Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Nouvelle manche du match Puel-OL au tribunal

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Nouvelle manche du match Puel-OL au tribunal

    L'ancien entraîneur du club lyonnais conteste les conditions de son licenciement, un an avant le terme de son contrat, en juin 2011.

    C'est un litige qui s'éternise. Les avocats de l’Olympique lyonnais et de Claude Puel se sont une nouvelle fois affrontés en justice mardi, l’ex-entraîneur réclamant à son ancien club près de sept millions d’euros. L’audience devant la chambre sociale de la cour d’appel de Lyon a duré près de quatre heures, en présence de Jean-Michel Aulas, président de l’OL, et de Claude Puel.

    Le 27 mars 2013, le conseil des prud’hommes de Lyon avait débouté celui-ci de sa demande d’indemnisation pour «rupture abusive de contrat» et il avait fait appel. Claude Puel réclame quelque 3,5 millions d’euros au titre des salaires restant dus, ainsi que 1,65 million pour préjudice moral et personnel et 1,58 million pour non-paiement de la prime d’ancienneté. «Il a été mis dehors à cause des résultats sportifs, tout le reste n’a été qu’un habillage, a plaidé son avocat, Me Olivier Martin.

    Embauché en 2008 pour quatre ans, l'ancien entraîneur de Monaco et Lille, avait été licencié en juin 2011, un an avant le terme de son contrat. Selon son avocat, le conflit aurait dû passer par une procédure disciplinaire auprès de la commission juridique de la Ligue de football professionnel, en vertu d’une charte faisant office de convention collective.

    Devant son client au visage fermé, Me Martin a dressé le portrait d’un «manager général à l’anglaise» qui aurait affronté un contexte difficile, dans «un club qui use», marqué par une valse des entraîneurs. Dans une analyse radicalement opposée, Me Joseph Aguera, conseil de l’OL, a comparé la situation de M. Puel à celle d’un cadre dirigeant dans une entreprise de 300 salariés aux enjeux économiques importants. «Quelqu’un de très haut niveau qui a cru que l’entreprise où il arrivait devait s’adapter à son caractère un peu prétentieux, sûr de lui», a argumenté l’avocat.

    Au-delà des relations conflictuelles dans un contexte sportif tendu, l’affaire porte plus précisément sur un courriel du 18 mai 2011. Quelques jours avant une rencontre décisive, le président Aulas suggère à son entraîneur de «mettre tout en oeuvre pour sortir de cette spirale» et lui demande une réponse par mail, qui ne vient pas. Dans leur jugement, les Prud’hommes avaient vu là une «insubordination caractérisée».

    «Il ne répond pas car ce n’était pas un mode usuel de communication», a plaidé en appel l’avocat de M. Puel. Depuis septembre 2010, les mails du président restaient sans réponse, a rétorqué Me Aguera. Le dernier aurait été la goutte d’eau: «vous avez piétiné la relation de travail, s’affranchir du lien de subordination, c’est la faute grave», a-t-il conclu. La cour d'appel a fixé sa décision au 10 février prochain.

    http://www.leprogres.fr/rhone/2014/12/02/claude-puel
    Se bercer d'illusions est le meilleur moyen d'être déçu.

  • #2
    Envoyé par Eugène Tooms Voir le message
    L'ancien entraîneur du club lyonnais conteste les conditions de son licenciement, un an avant le terme de son contrat, en juin 2011.

    C'est un litige qui s'éternise. Les avocats de l’Olympique lyonnais et de Claude Puel se sont une nouvelle fois affrontés en justice mardi, l’ex-entraîneur réclamant à son ancien club près de sept millions d’euros. L’audience devant la chambre sociale de la cour d’appel de Lyon a duré près de quatre heures, en présence de Jean-Michel Aulas, président de l’OL, et de Claude Puel.

    Le 27 mars 2013, le conseil des prud’hommes de Lyon avait débouté celui-ci de sa demande d’indemnisation pour «rupture abusive de contrat» et il avait fait appel. Claude Puel réclame quelque 3,5 millions d’euros au titre des salaires restant dus, ainsi que 1,65 million pour préjudice moral et personnel et 1,58 million pour non-paiement de la prime d’ancienneté. «Il a été mis dehors à cause des résultats sportifs, tout le reste n’a été qu’un habillage, a plaidé son avocat, Me Olivier Martin.

    Embauché en 2008 pour quatre ans, l'ancien entraîneur de Monaco et Lille, avait été licencié en juin 2011, un an avant le terme de son contrat. Selon son avocat, le conflit aurait dû passer par une procédure disciplinaire auprès de la commission juridique de la Ligue de football professionnel, en vertu d’une charte faisant office de convention collective.

    Devant son client au visage fermé, Me Martin a dressé le portrait d’un «manager général à l’anglaise» qui aurait affronté un contexte difficile, dans «un club qui use», marqué par une valse des entraîneurs. Dans une analyse radicalement opposée, Me Joseph Aguera, conseil de l’OL, a comparé la situation de M. Puel à celle d’un cadre dirigeant dans une entreprise de 300 salariés aux enjeux économiques importants. «Quelqu’un de très haut niveau qui a cru que l’entreprise où il arrivait devait s’adapter à son caractère un peu prétentieux, sûr de lui», a argumenté l’avocat.

    Au-delà des relations conflictuelles dans un contexte sportif tendu, l’affaire porte plus précisément sur un courriel du 18 mai 2011. Quelques jours avant une rencontre décisive, le président Aulas suggère à son entraîneur de «mettre tout en oeuvre pour sortir de cette spirale» et lui demande une réponse par mail, qui ne vient pas. Dans leur jugement, les Prud’hommes avaient vu là une «insubordination caractérisée».

    «Il ne répond pas car ce n’était pas un mode usuel de communication», a plaidé en appel l’avocat de M. Puel. Depuis septembre 2010, les mails du président restaient sans réponse, a rétorqué Me Aguera. Le dernier aurait été la goutte d’eau: «vous avez piétiné la relation de travail, s’affranchir du lien de subordination, c’est la faute grave», a-t-il conclu. La cour d'appel a fixé sa décision au 10 février prochain.

    http://www.leprogres.fr/rhone/2014/12/02/claude-puel
    vu l'état de nos finances , le moindre euro à sortir pour le claude sera un euro de trop
    Allez l'OL , aller chercher le 8ème Titre :lov:

    Commentaire


    • #3
      Entre lui et Yoann c'est la course à celui qui va prendre le plus de tunes !!!!!!

      2 beaux escrocs , les garçons !!!

      Commentaire


      • #4
        Puel arrive et se voit confier les pleins pouvoirs d'un manager "à l'anglaise" (dixit son avocat) dans un club qui domine le championnat et possède, de loin

        encore, le meilleur effectif et les meilleures structures.
        Pour quel bilan ? Aucun titre, des recrutements nullissimes, des pertes financières qui s'accumulent (presque tous les "joueurs" qu'il aura recruté seront revendus à perte).

        N'importe quel homme digne aurait démissionné, mais Puel est indigne. Car son travail objectivement lamentable lui rapporte 11,5 millions d'€. 300 années de salaire de prof agrégé.

        Le voir aller aux prud'hommes, puis faire appel, est un véritable scandale. Il ose même demander, en plus, 550 ans de SMIC. Dont 1,6M pour "préjudice moral" (il a immédiatement retrouvé un travail de consultant certainement très bien payé malgré ses 100 mots de vocabulaire). Et 1,5M€ de prime d'ancienneté pour... 3 ans d'"activité" !

        Ça pourrait sembler ridicule et risible si ça n'était pas aussi abject.

        Franchement la cour d'appel devrait le condamner pour procédure abusive et pour avoir détourné de sa mission une institution (les prud'hommes) dont le but est de défendre les travailleurs et non les sous-merdes de son espèce.

        Commentaire


        • #5
          Envoyé par Deuzio Voir le message
          Puel arrive et se voit confier les pleins pouvoirs d'un manager "à l'anglaise" (dixit son avocat) dans un club qui domine le championnat et possède, de loin

          encore, le meilleur effectif et les meilleures structures.
          Pour quel bilan ? Aucun titre, des recrutements nullissimes, des pertes financières qui s'accumulent (presque tous les "joueurs" qu'il aura recruté seront revendus à perte).

          N'importe quel homme digne aurait démissionné, mais Puel est indigne. Car son travail objectivement lamentable lui rapporte 11,5 millions d'€. 300 années de salaire de prof agrégé.

          Le voir aller aux prud'hommes, puis faire appel, est un véritable scandale. Il ose même demander, en plus, 550 ans de SMIC. Dont 1,6M pour "préjudice moral" (il a immédiatement retrouvé un travail de consultant certainement très bien payé malgré ses 100 mots de vocabulaire). Et 1,5M€ de prime d'ancienneté pour... 3 ans d'"activité" !

          Ça pourrait sembler ridicule et risible si ça n'était pas aussi abject.

          Franchement la cour d'appel devrait le condamner pour procédure abusive et pour avoir détourné de sa mission une institution (les prud'hommes) dont le but est de défendre les travailleurs et non les sous-merdes de son espèce.
          J'aurais pas dit mieux !

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par chris64 Voir le message
            vu l'état de nos finances , le moindre euro à sortir pour le claude sera un euro de trop
            Je me trompe peut-être mais je pense que les sommes demandées par Puel et son avocat, et que l'OL risque donc de payer si le jugement est défavorable, ont été budgétisées dans un sorte de "fonds de réserve" dédié (c'est souvent ce qui est fait dans de telles circonstances). ça fait tellement longtemps que ce procès est en cours que l'on connait parfaitement les sommes en jeu.
            (et en cas de procès victorieux, c'est une belle petite somme qui redeviendrait utilisable).

            Envoyé par Deuzio Voir le message
            Puel arrive et se voit confier les pleins pouvoirs d'un manager "à l'anglaise" (dixit son avocat) dans un club qui domine le championnat et possède, de loin

            encore, le meilleur effectif et les meilleures structures.
            Pour quel bilan ? Aucun titre, des recrutements nullissimes, des pertes financières qui s'accumulent (presque tous les "joueurs" qu'il aura recruté seront revendus à perte).

            N'importe quel homme digne aurait démissionné, mais Puel est indigne. Car son travail objectivement lamentable lui rapporte 11,5 millions d'€. 300 années de salaire de prof agrégé.

            Le voir aller aux prud'hommes, puis faire appel, est un véritable scandale. Il ose même demander, en plus, 550 ans de SMIC. Dont 1,6M pour "préjudice moral" (il a immédiatement retrouvé un travail de consultant certainement très bien payé malgré ses 100 mots de vocabulaire). Et 1,5M€ de prime d'ancienneté pour... 3 ans d'"activité" !

            Ça pourrait sembler ridicule et risible si ça n'était pas aussi abject.

            Franchement la cour d'appel devrait le condamner pour procédure abusive et pour avoir détourné de sa mission une institution (les prud'hommes) dont le but est de défendre les travailleurs et non les sous-merdes de son espèce.
            C'est exactement ça. on peut être teigneux, obstiné, etc... mais réclamer de telles sommes quand on a failli dans sa mission, alors que le club a consenti d'énormes efforts pour lui, c'est de l'indécence et du mépris (à commencer par l'étape "préjudice moral" comme tu le dis si bien).

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par Deuzio Voir le message
              Puel arrive et se voit confier les pleins pouvoirs d'un manager "à l'anglaise" (dixit son avocat) dans un club qui domine le championnat et possède, de loin

              encore, le meilleur effectif et les meilleures structures.
              Pour quel bilan ? Aucun titre, des recrutements nullissimes, des pertes financières qui s'accumulent (presque tous les "joueurs" qu'il aura recruté seront revendus à perte).

              N'importe quel homme digne aurait démissionné, mais Puel est indigne. Car son travail objectivement lamentable lui rapporte 11,5 millions d'€. 300 années de salaire de prof agrégé.

              Le voir aller aux prud'hommes, puis faire appel, est un véritable scandale. Il ose même demander, en plus, 550 ans de SMIC. Dont 1,6M pour "préjudice moral" (il a immédiatement retrouvé un travail de consultant certainement très bien payé malgré ses 100 mots de vocabulaire). Et 1,5M€ de prime d'ancienneté pour... 3 ans d'"activité" !

              Ça pourrait sembler ridicule et risible si ça n'était pas aussi abject.

              Franchement la cour d'appel devrait le condamner pour procédure abusive et pour avoir détourné de sa mission une institution (les prud'hommes) dont le but est de défendre les travailleurs et non les sous-merdes de son espèce.
              C'est exactement ça, et encore plus pour la phrase en rouge.

              D'ailleurs c'est fou que ce mec sans face continue son escroquerie permanente : Après Lille, Lyon et Nice, 3 clubs dont les supporters ne peuvent plus le voir en peinture.
              "La mort fait l'éloge de la vie comme la nuit celle du jour"

              Commentaire


              • #8
                Il est clair que vu la juridiction particulière que constitue le conseil des prud'hommes (juges élus représentants des patrons et des salariés), et vu le taux extrêmement fort d'infirmation ( plus de 70%) des jugements de première instance par la Cour d'appel (juges professionnels), c'était loin d'être gagné.

                Le Conseil des Prud'hommes est une juridiction très idéologique. Le juge patron soutient le patron, le juge salarié le salarié, et le problème doit souvent être tranché par un juge pro dès la première instance. Ici ça n'a pas été le cas. On peut penser que le juge patron a évidemment soutenu Aulas et que le juge salarié ne s'est pas ému de la situation de Puel qui n'est pas vraiment un salarié comme les autres (il était peut être même supporter de l'OL).

                Toujours est-il qu'en appel, foin de tout ça. Les juges pro vont se concentrer sur le contrat et vont se demander si les agissements de Puel ont été de nature à briser le contrat, de tel sorte que son indemnité ne puisse lui être dûe. A mon sens, si le seul élément matériel qu'on a c'est ce courriel, c'est pas gagné. Je pense que le but c'est d'éviter au moins le paiement du préjudice moral.
                Andrea Pirlo : "Malbranque a Lione era seduto accanto a noi anche sul pullman"

                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par Deuzio Voir le message

                  [...]

                  Ça pourrait sembler ridicule et risible si ça n'était pas aussi abject.

                  Franchement la cour d'appel devrait le condamner pour procédure abusive et pour avoir détourné de sa mission une institution (les prud'hommes) dont le but est de défendre les travailleurs et non les sous-merdes de son espèce.
                  Je ne suis pas là pour défendre Puel mais comme tout salarié il a le droit de se défendre et de demander des préjudices. Seule la justice pourra décider s'il a le droit ou pas.
                  Bien sur que je trouve les sommes énormes, mais nous sommes dans le football et les montant ne sont plus les mêmes !
                  Claudio reviens !!!!

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par MrMonplaisir Voir le message
                    Il est clair que vu la juridiction particulière que constitue le conseil des prud'hommes (juges élus représentants des patrons et des salariés), et vu le taux extrêmement fort d'infirmation ( plus de 70%) des jugements de première instance par la Cour d'appel (juges professionnels), c'était loin d'être gagné.

                    Le Conseil des Prud'hommes est une juridiction très idéologique. Le juge patron soutient le patron, le juge salarié le salarié, et le problème doit souvent être tranché par un juge pro dès la première instance. Ici ça n'a pas été le cas. On peut penser que le juge patron a évidemment soutenu Aulas et que le juge salarié ne s'est pas ému de la situation de Puel qui n'est pas vraiment un salarié comme les autres (il était peut être même supporter de l'OL).

                    Toujours est-il qu'en appel, foin de tout ça. Les juges pro vont se concentrer sur le contrat et vont se demander si les agissements de Puel ont été de nature à briser le contrat, de tel sorte que son indemnité ne puisse lui être dûe. A mon sens, si le seul élément matériel qu'on a c'est ce courriel, c'est pas gagné. Je pense que le but c'est d'éviter au moins le paiement du préjudice moral.
                    Si ça à été le cas ; un juges départiteur à été nommé dans le dossier en première instance (gagné par l'OL)
                    Se bercer d'illusions est le meilleur moyen d'être déçu.

                    Commentaire


                    • #11
                      Envoyé par MrMonplaisir Voir le message
                      Il est clair que vu la juridiction particulière que constitue le conseil des prud'hommes (juges élus représentants des patrons et des salariés), et vu le taux extrêmement fort d'infirmation ( plus de 70%) des jugements de première instance par la Cour d'appel (juges professionnels), c'était loin d'être gagné.

                      Le Conseil des Prud'hommes est une juridiction très idéologique. Le juge patron soutient le patron, le juge salarié le salarié, et le problème doit souvent être tranché par un juge pro dès la première instance. Ici ça n'a pas été le cas. On peut penser que le juge patron a évidemment soutenu Aulas et que le juge salarié ne s'est pas ému de la situation de Puel qui n'est pas vraiment un salarié comme les autres (il était peut être même supporter de l'OL).

                      Toujours est-il qu'en appel, foin de tout ça. Les juges pro vont se concentrer sur le contrat et vont se demander si les agissements de Puel ont été de nature à briser le contrat, de tel sorte que son indemnité ne puisse lui être dûe. A mon sens, si le seul élément matériel qu'on a c'est ce courriel, c'est pas gagné. Je pense que le but c'est d'éviter au moins le paiement du préjudice moral.
                      Si mes souvenirs ne me trahissent pas, il a été fait appel au juge départiteur faute de majorité.

                      Il me semble que cela améliore la situation du club en appel : le premier jugement a été établi par un juge professionnel et (toujours de mémoire), il y avait une argumentation juridique assez fouillée.

                      Il reste que cela ne préjuge en rien de la décision de la Cour d'Appel.

                      ===


                      Il est probable que des provisions ont été passées pour couvrir le litige. Il est moins évident qu'elles l'aient été à hauteur des demandes de Puel.

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par Lyonnais921 Voir le message
                        Si mes souvenirs ne me trahissent pas, il a été fait appel au juge départiteur faute de majorité.
                        Oui ça me revient maintenant.
                        Andrea Pirlo : "Malbranque a Lione era seduto accanto a noi anche sul pullman"

                        Commentaire


                        • #13
                          Envoyé par Edmond_Wells Voir le message
                          Je ne suis pas là pour défendre Puel mais comme tout salarié il a le droit de se défendre et de demander des préjudices. Seule la justice pourra décider s'il a le droit ou pas.
                          Bien sur que je trouve les sommes énormes, mais nous sommes dans le football et les montant ne sont plus les mêmes !
                          Je ne parlais pas du fond de l'affaire. Il est peut-être dans son bon droit je m'en fiche. C'est une question d'honneur : quand on a déjà touché 11,5 M€ pour du mauvais travail, on a la décence de s'en aller sur la pointe des pieds.

                          Pour la cour d'appel, ce serait l'occasion de rendre un jugement qui ferait jurisprudence : condamner Puel ce serait montrer que l'indécence a un prix. Lui rappeler par exemple que le salaire moyen est de 1600€ en France et que les gens qui touchent ce salaire remplissent leurs objectifs beaucoup mieux que lui.

                          J'entends partout dire que l'époque manque de repères et de valeurs : voilà l'occasion des les rappeler.

                          Commentaire


                          • #14
                            Envoyé par Edmond_Wells Voir le message
                            Je ne suis pas là pour défendre Puel mais comme tout salarié il a le droit de se défendre et de demander des préjudices. Seule la justice pourra décider s'il a le droit ou pas.
                            Bien sur que je trouve les sommes énormes, mais nous sommes dans le football et les montant ne sont plus les mêmes !
                            ben non c pas un salarié comme les autres...c'est un millionnaire le gars et grace à l OL de surcroit
                            pour quel resultat sportif/professionnel ?

                            la démarche est lamentable ..pignouf de puel

                            Commentaire


                            • #15
                              Envoyé par zebubu69 Voir le message
                              ben non c pas un salarié comme les autres...c'est un millionnaire le gars et grace à l OL de surcroit
                              pour quel resultat sportif/professionnel ?

                              la démarche est lamentable ..pignouf de puel
                              Les revenus n'ont pas à entrer en compte dans les conflits entre un entreprise et ses salariés. Si un salaire est payé, c'est que les deux partis se sont mis d'accord dessus. Donc là-dessus, Eugène a raison.

                              Des mecs comme Puel, qui ont fait un boulot de merde et qui vont aux Prudhommes pour contester leur licenciement ou bien gratter quelques miettes, ça existe et ça se trouve de partout, dans toutes les villes et toutes les boites.

                              Et les "vilains" patrons sont confrontés au quotidien à ce type d'emmerdeurs de première, dont un certain nombre n'hésite pas à faire appel à l'aide ou la complicité de syndicats plus ou moins bien intentionnés... voila voila... deux poids/deux mesures ?
                              On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                              Commentaire


                              • #16
                                Envoyé par Deuzio Voir le message
                                Puel arrive et se voit confier les pleins pouvoirs d'un manager "à l'anglaise" (dixit son avocat) dans un club qui domine le championnat et possède, de loin

                                encore, le meilleur effectif et les meilleures structures.
                                Pour quel bilan ? Aucun titre, des recrutements nullissimes, des pertes financières qui s'accumulent (presque tous les "joueurs" qu'il aura recruté seront revendus à perte).

                                N'importe quel homme digne aurait démissionné, mais Puel est indigne. Car son travail objectivement lamentable lui rapporte 11,5 millions d'€. 300 années de salaire de prof agrégé.

                                Le voir aller aux prud'hommes, puis faire appel, est un véritable scandale. Il ose même demander, en plus, 550 ans de SMIC. Dont 1,6M pour "préjudice moral" (il a immédiatement retrouvé un travail de consultant certainement très bien payé malgré ses 100 mots de vocabulaire). Et 1,5M€ de prime d'ancienneté pour... 3 ans d'"activité" !

                                Ça pourrait sembler ridicule et risible si ça n'était pas aussi abject.

                                Franchement la cour d'appel devrait le condamner pour procédure abusive et pour avoir détourné de sa mission une institution (les prud'hommes) dont le but est de défendre les travailleurs et non les sous-merdes de son espèce.
                                Le préjudice moral, c'est aussi pour le fait que tout le monde à Lyon souhaite lui mettre des giffles aujourd'hui et que toi et moi discutons de cette imposture à 22h un soir sur un forum public accessible à tous, pour reconnaitre la médiocrité du personnage et en parler en termes peu élogieux. Aurait-on fait ça pour un autre type qui gagne 200 fois mois ?
                                J'en doute fort.
                                On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                                Commentaire


                                • #17
                                  Envoyé par Earls court Voir le message
                                  Le préjudice moral, c'est aussi pour le fait que tout le monde à Lyon souhaite lui mettre des giffles aujourd'hui et que toi et moi discutons de cette imposture à 22h un soir sur un forum public accessible à tous, pour reconnaitre la médiocrité du personnage et en parler en termes peu élogieux. Aurait-on fait ça pour un autre type qui gagne 200 fois mois ?
                                  J'en doute fort.
                                  Oui c'est bien ce que je dis quand je parle de ses gains. Qu'un mec qu'on paye 15€/heure fasse du mauvais boulot, c'est concevable : il est mal payé. Quand un mec est employé à 300000 €/mois, on peut attendre de lui un travail de grande qualité non ?

                                  Commentaire


                                  • #18
                                    Envoyé par Earls court Voir le message
                                    Les revenus n'ont pas à entrer en compte dans les conflits entre un entreprise et ses salariés. Si un salaire est payé, c'est que les deux partis se sont mis d'accord dessus. Donc là-dessus, Eugène a raison.

                                    Des mecs comme Puel, qui ont fait un boulot de merde et qui vont aux Prudhommes pour contester leur licenciement ou bien gratter quelques miettes, ça existe et ça se trouve de partout, dans toutes les villes et toutes les boites.

                                    Et les "vilains" patrons sont confrontés au quotidien à ce type d'emmerdeurs de première, dont un certain nombre n'hésite pas à faire appel à l'aide ou la complicité de syndicats plus ou moins bien intentionnés... voila voila... deux poids/deux mesures ?
                                    Je prends en compte la position selon laquelle les revenus n'ont pas à entrer en compte dans ce genre de situation, et je comprends les principes qui sous-tendent cet avis. Mais ça résiste très mal à la réalité pratique malgré tout. Qu'un smicard vienne emmerder pour gratter quand il se fait licencier, c'est aussi parce qu'être sans travail peut le foutre dans la merde lui et sa famille. Alors ça peut aussi être quelqu'un de mauvaise foi, de radin, de borné, ou tout ce que tu veux, ça reste différent. Même une personne de "classe moyenne" qui voudrait "profiter" de la situation pour gratter un peu, on peut critiquer, mais ça reste bien différent.

                                    Dans le cas d'une personne riche à plusieurs dizaines de millions comme Puel, on est dans un autre registre : l'avarice, et l'orgueil, à niveau qui pète vraiment le plafond. Ce qui distingue les deux, et qui je te l'accorde est difficilement intégrable dans les lois qui font le droit, est le sens de la mesure, qui malheureusement s'effrite souvent à mesure qu'on monte dans la hiérarchie sociale. Une sorte de "bon sens", qu'Orwell décrit avec sa notion de "common decency".

                                    Donc si on se place uniquement dans le sens du droit en "niant la réalité humaine et sociale" oui, tout salarié peut se défendre, etc. Mais c'est quand même ne pas tenir compte de données essentielles dans cette situation, qui font que défendre Puel dans sa démarche est quand même un peu abusé.

                                    Commentaire


                                    • #19
                                      J'ai beau détester Puel (et je pèse mes mots), on lit des trucs assez incroyables...

                                      Les Prud'hommes n'ont pas le rôle des syndicats. Et il a parfaitement le droit de contester son licenciement, a fortiori dans la mesure où celui-ci est très "borderline" (que ça vous plaise ou non; et là encore j'étais 1000 fois pour qu'on le vire).

                                      MrMonplaisir a tout à fait raison également.

                                      Bref je décolle j'ai pas le temps de faire plus long, bonne soirée.
                                      Envoyé par stadier
                                      - Upe : ça tiendrait qu'à moi tu serais responsable des Sports sur Canal ...

                                      Commentaire


                                      • #20
                                        Envoyé par Upe Voir le message
                                        J'ai beau détester Puel (et je pèse mes mots), on lit des trucs assez incroyables...

                                        Les Prud'hommes n'ont pas le rôle des syndicats. Et il a parfaitement le droit de contester son licenciement, a fortiori dans la mesure où celui-ci est très "borderline" (que ça vous plaise ou non; et là encore j'étais 1000 fois pour qu'on le vire).

                                        MrMonplaisir a tout à fait raison également.

                                        Bref je décolle j'ai pas le temps de faire plus long, bonne soirée.
                                        Et bien qu'il le conteste, mais en demandant un € symbolique. Mais ça s'apparenterait trop à de la classe. Ce qu'il n'a jamais eu, ni sur, ni en dehors du terrain.

                                        Commentaire


                                        • #21
                                          Envoyé par Earls court Voir le message
                                          Le préjudice moral, c'est aussi pour le fait que tout le monde à Lyon souhaite lui mettre des giffles aujourd'hui et que toi et moi discutons de cette imposture à 22h un soir sur un forum public accessible à tous, pour reconnaitre la médiocrité du personnage et en parler en termes peu élogieux. Aurait-on fait ça pour un autre type qui gagne 200 fois mois ?
                                          J'en doute fort.
                                          Ah bon c'est dû à son licenciement. Première nouvelle.
                                          Envoyé par Moustache qatarie
                                          I'm very sorry for this terrible arbitrage

                                          Commentaire


                                          • #22
                                            Envoyé par Deuzio Voir le message
                                            Oui c'est bien ce que je dis quand je parle de ses gains. Qu'un mec qu'on paye 15€/heure fasse du mauvais boulot, c'est concevable : il est mal payé. Quand un mec est employé à 300000 €/mois, on peut attendre de lui un travail de grande qualité non ?
                                            Non, car tu pars d'un double postulat (erroné) que :
                                            - ces deux personnes font le même travail au même niveau
                                            - le niveau de rémunération est proportionnelle à la qualité du travail fait (ce qui n'est pas toujours le cas)

                                            La rémunération ne dépend que de deux facteurs: ce que l'employeur est prêt à mettre et ce que l'employé est prêt à recevoir.
                                            On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                                            Commentaire


                                            • #23
                                              Envoyé par Siegfried Voir le message
                                              Ah bon c'est dû à son licenciement. Première nouvelle.
                                              Ce n'est pas ce que j'ai dit.
                                              Puel a été très exposé publiquement et depuis son licenciement, l'OL n'a pas toujours eu des mots sympathiques. C'est aussi ça le préjudice moral.
                                              On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                                              Commentaire


                                              • #24
                                                Envoyé par Azatoth Voir le message
                                                Je prends en compte la position selon laquelle les revenus n'ont pas à entrer en compte dans ce genre de situation, et je comprends les principes qui sous-tendent cet avis. Mais ça résiste très mal à la réalité pratique malgré tout. Qu'un smicard vienne emmerder pour gratter quand il se fait licencier, c'est aussi parce qu'être sans travail peut le foutre dans la merde lui et sa famille. Alors ça peut aussi être quelqu'un de mauvaise foi, de radin, de borné, ou tout ce que tu veux, ça reste différent. Même une personne de "classe moyenne" qui voudrait "profiter" de la situation pour gratter un peu, on peut critiquer, mais ça reste bien différent.

                                                Dans le cas d'une personne riche à plusieurs dizaines de millions comme Puel, on est dans un autre registre : l'avarice, et l'orgueil, à niveau qui pète vraiment le plafond. Ce qui distingue les deux, et qui je te l'accorde est difficilement intégrable dans les lois qui font le droit, est le sens de la mesure, qui malheureusement s'effrite souvent à mesure qu'on monte dans la hiérarchie sociale. Une sorte de "bon sens", qu'Orwell décrit avec sa notion de "common decency".

                                                Donc si on se place uniquement dans le sens du droit en "niant la réalité humaine et sociale" oui, tout salarié peut se défendre, etc. Mais c'est quand même ne pas tenir compte de données essentielles dans cette situation, qui font que défendre Puel dans sa démarche est quand même un peu abusé.
                                                Je suis d'accord avec toi: il y a la dimension juridique et le reste.
                                                Ce que fait Puel n'est pas glorieux, surtout au vu des résultats lamentables dans lesquels ils nous a mis, surtout avec le salaire astronomique qu'il a eu. Sauf que d'un point de vue juridique, il a parfaitement le droit et le juge s'attachera à vérifier que le contrat a bien été respecté et que le contrat était bien juste.
                                                On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                                                Commentaire


                                                • #25
                                                  Envoyé par Earls court Voir le message
                                                  Ce n'est pas ce que j'ai dit.
                                                  Puel a été très exposé publiquement et depuis son licenciement, l'OL n'a pas toujours eu des mots sympathiques. C'est aussi ça le préjudice moral.
                                                  Oui enfin il y à rien eu qui dépasse le cadre de la légalité donc ça n'entre pas en compte de façon excessive (d'ailleurs -selon le compte rendu des prud'homme lors du jugement de première instance ça n'avait pas été évoqué par la défense de Puel)
                                                  Se bercer d'illusions est le meilleur moyen d'être déçu.

                                                  Commentaire

                                                  Chargement...
                                                  X