Annonce

Réduire

Le forum a été mis à jour, créez un nouveau mot de passe

Suite à la dernière mise à jour, vous devez créer un mot de passe unique avant de vous reconnecter à votre compte pour la première fois.
Il suffit de cliquer sur "S'identifier ou s'inscrire" en haut à droite de l'écran puis sur "Oubli de votre mot de passe ou de votre identifiant ?". Saisissez votre email OL, vous recevrez un email de réinitialisation de mot de passe. Une fois votre mot de passe créé, connectez-vous avec votre pseudo et votre nouveau mot de passe.

En cas de problème, n'hésitez pas à contacter notre Service Relation Client, nous pourrons vous accompagner dans la démarche.
Voir plus
Voir moins

Quand l'OL fait chavirer Lyon

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par Tortue Kamikaze
    si on enlève les 2 premières choses, l'OL ne sera plus jamais champion de France...


    pour le reste, soit je suis d'accord, soit ça m'est égal

    T'es au courant que le foot se joue avec des joueurs et un ballon? Et connais-tu l'histoire du Matra Racing??
    https://twitter.com/phanou_herko

    Commentaire


    • Envoyé par Tortue Kamikaze
      si on enlève les 2 premières choses, l'OL ne sera plus jamais champion de France...


      pour le reste, soit je suis d'accord, soit ça m'est égal
      Le barca est bien champion d'espagne sans sponsor maillot

      Commentaire


      • Envoyé par Phanou Herko
        T'es au courant que le foot se joue avec des joueurs et un ballon? Et connais-tu l'histoire du Matra Racing??
        Ben pour les joueurs faut pouvoir les payer (surtout quand on essaie d'avoir ou de garder les meilleurs).
        Pour l'histoire du Matra Racing je veux bien que tu nous fasses un tit résumé ::)

        Commentaire


        • Envoyé par Julio salinas
          Le barca est bien champion d'espagne sans sponsor maillot
          Y'a pas une histoire comme quoi ça va changer d'ici peu ? (saison prochaine ou suivante)

          Commentaire


          • Envoyé par Phanou Herko
            T'es au courant que le foot se joue avec des joueurs et un ballon? Et connais-tu l'histoire du Matra Racing??

            oui, et de l'argent aussi, meme si ça me plait pas tellement, j'ai aucune envi de cracher dans la soupe...si on a une si belle équipe, c'est grace a l'argent, et pas grace aux beaux yeux d'Aulas...


            Et le matra racing, c'est quoi?
            pas d'idée de signature

            Commentaire


            • Envoyé par jopopmk
              Y'a pas une histoire comme quoi ça va changer d'ici peu ? (saison prochaine ou suivante)
              Ce qui se passe c'est que en debut de saison derniere la direction actuelle du club a obtenu le droit de la part des socios de negocier avec un potentiel sponsor maillot, depuis la direction a negocie, les choses on peu avance et de nombreux socios on fait valloir que la situation financiere du club avait evolue depuis ce choix et qu'un sponsor maillot n'etait plus aussi indispensable qu'il parraissait il y'a deux ans.

              Commentaire


              • Envoyé par Julio salinas
                Ce qui se passe c'est que en debut de saison derniere la direction actuelle du club a obtenu le droit de la part des socios de negocier avec un potentiel sponsor maillot, depuis la direction a negocie, les choses on peu avance et de nombreux socios on fait valloir que la situation financiere du club avait evolue depuis ce choix et qu'un sponsor maillot n'etait plus aussi indispensable qu'il parraissait il y'a deux ans.
                Merci Julio pour la précision ;)

                Commentaire


                • Envoyé par Tortue Kamikaze
                  oui, et de l'argent aussi, meme si ça me plait pas tellement, j'ai aucune envi de cracher dans la soupe...si on a une si belle équipe, c'est grace a l'argent, et pas grace aux beaux yeux d'Aulas...


                  Et le matra racing, c'est quoi?
                  Le MATRA RACING, tu peux demander à Fernandez (le clown de RMC qui a aussi joué au foot) et Ben Mabrouk (perdu corps et biens).
                  En son temps, le Matra-Racing de Jean-Luc Lagardère (celui qui...) fut une petite révolution. En effet ce fut le premier véritable club de foot-bizness où on recruta moult vedettes à prix d'or, un genre de Chelsea, quoi (ben c'est ce qui pend au nez de Chelsea)... Ils avaient le maillot du RCF-Paris, ressemblant à celui de l'Argentine, et un sponsor unique, mais milliardaire... ouh là... la firme MATRA (qui fit aussi des bagnoles en un temps révolu), qui fait maintenant des téléphones je crois.
                  A cette époque là, bénie des dieux pour la ville infernale et inhumaine où je vis, il y avait deux clubs: le PSG et le Matra.
                  Pendant tout un championnat, le Matra tint le haut du pavé, écrasant tout sur son passage (Chelsea je vous dis... Attention Aulas!). On en avait marre, personne ne pouvait les battre... sur le papier! Le PSG n'existait plus... plus aucun club n'existait. Le Matra malheureusement avait un talon d'achille, et un gros... Toutes ces vedettes se bouffaient le nez (un petit côté Réal) et réclamaient d'énoooormes salaires (les premiers du genre). Les résultats furent d'abord mirobolants, parce que les autres équipes avaient les jetons rien que d'entendre la présentation, puis déclinèrent... déclinèrent... déclinèrent... s'effondrèrent.
                  Et le Matra ne rapporta plus rien à celui qui s'était jeté dedans, Lagardère, et le Matra fut lâché et coula.
                  Jamais on ne vit plus belle équipe sur le papier.
                  Jamais on n'en reverra...
                  PERSONNE ICI N'A JAMAIS PARLE DU MATRA...
                  Et quelqu'un vient de poser une question.
                  Le Matra, c'est ce qui arrive à tous ceux qui ont les yeux plus gros que le ventre.
                  A bon entendeur, salut, Chelsea... Et Aulas, si tu prends le même chemin.
                  17/11/2007, avec l'Italie, protégeons les chats noirs. Adoptez un animal noir.

                  Commentaire


                  • Pour essayer de défendre l'OL je dirais que notre buget se base sur notre actif, et non sur des versement d'une grosse boîte ou d'un miliardaire.
                    Ce qui fait que si on coule ça devrait tomber moins vite, et laisser le temps au directoire de reprendre la main.
                    Enfin c'est que mon avis ;)

                    Commentaire


                    • Envoyé par jopopmk
                      Sauf qu'il devise sur des fourchettes ce qui donne :

                      Au mieux 40M€/70000 places/25 matchs= 22,86€
                      Au pire 50M€/60000 places/25 matchs = 33,33€
                      Sur la moyenne des fourchettes 45M€/65000 places/ 25 matchs = 27,69€
                      Sur la moyenne des calculs (22,86 + 33,33) / 2 = 28,10€

                      Maintenant, dans les prévisions commerciales JMA table peut-être sur plus de matchs en CDE/CDF/CDL
                      car au max :
                      10 matchs en CDE (C1)
                      6 matchs en CDF
                      5 matchs den CDL
                      soit un total de 21 au lieu de 6 -> prix mini : 40M/70K/40 = 14,28€ ...

                      Enfin si le stade est la propriété de l'OL on peut imaginer des entrées pour d'autres évènements ...

                      C'était juste pour faire suer, hein

                      +1
                      faut ajouter sans doute des concerts, des matchs de l'EDF, du LOU de temps en temps (dans 5 ans ils seront peut-être en elite quand même)... Des évenements comme au Parc ou au SDF..

                      Commentaire


                      • Envoyé par Julio salinas
                        Le barca est bien champion d'espagne sans sponsor maillot
                        L'OL n'a pas la puissance médiatique, financière du Barca même avec des sponsors maillots. Alors sans... mask

                        Commentaire


                        • Envoyé par WebAnimOL (Saï)
                          Un article du Nouvel Obs de cette semaine

                          Le foot a rendu sa fierté à une ville qui, pour les amateurs de sport, n'était depuis des années au mieux qu'une banlieue de Saint-Etienne. Aujourd'hui la ville vibre autour de son stade. Les bourgeois lyonnais eux-mêmes commencent à se décoincer...

                          C'était il y a longtemps... à Gerland. A l'extérieur du stade, ça sentait le couloir de la chimie, odeurs soufrées venues de Feyzin, ou de pomme, signature olfactive de l'éthanal. Dans les tribunes, moitié vides, le cuir des canadiennes prolétaires de Rhône-Poulenc et de Berliet. Et sur la pelouse, souvent, le parfum de la défaite. La France ignorait Lyon la bourgeoise compassée, austère et brumeuse, ne lui laissant comme renommée que sa gastronomie. La France du foot se mettait aux Verts avant de s'adonner à la passion marseillaise. Pour elle, Lyon n'était au mieux que la banlieue de Saint-Etienne. La ville elle-même dédaignait cette équipe, l'abandonnant aux classes populaires qui moquaient les joueurs pour masquer le dépit : « Fainéants ! Trop payés ! » Parfois de fugaces épopées, en Coupe de France, voire d'Europe, ravivaient la flamme de ces supporters ouvriers pour lesquels il y avait bien deux choses impossibles : qu'un jour Lyon vote à gauche et que l'OL soit champion de France.

                          Mais il y a cinq mois, à Gerland, l'Olympique lyonnais exécutait le plus grand club de foot du monde, le Real de Madrid (3-0). TF1 battait pour l'occasion son record d'audience de la saison de foot. Et dans le stade, bondé, 40 000 personnes - du grand patron au chômeur en passant par le maire, aujourd'hui socialiste - trépignaient de bonheur, en hurlant le nouvel hymne officieux de la ville : « Qui ne saute pas n'est pas lyonnais ! » Etonnant pour des gens réputés « coincés ». Quelques jours plus tôt, juste à côté du stade, 1 500 Lyonnaises et Lyonnais, entièrement nus, composaient une oeuvre photographique, inédite en France, de Spencer Tunick pour la Biennale d'art contemporain. Décidément Lyon a changé. « C'est vrai qu'on y a beaucoup participé », ajoute, limite faux modeste, le président de l'Olympique lyonnais Jean Michel-Aulas.
                          Longtemps Aulas a lassé. Cet ancien admirateur de Daniel Cohn-Bendit en 1968, devenu depuis patron

                          quinquagénaire au libéralisme décomplexé - « Il faut accepter l'inégalité de l'élitisme, sinon nous serons tout petits », déclarait-il au « Monde »-, a souvent irrité les autres clubs. Et parfois dérouté les Lyonnais, avant d'emporter leur adhésion. D'une équipe quelconque, reprise en deuxième division en 1987, il a fait le club référence du foot français des années 2000 : quatre titres de champions de France consécutifs, pour se mettre au niveau de Marseille et de Saint-Etienne. Un cinquième à portée de main, pour les dépasser. Une équipe désormais crainte au niveau européen et qui va reprendre, mardi prochain à Eindhoven, sa route vers le nouvel objectif de son président : une finale de la Ligue des Champions, le 17 mai au Stade de France. Un stade où l'OL pourrait définitivement gagner les coeurs des amateurs, de ceux qui n'acceptent pas encore tout à fait ce club riche, doté du plus gros budget de Ligue 1 : 100 millions d'euros.

                          Un bout du chemin a déjà été parcouru. L'an dernier, un sondage de « l'Equipe » révélait que l'OL était devenu le club français préféré des fans de foot et que 91% d'entre eux le voyaient gagner la Ligue des Champions. Les supporters lyonnais y croient, sans trop d'ostentation. Ravis déjà de ne plus se rendre à Gerland la peur au ventre, persuadés que si la victoire n'est pas acquise, la défaite n'est plus inéluctable. La preuve : ces douze matchs sur treize depuis le début de la saison où, à chaque fois mené au score, l'OL a égalisé ou l'a emporté. A l'image de son club, la ville s'est décomplexée.

                          Gérard Collomb, le maire, a su en profiter. Sa victoire aux élections en 2001 a coïncidé avec celle de l'OL en Coupe de la Ligue, premier titre conquis depuis la Coupe de France en 1973. Le 6 mai, sur le balcon de l'hôtel de ville, ovationnés par des milliers de Lyonnais déchaînés, les joueurs olympiens, sans le réaliser, offrent au nouveau maire le bain de foule que sa victoire surprise ne lui avait pas donné en mars. Gérard Collomb, assidu de Gerland même avant les heures de gloire, est un des plus zélés supporters du club, dont il utilise l'image pour sa ville : « Quand je vais à l'étranger, on me demande en guise de cadeau protocolaire d'emmener un joueur de l'OL, ou sinon des maillots du club. » Et lorsqu'il accompagne l'OL à Madrid, Barcelone, Munich ou Amsterdam, il emmène une large délégation de techniciens, avocats, artistes ou industriels en leur fixant une seule condition : qu'ils invitent, au match et au repas organisé par la ville, un de leurs clients ou partenaires locaux. David Moreno, gérant de CFED, entreprise lyonnaise d'importations espagnoles, a fait ainsi le voyage à Madrid : « Lorsque j'ai invité mon client à Real-OL, il a annulé tous ses rendez-vous et fait 500 kilomètres pour venir au stade. Depuis, les relations avec lui sont plus proches, ça facilite les affaires. »

                          Le même phénomène se produit à Lyon où les loges de l'OL, louées à l'année par des entreprises, sont pleines pour chaque rencontre. C'est ici désormais, plus que dans les salons discrets des bouchons lyonnais, que se nouent des contacts, s'ébauchent des projets, se dessinent des synergies entre industriels, universitaires et élus. Daniel Gouffé, patron de Mérial, leader mondial de la santé animale, est un assidu : « Mérial loue une loge depuis dix ans et investit chaque année de 15 à 20% de son budget com dans l'OL. Le retour sur cet investissement auprès des clients et collaborateurs est incalculable. » On croise de tout dans les loges de Gerland. Le directeur de la Maison de la Danse Guy Darmet, qui admire la chorégraphie des joueurs et des supporters : « Au Brésil, où je repérais de nouvelles compagnies, on ne me parlait que des Brésiliens de l'OL. » Le patron de l'Institut Lumière et directeur du Festival de Cannes Thierry Frémeaux connaît par coeur les castings successifs de l'équipe. Le cancérologue Olivier Philip pense « que s'ils sont capables de gagner un match aux tirs au but, ils iront en finale de la Ligue des Champions ».

                          Le procureur général Jean-Olivier Viout, de retour d'Algérie, n'en revient pas : « Quand j'ai dit Lyon, les magistrats algériens m'ont répondu OL. » Dans les tribunes, les supporters, qui ont marginalisé les groupuscules d'extrême-droite et leurs slogans racistes, ont fait du « qui ne saute pas » venu des stades italiens la signature lyonnaise. Parmi ces supporters, le seul groupe féminin recensé dans le foot français, O'elle. Elles ont de 18 à 60 ans, sont infirmière, assistante maternelle, étudiante, hôtesse de l'air ou chef d'entreprise : « On peut être une femme respectable et respectée et venir se défouler en jouant les pom-pom girls devant l'OL », rigole Geneviève, leur présidente, à peine honteuse d'utiliser le mégaphone syndical pour encourager son équipe.

                          Difficile dans ces conditions de trouver ici des détracteurs à Jean-Michel Aulas, artisan de cette réussite sportive. Etienne Tête, élu vert adjoint aux marchés, s'y colle pourtant. Il a témoigné en faveur des journalistes de « Lyon Mag », qui avaient écorné le succès économique du président Aulas : « Il n'y a jamais eu autant d'argent dans le foot professionnel, il n'a plus besoin d'argent public. Quant aux retombées de prestige sur la ville, c'est à voir : Saint-Etienne a eu son heure de gloire alors que la ville connaissait sa chute industrielle. » En froid avec son adjoint, Gérard Collomb hausse les épaules : « Etienne Tête devrait venir plus souvent aux matchs. Il réaliserait que, tant ici qu'à l'étranger, il n'y a pas en terme d'image de Lyon de meilleur rapport qualité-prix que l'OL. »

                          Jean-Michel Aulas, qui avec son club « a beaucoup participé » au changement d'image de la ville, l'a pourtant réalisé, curieux paradoxe, « à la lyonnaise » : « Ce n'est pas parce qu'à Lyon on n'aime pas paraître qu'on ne veut pas être. Et nous voulons être dans les tout premiers d'Europe. Pour cela, depuis dix-neuf ans, nous raisonnons plus par objectifs progressifs et raisonnables plutôt qu'en fonction du palmarès. Avec un objectif proclamé : lorsque nous étions en deuxième division, nos maillots affichaient déjà : «Lyon ville européenne». Pour nous un sou est un sou, et on n'investit pas ceux que l'on n'a pas. » Il a la tête tournée vers la Bourse (voir ci-contre), mais se concentre ces jours-ci sur Eindhoven : « Il va falloir effacer notre défaite injuste de l'an dernier contre cette équipe. On doit y arriver. » Il ajoute : « C'est inéluctable. » Tout comme il avait dit dès 1987, courbes d'investissement et statistiques à l'appui, qu'un jour l'OL serait champion de France...

                          Robert Marmoz
                          Saï je viens juste de lire l'article j'en merci

                          Commentaire


                          • L'ol fait chavirer Lyon... ça va couler tout ça... mask mask

                            Commentaire


                            • Envoyé par Choca
                              L'ol fait chavirer Lyon... ça va couler tout ça... mask mask
                              Bien trouvé ! mask

                              Commentaire


                              • Envoyé par Jean K
                                Bien trouvé ! mask
                                En même temps, on connait ça, nous... ça aide pffuu

                                Commentaire


                                • Envoyé par Choca
                                  En même temps, on connait ça, nous... ça aide pffuu
                                  Quoi, les pelouses mouillées ? on sait, on sait

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par WebAnimOL (Saï)
                                    Quoi, les pelouses mouillées ? on sait, on sait
                                    Même si on ne l'avait pas changée, on aurait pas pu jouer... mask

                                    Et puis, pas de ma faute si c'est de la pluie qui s'est déversé sur la pelouse du Louis II, et non du chocolat sur des champs de blé pffuu ::D

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par WebAnimOL (Saï)
                                      Le prix des places en UK est abusé, vraiment. C'est proprement hallucinant. Je crois que c'était pour décourager les hooligans, mais du coup le côté populaire n'existe plus, hier à Bolton personne ne chantait, à part les Marseillais, quelle tristesse. Je ne pense pas qu'à Lyon ça finira comme ça, déjà il n'y a pas de problème de violences dans le stade, peu de problèmes de racisme, donc pas de raison "politique" d'augmenter trop les prix. Et Lyon n'est pas encore une ville passionnée de foot au point de payer n'importe quel prix. J'espère qu'il y aura pas d'augmentation des tarifs dans les virage.
                                      Permets moi d'en douter très fortement ! La fameus loi de l'offre et de la demande ne s'appliquera pas ! Certes il y aura plus de place mais ca ne les empêchera pas d'augmenter les tarif, c'est inévitable, les tarifs seront scandaleux j'en suis hélas sûr !
                                      (y a qu'à voir les prix actuels en virage pour certains match qui sont déjà très/trop élevés, faut pas se le cacher !) pffuu ::(

                                      Commentaire


                                      • Le hooliganisme est-il vraiment lié à la pauvreté? C'est là un raccourci bien rapide je trouve... Exactement comme cette manie de ne pas construire de lycée près des ZUP dans les années 60, mais des LEP.
                                        17/11/2007, avec l'Italie, protégeons les chats noirs. Adoptez un animal noir.

                                        Commentaire

                                        Chargement...
                                        X