • #16
                                Envoyé par Phanou Herko
                                Marco Grassi, grosse pointure, petit suisse et grands souvenirs : Ah ce face à face avec Porato au Vélodrome en 99 !!
                                [
                                Ah cette fois là, je lui en avait vraiment voulu à Marco... :grn: Bien que ramener un nul du Vel alors que l'OM jouait le titre était déja une sacré perf.

                                Excellent post Phanou. Plein de passion comme toujours.

                                Commentaire


                                • #17
                                  Envoyé par Phanou Herko

                                  Il y a 6 ans, un soir de printemps, ils ont envahi la pelouse. La joie explosant dans le même stade, vierge de trophées depuis 28 ans. La liesse de cette soirée-là laissait présager les plus belles heures à venir de l’histoire d’un club. Qu’avions-nous gagné le 10 avril 2001 ? Une coupe d’Europe ? Un titre de champion pour le Poulidor du football français ? Non ni l’un, ni l’autre. Nous obtenions simplement le droit de rêver. Le rêve de briser trois décennies d’abstinence de titres et de palmarès. Mais quel était ce club qui enclenchait la mécanique du succès avec le simple carburant de l’espoir ? Je vous présente : l’Olympique Lyonnais 2001, encore vainqueur de rien du tout ou presque mais propriétaire d’un rêve : Une transhumance lyonnaise sur le stade de France… devenue réalité.
                                  J y etais ... descendu sur la pelouse, magnifique pelouse, j en avais jamais vu une pareille !

                                  La premiere descente sur pelouse des annees 2000.

                                  Succes contre nantes en 1/2, quel match quelle joie !

                                  Et c'est drole comme cette expression de fernandez l annee suivante m a marque "lyon est le poulidor du championnat" il a suffit qu il l ouvre, lui le lyonnais de souche, pour qu on commence a gagner ce foutu championnat. Pour combien de temps encore ...
                                  Salut travik!!
                                  signé Zorro :mask:

                                  Commentaire


                                  • #18
                                    Super post.
                                    J'ajouterai également le match de la remontée en D1 contre Alès en 89. J'étais en Jean Bouin inf : Rien vu du match (0-0 je crois) mais quelle ambiance exceptionnelle !!!
                                    Football : Opium de l'électeur. On se shoote comme on peut.

                                    Commentaire


                                    • #19
                                      Envoyé par forzalyonnais69
                                      Je m'en souviens des que je parle de lui je me remémore cette action , il était tout seul mais vraiment seul en partant à la limite du hors jeu au milieu de terrain il trouve le moyen de rater son face à face ! quel kiche ce grassi !:mdr:
                                      Exactement la même chose pour moi !!! Je crois que ce soir-là j'étais pas loin de détruire la télé d'mon pote... ******, une victoire possible au vélodrome, c'était pas rien, même si aujourd'hui ça devient plus fréquent :)
                                      Et puis pour grassi, l'autre souvenir, c'est les rouges qu'il se prend et qui nous coutent le match, comme au havre je crois...
                                      "Plus nombreux sont nos ennemis, plus belle est la victoire"

                                      Commentaire


                                      • #20
                                        Je me suis toujours dit qu'un mec qui choisit un Béru pour avatar ne pouvait être que foncièrement bon, et ça se vérifie à chacun de tes posts: merci Phanou de rafraîchir la mémoire... :oui:
                                        "ça ne reste qu'un jeu..."

                                        Commentaire


                                        • #21
                                          [QUOTE
                                          Il y a 18 ans, un après-midi d’avril, l’OL recevait le FC Sochaux Montbéliard dans un Gerland comble. 45000 ? 50000 ? Combien étaient-ils vraiment pour se tasser dans la vieille enceinte lyonnaise ? Nul ne peut le savoir. Places debout, barreaux écartés, supporters logés sur l’horloge du virage Nord, notre stade, ce jour-là, avait repris les airs d’un derby mythique de septembre 80. Combien donc, mais surtout pourquoi ? Oui, pourquoi étaient-ils venus nombreux, si fervents, si impatients ? Jouait-on un titre ? Une finale ? Une place en coupe d’Europe ? Une ligue des champions ? La réception du voisin ? Non rien de tout cela au programme de cette journée! Non, un simple huitième de finale retour de la coupe de France contre Sochaux. Mais quel était ce club capable de mobiliser autant de passion pour un événement si modeste, si simple ? Je vous présente : l’Olympique Lyonnais 1989, short rouge, maillot rouge et pensionnaire de Division deux française. Le connaissiez-vous ? Moi je ne l’oublie pas !
                                          .[/QUOTE]

                                          Excellent souvenir ce match, ca sentait déjà la D1 qui se profilait!!!!!

                                          Avec le but d'Eugene en 1ere mi temps, on a vraiment failli les taper les Sochaliens...

                                          Commentaire


                                          • #22
                                            Envoyé par joel bats 69
                                            Vu le prix des places sans cesse en hausse, je crois que les costards cravates envahiront petit à petit le stade. Quand aux vrais amoureux, ils ne sont pas dupes...
                                            Entièrement d'accord

                                            Commentaire


                                            • #23
                                              Je vois avec plaisir que le sens du but de Marco a laissé de grands souvenirs...:proud: Lors de ce match on avait eu aussi un drôle de duel entre Bassila et Laurent Blanc... Vous vous souvenez?
                                              https://twitter.com/phanou_herko

                                              Commentaire

                                              Chargement...
                                              X