Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[OL] Articles de presse : Saison 2017/2018 (sans blabla)

Réduire
Ceci est une discussion importante.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Sylvinho has revived Lyon so will Ligue 1 have a title race after all?





    Lyon have won both of their games so far this season and look like a team reborn under their young Brazilian manager




    By Adam White and Eric Devin for Get French Football News

    Adam White and Eric Devin

    Mon 19 Aug 2019 15.17 BST
    Sylvinho, pictured in training, has done a great job so far at Lyon.
    Sylvinho, pictured in training, has done a great job so far at Lyon. Photograph: Romain Lafabregue/AFP/Getty Images
    “Ididn’t think he would be a coach,” explained Gilles Grimandi. “I thought he would be disappointed – that he wouldn’t understand why some people don’t have the same spirit as him, invest as much or work as hard. He has such a passion for football that it takes precedence over everything else.” Despite the concerns of his former Arsenal teammate, his minimal experience, little understanding of French, the sales of key players and a volatile fanbase, Sylvinho looks better suited to coaching than Grimandi expected.

    Lyon are only two games into the season and Sylvinho is rightly cautious about heightened expectation, but the manager has a pair of meaningful victories to his name. Previous incumbent Bruno Génésio suffered through a toxic atmosphere at Parc OL, incessant pressure from fans and media alike, and widespread criticism of his tactical nous. Under Génésio, Lyon repeatedly struggled for inspiration against the more conservative tactics of weaker Ligue 1 sides, while Europa League collapses horribly punctuated his tenure. Lyon often lacked ideas and cohesion, but that has already started to change under Sylvinho. European roundup: Rennes shock PSG, Trippier impresses for Atlético



    Read more
    A week on from beating Monaco 3-0, Lyon tore a normally well drilled, pragmatic and competitive Angers team apart on Friday night. Their free-flowing 6-0 win was enabled by the unchecked guile and grace of Houssem Aouar, the dynamism of Thiago Mendes and the clinical finishing of Moussa Dembélé – all attributes that were frustratingly intermittent under Genesio. Lyon created chances when they pleased and were five up just after half-time. Memphis Depay, even caught pressing at times, also impressed with a brace and a superb assist for summer addition Jean Lucas.

    Their new back four is still settling – centre-back Joachim Andersen joined from Sampdoria this summer along with full-back Youssouf Koné from Lille – but Lyon already appear sharper, more precise and more assured. Although Génésio scarcely deserved the level of criticism he received – fan groups spent nearly two seasons pursuing his sacking even though he had pulled off marquee victories over Manchester City and PSG – these wins, however, feel very different.

    Advertisement

    Although a managerial change was needed, Lyon’s astute scouting and transfer policy remain in evidence. Ferland Mendy’s transfer to Real Madrid has yet to be felt after the prudent addition of Koné, who helped Lille to second last season alongside Thiago Mendes who long provided Lille with a ferocious, all-action midfield presence even when they dropped into the bottom three under Marcelo Bielsa. Largely unheralded after Nicolas Pépé’s breakthrough year, the Brazilian midfielder should amply cover for the loss of Tanguy Ndombele to Tottenham.

    Sylvinho will be hoping former Arsenal attacker Jeff Reine-Adélaïde, who joined from Angers last week, will aid Aouar in filling the void left by captain Nabil Fekir’s surprise move to Real Betis. Emerging at the end of last season as he moved from a wing position, his impact often sporadic, to an attacking midfield role, Reine-Adélaïde’s ability to carry the ball from deep and create with his pace and vision will provide further potency to OL’s attack, with assets the squad are lacking. At just 21, and after a steep rise of late, he has the potential and ability to become the next young Ligue 1 talent to explode on the European scene.



    Compared to Genesio’s passionate, one-club-man persona, Sylvinho’s more thoughtful attitude is starting to take hold. He is a considered, thoughtful student of the game, who constantly records his thoughts in a notebook at training. “I write down names, concepts, defensive tasks, notes on attacking, meeting topics, ideas …” he has said. “It’s a part of my life; even my wife does not touch this notebook!”

    Crucial to Sylvinho’s continued early success will be the role of club legend Juninho, who appointed him. Regarded as the club’s greatest ever player, the free-kick maestro has returned as sporting director. He carries considerable goodwill from Lyon’s vociferous fanbase – a huge tifo celebrated his return before the Angers game. It remains early, but the atmosphere has changed markedly, largely thanks to the positivity engendered by Juninho.

    Juninho’s return has “soothed the atmosphere,” says outspoken president Jean-Michel Aulas, for “fan groups, the media and the surrounding environment”. Nevertheless this is Sylvinho’s first role as a head coach of a club and Juninho’s first directorial position of any kind. Aulas knows their appointment was something of a gamble, conceding recently: “When you’re an entrepreneur and invest €500m in a single stadium, life is full of risk-taking.”
    With head of scouting Florian Maurice convinced to stay by Aulas, himself traditionally hands-on, the nature of Juninho’s installation as part public face, part figurehead, part fan favourite is something of a masterstroke. It deflects fan ire away from Aulas and the club, lifting the atmosphere with a returning hero and initiating a new, much needed, change of direction. Although prudent, that change of direction caught everyone off guard.

    Previously, Aulas said his coaches needed to have “OL DNA”. Although Juninho fills that requirement, Sylvinho is only the club’s second foreign appointment in their entire history and one unusually made by someone other than Aulas – always prominent during his more than 30 years at the club. Aulas, now 70, has talked of taking “a step back”. Given his consistently prudent leadership, encompassing a run of seven league titles and an almost constant place near the summit of Ligue 1, the club may suffer without him in the long term.




    Whether or not Aulas does take a meaningful step back, the near future looks bright for Lyon. With PSG losing against Rennes and Neymar increasingly likely to leave France, Ligue 1 may yet have a title race. In any case, Lyon’s new coach is far better suited to club management than was previously thought.



    The Guardian UK

    En titre : Sylvinho a redonné vie à Lyon, y aura-t-il enfin une vraie course au titre en ligue 1 ?

    Commentaire


    • OL
      issu du journal

      OL : Lucas Tousart, tube de l'été

      Avec le duo Dembélé-Depay, le milieu lyonnais Lucas Tousart est l'un des grands bonhommes du début de saison de l'OL. Le changement d'état d'esprit des autres, pour l'instant, profite à son jeu.





      Lucas Tousart célèbre son but inscrit contre Monaco (3-0, le 9 août). (J. Prévost/L'Equipe)
      Vincent Duluc20 août 2019 à 00h00
      partager





      Dans le foot comme dans la vie, il y a ceux qui sortent par la porte et reviennent par la fenêtre. Et il y a Lucas Tousart, revenu par la porte à l'instant de sortir, peut-être. Les deux premières victoires de l'OL, à Monaco (3-0, le 9 août) comme face à Angers (6-0, vendredi), ont ramené à la surface un joueur qui sait faire beaucoup de choses, avec beaucoup d'agressivité, et simplement. Le visage du milieu de terrain lyonnais a rappelé quelque chose, une fois les rides de la saison dernière disparues.



      Voilà quatre ans que Tousart (22 ans) est à l'OL, transféré de Valenciennes pour 2,5 M€ à l'été 2015, et voilà trois ans qu'il s'est révélé, puis imposé, contribuant au départ du capitaine, Maxime Gonalons, à l'été 2017. Mais cet été, son avenir lyonnais a chancelé, avec la déclaration de Juninho, qui souhaitait un milieu plus technique devant la défense - une déclaration dont le Brésilien s'est excusé publiquement, et plus brièvement auprès de l'intéressé.



      Pendant la préparation, il n'a jamais été un premier choix, mais c'est lui que Sylvinho a titularisé à Monaco après avoir fait la synthèse de ce qu'il avait vu et de ce qu?il lui manquait. Son agent raconte : «Avec Lucas, on a demandé à voir Sylvinho, ainsi que Juninho, dans la semaine avant Monaco, parce que le marché anglais fermait deux jours plus tard et que nous avions une solution là-bas. Après un été où tous les joueurs cités étaient présentés comme des remplaçants de Lucas, on voulait avoir le ressenti du coach, être fixés. Il nous a dit qu'il comptait sur lui et qu'il serait titulaire à Monaco. En fait, Lucas a repris plus tard, à cause de l'Euro Espoirs, et je crois que Sylvinho le connaissait mal.»



      «On le sent plein de fraîcheur, d'enthousiasme» - Sylvain Ripoll, son sélectionneur en Espoirs



      Si la saison sera encore longue, le vent a tourné, au-delà de son but à Monaco et de son avant-dernière passe superbe pour Aouar, sur le 2-0 face à Angers. De fait, il était normal que Sylvinho n'ait pas tout su de Tousart en regardant seulement les matches de la saison dernière : il n'avait pas tout montré, rincé par la logique du FC Tout-Pour-Ma gueule qui l'avait trop souvent laissé courir pour les autres. Même s'il y avait, aussi, plus simplement, des choses qu'il faisait moins bien qu'avant. La manière collective dont l'OL a défendu et a pressé au cours des deux premières journées a changé la vie de Tousart, grand bénéficiaire, paradoxalement, ou non, du changement d'entraîneur. Ce qu'il n'a pas hésité à exprimer : «Sa méthode me plaît, ça change, on a beaucoup de travail à faire sur le pressing. Il y a plusieurs phases qu'on travaille.»



      Sylvain Ripoll, son sélectionneur en Espoirs, n'est pas surpris par le début de saison du Lyonnais : «On le sent plein de fraîcheur, d'enthousiasme, mais aussi de confiance, par la disponibilité qu'il offre au porteur. Il avait moins joué en fin de saison dernière, et sa confiance s'en était ressentie un peu. Je crois que cela lui a fait du bien de retrouver des responsabilités à l'Euro.» Sur le fond, il ajoute : «Dans une équipe, Lucas n'est pas seulement utile. Il met ses partenaires dans de bonnes dispositions, peut jouer court et long, faire repartir d'un côté ou de l'autre, et pour le reste, il est toujours exemplaire dans l'attitude, dans sa capacité à se mobiliser et à être là, en même temps, pour les autres. Il peut progresser sur sa première touche, sa capacité à se mettre rapidement dans le sens du jeu, mais il est jeune encore, et cela fait plaisir de le voir comme ça.»



      Bien sûr, à l'OL, la suite n'est pas certaine, parce qu'elle ne l'est jamais. Il est probable que Sylvinho revienne un jour ou l'autre à son idée de départ, avec Thiago Mendes dans l'axe, et que la concurrence soit différente quand il faudra intégrer Jeff Reine-Adelaïde à un poste de relayeur. Mais tant que Tousart sera à ce niveau, il n'a aucune chance de sortir de l'équipe.


      l'Equipe

      Commentaire


      • MLS : Rémi Gardé viré par l'Impact Montréal !


        Photo Icon Sport

        Publié Mercredi 21 Août 2019 à 21:00Dans : Foot Mondial, OL.

        Arrivé en novembre 2017 sur le banc de l'Impact Montréal, avec une grosse délégation lyonnaise, Rémi Garde a été limogé ce mercredi par le club canadien qui évolue en Major League Soccer.

        L’Impact de Montréal a annoncé mercredi que Rémi Garde avait été démis de ses fonctions et que Wilmer Cabrera le remplacera à titre d’entraîneur-chef. L’entraîneur-adjoint Wilfried Nancy et l’entraîneur des gardiens Rémy Vercoutre demeureront au sein du personnel d’entraîneurs de Wilmer Cabrera. L’entraîneur-adjoint, Joël Bats, et le préparateur physique Robert Duverne ne resteront pas avec l’Impact précise la formation canadienne.

        « Puisque j’ai un très grand respect pour Rémi comme personne et comme professionnel, cette décision a été très difficile et longuement réfléchie, mais nos insuccès des derniers mois et la façon dont le club se comporte sur le terrain nous ont mené vers ce changement. On espère qu’une confiance nouvelle pourra être insufflée aux joueurs en vue du dernier droit de la saison afin d’accéder aux séries éliminatoires et de bien performer en finale du Championnat canadien. Je tiens à remercier sincèrement Rémi Garde pour son engagement et son professionnalisme avec notre club depuis novembre 2017. Je lui souhaite la meilleure des chances pour la suite de sa carrière », a déclaré le président et chef de la direction de l’Impact de Montréal, Kevin Gilmore

        Commentaire


        • Véritable coup de coeur de Florian Maurice, Joachim Andersen a quitté la Sampdoria pour rejoindre l’Olympique Lyonnais cet été. Un club qui n’a pas hésité à miser gros sur ce défenseur prometteur et courtisé par de nombreuses écuries européennes. Bien décidé à s'imposer et à passer un cap, le Danois de 23 ans est revenu sur son transfert et ses premiers pas chez les Gones. Entretien.


          Foot Mercato : le 12 juillet vous êtes devenu officiellement un joueur de l’Olympique Lyonnais. Avec le recul, comment avez-vous vécu ce transfert ? Y avait-il de l’impatience, de l’appréhension ?

          Joachim Andersen : je me sens très heureux. C’est un super club. J’ai une bonne impression dans tous les domaines. Tous les gens autour du club m’ont très bien accueilli dès le début. Je suis très heureux d’être ici (...) Quand tu arrives dans un nouvel endroit, tu es toujours un peu timide. Tout est nouveau et il faut trouver sa place. Tout s’améliore au fil des semaines. Je suis content de m’installer ici. J’ai trouvé une maison, ça aide beaucoup. Ma copine est aussi arrivée, c’est bien pour moi.

          FM : on a surtout parlé du prix record de votre transfert. Est-ce un poids ? Est-ce que ça vous agace qu’on en parle autant ?

          J.A : le prix de mon transfert, c’est entre les clubs. Je vois ça surtout comme un compliment qu’un club veuille payer ce genre de montant pour moi. Cela me donne de la confiance et un bon sentiment. Je le prends surtout comme un compliment et je suis heureux que cela ait pu se faire (...) Non, je m’en fiche ! Je pense que c’est normal dans le football de parler d’argent. Vous pouvez en parler autant que vous voulez.

          FM : pourquoi avoir dit oui à Lyon ?

          J.A : j’ai dit oui parce que bien sûr c’est un club fantastique. Je voulais aussi tenter un nouveau challenge. J’ai joué au Pays-Bas où je me suis développé en tant que joueur de football. Je me suis beaucoup développé sur le côté défensif aussi en Italie. Je vois ça comme une nouvelle étape, pour me développer encore plus, pour donner une nouvelle dimension à mon jeu. Ici, c’est très physique, il y a beaucoup de duels en un contre un. J’espère pouvoir m’améliorer sur ces points-là aussi.

          FM : quand les clubs vous ont approché, avez-vous pris le temps de la réflexion ou votre choix a été rapide ?

          J.A : j’étais très heureux en Italie. J’y ai passé deux années fantastiques. Ma famille et moi, on était très heureux là-bas donc c’était une décision très difficile de partir. Dans le football, c’est très difficile de savoir quel est le bon choix pour vous. J’avais plusieurs options. Quand j’ai parlé à Lyon, j’ai eu un bon feeling. C’est un peu comme acheter une maison. Il faut aller voir la maison avant car il vous faut un bon feeling. Et je l’ai eu avec Lyon et c’est pourquoi j’ai choisi l’OL.

          FM : malgré tout, était-ce facile de dire non aux autres clubs qui vous suivaient, notamment Arsenal ?

          J.A : il y avait de bons clubs, mais Lyon était le meilleur choix pour moi. Je voulais me développer en tant que joueur, jouer la Ligue des Champions, être dans une équipe de haut de tableau qui se bat pour le titre et Lyon était la meilleure solution. Andersen juge ses premiers pas en L1 et à l’OL


          FM : que pensez-vous de la Ligue 1 ? Vous avez dit vouloir vous améliorer sur le plan physique. Est-ce que les premiers matches vous ont impressionné à ce niveau-là ?

          J.A : je pense que c’est un peu différent de l’Italie. J’ai parlé avec Simon Kjær, qui était à Lille, ainsi qu’avec Kim Källström, à propos du championnat mais aussi de Lyon. J’ai eu de bons retours. Mais vous savez, je n’ai joué que deux matches, je dois encore en voir davantage dans le futur (...) C’est difficile à dire après seulement deux matches. De plus, ces matches étaient plutôt faciles pour nous parce que nous avons vraiment bien joué, notamment dans la transition. Ce qui fait que nous avons eu le ballon souvent. On a marqué dès que nous le pouvions.

          FM : qu’avez-vous ressenti lors de votre première au Groupama Stadium ?

          J.A : c’était un très bon match. Je crois qu’on ne pouvait pas rêver mieux (ndlr : 6-0 contre Angers). Nous devons continuer comme ça. Et faire une grosse saison ici. J’ai vraiment été impressionné par les supporters et l’ambiance dans le stade.

          FM : personnellement, comment jugez-vous vos débuts à Lyon ?

          J.A : ça faisait longtemps que je n’avais pas joué un match. J’ai manqué presque toute la pré-saison. Je dois encore montrer le meilleur de moi-même, mieux connaître mes partenaires, les nouvelles tactiques aussi. Pour résumer, c’était de bonnes performances, mais je peux jouer encore mieux que ça. Ça va venir. J’ai besoin de temps de jeu pour être encore meilleur chaque match.

          FM : êtes-vous encore loin de votre meilleur niveau ?

          J.A : c’est ce que je disais, je peux encore mieux jouer. Je ne suis pas encore 100% satisfait de mes performances. Mais le plus important pour moi, ce sont les résultats de l’équipe.

          FM : que pouvez-vous apporter à l’OL ? Sur quels point pensez-vous devoir progresser ?

          J.A : je suis un joueur de ballon. Je suis bon pour défendre, j’aime contrôler la ligne du hors-jeu en compagnie de Jason Denayer, garder les cages inviolées. C’est mon rôle dans l’équipe (...) Je pense que je peux être plus agressif de temps en temps. Je veux aussi marquer plus de buts. Bien sûr, je peux également développer tous les aspects de mon jeu. Et ça c’est le plus important.

          FM : durant votre carrière, vous avez évolué en attaque, au milieu avant de jouer en défense. En quoi ça vous aide dans votre jeu à présent ?

          J.A : j’ai commencé le football comme attaquant. Ensuite, je suis passé ailier droit. Puis, milieu, enfin défenseur. J’ai presque joué à toutes les positions sur le terrain. Je pense que cela m’apporte beaucoup sur mon jeu aujourd’hui. Je sais ce que les joueurs en face, dans une position offensive, pensent. C’est ce qui fait que je suis à l’aise avec le ballon également.

          FM : vous allez aussi pouvoir progresser en découvrant la Ligue des Champions dans un mois. Que vous inspire cette compétition ?

          J.A : la Ligue des Champions est le plus beau tournoi du monde. Je la regarde depuis que je suis tout petit. Maintenant, c’est fantastique, je peux enfin la jouer. C’est une des principales raisons pour lesquelles je suis venu à Lyon. J’attends de jouer contre des gros clubs. Le Danois est impressionné par Aouar


          FM : avoir Jason Denayer à ses côtés, j’imagine que ça aide aussi au niveau de la confiance ?

          J.A : Jason est un bon joueur. Il est jeune aussi. Nous avons une bonne connexion. Durant les deux premiers matches, nous n’avons pas eu grand-chose à faire, mais c’était un très bon début pour nous, pour apprendre à mieux nous connaître.

          FM : comment vivez-vous la concurrence à l’OL ?

          J.A : dans le football, normalement, tu as quatre défenseurs centraux pour une saison. Ici, nous en avons cinq. Et c’est une bonne chose, pour la concurrence. Ce qui nous permet d’être toujours à fond et de nous développer encore plus. Personnellement, je ne pense pas à la concurrence, j’essaye toujours de donner le meilleur de moi-même à chaque entraînement.

          FM : quel joueur vous a le plus impressionné chez les Gones ?

          J.A : je suis surpris par Houssem Aouar. Il a été vraiment très bon sur les deux premières rencontres. C’est un jeune joueur très fort. Il peut devenir un joueur de classe mondiale, à Lyon ou dans un autre club, peut-être.

          FM : quelles sont vos relations avec Juninho et Sylvinho ?

          J.A : je pense que j’ai de bonnes relations avec eux. Nous avions parlé ensemble avant que je vienne à Lyon. Ils ont de grandes ambitions pour le club. Sylvinho est un entraîneur très athlétique qui transmet sa passion et son énergie. Il a aussi évolué en Italie, comme moi. Alors nous avons les mêmes idées.

          FM : quels sont vos objectifs cette année ?

          J.A : nous n’en avons pas encore parlé beaucoup entre nous. Je suis là pour gagner chaque match de toute façon. Je veux gagner le championnat, tout le monde veut ça. Mais ce n’est pas un objectif.

          FM : pourtant, le PSG parle déjà de vous comme un rival. Comment accueillez-vous cela ?

          J.A : Lyon et Paris sont les deux meilleures équipes du championnat. Nous ne devons pas les regarder. Bien sûr, c’est bien quand ils perdent. Mais nous devons nous concentrer sur nos matches et nous devons les gagner. Sergio Ramos, son modèle


          FM : revenons à vous, quels sont vos modèles dans le football ?

          J.A : mon joueur préféré est Sergio Ramos. Il a beaucoup de qualités. J’essaye de lui ressembler sur plein de choses. Quand j’étais plus jeune, j’aimais aussi beaucoup Cristiano Ronaldo.

          FM : quel est le meilleur joueur que vous avez affronté ?

          J.A : c’est une question difficile. L’an dernier, je n’ai pas joué contre Cristiano Ronaldo et la Juventus, j’étais blessé pour ce match. Donc pour moi, c’est Ciro Immobile, de la Lazio. C’est un très bon joueur, difficile à affronter. Mauro Icardi est très dangereux aussi dans les 16 derniers mètres. J’ai aussi été impressionné par Milinkovic-Savic, de la Lazio.

          FM : quelles sont vos ambitions en sélection nationale ?

          J.A : c’est un objectif pour moi d’être en équipe nationale, oui. C’est aussi pour ça que je suis venu à Lyon. J’espère que le Danemark va faire appel à moi (entretien réalisé vendredi, il a été sélectionné en équipe nationale ndlr).

          FM : Votre compatriote Kasper Dolberg est annoncé du côté de Nice. Comment jugez-vous cela ? Que pensez-vous de ce joueur ?

          J.A : Kasper Dolberg est mon ami. J’ai joué avec lui chez les jeunes en équipe nationale. C’est un très bon joueur mais il est en difficulté à l’Ajax Amsterdam maintenant. Cela pourrait être une bonne étape pour lui de rejoindre la Ligue 1 et un très bon joueur pour Nice.

          FM : votre père vous a accompagné lors de votre présentation. Quel rôle votre famille et votre père ont-ils auprès de vous ? Est-ce lui qui vous a transmis cette passion du football ?

          J.A : mon père et ma mère ont toujours été là pour moi. Ils regardent tous mes matches depuis que je suis jeune. Ils représentent tout pour moi. Je parle avec mon père après chaque match pour débriefer. Il joue un grand rôle pour moi. Il a aussi voulu jouer en professionnel, mais il n’était pas si bon que ça (rires). Je pense qu’il vit son rêve à travers moi. Si j’aime le football autant que ça, c’est grâce à lui.

          FM : enfin, comment est Joachim Andersen en dehors du football ?

          J.A : je suis un homme heureux. J’aime jouer au golf, au tennis aussi. J’aime tous les sports presque. Je suis une personne ouverte, des fois un peu impatiente. Je ne sais pas quoi dire d’autre, c’est toujours difficile de parler de soi-même.
          Dernière modification par Edmond_Wells, 08/09/2019, 11h19.
          Claudio reviens !!!!

          Commentaire


          • OL
            issu du journal



            Jeff Reine-Adélaïde, passé d'Angers à l'OL cet été : «Ma carrière commence à peine»



            Le milieu des Espoirs explique comment son évolution, ces derniers mois, et son transfert à Lyon lui ont permis de se sentir épanoui.






            Le milieu des Espoirs explique son évolution. (F.Faugere/L'Equipe)
            Flavien Trésarrieu07 septembre 2019 à 00h05
            partager


            Onze mois après sa première convocation au sein d'une génération 1996-1997 où il avait été surclassé, Jeff Reine-Adélaïde fait désormais partie des anciens chez les Espoirs. Le milieu relayeur est l'un des quatre rescapés de l'Euro, en juin. La France y avait lourdement chuté en demi-finales, face à l'Espagne (1-4). Un « échec » pour l'ex-Angevin (21 ans), dont la dimension a changé depuis son transfert à Lyon (25 M € hors bonus). La preuve, il était le capitaine des Bleuets contre l'Albanie, jeudi (4-0).







            « À vingt et un ans, avez-vous l'impression d'être revenu à votre point de départ ?



            Comment ça ?



            Trois ans après avoir commencé en pro, dans un club de Ligue des champions (Arsenal), vous voici à nouveau dans une équipe, l'Olympique Lyonnais, qui va disputer la C 1 cette saison...



            (Sourire.) On va dire qu'Arsenal, c'était un peu compliqué, je suis arrivé jeune (à dix-sept ans, en 2015), il y avait beaucoup de concurrence et je devais apprendre. J'ai voulu partir ailleurs pour obtenir du temps de jeu (à Angers) et il s'avère que ç'a été un choix payant, vu là où je suis.



            lire aussi

            Transferts : Jeff Reine-Adélaïde signe à l'OL (officiel)



            Entre la fin de saison dernière au SCO (3 buts, 2 passes décisives en L 1), l'Euro Espoirs, et votre transfert cet été, avez-vous le sentiment d'avoir changé de dimension ?



            J'ai passé des paliers, c'est surtout ça. Je pars de presque rien, parce que j'ai vécu des moments difficiles. En Angleterre, je n'avais presque pas de matches en professionnel. Si vous regardez, ma carrière je la commence à peine, elle a vraiment débuté il y a un an et demi (1). Maintenant, je m'épanouis quand je suis sur le terrain.


            « J'étais surtout content de voir que beaucoup de clubs me sollicitaient »



            Votre replacement, de l'aile droite au poste de relayeur à Angers, a-t-il contribué à vous libérer ?


            Oui, ça m'a beaucoup aidé, c'est là que je me sens le mieux, ça se ressent. Sur mais aussi en dehors du terrain. Mentalement, je suis à bloc. C'était un choix fort de rejoindre Lyon. Le meilleur projet pour moi et je vais y jouer dans l'axe.



            Angers avait aussi accepté une offre de Monaco, supérieure à celle de Lyon (2). L'ASM n'était pas un choix intéressant ?


            (Rire) J'étais surtout content de voir que beaucoup de clubs me sollicitaient, dont Monaco, qui jouait la Ligue des champions il n'y a pas si longtemps. Mais j'ai estimé qu'il était préférable de signer à Lyon. Je me sens prêt à réussir dans ce club, qui joue le titre dans toutes les compétitions nationales.





            Votre départ a causé quelques remous à Angers, notamment cette défaite à Lyon (0-6). Stéphane Moulin, votre ancien entraîneur, semblait considérer qu'en vous gardant, le SCO pouvait viser plus haut que le maintien en L 1.



            Même sans moi, ils peuvent aller beaucoup plus haut. Le coach m'a apporté beaucoup de confiance, il m'a donné ce que je recherchais. Je m'étais mis d'accord avec le staff, tout le monde là-bas, pour partir si le club qui m'intéressait vraiment arrivait. Je suis content que la promesse ait été tenue.



            lire aussi

            Stéphane Moulin (Angers) : « La semaine dernière, c'était la joie, ce soir, c'est la tristesse »



            Ça a pris un peu de temps pour se matérialiser. Vous aviez repris l'entraînement avec Angers à votre retour de vacances post-Euro Espoirs. Vous trépigniez ?



            Oui, c'était long. Mais c'est un club qui m'a tout offert et c'est grâce à lui que je suis arrivé là où j'en suis aujourd'hui. Je devais le remercier en restant pro. C'est une forme de respect que je devais aussi à mes partenaires.

            « La différence, c'est qu'à Lyon, il y a des stars, il va falloir que je m'adapte »





            Avant de signer à l'OL, aviez-vous pris des renseignements auprès des Espoirs qui y jouaient (Dembélé, Terrier, Aouar, Tousart) ? Vous ne deviez pas être perdu en arrivant dans le vestiaire.



            Non pas vraiment. J'ai juste discuté un peu avec Houssem (Aouar) pour lui demander comment ça se passait au sein du club. La différence avec Angers, c'est qu'à Lyon, il y a des stars, il va falloir que je m'adapte.







            Avec votre vécu en club et en sélection, avez-vous désormais l'impression de faire partie des cadres chez les Espoirs ?



            Je suis quelqu'un de simple, je veux juste aider mes partenaires. Mais s'ils pensent que je peux être un cadre, je le serai. Après, "cadre", c'est juste un mot, c'est sur le terrain que ça se joue.




            La génération 1998-1999 est-elle capable de faire mieux que la précédente (1996-1997) ?





            On garde un sentiment d'échec par rapport à l'Euro passé, malgré la qualification pour les JO (Tokyo 2020). Là, je ne connais pas encore bien le nouveau groupe mais ça va se juger à l'Euro 2021, si on y est. Mais ce que je retiens, c'est que beaucoup, dans l'équipe, sont titulaires dans leur club.



            Maintenant que la France a enfin disputé une phase finale d'un Euro, peut-on s'attendre à la voir régulièrement à ce niveau ?



            Il ne faut pas regarder ce qui a été fait avant. Il faudra construire une équipe, une grosse même, être forts mentalement parce qu'il faudra être solides pendant les qualifications, surtout quand on jouera en déplacement. On verra à ce moment-là. »

            (1) Prêté de janvier à juin 2018, il avait été transféré au SCO pour 1,5M€ (et un pourcentage à la revente).

            (2) Monaco avait proposé 30 M€ hors bonus.



            publié le 7 septembre 2019 à 00h05
            Ligue 1

            L'Equipe

            Commentaire



            • Foot,
              Les nouveaux prodiges du foot français (1/5)
              exclusivité abonnés



              Les nouveaux prodiges du foot français (1/5) : Rayan Cherki, la pépite de l'OL




              Rayan Cherki, grand espoir de la formation lyonnaise. (L'Équipe)

              L'attaquant de l'OL Rayan Cherki a suivi toute sa formation chez le septuple champion de France, où le destin du phénomène ambidextre ne fait guère de doute.




              Régis Dupont, à Décines


              mis à jour le 8 septembre 2019 à 14h15
              partager





              L'enchantement originel tarde à s'estomper. Depuis la Chine, Bruno Genesio, l'ex-entraîneur de Lyon, se souvient parfaitement du jour où, venu regarder jouer son fils, il est rentré plutôt retourné par le talent d'un de ses coéquipiers à l'OL, Rayan Cherki. « Je l'ai vu, dès sept ans, réussir des choses que les autres ne savaient pas faire, résume l'actuel entraîneur de Beijing Guoan. Il était très bon techniquement, très coordonné au niveau de ses appuis. C'est très rare de voir un vrai talent, qui réalise déjà des gestes incroyables à sept ans. »

              Il y a un an, il est devenu face à Manchester City (4-1) le plus jeune buteur de l'histoire de la Youth League (15 ans et 33 jours). Il y a deux mois, l'Olympique Lyonnais lui a fait signer son premier contrat professionnel (jusqu'en 2022) malgré la cour pressante et très rémunératrice de Manchester United, notamment. Et depuis qu'il a effectué la préparation d'avant-saison avant le groupe pro (et disputé un match amical, contre le Servette Genève), les supporters lyonnais trépignent de le voir débuter pour de bon dans l'équipe de Sylvinho.


              Olympique Lyonnais@OL
              @rayan_cherki "Très heureux de signer mon premier contrat professionnel dans mon club formateur. C'est l'aboutissement de nombreuses années de travail. Maintenant, le plus dur commence. Il va falloir beaucoup travailler pour progresser" Voir l'image sur Twitter
              1 814
              14:16 - 7 juil. 2019
              Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

              472 personnes parlent à ce sujet



              Leur impatience est nourrie par la diffusion régulière, sur les réseaux sociaux, d'actions ébouriffantes du prodige. La question qui agite les fans est, déjà, la suivante : où Cherki se situera-t-il dans la lignée des grands joueurs formés à l'OL au XXIe siècle. Hatem Ben Arfa ? Nabil Fekir ? Karim Benzema ? Mieux que tous ceux-là ? Bruno Genesio, qui avait esquissé un parallèle avec l'ancien attaquant de Rennes, la saison passée, refuse désormais d'entrer dans ce jeu. « Je n'aime pas trop parler de ça. Ça reste un très jeune joueur, il faut le préserver de toutes les comparaisons. Mais je pense que lui et sa famille ont fait le bon choix en restant à Lyon. »

              « Ce qui était marquant, c'est qu'on ne savait pas, et on ne sait toujours pas, visuellement, s'il est droitier ou gaucher »

              Rayan Cherki, 16 ans tout juste, s'installe pour l'instant, avec autorité, au sein de l'équipe 2 (National 2), avec laquelle il vient d'aligner deux titularisations d'affilée. « Il a fait la préparation avec les pros mais l'idée aujourd'hui est de le stabiliser, qu'il enchaîne les matches en U19 ou en N2 à haute intensité, explique Jean-François Vulliez, le directeur du centre de formation de l'OL. Il y a un an et demi, il était encore U15. On gère des enfants, ne l'oublions pas. Il a 16 ans, même s'il a une maturité physiologique précoce, la maturité psychologique, c'est autre chose. Et on sait que la maturité cognitive, elle, arrive à 24-25 ans. On doit déjà lui donner un volume de travail pour qu'il réussisse tactiquement à s'exprimer. Parce qu'il ne réussit pas tout, encore. Puis, à un moment donné, il y aura le passage. »

              Alors la France du football découvrira un talent particulier, un droitier déjà costaud sur ses jambes qui s'exprime avec une aisance égale quel que soit le pied. « Ce qui était marquant, c'est qu'on ne savait pas, et on ne sait toujours pas, visuellement, s'il est droitier ou gaucher, sourit Bruno Genesio. C'est une sacrée force, ça participe à sa faculté à faire la différence par le dribble. Ça lui donne une palette énorme. Le défenseur en face ne peut rien anticiper. Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu un jeune si bien latéralisé si tôt. »

              3 205 personnes parlent à ce sujet
              Des axes de progression




              « Zidane disait qu'il était droitier mais qu'il était plus fort du pied gauche. Rayan, c'est un peu ça, ose Vulliez. Il a une motricité, une technicité, une maîtrise du ballon avec toutes les surfaces de son corps. Je le connais depuis ses huit ans, et il a toujours été dans la créativité, il a toujours aimé les challenges un contre un, les dribbles, la percussion, marquer des buts. Je n'ai pas de doute sur sa créativité, sa technique, etc.c'est du haut niveau. Le seul doute à lever, il est athlétique. Comment, dans le temps, il va développer ses qualités d'appui, de force, de vitesse, car c'est un joueur de rupture. »

              Il a fini son premier match complet en National 2, face à Endoume (1-1, le 24 août), avec des crampes, et c'est dans la répétition des efforts qu'il devra évoluer. Dans son rapport à l'équipe, aussi. « Depuis ses débuts, il a gardé ces qualités et a commencé à se structurer dans le jeu collectif, parce que le football de haut niveau c'est aussi ça, rappelle Bruno Genesio. Le risque, ce serait de se contenter de son talent. Parce que ça suffira pour passer jusqu'à un certain niveau, pas après. Il a besoin des autres, les autres ont besoin de lui. Il doit l'avoir en tête. Mais je sais qu'il est très ambitieux, sa famille aussi. Il a la chance d'avoir grandi dans un cadre très structuré, très raisonnable. »


              Rayan Cherki avec l'OL face au Servette. (F.Porcu/L'Équipe)

              Troisième d'une famille de cinq garçons où il n'est pas le seul à être doué ballon au pied, Rayan Cherki s'étoffe dans un environnement privilégié. Il n'a pratiquement connu que l'OL, où il est arrivé dès 2010 après une année d'apprentissage à Saint-Priest, à quelques centaines de mètres du nouveau siège du club, où son père travaille. Et sa marche en avant n'a pas été entravée par un arrêt de près d'un an, en raison d'une ostéochondrite, au début de l'adolescence. « Rayan, la force qu'il a en lui, c'est que c'est un amoureux du foot, un compétiteur. Cet amour du jeu, ils ne sont pas tant que ça à l'avoir, témoigne Vulliez. Lui, il joue. Cet amour du foot, c'est sa fondation. Il a aussi une forte personnalité, il sait où il veut aller. »

              « Pour son âge, il a un certain niveau » - Anthony Lopes

              « Je le vois un peu comme un extraterrestre dans le sens où il fait basculer de nombreux matchs avec des gestes techniques qu'on ne connaît pas, indiquait la saison passée Cyrille Dolce, son formateur en U15. » Ajoutant : « Je n'ai jamais su quel était son pied fort. » « D'un point de vue technique, c'est un mec différent », a reconnu Sylvinho après sa prestation face au Servette, en juillet. Doublement surclassé en U19 nationaux la saison passée, international U16, Rayan Cherki gratte à la porte.

              « Pour son âge il a un certain niveau, on ne va pas se le cacher, estime Anthony Lopes. Maintenant, signer professionnel c'est certes quelque chose de magnifique, mais qu'il continue à être bien entouré, à bien travailler pour saisir sa chance au moment où il devra la saisir. » Son poste préférentiel ? Plutôt couloir gauche mais vers l'intérieur, d'où il peut repiquer vers l'axe et frapper sur son pied droit. Il semble bien que le prochain concurrent de Memphis Depay ait 16 ans et qu'il habite le vestiaire d'à-côté.





              publié le 8 septembre 2019 à 12h00mis à jour le 8 septembre 2019 à 14h15

              L'Equipe

              Commentaire


              • avant-première abonnés
                Anthony Lopes (OL) : «Je gaspille moins de jus pour des bêtises»

                Anthony Lopes, le gardien de l'OL, qui vient de prolonger jusqu'en 2023, estime désormais être un homme apaisé, plus concentré. Ce qui impacte directement ses performances.





                Anthony Lopes, après sa revalorisation de salaire, est désormais un des plus gros salaires de l'OL. (A. Martin - L'Equipe)
                Régis Dupontmis à jour le 7 septembre 2019 à 19h26
                partager




                Il sort de sa saison la plus aboutie : en 2018-2019, Anthony Lopes a été très bon devant sa ligne et n'a pas franchi l'autre, la blanche. Pas d'emportement ni d'embrouille sur le terrain, comme cela pouvait arriver par le passé. Et la semaine dernière il a enfin renouvelé, à la hausse, un bail avec l'OL qui court maintenant sur quatre saisons. Avec plus de trois cents matches sous le maillot de son club formateur il est, à vingt-huit ans, le plus ancien « Lyonnais » du vestiaire. Plus concentré sur sa mission depuis qu'il s'est mis temporairement en retrait de la Seleçao, en accord avec le sélectionneur du Portugal, après la Coupe du monde 2018.



                Après plusieurs mois de négociations, vous avez prolongé la semaine dernière à l'OL. Êtes-vous soulagé ?


                C'est un soulagement pour tout le monde, je pense. Ça a été un feuilleton assez long mais, d'un côté comme de l'autre, on a voulu très bien faire les choses. À l'arrivée, tout le monde est très content.



                C'est vraiment l'intervention du président qui a constitué le déclic ?


                Il a pris les choses en main, c'est lui qui a finalisé tout ça. Il a joué un rôle très important.



                Concrètement, Jean-Michel Aulas vous a appelé pour vous dire : "Bon, Anthony, maintenant on règle le problème" ?


                Il m'a envoyé des messages, il m'a dit : "On déjeune ensemble mercredi". On l'a fait et tout est rentré dans l'ordre.



                C'est le président qui a payé le repas ?


                Non, c'est moi qui ai invité tout le monde.




                Jean-Michel Aulas, président de l'OL. (P.Lahalle/L'Equipe)



                Jean-Michel Aulas en a-t-il profité pour prendre les plats les plus chers ?


                Non, il ne savait pas quand on a commandé, j'ai demandé la note à la fin (rires).



                Vous touchez désormais un très gros salaire (1). Sentez-vous qu'on vous regarde différemment, en interne comme en externe ?


                Non, et j'espère que les regards ne changeront pas.



                Vous habituez-vous à ces semaines internationales passées en club ?


                Oui, ça permet de travailler encore plus fort que les semaines précédentes, on peut taper dans l'organisme. On fait ce qu'on ne pourra plus faire par la suite, avec l'enchaînement de matches.



                Sylvinho demande-t-il des choses différentes à son gardien ?


                Non, il demande des choses courantes aujourd'hui : savoir jouer aussi bien avec ses pieds qu'avec ses mains.



                Paradoxalement, la nouvelle façon de défendre de l'OL risque de vous mettre moins en valeur. Vous allez subir moins de vagues que la saison passée.


                Ça ne sera pas plus mal. Si j'ai moins de travail c'est que celui de mes collègues devant moi est énorme. Et les résultats seront meilleurs, automatiquement.



                Comment peut-on résumer Sylvinho, en quelques mots ?


                Il est à cheval sur la tactique, très présent dans les séances d'entraînement, durant les matches. Il vit à fond son aventure.




                Sylvinho, entraîneur de l'OL. (A.Martin/L'Equipe)



                L'animation a-t-elle évolué en dehors des latéraux, moins offensifs qu'auparavant ?


                Il nous demande aussi un très gros pressing sur cinq-six secondes à la perte du ballon. Pour essayer de le récupérer le plus rapidement possible et éviter de courir derrière. Plus on aura le ballon, moins on sera en danger. Il impose ça : on essaie d'avoir le ballon, d'imposer notre jeu, de faire ce qu'on a envie de faire.



                Sans être capitaine, vous êtes aujourd'hui l'ancien du groupe, comment vous positionnez-vous ?


                Mon rôle est le même que l'année dernière, qu'il y a deux ou trois ans. Je sais que j'ai un rôle très important au sein du vestiaire, au sein du club. Il me convient super bien. Pouvoir faire le relais entre le staff, mes coéquipiers, faire passer des messages positifs.



                La décision prise par Bruno Genesio, à l'été 2018, de vous décharger de votre rôle de vice-capitaine était-elle la bonne ?


                Après je n'ai pas changé ! J'ai peut-être perdu le brassard de vice-capitaine mais je n'ai pas changé ma manière de faire, ma manière de penser. Parce que je suis comme ça, j'aime prendre la parole, j'aime être présent dans le groupe, dans le vestiaire. Ce n'est pas parce que j'ai perdu ce brassard de vice-capitaine la saison passée que j'allais tout arrêter du jour au lendemain.



                Vous dites "j'ai perdu". Ce rôle vous manque ?


                Non, non ! On ne m'a pas enlevé quelque chose. Ma fonction, je la remplis, brassard ou pas. Ce sont des choix qui ont été faits à ce moment-là, que j'ai acceptés, il n'y a aucun souci là-dessus.



                Et là, quand la question du brassard s'est posée après le départ de Nabil Fekir, cet été, ça ne vous a pas perturbé ?


                Non, pas du tout. Ça a été une très bonne décision d'avoir choisi Jason (Denayer). On sait que beaucoup d'entraîneurs sont réticents sur le fait de donner le brassard à un gardien, il n'y a aucun problème là-dessus. Tout est clair.



                Les deux derniers matches (0-1 à Montpellier, 1-1 contre Bordeaux) ont-ils réveillé les fantômes de la saison passée ?


                Déjà, ce n'est jamais facile d'aller jouer à Montpellier. Surtout quand tu joues 35 minutes à dix face à une équipe qui impose un combat acharné. Contre Bordeaux, on finit une nouvelle fois à dix, et entre les deux matches on a eu très peu de temps pour récupérer.




                Le gardien lyonnais a stoppé un penalty contre Montpellier. (S. Boue - L'Equipe)



                Finir deux fois d'affilée à dix, ce n'est pas un hasard, si ?


                Les deux cartons sont complètement différents. Celui de Youssouf (Koné), c'est un geste (front contre front avec Andy Delort) qu'il n'aurait vraiment pas dû faire. Thiago (Mendes), c'est une mauvaise passe de Memphis, il a voulu rattraper le coup en taclant mais l'adversaire a réussi à toucher le ballon avant lui.



                Mais Lyon a toujours du mal à se remettre à l'endroit quand la partie s'enclenche mal, non ?


                C'est vrai que souvent, quand on prend un but, on baisse un peu la tête. On a encore besoin de travailler. D'essayer d'avoir un peu de caractère, de continuer à installer notre jeu. Être posés, assez intelligents pour trouver les bons mots dans les moments où c'est plus compliqué sur le terrain, ou à la mi-temps.



                Après les deux premiers matches (3-0 à Monaco, 6-0 contre Angers), Lyon s'est-il vu trop beau ?


                Non, en tout cas ce n'est pas ce que j'ai ressenti au sein du groupe. On était extrêmement vigilants à ce niveau-là, le coach aussi, le staff aussi. On n'a simplement pas réussi à faire ce qu'on aurait aimé faire.



                « Dans quatre ans on aura gagné quelque chose »



                Défensivement, quelle est la différence entre Lyon et le Portugal ? Quelle est la recette de la Seleçao pour bien défendre sans posséder des monstres physiques, derrière ou au milieu ?


                C'est défendre ensemble, défendre à onze. Si déjà tu défends à onze et que tu respectes les consignes tactiques, tu prends moins de buts. Et les statistiques défensives, c'est très, très important.



                Cristiano Ronaldo n'est pourtant pas l'attaquant le plus impliqué défensivement.


                Oui mais il fait brillamment son travail.



                Dans le vestiaire aussi, il impressionne ?


                Quand tu es le meilleur joueur du monde, tu en imposes. C'est le capitaine de la sélection, quand il parle, tout le monde l'écoute. Ce qui est tout à fait normal. Et puis il est décisif à chaque match. On ne peut qu'admirer, écouter une personne comme lui.




                CR7 avec le Portugal lors du Mondial 2018. (F.Faugere/L'Equipe)



                Quand vous parlez, vous, sans vous comparer à Ronaldo...


                Ah non, attention !



                ... Mais on vous écoute autant ?


                Je ne sais pas, je pense être écouté.



                Depuis cet été, votre numéro 2 n'est plus Mathieu Gorgelin. Ça change quoi ?


                Rien. Avec Mathieu on a fait toutes nos classes ensemble, on a réussi à atteindre le niveau professionnel tous les deux, il m'a poussé à chaque entraînement, a été présent pour moi dans n'importe quelle circonstance. C'est un ami. Voilà, maintenant avec Tata (Ciprian Tatarusanu, gardien de la sélection roumaine), ça se passe super bien. On discute beaucoup, on travaille dans le respect.



                Vous avez regardé son match, jeudi soir (la Roumanie a perdu 1-2 face à l'Espagne) ?


                Oui, j'ai regardé son match, il a été bon, a réussi une très grosse première mi-temps. Franchement, je pensais même qu'ils allaient tenir le point du nul.



                Vous avez échangé depuis ?


                Non, on aura le temps ! Il est dans son travail en sélection, il pense sélection, et c'est mieux comme ça.



                Les choses se sont-elles aplanies entre vous ?


                Mais les choses ont toujours été nickel ! Ça se passe très bien entre nous.



                Quand on prolonge à Lyon, on imagine être encore là dans quatre ans et ne pas avoir gagné de titre ?


                Non, on aura gagné quelque chose.



                Avez-vous l'impression que le fossé se rétrécit par rapport au PSG ?


                On doit essayer de se rapprocher et peut-être même de finir devant. Mais on va se concentrer sur nos matches, on ne maîtrise que ça.



                Finir au-delà de la deuxième place, ce serait un échec ?


                Oui, on se doit de viser le plus haut possible.



                En Ligue des champions, le président a évoqué les huitièmes de finale comme objectif minimal.


                Oui, il a raison, on a un groupe qui est très ouvert (Zénith, Benfica, Leipzig), à nous de montrer qu'on est au-dessus, qu'on est supérieurs. Les huitièmes, c'est un objectif qu'on doit tous avoir en tête.

                « Ce que j'ai montré la saison passée, c'est ce que je suis vraiment aujourd'hui en tant qu'homme »



                Les huitièmes de la saison passée, à titre personnel, ça reste une frustration ?


                Oui, parce que je n'ai pas fini le retour. Jouer contre le FC Barcelone, face à des joueurs de très, très haut niveau, ça donne envie d'y retourner.



                Quel souvenir gardez-vous du match retour ?


                Je me souviens des vingt premières minutes, on m'a raconté un peu ce qu'il s'était passé après.



                C'est un trou noir ?


                Je suis revenu sur le terrain mais j'étais un peu dans les vapes, je sais qu'à un moment je fais un arrêt moyen. Dans mon état normal j'aurais certainement fait mieux.






                Rétrospectivement vous vous êtes fait peur ?


                Sur le coup, oui, je n'ai pas été raisonnable. Après c'était compliqué, vous connaissez mon tempérament, le fait de ne pas vouloir sortir du terrain. Je ne maîtrisais pas tout ce que je disais, tout ce que je faisais, j'aurais vraiment dû écouter l'avis médical et sortir tout de suite.



                Si ça arrive de nouveau vous sortirez ?


                On verra. Non, je rigole, bien sûr j'écouterai.



                L'Anthony Lopes d'avant, qui pouvait dégoupiller, c'est fini ?


                Oui. On m'attendait pas mal au tournant sur la saison passée, mais c'est aussi ce que je reflète dans la vie de tous les jours. Ce que j'ai montré la saison passée, c'est ce que je suis vraiment aujourd'hui en tant qu'homme.




                Anthony Lopes (OL). (A. Martin - L'Equipe)



                Dans le nouveau contrat, y a-t-il une clause par rapport à ça ?


                Non, ils savent que tout est nickel, que tout est rentré dans l'ordre. Et on voit une nette amélioration dans mes performances, je suis moins dispersé, plus concentré, je gaspille moins de jus pour des bêtises.



                Étiez-vous le meilleur gardien de Ligue 1 la saison passée ?


                Je ne sais pas. En tout cas ce n'est pas moi qui ai eu le titre de meilleur gardien de Ligue 1 (2).



                C'est une frustration ?


                Non, parce que je sais le travail que je fais, ce que je dois continuer à faire de bien, après ce n'est pas moi qui vote. On verra à l'avenir mais je ne m'arrête pas sur ça, en tout cas. »

                (1) Anthony Lopes touche désormais un salaire brut mensuel de 400 000 euros.

                (2) C'est Mike Maignan, le gardien du LOSC, qui a été plébiscité la saison passée.



                publié le 7 septembre 2019 à 19h24mis à jour le 7 septembre 2019 à 19h26

                L'Equipe

                Commentaire


                • Nabil Fekir (ex-OL) : «Ça m'a fait du mal»


                  Transféré de l'OL au Betis Séville cet été, l'attaquant a tourné la page d'une saison dernière compliquée après son départ avorté à Liverpool.





                  Nabil Fekir revient sur la saison dernière et son présent à Séville . (P.Lahalle - L'Equipe)
                  Bilel Ghazimis à jour le 9 septembre 2019 à 22h28



                  partager


                  Mardi dernier, à Clairefontaine, Nabil Fekir (26 ans) se présente enthousiaste à l'idée de confier son bonheur d'avoir rejoint, cet été, le Betis Séville et la Liga (contre 20 M€), où il a inscrit deux buts lors des trois premières journées. Même s'il reconnaît qu'il lui a été « dur » de quitter son club formateur, l'ancien capitaine de l'Olympique Lyonnais avait besoin de ce changement et il paraît soulagé. Après son transfert avorté à Liverpool, prêt à mettre 65M€ sur la table, la saison dernière avait paru pénible pour le champion du monde, le visage et le talent régulièrement éteints. Passeur décisif pour Jonathan Ikoné face à l'Albanie (4-1), samedi, l'international français reconnaît avoir été touché par les bruits qui avaient pu l'entourer. Et comme pour mieux tourner la page, il s'est longuement confié à ce sujet.



                  Être appelé en équipe de France, cela vous rassure sur votre choix d'avoir rejoint le Betis Séville cet été ?


                  En réalité, je n'ai jamais été inquiet (sourire) ! Quand j'ai pris la décision de rejoindre le Betis, j'étais sûr de moi, sûr de mon choix. Pour l'instant, ça me réussit bien. J'ai été convaincu par le projet de jeu, par le discours des dirigeants, du coach. J'avais suivi quelques matches de cette équipe la saison dernière et ça m'a motivé pour la rejoindre. C'est un club très familial, où j'ai été très bien accueilli.



                  On aurait pu penser vous voir rejoindre un club plus huppé et qualifié en Coupe d'Europe...


                  Je peux le comprendre. Mais je suis très heureux au Betis. Et le plus important, c'est que je sois bien dans ma tête. C'est mon choix, je ne le regrette pas. C'était le meilleur projet à mes yeux. Le club comme ses supporters méritent de jouer l'Europe et l'objectif, c'est justement d'y retourner. Le public est extraordinaire. J'ai été marqué par sa ferveur.



                  Sur vos premiers matches, vous avez donné l'impression d'avoir retrouvé votre vivacité, dans le jeu avec ou sans ballon.


                  Je le ressens aussi. J'ai beaucoup travaillé, je me sens bien. C'est un jeu différent de la France, beaucoup plus technique. Ça me correspond un peu plus. Je suis épanoui humainement et sportivement. C'est ce qui compte. La Liga, c'est un Championnat qui m'a toujours attiré et j'ai la chance aujourd'hui d'y évoluer, au sein d'un club familial. J'ai retrouvé l'épanouissement qui m'a, peut-être, un peu manqué l'an dernier.




                  Nabil Fekir a déjà inscrit 2 buts en Liga. (Twitter/@RealBetis)



                  Vous aviez le sentiment d'avoir fait l'année de trop à Lyon ?


                  Non, ce n'était pas l'année de trop. Lyon, c'est un club qui m'a révélé, qui m'a tout apporté. C'est ma vie, ma ville. J'y ai toute ma famille, mes amis. La saison dernière a juste été différente des autres. Je n'ai pas fait la préparation comme tout le monde. Derrière, j'ai livré des prestations en dessous de mon niveau.



                  L'Olympique Lyonnais a pourtant tenté de vous retenir en vous proposant le plus gros contrat de l'histoire du club.


                  Il y a eu des discussions et on m'a proposé cette prolongation. Mais le président connaissait mon souhait de connaître autre chose. C'était important pour moi de grandir en tant qu'homme. Il l'a compris, même s'il a tenté de me convaincre de l'inverse. Après, c'est une personne qui a toujours fait le maximum pour que je me sente bien, à l'aise. On a toujours eu de bonnes relations.



                  On a l'impression que votre départ vous a libéré mentalement.


                  C'est vrai que, parfois, je gambergeais peut-être trop. Je n'étais pas satisfait de moi, je n'étais pas assez décisif. C'est une des raisons pour lesquelles j'étais un peu plus fermé. Mais je me sentais quand même bien à Lyon. Ce n'était pas pour ça que j'étais malheureux.
                  4 891 personnes parlent à ce sujet


                  Avez-vous trouvé que les critiques à votre égard étaient un peu dures ?


                  Elles sont normales. J'accepte les critiques et je ne me ferme pas face à elles. Quand un joueur est champion du monde, on attend forcément beaucoup de lui. Moi le premier, je sais que je n'ai pas été au rendez-vous. Mais j'ai aussi répondu présent sur des matches importants. Comme contre le Chakhtior Donestk ou Manchester City en Ligue des champions.

                  « Ce qu'il s'est dit, ce n'est pas la vérité. Le genou, il va très bien. J'ai fait une visite médicale à Clairefontaine, elle a glissé, vite fait (rires) ! On ne m'a pas parlé une seule seconde du genou »



                  Cette saison inégale, c'est lié à votre transfert avorté à Liverpool ?


                  C'est un tout. On sortait d'une année exceptionnelle, où on a été sacrés champions du monde. Je suis revenu un peu en retard, début août, juste avant le Championnat. J'ai été papa une deuxième fois. C'était une saison différente. Il y a eu plein de choses. Mais ce n'est pas vraiment le transfert avorté, car ça fait partie de la vie. C'était écrit comme ça.



                  Cela n'a vraiment eu aucune incidence sur vos prestations ?


                  Moi, j'ai essayé de ne pas y faire attention. Après, oui, ça jouait forcément sur mon mental, sur moi. Même si c'était inconscient et que je me répétais que cela faisait partie du destin. Mais ce n'est pas ça qui a fait que j'ai réalisé une saison moyenne. Aujourd'hui, ça m'arrive encore d'y penser. Mais sans ressentir de regrets.



                  Pour expliquer votre transfert avorté à Liverpool, on a pu évoquer l'état de votre genou ou encore l'intervention de vos proches. Cela vous a agacé ?


                  Ça m'a touché parce qu'il y a eu un nombre incroyable de mensonges racontés à ce sujet. Tout ce qui s'est dit sur ma famille notamment. Ça leur a fait du mal, comme ça m'a fait du mal... Surtout quand tu sais que ce qui est diffusé, c'est faux. Mais quand tu es quelqu'un de bon dans la vie, tu finis toujours par être heureux et tranquille. Et moi, aujourd'hui, je suis heureux et tranquille. D'autres ne sont pas bien. On ne va pas rentrer dans le détail...



                  Cet épisode semble toutefois encore dans votre esprit...


                  Moi, je suis tranquille car ce qu'il s'est dit, ce n'est pas la vérité. Le genou, il va très bien. J'ai fait une visite médicale à Clairefontaine, elle a glissé vite fait (rires) ! On ne m'a pas parlé une seule seconde du genou. Vous parliez de la proposition du président Aulas. Si mon genou était vraiment dans une situation critique, vous pensez qu'il m'aurait fait une telle proposition ? Mais le pire, c'est qu'on puisse avancer que c'est à cause de ma famille que le transfert n'a pas eu lieu, c'est un mensonge... Mais il faut faire avec.



                  Quelle est la vérité alors ?


                  Vous voulez la vérité ? Sachez que même moi, je ne la connais pas ! Je vous l'assure ! J'ai fait ma visite médicale et, derrière, ils ont décidé de ne pas me faire signer. À un moment, ils ont voulu me faire croire que c'était le genou. Mais il fallait bien une excuse et les tests médicaux passés à Clairefontaine étaient très clairs... Le genou, il va très bien et je me sens très bien. Le genou, il n'a rien du tout.




                  Fekir avec les Bleus. (S.Mantey - L'Equipe)



                  Cela vous a énervé ?


                  Ce qui a pu m'agacer, c'est qu'en tentant d'avancer ce pseudo-souci physique, cela a pu me griller auprès d'autres clubs qui étaient potentiellement intéressés. Alors qu'il y a d'autres joueurs qui ont connu la même blessure que moi et ça ne les a pas empêchés de retrouver une trajectoire normale. Mais je n'ai pas de rancoeur envers Liverpool. Je les ai rencontrés, nos relations étaient excellentes. Ils m'ont montré qu'ils me voulaient vraiment. Mais derrière, quand tu ne t'entoures pas des bonnes personnes, ça te cause du tort.



                  « Aujourd'hui, je n'ai plus aucun contact avec lui (Jean-Pierre Bernès, son ancien agent) et je n'en veux plus, ça ne sert à rien »



                  Ça serait donc lié à votre ancien agent, Jean-Pierre Bernès, selon vous ?


                  Peut-être... Après, comme je l'ai dit, c'est le destin. Mais quand, dans les négociations, tu n'es pas informé de tout ce qu'il se passe, ce n'est pas normal. Nous, on est une famille discrète. Et ce n'est jamais bon de vouloir diviser une famille. On a vécu tout ça comme une petite secousse. C'était un moment un peu noir de ma carrière.



                  Quel est aujourd'hui votre ressenti à l'égard de votre ancien agent ?


                  En fait, quand vous n'avez rien de bien à dire sur quelqu'un, ça ne sert à rien de parler. Sinon je vais dire des choses que je vais regretter. Ça ne correspondrait pas à mon éducation. Lui-même sait ce qu'il en est... Aujourd'hui, je n'ai plus aucun contact avec lui et je n'en veux plus, ça ne sert à rien.




                  Nabil Fekir et son ancien agent Jean-Pierre Bernès, qu'il ne côtoie plus aujourd'hui. (A.Mounic - L'Equipe)



                  Vous estimez également avoir fait des erreurs de votre côté ?


                  Je ne me suis pas entouré des bonnes personnes. Mais honnêtement, je ne regrette rien car même ces erreurs m'ont fait grandir et avancer.



                  Cela vous a-t-il rendu plus méfiant ?


                  Oui. Avec l'expérience et les erreurs que tu fais, tu es obligé d'être plus renfermé et réservé. Il y a des choses détestables dans ce milieu, qui me dérangent. Après, il ne faut pas oublier qu'avant d'être un métier, jouer au football, c'est un plaisir. Et aujourd'hui, je suis à Séville, où je me sens apaisé. En plus, il y fait beau ! (Sourire.)



                  Avec Bernès, une rupture consommée



                  Entre Nabil Fekir et son ancien agent Jean-Pierre Bernès, le divorce est désormais consommé. Achevées en avril dernier, les quatre années de collaboration entre les deux hommes semblent s'être fracassées dans les coulisses du transfert avorté de l'international français à Liverpool, à l'été 2018. Et chacun se renvoie la responsabilité de cet épisode.

                  « Il faut qu'il arrête son cinéma et de prendre les gens pour des imbéciles, martèle l'agent. Tout le monde sait ce qu'il s'est passé. Le transfert à Liverpool a capoté pour deux raisons. La première, c'est son genou même si les dirigeants anglais étaient prêts à faire un effort à ce sujet. La seconde, c'est l'irruption d'un pseudo-avocat étranger au dossier qui a demandé à ce qu'on recommence les négociations depuis le début au moment de la signature. Entre cet épisode et la visite médicale, les dirigeants de Liverpool ont décidé d'abandonner le dossier.»

                  Par la voix de son avocat, maître Carlo Alberto Brusa, Jean-Pierre Bernès a récemment assigné Nabil Fekir devant le tribunal de grande instance de Marseille. « Cette assignation est liée à la rupture prématurée du contrat d'agent conclu entre monsieur Bernès et Nabil Fekir, compte tenu du fait que le joueur ainsi que son entourage ont pris des libertés en violation des obligations contractuelles et notamment en violation de la clause d'exclusivité », résume maître Brusa.


                  publié le 9 septembre 2019 à 22h18mis à jour le 9 septembre 2019 à 22h28

                  l'Equipe

                  Commentaire


                  • OL
                    issu du journal



                    Florian Maurice, à la tête de la cellule de l'ombre de l'Olympique lyonnais


                    Malgré un été entamé dans le doute, l'équipe de recrutement de l'OL, dirigée par Florian Maurice, a gardé un rôle majeur au sein du club rhodanien.




                    Bilel Ghazi16 septembre 2019 à 00h30


                    partager





                    Avec la nomination de Juninho au poste de directeur sportif, Florian Maurice avait entamé l'été avec des interrogations. Pour le responsable de la cellule de recrutement de l'OL, elles s'étaient notamment nourries de l'arrivée de Jean Lucas, découvert sur des vidéos alors que la décision d'acheter le milieu relayeur brésilien était déjà actée.

                    Même s'il maîtrisait et appréciait le profil de Thiago Mendes, l'ancien attaquant a ensuite dû se résoudre à abandonner la piste qui menait au milieu international algérien Ismaël Bennacer (parti à l'AC Milan) pour se concentrer sur celle de l'ancien Lillois, souhaitée par Juninho et le nouvel entraîneur, Sylvinho.

                    Mais au fil des semaines, Maurice a finalement constaté qu'il conservait une place à part dans l'organisation du club rhodanien. Autant pour le récompenser de son travail que pour le rassurer, Jean-Michel Aulas avait déjà pensé à revaloriser son contrat.

                    Mais c'est surtout dans l'exercice de son influence sur les choix de recrutement que le président lyonnais a trouvé un réconfort certain. Les arrivées de Youssouf Koné (Lille) et de Joachim Andersen (Sampdoria) étaient déjà frappées du sceau de ses observations. Celle de Jeff Reine-Adélaïde (Angers) a, elle, dessiné un rapport de forces en sa faveur. Pour renforcer son milieu, Juninho n'était pas forcément convaincu par l'idée de recruter l'international Espoirs, en raison, principalement, de son coût. Mais l'intervention présidentielle a appuyé cette option, défendue par Maurice.

                    lire aussi

                    Malgré les arrivées de Juninho et Sylvinho, Florian Maurice reste en jeu à l'OL

                    Même si Juninho a pu en prendre ombrage, avec le sentiment de ne pas disposer réellement des pleins pouvoirs sportifs, le responsable de la cellule de recrutement a gardé une aura importante. Son bilan n'est pas parfait. Ces dernières saisons, Lyon a notamment pâti de son incapacité à disposer de deux défenseurs centraux performants simultanément sur la durée et ses achats ne l'ont pas aidé (Yanga-Mbiwa, Marcelo, Mammana...).

                    En interne, comme dans l'environnement du club, on regrette aussi l'investissement accordé sur des joueurs en post-formation (Pintor, Solet, Wissa, Deyonge, Fontaine...), avec la crainte qu'ils puissent boucher des joueurs issus du cru. Mais les ventes de Ferland Mendy (Real Madrid pour 48 M€ + 5) et Tanguy Ndombele (Tottenham pour 60 M€ + 10) ont aussi souligné sa capacité à dénicher des éléments à fort potentiel.

                    « Il est constamment en déplacements et bouffe du foot 24h sur 24 » - Un proche du club, au sujet de Florian Maurice

                    Intégré à la cellule de recrutement en 2009, après avoir été consultant sur OL TV, Florian Maurice a vu sa mission évoluer. « C'est quelqu'un qui se distingue par sa discrétion comme par son dévouement à son travail, explique un proche du club. Il est constamment en déplacements et bouffe du football "24 h sur 24". On peut autant le retrouver à un grand match international qu'à un tournoi de jeunes. »

                    Ces dernières saisons, des transferts au suivi des recrues, en passant par l'observation des futurs adversaires de l'OL, l'ancien international français (6 sélections, 1 but) a parfois pu sembler endosser la carrure d'un directeur sportif. Même si Aulas a finalement préféré le recentrer sur sa mission principale, menée notamment dans l'observation des équipes de France jeunes, dont il est friand. Comme le rappellent les arrivées de Moussa Dembélé, Martin Terrier ou Reine-Adélaïde.

                    Maurice à la tête d'une cellule renforcée




                    Malgré la perte de Gérard Bonneau, l'un des historiques du club, à l'été 2018, Maurice est désormais à la tête d'une cellule renforcée, composée de trois autres membres. Débauché en 2016 à Montpellier sur la recommandation de Gérard Houllier, Michel Rouquette est chargé de superviser les matchs dans le nord et l'est de la France, et plus ponctuellement en Belgique ou Allemagne.

                    Ancien responsable de la cellule de recrutement de Bordeaux, Jérôme Bonnissel a lui été intégré l'été dernier tandis que Patrice Girard a quitté, en fin de saison dernière, son poste de responsable du recrutement du centre de formation de l'OL pour renforcer le pôle professionnel. Sans oublier de nombreux collaborateurs ponctuels à l'international.

                    « Ça permet d'offrir un panel d'avis plus large dans l'évaluation des joueurs, confie une source interne. Ça permet aussi d'optimiser le travail de Florian. Les profils intéressants supervisés lui sont remontés et lui permettent souvent une première observation par la vidéo avant d'éventuellement se déplacer sur les terrains. Ce n'est pas quelqu'un qui a besoin d'observer vingt fois un joueur pour se faire un avis avant de le proposer au coach et à ses dirigeants. » Et ces derniers ont rarement regretté d'avoir suivi ses recommandations.

                    publié le 16 septembre 2019 à 00h30

                    l'Equipe

                    Commentaire


                    • OL
                      exclusivité abonnés

                      Lyon : c'est grave pour Joachim Andersen et Houssem Aouar, laissés sur le banc en Ligue des champions ?



                      Remplaçants face au Zénith Saint-Pétersbourg (1-1), mardi en C1, le défenseur central et le milieu voient déjà leur statut s'écorner. Provisoirement ou non ? Cela dépend d'eux, avant tout.








                      Remplaçants au coup d'envoi de Lyon - Zénith Saint-Pétersbourg (1-1), mardi en Ligue des champions, les Lyonnais Joachim Andersen et Houssem Aouar ne sont pas entrés en jeu

                      . Pourquoi étaient-ils sur le banc ?




                      Parce que leurs performances sont trop moyennes, tout simplement. Joachim Andersen, arrivé de la Sampdoria Gênes cet été précédé d'une réputation flatteuse, n'a pas encore réussi un match avec Lyon, en cinq sorties.

                      Depuis le début de saison, le Danois (23 ans) n'a jamais eu plus que la moyenne dans L'Équipe (5 à Monaco, contre Angers et face à Bordeaux). Il a été catastrophique à Montpellier (2) et seulement passable à Amiens (4), où sa note aurait pu chuter encore si l'arbitre l'avait sanctionné d'un penalty sur une action où il s'est accroché sans modération à son adversaire picard.



                      Au stade de la Licorne vendredi dernier (2-2), justement, il était aligné au côté de Marcelo en l'absence de Jason Denayer, blessé. Et le Brésilien s'est imposé comme le patron de ce duo d'un soir, face à une opposition très athlétique. C'est parce que l'immense Dziouba proposait le même type de programme, mardi soir, que Marcelo a été reconduit au côté du capitaine belge. Visuellement, Andersen présente tous les signes du défenseur en déficit de confiance. Il ne s'agissait pas d'aggraver son cas dès l'entrée en Ligue des champions.

                      Pour Houssem Aouar, le choix est également sportif, avant tout : correct à Monaco (5) puis brillant face à Angers (8) lors des deux premières journées, le milieu stagne depuis : il a eu 4 dans nos colonnes à Montpellier, contre Bordeaux et à Amiens. Cela fait presque un mois, donc, qu'il n'est pas à la hauteur de son talent.

                      Durant cette période, il a aussi déclaré forfait pour le rassemblement avec les Espoirs, début septembre, en raison d'adducteurs en souffrance. Houssem Aouar est-il en pleine capacité athlétique de jouer à très haut niveau ? Son retour à la compétition contre Amiens, vendredi, a plutôt indiqué que non. En Picardie, Aouar a manqué de dynamisme, de tranchant devant le but. Et d'implication défensive, aussi. Quand il a insisté, après cette rencontre, sur la nécessité de « changer les mentalités », Sylvinho devait visiblement penser à lui.

                      Mardi soir, Aouar s'est échauffé modérément sur le bord du terrain pendant l'intégralité de la deuxième période, sans entrer en jeu. « Je n'ai pas senti la nécessité d'un troisième changement », a assumé l'entraîneur brésilien qui s'est contenté de lancer (tardivement) Martin Terrier et Maxwel Cornet. Le type de phrase qui a forcément touché l'orgueil d'Houssem Aouar.






                      Doivent-ils s'inquiéter ?





                      Déjà relégué sur le banc pour le match le plus prestigieux de la saison passée, en huitièmes de finale retour de Ligue des champions à Barcelone, Houssem Aouar a enchaîné par une deuxième rétrogradation d'affilée en C1 qui a de quoi l'inquiéter. Comme en Catalogne au printemps dernier, il n'est même pas entré en jeu.

                      Mais, contrairement à la saison passée, il doit faire face à une concurrence accrue. Les débuts très probants de Jeff Reine-Adélaïde, notamment, modifient la perspective. L'ancien Angevin possède tout ce que les autres milieux n'ont pas : le dynamisme, la percussion, la capacité à créer de grosses différences balle au pied. Si Thiago Mendes a baissé de régime sur ces derniers matches, il est un élément clé du dispositif de Sylvinho et plutôt en relayeur qu'en sentinelle, le poste où il était pressenti lors de son arrivée en début de saison.

                      Du coup, il y a quatre joueurs pour les deux postes les plus offensifs de l'entrejeu (Reine-Adélaïde, Thiago Mendes, Aouar, Jean Lucas). L'ordre dans lequel ils ont été énumérés ici correspond à la hiérarchie du moment.

                      Pour Andersen, la concurrence est moins féroce. Si Marcelo a étalé ses qualités dans le combat aérien, à Amiens et contre le Zénith, il a aussi affiché ses limites quand le jeu prend de la vitesse. Le Brésilien, s'il voit sa cote remonter depuis quelques semaines, part quand même de loin après une saison 2018-2019 ratée.

                      Oumar Solet, lui, reste un recours que Sylvinho, comme Bruno Genesio, n'envisage qu'à moitié. Le Danois, plus gros pari financier de l'histoire du club (30 millions d'euros de transfert cet été), devrait retrouver sa place très vite. Sans doute même dès dimanche, pour le premier sommet de la saison en Championnat face à Paris.


                      publié le 18 septembre 2019 à 11h33mis à jour le 18 septembre 2019 à 11h47

                      'Equipe

                      Commentaire


                      • Pourquoi l'OL cale tactiquement




                        Par Christophe Kuchly


                        Le 20/09/2019 à 14:34Mis à jour Il y a 3 heures


                        LIGUE 1 - Sur une série de quatre matches sans victoire, Lyon reçoit dimanche un PSG sur la lancée de sa victoire face au Real. Après des débuts convaincants, les Gones de Sylvinho semblent désormais manquer d'idées.




                        Arrivé avec une idée très précise de la manière dont il veut voir son équipe évoluer, Sylvinho y a d'abord gagné une certaine tranquillité. Sa volonté d'évoquer ouvertement son approche tactique, aussi séduisante que ses déclarations d'intentions, a dessiné un plan de vol précis. Et son football idéal, basé sur la possession et articulé autour d'une base en 4-3-3, a forcément fait naître des parallèles avec le jeu pratiqué par le FC Barcelone, avec lequel l'ancien latéral a remporté deux Ligues des champions.

                        Mais le nouvel entraîneur lyonnais découvre depuis les conséquences négatives des déclarations d'intention de l'été. Quand le contenu n'a rien à voir avec ce qui est annoncé, difficile en effet de blâmer le système ou de dire que l'adaptation était voulue. L'heure n'est évidemment pas à la crise, mais la maîtrise des différentes phases de jeu semble régresser au fil des semaines.

                        Avec la balle : attaque en U et peur de la densité




                        Redoubler les passes neutres dans son camp n'est au fond pas un problème majeur, même si l'exercice peut vite endormir les spectateurs. À condition bien entendu de pouvoir faire autre chose, que cette absence de création soit un moyen de rester maître du jeu lors des temps faibles. Du côté lyonnais, la stérilité de la phase préparatoire se voit pourtant régulièrement, même lorsque le score n'est pas favorable.

                        Match après match, il y a des séquences entières où les quatre défenseurs font circuler le ballon de droite à gauche sans avancer, ne se retrouvant ainsi qu'avec six partenaires plus haut sur le terrain. Une situation particulièrement frappante face à Amiens, dont le 4-4-2 à plat très compact quadrillait le terrain. Sylvinho ne souhaitant pas que ses latéraux montent – ce qui obligerait l'adversaire à se déstructurer pour s'adapter à leurs déplacements – et Lucas Tousart ayant des difficultés sous pression, l'OL a alors multiplié les relances le long de la ligne de touche.




                        Jeff Reine Adelaide avec Lyon en C1Getty Images




                        Ce schéma de construction, appelé attaque en U, peut tout à fait s'avérer fonctionnel si les joueurs de couloir sont capables de faire des différences, et une équipe capable de mettre Joshua Kimmich en position de centrer ou Sadio Mané en position de tirer n'aura pas besoin de passer par l'axe. Avec des latéraux forcés de rester bas en couverture et des ailiers stériles, l'OL, malgré un excellent joueur de tête en Moussa Dembélé, n'est cependant pas équipé pour vivre le long de la ligne de touche. D'autant que Jeff Reine-Adélaïde, Thiago Mendes et Houssem Aouar, ses éléments les plus créatifs, évoluent au cœur du jeu.

                        Meilleurs passeurs sous-utilisés




                        Et c'est là que la prudence du nouvel entraîneur se retourne contre lui. En évitant de jouer dans l'axe, zone dense où le risque de perdre la balle est plus grand, Sylvinho sous-utilise ses meilleurs passeurs. Si ses circuits offensifs, basés sur des passes courtes, permettent de presser à la perte puisqu'il y a toujours plusieurs joueurs à proximité du ballon, il peine à trouver des associations capables de faire progresser le jeu dans les petits espaces. Tout le contraire de l'Ajax, habitué à jouer "petit" mais dont tout l'effectif permute à l'unisson en maîtrisant l'appui-remise, et qui y voit le moyen de protéger une défense très dégarnie.

                        Si, avec Bruno Genesio, les artistes lyonnais semblaient parfois partir d'une feuille blanche sur laquelle ils laissaient parler leur imagination, tantôt inspirés tantôt adeptes du gribouillage, Sylvinho leur donne des points à relier. Puisque personne ne dépasse, il n'y a pas de funeste surprise, de buts encaissés en transition parce qu'un joueur a pris la liberté de dézoner sans être couvert. Mais, si les schémas mécaniques du jeu de position permettent de créer des décalages, les plans du Brésilien n'impliquent pas la fixation systématique d'un adversaire et en deviennent lisibles. Les limites dans le jeu vers l'avant de Tousart, pointe basse du milieu, ne font alors qu'aggraver la stérilité d'une équipe qui peut piquer mais a beaucoup de mal à créer.




                        Lucas TOUSART of Lyon and Gael KAKUTA of Amiens during the Ligue 1 match between Amiens and Lyon at Stade de la Licorne on September 13, 2019Getty Images

                        Sans la balle : bloc déstructuré et indiscipline




                        Les premières minutes du match face au Zénit ont amené plusieurs séquences incompréhensibles au haut niveau. On y voit Yaroslav Rakistkiy, défenseur central parmi les meilleurs relanceurs du monde, laissé libre avec de multiples solutions de passes entre les lignes et en profondeur. Rapidement identifié par le coach lyonnais et corrigé par un passage en 4-4-1-1 à la douzième minute, le problème n'a jamais été totalement résolu, l'espace entre les lignes restant énorme. D'autant que, si Dembélé ne pouvait pas cadrer seul une défense en surnombre, Memphis Depay n'a jamais réellement fermé l'intervalle intérieur. Perturber le porteur est pourtant l'une des clés pour bien défendre, un homme démarqué étant inoffensif si la passe est impossible.

                        Très volontaire et plutôt efficace dans son pressing à la perte de balle, une situation qui lui permet de rester sur de longues séquences dans le camp adverse une fois qu'il a réussi à y aller, l'OL ne maîtrise en revanche pas du tout le bloc médian. Sa disposition habituelle, un 4-5-1 où Tousart décroche régulièrement derrière les milieux, n'est en soi pas pénalisante – même si énormément d'équipes préfèrent le 4-4-2 avec les attaquants sur les centraux adverses pour empêcher tout décalage dès la première passe. Mais il n'y a pas d'unité de pensée collective, de compensation quand un partenaire est aspiré par un appel.

                        Si les milieux réagissent très facilement aux déplacements adverses, la ligne défensive reste toujours à plat, dans une interprétation rigide, très scolaire et déconnectée du reste du onze, qu'on devine voulue. Face à Bordeaux, match où Thiago Mendes occupait pour une fois le poste de numéro 6 qui semble fait pour ses qualités avec le ballon, l'ancien Lillois a ainsi été mis en sous-nombre et sans cesse attaqué par des Bordelais dont l'objectif était de trouver des joueurs dans le dos des relayeurs.

                        Thiago Mendes en C1 avec Lyon, 2019Getty Images

                        Sans dépassement de fonction, il faut gagner la bataille géométrique




                        Là encore, comme pour les attaques, dont la stérilité ne devient embêtante que si elle est systématique, la conséquence n'est qu'indirecte. En gardant toujours quatre défenseurs, Lyon, certes facile à percer dans l'axe, se retrouve généralement en supériorité numérique et en capacité de s'en sortir sans dégâts. Mais, tant qu'il ne sera pas capable dicter ses propres termes à des affrontements face à des adversaires moins talentueux, le club rhodanien touchera aux limites de son style. Une façon de jouer où, sans dépassement de fonction, il faut gagner la bataille géométrique.

                        Convaincu que son plan était plus fort que les individualités, Louis van Gaal n'a pas toujours eu raison. Mais ses nombreux succès sont arrivés quand toute l'équipe adhérait à son idée, au point que le terrain devienne un calque du tableau noir – dont on voyait alors la supériorité sur les antidotes testés par les entraîneurs adverses. Côté lyonnais, toute l'interrogation est là, dans cette incertitude sur la viabilité de ce qui est prévu en coulisses. La tactique est-elle mauvaise ou simplement mal appliquée ? Mi-septembre, et même si certains coaches transforment leur équipe en très peu de temps, la prudence s'impose. En abandonnant les discours sur le jeu pour insister sur les notions de mérite et la mentalité, haranguant là où il semblait vouloir expliquer, Sylvinho prend cependant le risque de quitter le chemin qu'il a lui-même balisé.

                        Eurosport

                        Commentaire


                        • issu du journal

                          Juninho (OL) - Leonardo (PSG), le match des directeurs sportifs

                          Avant le match entre l'OL et le PSG, L'Equipe compare les méthodes des directeurs sportifs des deux clubs, en poste depuis cet été.






                          Juninho et Leonardo.
                          Hugo Guillemet et Damien Degorremis à jour le 22 septembre 2019 à 00h17
                          partager




                          Les deux clubs français les plus performants de ces quinze dernières années sont aujourd'hui dirigés par deux Brésiliens : Juninho et Leonardo. Les deux hommes ne se sont jamais rencontrés au cours de leur carrière de footballeur, ni en club ni en sélection. Les arrivées de l'un et l'autre ont généré beaucoup d'espoirs à Lyon et à Paris : « Juni », parce qu'il avait un brillant passé de joueur à l'OL (2001-2009) ; « Leo », parce qu'il avait un passé de directeur sportif dans la capitale déjà concluant (2011-2013). Près de trois mois après leur nomination, quel est leur impact dans leur club respectif ?



                          Réseau : Leo, le Brésil et l'Italie


                          Juninho. En vivant depuis plusieurs années au Brésil puis aux États-Unis, Juninho n'a pu appréhender le marché européen. Il s'en remet donc à Florian Maurice, en qui il a une grande confiance. Son réseau est essentiellement brésilien. Avant de revenir en France, il a d'ailleurs parfois soumis des profils à l'OL, ces dernières saisons, comme ceux d'Arthur (aujourd'hui au FC Barcelone), Lucas Paqueta (AC Milan) ou Ayrton Lucas (Spartak Moscou). Cet été, il a oeuvré pour la venue du milieu Jean Lucas, et il fut surtout le décideur pour la nomination de l'entraîneur, Sylvinho.


                          Leonardo. À la différence de son prédécesseur dans la capitale, Antero Henrique, Leonardo ne travaille pas avec un noyau d'agents réduit. Il parle avec tout le monde, sans discrimination, n'a pas de réseau proprement dit. Malgré tout, le directeur sportif parisien a une connaissance du marché italien très pointue et se porte peut-être plus naturellement vers la Serie A dans ses recherches. Il connaît aussi, évidemment, les jeunes Brésiliens sur le bout des doigts.

                          Management : Juninho le plus chaleureux


                          Juninho se veut proche de ses collaborateurs et des joueurs, avec qui il essaie de nouer des relations solides. Le Lyonnais estime que la proximité et ses manières chaleureuses ne doivent pas empêcher le travail et le respect de la hiérarchie. Tous les joueurs de l'effectif ont son numéro et chacun peut échanger librement avec lui. L'ex-capitaine rhodanien se montre toujours rassurant avec eux, ce qui a pu agacer Pape Cheikh Diop (parti depuis au Celta Vigo) cet été, qui trouvait le discours en décalage avec la réalité.

                          Leonardo. Son gant a beau être de velours, la main de Leonardo est en acier. Il entend placer le PSG au-dessus des individualités et ne déroger à aucune règle. Déjà, à l'époque de Zlatan Ibrahimovic, il avait montré une fermeté inébranlable lorsque le Suédois refusait de se rendre à un contrôle antidopage, un soir de titre... à Lyon. Le nouveau patron du PSG a aussi imposé le retour des mises au vert pour laisser moins d'espace aux erreurs, comme les retards aux rendez-vous.

                          Mercato estival : le Parisien plus expérimenté


                          Juninho a vécu l'été comme un tourbillon : un retour de rockstar puis tout de suite le travail, dans un rôle qu'il découvre. Son enthousiasme a été douché par la réalité du mercato et la gestion des coups de fil, trop fréquents à son goût, des agents et entourages des joueurs. Il a fini le mois d'août rincé mais a su délier quelques noeux, comme celui lié à l'avenir de Cornet. Dans le début de saison réussi (3-0 à Monaco et 6-0 contre Angers), il est toujours resté mesuré. Aujourd'hui, il assume les critiques liées à la mauvaise passe de l'OL.

                          Leonardo. Nommé mi-juin, il a commencé par valider les pistes travaillées par Antero Henrique (Herrera, Sarabia) puis celle tant désirée par Thomas Tuchel (Gueye) avant d'imposer sa patte. Il y a l'obtention du prêt de Mauro Icardi mais aussi le recrutement de deux gardiens (Navas et Rico). C'était sa volonté et rien, pas même des discussions avec le staff, ne l'a fait dévier. Enfin, son été a été « égayé » par le dossier Neymar, sur lequel il a montré sa détermination.



                          Aura : du crédit, beaucoup de crédit


                          Juninho. Elle est immense à Lyon, c'est sa force et du même coup celle des dirigeants rhodaniens, qui ont acheté la paix sociale et du temps en rapatriant une icône absolue pour les supporters. L'ancien milieu de terrain a attiré les foules lors d'une séance de dédicaces organisée pour lui il y a quelques semaines, et les joueurs formés au club l'admirent. Il a su également se faire aimer par les salariés du club par son intelligence et sa simplicité. 158 personnes parlent à ce sujet



                          Leonardo. Elle est énorme. Le retour de Leo à Paris était attendu, espéré, rêvé par tous les salariés. Au-delà de sa vision sportive, il s'intéresse à tous les domaines de la vie du club (marketing, commercial, communication...) et s'adresse à chaque salarié comme s'il était unique et indispensable. Sa seule arrivée a suffi à déclencher un véritable vent d'optimisme à tous les niveaux du club.

                          Communication : le Lyonnais plus discret


                          Juninho. Elle se limite pour l'instant aux conférences de presse de présentation de joueurs. Son président Jean-Michel Aulas s'est déjà amusé à dire que la parole revenait au Brésilien. Mais ce dernier souhaite rester le plus discret possible, il ne laisse filtrer aucune information et a réduit au minimum ses relations avec les médias, dont il attend une analyse libre et désintéressée de son travail.

                          Leonardo. Encore un domaine dans lequel il excelle. Tout est maîtrisé, calculé, sans fausse note. Et s'il devait en commettre une, à l'image de son altercation avec l'arbitre de PSG-Valenciennes (M. Castro), en mai 2013, sous le regard des caméras, elle n'est jamais involontaire. « Leo » sait toujours quand et à qui s'adresser, selon les messages qu'il entend faire passer. Sa maîtrise de cinq langues l'aide bien.

                          publié le 22 septembre 2019 à 00h02mis à jour le 22 septembre 2019 à 00h17

                          l'Equipe

                          Commentaire


                          • JEAN-MICHEL AULAS (OL) : « Certains joueurs me déçoivent »




                            PUBLIÉ LE 20 OCTOBRE 2019 À 10H10 - MIS À JOUR LE 20 OCTOBRE 2019 À 12H10 ROBERT LANGER



                            Interrogé par nos confrères de L’Equipe, Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, s’est confié après le match nul de samedi contre Dijon (0-0, 10eme journée de Ligue 1). Pour la première de Rudi Garcia, les Gones ont affiché du mieux dans le jeu, mais le boss des Gones attend davantage de certains.
                            !


                            Alors que l’OL n’a pu faire mieux qu’un match nul lors de la réception de Dijon (0-0, 10eme journée de Ligue 1), samedi après-midi, Jean-Michel Aulas ne cache pas une certaine inquiétude. Dans un entretien accordé à nos confrères de L’Equipe, le président lyonnais est revenu sur la mauvaise de son équipe. La victoire n’est pas au rendez-vous, mais les coéquipiers de Marcelo ont tout de même affiché une qualité de jeu supérieure pour la première de Rudi Garcia, le successeur de Sylvinho. Il y a de vrais signes positifs selon le boss des Gones : « J’ai vu ce qu’il s’est passé à la causerie et dans le vestiaire. J’ai trouvé un changement. Il n’y a pas photo. Malgré le fait qu’il est passé par Marseille et que cela choque un certain nombre de supporters dans un jugement un peu rapide, Rudi (Garcia) a bien repris les choses en main. Il a amené une rigueur qu’on avait perdue. Il n’y en avait pas à l’entraînement et dans la vie de tous les jours. Et en match, on se liquéfiait. Evidemment, il y a une déception de ne pas avoir gagné. Certains diront que c’est une catastrophe, mais ce n’est plus catastrophique. Ça l’était jusqu’au derby. Là, on inverse la courbe ».

                            AULAS : « CERTAINS ME DÉÇOIVENT »





                            Thiago Mendes (Lyon)
                            Thiago Mendes (Lyon)



                            Jean-Michel Aulas reconnait une erreur avec l’inexpérimenté Sylvinho, mais il ne faut pas oublier la part de responsabilité des joueurs. « Certains me déçoivent. Je ne vais pas les citer, ils se reconnaitront. La saison dernière, ils étaient les meilleurs dans leurs clubs. Aujourd’hui, ils sont l’ombre d’eux-mêmes. » Relancé sur le cas de Thiago Mendes, qui a été recruté pour 22 M€ + des bonus, « JMA » attend une réaction du milieu de terrain brésilien, même si d’autres éléments sont aussi concernés. « Il y a peut-être des raisons que je ne connais pas ou que je ne veux pas prendre en compte, mais lui comme d’autres doivent complètement s’assumer et se reprendre. On les achetés parce que ce sont de très bons joueurs et qu’on voulait les faire progresser. Mais il n’y a pas que lui. »

                            L'ÉQUIPE@lequipe
                            Dans un entretien accordé à L’Équipe, Jean-Michel Aulas pointe les prestations insuffisantes de certains de ses joueurs, sans donner de noms : « Des joueurs me déçoivent »http://ow.ly/TfvQ30pKq60 #OLDFCO Voir l'image sur Twitter
                            44
                            06:52 - 20 oct. 2019
                            Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
                            football 365

                            Commentaire


                            • OL : le nivellement par le bas


                              Publié

                              il y a 13 minutes

                              le

                              21 octobre 2019
                              Par

                              Corentin Marabeuf


                              Outre ses recrues qui déçoivent, l’Olympique lyonnais paraît plombé par certaines individualités qui abaissent le niveau global de l’équipe, mais qui continuent d’être alignées.



                              Faute de meilleurs résultats, Rudi Garcia devra s’y habituer. Pour sa première à domicile, le nouvel entraîneur lyonnais a reçu un accueil hostile, samedi contre Dijon (0-0). Hué et visé par une banderole du virage Nord (« Garcia, notre patience sera égale au respect que tu as montré au club : nulle »), le technicien a pu se rendre compte de la défiance des supporteurs à son égard. Il a aussi pu vérifier que l’entraîneur n’est pas toujours en première ligne, à Décines. Les joueurs ont donc également eu droit à leur banderole. « Joueurs : un derby honteux, deux entraîneurs en six mois et si c’était vous le problème ? », pouvait-on lire dans le Kop Virage Nord.

                              S’il a très peu goûté à l’accueil réservé à Garcia, Jean-Michel Aulas n’a pas donné tort à ses supporteurs, sur le deuxième point. « Il y a eu une banderole pour rappeler qu’on avait changé deux fois de coach mais que c’étaient les mêmes joueurs, pour la plupart. Elle a un fond de vérité, a reconnu le président lyonnais, dimanche dans L’Equipe. Je ne réclame pas d’indulgence. C’est du management de base, de la psychologie. Si vous avez des enfants qui font des conneries et qui ne réussissent pas à récole, si vous les matraquez en termes d’analyses et d’insultes, vous n’avez aucune chance de les mettre dans la bonne trajectoire. »


                              Traoré, symbole d’une génération



                              La bonne trajectoire, Thiago Mendes, sifflé à sa sortie à l’heure de jeu contre Dijon, l’a perdue de vue depuis son carton rouge contre Bordeaux (1-1), le 31 août. « Lui comme d’autres doivent complètement s’assumer et se reprendre, a indiqué Jean-Michel Aulas. On les a achetés parce que ce sont de très bons joueurs et qu’on voulait les faire progresser. Mais il n’y a pas que lui. » A vrai dire, ils sont nombreux. Et, eux, ont déjà bénéficié de toute l’indulgence du monde. Copieusement sifflé lors de son entré en jeu à la place de Maxwel Cornet, Bertrand Traoré a épuisé depuis un bon moment, son crédit auprès des supporteurs. Mais pas encore auprès de ses entraîneurs.

                              Sur l’aile droite, le Burkinabé a encore étalé sa palette de joueur de couloir au jeu stéréotypé. Comme les autres défenseurs de Ligue 1, les Dijonnais l’attendaient à le voir rentrer sur son pied gauche pour tenter une frappe ou des centres, qui ont souvent fini au troisième poteau. Rudi Garcia avait demandé à ses ailiers de coller la ligne, avec Traoré, qui ne s’est même pas servi de son pied droit pour servir Kenny Tete, l’entraîneur s’est peut-être rendu compte qu’il n’avait pas misé sur le bon numéro. Débarqué à l’Olympique lyonnais en juin 2017, l’attaquant symbolise cette génération de joueurs qui pensent que leur talent suffit pour réussir. A défaut d’y arriver, ces derniers semblent se satisfaire d’une situation bancale, entre quelques titularisations et des entrées en jeu. C’est aussi le cas de Tete, qui n’a plus dit un mot depuis sa conférence de presse de présentation, il y a deux ans.

                              Une médiocrité contagieuse


                              Dans son opération sauvetage, Rudi Garcia s’est promis d’identifier, dans un premier temps, les leaders, ceux qui sont capables de tirer leurs coéquipiers vers le haut. Depuis un peu plus de deux ans, le nivellement se fait en fait par le bas à l’OL. Aussi talentueuses soient elles, les recrues paraissent, pour la plupart, méconnaissables lorsqu’elles revêtissent le maillot lyonnais. Comme s’il régnait une sorte de médiocrité contagieuse au sein du club rhodanien. D’un côté les joueurs suffisants, de l’autre ceux qui n’ont tout simplement pas ou plus le niveau pour évoluer à l’OL. Dans le deuxième cas, la situation est plus complexe pour un entraîneur.

                              Bruno Genesio puis Sylvinho, ont ainsi eu envie de donner leur chance à des éléments irréprochables dans l’état d’esprit mais défaillants sur le terrain. Samedi, Rudi Garcia a imité ses deux prédécesseurs en titularisant Marcelo et Lucas Tousart. Plutôt solide défensivement, le Brésilien n’a jamais rien apporté dans la construction du jeu, à part quelques rares ouvertures vers l’avant. Sa lenteur rend également la gestion de la profondeur difficile. Le milieu, n’a quant à lui rien de la rampe de lancement indispensable dans un système en 4-3-3. Incapable de jouer dans la verticalité, approximatif sur toutes ses prises de balle et hésitant dans son placement, l’ancien Valenciennois enchaîne les titularisations en même temps que les prestations médiocres. Pire, l’Aveyronnais n’a plus progressé depuis trois ans. Derrière les indéboulonnables, Rayan Cherki (16 ans) a apporté le vent de fraîcheur dont l’OL avait bien besoin. Le signe que les positions ne sont pas figées. Reste à redistribuer totalement les cartes, cette fois par le haut.


                              Lyon Capitale (OetL)

                              Commentaire


                              • Tactique : Lucas Tousart, mauvais profil











                                TACTIQUE. Et si même les fans de Lucas Tousart se trompaient sur le profil de leur chouchou ? Vanté pour son côté joueur de l’ombre, l’ex-Valenciennois qui n’hésite pourtant jamais à prendre la lumière des caméras n’a en effet pas grand-chose à voir avec un grand numéro 6.

                                Il suffit pour s’en convaincre de se poser devant un match de l’OL et de fixer Tousart, un test qui a déjà refroidi quelques-uns de ses partisans au sein de notre entourage. S’il n’y a pas besoin d’être particulièrement attentif pour constater que l’Aveyronnais n’est pas vraiment à l’aise balle au pied, le suivre des yeux fait se rendre compte qu’il n’a pas non plus la science du placement nécessaire pour équilibrer l’équipe ou le sens du duel pour récupérer efficacement le ballon lorsque son équipe ne l’a pas.


                                Mehdi@ElouarMehdi
                                Quasiment à chaque match, l’OL joue contre une équipe qui a un meilleur milieu défensif que Tousart.

                                Ndong aujourd’hui.
                                673
                                19:08 - 19 oct. 2019
                                Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
                                131 personnes parlent à ce sujet





                                Des qualités pourtant égrénées par ses défenseurs pour expliquer sa quasi-inamovibilité au poste de seule sentinelle. Pas vraiment sûr que ce soit là que Tousart soit le plus à l’aise. Ses matchs références ? La victoire à Monaco en décembre 2016 (1-3) et celle au même lieu lors de la première journée de la saison en cours (0-3). Deux rencontres que le numéro 29 de l’OL a marqué de son empreinte en allant vers l’avant, grâce notamment à sa puissance qui fait qu’il est difficile à arrêter une fois lancé.

                                Grâce aussi à des circonstances favorables, certes, avec la blessure à l’échauffement de Maxime Gonalons en 2016 qui avait fait redescendre d’un cran Corentin Tolisso (initialement numéro 10 et remplacé par Nabil Fekir) dans un double pivot plus dynamique que celui Gonalons-Tousart de sinistre mémoire et l’expulsion de Cesc Fabregas en 2019 qui a forcément offert des espaces à Tousart, après une première demi-heure où il n’avait touché que 7 ballons.

                                Pas inamovible dans notre OL


                                Mais ces deux matchs donnent malgré tout un bon aperçu de la force de Tousart, un mot à prendre dans les deux sens car sa principale qualité est effectivement physique avec cette puissance de bûcheron et cette endurance de marathonien. Pas de quoi en faire un 6 pour autant, malgré une certaine tendance à vouloir mettre à ce poste des joueurs d’abord physiques. On l’imagine ainsi plus efficace un cran plus haut, là où il pourra lancer le pressing tout en étant couvert et où ses courses pourront servir à percer les défenses en servant de fausses pistes ou en étant servies à pleine puissance.

                                Reste à savoir s’il y a une place dans le onze de l’OL pour un tel profil en milieu relayeur, un poste où Houssem Aouar, Jeff Reine-Adélaïde voire Jean Lucas semblent pour l’instant supérieurs. Et vu qu’on a du mal à imaginer que Thiago Mendes ou Maxence Caqueret sortent des prestations moins bonnes en 6 que le Tousart de ce début de saison, on a bien du mal à le voir aussi inamovible dans notre OL que dans celui de la réalité.

                                Hugo Hélin

                                (Photo Damien LG / OL)

                                le LiberoLyon

                                Commentaire


                                • À l'OL, le recrutement estival ne porte pas encore ses fruits

                                  L'Olympique Lyonnais a misé 68 millions d'euros hors bonus pour enrichir son effectif cet été. Mais il tarde à en récolter les fruits. Trop loin du niveau attendu, les recrues connaissent des fortunes diverses depuis leur arrivée.




                                  (L'Equipe)
                                  Bilel Ghazi, à Lisbonnemis à jour le 23 octobre 2019 à 00h25
                                  partager




                                  Thiago Mendes, loin du portrait-robot




                                  Thiago Mendes contre le Zenith Saint-Petersbourg (1-1). (A. Martin/L'Equipe)

                                  Samedi, dans une fin de journée sombre et pluvieuse, la bronca assourdissante du Groupama Stadium a alourdi l'atmosphère déjà tendue réservée à l'OL pour la réception de Dijon (0-0). Remplacé par Jeff Reine-Adélaïde (62e), Thiago Mendes a vécu cette sanction populaire la tête baissée. Symbole de la nouvelle ère sportive entamée par Lyon et figure de proue du recrutement, le milieu Brésilien (27 ans) a pris de plein fouet le sentiment suscité par son début de saison raté et inquiétant.

                                  Un peu plus tard dans la soirée, son président, Jean-Michel Aulas, n'avait pas forcément souhaité cristalliser sa critique sur lui au moment d'évoquer « certains joueurs » qui « (le) déçoivent ». Mais, sans le nommer, c'est bien Thiago Mendes qu'il prenait en exemple. « Je ne vais pas les citer, ils se reconnaîtront, expliquait le président de l'Olympique Lyonnais. La saison dernière, ils étaient les meilleurs dans leur club. Aujourd'hui, ils sont l'ombre d'eux-mêmes. » Recruté pour 22 M€ (plus 4,5 M€ d'éventuels bonus), le Brésilien sortait d'une saison brillante avec Lille. Et il semblait être ce joueur souhaité par le directeur sportif Juninho devant la défense, « fin techniquement, qui aime le ballon et qui fasse jouer son équipe, un patron ». Thiago Mendes figurait déjà parmi les joueurs surveillés par Florian Maurice, le responsable de la cellule de recrutement. Mais il n'en était pas la priorité, portée sur l'Algérien Ismaël Bennacer (parti depuis à l'AC Milan). Jusqu'à l'arrivée de Juninho et de l'entraîneur Sylvinho.



                                  «Je vais aider Thiago à redevenir celui de la saison dernière



                                  Rudi Garcia, son entraîneur



                                  Quelques mois plus tard, l'ex-Lillois est pourtant loin du portrait-robot décrit par son dirigeant. Pas plus convaincant en sentinelle qu'en relayeur, pas plus souverain à la récupération que dans l'impulsion du jeu, il est désormais au coeur des critiques. « C'est un joueur de grande qualité, défend son nouvel entraîneur, Rudi Garcia. Il a encore des choses à améliorer. Ce n'est pas si facile que ça de s'intégrer dans un nouveau club. C'est un joueur que je voulais à l'OM, la saison où Lille a failli descendre (en 2017-2018). C'était déjà le meilleur de son équipe. On n'avait pas pu le prendre pour différentes raisons, notamment financières. Mais c'est un joueur que j'aime bien. »

                                  Malgré cet adoubement, le technicien lyonnais ne peut pas nier le passage compliqué de Mendes, même s'il en a identifié certaines raisons : « C'est un joueur, notamment la saison dernière, qui jouait toujours dans un milieu à deux. [...] Je pense qu'il a besoin d'apprendre un peu plus le poste de relayeur dans un milieu à trois, comme ce fut le cas à l'entame du match contre Dijon. Après vingt minutes, il s'est retrouvé à deux avec Lucas (Tousart) car Houssem (Aouar) est monté un peu plus haut. Donc il a peut-être besoin de retrouver des repères à deux ou qu'on lui apprenne peut-être un peu mieux à évoluer dans ce rôle de milieu relayeur droit. C'est un joueur très, très important. Et effectivement, puisque je l'ai sorti au bout d'une heure, il ne m'a pas donné satisfaction lors du dernier match. »





                                  Pour favoriser l'intégration de son joueur, Rudi Garcia pointe d'ailleurs l'une des obligations qu'il lui a fixée. « Thiago ne parle pas suffisamment le français, souligne-t-il. Par contre, il comprend tout. Mais c'est important dans la communication avec ses partenaires. Donc il va prendre des cours de français, en interne, assez rapidement. Je suis là pour aider tous mes joueurs et je vais aider Thiago à redevenir celui de la saison dernière. Ce qui fera le plus grand bien à l'OL. » C'est même devenu une nécessité.




                                  Ciprian Tatarusanu, la mauvaise com'





                                  Ciprian Tatarusanu lors de la pré-saison contre Liverpool (1-3). (A. Martin/L'Equipe)




                                  Actée fin août, la prolongation d'Anthony Lopes (jusqu'en 2023) a prématurément mis fin aux espoirs de Ciprian Tatarusanu d'endosser le rôle de gardien titulaire de l'OL à court, moyen ou long terme. Au moment de s'engager libre avec le club rhodanien, en juin, l'ancien Nantais était pourtant habité de cette ambition, alimentée par le discours des dirigeants. « Personne ne m'a dit que je venais à Lyon pour être numéro 2, avait-il précisé, lors de sa présentation à la presse. Si on m'avait dit ça, je ne serais pas venu. » Glaciale au départ, sa relation avec Lopes s'est normalisée avec le temps. Mais l'international roumain peut difficilement se satisfaire de cette situation et réfléchirait à un départ cet hiver, surtout si sa sélection se qualifie pour l'Euro 2020. Même si ses conditions financières confortables pourraient constituer un frein.



                                  Joachim Andersen, l'étouffant statut




                                  Joachim Andersen contre Monaco (0-3). (J. Prevost/L'Equipe)

                                  Il pourrait être le premier grand perdant de l'arrivée de Rudi Garcia. Même si rien n'est figé et qu'il a peut-être « payé », en partie, d'être revenu tardivement de sélection, Joachim Andersen a vu Jason Denayer et surtout Marcelo lui être préférés contre Dijon (0-0), samedi. Là où la situation paraît plus complexe pour le Danois, c'est que ce choix répond à une logique sportive. Très inquiétant en début de saison, le défenseur central avait redressé la barre de manière significative. Mais essentiellement dans une défense à trois dont Garcia n'est pas très friand. En grande difficulté en 2018-2019, Marcelo est, lui, l'une des rares satisfactions lyonnaises des dernières semaines. Même si le Brésilien en est sûrement conscient, sa marge d'erreur est moindre au regard de l'investissement consenti sur Andersen, recruté pour faire la paire avec Denayer et qui pourrait devenir le joueur le plus cher de l'histoire du club (24 M€ + 6 M€ de bonus éventuels).




                                  Jean Lucas, le casting qui interroge




                                  Jean Lucas lors de la pré-saison contre Liverpool (1-3). (A. Martin/L'Equipe)



                                  Souhait de Juninho, Jean Lucas était inconnu de la cellule de recrutement, qui l'a découvert sur vidéos alors que son arrivée de Santos était déjà actée. Apparu en cours de jeu à sept reprises, le milieu a depuis montré des qualités et même marqué son premier but en L 1, contre Angers (6-0). Le Brésilien semble néanmoins difficilement pouvoir espérer mieux, pour le moment, qu'une place de joueur de complément. Contre Dijon (0-0), il a même été envoyé en tribunes. En interne, son recrutement est regretté par ceux qui considèrent que sa place dans la rotation aurait été plus profitable à un joueur de l'académie. Comme Maxence Caqueret, méritant à l'entraînement et dont l'éclosion était attendue cette saison. L'international des moins de 20 ans envisagerait un départ cet hiver.



                                  Youssouf Koné, le faux départ




                                  Youssouf Koné contre le Zenith Saint-Petersbourg (1-1). (A. Martin/L'Equipe)



                                  Acheté 9 M€ à Lille, le Malien avait consenti à raccourcir ses vacances, au sortir de la CAN, pour accélérer son intégration à l'OL. Titulaire dès l'entame du Championnat, Youssouf Koné a pourtant surtout vu son début d'aventure lyonnaise frappé du sceau de l'indiscipline. Expulsé à Montpellier pour un mauvais geste (0-1, le 27 août), le défenseur a déjà été suspendu trois rencontres, dont une par révocation d'un sursis. Il a aussi été laissé au repos contre Nantes (0-1, le 28 septembre). Sa coupure estivale raccourcie ne l'a pas aidé à trouver la bonne carburation pour faire oublier son prédécesseur, Ferland Mendy (Real Madrid), et écarter la concurrence de Fernando Marçal, titulaire samedi contre Dijon (0-0). Avec la blessure du Brésilien, Koné devrait toutefois débuter ce mercredi.



                                  Jeff Reine-Adélaïde, le paradoxe




                                  Jeff Reine-Adélaïde contre Dijon (0-0). (A. Martin/L'Equipe)





                                  À Saint-Étienne (0-1, le 6 octobre) puis contre Dijon samedi (0-0), Jeff Reine-Adélaïde a conclu l'ère Sylvinho comme il a entamé l'ère de Rudi Garcia, sur le banc. Remplaçant lors de trois des quatre dernières rencontres, l'international Espoirs est pourtant sûrement la recrue à avoir marqué le plus de points aux yeux du public et des observateurs jusqu'ici. Recruté à Angers pour 25 M€ hors bonus, le milieu relayeur a séduit par sa qualité technique, sa capacité à casser les lignes et sa mobilité. À son débit, il doit encore progresser dans le dernier geste pour être efficace. Et tactiquement, après avoir longtemps évolué ailier, il est encore en quête de repères, notamment dans sa relation aux autres. Mais dans sa situation, marquée notamment par ses difficultés en transition offensive, l'OL peut difficilement se priver durablement de ses qualités intrinsèques.





                                  publié le 23 octobre 2019 à 00h22mis à jour le 23 octobre 2019 à 00h25

                                  l'EQUIPE

                                  Commentaire


                                  • OL : comment Léo Dubois s'est imposé sur le terrain et dans le vestiaire

                                    En un peu plus d'une saison à l'OL, le latéral a accédé au statut d'international. Dans un club en crise, il est devenu un cadre important au tempérament insoupçonné.




                                    Léo Dubois, latéral droit de l'OL. (A. Martin/L'Équipe)
                                    Régis Dupont et Thomas Doucet25 octobre 2019 à 21h52
                                    partager


                                    Un simple repas organisé entre co­équipiers a donné à Léo Dubois une autre dimension. Le latéral droit (25 ans) a réservé la table qui réunit les joueurs de l'OL dans un établissement réputé de la ville, quarante-huit heures avant le déplacement à Leipzig, en Ligue des champions. Le succès inespéré (2-0, le 2 octobre) décroché dans la foulée en Allemagne imprime un temps l'idée qu'il aurait suffi aux Lyonnais de dîner ensemble pour former une équipe. La suite (2 défaites, 1 nul) a rappelé combien la construction collective passe par d'autres biais. Mais peu importe, finalement.



                                    Aux yeux du microcosme local, le latéral lyonnais était, une fois de plus, allé au-delà de ce qu'on attendait de lui. Le résumé d'une carrière, en fait, de ses débuts timides en Ligue 1 avec Nantes à ces derniers mois où, devenu international A, Léo Dubois a intégré le conseil des sages instauré par Sylvinho, au bout d'une seule saison à l'OL. « Si on m'avait dit cela quand je l'avais en moins de 17 ans, je ne l'aurais pas imaginé, rappelle Samuel Fenillat, le directeur de la formation au FCN. Autant on pouvait le penser plus facilement pour un garçon comme Veretout, autant lui ce n'était pas celui qui était en avance. Il avait l'attitude pour progresser et il ne doit cette réussite qu'à lui-même. Mais à aucun moment on ne se disait : tiens, il sera international. »


                                    Léo Dubois avec l'équipe de France. (F. Faugère/L'Équipe)





                                    Il a d'abord intégré les Espoirs (2 sélections, en tout), à l'époque où il bataillait pour se faire une place à Nantes. « Il était assez discret et très, très gentil, se souvient le sélectionneur d'alors, Pierre Mankowski. Il prenait vraiment la vie du bon côté, il appréciait tout ce qui lui arrivait. C'était le premier à dire "je suis content d'être là", même s'il était remplaçant. Tout le monde l'appréciait, il était adorable, sans histoire. » Au FCN, pour sa dernière saison en jaune (en 2017 - 2018), sous Claudio Ranieri, il est devenu un capitaine respecté de tous. De presque tous. « Il n'est pas du tout un meneur d'hommes, rectifie Waldemar Kita, le président des Canaris, encore mal remis de l'avoir vu filer gratuitement chez son ami Jean-Michel Aulas à l'été 2018. Il était capitaine parce qu'il était joueur du centre de formation et parce qu'il connaissait bien le club, c'était un choix qu'on avait fait pour le mettre en évidence. Mais être capitaine, c'est une petite responsabilité. Et quand on l'est, ce n'est pas seulement sur le terrain, on doit aussi organiser des choses en dehors. Pour moi, le vrai meneur d'hommes doit être irréprochable sur le terrain, être très bon et avoir du caractère. Rongier avait peut-être un peu plus le profil. Lui (Dubois), il allait pleurer quand il ne jouait pas. Il était fragile. »





                                    S'il l'est encore, il le cache bien. À Lyon, il a porté plusieurs fois le brassard et a subi, comme d'autres sur les réseaux sociaux, le soupçon d'avoir trop d'importance par rapport à ses qualités de footballeur. Cela ne semble pas l'affecter au-delà du raisonnable. « Pour y arriver (au statut international), il faut beaucoup de mental, rappelle Michel Der Zakarian, qui l'a lancé en L1 en 2015. Léo avait de la personnalité et des qualités techniques très intéressantes. Il était investi dans la vie de groupe, ce n'était pas un garçon introverti, il parlait avec tout le monde. »

                                    « Il sait ce qu'il veut. Il est gentil, c'est un bon mec, qui fonctionne bien, mais il ne faut pas la lui faire à l'envers

                                    Samuel Fenillat, directeur de la formation à Nantes



                                    Y compris avec Sylvinho, jusqu'à son licenciement. Tenu de rester en place par l'éphémère coach brésilien de l'OL, Dubois n'a pas caché sa frustration à l'intéressé, en petit comité à l'entraînement, ou en se retournant vers son banc de touche en cours de match. « Il sait ce qu'il veut. Il est gentil, c'est un bon mec, qui fonctionne bien, mais il ne faut pas la lui faire à l'envers, se souvient Fenillat. Il est capable de tenir un point de vue, de l'argumenter. Il avait une vraie réflexion sur ce qu'il faisait. C'est aussi ça, le tempérament : ne pas subir les événements. » S'adapter à son environnement, aussi. À la fin du derby (0-1, le 6 octobre), il est sorti du terrain dans les dix dernières minutes à 0-0 parce qu'il avait « senti quelque chose » derrière une cuisse. Il n'y avait alors plus de remplacement possible et cela lui a valu quelques jugements péremptoires, et pas que sur les réseaux sociaux, sur le thème : « il a souillé notre maillot et nos valeurs, laissé tomber son équipe, il ne doit plus porter les couleurs de l'OL ».

                                    0
                                    En 156 matches, toutes compétitions confondues (Ligue 1, Coupe de France, Coupe de la Ligue, Ligue des champions, équipes de France A et Espoirs), Léo Dubois n'a jamais été expulsé.

                                    Plutôt que d'y répondre, il a laissé parler les faits. Le lendemain, il déclarait forfait pour le rassemblement de l'équipe de France. Et n'a effectué son retour que mercredi, en Ligue des champions, sur la pelouse de Benfica (1-2). « Il a toujours été le bon coéquipier, le bon joueur d'équipe, exemplaire. Il avait la capacité à entendre et comprendre les choses, ajoute Fenillat. Il a du tempérament, de l'ego, de l'orgueil, il s'est construit comme cela. Pour un entraîneur, il est fiable et va être un bon relais car il va comprendre les consignes et les appliquer. Je n'ai pas le sentiment qu'il soit un meneur d'hommes mais ses coéquipiers le suivent car il est exemplaire et très professionnel. »






                                    Léo Dubois en C1 avec l'OL. (S. Mantey/L'Équipe)



                                    Il était titulaire sous Bruno Genesio et sous Sylvinho. Il devrait l'être aussi sous Rudi Garcia. Et si Didier Deschamps le rappelle en équipe de France, c'est aussi parce qu'il entend les échos revenus de l'OL. En début de saison passée, la simplicité du personnage avait séduit en interne, selon l'expression consacrée. « Il n'a pas les dents qui rayent le parquet et il ne va pas y arriver en marchant sur les autres, assure Mankowski. Il a franchi les étapes sans se poser de questions. Lui, il prenait vraiment les matches les uns après les autres, en sachant se satisfaire de ce qu'il venait de faire et en espérant que, pour le suivant, il serait là aussi. »



                                    Une méthode qu'il résumait ainsi dans France Football il y a deux ans. « J'ai le sentiment de faire un métier normal, où on se lève chaque matin pour aller travailler. Le problème, c'est qu'autour rien n'est normal. »

                                    publié le 25 octobre 2019 à 21h52

                                    L'Equipe

                                    Commentaire


                                    • Tousart, vraiment légitime ?


                                      Le 29.10.2019 par MA_OL23



                                      Malgré ses performances médiocres depuis le début de la saison, Lucas Tousart continue d'enchaîner les matches dans la peau d'un titulaire. Pire, sa position sur le terrain lui demande d'être le centre névralgique d'un OL déjà à la peine collectivement. Sa passivité avec et sans ballon est l'un des points déterminants de la faiblesse de l'animation lyonnaise. Explications.
                                      Le rôle du milieu reculé a connu de profondes mutations ces trois dernières décennies. Face à des systèmes défensifs de plus en plus perfectionnés, le numéro 6 est devenu l'un des garants de la création d'espace, que ce soit pour résister à un pressing ou pour déverrouiller un bloc bas par sa créativité. La qualité technique, le sens du placement ou encore l'intelligence de jeu doivent faire partie de son attirail s'il veut exister au haut niveau. Les sentinelles réputées uniquement pour leur travail défensif et le « rôle Makelele » n’existent quasiment plus parmi les plus grands clubs du continent.

                                      Ces qualités d’organisateur sont cruciales à l'Olympique Lyonnais, qui a non seulement l'ambition de dominer ses matches, mais qui y est même forcé tant ses adversaires en championnat ont tendance à lui laisser le ballon. Pourtant, Lucas Tousart, titulaire 11 fois cette saison (en 14 matches) devant la défense, présente des lacunes avec et sans ballon.

                                      « La pausa » : temporiser pour trouver des solutions



                                      « La pausa », littéralement « la pause » en français, est un outil de jeu utilisé par la plupart des joueurs organisateurs. Il s'agit tout simplement, pour le porteur du ballon, d'être capable de freiner voir de stopper sa course, pour attendre que le contexte autour de lui change. Concrètement, cela peut se manifester par le bon déplacement d'un partenaire, qui offrirait une solution, ou encore par le pressing d'un adversaire, qui ouvrirait un espace derrière lui. Si ce concept peut paraître assez évident, il n'est presque jamais employé par Lucas Tousart. Le natif d'Arras a plutôt tendance à sprinter avec le ballon ou à prendre immédiatement sa décision, perdant ainsi en précision, en vision et donc en productivité. Le bloc adverse n'est en conséquence que rarement perturbé, ce qui ne facilite pas la tâche de ses partenaires lorsqu'ils reçoivent le ballon.

                                      Voici quelques exemples où, avec un temps de latence pour analyser la situation, plutôt que de transmettre le ballon sans s'interroger, Tousart aurait pu permettre à l'OL d'avancer.75 personnes parlent à ce sujet
                                      L’idée n’est pas de dire qu’il faut toujours prendre son temps avant de passer le ballon, ou que les passes latérales et en retrait sont un problème en soi. Il s’agit plutôt de comprendre que chaque transmission du ballon doit avoir un sens dans l’action, qu’il doit exister une plus-value pour chaque passe.

                                      Par son incapacité à prendre le temps de faire évoluer ou d'analyser une situation, Lucas Tousart devient paradoxalement un frein sur attaques placées. Et bien souvent, alors qu'il pourrait trouver un partenaire positionné plus haut sur le terrain, il ne le fait pas, par manque de compréhension de ce que le jeu demande. Pourtant, la faculté à trouver les meilleurs joueurs dans de bonnes conditions devrait probablement être une compétence clef d'un milieu reculé à l'Olympique Lyonnais.

                                      LuxASchleck@luxaschleck
                                      Et après faut être indulgent avec Tousart. Inutile de préciser quelle option il a pris sur la passe ... #OLFCM Voir l'image sur Twitter
                                      934
                                      19:50 - 26 oct. 2019
                                      Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
                                      399 personnes parlent à ce sujet
                                      Il ne s’agit pas là d’un certain romantisme, dans lequel on voudrait nous faire croire que seuls les esthètes veulent une sentinelle technique. Non, il semble qu’il s’agit de pragmatisme, et de la nécessité que le premier relanceur fluidifie les attaques.

                                      Le placement : occuper l'espace


                                      Le sens du placement est l'une des qualités que devrait avoir un joueur qui est en position d’organiser le jeu à l'OL. Sentir où sont les espaces, anticiper que tel partenaire sera libre en reculant de trois mètres, tout simplement comprendre le jeu et ses interactions dans leur globalité. Peut-on vraiment dire qu'un joueur offre une solution de passe s'il se contente d'être démarqué ? Est-ce une solution si ce n'est qu'un point de passage qui conduira à une perte de balle un peu plus loin dans l'action ?

                                      En cela, Tousart est probablement un obstacle dans l'animation lyonnaise. Il semble que Memphis Depay, Houssem Aouar et Jeff Reine-Adélaïde sont les trois joueurs les plus créatifs de l'OL. Et il ne s'agit plus, comme avec « la pausa », de trouver ses partenaires dans les meilleures conditions, mais bien de créer ces conditions afin que ces trois joueurs, entre autres, puissent exprimer tout leur talent. Hélas, le placement de Tousart apparaît rarement motivé par l'ambition de libérer des espaces pour ses partenaires ou de donner de la continuité à l'action. Il commence généralement par se placer avant de penser à ce qu'il va faire. C'est pourtant l'inverse qui serait souhaitable : je pense à ce que je vais faire puis je me place en conséquence.



                                      Si le placement est la pierre angulaire de la continuité donnée aux actions et des espaces créés pour l’équipe, les déplacements sans le ballon sont tout aussi importants. Là encore, Tousart (et il est loin d’être le seul à l’OL) ne semble pas assez concerné sans ballon. Sa faiblesse technique n'est un secret pour personne, mais s'il était plus mobile, il pourrait ouvrir des lignes de passes aux défenseurs centraux, qui eux avec leur qualité dans la transmission, pourraient toucher les relayeurs lyonnais. Un travail de l'ombre qui serait sûrement reconnu pour un joueur censé briller par sa capacité à répéter les courses.

                                      Ci-dessous, ce que l'on est en droit d'attendre d'un milieu reculé sans ballon :



                                      Et maintenant, quelles solutions ?

                                      Avec le ballon, Tousart peine souvent à trouver des lignes de passes vers l’avant, et donc à toucher ses relayeurs plus haut sur le terrain. La supériorité derrière la ligne attaquée n’est pas assurée, puisque les 8 lyonnais doivent parfois redescendre très bas pour toucher le ballon. Thiago Mendes, aligné dans un double pivot la saison dernière avec Lille, s’est montré compétent dans cet exercice, en particulier sur les transitions. Maxence Caqueret, qui enchaîne les bonnes performances avec la réserve à ce poste, semble lui aussi mériter d’avoir sa chance.

                                      Sans le ballon, Tousart apparaît également trop limité pour répondre aux besoins de l’OL en championnat. En décidant de voir le jeu dans sa globalité, comme un système fait d'interactions, on remarque parfois que la perte de balle d'un joueur, ou la passe manquée d'un autre, ne sont pas dues à leurs mauvais choix mais parce que plus bas sur le terrain, on les a condamnés à l'exploit. Je m’explique à l’aide d’un exemple volontairement extrême. Memphis Depay est souvent pris en grippe par les suiveurs du club pour ses nombreuses pertes de balle ou pour ses mauvais choix. Qu’en serait-il s’il recevait le ballon avec 5 mètres d’espaces en plus, créés par les lignes arrières ? Qu’en serait-il aussi, s’il était servi plus régulièrement entre les lignes ?

                                      Soyons clair, l’idée n’est pas de faire de Tousart l’unique raison de la faiblesse du collectif lyonnais. Simplement de montrer qu’il en est l’un des symboles, à un poste clef de l’animation. Il est impératif que les lignes arrière permettent aux offensifs lyonnais d'être dans les meilleures conditions pour exprimer leur talent. Et l'un des préalables à la réalisation de cet objectif est que le milieu reculé soit capable d'organiser le jeu.
                                      Lyon Capitale (Oet L)

                                      Commentaire


                                      • OL
                                        issu du journal

                                        OL : le staff, question centrale autour de Rudi Garcia

                                        Comme il l'avait laissé entendre, le nouvel entraîneur de l'OL a amené trois adjoints, en étoffant le staff, alors que Laurent Blanc voulait opérer des remplacements, ce qui lui a coûté le poste.



                                        Rudi Garcia au bord du terrain face à Metz (2-0). (A. Martin/L'Equipe)
                                        Vincent Duluc01 novembre 2019 à 00h30
                                        partager


                                        Deux semaines et demie après l'intronisation de Rudi Garcia comme entraîneur de l'OL, et après qu'il a été dit que Laurent Blanc n'avait pas été choisi parce qu'il voulait venir avec un staff trop large, le constat est là : le nouveau technicien lyonnais a déjà pu engager trois personnes et dirige le staff le plus large qu'ait jamais connu un entraîneur lyonnais.

                                        »





                                        Pourquoi le club lyonnais n'a-t-il pas choisi l'ancien entraîneur du PSG, alors ? Aujourd'hui, on connaît à peu près les réponses : parce que Rudi Garcia a été meilleur à l'entretien d'embauche ; parce que le directeur sportif, Juninho s'est senti plus d'affinités avec l'ancien entraîneur de l'OM qu'avec Laurent Blanc ; et parce que ce dernier aurait dit, pendant son entrevue, qu'il ne voulait pas voir un seul membre du staff actuel le jour où il entrerait dans le vestiaire lyonnais pour la première fois. C'est un peu l'idée que le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, avait fait passer quand il avait eu à justifier ce qu'il affirme, du reste, avoir été le choix de Juninho : « Il ne fallait peut-être pas faire trop de changements, de ruptures. » Concrètement, les dirigeants lyonnais ne souhaitaient pas licencier Gérald Baticle, Claudio Caçapa et les autres membres du staff, ce que la venue de Laurent Blanc aurait entraîné.





                                        Les dirigeants lyonnais ne souhaitaient pas licencier Gérald Baticle. (M. Alex/L'Equipe)




                                        Rudi Garcia, de fait, n'a viré personne, après que l'OL eut réglé le départ de Sylvinho et de son analyste vidéo, Fernando Lazzaro, et il n'a pris personne en traître non plus. Car il avait prévenu, dès son intronisation, que le staff évoluerait. Aujourd'hui, il a placé trois hommes dans chaque secteur clé, ce qui lui permet de contrôler son staff, comme le font 95 % des entraîneurs à ce niveau : Claude Fichaux est son premier interlocuteur parmi les adjoints ; Paolo Rongoni est le nouveau responsable de la cellule performance, c'est-à-dire de la préparation physique ; et Christophe Prudhon supervise la cellule des analystes vidéo.


                                        Seul Grégory Coupet, l'entraîneur des gardiens, a vu son domaine d'intervention inchangé. A priori, l'OL avait envisagé dès la fin de la saison dernière de nommer un nouveau responsable de la performance, et se serait intéressé à Grégory Dupont, l'ancien préparateur physique de l'équipe de France, qui a rejoint le Real Madrid l'été dernier.

                                        Au repas d'avant-match, la table du staff est pratiquement plus grande que celle des joueurs




                                        « On avait décidé plusieurs choses avec le président et "Juni", explique Garcia. On avait fait le constat qu'on avait besoin de quelqu'un à la préparation physique. Paolo (Rongoni) devait arriver dès le début, mais des problèmes administratifs ont retardé sa venue. Il va collaborer avec Antonin (Da Fonseca) de manière très proche. » Comment le fonctionnement va-t-il s'articuler ? « J'ai besoin de savoir qui est le plus compétent dans tel ou tel domaine. Mais cela fonctionne déjà très bien. » Rudi Garcia sait très bien qu'il est soupçonné, à l'extérieur, de vouloir, à terme, faire venir à Lyon d'autres techniciens proches de lui (Fred Bompard, son adjoint historique), et de vouloir faire partir ceux que ses dirigeants souhaitaient garder.


                                        Comme tous les entraîneurs, déjà, il sait que les victoires donnent souvent cette liberté, partout. D'autre part, il ne va pas le dire tout de suite : « Pour l'instant, c'est suffisant. Pour le reste, on verra au fil de la saison. Mais il y a des domaines où on est performants. Par exemple, j'ai souvent amené avec moi mes analystes vidéo mais ceux de l'OL sont performants, alors je ne vois pas l'utilité de changer. »


                                        0/4



                                        Lyon n'a remporté aucun de ses quatre derniers déplacements en L 1 (2 nuls, 2 défaites), une première depuis janvier-mars 2018 (4 également). Il n'a plus connu plus longue disette hors de Lyon dans l'élite depuis janvier-avril 2017 (6). Opta

                                        Outre Juninho, l'OL a donc un staff technique de treize personnes, sans oublier le staff médical (7 médecins et kinés), l'intendance (4 personnes), ce qui fait dire à Rudi Garcia, dans un sourire : « Au repas d'avant-match, la table du staff est pratiquement plus grande que celle des joueurs. Moi, j'ai commencé à deux, avec Christophe Prudhon, à l'AS Corbeil-Essonnes... »



                                        publié le 1 novembre 2019 à 00h30
                                        L'Equipe

                                        Commentaire


                                        • L1,
                                          OL
                                          OL : Bernard Lacombe prendra sa retraite à la fin de l'année




                                          Lacombe (à droite), ici aux côtés de Juninho et Aulas. (P. Lahalle/L'Équipe) Le conseiller du président lyonnais Jean-Michel Aulas a annoncé sur RMC qu'il se retirerait en décembre.

                                          05 novembre 2019 à 20h04
                                          partager


                                          Bernard Lacombe (67 ans) est sur le point de tourner sa page à l'Olympique Lyonnais, ce à quoi il songeait déjà il y a deux ans. Le conseiller du président Jean-Michel Aulas a, en effet, annoncé, au micro de RMC, qu'il quitterait ses fonctions à la fin de l'année civile. « Je vais partir à la retraite au mois de décembre. Dans un mois et demi, c'est fini, a-t-il déclaré, un brin nostalgique. [...] J'ai joué dix ans à l'OL. Et je suis resté quarante ans. J'ai envie de m'occuper de mes petits-enfants, surtout, et de la famille. »

                                          Dans sa carrière, Lacombe a joué à l'OL de 1969 à 1978 (258 matches pour 149 buts). Il a ensuite dirigé Lyon de 1996 à 2000, et il est conseiller auprès d'Aulas depuis une vingtaine d'années.



                                          publié le 5 novembre 2019 à 20h04

                                          l'Equipe

                                          Commentaire


                                          • OL: AULAS S’EXPLIQUE POUR GARCIA, BLANC ET LACOMBE

                                            06/11/2019 à 00h28


                                            Dans l'After, ce mardi sur RMC, Jean-Michel Aulas a fait un bilan de la situation de l'OL, désormais sur trois victoires de suite après le succès obtenu en Ligue des champions mardi soir contre le SL Benfica (3-1).

                                            Heureux de l'état d'esprit contre Benfica

                                            Dans l'After, ce mardi sur RMC, Jean-Michel Aulas a surtout relevé l'état d'esprit de l'équipe lyonnaise, qui reste désormais sur trois victoires consécutives toutes compétitions confondues après sa victoire face au Benfica (3-1). Une amélioration qu'il attribue au changement d'entraîneur. "C'est vrai que les décisions qui ont été prises assez rapidement, le changement de ce que nous avions imaginé avec Juninho, sont en train de porter leurs fruits".

                                            "J'ai bien aimé la révolte des dix dernières minutes, après avoir pris ce qui but. (...) Dans l'esprit des joueurs, c'est toujours difficile quand on mène 2-0 de se voir reprendre à 2-1 à dix minutes de la fin. (...) L'état d'esprit est de retour, ce n'est pas par hasard: Rudi Garcia fait un très bon travail, très complémentaire de Juninho", ajoute-t-il.

                                            Aulas juge Depay incontournable

                                            Le président s'est montré assez pessimiste sur une présence de Memphis Depay, dimanche au Vélodrome pour le choc entre l'OM et l'OL. L'attaquant néerlandais est sorti sur blessure à la mi-temps du match contre Benfica, en raison d'une douleur à une cuisse. "C'est vrai que ça va être le sujet, si Memphis est vraiment blessé et n'est pas là à Marseille. Mais j'ai confiance, parce qu'on a un groupe solidaire", estime Jean-Michel Aulas, tout en qualifiant sa vedette de "presque indispensable".

                                            Le dirigeant espère d'ailleurs que son équipe s'inspirera de cette deuxième période disputée sans son leader technique, contre Benfica. "On a la capacité de le faire", constate-t-il, déplorant au passage les "sifflets" de supporters "pas sympas" contre Bertrand Traoré, entré en fin de rencontre.

                                            ) Satisfait du travail de Rudi Garcia

                                            S'il attend le "point de passage à la fin des phases de groupes", Jean-Michel Aulas est d'ores et déjà conquis par le travail de Rudi Garcia: "C'est vrai que la réaction est intéressante". Il en profite alors pour revenir sur les conditions de son recrutement: "On était quatre à essayer d'apporter une solution. Il fallait vraiment être maso pour ne pas avoir choisi la raison qui s'imposait aux yeux de tout le monde. Rudi Garcia nous a fait une très bonne impression. Il est un homme d'action".

                                            Le président lyonnais développe et fait son mea-culpa sur la nomination de Sylvinho: "On avait besoin véritablement de quelqu'un qui serre la vis, parce qu'on a un groupe jeune, de talent, mais qui s'était un peu laissé allé. L'erreur provient de moi, parce que je suis président. Quand j'ai laissé Juninho choisir Sylvinho, peut-être que j'ai mal mesuré, que j'aurais dû savoir que l'expérience est irremplaçable. L'apport de Rudi avec ses 500 matchs de première division, en France et en Italie, démontrent qu'il est dans le vrai". Pourquoi l'OL n'a pas choisi Blanc

                                            Interrogé sur son choix d'avoir choisi Rudi Garcia plutôt que Laurent Blanc, Jean-Michel Aulas explique qu'il ne s'agit "pas du tout" d'une question d'argent ou de nombre de membres du staff. Il explique même que l'ancien coach du PSG constituait, lorsque Sylvinho a été débarqué, son choix numéro un: "Pour moi, c'était Laurent Blanc quand je l'ai appelé. J'avais passé une partie de la Coupe du monde en Russie pas très loin de lui. Il me fait toujours bonne impression. On a pris la décision en notre âme et conscience, qui nous paraissait la plus adaptée. Cela ne veut pas dire que Laurent n'aurait pas réussi ou fait beaucoup mieux. (...) On prend nos décisions en fonction d'un certain nombre de critères, on essaie de trouver la meilleure solution".
                                            Peut-être de l'activité dans le mercato


                                            Interrogé sur la possibilité de recruter au mercato hivernal, notamment, pour combler quelques manques dans l'effectif, Jean-Michel Aulas a tempéré sans pour autant balayer l'hypothèse: "Ça fait quatre ans qu'on dégage de l'ordre de 70 millions d'euros d'EBITDA, c'est-à-dire le résultat plus les amortissements. On a probablement la meilleure santé financière du championnat de France. On a peut-être pas fait toujours ce qu'il fallait, mais cette année on a dépensé un peu plus de 100 millions d'euros. (...) S'il faut réinvestir, si Juninho et le conseil d'administration de l'OL estiment que c'est nécessaire pour franchir un cap, pourquoi pas".

                                            Le départ à la retraite de Bernard Lacombe

                                            Bernard Lacombe, conseiller de Jean-Michel Aulas, a annoncé son intention de prendre sa retraite en décembre. Une annonce qu'il a faite sur RMC avant la rencontre contre Benfica. Et un timing que le président n'a pas particulièrement apprécié, même s'il ne lui en tient pas rigueur: "Je pense qu'il aurait dû me laisser l'annoncer, mais il piaffait d'impatience de le dire et ça montre sa sensibilité. On est restés mariés depuis 32 ans. (...) Bernard fatigue un peu. Il reste quelqu'un d'abordable, qui connaît le foot très bien. Mon ambition est de faire comme à Madrid ou Barcelone, c'est d'avoir cette culture club de manière permanente. Il a été responsable de la formation, il est responsable des anciens et il va prendre sa retraite parce qu'il l'a bien mérité à la fin de la saison. On va faire un très grand match, une très grande manifestation, c'est pour ça que je ne voulais pas qu'il le dise, avec tous les joueurs qui le voudront. (...) Il faut qu'il sorte de l'opérationnel par le haut, mais il va rester au travers de son image, de sa présence, tout en haut de l'affiche parce qu'il va être le patron de tous les anciens. C'est une semi-retraite et il va rester évidemment à nos côtés".

                                            Commentaire


                                            • Pourquoi Jeff Reine-Adélaïde est-il si souvent remplacé ?


                                              Publié

                                              il y a 3 heures

                                              le

                                              16 novembre 2019
                                              Par

                                              David Vautrin



                                              Auteur d’un début de saison convaincant sous ses nouvelles couleurs, Jeff Reine-Adélaïde n’est pourtant pas un titulaire indiscutable, et n’a pas encore joué de match dans son intégralité. Sa sortie à la mi-temps à Marseille interroge. Décryptage.

                                              Joueur le plus remplacé de l’effectif


                                              Depuis son arrivé à l’OL, après la deuxième journée de Ligue 1, Jeff Reine-Adélaïde a toujours été dans le groupe lyonnais. Il a été titulaire à neuf reprises en quinze rencontres, est entré en jeu trois fois et est resté sur le banc durant trois matchs. En moyenne, il n’a disputé que 44 minutes par match depuis qu’il porte le maillot de l’OL. Lors de la dernière journée de championnat à Marseille, il a été remplacé à la mi-temps sur choix du coach, alors qu’il était un des rares Lyonnais à avoir été convainquant en première période. Mais ce n’est pas nouveau : Jeff Reine-Adélaïde est le joueur lyonnais à avoir été le plus remplacé depuis le début de la saison, à neuf reprises, en étant systématiquement le premier ou le deuxième à sortir du terrain. De quoi s’interroger sur cette habitude qu’ont pris Sylvinho puis Rudi Garcia à sortir leur milieu de terrain malgré ses bonnes performances, lui qui est le meilleur passeur de l’équipe avec 4 passes décisives en Ligue 1. En comparaison à ce qui se fait dans les autres clubs, seuls six joueurs ont été plus remplacé que le joueur lyonnais dans le championnat de France. De plus, lorsqu’il a démarré des matchs remplaçant, il est entré en jeu pour le deuxième ou le troisième changement de l’équipe, avec en moyenne 15 minutes de jeu restant.

                                              De meilleures performances que ses concurrents


                                              Jeff Reine-Adélaïde est un joueur polyvalent. Il peut joueur en relayeur, mais aussi sur le côté droit du milieu de terrain, en meneur de jeu, en attaquant de soutien, ou sur le côté gauche comme avec l’équipe de France espoirs ce vendredi. Houssem Aouar et Thiago Mendes, qui ont joué au poste de relayeur lorsque le système était un 4-3-3, semblent avoir toujours la préférence de leur entraîneur, malgré des prestations en dent de scie. Lucas Tousart est indirectement un concurrent, puisque Thiago Mendes peut le remplacer dans une position plus reculée, et Jeff Reine-Adélaïde prendre la place du second au poste de relayeur. Mais surtout, Bertrand Traoré et Maxwel Cornet n’ont jamais confirmé les espoirs placés en eux, et ne se sont jamais vraiment imposés aux yeux des supporteurs. Le côté droit du milieu de terrain semble donc promis à Jeff Reine-Adélaïde, qui est performant dans toutes ces positions. Les « étoiles » de Nicolas Puydebois, publiées après chaque match du club, montrent cette différence de niveau de performance entre Jeff Reine-Adélaïde et ses concurrents. Sa note moyenne, selon notre consultant depuis le début de saison, est de 3,1 étoiles, contre 2,4 étoiles en moyenne pour ses concurrent (voir le tableau ci-dessous). Plus précisément, Bertrand Traoré a une moyenne de 2,2 étoiles, Thiago Mendes 2,2 étoiles, Maxwel Cornet 2,1 étoiles et Houssem Aouar 2,8 étoiles.

                                              Des qualités qui sautent aux yeux


                                              Son apport à l’équipe est pourtant reconnu de tous les observateurs et supporteurs. Dans un collectif en difficulté, sans automatismes visibles et avec peu de mouvement, il est un des rares joueurs à sortir du lot. Balle au pied déjà, par ses prises de balle, sa capacité à se projeter vers l’avant en cassant des lignes, sa conduite de balle. Mais aussi par son altruisme et son état d’esprit sur le terrain. Sa prise d’information est au-dessus de la moyenne. Il ne joue pas pour ses statistiques, comme de plus en plus de joueurs aujourd’hui, mais pour le bien de l’équipe, en créant beaucoup de situations dangereuses, même s’il n’est pas à la dernière passe ou à la conclusion de l’action. C’est pourquoi de plus en plus de supporteurs s’interrogent lorsqu’ils voient le jeune milieu de terrain être remplacé tôt dans le match.

                                              Pourtant, le 25 octobre dernier, Rudi Garcia expliquait les raisons du faible temps de jeu de son joueur : « Il doit aussi plus de qualité de récupération pour postuler au milieu ». Un problème d’apport défensif donc, mais pas que. « Il faut encore travailler avec Jeff, notamment sur son agressivité avec et sans ballon. Il doit faire plus de passes décisives, marquer plus de buts. Il doit être plus agressif dans ces gestes ». Le nouvel entraîneur lyonnais pointe donc aussi son manque d’efficacité devant le but. De quoi le pousser à être un peu plus égoïste, ce qui n’est pourtant pas toujours le plus efficace pour le collectif.

                                              Pas de problème physique apparent


                                              Pourquoi ses deux entraîneurs lyonnais usent des mêmes méthodes avec le joueur ? Le problème pourrait être physique, même si ni le club, ni le joueur n’ont communiqué à ce sujet. Comme un Alexandre Lacazette à ses débuts, pour lequel on entendait souvent qu’il n’avait pas la capacité de jouer 90 minutes, peut-être que Jeff Reine-Adélaïde a un profil physique peu endurant, qui ne lui permettrait pas de terminer les matchs. Son profil longiligne peut nécessiter un peu plus de temps que les autres pour s’habituer à la répétition des efforts sur une longue période. Mais rien jusqu’à maintenant n’a laissé penser qu’il aurait un problème à ce niveau, n’ayant jamais été victime de crampes en plein match ou ne semblant pas spécialement exténué à sa sortie du terrain.

                                              Un joueur « trop gentil » ?


                                              Le caractère du joueur peut aussi avoir un rôle dans ses sorties. Jeff Reine-Adélaïde n’a pas la réputation d’être un joueur caractériel. Il accepte les décisions de ses entraîneurs en faisant profil bas publiquement, et sans que cela n’atteigne sa motivation. Mais jusqu’à quand ? Car nul ne doute qu’il ne comprend pas toujours ses remplacements en cours de match, et que s’il continue à aligner les bonnes performances, il pourrait afficher de plus en plus son mécontentement. Dans France Football, Jean-Claude Giuntin, son sélectionneur en U17, U18 et U19, décrit son ancien joueur ainsi : « C’était un garçon respectueux, facile à vivre ». Son attitude exemplaire doit être souligné, et il ne faudrait pas que l’incompréhension des supporteurs ne le pousse à adopter une attitude moins respectueuse et collective. Ce trait de caractère doit être mis en avant comme une qualité, et non une faiblesse, et même si cela prend un peu plus de temps, Rudi Garcia ne va pas pouvoir indéfiniment sortir l’un de ses meilleurs joueurs en cours de match. Le collectif et les résultats de l’équipe priment avant tout, et l’OL semble meilleur avec le capitaine de l’équipe de France espoirs que sans. D’ailleurs, en analysant les performances de l’équipe avec ou sans Jeff Reine-Adélaïde, on constate qu’elle prend le dessus sur son adversaire plus fréquemment avec lui que sans lui. Depuis le début de saison, si on compte la différence entre les buts marqués et les buts encaissés par l’OL, on constate que l’OL a marqué deux buts de plus que ses adversaires avec JRA, alors qu’il est à égalité parfaite sans (voir tableau ci-dessous).

                                              Les « statuts » du vestiaire difficiles à bouger


                                              Enfin, et c’est sans doute l’explication la plus plausible, les statuts des joueurs dans le vestiaire lyonnais sont difficiles à changer. Bertrand Traoré et Maxwel Cornet, très critiqués depuis plusieurs saisons, ont toujours un statut important dans le vestiaire de par leur ancienneté. Les commentaires de plus en plus critiques à leur égard, en particulier concernant le Burkinabé, devraient permettre à Jeff Reine-Adélaïde de devenir rapidement indiscutable dans le onze de Rudi Garcia, et de ne plus être remplacé systématiquement, que ce soit sur un côté ou dans l’axe.





                                              Lyon capitale

                                              Commentaire


                                              • Publié

                                                il y a 5 minutes

                                                le

                                                16 novembre 2019
                                                Par

                                                David Vautrin Juninho, directeur sportif de l’OL depuis la fin de saison dernière, a reconnu sur OLTV qu’il envisageait de passer ses diplômes d’entraîneur à partir de la fin de la saison.

                                                Sur OLTV en début de semaine, Juninho a parlé de son choix de devenir directeur sportif à la fin de sa carrière. Pourtant, lorsqu’il était encore joueur, il s’était plutôt imaginé devenir entraîneur, avant de faire machine arrière une fois sa carrière de joueur terminée, et de se tourner vers une formation de manager : « Quand j’étais joueur, mon premier plan était de devenir entraîneur. (…) Mais je n’ai pas eu la force, ni physique ni mentale, de passer mes diplômes en Lyon durant trois ans. J’ai choisi de passer mes diplômes de Manager avec l’UEFA, car c’était moins contraignant, avec deux ou trois mois de voyage sur deux ans ».

                                                Mais aujourd’hui, Juninho envisage à nouveau de devenir entraîneur, s’il ressent la force de se lancer dans cette longue formation de trois ans : « Est-ce qu’en fin de saison je vais commencer à passer mes diplômes ? Peut-être. Ce n’est pas encore sûr. Ça va durer 3 ans, j’aurai 48 ans à la fin de la formation, ce n’est pas trop tard. Si j’ai la force mentale et la santé physique, je vais le faire. Sinon je continuerai d’être directeur sportif ». S’il se lance en fin de saison dans cette formation, il devrait pouvoir continuer dans sa fonction de directeur sportif en parallèle, avec toute la réussite que les supporteurs lui souhaitent, pour peut-être un jour voir leur idole sur le banc de l’Olympique lyonnais. Mais s’il ne franchi pas le pas, ce ne serait pas la première fois que Juninho ne va pas au bout de ce projet.

                                                Lyon Capitale

                                                Commentaire


                                                • Sept matches après l'arrivée de Rudi Garcia en tant qu'entraîneur, à quoi ressemble l'OL ?


                                                  Une qualification en huitièmes de finale permettrait à l'entraîneur de Lyon de poursuivre sereinement le travail de construction de son équipe.


                                                  Rudi Garcia donne des consignes à ses joueurs contre Metz (2-0), le 26 octobre, au Groupama Stadium. (N. Luttiau/L'Équipe)
                                                  Hervé Penot26 novembre 2019 à 22h13
                                                  partager


                                                  Rudi Garcia (55 ans), arrivé le 14 octobre, a pris ses marques à Lyon. Il disputera son troisième match de Ligue des champions sur le banc olympien, ce mercredi, son huitième en tout. Revue de détail des changements depuis sa prise de pouvoir.

                                                  Un système se dégage


                                                  Garcia avait débuté en 4-3-3 contre Dijon (0-0, le 19 octobre) avant de passer en 4-4-2 ou 4-2-3-1 suivant la présence ou non de Memphis Depay, plus deuxième attaquant que meneur, à côté de Moussa Dembélé, qui n'a pas raté une minute sous l'ère Garcia. Était-il convaincu comme ses prédécesseurs (Genesio, Sylvinho) de l'utilité de son premier système, avant de changer très vite, comme eux, en fonction des caractéristiques de son effectif ? Il s'est aussi appuyé sur le duo Tousart-Thiago Mendes, en l'absence de Houssem Aouar, blessé. L'entraîneur s'est rendu compte de l'importance pour l'équilibre de Tousart, pas le plus talentueux mais l'un des plus efficaces dans son travail de récupération, de fermeture des espaces. Les retours de Depay et d'Aouar pourront-ils désosser ce 4-4-2 ? Ce n'est pas la logique du moment. Contre le Zénith, l'entraîneur rhodanien n'a, au moins, pas à se poser la question.




                                                  Un trio à plein temps :



                                                  Top 5 des joueurs les plus utilisés par Rudi Garcia (en 7 matches) :
                                                  1. Anthony Lopes : 630 minutes
                                                  - Jason Denayer : 630 minutes
                                                  - Moussa Dembélé : 630 minutes
                                                  4. Thiago Mendes : 546 minutes
                                                  5. Léo Dubois : 540 minutes


                                                  Les résultats plus que le jeu


                                                  Rudi Garcia a dépassé Sylvinho. Avec 10 points en 5 rencontres de L1, il devance d'une unité son prédécesseur brésilien, sur le banc lors des 9 premières journées. C'est un bon début pour le technicien qui a, en plus, ajouté un succès en Ligue des champions contre Benfica (3-1, le 5 novembre) et dont la défaite au Portugal (1-2, le 23 octobre), à l'aller, doit surtout à une erreur de relance à la main d'Anthony Lopes.

                                                  0/6
                                                  Aucun club français ne s'est encore imposé en Coupe d'Europe face au Zénith à Saint-Pétersbourg. (2 nuls, 4 défaites). L'équipe russe reste par ailleurs sur 12 victoires lors de ses 15 derniers matches européens à domicile.

                                                  L'OL reste sur une bonne dynamique (4 succès lors des 5 derniers matches, toutes compétitions confondues) en dépit de son échec à Marseille (1-2, le 10 novembre), mal perçu par certains supporters à cheval sur ces confrontations. Au classement depuis l'arrivée de Garcia, l'OL est 4e à un point de Saint-Étienne, deux du PSG et de l'OM. Mais le jeu tarde à se mettre en place comme l'espère l'entraîneur, même si l'équipe marque plus, affiche une meilleure possession, centre plus ou frappe plus. Il y a encore du boulot pour trouver un équilibre. Et une certaine constance. Garcia l'a souvent répété : « Mon équipe est convalescente ».

                                                  Les recrues ont repris du pouvoir


                                                  Pour sa première sur le banc lyonnais, contre Dijon, Garcia avait donné le brassard à Marcelo, l'un des rares à surnager en début de saison. C'était un geste fort vis-à-vis de Joachim Andersen, sur le banc, qui était pourtant le cinquième joueur le plus utilisé par Sylvinho. Jeff Reine-Adélaïde, l'autre grosse recrue du mercato, et Youssouf Koné avaient subi le même sort que le Danois.

                                                  lire aussi

                                                  Thiago Mendes, joueur de l'OL : «Au bout d'un moment, ça vous atteint»

                                                  L'enchaînement des matches a redéfini les priorités de l'entraîneur et seul le latéral malien ne s'est pas imposé comme titulaire, Marçal restant le premier choix. Thiago Mendes a remonté la pente : remplacé contre Dijon, puis sur le banc à Lisbonne, il est redevenu un maillon fort du milieu. Et Andersen a récupéré son strapontin à côté de Denayer, l'incontournable. Au moins pour l'instant.

                                                  Depay, capitaine absent



                                                  C'est l'une des grandes décisions de sa prise de fonction. Garcia a fait tourner le capitanat avant de désigner Memphis Depay, la star de son groupe. Ce n'est pas anodin car le Néerlandais a pris cette promotion avec une immense satisfaction. Il aime être au centre des attentions et donne, dans ces cas-là, souvent le meilleur de lui-même. Sans Nabil Fekir, parti cet été au Betis Séville, l'ancien Mancunien (25 ans) s'est mué en dépositaire du jeu lyonnais. Il manquera assurément contre le Zénith.

                                                  lire aussi

                                                  Memphis Depay : «Je veux être un leader pour cette équipe»







                                                  publié le 26 novembre 2019 à 22h13

                                                  LEquipe

                                                  Commentaire


                                                  • Vincent Ponsot dévoile les dessous de la stratégie de développement à l’international de la machine OL

                                                    Publié le : 29/11/2019 - 20 h 30 - Dernière modification : 30/11/2019 - 12 h 43
                                                    Sa parole se fait rare et son temps est précieux. À 44 ans, Vincent Ponsot est l'un des hommes de confiance de Jean-Michel Aulas et un élément indispensable au bon fonctionnement de l'Olympique Lyonnais. Vendredi dernier, le Directeur Général Adjoint de l'écurie rhodanienne a accepté de nous recevoir pour évoquer l'une de ses nombreuses missions au sein de l'institution OL : le développement à l'international. Accompagné de Clément Michon, Chargé des Relations Internationales, il a échangé pendant près d'une heure sur les différents projets menés aux quatre coins du globe par les pensionnaires du Groupama Stadium. Entretien.

                                                    Vincent Ponsot (à gauche) lors de la prolongation du partenariat avec le Dakar Sacré Coeur (Crédits photos : OL)©Maxppp


                                                    Foot Mercato : Jean-Michel Aulas loue souvent votre travail de l’ombre et dit que vous êtes indispensable à l’Olympique Lyonnais. Mais quel est votre rôle au sein de l’institution OL et en quoi consistent au juste vos missions au quotidien pour le club ?




                                                    Vincent Ponsot : je suis Directeur Général Adjoint de l’Olympique Lyonnais. Dans mes périmètres de responsabilités, il y a plusieurs domaines où j’interviens. Il y a les ressources humaines, car l’OL est maintenant un groupe avec 500 salariés. Il y a aussi le volet juridique. Il y a beaucoup de juridique dans mes activités quotidiennes, avec une partie juridique-droit des affaires et une partie juridique sportif. Ensuite, il y a l’activité RSE, qui est méconnue et assez passionnante ; mais également l’administration sportive, qui est mon cœur de métier. Enfin, il y a le développement à l’international dont je m’occupe avec Clément Michon (Chargé des Relations Internationales) ici présent.



                                                    Foot Mercato : aujourd’hui, quelle est la stratégie de l’OL concernant ce point précis ?



                                                    Vincent Ponsot : on a une stratégie qui est liée à la construction historique de ce service au sein du club, qui se base sur trois piliers. En fait, parce qu’il faut toujours faire un peu de genèse dans les activités, quand on a repris cette activité-là au sein de l’OL, on a fait le choix de se concentrer sur un traitement qualitatif des demandes entrantes parce que l’actualité du club ce n’était pas, à ce moment-là, de se développer à l’international. On va dire que ce n’était pas la priorité. Du coup, on s’est concentré sur un aspect particulier qui était notre savoir-faire en termes de formation. C’est-à-dire que contrairement à ce que vous pouvez voir peut-être ailleurs dans d’autres grands clubs qui misent sur le développement de la marque à l’international, nous on a souhaité développer ça par le biais d’un domaine dans lequel on avait un vrai savoir-faire : la formation. Avec les éducateurs, on a construit un contenu pour être sûrs que lorsque l’on répondait à une demande, on générait une vraie satisfaction et on pouvait travailler avec des structures sur le long terme. Ça nous a pris un peu de temps pour construire ce référentiel. On s’est développé petit à petit, en axant surtout notre stratégie sur cette partie-là au départ. Nous nous sommes donc implantés au Liban (Athletico SC à Beyrouth, depuis 2011), en Corée du Sud (Jeonbuk Hyundai Motors FC, depuis 2015), au Sénégal (AS Dakar Sacré Cœur, depuis 2015), au Vietnam (Hô-Chi-Minh Football Fédération, depuis 2016). On a un éducateur de l’OL (Julien Negri) qui est détaché à temps plein là-bas depuis presque quatre ans, en tant que directeur technique de la Hô-Chi-Minh Football Fédération. On se développe également en Chine (Elite : Fédération de Football de Chengdu ; Football pour tous : clubs amateurs à Pékin, Chongqing, Shanghai et Shenzhen). On a aussi un partenariat avec la fédération de Chendgu.

                                                    Clément Michon : on en est à quatre académies. Ce sont plus des académies sur la pratique, le "football de masse". Pour reprendre ce que rappelait Vincent sur la genèse, on voulait vraiment se développer à l’international, mais sur le long terme. Pour des questions de moyens, de priorités et aussi d’image. Quand on rencontre des clubs, Vincent dit souvent que plus important que les accords que l’on peut établir, c’est l’image que l’on va véhiculer à l’international qui importe. Pour ça, notre objectif est différent de pas mal d’institutions qui vont chercher à développer de la marque, de la visibilité tout de suite de manière assez agressive. Notre volonté était de s’adosser à des personnes ou des acteurs qui vont nous garantir que notre image sera bien véhiculée et bien représentée. On cherche essentiellement ces collaborations-là.



                                                    Vincent Ponsot : ça a été le point de départ en axant sur le fait qu’on vende notre savoir-faire en termes de formation. Il y a eu un premier tournant : c’est le Dakar Sacré Cœur. C’était en 2015. Ça a été une opportunité. On a fait la connaissance de Matthieu Chupin (Président Délégué du Dakar Sacré Cœur), par le biais d’un ancien éducateur de chez nous, Alain Olio. Il a rencontré cette structure-là qui voulait l’embaucher mais n’avait pas le financement pour le faire. Ce type de partenariat, comme d’autres clubs le pratiquent, on n’y croyait pas trop. Mais un point nous a particulièrement plu dans le projet du Dakar Sacré Cœur, c’est que ce n’était pas une académie comme il peut y en avoir ailleurs. C’était un modèle totalement différent, fondé sur le foot loisir et surtout avec un projet éducatif très prononcé. On n’y croyait pas trop, mais pourquoi pas tenter. C’est bien d’avoir des a priori mais faisons l’expérience pour voir si l’a priori est justifié ou pas. En l’occurrence, il ne l’était pas. Dakar Sacré Cœur, c’était la bonne opportunité au bon moment pour faire ce test-là. C’est un projet qui nous ressemble. On ne se contente pas d’aider une structure à former des joueurs pour les récupérer. On a tenté l’expérience. La rencontre avec Matthieu Chupin a été positive. L’homme nous a bien plu. Son projet aussi. On a tenté l’expérience avec lui et on est parti sur un premier partenariat de trois ans, où l’objectif était de les aider à structurer leur compartiment football, qui n’était pas le football loisir mais plus le football formation, éducation. Ils ont embauché Alain Olio pendant trois ans pour structurer le projet. On a été enchanté de ce qui s’est passé, notamment des actions qui ont été réalisées là-bas et dont on a pu se rendre compte en allant sur place. Du coup, ça nous a donné d’autres idées. On est passé sur une deuxième étape de notre stratégie. Après cette bonne expérience, on souhaitait continuer et peut-être l’envisager sur d’autres territoires. On s’est dit que le moment était peut-être venu de développer notre image à l’étranger et pas forcément uniquement sur le format qu’on maîtrise le mieux qui est la commercialisation de notre savoir-faire en matière de formation. On a prolongé Dakar Sacré Cœur (jusqu’en 2021) en leur donnant des moyens plus importants et on s’est lancé dans le projet du Brésil avec l’Académie Pelé où, là aussi, ça a été une question d’opportunité. On a rencontré des personnes qui n’avaient pas un projet axé uniquement sur le football, ce qui est rare au Brésil où les structures ne font exclusivement que du foot. Là, il s’agit d’un double projet un peu comme il se passe en France. Leur projet nous a séduits. Cette fois-ci, on s’est même mis dans un projet différent puisqu’on est actionnaire de la structure. Notre prise de participation est effective depuis le mois de juin.

                                                    L’OL s’ouvre sur le monde et exporte son savoir-faire en matière de formation


                                                    Foot Mercato : exporter la marque, le savoir-faire lyonnais tout en se diversifiant, est-ce devenu indispensable dans le foot moderne ?



                                                    Vincent Ponsot : vous avez dit trois choses. Exporter la marque, oui. En plus, le Brésil est une terre assez familière pour le club. Ça a été un concours de circonstances avec le retour de Juninho et l’arrivée de Sylvinho à l’époque. Exporter notre savoir-faire, avec eux je n’irai pas jusque là. Autant à Dakar, c’est juste. Autant au Brésil, qui est la terre du foot, c’est plus un échange de savoir-faire. Eux sont déjà venus pour voir comment on travaillait. Dans la méthode et la formalisation des méthodes, on a un grand temps d’avance sur le Brésil. Par contre, le Brésil est par définition la terre du foot. On a sûrement beaucoup à apprendre d’eux. L’idée pour nous est d’envoyer des éducateurs là-bas pour voir comment ils travaillent notamment sur le futsal car là-bas, le futsal fait partie de la formation. C’est un échange. Enfin, concernant la diversification, oui aujourd’hui c’est indispensable. Dans le recrutement des joueurs, dans le respect des règles qui sont imposées par la FIFA, l’idée d’avoir un joueur sénégalais ou un joueur brésilien, qui nous rejoigne à terme en provenance de ces structures, ça fait partie de nos objectifs.

                                                    Foot Mercato : cela a-t-il aussi pour but de vous rapprocher des meilleurs clubs européens ?



                                                    Vincent Ponsot : je ne suis pas sûr qu’il y ait beaucoup de clubs qui soient sur notre modèle. Ils sont beaucoup plus sur le modèle de développement de leur marque dans les autres pays. Nous, on vient sur ce terrain-là. Mais on y vient tout doucement. Encore une fois, on préfère vraiment privilégier le qualitatif au quantitatif. Aujourd’hui, on a un certain nombre de sollicitations qui sont en cours. On prend le temps de les étudier, d’être sûrs parce qu’un partenariat, c’est souvent des relations entre hommes et le papier ne suffit pas. On doit aller prochainement au Mexique. On a un projet en cours au Cambodge. Mais on prend le temps. Je ne pense pas qu’on fasse exactement comme les autres. Par contre, ce qui est vrai, c’est que maintenant on est aussi sur un objectif de développement international de notre marque. On discute actuellement avec une franchise américaine, ça a été annoncé. Ça fait partie de l’expansion de notre marque. Il est vrai que l’on se rapproche d’autres grands clubs européens là-dessus.

                                                    Clément Michon : ce qui est important pour nous au travers des coopérations qu’on va mettre en place, c’est cet aspect de durabilité et d’impact positif ; c’est-à-dire que quand vous parliez d’exporter notre savoir-faire, c’est aussi l’adapter sur place, parce qu’il y a un contexte, des forces et des faiblesses. C’est ça aussi notre force. Ce n’est pas d’arriver en colons et dire vous avez votre bible de formation allez-y, c’est comme ça qu’on fait à l’OL. Non. Il y a un vrai échange. Le but est d’adapter la méthodologie et de développer ou diversifier les compétences locales, de travailler avec un staff local. Aujourd’hui, on n’est pas dans un système automatique où on va détacher des personnes. Le seul cas aujourd’hui est au Vietnam où on a Julien Negri, qui est un ancien éducateur U10 chez nous et qui est arrivé comme directeur technique. C’était leur volonté d’accompagnement. C’est la seule recrue et elle travaille avec un staff vietnamien. Le but est vraiment de travailler sur le long terme et on retrouve à chaque fois cet aspect qualitatif et cet impact positif. Le but est de proposer quelque chose de concret et qui soit pertinent. On le voit surtout au fur et à mesure du temps, beaucoup de partenaires locaux, pas forcément les nôtres, mais les acteurs locaux avec lesquels on discute, reviennent surtout sur le modèle des clubs qui vont essayer surtout de se développer sur leur marque car au final le savoir-faire n’est pas forcément donné. De plus en plus d’acteurs recherchent ça.



                                                    Foot Mercato : vous avez évoqué le rachat d’une franchise américaine. Où en est l’avancée de ce projet ?



                                                    Vincent Ponsot : c’est en cours. Pour le moment, on ne peut pas trop en parler. Mais on en dira plus sur le sujet bientôt (le club a annoncé lundi que des discussions exclusives ont été engagées en vue de l’acquisition du Reign FC, membre fondateur de la NWSL).



                                                    Foot Mercato : il y a aussi l’ambition de créer un tournoi international féminin, est-ce toujours d’actualité ?



                                                    Vincent Ponsot : tout ce qui touche le foot féminin et le développement du foot féminin va nous concerner et nous sensibiliser particulièrement. Après, il faut voir car on participe à un tournoi durant l’été, l’ICC aux États-Unis, qui est plutôt un succès. Il y a une Coupe du Monde des Clubs qui va arriver au niveau de la FIFA. Aujourd’hui, notre priorité est la discussion avec une structure américaine féminine et sur laquelle on communiquera bientôt. C’est plus notre priorité à l’heure actuelle que la création d’un tournoi féminin.



                                                    Foot Mercato : le président Aulas a avoué vouloir se développer en Chine. L’e-sport, est-ce aussi un moyen d’atteindre ce marché et plus largement le marché asiatique ?



                                                    Vincent Ponsot : on a été le premier club européen à lancer une équipe d’e-sport en Chine. Pour nous, l’e-sport est aussi arrivé avec notre projet de future salle où on compte avoir une activité. On a une équipe en Chine, une équipe ici interne à l’OL avec deux joueurs.

                                                    Des partenariats enrichissants à tous les niveaux

                                                    FM : Le recrutement des joueurs permet-il aussi de pouvoir gagner en visibilité à l’échelle internationale, je pense notamment aux nombreux Brésiliens qui sont présents ? Y pensez-vous au moment de recruter un joueur, même si le critère sportif et les besoins du club prédominent ?



                                                    Vincent Ponsot : pour l’instant, on ne va pas jusque là, même si ça peut être un critère. Aujourd’hui, les deux critères principaux quand on recrute un joueur sont : un, satisfaire le sportif ; et deux essayer de s’assurer qu’on a, au-delà du joueur, un homme dont les valeurs correspondent à celles du club. Peut-être qu’un jour, cela se fera en fonction des territoires sur lesquels on sera présent. En l’occurrence, avec le Brésil ça se fait très naturellement. On a hâte d’avoir un joueur sénégalais un jour qui sorte du Dakar Sacré Cœur. Il y aura peut-être un jour des territoires qui nous amèneront à nous intéresser à des joueurs de ces territoires-là. Mais pour l’instant, nous n’en sommes pas là.



                                                    Foot Mercato : vous avez plusieurs partenariats à travers le monde. Comment choisissez-vous de travailler avec tel ou tel club ?



                                                    Vincent Ponsot : on reçoit beaucoup de demandes et on est plutôt à sélectionner dans les demandes que l’on a, des projets qui collent à notre philosophie. Pour l’instant, on est plutôt dans ce cadre-là. Des demandes, on en reçoit beaucoup. Il faut vérifier le sérieux des projets. Encore une fois, on est plus attaché à la qualité de notre image qu’à un développement quantitatif irraisonné. On sélectionne les projets. On veut être sûrs que c’est sérieux, qu’il n’y a pas qu’un volet commercial. Le meilleur exemple c’est le Dakar Sacré Cœur où l’académie est en train de se développer.

                                                    Clément Michon : il y a un autre point dont on n’a pas parlé dans nos coopérations et qui va dans le sens de la qualité que l’on veut apporter. Ce sont les coopérations techniques. Ce n’est pas une mise à disposition de notre marque. L’échange se fait avec les vraies ressources de notre académie. Dans la majorité des cas, ce ne sont pas des coaches que l’on va aller recruter principalement à l’extérieur, sur les coopérations élites. Après sur la Chine, on n’a pas capacité à détacher tous nos éducateurs. Il faut bien que l’on en garde. On prend des gens qui ont les qualifications et les valeurs qui correspondent, on les forme et on les envoie. Il y a une vraie démarche. Dans toutes nos opérations, à Dakar, au Liban, au Vietnam, en Corée du Sud ; ce sont les vraies ressources de notre académie qui échangent avec celles en face. On n’est pas que sur une activité de développement. Il y a un vrai échange. C’est une plus-value au sein de notre fonctionnement. C’est enrichissant car cela permet à nos formateurs d’aller voir autre chose. Ce n’est pas le but premier. On ne recherche pas du gain d’expérience, cela se fait par opportunité. Comme le dit Vincent, il y a une rétribution qui est faite en fonction du savoir-faire qu’on apporte et la fréquence des actions qu’on doit mettre en place. C’est aussi enrichissant pour nos éducateurs d’aller sur place. Dakar, le Brésil, ce sont aussi des structures qui sont professionnelles.



                                                    Foot Mercato : combien de temps cela peut-il vous prendre entre le moment où le club vous approche et la finalisation de ce partenariat ?



                                                    Vincent Ponsot : c’est variable. Pour l’Académie Pelé, cela a pris un an et demi. Pour le Dakar Sacré Cœur, ça s’est fait en trois mois. Cela dépend des projets. Dans les projets en cours, pour le Mexique on a commencé à la fin d’année 2018.

                                                    Foot Mercato : ces collaborations vous permettent-elles d’accueillir de nouveaux sponsors et/ou investisseurs ?



                                                    Vincent Ponsot : c’est la suite logique. On est présents de manière importante au Sénégal, au Brésil et bientôt aux États-Unis, les pays que l’on a cités. On va aussi annoncer un nouveau partenariat en début de semaine (entretien réalisé vendredi 22 novembre, l’OL a signé un partenariat de 3 ans avec le FUS de Rabat au Maroc). On est dans le cadre du développement de notre image. Forcément, ça viendra un jour. Mais pour l’instant, ce n’est pas le but premier recherché. Mais ça viendra naturellement. Plus on va être présents sur les territoires, plus on va intéresser forcément certaines marques.

                                                    L’OL a officialisé un nouveau partenariat avec le FUS Rabat

                                                    Foot Mercato : en termes de budget, quelle part ces partenariats et tout ce qui touche au développement à l’international, représentent pour l’OL ?



                                                    Vincent Ponsot : c’est un pourcentage très faible. Je ne peux pas vous donner un chiffre. Mais petit à petit, cela se développe.



                                                    Foot Mercato : quel bilan tirez-vous de toutes ces coopérations ? J’imagine que c’est très positif et que vous en êtes fier.




                                                    Vincent Ponsot : aujourd’hui, c’est peut-être la contrepartie positive du fait qu’on est très lent pour signer, c’est qu’on n’a pas eu de déceptions. Peut-être qu’on se trompera un jour. Mais pour le moment, on est très contents. La question aujourd’hui est : est-ce qu’il faut que l’on continue à prendre tout ce temps-là ou faut-il que l’on aille un peu plus vite sachant que l’on reçoit énormément de demandes ? La question est plutôt là-dessus. Mais aujourd’hui, le bilan de tous nos partenariats est positif. D’abord, on s’inscrit bien dans une durée. Ce qui était l’objectif initial. Pour l’instant, on n’a pas d’effet déceptif.

                                                    Clément Michon : on n’a même pas eu de perte de partenariat. La méthodologie, on l’a testé à travers notre premier partenaire historique qui est l’Athletico SC au Liban avec une académie de plus de 1000 jeunes aujourd’hui. Le Liban est un marché assez particulier. Pour l’histoire, c’est un groupe d’entrepreneurs locaux qui, devant le manque d’offres sérieuses pour la formation au football, a dit on va monter notre académie. Ils avaient ciblé à l’époque l’Olympique Lyonnais car ils savaient que c’était sérieux sur la formation. C’est un partenariat historique, qui a une vraie dimension humaine, une vraie richesse. Ça fait neuf ans que nous sommes partenaires. On a prolongé plusieurs fois. Pour nous, c’est une satisfaction. Ça veut dire que quand on met en place une histoire, elle se perpétue dans le temps. On n’est pas sur du one shot. C’est tout ce qu’on ne veut pas. L’idée demain, c’est de ne pas avoir de la déception, de se dire on recule car ce qu’on a apporté n’a pas suffi ou que l’expérience n’a pas été fructueuse. Ça, c’est une vraie richesse pour nous.



                                                    Foot Mercato : y a-t-il d’autres zones ou pays dans le monde où l’OL compte s’implanter ?



                                                    Vincent Ponsot : on est ouvert à toutes les zones. Le Brésil, on y tenait par rapport à notre histoire. On tient aux États-Unis parce que dans notre axe de développement du foot féminin, les États-Unis sont une terre propice. Ensuite, on est ouvert. Ce qui compte, c’est la qualité du projet et la qualité des hommes, plus que la zone territoriale.



                                                    Foot Mercato : le Maghreb peut-il être un objectif ?



                                                    Vincent Ponsot : oui (sourire)



                                                    L’OL a signé un partenariat avec le FUS Rabat vendredi



                                                    Foot Mercato

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X