Annonce

Réduire

Le forum a été mis à jour, créez un nouveau mot de passe

Suite à la dernière mise à jour, vous devez créer un mot de passe unique avant de vous reconnecter à votre compte pour la première fois.
Il suffit de cliquer sur "S'identifier ou s'inscrire" en haut à droite de l'écran puis sur "Oubli de votre mot de passe ou de votre identifiant ?". Saisissez votre email OL, vous recevrez un email de réinitialisation de mot de passe. Une fois votre mot de passe créé, connectez-vous avec votre pseudo et votre nouveau mot de passe.

En cas de problème, n'hésitez pas à contacter notre Service Relation Client, nous pourrons vous accompagner dans la démarche.
Voir plus
Voir moins

Fournier : " À l'extérieur, je nous trouve frileux, mais un derby, c'est autre chose

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Fournier : " À l'extérieur, je nous trouve frileux, mais un derby, c'est autre chose

    HUBERT FOURNIER, l'entraîneur lyonnais, évoque, à la veille du derby à Saint-Étienne, la série de dix matches sans défaite de l'OL, mais aussi l'été difficile, les blessures de Gourcuff et le poids du vestiaire.

    A près cinq ans à Reims, Hubert Fournier s'est assis, l'été dernier, sur le banc de l'OL. Pour la première fois de la saison, et à la veille de se rendre à Geoffroy-Guichard pour y disputer son premier derby en tant qu'entraîneur, il répond à nos questions.

    « DANS QUEL ÉTAT d'esprit étiez-vous le 2 septembre, le jour de la conférence de presse de crise organisée par Jean-Michel Aulas ?

    – On nous enfonçait et il fallait combattre la fatalité. Je savais aussi que cela pouvait rapidement changer, parce que les blessés allaient revenir. Alors, il fallait résister, être solides. On en était à trois défaites en quatre journées de L 1, plus une élimination en Ligue Europa, et pas face à un ténor (Astra Giurgiu, 1-2, 1-0). Donc, oui, c'était très négatif.

    Ce jour-là, vous sentiez-vous soutenu par votre président, ou sous pression ?

    – Soutenu, clairement. C'était le sens de sa présence. On avait besoin de ça.

    Au bout d'un mois, la question était de savoir si vous étiez l'entraîneur qu'il fallait...

    – Cela fait partie du jeu. On peut le comprendre, c'était une question normale, liée aux attentes.

    Concernant la cellule de performance, on vous a senti tiraillé entre le soutien de principe à votre staff, Alexandre Marles en l'occurrence, et la nécessité de montrer aux joueurs que vous aviez entendu leur message…

    – Il fallait être à l'écoute de tout le monde. Et puis, j'avais un peu le même ressenti que les joueurs. Le constat était là : on n'était pas bien physiquement. Pas besoin d'avoir fait dix ans de préparation physique pour comprendre qu'il y avait un problème. Les chiffres qu'on avait étaient flagrants. Il était hors de question de s'entêter et d'aller droit dans le mur. Donc on a changé notre façon de travailler.

    Dans cette affaire, vous avez été confronté au poids de quelques joueurs cadres du vestiaire ?

    – Oui, mais j'étais content. C'est ce que je j'attends de ces joueurs-là, pas qu'ils soient des béni-oui-oui. Max (Gonalons) (*) a joué à plein son rôle de capitaine, il a fait remonter le ressenti des joueurs, et cela m'a plu que les gars prennent en charge les problèmes de l'équipe, dans une démarche qui était constructive. Ce n'était pas pour tailler Pierre, Paul ou Jacques. J'ai trouvé ça vachement intéressant.

    « YOANN GOURCUFF, C'EST UN JOUEUR UNIQUE DANS UN EFFECTIF »

    Le changement, derrière, a été progressif ?

    – On a fait ce qu'il fallait pour retrouver plus de forces sur le plan athlétique et plus de repères sur le plan collectif. Il nous fallait une ossature constante pour ça. En jouant quatre ou cinq matches avec une équipe proche, on a retrouvé le fil de notre saison, avec des joueurs décisifs à chaque extrémité de l'équipe. Avec un bon gardien et un bon attaquant, que ce soit en poussins ou en Ligue 1, on résout une bonne partie des problèmes (sourires).

    Cet été, sur Yoann Gourcuff, vous aviez dit vouloir faire preuve de pédagogie et de psychologie. Mais on dirait que vous êtes confronté à la même problématique que les autres...

    – Oui. Sur le plan statistique, je ne veux pas dire qu'on ait échoué, mais… En fait, j'arrivais avec un regard neuf et je n'avais pas l'antériorité qui avait pu fatiguer le staff. J'arrivais avec de la fraîcheur, et c'était bien pour Yoann, aussi…

    Avez-vous perdu cette fraîcheur à son sujet ?

    – Non, parce que c'est quand même un drôle de joueur. C'est même un superbe joueur. Quand on le voit aux entraînements… Donc, c'est frustrant. On se dit que si on n'a pas la quantité, que l'on ait au moins la qualité, et on verra plus tard pour la quantité. C'est un joueur unique dans un effectif, il est important d'en tenir compte.

    Gourcuff semble populaire dans le vestiaire quand il joue, moins quand il retarde ses reprises après ses blessures ?

    Mais à Bastia (0-0, 22 novembre), il n'y est pour rien ! Il a eu mal, une petite rechute, et on ne peut pas encore le mettre sur le terrain. Si les autres joueurs sont frustrés par ses absences, c'est justement parce qu'ils ne sont pas cons, ils savent qu'il peut leur faire gagner des matches. Quand je suis arrivé, je ne dis pas, il y avait peut-être une distance, mais il a fait des efforts pour aller vers les autres et il n'y a plus aucun souci. Baisser son salaire était aussi un geste vers les autres, alors qu'il n'y était pas obligé. Le problème, d'une manière générale, est qu'il a perdu confiance en son corps. Pour la retrouver, il faut qu'il enchaîne les matches. Dans son jeu, il n'y a pas de problème, on voit que tout revient naturellement, à chaque fois, mais c'est son corps qui le trahit.

    Sur le jeu, qu'est-ce qui vous a le plus satisfait. Le losange ?

    – Le losange, c'est juste un moyen. Ce qui est intéressant, ce sont les relations techniques que l'on a trouvées, et la stabilisation de notre défense. Depuis quelque temps, Anthony Lopes a moins besoin d'être le sauveur de l'équipe chaque semaine. Le travail d'équilibre de notre milieu est important. Et de replacement des trois de devant aussi. Pour continuer à jouer à deux, il faut défendre.

    Didier Deschamps a dit qu'Alexandre Lacazette n'était pas fait pour jouer seul en pointe ?

    – Didier a souvent raison (sourires).

    Le derby peut faire une vraie différence par rapport à votre bilan à l'extérieur, à votre ambition et votre classement ?

    – Notre série de dix matches sans défaite nous donne confiance, mais on doit s'améliorer sur notre production à l'extérieur, où je nous trouve frileux. Mais un derby, c'est autre chose. L'identité lyonnaise est une force. Les gars sont convaincus qu'ils peuvent faire un truc à Geoffroy-Guichard. C'est une exigence, parce que ce qu'ont fait les autres, vingt ans sans perdre, c'est incroyable. Mais si cela met un peu de pression, c'est une force, aussi… »

    VINCENT DULUC

    (*) Au soir de la défaite face à Lens (0-1), Maxime Gonalons avait lancé : « La préparation n'a pas été en adéquation avec le haut niveau. »

  • #2
    Sympa comme interview. Comme souvent avec Hubert qui parle souvent sans langue de bois.

    Je trouve bien aussi qu'il nous trouve frileux à l'exterieur, car en effet il y a des choses a faire pour être meilleur. On sent pas un mec qui se satisfait, qui se repose sur ses lauriers... c'est positif. Comme la gestion du cas Gourcuff selon moi.

    Commentaire


    • #3
      S'il trouve l'équipe frileuse, c'est à lui de la pousser, il est le coach...
      Envoyé par anthoto1
      Michy à 40M€, c'est de la science-fiction absolue. :fier:

      Commentaire


      • #4
        C´est clair, la frilosité, je la vois dans les compo de Fournier avant de les voir sur le terrain.
        Bon, cela dit, je ne suis pas son plus grand fan mais je reconnais qu´il apporte certaines choses.
        Je pense par exemple qu´il en impose plus au joueur que Garde, qui selon moi nña pas la personnalité pour être sur un banc.
        Vade retro Génésio.

        Commentaire


        • #5
          Super intéressant, à l'image de ses six premiers mois ici finalement.

          Commentaire


          • #6
            Un vrai régale de lire ses interviews, rarement des sous-entendus, il aborde les sujets franchement.
            J'aime le recul qu'il prend sur la situation et il a une bonne analyse, il est lucide, il ne se voile pas la face.

            Pour ce qu'il dit sur notre niveau à l'extérieur, il y a peut être de la frilosité de la part des joueurs, mais ça se ressent aussi dans ses compos, c'est à lui de transmettre la win aux joueurs hors de nos bases et ça passe par une compo et tactique ambitieuses !

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par Alcatel Voir le message
              S'il trouve l'équipe frileuse, c'est à lui de la pousser, il est le coach...
              Il a été échaudé par la furia messine.

              Commentaire


              • #8
                Et ses compos de merde à l'extérieur, elles sont pas frileuses peut être

                J'avais prédit les purges à Nantes et Bastia en voyant la compo, aucune surprise là dessus.

                Et si Gourcuff ne joue pas il est encore capable de nous mettre Malbranque en 10 ou N'Jie en titulaire à Sainté.

                Commentaire


                • #9
                  Bah tu sais ce qu'il te reste à faire Hubert !!! Les massacrer dans leur casserole moisie et sale ! Allez :diable:
                  Envoyé par Euggy 69
                  A GG y'a pas de toilettes les gens se chient dessus, surtout quand l'OL vient

                  Commentaire

                  Chargement...
                  X