Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Conseil National de l'Ethique

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Conseil National de l'Ethique

    Comment peut-on se prétendre Conseil National de l'Ethique
    quand on informe d'abord la presse, avant d'informer officiellement les intéressés ?

    Elle est belle l'Ethique...

  • #2
    Tu dis ça en référence au communiqué du club ?
    Avec le temps on apprend à faire attention aux effets d'annonce du club

    Commentaire


    • #3
      En consultant F365.fr,

      On s'aperçoit que le quotidien "Le Parisien" révèle dans son édition de Mercredi que Aulas sera bientôt convoqué par le CNE. Info reprise par l'Equipe dans la journée...

      Donc le Parisien avait l'information Mardi soir avant la mise au tirage.

      Finalement, le communiqué officiel du CNE arrive Mercredi soir.

      Donc, la presse semble être au courant avant les personnes faisant
      l'objet de la convocation...

      Je trouve cela lamentable du point de vue de l'éthique :shock:

      Commentaire


      • #4
        Ne serait-ce pas plutôt les journalistes qu'il faudrait alors blâmer ?
        Après tout c'est eux qui ont éventé l'information en la diffusant trop tôt.
        Il devrait y avoir sanction à leur égard, s'il doit y avoir.

        Commentaire


        • #5
          Il suffit que la secrétaire qui passe les fax en ait parlé a son coiffeur qui l'a dit a son oncle qui l'a raconté a son boucher pendant que le journaliste du Parisien faisait la queue pour s'acheter sa tete de veau, et hop, c'est dans le journal tres vite!

          Des fuites, yen a toujours eu et yen aura toujours, tu peux rien faire contre

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par go_ne
            Il suffit que la secrétaire qui passe les fax en ait parlé a son coiffeur qui l'a dit a son oncle qui l'a raconté a son boucher pendant que le journaliste du Parisien faisait la queue pour s'acheter sa tete de veau, et hop, c'est dans le journal tres vite!

            Des fuites, yen a toujours eu et yen aura toujours, tu peux rien faire contre
            C'est ce que j'essaie de dire.
            Le CNE n'y est pour rien.

            Enfin bon, on verra le verdict fin octobre (s'il doit y avoir une action aux termes des convocations).

            Commentaire


            • #7
              Avec Rocheteau dans le rôle du président de ce conseil...ça promet...il va surement finir par terre en souvenir de ses folles chevauchés vertes qui finissait 2 fois sur 3 la tête dans le gazon :)
              Maintenant en relisant les déclarations de JMA je vois pas ce qu'on va lui repprocher...d'avoir estimé l'arbitrage plus favorable à bordeaux qu'à son équipe en réaction auxaffirmations et aux provocations bordelaises...il n'a pas traité l'arbitre de malhonnête...il n'a pas dît qu'il devait aller arbitrer en district...parceque si plus personne ne peut evoquer l'arbitrage à ce moment là pourquoi pas convoquer Ricardo qui affirmait au micro de canal+ qu'il y avait au moins 2 penaltys pour son équipe et pas de hors jeu sur le but refusé!!

              Commentaire


              • #8
                Le Conseil de l'Ethique n'a aucune valeur légale, c'est juste de la poudre (médiatique) aux yeux comme les commissions anti-dopage de cyclisme.

                JMA n'a même pas l'obligation de se présenter devant eux. D'ailleurs, je vois bien Rocheteau, du haut de son passé de simple footeux, venir faire la leçon à JMA, qui en connait environ 150 fois plus que lui sur environ 34.000 sujets.

                Commentaire


                • #9
                  L’article publié dans l’équipe ce matin, s’il n’a pas réellement d’intérêt journalistique autre que d’empiler des morceaux de témoignages, a quand même le mérite de faire sortir ce débat des présumés bas fonds de l’aigreur « supportériste », réservée au camp des vaincus.

                  Il serait certainement stupide de prétendre que Lyon doit sa réussite à la bienveillance des arbitres. Le talent de visionnaire et stratège du président olympien est une réalité. L’irrésistible ascension de l’Olympique Lyonnais lui doit énormément ainsi qu’à un certain nombre de joueurs d’exception qui ont porté le maillot des Gones ces dernières saison.

                  Pourtant c’est bien aujourd’hui sa personnalité qui soulève un certain nombre de doutes vis-à-vis de l’éthique du sport. Jean-Michel Aulas est manager ambitieux, dynamique, omniprésent dans la vie du club, comme au soir de chaque match. Rompu aux jeux de relations nécessaire aux choses du business, le président gère son club comme une entreprise. Ce sont ses mots. Pourtant, l’éthique sportive est-elle réellement compatible avec la réalité des entreprises ?

                  La bataille économique obéit à certaines règles bien éloignées de celles qui président au sport. Les jeux d’influences sur les différents intervenants sont monnaie courante. S’agissant d’une activité purement économique et à but lucratif, la morale sera moins regardante que le fisc sur certaines pratiques de fidélisation de la clientèle notamment… pourquoi pas ?

                  Malheureusement au football, l’éthique du sport exige que la réalité du terrain préside sur la réalité des enjeux économiques. En d’autres termes aucune pression ou influence ne doit entrer en compte durant le déroulement des matchs. Clairement, c’est sur ce chapitre que le Président Lyonnais a du mal à être crédible. Outre ses déclarations tapageuses lors notamment des déboires de son équipe contre le PSV, on remarque ses influences sur la ligue de football, la relation privilégiée entre la CEGID et le cabinet d’avocat de Frédéric Thiriez ( ?? info ORLM, RTL). On retient également son appel à huissier rocambolesque avant un match de son équipe face à Caen pour faire constater l’état de la pelouse.

                  Accepter l’incertitude du sport et les caprices d’un ballon est une chose difficile lorsque sont en jeu des millions d’euros. Et des millions, nous savons tous que l’OL en manipule plus que tout autre club en France.

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par jopopmk
                    Ne serait-ce pas plutôt les journalistes qu'il faudrait alors blâmer ?
                    Après tout c'est eux qui ont éventé l'information en la diffusant trop tôt.
                    Il devrait y avoir sanction à leur égard, s'il doit y avoir.
                    en bourse, ça s'appelle un délit d'initié

                    Commentaire


                    • #11
                      Envoyé par bigfootn
                      en bourse, ça s'appelle un délit d'initié
                      En effet, mais on est pas en bourse.
                      Là ça s'appelle du journalisme de pointe :?

                      Dans la même affaire mais pas sur le même point y'a un autre topique qui demande que la presse soit aussi convoquée devant le CNE pour avoir diffamé sur le corps arbitral (l'équipe qui joue le jeu de l'arbitrage pro-lyonnais).

                      Commentaire

                      Chargement...
                      X