Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ils ont fait l'OL, ils sont l'OL! (Nos légendes)

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Ils ont fait l'OL, ils sont l'OL! (Nos légendes)

    Non, l'OL n'est pas né un jour de juin 1999 quand Sonny Anderson, la star, a signé à Lyon. Ce jour là, notre club a changé profondément... Il est depuis, un club qui gagne. Mais comment comprendre ce club? Comment aimer l'OL? Comment apprécier les victoires d'aujourd'hui si on ignore l'anonymat, les galères mais aussi les joies d'hier. L'OL a un passé. Il est certainement moins glorieux que ceux d'autres clubs (Je pense à ceux qui commémorent les grandes défaites par exemple) mais il a le mérite d'exister.

    Comprenons-nous bien! Je ne souhaite pas tomber dans la nostalgie facile ou le "c'était mieux avant". Pour moi, ce topic a deux objectifs:

    1. Rappeler qu'il est bon d'apprécier ce que nous vivons aujourd'hui! Car si l'OL domine son monde des sommets du football français, il a longtemps contemplé les autres de tout en bas; Et si on se presse et on se sert ne nos jours à Gerland, rappelons-nous qu'il y a encore pas longtemps, seul un petit noyau voulait y croire.

    2. Rendre hommage à ceux qui ont permis à l'OL d'en être là aujourd'hui. Je pense à tous ces joueurs, dirigeants et supporters qui se sont battus pour que le club survive quand, à plusieurs reprises, il s'est trouvé en grand danger.

    Je vous propose donc, ici, de faire le portrait de nos légendes, anonymes ou connus, joueurs, dirigeants ou supporters.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Le 26 mai 1950, dans un petit encadré des pages sports du Progrès de Lyon, on pouvait lire:


    Progrès de Lyon du 26 mai 1950.

    Ce fut donc un petit bout de journal qui lança donc la grande histoire de notre Olympique Lyonnais. Le LOU ne voulait plus entendre parler du football professionnel. "Ce sport de manchots" selon les propres dires de ses dirigeants, qui, vous l'aurez compris, préféraient allègrement le monde de l'ovalie.

    Un petit groupe d'amoureux du football, qui ne voulaient pas croire que Lyon serait à jamais fâché avec le ballon rond, ont forcé la main de l'histoire. MM. Blum, Carrel, Chavanne, Daurensan, Forest, Groslevin, Louot, Marceau, Tournier, Sochay et les docteurs Maries, Rochet et Trillat sauvaient le football lyonnais et créaient notre cher OL. Que serait-il advenu sans leur abnégation? Serions-nous tous devenus fans de Rugby? Nous serions-nous tournés vers un autre club, d'une lointaine banlieue :shock: ?? Je n'ose imaginer...

    Parmi ces hommes, le professeur Trillat a joué un rôle déterminant. C'est à lui que revient la paternité du nom; Olympique Lyonnais, comme le Lyon Olympique Villeurbanne, l'ancêtre de notre club créé en 1933 par Jean Mazier, mais aussi comme le Lille Olympique, le club parrain de l'OL (Le premier club rencontré en amical). Il est aussi à l'origine du rouge et bleu, les couleurs de la ville de Lyon (pas celles de Pusignan... :roll: ) comme couleurs du club, choisies pour faire plaisir à un Edouard Herriot peu enclin aux choses du ballon rond.

    L'Olympique Lyonnais récupéra les joueurs, l'entraîneur, Oscar Heisserer, et la place en deuxième division de l'ex-section foot du LOU. Armand Groslevin devenait le premier président de l'OL.
    La lente mais sûre ascension de notre passion pouvait commencer...


    Albert Trillat (1910-1988). Eminent chirurgien, prisonnier de guerre et résistant, et membre fondateur de l'Olympique lyonnais, il est à ces titres, une grande figure lyonnaise. D'ailleurs, puisque vous pensez à un nouveau stade pour l'OL, pourquoi ne pas lui donner comme nom celui qui en a trouvé un pour notre club? Ce serait un juste retour des choses.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Camille Ninel.


    Né en Martinique le 23 mars 1928.

    Au club de 1950 à 1960.


    Il a embrassé l'histoire de l'OL durant toute une décennie, les premiers pas difficile d'un club qui n'en était qu'aux balbutiements. Mais les échecs, la D2 et les difficultés diverses n"empêcherons ce joueur de devenir une figure emblématique de notre olympique.

    Ninel, l'homme du derby

    Ninel était un bon joueur. Sélectionné en équipe de France B, il a fait le bonheur de l'OL pendant plus de 11 ans. Pour cela, il appartient déjà à l'histoire de notre club. Mais son statut de légende parmi les légendes, il le doit en grande partie à ce but du 2 octobre 1955 au stade... Geoffroy-Guichard. Il est en effet l'unique buteur de ce derby disputé devant 30000 personnes. De retour de blessure, notre Camille adresse une frappe de 25m qui transperce toute la défense stéphanoise. But mythique pour une date historique puisqu'il s'agit de la première victoire lyonnaise en sa banlieue.

    L'aventure oranaise

    En 1959, l'OL aime déjà la coupe. En huitième de finale, ils doivent affronter, à Oran, le 22 février, l'immense stade de Reims entraîné par le non moins immense Albert Batteux. Les Oranais ne sont venus que pour voir les stars rémoises et... du beau football! Ils vont être servis... par les lyonnais en général et par Ninel en particulier. Placé au milieu de terrain, il éclabousse le match de sa classe. Au milieu de la seconde période, il avale son côté gauche et offre un centre exceptionnel pour Dalla Cieca qui égalise. Et c'est encore lui qui donne à Cossou le second but lyonnais dans les prolongations. L'OL l'emportera finalement 3-1 sous les acclamations des 25000 oranais. Ninel n'y est pas pour rien.

    Je ne résiste pas à vous faire partager sa façon de penser... toute lyonnaise:

    "[...)Il faut arrêter avec ces conneries de dire que le public lyonnais est froid. Ce n'est pas vrai. Je lutte contre ça. C'est vrai que les lyonnais ne s'enflamment pas pour un oui ou pour un non comme dans le sud, mais ils aiment profondément leur équipe. Le public lyonnais t'observe, il connaît le football, il ne se contente pas d'applaudir le buteur et point. C'est un public de connaisseur. Il sait ce qu'est l'amour du maillot (...]"
    *

    Monsieur Ninel, pour l'amour du maillot, pour tout ce que vous avez donné à l'OL et pour ce but. Un seul mot: MERCI

    *COLLOT Cyril, VUAGNAT Sébastien, Histoire du derby OL/ASSE, La Taillanderie, 2004.
    Dernière modification par Phanou Herko, 21/12/2005, 16h42.
    https://twitter.com/phanou_herko

  • #2
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Yves Chauveau, le diable lyonnais.

    Suite de notre galerie historique! "Aux grands gones, le forum reconnaissant"... Après Albert Trillat le fondateur, Camille Ninel, symbole de la jeunesse olympienne des années 50, et Rémi Garde l'idole du footnos que je suis, je vous propose de nous attarder sur celui qui est resté comme le diable de White Hart Lane, le gardien volant: Yves Chauveau.

    Notre homme est un ventre jaune de Bourg! Là-bas (je connais un peu), ils préfèrent jouer le ballon avec les mains, la Bresse est depuis toujours une terre de Rugby. C'est donc en toute logique que Chauveau se retrouve sur la ligne entre les trois barres, même si lui, aurait peut-être préféré planter quelques cacahouètes en face! Sélections du lyonnais alternent avec les performances burgiennes, Yves ne pouvait échapper à l'Olympique Lyonnais. Il débarque entre Rhône et Saône en 1965. Rapidement, il est prêté à Grenoble où il côtoiera le grand Albert Batteux. Puis il revient en 1967 pour doubler Michel Zewulko, le successeur d'Aubour! Mais le destin en décide autrement! Indisponible à l'aube de la saison 67-68, Zewulko ne retrouvera jamais sa place... C'est le jeune bressan de 22 ans qui prend les clés de la porte lyonnaise, et ce pour 7 ans.

    Durant cette première partie de carrière, Yves Chauveau a remporté deux coupes de France en 1967 (comme remplaçant) et en 1973 et a joué une finale en 1971. Indéboulonnable du 11 lyonnais, il a été auteur d'un certain nombre de matchs de haute volée. Notamment cette demi-finale de coupe en 1971 contre Sochaux. Mais il est un exploit qui colle à la carrière de Chauveau comme les gants du gardien colle à ses mains, c'est ce match retour de coupe d'Europe à White Hart Lane contre Tottenham (huitième de finale)! Il a écoeuré à lui seul tout le chaud public londonien! Les lyonnais l'avaient emporté 1-0 à Gerland, mais le voyage en Albion était une autre histoire. En plus de faire face aux assauts de 11 anglais révoltés, les gones devaient supporter l'ambiance surchauffée par les 60000 furieux de White Hart Lane. Et y'en un qui a le Kop dans le dos, c'est Yves. Imaginez un peu la tension! Sachez mes amis que certains joueurs se sont glissé du coton dans les oreilles, tellement que le bruit est ahurissant! Les Lyonnais sont acculés. Ils ne sortent plus de leurs 30 mètres. Chauveau parvient tout de même à contenir un maximum d'attaques anglaises, et il faut un but hors-jeu et un penalty pour permettre à Tottenham de mener 2-0 à la mi-temps. Lors de la deuxième période le match s'emballe: 2-1 puis 3-1... 3-2 et enfin 4-2 avant que les lyonnais fassent taire toute l'Angleterre: 4-3! Malgré les quatre buts encaissés, c'est bien chauveau le héros de la soirée. Celui qui sera surnommé "gardien volant" par la presse anglaise. France-Foot titrera: "Dans l'enfer de Tottenham, le diable était lyonnais"... et un petit peu Bressan!

    En 1975, Yves Chauveau tente l'aventure monégasque avant de revenir chez lui, à Lyon en 1978, pour y finir une belle carrière, une carrière exemplaire.

    Avec l'OL, il a joué 484 matchs. Ce qui en fait le troisième joueur qui a porté le plus souvent le maillot de l'OL, derrière Chiesa et Di Nallo et le premier gardien...

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Il est, pour toute une génération (la mienne, celle qui a découvert l'OL en D2), le symbole du renouveau olympien. Rémi Garde incarne parfaitement la deuxième jeunesse de l'OL, celle née d'une rencontre entre un club au plus bas et un dirigeant (JMA) qui en fera une des meilleures écuries européennes.

    En 1988, Raymond Domenech et Bernard Lacombe reprennent le club en main, avec l'objectif déclaré de Jean-michel Aulas de faire de l'OL un club européen dans les cinq années à venir. Pour cela ils vont s'appuyer sur toute une génération de joueurs sortis du centre de formation, peut-être la plus talentueuse de toute l'histoire de l'OL! Après tout, c'est cette bande de gones qui va sortir l'OL d'un purgatoire de six longues saisons. A la tête de cette bande: Rémi Garde!

    Lancé par Herbin en 1985, c'est bien le tandem Lacombe-Domenech qui offre son premier contrat pro au gone de l'Asbresle. Jouant en défense centrale ou dans l'axe du milieu de terrain, très bon techniquement avec une grande qualité de passes, il se révèle rapidement comme le patron du jeu lyonnais et succèdera logiquement à Jacky Colin au capitanat.

    Il sera de toutes les aventures de cet OL du début des années 90. Lyon-Alès et la folie qui s'empare de Gerland, il y était; Le mythique Lyon-Bordeaux de 1991, il y était; Le retour de la coupe d'Europe à Gerland, il y était, et d'ailleurs il en est le premier buteur contre les suédois d'Oster Vaxjo. Bref, il est difficile de dissocier le talent de Rémi Garde et la réussite lyonnaise de l'époque. Il sera également le premier lyonnais depuis Daniel Xuereb à être sélectionné en équipe de France, Michel Platini ne résistant pas à l'élégance et à la technique d'un joueur, dont Arsène Wenger dira qu'il est le meilleur de sa génération. Lors de sa première convocation chez les bleus il rencontre Joël Bats pour sa dernière sélection. L’ancien gardien raconte : « La première fois que j'ai vu arriver Rémi Garde, c'était ma dernière sélection contre Chypre à Toulouse. Je me souviens avoir fait son nœud de cravate : il ne savait pas les faire. Et 20 ans après, dernièrement, c'est lui qui me l'a fait »

    Mais pour nous, supporters de l'OL, ce qui finit de faire de Rémi Garde une légende du club, c'est son implication dans les derbies. Comment oublier ce but? Magique, salvateur, le but de toute une génération, un but mythique pour tous les amoureux du derby. Nous sommes le 26 mars 1991, l'OL accueille des voisins remontés comme des gagas depuis que Kastendeuch s'est trompé de cages ! Menés au score depuis l'heure de jeu, l'OL pousse comme jamais quand un éclair de génie illumine Gerland. Rémi Garde reprend de volée un ballon détourné... Frappe exceptionnelle !... Lucarne !… Egalisation! Gerland explose... "On entend plus chanter les stéphanois, on entend plus chanter le stéphanois"!

    Ayant lancé le club de son cœur sur les rails de la réussite, Rémi Garde s'en va vers d'autres aventures. D'abord strasbourgeoises, où il y imposera sa technique, puis Londoniennes, où il rejoindra l'un de ses premiers fans: Arsène Wenger à Arsenal.

    Discret et mesuré mais passionné et fidèle (comme tout bon lyonnais qui se respecte), il ne pouvait en être autrement que Rémi Garde revienne entre Rhône et Saône. En 2004, il rejoint donc l'OL et intègre le staff de Paul Le Guen en tant que superviseur. Avec Gérard Houllier, il devient entraîneur adjoint et c'est avec un réel plaisir mais aussi une certaine fierté qu'on le voit mener certaines séances d'entraînement à Tola Vologe.

    Son avenir, je n'ose pas l'imaginer ailleurs. Témoin d'une époque où l'OL survivait à la D2, ce vécu ne peut être que bénéfique auprès de joueurs qui ne savent plus ce que c'est qu'être second. Mais en plus de cette expérience, Rémi Garde se révèle être un excellent communicant. Ces analyses, toujours pertinentes et objectives, témoignent d'une grande connaissance du football français et européen.

    J'étais fan, je suis fan et je serai fan! Et si vous me demandez qui je voudrais voir succéder, à terme, à Gérard Houllier, vous connaissez ma réponse... En attendant si notre héros pouvait inspirer nos gones pour le 10 décembre, je serai le plus heureux des supporters.

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Dernière modification par Phanou Herko, 21/12/2005, 16h41.
    https://twitter.com/phanou_herko

    Commentaire


    • #3
      Merci ca c'est sympa comme topice, je me cultive !! :D

      Commentaire


      • #4
        Vraiment sympa ce topic, merci pour les infos archives
        http://www.tipster-syndrom.com

        Commentaire


        • #5
          Belle citation :)

          Commentaire


          • #6
            Welcome Home Phanou

            Commentaire


            • #7
              Merci Phanou...

              On te fera le même post dans 50 ans...
              Les Cahiers du foot : marquage à l'italienne "Grosso ne bougera pas"

              Commentaire


              • #8
                merci pour ce topic très interessant

                Commentaire


                • #9
                  Merci Phanou Herko. C'est super de nous faire partager tes connaissances.

                  Si tu veux remettre ça bientôt j'en serai plus que ravi!!!
                  Lyonnais de coeur

                  Commentaire


                  • #10
                    allez phanou, reponds nous une histoire de l'ol en 22 pages

                    Commentaire


                    • #11
                      Merci beaucoup pour ce topic phanou ! Je ne le connaissais pas, et j'ai vraiment aimé ce portrait, et aussi sa citation sur le public lyonnais 8)
                      Grippe aviaire inside -ding-

                      Commentaire


                      • #12
                        enfin un post util
                        CAPITALE DE LA GAULE ex CAPITALE DU FOOT

                        Commentaire


                        • #13
                          Oooh... Ninel!
                          C'etait la vedette des gônes à Gerland, tous lui courraient après car il avait toujours des bonbons plein les poches!

                          Commentaire


                          • #14
                            tu voudrais bien en faire un sur Essien ???

                            Commentaire


                            • #15
                              Envoyé par COOLLYON
                              enfin un post util
                              Phanou n'est pas débutant en la création de tel post !
                              Une raison de plus d'aimer Pierre-Alain Frau. Et PAF !

                              Commentaire


                              • #16
                                Question : il est mort Ninel ??? :oops: :?
                                Les Cahiers du foot : marquage à l'italienne "Grosso ne bougera pas"

                                Commentaire


                                • #17
                                  Envoyé par idealerwan
                                  Question : il est mort Ninel ??? :oops: :?
                                  euh...je me posais la question, mais je crois que oui ya pas longtemps..... :?:

                                  Commentaire


                                  • #18
                                    [img]http://perso.wanadoo.fr/jdeb71/jdeb71/Jubile%20Remy%20Perche%202491.jpg

                                    [/img]

                                    Commentaire


                                    • #19
                                      ALAIN CAVEGLIA

                                      Commentaire


                                      • #20
                                        Je cherche justement les equipes de l'OL année apres année si quelqu'un a ca en reserve je lui en serait gré. :P
                                        Ex gardonsjuni
                                        On est Lyon et on vous emmerde.

                                        Commentaire


                                        • #21
                                          Gardonsjuni, dans un mois voir deux je pourrais satisfaire ta demande. Patience.

                                          Commentaire


                                          • #22
                                            Cool!!Merci d'avance
                                            Ex gardonsjuni
                                            On est Lyon et on vous emmerde.

                                            Commentaire


                                            • #23
                                              merci phanou ca fait vraiment plaisir et tres interessant de lire ca :D

                                              J'attends la suite ac impatience

                                              Commentaire


                                              • #24
                                                Envoyé par idealerwan
                                                Question : il est mort Ninel ??? :oops: :?
                                                bein, non je l'ai vu l'autre jour à Tola-Vologe, il y a à peine deux semaines

                                                Commentaire


                                                • #25
                                                  Envoyé par maleante9
                                                  Envoyé par idealerwan
                                                  Question : il est mort Ninel ??? :oops: :?
                                                  euh...je me posais la question, mais je crois que oui ya pas longtemps..... :?:
                                                  Si il est mort ça ne doit pas dater de plus de 2 ou 3 ans alors car je l'ai vu vivant en 2002.
                                                  :joue: :grn: :grn: :joue: :grn: :grn: :joue:

                                                  Commentaire

                                                  Chargement...
                                                  X