Annonce

Réduire
Aucune annonce.

OL Groupe: informations & débats

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par Hagical Voir le message

    De quoi acquérir Milinkovouch-Savouch, grand espoir expérimenté du FC Grozny
    Tu rigoles mais Jean-Mimi l'a eu au téléphone: il rêve de venir à Lyon jouer la Ligue des Champions
    C'est quand même une journée à 30 Millions

    Commentaire


    • Lyonnais921 .
      Salut, toi qui a les yeux sur le bilan et le CR,
      1- quand tu parles de déficits structurels de 60 millions c'est liés uniquement à notre politique sportive, ou du fait du coup de la dette accumulés par le stade et différents investissements ?
      2- Concernant l'évolution de notre dette, ou est ce que l'on est ? On consacre combien chaque année au remboursement de celle ci et quand peut envisager son paiement définitif ?

      Merci.

      Commentaire


      • Envoyé par tedcanis Voir le message
        Lyonnais921 .
        Salut, toi qui a les yeux sur le bilan et le CR,
        1- quand tu parles de déficits structurels de 60 millions c'est liés uniquement à notre politique sportive, ou du fait du coup de la dette accumulés par le stade et différents investissements ?
        2- Concernant l'évolution de notre dette, ou est ce que l'on est ? On consacre combien chaque année au remboursement de celle ci et quand peut envisager son paiement définitif ?

        Merci.
        Le coût des emprunts, c'est 8 M annuels de charges d'intérêts

        Le reste, c'est quasi intégralement les conséquences de la politique sportive.

        On rembourse autour de 8 M du capital emprunté chaque année.

        A échéance de 2024, il y aura 92 M à rembourser.

        On ne sait pas si le club remboursera tout (ou partie) de ces92 M ou cherchera à renégocier un prêt.

        Commentaire


        • Envoyé par Elano Voir le message

          Ca depend du business plan. De combien ça te coûte, te rapporte, quels financements supplémentaires cet actif te permet d'obtenir etc etc Chaque cas est donc différents, et on ne peut pas comparer l'OL avec Montpellier ou Arsenal.

          La seule chose dont on soit sûr pour l'instant, c'est qu'il a coûté beaucoup plus cher que dans les prévisions de départ (comme souvent cela dit).
          Il y a aussi un élément important, c'est que les revenus du stade sont arrivés dans un contexte d'hyper-inflation. Quand on lance le projet en 2006 pour avoir environ 70 millions d'euros supplémentaire, la ldc rapportait 40 millions et avec 70 millions tu pouvais acheter 2 joueurs de classe mondiale. Aujourd'hui, la ldc rapporte plus que le stade et 70 millions suffit à peine pour un espoir qui a fait 1-2 bonnes saisons. Forcément, le bénéfice est moins important.
          Ca en reste pas moins une formidable assurance vie pour le club. Le foot vit dans une bulle financière alimentée par des actionnaires et des médias qui investissent à perte soit dans leur club, soit dans les droits télés. Je suis convaincu que ça va exploser un jour, et l'OL avec son stade et son centre de formation passera mieux cette crise que d'autres clubs.
          Allez l'OL !!!

          Commentaire


          • Envoyé par topofnet1 Voir le message

            Il y a aussi un élément important, c'est que les revenus du stade sont arrivés dans un contexte d'hyper-inflation. Quand on lance le projet en 2006 pour avoir environ 70 millions d'euros supplémentaire, la ldc rapportait 40 millions et avec 70 millions tu pouvais acheter 2 joueurs de classe mondiale. Aujourd'hui, la ldc rapporte plus que le stade et 70 millions suffit à peine pour un espoir qui a fait 1-2 bonnes saisons. Forcément, le bénéfice est moins important.
            Ca en reste pas moins une formidable assurance vie pour le club. Le foot vit dans une bulle financière alimentée par des actionnaires et des médias qui investissent à perte soit dans leur club, soit dans les droits télés. Je suis convaincu que ça va exploser un jour, et l'OL avec son stade et son centre de formation passera mieux cette crise que d'autres clubs.
            tu as raison, mais d un autre coté, cette inflation sert aussi un club comme LYON.

            Je m explique:

            Les charges de fonctionnement et construction ne changent pas, on peut imaginer que les salaires des joueurs augmentent mais pas autant que cette bulle des transferts et le salaire des salarié ( hors joueurs) n augmentent que tres peu.

            Du coup, sans cette bulle des transferts, on aurait eu beaucoup moins d argent pour les Lacazette tolisso diakhaby... du coup juste avec la vente de Diak, on se "paie" 2ans de centre de formation alors que sans cette bulle on aurait pu se "payer" a peine un an....
            Qd on a 1vie meilleure Q les autres on construit 1table+longue pa1cloture+haute

            Commentaire


            • Envoyé par topofnet1 Voir le message

              Il y a aussi un élément important, c'est que les revenus du stade sont arrivés dans un contexte d'hyper-inflation. Quand on lance le projet en 2006 pour avoir environ 70 millions d'euros supplémentaire, la ldc rapportait 40 millions et avec 70 millions tu pouvais acheter 2 joueurs de classe mondiale. Aujourd'hui, la ldc rapporte plus que le stade et 70 millions suffit à peine pour un espoir qui a fait 1-2 bonnes saisons. Forcément, le bénéfice est moins important.
              Ca en reste pas moins une formidable assurance vie pour le club. Le foot vit dans une bulle financière alimentée par des actionnaires et des médias qui investissent à perte soit dans leur club, soit dans les droits télés. Je suis convaincu que ça va exploser un jour, et l'OL avec son stade et son centre de formation passera mieux cette crise que d'autres clubs.
              Je pense au contraire que cette bulle n'explosera jamais. Le foot, c'est le sport planétaire et universel par excellence, et on est très loin d'être à un niveau de saturation: rien que les femmes et l'Asie par exemple, représentent plusieurs milliards de personnes susceptibles d'être passionnés (et consommer) par ce sport.

              Concernant l'inflation par contre, tu as complètement raison, et ce qu'il faut prendre compte, c'est bien d'avantage le différentiel de croissance de revenus avec les clubs concurrents, qui se positionnent sur les mêmes joueurs que nous (en gros, les clubs top 5 à 10 anglais, espagnols, allemands et italiens..., et non pas Nice ou Bordeaux comme on l'entend trop souvent). Et là, on est à la cave complet comparé, ne serait ce qu'aux clubs anglais par exemple. Quand tu vois Lacazette qui rejoint Arsenal, Ndombele Tottenham ou Fékir au Betis, ça veut dire que pour ces joueurs là, dont on a bien pu voir le niveau qu'ils avaient chez nous, il n'y a pas photo entre rester à l'OL, et partir dans ces clubs, où vraisemblablement, ils ne gagneront aucun trophée de plus que nous (c'est à dire 0).

              Commentaire


              • Envoyé par Elano Voir le message

                Je pense au contraire que cette bulle n'explosera jamais. Le foot, c'est le sport planétaire et universel par excellence, et on est très loin d'être à un niveau de saturation: rien que les femmes et l'Asie par exemple, représentent plusieurs milliards de personnes susceptibles d'être passionnés (et consommer) par ce sport.

                ....
                La "bulle" est pour partie nourrie par quelques "ultra-riches" prêts à se payer une renommée (ou une danseuse) grâce au foot. Ceux-là resteront (ou seront remplacés).

                Mais la masse financière la plus importante (en montant annuel) vient des droits télé.

                On ne peut pas exclure, en cas de crise économique mondiale, la faillite d'un des grands opérateurs. Si cela se produit, la masse va drastiquement diminuer et la bulle explosera.

                En dehors de cela, comme les contrats sont sur plusieurs saisons, le marché des transferts aura un peu de temps d'adaptation pour réduire la voilure sans une diminution drastique (division par 2 ou 5) des montants des transferts. En plus, effectivement, il y a encore des zones qui peuvent "payer plus".

                Commentaire


                • Envoyé par Lyonnais921 Voir le message

                  La "bulle" est pour partie nourrie par quelques "ultra-riches" prêts à se payer une renommée (ou une danseuse) grâce au foot. Ceux-là resteront (ou seront remplacés).

                  Mais la masse financière la plus importante (en montant annuel) vient des droits télé.

                  On ne peut pas exclure, en cas de crise économique mondiale, la faillite d'un des grands opérateurs. Si cela se produit, la masse va drastiquement diminuer et la bulle explosera.

                  En dehors de cela, comme les contrats sont sur plusieurs saisons, le marché des transferts aura un peu de temps d'adaptation pour réduire la voilure sans une diminution drastique (division par 2 ou 5) des montants des transferts. En plus, effectivement, il y a encore des zones qui peuvent "payer plus".
                  C'est vrai oui, le "jamais" de ma phrase est de trop.

                  Et pour aller dans ton sens, les opérateurs se plaignent de plus en plus de l'érosion de leurs revenus, du fait à la fois du piratage qui devient de plus en plus qualitatif (on a même le cas d'un piratage d'Etat venant l'Arabie Saoudite contre Bein, qui appartient au Qatar), et de la multiplicité des acteurs qui obligent les consommateurs à payer beaucoup plus cher pour voir les matchs.

                  On peut donc imaginer qu'on est à un moment un peu charnière: si les opérateurs estiment qu'ils payent beaucoup trop cher comparé à ce que ça leurs rapporte, les droits pourraient diminuer. Ce qui rejoint le cas extrême que tu évoques: un opérateur qui s'est mis dans le rouge et tombe.

                  Commentaire


                  • Envoyé par Lyonnais921 Voir le message
                    Envoyé par Elano Voir le message
                    On a pas encore vu arriver dans le football les nouveaux opérateurs issus du web qui vont aller concurrencer les médias historiques. Dans le tennis par exemple, Amazon Prime a piqué les droits à Eurosport sur la diffusion d'une partie de Roland Garros (après avoir déjà signé pour l'US Open et le Masters). Si c'est gagnant, pas trop de doutes sur le fait qu'ils vont aller sur le terrain de sports encore plus populaires et emmener dans leur sillage des concurrents. Et ces groupes là sont largement plus puissants que la plupart des groupes télé actuels (180 milliards de chiffre d'affaire annuel pour Amazon contre 5 milliards pour canal+ par exemple).

                    Si explosion de la bulle il y a, on peut penser qu'elle atteindra d'abord les petits clubs, et bien plus tard les gros.
                    Plusieurs raisons, notamment :
                    - les contrats de sponsoring (maillot, naming stade...) ont souvent une plus longue durée pour les grandes équipes que pour les petits (genre Nike pour le Barça c'est direct 10 ans de contrat maillot, alors qu'Adidas à l'OL c'est moitié moins, et encore plus réduit pour des clubs plus petits). Donc des gros revenus garantis un certain temps et des renégociations différées).
                    - les droits tv baisseront certainement d'abord sur les divisions inférieures que sur les 1ères divisions ou sur la C1 : canal bien qu'en difficulté est allé récupérer la C1, tête de pont de sa vitrine sport.
                    - les grands clubs continueront de s'acheter entre eux de grands joueurs (parce qu'ils ont les reins solides et que c'est vendeur), alors que les petits clubs joueront davantage la sécurité et limiteront leurs achats risqués, réduiront le nombre de joueurs sous contrat, etc.
                    Libérééééééé, délivréééééééé !

                    Commentaire


                    • Je ne suis pas trop d'accord sur les deux derniers points.

                      La question des droits TV actuellement, c'est la question de mettre beaucoup d'argent pour devenir l'acteur incontournable. Un peu comme dans la livraison de bouffe, les VTC et autres, quitte à faire des pertes, c'est une logique d'être celui qui domine et fait que les concurrents s'écroulent. Be In, par exemple, sauf si je me trompe, ils sont à perte depuis le début. Et ils le sont probablement bien plus à cause des droits TV de compétitions phare, symboliquement importante, mais qui ne rapportent pas autant qu'elles ne coûtent. Les compétitions plus mineures, le coût est bien moins important (si tu compares genre L2 aux sommes pour la L1, la Premier League ou la LDC, c'est peanuts). Et un modèle économique qui regrouperait l'essentiel des divisions "mineures" (et encore, si tu cales du championnat type Portugal ou Pays-Bas ça peut être attractif), c'est la garantie de diffusions qui peuvent te plaire, tandis que pour les plus gros championnats ou LDC, il te faut différents abonnements, ce que tu ne feras pas forcément.
                      La limite actuelle, c'est que ceux qui sont dans la stratégie d'étouffer leur adversaire n'ont pas les ressources pour tout acheter. Si une chaîne te faisait des pertes mais raflait tout, ça serait différent.

                      Concernant les grands clubs, ça dépend du FPF. Ils sont plus dépendants des qualifs en Europe que les petits clubs, qui eux anticipent un budget où il n'y aura pas de LDC. Un club comme le Milan AC, inversement, ils investissent en pensant obtenir la qualif, et se retrouvent derrière dans la merde. Les petits clubs, eux, ont souvent une stratégie moins risquée, car ils ne peuvent quasiment jamais espérer une grosse surprise comme la qualif sortie de nulle part en LDC qui leur filerait plus de 50M€.
                      Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                      Commentaire


                      • Le débat sur la "bulle", droits TV etc. est très intéressant! Je crains aussi que cette bulle n'éclate jamais et qu'on aille vers toujours plus de financiarisation du foot...



                        Envoyé par mcphy Voir le message

                        Oui mais il n y a pas que Montpellier, t as L om qui veut racheter le vel, le PSG qui veut son stade, Nantes également...etc...etc

                        de + en + de club de L1 pensent aujourd hui qu il est indispensable d avoir son propre stade alors que JMA y pensait il y a 10 ou 15ans déja...
                        Bah en gros, avant si t'avais ton stade, c'était un avantage, mais aujourd'hui tous les clubs en veulent un, si bien que ça ne servira plus à rien puisque tout le monde aura son stade... et puis quand on voit les trajectoires de Grenoble, Sedan ou du Mans, je sais pas si c'est bien nécessaire que tout le monde construise un nouveau stade.



                        Envoyé par Lyonnais921 Voir le message
                        Dans la série des jérémiades qui accompagnent la défaite contre Lille, on retrouve les grands classiques (virer les boulets, faire le choix de l'expérience et pas de l'inexpérience, virer JMA le responsable de tout), il y a eu une remarque qui mérite qu'on s'y attarde :

                        "il faudrait un investisseur".

                        On pourrait utilement discuter du risque qu'un tel changement ferait courir à "l'âme du club". Mais on peut déjà voir ce que ça pourrait changer.

                        La première remarque est qu'il lui faudra des sous et pas qu'un peu.

                        Les fonds propres du groupe (la valeur pour les actionnaires) sont de 260 M. Il faut y ajouter les emprunts obligataires convertibles détenus par les actionnaires (50M).

                        Cette valeur est associée à un portefeuille "contrat de joueurs" de 90 M au 30 juin (qui a augmenté après le mercato d'été). Mais ce portefeuille a une valeur marchande estimée (au hors bilan) supérieure à 400 M.

                        En cas de négociation de rachat de la totalité du capital, cet écart ferait partie de la négociation du prix que l'on peut situer raisonnablement entre 300 M (prise en compte de la valeur comptable) et 600 M (prise en compte de la valeur de marché).

                        C'est déjà un montant conséquent.

                        Mais, pour avoir "des conséquences sportives", il faudra aussi que le nouvel actionnaire apporte de l'argent frais supplémentaire (200 M ?).

                        L'ardoise commence à être salée.

                        En plus, l'impact sur les recettes sportives va être limité et celui sur les charges non négligeables (200 M de contrats, c'est 40 à 50 M de charges d'amortissements annuels en plus).

                        On serait alors dans une perspective où le déficit annuel serait plus tôt plus fort mais dégagé du risque de non-qualification pour les poules de LDC.

                        Ce déficit annuel ne pourrait être comblé que par la poursuite de la politique de trading. Ce qui signifie que la stratégie d'achats de contrats devrait être conforme à cette nécessité.

                        Grossièrement, un investisseur fortuné résoudrait le problème du financement des achats de contrat mais laisserait intact la contrainte de l'équilibre annuel du compte de résultat qui ne peut se régler que par le trading.
                        Post intéressant, j'ai toujours été opposé à l'arrivée "d'investisseurs", mais là, plus que jamais!
                        Envoyé par stadier
                        - Upe : ça tiendrait qu'à moi tu serais responsable des Sports sur Canal ...

                        Commentaire


                        • Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
                          Je ne suis pas trop d'accord sur les deux derniers points.
                          La question des droits TV actuellement, c'est la question de mettre beaucoup d'argent pour devenir l'acteur incontournable. Un peu comme dans la livraison de bouffe, les VTC et autres, quitte à faire des pertes, c'est une logique d'être celui qui domine et fait que les concurrents s'écroulent. Be In, par exemple, sauf si je me trompe, ils sont à perte depuis le début. Et ils le sont probablement bien plus à cause des droits TV de compétitions phare, symboliquement importante, mais qui ne rapportent pas autant qu'elles ne coûtent. Les compétitions plus mineures, le coût est bien moins important (si tu compares genre L2 aux sommes pour la L1, la Premier League ou la LDC, c'est peanuts). Et un modèle économique qui regrouperait l'essentiel des divisions "mineures" (et encore, si tu cales du championnat type Portugal ou Pays-Bas ça peut être attractif), c'est la garantie de diffusions qui peuvent te plaire, tandis que pour les plus gros championnats ou LDC, il te faut différents abonnements, ce que tu ne feras pas forcément.
                          La limite actuelle, c'est que ceux qui sont dans la stratégie d'étouffer leur adversaire n'ont pas les ressources pour tout acheter. Si une chaîne te faisait des pertes mais raflait tout, ça serait différent.
                          Les médias quels qu'ils soient se financent sur la publicité. Si le prix d'entrée de la diffusion de la ligue des champions a fortement augmenté ces dernières années, c'est que c'est à coup sûr répercuté par les opérateurs sur les publicités diffusées avant, pendant et après les matches (pour les grands matches type coupe du monde il y a même maintenant des pubs de 1 minute entre les hymnes et le coup d'envoi...). Or, quand on regarde la tendance de la publicité dans le monde, on voit qu'elle est sur une courbe globalement très ascendante. Sur la pub en ligne, ce sont largement les plus gros opérateurs (GAFA) qui soutiennent la hausse. Le pic des recettes pubs ne semble pas du tout en passe d'être atteint.
                          Exemple cet article. Le 1er paragraphe est très parlant.
                          Plusieurs médias perdent sans doute de l'argent sur la retransmission de certaines compétitions, mais tout le monde n'en perd pas, sinon on n'aurait pas de tels montants pour juste du sport.

                          Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
                          Concernant les grands clubs, ça dépend du FPF. Ils sont plus dépendants des qualifs en Europe que les petits clubs, qui eux anticipent un budget où il n'y aura pas de LDC. Un club comme le Milan AC, inversement, ils investissent en pensant obtenir la qualif, et se retrouvent derrière dans la merde. Les petits clubs, eux, ont souvent une stratégie moins risquée, car ils ne peuvent quasiment jamais espérer une grosse surprise comme la qualif sortie de nulle part en LDC qui leur filerait plus de 50M€.
                          Je ne pense pas. Déjà le Milan est l'un des grands clubs les plus désastreusement gérés au monde depuis plusieurs saisons. Par sûr que l'exemple soit très pertinent.
                          Ensuite, les grands clubs ont une force de frappe marketing hors du commun qui assure des revenus de base élevés pour amortir les transferts (genre la Juve qui a vendu 55 000 maillots de de CR7 dans les 3 semaines suivant son arrivée). ça compte.
                          Enfin, les bonnes perfs ne garantissent pas forcément grand chose aux petits clubs sur la durée s'il n'y a pas de confirmation derrière. Montpellier par exemple n'a jamais vraiment capitalisé sur son exploit de 2012. Sur des plus petits clubs, on voit aussi que des clubs peu structurés peuvent être très fragilisés justement par leurs "exploits". La plupart des petits clubs qui ont trop vite grossi n'ont pas réussi à se stabiliser (Luzenac le cas extrême). Je me rappelle aussi le club amateur (Chambéry de mémoire, mais j'ai un doute) qui avait commandé des milliers d'écharpes après 1 ou 2 beaux exploits en CDF. Il ne les ont jamais vendu et ça a fait couler la compta du club... Pour plein de clubs, la perte d'un sponsor ça peut être synonyme de mort du club.
                          Libérééééééé, délivréééééééé !

                          Commentaire


                          • Envoyé par huascaran Voir le message

                            Les médias quels qu'ils soient se financent sur la publicité. Si le prix d'entrée de la diffusion de la ligue des champions a fortement augmenté ces dernières années, c'est que c'est à coup sûr répercuté par les opérateurs sur les publicités diffusées avant, pendant et après les matches (pour les grands matches type coupe du monde il y a même maintenant des pubs de 1 minute entre les hymnes et le coup d'envoi...). Or, quand on regarde la tendance de la publicité dans le monde, on voit qu'elle est sur une courbe globalement très ascendante. Sur la pub en ligne, ce sont largement les plus gros opérateurs (GAFA) qui soutiennent la hausse. Le pic des recettes pubs ne semble pas du tout en passe d'être atteint.
                            Exemple cet article. Le 1er paragraphe est très parlant.
                            Plusieurs médias perdent sans doute de l'argent sur la retransmission de certaines compétitions, mais tout le monde n'en perd pas, sinon on n'aurait pas de tels montants pour juste du sport.
                            Le problème c'est que tu mets un article mais que tu en tires les mauvaises conclusions. Les recettes pubs s'effondrent pour les médias traditionnels et même si la télévision résiste, elle est en mauvaise posture. La croissance provient massivement du numérique et la manne est captée à plus de 90% par Google et Facebook. Les chaînes télés récupèrent un peu de la pub en ligne mais surtout sur les vidéos de rattrapage (donc pas sur le sport). Bein et RMC Sport cumulent des pertes abyssales que la publicité ne peut compenser. Pour Bein, sur 2018, les revenus de l'abonnement étaient chiffrés à 438 M€ et les recettes publicitaires à 18 M€. Il n'y a pas photo... Même la Coupe du monde n'était pas rentable pour TF1, malgré des recettes pubs records.
                            Si les montants sont si élevés c'est parce que des acteurs ont peur de perdre trop, sinon de mourir, s'ils n'ont pas les droits TV. Canal+ n'existe pas sans la ligue 1. SFR a voulu faire du Messier et chasser des abonnés, mais visiblement ça se passe mal. Il y a quelque chose de pourri au royaume du foot business et certains investisseurs se méfient. Il y a une sorte de fuite en avant...

                            https://www.marianne.net/economie/dr...-gonfle-encore
                            https://www.lemonde.fr/economie/arti...1026_3234.html
                            https://bfmbusiness.bfmtv.com/entrep...s-1491705.html
                            https://www.liberation.fr/france/201...bonnes_1744005
                            Plus les pandas sucent vite, plus les lamas crachent loin.

                            Commentaire


                            • Un nouvel exploit de Jean-Michel Ebitda : faire croître une entreprise de spectacle totalement incapable d'en produire.

                              Sûrement le moment pour le Gourou de passer la main.
                              Envoyé par MrMonplaisir
                              Hazard j'avais envie de le buter (...) on aurait dit Ben Arfa par moments.

                              Commentaire


                              • Envoyé par anthoto1 Voir le message
                                Un nouvel exploit de Jean-Michel Ebitda : faire croître une entreprise de spectacle totalement incapable d'en produire.

                                Sûrement le moment pour le Gourou de passer la main.
                                Si c'est le fiston qui reprend la main, pas sûr qu'il faille espérer un quelconque changement (à moins que lui ait envie à son tour de gagner un titre un jour).

                                Commentaire


                                • Envoyé par interactif Voir le message

                                  Si c'est le fiston qui reprend la main, pas sûr qu'il faille espérer un quelconque changement (à moins que lui ait envie à son tour de gagner un titre un jour).
                                  Si c'est Parker ???? tu penses qu'il y aurait du changement
                                  A deceção do Brasil !!!

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par Daymoon69 Voir le message

                                    Si c'est Parker ???? tu penses qu'il y aurait du changement
                                    Parker a pour objectif d'ici 5/10 ans de diriger une franchise NBA (sachant qu'il continue de vivre à San Antonio en tant que Président de l'ASVEL, même en étant un joueur retraité), je ne le vois donc pas dans ce rôle à l'avenir.
                                    Parker est ambitieux sportivement parlant et n'a pas peur des coachs étrangers (qualités) : son défaut c'est le copinage qui l'amène à mettre en place des personnes qui n'ont pas d'expérience sur certains postes et son ingérence dans le sportif sur certains dossiers, ça devrait te rappeler qqun :)

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par interactif Voir le message

                                      Parker a pour objectif d'ici 5/10 ans de diriger une franchise NBA (sachant qu'il continue de vivre à San Antonio en tant que Président de l'ASVEL, même en étant un joueur retraité), je ne le vois donc pas dans ce rôle à l'avenir.
                                      Parker est ambitieux sportivement parlant et n'a pas peur des coachs étrangers (qualités) : son défaut c'est le copinage qui l'amène à mettre en place des personnes qui n'ont pas d'expérience sur certains postes et son ingérence dans le sportif sur certains dossiers, ça devrait te rappeler qqun :)
                                      Ouai ce n'est pas pour demain en tous cas, je te remets un lien interessant pour ta culture OL Groupe ( topic attitré)
                                      https://www.foot01.com/equipe/ol/suc...pas-non,187975

                                      Ce qui est sur, c'est que l'avenir nous le dira, pour info, l'OL apparait sur les maillots de l'ASVEL
                                      https://ldlcasvel.com/lol-devient-sp...asvel-feminin/
                                      c'est une étape avant le grand club omnisports à la mode Barça, perso ça me va, ça fait juste plus de 37 ans que j'attends ça, et tu sais quoi, mon petit doigt me dit qu'il y aura qu'un seul patron à tout ce groupe sportif OL, alors qui ??, on verra bien ;-))
                                      A deceção do Brasil !!!

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par anthoto1 Voir le message
                                        Un nouvel exploit de Jean-Michel Ebitda : faire croître une entreprise de spectacle totalement incapable d'en produire.
                                        Touché. C'est très exactement, en effet, le paradoxe dans lequel nous nous trouvons...

                                        Même si tu pourrais avoir l'honnêteté intellectuelle de reconnaître que la non technicité d'un Tousart est, en soi, spectaculaire

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par Vann Voir le message
                                          Merci pour tes compléments. Je pense que je me suis mal exprimé. C'était plutôt dans la continuité de mon premier post sur le sujet.
                                          Je ne suis clairement pas spécialiste du sujet, mais j'ai l'impression qu'on a d'un côté, les médias traditionnels qui continuent encore à investir dans la diffusion du foot, y compris à perte, avec des montants records pour tenter de ne pas éroder leur image et perdre des téléspectateurs. Sur ce point, ce sont surtout les chaines spécialisées (bein, rmcsport) qui ont l'air fragilisées (peut-être parce que les appels d'offre sont sur des périodes trop courts pour attirer durablement les abonnés ? Avec aussi une audience trop faible à l'échelle française pour générer assez de revenus pub). Et de l'autre, les GAFA en embuscade sont portés par la pub qui leur donne une force de frappe énorme et commencent doucement mais surement à s'intéresser au sport.
                                          A long terme, je vois bien tout le monde glisser vers un forme de diffusion à la demande sur le concept des plateformes. Du genre, bein/canal/youtube(?) achète les droits de la L1 et les revend non pas sur un abonnement annuel, mais plutôt au match (prix variables selon l'affiche). Et en conséquence, peut-être la disparition de chaines spécialisées qui doivent être chères à faire tourner pour 3 téléspectateurs aux heures de faible audience. On voit déjà des matches (vu sur de la youthleague) diffusés en live sur youtube par exemple. C'est peut-être le début de quelque chose.
                                          Libérééééééé, délivréééééééé !

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par ganash69 Voir le message
                                            ps : pour faire plus simple, est-ce l'OL foot masculin qui finance notre développement ou bien notre diversité économique qui finance le club de foot ? Si quelqu'un à l'info, chiffre à l'appui (Lyonnais 921 ?), je suis curieux.
                                            Merci à ceux qui ont essayés de me répondre mais cela reste assez nébuleux. J'ai donc pris la peine d'aller voir l'exercice 2018/2019 publié le 9 octobre dernier.

                                            D'où vient l'argent gagné par l'OL groupe ?

                                            Revenus tirés du foot
                                            - Billeterie : 41.80 M€
                                            - Droits TV & Marketing : 122.00 M€
                                            - Vente de joueurs : 88.20 M€
                                            - produits de la marque : 16.00 M€
                                            Total : 268.00 M€

                                            Revenus autres :
                                            - Events : 9.70 M€
                                            - partenariats/publicités (cette section n'étant pas détaillée on ne sait pas quelle est la part des sponsors liés au sportif uniquement donc je le mets ici) : 31.30 M€
                                            Total : 41.00 M€ (45.70 M€ l'année précédente)

                                            On se rend donc compte que OL groupe dépend encore essentiellement du sportif (87% environ des revenus contre 84% la saison précédente).

                                            Si cette partie est plutôt limpide je dois avouer que la partie dépense est assez opaque.

                                            Par exemple, que doit-on comprendre quand on regarde que le poste le plus impactant (hors remboursements de dettes) qui est celui des charges de personnels et qui augmentent de 15.90 M€ là où la masse salariale (contrats de joueurs) n'augmente que de 7.7 M€ ? Ce n'est pas la gestion d'OL Land puisque celle-ci doit se situer dans les charges opérationnelles courantes je pense ? Existe-t-il un document plus détaillé (je pense que les actionnaires y ont peut-être accès par exemple) ?



                                            Il est arrivé sous les sifflets et partira sous les huées.

                                            Commentaire


                                            • Ganash...non, pas toi
                                              C'est quand même une journée à 30 Millions

                                              Commentaire


                                              • Envoyé par ganash69 Voir le message

                                                Merci à ceux qui ont essayés de me répondre mais cela reste assez nébuleux. J'ai donc pris la peine d'aller voir l'exercice 2018/2019 publié le 9 octobre dernier.

                                                D'où vient l'argent gagné par l'OL groupe ?

                                                Revenus tirés du foot
                                                - Billeterie : 41.80 M€
                                                - Droits TV & Marketing : 122.00 M€
                                                - Vente de joueurs : 88.20 M€
                                                - produits de la marque : 16.00 M€
                                                Total : 268.00 M€

                                                Revenus autres :
                                                - Events : 9.70 M€
                                                - partenariats/publicités (cette section n'étant pas détaillée on ne sait pas quelle est la part des sponsors liés au sportif uniquement donc je le mets ici) : 31.30 M€
                                                Total : 41.00 M€ (45.70 M€ l'année précédente)

                                                On se rend donc compte que OL groupe dépend encore essentiellement du sportif (87% environ des revenus contre 84% la saison précédente).

                                                Si cette partie est plutôt limpide je dois avouer que la partie dépense est assez opaque.

                                                Par exemple, que doit-on comprendre quand on regarde que le poste le plus impactant (hors remboursements de dettes) qui est celui des charges de personnels et qui augmentent de 15.90 M€ là où la masse salariale (contrats de joueurs) n'augmente que de 7.7 M€ ? Ce n'est pas la gestion d'OL Land puisque celle-ci doit se situer dans les charges opérationnelles courantes je pense ? Existe-t-il un document plus détaillé (je pense que les actionnaires y ont peut-être accès par exemple) ?


                                                Salut, ce que tu écris est très logique vu que Ol Land n’a pas encore complètement démarré, le pôle loisir et l’arena vont être créés pour se diversifier du sportif par le biais d’externalisation des revenus, et d’une récurrence des commissions
                                                Je pense qu’une fois le projet bien ficelé ( 2-3ans d’Arena) donc dans à peu près 5 ans, on pourra comparer la part du sportif dans les résultats du groupe et je pense que le ratio sera bien supérieur peut être du 60/40
                                                A deceção do Brasil !!!

                                                Commentaire


                                                • Envoyé par Daymoon69 Voir le message

                                                  Salut, ce que tu écris est très logique vu que Ol Land n’a pas encore complètement démarré, le pôle loisir et l’arena vont être créés pour se diversifier du sportif par le biais d’externalisation des revenus, et d’une récurrence des commissions
                                                  Je pense qu’une fois le projet bien ficelé ( 2-3ans d’Arena) donc dans à peu près 5 ans, on pourra comparer la part du sportif dans les résultats du groupe et je pense que le ratio sera bien supérieur peut être du 60/40
                                                  En partant du postulat que la part sportive du budget n'augmente pas (ce qui reste à confirmer surtout avec l'augmentation des droits TV déjà négociés) il faudrait que la part non sportive augmente de 144 M€ (pour un total de 185 M€) pour atteindre un ratio de 60/40. Ca vous parait réaliste à vous ?

                                                  Pour rappel l'objectif du club à moyen terme (dans les 5 ans) est de passé à 400 M€ de budget, en se basant sur les chiffres publiés en octobre et, encore une fois, en considérant que la part sportive n'augmente pas cela correspondrait à une augmentation du budget non sportif de 91 M€ (soit 33% du budget total)

                                                  Je précise que dans mon calcul de la part non sportive j'y inclus le poste "partenariats/publicités" (la partie Events ne se montant qu'à 10 M€ actuellement).

                                                  Envoyé par Yanloup Voir le message
                                                  Ganash...non, pas toi
                                                  Il est arrivé sous les sifflets et partira sous les huées.

                                                  Commentaire


                                                  • Envoyé par ganash69 Voir le message

                                                    En partant du postulat que la part sportive du budget n'augmente pas (ce qui reste à confirmer surtout avec l'augmentation des droits TV déjà négociés) il faudrait que la part non sportive augmente de 144 M€ (pour un total de 185 M€) pour atteindre un ratio de 60/40. Ca vous parait réaliste à vous ?

                                                    Pour rappel l'objectif du club à moyen terme (dans les 5 ans) est de passé à 400 M€ de budget, en se basant sur les chiffres publiés en octobre et, encore une fois, en considérant que la part sportive n'augmente pas cela correspondrait à une augmentation du budget non sportif de 91 M€ (soit 33% du budget total)

                                                    Je précise que dans mon calcul de la part non sportive j'y inclus le poste "partenariats/publicités" (la partie Events ne se montant qu'à 10 M€ actuellement).



                                                    Non, ça ne me parait pas réaliste.

                                                    J'ai peu d'informations sur ce que l'on peut espérer des hotels, de la clinique et du pôle loisir mais je trouve que 40 M ça serait déjà bien.

                                                    On est plus près des 10 % que des 30 (pour ne rien dire des 40 %).

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X