Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[OL] Articles de presse : Saison 2010/2011

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [OL] Articles de presse : Saison 2010/2011

    ARTICLES DE PRESSE : SAISON 2010-2011


    Bientôt le lancement de la nouvelle saison avec les premiers matchs amicaux, on va donc remettre les compteurs à zéro en ouvrant un nouveau topic

    Les consignes restent les mêmes, ce sujet est réservé aux articles concernant l'OL et uniquement l'OL.

    Le "blabla" n'est pas toléré sur ce topic, et les articles doivent être posté avec leurs sources (ex : l'Equipe, Foot365, etc...).


    Lien vers l'ancien topic : ici.

  • #2
    football / L'OL et ses mondialistes

    S'il n'en reste qu'un...
    publié le 26.06.2010 04h00


    La France et le Cameroun éliminés, il ne reste plus que le Brésil de Bastos encore en lice


    Le premier tour du Mondial sud-africain s'est achevé hier, emportant sur son passage la plupart des joueurs lyonnais qui ne garderont pas un bon souvenir de ce premier tournoi disputé sur le sol africain.

    On ne reviendra pas sur la débacle des Bleus et le retour au pays prématuré de Lloris, Toulalan, Réveillère et Govou.

    On en sait moins sur l'état de déliquescence de l'équipe camerounaise mais assez pour imaginer que les conflits d'égo et les errements tactiques de Paul le Guen ont entrainé, là aussi, une sortie prématurée de l'équipe de Jean II Makoun, annoncée pourtant comme l'un des favoris de l'épreuve.

    Le mileu de terrain lyonnais, titulaire contre le Japon (défaite 1-0) et les Pays-Bas (défaite 2-1) et remplaçant face au Danemark (défaite 2-1) n'aura pas été le plus à blamer parmi les Lions indomptables. Il s'est beaucoup battu, comme à son habitude. Insuffisant, cependant, pour empêcher le Cameroun de finir avec un zéro pointé.

    Le Ghana de John Mensah, qu'on ne peut plus vraiment considérer comme Lyonnais puisque le joueur prêté à Sunderland devrait poursuivre son séjour outre-Manche, sera donc le seul pays africain en lice en huitièmes.

    Jusqu'à quand ? Réponse dès ce soir après son match face aux Etats-Unis.

    Alors sauf offre exceptionnelle qui l'enverrait vers d'autres cieux, Michel Bastos sera l'unique joueur de l'effectif lyonnais la saison à venir à avoir humer l'air des huitièmes. Titulaire incontestable sur le flanc gauche de la défense brésilienne, on l'avait vu très offensif contre la Corée du Nord. Il l'a été beaucoup moins face à la Côte d'Ivoire et même à la peine contre le Portugal, hier, peu inspiré dans ses passes. À lui de retrouver l'allant qui lui a permis de gagner la confiance de Dunga.

    Le progrès du jour..

    Commentaire


    • #3
      football - olympique lyonnais

      La structure de l'OL bouge

      publié le 27.06.2010 04h00




      L'organigramme du club Lyonnais vient d'enregistrer quelques changements novateurs


      Farid Benstiti était sur le point de vider son casier, le cœur lourd et l'esprit en bataille voguant vers un avenir incertain quand un événement s'est produit. Le genre de moment inattendu arrivant presque comme un don du ciel. Dans sa tête, l'ex entraîneur de l'équipe féminine en avait terminé avec l'Olympique Lyonnais. Ce joueur de poche des années 85 qui avait participé à la remonté du club dans l'élite, lui qui à la tête des filles sut faire parler de l'OL au sommet de l'Europe, faisait donc ses bagages, puisque son contrat s'était arrêté là.

      On l'avait d'ailleurs senti assez triste lors de la réception honorant le titre des championnes de France. Mais ce jour-là, il y a quatre jours donc Farid était tout près du portail de sortie. Quand Claude Puel l'interpella : « Farid, je peux vous voir un moment ? ». Farid s'exécuta. Le coach de l'Olympique Lyonnais lui demanda s'il avait des projets. « Non, rien du tout », précisa l'ancien entraîneur des fémines. Claude Puel, lui, avait déjà son idée. Et lui proposa d'intégrer la cellule recrutement, et supervision des matches, de rejoindre en quelque sorte le bateau dans lequel est embarqué depuis quelque temps Florian Maurice. Dans un seul élan, Farid n'a pas hésité, ne s'est pas fait prier, le club de son cœur venait de le garder. « Franchement, j'ai cru qu'il allait sauter de joie », dit un proche. Bernard Lacombe a confirmé l'information : « On ne peut pas faire partir comme ça ceux qui gagnent des trophées, en plus des gens de chez nous, qui ont l'écusson de l'OL sur le cœur ». C'est en évoquant la question avec Jean-Michel Aulas, que Claude Puel et Bernard Lacombe ont fait pencher la balance. « C'est très bien, c'est super, on a besoin des compétences lyonnaises, et pour cela Jean-Michel Aulas est très fort, on peut le remercier », avoue Lacombe.

      Farid lui va commencer une nouvelle vie, faite de voyages, de notes sur des joueurs, de rapport, et vivre encore de sa passion, de sa fibre pour l'OL. Sur ce coup, tous les dirigeants lyonnais méritent sans doute un coup de chapeau. Le football n'est donc pas que sans foi, ni loi.

      Une nouvelle plus ennuyeuse a touché le club : le départ de Georges Prost. A 62 ans, le directeur du centre de formation avait rencontré ses dirigeants. Il était question d'un départ. Une offre alléchante est venue d'un club du Qatar : « Il ne pouvait guère refuser », dit Lacombe. C'est un homme intègre qui a donc laissé le navire laissant naturellement sa place à Rémi Garde pressenti depuis longtemps pour le poste et qui sera assisté d'un ancien joueur de l'OL des années 85-90 sur le point de revenir au club

      Enfin le dernier point concerne Marino Faccioli. Pour l'instant, il attend de finaliser les derniers détails d'un départ dans le nouveau club France. Ses cartons sont terminés et il fait encore quelques tractations pour l'OL, les dernières, les plus belles, les plus émouvantes aussi après 30 ans de vie olympienne…

      Christian Lanier

      Commentaire


      • #4
        Le glacier de Tignes au menu
        28/06/2010 14:24


        Arrivé dimanche à Tignes, les 23 Lyonnais présents ont effectué leur première séance d'entraînement ce lundi matin. Au menu, gainage et renforcement musculaire en salle et sortie en vélo. En fin d'après-midi, les hommes de Claude Puel effectueront une marche vers le glacier de Tignes.

        Les internationaux de l'Olympique Lyonnais (Michel Bastos, toujours en course en Coupe du monde avec le Brésil, et Jean II Makoun, Hugo Lloris, Anthony Réveillère, Jérémy Toulalan, éliminés du Mondial, sont en vacances) manquent à l'appel. Comme Mathieu Bodmer, en instance de transfert vers le PSG.

        Le groupe lyonnais en stage à Tignes :
        Vercoutre, Lopes, Gorgelin, Gassama, Cissokho, Cléber, Cris, Boumsong, Seguin, Umtiti, Lovren, Abenzoar, Källström, Pjanic, Gonalons, Blanc, Ederson, Lisandro Lopez, Delgado, Gomis, Briand, Belfodil, Pied.

        france-fooball.fr

        Commentaire


        • #5
          Equipe de France : les Lyonnais traumatisés


          Posté le 30/06/2010 à 10:59

          On entend beaucoup Jean-Michel Aulas ces derniers jours à propos du fiasco français en Afrique du Sud. Le président rhodanien a avoué, au micro de RTL ce mardi, que tout ce qui s'est passé allait laisser des traces chez les joueurs lyonnais présents au Mondial : ''J'ai eu un contact avec Jérémy (Toulalan) (...) et j'ai essayé de lui faire prendre conscience que vu de France cette attitude ne paraissait pas cohérente. Les joueurs que je connais de Lyon étaient véritablement traumatisés par tout ce qui s'est passé.''

          Lyon-Capitale

          Commentaire


          • #6
            Grand Stade : le Grand Lyon change de stratégie

            Par Paul Terra
            Posté le 29/06/2010 à 17:45

            Dans les aménagements annexes au Grand Stade, l’OL Land n’est plus mentionné directement. Gérard Collomb annonce désormais le développement de l’Est lyonnais comme objectif principal et par ricochet le Grand Stade. "Le Grand Lyon n’a jamais fait autant pour ce territoire ", a affirmé Gérard Collomb.

            L’opposition pointe toujours le Grand Stade comme le symbole de la gouvernance de Gérard Collomb : autoritaire, pas à l’écoute et incapable de trouver une solution de repli. Les détracteurs du projet de Grand Stade s’étaient félicités de l’avis défavorable rendus en avril par les commissaires enquêteurs. Mais voilà, deux mois plus tard, Gérard Collomb et le Grand Lyon ont changé de stratégie. Décines reste toujours la seule solution envisagée pour construire l’équipement dont rêve Jean-Michel Aulas mais l’attitude des dirigeants du Grand Lyon a changé.

            Ils ne veulent pas le stade mais les investissements

            Lundi soir, lors du conseil communautaire, quatre dossiers à l’ordre du jour abordaient l’OL Land. Ils concernaient principalement la desserte du Grand Stade. Différence majeure par rapport aux séances précédentes où le projet d’enceinte sportive était à l’ordre du jour, il n’est plus désormais question de stade mais de développement de l’Est lyonnais. Dans l’exposé de leurs motifs, les commissaires enquêteurs pointaient le coût des financements publics pour une utilisation très peu régulière et à un destinataire unique le Grand Stade.

            Ce lundi soir, le projet a donc été présenté différemment. “Les maires qui sont contre le stade veulent quand même des investissements qui pourraient se faire sur leur commune. Michel Forissier veut la réalisation du parking des Panettes. Alain Darlay, à Chassieu, est contre le Grand Stade mais si le tram qui relie Eurexpo à l’OL Land pouvait faire un petit arrêt dans sa commune, ce ne serait pas mal pour lui”, expliquait le matin en conférence de presse Gérard Collomb, le président du Grand Lyon. Une habile manière de souligner que les investissements pourraient avoir d’autres utilités que le Grand Stade.

            "Le Grand Lyon n’a jamais fait autant pour ce territoire" “La liaison T2 jusqu’à Eurexpo et à terme la liaison T2/T3 conforte le maillage du territoire”, tentait pour sa part Bernard Rivalta, le président du Sytral. Dans le public du conseil communautaire, les opposants au projet venus en petite comité mais avec une grande banderole “non au stade” enrage : “menteurs”, “bla-bla-bla-bla”, “c’est faux”. “La majorité des aménagements réalisés sera utilisée toute l’année. Le projet d’accessibilité a progressé”, a estimé Pierre Crédoz, maire PS de Décines-Charpieu, la commune sur laquelle doit s’ériger l’OL Land. “Le Grand Stade est un atout pour l’Est. Le Grand Lyon n’a jamais fait autant pour ce territoire. Léa, on en parlait depuis 30 ans. Nous allons rééquiper l’Est lyonnais et le Grand Stade en est un moyen. Eurexpo va enfin être desservi et nous poursuivrons sur Chassieu qui sera relié avec Lyon”, a conclu Gérard Collomb.

            Des arguments qui n’ont pas convaincu les opposants, qu’ils soient dans les gradins du Grand Lyon ou dans l’assemblée. “Tenter de faire croire que la réalisation d’un stade de 60 000 places peut contribuer à l’amélioration du cadre de vie pour les habitants concernés par les diverses nuisances, c’est vraiment les traiter avec beaucoup de mépris. D’autant plus que l’essentiel des réalisations ne servira qu’à la desserte du stade sans pour amener une utilisation permanente aux usagers et contribuables à qui vous voulez faire payer la note”, a souligné Michel Forissier, maire UMP de Meyzieu. Les élus de son groupe ont voté contre les quatre dossiers connexes au Grand Stade. Comme une grande partie des élus Verts qui continuent de demander le réexamen d’un agrandissement de Gerland. Les positions des uns et des autres restent les mêmes. Seuls les arguments ont changé du côté des porteurs du projet. La finalité reste elle inchangée.

            Lyon Capiale

            Commentaire


            • #7
              Cris : “Il ne faut pas changer l’entraîneur mais notre mentalité”
              Par Razik Brikh
              Posté le 29/06/2010 à 11:55 | lu 634 fois | 0 réaction|

              FOOTBALL - Actuellement en stage à Tignes avec le reste de ses coéquipiers, Cris affirme vouloir prolonger son aventure à Lyon. Sans exclure un départ. (Entretien paru dans Lyon Capitale de juin 2010)


              ©afp
              Lyon Capitale : Quel bilan tirez-vous de cette saison 2009/2010 ?
              Cris : C’était une saison correcte. À l’heure de tirer un bilan, on a forcément des regrets car on peut toujours faire mieux. Lyon est une équipe en construction. En début de saison, il y a eu de nombreux changements au sein du groupe, pas mal de blessures. Cela nous a compliqué la tâche. On a perdu trop de points à la maison comme face à Sochaux, Marseille, Bordeaux ou Montpellier. Pour gagner un championnat, il faut répondre présent à domicile.

              On a le sentiment que c’est au niveau psychologique que l’équipe a été défaillante...
              On a réalisé un début de saison très costaud. On était accaparé par la Ligue des Champions. Puis on a lâché mentalement. Quand tu as l’habitude de gagner, de remporter des trophées et que tu enchaînes les défaites, ça fait mal, c’est dur à accepter, surtout quand on sait qu’on avait une équipe pour tout gagner. C’est pour cela que le stage en Tunisie nous a fait beaucoup de bien. Il y avait des choses à régler entre nous. On a crevé l’abcès, on a bien parlé. On a tout mis carte sur table en se disant clairement les choses. À partir de là, on a fait une belle série, en enchaînant les succès.

              Pensez-vous que Claude Puel doit aller au bout de son contrat, que c’est l’homme de la situation pour l’OL ?
              Je pense que pour continuer la philosophie de travail qu’il a mise en place, il doit rester. Quand on change sans cesse d’entraîneur, c’est compliqué de s’adapter et de créer une dynamique. Ça fait deux ans qu’il est au club, on s’est adapté à son travail, à son style de jeu. Ce n’est pas l’entraîneur qu’il faut changer mais notre mentalité.

              Au cours de la saison, on a évoqué un possible retour de Juninho. Vous faites partie de ceux qui souhaitaient qu’il revienne à Lyon...
              Oui et je ne m’en suis jamais caché (sourire). S’il était venu, je pense qu’il nous aurait aidés à réaliser une meilleure saison. Lorsque les mauvais résultats se sont enchaînés, avez-vous imaginé quitter le club ?
              Non, jamais. C’est vrai que j’ai été beaucoup critiqué par la presse. Certaines critiques étaient justifiées d’autres un peu moins mais je l’ai accepté parce que je savais que l’équipe était au plus mal et qu’on encaissait beaucoup de buts. Durant la première partie de saison, notre meilleur joueur était notre gardien, à partir de là, cela signifie que quelque chose n’allait pas. Comme le reste de mes coéquipiers, j’ai fait le dos rond et j’ai continué de travailler en essayant de monter mon niveau de jeu. J’ai essayé de parler dans le vestiaire parce que je savais qu’on avait des qualités.

              Souhaitez-vous conserver votre brassard de capitaine ?
              Être capitaine est quelque chose qui me plaît. Mais ce n’est pas mon objectif premier. Jérémy Toulalan ou Hugo Lloris peuvent également prétendre l’être. Moi je ne réclame rien, cela dépend du coach. S’il souhaite continuer avec moi, je suis content, il n’y a pas de problème. S’il veut changer, il n’y a pas de souci non plus. Ce qui prime, c’est que je sois bon sur le terrain, utile pour le collectif. De toutes façons, même si je ne porte plus le brassard de capitaine, je me considère comme un leader. Quoiqu’il advienne, j’assumerai toujours ce rôle au sein du groupe.

              Comment expliquez-vous ce lien qui vous unit avec le public lyonnais ?
              C’est une relation de confiance. Ils savent que je ne vais jamais lâcher. Je ne triche pas. Je me donne toujours à fond pour défendre les couleurs du club. Quand je rentre sur le terrain, je joue pour la ville de Lyon, je ne pense qu’à la victoire. J’entretiens de bonnes relations avec les supporters, on est une sorte de famille. Je suis très touché par leurs marques d’affections notamment lorsqu’ils scandent : “Cris, Cris, Cris”.

              Quels sont les objectifs de l’OL pour la saison prochaine ?
              Regagner le championnat. Cela doit être notre unique obsession. La Ligue des Champions, c’est du bonus.

              Un mot sur Lisandro Lopez. Pour sa première saison, il a vraiment été impressionnant...
              Je le connaissais déjà lorsqu’il évoluait à Porto. C’est un excellent joueur, un véritable taulier. Il est toujours à fond, se bat sans cesse sur le terrain. Il ne lâche rien et joue vraiment pour l’équipe. Pour sa première saison, il nous a beaucoup apporté. À Madrid, lors du match retour, il nous a écrit une lettre magnifique qui nous a transcendés. Même s’il ne parle pas encore le français, c’est un leader.

              Quel est votre regard sur le départ de Sidney Govou. Un joueur qui a énormément apporté au club mais qui s’est aussi beaucoup illustré au niveau extra-sportif ?
              Sidney, c’est un joueur indispensable ! C’est dommage, qu’il ait décidé de partir. C’est un joueur qui nous a beaucoup apporté au sein du vestiaire. Ce n’est pas un joueur égoïste, il a toujours fait les efforts pour le collectif. Humainement, c’est quelqu’un de bien. Pour répondre à la deuxième partie de votre question, je n’ai pas à porter de jugement sur sa vie hors football. Franchement, entre nous, on “s’en tape” de toutes ces histoires. Le plus important, c’est de le juger sur ses prestations sportives.

              Souhaitez-vous terminer votre carrière à Lyon ?
              J’ai toujours dit que j’étais heureux à Lyon. J’adore cette ville, je me sens bien à l’OL. Mes deux filles sont lyonnaises, ma famille se plaît ici. Il me reste un an de contrat et j’aimerais bien prolonger. Maintenant, dans le football, tout peut aller très vite. Si demain, un club me propose un contrat de deux ou trois ans, je ne pourrais pas refuser. Les dirigeants et l’entraîneur savent que j’ai envie de prolonger. Désormais, je ne dis plus rien, j’attends qu’ils me fassent part de leur intention me concernant.

              Sincèrement, vous vous imaginez jouer dans un autre club que l’OL ?
              Non. (Silence) Mais vous savez, lorsque vous êtes un joueur de football, vous devez toujours vous préparer à cette éventualité.

              Commentaire


              • #8
                La montagne, ça leur gagne !


                Par Nabil Benyoucef avec Razik Brikh à Tignes
                Posté le 01/07/2010 à 18:42

                Les joueurs de l'OL ont débuté leur stage à Tignes depuis dimanche dernier. Ce jeudi 1er juillet avait lieu la première journée presse. L'occasion pour Bafé Gomis et Jimmy Briand de livrer leurs premières impressions.

                En ce jeudi 1er juillet très ensoleillé, la journée a commencé ce matin avec une épreuve de ''Run and Bike''*. Les joueurs ont terminé tous très marqués par une heure d'efforts intensifs. L'après-midi, place aux conférences de presse. A 16 h, Bafétimbi Gomis et Jimmy Briand qui participent à leur premier stage à Tignes se présentent devant les journalistes. On peut déjà noter qu'ils arborent le nouveau maillot pour les matches à domicile de l'OL saison 2010/2011. D'abord, les deux joueurs louent ''la bonne ambiance'' qui règne dans ce groupe depuis le début du stage et répètent que cette étape est importante pour ''créer des liens entre les joueurs'' .

                Jimmy Briand : ''Je ne suis pas le nouveau Govou''

                Ils évoquent ensuite leur cas personnel. ''Mon objectif est de remporter mon premier trophée'' , affirme ''Bafé''. ''Ma saison dernière a été mitigée car j'aurais aimé marquer plus de buts. Mais pour cette année, c'est le collectif qui sera le plus important'' , avoue-t-il avant de déclarer plein d'ambition : ''J'ai 24 ans, je joue dans un grand club et je souhaite progresser'' . Quant à Jimmy Briand, il annonce s'être ''bien acclimaté'' avec ses nouveaux coéquipiers et répète qu'il vient à Lyon ''pour écrire mon histoire, pas pour être le nouveau Govou''.

                Claude Puel : ''Aucune offre pour Michel Bastos''

                Claude Puel se présente quelques minutes plus tard devant les médias. Concernant Cris, il affirme que des discussions se tiendraient prochainement au sujet d'une éventuelle prolongation de contrat. Le capitanat du Brésilien a été confirmé tandis que Jérémy Toulalan et Hugo Lloris seront les vices-capitaines. Puel a bien sûr parlé de ses internationaux français en disant simplement ''qu'ils sont en vacances pour se reposer'' et espère les revoir dans environ trois semaines dans les meilleurs dispositions possibles. L'entraîneur lyonnais a aussi évoqué le futur d'autres joueurs en fin de contrat, notamment César Delgado, Anthony Réveillère, et Cléber Anderson. Si les deux premiers devraient être prolongés lors de prochaines négociations, ce ne sera pas le cas du Brésilien. ''C'est un bon professionnel, mais on a jamais caché le fait qu'on ne comptait pas sur lui pour cette saison. On est donc ouvert à toutes les discussions.'' , explique le technicien lyonnais. Enfin, Claude Puel nie tout ce qui se dit dans la presse à propos de Michel Bastos. Ce stage à Tignes se terminera le 7 juillet prochain.

                *15 km en VTT et en course

                Lyon Capitale

                Commentaire


                • #9
                  Briand n’est pas à l’OL « pour remplacer Govou »
                  Aujourd'hui à 10h48 - Foot01.com

                  Actuellement en stage à Tignes avec ses nouveaux coéquipiers de l’OL, Jimmy Briand ne veut rien revendiquer quant à sa place dans le dispositif technique de Claude Puel. L’ancien rennais a voulu d’ores et déjà éviter les comparaisons. « A Rennes, j’ai découvert un nouveau poste, sur les côtés, avec Frédéric Antonetti. Désormais, je peux évoluer aux trois postes devant. On verra avec l’OL. Je ne suis pas venu pour remplacer Govou. Je suis admiratif de ce qu’il a fait à l’OL. Moi, je veux écrire mon histoire, gagner des titres, disputer des grands matchs », a expliqué le nouvel attaquant de l’Olympique Lyonnais, qui se doute bien que les supporters de l'OL auront évidemment la tentation de le juger par rapport aux performances de Sidney Govou.
                  LYONNAIS DE COEUR & COEUR DE LYONNAIS

                  Commentaire


                  • #10
                    La jeunesse en or de l'OL

                    Posté le 03/07/2010

                    | A l’instar des Maurice, Giuly, Rémy, Benzema ou plus récemment Gonalons, ils ont tous pour ambition de percer à l’Olympique Lyonnais. Enzo Reale (18 ans, milieu de terrain), Alexandre Lacazette (19 ans, attaquant) et Nicolas Seguin (20 ans, défenseur), sont de ceux-là. Les points communs ne s’arrêtent pas là. Ces trois jeunes sont, comme leurs glorieux aînés, natifs de la région lyonnaise. Ils ont aussi la particularité de jouer à l’OL depuis leur plus jeune âge. Ils ont tous participé activement à la conquête du titre de champion de France amateur. Pour l’OL, les plus belles pépites se situent parfois à quelques encablures de Gerland. Nombreux sont promis à un brillant avenir.

                    Retrouvez les portraits d'Enzo Reale, Alexandre Lacazette et Nicolas Seguin dans le mensuel Lyon Capitale, en vente chez votre marchand de journaux (Lyon et sa région, Vienne, Bourg-en-Bresse, Villefranche-sur-Saône, Grenoble, Paris - gare de Lyon (Relais H), Saint-Etienne).

                    Commentaire


                    • #11
                      Seguin et Belfodil touchés
                      05/07/2010 14:12
                      )

                      Toujours en stage à Tignes, les Lyonnais ont eu un programme chargé lundi matin. Au menu : footing, musculation, opposition et (re)musculation. Mais Ishak Belfodil et Nicolas Seguin, respectivement touchés à un tendon rotulien et à une cheville, ont dû regagner l'infirmerie avant le terme de cette séance, qui a duré près de trois heures.

                      france football

                      Commentaire


                      • #12
                        Dépêche

                        Lyon : L'Emirates Cup au programme

                        Rédaction Football365

                        lundi 05 juillet 2010 - 17h00 L'Olympique Lyonnais, en compagnie d'Arsenal, du Milan AC et du Celtic Glasgow, va disputer le week-end du 31 juillet et 1er aout à Londres, le tournoi de l'Emirates Cup.
                        Le programme des matchs sera le suivant :

                        Samedi 31 juillet 2010 à l'Emirates Stadium
                        14h00 : Lyon – Celtic Glasgow
                        16h20 : Arsenal – Milan AC


                        Dimanche 1er août 2010 à l'Emirates Stadium
                        14h00 : Lyon – Milan AC
                        16h20 : Arsenal – Celtic Glasgow


                        ODLB (Rédaction Football365.fr)

                        Commentaire


                        • #13
                          Brésil / Michel Bastos de retour au pays avec la selecao

                          « On a manqué de sang-froid »

                          publié le 06.07.2010 04h00



                          Michel Bastos garde un très bon souvenir de ce Mondial, et pense que le Brésil aurait pu aller encore plus loin.


                          Et soudain, l'accroc. Une défaite, et une élimination trop tôt survenue. Le Brésil a quitté la grande scène de la Coupe du monde dès les quarts de finale, comme en 2006. Le retour au pays n'a pas donné lieu à de grandes scènes de colère.

                          Seuls Dunga, qui a été remercié depuis, et Melo impliqué un peu plus que les autres joueurs dans l'élimination de l'équipe, ont été réellement chahutés. Les vacances permettront à chaque joueur de la «seleçao» de faire le point sur cette campagne sud-africaine. Michel Bastos, titulaire au poste d'arrière gauche lors des cinq matches du Brésil, en retire déjà plus de joie que de déception, même s'il comptait aller beaucoup plus loin. Il nous livre ses premières impressions «post-Mondial».

                          >>C'était votre première Coupe du monde, quel souvenir en conserverez-vous ?
                          Cela restera avant tout un très bon souvenir. Pouvoir participer à l'un des rendez-vous les plus importants de la planète foot, c'est quelque chose d'unique dans la carrière d'un joueur. Le fait d'avoir pu jouer en tant que titulaire a été extraordinaire aussi, surtout qu'à moins d'un an de la Coupe du monde, je n'y pensais pas du tout. En revanche, l'élimination fait mal. Le groupe se sentait en confiance et nous avions de grandes chances d'aller au bout, nous en étions convaincus.

                          Le Brésil était le grand favori, que lui a-t-il manqué pour aller au bout de l'aventure ?

                          Le football est un sport cruel, et notre Coupe du monde s'est finalement jouée sur quarante-cinq minutes, durant lesquelles nous avons été nerveux, ne réussissant pas les passes faciles, offrant beaucoup d'espaces à des Hollandais combatifs et méritants. Nous avons manqué de sang-froid à un moment crucial de la compétition.

                          Que répondez-vous aux critiques sur le jeu dont a été l'objet Dunga, et la «seleçao» plus globalement ?
                          Je crois que Dunga a réussi à former un véritable groupe, nous avons répondu à ces critiques sur le terrain, en jouant deux très bons matches contre la Côte d'Ivoire et le Chili, et une excellente première mi-temps contre la Hollande. Le foot a beaucoup évolué et s'est nivelé par le haut, et des sélections comme le Brésil qui ont un style traditionnel sont obligées de s'adapter et de s'organiser avec plus de discipline tactique.

                          Quel pays peut maintenant d'après vous, gagner la Coupe du monde 2010 ?
                          Je considère la Hollande comme un vrai candidat à la victoire.

                          Le relatif échec de 2006 et 2010 impose-t-il plus de pression sur le Brésil avant la Coupe du monde 2014 qu'il organisera ?
                          La pression aurait été de toute façon présente. Tout le monde sait que le seul résultat possible pour la «seleçao» en 2014, sera la victoire et donc le titre de championne du monde.

                          En dehors des entraînements et des matches, avez-vous pu aller un peu à la rencontre du peuple sud-africain dans les townships?
                          Nous étions plutôt confinés à l'hôtel ou dans les installations aux alentours. Nous avons eu juste quelques contacts avec les enfants d'une école et le personnel de l'hôtel. Ils nous ont permis de nous sentir chez nous.

                          Le parcours de l'équipe de France a été catastrophique. Avez-vous eu des contacts avec vos coéquipiers de l'OL pour comprendre ce qui s'est passé ?
                          Je leur ai juste envoyé de sms d'encouragement, mais j'ai préféré ne pas les appeler, car je pense qu'ils devaient déjà être assez assaillis comme ça...

                          Malgré la désillusion de la défaite, pensez-vous que jouer une Coupe du monde avec le Brésil est la plus belle chose qui soit offerte à un footballeur ?
                          Sans aucun doute, et j'espère revivre cette expérience dans quatre ans, surtout à la maison! Mais d'ici là, je veux gagner beaucoup de titres, tant avec la «seleçao» qu'avec mon club.

                          Qu'allez-vous faire maintenant ?
                          Je vais prendre de bonnes vacances, et à mon retour je compte faire un long compte-rendu de la Coupe du monde sur mon site internet, où j'expliquerai un peu mon quotidien, les anecdotes etc.

                          Et le retour à Lyon ?
                          En principe il est prévu dans une quinzaine de jours, mais là je pense surtout aux vacances.

                          Jean-François Gomez

                          Commentaire


                          • #14
                            Marino Faccioli, nouveau directeur administratif des Bleus

                            publié le 06.07.2010 12h42


                            Laurent Blanc a officialisé ce matin l'arrivée chez les Bleus de Marino Faccioli, ancien directeur administratif de l'Olympique Lyonnais en tant que directeur administratif des Bleus. Il a également confirmé le retour de Henri Emile au poste d'intendant et le maintien d'Alain Boghossian comme entraîneur adjoint


                            "Je peux confirmer que j'aurai à mes côtés Jean-Louis Gasset, qu'Alain Boghossian sera avec nous, que Marino Faccioli sera le directeur administratif de l'équipe de France, Henri Emile, coordinateur sportif et Philippe Tournon, chef de presse", a déclaré le nouveau sélectionneur des Bleus.

                            Blanc a toutefois précisé qu'il avait encore des "réflexions et des entretiens" à mener pour peaufiner son staff technique et médical, qui "n'est pas encore totalement établi". "Mais ce seront des hommes nouveaux, qualifiés, très compétents, partageant le même enthousiasme, la même motivation que ceux que j'ai appelés quand j'étais à Bordeaux", a-t-il ajouté.

                            Avec les retours de Henri Emile, intendant historique des Bleus de 1984 à 2004, et de Philippe Tournon, Laurent Blanc a souhaité s'entourer de membres de l'encadrement qu'il avait côtoyés, en particulier lors des deux épopées glorieuses du Mondial-98 et de l'Euro-2000.
                            Emile et Tournon avaient fait les frais en 2004 de l'arrivée aux commandes de Raymond Domenech.



                            le progrès

                            Commentaire


                            • #15
                              OL INFOS

                              Pjanic veut franchir un cap

                              publié le 07.07.2010 04h00



                              La recherche active par l'OL d'un milieu créateur ne semble pas perturber Pjanic. «Il y en a déjà plusieurs au club. Je veux continuer à progresser, faire preuve de plus de régularité et gagner une place de titulaire».

                              Le Progrès

                              Commentaire


                              • #16
                                Lyon, objectif titre
                                Par Anthony Faure
                                Posté le 07/07/2010 à 14:05



                                ANALYSE - Après deux saisons sans trophées, l’OL entame avec ambition un nouvel exercice de tous les dangers. Toute autre issue qu’un titre de champion de France sonnerait le déclin du septuple champion de France, et certainement le glas de Claude Puel.

                                A l’issue de la saison 2009-2010, Jean-Michel Aulas avait beau usé de tous ses talents de communicant pour expliquer que son OL venait de réaliser « la plus belle saison de son histoire », nul observateur ou supporter ne pouvait sombrer dans la duperie. Le président de l’OL, en poste depuis 1987, agissait comme un fidèle capitaine de navire, qui après avoir traversé une tempête, la plus importante de ces dix dernières années, faisait mine devant employés et supporters que l’embarcation n’avait jamais tangué. Et lors de la prochaine traversée, tout ira naturellement pour le mieux.

                                La reconquête du titre

                                Claude Puel a tenté d’esquisser la question lors du retour à l’entrainement de ses protégés. Mais quelles sont donc les ambitions de l’OL cette saison ? Finalement, le coach lyonnais a failli par lâcher le précieux sésame : « titre ». Un mot au centre de toutes les conversations aux abords de Gerland où la reconquête de la couronne hexagonale, abandonnée en mai 2008, apparaît comme une priorité absolue. Forts d’une fin de saison dernière en fanfare, les Gones espèrent surfer sur la vague. La colonne vertébrale de l’équipe, composée de tous les cadres (Lloris, Cris, Toulalan, Lisandro) ne devrait pas bouger, sauf contretemps exceptionnel. Rien à voir avec l’année passée, où à pareille époque, Juninho et Benzema avaient quitté le bateau rhodanien. L’OL repart avec des bases stables (joueurs vedettes, direction, entraîneur inchangés) et c’est souvent signe de bonne réussite. Après, le marché des transferts fermant fin août, il faudra rester attentif au sort réservé aux « bannis » (Boumsong, Källström et Ederson notamment) et à la capacité du club lyonnais à les remplacer.

                                Quels adversaires ?

                                Dépouillé du graal en 2009 par Bordeaux, vaincu par Marseille en 2010, tout porte à croire que l’exercice 2010-2011 se résumera à un duel entre olympiques. Le club phocéen, barré de main de maitre par Deschamps, qui aura réussi où tellement ont échoué, sera à nouveau un redoutable adversaire pour l’OL. La stabilité marseillaise depuis plusieurs années porte enfin ses fruits. Quant au club girondin, malgré l’arrivée de Tigana, il semble en fin de cycle. D’autres clubs, Lille notamment, peuvent espérer tirer les marrons du feu en cas de défaillance de l’OL ou de l’OM.

                                LDC, objectif secondaire ?

                                Propulsé héroïquement en demi-finale de la Ligue des Champions, l’OL aura du mal à rééditer cet exploit cette saison. L’équipe actuelle n’a pas la qualité de ses belles aînées. Il faudra sans nul doute enchaîner les performances de haut vol pour prétendre faire mieux, si ce n’est faire aussi bien. Il paraît si loin le temps, où faute d’adversaires à sa taille en Ligue 1, l’OL pouvait se concentrer en majeure partie sur la coupe aux grandes oreilles, tout en gardant des jokers en championnat. Aujourd’hui, à l’image de l’énergie délaissée la saison dernière par Lyon et Bordeaux dans cette compétition, il ne faudra pas trop s’égarer en Europe, quitte à se faire éliminer précocement, pour espérer redevenir le Roi de France. Après, les dires initiaux s’effacent pour laisser place à la glorieuse incertitude du sport. Comme le chante si bien Renaud : «c'est pas l'homme qui prend la mer,
 c'est la mer qui prend l'homme, Tatatin »…

                                Lyon Capitale

                                Commentaire


                                • #17
                                  Alors que l'OL disputait son premier match amical, mercredi à Tignes face au Servette de Genève, des incidents ont eu lieu en marge de la rencontre.

                                  Le football est le sport le plus populaire de la planète. Il attire donc tout un ensemble d'individus autour de lui. Parfois les plus indésirables... L'Olympique Lyonnais en a fait la désagréable expérience mercredi. Alors que l'équipe de Claude Puel l'a emporté facilement sur le Servette de Genève, pour son premier match amical de la saison (3-1), des supporteurs rhodaniens se sont fait remarquer de la plus mauvaise des façons.

                                  Le Figaro explique qu'une trentaine de fans des Gones ont sorti des banderoles et surtout entonné des chants à caractères fascistes. Un drapeau d'une croix celtique, sur fond rouge et blanc, a également été sorti. Une bien mauvaise publicité pour le club de Jean-Michel Aulas.

                                  Chronofoot.

                                  Qui sont ces racailles qui gâchent ma joie ?

                                  Commentaire


                                  • #18
                                    Bleus
                                    Faccioli : « Une immense fierté et un grand honneur »

                                    | RMC.fr | 08/07/


                                    |

                                    Ancien directeur administratif de l’Olympique Lyonnais, Marino Faccioli est revenu sur le site de l’OL sur sa nomination au sein du staff de l’équipe de France. « C’est bien évidemment une immense fierté et un grand honneur d’être appelé en équipe de France. Les Bleus, c’est le top ! Je n’oublie pas que je dois cette nomination à la réussite de l’OL et à l’évolution du club sous la houlette de son président, Jean-Michel Aulas. » M. Faccioli a aussi tenu à préciser qu’il ne serait "pas le manager des Bleus" : « On a entendu beaucoup de choses sur le sujet. Je ne serai là que pour gérer les affaires administratives de l’équipe de France. »

                                    Commentaire


                                    • #19
                                      «On doit mieux jouer»


                                      Après le stage de Lyon à Tignes, Claude Puel a confié, dans les colonnes de L'Equipe de vendredi, ses envies pour la nouvelle saison.


                                      Demi-finaliste de la dernière Ligue des champions et deuxième de la dernière Ligue 1, Lyon veut s'appuyer sur ces performances pour «jouer le titre» comme l'indique Claude Puel dans L'Equipe de vendredi. Mais le discours du technicien lyonnais repose surtout sur un aspect technico-tactique : faire du jeu. «Lyon doit mieux jouer. J'aimerais qu'on soit capable de repartir plus proprement, d'avoir une relance plus appropriée, d'avoir plus de maîtrise technique, analyse-t-il. J'aimerais que nous ne soyons pas obligés de renverser des matches comme on l'a fait si souvent après avoir raté nos premières mi-temps. (...) La saison passée, on doit être l'équipe qui a tiré le plus au but. Sur l'efficacité, ce n'était pas ça. Il faudra savoir faire plus de choses : construire du jeu face à des équipes regroupées, et pouvoir jouer vite en contre dans d'autres situations.»
                                      Lovren, Boumsong, Cris... Puel compte sur tout le monde


                                      Claude Puel ne veut pas perdre Jean II Makoun, mais...


                                      Concernant le groupe, Claude Puel n'a pas confirmé que Toulalan jouerait défenseur central mais l'a encore laissé entendre : «Il a de grandes perspectives derrière, mais les choses ne sont pas figées. On fera le point avec lui quand il rentrera de vacances. Sa polyvalence est un luxe et un privilège. Il jouera derrière et au milieu. Mais en début de saison, il y aura une base de départ. On ne va pas changer tout le temps.» Toulalan devrait donc accroître la concurrence pour les deux places dans l'axe, avec Lovren, Bousmong et Cris. «Lovren est d'abord un défenseur axial. Mais je lui donne la possibilité de tester sa polyvalence car il est jeune, explique Puel. Boumsong, à qui il reste un an de contrat, fait partie de l'effectif et je compte sur lui. (...) Cris a fait une très bonne préparation. Il a encore envie de jouer de grands matches et de les gagner. Il sera mon capitaine et on ne se sépare pas de son capitaine».


                                      Finalement, ce pourrait être le départ d'un taulier du milieu qui pourrait empêcher Toulalan de jouer derrière : Jean II Makoun serait prêt à s'en aller. «C'est un très bon joueur qui n'a pas assez joué à son meilleur poste. C'est une sentinelle au milieu plus qu'un piston. Il a d'énormes qualités. Je n'aimerais pas qu'on le perde, mais il a vécu un truc difficile», explique Claude Puel en rapport aux sifflets incessants de Gerland visant le joueur. Ça devrait donc bouger au milieu du terrain, où Gourcuff serait «un plus» mais «pas à 25 millions d'euros» comme souhaite le vendre Bordeaux.


                                      L'Equipe

                                      Commentaire


                                      • #20
                                        Les premiers enseignements

                                        publié le 09.07.2010 04h00


                                        L'OL veut avoir la maîtrise du jeu

                                        On a trop souvent vu l'OL piétiner dans la construction du jeu la saison dernière pour que rien ne change. La priorité du recrutement va justement vers ce meneur qui manque cruellement à Lyon depuis le départ de Juninho. Le bon premier match de rentrée d'Ederson et de Pjanic pourrait laisser penser que le club rhodanien a ce qu'il faut en magasin. Mais les deux hommes ont montré trop d'inconstance par le passé. En attendant ce joueur providentiel, on a régulièrement entendu Claude Puel, sur le bord de la touche du stade Eric-Cantona, inciter ses troupes à repartir de derrière avec des redoublements de passes. «On a une équipe technique qui doit mieux poser le ballon que la saison dernière. On doit maîtriser nos matches.» explique Pjanic, comme un appel à un nouveau projet de jeu.

                                        Une attaque qui se trouve...
                                        Privé de Lisandro par précaution (douleur au tendon), l'attaque lyonnaise a fait éclore quelques promesses intéressantes, il est vrai face à une opposition modeste. Mais au moins les Rhodaniens ont fait preuve de réalisme, à commencer par Ederson, rarement à pareille fête. Gomis, qui s'est vu refuser deux buts pour hors-jeu, a finalement fait trembler les filets, après un joli numéro technique. Delgado, sur le côté gauche, a été le plus discret de la la ligne d'attaque. Quant à Briand, l'attraction du jour, qui a semblé souffrir physiquement de la lourde préparation lyonnaise, il a puisé dans ses réserves pour délivrer sa première passe décisive. On aura aussi remarqué l'activité de Belfodil.

                                        ... une défense qui se cherche
                                        Vercoutre a été le meilleur homme du match en première période. C'est tout dire... Puel a aligné une première paire Cris-Lovren, dans le rang des supposés titulaires, puis Boumsong-Anderson. Et l'une comme l'autre ont fait preuve d'un étonnant manque de concentration, à l'image du marquage lache de Lovren ou du raté d'Anderson lors du but du Servette. Mais il reste un mois pour parfaire les réglages... et recruter.

                                        O.G.


                                        Le Progrès

                                        Commentaire


                                        • #21
                                          Toulalan «accepterait» les sanctions
                                          Dans une interview au JDD, Jérémy Toulalan livre à son tour sa version des faits sur la grève de l'entraînement de l'équipe de France. «Tout le monde était d'accord» assure-t-il.


                                          «On a tellement fait n'importe quoi qu'on accepterait. Mais les sanctions doivent être collectives et non individuelles». Jérémy Toulalan s'est exprimé à son tour sur la désastreuse campagne des Bleus en Afrique du Sud. Dans une interview publiée dimanche dans le Journal du dimanche, dont certains extraits sont disponibles sur le site du journal, le milieu de terrain explique qu'avant de faire la grève de l'entraînement, les joueurs ont eu «une discussion le samedi soir : personne ne s'est manifesté. Donc oui, tout le monde était d'accord. Peut-être que certains n'ont pas osé... Moi-même, j'ai d'énormes regrets. Car j'aurais pu le faire. Je ne suis pas fier de ce qui s'est passé, mais j'assume. On était tous dedans. Celui qui dit le contraire est un menteur».

                                          «Je l'avais dit : c'était au capitaine d'aller la lire. Mais on était dans un tel truc que c'était compliqué»
                                          Le milieu de terrain défensif, 36 sélections, revient également sur la réaction du groupe lorsqu'il a appris l'exclusion de Nicolas Anelka : «On a essayé d'organiser une réunion pour qu'il aille s'expliquer avec le coach. Elle n'a jamais eu lieu car la décision de son exclusion avait été prise. On a regretté la forme plus que le fond. Dans le communiqué, on a essayé d'expliquer cela». Toulalan reconnaît aussi être à l'initiative, «avec quelques joueurs», de la lettre justifiant la grève.

                                          «On a couché des idées pour expliquer notre démarche. Puis avec nos conseillers, on a essayé de mettre ça en forme pour être bien compris. On a essayé de maîtriser les choses, même si c'était peut-être indéfendable», explique-t-il également. Le Lyonnais reconnaît enfin qu'il n'était «pas bien» lorsque Raymond Domenech a lu cette lettre des joueurs devant la presse. «Je l'avais dit : c'était au capitaine d'aller la lire. Mais on était dans un tel truc que c'était compliqué», a-t-il déclaré. - A.D.

                                          source: lequipe.fr

                                          Commentaire


                                          • #22
                                            Toulalan dans le Journal du Dimanche : “Une tâche dans ma carrière”

                                            Sitôt le Mondial terminé pour les Bleus, c’est toute une partie du football français qui attendait les déclarations de Jérémy Toulalan. Souvent opposé aux “meneurs” dans les rumeurs qui ont entouré les Bleus, le Lyonnais s’est exprimé dans le Journal du Dimanche. Et descend tout seul du piédestal sur lequel il avait été placé.

                                            Depuis ce matin, les relais ont évoqué l’épisode de la grève. En résumé, tout le monde était d’accord “puisque personne ne s’est manifesté contre” même si Toulalan concède que “certains n’ont pas osé.” Pour lui aussi, cet épisode ne s’enclenche qu’après la publication des propos à la Une de l’Equipe. Les joueurs étaient contre la décision de la fédération d’exclure Nicolas Anelka et se sont unis pour le faire savoir. Mais aujourd’hui, Toulalan a “d’énormes regrets” de ne pas s’être opposé au mouvement. Il rejoint même les propos de Laurent Blanc et de Lilian Thuram lorsque ceux-ci ont évoqué un “manque d’intelligence” au sein du groupe.

                                            Maintenant que ce rappel est fait, place à ce qui n’apparaît pas sur vos sites web préférés après Panenka.fr :

                                            Les meneurs ?

                                            “Il n’y a pas de meneurs et de suiveurs. De gentils et de méchants. On est tous responsables à partir du moment où personne n’a rien dit. On n’a juste pas mesuré l’impact que ça allait avoir. On ne s’en est rendu compte qu’en rentrant à l’hôtel, quand on a reçu les premiers échos de nos proches. Le président Aulas m’a appelé pour m’expliquer ce qui se passait. Il m’a conseillé de faire des excuses au plus vite. C’est ce qu’on comptait faire (ndla, la conférence d’avant-match où n’a pas pu se rendre Patrice Evra ?). On n’a pas pu. Je ne sais pas si cela aurait changé grand chose. “

                                            “Si vous voulez me faire dire que certains ont poussé à la grève contre l’avis des autres : non. Personne n’a été menacé. Lors des réunions, personne n’a été bloqué pour sortir. Cinq ou six joueurs s’exprimaient, mais tout le monde avait le droit à la parole. Celui qui voulait aller s’entraîner aurait pu descendre du car. Mais faire des réunions, comme ça, en pleine Coupe du monde, c’était surréaliste… Il aurait peut-être d’abord fallu se parler sur le terrain. Cet esprit de corps qu’on a eu autour d’Anelka, il aurait fallu l’avoir en match. On a été unis, oui. Même quand on n’aurait pas dû l’être ! Quelque part, il aurait surtout fallu davantage de leaders.“

                                            Yoann Gourcuff, mal à l’aise ?


                                            “Oui, par rapport au manque de résultats et à tout ce qui se disait. Franchement, ce n’était pas évident pour lui de se libérer. On a raconté tout et n’importe quoi. Mais ça fait partie du métier. Vous savez, on ne s’entend pas forcément super bien avec tout le monde dans un groupe. (…) J’ai entendu que j’avais séparé Franck (Ribéry) et Yo : du grand n’importe quoi ! Il n’y a eu aucune altercation entre eux.”

                                            Raymond Domenech, sans autorité ?

                                            “Je n’ai jamais eu de problèmes avec lui. Je n’avais pas, non plus, de relations privilégiées. Il a ses responsabilités, mais c’est facile de lui faire porter le chapeau (cf. Gallas). Il a toujours gardé la main. En tout cas, il a toujours fait ses choix. Si on en est arrivé là, c’est aussi lié à l’absence de résultats et aux difficultés depuis 2008. Mais il n’y avait pas de signes latents d’un malaise. C’est l’affaire Anelka qui a tout plombé. Et dans la gestion de celle-ci, on est tous responsables : joueurs, staff, fédération.”

                                            Avec du recul :

                                            “J’ai du mal à digérer de ne pas avoir eu le courage de me lever pour m’exprimer. Sincèrement, je ne pensais pas que cela prendrait ces proportions. Tout le monde veut savoir ce qui s’est passé mais, au fond, il n’y a pas grand-chose à savoir. C’est à la fois simple dans le déroulement et compliqué parce qu’on a fait quelque chose d’inadmissible.“

                                            “Si on était sanctionné, cela me toucherait beaucoup. Pour moi, c’est toujours une fierté d’aller en équipe de France. Mais on n’a pas le choix : on a tellement fait n’importe quoi qu’on accepterait. En tout cas, les sanctions doivent être collectives et non individuelles.”

                                            “Aujourd’hui, il faut retrouver les valeurs qu’on a zappées : respect, fierté du maillot, du pays. Aujourd’hui, je me demande comment on a pu faire ça… J’espère que ça va me permettre d’avancer. C’est dans les moments difficiles qu’on apprend. Là, j’ai beaucoup appris. Mais c’est une tâche dans ma carrière. Elle va être difficile à effacer.”

                                            http://www.panenka.fr/toulalan-dans-...s-ma-carriere/

                                            Commentaire


                                            • #23
                                              Jean-Michel Aulas en conférence de presse à 17h30

                                              Par Benoit le Mardi 13 juillet 2010 à 11 h 51 min

                                              Jean-Michel Aulas rencontrera la presse aujourd’hui à 17h30 pour présenter aux médias le nouveau maillot de l’Olympique Lyonnais et l’ensemble des sponsors du club pour les saisons à venir.

                                              Il sera également question de transferts, en cette période mercato, et notamment du cas de Cris qui doit rencontrer le président de l’Olympique Lyonnais aujourd’hui .

                                              http://www.olympique-et-lyonnais.com...7h30,7877.html
                                              OL buts de légende https://www.youtube.com/watch?v=ZvtbgBMlDz4 :lov:

                                              Commentaire


                                              • #24
                                                ÉLISEZ L'ÉQUIPE TYPE DE LIGUE 1 DE CES 10 DERNIÈRES ANNÉES !
                                                VOTEZ LYONNAIS !

                                                http://www.lequipemag.fr/EquipeType/...2000-2010.html

                                                Commentaire


                                                • #25

                                                  Commentaire

                                                  Chargement...
                                                  X