Annonce

Réduire
Aucune annonce.

«La grande histoire de l'OL», de Vincent Duluc

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • «La grande histoire de l'OL», de Vincent Duluc

    'Lut les gones,

    Les fêtes approchent et les éditeurs multiplient les livres sur notre club comme Jésus multipliait les pains, enfin paraît-il ! Faut croire que l'OL est devenu vendeur.
    Même le pire des torche-culs a eu droit à son topic sur OL Café, je vous propose donc un petit zoom sur «La grande histoire de l'OL», de l'excellent Vincent Duluc de L'Equipe, paru aux éditions Prolongations.
    Principe du topic : une anecdote ou une petite phrase sympa pour illlustrer les cinq premiers chapitre du bouquin (sur 20), en espérant que ça vous donner envie de le lire.


    1- Les pionniers sont poilus 1918-1950

    Première finale de l'histoire de la Coupe de France ( 1918 ) : FC Lyon - Olympique de Pantin.
    Roger Ebrard, chevaleresque capitaine du FCL.

    « ... au coeur de la première période, l'arbitre, M. Bataille, décide d'expulser René Decoux, le gardien international belge de Pantin, pour une droite décochée au visage du Lyonnais André Weber. Roger Ebrard, qui ne veut pas jouer contre une équipe sans gardien, convainc l'arbitre de laisser Decoux sur le terrain».

    Fair play mais défait : 3-0 pour Pantin.

    2- La Traction du maire 1950-1955

    Edouard Herriot entre dans le stade Gerland à bord de sa Citroën Traction. Ovation du public.

    «En fait, Edouard Herriot était entré sur la piste au moment même du but de Jacky Fatton ! La coïncidence était heureuse : dans la foulée, le maire décida d'augmenter la subvention de l'OL. IL faudra attendre un peu, alors, pour que l'on se décide, autour de lui, à lui dire la vérité.»

    3- Saint-Fons ou la Martinique ? 1955-1959

    André Lerond, capitaine emblématique de l'OL et défenseur de l'EDF, quitte l'OL en 1959, après huit saisons à Lyon.
    «Chaque année on nous disait qu'on allait voir, l'année prochaine, on allait partir en tournée en Martinique, chez Camille Ninel, ou en Amérique du Sud. Et chaque année la tournée se terminait à Saint-Fons. On nous promettait chaque année une grande équipe, et chaque année on vendait des joueurs ...»

    4- Tombés du ciel 1960-1964

    L'OL recrute ses perles argentines Combin et Rambert.

    Nestor Combin : «Le lendemain d'un match où j'avais marqué trois buts, à Rosario, en 1959, j'étais au café avec mes copains quand un type brun à moustache s'est approché pour me demander : "Voulez-vous jouer en France ?" J'ai éclaté de rire. On ne demande pas à un garçon de 18 ans d'aller à 6000 kilomètres de chez lui sans qu'il croie à une plaisanterie ...»

    On connaît la suite.

    5- Une passe au général 1964-1967

    Demi-finale de Coupe de France 1967. Trois matchs sont joués, mais l'OL et Angoulême ne peuvent se départager : trois matchs nuls. Un à Limoges, l'autre à Sainté et le dernier à Marseille.

    Fleury Di Nallo, capitaine de l'OL, raconte : «On ne peut pas rejouer : on est le mardi et la finale a lieu le dimanche. Pour effectuer le tirage au sort, le délégué chosit une salle, à côte des vestiaires. Il y a là les entraîneurs, les capitaines, le délégué, les trois arbitres. L'arbitre commence par me demander ce que je choisis : pile ou face ? Je choisis pile. Et c'est pile. Moi, je rentre immédiatement dans notre vestiaire pour crier : "C'est nous !" Mais les gars d'Angoulême, eux, au même moment sortent sur le terrain pour remercier leurs supporters et, comme le résultat du tirage au sort n'a pas été annoncé par le speaker, tous les spectateurs croient qu'Angoulême est qualifié, et notamment les supporters lyonnais. La plupart des Lyonnais reprendront la route en pensant qu'on est éliminés.»

    Je vous laisse découvrir la suite dans le bouquin. :oui:
    Dernière modification par Roger Hanin, 20/11/2007, 02h11.
    In Juninho we trust

  • #2
    Merci Phanou... euh Roger :grn: (qu'est ce qu'il devient Phanou Herko? :-( )
    Dernière modification par G80, 20/11/2007, 02h19.
    Hex@gones

    Fanslyon

    Commentaire


    • #3
      Envoyé par G80
      Merci Phanou... euh Roger :grn: (qu'est ce qu'il devient Phanou Erko? :-( )
      Euh, je ne fais que pomper Vincent Duluc, enfin on se comprend (il se fait tard). :grn:
      Sinon dans le livre de VD, Di Nallo nous dit qu'il a misé sur pile. Phanou Herko nous dit, lui, que la pièce de 5 francs est retombé sur le côté face, et que l'OL s'est qualifié pour la finale victorieuse.

      Je demande solenellement le retour de Phanou pour éclaircir ce point. :(
      Dernière modification par Roger Hanin, 20/11/2007, 02h26.
      In Juninho we trust

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par Roger Hanin
        'Lut les gones,

        Les fêtes approchent et les éditeurs multiplient les livres sur notre club comme Jésus multipliait les pains, enfin paraît-il ! Faut croire que l'OL est devenu vendeur.
        Même le pire des torche-culs a eu droit à son topic sur OL Café, je vous propose donc un petit zoom sur «La grande histoire de l'OL», de l'excellent Vincent Duluc de L'Equipe, paru aux éditions Prolongations.
        Principe du topic : une anecdote ou une petite phrase sympa pour illlustrer les cinq premiers chapitre du bouquin (sur 20), en espérant que ça vous donner envie de le lire.


        1- Les pionniers sont poilus 1918-1950

        Première finale de l'histoire de la Coupe de France ( 1918 ) : FC Lyon - Olympique de Pantin.
        Roger Ebrard, chevaleresque capitaine du FCL.

        « ... au coeur de la première période, l'arbitre, M. Bataille, décide d'expulser René Decoux, le gardien international belge de Pantin, pour une droite décochée au visage du Lyonnais André Weber. Roger Ebrard, qui ne veut pas jouer contre une équipe sans gardien, convainc l'arbitre de laisser Decoux sur le terrain».

        Fair play mais défait : 3-0 pour Pantin.

        2- La Traction du maire 1950-1955

        Edouard Herriot entre dans le stade Gerland à bord de sa Citroën Traction. Ovation du public.

        «En fait, Edouard Herriot était entré sur la piste au moment même du but de Jacky Fatton ! La coïncidence était heureuse : dans la foulée, le maire décida d'augmenter la subvention de l'OL. IL faudra attendre un peu, alors, pour que l'on se décide, autour de lui, à lui dire la vérité.»

        3- Saint-Fons ou la Martinique ? 1955-1959

        André Lerond, capitaine emblématique de l'OL et défenseur de l'EDF, quitte l'OL en 1959, après huit saisons à Lyon.
        «Chaque année on nous disait qu'on allait voir, l'année prochaine, on allait partir en tournée en Martinique, chez Camille Ninel, ou en Amérique du Sud. Et chaque année la tournée se terminait à Saint-Fons. On nous promettait chaque année une grande équipe, et chaque année on vendait des joueurs ...»

        4- Tombés du ciel 1960-1964

        L'OL recrute ses perles argentines Combin et Rambert.

        Nestor Combin : «Le lendemain d'un match où j'avais marqué trois buts, à Rosario, en 1959, j'étais au café avec mes copains quand un type brun à moustache s'est approché pour me demander : "Voulez-vous jouer en France ?" J'ai éclaté de rire. On ne demande pas à un garçon de 18 ans d'aller à 6000 kilomètres de chez lui sans qu'il croie à une plaisanterie ...»

        On connaît la suite.

        5- Une passe au général 1964-1967

        Demi-finale de Coupe de France 1967. Trois matchs sont joués, mais l'OL et Angoulême ne peuvent se départager : trois matchs nuls. Un à Limoges, l'autre à Sainté et le dernier à Marseille.

        Fleury Di Nallo, capitaine de l'OL, raconte : «On ne peut pas rejouer : on est le mardi et la finale a lieu le dimanche. Pour effectuer le tirage au sort, le délégué chosit une salle, à côte des vestiaires. Il y a là les entraîneurs, les capitaines, le délégué, les trois arbitres. L'arbitre commence par me demander ce que je choisis : pile ou face ? Je choisis pile. Et c'est pile. Moi, je rentre immédiatement dans notre vestiaire pour crier : "C'est nous !" Mais les gars d'Angoulême, eux, au même moment sortent sur le terrain pour remercier leurs supporters et, comme le résultat du tirage au sort n'a pas été annoncé par le speaker, tous les spectateurs croient qu'Angoulême est qualifié, et notamment les supporters lyonnais. La plupart des Lyonnais reprendront la route en pensant qu'on est éliminés.»

        Je vous laisse découvrir la suite dans le bouquin. :oui:


        c'est vrai que dans tout ces bouquins sur l'OL, seul 2 s'en dégage comme "a avoir absolument"

        celui de V.Duluc, on connait le bonhomme, le livre est aussi bien...

        mais perso, celui qui me plait au moin autant si ce n'est plus, c'est celui de Christian Lanier ou il raconte énormément d'anecdote... notament celle des larmes de Bernard Lacombe quand il a appris qu'il partirais a l'ASSE...

        vraiment les 2 livres a lire pour tout les supporter...
        sigpic

        Commentaire


        • #5
          La couv' de "La grande histoire de l'OL", V. Duluc :



          La couv' de "Olympique Lyonnais", C. Lanier :



          A titre informatif : sur un site de vente que je ne citerai pas, le premier ouvrage coûte une 15aine d'euros quand il faut en débourser un peu plus du double pour le second.

          Commentaire


          • #6
            Effectivement un excellent ouvrage. 2 bémols néanmoins :


            - ça fait un peu publi reportage. Pas bien :non:
            - la présentation de Duluc en dernière page est outrancière.

            Le livre de Danet est pas mal non plus. Tous disent plus ou moins la même chose vu que l'on ne peut être qu'admiratif devant le succès. Ce qui ne veut pas dire que tout est rose.
            "Jérémie Janot en EDF ? Il est déjà en équipe nationale de la Loire. "

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par jopopmk
              La couv' de "La grande histoire de l'OL", V. Duluc :

              il va finir sous mon sapin de noel celui la :oui:

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par mb6.9
                il va finir sous mon sapin de noel celui la :oui:
                Pareil ... alors chuuuuuuuuuutttt !!
                Je veux rien savoir .
                sigpic

                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par Sonny75
                  Effectivement un excellent ouvrage. 2 bémols néanmoins :


                  - ça fait un peu publi reportage. Pas bien :non:
                  - la présentation de Duluc en dernière page est outrancière.

                  Le livre de Danet est pas mal non plus. Tous disent plus ou moins la même chose vu que l'on ne peut être qu'admiratif devant le succès. Ce qui ne veut pas dire que tout est rose.
                  On sent l'empathie de Duluc pour l'OL, mais publi-reportage tu pousses un peu le bouchon.
                  En plus, ce livre contient un hommage à Samassi Abou. J'aime ! :proud:
                  In Juninho we trust

                  Commentaire

                  Chargement...
                  X