Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[OL] Articles de presse (sans blabla)

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [OL] Articles de presse (sans blabla)

    p80

    Rumeurs Mercato été 2009

    p68

    Post Mercato hiver 2008/09


    p60

    Mercato hiver 2008/09


    p51

    Grand Stade : Aulas menace
    Benzema est-il trop gourmand ?
    Domenech: "Mounier peut frapper à la porte de l'équipe de France"
    Vercoutre et la menace de grève


    p50

    Puel demande du temps pour l'OL
    Fred: "Je n'avais plus envie"
    Mounier : «Bien fait de rester»
    Lizarazu: «Lyon, le Bayern français»
    Puel: « Remporter la C1, ça ne se décrète pas »
    L’OL Académie, fournisseur de talents de Ligue 1
    Makoun : «L'OL n'est pas aimé»


    p49

    Cris : "Oubliez mon genoux !"

    Quatre joueurs en question

    Ligue des Champions : La L1 trop soluble dans la C1 ?

    Interview de Claude Puel suite à la 1ere journée de C1


    p48

    Interview de Juninho "Mon plus grand rêve"

    Nice - Lyon, couverture du torchon "l'équipe"

    Grand stade de l’OL: Collomb regarde toujours vers Décines

    Fillipi Dourado, un espoir déjà suivi

    Lyon : Juninho ménagé

    Loïc Rémy veut briller à Gerland

    Quelles solutions pour Lyon ?

    Mounier, le Lyonnais caché

    Le retour de Mensah

    Interview d'Ederson


    p47

    Lyon : Puel est dans « l'expectative »
    Rédaction Football365 - mercredi 03 septembre 2008 - 18h09

    Lyon : Fabio Santos a repris
    Rédaction Football365 - mercredi 03 septembre 2008 - 14h50

    Puel attendu à Nyon
    Rédaction Football365 - mardi 02 septembre 2008 - 16h22


    p46

    DERBY REPETITA, Analyse du derby
    Pierre Martini (avec Thibault Lécuyer) - lundi 1 septembre 2008

    le bilan des transferts
    Lyon Mag
    Dernière modification par baralai3, 11/05/2009, 08h01.
    it ain't about how hard you hit, it's about how hard you can get hit

  • #2
    QUELQUES TITRES DE LA PRESSE ESPAGNOLE APRÈS LE TIRAGE AU SORT LDC



    Ligue de Champions - Sans beaucoup de chance dans le tableau
    Eurosport - il y a 11 heures
    Barcelone est tombé à nouveau dans le 'groupe de la mort', avec Olympique de Lyon, Stuttgart et Rangers. Pour sa part, le Réal Madrid va se mesurer au Werder ...

    Le Barça aura un chemin compliqué dans la Ligue des Champions
    Le Périodique - il y a 16 heures
    De redoutables rivaux… l'Olympique de Lyon. Le club français, dirigé maintenant par Alain Perrin ...

    Le chemin Barça et de Valence sera plus difficile que celui de Madrid
    Le Périodique (Aragon) - il y a 16 heures
    On verra avec le champion français, un Olympique de Lyon légèrement dubitatif cette saison et avec Coupet de blessé, le champion allemand, le Stuttgart ...


    Ils sont ainsi les rivaux du Barça
    Sport - il y a 17 heures
    Sans aucun doute, l'autre rival important du groupe, bien qu'un peu en dessous l'Olympique de Lyon. Son style de jeu est plus physique que technique ...

    De Monaco à Moscou
    Sport - il y a 17 heures
    ... les trois rivaux de l'ensemble de Rijkaard sont compliqués : l'Olympique de Lyon (champion des six dernières éditions de la Ligue française) ...

    Commentaire


    • #3
      Ligue 1 - Recette gagnante pour Lyon

      Eurosport - sam., 01 sept. 23:40:00 2007

      Lyon s'est imposé ce samedi face au Mans au terme d'une rencontre riche en buts et en spectacle (3-2). Longtemps menés au score, les Lyonnais sont finalement parvenus à renverser la tendance, qui plus est en moins de dix minutes, pour remporter leur troisième victoire en six jours.



      LYON - LE MANS : 3-2


      Buts : Govou (72e), Benzema (76e) et Baros (78e) pour Lyon et Sessegnon (44e et 55e) pour Le Mans

      Comment en dix minutes un match peut-il complètement basculer ? Leçon numéro une par l'Olympique lyonnais. Premièrement, vous encaissez deux buts, histoire de faire monter la pression. Deuxièmement, vous énervez vos supporters en ratant des occasions immanquables. Enfin, le plus important, vous inscrivez trois buts en dix minutes et le tour est joué. La victoire se révèle savoureuse et le résultat délicieusement croustillant.

      Le match démarre du reste tout de suite sur les chapeaux de roues. Benzema puis Matsui adressent deux frappes non cadrées dans la première minute. Est-ce un signe annonciateur d'un scénario à suspense ? Pas sûr, tant la première période se révèle d'une médiocrité affligeante. Les deux équipes se contentant de s'observer à distance ensuite sans prendre le moindre risque. Malgré trois occasions avant la pause pour les Lyonnais, par l'intermédiaire de Juninho par deux fois (30e et 33e) puis Govou à qui Monsieur Coué refuse un penalty évident (39e), les champions de France ne parviennent pas à prendre à défaut le solide bloc sarthois. Parfaitement organisés et extrêmement disciplinés, les hommes de Rudy Garcia s'offrent même le luxe d'ouvrir le score à la surprise générale juste avant la pause, suite à une énorme erreur de Vercoutre qui relâche le ballon dans les pieds de Sessegnon (0-1 ; 44e). Lyon déjoue et le doute s'installe.

      Dix minutes complètement folles

      Au retour des vestiaires, les consignes d'Alain Perrin ne semblent avoir aucun effet sur le jeu de son équipe. Emmené par un virevoltant Gervinho, dans tous les bons coups, Sessegnon réussit le doublé dans un silence de mort (0-2 ; 55e). Lyon est au plus mal. C'est alors que la bête blessée va se révolter. Tant bien que mal, les Rhodaniens évitent tout d'abord le pire en manquant de peu d'encaisser un troisième but sur ce lob de Matsui (62e). C'est la dernière occasion des Sarthois alors qu'il reste pourtant une demi-heure de jeu. Une demi-heure qui va appartenir aux locaux, qui va sans doute rentrer dans les annales du club pourtant sacré déjà six fois champion de France. Le festival offensif est lancé par un Govou percutant, bien lancé par un Juninho altruiste (1-2 ; 72e). Il se poursuit par un Benzema d'une précision diabolique dont la tête cloue au sol un Yohann Pelé médusé (2-2 : 76e). Il se clôture par un Milan Baros opportuniste, qui permet à l'OL de passer devant, dix minutes à peine après avoir été menée de deux longueurs (3-2 ; 78e).

      Grâce à ce renversement de situation auquel eux-mêmes ne semblaient plus croire, les Lyonnais engrangent leur troisième succès en autant de rencontres et en une semaine s'il vous plaît. Ils se replacent ainsi au cinquième rang du classement tandis que Le Mans concède sa troisième défaite consécutive. Car à Lyon encore plus qu'ailleurs, un match de football se joue en 90 minutes, les Manceaux se souviendront sans doute longtemps de ce 1er septembre renversant.

      LA DECLA : Alain Perrin (entraîneur de Lyon)

      "On a vu ce soir beaucoup de vérités du football: dominer n'est pas gagner. Sur la physionomie de la première période, on méritait de mener au score. Rien n'est joué avant la fin. Après la mi-temps, nous étions menés 2 à 0. Il y a eu une belle réaction de l'équipe qui s'est remise en confiance après le premier but. En première mi-temps, nous avons eu le monopole du ballon, on a manqué de lucidité dans la finition. Et on s'est fait surprendre sur le deuxième but. Il ne fallait pas se désunir. On a continué et la réussite est venue. On a une marge de progression. Il faut apprendre la patience, surtout au milieu de terrain, et on doit être mieux positionnés en défense. Sur le premier but, une erreur de gardien se voit beaucoup plus que celle d'un défenseur ou d'un attaquant. Ce n'est pas une erreur qui condamne un joueur. Nous avons 12 points en 6 matches joués. C'est le tableau de marche d'une équipe de tête. Ca nous permet de remettre les pendules à l'heure."

      Hugues SIONIS / Eurosport

      Dernière modification par , 01/09/2007, 23h19.

      Commentaire


      • #4
        L1 / LYON – LE MANS 3-2 :Sept minutes pour vivre

        Foot365 - sam 01 sep, 22h00




        Complètement amorphes et menés 2-0 par des Manceaux opportunistes, les Lyonnais ont trouvé d’improbables ressources pour inverser la tendance en l’espace de sept minutes. Cruel pour un MUC72 qui enregistre sa troisième défaite de rang.

        Dans les coulisses du stade de Gerland

        - Lors de leur échauffement, les joueurs lyonnais portaient tous un t-shirt rouge avec un message de soutien à l’équipe de France de rugby qui débutera sa Coupe du Monde vendredi prochain face à l’Argentine.

        - Ménagé à Sochaux cette semaine, Juninho a retrouvé sa place dans le onze de départ de l’OL. Et le brassard de capitaine.

        - Le jeune Alphousseyni Keita (milieu de terrain malien de 21 ans) a fait sa première apparition dans le groupe manceau à l’occasion de ce déplacement à Lyon. Il n'est pas entré en jeu.

        - Si les dirigeants lyonnais n’ont pas bougé lors de la dernière journée du Mercato malgré une ultime offre refusée pour Mancini (AS Rome), cela n’a pas été le cas de leurs homologues manceaux. Le président Legarda et son club ont en effet vendu Grafite à Wolfsburg avant d’obtenir le prêt pour une saison d’Anthony Le Tallec (Liverpool).

        - Coaching assez inhabituel de la part de Rudi Garcia. L’entraîneur manceau avait décidé de changer ses deux arrières latéraux. Titulaires face au PSG, Calvé et I.Camara ont ainsi été remplacés au coup d’envoi par Pinault et Louvion.

        - Le MUC72 n’a jamais pris le moindre point au stade de Gerland. Quatre déplacements et quatre défaites après le match de ce soir.

        Les faits du match

        1ere minute

        Douze secondes de jeu et première frappe de Källström qui passe largement au-dessus. La réponse mancelle est immédiate avec une action similaire de Matsui qui ne trouve pas le cadre.

        30eme minute

        Servi par Keita côté gauche, Grosso adresse un très bon centre au second poteau repris d’une tête plongeante croisée de Juninho. Complètement battu, Pelé est sauvé par son poteau.

        33eme minute

        Combinaison entre Bodmer, Benzema et Govou. Ce dernier trouve Juninho dans la surface mancelle. Mais après un bon contrôle, le capitaine lyonnais frappe à côté du ballon en se précipitant.

        39eme minute

        Ouverture en profondeur de Keita pour Govou qui parvient à devancer la sortie de Pelé avant de s’effondrer dans la surface. Le contact entre les deux hommes est réel mais M.Coué ne bronche pas.

        43eme minute

        Réveillère, côté droit, centre à ras de terre pour Govou, couvert dans la surface par Louvion. L’attaquant lyonnais tente une pichenette sur le gardien manceau mais Pelé remporte son duel en concédant le corner.

        43eme minute (0-1)

        Le corner lyonnais ne donne rien, Pelé s’imposant dans les airs. Le gardien manceau dégage très loin sur Gervinho, en duel avec Réveillère à l’angle droit de la surface de l’OL. L’Ivoirien prend le dessus et centre à ras de terre. Vercoutre, sur la trajectoire, se troue complètement et laisse passer le ballon sous son ventre. Une aubaine pour Sessegnon qui a bien suivi et qui marque dans le but vide.

        52eme minute

        Frappe de Benzema à l’entrée de la surface et parade délicate de Pelé qui ne peut bloquer le ballon. Juninho a bien suivi mais il est devancé de la tête par Pinault avant finalement de frapper alors qu’il est couché par terre. A côté.

        54eme minute (0-2)

        Gervinho, côté droit dans la surface, élimine Grosso avant de sortir en retrait. Sessegnon reprend à bout portant et trompe un Vercoutre qui ne peut rien.

        58eme minute

        Longue percée de Bassa et ballon dans la profondeur pour Gervinho qui tente sa chance dans un angle fermé. Vercoutre détourne en corner.

        62eme minute

        Superbe service de Romaric pour Matsui dans le dos de Réveillère. Le Japonais se montre un peu trop gourmand en tentant une pichenette sur Vercoutre. Ça passe au-dessus.

        71eme minute (1-2)

        Benzema côté gauche trouve Juninho dans l’axe à trente mètres. Le Brésilien fixe la défense et sert Govou sur sa droite. L’international entre dans la surface, crochète Pinault et fusille Pelé d’une frappe du gauche.

        75eme minute (2-2)

        Coup-franc lyonnais côté droit frappé par Juninho. Benzema, au premier poteau, prend le meilleur sur Louvion et trompe Pelé de la tête.

        78eme minute (3-2)

        Corner lyonnais frappé par Juninho. Benzema dévie pour Baros, seul au second poteau. Le Tchèque, couvert par Coutadeur, contrôle et frappe en pivot. Pelé doit s’incliner.

        Jeu, joueurs et arbitre

        Le jeu

        L’Olympique Lyonnais n’est décidemment pas une équipe comme les autres. Menés 2-0 à vingt minutes de la fin du match par des Manceaux très opportunistes et d’une étonnante sérénité, les joueurs d’Alain Perrin ont réussi à inverser la tendance en l’espace de sept minutes. Sept minutes de folie pour faire taire les sifflets de Gerland et faire finalement chavirer de bonheur les supporters rhodaniens. Alors bien sûr, il ne faudra pas occulter la première heure très poussive de l’OL pendant laquelle les champions de France ont été incapables d’accélérer le rythme. Mais ce retournement de situation sera assurément un des tournants de la saison des Lyonnais. Pour les Sarthois en revanche, il faudra rapidement digérer cette cruelle défaite. Le troisième revers consécutif pour les joueurs de Rudi Garcia qui marquent le pas après un bon début de championnat.

        Les Lyonnais

        Que retenir ce soir ? Le Lyon poussif et incapable de donner du rythme pendant plus d’une heure ? Ou cet OL déchaîné qui a retourné une situation compromise en l’espace de sept minutes ? VERCOUTRE, auteur d’une énorme erreur sur le premier but manceau, ne gardera lui pas un grand souvenir de sa soirée. Et sa prestation ne fera pas taire ses détracteurs. Devant lui, REVEILLERE et GROSSO sont battus par Gervinho sur les deux buts. Au crédit de l'Italien, quelques centres précis. BODMER et SQUILLACI ont eux prouvé que leur association devenait efficace même s’il y a eu une période de flottement avant la réduction du score. Au milieu, TOULALAN a parfois eu du mal à relancer rapidement. Mais l’ancien Nantais a été plus efficace qu’un KALLASTROM décevant. KEITA, lui, a placé de bonnes accélérations mais sans réussite. De l’autre côté, GOVOU a eu l’occasion d’ouvrir le score avant finalement de relancer son équipe. Un but également pour BENZEMA, impliqué sur les deux autres. JUNINHO, qui a manqué d’adresse face à la cage, est lui aussi présent dans l’action des trois buts. Avec deux passes décisives. A noter enfin l’entrée gagnante de BAROS qui a offert les trois points à l’OL.

        Les Manceaux

        Alors que DE MELO a été décevant, GERVINHO (deux passes) et SESSEGON (deux buts) auraient pu être les hommes du match. Mais comme l’ensemble des Manceaux, ils ont craqué en seulement sept minutes. Le MUC avait pourtant parfaitement mené sa barque sur la pelouse de Gerland. Une première période bien maîtrisée malgré une domination stérile de l’OL. Puis un but juste avant la pause sur la seule occasion des visiteurs. Même scenario après la pause avec le deuxième but très rapidement puis des occasions de tuer le match. Mais MATSUI notamment a manqué le coche. Derrière, la furia lyonnaise a été incontrôlable pour l’ensemble d’un secteur défensif qui a craqué. COUTADEUR et ROMARIC ont été dépassés dans l’entrejeu après pourtant 70 minutes réussies. Même chose derrière où la ligne LOUVION-BASA-CERDAN-PINAULT a craqué. Dans sa cage, PELE n’a rien pu faire.

        L’arbitre du match : M.Coué

        Un match sans tension particulière et donc plutôt simple pour M.Coué. Mais une décision litigieuse en première période avec un accrochage entre Pelé et Govou dans la surface mancelle. Penalty ou non ? Impossible à dire à vitesse réelle mais les images semblent donner tort à l’arbitre qui n’a pas accordé le penalty qui s’imposait.

        Nicolas PUIRAVAU

        EDIT : après avoir vu les images, ya pa péno, le gardien évite bien, son genoux touche la cheville de Govou certes, mais il ne peut pas non plus arrêter sa course par l'opération du St Esprit :o
        Dernière modification par , 02/09/2007, 01h51.

        Commentaire


        • #5
          Lyon l'emporte en 7 minutes chrono !


          Les amateurs de paris en tous genres avaient un beau coup à jouer à vingt minutes de la fin de ce Lyon-Le Mans invraissemblable.

          Menés 2-0 après un doublé de Sessegnon (43e et 54e, les deux fois sur des services en retrait de Gervinho, parti sur l'aile droite), plus personne n'aurait osé mettre une petite pièce sur les chances de cet OL brouillon, trop fébrile derrière et en manque cruel d'automatismes devant avec Govou à gauche et Keita à droite.

          Loin d'avoir étalé un niveau de jeu équivalent à celui qui a fait sa force durant les six dernières saisons, l'OL version Perrin a au moins démontré qu'il possédait du caractère et surtout de grosses individualités, au premier rang desquelles... l'inévitable Juninho.

          Absent face à Sochaux, le Brésilien a eu la bonne idée de faire son retour face au Mans. Car entre la 70e et la 77e, fatales à des Manceaux qui peuvent se mordre les doigts d'avoir manqué la balle du 3e but à la 62e minute (Matsui tentant une balle piquée seul devant Vercoutre), le capitaine lyonnais a fait taire les sceptiques en distillant deux passes vraiment décisives.

          Aussi bien pour ce match que pour la suite de la saison lyonnaise.

          À Govou tout d'abord (70e, 2-1), puis à Benzema, auteur de son quatrième but en quatre match d'un coup de tête magistral à la réception d'un maître coup franc de «Juni» (75e, 2-2). Sur le troisième but de Baros (tout juste entré en jeu), c'est également lui qui a frappé le corner dévié par Benzema. Un métier.

          francefootball.fr
          1987

          Commentaire


          • #6
            Foot-L1- Lyon - Aulas: «C'était Mancini ou rien»

            L'Equipe - 2 septembre 2007

            Resté muet lors des dernières heures du marché des transferts, qui a fermé vendredi soir, l'OL a fait défaut à ses habitudes qui le voyaient recruter un ou deux joueurs en toute fin de mercato. Jean-Michel Aulas a son explication. «Nous n'avions qu'un seul objectif : faire venir Mancini. On a tout fait pour convaincre l'AS Roma et Mme Sensi (NDLR : la fille du propriétaire du club, directement chargée des dossiers importants) en proposant plus de 20 millions d'euros. Et comme c'était Mancini ou rien, on s'en est tenu aux conseils de nos spécialistes de garder l'effectif tel quel». Le président lyonnais ne désespère pas cependant d'attirer le virevoltant gaucher brésilien. «Il nous a promis de venir le plus rapidement possible, soit au 30 juin prochain, soit même dès janvier».

            Après avoir tenté de recruter l'Espagnol Reyes, le Brésilien Mancini et même le Néerlandais Robben, selon Aulas, l'OL devra donc faire avec trois attaquants (dont Fred, actuellement blessé et de toute façon suspendu pour les trois premiers matches de la Ligue des champions) et deux seuls véritables milieux offensifs gauche : les jeunes Hatem Ben Arfa et Anthony Mounier.


            Alain Perrin, qui attendait avec impatience ce renfort offensif qui ne viendra pas, ne s'en formalise pas. En tout cas pas devant les micros. «On va faire avec cet effectif. On verra en janvier pour le réajuster. On a mangé notre pain noir en termes de blessures, on espère désormais être épargné à ce niveau-là».

            S.L., à Lyon


            De quoi créer un nouveau topic R&T :rolleye: :grn:

            Commentaire


            • #7
              Foot-L1-Lyon Perrin : «Une très bonne semaine»
              dim 02 sep, 01h16

              L'OL est passé par tous les états, samedi soir devant Le Mans. Menés 2-0 après 70 minutes de jeu, les Lyonnais sont revenus de nulle part pour s'imposer 3-2 grâce à 3 buts en 7 minutes (de la 71e à la 78e) de Govou, Benzema et Baros. « Je suis conscient d'avoir frisé la correctionnelle , indique Jean-Michel Aulas. Mais c'est peut-être un signe du destin par rapport à tous les éléments contraires connus ces dernières semaines. Quand le sort nous sourit un peu, on se dit que la chance est passée de l'autre côté ».

              Pour Juninho, impliqué de près ou de loin sur les trois buts, « ce résultat est logique, l'équipe qui a joué vers l'avant a gagné. On est soulagé, maintenant il faut continuer à travailler ». « Gagner contre Saint-Etienne dimanche dernier m'a procuré du plaisir, mais remporter ce match 3-2 après avoir été mené 2-0, ce n'est pas mal non plus », reprend le président Aulas, qui retient avant tout les qualités mentales dont ont faire preuve ses joueurs. « Beaucoup d'équipes auraient lâché à notre place. Cela va forcément donner plus de confiance pour les prochaines échéances ». Malgré tout, à moins de trois semaines du début de la Ligue des champions et d'un déplacement à Barcelone, l'OL inquiète. Dans son jeu et dans la performance de certains de ses éléments : Keita a encore été d'une insignifiante efficacité, Grosso et Réveillère ne sont pas toujours à l'aise pour couvrir leur couloir, même si le premier nommé est précieux dans l'apport offensif, et Vercoutre semble de plus en plus fragile sur sa ligne comme dans les airs.

              Coupable d'une grossière erreur sur le premier but de Sessegnon, la doublure de Coupet n'a pas fui ses responsabilités devant les médias. « C'est sûr que ce n'est pas toujours facile. J'apprends mon métier en touchant très peu de ballons. Mais l'important, c'est la réaction collective et individuelle. On a pu s'en sortir grâce à de grands Juninho et Sidney (Govou) qui ont su recanaliser les énergies pour amener l'équipe vers la victoire », dit-il, soutenu par Alain Perrin. « Une erreur de gardien se voit beaucoup plus que pour un autre joueur. Même les très grands gardiens internationaux sont amenés à en faire », estime le coach lyonnais, satisfait de ce troisième succès d'affilée. « C'est une très bonne semaine. En prenant 12 points en 6 matches, on a remis les pendules à l'heure sur le plan comptable. C'est un bon début de croisière ». S.L., à Lyon

              Lequipe.fr
              it ain't about how hard you hit, it's about how hard you can get hit

              Commentaire


              • #8
                http://www.marca.com/marcador/futbol...ada_2/bar_ath/
                Barcelone 3-1 Athletic
                […]
                Jean-Michel Aulas et Alain Perrin, président et technicien de l'Olympique de Lyon, étaient dans les gradins espionnant le Barcelona.

                Commentaire


                • #9
                  Après un début de saison poussif, Lyon semble monter progressivement en puissance. Et si tout n’est pas encore parfait dans le jeu, les Gones ont visiblement retrouvé leur incroyable mental.



                  « On revient de loin et c'est bon pour le moral. » Soulagé comme l’ensemble de ses coéquipiers, Anthony Réveillère a longuement fêté la victoire lyonnaise samedi soir sur la pelouse de Gerland. Un improbable succès face à une équipe du Mans qui menait pourtant 2-0 à vingt minutes de la fin de la rencontre. Mais la machine rhodanienne s’est soudainement débridée après une première heure de jeu poussive. Incapables de donner du rythme et pas vraiment vernis (une tête sur le poteau de Juninho, un penalty refusé à Govou et deux buts manceaux sur pratiquement deux occasions), les champions de France ont retrouvé, à défaut de leur jeu bien léché, leur âme de combattants. Et en seulement sept minutes, ils ont transformé les sifflets de leurs supporters en une formidable clameur que seul Gerland a connue depuis six saisons.

                  « A 2-0, on était abattus mais on n’a rien lâché, explique Karim Benzema, buteur puis passeur décisif samedi soir. C’est la force de l’Olympique Lyonnais. Ce sont de bonnes victoires. Il va maintenant falloir savourer. » Savourer par exemple le retour en forme de Juninho (impliqué sur les trois buts et auteur de deux passes décisives). Ou encore la confirmation du talent de Benzema, désormais en tête du classement des buteurs avec cinq réalisations (« C’est bien que je marque mais ma réussite, je la dois à l’équipe. Je n’oublie pas que si je marque, c’est grâce à tous mes coéquipiers. »). Sans oublier le coaching gagnant d’Alain Perrin avec la rentrée décisive de Milan Baros (« A ce moment particulier de la rencontre, on ne peut pas parler de bon coaching, dixit l’entraîneur. Il est normal de faire rentrer un joueur frais. Ce n’est pas le coaching mais les qualités morales des joueurs qui ont fait la différence. »)

                  Vercoutre, le maillon faible ?

                  Mais si le public de Gerland a quitté l’enceinte lyonnaise avec le sourire samedi soir, il ne faut pas non plus occulter les carences de cet OL. Un manque de rythme aussi criant qu’étonnant pendant plus d’une heure de jeu et quelques défaillances individuelles forcément inquiétantes à quinze jours de la reprise de la Ligue des Champions. Remy Vercoutre, déjà fortement critiqué cette semaine pour son peu d’assurance dans ses sorties aériennes, ne devrait ainsi pas échapper aux nouvelles railleries après son énorme boulette sur le premier but manceau. Mais Réveillère et Grosso, battus en duel sur les deux buts du MUC, devront également rectifier le tir quand Henry, Ronaldinho et consorts se présenteront dans le Rhône.

                  « Le résultat est plus que positif, a conclu Jean-Michel Aulas. On a frisé la correctionnelle. Le but de Sidney Govou (ndlr : à la 71eme minute) a redonné de l’envie à tout le monde. Je voudrais saluer le public qui a été magnifique et a encouragé son équipe comme jamais. Et les coéquipiers de Rémy Vercoutre qui sont allés le réconforter à la fin en lui disant que tout allait bien. Les joueurs ont voulu démontrer qu’il ne fallait pas nous enterrer trop vite. C’est un signe du destin. On avait fait le choix d’aller chercher Mancini mais on n’a pas pu le faire. On a donc décidé de garder le même groupe. Je sais que les joueurs vont capitaliser sur cette confiance. » Et poursuivre leur remontée au classement avec déjà trois victoires consécutives

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par invité
                    Foot-L1- Lyon - Aulas: «C'était Mancini ou rien»

                    L'Equipe - 2 septembre 2007

                    Resté muet lors des dernières heures du marché des transferts, qui a fermé vendredi soir, l'OL a fait défaut à ses habitudes qui le voyaient recruter un ou deux joueurs en toute fin de mercato. Jean-Michel Aulas a son explication. «Nous n'avions qu'un seul objectif : faire venir Mancini. On a tout fait pour convaincre l'AS Roma et Mme Sensi (NDLR : la fille du propriétaire du club, directement chargée des dossiers importants) en proposant plus de 20 millions d'euros. Et comme c'était Mancini ou rien, on s'en est tenu aux conseils de nos spécialistes de garder l'effectif tel quel». Le président lyonnais ne désespère pas cependant d'attirer le virevoltant gaucher brésilien. «Il nous a promis de venir le plus rapidement possible, soit au 30 juin prochain, soit même dès janvier».

                    Après avoir tenté de recruter l'Espagnol Reyes, le Brésilien Mancini et même le Néerlandais Robben, selon Aulas, l'OL devra donc faire avec trois attaquants (dont Fred, actuellement blessé et de toute façon suspendu pour les trois premiers matches de la Ligue des champions) et deux seuls véritables milieux offensifs gauche : les jeunes Hatem Ben Arfa et Anthony Mounier.


                    Alain Perrin, qui attendait avec impatience ce renfort offensif qui ne viendra pas, ne s'en formalise pas. En tout cas pas devant les micros. «On va faire avec cet effectif. On verra en janvier pour le réajuster. On a mangé notre pain noir en termes de blessures, on espère désormais être épargné à ce niveau-là».

                    S.L., à Lyon


                    De quoi créer un nouveau topic R&T :rolleye: :grn:
                    il est droitier
                    sigpic

                    Commentaire


                    • #11
                      Juninho : "Je monte en puissance"

                      Juninho, le stratège brésilien de l'OL, revient sur la belle semaine du sextuple champion de France. Auteur de deux passes décisives face au Mans (3-2), Juninho a retrouvé de son influence sur le jeu lyonnais. Son retour en forme coïncide avec celui de son club. Plus qu'un hasard.

                      JUNINHO, quel est votre sentiment après cette victoire difficile?

                      J. : Nous étions menés 2-0 mais nous avions dominé la première période avec des occasions. J'ai notamment eu une belle occasion moi-même (ballon sur le poteau, ndlr). Nous aurions pu marquer au moins une fois. Nous avions un corner en notre faveur et nous nous sommes fait contrer pour prendre nous-mêmes un but. Sur l'ensemble, je pense que nous avons gardé nos valeurs morales. C'est important pour réaliser une bonne saison. Ce match n'était pas moins bon que celui gagné à Sochaux ou contre Saint-Etienne.

                      Votre réaction est-elle encourageante ?

                      J. : Nous avons eu de bonnes séquences, concédé moins d'occasions qu'à Sochaux. Le résultat est logique car l'équipe qui a gagné est celle qui a joué vers l'avant. Mais si l'on avait joué contre un adversaire plus expérimenté menant 2-0, il aurait été plus dur de gagner. A Toulouse, nous avions pris un but tout à la fin après avoir touché le montant. Ce jour-là, la réussite n'était pas avec nous.

                      Vous restez tout de même sur trois victoires de rang...

                      J. : Je pense que l'équipe a progressé cette semaine. On ne prend pas neuf points en trois matches difficiles par hasard. Ce n'était pas de la chance mais plutôt la qualité de l'équipe. Cela va nous soulager. Il faut profiter de ces deux semaines de coupure pour préparer les prochains matches et notamment celui qui nous attend à Barcelone en Ligue des champions.

                      Certains joueurs semblent plus fébriles que par le passé. Qu'en pensez-vous ?

                      J. : Peut-être. Mais, s'il y a des erreurs individuelles, il faut essayer de gagner ensemble. Il y a eu aussi beaucoup de changements à l'intersaison et ensuite, nous avons perdu des joueurs importants avec les blessures de Grégory Coupet ou Cris, des garçons stabilisateurs en défense. Mais chacun fait beaucoup d'efforts à l'image de Mathieu Bodmer, venu à Lyon pour jouer milieu offensif et qui se retrouve défenseur central. Moi-même, je ne pourrais pas faire cela. Bravo à lui.

                      Personnellement, vous retrouvez un bon niveau ?

                      J. : Oui. C'était une très bonne semaine pour moi après le derby contre Saint-Etienne (il avait fait marquer Benzema). J'ai besoin d'être au top physiquement. A Toulouse, je n'étais pas du tout prêt. Depuis j'ai joué quatre matches pratiquement en entier. Je me sens très bien. Je monte en puissance comme l'équipe et j'espère aider l'OL à continuer de gagner.

                      On vous a vu tomber dans les bras de Sidney Govou à la fin du match (Govou avait critiqué Juninho dans la presse à l'intersaison ) ?

                      J. : Oui et c'est tout à fait normal. La polémique fait partie du travail des médias. On ne doit plus revenir sur les mauvaises choses. Comme pour les titres, c'est du passé. Nous allons continuer à jouer ensemble et à aider l'équipe, au sein de laquelle nous sommes respectueux les uns envers les autres. C'est cela qui est important.

                      Lyon n'a finalement pas enregistré un recrutement de dernière minute. Quel est votre commentaire ?

                      J. : Je pense que l'effectif est plus facile à gérer comme il est. Nous avons des joueurs de talent à chaque poste. J'ai entendu parler de l'intérêt de l'OL pour Mancini de l'AS Rome, mais j'ai totalement confiance en Hatem Ben Arfa. Entre les deux, je ne pense pas qu'il y ait de différence. Il faut lui laisser le temps de jouer.

                      Lyon a joué ces trois derniers matches en 4-5-1 (ou 4-3-3). Qu'est ce que cela vous inspire ?

                      J. : Nous pouvons jouer de plusieurs manières en 4-4-2 ou 4-3-3. Avec ce dernier système, cela a marché sur les trois victoires. Nous avons défendu ensemble et c'est cela qui est important. Il faut continuer à progresser car la saison sera très difficile, mais je sens que quelque chose se passe qui commence à nous donner confiance et à nous laisser espérer de bien terminer en mai.

                      Commentaire


                      • #12
                        Lyon : Vercoutre s'explique

                        Rédaction Football365 - lundi 03 septembre 2007 - 17h51


                        Encore passé au travers sur un des deux buts manceaux samedi, le gardien lyonnais Rémy Vercoutre s'est expliqué dans les colonnes du Progrès de Lyon.

                        « Je n'ai pas de bons appuis. Je suis sur le reculoir et je ne peux pas prendre correctement le ballon. Que voulez-vous que je vous dise ? Les erreurs font partie du foot, et de toute façon, je sais que quoi que je fasse, les médias ne retiendront que le côté négatif. J'apprends le métier. Il faut que je sois bon sur le peu de ballons que j'ai à négocier. » Avec franchise, Rémy Vercoutre plaide coupable dans les colonnes du Progrès. Très fébrile depuis el début de saison, l'ancien gardien de Montpellier dresse un bilan « mitigé » de son début de saison : « Je continue à bosser et j'avance avec Joël (Bats) et Frédéric (Roux). C'est dur. Je ne lis pas la presse et je ne vais pas dire que je suis sensationnel. Mais, j'ai le soutien de mes coéquipiers, du staff et du président, et cela fait beaucoup de bien. J'essaie de faire au mieux et je trouve que l'on ne s'en sort pas trop mal. D'ailleurs, on effectue une belle remontée au classement. La manière n'est peut-être pas là, mais on est efficace et c'est ce qui compte. On bosse tous pour pallier l'absence de certains, mais avec l'OL, on a toujours l'habitude de chercher la petite bête. »

                        source football365

                        Commentaire


                        • #13
                          Les perfs

                          Lyon était trés mal embarqué samedi face au Mans, qui menait 2-0 à 20 minutes de la fin. Mais le sextuple champion de France a trouvé la force d'inscrire trois buts en huit minutes (3-2). Renversant! Lyon est le seul club qui reste sur trois victoires consécutives.


                          Le débat

                          A lyon, le remplacement d'Eric Abidal par Fabio Grosso n'avait pas rassuré tout le monde cet été.
                          Au bout de sept journées, il laisse perplexe. L'Italien est arrivé avec son statut de champion du monde, mais aussi avec celui de joueur qui n'était pas titulaire à l'Inter Milan. "On aime beaucoup Eric, mais on pense que Grosso sera plus constant et commettra moins d'erreurs défensives", déclarait Jean-Michel Aulas début juillet. Depuis le début du Championnat, Grosso cumule les comportements énigmatiques sur le plan défensif, comme en témoigne le deuxième but du Mans samedi à Gerland, sur lequel il a assisté impuissant au debordement de Gervinho. Bonne nouvelle avant Italie-France?


                          source l'equipe.fr

                          Commentaire


                          • #14
                            Lyon : l'infirmerie désemplit enfin (04/09/2007)


                            Après trois succès consécutifs face à Saint-Etienne (1-0), Sochaux (1-2) et Le Mans (3-2), l'Olympique Lyonnais a retrouvé des couleurs. Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, Alain Perrin a eu, ce matin, le bonheur de récupérer quatre de ses six blessés. Si Coupet et Cris sont loin de refouler les terrains d'entraînement de Tola Vologe, Cléber Anderson, Müller, Ben Arfa et Fred étaient au rendez-vous ce matin. Hormis l'attaquant brésilien Fred qui n'a effectué que des "essais" sur les pelouses d'entraînement, les trois autres revenants ont couru avec le reste du groupe. Les Lyonnais reprendront le chemin de la Ligue 1 le 15 septembre prochain à Metz. (Par Jérome Sini)


                            source : maxifoot.com

                            Commentaire


                            • #15
                              Baros blessé

                              L'attaquant de l'OL Milan Baros s'est blessé au dos mercredi lors d'un entraînement de l'équipe tchèque et est incertain pour les prochains matchs de qualification à l'Euro 2008 face à Saint-Marin et l'Eire.


                              eurosport
                              : ev) : FREE PITBULL TERRIER : ev) :

                              Commentaire


                              • #16
                                Foot-L1 - Belhadj : «Il ne faut pas que ça dure»L'Algérie de Nadir Belhadj n'a pas le droit à l'erreur. Si elle veut valider son billet pour la prochaine CAN qui se tiendra au Ghana, elle doit impérativement s'imposer dimanche en Gambie. «Cette qualification est très importante pour le peuple algérien», assure l'ancien Sedanais, qui revient également, dans l'entretien qu'il nous a accordé, sur sa situation à Lyon où il n'a toujours pas été titularisé par Alain Perrin. «Il ne faut pas que ça dure, sinon...».

                                «Nadir Belhadj, l'Algérie est dans l'obligation de s'imposer en Gambie dimanche pour se qualifier pour la CAN 2008. Dans quel état d'esprit abordez-vous cette rencontre ?

                                Pour l'instant, on est en stage, tout va bien. On est très motivé d'autant que tous nos joueurs importants sont là. La seule inconnue, c'est l'état du terrain. S'il est en mauvais état, pour une équipe technique comme la nôtre, ça peut être gênant. On va étudier toutes les possibilités pour éviter d'être surpris. Cette qualification est très importante pour le peuple algérien.

                                D'autant qu'il y a deux ans, vous ne vous étiez pas qualifiés...

                                Oui, c'était quelque chose de nouveau pour l'Algérie. Ça avait été vécu comme un véritable choc. A nous de tout faire pour éviter de connaître une telle désillusion. Pour l'instant, on est serein. A l'aller, on les avait battus 2-0 et on s'était procuré pas mal d'occasions. Cette fois encore, il faudra prendre le jeu à notre compte dès l'entame du match pour leur mettre la pression. Cette rencontre, c'est un petit peu comme un match de coupe de France. Ça passe ou ça casse.

                                Vos prestations face à l'Argentine (3-4) et au Brésil (0-2) en amical ont dû vous faire du bien moralement ?

                                C'est sûr que c'est bon pour la confiance, d'autant que, face au Brésil, il y avait vraiment une grosse armada de stars devant nous. Maintenant, là, c'est un tout autre match avec un tout autre enjeu. Pour se qualifier, il faudra rester fidèle à notre jeu et se lâcher complètement.

                                Cette coupure internationale arrive-t-elle au bon moment après un début de saison mitigé avec Lyon ?

                                Oui, ça fait du bien. En plus, on a eu la chance de partir sur une belle victoire face au Mans (3-2) qu'on est allé chercher au mental. Ça peut être le déclic qu'on attendait pour véritablement se mettre en marche. Il fallait rester solidaire quand tout le monde nous voyait moins bien. On a su le faire. J'espère qu'à la reprise, ça se passera aussi bien, d'autant qu'il y a de grosses échéances qui arrivent avec notamment notre entrée en lice en Ligue des champions (NDLR, le 19 septembre à Barcelone).

                                A titre personnel, vous n'avez toujours pas été titularisé par Alain Perrin. Comment vivez-vous cette situation ?

                                Ça va, je travaille, mais il ne faut pas non plus que ça dure, sinon... Disons que je n'ai vraiment pas envie de rester dans cette situation six mois ou un an. Ça me fait d'autant plus bizarre que j'étais habitué à jouer tous les week-ends avec Sedan. En arrivant ici, je savais très bien qu'il y aurait de la concurrence donc je l'accepte, même si, au quotidien, c'est difficile à vivre. Je me dis qu'à un moment donné, ça va bien finir par tourner...

                                En avez-vous discuté avec Alain Perrin ?

                                Pas encore, mais bientôt...»


                                l'equipe.fr
                                Troyen10 = troyen dans l'ancien forum!:oui:

                                Commentaire


                                • #17
                                  Coupet : «Je suis en avance»
                                  Dans Le Progrès, Grégory Coupet est revenu sur sa période de rééducation, plus rapide que prévue. «Ca va, l’évolution est bonne. Le docteur m’a dit que je pouvais enlever l’attelle de temps en temps, et du coup je l’enlève tout le temps. Je suis en avance, c’est bien. Il y a un mois et un jour que j’ai été opéré, et franchement je suis surpris de la réaction du genou», confiait ainsi le gardien lyonnais. Victime d’une rupture du ligament interne du genou gauche le 2 août, Grégory Coupet pourrait revenir sur les terrains le 12 décembre prochain lors du déplacement chez les Glasgow Rangers en Ligue des Champions.



                                  sport24.com
                                  Troyen10 = troyen dans l'ancien forum!:oui:

                                  Commentaire


                                  • #18
                                    L'Equipe

                                    Foot - RTC - Baros blessé au dos en sélection

                                    Milan Baros s'est blessé au dos mercredi à Prague lors d'un entraînement de l'équipe de République tchèque. L'attaquant de Lyon est incertain pour les prochains matches de qualification à l'Euro 2008 face à Saint-Marin (samedi à Serravalle) et l'Eire (mercredi prochain à Prague). «On verra ce que diront les médecins, éventuellement nous allons le préparer au moins pour le match contre l'Eire», a indiqué le sélectionneur, Karel Brückner. Baros a ressenti des douleurs peu après le début de l'entraînement, qui se déroulait par un temps assez froid.

                                    Commentaire


                                    • #19
                                      Le Progres

                                      Le bout du tunnel pour Fred et Ben Arfa


                                      De bonnes nouvelles en provenance de l'infirmerie : l'attaquant brésilien espère rejouer dans un mois, et Ben Arfa va beaucoup mieux

                                      Le Brésilien Fred n'a plus porté le maillot de l'Olympique Lyonnais depuis le 5 mai dernier et une entorse de la cheville récoltée au Parc des Princes devant le Paris-Saint-Germain. Par la suite, une fracture du cinquième métatarse récoltée lors d'un match amical avec le Brésil juste avant la Copa América, l'éloigna un peu plus du terrain de jeu lyonnais. Ajouté à ces contretemps, le fait que le joueur laissa planer le doute sur son avenir lyonnais, et les questions se posèrent invariablement sur ses chances de le voir réapparaître.
                                      Hier matin pourtant, une éclaircie est arrivée à Tola Vologe quand Fred reprit enfin contact avec la pelouse. Il n'était certes pas balle au pied, mais fit quelques premiers pas, marchant et trottinant, comme un football de nouveau prêt à faire son métier.
                                      «J'espère rejouer dans un mois», a confié Fred.
                                      L'international brésilien était tout sourire hier matin, avec des cheveux flottant au vent du nord, un peu comme lors de son arrivée en août 2005. Manifestement, le Brésilien homme marié désormais a bien l'intention de trouver un équilibre, de s'installer dans le football européen, et de jouer (enfin!) le jeu avec l'Olympique lyonnais.
                                      Il est probable qu'Alain Perrin appréciera. L'entraîneur lyonnais verrait sans doute dans le retour du Brésilien l'occasion de reposer un peu Karim Benzema très utilisé depuis le début de saison (12 matches toutes compétitions confondues).
                                      Un autre homme apparaît sur la bonne voie: Hatem Ben Arfa. Victime d'une entorse péroné-tibiale le 18 août dernier à Lorient, il a pris part au footing hier. Et semble avoir l'intention de refaire le terrain perdu. Sans jouer, en effet, le jeune lyonnais a repris un peu de crédit. L'OL n'ayant pas bouclé son dossier sur l'arrivée d'un joueur offensif supplémentaire, Hatem Ben Arfa aura tout le loisir de s'inspirer de son compère Karim Benzema pour tâcher de se faire une place au soleil.
                                      Il s'est présenté hier après-midi pour une séance de soins. Lui aussi semble en mesure de repartir sur le bon pied. Entré en jeu lors de la première journée, il s'est blessé lors de la seconde, mais la voie pourrait être dégagée devant cet élément qui devra un jour ou l'autre en finir avec son statut d'éternel espoir. Pour Fred et Ben Arfa la trêve liée au matches internationaux tombe quasiment à pic.

                                      Commentaire


                                      • #20
                                        06/09/2007

                                        "Gérard Collomb présentera aujourd'hui aux élus du Grand Lyon le projet du futur stade de l'Olympique Lyonnais et de l'OL Land qui va avec. Prévu pour accueillir le club de Jean-Michel Aulas en 2010 sur la commune de Décines, son design a été confié au cabinet d'architecture HOK a qui l'on doit notamment l'Emirates Stadium d'Arsenal ou encore le nouveau Wembley.

                                        www.olympique-et-lyonnais.com
                                        12 - 02 - 2011 PlayStation Day 1 - 4

                                        Commentaire


                                        • #21
                                          FootMercato

                                          OL : que vaut réellement Cleber Anderson ?

                                          Jean Alain Boumsong, Mikael Silvestre, Gabriel Heinze, ces trois noms ont animé le mercato estival lyonnais jusqu’à ce que Cleber Anderson, illustre inconnu du grand public ne vienne coiffer tout le monde au poteau.

                                          Inconnu ? Pas si sur, l’ancien défenseur du Benfica Lisbonne est une cible privilégiée de l’OL depuis maintenant près de sept ans. Edmilson, puis Cris ont tout d’abord eu les faveurs des recruteurs lyonnais avant que ce dernier ne soit recruter cet été pour remplacer Cris, gravement blessé. Ce solide gaillard qui mesure 1m87 serait un excellent technicien dixit Marcelo et sera le parfait complément de Sébastien Squillaci durant l’absence du policier.

                                          Au sein de la « famille » brésilienne de l’OL composé de Fred, Fabio Santos, Juninho et Cris, l’ancien défenseur des Corinthians ne devrait pas mettre trop de temps à s’acclimater au jeu des sextuples champions de France. Tout ceci arrive à pic, tant il parait évident que Mathieu Bodmer ne pourra pas évoluer éternellement à un poste qui n’est pas le sien.

                                          L’OL qui a généralement le nez creux quand il s’agit de recruter des brésiliens, espère une nouvelle fois que les talents de recruteurs de Marcelo et Bernard Lacombe auront une fois de plus fait la différence.

                                          Commentaire


                                          • #22
                                            OL: 250 millions d'euros pour le grand stade

                                            Jean-Michel Aulas, président de l'OL, et Gérard Collomb, maire de Lyon et Président de la Communauté urbaine lyonnaise, ont présenté dans la plus grande discrétion le projet de grand stade, révèle "Le Progrès". Le quotidien régional annonce que le futur stade, situé à Décines dans l'est-lyonnais, ressemblera à l'ArenA d'Amsterdam. Il est précisé que son coût devrait atteindre les 250 millions d'euros, financé en partie par le "naming". Les travaux devraient débuter en 2008 et durer 23 mois.



                                            sports.fr
                                            Troyen10 = troyen dans l'ancien forum!:oui:

                                            Commentaire


                                            • #23
                                              La Corogne surveille Soldado et Fred

                                              07/09/2007 - 16 h 45 - Aristide Mamilo

                                              Bien que convoité par le Deportivo la Corogne cet été, l’attaquant du Real Madrid, Roberto Soldado, 22 ans, avait décidé de rester chez les Merengue.

                                              De retour de prêt d’Osasuna la saison dernière avec qui il a inscrit 11 buts en 29 matchs, le jeune attaquant s’interroge sur son avenir, deux journées seulement après le début de championnat.

                                              Bernd Schuster, le nouvel entraîneur du Real ne semble pas compter sur le jeune joueur, puisqu’il n’a pas encore été aligné cette saison. Lucide sur sa situation, Soldado a déclaré hier au journal As « Si décembre arrive et que je n’ai pas joué, il serait préférable que je reste 6 mois sans jouer au lieu de 12. Pour le moment je laisse faire, mais si d’ici là je ne trouve pas mon compte, je demanderais au club qu’on trouve ensemble une issue favorable ».

                                              Le Madrilène reconnaît également que rester au Real a été « Une décision risquée » bien qu’il ne veuille plus en parler.

                                              Ainsi, l’avenir de Soldado pourrait encore se dessiner à La Corogne lors du mercato hivernal, mais cette hypothèse restera accrochée au comportement des attaquants Galiciens Taborda et Riki mis en confiance par leur entraîneur Miguel Angel Lotina. Ce dernier a révélé, toujours au quotidien espagnol, qu’il a essayé de faire signer le Lyonnais Fred, deux jours avant la fermeture du marché des transferts : « On voulait le prendre, il l’aime l’Espagne. Nous savions que c’était compliqué et à la fin, ils ne l’ont pas laissé partir ».

                                              Si jamais au mois de décembre, l’attaque galicienne ne satisfaisait pas Lotina, nul doute qu’il saurait vers qui se tourner pour rectifier le tir.
                                              "Les verts je les sens dès que le vent souffle un peu fort depuis Feyzin." R.D.

                                              Commentaire


                                              • #24
                                                Lyon : Juninho suivra les Bleus
                                                Rédaction Football365 - vendredi 07 septembre 2007 - 17h34

                                                Naturalisé français récemment, le milieu de terrain lyonnais Juninho suivra avec attention Italie-France samedi. L pense que les Bleus sont supérieurs aux champions du monde.

                                                Juninho (Milieu de terrain de Lyon)
                                                Tous ceux qui aiment le foot vont voir Italie-France. On va assister à un très grand match. C'est le haut niveau. Ce sont les finalistes de la coupe du monde. J'espère que la France l'emportera. Depuis un an, la France reste la meilleure équipe même si l'Italie a gagné la coupe du monde. J'aime la façon dont joue l'équipe de France. Il y a des joueurs de ballon. Samedi, les Italiens vont essayer de faire la différence en début de rencontre. Les Bleus devront tenir le choc et ensuite ils sont capables de marquer. Même si j'aime beaucoup Trezeguet, qui selon moi ne bénéficie pas en France de toute la reconnaissance et le respect qu'il mérite, la clé ce sera le duo Anelka-Henry. Ils sont complémentaires et en grande forme.

                                                Recueilli par I.B., à Lyon
                                                "Les verts je les sens dès que le vent souffle un peu fort depuis Feyzin." R.D.

                                                Commentaire


                                                • #25
                                                  Reyes est déjà lassé
                                                  François DAVID - vendredi 07 septembre 2007 - 17h40

                                                  Arrivé cet été à l’Atletico Madrid, l’international espagnol est en train de déchanter. Il n’est que remplaçant et la situation n’est pas près de s’arranger.

                                                  Si Jean-Michel Aulas a appris la nouvelle, il a sûrement dû esquisser un petit sourire. Car à Lyon, le volte face de José Antonio Reyes l’a fortement irrité. Annoncé chez le sextuple champion de France durant le mercato, l’attaquant international espagnol avait finalement préféré renforcer les rangs de l’Atletico Madrid, ennemi juré du Real où Reyes évoluait encore il y a quelques mois.

                                                  Sauf qu’aujourd’hui, Reyes est en train de déchanter. Soumis à une rude concurrence à l’Atletico, l’Espagnol joue très peu et souvent, assez mal. Pour l’ouverture de la saison face au Real Madrid (1-2), le néo-Madrilène n’est rentré qu’à la 63e minute de jeu. Bis répétita la semaine suivante contre Murcie où Reyes a fait son apparition à la… 63e minute. Non convoqué en sélection par Luis Aragones, Reyes broie aujourd’hui du noir. « J’espérais jouer plus, je ne vais pas vous mentir, a-t-il déclaré cette semaine aux journalistes espagnols. Ce sont les décisions de l’entraîneur et c’est lui qui décide. Mais nous n’avons disputé que deux matches jusqu’à présent et il est encore trop tôt pour dire quoique ce soit. »

                                                  Pour le moment, Reyes reste donc diplomate. Mais ce caractère plutôt bouillant pourrait vite exploser s’il n’obtient pas satisfaction. Pour le moment, son coach Javier Aguirre lui préfère Luis Garcia, le Portugais Simao et l’Argentin Maxi Rodriguez sur les côtés. Que des internationaux. Or, l’Atletico Madrid est toujours intéressé par Juan Roman Riquelme, le milieu de terrain de Villareal. Reyes n’est pour l’instant qu’un joker de luxe et toute nouvelle concurrence pourrait, cette fois, le pousser à bout… On parie que Lyon, à la recherche d’un renfort offensif, surveille l’évolution de la situation d’un petit coin de l’œil.
                                                  Juni is back

                                                  Commentaire

                                                  Chargement...
                                                  X