Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Juninho

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Vann
    a répondu
    Envoyé par Hagical Voir le message

    L'appellation Directeur du Football pour Ponsot est en effet trompeuse. Ce dernier est plus que jamais DGA, voire DG tout court puisque JMA est président.

    Et Juni dans les faits semble n'être que Responsable du Recrutement, avec Cheyrou comme adjoint... (ie au même niveau que lui)
    L'organigramme existe pour info : https://investisseur.olympiquelyonna...anagement.html

    Ponsot est un DGA parmi d'autres et le DG est Thierry Sauvage.

    Par contre, Houllier est nulle part, comme dans l'article.

    Laisser un commentaire:


  • Hagical
    a répondu
    Envoyé par tendreg Voir le message

    Donc Cheyrou est encore un choix de Houiller.
    Auraient-ils donc eu des liens par le passé ?

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Envoyé par Colombiano Voir le message
    Merci pour l'article.
    Le lire en entier est encore pire et me provoque un profond dégoût.

    De quel droit ce roquet de Ponsot se permet de s'immiscer dans le sportif ?
    Encore un coup bas d'Aulas qui a promis monts et merveilles à Juninho et le trahit au moindre faux pas.

    Chaque décision de Juninho est scrutée à la loupe, un procès perpétuel en légitimité.
    Pendant ce temps là les médiocres regardent leurs nombrils et ont une mémoire sélective.
    Ou pire ils conseillent et influencent sans engager leur responsabilité!

    Gerbant, il n'y a pas d'autres mots.
    Même dégoût !
    Juni voulait Pat ... un mec droit comme lui !

    Laisser un commentaire:


  • Colombiano
    a répondu
    Merci pour l'article.
    Le lire en entier est encore pire et me provoque un profond dégoût.

    De quel droit ce roquet de Ponsot se permet de s'immiscer dans le sportif ?
    Encore un coup bas d'Aulas qui a promis monts et merveilles à Juninho et le trahit au moindre faux pas.

    Chaque décision de Juninho est scrutée à la loupe, un procès perpétuel en légitimité.
    Pendant ce temps là les médiocres regardent leurs nombrils et ont une mémoire sélective.
    Ou pire ils conseillent et influencent sans engager leur responsabilité!

    Gerbant, il n'y a pas d'autres mots.

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Envoyé par Colombiano Voir le message
    Enfin bref, la théorie que l'ignoble Juninho ne fait pas bien son travail et coule le club par son influence prend du plomb dans l'aile.
    En gros ... il ne décide de rien.
    Garcia et Cheyrou sont des choix de Houiller.

    On ne lui pardonne pas l'échec Sylvinho ... à vomir !

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Envoyé par inlandsis Voir le message

    Quelqu'un aurait l'article ?
    Foot
    L1,
    OL
    issu du journalPonsot, Juninho, Cheyrou, un automne sous tensions à la direction de l'OL

    Dépendant de Vincent Ponsot, le directeur du football, Juninho apparaît parfois isolé. Et le Brésilien est en conflit avec Bruno Cheyrou, le responsable de la cellule recrutement.



    Jean-Michel Aulas, le président lyonnais, en compagnie du responsable de la cellule de recrutement du club, Bruno Cheyrou. (A. Martin/L'Équipe)
    Vincent Duluc30 septembre 2020 à 00h05
    partager


    Cela n'a jamais dérangé Jean-Michel Aulas que les décideurs placés en dessous de lui se divisent. Il a longtemps fonctionné en triumvirat avec un directeur sportif et l'entraîneur, un modèle qui lui a fait trente ans ou presque, jusqu'à l'effacement progressif de Bernard Lacombe, l'arrivée de Gérard Houllier, et le poids pris par Vincent Ponsot.

    Le paysage est différent, aujourd'hui, parce que le président lyonnais a souhaité prendre du recul, même si chaque soupçon de crise le ramène en première ligne, et parce qu'il a fallu intégrer Juninho à l'équation. Mais aussi parce que le retrait de Jérôme Seydoux, toujours co-actionnaire mais plus au CA d'OL Groupe, l'a privé d'un compagnon de route avec lequel il partageait les décisions importantes, et notamment le choix d'un entraîneur.

    lire aussi

    Vincent Ponsot, la force de l'ombre

    Juninho, le meilleur joueur de l'histoire du club, est devenu directeur sportif, en mai 2019, pour un ensemble de bonnes et de moins bonnes raisons. Jean-Michel Aulas est allé chercher autant son image que sa compétence, en souhaitant, justement, que son image compense son inexpérience et sa manière épidermique et sensible de vivre les événements et les critiques.

    En réalité, le Brésilien n'a pas le pouvoir que pouvait exercer Bernard Lacombe dans les années 2000. Juninho n'en réfère pas seulement à Jean-Michel Aulas et il n'est pas le seul lien entre le groupe professionnel et ses dirigeants. Depuis cet été, les territoires ont été délimités officiellement : Vincent Ponsot est désormais le patron du sportif et Juninho est en dessous de lui, ce que le Brésilien a eu beaucoup de mal à digérer. Jusque-là directeur général adjoint en charge des RH, juridique et administration, Vincent Ponsot a été nommé, le 28 juillet, directeur du football, ce qui englobe les équipes professionnelles, les académies ainsi que la communication sportive.
    Juninho-Cheyrou, cohabitation difficile


    De même, la cellule de recrutement dirigée par Bruno Cheyrou, depuis que Florian Maurice est parti à Rennes, est placée sous l'autorité de Ponsot. Or, dans ces sphères de décision, l'été a souvent été conflictuel. L'opposition entre Juninho, qui aurait préféré Patrick Müller, et Cheyrou est à peine larvée, et encore réapparue lors du départ de Rafael, pour lequel Cheyrou avait trouvé un club à 2 M€ et auquel Juninho avait promis de partir libre pour services rendus (*). Entre Juninho et Ponsot, tout n'est pas simple non plus, même si la période récente semble leur avoir permis de trouver quelques convergences, au moins. Pour en finir avec ce mercato si peu lisible, de l'extérieur, Ponsot semble avoir lâché du lest au Brésilien, demandant à Cheyrou de se concentrer sur les sorties de quelques joueurs (Tete, Marçal, Koné). Au milieu de ce tableau se tient toujours Gérard Houllier, le conseiller de Jean-Michel Aulas, dont l'influence est constante.

    Il semble difficile, même si le football est coutumier des renversements, que tout ce beau monde travaille très longtemps ensemble. Alors qu'il est proche des joueurs, qui l'apprécient, et que sa vision sociale plaît au club, même si elle perturbe les habitudes, il arrive à Juninho d'être sensible au découragement. Aujourd'hui, ce n'est pas forcément lui qui a la position la plus solide. La nomination de Sylvinho a été un fardeau et le choix de Rudi Garcia plutôt que Laurent Blanc, que lui a toujours imputé Jean-Michel Aulas, risque de lui être reproché si l'enlisement en Ligue 1 devait se prolonger.

    lire aussi

    Rudi Garcia, entraîneur jusqu'en juin, pas plus

    Dans ce contexte, le Brésilien aimerait que Jean-Michel Aulas intervienne un peu plus souvent en sa faveur, mais le président de l'OL sait de toute éternité que le pouvoir ne se donne pas, il se prend. Et dans tous les cas, il se divise. Ces derniers jours, Juninho est encore monté en première ligne pour le transfert de Paqueta, en situation d'échec à Milan mais acheté plus de 20 M€. Après les difficultés de Jean Lucas, encore jeune (22 ans demain) mais que le Brésilien voyait s'imposer en sentinelle, après une reprise beaucoup plus difficile pour Bruno Guimaraes, qui semblait une trouvaille fantastique en février, il engage sa crédibilité de directeur sportif sur ce dossier. Mais en ce domaine, il ne serait sûrement pas le premier ni le seul à se tromper, dans un club qui avait très bien acheté et très bien vendu les saisons précédentes, mais qui s'est égaré il y a un an (88 M€ hors bonus pour Reine-Adelaïde, Andersen, Thiago Mendes, Y. Koné et Lucas). À l'évidence, la fin du mercato et la suite de la saison auront une influence sur tout ce petit monde, la répartition de ses pouvoirs et l'arbitrage qui sera fait par Jean-Michel Aulas.

    (*) Le joueur s'est finalement engagé, libre, pour Istanbul Basaksehir.

    publié le 30 septembre 2020 à 00h05

    Laisser un commentaire:


  • Colombiano
    a répondu
    Enfin bref, la théorie que l'ignoble Juninho ne fait pas bien son travail et coule le club par son influence prend du plomb dans l'aile.

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Envoyé par inlandsis Voir le message

    Quelqu'un aurait l'article ?
    Oui devant les yeux ... mdrrr

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Envoyé par 69FAJA Voir le message

    C'est la 1er fois que je lis cela. J'ai toujours lu que le boss de Cheyrou était Juni. personnellement j'aurais bien aimé Pat Muller
    Ce qui était également la volonté de Juni. Donc Cheyrou est encore un choix de Houiller.

    Laisser un commentaire:


  • Colombiano
    a répondu
    Envoyé par Hagical Voir le message
    Résumé du journal L'Equipe du jour :

    Juni ne s'entend pas avec Cheyrou. Il voulait Patrick Müller...
    La gestion du départ de Rafael a notamment cristallisé des divergences.
    Par ailleurs Juni a du mal à vivre le fait que Cheyrou soit non pas sous sa responsabilité mais sous celle directe de Ponsot.
    Juni prend les choses très à cœur et se met une grosse pression vis-à-vis des perfs en baisse de Guimarães et toujours indécises de Jean Lucas, qui engagent sa crédibilité.

    Ponsot a tenté de mettre de l'huile dans les rouages en demandant à Cheyrou se focaliser sur les départs.

    Enfin, l'influence de Houiller pèse toujours beaucoup...
    J'comprends pas, j'croyais Ponsot ne décidait de rien et travaillait en parfaite harmonie avec Juni

    Laisser un commentaire:


  • inlandsis
    a répondu
    Envoyé par Hagical Voir le message
    Résumé du journal L'Equipe du jour :

    Juni ne s'entend pas avec Cheyrou. Il voulait Patrick Müller...
    La gestion du départ de Rafael a notamment cristallisé des divergences.
    Par ailleurs Juni a du mal à vivre le fait que Cheyrou soit non pas sous sa responsabilité mais sous celle directe de Ponsot.
    Juni prend les choses très à cœur et se met une grosse pression vis-à-vis des perfs en baisse de Guimarães et toujours indécises de Jean Lucas, qui engagent sa crédibilité.

    Ponsot a tenté de mettre de l'huile dans les rouages en demandant à Cheyrou se focaliser sur les départs.

    Enfin, l'influence de Houiller pèse toujours beaucoup...
    Quelqu'un aurait l'article ?

    Laisser un commentaire:


  • Hagical
    a répondu
    Envoyé par interactif Voir le message

    Depuis le temps qu'on le dit que Juni doit faire avec un cahier des charges dicté au dessus de lui.
    Le mec en charge de l'aspect financier/administratif/juridique qui impose la ligne à suivre à celui qui est en charge du sportif : un bon résumé de l'OL actuel.
    L'appellation Directeur du Football pour Ponsot est en effet trompeuse. Ce dernier est plus que jamais DGA, voire DG tout court puisque JMA est président.

    Et Juni dans les faits semble n'être que Responsable du Recrutement, avec Cheyrou comme adjoint... (ie au même niveau que lui)
    Dernière modification par Hagical, 30/09/2020, 10h28.

    Laisser un commentaire:


  • Hagical
    a répondu
    Envoyé par 69FAJA Voir le message

    C'est la 1er fois que je lis cela. J'ai toujours lu que le boss de Cheyrou était Juni.
    PS C'est dans l'article de Duluc ce matin

    Laisser un commentaire:


  • Hagical
    a répondu
    Envoyé par 69FAJA Voir le message

    C'est la 1er fois que je lis cela. J'ai toujours lu que le boss de Cheyrou était Juni.
    C'était le sens de mon dernier Topic sur la culture et l'organisation...

    Les postes et les périmètres sont-ils adaptés à la "culture OL" et à la configuration actuelle ?

    Juni est directeur sportif ? Ses prérogatives sont vachement encadrées pour un mec "en charge du sportif". Les mots et les titres (fonctions) ont un sens.

    Laisser un commentaire:


  • 69FAJA
    a répondu
    Envoyé par Hagical Voir le message
    Résumé du journal L'Equipe du jour :

    Juni ne s'entend pas avec Cheyrou. Il voulait Patrick Müller...
    La gestion du départ de Rafael a notamment cristallisé des divergences.
    Par ailleurs Juni a du mal à vivre le fait que Cheyrou soit non pas sous sa responsabilité mais sous celle directe de Ponsot.
    Juni prend les choses très à cœur et se met une grosse pression vis-à-vis des perfs en baisse de Guimarães et toujours indécises de Jean Lucas, qui engagent sa crédibilité.

    Ponsot a tenté de mettre de l'huile dans les rouages en demandant à Cheyrou se focaliser sur les départs.

    Enfin, l'influence de Houiller pèse toujours beaucoup...
    C'est la 1er fois que je lis cela. J'ai toujours lu que le boss de Cheyrou était Juni. personnellement j'aurais bien aimé Pat Muller

    Laisser un commentaire:


  • Faf la raz
    a répondu
    Oubliez pas Houillier dans vos organigrammes! Ce mec est un cancer pour notre club, il a remplacé nanar pour murmurer à l'oreille de JMA.
    Cheyrou qui doit se focaliser sur les départs, c'est une blague? En fait il est pas responsable de la cellule recrutement, mais responsable de la cellule liquidation...

    Laisser un commentaire:


  • tendreg
    a répondu
    Envoyé par Hagical Voir le message
    Résumé du journal L'Equipe du jour :

    Juni ne s'entend pas avec Cheyrou. Il voulait Patrick Müller...
    La gestion du départ de Rafael a notamment cristallisé des divergences.
    Par ailleurs Juni a du mal à vivre le fait que Cheyrou soit non pas sous sa responsabilité mais sous celle directe de Ponsot.
    Juni prend les choses très à cœur et se met une grosse pression vis-à-vis des perfs en baisse de Guimarães et toujours indécises de Jean Lucas, qui engagent sa crédibilité.

    Ponsot a tenté de mettre de l'huile dans les rouages en demandant à Cheyrou se focaliser sur les départs.

    Enfin, l'influence de Houiller pèse toujours beaucoup...
    Juni prend son rôle à coeur, comment lui reprocher cela ?
    Lui il a baissé son salaire durant le confinement de 70 % ...
    Mais bon il est tellement de bon ton de taper sur l'OL en général et Juni en particulier ...

    Laisser un commentaire:


  • Hagical
    a répondu
    Résumé du journal L'Equipe du jour :

    Juni ne s'entend pas avec Cheyrou. Il voulait Patrick Müller...
    La gestion du départ de Rafael a notamment cristallisé des divergences.
    Par ailleurs Juni a du mal à vivre le fait que Cheyrou soit non pas sous sa responsabilité mais sous celle directe de Ponsot.
    Juni prend les choses très à cœur et se met une grosse pression vis-à-vis des perfs en baisse de Guimarães et toujours indécises de Jean Lucas, qui engagent sa crédibilité.

    Ponsot a tenté de mettre de l'huile dans les rouages en demandant à Cheyrou se focaliser sur les départs.

    Enfin, l'influence de Houiller pèse toujours beaucoup...

    Laisser un commentaire:


  • InfosGones
    a répondu
    Envoyé par Cramps Voir le message

    Adjoint de lui-même peut-être.
    Ca sera déjà trop.
    Un adjoint c'est choisi par le mec dont il est censé être l'adjoint. Garcia n'a jamais réclamé à l'entretien de l'avoir comme adjoint.

    Du coup c'est quoi son rôle ? Ses prérogatives ? Son intitulé de poste ?

    Il a été 50% coach dans le binôme avec Pep' à la Gasset-Blanc (un mec devant un autre dans l'ombre) et il reste avec Sylvinho et il reste avec Garcia. C'est assez atypique comme situation.

    Il a encore quoi comme pouvoir de décisions ? Je me rappelle encore Pep' qui se retournait vers lui à chaque changement en match : "on fait ça hein ?!"

    Laisser un commentaire:


  • MrPersonne
    a répondu
    Envoyé par Upe Voir le message
    La question que je me pose sinon c'est comment on a pu vendre autant de joueurs qu'on voulait lourder. Aurait-on mandaté un Zahavi ou un mec comme à l'OM?
    Justement, dans les tréfonds du topic mercato il y avait eu une info, il doit y avoir 2 ou 3 semaines, de l'OL ayant mandaté Pini Zahavi pour trouver un point de chute à ses indésirables...

    Laisser un commentaire:


  • Cramps
    a répondu
    Envoyé par InfosGones Voir le message
    C'est quoi l'intitulé exact du poste de Baticle pour 2020/2021 ? Il est officiellement Adjoint ? Adjoint de qui ?
    Adjoint de lui-même peut-être.
    Ca serait déjà trop.

    Laisser un commentaire:


  • Upe
    a répondu
    Envoyé par stadier Voir le message

    Oui et puis bon il y a toujours eu des gens dans l'orgnigramme "au dessus" par rapport aux fonctions on va dire executives pour le sportif. A l'époque Faccioli etait au dessus de Lacombe quand ce dernier était DS, c'est pas le premier qui décidait pour autant qui l'autre pouvait recruter au Bresil non ?
    Complètement...


    Concrètement aujourd'hui Ponsot est "au-dessus" mais n'est pas un décideur sportif. Il est là pour relayer les décisions du CA/JMA, il fixe un cadre général. Ce n'est pas lui qui va dire oui ou non pour un joueur, pour un transfert. On est plus sur des orientations générales.
    Pour Juni ça ne change pas grand chose, avant il rendait compte à Aulas et avait Ponsot comme voisin (et Ponsot avait énormément d'influence), maintenant il a juste Ponsot d'intercalé avec JMA mais JMA et Ponsot ont toujours eu des visions assez proches.

    Pour le reste, je me méfie des bruits de couloir. Le seul truc qui m'embêterait ça serait que ça soit compliqué avec Cheyrou, alors qu'ils étaient soi-disant proches. Et concrètement je vois pas trop comment ils pourraient déjà ne pas s'apprécier. Cheyrou est arrivé tout récemment, ils bossent (donc ont pas le temps pour les enfantillages), Cheyrou a suggéré des joueurs mais à aucun moment on a raté de "belles" pistes, ils ne semblent pas en conflit sur les profils, bref...

    La question que je me pose sinon c'est comment on a pu vendre autant de joueurs qu'on voulait lourder. Aurait-on mandaté un Zahavi ou un mec comme à l'OM?

    Laisser un commentaire:


  • Florentin
    a répondu
    Sans préjuger des 2 recrues qui arrivent (je ne les connais pas), ça me confirme que si Juni est resté à Lyon ce dimanche, ce n'était pas pour rédiger sa lettre de démission mais bien pour finaliser ces 2 transferts. Quelque part ça me rassure.

    Laisser un commentaire:


  • InfosGones
    a répondu
    C'est quoi l'intitulé exact du poste de Baticle pour 2020/2021 ? Il est officiellement Adjoint ? Adjoint de qui ?

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    Envoyé par Colombiano Voir le message
    Je reviens à mon podcast After Lyon.

    Edward Jay s'est fait tirer les oreilles et il a rectifié l’organigramme SPORTIF du club comme on le lui a présenté :
    Aulas ---> CA
    |
    Ponsot
    |
    Juninho
    |
    Garcia - Cheyrou - Vuillez (pied d'égalité)

    ​​​​​​​Donc Ponsot (un anonyme de l'administration) donne des ordres à Juninho.
    Et on veut nous faire croire que c'est à Juni de mettre le club à l'endroit.

    C'est du grand n'importe quoi. Et ça c'est la version officielle.
    Depuis le temps qu'on le dit que Juni doit faire avec un cahier des charges dicté au dessus de lui.
    Le mec en charge de l'aspect financier/administratif/juridique qui impose la ligne à suivre à celui qui est en charge du sportif : un bon résumé de l'OL actuel.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X