Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[OL Féminines] Articles de presse et d'internet (sans blabla)

Réduire
Ceci est une discussion importante.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Féminines / UEFA Women's Champions League
    L'OL affrontera le Bayern en 1/4 de finale !
    Publié le 08 novembre 2019 à 13:45:00 par OT



    Le tirage au sort des 1/4 et 1/2 finales de Women's Champions League a eu lieu vendredi, au siège de l'UEFA, à Nyon.


    Tenante du titre, l'équipe féminine de l'OL affrontera le Bayern Munich en 1/4 de finale de la Women's Champions League. Le match aller aura lieu à Décines le 24 ou 25 mars. Le retour en Allemagne le 1er ou 2 avril. C'est la première fois que les Lyonnaises affronteront les Bavaroises en match officiel. Les deux équipes s'étaient affrontées en finale du tournoi de pré-saison de la Valais Cup en août 2015, pour une victoire du Bayern 3-1.

    En cas de qualification, l'OL pourrait retrouver le PSG en 1/2 finales. Les Parisiennes seront opposées aux Anglaises d'Arsenal. Les deux équipes Espagnoles l'Atlético de Madrid et le FC Barcelone se rencontreront, alors que Wolfsbourg partira grand favori face aux Écossaises de Glasgow City.

    Le tirage au sort du tableau final de la Women's Champions a été effectué par l'ancienne joueuse de l'OL et ambassadrice UEFA Louisa Necib.

    https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...et-1-2-finales
    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

    Commentaire


    • Féminines / Ballon d'Or France Football 2019
      Ada Hegerberg vise le doublé
      Publié le 13 novembre 2019 à 09:00:00 par KR



      Ada Hegerberg fait partie des 6 joueuses de l'OL nommées pour le Ballon d'Or France Football 2019.


      Le 3 décembre 2018, la Norvégienne de l’Olympique Lyonnais Ada Hegerberg est devenue la première lauréate du Ballon d’Or féminin. Si la concurrence s’annonce rude cette année, l’attaquante possède plusieurs atouts dans sa manche qui peuvent faire pencher la balance de son côté.

      Depuis son arrivée en provenance de Turbine Potsdam en 2014, la Norvégienne nous a toujours habitué à de très hauts standards. À titre d’exemple, sa saison la moins prolifique sous le maillot des Fenottes a eu lieu lors de l’exercice 2016-2017, avec « seulement » 27 buts inscrits toutes compétitions confondues. Une régularité folle qui lui permet de faire aujourd’hui partie des meilleures numéro 9 au monde, et elle le prouve encore cette saison avec déjà 19 buts inscrits…

      La consécration a eu lieu le 3 décembre dernier avec ce fameux Ballon d’Or qui a récompensé le talent de la joueuse de 24 ans. Pourtant, cela est loin de la rassasier, à l’image d’un Olympique Lyonnais dont l’appétit semble sans fin. Candidate à sa propre succession, elle a pour elle le formidable triplé réalisé avec son club l’année passée : D1, Coupe de France et Women's Champions League, avec un triplé inscrit en finale face au FC Barcelone (4-1).

      https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...vise-le-double
      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

      Commentaire


      • Féminines / Ballon d'Or France Football 2019
        Sarah Bouhaddi, le dernier rempart
        Publié le 13 novembre 2019 à 17:00:00 par KR



        Sarah Bouhaddi fait partie des 6 joueuses de l'OL nommées pour le Ballon d'Or France Football 2019.


        Gardienne historique de l’Olympique Lyonnais, Sarah Bouhaddi est un pilier incontournable d'une machine bien huilée. C’est tout naturellement qu’elle s’est retrouvée dans la liste des 20 finalistes pour le Ballon d’Or 2019. Une juste récompense pour une joueuse aussi fidèle que talentueuse.

        Dans le football, le poste de gardien de but est considéré comme particulier. C’est en effet une fonction où l’on s’entraîne généralement en marge du groupe, où la concurrence est gérée de manière bien spécifique et où chaque exploit ou erreur se retrouve amplifié(e). Ainsi, la longévité à ce poste n’est pas à la portée de tout le monde et c’est ce qui rend la carrière de Sarah Bouhaddi encore plus exceptionnelle.

        Arrivée en provenance de Juvisy en 2009, la gardienne s’est rapidement imposée comme le rempart idoine pour cette équipe de l’OL. Son palmarès parle de lui même : 10 titres de championne de France, 6 Coupes de France, 6 Women's Champions League… C’est la deuxième joueuse la plus ancienne de l’effectif derrière Wendie Renard et cela en fait donc l’un des plus beaux palmarès du club.

        En plus d’une grosse saison 2018-2019 ponctuée d’un superbe triplé, Sarah Bouhaddi a également su briller lors de la Coupe du Monde, disputée cet été en France. Elle a notamment réalisé une énorme performance en 1/8 de finale face au Brésil (2-1 a.p.) qui a permis à sa sélection d’arracher la victoire lors de la prolongation. Malheureusement, le 1/4 de finale qui a suivi a tourné en faveur des États-Unis (1-2), mais Sarah Bouhaddi a plus que tenu son rang.

        Pour toutes ces raisons, sa présence dans la liste des 20 finalistes pour le Ballon d’Or 2019 relève de la logique la plus pure. Elle est d’ailleurs la seule gardienne de cette liste avec la Néerlandaise Sari van Veenendaal, signe de plus qu’elle est l’une des meilleures au monde à son poste. À 33 ans et après avoir vécu l’une des saisons les plus riches de sa carrière, obtenir le Ballon d’Or serait une petite cerise sur l’immense gâteau que Sarah Bouhaddi a concocté depuis maintenant 16 ans.

        https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...ernier-rempart
        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

        Commentaire


        • Football - D1
          OL-PSG : le record d'affluence pour un match de Féminines devrait être battu samedi

          Le club lyonnais s'attend à dépasser le précédent record de près de 25 000 spectateurs, samedi après-midi au Groupama Stadium, lors du choc de championnat féminin OL-PSG. Et espère même atteindre la barre des 30 000.


          Vu 4498 fois Le 13/11/2019 à 19:00 mis à jour à 20:20 Réagir


          Photo Progrès/Richard MOUILLAUD


          Ce mercredi matin, 23 000 places avaient déjà été vendues pour le match de championnat de D1 féminine, qui opposera Lyon à Paris, samedi après-midi (17h30).

          Du côté de l'OL, il ne fait aucun doute que le record d'affluence (25 907 spectateurs avaient assisté à la rencontre OL-PSG en avril 2019, qui s'était d'ailleurs soldée par une victoire des Lyonnaises 5 à 0) sera dépassé.

          A trois jours du choc face aux Parisiennes, le club espère même atteindre les 30 000 spectateurs en tribunes.

          Les Bad Gones, habitués à supporter l'équipe masculine, avaient d'ailleurs lancé un appel aux fans, pour les inciter à se déplacer en masse ce samedi. "Pour ce match aux allures de finale de championnat de France, les Bad Gones et le Virage Nord se mobilisent pour soutenir notre équipe et tout faire pour que le titre de champion de France reste lyonnais cette année encore", expliquaient-ils dans un communiqué, publié sur leur page Facebook il y a deux semaines.

          "La différence de niveau entre les deux équipes étant de plus en plus réduite, nos joueuses ont d'autant plus besoin du soutien du 12e homme pour cette affiche à domicile", poursuivaient-ils.

          Du côté des fidèles supporters des Féminines, les OL Ang'Elles, la nouvelle est accueillie en demi-teinte. "C’est très bien que les Bad Gones viennent mais ce serait bien qu’ils chantent pour notre équipe sans insulter le PSG car nous sommes présents à tous les matchs et nous n'avons pas envie que les supporters parisiens se vengent sur nous au match retour", craignent-ils.

          Mais le groupe de fans se veut optimiste. "On espère d’eux un grand tifo et des chants pour notre équipe uniquement. Ce serait au top. Ils savent le faire."

          Marion SAIVE

          https://www.leprogres.fr/sport/2019/...e-battu-samedi
          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

          Commentaire


          • Féminines / Ballon d'Or France Football 2019
            Wendie Renard, capitaine en or
            Publié le 14 novembre 2019 à 10:00:00 par FH



            Wendie Renard fait partie des 6 joueuses de l'OL nommées pour le Ballon d'Or France Football 2019.


            Patronne en défense centrale, où elle évolue en club et en équipe nationale, Wendie Renard s’est glissée au rang des meilleures joueuses à son poste. Toujours assoiffée de titre, elle collectionne les trophées avec l’OL. Après 6 Women’s Champions League et 13 titres de Championne de France d’affilée, et 8 Coupes de France, elle en veut encore. Récompensée par sa présence dans l’équipe type de la saison lors de la cérémonie The Best FIFA Football Awards, elle est naturellement en lice pour remporter le Ballon d’Or féminin 2019 tant son influence a été imlportante en club et en sélection cette année.

            Travailleuse acharnée, la Martiniquaise arrive à Lyon en provenance de son île natale en 2006. Elle joue peu la première saison, mais participe au premier titre de l’OL. C’est le début de l’histoire d’amour. Dès l’exercice suivant, elle devient incontournable, enchaîne les matches, et prend le brassard de capitaine en 2013 en succédant à Sonia Bompastor.

            Elle n’est pas seulement une solide défenseure, mais aussi une buteuse hors-pair. Du haut de son 1m87, elle est redoutable sur coups de pied arrêtés. Elle marque notamment le premier but lyonnais lors de la finale de Women's Champions League remportée face à Potsdam, en 2011. Depuis, elle a développé son compteur et a déjà inscrit 109 réalisations toutes compétitions confondues.

            https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...apitaine-en-or
            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

            Commentaire


            • Féminines / Ballon d'Or France Football 2019
              Dzsenifer Marozsan, le monde après la France ?
              Publié le 14 novembre 2019 à 17:00:00 par KR



              Dzsenifer Marozsan fait partie des 6 joueuses de l’OL nommées pour le Ballon d’Or France Football 2019.


              Après une carrière déjà bien entamée en Allemagne pendant près de 10 ans (FC Sarrebruck de 2007 à 2009, FFC Francfort de 2009 à 2016), Dzsenifer Marozsan débarque à l’OL lors de l’été 2016. Elle rejoint alors une constellation impressionnante : Wendie Renard, Camille Abily, Eugénie Le Sommer, Ada Hegerberg… Pourtant, elle va rapidement devenir l’une des étoiles les plus brillantes de ce ciel dégagé.

              Elle n’était pourtant pas dépourvue d’expérience, son palmarès se composant notamment d’un Euro glané avec l’Allemagne en 2013 ainsi qu’une Women’s Champions League remportée avec Francfort en 2015. Qu’importe, son adaptation dans l’un des meilleurs effectifs du monde va se réaliser de la meilleure des manières. Milieu de terrain à la qualité technique et à la vista bien au-delà de la moyenne, l’Allemande va remporter dès sa première saison le titre de meilleure joueuse de D1, qu’elle ne lâchera plus. Elle est actuellement la triple tenante en titre de cette distinction.

              Collectivement, les titres pleuvent également : 3 Women’s Champions League, 3 D1, 2 Coupes de France, 1 Trophée des Championnes… Elle sera, évidemment, une actrice majeure de ces différents succès. La joueuse de 27 ans fait partie de la caste de celles et ceux qui fluidifient le jeu, qui font jouer les autres. Déjà décoré en France, le talent de la jeune femme n’attend plus qu’une consécration mondiale. D’autant plus qu’elle a une petite revanche à prendre suite à sa troisième place au podium du Ballon d’Or de l’année dernière…

              https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...pres-la-france
              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

              Commentaire


              • Féminines / OLF - PSG
                OL - PSG : les Lyonnaises aiment le Groupama Stadium
                Publié le 14 novembre 2019 à 18:00:00 par OT/FH



                Les joueuses de l’OL joueront samedi face au PSG leur 17ème match au Groupama Stadium, où elles ne se sont inclinées que 2 fois.


                Les Lyonnaises se souviennent bien de leur dernier OL – PSG au Groupama Stadium. Le 13 avril dernier, à l’occasion de la 20ème journée de championnat, les coéquipières de Wendie Renard avaient étrillé leur concurrent direct (5-0), devant 25 907 spectateurs. Une soirée magique qui avait permis à l’OL de s’envoler vers un 13ème sacre consécutif en championnat.



                Depuis la première face au Slavia Prague (9-1), en 1/8 de finale aller de Women’s Champions League, le 23 mars 2016, les Lyonnaises ont pris leurs repères et leurs bonnes habitudes dans la grande enceinte du club. Sur les 16 matches disputés, l’OL en a remporté 14, et souvent avec la manière. En tout, elles ont inscrit pas moins de 60 buts pour seulement 8 encaissées. Les deux seules défaites dans la grande enceinte du club ont été concédées en Women’s Champions League sur le plus petit des scores contre Wolfsbourg (0-1) et Manchester City (0-1), lors de la saison 2016-2017. Mais cela n’avait pas empêché les Lyonnaises de se qualifier et de remporter la compétition.

                https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...oupama-stadium
                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                Commentaire


                • Féminines / OL Access
                  Griedge Mbock dans OL Access : « On veut rester au sommet »
                  Publié le 14 novembre 2019 à 19:00:00 par fh



                  Griedge Mbock était l'invitée de Julia Vial et de Serge Colonge dans OL Access, ce jeudi à 18h15. Retrouvez l'intégralité de ses propos sur OLPLAY.


                  Le PSG

                  C’est une équipe qui a beaucoup progressé et qui a étoffé son banc. Il y a des joueuses qui sont capables de faire la différence et d’éliminer. Le trio offensif est puissant et technique. À nous de rester attentives et de ne pas laisser la moindre faille. Il va falloir faire très attention. Elles veulent gagner un titre donc c’est à nous de se mettre sur leur chemin.

                  Le coude à coude en championnat
                  C'est le goal-average particulier qui peut compter en fin de saison donc c’est important de battre notre concurrent direct. Cela nous motive. On veut rester au sommet et gagner le championnat une fois de plus. On travaille tous les jours pour cela. C’est notre objectif. Les matches sont de plus en serrés, le Trophée des Championnes s’est terminé sur un match nul. On s’entraîne au quotidien pour garder notre avance. On part avec un petit avantage avec le fait de les avoir déjà battues cette saison, même ce n’était que sur penaltys. Je pense qu’on a été meilleures dans le jeu et le but concédé est venu d’une erreur de notre part.

                  Jouer devant le public du Groupama Stadium
                  L’apport du public est important. On est chez nous et on veut aussi que cela mette la pression sur les joueuses du PSG. On a à cœur de montrer de belles choses à nos supporters et de leur offrir la victoire. À la Coupe du Monde, il y avait de fortes affluences, on y a pris goût. On s’y habitue de plus en plus donc on n’a pas vraiment de pression. Au contraire, quand il y a beaucoup de public, cela nous donne encore plus envie d’aller chercher la victoire.

                  https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...dans-ol-access
                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                  Commentaire


                  • Féminines / OL - PSG
                    Victoria Beyer dirigera la rencontre
                    Publié le 15 novembre 2019 à 10:01:00 par fh



                    L'arbitre de 28 ans a été désignée pour commander le choc entre l'OL et le PSG.


                    Elevée au grade d’arbitre Fédéral Féminin 1 en janvier 2017, Victoria Beyer a été désignée pour diriger le choc de cette 9ème journée de D1 Arkema entre l’OL et le PSG. Âgée de 28 ans, la référée alsacienne issue du Bas-Rhin avait déjà officié dans cette même affiche la saison passée, lors de la victoire 5-0 des Lyonnaises. Cette saison, elle a pris part à quatre rencontres dont une de l’OL, en ouverture du championnat lors de l’Olympico (6-0), et une autre du PSG, contre Bordeaux (3-0)

                    https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...rbitre-olf-psg
                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                    Commentaire


                    • Féminines / Ballon d'Or France Football 2019
                      Amandine Henry, de l'ombre à la lumière
                      Publié le 15 novembre 2019 à 10:05:00 par KR



                      Amandine Henry fait partie des 6 joueuses de l'OL nommées pour le Ballon d'Or France Football 2019.


                      Lorsque des distinctions individuelles sont décernées, il est plutôt rare de retrouver des éléments défensifs repartir avec le gros lot ou même être cités dans les finalistes, malgré leurs rôles cruciaux sur un terrain. Amandine Henry fait partie de cette caste là.

                      Milieu de terrain défensive, Amandine Henry a fait les beaux jours de l’OL entre 2007 et 2016 avant de revenir au bercail en 2018. Elle est de celles qui ont quasiment tout connu : 11 D1, 6 Coupes de France, 5 Women’s Champions League… Son palmarès est long comme le bras et cela est loin d’être anodin. Leader naturelle, la trentenaire est devenue capitaine d’une équipe de France qu’elle a emmené jusqu’aux 1/4 de finale de la Coupe du Monde 2019 (défaite 1-2 contre les États-Unis) en marquant le but victorieux en 1/8 de finale face au Brésil (2-1 a.p.).

                      Sa nomination parmi les 20 finalistes pour le Ballon d’Or récompense donc une année riche en titres (triplé avec l’OL) et plus globalement une carrière encore plus fournie. Après sa 7ème place obtenue l’année dernière, l’objectif sera de se classer encore plus haut pour s’imposer un peu plus comme l’une des milieu de terrain les plus mémorable de l’histoire du football féminin français.

                      https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...e-a-la-lumiere
                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                      Commentaire


                      • Féminines / Distinction
                        Saki Kumagai nommée pour le titre de meilleure joueuse asiatique
                        Publié le 15 novembre 2019 à 10:30:00 par OT



                        La milieu de terrain de l'OL fait partie des 3 finalistes pour le titre de meilleure joueuse asiatique de l'année 2019.


                        La Confédération Asiatique de Football (AFC) a dévoilé vendredi les 3 finalistes pour le titre de joueuse asiatique de l'année. La milieu de terrain japonaise de l'OL Saki Kumagai fait partie des nommées en compagnie de la Chinoise Li Ying et l'Indienne Ashalata Devi Loitongbam. En 2019, Saki Kumagai a remporté le triplé D1-Coupe de France-Women's Champions League avec l'OL, et atteint les 1/8 de finale de la Coupe du Monde avec le Japon, dont elle est capitaine. Le verdict sera connu le 2 décembre prochain.

                        https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...euse-asiatique
                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                        Commentaire


                        • Féminines / OLF - PSG
                          Rétro OL - PSG : une première à l'avantage des Lyonnaises
                          Publié le 15 novembre 2019 à 14:00:00 par fh/kr



                          Si Lyonnaises et Parisiennes s’affrontent pour la première fois de la saison en championnat, elles ont déjà croisé le fer lors du mois de septembre. C’était lors de la première édition du Trophée des Championnes de l’histoire, et si elles sont sorties vainqueurs de l’affrontement, les joueuses de Jean-Luc Vasseur ont longuement bataillé pour obtenir le Graal.


                          C’était une grande première dans l’histoire du football féminin avec l’apparition de ce nouveau trophée. Il s’agissait d’opposer le champion de la D1 Arkema de la saison précédente au club vainqueur de la Coupe de France Féminine de la saison précédente. Cependant, les Lyonnaises ont réalisé une nouvelle razzia de trophées l’an passé avec le triplé championnat, Coupe de France et Ligue des Champions. Le règlement indique donc que si le club champion est également vainqueur de la Coupe de France, la place attribuée au champion de la D1 Arkema est alors attribuée au club ayant terminé la saison précédente à la deuxième place du championnat, en l’occurrence le Paris Saint-Germain.



                          On retrouvait donc les deux meilleures équipes françaises du moment pour ce premier choc de la saison. Et le moins que l’on puisse dire c’est que cet affrontement a tenu toutes ses promesses avec une entame de match extrêmement disputée entre deux équipes qui se connaissent parfaitement. Dans une rencontre assez fermée, la solution est venue d’Amel Majri qui est parvenue à faire sauter le verrou parisien d’un véritable bijou à la 26ème minute. Bien dans leur match, les joueuses de Jean-Luc Vasseur ont pris l’ascendant sur leurs adversaires qui ont eu du mal à développer leur jeu. Pourtant, peu avant la mi-temps, à la suite d’une erreur de relance de la défense lyonnaise, Nadia Nadim égalisa dans le but vide et permis au PSG de rentrer au vestiaire sur un score de parité (1-1).

                          Dans une séance de tirs aux buts haletante, les Lyonnaises ont remporté ce premier Trophée des Championnes grâce aux deux parades de Sarah Bouhaddi et notamment la dernière, sur l'ultime tentative parisienne. Dans un match rugueux et engagé, les coéquipières de Wendie Renard ont su faire preuve de caractère pour ne pas laisser filer ce premier trophée historique. Une victoire qui a parfaitement lancé la saison et qui a permis aux Lyonnaises d'ajouter un nouveau titre à leur palmarès national après les 13 titres de Championne de France et les 8 Coupes de France. Place désormais au championnat avec un duel qui verra s’affronter deux équipes à égalité presque parfaite au sommet de la D1 Arkema (22 points, +32 contre +28 à la différence de buts pour l’OL).



                          https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...des-lyonnaises
                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                          Commentaire


                          • Féminines / Ballon d'Or France Football 2019
                            Le Ballon de Bronze ?
                            Publié le 15 novembre 2019 à 17:00:00 par kr



                            Lucy Bronze fait partie des 6 joueuses de l'OL nommées pour le Ballon d'Or France Football 2019.


                            Depuis son arrivée entre Rhône et Saône lors de l’été 2017, Lucy Bronze s’est imposée comme une indéboulonnable du onze de l’OL. Latérale offensive et moderne, l’Anglaise s’était déjà forgé une solide carrière dans son pays natal. Trois championnats d’Angleterre, une Coupe d’Angleterre, une Coupe de la Ligue, deux titres de joueuse de l’année en 2014 et 2015…

                            Son impact se ressent également avec sa sélection, avec laquelle elle s’était classée troisième de la Coupe du Monde 2015. Joueuse de caractère, elle l’a tout de suite démontré avec l’OL avec qui elle a moissonné les titres et les distinctions depuis trois ans tout en gardant un rôle prépondérant avec sa sélection. L’été dernier, lors de la Coupe du Monde, l’Angleterre s’est classée quatrième et la défenseur a inscrit un but, en quart de finale contre la Norvège (0-3).

                            Déjà dans la liste des finalistes au Ballon d’Or l’année passée, la joueuse de 28 ans avait terminé à la sixième position du classement. Si ce résultat est plutôt honorable pour une défenseur, latérale qui plus est, Lucy Bronze a cette année des arguments très solides pour prétendre à la distinction finale. Elle a notamment remporté cette année le prix UEFA de la meilleure joueuse d’Europe devant ses coéquipières Ada Hegerberg et Amandine Henry. Elle pourrait ainsi se montrer aussi tranchante dans le classement final du Ballon d’Or que lors de ses nombreuses montées dans son couloir.

                            https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...llon-de-bronze
                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                            Commentaire


                            • Féminines / OL - PSG
                              Jean-Luc Vasseur : « Les joueuses montent en puissance »
                              Publié le 15 novembre 2019 à 17:02:00 par fh



                              A la veille du choc face au PSG, Jean-Luc Vasseur et Dzsenifer Marozsán se sont exprimés en conférence de presse. Retrouvez l'intégralité de leurs propos sur OLPLAY.


                              L’état des troupes

                              Wendie Renard est une joueuse exceptionnelle. Je suis embêté pour elle, car elle a l’habitude de jouer. Ce ne sera pas le cas, mais elle nous soutiendra des tribunes. Elle sera remplacée par Kadeisha Buchanan qui est une référence mondiale à son poste aussi. Il y a une incertitude pour Eugénie Le Sommer. C’est une joueuse importante dans le secteur offensif.

                              Le match contre le PSG
                              C’est un match important mais pas décisif. On a cœur de jouer chez nous devant beaucoup de public. On s’attend à une belle journée et à un très bon match. On est à l’aise dans notre place de leader. Ce sont des championnes et elles ont l’habitude de ces rendez-vous. Elles montent en puissance.

                              Une courte préparation
                              Ce n’est pas la première fois qu’il n’y a que deux jours de préparation. Ce n’est pas l’idéal, mais nous avons l’habitude. Les filles se connaissent donc on ne va pas tout changer.

                              La présence des Bad Gones et des supporters
                              On est ravi qu’ils viennent. J’ai des lionnes avec moi et si elles sont stimulées, c’est encore mieux. On est chez nous et on espère que ce sera une belle fête.



                              Sa forme du moment
                              Je continue de travailler. Je suis en pleine forme et je donne tout sur le terrain.

                              Le choc face à Paris
                              Je suis contente car c’est un grand match que nous attendons toute l’année. On est là pour gagner, c’est notre objectif à chaque match et encore plus contre le PSG.

                              Le dernier match en Trophée des Championnes
                              Le championnat est différent du Trophée des Championnes. Ce n’était pas un match facile. Nous avons offert le but à cause d’une erreur. Il faudra faire mieux. Si on est à 100%, nous pourrons gagner.

                              L’absence de Wendie Renard
                              C’est dommage de ne pas avoir Wendie à nos côtés. Elle est importante, c’est une capitaine qui fait tout pour l’équipe. Nous avons de grandes joueuses qui donnent tout sur le terrain.

                              La présence des supporters
                              C’est magnifique de jouer devant beaucoup de supporters. J’adore cela. J’ai joué Wembley la semaine dernière, c’était extraordinaire.

                              https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...an-luc-vasseur
                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                              Commentaire


                              • Féminines / D1 Arkema
                                OL - PSG : Un groupe de 19 joueuses avec Eugénie Le Sommer
                                Publié le 15 novembre 2019 à 19:36:59 par OT



                                Jean-Luc Vasseur a dévoilé son groupe de 19 joueuses pour la réception du PSG au Groupama Stadium, samedi (17h30).


                                Privé de sa capitaine Wendie Renard, suspendue, Jean-Luc Vasseur pourra compter sur Eugénie Le Sommer pour le choc de 9ème journée de D1 Arkema contre le PSG, samedi (17h30), au Groupama Stadium. L'attaquante de l'équipe de France, blessée à la cuisse lors d'un entraînement avec les Bleues, n'avait pu jouer lors du match France - Serbie. Eugénie Le Sommer a pu participer normalement à l'entraînement collectif effectué au Groupama Stadium, vendredi après-midi.


                                Groupe OL :

                                Gardiennes :
                                Bouhaddi, Weiss
                                Défenseures : Bacha, Bronze, Buchanan, Cayman, Greenwood, Mbock
                                Milieux : Christiansen, Henry, Kumagai, Majri, Marozsan
                                Attaquantes : Cascarino, Hegerberg, Le Sommer, Parris, Silva, van de Sanden

                                https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...enie-le-sommer
                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                Commentaire


                                • #D1 Arkema - Jean-Luc VASSEUR (OL) : "Elles ont pris l'habitude d'être présentes"

                                  L'entraîneur lyonnais a évoqué ce vendredi à la veille du choc face au PSG au Groupama Stadium ce rendez-vous.

                                  image OL TV
                                  image OL TV


                                  Comment est votre groupe après cette trêve internationale ?

                                  J'ai récupéré mes filles jeudi mais on sent que cela monte en puissance. Ce n’est pas la première fois qu’il n’y a que deux jours de préparation. Ce n’est pas l’idéal, mais nous avons l’habitude. Les filles se connaissent donc on ne va pas tout changer. Elles ont pris l'habitude d'être présentes à ces rendez-vous donc je pense que demain (ndlr : lundi), je n'aurai pas besoin de suractiver la motivation, elles y seront contre un adversaire de qualité. De plus en plus, l'écart se creuse sur les autres prétendants au championnat et c'est tant mieux pour le football féminin (ndlr : d'avoir un autre prétendant).

                                  Wendie Renard sera suspendue, comment allez-vous pallier son absence ?
                                  Wendie Renard est une joueuse exceptionnelle. Je suis embêté pour elle, car elle a l’habitude de jouer. Ce ne sera pas le cas, mais elle nous soutiendra des tribunes. Wendie est inclassable, n'est pas remplaçable donc il faut trouver d'autres moyens, d'autres stratégie pour avoir à garder cette efficacité. Elle sera remplacée par Kadeisha Buchanan qui est une référence mondiale à son poste aussi.

                                  Qu'en est-il pour Eugénie Le Sommer qui avait quitté les Bleues ?
                                  C’est une joueuse importante dans le secteur offensif. Elle sera présente à l'entraînement cet après-midi (ndlr : vendredi), on y va step by step. Elle est bien, elle a l'air d'être confiante sur ses capacités à jouer. On fera le point après la séance.

                                  Qu'attendez-vous de ce premier match au Groupama Stadium ?
                                  C'est une belle fête du football, pour la promotion du football féminin. On peut attirer du monde, cristalliser un événement sportif autour des filles et que le spectacle soit au rendez-vous, c'est cela le plus important. On est chez nous et on espère que ce sera une belle fête.
                                  Il faut être présent lors de ce genre d'événements, elles ont l'habitude d'y être et elles le seront encore demain (ndlr : samedi). Encore une fois, cela reste du sport et il faut que l'on fasse le maximum pour le remporter.

                                  Votre avis sur le PSG ?
                                  Elles les connaissent bien. L'année dernière, il y avait eu un score qui avait été fleuve (ndlr : 5-0). Cela aussi, c'est important d'envoyer des messages aussi. On est à domicile. On a cœur de jouer chez nous devant beaucoup de public. C’est un match important mais pas décisif. On s’attend à une belle journée et à un très bon match. On est à l’aise dans notre place de leader.


                                  Un groupe de 19 joueuses avec Le Sommer

                                  Gardiennes : Bouhaddi, Weiss
                                  Défenseures : Bacha, Bronze, Buchanan, Cayman, Greenwood, Mbock
                                  Milieux : Christiansen, Henry, Kumagai, Majri, Marozsan
                                  Attaquantes : Cascarino, Hegerberg, Le Sommer, Parris, Silva, van de Sanden

                                  Samedi 16 Novembre 2019
                                  Sebastien Duret

                                  https://www.footofeminin.fr/D1-Arkem...es_a16334.html
                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                  Commentaire


                                  • Féminines / OL - PSG
                                    Le parfum des grands soirs au Groupama Stadium (samedi 17h30)
                                    Publié le 16 novembre 2019 à 11:39:00 par ym




                                    Ce samedi (17h30), l’OL reçoit le PSG au Groupama Stadium pour un affrontement tant attendu qui met aux prises les deux premiers de D1 Arkema. À égalité en termes de points, Lyon et Paris se départagent à la différence de buts, avec un léger avantage pour le club rhodanien. Devant leur public, les Lyonnaises tenteront de confirmer leur statut de meilleure équipe du pays et d’Europe face à des Parisiennes qui rêvent de le devenir.


                                    LE CONTEXTE

                                    La période de trêve internationale ayant pris fin, la saison de D1 Arkema peut reprendre ses droits. Et cette 9ème journée de championnat sera marquée par le duel au sommet entre l’OL et le PSG au Groupama Stadium, où près de 30 000 spectateurs sont attendus. Les joueuses de Jean-Luc Vasseur, qui avaient quitté la scène nationale par un succès précieux à Montpellier (0-3), vont accueillir des Parisiennes revanchardes après leur nul concédé à domicile contre Guingamp (1-1). Un résultat qui arrange bien l’OL, passé devant au classement à l’aube de ce grand rendez-vous mais que les Olympiennes aborderont sans leur capitaine, Wendie Renard, suspendue après écopé d’un troisième carton jaune dans l’Hérault. La saison dernière, l'OL avait étrillé le PSG 5-0 au Groupama Stadium.

                                    L’ENJEU
                                    Déjà prestigieuse, cette affiche entre Lyonnaises et Parisiennes revêt de plus un enjeu capital dans la course au titre. Les deux ogres du football féminin français occupent sans surprise la tête du classement, avec un léger avantage en faveur de l’OL en ce qui concerne la différence de buts (ndlr 22 points mais +32 pour Lyon et +28 pour Paris). Toujours invaincues cette saison, les deux formations vont tenter de faire chuter l’autre afin d’occuper seules le fauteuil de leader. Un succès ce soir aura à coup sûr un impact sur le dénouement final du championnat. Mais l’histoire plaide pour l’OL, sacré depuis 13 ans quand le palmarès du PSG reste vierge de tout titre en D1.

                                    L’ADVERSAIRE
                                    Les larmes et la colère de Marie-Antoinette Katoto parlent d’elles-mêmes. En pleurs au moment de céder sa place lors du nul concédé par son équipe contre Guingamp (1-1), l’attaquante parisienne n’a que très peu goûté son remplacement en cours de jeu alors que Paris menait au score. Et l’égalisation bretonne lui a peut-être donné raison. Ce faux pas du PSG à Jean Bouin a permis à l’OL de l’éjecter de la première marche du podium. C’est donc avec des doutes plein la tête et la pression du résultat face à la meilleure équipe d’Europe que les joueuses d’Olivier Echouafni se déplacent à Lyon. Les Lyonnaises possèdent aussi un petit avantage psychologique après leur victoire lors du Trophée des Championnes (1-1, 4-3 t.a.b.), en début de saison.

                                    https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...ntation-ol-psg
                                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                    Commentaire


                                    • Féminines / D1 Arkema
                                      OL – PSG : les lyonnaises marquent leur territoire (1-0)
                                      Publié le 16 novembre 2019 à 19:56:00 par FH / YM



                                      Les Lyonnaises, leaders du classement, affrontaient leurs homologues du PSG, leurs dauphines, au Groupama Stadium à l'occasion de la 9ème journée de D1 Arkema. Un duel très attendu entre les deux cadors du championnat, qui a tourné en faveur des joueuses de Jean-Luc Vasseur (1-0).


                                      LES TEMPS FORTS


                                      4’. Majri s'infiltre dans la surface mais sa frappe est repoussée non sans mal par Endler.
                                      5’. Un ballon mal renvoyé par Buchanan revient sur Katoto qui manque sa demi-volée.
                                      22’. Diani contourne Kumagai et adresse une frappe à ras de terre captée par Bouhaddi.
                                      23’. Sur la droite de la surface, Hegerberg décoche un tir au premier poteau, Endler veille.
                                      26’. Kumagai arme une frappe à l'entrée de la surface qui frôle le montant droit d'Endler.
                                      30’. Mbock adresse un ballon en cloche pour Hegerberg, qui se jette mais peine à le reprendre.
                                      33’. Blessée, Le Sommer, la capitaine du jour, cède sa place à Cascarino.
                                      45+1’. Frappe lointaine de Marozsan sans danger pour Endler.
                                      47’. Reprise avec rebond de Henry, Endler bloque.
                                      49’. Kumagai reprend de la tête un corner de Marozsan et loge la balle en lucarne. 1-0.
                                      51’. Hegerberg sert Cascarino en retrait, seule face au but, mais son tir trouve la barre.
                                      62’. Marozsan se joue de sa vis à vis et tente une frappe détournée en corner par Endler.
                                      71’. Diani efface Bacha et enclenche une frappe du gauche interceptée par Bouhaddi.
                                      73’. Superbe coup franc de Majri mais Endler se détend et repousse la balle qui filait en lucarne.
                                      75’. Sur un tir non-cadré de Lawrence, Buchanan dégage in extremis mais manque d'inscrire un csc.
                                      82’. Déboulé de Cascarino qui pique plein axe et croise une frappe qu'Endler dévie en corner.




                                      RÉSUMÉ ET ENSEIGNEMENTS

                                      C’est un duel qu'il ne faut pas perdre. Un choc au sommet entre un cador et un outsider. Au coup d’envoi de cette rencontre, Lyonnaises et Parisiennes sont à égalité de points (22) et seule la différence de buts, en faveur de l’OL (+4 par rapport à Paris), permet d’établir un ordre. L’objectif de cette journée est donc clair : montrer sa supériorité. L’Olympique Lyonnais, qui règne sans partage sur la France depuis treize saisons, entend poursuivre sa domination sans céder sa première place au classement.

                                      Dès le début de la rencontre, la bataille fait rage. Devant une affluence record pour un match de D1 Féminine(30 661 spectateurs), les deux équipes se rendent coup pour coup mais aucune ne prend vraiment l’avantage sur l’autre. L’OL attaque par les côtés mais les centres ne trouvent pas preneur au cœur de la surface. Les Franciliennes ont du répondant et jouent crânement leur chance en contre. Cependant, pas de quoi inquiéter Sarah Bouhaddi. Privées de Wendie Renard, les pensionnaires de Décines doivent également faire sans Eugénie Le Sommer dès la demi-heure de jeu, blessée et remplacée par Delphine Cascarino. Malgré l’absence de deux cadres, les Fenottes ne baissent pas de rythme et continuent leurs offensives. Face à un bloc adverse bien regroupé, les joueuses de Jean-Luc Vasseur restent muettes et rentrent aux vestiaires sur un triste 0-0. Il faudra être plus tranchantes en seconde période pour espérer l’emporter.



                                      La reprise démarre de la meilleure des manières. Sur un corner botté par Dzsenifer Marozsan au premier poteau, Saki Kumagai surgit et place une tête puissante en pleine lucarne (1-0, 49’). Dans la foulée, l’entrante Cascarino manque de doubler la mise sur une frappe en première intention qui vient heurter la barre transversale (51'). Après cette nouvelle occasion, les Lyonnaises baissent en intensité, laissant place à un temps fort parisien. Peu importe, la charnière Buchanan - Mbock se montre infranchissable. Introduite en l’absence de la capitaine Renard, la Canadienne se montre décisive en dégageant un ballon près de sa ligne qui permet à l'OL de garder l’avantage au score (75’).

                                      Dans une rencontre qu’on attendait serrée, l’OL s’est démarqué, profitant d’un temps faible adverse pour inscrire l’unique but de la rencontre. Les Rhodaniennes ont fait preuve de caractère lors de ce choc face à leurs rivales. Sûres de leur force, elles creusent l'écart qui les séparent et prennent le plein de confiance pour la suite de la saison.


                                      LES RÉACTIONS

                                      Jean-Luc Vasseur :
                                      « Dominer n’est pas gagner. Il faut toujours marquer et c’est ce qu’on a su faire aujourd’hui. On a bataillé face à un PSG bien en place. On est ravis du résultat. Cela montre la différence qu’il y a entre les deux équipes. L'écart se ressert. Je pense que c’était un bon spectacle. Il n’y a pas eu beaucoup de buts mais il y a eu pas mal d’incertitudes. On est passé par plusieurs émotions mais on est content au final. »

                                      Dzsenifer Marozsan : « J’ai pris une béquille. C’était dur de continuer. Je n’étais plus à 100% et j’ai préféré sortir pour ne pas pénaliser l’équipe. J’ai dit hier que je voulais trouver une autre tête que celle de Wendie (Renard) sur corner. Et je suis contente que cela soit tombé sur Saki (Kumagai). Ce n’est jamais facile face au PSG mais on a tout donné. »

                                      Ada Hegerberg : « C’est une belle victoire. On l’a vraiment méritée. Jouer devant autant de personnes, cela donne des frissons. On les en remercie. On aimerait jouer tous nos matches avec une telle ambiance. Concernant le match, on aurait pu être plus agressives pour aller chercher ce deuxième but. Mais cela fait plaisir d’être premières du championnat. Encore une fois, on répond présentes. Il faudra poursuivre après la trêve. »

                                      Amandine Henry : « On se sent toujours bien après une victoire. On a mis du temps à marquer mais on a pu dérouler ensuite. On savait que si on ouvrait le score, les Parisiennes allaient plier. Je me suis très bien sentie au milieu. Saki (Kumagai) a fait un très gros travail et Dzsenifer (Marozsan) aussi. C’est un régal de jouer avec elles. On sait qu’on peut compter les unes sur les autres. Cela fait notre force. Maintenant, il ne faut pas se reposer sur nos lauriers. »


                                      FEUILLE DE MATCH

                                      Au Groupama Stadium, Décines.
                                      D1 Arkema (J9) : OL - PSG 1-0 (0-0).
                                      Arbitre : Victoria Beyer. Spectateurs : 30 661.

                                      But : S. Kumagai (49') pour l'OL.
                                      Avertissements : Formiga (48'), I. Paredes (58') et J. Huitema (85') au PSG.

                                      OL : S. Bouhaddi - L. Bronze, G. Mbock, K. Buchanan, S. Bacha - A. Henry, S. Kumagai - E. Le Sommer © (D. Cascarino, 33'), D. Marozsan (S. van de Sanden, 77'), A. Majri - A. Hegerberg. Entraîneur : Jean-Luc Vasseur.

                                      PSG : C. Endler - H. Glas, I. Paredes ©, P. Dudek, P. Morroni - G. Geyoro, Formiga (A. Diallo, 75'), S. Däbritz - K. Diani (J. Huitema, 75'), M-A. Katoto, N. Nadim (A. Lawrence, 69'). Entraîneur : Olivier Echouafni.

                                      https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...-psg-2019-2020
                                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                      Commentaire


                                      • #D1Arkema - L'OL remporte le choc

                                        C'est une courte mais logique victoire que les Lyonnaises ont décroché face au PSG. Un but libérateur inscrit sur un coup de tête de Kumagai.


                                        #D1Arkema - L'OL remporte le choc


                                        La première période démarrait sur les chapeaux de roue. Si le premier corner était parisien obtenu par Morroni (1re), la première frappe était lyonnaise avec Kumagai qui lançait Majri sur la gauche et une frappe cadrée sur Endler en conclusion (4e). Réponse parisienne en contre-attaque avec Katoto à 6 m du but mais sa reprise passait à côté (5e). L'OL profitait d'un nouveau long ballon de Kumagai pour Le Sommer qui devançait Endler mais Paredes revenait (11e). Les Parisiennes ne fermaient pas le jeu et les Lyonnaises trouvaient des espaces. Hegerberg depuis la droite plaçait une frappe (22e), puis Kumagai servie par Henry tentait sa chance du droit de 22 m et le ballon passait juste au dessus du cadre (26e).

                                        Le Sommer sortie sur blessure

                                        Incertaine cette semaine, Le Sommer qui était bien titulaire devait cependant quitter ses partenaires prématurément, touchée à la cuisse. Cascarino la remplaçait au pied levé (31e). A la pause, Lyon était tenu en échec devant les 30 661 spectateurs, nouveau record en D1 Arkema.

                                        Kumagai a frappé

                                        #D1Arkema - L'OL remporte le choc

                                        A la sortie des vestiaires, les Lyonnaises repartaient très fort et trouvait la solution sur un corner. A défaut de Renard, suspendue, Marozsan déposait le ballon sur la tête de Kumagai qui le plaçait en force sous la barre au premier poteau (1-0, 49'). Dans la foulée, le 2-0 était proche. Hegerberg arrivait à se détacher à droite pour servir en retrait Cascarino. Seule à 8 m, elle plaçait une frappe du droit sur la barre d'Endler (51e).

                                        Capitaine, Marozsan s'arrachait aux 20 m pour déclencher une frappe sortie d'une claquette par Endler en corner (62e). Après ce bon temps fort lyonnais, le PSG affichait un autre visage en passant à trois joueuses au milieu.

                                        23e victoire en 31 confrontations de D1

                                        #D1Arkema - L'OL remporte le choc

                                        Sur un long ballon, Bouhaddi sortait de son but mais se heurtait à Bronze, le ballon relâché arrivait sur Katoto qui manquait l'aubaine (65e). Trouvée en profondeur par Geyoro, Diani se retrouvait à gauche dans la surface, crochétait et tentait sa chance mais trouvait les gants de Bouhaddi (71e). Le PSG aura une énorme opportunité avec Morroni qui reprenait un ballon qui frôlait la ligne de but. Buchanan arrivait à dégager en corner juste devant son but (76e).

                                        Lyon reprenait les choses en sa faveur en fin de match. Outre un coup franc enroulé de Majri stoppé en deux temps par Endler (74e), la gardienne du PSG venait sortir en corner un ballon qui allait au ras du poteau (82e). Lyon avait fait le plus dur en débloquant la situation et prend trois points d'avance sur son rival.


                                        Réactions

                                        Jean-Luc Vasseur (entraîneur lyonnais) :

                                        « Je suis très satisfait du résultat. Nous sommes dans une période post-Coupe du monde très compliquée pour les organismes. Les filles ont donné tout ce qu'elles avaient, il faut le souligner, l'idée était qu'il y ait une belle fête du foot. Il y a un petit score. Nous avons dû serrer les coudes pour bien terminer, alors que Paris poussait et jouait son va-tout. À la mi-temps j'ai dit aux joueuses qu'elles avaient livré une bonne première période et qu'il fallait continuer, que cela allait s'ouvrir à un moment ou un autre, accompagner un peu plus les attaques, avoir plus de mobilité. En face, nous avons eu une belle équipe de Paris, qui a livré un grand match. C'est un résultat de grand match, 1-0, dans un stade avec beaucoup de public. »

                                        Olivier Echouafni (entraîneur parisien) :
                                        « C'est pas passé très loin et, en même temps, on se dit qu'on a une nouvelle fois perdu face à l'ogre lyonnais. La saison dernière, nous avions pris une correction (0-5, le 13 avril). Là, cela s'est joué sur des détails, un coup de pied arrêté. Le haut niveau, c'est cela. Mais nous aurions pu ramener un résultat nul sur la dernière situation, nous n'étions pas très loin. Une nouvelle fois, je vais revenir sur le calendrier, qui n'est pas adapté, quand je vois les blessures à Lyon et Paris. Les trois quarts des filles sont rentrées (des rassemblements avec leurs sélections) jeudi, après de longs trajets. Cela s'est vu ce soir sur le plan technique, car il y a eu du déchet des deux côtés. Cela a basculé sur un coup de pied arrêté. D'habitude, c'est Wendie Renard, là, c'est Saki Kumagai. Si Lyon est la meilleure équipe du monde, nous ne sommes pas très loin derrière. »

                                        Source : AFP


                                        Samedi 16 novembre 2019 - 17h30
                                        LYON - PSG : 1-0 (0-0)
                                        Décines-Charpieu (Groupama Stadium) - 30 661 spectateurs
                                        Arbitre : Victoria Beyer

                                        But :
                                        1-0 Saki KUMAGAI 49'
                                        (Corner de Marozsan depuis le côté droit qui trouve Kumagai à 10 m qui prend le dessus sur Formiga pour placer une reprise de la tête au premier poteau)

                                        Avertissements : Formiga 47', Paredes 58', Huitema 85'

                                        OL : Bouhaddi ; Bronze, Buchanan, Mbock, Bacha ; Kumagai, Henry, Marozsan (cap.) (van de Sanden 77') ; Le Sommer (Cascarino 33'), Hegerberg, Majri
                                        Banc : Weiss (G), Christiansen, van de Sanden, Greenwood, Parris, Cascarino, Cayman
                                        Suspendue : Renard (Lyon)
                                        PSG : Endler ; Glas, Dudek, Paredes (cap.), Morroni ; Geyoro, Formiga (Diallo 75'), Däbritz ; Diani (Huitema 75'), Katoto, Nadim (Lawrence 68')
                                        Banc : Kiedrzynek (G), Cook, Diallo, Lawrence, Saevik, Périsset, Huitema

                                        #D1Arkema - L'OL remporte le choc

                                        Dimanche 17 Novembre 2019
                                        Sebastien Duret

                                        https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...oc_a16341.html
                                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                        Commentaire


                                        • [D1, 9e journée] OL – PSG (1-0) : Au bout du choc, la victoire revient aux Lyonnaises
                                          Publié le 16 novembre 2019 19:32



                                          L'Olympique Lyonnais s'est imposé ce samedi face au Paris Saint-Germain dans le match au sommet de cette 9e journée. Un seul but inscrit par Saki Kumagai sur la pelouse du Parc OL et qui permet à Lyon de prendre 3 points d'avance au classement sur le PSG, son principal adversaire dans la course au titre en D1.


                                          Après la trêve internationale, c'était l'heure du choc au sommet en D1. Une rencontre abordée avec des points d'interrogation, sur l'état des formes des différentes actrices, de retour de sélection, ou forfait en équipe nationale à l'image d'Eugénie Le Sommer et Kadidiatou Diani, alignées de part et d'autre au coup d'envoi. Du côté du public, le choc a fait recette avec 30.661 spectateurs, ce qui constitue le nouveau record de la D1, après les 25.907 spectateurs la saison dernière, toujours pour un OL-PSG, et déjà au Parc OL de Décines.

                                          Le choix d'une défense renforcée pour le PSG

                                          L'OL débutait également sans Wendie Renard, suspendue pour ce match, et remplacée en défense centrale par Kadeisha Buchanan aux côtés de Griedge Mbock. Une défense lyonnaise peu sollicitée en début de match tant l'emprise de l'OL a été forte en début de rencontre. Une intensité ressentie dès les premières phases de jeu, et visiblement anticipée par Olivier Echouafni qui avait renouvelé son choix d'évoluer avec une défense à cinq comme lors du Trophée des Championnes.

                                          C'est de nouveau Grace Geyoro qui a évolué un cran plus bas, pour assurer une meilleure couverture défensive, face à des attaquantes lyonnaises régulièrement trouvées dans le dos de la ligne arrière parisienne, notamment sur les côtés. Un choix prudent, qui a probablement permis au PSG de tenir le choc en première période, tout en limitant sa capacité à répliquer sur le plan offensif.

                                          Dans les buts parisiens, Christiane Endler est rapidement sollicitée avec une première accélération d'Amel Majri côté gauche, et dont la frappe est déviée au passage puis repoussée par la gardienne chilienne du PSG (4e). Paris s'accroche, tente sa chance par Marie-Antoinette Katoto (5e) ou Kadidiatou Diani (22e), mais sans inquiéter Sarah Bouhaddi.

                                          Au milieu, le trio lyonnais (Kumagai-Henry-Marozsan) règne en maître, un contrôle agrémenté de quelques gestes spectaculaires dont Dzsenifer Marozsan a le secret. Acculé, Paris réussit à ne pas sombrer. Saki Kumagai prend sa chance à mi-distance (26e) avec une tentative qui passe tout proche du cadre. C'est ensuite Ada Hegerberg qui est proche de conclure, sur un ballon de Griedge Mbock par-dessus la défense, mais le service se révèle légèrement trop profond (30e) et finit dans les gants d'Endler.

                                          L'OL force le passage après la pause

                                          Des situations dangereuses qui démontrent aussi la capacité du PSG à résister, à défaut de pouvoir s'inviter véritablement dans le match. Pour Lyon, la première demi-heure s'achève sur un coup dur avec la sortie d'Eugénie Le Sommer, remplacée par Delphine Cascarino, non-moins remuante face à Perle Morroni.

                                          La pause sonne comme une première délivrance pour Paris, parvenu à résister jusque-là. La seconde période débute sur le même tempo, avec le PSG qui doit à nouveau commettre rapidement des fautes pour freiner la progression lyonnaise. Sur le fil du rasoir, Formiga est avertie, avant d'être battue dans les airs par Saki Kumagai sur l'action du but lyonnais (49e).

                                          Un corner côté droit, frappé par Dzsenifer Marozsan, et au premier poteau, c'est Saki Kumagai qui s'élève. En l'absence de Wendie Renard, chacune peut prendre sa chance et Kumagai au premier poteau parvient à reprendre le ballon de la tête pour l'envoyer dans la lucarne gauche de Christiane Endler (49e).

                                          Rien à faire pour la gardienne parisienne, et Lyon trouve enfin la brèche. Quelques instants plus tard, Delphine Cascarino est proche d'assommer les Parisiennes, mais sa reprise vient frapper la barre avant de s'envoler dans les airs (51e).

                                          Le PSG a retrouvé des couleurs en fin de match

                                          Mené, Paris aura forcément des regrets sur ce début de seconde période, d'autant que la dernière demi-heure se révèle plus équilibrée. Finie la défense à cinq, et Grace Geyoro peut alors se projeter plus avant sur le terrain. Capable de se rapprocher du but lyonnais, le club de la capitale parvient pourtant rarement à transformer ses intentions en véritable danger.

                                          On peut citer un centre-tir de Nadia Nadim (64e), une frappe de Kadidiatou Diani dans un angle fermé (71e), ou encore une mésentente entre Sarah Bouhaddi et Lucy Bronze (65e) dont le PSG ne parvient pas à profiter. La seule situation véritablement dangereuse côté parisien se situe peut-être à la 75e minute, avec cet excellent centre de Marie-Antoinette Katoto côté droit. Au second poteau, Ashley Lawrence hésite entre une frappe et une remise vers Jordyn Huitema, et c'est finalement une troisième Canadienne, Kadeisha Buchanan, qui écarte le danger.

                                          Malgré ce meilleur visage, Paris ne parvient pas à obtenir le partage des points, alors que Lyon continue de se montrer dangereux. Delphine Cascarino force notamment une nouvelle parade de Christiane Endler (82e) et passe tout proche de provoquer un penalty face à Perle Morroni.

                                          Après un Trophée des Championnes joué aux tirs au but, l'écart reste limité entre les deux équipes, mais pour le moment, c'est bien Lyon qui l'emporte à chaque fois. C'est une première défaite pour le Paris Saint-Germain cette saison, avec au classement de la D1, trois points qui séparent les deux équipes. La pression est désormais sur le PSG, même si la suite peut offrir de nouveaux rebondissements à l'image de ce qu'il s'est déjà produit depuis le début de la saison.

                                          Photo : TeamPIcs / PSG


                                          Feuille de match

                                          Samedi 16 novembre 2019, 17h30 – Décines-Charpieu (Groupama Stadium) – D1 (9e journée)
                                          Olympique Lyonnais – Paris Saint-Germain 1-0 (0-0)

                                          Affluence :
                                          30.661 spectateurs

                                          Arbitre : Victoria Beyer

                                          Buts : Saki Kumagai (49e)

                                          Avertissements : Formiga (48e), Irene Paredes (58e) et Jordyn Huitema (85e)

                                          Les équipes :

                                          Olympique Lyonnais :
                                          16-S. Bouhaddi – 2-L. Bronze, 21-K. Buchanan, 29-G. Mbock, 4-S. Bacha, 5-S. Kumagai, 6-A. Henry, 10-D. Marozsan (11-S. van de Sanden 77e), 9-E. Le Sommer [cap.] (20-D. Cascarino 33e), 7-A. Majri, 14-A. Hegerberg. Entraîneur : Jean-Luc Vasseur

                                          Paris Saint-Germain : 1-C. Endler – 2-H. Glas, 14-I. Paredes (cap.), 8-G. Geyoro, 4-P. Dudek, 20-P. Morroni, 24-Formiga (7-A. Diallo 75e), 13-S. Däbritz, 11-K. Diani (23-J. Huitema 75e), 10-N. Nadim (12-A. Lawrence 68e), 9-MA Katoto. Entraîneur : Olivier Echouafni

                                          Hichem Djemai

                                          https://www.coeursdefoot.fr/event/-d...ux-lyonnaises/
                                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                          Commentaire


                                          • Football - D1 féminine
                                            OL-PSG : Saki Kumagai éteint les espoirs des Parisiennes (1-0)

                                            A égalité avec le PSG avant la rencontre, les joueuses de l'OL ont montré qu'elles étaient bien les reines de la D1.


                                            Vu 6978 fois Le 16/11/2019 à 19:23 mis à jour à 23:28


                                            Saki Kumagai tout sourire après son but. Photo Progrès/Stéphane GUIOCHON


                                            Tous les ingrédients étaient là pour que le spectacle soit beau. « J’ai des lionnes avec moi et si elles sont stimulées, c’est encore mieux », avait deviné Jean-Luc Vasseur, en conférence de presse la veille du match.

                                            Revanchardes après avoir pris la marée ici même à Décines en avril dernier (5-0) et seulement 2 mois après avoir bien résisté face à l’OL au Trophée des Championnes (1-1, 4-3 aux t.a.b), les Parisiennes avaient à cœur de bien débuter la partie.

                                            Mais devant plus de 30 000 spectateurs (un record en championnat), les Lyonnaises n'ont pas eu le temps de douter à l'exception d'une frappe puissante de Katoto (6e) et d’une tentative de Diani (22e), finalement alignée alors que le coach du PSG Olivier Echouafni avait laissé le doute planer.
                                            L'OL seule en tête de la D1

                                            Plus à l'aise techniquement, tactiquement et physiquement, les Fenottes ont mis le pied sur le ballon pour ne plus le lâcher. Après une première période stérile, marquée par la sortie en pleurs de Le Sommer, visiblement pas remise de sa blessure à la cuisse (33e), et faute d'efficacité, c'est comme souvent sur un coup de pied arrêté, au retour des vestiaires, qu'elles ont trouvé l'ouverture.

                                            « Je trouverai bien une autre tête que celle de Wendie (suspendue, ndlr) », avait prédit la milieu lyonnaise Dzsenifer Marozsan. Ce fut celle de Saki Kumagai, qui venait couper le corner de l’Allemande tiré au premier poteau, d’une tête puissante dans la lucarne adverse (49e). Deux minutes plus tard, Cascarino, seule dans les 6 mètres, aurait même pu doubler la mise, mais sa frappe trouvait la barre.

                                            Grâce à cette victoire, l'OL fait le break en prenant trois points d'avance sur son rival direct et récupère seul la première place du championnat.

                                            Marion SAIVE

                                            https://www.leprogres.fr/sport/2019/...risiennes-(1-0)
                                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                            Commentaire


                                            • Delphine Cascarino (OL) : « Je m'y étais préparée un petit peu dans ma tête. »
                                              Publié le 17 novembre 2019 06:00



                                              En zone mixte, Delphine Cascarino a réagi à cette victoire 1-0 face au PSG, pour le compte de la 9e journée de D1. Un succès important sur la pelouse de Lyon, où la jeune joueuse à dû remplacé Eugénie Le Sommer au pied levé.


                                              Journaliste - C'est un soulagement cette victoire ?

                                              Delphine Cascarino - Oui bien sûr, l'objectif c'était de gagner ce soir et on l'a plutôt bien fait, donc j'espère qu'on va continuer.

                                              Journaliste - Tu aurais pu doubler la mise, tu as une belle occasion, tu regrettes un peu ou...
                                              D. C. - Bien sûr, je regrette d'avoir mis cette barre, j'aurai aimé que le ballon aille au fond mais malheureusement c'est comme ça. Après j'ai aussi une frappe que la gardienne adverse arrête... Mais il faut continuer sur cette lancée, la prochaine ça sera au fond j'espère.

                                              Journaliste - Il y avait de l'adversité ce soir, c'était un match quand même accroché entre deux équipes. Vous trouvez que les niveaux se rapprochent entre Lyon et le PSG ?
                                              D. C. - Oui c'est sûr que c'était un match avec beaucoup d'engagement, on s'y attendait, on sait que le PSG a une belle équipe, une grande équipe, et on savait que ce soir ça n'allait pas être chose facile pour gagner [contre elles]. On a su mettre les ingrédients qu'il fallait, pour remporter ce match ce soir.

                                              Journaliste - Qu'est-ce qui s'est dit à la mi-temps, on a l'impression que la deuxième mi-temps était bien meilleure de votre côté, que la première ?
                                              D. C. - Je pense que la première mi-temps était quand même pas mal. Après c'est sûr qu'il y avait des petites choses à rectifier et c'est ce qu'on a fait. On peut toujours faire mieux, et c'est vrai qu'après la pause, on a mieux fait les choses, donc c'est plutôt positif.

                                              Journaliste - Qu'est-ce que vous avez fait de mieux en seconde période ?
                                              D. C. - On a plus joué sur nos qualités, on a fait tourner le ballon et surtout on a fait un bon pressing sur les Parisiennes.

                                              Coeurs de Foot - Est-ce que l'absence de Wendie Renard pour ce choc, ça explique aussi certaines difficultés rencontrées dans le jeu sur ce match en particulier ?
                                              D. C. - C'est sûr que Wendie c'est une grande joueuse, qui est très importante dans l'équipe. On a su jouer notre jeu, avec Kadeisha [Buchanan], qui a répondu présente en son absence, puisqu'elle a sauvé la balle de l'égalisation et il faut le noter. On a su s'adapter, mais c'est sûr qu'avec elle, ça aurait été aussi bien. C'est ça aussi qui fait notre force, c'est que peu importe l'équipe [alignée] qui joue, on va se donner à 100%.

                                              Journaliste - Sur un plan personnel, ce n'est pas évident de rentrer aussi tôt après une blessure d'Eugénie [Le Sommer]. Comment toi tu l'as pris au moment de devoir vite te changer, finir l'échauffement et vite rentrer ?
                                              D. C. - C'est sûr que ce n'était pas facile, mais j'ai dû me mettre dedans assez rapidement, sans trop m'échauffer. C'est comme ça le football, il y a des surprises, des aléas, mais on savait qu'Eugé s'était blessée avant l'équipe de France, et on savait qu'elle était "incertaine" entre guillemets pour ce choc. Je m'y étais préparée un petit peu dans ma tête.

                                              Journaliste - Sur l'affluence, un parfum de Coupe du Monde ?
                                              D. C. - Oui c'est sûr que ça fait plaisir d'avoir autant de monde dans ce stade. On peut dire que c'est l'effet Coupe du Monde, on espère que ça va être le cas pour tous nos matches. Ce soir il y avait vraiment du monde et ça nous fait vraiment chaud au coeur et on est vraiment contentes d'avoir joué devant notre public.

                                              Journaliste - On a l'impression que ce match a laissé quelques traces au niveau physique ?
                                              D. C. - Oui c'est sûr, c'est une grosse équipe qui était en face, donc forcément on a dû y laisser beaucoup d'énergie et on s'est donné à 100%, on n'a pas économisé nos forces, on savait qu'il fallait tout donner pour remporter ce match et c'est ce qu'on a fait !

                                              Photo : Maya Mans

                                              Dounia MESLI

                                              https://www.coeursdefoot.fr/event/de...dans-ma-tete-/
                                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                              Commentaire


                                              • Amel Majri (OL) : « On savait que ça allait rentrer »
                                                Publié le 16 novembre 2019 23:25



                                                Tout juste après le succès 1-0 contre le PSG, comptant pour la 9e journée de D1, Amel Majri a réagi à cette victoire importante au classement.


                                                Journaliste - Score logique ce soir ?

                                                Amel Majri - Oui c'est sûr, on a joué face à une très belle équipe du PSG. On s'est créé des occasions, et on a fini par concrétiser, donc c'est bien pour nous, parce qu'on reprend la tête du championnat.

                                                Journaliste - Qu'est-ce qui vous plait dans cette victoire ? Dans le scénario etc
                                                A. M. - On savait que ça allait rentrer, on n'a pas lâché, le PSG était bien en place, mais on a été patientes et derrière on concrétise, donc c'est ce qui nous a plu [dans le scénario]. On y a cru jusqu'au bout.

                                                Journaliste - On a l'impression que ça a été plus compliqué que le match à Guingamp (le Trophée des Championnes, ndlr) ?
                                                A. M - Oui et non. Elles ne se sont pas créées forcément beaucoup d'occasions. Nous on a poussé, on a poussé et on a réussi à trouver la faille, grâce à une tête de Saki [Kumagai] sur corner. On est contentes de cette victoire.

                                                Coeurs de Foot - C'est difficile d'être solide défensivement, et en même temps aller de l'avant à chaque fois, sans relâcher la pression, face à des grosses équipes, comme le PSG ?
                                                A. M. - C'est vrai que ça demande beaucoup [d'efforts] à chaque fois, surtout aux latérales, le fait d'accompagner nos actions. Mais on a derrière une des meilleures défense au monde, ça c'est vu ce soir. C'est top et bénéfique pour nous [au classement].

                                                Coeurs de Foot - Comment tu expliques le manque de réalisme, pourtant ?
                                                A. M. - Parce que ça puise dans nos organismes, on dépense beaucoup d’énergie, il faut accompagner nos actions. C'est vrai que peut être par moment, on aurait dû mettre plus sur le pied sur le ballon et un peu plus patienter, parce que Paris joue en contre, et nous on voulait contre-attaquer derrière. Ce sont des choses [les temps forts et les temps faibles] qu'on a su gérer pour la suite du match.

                                                Coeurs de Foot - C'est difficile par rapport au froid également, de pouvoir jouer son jeu ?
                                                A. M. - Oui c'est vrai, comme vous avez pu le voir dans le match, il y a eu Eugénie [Le Sommer] qui s'est fait mal, Maro [Maroszan] aussi, donc c'est vrai que ça puise [dans notre énergie et ça fragilise le corps], ça demande beaucoup d'efforts, on est au moins de novembre, mais on doit faire avec tout ça.

                                                Journaliste - Un but très important de Saki Kumagai, qui est souvent là dans les moments importants ?
                                                A. M. - Oui, c'est vrai que Saki [Kumagai] a été présente ce soir, c'était bien pour elle parce qu'elle est en pleine confiance en ce moment, et elle nous délivre avec ce but d'une belle tête. Ça redonne de l'énergie et de la confiance à l'équipe.

                                                Journaliste - Elle a fait un gros match en plus, au-delà de ce but, elle était partout ?
                                                A. M. - C'est vrai, elle était partout, à la récupération comme à la construction et on avait besoin d'elle.

                                                Photo : Maya Mans

                                                Dounia MESLI

                                                https://www.coeursdefoot.fr/event/am...lait-rentrer-/
                                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                Commentaire


                                                • OL-PSG : « Après deux ans comme latérale, ça commençait déjà à me soûler », admet Amel Majri, enfin épanouie au milieu

                                                  INTERVIEW A 26 ans, la joueuse lyonnaise évolue enfin à son poste préféré de milieu offensive. Elle se confie longuement à « 20 Minutes » avant le choc contre le PSG, samedi (17h30) au Parc OL


                                                  Propos recueillis par Jérémy Laugier
                                                  Publié le 15/11/19 à 14h05 — Mis à jour le 15/11/19 à 14h05


                                                  Amel Majri avait inscrit le but de l'OL lors du Trophée des championnes, en septembre contre le PSG (1-1, 4-3 aux tirs au but). — Fred TANNEAU / AFP
                                                  • Amel Majri s’est illustrée samedi dernier en inscrivant un triplé avec l’équipe de France face à la Serbie (6-0).
                                                  • Désormais milieu offensive, que ce soit à l’OL ou en équipe de France, la joueuse de 26 ans raconte à 20 Minutes comment ses nombreuses années en tant que latérale gauche l’ont « soûlée ».
                                                  • Amel Majri évoque aussi son été dernier, durant lequel elle a envisagé quitter son club formateur, ainsi que la rivalité avec le PSG, que l’OL va affronter samedi (17h30) à Décines lors du choc de la D1.

                                                  Depuis un mois et demi et trois sélections, Amel Majri a inscrit autant de buts (quatre) qu’en cinq ans avec l’équipe de France. Tout sauf un hasard pour la Lyonnaise, enfin installée à son poste préféré de milieu offensive. Après son triplé contre la Serbie samedi (6-0), la désormais ex-latérale de 26 ans s’est longuement confiée à 20 Minutes sur sa lassitude d’évoluer derrière ainsi que sur le choc de samedi (17h30) face au PSG, coleader en D1. Un rival parisien qu’elle aurait pu rejoindre cet été, avant de privilégier une prolongation dans son club formateur.

                                                  Après vos quatre buts inscrits avec l’OL cette saison, le triplé de samedi avec les Bleues montre qu’on a bien affaire à une nouvelle Amel Majri ?
                                                  Oui, c’est dans ce rôle plus avancé que je voulais évoluer à l’OL comme en équipe de France. J’en avais fait part à la coach [Corinne Diacre] dès son arrivée à la tête de l’équipe de France [en 2017]. A l’époque, elle m’avait fait comprendre qu’elle avait besoin de moi à ce poste de latérale. Mais maintenant, on est beaucoup dans l’échange et la communication avec elle et j’ai pu lui redire après la Coupe du monde que je souhaitais retrouver mon poste de prédilection. Car même si j’avais cette liberté de monter et de percuter en partant de derrière, ça restait assez conséquent niveau organisme. J’étais parfois KO en fin d’action !

                                                  N’avez-vous pas l’impression d’avoir dû batailler depuis huit ans et vos débuts en D1 pour convaincre coachs et sélectionneurs quant à votre meilleur poste ?
                                                  Le truc, c’est qu’il n’y avait pas des masses de latérales et de gauchères en France. Donc je devais être au service de l’équipe, on va dire que c’était de l’altruisme. Quand tu es jeune et que tu commences en D1, si on te met derrière, tu t’en fous, ça fait du temps de jeu. Mais après deux ans comme latérale, ça commençait déjà à me soûler. Ce n’est pas un poste que j’aime bien. A Lyon, les coachs n’avaient pas le temps d’essayer Amel, il y avait déjà du monde devant.

                                                  Vous avez donc mis cette problématique du poste dans la balance pour votre prolongation jusqu’en 2022 cet été…
                                                  C’était primordial pour que je reste. Car honnêtement, me balader à droite, à gauche, devant, derrière, c’est bon, je n’ai plus le temps. Aujourd’hui, j’ai 26 ans et je sais où je veux aller. Il faut que les règles soient les mêmes pour tout le monde. Car parfois, on me jugeait sur une seule contre-performance quand je jouais devant, en me disant « bah tu vois, tu es meilleure derrière ». Ça devenait un débat sans fin.

                                                  Dans quelle mesure cela vous pesait-il au quotidien ?
                                                  En arrivant à l’entraînement, je me sentais lésée. Même en étant dans le meilleur club du monde, prendre du plaisir sur le terrain est un besoin vital. Et quand tu vois les joueuses offensives finir devant la cage alors que toi, tu es en train de faire du placement tactique, de défendre et de couvrir… Ce n’était pas moi, je n’étais pas bien dans ma peau. Donc j’en venais à me dire : « pourquoi ne pas partir ? ».

                                                  Vous avez donc vraiment failli quitter votre club formateur, après 12 années ici ?
                                                  Dans ma tête oui, j’allais partir cet été, j’étais prête à le faire. Après, j’ai la meilleure équipe du monde, j’habite juste en face du stade, je suis lyonnaise. En fait, je suis dans un confort. Je songeais donc à partir pour moi, pour me tester, pour connaître mes capacités et mes limites. C’est un travail sur soi, même au-delà du foot, afin de découvrir d’autres choses. Ça m’a vraiment trotté dans la tête pendant longtemps. Mais des conditions se sont remplies, notamment au niveau du poste donc.

                                                  Visiez-vous alors uniquement l’étranger, ou les rumeurs vous envoyant au PSG étaient-elles fondées ?
                                                  A un moment oui, j’aurais pu envisager le PSG, comme Barcelone aussi. J’avais étudié toutes les pistes, surtout ces deux-là. Mais je suis très bien ici.

                                                  Vous avez dû accueillir à Lyon la latérale anglaise Alex Greenwood avec un immense soulagement en août…
                                                  (Sourire) On m’avait dit avant ma prolongation qu’une joueuse allait venir, ce qui m’avait apporté de la sérénité. Il y a aussi Selma Bacha, plus Janice Cayman qui est arrivée de Montpellier et qui peut jouer à ce poste. Tout est clair, ça permet de savoir où je vais et où le club veut aller avec moi.

                                                  Une de vos amies vous décrit comme « trop altruiste ». Ce nouveau rôle plus offensif vous pousse-t-il à changer votre état d’esprit ?
                                                  Disons que quand tu es latérale, tu as plus en tête de défendre et de centrer que de dribbler. Inconsciemment, j’ai donc changé ma façon de jouer. Je tire et je dribble plus souvent maintenant [on vous conseille sa superbe frappe du mois dernier contre l’Islande, à 2 minutes sur la vidéo ci-dessus]. Je n’ai pas d’objectif chiffré mais je me dis que je dois être décisive à chaque match, en marquant ou en faisant marquer.

                                                  L’ado des Minguettes (à Vénissieux), qui reproduisait dans la rue les vidéos des dribbles de Ronaldinho et d’Hatem Ben Arfa, va-t-elle donc pouvoir se lâcher ?
                                                  J’ai remis le logiciel de dribbles à jour (sourire). Mais pas pour charrier, juste pour être efficace. Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait de passements de jambes, j’ai pu en faire un contre la Serbie et je me suis dit que ça m’avait manqué. Ça me fait du bien de tripoter le ballon. C’est mon jeu et je suis désormais plus amenée à dribbler près de la surface adverse. Le un contre un, c’est naturel chez moi.

                                                  Sincèrement, a-t-il été question du choc OL-PSG de samedi (17h30 au Parc OL) lors de ce rassemblement des Bleues ?
                                                  Franchement, quand on arrive en sélection, on fait un peu abstraction de ce rendez-vous. On ne se lance pas de pique, on oublie un peu nos clubs. Il ne faut pas trop charrier car si tu parles et que tu perds, tu vas te sentir bête après.

                                                  Comme cela a pu être le cas pour les Parisiennes, qui vous avaient « vexées » dans la presse la saison passée avant le match retour au Parc OL (5-0)...
                                                  Oui et non, c’est normal que les filles du PSG disent qu’elles n’ont pas peur de nous. Elles ne vont pas dire qu’elles nous craignent, elles ne se respecteraient pas sinon. Je pense qu’on n’a pas besoin de ça pour se motiver. Je n’avais pas trop calculé l’interview d’Aminata Diallo mais on s’en est peut-être un peu servi. Si tu parles, tu nourris l’adversaire, donc mieux vaut ne pas parler au final.

                                                  Depuis la finale de Coupe de France en 2018 remportée par le PSG (0-1), sentez-vous que l’écart s’est vraiment réduit entre les deux clubs ?
                                                  On avait perdu dans un contexte particulier [un orage avait interrompu le match et un but avait injustement été refusé à l’OL]. Ça nous avait mis une claque mais ça nous avait peut-être fait du bien. Paris est notre adversaire le plus dur en D1, c’est sûr. Après, on leur a quand même mis 5-0 en championnat la saison dernière. On entend toujours que l’étau se resserre, mais au final on gagne quand même.

                                                  Les trois buts encaissés à Reims (3-8) et surtout le nul (0-0) à Dijon le mois dernier ont-ils pu vous inquiéter ?
                                                  Ce sont des choses qui arrivent, on n’est pas infaillibles. On s’est remises en question car ça faisait bizarre de se voir deuxièmes du championnat en consultant le classement. C’est rentré dans l’ordre depuis [le PSG a été accroché 1-1 par Guingamp le 3 novembre et les deux équipes sont coleaders].

                                                  Le Parc OL va battre son affluence record pour un match de son équipe féminine (plus de 26.000 spectateurs attendus) samedi. Est-ce la preuve que la D1 bénéficie véritablement d’un effet Coupe du monde ?
                                                  Oui, un peu, mais avec un petit bémol : j’aurais aimé que tous les stades soient mieux remplis cette saison en D1. Honnêtement, avant la Coupe du monde, je ne croyais pas aux 45.000 spectateurs au Parc des Princes, j’étais choquée. Je me suis donc dit qu’il pourrait y avoir un vrai effet Coupe du monde dans la foulée en France. Les choses avancent mais à leur rythme.

                                                  https://www.20minutes.fr/sport/26512...panouie-milieu
                                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                  Commentaire


                                                  • OL-PSG : « On montre qu’il y a un écart »… « L’ogre lyonnais » est-il encore hors de portée cette saison en D1 ?

                                                    FOOTBALL FÉMININ Les Lyonnaises étaient loin de leur festival (5-0) de la saison passée, samedi contre le PSG (1-0). Mais elles comptent bien trois points d’avance sur leurs rivales en D1


                                                    Jérémy Laugier
                                                    Publié le 17/11/19 à 08h45 — Mis à jour le 17/11/19 à 13h55


                                                    Henry, Majri, Le Sommer et Marozsan célèbrent ici un but lors du Trophée des championnes de septembre face au PSG à Guingamp. — Fred TANNEAU / AFP
                                                    • L’OL l’a une nouvelle fois emporté samedi contre le PSG (1-0), lors du principal choc de la D1 féminine.
                                                    • Même s’il reste six mois de championnat, ce succès installe les Lyonnaises sur de bons rails dans la quête d’un 14e titre consécutif.
                                                    • En vrai, le PSG comble-t-il petit à petit son retard par rapport à « l’ogre lyonnais » (dixit Olivier Echouafni) ?

                                                    Au Parc OL,

                                                    OK, les chiffres ne disent pas toujours tout. Mais en découvrant samedi soir que l'OL avait remporté 23 de ses 31 confrontations avec son rival parisien dans l’histoire de la D1 féminine, on s’est quand même dit que l’hégémonie de la bande à Amandine Henry serait encore plus dure à enrayer que ce qu’on imaginait. Disposé avec une défense à cinq, comme lors du Trophée des championnes en septembre (succès de l’OL aux tirs au but), le PSG a pourtant présenté au Parc OL une tout autre solidité que lors de la « réelle correction » (dixit Olivier Echouafni) subie en avril lors du match du titre (5-0).

                                                    « Là, ça s’est joué sur un coup de pied arrêté [un but de Saki Kumagai sur corner], constate l’entraîneur parisien. Ça n’était pas très loin, mais en même temps on se dit qu’on a encore perdu [1-0] face à l’ogre lyonnais. » Soit une touche de positivisme mêlée à un profond fatalisme. « On pense toujours à essayer de gagner nos matchs, même à Lyon », assure tout de même l’ancien sélectionneur des Bleues.

                                                    « Ce n’est pas fini, on a toujours des espoirs »

                                                    Il y a trois semaines, les Parisiennes comptaient deux points d’avance sur l’OL, qui avait concédé un nul (0-0) chez la lanterne rouge Dijon. Une contre-performance arrivant plus rarement qu’une année bissextile et dont se devait de profiter le PSG. Mais son nul contre Guingamp (1-1) et la défaite de samedi dans le choc des coleaders met une énième fois en position de force (trois points d’avance et un goal-average favorable) des Lyonnaises ayant conquis les 13 derniers sacres en D1. « On a essayé, estime la capitaine parisienne Irene Paredes. Ce n’est pas fini, on a toujours des espoirs. Il y a encore le match retour, il faudra qu’elles viennent chez nous. On a gagné contre elles quelques fois. »

                                                    Depuis son arrivée en France en 2016, l’internationale espagnole a certes vaincu le sort à deux reprises contre l’OL. Mais une question se pose : l’écart se réduit-il vraiment ? Car même privées de leur emblématique capitaine Wendie Renard (suspendue) puis de leur attaquante internationale Eugénie Le Sommer (récidive à la cuisse gauche) dès la demi-heure de jeu, les Lyonnaises ont dicté le rythme de la rencontre et ont eu les meilleures opportunités samedi. « Le PSG était bien en place mais on savait que ça allait rentrer », confie Amel Majri pour donner un aperçu des certitudes dont bénéficie son équipe. La buteuse norvégienne Ada Hegerberg va encore plus loin : « C’est une victoire méritée. Je pense qu’on a gagné le combat. On montre qu’il y a un écart aujourd’hui. » Comme hier et comme demain ?

                                                    « Peu importe l’équipe qui joue, on va tout donner pour gagner »

                                                    « Le PSG se renforce d’année en année, mais nous aussi, résume Amandine Henry, consciente du nouvel avantage psychologique pris samedi par l’OL dans une confrontation directe. On s’attend à chaque fois contre le PSG à recevoir des coups et à en mettre aussi. C’est devenu un Classico ! » Comme chez les hommes entre Paris et Marseille, ce dernier bascule toujours ou presque du même côté. Il a quasiment suffi d’une séquence intense de cinq minutes en début de seconde période, avec pressing et jeu vers l’avant, pour que l’OL ne plie la rencontre (but de Kumagai, transversale de Cascarino).

                                                    Qualifiant ce choc assez fermé de « match à péripéties et à enjeux », Jean-Luc Vasseur sait à quel point il est gâté d’avoir pu combler les pépins ayant touché Renard, Le Sommer puis Marozsan par Buchanan, Cascarino et van de Sanden, trois joueuses internationales. « On doit être en capacité de pouvoir remplacer qui que ce soit dans l’équipe, poursuit Jean-Luc Vasseur. J’ai un effectif extraordinaire ». Un point de vue partagé par Delphine Cascarino, notamment concernant la vie sans Wendie Renard : « Wendie est une grande joueuse, elle est très importante dans l’équipe. Mais on a su bien jouer sans elle. On a aussi une grande joueuse qui a su la remplacer [Kadeisha Buchanan]. C’est ça aussi qui fait notre force : peu importe l’équipe qui joue, on va tout donner pour gagner. »

                                                    Une véritable machine à gagner qui compte encore bien ne laisser que des miettes à son rival. « Le championnat nous appartient depuis des années et on le défend », rappelle Amandine Henry. Protégeant ses joueuses après cette nouvelle défaite contre les Lyonnaises, Olivier Echouafni conclut : « Si elles sont la meilleure équipe du monde, on va dire qu’on n’est pas très loin derrière ». Disons à 13 sacres près en D1 ?

                                                    https://www.20minutes.fr/sport/26530...rtee-saison-d1
                                                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X