Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[OL Féminines] Articles de presse et d'internet (sans blabla)

Réduire
Ceci est une discussion importante.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • OL-PSG : Pourquoi « la joueuse de l’ombre » Saki Kumagai, buteuse inattendue samedi, est-elle indispensable à Lyon ?

    FOOTBALL FÉMININ La milieu défensive lyonnaise, essentielle depuis 2013 dans les nombreuses conquêtes en France et en Europe, a fait très mal au PSG samedi lors du choc de la D1 (1-0)


    Jérémy Laugier
    Publié le 17/11/19 à 10h05 — Mis à jour le 17/11/19 à 13h53


    Saki Kumagai est ici à la lutte avec la Parisienne Sara Däbritz, lors du Trophée des championnes en septembre. — Fred TANNEAU / AFP
    • A la 49e minute de jeu d’OL-PSG samedi, Saki Kumagai a inscrit l’unique but de la rencontre d’une belle tête sur corner (1-0).
    • Précieuse autant à la récupération qu’à l’organisation, l’internationale japonaise fait l’unanimité dans le vestiaire lyonnais.
    • Extrêmement discrète en dehors du terrain, Saki Kumagai a tout de même offert la Coupe du monde 2011 au Japon puis la Ligue des champions 2016 à l’OL après un tir au but décisif.

    Au Parc OL,

    Elle a beau être une pièce maîtresse de l'OL depuis plus de six ans, Saki Kumagai n’est vraiment pas du genre à se mettre en avant dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Extrêmement discrète en dehors des terrains, l’internationale japonaise de 29 ans a préféré ne pas prendre part à la zone mixte samedi soir. Et ce même si elle a été l’unique buteuse du choc de la saison de D1 face au PSG. La précieuse milieu défensive a donc seulement prouvé sa timidité, et sa pratique limitée du français, au micro de Canal+ au moment de rejoindre les vestiaires. « Je suis très contente, j’ai pu aider mon équipe. Ces trois points sont très importants, on est en tête », a-t-elle sobrement lâché.

    Bon, clairement, ce sont les autres qui parlent le mieux de Saki Kumagai. Son premier entraîneur à Lyon, Patrice Lair, qui avait tenu à la faire venir de Francfort, nous confiait dès son arrivée : « C’est un phénomène, on n’a pas l’habitude de voir ses passes du cou-de-pied, même au plus haut niveau chez les garçons ». Un drôle de compliment résumant bien l’apport technique de cette polyvalente joueuse, tout autant défenseuse que milieu durant ses six premières saisons en France.

    Pour Jean-Luc Vasseur, « c’est une joueuse exemplaire »

    A en croire sa prestation de patronne contre le PSG samedi, la voilà peut-être sur le point de franchir un nouveau cap avec Jean-Luc Vasseur. « C’est une joueuse exemplaire, indique l’entraîneur lyonnais. Nous sommes ravis de son très gros match et du fait qu’elle ait été décisive. Ça veut dire que toutes nos joueuses sont dangereuses. » Car si Saki Kamagai a signé une pointe à 11 buts inscrits en 2016-2017 (toutes compétitions confondues), elle est depuis loin d’être une menace offensive majeure, au sein d’une telle armada à l’OL (Hegerberg, Le Sommer, Marozsan, Majri…), avec seulement huit buts au total entre 2017 et samedi.

    « C’est un régal de jouer avec Saki au milieu, apprécie Amandine Henry. C’est une joueuse de l’ombre, elle ne fait pas de bruit mais elle travaille énormément. On n’a pas l’habitude de la voir marquer. Mais quand elle marque, ça fait mal, son but a tout déclenché. » Le PSG ne pourra qu’approuver en regrettant longtemps cette 49e minute de jeu. Anticipant parfaitement la trajectoire du corner de Dzsenifer Marozsan, Saki Kumagai a échappé à Formiga pour placer un coup de tête en pleine lucarne de Christiane Endler (1-0).

    « C'est peut-être le plus beau but de sa carrière »

    « C’est bien pour elle, elle est en pleine confiance en ce moment, estime Amel Majri. Elle nous délivre aujourd’hui et elle était partout, à la récupération comme à la construction. » Une activité et un sens de la distribution impeccables qui lui valent une pluie d’éloges de la part de ses coéquipières. « Elle a été grande et décisive ce soir, insiste Ada Hegerberg, qui a de son côté buté sur la solide défense parisienne. C’est peut-être le plus beau but de sa carrière. »


    Le 26 mai 2016, Saki Kumagai a marqué de son empreinte le troisième sacre européen de l'OL en inscrivant le tir au but décisif durant la séance contre Wolfsburg. - GIUSEPPE CACACE / AFP

    En tout cas, il y a une sacrée concurrence niveau buts clutch. Car si là aussi, l’intéressée s’est débrouillée pour ne pas prendre la lumière comme elle aurait pu, elle a respectivement offert la Coupe du monde 2011 au Japon et la Ligue des champions 2016 à l’OL en inscrivant le tir au but décisif en finale. Pas si mal pour « une joueuse de l’ombre », non ?

    https://www.20minutes.fr/sport/26531...spensable-lyon
    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

    Commentaire


    • Amandine Henry (OL) : « Il faut avoir de la créativité [dans le football] »
      Publié le 17 novembre 2019 15:22



      Après la victoire 1-0 face au PSG, comptant pour la 9e journée de D1, Amandine Henry a réagi aux questions des journalistes, notamment sur l'écart qui se resserre entre Paris et Lyon.


      Journaliste - J'imagine beaucoup de satisfaction par rapport à cette victoire ?

      Amandine Henry - Oui bah forcément ça a été une bonne soirée pour nous, il y a victoire [au bout], le record d'affluence, un bon match, donc forcément très contente.

      Journaliste - Qu'avez-vous fait de mieux en seconde période, qui vous ajustement permis de passer devant ?
      A. H. - On a marqué un but (sourire). Non, non, mais je pense que le but nous fait énormément de bien parce que du coup le PSG a laissé plus d'espaces, ça s'est un peu plus ouvert pour nous, donc il y a eu un petit peu plus d'occasions, de jeu, parce que quand elles nous attendent à 5 derrière, ce n'était pas facile de trouver les solutions et le but à tout décanté.

      Journaliste - Saki Kumagai vous a fait beaucoup de bien aussi au milieu de terrain, elle a fait un très très gros match ?
      A. H. - Oui c'est un régal de jouer avec Saki au milieu, avec Maro [Maroszan] et toutes les autres, mais oui c'est sûr qu'avec Saki [dans l'équipe] c'était trop bien, parce que c'est une joueuse de l'ombre qui ne fait pas de bruits, mais qui fait énormément de travail.

      Journaliste - Aujourd'hui elle était dans la lumière en tout cas ?
      A. H. - Oui bah oui (sourire), on n'a pas l'habitude de voir Saki marquer, et quand elle marque ça fait mal.

      Journaliste - On a vu que tu as eu un choc avec Lucy Bronze à un moment donné, étant donné que tu as déjà eu une blessure à ce sujet...
      A. H. - (elle coupe) Ah c'est Lucy ? Je ne savais même pas. Non là c'était une bosse, donc sur le coup ça fait mal, mais après ça va mieux.

      Journaliste - On a l'impression qu'il y a eu beaucoup d'impact physique aujourd'hui ?
      A. H. - Oui de toute façon on s'attend à chaque fois contre le PSG, a être présentes physiquement, à recevoir des coups et à en mettre aussi, de toute façon c'est le jeu aussi des Clasico j'ai envie de dire.

      Journaliste - Le discours dans le vestiaire à la pause
      A. H. - A la mi-temps il nous a dit de rester patientes, que ça allait rentrer, qu'il fallait continuer à jouer, un peu plus jouer même et que ça allait aller, et que si on marquait, ça pouvait tout changer.

      Coeurs de Foot - Dans le jeu, on a vu beaucoup de polyvalence de votre côté, dans votre positionnement sur le terrain. On a vu par exemple, Griedge Mbock monter souvent en attaque balle au pied, certaines joueuses intervertir leur côté etc Est-ce que c'est quelque que vous faites intuitivement ou ce sont des consignes du coach ?
      A. H. - C'est plus le feeling des joueuses, chacune est capable de déborder, de marquer, de centrer ou de défendre, de revenir, tant qu'il y a de la compensation [à chaque poste], le coach nous dit rien. Mais il faut être vigilante pour compenser les joueuses qui montent, ou qui ne sont pas présentes offensivement.

      Coeurs de Foot - C'était une bonne tactique à mettre en place contre le PSG justement, pour les déboussoler et les faire sortir de leur zone défensive ?
      A. H. - Oui de toute façon face aux grosses équipes, il faut aussi se déformer [dans le schéma tactique], parce que sinon [ça coince]. Il faut avoir de la créativité, il faut les surprendre, donc c'est pour cela aussi qu'on essaye de trouver d'autres solutions.

      Journaliste - Vous êtes leader de la D1 après la 9e journée, c'est la logique des choses ou est-ce qu'il faut tout de même se méfier du match retour et des autres matches ?
      A. H. - Non on est super contentes [de la victoire ce soir déjà], maintenant on sait que face aux autres équipes, il faut redoubler de vigilance parce que chaque année, ça devient de plus en plus dur. On a été accrochés face à Dijon, on a utilisé un joker, et maintenant que les choses sont revenues dans l'ordre, il faut que ça reste comme ça.

      Journaliste - L'étau se resserre avec le PSG, mais au final c'est encore une fois l'OL qui gagne ?
      A. H. - (léger blanc, puis sourire) Oui bah c'est vous qui le dites (rires). Non c'est sûr que ce titre nous a tient à coeur, le championnat nous appartient depuis des années et on le défend comme on peut.

      Journaliste - Vous sentez tout de même l'écart se resserrer ?
      A. H. - Oui bah oui, elles se renforcent d'année en année mais nous aussi, c'est ce qui fait de plus belles confrontations, qui amène encore plus de public et un petit piquant à ce championnat.

      Journaliste - Juste une question sur Eugénie [Le Sommer], on l'a vu sortir en pleurs, sa blessure visiblement à la cuisse n'est pas [totalement guérie] ?
      A. H. - On savait qu'elle revenait d'une petite blessure et quand on joue un match contre le PSG, on prend quelques risques [de blessures], on joue parfois avec notre corps quand on est sportives de haut niveau et des fois le corps ne peut pas répondre et forcément on est tristes pour elle, mais ça va aller, il y a la victoire et elle pourra revenir tranquillement.

      Photo : Ryszard Dreger

      Dounia MESLI

      https://www.coeursdefoot.fr/event/am...-le-football-/
      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

      Commentaire


      • Féminines / Audiences
        OL-PSG : la rencontre de choc rassemble 498 000 téléspectateurs sur Canal +
        Publié le 19 novembre 2019 à 18:00:00 par MG



        Ce samedi, les téléspectateurs étaient au rendez-vous sur Canal + et myCanal pour la diffusion du choc entre l’OL et le PSG pour la 9ème journée de D1 Arkema (1-0).


        La rencontre entre l’OL et le PSG au Groupama Stadium, a réuni une audience moyenne de 321 000 téléspectateurs avec un pic d’audience à 498 000 téléspectateurs sur Canal +. Un chiffre comparable à un match classique de Ligue 1 diffusé en prime un vendredi soir !

        L’Olympique Lyonnais se réjouit de l’attractivité des supporters pour les matchs des féminines et félicite ses joueuses après ce duel très attendu entre les deux cadors du championnat.

        A noter que le record pour un match de championnat de D1 de l’équipe féminine de l'OL au Groupama Stadium a été battu puisque c’est plus de 30 661 spectateurs qui sont venus soutenir les joueuses.

        https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...contre-de-choc
        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

        Commentaire


        • Féminines /
          Wendie Renard : la sportive française la plus influente en 2019
          Publié le 23 novembre 2019 à 13:00:42 par MM



          Le magazine Vanity Fair a publié ce mercredi, le classement des 50 Français les plus influents du Monde en 2019. La capitaine de l’OL, Wendie Renard, a le privilège de figurer dans ce classement après une année de Coupe du Monde qui a permis au football féminin de s’émanciper encore un peu plus.


          Une distinction méritée pour la défenseure internationale de l’Olympique Lyonnais qui aura marqué les esprits lors de la dernière Coupe du Monde par son charisme et sa sympathie sur, et en dehors du terrain. Wendie Renard figure à la première place du classement des sportifs devant le basketteur Rudy Gobert et l’ancien de l’OL, Karim Benzema. Dans le classement on retrouve un certain nombre de grands noms comme notamment Catherine Deneuve pour le cinéma, Axel Dumas pour l’engagement, Hélène Pietrini pour la cuisine, PNL pour la culture et même le président Emmanuel Macron pour la diplomatie. Le magazine justifie son choix en affirmant que « si la Coupe du Monde a connu un tel engouement, c’est aussi un peu grâce à elle (Wendie Renard) ».

          https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...-dans-le-monde
          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

          Commentaire


          • Féminines / Soyaux - OL
            Un groupe de 18 joueuses avec Wendie Renard
            Publié le 23 novembre 2019 à 18:30:00 par fh



            Jean-Luc Vasseur a convoqué un groupe de 18 joueuses pour le déplacement à Soyaux, ce dimanche à 14h45.


            Jean-Luc Vasseur a convoqué un groupe de 18 joueuses pour le déplacement à Soyaux. S'il pourra compter sur sa capitaine Wendie Renard qui effectue son retour dans le groupe à la suite d'une suspension, il sera privé, entre autres, d'Eugénie Le Sommer. L'attaquante, laissée aux soins, tout comme Jessica Silva et Sally Julini, manquera la rencontre comptant pour la 10ème journée de D1 Arkema, ce dimanche (14h45). C'est donc avec un secteur offensif amputé de plusieurs joueuses que l'OL effectuera le déplacement.

            Groupe OL :
            Gardiennes :
            Bouhaddi, Weiss
            Défenseures : Bacha, Bronze, Buchanan, Cayman, Greenwood, Mbock, Renard
            Milieux : Christiansen, Henry, Kumagai, Majri, Marozsan
            Attaquantes : Cascarino, Hegerberg, Parris, van de Sanden

            https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...-wendie-renard
            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

            Commentaire


            • Féminines / D1 Arkema
              Confirmer à Soyaux (dimanche 14h45)
              Publié le 24 novembre 2019 à 10:05:00 par OT



              L'équipe féminine de l'OL se déplace à Soyaux, dimanche (14h45), pour le compte de la 10ème journée de D1 Arkema.


              La victoire de samedi dernier face au PSG (1-0), au Groupama Stadium, a permis aux Lyonnaises de prendre seules les commandes de la D1 Arkema, avec 3 points d'avance sur les Parisiennes. L'objectif est désormais de bien finir l'année 2019 avec 3 derniers matches : un déplacement à Soyaux ce dimanche (14h45), puis les réceptions de Metz et Dijon en décembre. Un sans-faute permettrait aux joueuses de Jean-Luc Vasseur de passer les fêtes au chaud, en tête du championnat.

              En face, Soyaux espère arriver à la trêve le plus loin possible de zone de relégation. Après un début de saison plutôt réussi avec 1 seule défaite sur les 7 premiers matches, les coéquipières de l'ancienne Lyonnaise Lucie Pingeon ont rechuté avec des revers à Bordeaux (1-4) et contre Reims (0-1). Ce qui les place à la 9ème place de la D1 Arkema, avec 4 points d'avance sur l'OM, premier relégable.

              Soyaux est une équipe qui réussit bien à l'OL ces derniers temps, avec une série de 28 victoires consécutives et une moyenne de plus de 5 buts inscrits par match. La saison dernière, les coéquipières de Wendie Renard étaient allées s'imposer en Charente 6-0 en championnat et 5-0 en 1/8 de finale de Coupe de France.

              https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...dimanche-14h45
              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

              Commentaire


              • Féminines / D1 Arkema
                Opération réussie à Soyaux (0-4)
                Publié le 24 novembre 2019 à 14:45:00 par YM



                Les Lyonnaises se sont imposées à Soyaux, ce dimanche, pour le compte de la 10ème journée de D1 Arkema (0-4).


                LES TEMPS FORTS


                3’. Centre de Marozsan pour la tête de Hegerberg, juste au-dessus.
                8’. Frappe de Greenwood déviée par une joueuse adverse, la balle sort en corner.
                10’. Marozsan centre au second poteau pour Hegerberg, qui ouvre le score de la tête. 0-1.
                24’. Parade de Moinet sur une frappe à bout portant de Bronze après un cafouillage dans la surface.
                27’. Henry tente sa chance de loin mais le ballon file de peu à côté.
                36’. Parris déclenche une frappe croisée déviée par M'Bassidjé, cela termine au fond. 0-2.
                50’. Arrêt décisif de Bouhaddi sur un face à face avec Cambot, qui manque ensuite sa tête.
                59’. Bronze centre en direction de Hegerberg au point de penalty mais celle-ci décroise trop sa tête.
                60’. Enorme occasion manquée par Cazeau, seule face à Bouhaddi, qui croise trop son tir.
                64’. Corner de Marozsan déposé sur la tête de Kumagai mais le ballon s'écrase sur la barre.
                66’. Marozsan mystifie son adversaire d'une feinte et marque d'une frappe tendue. 0-3.
                90’. Corner de Marozsan, Hegerberg place une tête détournée dans les filets par Henry. 0-4.
                90+2’. Majri pénètre dans la surface et arme une frappe du droit bloquée par Moinet.


                RÉSUMÈ ET ENSEIGNEMENTS

                Le succès acquis le week-end dernier contre le PSG (1-0) lors de la grande affiche de D1 Arkema n’aurait pas eu de sens sans une confirmation des Lyonnaises, ce dimanche, à Soyaux. Désormais seules leaders du championnat avec trois longueurs d’avance sur les Parisiennes, les joueuses de Jean-Luc Vasseur avaient donc à cœur de bonifier leur précédente victoire en en faisant de même au terme de cette 10ème journée. Et comme souvent, elles sont parvenues à leur fin.

                L’OL, qui enregistrait le retour de suspension de Wendie Renard mais abordait ce match sans Eugénie Le Sommer, Jessica Silva et Sally Julini, blessées, ne tardait pas à prendre les devants grâce à l’inévitable Ada Hegerberg, présente au second poteau pour convertir l’offrande de Marozsan (10’, 0-1). Puis, avec un soupçon de réussite, Nikita Parris doublait la mise avant la pause (36’, 0-2).

                Au retour des vestiaires, les Rhodaniennes pouvaient remercier Sarah Bouhaddi, décisive sur un duel avec Cambot (50’), et la maladresse de Cazeau, qui ratait une énorme occasion de réduire l’écart (60’). Soyaux venait de laisser passer sa chance et l’OL en profitait. Une nouvelle fois brillante dans l’entrejeu, Dzsenifer Marozsan faisait parler sa classe pour alourdir le marque (66’, 0-3) puis Amandine Henry scellait le sort de cette rencontre avec un brin de chance (90’, 0-4).

                Mises au courant de la victoire du PSG à Reims la veille (1-3), qui les rejoignaient provisoirement au classement, les championnes de France en titre ont repris trois points de plus que leurs rivales et ont confirmé leur statut de leaders. L'opération est réussie.


                LES RÉACTIONS

                Jean-Luc Vasseur :
                « Ce n’était pas un grand match mais il fallait venir ici et affronter une équipe bien regroupée derrière. Cela nous arrivera sûrement d’autres fois, cette saison, de livrer des prestations moins séduisantes. Mais les joueuses donnent tellement de choses le reste du temps que cela peut arriver. C’est épisodique. Les filles avaient quand même pris la dimension du match. Elles étaient moins performantes mais elles ont quand même gagné 0-4. »

                Wendie Renard : « Collectivement, on n’a pas fait notre meilleur match. On a manqué de rythme, de mouvements dans les trente derniers mètres. C’était compliqué de jouer sur un terrain comme celui-ci. On n’a pas vu un grand OL mais le plus important reste la victoire. »

                Ada Hegerberg : « C’est une victoire très importante. On peut parler des conditions mais ce n’est pas une excuse, il faut voir cela comme un challenge. On a bien joué en première période, moins bien en seconde. On a eu pas mal de déchet technique mais c’est bien de venir ici et de gagner avec ce score. »


                FEUILLE DE MATCH

                Au stade Camille Lebon, Angoulème.
                D1 Arkema (J10) : ASJ Soyaux - OL 0-4 (0-2).
                Arbitre : Salvina Elbour.

                Buts : A. Hegerberg (10'), N. Parris (36'), D. Marozsan (66') et A. Henry (90') pour l'OL.

                ASJ Soyaux : C. Moinet - C. Canon, C. Couturier, A. M'Bassidjé, V. Boudaud (H. Cissoko, 69') - K. Cazeau, L. Bourgouin, A. Da Costa (L. Pingeon, 74'), A. Clérac, A. Dumont - S. Cambot (S. Tandia, 63'). Entraîneur : Sébastien Joseph.

                OL : S. Bouhaddi - L. Bronze, G. Mbock, W. Renard ©, A. Greenwood - A. Henry, S. Kumagai (I. Christiansen, 80') - N. Parris (S. van de Sanden, 69'), D. Marozsan, D. Cascarino (A. Majri, 69') - A. Hegerberg. Entraîneur : Jean-Luc Vasseur.

                https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...x-ol-2019-2020
                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                Commentaire


                • [D1, 10e journée] Soyaux – OL (0-4) : Une victoire et des frissons pour les leaders lyonnaises
                  Publié le 24 novembre 2019 16:57



                  L'Olympique Lyonnais conserve son avance en tête de la D1 après sa victoire (0-4) sur la pelouse de Soyaux. Un terrain difficile, et des adversaires combatives ont parfois mis en difficulté des Lyonnaises qui ont su faire la différence, notamment sur coup de pied arrêté.


                  Si le score est lourd pour Soyaux, la physionomie de la rencontre laissera pourtant quelques regrets aux coéquipières d'Anna Clérac, qui sont même passées proches d'un incroyable retour en début de seconde période.

                  L'émotion d'Hawa Cissoko avant le coup d'envoi

                  Au coup d'envoi, les ingrédients ne semblaient pourtant pas réunis pour créer l'exploit. Si Eugénie Le Sommer était absente du groupe lyonnais, Soyaux débutait sans Romane Munich, Siga Tandia ou Hawa Cissoko. Comme Tandia, Cissoko a débuté sur le banc après un hommage rendu à son frère, décédé le week-end et honoré d'une minute de silence avant le coup d'envoi. L'emprise lyonnaise se fait sentir dès les premières minutes de jeu, concrétisée par de premiers coups de pied arrêtés autour du but de Cassandra Moinet. Ada Hegerberg est proche d'ouvrir le score dès l'entame avec une reprise de la tête qui passe au-dessus du cadre sur un centre de Lucy Bronze (2e). L'attaquante norvégienne devra patienter quelques minutes seulement avant de trouver le chemin des filets. Comme sur cette première opportunité, c'est à la suite d'un corner que la défense sojaldicienne se retrouve en difficulté. Le ballon revient alors vers Dzsenifer Marozsan côté gauche qui a le temps pour délivrer un excellent centre vers le second poteau. Ada Hegerberg reprend alors de la tête et trompe la gardienne charentaise (10e).

                  Lyon met à profit ses coups de pieds arrêtés

                  Avec un terrain particulièrement lourd, les Lyonnaises ont eu plus de difficulté à déployer leur jeu et notamment parvenir à prendre de la vitesse sur les côtés. Le bloc sojaldicien a également réussi à ralentir les initiatives des joueuses de Jean-Luc Vasseur. L'OL continue malgré tout pourtant de se montrer dangereux, avec notamment Lucy Bronze qui voit sa frappe dans la surface, repoussée par Cassandra Moinet (24e), après avoir initié cette action côté droit. Amandine Henry tente sa chance à mi-distance (27e) avant que Nikita Parris ne parvienne à trouver le chemin du but. Une action partie d'un nouveau corner. Sur un second ballon envoyé dans la surface, Wendie Renard peut remettre en retrait vers sa coéquipière anglaise. Parris résiste à Angeline Da Costa et peut placer une frappe aux 16 mètres côté droit. Le ballon dévié au passage par Anaïs M'Bassidje, ne laisse aucune chance à Cassandra Moinet prise à contre-pied (36e). Lyon se détache et Ada Hegerberg est proche d'un nouveau but avant la pause sur un centre d'Alex Greenwood (40e). Un premier acte maîtrisé pour Lyon qui rentre aux vestiaires en ayant déjà assuré l'essentiel. Pourtant, à la reprise Soyaux est proche de donner une autre dimension à cette partie.

                  Des opportunités de changer le cours du match

                  Alors que le second acte semble repartir sur les mêmes bases, Soyaux parvient à se procurer des occasions de revenir dans la partie. Profitant notamment d'un positionnement très haut des latérales lyonnaises, Soyaux est proche de marquer en contre, avec Anna Clérac lancée côté gauche. En une touche, elle trouve Sarah Cambot face au but. À l'origine de l'action, l'attaquante sojaldicienne ne peut conclure face à Sarah Bouhaddi, avec sa frappe repoussée par la gardienne rhodanienne puis avec une reprise de la tête qui ne peut attraper le cadre sur une deuxième centre de Clérac (50e). Soyaux a presque trouvé la formule, puisque dix minutes plus tard, c'est Kimberley Cazeau qui est proche de faire trembler les filets. Là-aussi le cadre se dérobe sur sa frappe croisée (60e). Lyon s'évite plus de frayeurs et parvient à couper court à la révolte de Soyaux. Sur une nouvelle tentative de contre, le ballon est intercepté par Saki Kumagai, et c'est ensuite Dzsenifer Marozsan qui se charge d'enfoncer le clou en faveur de l'OL, sur une frappe imparable depuis les 16 mètres (68e). Un troisième but qui assure finalement la victoire lyonnaise dans ce match, après l'incertitude entrevue à la reprise.

                  Marozsan-Hegerberg, les statistiques parlent pour elles

                  De nouveau en contrôle, les joueuses lyonnaises ajoutent même un quatrième but en fin de match, avec Marozsan de retour à la distribution sur corner (12e passe décisive), et le doublé pour Ada Hegerberg, qui marque de la tête, son 12e but cette saison malgré l'intervention sur sa ligne de Cassadra Moinet (89e). Avec cette victoire (0-4), Lyon conforte donc sa première place devant le Paris Saint-Germain, avant de conclure la phase aller dans deux semaines face à la lanterne rouge messine. Une course au maintien qui concerne directement Soyaux, rejoint au classement par Dijon, et donc en position de première équipe non-relégable, quatre points devant l'Olympique de Marseille.


                  Feuille de match

                  Dimanche 24 novembre 2019, 14h45 – Angoulême (Stade Camille-Lebon) – D1 (10e journée)
                  ASJ Soyaux – Olympique Lyonnais 0-4 (0-2)


                  Arbitre : Savina Elbour

                  Buts : Ada Hegerberg (10e et 89e), Nikita Parris (36e) et Dzsenifer Marozsan (68e)

                  Avertissement : /

                  Les équipes :

                  ASJ Soyaux :
                  16-C. Moinet – 12-C. Canon, 14-C. Couturier, 3-A. M'Bassidje, 11-V. Boudaud (19-H. Cissoko 69e), 8-A. Da Costa (23-A. Da Costa 74e), 17-L. Bourgouin, 7-A. Clérac (cap.), 20-K. Cazeau, 2-A. Dumont, 9-S. Cambot (22-S. Tandia 62e). Entraîneur : Sébastien Joseph

                  Olympique Lyonnais : 1-S. Bouhaddi – 2-L. Bronze, 29-G. Mbock, 3-W. Renard, 15-A. Greenwood, 5-S. Kumagai (8-I. Christiansen 80e), 6-A. Henry, 10-D. Marozsan, 17-N. Parris (11-S. van de Sanden 69e), 20-D. Cascarino (7-A. Majri 69e), 14-A. Hegerberg. Entraîneur : Jean-Luc Vasseur

                  Hichem Djemai

                  https://www.coeursdefoot.fr/event/-d...rs-lyonnaises/
                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                  Commentaire


                  • Club / Communiqué
                    Communiqué OL Groupe : projet d'investissement dans le football féminin aux Etats-Unis - Exclusivité de discussions avec le REIGN FC
                    Publié le 25 novembre 2019 à 19:40:00 par OL



                    LE REIGN FC ÉVOLUE DANS LE STADE DE TACOMA, PRÈS DE SEATTLE, ÉTAT DE WASHINGTON


                    L’Olympique Lyonnais informe que des discussions exclusives ont été engagées en vue de l’acquisition du Reign FC, membre fondateur de la NWSL (National Women’s Soccer League, ligue nationale de football féminin aux États-Unis). Le Reign FC compte notamment dans son effectif l’attaquante Megan Rapinoe, joueuse FIFA de l’année 2019, qui a joué pour l’OL en 2013 avant de rejoindre le Reign FC, ainsi que l’internationale galloise et ancienne milieu de terrain de l’OL, Jess Fishlock.

                    Le Reign FC, qui entame sa huitième saison en NWSL, évolue au Cheney Stadium, à Tacoma, ville proche de Seattle dans l'État de Washington. Le club a terminé 2 fois premier de la saison régulière (2014 et 2015) et a participé 4 fois aux play offs de la NWSL (2014, 2015, 2018, 2019) dont il a disputé la finale à 2 reprises (2014 et 2015). En 2019, l’attaquante Bethany Balcer du Reign FC a été élue “Rookie” (meilleure jeune) de l’année en NWSL, et Vlatko Andonovkski, l’entraîneur de l’équipe, a été désigné entraîneur de l’année de NWSL. Ce dernier a récemment accepté de devenir l’entraîneur de l’équipe nationale féminine des États-Unis, sacrée championne du monde lors de la finale de la FIFA Women’s World Cup 2019, disputée au Groupama Stadium en juillet dernier.

                    Cet investissement devrait permettre de consolider la place de l’OL en tant qu'acteur majeur du football féminin dans le monde et de poursuivre le développement de la marque OL aux États-Unis. L’OL et le Reign FC ont pour objectif de finaliser la transaction avant le 31 janvier 2020 afin d’être opérationnel pour la saison 2020 qui débute le 9 mars 2020.

                    https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...ique-ol-groupe
                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                    Commentaire


                    • L'OL Groupe s'offre des stars du foot féminin aux États-Unis

                      La maison mère de l'Olympique Lyonnais a engagé « des discussions exclusives » en vue de l'acquisition du Reign FC, un club phare de la ligue nationale de football féminin aux États-Unis.



                      Le Reign FC compte notamment dans son effectif l'attaquante Megan Rapinoe, joueuse FIFA de l'année 2019, et cheffe de fil de l'équipe féminine des Etats-Unis, à nouveau sacrée championne du monde l'été dernier. Jacob Kupferman/CSM/REX/SIPA

                      Par Christophe Palierse - Publié le 25 nov. 2019 à 20h15


                      OL Groupe confirme ses nouvelles ambitions nord-américaines. La maison mère de l'Olympique Lyonnais, qui avait récemment fait état d'un projet de développement dans le football féminin états-unien, a en effet annoncé ce lundi, en début de soirée, avoir engagé « des discussions exclusives » en vue de l'acquisition du Reign FC, un membre fondateur de la ligue nationale de football féminin aux États-Unis, la NWSL (National Women's Soccer League).

                      Le club, qui entame sa huitième saison en NWSL, évolue à Tacoma, dans l'État de Washington. Il a terminé deux fois premier de la saison régulière (2014 et 2015) et a participé quatre fois aux phases finales (les « play offs ») de la NWSL (2014, 2015, 2018, 2019) dont il a disputé la finale à deux reprises (2014 et 2015).

                      Effectif de qualité

                      Le Reign FC compte notamment dans son effectif l'attaquante Megan Rapinoe, joueuse FIFA de l'année 2019, et cheffe de fil de l'équipe féminine des Etats-Unis, à nouveau sacrée championne du monde l'été dernier au Groupama Stadium, le grand stade de l'OL. Pour mémoire, Megan Rapinoe a joué pour la formation rhodanienne en 2013, avant de rejoindre le club de l'Ouest américain. L'internationale galloise et ancienne milieu de terrain de l'OL, Jess Fishlock, figure également dans l'équipe. Autre illustration d'un effectif de qualité : en 2019, son attaquante Bethany Balcer a été élue meilleure jeune (« Rookie ») de l'année. De même, son entraîneur, Vlatko Andonovkski, a été désigné entraîneur de l'année de NWSL, précise l'OL Groupe dans son communiqué.

                      Développement de la marque OL

                      Fort de la reprise du Reign FC, la maison mère de l'Olympique lyonnais entend « consolider la place de l'OL en tant qu'acteur majeur du football féminin dans le monde et de poursuivre le développement de la marque OL aux États-Unis ». Jean-Michel Aulas, son médiatique PDG et premier actionnaire, a un rôle déterminant, depuis des années, dans le développement du foot féminin français, ayant fait de l'équipe féminine de l'OL la première formation en Europe.

                      L'OL et le Reign FC ont pour objectif de finaliser la transaction avant le 31 janvier 2020 afin d'être opérationnel pour la saison 2020 qui débute le 9 mars 2020, ce que Jean-Michel Aulas avait indiqué en évoquant son projet nord-américain. Le montant de l'opération n'a pas été mentionné. Lors de la présentation des comptes annuels 2018-2019 d'OL Groupe, sa direction avait indiqué que cette éventuelle opération de croissance externe outre-Atlantique se chiffrerait en « millions d'euros ».

                      Christophe Palierse

                      https://www.lesechos.fr/industrie-se...s-unis-1150703
                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                      Commentaire


                      • NWSL : Avec le rachat du Reign FC, l'OL concrétise ses ambitions américaines
                        Publié le 26 novembre 2019 09:00



                        Des deux côtés de l'Atlantique, le Reign FC et l'OL Groupe (propriétaire de l'Olympique Lyonnais) ont annoncé le lancement de « discussions exclusives » en vue de la « vente » de la franchise de NWSL à l'OL Groupe. Cette acquisition matérialiserait le souhait de Jean-Michel Aulas d'acquérir une franchise de football féminin aux États-Unis.


                        La « transaction » est censée être finalisée d'ici au 31 janvier 2020, ce qui signifierait que le club américain passerait sous le pavillon de l'OL Groupe en vue de la prochaine saison, qui débutera au printemps 2020. Les propriétaires actuels et fondateurs du club, Bill et Teresa Predmore resteraient actionnaires minoritaires du club, avec probablement un rôle dirigeant dans la nouvelle organisation, notamment dans le domaine de la formation pour Teresa Predmore.

                        Sur les terres de Megan Rapinoe

                        Initialement connu sous le nom de Seattle Reign, le club avait changé son nom en début d'année pour devenir simplement le « Reign FC », un changement lié à la relocalisation de l'équipe vers Tacoma et le Cheney Stadium, situés à 50 kilomètres au sud de la Ville Émeraude. Un changement d'adresse alors que le Memorial Stadium de Seattle était promis à la démolition et par ailleurs devenu inadapté pour attirer un public plus large (avec notamment une interdiction de vendre de l'alcool).

                        Le Reign compte parmi les équipes qui ont marqué la jeune histoire de la NWSL, remportant par deux fois le Shield (équipe terminant en tête de la saison régulière) en 2014 et 2015, mais aussi avec la rivalité entretenue avec les Portland Thorns, autre franchise de NWSL également basée dans le Nord-Ouest des États-Unis (dans l'état voisin de l'Oregon), offrant des derbies souvent animés et indécis. Les récentes championnes du monde Allie Long et Megan Rapinoe y évoluent de même que la milieu de terrain galloise Jessica Fishlock, passée par l'Olympique Lyonnais la saison dernière.

                        Le club du Nord-Ouest américain fait également partie des franchises qui ne sont aujourd'hui pas officiellement affiliées avec des clubs masculins. Le rapprochement avec l'OL marque notamment une prise de distance avec les Seattle Sounders, champion cette année en MLS (Major League Soccer, l'équivalent de la NWSL chez les garçons).

                        Le communiqué du Reign pour annoncer le possible rachat par l'OL explique notamment la disparition de la famille Hanauer de la liste des actionnaires, alors qu'Adrian Hanauer est l'un des propriétaires des Seattle Sounders. Les deux entités continueront malgré tout « leur collaboration », notamment en vue de la construction à Tacoma d'un nouveau stade spécifiquement destiné au football. À l'heure actuelle, le Reign évolue sur un terrain de baseball, adapté au moment des rencontres de NWSL.

                        Une évolution rapide de la NWSL

                        Des rapprochements avec des clubs masculins qui sont devenus un passage obligé pour les franchises de NWSL, à la fois pour disposer de moyens plus importants, et pouvoir évoluer dans des stades plus adaptés au grand nombre. Annoncées comme les prochaines franchises à rejoindre la NWSL, Louisville (Kentucky) et dans un second temps Sacramento (Californie) sont déjà liées dans leur projet à des équipes masculines de MLS ou d'USLC (deuxième division masculine).

                        Alors que la saison 2019 en NWSL a vu son affluence moyenne dépasser les 7.300 spectateurs par rencontre, le Sky Blue FC a récemment annoncé que ses matches à domicile pour la saison 2020 se joueraient à la Red Bull Arena (dans le New Jersey, à proximité de New York). De son côté le Washington Spirit jouera 4 de ses matches à l'Audi Field basé dans la capitale fédérale.

                        Deux stades occupés par des équipes de MLS (New York Red Bull et DC United) et qui permettront aux deux franchises de NWSL de multiplier par 5 leurs capacités d'accueil, après y avoir joué quelques matches cette saison et battu des records d'affluence.

                        Un partenariat esquissé au moment de la Coupe du Monde

                        Le choix de l'Olympique Lyonnais d'investir dans la région est donc à la fois le produit de la stratégie lyonnaise d'expansion outre-Atlantique (avec l'appui de Tony Parker, ancien champion NBA et actuel président de l'ASVEL), mais aussi des défis et difficultés auxquels le Reign a dû faire face ces dernières années pour poursuivre son développement.

                        Une situation notamment illustrée par la nécessité pour le club de quitter Seattle afin de disposer d'un stade adéquat pour faire grimper les affluences et accueillant pour l'ensemble des publics. Le communiqué du Reign évoque ce besoin « d'accroître les investissements dans [les] installations, pour le staff, les joueuses ». La direction du Reign estime que l'OL « a la capacité pour réaliser les investissements requis, [mais aussi] l'expérience et les connaissances pour que ces investissement puissent produire des résultats ».

                        Selon The Equalizer, les recherches lyonnaises auraient d'abord priorisé la Côte Est des États-Unis, mais ce serait finalement Bill Predmore qui aurait convaincu les dirigeants lyonnais d'engager les négociations, alors qu'il était présent à Lyon l'été dernier pour le dénouement du Mondial.

                        L'arrivée de l'Olympique Lyonnais en NWSL pose de nombreuses questions sur l'évolution du football féminin, aussi bien aux États-Unis, qu'en Europe, avec d'autres clubs dans la même optique, comme le FC Barcelone qui avait exprimé un intérêt en vue d'acquérir une franchise aux États-Unis.

                        Le caractère vertueux ou non de ce type de partenariats ne pourra se mesurer qu'avec le temps. Dans l'immédiat, elle constitue une nouvelle marque de la réussite lyonnaise, et du rayonnement de son équipe féminine à l'échelle internationale.


                        Photo : NWSL
                        Hichem Djemai

                        https://www.coeursdefoot.fr/event/nw...s-americaines/
                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                        Commentaire


                        • Wendie Renard : «Je n’oublie pas d’où je viens»
                          Nicolas Jambou
                          | 28 novembre 2019 07h00



                          À quelques jours de la publication de son autobiographie (le 4 décembre), l’emblématique capitaine de l’OL et de l’équipe de France a présenté son oeuvre à l'Équipière. En revenant sur certains moments clés de son histoire, avec une certaine émotion.


                          « Wendie, il vous reste une longue histoire à écrire, vous n’avez que vingt-neuf ans. Pourquoi ce timing pour écrire votre autobiographie ?

                          Je pense qu’il n'y a pas d’âge, mais ce n’est pas moi qui l’ai demandé. Il y a eu plusieurs sollicitations de la part de plusieurs éditeurs. Alors quand la question est venue, j’ai trouvé ça étonnant. Je me suis dit “Wouah”, mais je suis en plein dans ma carrière (rires) ! J’ai d’abord dit que c’était hors de question avant la Coupe du Monde, mais pourquoi pas après. Je ne suis pas quelqu’un qui aime parler de ma vie, ​je suis assez discrète, mais après une longue réflexion, j’ai pris la décision de le faire et aujourd’hui j’en suis très satisfaite.

                          Pouvez-vous nous résumer votre autobiographie ? Quel message voulez-vous faire passer en racontant votre histoire ?
                          Après beaucoup de discussions, de réflexions, j’ai décidé d’écrire ce bouquin pour aider les jeunes des Dom-Tom ou même des jeunes métropolitains ou à travers le monde. En lisant ce livre, chacun pourra y trouver un intérêt. J’ai raconté tout mon parcours depuis ma Martinique, de l’Essor Préchotin jusqu’à aujourd’hui. C’est un message de confiance, de persévérance, de travail, pour croire en soi. J’ai voulu montrer que tout était possible quand on était déterminé, qu’on savait ce qu’on voulait qu’on était bien entouré et bien encadré. Avec tous ces ingrédients, on peut réussir!

                          Pour qui ce livre serait le cadeau de Noël idéal ?
                          N’importe qui (rires) ! C’est pour les jeunes, les adultes, ça peut concerner beaucoup de gens. Chacun prendra ce qu’il voudra !

                          “Il faut se donner les moyens, il faut y croire !”

                          Vous donnez envie aux gens de se lancer dans le football professionnel ?

                          Oui mais pas uniquement dans le football ! De façon générale, la leçon de vie c’est de travailler. Qu’on ait envie de devenir médecin, podologue, kiné, avocat… Il faut se donner les moyens, il faut y croire ! J’ai eu un rêve depuis toute petite et j’ai réussi à l’atteindre. Tout est possible.

                          Le titre de l’autobiographie “mon étoile” fait référence à ce rêve ?
                          Non, pas vraiment. Beaucoup de gens qui me connaissent peuvent l’interpréter comme ils le souhaitent. Il peut signifier beaucoup de choses… La lumière que j’ai toujours eu sur ma route, les bonnes personnes qui m’ont toujours guidé, mon papa, pleins de choses...

                          Le courage, le respect, la combativité… Ce sont des valeurs fondamentales à vos yeux, vous leur avez accordé une place précieuse dans ce livre ?
                          A travers ce livre, j’ai voulu raconter aux gens qui j’étais ! Parfois on peut avoir une image qui ne représente pas du tout la réalité. J’ai baigné dans ces valeurs depuis toute petite, mais je n’ai pas voulu montrer qui j’étais, j’ai seulement voulu raconter mon histoire. Depuis toute petite, j’ai traversé beaucoup d’épreuves, qu’elles soient petites, moyennes, grandes, il a fallu les passer ! Avec le recul, je me dis que ça aurait dû être meilleur, mais quand on ne connaît pas ailleurs, on ne peut pas le savoir. On a fait avec ce qu’on avait, avec l’éducation que mes parents nous ont donné avec mes soeurs. C’est grâce à eux que j’ai cette volonté! Aujourd’hui, je suis contente et fière de la personne que je suis.

                          Vous êtes catholique pratiquante. Votre foi a aussi eu une place importante pour la femme que vous êtes aujourd’hui ?
                          A travers ce livre, on voit très bien l'importance qu’a eu la foi dans ma vie. Mais je ne vais pas dire aux gens qu’il faut croire en Dieu (rires) ! Chacun croit ou pas en ce qu’il veut. Moi j’y crois, alors je le partage !

                          “Si on a tout ce qu’on a aujourd’hui, c’est parce qu’on a gagné des trophées, qu’on a travaillé et cravaché dur”

                          Vous voulez aussi donner envie aux filles de se battre pour devenir footballeuse professionnelle? Ce n’est pas facile dans notre société, il faut parfois se battre contre les parents, le regard des autres, et puis il y aussi les risques financiers…

                          Je parle de tout ça, c’est exactement ça (rires) ! Au début, on n’avait pas ce qu’on a aujourd’hui, on n’avait pas de vestiaire, peu d’équipements... Si on a tout ce qu’on a aujourd’hui, c’est parce qu’on a gagné des trophées, qu’on a travaillé et cravaché dur. On mérite ce qu’on a ! Tout ce que j’ai pu vivre jusqu’à maintenant, toutes les difficultés, toutes les personnes qui ont été importantes pour moi, qui m’ont aidée à atteindre mes objectifs. J’explique toutes ces étapes dans le livre !

                          Vous représentez l’une des premières génération du football féminin professionnel en France. Ce livre peut-il servir de “mode d’emploi” pour gagner treize championnats de France, six Ligues des champions ?
                          Non je n’explique pas comment gagner ! Je dis avec beaucoup d’humilité que mon rêve premier était de venir et de réussir en métropole. Treize ans après, dire que j’allais avoir tout ce que j’ai aujourd’hui ce n’était pas écrit, ce n’était pas forcément mon destin. J’ai écrit ce livre pour partager tout ce que j’ai pu vivre pour en arriver où je suis aujourd’hui. Je ne veux pas être un modèle, je veux juste être moi même. Et je veux le partager aux personnes qui m’apprécient, ou qui ne m’apprécient pas et qui veulent savoir comment je suis. Je pense que je me reconnais très bien dans ce livre et c’est le plus important !

                          “[L’OL et moi,] on a grandi ensemble”

                          Perçoit-on cette évolution du développement du football féminin ?

                          On voit le parcours effectué pour en arriver là. J’ai voulu le faire pour partager, mais également pour dire la vérité. Je ne peux pas dire que tout est rose, que tout est facile. Il faut savoir rester raisonnable car par moments, il faut s’accrocher !

                          Pouvez nous raconter votre arrivée en France métropolitaine à 16 ans ?
                          Après le test manqué au CNFE de Clairefontaine, j’ai pensé que j’allais rentrer en Martinique… Mais le conseiller technique régional s’est battu. Il connaissait très bien mon actuel conseiller (nldr : Fred Labiche), et il a réussi ! Il a pris son téléphone, il a appelé Fred et lui a demandé de trouver un moyen de me trouver un essai à Lyon en faisant les démarches auprès du coach. Deux jours après, j’ai pris le TGV seule et voilà...

                          “[Jean-Michel Aulas] a été essentiel pour la construction du football féminin”

                          Vous êtes alors arrivée à Lyon où vous êtes une capitaine emblématique, une icône du club… Quelle place ont le club et la ville de Lyon dans votre vie ?

                          On le voit très bien dans le bouquin ! On a grandi ensemble, je suis arrivée très jeune ! Aujourd’hui, j’ai ma maison, j’ai gagné énormément de titres, j’ai vu l’évolution, je sais d’où nous sommes parties. Il y a des filles avant moi qui le savent encore mieux. Quand je suis arrivée, le club avait été créé deux ans avant. Chaque année, on a vu les progrès avec des petites choses qui peuvent paraître anodines mais qui font avancer chaque saison, surtout en gagnant des trophées.

                          Jean-Michel Aulas intervient dans votre livre, quelle importance a t-il eu dans la construction de votre carrière ?
                          (Elle interrompt). C’est normal qu’il intervienne ! Il n’a pas été important que pour ma carrière, il a été essentiel pour la construction du football féminin ! Je le remercie toujours, non pas pour lui envoyer des fleurs, je lui dis parce que c’est vrai ! Sans lui, on ne serait pas là aujourd’hui et le niveau du football féminin français ne serait pas le même. Bien sûr il y a des gens avant nous, il y a eu des pionnières qui ont notamment subi des moqueries. Mais le président est arrivé en 2004, il a repris la section. Il a voulu investir, gagner des titres. Il n’a pas que parlé, il a agi! Il y a eu aussi Paul Piemontese, Loulou Nicollin, qui est le premier à avoir cru au football féminin.

                          Il y a aussi ceux qui vous ont fait venir à Lyon dont Farid Benstiti, votre premier entraîneur. Vous en parlez ?
                          Je n’oublie personne, je n’oublie pas d’où je viens ! Toutes les personnes qui m’ont aidée, qui m’ont fait du bien, qui m’ont accompagnée du début jusqu’à la fin, elles sont dans le livre. Et ceux qui n’y sont pas, sont dans les remerciements. Peut-être que je vais oublier une ou deux personnes, mais je ne pense pas, je pense que tout le monde est là (rires) !

                          Cent dix-huit sélections, quatre sélectionneurs, le capitanat (retiré). On retrouve tout votre amour pour le maillot bleu dans le livre ?
                          Bien sûr, ça fait partie de ma carrière ! Il y a eu des bons, même des très bons moments, il y en a eu des moins bons. Tout ça j’en parle, ça fait partie de ma vie. J’en parle avec beaucoup de respect, j’essaie d’être claire, d’être Wendie Renard ! Il y a eu des bons moments dès le début avec Bruno, jusqu’à aujourd'hui. Il y a des belles choses à lire !

                          Quel est votre souhait le plus fort pour la suite ?
                          Tout ce que je me souhaite, c’est de continuer d’avoir la santé, que Dieu me donne le physique et surtout la fraîcheur mentale. Et je veux continuer à gagner des trophées.

                          Rendez dans quelques années pour un tome deux ?
                          Oui pourquoi pas au moment de la reconversion (rires) ! »

                          Pour plus d'informations sur Wendie Renard, lisez sa fiche technique !

                          https://www.lequipiere.com/actu.html
                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                          Commentaire


                          • Féminines / Globe Soccer Awards
                            Globe Soccer Awards : Bronze, Henry et Hegerberg nommées
                            Publié le 28 novembre 2019 à 09:00:00 par OT



                            L'équipe féminine de l'OL sera bien représentée aux Globe Soccer Awards, le 29 décembre à Dubaï.


                            Pour la première fois de depuis la création de l'évènement en 2010, les Globe Soccer Awards, organisés par l'EFAA (European Association of Player's Agents) et l'ECA (European Club Association) récompenseront le football féminin lors d'une cérémonie organisée à Dubaï, le 29 décembre.

                            Lucy Bronze, Amandine Henry, et Ada Hegerberg font partie des nommées pour le titre de joueuse de l'année. L'équipe féminine de l'OL fait aussi partie des nommées pour le titre d'équipe de l'année, en compagnie des équipes masculine de Liverpool et de l'Ajax.

                            https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...erberg-nommees
                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                            Commentaire


                            • IFFHS - L'OL meilleur club du monde pour la 6e fois, le PSG 7e au classement
                              Publié le 29 novembre 2019 22:22



                              Ce vendredi a eu lieu l'annonce du meilleur club féminin du monde, et pour la 5e fois consécutive (la 6e en tout) c'est l'Olympique Lyonnais qui s'adjuge le prix, au détriment du FC Barcelone (Champion d'Espagne) ou encore North Carolina Courage (Champion des Etats-Unis).


                              Sans surprise, l'OL a surclassé tous ces opposants au prix, puisque le club français a battu le champion d'Espagne 4-1 en finale de Ligue des Championnes cette année, tout comme le club américain de North Carolina, 1-0 lors de la Women's International Champions Cup 2019, qui a eu lieu aux États-Unis.


                              Le classement des clubs par points

                              1 Olympique Lyonnais France 284
                              2 FC Barcelona Spain 105
                              3 North Caroline Courage USA 36
                              4 VFL Wolfsburg Germany 32
                              5 FC Arsenal England 24
                              6 FC Bayern München Germany 19
                              7 Chicago Red Stars USA 17
                              7 Paris SG France 17
                              7 Portland Thorns FC USA 17
                              10 FC Chelsea England 16
                              10 Atlético de Madrid Spain 16
                              12 Corinthians Brazil 8
                              13 FC Juventus Italy 3
                              14 Slavia Praha Czech Republic 1
                              14 Sunflowers FC South Africa 1
                              14 Tigres UANL Mexico 1


                              Palmarès annuel des clubs

                              2012 : OL
                              2013 : VFL Wolfsburg
                              2014 : 1er VFL Wolfsburg, 2e OL, 3e FC Kansas City
                              2015 : 1er OL, 2e FFC Francfort, Bayern Munich
                              2016 : 1er OL, 2e VFL Wolfsburg, Bayern Munich
                              2017 : 1er OL, 2e PSG, 3e VFL Wolfsburg
                              2018 : 1er OL, 2e VFL Wolfsburg, 3e North Carolina Courage
                              2019 : 1er OL, 2e FC Barcelone, 3e North Carolina Courage


                              Photo : Maya Mans
                              La rédaction

                              https://www.coeursdefoot.fr/event/if...au-classement/
                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                              Commentaire


                              • Féminines / Distinction
                                Saki Kumagai élue joueuse asiatique de l'année 2019 !
                                Publié le 02 décembre 2019 à 13:30:00 par OT



                                La joueuse de l'OL Saki Kumagai a été élue joueuse asiatique de l'année 2019, ce lundi.


                                La cérémonie des trophées annuels de l'AFC, la confédération asiatique, se tenait lundi à Hong-Kong. La milieu de terrain de l'OL et capitaine du Japon Saki Kumagai a été élue joueuse asiatique de l'année 2019. Une distinction qui récompense une année riche avec le triplé D1 - Coupe de France - Women's Champions League en club. En sélection, Kumagai a atteint les 1/8 de finale de la Coupe du Monde organisée en France.

                                https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...de-lannee-2019
                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                Commentaire


                                • Féminines / Ballon d'Or France Football 2019
                                  Megan Rapinoe remporte le Ballon d'Or
                                  Publié le 02 décembre 2019 à 22:00:00 par



                                  L'internationale américaine et ancienne joueuse de l'OL a remporté le Ballon d'Or France Football, lundi soir.


                                  L’Olympique Lyonnais félicite Megan Rapinoe, récente vainqueure de la Coupe du Monde au Groupama Stadium, qui remporte ce soir le Ballon d’Or 2019 devant Lucy Bronze et Alex Morgan. Megan Rapinoe succède à Ada Hegerberg lauréate l’an passé du 1er Ballon d’Or féminin qui avait également mis à l’honneur 6 autres joueuses de l’OL, Dzsenifer Marozsan (3ème), Lucy Bronze (6ème), Amandine Henry et Wendie Renard (7ème), Saki Kumagai (12ème) et Amel Majri (13ème).

                                  Championne de France en 2013 et 2014 avec l’Olympique Lyonnais, Megan Rapinoe évolue aujourd’hui au Reign FC de Seattle avec lequel l’OL a récemment entamé des discussions exclusives de rachat. L’Olympique Lyonnais est très fier d’être, cette année encore, le club le plus représenté parmi les nommées du Ballon d’Or avec 6 Lyonnaises (Ada Hegerberg, Sarah Bouhaddi, Wendie Renard, Amandine Henry, Dzsenifer Marozsan et Lucy Bronze) dans la liste des 20 prétendantes au titre.

                                  L’Olympique Lyonnais félicite également son internationale japonaise, Saki Kumagai, élue meilleure joueuse asiatique de l’année 2019 aujourd’hui à Hong-Kong lors de la cérémonie des trophées de l'AFC, la confédération asiatique. Le club a également le plaisir de rappeler que sa défenseure internationale anglaise Lucy Bronze, 2ème des FIFA Awards, a été élue meilleure joueuse européenne 2019 par l’UEFA devant Ada Hegerberg et Amandine Henry.

                                  https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...-le-ballon-dor
                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                  Commentaire


                                  • Megan Rapinoe, Ballon d'Or féminin France Football : « Les Françaises ont peut-être besoin de se détendre »


                                    Megan Rapinoe après la victoire des États-Unis en finale de la Coupe du monde. (A. Martin/L'Équipe) Megan Rapinoe, élue Ballon d'Or lundi soir, a livré son avis sur l'équipe de France. L'Américaine n'est pas tendre avec la sélectionneuse des Bleues.

                                    Sy. D.mis à jour le 3 décembre 2019 à 16h53
                                    partager


                                    Deuxième Ballon d'Or féminin de l'histoire après la Norvégienne Ada Hegerberg, l'Américaine Megan Rapinoe a accordé une interview à France Football à la hauteur de sa réputation : sans concession, ni langue de bois. La championne du monde a été interrogée sur l'équipe de France, éliminée par les Etats-Unis en quarts de finale du Mondial (2-1). « Vu leur talent, les Françaises voleraient sur le terrain, estime Rapinoe. Mais elles ont tellement peur de perdre qu'elles ne s'autorisent pas à gagner. Relax, les filles ! Les Françaises ont peut-être besoin de se détendre ou d'être dirigées par un(e) coach plus débridé(e). »

                                    publicité

                                    lire aussi

                                    Wendie Renard épingle Corinne Diacre dans son autobiographie

                                    « Je n'ai pas compris le système tactique de l'équipe de France face à nous »

                                    Megan Rapinoe, Ballon d'Or féminin



                                    Si elle ne la cite pas nommément, Rapinoe n'est pas tendre avec Corinne Diacre, la sélectionneuse de l'équipe de France, dont elle critique les choix tactiques. « Je ne comprends toujours pas pourquoi Eugénie (Le Sommer) a évolué côté gauche lors de la Coupe du monde, s'étonne-t-elle. Elle devait être positionnée plein axe car elle est tellement créative. Ce qui aurait libéré la place pour Amel (Majri), qui rongeait son frein comme arrière gauche. Je n'ai pas compris le système tactique de l'équipe de France face à nous en quarts de finale. Mais je suis reconnaissante à la personne qui l'a mis en place. »



                                    Retrouvez l'intégralité de l'interview de Megan Rapinoe ce mercredi dans France Football.

                                    publié le 3 décembre 2019 à 16h25mis à jour le 3 décembre 2019 à 16h53
                                    inscription depuis 20 ans sur le forum .balayée , merci le nouveau site OLWEB

                                    Commentaire


                                    • Féminines / D1 Arkema
                                      Retour aux affaires face à Metz (dimanche 14h45)
                                      Publié le 07 décembre 2019 à 06:00:00 par OT



                                      L'équipe féminine de l'OL accueille Metz, dimanche (14h45), pour le compte de la 11ème journée de D1 Arkema.


                                      Pour la première fois de la saison, les Lyonnaises ont eu droit à une vraie trêve, sans matches internationaux. Ces deux semaines sans match depuis la victoire 4-0 à Soyaux ont permis aux joueuses de Jean-Luc Vasseur de souffler mais aussi de travailler à l'entraînement pour préparer la dernière ligne droite avant les fêtes de fin d'année. Avec la réception de Metz dimanche, puis celle de Dijon samedi prochain, l'OL à l'occasion de conforter sa place de leader de la D1 Arkema. D'autant plus que samedi, le PSG a concédé le nul 1-1 face à Montpellier dans le choc de la journée.

                                      Dernier adversaire de la phase aller, le FC Metz est en grande difficulté cette saison. Avec seulement 1 point au compteur, les Messines ont déjà un pas en D2, alors qu'elles s'étaient sauvées lors de la dernière journée la saison passée, malgré une défaite 3-0... sur le terrain de l'OL.

                                      https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...dimanche-14h45
                                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                      Commentaire


                                      • Féminines / D1 Arkema
                                        OL - FC Metz : un groupe de 18 joueuses sans Le Sommer et Silva
                                        Publié le 07 décembre 2019 à 06:34:00 par YM



                                        Jean-Luc Vasseur a dévoilé les noms des joueuses qui accueilleront Metz, dimanche, au Groupama OL Training Center, pour le compte de la 11ème journée de D1 Arkema.


                                        L'entraîneur des féminines de l'OL a décidé de faire appel au même groupe qui a effectué le déplacement à Soyaux pour la réception de Metz, dimanche, au Groupama OL Training Center. Une fois de plus, ce dernier disposera d'un secteur offensif amoindri puisqu'il devra faire sans Eugénie Le Sommer, toujours en soins, au même titre que Jessica Silva et Sally Julini.

                                        Groupe OL :
                                        Gardiennes :
                                        Bouhaddi, Weiss
                                        Défenseures : Bacha, Bronze, Buchanan, Cayman, Greenwood, Mbock, Renard
                                        Milieux : Christiansen, Henry, Kumagai, Majri, Marozsan
                                        Attaquantes : Cascarino, Hegerberg, Parris, van de Sanden

                                        https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...ommer-et-silva
                                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                        Commentaire


                                        • Féminines / D1 Arkema
                                          OL - Metz : les lyonnaises prennent le large (6-0)
                                          Publié le 08 décembre 2019 à 14:34:00 par fh



                                          L'OL reçoit le FC Metz pour un choc des extrêmes à l'occasion de la 11ème journée du championnat de D1 Arkema.


                                          LES TEMPS FORTS


                                          11' : Majri touche la barre transversale sur une frappe lointaine en pivot.
                                          11' : BUT ! Hegerberg part en contre et remporte son face à face grâce à une frappe croisée. 1-0
                                          15' : Kumagai touche elle aussi la barre sur une belle frappe enroulée.
                                          21' : Majri voit son tir frôler le montant droit.
                                          35' : BUT ! Mbock reprend au second poteau un coup-franc de Majri. 2-0
                                          37' : BUT ! Mbock est à la réception d'un ballon dévié de la tête par Renard sur corner. 3-0
                                          45+1' : BUT ! Hegerberg transforme un penalty qu'elle a elle-même provoqué. 4-0
                                          61' : BUT ! Lancée par Majri dans l'axe, Parris marque d'un petit piqué. 5-0
                                          75' : BUT ! Hegerberg est à la conclusion d'un beau mouvement collectif sur le flanc droit. 6-0




                                          RÉSUMÉ ET ENSEIGNEMENTS

                                          Comme prévu, l’OL prend rapidement les commandes de ce choc des extrêmes. Après une belle action initiée par Majri auteure d’un tir sur la balle transversale, Hegerberg reprend de la tête mais ne parvient pas à donner assez de puissance à son ballon. Ce n’est que partie remise pour la Norvégienne qui ouvre le score quelques secondes plus tard sur un face à face avec la gardienne (1-0, 11’).

                                          Après plusieurs occasions bien gérées par la défense messine, les Lyonnaises se montrent intraitables et inscrivent deux buts coup sur coup par l’intermédiaire de Mbock. La défenseure centrale reprend de la tête deux coups de pieds arrêtés parfaitement tirés au second poteau par Majri (2-0, 35’ et 3-0, 37’).

                                          La tornade rhodanienne se s’arrête pas là et va même marquer un quatrième but sur un penalty obtenu, et transformé d’en la foulée, par Hegerberg (4-0, 45+1’). Sous les yeux de Rudi Garcia et Maxwel Cornet venus assister au match, les Fenottes déroulent et rentrent aux vestiaires avec quatre pions d’avance grâce des doublés de Hegerberg et Mbock. Attendues pour cette rencontre face à lanterne rouge, les joueuses de Jean-Luc Vasseur répondent présentes.



                                          Dominatrices, elles ne baissent pas le rythme et se montrent dangereuses dès la reprise. Les occasions se multiplient et Parris revêt elle aussi le costume de buteuse. Lancée par Majri dans l’axe, l’Anglaise contrôle dans le sens du jeu et envoie le ballon au fond des filets d’un joli piqué (5-0, 61’). Sans pitié, Hegerberg inscrit un triplé à la suite d’un beau mouvement collectif entre Majri et van den Sanden sur le flanc droit (6-0, 75’). Comme la première période, la seconde est à sens unique. Les Lyonnaises font parler leurs qualités techniques individuelles et collectives pour s'imposer (6-0).

                                          Dans une rencontre ou le suspens n’avait pas sa place, l’OL remporte une victoire logique. Le club de Jean-Michel Aulas largue le Paris-Saint-Germain à cinq points et prend le large au classement de D1 Arkema.


                                          LES RÉACTIONS

                                          Selma Bacha :
                                          "On a fait le boulot mais il faut encore s'améliorer à l'image de notre première période. C'est un pas de plus vers le titre après le match nul du PSG. Mais on n'a que cinq points d'avance donc il faut continuer à travailler pour les conserver jusqu'au bout."

                                          Amel Majri : "C'était important de gagner. On a pris de l'avance en tête. On a pris du plaisir aujourd'hui même si on peut encore s'améliorer. On remercie nos supporters qui sont encore venus nombreux. Les coups de pied arrêtés sont une force pour nous et on s'est appuyées dessus."

                                          Griedge Mbock : "C'est toujours un plaisir de marquer. J'étais placée au bon endroit. Je suis contente du résultat. On a montré qu'on était à l'aise sur les phases arrêtées. C'est important pour l'équipe."

                                          Michel Sorin, coach adjoint : "C'est difficile de toujours attaquer. Les joueuses sont patientes donc c'est intéressant et cela devient difficile de jouer contre l'OL. On a encore eu beaucoup d'occasions... On ne s'attendait pas au match nul du PSG. Rien n'est joué mais on ne doit pas lâcher. On ne se dit pas que le championnat est terminé. On a une équipe tellement compétitrice."


                                          FEUILLE DE MATCH

                                          Au Groupama OL Training Center de Décines.
                                          D1 Arkema (J11) : OL - FC METZ 6-0 (4-0)
                                          Arbitre : Savina Elbour

                                          Buts : Hergerberg (11', 45+1', 75'), Mbock (35', 37'), Parris (61') à l'OL.
                                          Avertissement : Godart (70') à Metz.

                                          OL : Bouhaddi - Bronze, Mbock, Renard (cap.), Bacha - Henry (van den Sanden, 68'), Marozsan, Kumagai (Cascarino, 58') - Parris, Hegerberg (Christiansen, 81'), Majri. Entraîneur : Jean-Luc Vasseur.
                                          FC METZ : Lerond - Belkhiter, Fercocq, Godart (cap.), Kaya - Bigot (Sarpong, 58'), Rougemont (Wenger, 79'), Gavory - Delabre, Grimshaw (Rigaud, 69'), Gordon. Entraîneur : Manuel Peixoto.

                                          https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...z-compte-rendu
                                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                          Commentaire


                                          • Miss France 2020 : qui est Amandine Henry, présidente du jury ?



                                            PORTRAIT - La capitaine de l'équipe de France féminine de football va présider le jury du concours de Miss France, samedi 14 décembre.



                                            Amandine HenryCrédit : Franck Fife / AFPbenoitBenoît ColletJournaliste
                                            PUBLIÉ LE 14/12/2019 À 15:10MIS À JOUR LE 14/12/2019 À 15:58



                                            Amandine Henry aura une lourde tâche.La capitaine de l'équipe de France féminine de football et milieu de terrain de l'Olympique lyonnais présidera le jury du concours Miss France 2020, samedi 14 décembre, à Marseille.




                                            Fan de ballon rond dès ses 5 ans, rien ne prédestinait pourtant cette joueuse de talent, originaire de la banlieue de Lille, à élire la future Miss France. Celle qui se considérait dans ses jeunes années comme un "garçon manqué" a joué dans des équipes mixtes jusqu'à ses 13 ans. Pour échapper au sexisme ambiant, elle a dû redoubler de volonté.

                                            Amandine Henry a gagné en notoriété. Aujourd'hui, elle s'affiche à la une des magazines. Très présente sur les réseaux sociaux, elle est devenue une icône féminine et sportive.

                                            La future présidente du jury Miss France fait partie des premières footballeuses françaises qui ont pu vivre de leur passion. De son parcours, elle a tiré un roman destiné aux jeunes filles (Croire en ses rêves ! Le journal d'une championne), avec un message : "Il ne faut jamais baisser les bras, car tout est possible."


                                            11 titres de championne de France


                                            À lire aussiL'élection Miss France 2020 aura lieu le samedi 14 décembre au Dôme de Marseille.MISS FRANCE
                                            Miss France 2020 : tout ce qu'il faut savoir sur l'élection
                                            Amandine Henry est très fière que beaucoup de Miss France élues par le passé viennent du Nord, comme elle. Petite, elle regardait l'élection des Miss à la télévision avec sa mère. À un moment où le concours Miss France est décrié pour sexisme, la footballeuse n'en a cure. "Moi je trouve cela très beau. Il n'y a rien de vulgaire. C'est glamour", a-t-elle confié à L'Équipe.

                                            La joueuse de 27 ans a débuté sa carrière professionnelle au FCF Hénin-Beaumont en 2004. Lors de la saison 2004-2005, elle inscrit 11 buts en 20 matches. En 2007, elle rejoint la meilleure équipe de France, l'Olympique Lyonnais, avec qui elle gagne 11 titres de championne de France. En 2009, elle intègre l'équipe de France à l'occasion d'un match face à la Suisse. Après une escale à Portland en 2006-2017, elle revient dans les rangs du club du Rhône avec le titre de championne des USA en poche.

                                            Amandine Henry reste pour autant modeste. "Je ne m'attendais pas à ce qu'on pense à moi. Je ne suis qu'une petite footballeuse qui court après un ballon", a déclaré la joueuse à L'Équipe.



                                            RTL

                                            Commentaire


                                            • Féminines / D1 Arkema
                                              OL - Dijon : Retour d'Eugénie Le Sommer dans le groupe
                                              Publié le 13 décembre 2019 à 15:20:00 par OT



                                              Jean-Luca Vasseur a dévoilé son groupe de 18 joueuses pour la réception de Dijon, samedi (15h30).


                                              Absente depuis sa rechute à la cuisse lors de la réception du PSG, le 16 novembre dernier, Eugénie Le Sommer fait son retour dans le groupe pour la réception de Dijon, samedi (15h30). Jean-Luc Vasseur a dévoilé le nom des joueuses convoquées à l'issu du dernier entraînement, vendredi matin.

                                              Groupe OL :
                                              Gardiennes :
                                              Bouhaddi, Weiss
                                              Défenseures : Bacha, Bronze, Buchanan, Cayman, Greenwood, Mbock, Renard
                                              Milieux : Henry, Kumagai, Majri, Marozsan
                                              Attaquantes : Cascarino, Hegerberg, Le Sommer, Parris, van de Sanden

                                              https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...dans-le-groupe
                                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                              Commentaire


                                              • Féminines / D1 Arkema
                                                Finir l'année en beauté contre Dijon (samedi 15h30)
                                                Publié le 14 décembre 2019 à 06:00:00 par OT



                                                L'équipe féminine de l'OL accueille Dijon, samedi (15h30), pour le compte de la 12ème journée de D1 Arkema.


                                                Leader de la D1 Arkema avec 5 points d'avance sur le PSG à l'issue de la phase aller, l'OL reçoit Dijon pour le premier match de la phase retour et le dernier avant la trêve hivernale. Les Lyonnaises ont l'occasion de passer les fêtes au chaud en battant la seule équipe qui leur a résisté jusqu'à présent.

                                                Lors du match aller, les Dijonnaises avaient obtenu un miraculeux 0-0 en subissant les assauts lyonnais durant toute la partie. Depuis, Dijon n'a plus perdu et possède 5 points d'avance sur le premier relégable, Marseille.

                                                Nul doute que les joueuses de Jean-Luc Vasseur auront à coeur de prendre une petite revanche sur le résultat du match aller, en s'inspirant notamment de la belle victoire 6-0 obtenue contre Metz le week-end dernier. L'entraîneur de l'OL profite pour ce dernier match de l'année 2019 du retour d'Eugénie Le Sommer, qui avait rechuté à la cuisse lors de la réception du PSG, le 16 novembre dernier.

                                                https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...n-samedi-15h30
                                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                Commentaire


                                                • Féminines / D1 Arkema
                                                  Fin d'année réussie pour l'OL (2-0)
                                                  Publié le 14 décembre 2019 à 15:30:00 par YM



                                                  Les Lyonnaises ont battu un Dijon valeureux, ce samedi, au Groupama OL Training Center, à l'occasion de la 12ème journée de D1 Arkema.


                                                  LES TEMPS FORTS


                                                  12'. Cafouillage dans la surface suivi d'un tir de loin de Cascarino contré puis capté par Chavas.
                                                  17'. Très bon centre de Bronze dans la surface mais Marozsan manque complètement sa tête.
                                                  22'. Parris obtient un penalty mais Majri envoie le ballon au-dessus.
                                                  27'. Marozsan adresse un centre pour la tête décroisée de Parris qui frôle le montant.
                                                  32'. Majri tente sa chance de loin mais la balle termine dans les bras de Chavas.
                                                  35'. Sur un corner de Marozsan, Chavas passe au travers mais Majri, surprise, ne peut reprendre.
                                                  37'. Reprise de volée bombée de Majri, Chavas capte en deux temps.
                                                  39'. Centre du droit de Majri pour la tête de Hegerberg qui file encore à côté.
                                                  41'. Renard reprend de la tête un corner de Marozsan mais Chavas répond encore présente.
                                                  42'. Bronze trouve Hegerberg au point de penalty mais la gardienne bloque sa tête piquée.
                                                  56'. Frappe de Parris à l'orée de la surface, Chavas dévie du bout des doigts sur sa barre.
                                                  59'. Après un festival de Bronze, Parris remet en retrait à Marozsan qui rate une belle occasion.
                                                  61'. Greenwood reprend un corner de volée mais Bussaglia repousse en corner.
                                                  62'. Nouveau corner, Bronze place une tête piquée déviée par Chavas, Parris ne peut conclure.
                                                  67'. Coup franc de Marozsan, Renard remise pour Hegerberg qui marque. But refusé pour une faute.
                                                  71'. Coup franc de Majri claqué en corner par Chavas.
                                                  75'. Corner de Marozsan sur lequel Renard place une tête gagnante avec l'aide du poteau. 1-0.
                                                  90+4'. Servie par Henry, van de Sanden double la mise d'une frappe croisée au sol. 2-0.




                                                  LES TEMPS FORTS

                                                  Ce fut dur mais l'essentiel est là pour l'équipe de Jean-Luc Vasseur. Ultra-dominatrices de bout en bout de cette rencontre face à Dijon pour leur dernière sortie de l'année, les Lyonnaises ont dû attendre la fin du match pour remporter leur onzième victoire de la saison après douze journées.

                                                  Opposées à la seule équipe parvenue à leur prendre des points en championnat, lors du seul nul qu'elles ont concédé cette saison, les Rhodaniennes ont longtemps eu la possession du ballon et se sont créées énormément d'occasions sans parvenir, toutefois, à trouver la faille. En première période, les assauts olympiens se brisaient sur une Chavas impériale (12', 32', 37', 41' et 42') et en réussite, notamment sur ce penalty d'Amel Majri botté au-dessus des cages (22'). Mais si la gardienne pensait être en état de grâce, en détournant ensuite une belle frappe de Parris sur sa transversale (56'), la chance tournait enfin en faveur des Fenottes.



                                                  Sanctionnée d'une faute peu évidente quelques minutes avant qui avait privé Ada Hegerberg de son quinzième but de l'exercice (67'), Wendie Renard trouvait finalement le chemin des filets sur un corner de Dzsenifer Marozsan, en plaçant une tête du second au premier poteau avec l'aide du montant (75', 1-0). Face à une formation bourguignonne vraiment inoffensive, qui n'aura jamais mis Sarah Bouhaddi à l'épreuve, l'OL s'imposait logiquement et entérinait même son succès grâce à un deuxième but inscrit par Shanice van de Sanden, parfaitement lancée par Amandine Henry (90+4', 2-0).

                                                  Si rien ne fut simple aujourd'hui, c'est avec une victoire on ne peut plus méritée que l'OL met un terme à son année 2019 couverte de succès. Après deux dernières séances en début de semaine prochaine, les Lyonnaises, qui ont récupéré Eugénie Le Sommer de retour après un mois d'absence, pourront partir avec la conscience tranquille en vacances. Leaders de D1 Arkema, qualifiées pour les 1/4 de finale de la Women's Champions League et vainqueurs du premier Trophée des Championnes de l'histoire, elles ont encore une moisson de titres à faire l'an prochain. Et pour atteindre leurs objectifs, elles devront se ressourcer pleinement pour repartir sur le même rythme.




                                                  LES RÉACTIONS

                                                  Jean-Luc Vasseur :
                                                  « Les choses sont venues car on a su persévérer et rester patient, ce qu’on n’était pas parvenu à faire à l’aller. Ce tournoi aux États-Unis en début de saison a été important. On avait à cœur de le remporter en jouant de gros matches. Il y avait eu beaucoup d’intensité, de qualité. Le Trophée des Championnes a également été important, dans cette volonté de mettre Paris à distance. Cette première partie de saison est satisfaisante. »

                                                  Wendie Renard : « On savait que c’était important de mettre le premier but. On a mis les bons ingrédients mais on a souvent manqué de précision et de calme dans le dernier geste. On a gagné, c’est le plus important. On prend les matches comme ils viennent, en travaillant toujours. Dans l’ensemble, c’est une bonne première partie de saison. »

                                                  Shanice van de Sanden : « Je suis vraiment contente. Ça a été très difficile aujourd’hui. Je suis très heureuse d’avoir marqué mais je suis surtout fière de mon équipe. C’est une belle victoire. »

                                                  Eugénie Le Sommer : « On ne s’attendait pas forcément à ce style de match, surtout ici. Elles ont bien tenu mais c’était un attaque-défense. Sarah n’a rien eu à faire. J’ai l’impression que les deux équipes ne jouaient pas le même football. Mais finalement l’essentiel est là. Mon objectif était de revenir avant la fin de l’année et je suis heureuse d’y être arrivée. Je suis un peu déçue de reprendre et d’enchaîner directement par les vacances mais je suis contente d’avoir gagné ce match. »


                                                  FEUILLE DE MATCH

                                                  Au Groupama OL Training Center de Décines.

                                                  D1 Arkema (J12) : OL - Dijon FCO 2-0 (0-0).
                                                  Arbitre : Victoria Beyer.

                                                  Buts : W. Renard (75') et S. van de Sanden (75') pour l'OL.
                                                  Avertissement : R. Lavaud (72') au DFCO.

                                                  OL : S. Bouhaddi - L. Bronze, G. Mbock, W. Renard ©, A. Greenwood - D. Marozsan, S. Kumagai (E. Le Sommer, 59'), A. Majri - D. Cascarino (A. Henry, 68'), A. Hegerberg, N. Parris (S. van de Sanden, 68').
                                                  Entraîneur : Jean-Luc Vasseur.

                                                  Dijon FCO : M. Chavas - L. Goetsch, A. Trévisan, O. Cuynet, M-A. Awona - E. Nakkach, E. Bussaglia ©, S. Barbance (C. Stephen, 57'), R. Lavaud (T. Solanet, 73'), E. Bonet - L. Bouillot.
                                                  Entraîneur : Yannick Chandioux.

                                                  https://www.ol.fr/fr-fr/contenus/art...dfco-2019-2020
                                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                  Commentaire


                                                  • FA WSL : Isobel Christiansen retourne en Angleterre ?
                                                    Publié le 18 décembre 2019 18:54



                                                    Le mercato hivernal n'a pas encore débuté qu'un départ serait déjà acté. Le média anglais The Athletic annonce que la milieu de terrain anglaise Isobel Christiansen serait de retour en Angleterre dès le mois de janvier, du côté d'Everton.


                                                    Un retour aux sources


                                                    Arrivée en grande pompe en juillet 2018, en provenance de Manchester City, Isobel "Izzy" Christiansen pourrait retourner à Everton, un club qu'elle connait bien puisque c'est avec les Toffees qu'elle a démarré sa carrière. Alors que son contrat s'achève en juin prochain, l'internationale anglaise Isobel Christiansen ferait donc déjà ses valises pour rentrer en Angleterre.

                                                    Depuis le début de la saison, Isobel Christiansen n'a disputé que 64 minutes en 6 rencontres de D1 Arkema. Un temps de jeu faible, qui pourrait s'expliquer par une fin de saison dernière assez compliquée. Blessée à la cheville lors du match de SheBelieves Cup face au Japon, la joueuse de 28 ans avait alors fait une croix sur une éventuelle participation à la Coupe du Monde en France, où les Lionesses avaient terminé à la 4e place. Autre explication, les arrivées de Nikita Parris et Jessica Silva qui renforcent la concurrence au milieu de terrain. Des recrues auquel s'ajoutent également les joueuses indispensables au collectif Lyonnais telles que Dzsenifer Marozsan, Amandine Henry ou encore Saki Kumagai.

                                                    Objectif Euro 2021

                                                    Après une saison et demie dans le Rhône, Isobel Christiansen rejoindra probablement Everton dès le mois de janvier. Après une saison dernière qui les a vu assurer leur maintien, le club de la Mersey, qui compte parmi son effectif l'internationale française Maéva Clemaron, et parti pour faire mieux avec une cinquième place à la mi-saison. La formation de Willie Kirk a notamment battu Liverpool lors du derby à Anfield.

                                                    Cette arrivée pourrait permettre à Isobel Christiansen de retrouver l'équipe nationale et de, pourquoi pas, augmenter ses chances afin de disputer l'Euro 2021 en Angleterre.


                                                    Photo : Maya Mans
                                                    Karim Erradi

                                                    https://www.coeursdefoot.fr/event/fa...n-angleterre-/
                                                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X