Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Lu sur FF , vu sur OL TELE

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Lu sur FF , vu sur OL TELE

    Vu le prix, il y a que la Ville qui peut se l'offrir, m'enfin, la Ville DOIT se l'offrir.

    Parlant de Lyonnais, ça c'est le topic du MAL DU PAYS, celui qui me prend quand je suis à Paris au bout du 15e jour... Avant, c'était moins grave.
    Traînant sur Internet, j'ai vu qu'il ne restait plus qu'un seul adepte du "bistanclaque" à la Croix-Rousse, et encore, c'est un vieux Savoyard, venu sur Lyon avant la guerre. Il tient le dernier métier à bras, et il n'a enseigné à personne. Il fait pour montrer...
    Je crois que ce genre de choses DEVRAIT être relancé, ne serait-ce que pour ne pas perdre "le tour de main", surtout dans une ville qui est la capitale des Compagnons. Il y a une "cagna" rue Sidoine-Apollinaire. A l'heure où on parle d'apprentissage, ben, le travail bien fait...
    Là où ça rejoint le problème de votre horloge, c'est qu'on ne trouve plus personne, à l'heure (ah, fallait oser) actuelle, qui soit capab' de monter ce genre de truc.

    Vous savez pas, il y a un type de TRAVAIL DU BOIS, à Lyon, tout à fait spécial.
    D'abord, si vous regardez comment sont faites les vieilles portes, vous comprenez: c'est austère, c'est épais, c'est costaud... Ca vient du bois qu'on choisit. Un bois très dur, difficile. A l'image des gens qu'on est.
    Vous rentrez, vous voyez dans un coin, une PETRIERE... Ah, ça, les "étrangers" peuvent pas savoir. Une pétrière, c'est une sorte de coffre sur pieds, rectangulaire, avec un couvercle à rabat. Ca s'appelle comme ça parce que ça fait irrésistiblement penser à un coffre à pain, pas une huche, mais un vrai coffre. La famille de ma mère en avait une.
    Et puis, vous avez ces tables à rabat, austères, lisses, qui pèsent leur poids parce qu'elles sont faites dans le fameux bois "casse-poignet". Ma mère en avait une.
    Et puis, il y a le PHARE, que d'autres appellent "poële".
    Et les EVIERS EN PIERRE... peu profonds, fixés au mur... typique. Des pièces au sol dallé, non pas de dalles modernes, mais de véritables "tranches" de pierre dorée lisses et rectangulaires.

    J'ai habité une maison de ce genre. Elle date du XVIIIe siècle. Vraiment une architecture spéciale. D'abord, les murs extérieurs ne sont pas recouverts, ça c'est réservé à la ville. Ceux qui sont après peindre tout le Lyonnais n'ont rien compris. Il y a un antagonisme, je dirais naturel, entre Lyon et sa région.
    Donc, un mur de pierres sèches, dorées, et un balcon en fer forgé. Une de ces fameuses portes en bois dur, peinte en bleu ciel, délavée, avec ferronerie. Une grosse clef, videmment.
    Vous entrez, vous voyez à votre droite la cave, m'enfin ce qu'on appelle la cave, au niveau du sol, avec une porte en bois, un sol en terre battue. Parce qu'en Lyonnais, on habite à l'étage, pas de plain-pied. C'est une hérésie de touriste que de faire l'habitat au niveau du sol.
    Vous enfilez un escayer de pierre, lisse, usé, raide. A votre droite, au-dessus de la cave, donc, une grande salle, avec ces dalles dont j'ai parlé. Une cheminée toute simple. Dans cette pièce, vous casez vot' tab', le lit des gones, le phare, la pétrière... Une séparation... Là vous mettez le lit des parents, et, derrière, une "souillarde" si on veut, qui héberge la machine à laver et le mobilier de cuisine, avec l'évier. Ces maisons ne sont pas prévues pour 15... Ca veut dire qu'on faisait peu d'enfants, qu'on était travailleur, aussi, et souvent dehors.
    Par opposition, les maisons de "canut" sont plus spacieuses, et bien plus hautes...
    Dans ces maisons il y a parfois ce qu'on appelle une "soupente". Ca, c'est ce que les barbares appellent grenier mansardé. Des fois il y en a sous les escayers, aussi. En fait, ça coule de sens, c'est une pièce, un placard, dont le haut est en pente...
    Dans certaines maisons, vous avez aussi une GALERIE. Kessaco? C'est une sorte de balcon couvert, avec un plancher en bois, et des piliers de bois, donnant la plupart du temps sur le JARDIN. Ca sert à étendre le linge, à entreposer du bois, etc. En dessous de ladite galerie, vous avez souvent une sorte de préau à arcades, en pierres dorées, qui peut vous servir de garage.
    Dans le village, vous aviez aussi le LAVOIR, avec ses PLATIERES après jacasser, comme les pies qu'elles étaient. Jusque dans les années 60. La machine à laver a tué tout ça. Un lavoir, c'est une sorte de grand bassin carré, à ciel ouvert, avec une galerie autour. On lavait sur des plans inclinés, à grand coups de poings et de battoir... Fallait être costaude.
    A Lyon, on "officiait" dans le Rhône et la Saône.
    Et de partout, ces MURS EN PIERRES DOREES, que les hérétiques barbouillent à tour de bras, mais qui doivent rester NUS.
    Parfois, au détour d'un sentier, une "ruette", vous avez un sorte de PONT HABITE... si si... C'est un château, une grosse MAISON DE MAITRE qui a débordé, à cheval sur le sentier. Vous passez... hop, une arcade, vous savez pas d'où elle sort, qui fait galerie.
    A Lyon une TRABOULE, c'est, si on veut, un sentier entièrement sous arcade...
    Tous ces villages ont leur content de RUES EN PENTE, souvent simples sentiers, qui peuvent être le seul moyen d'accès à certaines maisons. Comme à Lyon, les escayers. Fallait savoir marcher et grimper. C'est comme la montagne, mine de rien.

    Architecture magnifique... et typique. Architecture CLASSEE, qu'elle soit à Saint-Romain, Saint-Didier, Saint-Cyr, Poleymieux...
Chargement...
X