Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Maxence Caqueret

Réduire
X
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par alain_suit_cris Voir le message

    Sur canal.
    Merci Alain !
    Fan de Staticman et Maxence Caqueret, dans l’ordre.

    Commentaire


    • Caqueret a su saisir sa chance et on peut le féliciter. Ca se passe bien, donc on ne va pas refaire le scénario du "il aurait du jouer plus vite". On ne saura jamais ce qui se serait passé.
      On peut aussi faire confiance au staff, il y a des gens qui voient les joueurs tous les jours, qui les cotoient et sont capables de sentir si un joueur est prêt ou pas. C'est facile d'arriver sur le forum et de dire "je vous l'avais bien dit !".
      L'an passé il avait été essayé contre une équipe en mousse en CDF, et on voyait vraiment qu'il n'était pas prêt.
      Cet été en prépa, on l'a un peu vu et il n'avait pas crevé l'écran. 6 mois plus tard, ça se passe bien, donc on ne va pas crier à l'erreur de management.
      On a su le lancer, il a su saisir sa chance, tout va bien.
      Maintenant, on va garder notre calme, attendre de voir s'il confirme contre des équipes un peu plus robustes et talentueuses que les 4-5 matchs qu'il a joués.
      Dernière modification par rbart, 16/01/2020, 11h54.

      Commentaire


      • « Car le milieu de terrain possède une qualité majeure, qui ne suffit pas à rester au haut niveau mais résiste aux mauvais jours : l’intelligence situationnelle. Comme Eduardo Camavinga, autre teenager qui arrive sur le devant de la scène, sa mission première n’est en effet pas de faire des “stats” mais de permettre à ses partenaires d’améliorer les leurs. De faire en sorte que chaque espace laissé par l’adversaire soit exploité et que les joueurs offensifs aient vingt ballons intéressants à jouer plutôt que dix. Plus qu’un Andrea Pirlo, Maxence Caqueret est de l’école des Sergio Busquets et Jorginho, qui créent des décalages mais ne descendent pas sous les 85% de passes réussies. »
        COUPE DE LA LIGUE - L’OL va mieux depuis quelques semaines. Son jeune milieu de terrain Maxence Caqueret n'y est pas pour rien.
        Envoyé par anthoto1
        Michy à 40M€, c'est de la science-fiction absolue. :fier:

        Commentaire


        • Envoyé par Alcatel Voir le message
          « Car le milieu de terrain possède une qualité majeure, qui ne suffit pas à rester au haut niveau mais résiste aux mauvais jours : l’intelligence situationnelle. Comme Eduardo Camavinga, autre teenager qui arrive sur le devant de la scène, sa mission première n’est en effet pas de faire des “stats” mais de permettre à ses partenaires d’améliorer les leurs. De faire en sorte que chaque espace laissé par l’adversaire soit exploité et que les joueurs offensifs aient vingt ballons intéressants à jouer plutôt que dix. Plus qu’un Andrea Pirlo, Maxence Caqueret est de l’école des Sergio Busquets et Jorginho, qui créent des décalages mais ne descendent pas sous les 85% de passes réussies. »
          Niveau profil on a un peu Maxence Xavi, Ryan Messi et Houssem Iniesta si on veut aller dans la comparaison qui envoie du rêve. Ce serait énorme de pouvoir les aligner les trois la saison prochaine.

          Commentaire


          • Belle analyse de ses qualités hier soir dans le Late de Canal.

            Par contre, Mendes m'insupporte toujours autant. Au placard, vite.

            Commentaire


            • Pas terrible ce soir. Il y avait de l'envie mais il a été maladroit et chahuté. Je priais RG de le faire sortir pour Tousart à la mi-temps pour assoir un peu plus notre possession après la phase de récupération. Je doute pas de ses qualités ce n'est que partie remise! Le LOSC c'est costaud.
              Garcia à l'OL : 24 matchs de Ligue 1 seulement 37 points.
              BRAVO.

              Commentaire


              • Envoyé par GomisBastos Voir le message
                Pas terrible ce soir. Il y avait de l'envie mais il a été maladroit et chahuté. Je priais RG de le faire sortir pour Tousart à la mi-temps pour assoir un peu plus notre possession après la phase de récupération. Je doute pas de ses qualités ce n'est que partie remise! Le LOSC c'est costaud.
                Les consignes de circulation de balle ne l’ont pas aidé aussi, c’est simple la balle faisait Denayer Marcelo, Marcelo Raphaël, et Raphaël et je balance devant, et pareil du côté gauche.
                quant à Mendes la sentinelle jamais il venait demander le ballon pour faire le jeu. On a joué comme une équipe de ligue 1 des années 90, on balance devant !

                Commentaire


                • Envoyé par Goonyseur Voir le message

                  Les consignes de circulation de balle ne l’ont pas aidé aussi, c’est simple la balle faisait Denayer Marcelo, Marcelo Raphaël, et Raphaël et je balance devant, et pareil du côté gauche.
                  quant à Mendes la sentinelle jamais il venait demander le ballon pour faire le jeu. On a joué comme une équipe de ligue 1 des années 90, on balance devant !
                  Le problème se situe sur ce match surtout chez Mendes oui. Après c'est dommage que ni Caqueret ni Aouar n'aient tenté de le remplacer un peu pour aider à la relance. C'est pas de sa faute s'il a ce gabarit, mais s'il nous le faut sur un second ballon il devient inutile.
                  Reste que ce mec est plus raté dans la tactique mise en place au milieu que pour son match en lui-même. Contrairement à son compère en 8 qui n'a mis l'intensité qu'une fois par mi-temps, Caqueret au moins se bougeait.
                  Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                  Commentaire


                  • Il a essayé, mais c'était très dur pour lui hier. Face à un vrai milieu de terrain costaud, c'est moins simple que contre les plots bordelais ...
                    Pas aidé par Mandes et Aouar non plus

                    Commentaire


                    • Portrait : Maxence Caqueret (OL), le fluide lyonnais




                      Le milieu de l'OL s'impose depuis quelques semaines dans le club où il a toujours voulu réussir, avec la manière de jouer qui a toujours été la sienne.



                      (Anthony Dibon/Icon Sport/Icon sport)
                      Régis Dupont31 janvier 2020 à 18h05
                      partager





                      Autant vous informer d'entrée : les gens qui l'ont vu grandir ballon au pied en dressent un portrait dénué de méchanceté. Sur le terrain, il y a les passes soyeuses du milieu de terrain lyonnais. Autour il y aurait Maxence Caqueret, 20 ans dans deux semaines, ses cheveux impeccablement plaqués et son profil de gendre idéal.

                      Même les derniers mois n'ont pas écorné cette image. Lorsque Rudi Garcia lui a offert sa première titularisation en Ligue 1, le 30 novembre, à Strasbourg (2-1), cela faisait un certain temps que ses prestations à l'entraînement suggéraient qu'il avait sa place dans l'équipe première de l'OL. Il a certainement ruminé, mais n'a rien laissé filtrer publiquement. « Ce qu'il réussit actuellement, c'est le fruit de sa patience, rappelle Amaury Barlet, son formateur lors de son arrivée à l'OL, chez les moins de 12 ans. Il côtoie en équipes de France de jeunes des joueurs qui évoluent depuis un moment en pro. Il a été patient, intelligent, aujourd'hui il en est récompensé. »

                      3
                      Maxence Caqueret a déjà délivré trois passes décisives cette saison avec l'OL. Le milieu lyonnais en a effectué une dans chaque compétition (L1, Coupes de la Ligue et de France). Il a aussi inscrit son premier but chez les pros contre Bourg-en-Bresse (N, 7-0) en Coupe de France, début janvier.

                      En Alsace, passé vingt premières minutes délicates, il a convaincu. Deux mois plus tard, il est installé. « Je ne dirais pas titulaire incontestable », a-t-il souri après le succès à Bordeaux (2-1, le 11 janvier). Mais il y a un peu de cela. S'il ne dispute pas encore toutes les rencontres (7 titularisations lors des 14 derniers matches de l'OL), il commence les plus importantes, selon un cheminement devenu classique : depuis qu'il a 5 ans, Maxence Caqueret bonifie toutes les équipes dans lesquelles il évolue.

                      Avec son jeu simple et délicat, il rend les autres meilleurs, rappelle Jean-Louis Farizon, qui l'a vu débuter à Corbas puis Chaponnay-Marennes, deux clubs de l'agglomération lyonnaise : « Quand il est arrivé, il était déjà fabriqué. Il avait ce coup de patte, il savait tout ce qu'on doit apprendre aux petits. À cet âge, les joueurs forment un essaim d'abeilles. Lui avait déjà à l'esprit de s'écarter de la masse, de ne pas se mêler aux autres. Et il jouait avec tout le monde. Que le copain soit bon ou pas, il lui donnait le ballon. »



                      « Il a toujours été humble, travailleur. En dehors de son talent, ce sont ses principales qualités »

                      Andy Pereira da Costa, son ancien coéquipier en jeunes




                      « Il ne jouait pas pour lui, comme maintenant, continue Gilles Urbinati, son président d'alors. Il était nettement au-dessus mais s'inscrivait dans le collectif. Il faisait briller les copains. Il aimait le foot. » Il possède déjà la méthode pour compenser son gabarit plutôt frêle et est recruté par Lyon à 11 ans, avec son coéquipier Andy Pereira da Costa. Les parents sont amis, ils assurent en alternance la navette entre Corbas et la plaine de jeux de Gerland. « Au tout début il était plus buteur, attaquant droit, rappelle le défenseur, qui officie cette saison à Silla, en D4 espagnole. Mais il a toujours été humble, travailleur. En dehors de son talent, ce sont ses principales qualités. La première année à l'OL, contrairement à moi, il a su faire ce qu'il fallait. Et ça a déroulé. »« C'est toujours plus facile de s'intégrer quand on fait l'unanimité sur le terrain, précise Amaury Barlet. Il arrivait un peu sur la pointe des pieds et les anciens l'ont intégré. »

                      Souvent surclassé malgré son gabarit modeste, capitaine d'une génération 2000 très fournie, Maxence Caqueret devient aussi un pilier en sélection. « C'est un joueur de club, qui aime s'entraîner, généreux dans ses efforts défensifs et offensifs, pointe Lionel Rouxel, son ancien sélectionneur en équipe de France de jeunes. C'est un leader technique, qui sait où il veut aller. Ce n'est pas un leader de vestiaire, il peut encore s'affirmer. Chez nous, il est capitaine car il est exemplaire pour les autres. Dans les entretiens que j'ai eus avec lui, c'était clair : il voulait signer pro mais à Lyon, c'était son objectif. »






                      De Gerland à Décines, le rêve de Maxence Caqueret ne s'est jamais déplacé bien loin de Corbas, la ville de la banlieue sud de Lyon où il a grandi. Comme son aîné Houssem Aouar (21 ans) ou son cadet Rayan Cherki (16 ans), le milieu est un produit estampillé à 100 % OL, le club qu'il a rejoint dès 2011. Sa promotion récente est moins un aboutissement qu'une évidence. « Ça fait un an et demi, deux ans, que je m'entraîne avec le groupe pro, a-t-il rappelé après le succès à Bordeaux. J'attendais ce moment-là, de pouvoir jouer et d'enchaîner. C'est une très grande fierté. Jouer à l'OL, c'était mon rêve. »




                      « Il conduisait le ballon avec le regard qui indiquait au copain où partir, en lui faisant presque les gros yeux »

                      Amaury Barlet, son ex-formateur à l'OL







                      Il l'accomplit à 19 ans, après avoir patienté jusqu'à la fin de l'automne 2019, quand le constat de carence dans ce secteur a été définitivement établi par Rudi Garcia. Entre les difficultés d'adaptation de Jean Lucas, le rendement décevant de Thiago Mendes et les limites de Lucas Tousart, il y avait trop de place pour ne pas lancer l'une des pépites du centre de formation. Dans la foulée de la nette qualification à Bourg-en-Bresse, en 32es de finale de la Coupe de France (7-0), Houssem Aouar a glissé sur le plateau d'Eurosport ce constat établi, un jour ou l'autre, par les coéquipiers du milieu : « C'est plus facile avec Caqueret. »« Mon jeu, c'est de jouer simple et de faire jouer les autres », a résumé ce dernier, toujours à Bordeaux, dans une phrase où il aura donc placé le « jeu » trois fois en treize mots. Presque une profession de foi.





                      « Il nous a toujours surpris par sa capacité à comprendre le jeu, à analyser, rappelle Amaury Barlet. Ce qui était étonnant, c'était sa capacité à faire briller les copains, sa qualité de passe. Il ne dribblait jamais, éliminait toujours à base de feintes de corps, délivrait la bonne passe au bon moment. Il conduisait le ballon avec le regard qui indiquait au copain où partir, en lui faisant presque les gros yeux. »« C'est un facilitateur de jeu. Il rend tout propre, fluide, ajoute Cyrille Dolce, qui l'a dirigé chez moins de 15 ans. Il fait rayonner le jeu collectif. Il court beaucoup, est très généreux dans les efforts, est capable de passes perforantes. Il se situe bien dans les intervalles, ne s'arrête jamais, est toujours dans la continuité du jeu, il est générateur de solutions pour les autres, il permet que le ballon coure toujours. Regardez son jeu sans ballon, là aussi c'est très intéressant. »

                      Caqueret ou l'exact pendant de Rayan Cherki, l'autre phénomène gone en pleine explosion. Autant l'un est une pépite dont la seule difficulté reste de s'intégrer au collectif, autant l'autre est le collectif. « Il faut aussi des Cherki, rappelle Cyrille Dolce. Je vais au stade pour deux choses : voir jouer mon équipe, c'est Maxence Caqueret ; et après voir des gestes qui viennent de nulle part, et ça, c'est Rayan Cherki. »





                      Maxence Caqueret en bref



                      19 ans
                      1,74 m ; 63 kg.
                      Club : Lyon
                      Poste : milieu.
                      2019 : le 5 janvier, il dispute son premier match professionnel avec l'OL, en Coupe de France, contre Bourges (N3, 2-0).
                      2019 : le 9 juillet, près de six mois après avoir signé son premier contrat pro avec l'OL, il prolonge jusqu'en 2023.



                      L'Equipe

                      Commentaire


                      • Il est déjà incontournable pour moi. C'est lui qui est au départ de tous les pressings. Son jeu de passe est le plus intéressant de l'équipe. Il n'aurait pas du sortir contre Nice.

                        Commentaire


                        • Il n avait pas l air très content quand il est sorti .

                          Commentaire


                          • Garçia lui préfère toujours le bourrin du Nord. Je ne comprends pas cette gestion, surtout dans un match où on avait le contrôle du ballon.

                            Commentaire


                            • De bons joueurs de ballon intelligents ne feront jamais de mal à une équipe

                              A voir le + souvent possible

                              Commentaire


                              • Maxence Caqueret, casser les lignes et les codes




                                Aux antipodes du profil charpenté et trapu longtemps favori pour occuper l'entrejeu, Maxence Caqueret a bâti ses forces sur un socle bien à lui. Celui d'un QI foot supérieur, d'un entourage sain et d'un état esprit alliant leadership subtil et confiance en soi.



                                La boulangerie-chocolaterie, le pharmacien, le fleuriste. Le centre commercial des Balmes est de ces lieux usités, courants, qui offre ces moments de vie ordinaires et quotidiens. Lyon est à 15 kilomètres à peine, Corbas a l'aspect paisible. On s'y croise, se lance trois mots autour d'un journal ou d'une baguette de pain. «Le père de Maxence, je le croise régulièrement au PMU, sourit d'emblée un gars du coin à l'évocation du petit surdoué de la commune. C'est quelqu'un d'avenant.» Caqueret de son nom, Maxence n'a pourtant pas attendu les compliments du monde pro pour faire irruption dans les discussions de café. Embrayant le pas de l'autre fierté locale, Houssem Aouar, il débute à Corbas, et joue attaquant. «À l'époque, le district ne voulait pas que les gamins de 5 ans jouent, retrace Jean-Louis Farizon, qui l'accueille alors à Chaponnay-Marennes. Ils les considéraient comme trop jeunes. Maxence était natif de Vénissieux et le club de sa ville s'était plié aux recommandations du district. Les parents de Maxence sont donc venus nous voir et nous les avons accueillis les bras ouvert. Nous leur avons dit “Pas de problème, Maxence peut venir jouer avec les autres.”»



                                «Force tranquille»




                                De suite, ses facilités épatent. «Maxence est un gamin qui est arrivé tout fabriqué, poursuit Farizon. Quand je dis “tout fabriqué”, c'est parce qu'il s'agit d'un petit à qui nous n'avons pas eu besoin d'expliquer ce qu'était un plat du pied. Il avait cette aisance naturelle du gamin qui s'était déjà exercé chez lui ou je ne sais où. Il n'y avait pas besoin de lui faire travailler les fondamentaux.» Surtout, ce Maxence Caqueret version junior a la tête bien faite. La photographie figée du petit garçon frêle et timide passée, chaque interlocuteur dresse le portrait d'un personnage sérieux et malin, leader par l'exemple et le travail.
                                «Un problème ? Il ira régler ça avec les personnes idoines, pas en faisant du bruit»
                                «À part» et «bien élevé» pour Farizon, «un bon garçon intelligent» pour Lionel Rouxel, son sélectionneur en équipe de France, «rigoureux» et «force tranquille» pour Armand Garrido, ancien formateur à l'OL. «Il n'arrivera jamais en retard, souligne ce dernier. Ce n'est pas non plus quelqu'un qui fera un scandale s'il est remplaçant. Il manifestera peut-être une forme de mécontentement mais en respectant les règles. Il ira régler ça avec les personnes idoines, pas en faisant du bruit.»






                                Maxence Caqueret, le visage encore poupon avec les U16 de l'équipe de France, en 2015. (F.Porcu/PRESSESPORTS)



                                Naissance programmée




                                À Chaponnay-Marennes, où il reste jusqu'à ses 11 ans avant que la machine régionale nommée OL ne flaire le bon coup, aucun problème n'est de toute façon à signaler. «Il avait cette faculté de jouer collectif, poursuit Farizon. Et puis bon, quand l'équipe prenait l'eau, il avait quand même ce truc pour aller nous marquer deux buts, reprendre sa place comme si de rien n'était, puis se remettre à faire jouer les copains. C'était un enfant bien élevé, discret et qui nous facilitait les choses.» Un trait de caractère, une éducation qu'il tient forcément d'un environnement soudé. Entre autres un papa attentif, un frère passionné de ballon et défenseur non retenu, lui, par l'OL. «La famille, ce sont des gens très simples, gentils et très reconnaissants, énumère Armand Garrido. Ce sont des gens qui ne manquent pas de venir vous saluer quand vous vous trouvez à proximité d'eux.» Tout était donc réuni pour une transition sans accroc vers le monde professionnel. «Disons que les voyants étaient au vert... Parce qu'au delà de la technique ou de la dimension physique, la personnalité et l'entourage comptent. Et de ce côté-là, on avait
                                également quelques certitudes. Mais oui, s'il avait fallu mettre une pièce, on aurait peut-être misé sur lui...
                                »



                                Récupération naturelle




                                Petite cote, donc, valeur sûre dans toutes les catégories de jeunes de l'OL, puis, très rapidement, en bleu blanc rouge. Une grosse dizaine de sélections dans toutes les équipes de France, des U16 aux U19, et une constante : Caqueret court beaucoup et récupère - au sens premier du terme - très vite. Constamment dans le top 3 lors des tests physiques auxquels se soumettent les jeunes Bleus au début de certains rassemblements, le Lyonnais impressionne par son volume. À tel point que Lionel Rouxel doit parfois freiner celui à qui il a offert ses premières capes à l'été 2015. Depuis, catégorie après catégorie, il n'a cessé de le suivre. «C'est un garçon qui a toujours aimé aller chercher le ballon dans les pieds de l'adversaire et qui doit donc être capable de cibler les bons moments pour aller harceler l'adversaire», souligne le sélectionneur. Voilà pour ce qui est de la marge de progression.
                                «Je dirais qu'il s'agit d'un gros récupérateur»


                                Pour le reste, le numéro 8 coche toutes les cases. Y compris - et peut-être même surtout - là où on ne l'attend pas. Car en dépit d'un gabarit fluet, qu'il doit encore «étoffer», dixit Garrido, Caqueret n'a encore jamais refusé un duel. Et c'est peut-être là qu'il détonne le plus. Entre les lignes, c'est en tout cas ce que Garrido sous-entend lorsqu'il lui est demandé dans quel domaine son ancien protégé est le plus fort. «Maxence a toujours été un garçon très complet, donc c'est difficile de ressortir un point fort en particulier, précise le formateur avant d'aller plus loin. Mais s'il faut vraiment ressortir une qualité en particulier, je dirais qu'il s'agit d'un gros récupérateur.»





                                Avec Rayan Cherki, Maxence Caqueret représente l'avenir de l'OL. (A.Martin/L'Equipe)


                                L'OL à tout prix





                                Comment expliquer alors que le milieu de terrain ne soit pas apparu un peu plus tôt chez les professionnels ? La question se pose d'autant plus que le jeune homme avait, selon un proche du vestiaire lyonnais, effectué une «énorme préparation la saison dernière», sous Bruno Génésio. «On se demande pourquoi il n'a pas joué dans la foulée ni sous Sylvinho, s'interroge Garrido. Je n'en sais rien, c'est le football. Tout ça tient à peu de choses, vous savez.» Pas de quoi inquiéter le principal intéressé, dont la sérénité est probablement l'un des principaux atouts. Son sélectionneur de toujours ne l'a par exemple jamais senti particulièrement impatient, quand bien même certains camarades enchaînaient les apparitions chez les pros.
                                «Maxence voulait devenir pro, mais à l'OL»



                                Et si un prêt fut un temps envisagé, voir Caqueret éclore ailleurs que dans le Rhône aurait surpris Rouxel : «Il y a quelque chose qui m'a frappé quand j'ai reçu les garçons en U16 : Maxence voulait devenir pro comme tous les autres, bien sûr, mais il voulait le devenir à Lyon, dans son club formateur. J'ai trouvé ça assez fort car ce n'est pas une réponse que l'on entend souvent.» Le natif de Vénissieux a donc pris son mal en patience, oscillant entre les séances collectives avec les grands et les rencontres de Youth League avec ses coéquipiers de la génération 2000, celle des Amine Gouiri et autre Melvin Bard.


                                L'altruisme et l'ambition




                                Brassard au bras, dans le second cas, Caqueret présentant le profil type du leader par l'exemple. «Il fait partie des gens à qui vous pouvez donner des responsabilités, tout simplement», résume sobrement Rouxel dans une synthèse qui fait soudainement écho aux propos de Farizon. Plongé une douzaine d'années en arrière, l'ancien formateur n'a de cesse de vanter l'attention que son ancienne pépite a toujours porté aux autres : «Il savait faire jouer les copains et ça, nous ne l'oublierons jamais. Si Maxence voyait un gamin qui était démarqué, il lui donnait le ballon, peu importe si le petit qui allait le recevoir était bon ou moins bon.» Le qualificatif trahit un mode de pensée, une façon d'être. Mais la question ne se pose plus. Maxence Caqueret est dans la cour des grands, promis à une carrière fastueuse. À condition de s'affirmer encore davantage ? C'est ce que croient savoir ceux qui l'ont côtoyé. Alors, le jeune milieu aura l'opportunité de poursuivre son chemin doré. Au PMU de Corbas, voilà de nouvelles occasions, pour Papa Caqueret, d'exprimer toute sa fierté.





                                Antoine Bourlon et Thym Pinon



                                France football

                                Commentaire


                                • Depuis qu’il est injustement mis de côté, on ne goûte plus à la victoire. C’est mérité !

                                  Commentaire


                                  • Comment peut on préférer Tousart et Mendes à Caqueret?

                                    Commentaire


                                    • Pourvu que caqueret et jean Lucas soient titulaires mercredi et qu’ils fassent un gros match !
                                      Qu’on envoie Mendes dégriser sur le banc et tousart en cours d’allemand !

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par pagnOL Voir le message
                                        Bon sang de bonsoir !!
                                        J'étais occupé à faire des galipettes avec une fenotte, résultat j’ai loupé le match, et pas pu voir la prestation apparemment de haut vol de mon nouveau chouchou !!!!
                                        Je vais essayer de trouver le match quelque part.
                                        Bravo Maxou, in CDF I trust.
                                        J'avais pas vu ce post.

                                        T'as tout mis au fond ?



                                        Envoyé par descartes Voir le message
                                        Ptain les coiffures...
                                        Envoyé par stadier
                                        - Upe : ça tiendrait qu'à moi tu serais responsable des Sports sur Canal ...

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par Upe Voir le message

                                          J'avais pas vu ce post.

                                          T'as tout mis au fond ?

                                          ...
                                          Penalty transformé.

                                          Fan de Staticman et Maxence Caqueret, dans l’ordre.

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par pagnOL Voir le message

                                            Penalty transformé.
                                            La VAR ?

                                            Commentaire


                                            • Je l'avoue, je suis amoureux de ce gone ... il est bien élevé, il a toujours dit qu'il voulait réussir dans son club, qu'il est beau et bon à voir évoluer, je veux le voir ce soir, ce gone a l'OL ancré en lui ... comme nous !

                                              Commentaire


                                              • Meilleur joueur comme à chaque match qu’il joue. S’en priver est criminel.

                                                Commentaire


                                                • Bon petit joueur, qui amène de la technique au milieu, qui fait les efforts et qui tente de jouer vers l avant, curieux qu il ne joue pas plus que ça
                                                  #JeSuisMarcal :cloown:

                                                  Commentaire


                                                  • Celui de France 3 qui sort que Caqueret et Rongier se ressemble..?

                                                    Encore top ce soir, il doit être dans le 11.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X