Annonce

Réduire

Le forum a été mis à jour, créez un nouveau mot de passe

Suite à la dernière mise à jour, vous devez créer un mot de passe unique avant de vous reconnecter à votre compte pour la première fois.
Il suffit de cliquer sur "S'identifier ou s'inscrire" en haut à droite de l'écran puis sur "Oubli de votre mot de passe ou de votre identifiant ?". Saisissez votre email OL, vous recevrez un email de réinitialisation de mot de passe. Une fois votre mot de passe créé, connectez-vous avec votre pseudo et votre nouveau mot de passe.

En cas de problème, n'hésitez pas à contacter notre Service Relation Client, nous pourrons vous accompagner dans la démarche.
Voir plus
Voir moins

sous le signe du lyon

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • sous le signe du lyon

    edito de l'equipe (25/09)

    D’HABITUDE, le foot français avait trois chances au tirage. Les habitudes viennent vite. Cinq années de succès consécutives lors du tour préliminaire de la Ligue des champions nous avaient fait oublier que la France ne possède que deux tickets garantis pour la Coupe d’Europe, la vraie, celle avec les « grandes oreilles ».

    Desservi par un tirage au sort qui ne pouvait guère être pire, Monaco a échoué là même où Liverpool a allégrement franchi le troisième obstacle placé entre lui et la défense de sa couronne. Il y a seulement quinze mois, l’équipe de la Principauté atterrissait sur le toit de l’Europe après avoir écarté le Real Madrid (2-4, 3-1) et Chelsea (3-1, 2-2). S’il échouait finalement devant le Porto de Mourinho (0-3), il avait montré la voie aux clubs français. Il l’a montrée mais ne l’a pas suivie. Monaco n’a pas su enchaîner, Monaco n’a pas su durer.

    Et, sans faire offense aux Lillois, il faudra donc se reposer cette saison sur le seul exemple de développement durable enfanté par le foot français ces dix dernières années : Lyon. Son président, Jean-Michel Aulas, peut bien agacer, annoncer qu’Essien « ne partira pas » pour finalement le lâcher quelques jours plus tard, le club lyonnais est devenu incontournable sur le plan français. Sur la scène européenne, il ne dispose encore que d’un jeton de présence. Présence au sein du G 14, ce groupement des dix-huit clubs continentaux les plus riches. Présence en Ligue des champions, que Lyon va disputer pour la sixième année d’affilée (un record pour une équipe française). Présence dans le grand huit, ces quarts de finale où les Lyonnais ont achevé leur course ces deux dernières saisons.

    Pour grandir, Lyon doit désormais passer ce cap. Dans un sondage L’Équipe-TNS-SOFRES publié en mai dernier, ce qui manquait à l’Olympique Lyonnais pour devenir un club populaire était, pour 48 % des gens interrogés, « un exploit en Ligue des champions ». Le défi est clairement posé. Le champion de France a déjà annoncé, par le biais de son président, qu’il relevait ce challenge. Le rendez-vous est fixé au Stade de France, cadre de la prochaine finale de Ligue des champions, le 17 mai prochain. Un signe ? Après tout, c’est dans cette enceinte que l’OL d’Aulas avait remporté son premier trophée. C’était une simple Coupe de la Ligue. Lyon n’était pas encore grand.

    -------------------------------------------------------------------

    Arsenal supervise Emana

    ACHILLE EMANA est toujours toulousain. Hier soir, il a donc affronté Lille (0-0). Dans les tribunes du Stadium Nord, beaucoup de monde avait demandé un billet en présidentielle pour le superviser. Gérard Houllier, l’entraîneur de Lyon, était accompagné de Patrice Bergues, son adjoint. À côté d’eux était installé Tony Adams, l’ancien défenseur d’Arsenal, aujourd’hui entraîneur des jeunes au Feyenoord Rotterdam. « Je suis là pour Emana. C’est Arsène Wenger qui m’a demandé de venir le voir jouer. Je crois qu’il cherche un milieu pour remplacer Patrick Vieira. » Croisé avant le début de la rencontre, Olivier Sadran, le président du TFC, n’a pourtant pas l’intention de lâcher son international camerounais : « Je n’ai pas cherché de remplaçant car je pense qu’il va rester. Mais bon, j’ai un accord avec le joueur. Achille est un type bien. Si Lyon fait le chèque avec les garanties bancaires nécessaires, il partira. Mais attention, le prix est de 7 millions d’euros net, ça veut dire qu’il y a plein de choses à côté. Je ne vous dirai pas quoi. » Mais quelques minutes après que le président Sadran assura qu’il n’avait pensé à aucun nouveau joueur pour renforcer son milieu de terrain, l’arrivée de Laurent Batlles au TFC était officialisée…

    Côté lyonnais, Bernard Lacombe, parti superviser le Brésilien Fabinho au Japon, est attendu en France demain, soit quatre jours avant son retour prévu. Cette piste semble donc écartée au profit de celles d’Emana et de Tiago. D’ailleurs, l’OL attend une réponse du milieu international portugais de Chelsea. Celle-ci devrait être affirmative et très rapide. Le coût du transfert devrait s’élever à 10 millions d’euros. Enfin, l’attaquant Pierre-Alain Frau restera chez les champions de France cette saison. Le président Aulas a mis son veto à un départ de l’ancien Sochalien, malgré l’intérêt de Lens.

  • #2
    une simple coupe de la ligue...
    y en qui tuerait pour l avoir...
    demande au PSG l an dernier...
    On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

    Commentaire

    Chargement...
    X