Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Faudra-t-il conserver Carrière ?

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Faudra-t-il conserver Carrière ?

    Envoyé par SUPRAL3X
    Compte-rendu du match :

    Envoyé par Sport24.com
    Arsenal la joue facile

    Les Gunners d’Arsène Wenger n’ont guère connu de souci pour assurer leur place en huitièmes de finale face à une faible équipe de Prague (3-0). L’Ajax, lui, a pris une option sur la 2e place, mais que ce fut difficile face à Thoune (2-4).

    Par Cédric Callier



    Henry martyrise Prague

    Dans un stade d’Highbury sur lequel s’abattait des trombes d’eau, le Tricolore ne tardait pas à se rappeler aux bons souvenirs des Tchèques. Omniprésent sur tout le front de l’attaque, Henry trouvait d’abord Bergkamp dans la surface d’une belle ouverture. Le Néerlandais décalait Pires sur la droite, qui lui remettait instantanément. Bien qu’à bout portant, le Batave trouvait néanmoins le moyen d’expédier sa frappe sur la transversale (13e). Deux minutes plus tard, le numéro 10 des Gunners se présentait seul face à Blazek et perdait son duel (15e). Totalement privés du ballon, les visiteurs étaient contraints de se recroqueviller devant leur but et de serrer les lignes au maximum. Une tactique vouée à l’échec face à des Anglais qui faisaient admirablement bien circuler le ballon. Sur l’un de ces enchainements, Henry héritait de la balle à 25 mètres de la cage adverse. Sans contrôle, l’attaquant des Bleus plaçait une petite merveille de frappe enveloppée hors de portée de Blazek (1-0, 23e).

    Le plus dur semblait alors fait pour les joueurs de Wenger qui, comme bien souvent dans ces cas-là, se déconcentraient. Les Praguois en profitaient pour mener leurs premières offensives. Mais ni Hasek, d’une frappe puissante renvoyée en catastrophe par Almunia (27e), ni Pospech, qui manquait le cadre (29e), ne concrétisaient leurs maigres possibilités. Pire, les Tchèques se découvraient inconsidéremment et sur un contre mené à toute vitesse par Bergkamp, le K.O était évité d’un rien par Blazek, auteur d’une superbe parade sur une frappe de Reyes (31e). Rincés par une pluie diluvienne, les joueurs des deux équipes ne se procuraient plus d’autre occasion avant la pause.

    Van Persie, entrée décisive

    Dès la reprise, Arsenal cherchait à plier la rencontre en inscrivant un second but qui les tranquilliserait pour la fin de match, et assurerait définitivement leur billet pour les huitièmes de finale. Henry, sur une belle ouverture de Bergkamp de l’extérieur du droit, rentrait dans la surface, mais perdait l’équilibre au moment de frapper et le ballon filait en sortie de but (50e). Le Français ne se décourageait et plaçait une superbe frappe sur un coup franc légèrement excentré sur la gauche, à 25 mètres, que Blazek déviait en corner au prix d'une belle détente(52e). Passée cette reprise menée tambour battant par les joueurs locaux, le rythme du match retombait de plusieurs crans alors que la pluie venait de cesser.

    Il fallait alors attendre le dernier quart d’heure pour voir la rencontre s’enflammer. Prague était tout près d’égaliser sur une tête de Petrous qui flirtait avec la transversale d’Almunia (76e). Piqués au vif, les Gunners repartaient à l’assaut du but tchèque. Van Persie, entré à l’heure de jeu à la place d’Henry, allait en profiter pour se mettre en valeur et inscrire deux buts en cinq minutes. D’abord sur un contre où Bergkamp le lançait seul au but. Etrangement, le Néerlandais semblait tergiverser à l’entrée de la surface, avant de contourner deux défenseurs praguois, revenus en catastrophe, et placer une frappe sublime dans la lucarne de Blazek (2-0, 81e). Ensuite sur un magnifique débordement d’Eboué, lui aussi apparu en cours de match, sur la droite. Le Camerounais centrait en retrait vers Van Persie, qui fusillait le malheureux Blazek (3-0, 86e). La fin de match était alors complètement folle. Petras trouvait la transversale d’Almunia dans la minute suivant le troisième but d’Arsenal. Et Van Persie manquait à deux reprises d’un rien le triplé (89e et 90+1e).
    Voilà un jolie compte rendu où je n'ai gardé que l'essentiel c'est à dire beaucoup

    Vraiment victoire impressionnante de technique des gunners qui ont surclassés les pauvres tchéques.
    Ceci est un bon présage pour la Pl.
    PESaccro
Chargement...
X