Annonce

Réduire

Le forum a été mis à jour, créez un nouveau mot de passe

Suite à la dernière mise à jour, vous devez créer un mot de passe unique avant de vous reconnecter à votre compte pour la première fois.
Il suffit de cliquer sur "S'identifier ou s'inscrire" en haut à droite de l'écran puis sur "Oubli de votre mot de passe ou de votre identifiant ?". Saisissez votre email OL, vous recevrez un email de réinitialisation de mot de passe. Une fois votre mot de passe créé, connectez-vous avec votre pseudo et votre nouveau mot de passe.

En cas de problème, n'hésitez pas à contacter notre Service Relation Client, nous pourrons vous accompagner dans la démarche.
Voir plus
Voir moins

Article sur Lisandro dans L'Equipe

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Article sur Lisandro dans L'Equipe

    Bonjour,

    J'ai vu sur la Une de L'Equipe qu'un article éait consacré à Licha ce jour : "Lisandro en gros caractère".

    Vu que le journal est indispo en kiosque sur Lyon, est-ce que quelqu'un aurait la gentilesse de bien vouloir mettre en ligne l'article (quand l'Equipe est en grève, normalement l'Edition est gratuite en ligne, là ce n'est pas vraiment le cas à ce que je sâche, mais bon...)

    Merci d'avance ;-)

  • #2
    Je me permets de mettre le lien

    L'équipe est libre aujourd'hui
    http://www.lequipe.fr/Quotidien/acces_libre.php

    Commentaire


    • #3
      Voila ce que ca donne :

      LISANDRO LOPEZ avoue sa peine à « rester calme » sur un terrain. L’Argentin est un caractériel qui s’assume.

      LYON –

      de notre envoyé spécial

      LE MYSTÉRIEUX Lisandro Lopez n’a pas beaucoup changé depuis son arrivée à Lyon, à l’été 2009. Pas de conférence de presse sans son interprète complice au chapeau noir, pas grand-chose à décrypter de ses propos, ou alors sans certitude, et toujours les mêmes mimiques pour mesurer son humeur du moment : les sourires et les clins d’œil, quand tout va bien ; les yeux noirs et la barbe qui démange, les mauvais jours. Hier, ça allait. Le buteur argentin n’avait pas l’air pressé d’en finir avec la batterie de questions accumulées par l’assistance depuis sa dernière venue à la tribune, il y a deux mois. Ce n’est pas pour autant qu’il a livré ses clés de l’actuelle série lyonnaise : sept victoires et trois nuls au cours des dix derniers matches de Ligue 1.

      On a retenu de son analyse de la situation que l’OL avait réglé ses problèmes par « le travail », « la correction de certaines choses », « une pensée plus positive », « un esprit différent » et « une confiance retrouvée ». Et que s’il allait personnellement nettement mieux, l’explication était « avant tout physique ».

      Quoi d’autre ? « On a récupéré le terrain perdu en début de saison, on s’améliore et tout est plus calme », résume Licha. C’est drôle, mais on dirait que l’OL va tout de suite mieux quand lui va mieux ? « Non, non, pas seulement, répond l’attaquant de vingt-sept ans, auteur de sept buts au cours de cette série d’invincibilité. Beaucoup de joueurs ont été bons dans cette période. » Et son bonheur, alors, sa joie de marquer, sa forme du moment ? Même pas un « Je n’ai jamais douté » ou un « Je suis heureux » ? Même pas, non...

      « Je n’ai rien

      contre l’entraîneur »

      Il y a ce Lisandro-là, s’amusant comme un gamin à en dire le moins possible, et puis il y a l’autre, le « caractériel », comme l’ont récemment qualifié Claude Puel, avant son doublé à Montpellier (2-1, le 4 décembre), et Bafé Gomis, après avoir partagé avec lui les honneurs du tableau d’affichage, dimanche contre Toulouse (2-0). Le caractériel qui déteste les mauvais ballons, les initiatives individualistes vouées à l’échec ou les pressings qu’il déclenche seul sans être suivi de ses partenaires. Ce grand joueur qui hait la défaite, et probablement la médiocrité.

      Après que l’homme au chapeau noir lui a traduit les subtilités du mot, Lisandro en a pris son parti, confirmant le sentiment de Puel et de Gomis : « Caractériel ? Oui, oui, ils ont raison. Dans certains moments, oui ; dans d’autres, non. Ça dépend de la situation. En fait, si je peux rester calme, je reste calme. Mais parfois, je ne peux pas et… »

      Alors il peut crier très fort, surtout sur Aly Cissokho. Ou alors bouder, parfois très longtemps. Ou oublier de serrer la main à son entraîneur, si ce dernier le remplace avant la fin d’un match. La dernière fois, c’était contre le Paris-SG (2-2, le 28 novembre) et l’image avait réveillé la division entre Puel et son buteur. « C’est vrai que je ne voulais pas sortir mais je n’avais rien contre l’entraîneur, explique-t-il. Je n’ai rien contre lui, je ne crie jamais contre lui et je ne cherche pas l’affrontement. C’était une déception envers moi-même, j’avais l’impression de pouvoir donner davantage. Je suis comme ça, mais j’ai le même caractère dans les bons comme dans les mauvais moments et, surtout, je n’ai pas l’impression que ça m’empêche de bien vivre dans le groupe. Je me sens à l’aise avec le reste de l’équipe. » Et depuis quand se sait-il ainsi soumis à ces changements de température ? « Depuis que je suis né », sourit-il. Alors ça va…

      RÉGIS TESTELIN

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par krys_tophe Voir le message
        Je me permets de mettre le lien

        L'équipe est libre aujourd'hui
        http://www.lequipe.fr/Quotidien/acces_libre.php

        Merci !! :):):):)

        Commentaire


        • #5
          Envoyé par pierre_o Voir le message
          Merci !! :):):):)
          Faineant! :p

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par alain_suit_cris Voir le message
            Faineant! :p
            pierre_o aime votre commentaire "Faineant!"

            Commentaire

            Chargement...
            X