Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[OL Féminines] Articles de presse et d'internet (sans blabla)

Réduire
Ceci est une discussion importante.
X
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Féminines / WICC
    Finale WICC : Un show entre lionnes (1h30 en direct sur OLTV et OLPlay)
    Publié le 18 août 2019 à 04:40:48 par OT



    L'OL défie North Carolina Courage en finale de la Women's International Champions Cup, dans la nuit de dimanche à lundi (1h30 en direct sur OLTV et OLPlay).


    L'OL et North Carolina Courage ont dû s'arracher pour en arriver là mais la finale rêvée et tant attendue de la WICC aura bien lieu. Dans la nuit de dimanche à lundi, ce sont sans doute les deux meilleures équipes de club au monde qui vont s'affronter dans la chaleur estivale du Sahlen's Stadium de Cary. Deux équipes qui possèdent un lion sur leur emblème et des lionnes sur le terrain.

    Alors que les Lyonnaises ont validé leur ticket en venant à bout de l'Atlético de Madrid dans la canicule grâce à une tête de Wendie Renard dans le temps additionnel (1-0, 90'+1), les joueuses de NC Courage sont allées puiser dans leur ressources pour retourner la situation face à Manchester City avec deux buts inscrits en fin de rencontre par Mckenzie Meehan (1-1, 84') et la surpuissante Jessica McDonald (2-1, 90'+3). Le tout, après une interruption de match de plus d'une heure à cause d'un violent orage.

    La puissance athlétique de feu des joueuses de North Carolina Courage, qui n'ont cessé de se projeter vers l'avant, laisse présager d'un match spectaculaire comme en raffole le public américain. Les joueuses de Jean-Luc Vasseur devront donc à la fois avoir la force de résister aux déferlantes adverses et savoir utiliser les espaces laissés dans les couloirs. Face à la référence US du moment, qui a remporté la dernière NWSL et est encore en course pour le titre cette saison, les sextuples championnes d'Europe auront à coeur de monter ce qu'elles ont dans le ventre et voudront aussi prendre une petite revanche sur la finale perdue la saison dernière à Miami (0-1).

    Dans une moindre mesure, il sera aussi l'heure des retrouvailles entre les championnes du Monde américaines (Dahlkemper, Mewis, Dunn, McDonald) et leurs victimes. Entre les Françaises, les Anglaises, et la Néerlandaise, ce sont au total 12 Lyonnaises qui ont été battues par les États-Unis au début de l'été. Même s'il s'agit d'un tournoi amical, même si North Carolina Courage est en pleine saison et que l'OL prépare la sienne, cet affrontement aura une saveur bien particulière.

    https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...irect-sur-oltv
    2011 2012 2016 2017 2018 2019

    Commentaire


    • Féminines / Women's International Champions Cup
      Un premier trophée glané pour lancer la saison ! (0-1)
      Publié le 19 août 2019 à 01:15:22 par sc



      L'OL s'est imposé 1 à 0 face à North Carolina Courage en finale de la Women's International Champions Cup. Dans un match très disputé et de très haut-niveau, les Lyonnaises ont su prendre leur revanche et remporter ce trophée qui leur avait échappé la saison dernière. Premier match officiel face à l'OM samedi !


      LES TEMPS FORTS


      3'. Frappe contrée après une superbe percée de Bronze.
      15'. Parade de Bouhaddi sur un tir puissant.
      20'. Double occasion pour Majri puis Marozsan.
      24'. Reprise de Parris qui oblige la gardienne à une belle intervention.
      27'. Face-à-face remporté par Bouhaddi.
      45'. Belle frappe de Majri qui s'écrase sur la transversale.
      56'. Sortie de Bouhaddi qui gêne l'attaquante adverse.
      57'. But de Marozsan sur une frappe magistrale à l'entrée de la surface. 0-1.
      83'. Parade de Bouhaddi à son premier poteau.


      RÉSUMÉ ET ENSEIGNEMENTS

      C'est sans aucun doute ce qu'il se fait de mieux dans le monde. Les deux équipes hégémoniques sur leur continent respectif, l'OL en Europe et North Carolina en Amérique du Nord, se retrouvaient pour le remake si attendu de finale de la saison passée de la très prestigieuse Women's International Champions Cup. Battues 1 à 0 il y a un an et donc revanchardes, les Lyonnaises n'avait pas que ce trophée en tête en cette période de préparation et avant les grandes ambitions de la saison. Le début de ce duel au sommet était équilibré, très rythmé et riche en occasions de part et d'autre. Bronze et Parris étaient intenables sur leur côté droit dans ce match qui ne ressemblait en rien à une rencontre amicale.



      La pause était passée par là mais elle n'avait en rien coupé les jambes des 22 actrices qui se donnaient à fond sur chaque ballon, d'une cage à l'autre et sous la chaleur. Le manque de lucidité dans le dernier geste n'était donc pas étonnant. Marozsan se chargeait de la précision pour ouvrir le score d'une frappe dont elle a le secret. Les joueuses de Jean-Luc Vasseur étaient devant à une petite demie-heure de la fin. Il fallait désormais tenir sous la pression américaine. Elles pouvaient compter sur Bouhaddi, infranchissable... jusqu'au bout. Au terme d'un match de très haut-niveau, l'OL parvient à prendre sa revanche et remporter le premier trophée d'une saison qui s'annonce riche en défis. De bon augure pour la suite.

      Dzsenifer Marozsan : "C’était très important pour nous de remporter ce trophée car on avait perdu la saison passée en finale. C’était aussi important d’engranger de la confiance car on commence le championnat la semaine prochaine. L’ambiance était fantastique durant ce tournoi."


      LA FEUILLE DE MATCH

      Au Sahlen's Stadium de North Carolina.

      WICC (finale): North Carolina Courage - OL 0-1 (0-0).
      But : Marozsan (57') pour l'OL.

      Avertissements : Bouhaddi (68'), van de Sanden (90+4') à l'OL.

      OL :Bouhaddi - Bronze, Mbock, Renard (cap.), Greenwood - Parris (van de Sanden, 46'), Marozsan, Henry, Majri - Hegerberg, Le Sommer (Kumagai, 61'). Entr. : Jean-Luc Vasseur.

      https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...c-compte-rendu
      2011 2012 2016 2017 2018 2019

      Commentaire


      • Féminines / Women's International Champions Cup
        « Fier de mes joueuses car elles travaillent dur pour cela »
        Publié le 19 août 2019 à 14:37:38 par KR/SC



        Après la victoire en finale de la Women's International Champions Cup face à North Carolina Courage (0-1) cette nuit, le coach Jean-Luc Vasseur et sa joueuse Griedge Mbock se sont exprimés au micro d'OLTV. Toutes les réactions sont à retrouver en intégralité sur OL Play.


        Jean-Luc Vasseur

        « Je suis excessivement fier de mes joueuses. Nous n’étions pas très avancés dans notre préparation, c’était seulement notre deuxième match. Il fallait élever notre niveau au maximum pour battre cette équipe. C’est une grosse équipe, qui cette fois était au complet par rapport à l’année dernière. C’est une grande fierté d’avoir remporté ce titre. Les finales sont faites pour être remportées et c’est le cas ce soir. Je suis ravi pour les filles car elles travaillent dur pour ça. Je suis aussi content pour le staff technique car une victoire n’est pas seulement le résultat du travail des joueuses ou du coach mais aussi du staff. »

        Griedge Mbock
        « On a passé de très bons moments ici avec le staff et les autres joueuses. Ça nous a permis de nous découvrir puisqu’il y a eu beaucoup d’arrivées cet été. Cette victoire conclut une belle semaine de stage et on repart avec le trophée. »

        https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...-griedge-mbock
        2011 2012 2016 2017 2018 2019

        Commentaire


        • Féminines / WICC
          WICC : Marie-Sophie Obama avec la délégation lyonnaise
          Publié le 19 août 2019 à 15:00:01 par OT



          La Présidente déléguée de l'ASVEL a accompagné les Lyonnaises durant leur séjour aux États-Unis.


          La Présidente déléguée de l'ASVEL Marie-Sophie Obama était la première supportrice des Lyonnaises, dimanche soir, lors de leur victoire face à North Carolina Courage en finale de la Women's International Champions Cup (1-0). Le bras droit de Tony Parker a accompagné l'OL et sa chef de délégation Sophie Sauvage durant ce séjour aux États-Unis. Pour rappel, les deux clubs ont signé un partenariat au mois de juin.

          Marie-Sophie, peux-tu nous expliquer la raison de ta présence ici ?
          La famille OL est venu nous soutenir il y a deux mois avec l'entrée au capital de notre club. Il était prévu que je sois aux États-Unis car nos basketteuses ont un stage à San Antonio, donc il y a avait une belle opportunité pour moi de découvrir le monde du foot. Cela permet de voir de près l'excellence qui nous inspire depuis de nombreuses années. J'aide aussi l'OL a avancer sur ses projets annoncés de développement aux États-Unis.

          Comment as-tu vécu cette finale ?
          Je suis toujours très stressée quand je regarde un match. On a vibré, c'était génial car les filles ont eu un super comportement sur le terrain. On retrouve le émotions que l'on aime partager dans le sport, je me suis vraiment régalée.

          En quoi cette équipe peut vous inspirer ?
          Nous sommes aussi championnes mais nous n'avons qu'un titre. C'est forcément inspirant de voir cette équipe rester au plus haut niveau depuis de nombreuses années, de garder la même humilité, la même passion. Elle ont joué cette finale comme si c'était la finale de la Coupe du Monde, ça force le respect. Ça montre la voie car on a aussi l'ambition de remporter de nombreux titres.

          https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...tion-lyonnaise
          2011 2012 2016 2017 2018 2019

          Commentaire


          • Transferts (F) : Emelyne Laurent (Olympique Lyonnais) : « J'ai envie de partir »


            Emelyne Laurent est arrivée à l'OL en 2017. (A. Martin/L'Équipe) Présente dans la liste des 23 de l'équipe de France pour la dernière Coupe du monde, Emelyne Laurent (20 ans), veut quitter l'OL. L'attaquante estime qu'elle n'aura pas de temps de jeu cette saison et veut donner un nouvel élan à sa carrière en vue de l'Euro 2021.

            Syanie Dalmat @SyaneDalmat20 août 2019 à 22h05
            partager


            « Où en êtes-vous avec l'Olympique Lyonnais ?
            Il me reste un an de contrat. Ça fait deux ans que je suis au club et que je ne joue pas. J'ai pris mon mal en patience mais là, j'ai envie de jouer. J'ai été appelée en sélection, j'ai été prêtée (à Guingamp, en janvier dernier), j'ai retrouvé le rythme. Je me sentais mieux, même en dehors du terrain, j'avais repris confiance. Cette saison, j'ai envie de pouvoir m'exprimer et m'épanouir dans un club. Malgré tout, même après ma sélection en équipe de France, cela n'a rien changé à ma situation à l'Olympique Lyonnais. C'est un nouveau coach (Jean-Luc Vasseur), il ne m'a pas testée. Je sens que c'est parti pour une autre saison à ne pas beaucoup jouer. Je ne le veux pas.

            publicité

            Avez-vous eu le temps d'échanger avec le nouveau staff depuis votre retour de vacances ?
            Oui, un peu. Quand je suis arrivée nous avons fait un petit point. Pour l'anecdote, le coach m'a demandé combien de matches j'avais disputés la saison passée. Pour moi, ça veut dire qu'il ne s'était pas trop renseigné sur moi. C'est sans doute normal, me direz-vous... (Ironique) Il m'a expliqué sa manière de fonctionner. Il m'a dit qu'il avait à son groupe, qu'il voulait gagner tous les matches cette saison donc qu'il ne fera pas beaucoup tourner, qu'il ne pouvait pas me promettre beaucoup de temps de jeu, à part si je "pétais" tout à l'entraînement. En sachant qu'on n'avait pas beaucoup de temps... On a fait beaucoup de physique depuis mon retour, je ne sais pas trop comment il a pu me juger. Il ne m'a pas testée en match non plus, il ne pouvait pas trop non plus savoir. J'ai clairement dit que mon envie était de jouer, de m'épanouir. J'ai fait un autre point avec lui après le tournoi aux États-Unis, je lui ai dit que je voulais partir. Il m'a répondu "pas de souci, on va s'asseoir autour d'une table pour discuter".

            « J'ai envie d'être libre et de pouvoir m'engager avec un nouveau club »

            Avez-vous envie d'être prêtée à nouveau ? Ou souhaitez-vous un transfert définitif ?
            Je n'ai pas envie d'être prêtée. J'ai envie d'être libre et de pouvoir m'engager avec un nouveau club. Pouvoir recommencer une carrière, une nouvelle aventure. Je veux atteindre l'équipe de France. Il y a un Euro dans deux ans, je n'ai pas encore envie de repartir en prêt et revenir à l'Olympique Lyonnais. Ce sera toujours la même chose. Ce n'est pas dans mon intérêt de rester.

            Est-ce que vous redoutez la concurrence ?
            Personnellement, je n'appelle pas cela de la concurrence. Le coach ne m'a pas vraiment testée. Il aurait pu le faire. Il a mis Shanice (van de Sanden) et Nikita (Parris), la nouvelle arrivante. Il a déjà ses plans, un avis arrêté. Je pense qu'il va évoluer comme ça toute l'année. Pour moi, ce n'est pas de la concurrence. À un moment donné, il faut tourner la page et aller chercher une nouvelle aventure quelque part pour pouvoir de nouveau jouer même si l'Olympique Lyonnais est un très bon club et que j'y ai appris beaucoup de choses durant ces deux ans. Je ne vais pas rester une autre saison sur le banc.

            Avez-vous une préférence pour la France ou l'étranger ?
            Je suis ouverte à tous les projets mais je vais être très pointilleuse sur les détails. C'est un choix important pour la suite de ma carrière. Je ne vais pas le prendre à la légère. Je vais étudier la meilleure proposition, les meilleurs projets et je vais choisir en fonction de ce qui me correspondra et me permettra d'évoluer et de jouer.

            « Je veux avoir de belles statistiques et aller en équipe de France »

            Avez-vous déjà des sollicitations ?
            Beaucoup de clubs sont intéressés et compte vraiment sur moi et font des démarches. Du coup, je me dis que ça ne sert à rien de rester dans un club où je ne vais pas jouer. Je veux aller dans un club qui me désire. Je cherche un bon projet, dans un club intéressant. Je préfère partir de l'Olympique Lyonnais plutôt que de rester pour rester. Ça ne sert à rien. J'ai fini ma formation, j'avais déjà commencé à prouver des choses en D1. Je ne suis plus une petite jeune qui vient d'arriver. J'ai envie de partir et de m'exprimer. Je veux avoir de belles statistiques et aller en équipe de France.

            Vous êtes-vous donné une date limite pour partir ?
            Avec l'Olympique Lyonnais, il n'y a pas d'avancée vraiment. Mon agent essaye de faire l'intermédiaire pour parler avec le club. Peut-être que le club n'était pas sûr de ce que je voulais vraiment. Je m'exprime publiquement parce que je pense qu'il est important que je sois claire. Je l'ai dit à mon coach. Je ne leur plante pas un couteau dans le dos. Je les ai vus avant. C'est important de mettre les choses au clair, que tout le monde soit au courant de ce que je veux vraiment pour la suite. J'attends une réponse dans la semaine. Pour le moment, je n'ai pas de réponse concrète de la part de l'Olympique Lyonnais. »

            publié le 20 août 2019 à 22h05
            inscription depuis 18 ans sur le forum .balayée , merci le nouveau site OLWEB

            Commentaire


            • Foot Transferts (F)
              L'OL travaille sur le recrutement de championnes du monde américaines



              Jean-Michel Aulas veut recruter des Américaines championnes du monde. (A. Martin/L'Équipe)

              Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, nous a confirmé que son club souhaitait recruter des Américaines récemment sacrées championnes du monde, pour la seconde partie de la saison.

              Sy. D.
              mis à jour le 21 août 2019 à 11h27


              Il a préféré resté discret concernant l'identité des joueuses concernées, mais Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, nous a indiqué que son club travaillait activement au recrutement de championnes du monde américaines. « Nous avons terminé notre recrutement à l'instant T, nous a assuré « JMA ». On travaille désormais sur l'arrivée d'un certain nombre de joueuses américaines qui ne viendraient pas tout de suite, mais pour la deuxième partie du Championnat. »

              « On n'a pas de certitudes mais on a deux négociations qui sont bien avancées »

              Dans ces dossiers, l'OL se heurte à plusieurs obstacles. Le fait que les joueuses soient sous contrat avec la Fédération américaine, mais aussi la possibilité pour elles de disputer les Jeux Olympiques en fin de saison. Pour cela, les joueuses doivent être disponibles pour les nombreux stages en sélection. « Il faut accepter qu'elles ne soient là qu'une partie du temps, a reconnu Jean-Michel Aulas. Ceci étant dit, elles sont championnes du monde. Nous devons tenir compte du football américain. L'Olympique Lyonnais a une ambition qui est d'avoir une franchise de football féminin assez rapidement aux États-Unis. Et donc, pour nous, c'est aussi une sorte de teasing d'avoir des joueuses américaines de la sélection championne du monde qui jouent à Lyon, pour mieux s'implanter après aux États-Unis. On n'a pas de certitudes mais on a deux négociations qui sont bien avancées », a précisé le président lyonnais.

              publié le 21 août 2019 à 11h03 - mis à jour le 21 août 2019 à 11h27

              https://www.lequipe.fr/Football/Actu...caines/1050839
              2011 2012 2016 2017 2018 2019

              Commentaire


              • Féminines / OM - OL
                Jean-Luc Vasseur : "le club a la culture de la gagne"
                Publié le 22 août 2019 à 15:01:16 par YM




                Le nouvel entraîneur de l'OL s'est présenté face aux médias avant d'aborder cette nouvelle saison par la réception de l'Olympique de Marseille, samedi prochain, en ouverture de la D1 Arkema.


                L’état de forme avant la reprise

                « Aux États-Unis, on a joué sous une chaleur caniculaire mais dans de très bonnes conditions. Les filles sont prêtes pour samedi malgré une préparation écourtée à cause de la Coupe du Monde. Mais ce n’est pas un handicap quand on est dans un club comme l’OL. On n'a que deux matches de préparation dans les jambes mais les filles se connaissent bien. »

                Les objectifs du club
                « L'objectif c'est de jouer pour gagner. On partage tous cela : les joueuses, le président, mon staff et moi. Les filles entrent sur le terrain pour gagner et je vais les suivre pour cela. On est dans la continuité de la saison dernière. Je veux perdurer là-dessus. Les filles ont déjà tout remporté mais elles en veulent encore. Quant à moi, je veux des titres. Et ici, il y a la culture de la gagne. »



                L’OL déjà champion ?
                « Penser qu’on est assuré d’être champion, c’est ne rien connaître au foot. Les filles vont faire le nécessaire pour l’être mais toutes les équipes s’organisent pour les faire tomber. Il y a cinq compétitions cette saison, donc il y a moyen de faire mieux que lors de la précédente. »

                L’Olympico en ouverture
                « Il y a déjà l’imaginaire : un OL-OM, ça marque les esprits. C’est une belle affiche pour débuter. Il faudra mettre les filles dans les meilleures conditions afin qu’elles prennent du plaisir et qu’elles l’emportent. »

                Le mercato
                « S’il y a des opportunités, il faudra les saisir. Il y a également des éventualités concernant les départs. Et d’ici au 23 septembre (ndlr date de fin du mercato), beaucoup de choses peuvent arriver. »

                https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...e-presse-om-ol
                2011 2012 2016 2017 2018 2019

                Commentaire


                • Féminines / OL - OM
                  Eugénie Le Sommer : « on a hâte de reprendre »
                  Publié le 22 août 2019 à 15:24:51 par YM




                  L'attaquante de l'OL et sa capitaine, Wendie Renard, étaient en conférence de presse à deux jours de faire leur grands débuts en D1 Arkema, avec la réception de l'OM au Groupama OL Training Center.


                  La victoire lors de l’ICC
                  Wendie Renard :
                  « C’était important pour nous de gagner ce trophée. On a plein de joueuses expérimentées, beaucoup d’internationales et ça permet de voir de belles choses à l’entraînement. »

                  L’élimination de la Coupe du Monde
                  Wendie Renard :
                  « Après une grande compétition, on est souvent attendue. Il faut déjà faire son autocritique, se ressourcer en vacances et se remettre en cause. Personnellement, j’ai fait tout cela et je suis prête à repartir. »
                  Eugénie Le Sommer : « Il fallait faire le vide dans nos têtes pour bien reprendre. Ça n’a pas été simple car la déception était grande. Mais je suis contente d’être revenue et on a toutes hâte de reprendre la compétition. »



                  La concurrence
                  Eugénie Le Sommer :
                  « La concurrence a toujours été importante à l’OL. C’est ce qui nous fait avancer et progresser. Tant qu’elle est saine, elle est utile. Les nouvelles joueuses s’intègrent bien. Il faut qu’elles s’adaptent aux joueuses qui sont là et à l’environnement du club mais tout se passe bien pour le moment. »

                  L’impact de la Coupe du Monde
                  Eugénie Le Sommer :
                  « Je pense que l’engouement ne va pas retomber tout de suite. J’espère que le championnat va s’en servir pour devenir plus attractif. On travaille tous les jours pour gagner, remporter des titres, donner une belle image du club. Et cette façon de faire doit pousser les autres équipes à faire pareil. »

                  L’Olympico
                  Wendie Renard :
                  « l’OM c’est un grand nom du football français, même si leur section féminine a mis du temps à se développer. Elles viennent de monter et elles ont des joueuses capables de nous mettre en difficulté. À nous de répondre présentes. »

                  https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...e-de-reprendre
                  2011 2012 2016 2017 2018 2019

                  Commentaire


                  • OLTV /
                    Wendie Renard dans OL Access : « C’était un moment important pour l’équipe »
                    Publié le 21 août 2019 à 19:00:00 par sc



                    La capitaine de l'équipe féminine, Wendie Renard, était l'invitée d'OL Access ce mercredi à 18h15. Retrouvez l'intégralité de l'émission sur OL Play.


                    La victoire en Women's International Champions Cup

                    « Il y a un peu de fatigue avec les voyages et le décalage horaire. Il faut vite se remettre car on a un match dès samedi. On savait que la finale serait difficile, il y avait de grandes joueuses en face. On est montées en puissance au cours du match. On n'était pas encore prêtes à 100%. C'était bien de rentrer à la maison avec le trophée et concrétiser notre bonne préparation. C'est important pour le collectif de se frotter aux meilleures. On aime gagner, peu importe la compétition. Il n'y a pas de compétition amicale. »

                    La connexion avec le nouveau staff et les recrues
                    « Ce stage nous a permis de nous voir tous les jours et de voir comment le groupe se comporte. On a commencé à mettre des choses en place tactiquement. La préparation est un moment important pour le groupe. Le coach a dit qu'il était là pour apporter un petit plus. Il ne veut pas tout révolutionner, juste nous aider à progresser et à avancer. Jean-Luc Vasseur communique beaucoup. Il insiste sur le jeu. Les choses se mettent en place petit à petit et le coach prend ses marques. Tout se fait naturellement avec les nouvelles joueuses. On doit essayer de les mettre le plus à l'aise possible. Tout se passe bien. »

                    Le premier match de D1 face à l'OM
                    « C'est un promu mais il faudra faire attention. Cette équipe a de la qualité et beaucoup d'envie. C'est un Olympico donc il faudra se remettre dans le rythme de la compétition. Il faut aborder ce match avec le plus de sérieux possible. »

                    https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...rcredi-a-18h15
                    2011 2012 2016 2017 2018 2019

                    Commentaire




                    • Ligue 1 Féminine
                      Amandine Henry (Lyon) : «Remporter le Ballon d'Or France Football, c'est un rêve !»

                      Deux mois après l'échec en quarts de finale de la Coupe du monde et à deux jours de la reprise du Championnat avec l'OL, la capitaine des Bleues Amandine Henry a accepté de se livrer à FF.fr. Equipe de France, Olympique Lyonnais, progression du Championnat, elle n'a évité aucun sujet.


                      « Amandine, comment se remet-on d'un échec en quarts de finale d'une Coupe du monde à domicile ?

                      Je suis partie en vacances, j'ai pris soin de moi et de mes proches. J'ai voulu me déconnecter un peu pour essayer de me ressourcer.

                      Ressentez-vous un changement suite au boom médiatique qu'a été la Coupe du monde ?
                      Oui ! On nous reconnaît plus en tant que joueuse mais aussi en tant que personne. Les Français savent qui on est, ils ont suivi la Coupe du monde. Les gens m'ont dit qu'on les avait fait vibrer, qu'on les avait fait rêver et qu'on n'était pas passées loin. Ça fait plaisir, ça montre qu'on a une certaine reconnaissance, que les gens se sont intéressés à l'équipe de France, et qu'on est soutenues.

                      Maintenant, pour gagner l'Euro 2021 en Angleterre, que faut-il changer ?
                      Forcément, quand on ne gagne pas, il faut se remettre en question, et d'ailleurs même quand on gagne, il le faut aussi. Ça passe par le travail au quotidien en club pour arriver prêtes en sélection. Les compétitions se jouent sur des détails parce que c'est le haut niveau. La moindre faille ne pardonne pas, on va engranger de l'expérience pour être encore meilleures.

                      « J'espère que le Championnat deviendra de plus en plus homogène, parce que parfois avec les Bleues, ça nous fait défaut, c'est sûr »

                      Et ce groupe-là, avec lequel Corinne Diacre veut poursuivre, est-il le meilleur que vous ayez connu avec les Bleues ?

                      Le meilleur je ne sais pas... Mais je pense qu'on avait les capacités pour gagner la Coupe du monde. Mais comme je dis, ça se joue sur des détails. Même si on a la meilleure équipe du monde, à la moindre faille, ça ne passe pas. Et c'est ce qu'il s'est passé. Quand je regarde notre match face aux États-Unis, je pense qu'on n'a pas à rougir de notre performance. Elles ont été réalistes et on l'a payé cash.

                      Arrivées à Clairefontaine, on imagine que vous allez avoir une réunion importante toutes ensembles ?
                      Je pense qu'on va avoir une réunion et qu'en temps voulu, nous verrons ce qu'on doit améliorer, ce qu'il faut changer. Nous ferons un bilan que ce soit positif ou négatif. C'est toujours bien de mettre les choses à plat.

                      En tant que capitaine, allez-vous discuter seule avec Corinne Diacre ?
                      Je pense que oui, j'aurais des discussions avec Corinne Diacre. Pas sur le choix des joueuses parce que je ne suis pas coach, mais capitaine. Mon rôle, c'est d'être performante sur le terrain et de relayer les messages entre la coach et les joueuses. Je peux dire ce que je ressens, lui faire part de ce que je pense, mais je ne peux pas choisir.

                      Pensez-vous que l'hégémonie lyonnaise en équipe de France peut nuire à l'équilibre de l'équipe ?
                      Nous, on est Lyonnaises et si on peut avoir des titres en club on ne pas s'en priver. On a montré qu'on était la meilleure équipe d'Europe, voire du monde, même s'il n'y a pas de Coupe du monde des clubs. J'espère que le Championnat deviendra de plus en plus homogène, parce que parfois avec les Bleues, ça nous fait défaut, c'est sûr.


                      Une fois passée la détresse de l'élimination, Amandine Henry est revenue sur la Coupe du monde des Bleues. (R.Martin/L'Equipe)

                      Mais aujourd'hui, l'équipe de France a besoin des Lyonnaises pour gagner...
                      Il y a beaucoup d'attentes autour de nous, parce que comme on gagne en club, les gens attendent qu'on gagne en sélection, mais ça ne se passe pas comme ça. A Lyon, on a les meilleures joueuses du monde réunies. Alors même si en équipe de France, on a d'excellentes joueuses aussi, à Lyon on travaille au quotidien ensemble, ça facilite les choses. Et on a la chance d'avoir Jean-Michel Aulas qui nous soutient au maximum, qui s'investit énormément financièrement et moralement.

                      Pendant l'année, vous jouez peu de matches compliqués. Est-ce que l'hétérogénéité du Championnat de France ne peut-il pas expliquer la défaite ?
                      Oui et non. Quand je prends l'exemple des Pays-Bas, je pense qu'elles n'ont pas non plus un Championnat très homogène et elles sont quand même allées en finale. J'aimerais jouer des gros matches tous les week-ends, mais il va falloir du temps. C'est aussi une question de répartition financière. Mais ça se passe plus haut, ce n'est pas notre problème. Nous, on doit être performantes sur le terrain, notre problème aujourd'hui, c'est de ne pas passer ce stade des quarts de finale. Mais on est tombées face aux États-Unis, les championnes du monde. Si on avait joué une autre équipe, ç'aurait pu être différent, ça se joue sur des détails. Jouer des gros matches, ça ne dépend pas que de moi.

                      « J'aimerais jouer des gros matches tous les week-ends, mais il va falloir du temps. C'est aussi une question de répartition financière. Mais ça se passe plus haut, ce n'est pas notre problème. »

                      Mais l'incapacité à répéter les matches compliqués en Championnat n'est pas la raison principale de l'échec des Bleues ?

                      Pour moi, ce n'est pas le problème majeur. J'ai été aux États-Unis, j'ai vu comment ça se passait. Peut-être que j'ai progressé parce que j'ai découvert autre chose, mais l'entraînement quotidien à Lyon est costaud, et on répète ça tous les jours. On peut enchaîner des matches difficiles.

                      Néanmoins, le Championnat progresse, et le PSG aussi...
                      Ce sont nos concurrentes directes, elles vont essayer de nous détrôner comme chaque équipe qu'on affronte. Tout le monde veut battre Lyon, c'est normal. A nous de bien nous préparer, d'être sérieuses contre toutes les équipes et de conserver une longueur d'avance.

                      Mais depuis 2005, lorsque vous étiez avec le CNFE de Clairefontaine, vous avez vu la D1 se développer ?
                      Oui, il y a beaucoup de progrès. Mais je pense que le Championnat n'est pas assez homogène encore, il va falloir du temps ! Petit à petit, les clubs se structurent de plus en plus. C'est un grand chantier. Je rêve que les présidents de club investissent mais je pense que ça ne dépend pas que d'eux, c'est un tout. Ça passe par la volonté de nous faire jouer sur des belles pelouses, dans des belles infrastructures pour pouvoir donner du spectacle. Nous aussi les joueuses, il faut donner le meilleur de nous-mêmes chaque week-end.

                      « Si demain on me demandait de jouer que pour le plaisir, quelque chose me manquerait. C'est la compétition, les titres, l'adrénaline qui me font faire ce métier »

                      On a le sentiment que les championnats étrangers en Europe progressent plus vite...

                      Il faudrait aller voir là-bas pour savoir comment elles font ! Mais en tous cas, je pense qu'on progresse aussi. A Lyon, notre président est visionnaire. Il essaye toujours d'aller de l'avant. C'est pour ça qu'on a des succès au niveau européen. Dans les autres clubs, je ne saurais pas dire comment ça se passe, ni à l'étranger. Mais maintenant, chaque tour est difficile en Ligue des champions, on ne fait plus des 10-0 comme avant, on se méfie de toutes les équipes.

                      Et comment maintenir le cap, continuer à gagner chaque saison la C1 ?
                      Le travail au quotidien (rires) ! Il n'y a pas de secrets...

                      On n'est pas lassé de gagner tout le temps ?
                      Au contraire, je joue au foot pour gagner des titres. Si demain on me demandait de jouer que pour le plaisir, quelque chose me manquerait. C'est la compétition, les titres, l'adrénaline qui me font faire ce métier.

                      Comment se passe la préparation avec le nouvel entraîneur de l'OL, Jean-Luc Vasseur ?
                      Il nous apporte de nouvelles choses, il connaît le haut niveau, on apprend beaucoup. Ça se passe très bien, il y a une bonne communication avec les joueuses, il n'y a rien à redire. On a fait deux matches de préparation, on a gagné la Women's International Cup aux États-Unis. On avait beaucoup de Françaises dans l'équipe, donc jouer et battre l'équipe championne des États-Unis (NDLR : North Carolina Courage), c'était important. C'est notre premier titre de la saison, ça marque aussi quelque chose. On a envie d'aller de l'avant toutes ensembles.

                      A 29 ans, vous êtes dans la fleur de l'âge. Peut-on dire que vous n'avez jamais été aussi forte qu'aujourd'hui ?
                      (Rires) Je me sens bien, l'expérience parle. Je connais mon corps, je sais prendre du recul quand il le faut. Je ne sais pas si je suis plus forte, mais je suis bien dans ma tête, bien dans mon corps. Je dois encore améliorer mon jeu offensif, progresser dans le jeu sans ballon et techniquement dans les combinaisons. Un poste ne veut plus rien dire, il faut dépasser ses fonctions. Un numéro six moderne ne doit pas juste récupérer et donner. Il faut récupérer, se projeter vers l'avant et être capable de marquer.

                      Gonfler vos statistiques, c'est ce qui pourrait vous permettre de remporter des distinctions individuelles ? Le titre de meilleure joueuse UEFA pour lequel vous êtes en lice, mais aussi le Ballon d'Or France Football ?
                      C'est sûr que marquer, ça met plus en lumière. Les gens aiment ça, ils aiment le spectacle. Moi, j'ai un travail un peu de l'ombre, mais pour remporter une distinction individuelle, ça passe aussi par là. Je pense que pour gagner un Ballon d'Or, il faut tout gagner et être mise sur le devant de la scène. C'est une fierté d'avoir été dans les dix l'année dernière (NDLR : 7e du Ballon d'Or France Football 2018). Remporter le Ballon d'Or, c'est un rêve. Je suis réaliste, on n'a pas été championnes du monde, ce serait logique que ce soit une Américaine...»


                      Propos recueillis par Nicolas Jambou

                      https://www.francefootball.fr/news/A...n-reve/1051279
                      2011 2012 2016 2017 2018 2019

                      Commentaire


                      • Féminines / D1 Arkema
                        OL - OM : Un groupe de 19 joueuses retenues par Jean-Luc Vasseur
                        Publié le 23 août 2019 à 19:59:38 par OT



                        L'entraîneur de l'OL Féminin a dévoilé son groupe de 19 joueuses pour la réception de l'OM, samedi (15h30), en ouverture de la D1 Arkema.


                        Gardiennes :
                        Bouhaddi, Weiss
                        Défenseures : Bronze, Buchanan, Cayman, Greenwood, Mbock, Renard
                        Milieux : Henry, Kumagai, Majri, Marozsan
                        Attaquantes : Cascarino, Hegerberg, Laurent, Le Sommer, Parris, Silva, van de Sanden

                        U19 : Kazadi, Revelli
                        R1 : Kouache, Malard, Talaslahti
                        Blessées/Soins/Reprise : Bacha, Christiansen, Julini

                        https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...an-luc-vasseur
                        2011 2012 2016 2017 2018 2019

                        Commentaire


                        • #D1Arkema - LYON, l'ogre du championnat repart à la conquête

                          Rien ne semble pouvoir encore arrêté l'OL de Jean-Michel Aulas. Pas rassasié, le Président lyonnais envisage même d'étoffer encore son effectif alors que son équipe dispose déjà deux internationales à tous les postes.


                          L'OL a déjà glané son premier trophée (photo DR)



                          C'est la rançon du succès et aussi la soif de victoires, l'OL et ses 6 Ligues des Champions, ses 13 championnats, ses 8 Coupes de France n'a pas l'intension de s'arrêter en si bon chemin alors que la pratique féminine doit encore franchir des paliers au lendemain de la Coupe du Monde organisée en France. Pour cela, l'OL a accru son budget qui désormais affleure les 10 millions d'Euros et son effectif s'en est aussi retrouvé complété. Les arrivées sont plus nombreuses que les départs à l'OL : deux internationales anglaises confirmées Parris et Greenwood sont venues rejoindre Bronze et Christiansen entre Rhône et Saône. A noter que l'arrivée de Greenwood a précipité le transfert de Simon vers Munich.

                          La Belge Janice Cayman a répondu favorablement aux offres lyonnaises pour quitter Montpellier qui souhaitait la garder, tandis que d'autres joueuses devront essayer de se faire une place avec la gardienne finlandaise Talaslahti et la Portugaise Jessica Silva. Mais les places seront chères à l'OL et le nouvel entraîneur Jean-Luc Vasseur n'a pas laissé beaucoup de temps de jeu lors de la préparation à une équipe peu renouvelée lors des deux matchs joués aux États-Unis. Car si Fishlock et Jaimes sont les seuls départs, c'est un groupe de 25 joueuses qui est proposé sans compter les jeunes U19 qui ont signé leur premier contrat fédéral cet été : Kazadi, Revelli ou encore Azzaro. A ce jour, seule Roux a été prêtée à Reims alors que Laurent faisait part ces derniers jours de sa volonté d'avoir du temps de jeu.

                          Pistes américaines et nouveau staff


                          Jean-Luc Vasseur, le nouvel entraîneur de l'OL en discussion avec Amandine Henry (photo OL)


                          Durant l'intersaison, Jean-Michel Aulas a tenté quelques pistes supplémentaires de recrutement. Keira Walsh de Manchester City, ou encore Lieke Martens du FC Barcelone ont été contactées mais sans aboutir par refus des joueuses ou de négociations non abouties. Il est vrai que l'effectif pléthorique semble freiner quelques élans comme le faisait remarquer l'entraîneur lyonnais. Pour autant, l'OL n'a pas abattu ses dernières cartes et la piste de joueuses américaines est toujours d'actualité. Il faudra cependant trouver un compromis avec des Championnes du Monde qui vont préparer avec leur fédération la prochaine édition des JO dont elles ne sont plus détentrices du trophée.

                          A la tête de l'équipe, l'intersaison a aussi été mouvementée. Reynald Pedros qui a réussi le triplé la saison dernière était en partance pour prolonger d'un an. Mais finalement, une autre direction a été prise alors que ce dernier n'était plus sur la même longueur d'ondes avec une partie de ses joueuses et de son staff. L'OL s'est donc penché sur une nouvelle piste et après avoir trouvé son remplaçant, l'annonce du départ de Pedros a été officialisée, tandis que celle de l'arrivée de Jean-Luc Vasseur a été effectuée dans la foulée. A ses côtés, le changement aussi intégral. Michel Sorin arrive en qualité d'adjoint alors que Devineau avait annoncé dès mai son départ et Camille Abily sera aussi dans cette fonction d'adjointe avec le groupe pro élargi à gérer.

                          L'OL déjà en jambes


                          Hegerberg, van de Sanden et Le Sommer, un trio offensif complété par les arrivées de Parris et Silva (photo OL)


                          Si les joueuses ont déjà tout gagné, cela ne semble pas les arrêter et le nouveau staff est aussi impatient de suivre dans cette lignée comme le laissait entendre l'entraîneur en conférence de presse : "On est dans la continuité de la saison dernière. Je veux perdurer là-dessus. Les filles ont déjà tout remporté mais elles en veulent encore. Quant à moi, je veux des titres. Et ici, il y a la culture de la gagne". Un message clair et limpide qui ne laisse pas le choix. Pour autant, l'OL se montre prudent et sait que toutes les équipes seront à prendre au sérieux. Cette saison, un autre trophée sera aussi à conquérir avec le Trophée des Championnes, le 21 septembre prochain à Guingamp face au PSG.

                          La préparation de l'OL aura été plus compliquée que certains clubs car les nombreuses internationales qui constituent l'effectif n'était pas là dès la reprise. L'OL n'a finalement disputé que deux matchs amicaux lors de l'International Champions Cup et une rencontre intermédiaire avec à une université américaine avec les réservistes. Pas de quoi inquiéter pour autant car le club a signé deux victoires face à l'Atlético Madrid, péniblement certes (1-0) mais une seconde plus probante face à North Carolina Courage qui est en pleine saison (1-0). Autre bonne nouvelle pour cette reprise, l'effectif est quasiment au complet et aucune blessure majeure n'est à relever contrairement à la saison dernière.


                          PRÉPARATION

                          Reprise :
                          Stage :
                          12 au 20 août à Chapell Hill (aux États-Unis)
                          Matchs amicaux :
                          15/08 Lyon - Atlético de Madrid (ESP) : 1-0 (Wendie Renard 90+1')
                          16/08 Univ. Caroline du Nord (USA) - Lyon "bis" : 2-2 (Aleigh Gambone, Brianna Pinto ; Emelyne Laurent, Melvine Malard)
                          18/08 Lyon - North Carolina Courage : 1-0 (Dzsenifer Marozsan 57')


                          MOUVEMENTS

                          Arrivées :
                          Nikita Parris [ANG] (Manchester City, ANG), Jean-Luc Vasseur (entraîneur), Janice Cayman [BEL] (Montpellier HSC), Jessica Silva [POR] (Levante UD, ESP), Katriina Talaslahti [FIN] (FC Bayern Munich, ALL), Emelyne Laurent (retour prêt, EA Guingamp), Michel Sorin (AS Vitré, entraineur adjoint), Camille Abily (entraineure-adjointe, déjà au club), Romain Segui (Préparateur physique, déjà au club), Alex Greenwoord [ANG] (Manchester United, ANG)

                          Départs : Jessica Fishlock [GAL] (fin de prêt, Seattle Reign, USA), Soledad Jaimes [ARG] (Santos FC, BRE), Reynald Pedros (entraîneur), Charles Devineau (entr. adjoint, La Roche VF), Guillaume Tora (Préparateur physique), Carolin Simon [ALL] (FC Bayern Munich, ALL), Jessy Roux (Stade de Reims, prêt)


                          EFFECTIF

                          Gardiennes

                          1. Lisa Weiß
                          16. Sarah Bouhaddi
                          30. Audrey Dupupet
                          40. Katriina Talaslahti

                          Défenseures
                          2. Lucy Bronze
                          3. Wendie Renard
                          4. Selma Bacha
                          15. Alex Greenwood
                          21. Kadeisha Buchanan
                          29. Griedge Mbock Bathy Nka
                          Grace Kazadi
                          Manon Revelli

                          Milieux
                          5. Saki Kumagai
                          6. Amandine Henry
                          7. Amel Majri
                          8. Isobel Christiansen
                          10. Dzsenifer Marozsan
                          18. Eva Kouache
                          23. Janice Cayman
                          Lorena Azzaro

                          Attaquantes
                          9. Eugénie Le Sommer
                          11. Shanice van de Sanden
                          14. Ada Hegerberg
                          17. Nikita Parris
                          19. Jéssica Silva
                          20. Delphine Cascarino
                          27. Emelyne Laurent
                          28. Melvine Malard

                          Staff technique
                          Jean-Luc Vasseur, entraîneur
                          Michel Sorin, entraîneur-adjoint
                          Camille Abily, entraîneure-adjointe
                          Christophe Gardié, entraîneur des gardiennes

                          Samedi 24 Août 2019
                          Sebastien Duret

                          https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...te_a16150.html
                          2011 2012 2016 2017 2018 2019

                          Commentaire


                          • Féminines / D1 Arkema
                            D1 Arkema : Un Olympico féminin pour débuter (samedi 15h30)
                            Publié le 24 août 2019 à 09:00:00 par OT



                            L'OL accueille l'OM au Groupama OL Training Center, samedi (15h30), en ouverture de la D1 Arkema.


                            Les Lyonnaises ne chôment pas en ce début de saison. Tout juste rentrées des États-Unis où elles ont brillamment remporté la WICC, et avant une première trêve internationale qui va concerner la majorité d'entre elles, les joueuses de Jean-Luc Vasseur vont faire leur débuts officiels. Samedi après-midi, l'OL accueille l'OM devant son public du Groupama OL Training Center. L'affiche de la première journée de D1 Arkema est attrayante, même si l'Olympico féminin est sans doute plus déséquilibré.

                            Vainqueures des 13 derniers championnats, les coéquipières de Wendie Renard ont hâte de remettre le couvert et espèrent déjà prendre les rênes de la D1 face à au promu marseillais. Après une saison en D2, l'OM est de retour dans l'élite et souhaite d'abord s'y stabiliser avant peut-être d'y jouer les premiers rôles dans le futur. Le recrutement des attaquantes Palacin et Ali Nadjim en provenance de Fleury pourront l'aider à espérer se maintenir.

                            Côté lyonnais, il y a l'embarras du choix et la feuille de match à 18 joueuses au lieu de 16 jusqu'à présent offrira plus de possibilités aux entraîneurs. Les supporters lyonnais verront peut-être les premiers pas à la maison des recrues Greenwood, Parris, Cayman, ou encore Silva. Et espèrent vibrer dans cet après-midi ensoleillé de fin août.

                            https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...r-samedi-15h30
                            2011 2012 2016 2017 2018 2019

                            Commentaire


                            • Féminines / D1 Arkema
                              L’OL remporte l’Olympico et lance parfaitement sa saison (6-0)
                              Publié le 24 août 2019 à 23:30:00 par YM



                              Les Lyonnaises ont largement battu l’OM, ce samedi après-midi, à l’occasion de leur entrée en lice en championnat. Le match, les buts et les réactions sont à retrouver sur OL Play.


                              LES TEMPS FORTS


                              1’. Coup d'envoi de cette nouvelle saison.
                              3’. Parris ouvre le score suite à un coup franc de Marozsan dévié par Buchanan. 1-0.
                              11’. Hegerberg déborde et centre en retrait pour Le Sommer qui marque d'un tir croisé. 2-0.
                              17’. Centre de Greenwood au point de penalty pour Marozsan qui pousse la balle au fond. 3-0.
                              35’. Hegerberg réceptionne un centre de Cascarino d'une tête plongeante mais Joly s'interpose.
                              45+2’. Suite à un festival de Cascarino,Hegerberg rate une énorme occasion dans la surface.
                              57’. Servie dans la surface, Hegerberg s'avance et frappe mais bute une nouvelle fois sur Joly.
                              65’. Blanc est exclue pour avoir reçu un second avertissement.
                              77’. Dans la surface,Cascarino s'infiltre entre deux joueuses et marque en force du gauche. 4-0.
                              83’. Centre millimétré de Marozsan pour Hegerberg, qui trouve la faille d'une tête piquée. 5-0.
                              84’. Sur un coup franc de Marozsan, Mbock trouve la barre mais Hegerberg conclut de près. 6-0.


                              RÉSUMÉ ET ENSEIGNEMENTS

                              Pour leur premier match officiel de la saison, les Lyonnaises ont fait preuve du sérieux habituel qui les caractérise. Opposées à l’Olympique de Marseille en cette 1ère journée de D1 Arkema, dans ce qui tient lieu d’affiche de prestige malgré le statut de promu des Phocéennes, les tenantes du titre ont fait ce que l’on attendait d’elles, à savoir s’imposer chez elles en patronnes et s’asseoir dès à présent sur leur fauteuil de leader, qu’elles n’ont abandonné que pour l’intersaison.



                              Malgré les changements récurrents de joueuses au sein de leur effectif, malgré l’arrivée sur le banc d’un nouveau coach sur le banc en la personne de Jean-Luc Vasseur, les Lyonnaises demeurent imperturbables, fixées sur leurs objectifs et déterminées à les atteindre. Et cela s’est vu d’entrée. Dès l’entame du match, l’OL a pris le meilleur sur son adversaire grâce à l’ouverture du score de la nouvelle arrivante Nikita Parris (3’, 1-0). Le signe que les recrues se mettent au diapason pour se fondre dans le moule. Le plus dur était fait et les Rhodaniennes ont pu dérouler par la suite. Eugénie Le Sommer, la capitaine du jour, inscrivait le but du break (11’, 2-0) et Dzsenifer Marozsan figeait le score jusqu’à la pause (17’, 3-0).



                              Au retour des vestiaires, l’emprise de l’OL se renforçait avec l’expulsion de Blanc (65’). Intenable, Delphine Cascarino était récompensée de son gros match en y allant de son but (77’, 4-0)[/B] et l’inévitable Ada Hegerberg, la serial buteuse jusque-là peu en veine, inscrivait quand bien même un doublé express qui scellait la rencontre (83’, 5-0 et 84’, 6-0). Jamais mises en danger, adroites face au but adverse, les Lyonnaises envoient déjà un signal au fort au reste de la D1 Arkema : une fois de plus, il faudra compter sur elles cette saison.


                              RÉACTIONS

                              Jean-Luc Vasseur :
                              « On est là pour travailler, pour aller plus loin dans ce que l’on fait. Tout n’est pas parfait mais le score est important. Ça nous tenait à cœur de bien démarrer. On a régalé notre public mais on a eu beaucoup d’occasions et on aurait pu marquer plus de buts. »

                              Kadeisha Buchanan : « Je suis très contente. C’est une belle performance collective. On a très bien joué et on est heureuses de débuter ainsi. C’est important pour moi de jouer. On est de retour et on a encore envie de remporter des trophées. »

                              Delphine Cascarino : « Ça fait du bien de se sentir soutenues. On les remercie d’être tout le temps présents. Cette victoire est positive. On voulait gagner et montrer qu’on répondrait encore présentes. »

                              Griedge Mbock : « On était dans un bon état d’esprit et on reste sur une bonne dynamique après notre victoire lors de l’International Champions Cup. Cette victoire est importante. Les nouvelles se mettent au niveau de celles qui étaient là auparavant. C’est plus facile de travailler ainsi. »

                              Ada Hegerberg : « Ça fait du bien. C’est un vrai plaisir de rejouer à la maison, devant ce public. Je les apprécie vraiment, ça fait des semaines qu’on attendait ça. Maintenant, on doit continuer à travailler et maintenir ce niveau d’exigence. »


                              FEUILLE DE MATCH

                              Au Groupama OL Training Center de Décines.

                              D1 Arkema (J1) : OL – OM 6-0 (3-0)
                              Arbitre : Victoria Beyer.
                              Spectateurs : 1 976.

                              Buts : Parris (3'), Le Sommer (11'), Marozsan (17'), Cascarino (77') et Hegerberg (83' et 84') pour l'OL.
                              Avertissements : Blanc (44' et 65'), Ali Nadjim (78') et Lamarque (84') à l'OM.
                              Expulsion : Blanc (65') à l'OM.

                              OL : Bouhaddi - Bronze, Mbock, Buchanan, Greenwood - Marozsan, Henry (Kumagai, 46'), Le Sommer (cap.) (Laurent, 74') - Parris (van de Sanden, 63'), Hegerberg, Cascarino. Entraîneur : Jean-Luc Vasseur.
                              OM : Joly – Maetz (Hamidou, 59'), Blanc, Pizzala (cap.), Coudon – Gherbi (Lamarque, 69'), Sumo, Zahot - Conesa, Salomon, Palacin (Ali Nadjim, 24'). Entraîneur : Christophe Parra.

                              https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...l-om-2019-2020
                              2011 2012 2016 2017 2018 2019

                              Commentaire


                              • FOOTBALL - OL FÉMININES
                                Eugénie Le Sommer : "Avec la sélectionneuse, on a discuté"

                                L'attaquante internationale de l'OL, Eugénie Le Sommer, a confirmé un entretien téléphonique avec la sélectionneuse, et assure se sentir "prête à rejouer avec l'équipe de France."


                                Vu 5402 fois - Le 22/08/2019 à 14:59 - mis à jour le 23/08/2019 à 06:25


                                Eugénie Le Sommer à l'entraînement. L'attaquante va retrouver la compétition ce samedi avec l'OL, puis la semaine prochaine avec les Bleues. Photo Progrès / Maxime JEGAT


                                Présente en conférence de presse à Lyon, aux côtés de Wendie Renard, et du nouvel entraîneur du club, Jean-Luc Vasseur, Eugénie Le Sommer est revenue brièvement sur les moments de tension survenus après une critique de la sélectionneuse Corinne Diacre à l'issue de la Coupe du monde.

                                "On s'est parlé au téléphone depuis, elle a exprimé des choses, moi aussi, c'était intéressant. On en rediscutera peut-être la semaine prochaine (lors du stage de l'équipe de France précédant le match amical contre l'Espagne, NDLR), mais je me sens prête à rejouer" a souligné l'attaquante.

                                Un peu plus tôt dans la journée, interrogée sur cette mini-polémique lors de son point presse au siège de la FFF, Corinne Diacre avait souligné qu'elle continuait "à apprendre les codes de la communication. Personne n'est infaillible. Maintenant il n'y a pas de tensions. Je me suis permis d'appeler Eugénie pour lui dire que mes propos avaient été mal interprétés. Eugénie a entendu ce que j'avais à lui dire et on va se retrouver la semaine prochaine."

                                J.-F.G.

                                https://www.leprogres.fr/sport/2019/...e-on-a-discute
                                2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                Commentaire


                                • Bleues
                                  avant-première abonnés
                                  Eugénie Le Sommer, sur les critiques de Corinne Diacre : « Je n'ai pas trop compris »

                                  L'attaquante des Bleues Eugénie Le Sommer revient sur la Coupe du monde et les critiques émises par Corinne Diacre à son sujet après la compétition.




                                  Eugénie Le Sommer, le 28 juin, lors du quart de finale de Coupe du monde France - États-Unis (1-2). (R. Martin/L'Équipe)
                                  Syanie Dalmatmis à jour le 27 août 2019 à 20h35
                                  partager






                                  Mardi, à Clairefontaine, Eugénie Le Sommer a reconnu avoir été ébranlée par les propos de Corinne Diacre dix jours après l'élimination en quarts de finale de la Coupe du monde face aux États-Unis (1-2). « Même moi, je lui ai dit : pourquoi tu restes à gauche ? avait lancé la sélectionneuse. L'idée et notre projet de jeu, ce n'était pas ça. Sauf que c'est ce qu'elle a fait. Pour quelle raison ? Je pense qu'on en discutera plus tard. » Depuis, l'attaquante de l'OL (30 ans, 164 sélections), qui retrouve les Bleues pour préparer le match amical contre l'Espagne samedi (21 heures, Clermont-Ferrand), en a discuté avec Diacre. Sans s'étendre sur cette discussion, elle assure vouloir aller de l'avant.




                                  « Comment avez-vous réagi quand vous avez vu la banderole "On ne touche pas à Eugénie" déroulée par des supporters samedi lors de votre premier match de Championnat contre l'OM (6-0) ?


                                  Ça m'a fait sourire. J'ai reçu beaucoup de messages de soutien des supporters lyonnais, notamment, après les déclarations de la coach (Corinne Diacre). Ça m'a fait chaud au coeur. La banderole, ils n'étaient pas obligés. Mais c'était leur manière de me dire qu'ils n'étaient pas d'accord avec ça.



                                  Le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, n'a pas hésité non plus à défendre ses joueuses...


                                  Il est très protecteur avec nous. Son équipe, il l'a toujours défendue et aidée. Nous sommes très reconnaissantes par rapport à ça. La coach a dit ce qu'elle avait à dire. Elle a dit que ses propos ont été mal interprétés, mais c'est comme ça. Je n'ai plus trop envie de revenir sur ça, je veux avancer.



                                  lire aussi

                                  Jean-Michel Aulas (OL) : la sélectionneuse des Bleues « Corinne Diacre est sortie du cadre »



                                  Avez-vous eu besoin du soutien de vos proches ?


                                  J'ai eu besoin des vacances. (Elle sourit.) Si j'avais dû reprendre la saison immédiatement, ça aurait été compliqué. J'étais déjà assez déçue de la Coupe du monde. Une semaine après, voir mon nom sortir comme ça dans la presse, je n'ai pas trop compris.



                                  Votre polyvalence n'est-elle pas devenue un inconvénient ?


                                  On a beaucoup parlé de mon positionnement à gauche. Si la coach m'a mise là, c'est qu'elle pensait que je pouvais aider l'équipe et qu'elle avait besoin de moi à ce poste-là. C'est plus facile quand ton poste est fixe. Ce n'est pas mon cas. Je dois faire avec mais on ne peut pas me reprocher d'être polyvalente.



                                  Y a-t-il eu une incompréhension au moment des consignes de Corinne Diacre ?


                                  Pas du tout... C'est pour ça que je n'ai pas compris. C'est plus les matches et les adversaires qui ont fait qu'on n'a pas pu mettre notre jeu en place. Ce n'était pas par rapport aux consignes. C'est plus lié à l'animation. Si tu joues en attaques rapides, tu n'as pas le temps de construire le jeu, de rentrer dans l'axe.

                                  « Je connais les qualités de chaque joueuse et je sais qu'on aurait pu mieux faire »



                                  L'engouement né autour du foot féminin durant la Coupe du monde va-t-il durer ?


                                  On ne fait pas les Jeux Olympiques, ça peut être préjudiciable. Mais je pense que tout le monde a vu de près ou de loin un match de l'équipe de France. C'est déjà une première victoire. Je me souviendrai toute ma vie de l'arrivée du car au Parc des Princes, il y avait du monde partout dans les rues. Dans les stades, l'ambiance, la Marseillaise, ce sont des moments inoubliables.



                                  Qu'avez-vous pensé du traitement médiatique autour de l'équipe de France ?


                                  Ce qui m'a le plus impressionnée, c'était la zone mixte après les matches. Un labyrinthe interminable avec beaucoup de médias. Les critiques, ça va avec l'exposition médiatique, même si, parfois, ça peut être difficile. Je connais les qualités de chaque joueuse et je sais qu'on aurait pu mieux faire. On a beaucoup parlé de la longue saison des Lyonnaises comparée à la préparation des Américaines, axée sur le Mondial. Elles sont arrivées fraîches car elles n'avaient quasiment pas joué. Nous, on n'a pas pu faire une vraie préparation. Je ne veux pas trouver ça comme excuse. On aurait pu mieux faire mais, pour moi, notre Coupe du monde n'est pas ratée. On peut toutes se regarder dans un miroir et se dire qu'on a tout donné pour l'équipe de France, pour le maillot.



                                  Avez-vous une frustration de ne pas avoir joué à Lyon, où se tenaient les demies et la finale ?


                                  Oui, ce rêve ne se réalisera pas. On est passées à côté de quelque chose. C'est comme ça, on ne peut plus revenir en arrière.



                                  Ressentiez-vous une petite appréhension à l'idée de revenir à Clairefontaine ?


                                  Après la discussion avec la coach, je n'avais pas d'appréhension. Je savais à quoi m'attendre. J'étais contente de retrouver les filles. Et quand tu viens en sélection, tu ne peux pas te plaindre. »



                                  lire aussi

                                  Florian Dariel, celui qui partage la vie d'Eugénie Le Sommer



                                  publié le 27 août 2019 à 20h00mis à jour le 27 août 2019 à 20h35

                                  L'Equipe

                                  Commentaire


                                  • Foot Justice
                                    Écartée par l'OL, une jeune joueuse demande sa réintégration



                                    L'OL Groupama Academy. (A. Martin/L'Équipe)

                                    L'OL est mis en cause pour discrimination par la famille de l'adolescente, qui a dénoncé des faits de harcèlement par un entraîneur, avant d'être écartée du centre de formation.
                                    Avec AFP - 26 août 2019 à 18h21


                                    Harcelée selon elle par un entraîneur et écartée du centre de formation de l'OL, une jeune joueuse de football a demandé, lundi, sa réintégration pour deux saisons, lors d'une audience en référé au tribunal de grande instance de Lyon. La décision sera rendue le 9 septembre, a indiqué la présidente du tribunal.

                                    Les faits remontent au printemps 2018 quand, à l'issue d'un tournoi en Alsace, un entraîneur a été dénoncé par deux joueuses de l'équipe des moins de 16 ans pour des textos, des conversations et des gestes relevant du harcèlement sexuel. Convoqué aussitôt, l'entraîneur a démissionné et l'OL a signalé les faits au procureur. L'une des joueuses - celle qui réclame sa réintégration - a par la suite été écartée du centre de formation lyonnais. Si elle n'a pas été retenue, c'est pour des raisons « sportives » qui n'ont rien à voir avec l'affaire, soutient le club. Des propos qui n'ont pas convaincu les parents de la joueuse, âgée aujourd'hui de 17 ans, qui dénoncent la discrimination entre hommes et femmes dans le centre de formation.

                                    « Il y a discrimination entre femmes et hommes de l'entrée à la sortie du club, en passant par la formation » - Me Thibault Laforcade, avocat de la famille

                                    Pour l'avocat de la joueuse et de sa famille, cette affaire « illustre » la vulnérabilité des footballeuses mineures au sein du centre de formation de l'OL et les manquements du club au regard de la protection des mineures et de la lutte contre les discriminations et abus sexuels. « Elle aurait dû bénéficier d'une convention de formation protectrice. Il y a discrimination entre femmes et hommes de l'entrée à la sortie du club, en passant par la formation », a affirmé à l'audience Me Thibault Laforcade.

                                    Contrairement aux garçons, les filles ne bénéficient pas en effet de cette convention de formation. Pour l'avocat de l'OL, Me Joseph Aguera, « il ne s'agit pas de discrimination sexuelle mais d'une différence de traitement entre les hommes et les femmes qui pratiquent le football. L'OL applique la loi ». La joueuse écartée ne disposait que d'une licence amateur d'une durée d'un an. Mais le club assure qu'il respecte là les règlements. « Les contrats d'aspirants », que la Charte du football professionnel prévoit pourtant pour tout jeune joueur, n'existent pas pour les filles.

                                    Saisi par la famille pour discrimination entre hommes et femmes, le Défenseur des droits Jacques Toubon a ouvert de son côté une instruction. L'ex-entraîneur a lui été mis en examen le 16 août pour « atteinte sexuelle sur mineure de plus de 15 ans sans contrainte, ni menace, ni surprise, par personne ayant autorité », dans l'instruction concernant l'autre jeune joueuse qui n'a pas porté plainte.

                                    publié le 26 août 2019 à 18h21

                                    https://www.lequipe.fr/Football/Actu...ration/1052554
                                    2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                    Commentaire


                                    • Griedge Mbock : « Essayer de passer à autre chose, même si ce n’est pas facile »
                                      Publié le 28 août 2019 16:00



                                      Si vous cherchez encore un surnom pour Griedge Mbock, il évoquera probablement sa solidité dans le rôle qu'elle occupe en défense centrale à l'Olympique Lyonnais et en équipe de France, mais aussi la sérénité qu'elle dégage sur et en dehors du terrain. Elle fait partie des joueuses pour qui la Coupe du Monde a fait office de confirmation de ses qualités, de dernier rempart ou de première relanceuse hors pair, même si au moment de faire le bilan de l'été et du Mondial, c'est la déception qui prend le dessus.

                                      Nous avons échangé avec Griedge, alors que les Bleues se retrouvaient pour la première fois à Clairefontaine depuis la Coupe du Monde, avec un premier match amical, samedi face à l'Espagne. Une interview avec un mot magique « switcher », comme un interrupteur (switch) que l'on active pour éloigner les mauvaises ondes et retrouver le plaisir du jeu, et le goût de la victoire.


                                      Avec un peu de recul, presque deux mois après, qu’est-ce qu’il reste de cette Coupe du Monde ?
                                      Il y a beaucoup de déception, étant donné que l’on avait des objectifs. On voulait aller au bout, malheureusement, cela n’a pas été le cas. Après, on a eu une période de vacances où on a essayé d’évacuer [et] on est revenues en club assez rapidement. Il faut switcher et se fixer de nouveaux objectifs que ce soit le club ou en équipe de France.
                                      C’est une préparation qui s’est plutôt bien passée en club et [aujourd’hui], on est rassemblées en équipe de France et on a nos objectifs aussi. Il faut aller de l’avant.

                                      Justement, pour réussir à passer à autre chose après le Mondial, est-ce que vous avez une recette, une routine pour vous aider à évacuer ce genre de déception ?
                                      Déjà, le fait d’avoir des vacances et d’avoir pu revoir nos proches, c’est aussi une ressource supplémentaire. On a pu partager des moments avec eux, ''se vider un peu la tête''. [C’est] aussi le retour en club, il y a une dynamique, on retrouve des personnes que l’on n’a pas vu depuis longtemps, donc ça fait toujours plaisir.
                                      On essaye de passer à autre chose même si ce n’est pas facile au début. Au fur et à mesure, on se fixe de nouveaux objectifs. C’est ce qu’on a en ligne de mire et c’est comme ça que l'on arrive à switcher.

                                      « Avec Wendie (...), on sait que l’on peut compter l’une sur l'autre »

                                      Dans les médias, on a beaucoup parlé de Kadidiatou Diani, qui est de la même génération que vous, et qui a fait figure de révélation auprès du grand public au moment du Mondial. On a l’impression que c’est aussi votre cas, que cette Coupe du Monde a servi de confirmation, par rapport à vos performances ces dernières années...

                                      C’est vrai que Kadi [Diani] a fait une excellente Coupe du Monde. À titre personnel, je ne suis pas forcément satisfaite, parce que [l’on n’a pas atteint] l’objectif final au bout. Je ne peux pas forcément faire un bilan personnel, ce n’est pas ce que j’ai envie de faire ressortir aujourd’hui, ce n’est pas le plus important.

                                      Un des aspects intéressants sur votre Mondial, c’est que l'on a le sentiment, dans la lignée de ce que vous faîtes à Lyon, qu’il y a plus d’équilibre dans votre association avec Wendie Renard. Elle apparaissait comme la véritable leader de la défense, à l’OL et en équipe de France. Aujourd’hui, vous êtes aussi capable d’assumer aussi ce leadership en fonction des matches…
                                      Avec Wendie, cela fait quelques années que l’on joue ensemble. On sait que l’on peut compter l’une sur l’autre et c’est ce qui est le plus important. Je l’ai beaucoup observée quand j’étais plus jeune, quand je venais d’arriver [à Lyon]. J’ai tout fait pour progresser, pour arriver à atteindre le niveau qu’elle a. Je me donne les moyens à chaque entraînement pour essayer de progresser et de gommer mes défauts.

                                      C’est un Mondial dont le public, notamment en France, garde en mémoire votre retour décisif face au Brésil. Ce geste, il va probablement rester dans les mémoires au même titre que certains buts...
                                      Oui, j’ai remarqué que cela avait marqué les gens. Après, c’est instinctif. Le travail d’un attaquant c’est de marquer, et nous [les défenseures], c’est d’empêcher l’adversaire de marquer. Je ne me suis pas forcément posé de questions. J’ai eu la chance de pouvoir sortir ce but, et si c’est resté dans les esprits, tant mieux, parce que c’est vrai qu’on ne met pas forcément en avant les gestes défensifs. Malheureusement, ça n’a pas forcément suffi. Sur ce match-là, oui, mais après, cela n’a pas suffi.

                                      « J’ai eu un moment de déconcentration, et cela a suffi »

                                      Pour continuer, on a pu voir qu’en l’espace de deux matches, vous avez vécu des situations inverses. Cinq minutes où tout bascule en votre faveur face au Brésil, et le match suivant, cinq premières minutes qui vous coûtent cher cotre les États-Unis. Est-ce que ça se résume à ces moments-là une Coupe du Monde ?

                                      C’est le haut niveau. Ce sont des petits détails qui comptent. On savait que les Américaines démarraient fort leur début de match. On nous avait aussi prévenu qu’elles pouvaient jouer rapidement les touches. À ce moment-là, j’ai eu un moment de déconcentration, et cela a suffi à ce qu’elle se procure un coup franc, et on prend le but.
                                      C’est le haut niveau, cela se joue sur des détails. C’est souvent comme ça. Je m’en suis voulu parce que j’étais impliquée directement. C’est compliqué de switcher dans un match, j’ai essayé autant que j’ai pu, malheureusement, ça n’a pas suffi, et c’est dommage.

                                      Vous avez fait partie des joueuses qui ont connu des pépins physiques avant le Mondial, et pendant la saison dernière. Est-ce que vous pensez que cela a eu un impact sur votre Coupe du Monde ?
                                      [Personnellement], je n’ai pas l’impression d’avoir été blessée autant que ça. Après, c’est vrai que le fait d’avoir été blessée juste avant la Coupe du Monde [entorse du genou gauche en match de préparation face à la Chine, ndlr], cela aurait pu être un frein, après j’ai fait le maximum pour revenir et être performante. Et mon genou ne m’a pas gêné plus que ça, même si c’est vrai que j’avais quelques douleurs à froid. Sinon, à l’approche des matches, cela allait totalement.

                                      « Plus d’opposition et de plus en plus de clubs qui se structurent »

                                      À Lyon, vous enchaînez les titres, vous avez battu récemment les championnes des États-Unis (North Carolina Courage). Est-ce que cette énergie déployée en club ne vient pas à manquer en Coupe du Monde, face à des Américaines, qui pour certaines jouent très peu avec leurs clubs et se concentrent sur la sélection ?

                                      C’est possible. Après, nous, on aimerait avoir des matches tous les week-end face à des équipes comme North Carolina. Pour le championnat de France, on ose espérer qu’il évoluera dans ce sens-là, que l’on ait encore plus d’opposition et de plus en plus de clubs qui se structurent. C’est bien pour l’avancée du football féminin, pour Lyon et pour l’équipe de France.

                                      Un autre aspect qui a été évoqué pendant le Mondial, c’est le fait que vous faîtes partie d’une fratrie de footballeurs, avec vos deux frères. Comment ça se passe entre vous ? On a parlé des conseils que vous donne votre grand frère, mais j’imagine que vous en donnez aussi ! (Rires)
                                      Pour mon grand frère [Erwan, 27 ans, qui évolue au Stade Briochin en Nationale 2], c’est plus lui qui me conseille parce que c’est l’aîné, et qu’il regarde beaucoup de matches et de matches d’équipes féminines aussi, donc il s’y connaît quand même pas mal. Après, pour mon plus jeune frère [Hianga'a, 19 ans, joueur du Stade Brestois en Ligue 2, ndlr], c’est plus lui que je vais le conseiller. Sur le terrain, je ne le conseille pas forcément, mais c’est plutôt sur les à côtés. On parle de foot, c’est un peu tout le temps. Cela revient beaucoup dans les discussions [comme] on aime beaucoup le foot tous les trois.

                                      Un conseil fraternel en particulier ?
                                      Je me souviens la veille du match contre Wolfsburg [en quart de finale de la Champions League, au mois de mars dernier], mon frère m’a envoyé une vidéo d’Ewa Pajor [l’avant-centre polonaise du VfL, ndlr], qui va super vite. Il m’a dit qu’elle était souvent à la limite du hors-jeu, et que si on faisait un petit pas en avant, cela pouvait la mettre tout de suite hors-jeu. Donc, de jouer intelligemment et de penser à ça.

                                      Sur votre profil Twitter, vous rappelez que vous êtes « indomptable comme une Camerounaise ». En parallèle du votre, est-ce que vous avez pu suivre leur parcours lors du Mondial ?
                                      Oui, j’ai regardé leur parcours. Elle ont fait un bon parcours, je les avais déjà suivies lors de la Coupe du Monde 2015, elles avaient fait aussi de bonnes performances [comme cet été, elles avaient atteint les 1/8e de finale lors du Mondial au Canada, ndlr]. J’étais contente pour elles de leur parcours, un peu déçue aussi de leur élimination. J’étais heureuse [d’avoir pu] les suivre quand même.


                                      Photo : AFP / FFF
                                      Hichem Djemai

                                      https://www.coeursdefoot.fr/event/gr...t-pas-facile-/
                                      2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                      Commentaire


                                      • Féminines / Distinction
                                        Lucy Bronze nommée pour le titre de meilleure joueuse FIFA
                                        Publié le 02 septembre 2019 à 18:33:00 par OT



                                        La FIFA a dévoilé lundi ses trois finalistes pour le titre de meilleure joueuse de l'année 2019.


                                        Quelques jours après avoir été élue meilleure joueuse UEFA, Lucy Bronze a été nommée parmi les trois finalistes pour le titre de meilleure joueuse FIFA 2019. La défenseure de l'OL, auteure du triplé D1 - Coupe de France - Women's Champions League et 1/2 finaliste de la Coupe du Monde avec l'Angleterre, est en concurrence avec les deux anciennes Lyonnaises Megan Rapinoe et Alex Morgan, championnes du monde avec les USA. Le trophée sera remis lors de la cérémonie des The Best Football Awards à Milan, le lundi 23 septembre.

                                        https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...e-joueuse-fifa
                                        2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                        Commentaire


                                        • Féminines / OL Access
                                          Amel Majri dans OL access : « J’ai de grandes ambitions avec le club »
                                          Publié le 04 septembre 2019 à 19:00:00 par FH



                                          L'attaquante, Amel Majri, était l'invitée d'OL Access ce mercredi à 18h15. Retrouvez l'intégralité de l'émission sur OL Play.


                                          Sa prolongation de contrat

                                          « J’ai eu la totale confiance de Jean-Michel Aulas. J’ai de grandes ambitions avec le club et pour l’avenir. Rester à l’OL était le meilleur choix. C’est plaisant avec un effectif aussi riche de pouvoir jouer dans sa ville. Physiquement, je me sens bien et j’ai hâte de reprendre la compétition. »

                                          Le jeu de l’équipe
                                          « Le coach à un nouveau regard sur l’équipe. Il s’appuie sur tout le monde. Il se focalise sur les changements de jeu et les transmissions. Jean-Luc Vasseur apporte un regard nouveau et cela nous fait beaucoup de bien. Personnellement, je peux jouer dans l’axe ou sur un côté, mais le coach nous fait comprendre que nous sommes capables de jouer partout. Nous ne sommes pas focalisées sur un poste précis et on se donne la possibilité d’évoluer à d’autres postes. Nous mettons en place ce que nous apprenons à l’entraînement et cela se ressent sur le match. Nous prenons beaucoup de plaisir sur le terrain. »

                                          L’évolution du foot féminin
                                          « Depuis mon arrivée au club, il y a 10 ans, j’ai vu beaucoup d’évolution, notamment le changement de stade. Le nombre de licenciées en club augmente. La Coupe du monde a donné énormément de visibilité. On ne s’attendait pas à voir autant de monde avec des stades remplis et toutes ces familles heureuses. On ne s’y attendait pas. »

                                          https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...s-mercredi-14h
                                          2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                          Commentaire


                                          • Féminines / Distinction
                                            13 Lyonnaises présélectionnées dans le World 11 FIFA-Fifpro
                                            Publié le 05 septembre 2019 à 11:34:09 par OT



                                            La FIFA et la FIFPRO ont dévoilé mercredi les 55 nommées pour faire partie du World 11.


                                            Comme chaque année, la FIFPRO organise un vote pour déterminer le 11 des meilleures joueuses de la saison. Ce World 11 sera dévoilé le 23 septembre à Milan lors de la cérémonie The Best Football Awards FIFA. Parmi les 55 joueuses présélectionnées, figurent 13 joueuses de l'OL, club le plus représenté : Bouhaddi, Renard, Mbock, Buchanan, Bronze, Greenwood, Kumagai, Henry, Marozsan, Majri, Le Sommer, Hegerberg, Parris.

                                            https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...11-fifa-fifpro
                                            2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                            Commentaire


                                            • Féminines / Mercato
                                              Melvine Malard prolonge de deux saisons et est prêtée à Fleury
                                              Publié le 05 septembre 2019 à 18:12:14 par OT



                                              La jeune attaquante de l'OL a prolongé son contrat de deux ans avec le club et a été prêtée à Fleury.


                                              Melvine Malard est désormais liée à l'OL jusqu'en juin 2023. La jeune attaquante issue de l'Academy de l'OL a prolongé de deux ans son contrat avec le club. Championne d'Europe U19 cet été en compagnie de Manon Revelli, Selma Bacha, et Lorena Azzaro, Melvine Malard a été prêtée une saison à Fleury. L'occasion pour elle de gagner du temps de jeu et de s'aguerrir dans le club qui a terminé à la 9ème place de D1 la saison dernière.

                                              https://www.ol.fr/Contents/Articles/...retee-a-fleury
                                              2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                              Commentaire


                                              • Football
                                                OL : la jeune Melvine Malard prêtée une saison au FC Fleury

                                                Il s'agit du deuxième prêt parmi les jeunes joueuses de l'OL cet été.


                                                Vu 1608 fois - Le 04/09/2019 à 17:55 - mis à jour à 19:23


                                                L'attaquante de 19 ans compte 17 sélections avec l'équipe de France U19. Photo d'archives Le Progrès/ Richard MOUILLAUD


                                                Après le prêt de la jeune Danielle Roux, 19 ans, au stade de Reims (nouvellement promu en D1) jusqu'à la fin de la saison, c’est au tour de Melvine Malard, qui évolue avec les U19 en équipe de France et qui a signé son premier contrat pro avec l'OL lors de la saison 2017-2018, d’être prêtée à son tour, au FC Fleury (D1), club de l'Essonne en région parisienne, pour une saison.

                                                En effet, au vu de l’effectif très riche dont dispose l’OL féminin, l’entraîneur Jean-Luc Vasseur avait laissé entendre cet été que des prêts seraient sûrement envisagés, avec la supervision de Camille Abily, adjointe du coach Vasseur et relais avec les jeunes.


                                                Melvine Malard (à droite) avait repris l'entraînement avec les Internationales, cet été, à l'OL. Photo Maxime JEGAT/Le Progrès

                                                « A Lyon, Melvine aurait continué à travailler auprès de grandes joueuses, parmi les meilleures du monde. Là, elle va devoir faire ses preuves auprès du coach de Fleury et bosser dur pour gagner sa place dans l’équipe et récolter du temps de jeu. C’est une très bonne chose aussi, elle va prendre en maturité. La balle est dans son camp », a confirmé son conseiller sportif.

                                                L’attaquante réunionnaise de 19 ans, grand espoir du football féminin et qui s’est d’ailleurs illustrée cet été avec les Bleuettes lors de l’Euro U19 (meilleure buteuse avec 4 buts) aux côtés des trois Lyonnaises Lorena Azzaro, Selma Bacha, et Manon Revelli, devrait donc affronter ses coéquipières de l'OL lors de cette saison 2019-2020. Et cela pourrait arriver dès le 14 septembre, puisque l’OL reçoit le FC Fleury sur le terrain d’honneur du Groupama Training Center.

                                                Marion SAIVE

                                                https://www.leprogres.fr/sport/2019/...n-au-fc-fleury
                                                2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                                Commentaire


                                                • Féminines / D1 Arkema
                                                  Reims - OL : Un groupe de 18 joueuses sans Greenwood ni van de Sanden
                                                  Publié le 06 septembre 2019 à 19:48:42 par OT



                                                  Jean-Luc Vasseur a retenu 18 joueuses pour le déplacement à Reims de samedi (16h30), pour le compte de la 2ème journée de D1 Arkema.


                                                  Les 18 joueuses retenues par Jean-Luc Vasseur s'envoleront demain pour Reims. Alex Greenwood et Shanice van de Sanden, rentrées de sélection blessées, ne seront pas du voyage. Izzy Christiansen effectue son retour dans le groupe, alors que la jeune Manon Revelli y fait sa première apparition.

                                                  Gardiennes : Bouhaddi, Weiss
                                                  Défenseures : Bronze, Buchanan, Cayman, Mbock, Renard, Revelli
                                                  Milieux : Christiansen, Henry, Kumagai, Majri, Marozsan
                                                  Attaquantes : Cascarino, Hegerberg, Laurent, Le Sommer, Parris

                                                  https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...-van-de-sanden
                                                  2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                                  Commentaire


                                                  • Féminines / D1 Arkema
                                                    La série de matches débute à Reims (samedi 16h30)
                                                    Publié le 07 septembre 2019 à 07:00:00 par OT



                                                    L'OL se rend à Reims, samedi (16h30), pour le compte de la 2ème journée de D1 Arkema.


                                                    Après une trêve internationale qui a vu une quinzaine de ses joueuses partir en sélection, l'OL retrouve la compétition avec un déplacement à Reims, samedi (16h30). Les joueuses de Jean-Luc Vasseur vont affronter le deuxième promu de la D1 Arkema, quinze jours après avoir étrillé l'OM (6-0) au Groupama OL Training Center. L'entraîneur de l'OL fera à cette occasion son retour au Stade Auguste Delaune, où il avait dirigé l'équipe masculine de Reims en Ligue 1 lors de la saison 2014-2015.

                                                    Cette première affiche entre l'une des équipes pionnières en France, créée en 1968, et le sextuple champion d'Europe devrait attirer les foules. Sur le terrain, les Lyonnaises partiront forcément favorites et tenteront de bien débuter une série de 6 matches en 21 jours, avec entre autres l'entrée en lice en Women's Champions League face aux Russes de Ryazan et le premier Trophée des Championnes contre le PSG.

                                                    Les Lyonnaises retrouveront à Reims leur jeune coéquipière Danielle Roux, prêtée pour la saison. Le promu a aussi recruté cette semaine l'Anglaise Grace Rapp et l'Ukrainienne Darya Kravets, qui avait affronté l'OL avec Kazygurt en 1/8 de finale de Women's Champions League il y a deux ans.

                                                    Côté chiffres, Ada Hegerberg pourrait atteindre la barre symbolique des 200 buts sous le maillot de l'OL. En 167 matches, la Norvégienne en a déjà inscrit 199 : 132 en D1, 27 en Coupe de France, et 40 en Women's Champions League. Elle est actuellement devancée par Le Sommer (258), Schelin (225), et Abily (209).

                                                    https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...s-samedi-16h30
                                                    2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X