Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Stade des Lumières : Topic sans blabla

Réduire
Ceci est une discussion importante.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages


  • http://www.leprogres.fr/ol/grand-sta...rtuelle-photos

    LYON
    20 Titres de Champion de France de Basket


    1946,,2019

    Commentaire


    • Posté par stadedelyon sur Olweb



      LYON
      20 Titres de Champion de France de Basket


      1946,,2019

      Commentaire


      • Voici les lions.

        Gabriel Vacher
        @gabvacher

        Arrivée du 1er Lion près du virage Nord au @Parc_OL . Taille : 4m20 ! Images ce soir sur @OLTV_officiel à 18 h30 pic.twitter.com/vTkRTvdC62
        https://mobile.twitter.com/gabvacher...430784/video/1


        Commentaire


        • Il va finir par être magnifique même extérieurement notre stade ! J'en doutai pas. Extérieurement il avait le potentiel pour l'être, là il le devient.

          Je parle pas de l'intérieur, parcqu'il met tout le monde d'accord.

          Commentaire


          • Envoyé par DirtyShady Voir le message
            Il va finir par être magnifique même extérieurement notre stade ! J'en doutai pas. Extérieurement il avait le potentiel pour l'être, là il le devient.

            Je parle pas de l'intérieur, parcqu'il met tout le monde d'accord.
            Encore loupé...
            ici c'est sans bla-bla....:-)

            LYON
            20 Titres de Champion de France de Basket


            1946,,2019

            Commentaire


            • Posté par stadedelyon sur Olweb


              Avancée du centre d'entraînement! Désoler les photos ne sont pas top. Pris sur Snapchat.






              LYON
              20 Titres de Champion de France de Basket


              1946,,2019

              Commentaire


              • Posté par stadedelyon sur Olweb

                Super initiative d'une entreprise Lyonnaise et son robot Awabot http://awabot.com

                Avec le robot connecté au wifi, les enfants dans les hôpitaux ont pu voir et parler aux joueurs au ParcOL











                LYON
                20 Titres de Champion de France de Basket


                1946,,2019

                Commentaire


                • Posté par stadedelyon sur Olweb


                  LYON
                  20 Titres de Champion de France de Basket


                  1946,,2019

                  Commentaire


                  • bfmbusiness.bfmtv.com A vos marques: L'OL est le propriétaire du premier stade privé de France - 24/01

                    LYON
                    20 Titres de Champion de France de Basket


                    1946,,2019

                    Commentaire


                    • Posté par marty650 sur info stade






                      LYON
                      20 Titres de Champion de France de Basket


                      1946,,2019

                      Commentaire


                      • @andybrassell (twitter)
                        Date : 24/01



                        Source : Ol (twitter)


                        Source : OM (twitter)


                        Source : guillaumezieou (twitter)



                        Source : ddubras (twitter)





                        LYON
                        20 Titres de Champion de France de Basket


                        1946,,2019

                        Commentaire


                        • Posté par TopGone sur Info stade

                          Piwee ‏@piweeFR
                          Voilà à quoi ressemble la toute nouvelle social war room de l'@OL pour suivre les conversation autour de #OLOM








                          LYON
                          20 Titres de Champion de France de Basket


                          1946,,2019

                          Commentaire


                          • Posté par CoDen sur SSC



                            Stade des Lumières by Stéphane Sélo, on Flickr


                            Stade des Lumières by Stéphane Sélo, on Flickr


                            Stade des lumières by Nans....974, on Flickr

                            LYON
                            20 Titres de Champion de France de Basket


                            1946,,2019

                            Commentaire



                            • LPR_QUO_DSC-4936 by Ai Kagou, on Flickr


                              Stade des Lumières by Stéphane Sélo, on Flickr

                              LYON
                              20 Titres de Champion de France de Basket


                              1946,,2019

                              Commentaire


                              • Jean-Michel Aulas. Mon stade, ma bataille !
                                07 JAN 2016 BY MARCO IN LES GENS / NO COMMENTS

                                JeanMichel AULAS-®jlucmege-Lyon People

                                Photos © Jean-Luc Mège

                                Propos recueillis par Pascal Auclair, Franck Girardet et Marc Polisson

                                Le 9 janvier prochain, à l’occasion de la venue de Troyes, près de 60 000 spectateurs prendront place dans le Grand Stade, à Décines. A quelques jours de ce lever de rideau, Jean-Michel Aulas répond en exclusivité à toutes les questions que se posent les Lyonnais.



                                L’inauguration du Grand Stade constitue-t-elle à vos yeux l’aboutissement de 28 ans de présidence ?
                                Oui, c’est inévitablement un aboutissement mais aussi un point de départ qu’il faudra convertir en succès économique et sportif.

                                Dévoilé en 2007, ce projet a pris beaucoup de retard en raison de multiples recours. Avez-vous craint, un temps, de ne pouvoir arriver à vos fins ?
                                Bien sûr. Il y a eu plusieurs phases « dépressives » qui, en raison des recours, mais aussi des décisions politiques, ont pu laisser craindre que ce beau projet ne se concrétiserait pas. Mais nous avons fait preuve de persévérance. Aujourd’hui, nous sommes heureux et émus de pouvoir proposer au public et aux supporters lyonnais le plus bel outil du genre en Europe, et peut-être même dans le monde.

                                A l’origine, vous évoquiez des « oppositions modestes ». N’avez-vous pas sous-estimé vos adversaires ?
                                Non, je ne pense pas. On rencontre toujours beaucoup de réticences lorsque l’on cherche à innover. Il y a quelques années, les oiseaux de mauvais augure prédisaient que la France n’aurait pas l’Euro, que Lyon n’aurait pas son Grand Stade, qu’un projet privé de cette envergure était impossible… Finalement, l’OL aura son propre stade, ultra moderne, l’Euro se jouera à Lyon et les contribuables lyonnais auront été bien moins mis à contribution que dans d’autres villes.

                                Vous avez menacé de quitter l’OL, en 2008, si ce projet n’aboutissait pas. C’était du bluff ou un simple instant d’exaspération ?
                                Un peu des deux… J’étais à la fois très énervé et un peu bluffeur car je voulais absolument offrir aux Lyonnais un stade multifonction à la pointe de la technologie, un stade à la dimension d’une métropole comme Lyon.

                                Avez-vous conscience que ce dossier économico-sportif était devenu au fil des ans, un enjeu politique à Lyon ?
                                Oui, j’en ai conscience. Mais c’est souvent le cas lorsque l’on porte un tel projet. Ma grande fierté, c’est que ce dossier est devenu exemplaire. Il doit servir de référence pour permettre à la France de progresser dans ses habitudes économico-politiques.

                                Beaucoup de chiffres ont été avancés sur la facture finale de l’opération. Etes-vous capable, aujourd’hui, de nous dire combien va coûter le Grand Stade ?
                                Le stade va couter ce qui était prévu, à savoir 305 millions d’euros, chiffre auquel il faut ajouter les aménagements intérieurs et le camp d’entraînement non budgété à l’origine. Globalement, le parc Olympique Lyonnais et ses 45 hectares va couter 455 millions d’euros. Nous pouvons compter sur la contribution de divers opérateurs privés pour prendre en charge l’établissement médical, le centre de loisirs, l’hôtel quatre étoiles de 150 chambres, les 15 000 mètres carrés de bureaux, soit environ 150 millions d’euros supplémentaires. On flirte donc, au final, avec les 600 millions d’investissements privés sur le site qui auront créé plus de 2 500 emplois durant trente mois et vont générer près de mille emplois permanents, à terme, et plus de 2 500 emplois les soirs de match.

                                Comment êtes-vous parvenu à boucler le montage financier ? Uniquement par emprunts bancaires ?
                                Non, les deux actionnaires principaux, en l’occurrence Jérôme Seydoux, via Pathé, et moi-même, à titre personnel, ainsi que tous les autres actionnaires, ont investi plus de 200 millions de fonds propres. La différence, soit 250 millions d’euros, a été financée d’une part sous forme d’émission d’obligations auprès de Vinci et de la Caisse des Dépôts, et 135 millions d’euros par le biais d’emprunts bancaires souscrits auprès d’une dizaine d’établissements. Je regrette qu’aucune grande banque étrangère n’ait participé au financement. Cela dit, de grands investisseurs privés internationaux devraient nous rejoindre pour la deuxième phase du projet.

                                Il n’y a donc pas eu de dérapage budgétaire… Vous ne serez pas le Michel Mercier de Décines et le Grand Stade ne sera pas le gouffre du Musée des Confluences ?
                                (Rires) Non, aucun dérapage. Je salue d’ailleurs le professionnalisme de Vinci qui a construit au prix donné, avec une livraison en temps et en heure, et de Gilbert Giorgi, le maître d’œuvre du projet. La moralité, c’est que lorsqu’on monte un projet d’une telle envergure, si les utilisateurs sont aussi les propriétaires, on obtient un contrôle permanent qui évite les dérives, tant sur le plan budgétaire que des délais de livraison.

                                Apparemment, on dérape moins dans le privé que dans le public…
                                (Sourire) Oui, bien sûr. On est très fier d’être arrivé au bout d’un tel projet sans avoir recours aux fonds publics, à l’argent du contribuable, à l’exception de l’accessibilité et des transports en commun, publics, qui permettront à tous les Lyonnais de venir profiter du centre commercial, de l’offre de loisirs, des restaurants…

                                « L’OL va retrouver une spirale positive »

                                Vous avez évoqué l’investissement très significatif du Grand Stade. Comment comptez-vous l’amortir ?

                                D’abord en faisant progresser le club dans la hiérarchie européenne. L’OL est aujourd’hui dans le top 25 continental. A terme, il faut s’installer durablement dans le Top 8 européen, à l’instar d’Arsenal, du Bayern, de Manchester, du Real ou du PSG désormais. Ces performances sportives, la Champion’s League, la marque OL, vont générer des revenus très importants. D’autre part, la multifonctionnalité de l’enceinte va permettre de louer l’infrastructure et d’organiser de manière régulière de grands spectacles. Cette récurrence des revenus va générer une spirale positive pour aboutir à un business plan équilibré, voire largement bénéficiaire. Il faut savoir aujourd’hui que les grands clubs européens propriétaires de leur stade sont rentables.

                                Concrètement, comment cela va-t-il se traduire sur le plan comptable ?
                                Les revenus de l’OL, la saison dernière, étaient de l’ordre de 100 millions d’euros. Ils vont passer à 200 millions dès la saison en cours, avec une demi-année d’exploitation du Grand Stade. Ensuite, pour être compétitif sur la scène européenne, l’objectif est de générer un chiffre d’affaires de 250 à 300 millions d’euros annuels. Déjà, sur le premier trimestre 2015/2016, nous venons d’annoncer un chiffre d’affaires de près de 65 millions d’euros contre 25 millions d’euros la saison dernière. Ce n’est qu’un début…

                                Avec un tel business plan, sur combien d’années comptez-vous amortir le Grand Stade ?
                                Sur trente ans, sachant qu’on espère présenter des comptes bénéficiaires dès la saison en cours. La seule Champion’s League devrait rapporter 40 millions d’euros. D’où la nécessité d’être régulièrement parmi les meilleurs clubs européens. Pour alimenter cette spirale positive, outre les recettes sportives et les revenus des infrastructures, on mise sur le développement de la marque OL sur le plan international. C’est le troisième étage de la fusée. En la matière, les clubs de référence comme le Bayern, le Barça, le Real ou Manchester United récupèrent entre 80 et 100 millions d’euros par an grâce à l’image de marque. Pourquoi pas nous ?

                                Reste le casse-tête du naming. A ce jour, le Grand Stade n’a toujours pas trouvé de grande marque pour y associer son nom. Sans langue de bois, ce dossier ne serait-il pas au point mort ?
                                Il n’y a pas de langue de bois, juste des négociations engagées avec de grands groupes étrangers, même si le club comme l’Etat français, pour des raisons de cohérence, verraient d’un bon œil l’engagement d’un investisseur français.

                                Quand comptez-vous pouvoir annoncer le nom du stade ?
                                L’Euro se déroulera en juin prochain dans un « clean stadium », c’est à dire que l’éventuel namer ne pourra pas être identifié durant l’épreuve comme le stipule le contrat signé avec l’UEFA. Nous avons donc deux options : soit faire une annonce en amont de l’événement, ce qui nous obligera à ôter toute identification durant l’Euro ; soit attendre la fin de l’Euro pour mettre en place la signalétique du stade. En attendant, de grands partenaires se sont déjà engagés. Groupama va ainsi donner son nom au camp d’entraînement et à l’académie. Un groupe comme Microsoft sera aussi présent dans les salons, comme une cinquantaine d’autres grandes entreprises.

                                Les tribunes, baptisées Jean-Jaurès et Jean-Bouin à Gerland, vont elles aussi faire l’objet d’un naming ?
                                Effectivement, ce sera très différent de Gerland. Nous allons innover dans ce domaine, sachant que le stade sera sectorisé avec un code couleurs rouge, bleu et blanc pour identifier sa place. Ce sera complément différent de Gerland, avec la possibilité par exemple de rejoindre facilement sa place grâce à une application web via des bornes wifi permettant 25 000 connexions simultanées.

                                « 60% des espaces VIP ont été commercialisés »

                                Justement, où en est la commercialisation des salons ? Tous seront-ils attribués lors de l’inauguration ?
                                Par rapport à nos objectifs, on est plutôt en avance. A Gerland, nous avions 1800 sièges d’hospitalité. A Décines, nous en aurons 6000 dont 3500 ont déjà été commercialisés. Pour vendre les 40% restants, nous allons lancer une grande campagne de promotion de l’offre, en mettant l’accent sur sa diversité et son originalité. En fait, l’idée est de proposer une solution adaptée à chaque budget, à chaque typologie d’entreprise. Bref, on ne cible plus uniquement la grande entreprise. On veut aussi séduire les PME-PMI, les professions libérales, les artisans, en offrant des sièges avec ou sans hospitalité. La présence d’une brasserie Paul Bocuse va nous aider à compléter cette offre qui s’appliquera aux matches de l’OL mais aussi à tous les autres événements programmés dans le stade, qu’il s’agisse des concerts ou, par exemple, des finales des deux Coupes d’Europe de rugby attribuées à Lyon au printemps prochain.

                                Pourquoi les loges sont-elles baptisées « 365 » ?
                                Parce qu’elles sont conçues comme des bureaux afin de pouvoir être exploitées 365 jours par an pour des réunions professionnelles. Des espaces modulables à souhait dont les détenteurs auront à disposition divers services comme une conciergerie, des loisirs, de la restauration… Pour la première fois, il sera possible d’associer vie professionnelle et vie sportive dans un stade en France.

                                Où en est la vente des abonnements grand public ?
                                Là aussi, nous avons avancé de manière significative. Nous sommes déjà au double du nombre d’abonnés de Gerland. A terme, nous escomptons entre 25 000 et 30 000 abonnés. C’est l’objectif.

                                Une rumeur évoque la présence de François Hollande lors de l’inauguration du 9 janvier. Confirmez-vous la venue du Président de la République ?
                                Effectivement, François Hollande comme Manuel Valls m’ont demandé de les prévenir de la date de l’inauguration. Ils m’ont confirmé que l’un ou l’autre, voire l’un et l’autre, effectueraient le déplacement, au même titre que de nombreuses autres personnalités françaises et internationales.

                                Le premier mega concert sera celui de Rihanna…
                                C’est signé, nous l’accueillerons le 19 juillet. Rihanna mérite une enceinte de 60 000 places. Je peux aussi vous annoncer la venue d’un grand artiste de notoriété mondiale (Will I am, ndlr) pour un mini concert après le premier match contre Troyes, le 9 janvier, à 17 heures. Ce sera l’occasion de démontrer la multifonctionnalité et la capacité de transformation rapide du stade.

                                L’action OL a été introduite à 24 euros en 2007. Aujourd’hui, elle cote à peine 2 euros. N’avez-vous le sentiment d’avoir floué le petit actionnaire ?
                                Non, c’est le lot de tous les titres en bourse de ne pas avoir évolué à la hausse durant cette période troublée. Cela étant, les actionnaires sont très fiers de contribuer au développement du club. Ils peuvent s’attendre à une progression du cours dans les prochains mois. D’ailleurs, si l’actionnaire principal est toujours Jean-Michel Aulas, s’il a souscrit à la dernière augmentation de capital de 55 millions d’euros, en juin dernier, c’est qu’il croit au projet !

                                Pourtant, un bruit court que vous allez vendre le club une fois le Grand Stade achevé…
                                On ne sait jamais. Mais ce n’est pas à l’ordre du jour. Le montant de l’investissement, sa finalité à la fois sportive, culturelle et sociologique, excluent une approche opportuniste et purement spéculative du dossier.

                                « Je suis farouchement opposé à l’installation du LOU à Gerland »

                                La dernière polémique en date fait état d’un profond désaccord sur la future destination du stade de Gerland dont l’exploitation serait confiée à Olivier Ginon, avec la perspective de reconfigurer l’enceinte en stade de 25 000 places.
                                Olivier Ginon est actionnaire et administrateur d’OL Group depuis l’origine, donc au courant de tous nos projets. On avait prévu ensemble de pouvoir faire jouer certains matches du LOU dans le Grand Stade sur une pelouse hybride spécialement conçue pour du rugby le vendredi et du foot le week-end. En revanche, il n’a jamais été envisagé, que je sache, d’organiser des hospitalités autour de Gerland. D’ailleurs, le PLU (Plan d’occupation des sols) ne l’autorise pas.

                                Vous n’étiez pas au courant que le LOU allait prendre possession des lieux et que le patron de GL Events faisait de l’événementiel ?
                                Depuis l’origine, il est prévu de faire cohabiter les deux structures en évitant que le Grand Stade soit en concurrence avec un opérateur privé exploitant un lieu public. Cela poserait un conflit d’intérêt évident. Le sujet n’est donc absolument pas réglé et nous n’avons donné aucun accord sur le fait que le LOU puisse jouer à Gerland.

                                Vous êtes donc toujours opposé à l’installation du LOU à Gerland et à l’attribution de l’exploitation du stade à GL Events?
                                Farouchement ! Il paraît inconcevable qu’au lendemain de l’inauguration et de la mise en service du Grand Stade, on remette en cause son équilibre économique en créant des conditions de concurrence déloyale, tant sur l’activité séminaires que sur l’organisation de concerts ou d’événements sportifs. Ce serait porter un mauvais coup aux investisseurs privés et à tous les actionnaires d’OL Group, société cotée en bourse. Un tel cas de figure ne serait pas raisonnable, voire destructeur.

                                C’est un mauvais coup de Gérard Collomb…
                                Je n’irais pas jusque là. On va en discuter.

                                Mais il ne va pas laisser Gerland en friche…
                                Moi, si j’étais homme politique, je profiterais de la présence de Normal Sup, de l’école internationale, de l’implantation de la faculté, pour faire de Gerland un vrai pôle technologique, d’éducation et de formation. Un peu dans l’esprit du projet mené par Anne Hidalgo, à Paris, autour de la Halle Freyssinet. Un campus universitaire et sportif, une sorte de Harvard à la Lyonnaise dont le stade, et ses arches magnifiques, serait l’épicentre.

                                On vous a prêté un temps des ambitions politiques. Cette vision justement très politique ne vous incite-t-elle pas, à l’avenir, à vous engager personnellement, à solliciter les électeurs pour défendre vos idées ?
                                Non, moi, je fais de la politique sur le plan économique. Sur le terrain technologique et numérique, Cegid est en train de prendre une dimension internationale sous l’impulsion de Patrick Bertand. Sur le terrain de l’événementiel et du sport, le Grand Stade va aussi bousculer les idées reçues. Je laisse aux élus en place, que ce soit Gérard Collomb, Jean-Jack Queyranne ou Christophe Guilloteau, le soin de consacrer leur temps à des sujets éminemment politiques. Moi, je ne sais pas faire… J’essaie juste de créer de la valeur.

                                Vous avez une gestion très autocratique du club. Avez-vous malgré tout envisagé votre succession ?
                                Je ne pense pas avoir une gestion autocratique. Quant au problème de ma succession, il n’est pas d’actualité, même s’il est du devoir de tout dirigeant de grandes entreprises de l’envisager. Mais ne soyez pas inquiet. Il y a au sein du club des gens de grande compétence, dont le manager de demain…



                                Interview réalisée mardi 10 novembre 2015 et publiée dans le mensuel Lyon People de décembre 2015.

                                LYON
                                20 Titres de Champion de France de Basket


                                1946,,2019

                                Commentaire


                                • VIDEO.
                                  Revoir “Les grands stades en Rhône-Alpes” dans Enquêtes de Régions



                                  http://france3-regions.francetvinfo....45-913197.html

                                  Dernière modification par ours11, 29/01/2016, 09h44.

                                  LYON
                                  20 Titres de Champion de France de Basket


                                  1946,,2019

                                  Commentaire


                                  • Stéphanie Paix (Caisse d'Epargne Rhône-Alpes) :
                                    "Paris n'a pas le monopole de la fintech"

                                    acteursdeleconomie.com | 25.01.2016

                                    La Caisse d'épargne Rhône-Alpes a renouvelé son accord avec l'Olympique Lyonnais pour les cartes abonnées MyOl (avec un système de paiement sans contact) et affinitaires OL Caisse d'Épargne. Objectif : 100 000 utilisateurs. Croyez-vous objectivement au business model du Parc Olympique Lyonnais ?

                                    Si je n'y avais pas cru, je n'aurais pas participé à son financement ! J'entends les doutes qu'émettent sceptiques et détracteurs. Mais lors du tour de table, les banquiers ont décidé de suivre. Si désormais ils confient des états d'âme, c'est qu'ils sont irresponsables.

                                    Le Parc Olympique Lyonnais n'est pas « seulement » la rénovation d'un stade, comme au Vélodrome de Marseille, ou même la construction d'une nouvelle enceinte. Et d'ailleurs la CERA n'aurait peut-être pas financé ces deux types de projet. C'est un parc d'activité, un centre d'attraction au cœur duquel trône un stade. Et ce modèle de parc propriété du club fonctionne au-delà de nos frontières.

                                    D'autre part, il fait partie de l'attractivité du territoire qui elle-même s'inscrit dans le nouveau périmètre régional. L'investissement peut donc être porteur. Certes, c'est une entreprise osée, avec une forte prise de risque. Et beaucoup d'énergie doit encore être déployée pour que cela devienne le parc espéré par Jean-Michel Aulas. Mais nous avons jugé cette part de risque suffisamment raisonnable et raisonnée pour décider de la soutenir.


                                    Stéphanie Paix
                                    " Les banquiers qui ont financé le Stade des lumières et ont des états d'âme sont irresponsables." (Laurent Cerino / ADE)




                                    http://acteursdeleconomie.com/#debat...a-fintech.html

                                    LYON
                                    20 Titres de Champion de France de Basket


                                    1946,,2019

                                    Commentaire


                                    • Bonjour ,

                                      Je me permets d'ecrire ici suite au match que je suis aller voir dimanche dernier avec mon grand pere handicapé. J' avais écris pour avoir des informations pour les personnes à mobilité reduite sans réponse de la part du service client de l' OL !!!
                                      Donc dimanche soir nous nous présentons au stade et je demande à au moins une dizaine de stadiers l'accès aux ascenseurs, et avec une réponse catégorique qu'il n'y a pas d'ascenseur.
                                      Gros mensonges car j’étais venu contre Troyes et je les avais vu de mes yeux dans une autre tribune.
                                      Donc mon grand père s'est tapé tous les étages à monter !!!
                                      En plus vu le spectacle donné par les joueurs , vous n’êtes pas prêt de nous revoir au PARC OL !!!

                                      Et pour finir , j'ai redemander aux stadiers en haut qui m'ont confirmer qu'il n'y avait pas d'ascenseur hors quelqu'un à la buvette m'a dit qu'il y en avait un... et nous avons réussi a descendre EN ASCENSEUR (qui se trouvait derriere une porte)à la fin du match après avoir demander à une vingtaine de personnes INCOMPÉTENTES !!!

                                      Incompétence totale du personnel , buvettes tout le temps remplies (alors qu'il y aurait de la place pour en faire d'autres juste pour boire ) à cause de personnes qui attendent leurs frites en rupture...ect ect

                                      Un vrai point négatif sur la gestion des personnes en mobilité réduite.

                                      Merci pour cette soirée inoubliable au parc OL.

                                      J'ai renvoyé un mail cette semaine au service client et comme d'habitude ,je n'ai jamais de réponses
                                      Abonné a FOOT + ... lol

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par pirate38 Voir le message
                                        Bonjour ,

                                        vous n’êtes pas prêt de nous revoir au PARC OL !!!
                                        Quel bonheur !!!...:grn:

                                        ici c'est sans bla bla, merci...

                                        LYON
                                        20 Titres de Champion de France de Basket


                                        1946,,2019

                                        Commentaire


                                        • Posté par stadedelyon sur Olweb


                                          Mise en place nouveau plateau #ccol avec @pacfeu @Heloise_CCOL @SColonge @OLTV_officiel




                                          Premier jour à #decines au @Parc_OL hâte hâte hâte @OLTV_officiel @OL




                                          On prend places dans nos nouveaux locaux!! Merci les déménageurs! #teamOL @Parc_OL








                                          Et les nouveaux plateaux! On est bien bien bien! ;) #teamOL @Parc_OL



                                          Dernière modification par ours11, 01/02/2016, 13h03.

                                          LYON
                                          20 Titres de Champion de France de Basket


                                          1946,,2019

                                          Commentaire


                                          • Posté par stadedelyon sur Olweb

                                            Les nouveaux locaux d'OLTV. Invitée : Ada HEGERBERG.






















                                            LYON
                                            20 Titres de Champion de France de Basket


                                            1946,,2019

                                            Commentaire



                                            • LYON
                                              20 Titres de Champion de France de Basket


                                              1946,,2019

                                              Commentaire


                                              • Posté par claramide sur Info stade






















                                                LYON
                                                20 Titres de Champion de France de Basket


                                                1946,,2019

                                                Commentaire


                                                • Posté par stadedelyon sur Olweb

                                                  Article du progrès





                                                  LYON
                                                  20 Titres de Champion de France de Basket


                                                  1946,,2019

                                                  Commentaire


                                                  • Drawn : la start-up qui imprime en 3D les lions du Parc OL

                                                    GRAND STADE , OLYMPIQUE LYONNAIS , UNE | 08 FÉV, 2016
                                                    Drawn : le prototype des lions du Parc OL (copyright : Tim Douet)



                                                    À dix kilomètres du Parc OL, la start-up lyonnaise Drawn termine le deuxième lion qui accueillera les visiteurs du stade. À terme, ce sont quatre gardiens géants de 4,2 mètres qui seront installés, une première mondiale en matière d’impression 3D.

                                                    Depuis le match OL – OM, un lion bleu est installé devant l’entrée des tribunes du Parc OL. Imaginé par le cabinet d’architecte Naço, il a été imprimé en 3D par la start-up Drawn. Trois autres, blanc, rouge et or, le rejoindront d’ici avril. Drawn a été choisie par l’OL pour réaliser ces quatre lions de 4,2 mètres.

                                                    À l’origine de cette start-up, on retrouve Sylvain Charpiot, un ingénieur de 37 ans qui « voulait créer des emplois en France » après avoir travaillé sept ans à l’étranger puis trois ans dans l’Hexagone. Il repère un Hollandais qui utilise une imprimante 3D géante et lui propose de travailler avec lui pour créer une succursale en France. L’homme refuse. Qu’importe Sylvain Charpiot décide de fabriquer lui même sa propre imprimante en se basant sur un robot issu de l’industrie automobile. Pour réaliser son projet, il investit 100 000 euros et parvient à convaincre les banques de lui prêter la même somme. En juin 2015, il lance une campagne sur Kickstarter et parvient à récolter 27 706 euros auprès des internautes. La machine, qui répond au nom de Galatea et utilise des billes en plastiques, lui sert à fabriquer des meubles sur mesure. Sylvain Charpiot imagine même un système avec des boutiques franchisées, où il serait possible de faire imprimer « du mobilier personnalisable avec une production hyper locale ». Son rêve : « créer l’iTunes du mobilier, des designers proposeraient le design et un réseau de boutique se chargerait de la fabrication »


                                                    Drawn : le futur lion du Parc OL (copyright : Tim Douet)

                                                    Milieu 2015, Sylvain Charpiot apprend que l’Olympique lyonnais recherche une entreprise capable de réaliser les quatre lions qui entoureront le nouveau stade : « J’ai envoyé un devis et ils m’ont répondu favorablement ». L’impression 3D lui permet d’avoir une approche rationnelle « sans gaspillage de matière » : « Normalement vous prenez un pain de polystyrène que vous usinez. Là, on imprime directement les lions qui font 1,5 tonne chacun ». Il faut 480 heures pour imprimer une statue en plusieurs parties, soit une production de 20 jours non stop puis 600 heures pour les finitions. Sylvain qui dort parfois dans ses locaux pour maintenir la production ne pouvait s’attaquer seul à un tel chantier : « la commande de l’OL m’a permis d’embaucher cinq personnes ». Interrogé par Olympique-et-lyonnais.com, le club de Jean-Michel Aulas ne cache pas sa fierté d’avoir pu faire appel à une start-up locale : « Compte tenu de l’envergure sculpture de 4,2 m, il s’agit véritablement d’une première mondiale et l’Olympique lyonnais est fier d’avoir pu contribuer à la mise en valeur du savoir-faire d’une société Lyonnaise innovante, convaincu que ces lions gardiens de notre enceinte, en seront de véritables emblèmes auxquels nos supporters s’attacheront ». Drawn finalise actuellement le deuxième lion qui sera assemblé et peint en blanc chez un carrossier. Ces quatre gardiens fabriqués à dix kilomètres du stade sont le symbole de la philosophie de l’impression 3D : produire au plus près du lieu final d’utilisation. À eux quatre, ils sont la révolution inattendue du Parc OL et marqueront les esprits pour des dizaines d’années.

                                                    (article mis à jour le 9/02 : précision sur la durée d’impression et des finitions)



                                                    L'imprimante 3D de Drawn (copyright : Tim Douet)


                                                    http://www.olympique-et-lyonnais.com...ol,113826.html

                                                    LYON
                                                    20 Titres de Champion de France de Basket


                                                    1946,,2019

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X