Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Coupe de France Féminine 2018-2019

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #26
    Coupe de France - Huitièmes : le résumé des rencontres

    Retrouvez les résumés des sept premières rencontres de la Coupe de France féminine disputées ces 26 et 27 janvier


    L'OL sans trembler

    Les Lyonnaises n'ont pas forcé leur talent pour venir à bout des Sojaldiciennes. Rapidement Munich voyait le ballon se rapprocher de son but (5e, 7e, 14e). L'ouverture du score arrivait sur un centre de Majri pour Hegerberg repoussé au second poteau sur Cascarino (0-1, 17'). Trois minutes après, Mbock héritait d'un ballon renvoyé dans l'axe pour placer une frappe croisée (0-2, 20'). Avec cet avantage, l'OL peut dérouler et Hegerberg réussit un retourné parfait suite à une frappe manquée de Marozsan (0-3, 36'). Dans ce contexte, la seconde période ne laissait pas planer le doute. Marozsan s'y offre un doublé. Une première fois en récupérant un ballon pour placer une frappe écrasée qui surprend tout le monde (0-4, 54'). La seconde fois, elle est au départ puis à la finition en reprenant de la tête un service de l'Argentine Jaimes qui fête sa première avec l'OL par une passe décisive (0-5, 80'). L'addition aurait même être plus lourde si Van de Sanden (68e) ou encore Majri (86e) avaient eu plus de réussite. Le voyage en Charente s'est en tout cas bien passé avant de se replonger dans le championnat.

    Division 1 entre eux
    ASJ Soyaux-Charente (D1) - Olympique Lyonnais (D1) : 0-5 (0-3)
    Soyaux (Stade Léo Lagrange) - 636 spectateurs
    Arbitre : Elodie Coppola

    0-1 Delphine CASCARINO 17' (Marozsan décale sur Le Sommer couloir gauche qui centre devant le but. Bronze gêne Munich et le ballon file au second poteau où Cascarino seule, prend le temps de contrôler et d'ajuster du droit à bout portant au ras du montant)
    0-2 Griedge MBOCK BATHY NKA 20' (Corner frappé côté droit par Marozsan, le ballon revient sur Mbock à l'extérieur de la surface qui place une frappe de 20 m en force du gauche)
    0-3 Ada HEGERBERG 36' (Centre de Cascarino depuis la droite, Marozsan écrase sa reprise dans l'axe, le ballon part en cloche et Hegerberg tente un retourné du droit à 6 m qui finit sur la droite de Munich)
    0-4 Dzsenifer MAROZSAN 55' (Hegerberg sur la droite sert en retrait pour Marozsan à l'angle de la surface qui place une frappe croisée du droit à ras de terre qui surprend la défense et la gardienne)
    0-5 Dzsenifer MAROZSAN 80' (Marozsan lance Jaimes sur la droite qui arrive aux abords de la surface et délivre un centre pour Marozsan qui place une tête décroisée à 6 m)

    Avertissement : Cissoko 57'

    Soyaux : Munich ; Dumont (Canon 59'), Cissoko, Rougé, M'Bassidje, Boudaud ; Tandia (cap.), Babinga, Couturier ; Bourgouin (Lahmari 71'), Clérac (Da Costa 71')
    Banc : Canon, Da Costa, Lahmari, Cambot, Moinet (G)
    Lyon : Weiss ; Bronze, Mbock, Renard (cap.), Majri ; Henry, Fishlock (Kumagai 79'), Marozsan ; Cascarino (Van de Sanden 62'), Hegerberg (Jaimes 75'), Le Sommer
    Banc : Buchanan, Jaimes, Van de Sanden, Kumagai, Bouhaddi (G)


    Dijon renversant



    Les Guingampaises ont connu une grosse désillusion à domicile. Alors qu'elles menaient 2-0 à la pause, elles ont été dépassé par Dijon qui a inscrit cinq buts en seconde période bien aidé par le vent. Les Bretonnes avaient fait une partie du chemin inscrivant deux buts suite à des corners en première période avec Robert à la conclusion (2-0). Mais la physionomie changeait lorsque les joueuses de Chandioux décidaient d'en faire autant. Les tentatives lointaines de Bussaglia sous la barre puis Nakkach en lucarne remettaient les choses à plat (2-2, 55'). La suite était difficile pour Fauvel et ses partenaires. Awona permettait au DFCO de passer devant (2-3, 70'). Suivaient ensuite Bouillot d'une frappe croisée et enfin Thomas (2-5, 86'). Le constat final était sévère. En ayant su jouer avec les éléments, Dijon passe en quart.

    Division 1 entre eux
    En Avant de Guingamp (D1) - Dijon FCOF (D1) : 2-5 (2-0)
    Pabu (Stade du Centre de Formation "Akademi")
    Arbitre : Maïka Vanderstichel

    1-0 Faustine ROBERT 15' (Corner tiré par Le Garrec qui touche la transversale, Robert vient pousser le ballon au fond)
    2-0 Faustine ROBERT 38' (Corner bien travaillé de Le Garrec repris par Robert qui trompe Chavas)
    2-1 Elise BUSSAGLIA 49' (Frappe de 30 m de Bussaglia sous la barre sur un service de Bouillot)
    2-2 Elodie NAKKACH 55' (Mauvaise relance de Fauvel, Nakkach contrôle et place une frappe de 30 m en lucarne aidée par le vent)
    2-3 Marie-Aurelle AWONA 70' (Servie par Thomas, Awona sur la droite s'approche de la surface et adresse un centre-tir qui lobe Fauvel)
    2-4 Laura BOUILLOT 77' (Débordement de Thomas qui centre fort pour Bouillot qui marque au premier poteau)
    2-5 Lindsey THOMAS 86' (Lancée par Dali, Thomas vient marquer dans la surface)

    Guingamp : Fauvel ; Meffometou, Lorgeré, Debever (cap.) (Tyryshkina 80'), Hoarau ; Daoudi, Palis (Fourré 73') ; Robert, Le Garrec, Fleury (Laurent 57') ; Oparanozie
    Banc : Fourré, Tyryshkina, Laurent, Le Moing, Durand (G)
    Dijon : Chavas ; Awona, Trevisan (cap.), Cuynet, Carage ; Bouillot (Baldé 80'), Nakkach (Renard 89'), Bussaglia, Declercq (Stephen 87') ; Thomas, Dali.
    Banc : Gouineau, Renard, Stephen, Baldé, Mainguy (G)


    Fleury plus réaliste
    Les joueuses de Fleury se sont montrées plus réalistes pour venir à bout des Messines. Les joueuses de Peixoto auraient pu ouvrir la marque avec plus d'efficacité comme sur un corner de Bigot sur la barre (20e). Mais l'efficacité était pour les Floriacumoises avec une frappe d'Ali Nadjim déviée par Gomes Jatoba (1-0, 27'). En seconde période, Delie perdait son duel avec Gignoux-Soulier (46e) et Metz courait toujours après l'égalisation. Finalement, Ali Nadjim venait sceller la victoire de son équipes dans les arrêts de jeu d'une frappe croisée du droit (2-0, 90+2'). Fleury s'offre ainsi le premier quart de son histoire.

    Division 1 entre eux
    Fleury (D1) - FC Metz (D1) : 2-0 (1-0)
    Fleury-Mérogis (Stade Lascombe) - 115 spectateurs
    Arbitre : Victoria Beyer
    1-0 Nadjma ALI NADJIM 27' (Frappe cadrée au bord de la surface côté gauche d'Ali Nadjim déviée par Gomes Jatoba dans le but)
    2-0 Nadjma ALI NADJIM 90+2' (Lancée seule en profondeur, Ali Nadjim termine en ouvrant son pied droit par une frappe croisée dans le petit filet opposé)

    Avertissements : D.Corboz 90+4' ; Gomes Jatoba 26'

    Fleury : Gignoux ; Fernandes, Sissoko (cap.), Haupais, Roy ; D.Corboz, Bauer, Chatelain (R.Corboz 66'), Léger (Machart-Rabanne 81') ; Lamontagne (Amani 64'), Ali Nadjim.
    Banc : Benoist (G), Amani, R.Corboz, Machart-Rabanne, Jouan
    Metz : Viollaz ; Dechilly (Janela 72'), Gomes Jatoba (cap.), Pasquereau, Kaya (Delabre 60') ; Fercocq, Rougemont, Bigot, Gavory (Benabdelhak 81') ; Delie, Khelifi.
    Banc : Audia (G), Benabdelhak, Janela, Cammarata, Delabre


    Le Paris FC avec sérieux
    Tombeuses des Girondines de Bordeaux au tour précédent, les Malouines s'attaquaient à un autre gros morceau avec la venue du Paris FC à Marville. Malgré une météo capricieuse alternante vent, grêle et soleil, les Parisiennes ont su rester sérieuses. Elles mettaient la pression d'entrée face à un adversaire bien regroupé en défense. Une première alerte survenait sur le premier corner du match avec une parade de Fouchard sur la tentative directe de Thiney (17e). Sur le corner suivant, Sällström cadrait sa reprise (18e). La barre repoussait plus tard la frappe de 16 m de Thiney (33e), et une autre action avant la pause (44e). Quant à Saint-Malo, Ringenbach se retrouvait en face-à-face avec Benameur pour une belle occasion malouine (38e). Mais dans les arrêts de jeu, le PFC passait devant pour une faute sur Matéo. Thiney prenait Fouchard à contre-pied (0-1, 45+2'). A la reprise, le vent était favorable à Saint-Malo. Les Parisiennes gardaient la maîtrise du ballon mais n'arrivaient pas à faire la différence. L'entrée en jeu de Makanza était bénéfique. Après une première occasion (78e), elle était à la conclusion d'un centre de Thiney (0-2, 83'). Le Paris FC continue sa route et Saint-Malo sort avec les honneurs.

    Division 1 contre Division 2
    US Saint-Malo (D2) - Paris FC (D1) : 0-2 (0-1)
    Saint-Malo (Stade de Marville) - 737 spectateurs
    Arbitre : Clémence Goncalves

    0-1 Gaëtane THINEY 45+2' s.p. (Faute dans la surface sur Matéo. Thiney frappe le penalty du droit et prend Fouchard à contre-pied)
    0-2 Marina MAKANZA 83' (Makanza conclue une action collective à 8 m en reprenant un ballon venu de la droite de Thiney)

    Saint-Malo : Fouchard ; Enguehard, Février (cap.), Bourgouin, Leconte ; Daunas (Kaboré 46'), Ngock, Lelarge, Olivier ; Ringenbach (Saint-Georges 76'), Goutard (Ikene 56')
    Banc : Fikri, Ikene, Saint-Georges, Kabore, Thiery (G)
    Paris FC : Benameur ; Soyer, De Almeida (Cascarino 87'), Butel, Greboval ; Bilbault, Thiney (cap.), Vaysse (Benoit 74') ; Matéo, Sällström (Makanza 74'), Aigbogun
    Banc : Cascarino, Jaurena, Benoit, Makanza, Pecharman (G)

    Un penalty de Katoto qui change tout
    Les Havraises ont donné du fil à retordre aux Parisiennes qui ont été proches de devoir passer par les tirs au but face aux pensionnaires de R2. Dans l'enceinte du stade Océane, l'entraîneur havrais avait concocté une défense à cinq qui a su bien résister aux attaques adverses. Rien ne passait et il fallait un penalty sifflé par l'arbitre pour un main de Gagnet sur un ballon de Diani alors que la Havraise était au sol. Katoto ne manquait pas de réussir le seul but de la rencontre au grand dam du banc havrais qui fit part de son fort mécontentement. Auparavant Diani sur un lob avait été proche d'ouvrir la marque mais Cleverly avait réussi un sauvetage décisif (73e). Le tenant du titre passe finalement par la petite porte.

    Division 1 contre Division 2
    Le Havre AC (D2) - Paris Saint-Germain (D1) : 0-1 (0-0)
    Le Havre (Stade Océane) - 3 005 spectateurs
    Arbitre : Aurélie Efe

    0-1 Marie-Antoinette KATOTO 82' s.p. (Main de Gagnet au sol sur un ballon de Diani. Penalty frappé du droit par Katoto sur la droite de Brosnan prise à contre-pied)

    Avertissements : Thomas 25', Brosnan 82' ; Morroni 47'

    Le Havre : Brosnan ; Gagnet, Cleverly, McDonough (cap.), Davis ; Heuchan, Kergal ; Huaumé-Danet (Leek 66'), Clark, Thomas ; Policarpo (Adjabi 83')
    Banc : Sall, Leek, Allez, Adjabi
    PSG : Endler ; Glas, Paredes (cap.), Berglund, Morroni ; Diani, Diallo (Formiga 83'), Geyoro, Baltimore (Zamanian 71') ; Katoto, Nadim
    Banc : Périsset, Dudek, Formiga, Zamanian, Kiedrzynek (G)


    Pierre-Jean réussit le coup du chapeau
    Dans ce duel entre pensionnaires de D2, ce sont les Vendéennes qui ont eu la joie de trouver l'ouverture du score en premier. Entre une équipe alsacienne bien en place défensivement et une équipe locale plus d'attaque, la première période ne donnait rien et le bilan équilibré laissait un score vierge au repos (0-0). Il fallait attendre la délivrance de la jeune Pierre-Jean juste avant l'heure de jeu avec un centre-tir qui surprenait Drinkwater (1-0, 55'). Rien n'était encore joué jusqu'à la délivrance en fin de rencontre. A l'affût, cette même joueuse reprenait un ballon de Micheneau repoussé par la barre (2-0, 88'). Le triplé était même au bout du pied avec un centre de Boisneau repris moins de deux minutes après (3-0, 90').

    Division 2 entre eux
    ESOF La Roche-sur-Yon (D2) - AS Pierrots Vauban-Strasbourg (D2) : 3-0 (0-0)
    La Roche-sur-Yon (Stade de Saint-André d'Ornay)
    Arbitre : Hélène Burban

    1-0 Ilona PIERRE-JEAN 55' (Centre-tir depuis la gauche qui surprend Drinkwater)
    2-0 Ilona PIERRE-JEAN 88' (Pierre-Jean est à l'affût pour reprendre un ballon repoussé par la barre suite à une reprise de la tête de Micheneau après un centre de Martin)
    3-0 Ilona PIERRE-JEAN 90' (Centre à ras de terre depuis la droite de Boisneau repris par Pierre-Jean)

    La Roche : Picaud ; Sahraoui, Le Merdy, Cosson (cap.), Karadjov ; Marchadié, Lemarchand, E.Guyard, Pierre-Jean ; Muller, Rueda.
    Banc : Boisneau, Martin, Micheneau, A.Guyard (G)
    Vauban : Drinkwater ; Aouina, Bou Ndjouh, Gaudin (cap.), Cuillière ; Beffer, Kuhn ; Rump, Siskovic, Suss ; Myers
    Banc : Roth, Perrotte, Essoh, Hesse


    Le petit poucet s'est accroché



    Grenoble a dû se montrer patient pour venir à bout du petit poucet avignonnais et danser la qualification. Après l'OM et Croix de Savoie, l'AC Avignon espérait bien faire tomber une troisième formation de D2. Une mission préparée avec l'incertitude de la participation Saulnier, blessée la semaine passée. Finalement dans le onze, la buteuse décisive des deux tours précédents ne l'a cette fois-ci pas été. Durant le premier acte, Avignon tenait tête et lorsque l'arbitre sifflait un penalty pour une faute peu évidente de Mbala pour Agniel, ce sont les spectateurs du Parc des Sports qui retenait leur souffle. Froment l'exécutait parfaitement (1-0, 43'). Mais les Grenobloises revenaient avec l'intention de faire respecter la hiérarchie. Sur un corner mal dégagé, Fabre ne se posait de question et sa frappe heurtait le poteau local (48e). Spalacci était ensuite décisive face aux tentatives iséroises avant de craquer. Khoury grillait la politesse à la défense adverse pour offrir l’égalisation à Bretigny, bien placée (1-1, 67'). L'ex-internationale manquait de donner l'avantage après une belle ouverture de Khoury mais son lob fuyait le cadre (79e). Les Avignonnaises ne se laissaient pas abattre et un coup franc de la capitaine Abdesselem n'était pas si loin (84e) avant qu'une frappe lourde de Ponge oblige Perrault à la parade (87e). Les équipes n'étant pas parvenues à se départager, il fallait avoir recours aux tirs au but. Perrault stoppait la première tentative de Abdesselem puis celle de Saulnier. Seule Bueno échouait pour le GF38 qui se qualifie (3-4) et atteint pour la première fois les quarts de la compétition.

    Division 2 contre Régional 1
    Avenir Club Avignonnais (R1)-Grenoble Foot 38 (D2) : 1-1 (1-0) (tab 3-4)
    Avignon (Parc des Sports) - 700 spectateurs environ
    Arbitre : Savina Elbour

    1-0 Maëva FROMENT 43' s.p. (Faute peu évident de Mbala sur Agniel. Penalty réussi par Froment même si Perrault était partie du bon côté)
    1-1 Sandrine BRETIGNY 67' (Service parfait de Khoury repris par Bretigny)

    Avertissement : Krissa 90+3'

    Tirs au but : Abdesselem (0-0, arrêté), Khoury (0-1), Krissa (1-1), Boilard (1-2), x (2-2), Bueno (arrêté), Saulnier (arrêté), Guilhemjouan (2-3), Froment (3-3), Brétigny (3-4)

    Avignon : Spalacci ; Molina, Schiappa, Coustellié (Ergoug 77'), Mourard ; Ponge, Froment, Agniel (Krissa 50'), Abdesselem (cap.) ; Lapassouse, Saulnier
    Banc : Blanc, Ergoug, Harkiolakis, Krissa
    Grenoble : Perrault (cap.) ; Neutelers (Guilhemjouan 90+6'), Mbala, Da Cunha, Schlepp (Thivillon 46') ; Navas, Boilard, Bueno, Smaali ; Fabre (Khoury 56'), Brétigny
    Banc : Thivillon, Moussa, Khoury, Guilhemjouan, Troussier (G)

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...es_a15456.html
    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

    Commentaire


    • #27
      Coupe de France - Le tirage des quarts : OL - PSG à l'affiche

      Le tirage au sort des quarts de finale a dévoilé un choc entre les deux derniers vainqueurs. Un deuxième opposera des équipes de D1 PFC - Fleury alors que La Roche jouera Lille ou ESAP Metz, et Dijon accueillera Grenoble



      Les deux dernières finales avaient vu s'opposer l'OL au PSG. Cette fois-ci ce sera dès les quarts de finale le 9 ou 10 février prochain que les deux favoris s'affronteront. Un tirage effectué ce midi au siège de la FFF qui épargne les deux représentants de D2 encore lice voire trois si l'ESAP Metz réussit une performance en match en retard mercredi à Lille. Une autre opposition entre D1 sera un derby avec le PFC face à Fleury. Les Floriacumoises disputeront le premier quart de leur histoire tout comme Grenoble qui sera à Dijon. A l'inverse, Dijon peut égaler son meilleur parcours qui l'avait emmené en demi-finale de la compétition.


      Division 1 entre eux
      Olympique Lyonnais (D1) - Paris Saint-Germain (D1) (en direct sur Eurosport)
      Paris FC (D1) - FC Fleury 91 (D1)

      Division 1 contre Division 2
      ESOF La Roche (D2) - Lille OSC (D1) ou ESAP Metz (D2)
      Dijon FCOF (D1) - Grenoble Foot 38 (D2)



      Mardi 29 Janvier 2019
      Sebastien Duret

      https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...he_a15457.html
      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

      Commentaire


      • #28
        Coupe de France - L'ESAP METZ ne se déplacera pas ce mercredi à LILLE

        Le club messin qui a vu sa rencontre programmée le 26 janvier reportée à ce mercredi a indiqué dans un communiqué son intention de ne pas se déplacer en pleine semaine à Lille. Reste à savoir si le match pourra avoir lieu ce mercredi en raison de la météo annoncée. Un nouveau report compliquerait un calendrier déjà bien chargé



        COMMUNIQUÉ DE L'ESAP METZ

        Le football amateur crédible ou pas aux yeux de la FFF ?


        Nous souhaitons tirer la sonnette d'alarme ce jour suite à nos échanges récentes avec la FFF au sujet du report du match comptant pour les 1/8F de la Coupe de France Féminine de Football entre Lille (D1) et l'ESAP Metz (D2).

        En effet nos féminines devaient se rendre chez les Nordistes ce samedi 26 janvier 2019 pour jouer une éventuelle qualification en 1/4F de la compétition, ce qui serait une première dans l'histoire de notre petit club Mosellan.

        L'ESAP Metz est un club amateur implanté dans un quartier défavorisé de la ville de Metz. L'une de nos valeurs essentielles à laquelle nous sommes attachés et que nous croyons avec force est l'insertion par le biais du sport et du football en particulier. Comme chaque club amateur nous déployons nos forces pour apporter un rôle éducatif à destination de nos licenciés et à travers le quel le club enseigne les valeurs du sport à l'ensemble de ses licenciés.

        Depuis maintenant quelques temps le club et sa section féminine fait l'unanimité et la fierté des siens, de son quartier et de ses adhérents malgré le manque cruel de moyens.

        La FFF nous a annoncée le report de la rencontre en question au mercredi 30 janvier 2019, cette date ne pourra qu'entraîner un forfait de notre équipe féminine. Nous rappelons que nous sommes issus d'un milieu et que nous sommes une structure totalement amateur.

        À ce jour, nous comptons dans notre effectif de l'équipe féminine des licenciées qui travaillent et ont un emploi (et oui, il faut bien qu'elles travaillent pour remplir le frigo non ?).

        Nous sommes aujourd'hui dans une volonté claire et précise qui est de jouer cette rencontre un week-end avec les aménagements nécessaires à cet effet dans le but de permettre à nos footballeuses de vivre, qui sait peut être la seule et unique fois de leur vie un 1/8F de Coupe de France Féminine de Football. Quel souvenir ! N'est ce pas ?

        Le club fera appel de la décision de la FFF.

        #Vive le foot amateur.
        #Vive le foot et les émotions qu'il peut nous procurer.
        #Ne nous en privez pas.


        LE COURRIER DE LA FFF CONCERNANT LE REPORT A CE MERCREDI



        Mardi 29 Janvier 2019
        Sebastien Duret

        https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...LE_a15459.html
        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

        Commentaire


        • #29
          Coupe de France - 8e : nouveau report pour LOSC - ESAP METZ

          Alors que l'ESAP Metz indiquait ce mardi ne pas se déplacer en semaine à Lille, la rencontre en retard des huitièmes entre le LOSC et l'ESAP Metz a de nouveau été reportée en raison des conditions météo.




          Alors que ce mardi, le pensionnaire de D2, l'ESAP Metz, alertait sur les difficultés pour une équipe amateure de se déplacer en semaine, ce mercredi 30 janvier (=> à lire) c'est un nouveau report qui touche cette rencontre.

          La rencontre a été fixée au mercredi suivant, 6 février, soit quatre jours avant les quarts de finale dont le vainqueur de cette rencontre devra programmer son déplacement à La Roche (D2), le 10 février.

          https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...TZ_a15461.html
          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

          Commentaire


          • #30
            Coupe de France (8e) - LOSC - ESAP METZ : le club messin veut faire front

            Le tirage au sort de la Coupe de France n'a pas épargné les Messines cette saison. Non pas au regard des trois premiers adversaires de niveau régional mais avec autant de déplacement que de matchs joués. Et la rencontre des huitièmes de finale reportée à deux reprises est l'occasion d'une bataille engagée face à la FFF avec un nouveau déplacement au LOSC après deux reports successifs.

            Le Dogue du Domaine de Luchin sous la neige le 23 janvier dernier (photo LOSC)
            Le Dogue du Domaine de Luchin sous la neige le 23 janvier dernier (photo LOSC)


            Un calendrier sous contraintes pour les équipes de D1

            Depuis désormais quatre saison, le calendrier général est devenu chaque saison un casse-tête dans son élaboration. Il faut en effet tenir compte des très (trop ?) nombreuses dates internationales qui monopolisent pas moins de 10 week-ends entre septembre et mai, sans tenir compte des 22/23 et 29/30 décembre dernier. Il reste ainsi 27 dates pour placer 22 journées de championnat et cinq tours de coupe au calendrier des équipes de D1. L'équation est alors simple pour les équipes de D1. Un match en retard se disputerait nécessairement en semaine.
            L'avant-dernière journée de D1 qui doit se dérouler en même temps pour toutes les équipes en cas d'enjeu sportif est même placée le mercredi 24 avril actuellement en raison des demi-finales de la Ligue des Champions fixée en semaine par l'EUFA les 20/21 et 27/28 avril où l'OL et le PSG peuvent se qualifier. Seul le dimanche 24 mars est finalement sans rencontre pour les équipes de D1.

            Le règlement de Coupe de France a évolué
            Ces dernières saisons pour répondre aux diverses contraintes, le calendrier de la Coupe de France féminine a été modifiée. Cette saison, les équipes de D1 y entrent un tour plus tard (16es au lieu de 32es de finale) que précédemment pour répondre à ces contraintes calendaires.
            Pour la cinquième saison consécutive, la FFF prévoit aussi que les rencontres reportées soient disputées dès le mercredi suivant en semaine. Les premiers à en avoir fait la mauvaise expérience étaient les Isséennes alors en D1 qui avaient dû se déplacer le 7 janvier 2015 avec une équipe mixte composée de joueuses des équipes A, B et C sur le terrain de Rouen alors en D2. Les pensionnaires de D2 s'étaient imposées 6-0 ! L'actuelle présidente du club isséen, Christine Aubère, avait même chaussé les crampons pour l'occasion. Et lorsque la rencontre est reportée une seconde fois, elle peut être joué sur le terrain du club initialement visiteur selon le Règlement de la Compétition.


            Extrait du Règlement

            6.7 Matchs remis ou à rejouer

            1. Les matchs remis où à rejouer se disputent, en principe, le dimanche suivant. En cas d'impossibilité au calendrier, les clubs sont tenus d'accepter de jouer en semaine à partir des 32èmes de finale à la date fixée par la Commission Fédérale des Pratiques Seniors.

            2. Les rencontres remises ou à rejouer se déroulent sur le même terrain ou sur un terrain désigné par la Commission dans les conditions prévues à l'article 6.2.

            3. En cas de nouvelle impraticabilité du terrain, la Commission a la faculté de procéder à la désignation du terrain du club adverse ou à un autre lieu de rencontre en cas d'impraticabilité du terrain des deux clubs en présence. La décision doit être notifiée aux clubs intéressés au plus tard 72 heures avant la date du match et n'est pas, par dérogation à l'article 11.3, susceptible d'appel.


            L'ESAP Metz veut légitimer de jouer le week-end

            Episode 1 :
            Prévue le samedi 26 janvier 2019 au Domaine de Luchin près de Lille, la rencontre est finalement reportée en raison d'un arrêté suite aux précipitations de neige.

            Episode 2 : La rencontre est reprogrammée au mercredi suivant, soit le mercredi 30 janvier 2019. Le club messin dans un communiqué tire la sonnette d'alarme sur cette programmation en semaine : "Cette date ne pourra qu'entraîner un forfait de notre équipe féminine. Nous rappelons que nous sommes issus d'un milieu et que nous sommes une structure totalement amateur. À ce jour, nous comptons dans notre effectif de l'équipe féminine des licenciées qui travaillent et ont un emploi (et oui, il faut bien qu'elles travaillent pour remplir le frigo non ?). Nous sommes aujourd'hui dans une volonté claire et précise qui est de jouer cette rencontre un week-end avec les aménagements nécessaires à cet effet dans le but de permettre à nos footballeuses de vivre, qui sait peut être la seule et unique fois de leur vie un 1/8F de Coupe de France Féminine de Football. Quel souvenir ! N'est ce pas ?" Le club messin propose de jouer le dimanche 3 février mais sa requête n'aboutit pas. La Commission précise que le match de D1 prévu le samedi 2 février est déjà programmé et télévisé. Les autres dates proposées sont jugées trop lointaines alors que le quart de finale a lieu le 10 février prochain.

            Episode 3 : La Commission Fédérale des pratiques seniors - Section Féminines décidé le report de la rencontre prévue le 30 janvier pour éviter un déplacement potentiellement dangereux pour l'ESAP Metz. La rencontre est finalement fixée le mercredi suivant, 6 février mais sans être inversée.

            Episode 4 : Le club messin décide de faire appel de la décision en demandant que la rencontre soit inversée.

            Episode 5 : La Commission d'Appel est finalement fixée dès le jeudi 31 janvier au matin. Le club messin voit la décision notifiée dès le 1er février avec le maintien de la décision de première instance et une rencontre au mercredi 6 février.

            Episode 6 : L'ESAP Metz annonce envisager de faire forfait, n'étant pas en capacité en semaine faute de joueuses disponibles. Le club messin pouvait aussi saisir en urgence devant le conciliateur du CNOSF.

            Episode 7 : La rencontre est toujours fixée au mercredi 6 février avec un temps pluvieux annoncé. Reste à savoir qu'elle sera la décision définitive de Metz.

            A noter que dès ce dimanche, La Roche ESOF doit accueillir le vainqueur de la rencontre LOSC - ESAP Metz.

            Mardi 5 Février 2019
            Sebastien Duret

            https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...nt_a15479.html
            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

            Commentaire


            • #31
              Coupe de France (8e) - Le dénouement de LOSC - ESAP METZ sera sur le terrain

              Après dix jours intenses pour le club messin, le dernier huitième de finale de la Coupe de France aura bien lieu à Camphin-en-Pévèle. Seul l'horaire du coup d'envoi a été légèrement modifié.





              La proposition de conciliation s'en est tenue à un aménagement sur l'horaire de la rencontre en épilogue de cette dernière rencontre en retard de la Coupe de France. L'ESAP Metz n'a pas pu obtenir une inversion de la rencontre ou un changement de lieu comme l'a souhaité le pensionnaire de D2.

              L'équipe messine va donc rallier ce mercredi le terrain synthétique du stade municipal de Camphin-en-Pévèle distant de 350 km. L'horaire du coup d'envoi faisait partie finalement de la marge de négociation mais le club messin n'a pas pu obtenir auprès du LOSC de jouer en début de soirée comme il le souhaitait pour disposer d'un maximum d'effectif. C'est donc finalement à 15h30 que l'ESAP Metz devra se présenter pour le coup d'envoi.

              Le club messin qui avait songé à déclarer forfait sera finalement présent dans le Nord mais devrait l'être sans son entraîneur habituel Koami Dos Reis et avec un effectif amputé de près de la moitié de ses habituelles joueuses de l'équipe de D2, certaines d'entre elles n'ayant pas pu se libérer pour des raisons professionnelles. L'effectif sera complété par des joueuses de l'équipe réserve qui évolue en Régional 1.

              Pour rappel, le vainqueur jouera sa rencontre de quart de finale dès ce dimanche à La Roche-sur-Yon.

              >> Le détail du dossier

              https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...in_a15482.html
              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

              Commentaire


              • #32
                Coupe de France (8e) - Le LOSC s'impose sur la fin

                Les Lilloises ont dû persévérer pour se défaire d'une accrocheuse équipe messine en match en retard des huitièmes de finale. Le LOSC se déplace dès dimanche en quart de finale pour rencontrer l'ESOF La Roche (D2)

                photo LOSC
                photo LOSC



                Après deux reports et différents recours, la rencontre entre le LOSC et l'ESAP Metz a finalement eu lieu ce mercredi à Camphin-en-Pévèle.

                Les Messines s'étaient finalement déplacées à quatorze joueuses mais étaient malgré tout amputées de quelques absences pour ce déplacement en semaine dont l'entraîneur Koami Dos Reis. C'est Khadidja Bettahar qui accompagnait l'équipe pour l'occasion. D'entrée, les Lilloises encadrées par Christophe Douchez pour l'occasion mettaient la pression sur leurs adversaires et Sarr armait une première frappe (6e). L'attaquante lilloise allait de nouveau tenter sa chance sans succès (13e). Dans le but messin, Heil veillait (23e, 30e, 37e) déviant une frappe de Dufour juste avant la pause sur la barre (45e).

                A la reprise, Lille reprenait sa domination mais la défense et la gardienne lilloise pliaient sans rompre. Dafeur tentait sa chance de loin sur coup franc (56e), Coutereels plaçait le ballon juste à côté du cadre (59e). L'impatience se ressentait du côté du banc lillois et l'entraîneur procédait à ces premiers changements. Quatre minutes après son entrée en jeu, Saïdi délivrait un coup franc que Lernon reprenait de la tête (1-0, 79'). Le plus dur était fait même si Metz ne lâchait pas, la mission devenait ardue. Heil évitait un second but d'une belle parade sur une frappe de Dufour (90+2e). Après avoir touché la barre, Sarr trouvait la faille dans les arrêts de jeu sur une frappe du gauche dans la lucarne (3-0, 90+3') délivrant définitivement son équipe.

                Les Lilloises se rendront donc dès ce dimanche sur le terrain de l'ESOF La Roche autre pensionnaire de D2 avec en jeu une place en demi-finale.


                Mercredi 6 février 2019 - 15h30
                LILLE OSC (D1) - ESAP METZ (D2) : 2-0 (0-0)
                Camphin-en-Pévèle (Stade municipal) - 276 spectateurs
                Arbitre : Stéphanie Di Benedetto

                1-0 Jessica LERNON 79' (Coup franc de Saidi repris de la tête par Lernon)
                2-0 Ouleymata SARR 90+3' (Sarr crochète du droit et arme du gauche dans la lucarne)

                Avertissements : Demeyere 59' ; Yally 66'

                LOSC: Launay ; Lernon, Coutereels (c), Nicoli, Dafeur ; Mansuy (Diaz 62'), Teegarden (Polito 86'), Demeyere (Saïdi 74'), Dufour ; Boussaha, Sarr
                Banc : Innebeer, Polito, Chapeh Yimga, Diaz, Saidi
                ESAP: Heil ; Depetris (Richards 55'), Mete, Cordier, Gutenkauf ; Bouzouidja, Yally (c) ; Samri, Ameur (Maamari 83'), Diakhaté (Bourguignon 77') ; Gomes
                Banc : Bourguignon, Richards, Maameri

                Jeudi 7 Février 2019
                Sebastien Duret

                https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...in_a15483.html
                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                Commentaire


                • #33
                  Coupe de France - Le remake de la finale au programme des quarts

                  Les quarts de finale, avant-dernière marche avant la finale, se tiennent ce week-end. Deux pensionnaires de D2 sont encore en course tandis que l'affiche oppose les deux derniers vainqueurs.

                  Duel Hegerberg - Katoto
                  Duel Hegerberg - Katoto



                  Les tirages au sort des saisons précédentes avaient permis aux deux équipes de s'éviter aussi précocement dans la compétition. Cette fois-ci, il en a été autrement. En effet, c'est la première fois que les deux équipes s'affrontent aussi tôt dans la compétition. A quatre reprises, les deux équipes ont été adversaires en finale (3 titres pour l'OL dont après les tirs au but et une défaite l'an dernier permettant au PSG de s'imposer). La cinquième opposition avait eu lieu en 2010 en demi-finale. Deux arrêts de Sapowicz lors des tirs au but avaient permis au PSG d'atteindre la finale et de décrocher le précédent trophée du club face à Montpellier.

                  Cette fois-ci, c'est donc en quart de finale que les équipes vont s'affronter. Un choc qui arrive alors que les deux équipes sont encore à la lutte en championnat pour le titre tout en étant quasiment assurées de jouer la prochaine Ligue des Champions. Une rencontre qui se jouera avec le souvenir de l'épique finalement du 31 mai dernier à Strasbourg qui avait vu la victoire du PSG (1-0) dans une rencontre arrêtée plus d'une heure et achevée le 1er juin. C'est l'arbitre Florence Guillemin, déjà présente au sifflet à La Meinau qui dirigera à nouveau les débats et qui sera nécessairement scrutée dans ce contexte.

                  Deux D2 en lice et un derby francilien

                  Le Paris FC (ex Juvisy) n'a plus disputé de demi-finale depuis cinq ans. Une belle opportunité s'ouvre aux joueuses de Sandrine Soubeyrand. Mais il faudra faire face au voisin floriacumois qui réussit pour sa part un parcours historique dans la compétition et a l'occasion d'embellir sa saison alors que la situation en championnat est bien dégagée avec neuf points d'avance sur Lille.

                  Les Dijonnaises peuvent pour leur part égaler leur meilleure performance dans la compétition à savoir une demi-finale perdue face à Saint-Etienne en 2011 (0-5). Elles affrontent Grenoble, qui réussit un bon parcours dans cette compétition, alors que l'équipe est distancée en championnat.

                  L'ESOF La Roche, deuxième représentant de D2, est dans la même situation que Grenoble. La montée semble promise à Reims et la Coupe est l'occasion de pimenter la fin de saison. Les Vendéennes accueillent le LOSC qui vient de décrocher ce mercredi sa qualification en sortant l'ESAP Metz (2-0).


                  LE PROGRAMME

                  Samedi 9 février 2019

                  Lyon - PSG : 15h45

                  Décines-Charpieu (Groupama Stadium)
                  Arbitre : Florence Guillemin

                  Dijon - Grenoble (D2) : 16h00
                  Dijon (Stade des Poussots)
                  Arbitre : Victoria Beyer

                  Dimanche 10 février 2019
                  La Roche (D2) - Lille : 14h30

                  La Roche-sur-Yon (Stade de Saint-André d'Ornay)
                  Arbitre : Aurélie Efe

                  Paris FC - Fleury : 14h30
                  Bondoufle (Stade Robert Bobin)
                  Arbitre : Maïka Vanderstichel

                  Samedi 9 Février 2019
                  Sebastien Duret

                  https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ts_a15485.html
                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                  Commentaire


                  • #34
                    CDF : OL/PSG, l’heure du choc est déjà là
                    Sandrine Dusang | 8 février 2019



                    Ces samedi 9 et dimanche 10 février se joueront les quarts de finale de la coupe de France et si tous les matches devraient être intéressants à suivre, il y en a bien qui le saura encore davantage que les autres ! En effet, l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain, les deux finalistes de la précédente édition, se retrouvent déjà pour en découdre et décrocher un ticket pour les demies. Zoom.


                    Au programme de ces quarts de finale de coupe de France, pas de jaloux avec deux rencontres programmées ce samedi 9 février et les deux autres le lendemain. Alors que le Paris FC accueillera Fleury pour un derby essonnien, que Grenoble se déplacera à Dijon et que La Roche affrontera Lille, les regards seront probablement encore davantage fixés sur le choc entre l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain samedi après-midi (en direct sur Eurosport 2 dès 15h30).

                    Paris, tenant du titre

                    Comment ne pas repenser à la dernière confrontation entre Lyon et Paris dans cette compétition ? Si certaines rencontres sont plus mémorables que d’autres, la finale de la saison dernière entre les deux formations l’était incontestablement. Malheureusement, pas vraiment dans le bon sens. En effet, la finale de l’édition passée avait offert un scénario inédit et avait bien mérité un billet d’humeur.



                    Une finale cocasse mais qui n’enlève rien au fait que le PSG avait certainement fait son meilleur match contre Lyon ce jour-là. Malmenées, les Lyonnaises avaient cédé devant la technique de Marie-Antoinette Katoto à la 16e minute de jeu. Cette dernière inscrivait un superbe but grâce à un coup du sombrero pied droit enchainé d’une demi-volée pied gauche. Une réalisation qui confirmait la bonne entame de match des Parisiennes et qui finalement serait le seul et unique but de la partie (validé par l’arbitre). Une victoire 1 but à 0 et un sacre parisien qui avait mis fin à la série de six titres d’affilée de l’Olympique Lyonnais. Nul doute que les joueuses de Reynald Pedros voudront remettre les pendules à l’heure lyonnaise ce samedi.

                    OL/PSG, une première en quart

                    Bien plus que la finale de 2018, Lyon et Paris ont une histoire plus profonde en coupe de France… Les années passant, les deux clubs se sont déjà affrontés à cinq reprises dans cette compétition. En revanche, c’est la première fois que Lyonnaises et Parisiennes joueront aussi tôt les unes contres les autres. En effet, jusque-là elles ne s’étaient jamais rencontrées avant le stade des demi-finales.



                    Pour résumer l’historique de ces confrontations, c’est assez simple. Vous prenez quatre finales, vous en donnez trois à l’Olympique Lyonnais (2008, 2014, 2017 – aux TAB) et la fameuse dernière au Paris Saint-Germain (2018). Enfin pour la cinquième confrontation, il s’agissait là d’une demi-finale (édition 2009-2010). Un match qui s’était soldé par un nul 1-1 et où les Parisiennes avaient décroché leur ticket pour la finale en s’imposant 3 tirs au but à 2. Le PSG avait d’ailleurs décroché le titre cette année là an battant sévèrement Montpellier 5 buts à 0.

                    Un premier quart dans l’histoire des OL/PSG donc. Reste à savoir qui le remportera et se dégagera la voie pour les demies, voire plus…

                    Question de forme et de confiance



                    Bien malin celui qui annoncera le vainqueur de cette rencontre avec certitude… Évidemment, les Lyonnaises auront à coeur de faire oublier la finale de la saison passée mais alors que leur match de championnat a été annulé la semaine passée, on peut se demander si le fait de ne pas avoir joué est un avantage, un inconvénient ou même si cela a réellement une influence sur la rencontre de ce samedi. Pas certain que cela perturbe les Fenottes d’une quelconque manière. En revanche, ce qui est sûr, c’est que leurs adversaires parisiennes sont fin prêtes ! En s’imposant 4 buts à 0 face à Montpellier le week-end dernier, pour le compte de la 16e journée de D1, et en devenant leader provisoire du championnat par la même occasion, les joueuses de la capitale ont fait le plein de confiance et espèrent être à nouveau celles qui parviennent à battre l’Olympique Lyonnais.

                    Pour Wendie Renard et ses coéquipières, prendre une revanche devant leur public et qui plus est au Groupama Stadium sera forcément une motivation supplémentaire. Des éléments qui laissent plus qu’à penser que ce choc des quarts de finale de coupe de France sera chaud bouillant !


                    Programme des rencontres :

                    Samedi 9 février
                    15h45 – Lyon/Paris SG (diffusion sur Eurosport 2 dès 15h30, avec plateau « Femmes 2 Foot » avant et après match)
                    16h00 – Dijon/Grenoble
                    Dimanche 10 février
                    14h30 – Paris FC/ Fleury
                    15h00 – La Roche/Lille

                    Crédits photos : FFF, R.Mouillaud/Le Progrés/olweb.fr

                    https://www.footdelles.com/cdf-ol-psg-choc-des-quarts/
                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                    Commentaire


                    • #35
                      Coupe de France (Quart) - LYON tient sa revanche

                      Neuf mois après une finale remportée par le PSG, les deux derniers finalistes se retrouvaient au Groupama Stadium en quart de finale. Les Lyonnaises après un début de match marqué par plusieurs occasions, ont trouvé la faille par Fishlock à l'heure de jeu.


                      La Galloise Fishlock inscrit l'unique but du match (photo twitter OL)



                      Les Lyonnaises avaient à coeur de reconquérir le seul trophée qui leur avait échappé et cela passait par un succès face aux Parisiennes. Sur le terrain, les Lyonnaises qui évoluaient en 4-4-2 étaint d'attaque d'entrée face à un adversaire sur le reculoir et rapidement en difficulté. Bronze venait une première fois défier Endler dans l'axe mais perdait son face-à-face (5e). Les Lyonnaises se procuraient une nouvelle occasion quatre minutes après. Lancée par Marozsan, Hegerberg sur la droite de la surface frappait. Endler repoussait dans l'axe et Le Sommer avait suivi pour reprendre. Sa reprise était manquée et laissait le temps à Périsset d'effectuer un sauvetage inespéré. Les Lyonnaises croyaient au but mais l'arbitre avec son assistante ne le validait pas au grand dam des Lyonnaises (9e). Dans la foulée, Hegerberg en rupture ne pouvait finir alors que le but était vide (10e). La première réponse parisienne arrivait avec Nadim d'une tête piquée et un sauvetage de Bouhaddi (14e).

                      Un penalty manqué, buts refusés

                      L'OL en était alors toujours à 0-0. "C'était un match compliqué. On doit être plus tueuses. On a de belles occasions et on aurait pu mener 2-0 après 15 minutes. Au lieu de ça on les a laissé espérer" relevait Wendie Renard à l'issue du match. Les minutes suivantes n'étaient pas là pour les réconforter. L'OL marquait un but bien valable sur un centre d'Henry dévié par Dudek contre son camp au premier poteau. L'arbitre assistante signalait alors une sortie de but (15e). L'opportunité était aussi belle avec un penalty obtenu par Henry. Mbock le frappait mais Endler le repoussait (0-0, 21').

                      Avec cinq occasions franches et des décisions arbitrales en leur défaveur, les Lyonnaises n'avaient toujours pas pris un avantage qui semblait mérité. Le PSG faisait passer quelques frayeurs au camp lyonnais avec une perte de balle de Mbock qui profitait à Geyoro dès la reprise. Bouhaddi était présente en dernier rempart. Une nouvelle décision défavorable à l'OL venait entacher la rencontre avec cette fois-ci une main de Dudek dans la surface suite à une action de Le Sommer. Le penalty était oublié (50e). Le suspense restait palpable lorsque Katoto bien servie par Formiga se retrouvait en position de frappe. Mbock effectuait un retour décisif (58e).

                      Et Fishlock a surgi

                      La réussite qui fuyait les Lyonnaises était finalement ôtée sur une belle action collective. Un mouvement avec six passes côté droit, Bronze qui rentrait dans la surface. Malgré un contrôle manqué, Formiga venait défendre envoyait le ballon vers le but qu'Endler repoussait sur Fishlock qui jaillissait pour débloquer la situation (1-0, 60'). Les premiers changements intervenaient. L'OL passait en 4-3-3, l'entraîneur du PSG faisait entrée Diani puis Diallo. Le match restait accroché et une nouvelle alerte dans la surface lyonnaise le rappelait. Sur un long ballon de Dudek, Renard voulait remiser de la tête sur Bouhaddi mais Katoto arrivait à intercepter et plaçait un lob juste à côté (80e). Une dernière offensive d'Hegerberg se soldait par une parade d'Endler et la qualification était lyonnaise.

                      Lyon tient sa revanche et est en bonne voie pour inscrire une nouvelle ligne à son palmarès avec la chute de son principal rival.


                      Samedi 9 février 2019
                      Lyon - PSG : 1-0 (0-0)

                      Décines-Charpieu (Groupama Stadium) - 10 217 spectateurs
                      Arbitre : Florence Guillemin

                      1-0 Jessica FISHLOCK 60' (Action couloir droit pour l'OL avec Bronze qui joue avec Marozsan qui trouve Hegerberg dans l'axe qui remet sur Bronze. Son contrôle est raté, Formiga arrive et contre le ballon qui file vers son but. Endler dévie vers le second poteau où surgit Fishlock pour pousser du droit en taclant)

                      Avertissements : Le Sommer 16', Renard 68', Bouhaddi 81', Henry 82' ; Wang 34', Morroni 39', Lawrence 78'

                      21e : Penalty obtenu par Henry pour une faute de Morroni. Mbock ouvre son pied droit mais Endler part du bon côté et repousse

                      OL : Bouhaddi; Bronze, Mbock, Renard (cap.), Majri ; Kumagai ; Henry, Marozsan (Van de Sanden 65'), Fishlock ; Le Sommer, Hegerberg
                      Banc : Cascarino, Jaimes, Van de Sanden, Buchanan, Weiss (G)
                      PSG : Endler ; Périsset, Paredes, Dudek, Morroni ; Wang (Diallo 71'), Formiga (cap.), Geyoro, Lawrence (Bruun 87') ; Nadim (Diani 66'), Katoto
                      Banc : Diani, Glas, Diallo, Bruun, Kiedrzynek (G)

                      Samedi 9 Février 2019
                      Sebastien Duret

                      https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...he_a15491.html
                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                      Commentaire


                      • #36
                        Coupe de France (Quart) - GRENOBLE s'offre une D1 et une première demie !

                        Les Grenobloises ont réussi la performance de tenir en échec les Dijonnaises qui évoluent un cran plus haut avant de décrocher une qualification historique en demi-finale à l'issue des tirs au but.

                        La joie grenobloise
                        La joie grenobloise



                        Les pensionnaires de D2 n'étaient pas venues pour se laisser faire et si le DFCO prenait la possession du ballon à son compte, les Iséroises n'étaient pas en reste en se procurant des occasions. Sur une série de corners grenoblois, Elisor (10e) puis Bretigny (11e) étaient dangereuses, la seconde expédiant sa reprise sur la barre de Mainguy. Coup sur coup, Dijon en faisait autant après un coup franc de Bussaglia, une première reprise de la tête expédiée sur la barre, avant que Storti aussi ne touche du bois (13e). Les Dijonnaises manquaient de précisions et étaient moins tranchantes face à un adversaire qui se repliaient bien en défense. Le premier corner dijonnais arrivait juste avant le repos conclut sur un choc entre plusieurs joueuses (45+2e).

                        Les trois parades de Mainguy n'ont pas suffi

                        Coupe de France (Quart) - GRENOBLE s'offre une D1 et une première demie !

                        La seconde période reprenait avec des Dijonnaises plus entreprenantes mais rarement devant le but de Perrault, à la parade sur une frappe de Baldé (57e). Grenoble résistait et répliquait avec Brétigny (65e). La réplique est immédiate mais la frappe de Declercq ne trouvait personne en déviation (66e). Incapable d'ouvrir la marque, Chandioux lançait dans le bain, Barrier à la place de Baldé, qui tentait sa chance (86e). Grenoble se recroquevillait à l'approche des tirs au but.

                        Avec succès, car l'exercice allait être concluant. Malgré les parades de Mainguy qui n'aura rien à se reprocher, stoppant trois tentatives de Navas, Bueno et Smaali, ses partenaires manquaient le coche avec deux arrêts de Perrault mais aussi deux tirs au dessus de Nakkach et Carage. Le dernier tir était pour Fortin, le huitième de son équipe, à contre-pied (4-5). Déjà passé par les tirs au but au tour précédent face à Avignon (R1), Grenoble s'offre une demi-finale inédite.

                        L'entraîneur dijonnais ne connaîtra pas les mêmes joies que celles rencontrées avec Gueugnon en tant que joueur ou Montceau comme entraîneur avec regrets : "On n'a pas fait le match qu'il fallait. Elles (Grenoble) ont joué avec leurs qualités. C'est comme ça, c'est le football. On a déjoué sur certains postes." Le manque d'efficacité a été flagrant sans Thomas et Dali.


                        Dijon - Grenoble (D2) : 0-0 (tab 4-5)
                        Dijon (Stade des Poussots) - 548 spectateurs
                        Arbitre : Victoria Beyer

                        Tirs au but : Declercq (arrêté), Khoury (0-1), Solanet (1-1), Navas (arrêté), Bussaglia (2-1), Bueno (arrêté), Cuynet (arrêté), Da Cunha (2-2), Bouillot (3-2), Guilhemjouan (3-3), Nakkach (au dessus), Smaali (arrêté), Trevisan (4-3), Schlepp (4-4), Carage (au dessus), Fortin (4-5)

                        Avertissements : Trevisan 29', Solanet 86'

                        Dijon : Mainguy ; Awona, Trevisan (cap.), Cuynet, Carage ; Bussaglia, Nakkach, Dali-Storti (Solanet 58') ; Baldé (Barrier 78'), Bouillot, Declercq.
                        Banc : Gouineau, Maetz, Solanet, Barrier, Chavas (G)
                        Grenoble : Perrault (cap.) ; Fortin, Da Cunha, Mbala, Schlepp ; Khoury, Bueno, Smaali, Elisor ; Navas, Brétigny (Guilhemjouan 66')
                        Banc : Guilhemjouan, Neutelers, Moussa, Thivillon, Troussier

                        Samedi 9 Février 2019
                        Sebastien Duret

                        https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...e-_a15492.html
                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                        Commentaire


                        • #37
                          Coupe de France (Demies) - GRENOBLE face à l'OL, le PARIS FC accueillera le LOSC

                          Le tirage au sort des demi-finales de la Coupe de France a été effectué ce mardi midi. Un derby rhonalpin opposera le GF38 à l'OL, probablement au Stade des Alpes, alors que le PFC reçoit le LOSC. Deux rencontres prévues les 9 ou 10 mars 2019.



                          Pour Grenoble et Lille, il s'agira de leur première demi-finale dans cette compétition. Les deux vainqueurs disputeront la finale prévue le mercredi 8 mai prochain dans un lieu à communiquer par la FFF.



                          Mardi 12 Février 2019
                          Sebastien Duret

                          https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...SC_a15494.html
                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                          Commentaire


                          • #38
                            Coupe de France - La finale à CHÂTEAUROUX

                            La FFF a officialisé ce mercredi le lieu de la finale de l'édition 2018-2019 de la Coupe de France féminine qui se jouera au stade Gaston-Petit de Châteauroux le mercredi 8 mai prochain.





                            La finale de la 18e édition de la Coupe de France féminine aura donc lieu à Châteauroux (Indre), le mercredi 8 mai 2019 (21h00) au stade Gaston-Petit. Ce sera la deuxième fois que ce département accueille une finale. Et une similitude avec celle organisée le 14 mai 2005 au Stade de la Tête Noire à Buzançais pourrait avoir lieu. En effet, cette année là, la finale du Challenge de France avait vu s'opposer le FCF Juvisy à l'Olympique lyonnais devant près de 700 spectateurs et une victoire lors de la séance de tirs au but (5-4) après un score de 1-1.

                            Sandrine Soubeyrand avait décroché le trophée avec son équipe qui porte les couleurs désormais du Paris FC pourrait retrouver en fin l'Olympique Lyonnais lors de cette finale 2019. Les demi-finales opposent le Paris FC au LOSC et l'OL sera à Grenoble.

                            https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...UX_a15495.html
                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                            Commentaire


                            • #39
                              Quelqu'un sait si le match de dimanche est télévisé ?
                              Débattre c'est accepter la mise en danger de nos certitudes

                              Commentaire


                              • #40
                                Coupe de France (Demi) - Nicolas BACH : « Relativiser l'évènement »

                                A la peine en championnat, Grenoble brille en coupe de France, où il a atteint pour la première fois de son histoire les demi-finales. Le tirage au sort a en plus gratifié les joueuses de Nicolas Bach du nonuple vainqueur de la compétition, l'OL. Le tacticien se confie sur sa façon d'appréhender et préparer la rencontre.




                                A l'approche de ce match, qu'est ce qui prédomine ? Est-ce la joie de disputer une belle affiche, ou la peur de repartir avec une grosse fessée ?

                                De mon côté, ce n'est ni l'un ni l'autre. Ce qui prédomine c'est la concentration sur les moyens à mettre en oeuvre. C'est un peu la même chose qu'avant le match à Dijon : penser à un exploit, à une élimination, c'est pas forcément ce qui nous a habité : c'était de savoir comment on se prépare au mieux. On essaye d'identifier certains points clés qui nous permettrons de faire la meilleure performance possible. Et on sait que même en le faisant, on peut se retrouver à perdre, même si dans ce cas, la défaite ne sera pas aussi sévère.

                                De voir que Lyon a pu avoir plus de difficultés ces derniers temps, face à Lille (victoire 1-0) par exemple, ça vous donne plus d'espoirs, d'idées ?
                                Plus d'idées oui, forcément on a regardé ce match avec intérêt, mais le problème avec l'OL c'est que c'est tellement dur de programmer le match, de savoir quelle équipe ils vont aligner, comment ils vont jouer... Il y a tellement de qualité et un effectif si large que ce n'est jamais la même équipe deux fois. A Dijon on savait contre qui on allait jouer, donc on savait plus ou moins ce qui allait se passer. Là, il y a beaucoup plus d'incertitudes. C'est difficile de se projeter.

                                « Pouvoir tirer le meilleur de nous-même »

                                Même si le match aura seulement lieu dix jours plus tard, espérez-vous que les Lyonnaises aient un peu la tête à leur match de Ligue des champions face à Wolfsbourg ?

                                Tout ça ce sont des suppositions qui de toute façon ne changeront pas notre performance à nous. Je ne sais pas dans quel état d'esprit elles seront, et ce ne sont pas des questions que je me pose. On verra leur forme physique, certaines reviendront de sélection... Ce qui nous préoccupe, c'est de savoir comment faire pour être au top de nos capacités ce jour-là.

                                Auprès de vos joueuses, vous insistez donc sur leur performance, et la concentration...
                                On ne s'interdit pas un exploit, mais on leur demande de mettre le contexte et l'émotion de côté, pour pouvoir tirer le meilleur de nous-même.

                                Est-ce que vous avez déterminé un programme d'entraînement spécifique en vue des demi-finales ?
                                Non, rien de différent. On va juste faire une séance au stade des Alpes, ça on en a pas l'habitude c'est vrai, mais on ne change rien au niveau du travail. Dimanche, là-bas, on sera très loin du guichet fermé, faut pas rêver ! A titre personnel, j'espère qu'on arrivera à faire venir 5 000 personnes.

                                La présence d'une ancienne de l'OL, Sandrine Brétigny, dans votre effectif, peut vous apporter un plus ?
                                Bien sûr. Elle a toujours la même envie de gagner, la même hargne dans sa tête, elle ne fait pas les choses à moitié ! Elle donne le meilleur d'elle-même, avec passion et entrain... Après toutes les années de carrière qu'elle a derrière elle c'est impressionnant. Elle sera importante mais c'était aussi le cas sur les matches d'avant. Et puis il y en a d'autres qui ont connu les matches de haut niveau. On est un peu embêtés par les blessures en ce moment aussi (au moment de cette interview, seule Julie Piga était déjà forfait, NDLR), on a beaucoup joué depuis le mois d'août, on ne s'est presque jamais arrêté, donc l'effectif fatigue et c'est un autre paramètre à gérer.

                                « La coupe de France a redoré notre saison »

                                Nicolas Bach (photo Julien Diaferia/GF38)
                                Nicolas Bach (photo Julien Diaferia/GF38)

                                Avoir d'autres anciennes joueuses de D1 dans votre effectif (Khoury ou Schlepp), cela facilite votre travail de préparation ?

                                Oui, c'est toujours un plus. Après on a joué Lyon au début de la saison en amical, donc cela veut dire qu'il y a pas mal de joueuses qui savent à quoi s'attendre, ça permet de mieux appréhender la confrontation. Il faut qu'on arrive à relativiser l'évènement, pour pouvoir être performants.

                                Vous avez eu un trou d'air entre fin septembre et fin novembre en championnat. Votre équipe a redressé la pente depuis. Ce retour des résultats, c'est aussi lié à votre parcours en coupe de France ?
                                Exactement. Le réel match charnière c'est notre match face à Yzeure au premier tour, fin novembre (victoire 2-1, NDLR). C'est depuis ce match qu'on n'a plus perdu. Ça nous a permis de lancer une nouvelle dynamique, qu'on entretient depuis malgré notre match nul ce week-end alors que la victoire était à portée de main (face à Montauban, 2-2). La coupe de France a redoré notre saison, c'est une certitude.

                                Avant le début de la saison 2017-2018, vous parliez de titiller les trois équipes de tête, ce que vous aviez fait en terminant 4e. Cette année vous êtes 7e, peut-on parler de régression ?
                                D'un point de vue comptable, en regardant le classement, oui. D'un point de vue global en revanche, non. C'est une saison où on a franchi pas mal d'étapes. Il n'y a pas eu de crise de fonctionnement, ni de relation, mais une crise de résultats. Forcément elle participera au fait qu'on soit déçus en fin de saison. On était de toute façon pas assez armés cette année pour jouer la montée, mais peut-être qu'on le sera plus après une saison comme celle-ci, plutôt que si on avait fini 3e, qu'on s'était fait sortir rapidement de la coupe, etc. On aura eu plus d'enseignements, d'enrichissement pour les joueuses et pour l'équipe, afin d'être plus performants la saison prochaine. C'est mon pari en tout cas. En termes de qualité de saison, je ne suis pas sûr qu'elle ne nous soit pas plus bénéfique qu'une autre.

                                Qu'avez-vous le plus apprécié chez vos joueuses ?
                                C'est leur réaction après cette mauvaise période, mais aussi leur capacité à aller de l'avant, à trouver des adaptations ensemble, à se responsabiliser... Plein de choses qu'il nous manquait auparavant et qu'on a en ce moment. Maintenant il faut faire perdurer ça le plus longuement possible.


                                DIMANCHE, 15h15, STADE DES ALPES

                                Les places pour la demi-finale de Coupe de France entre le GF38 et l'Olympique Lyonnais sont en vente sur la billetterie en ligne du clubet à la boutique du Stade des Alpes (3 boulevard Jean Pain).

                                Seules les tribune nord et sud sont pour l'instant proposées à la vente et à des prix plutôt attractifs (à partir de 3€ pour les abonnés GF38).

                                Vos places ici : https://billetterie.gf38.fr

                                Vendredi 8 Mars 2019
                                Vincent Roussel

                                https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...nt_a15571.html
                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                Commentaire


                                • #41
                                  Envoyé par Florentin Voir le message
                                  Quelqu'un sait si le match de dimanche est télévisé ?
                                  Sur Eurosport2 en live duplex avec Paris FC-Lille
                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                  Commentaire


                                  • #42
                                    Merci pour l'info
                                    Débattre c'est accepter la mise en danger de nos certitudes

                                    Commentaire


                                    • #43
                                      #CDF : Une demi-finale historique pour Grenoble !
                                      Sandrine Dusang | 8 mars 2019



                                      Ce dimanche 10 mars se joueront les demi-finales de la coupe de France (15h15, Eurosport 2). Alors que le Paris FC accueillera Lille, l’Olympique Lyonnais se déplacera lui chez son voisin isérois, le Grenoble Foot 38. Seule représentante d’une autre division que la D1, l’équipe grenobloise entraînée par Nicolas Bach participera à la première demi-finale de coupe de son histoire. La capitaine Laureen Navas et Sandrine Brétigny nous on fait part de leur sentiment avant cette rencontre face à l’ogre lyonnais.


                                      D’abord Claix Football de 2002 à 2015 puis Grenoble Métropole Claix Football Féminin pour la saison 2015-2016, l’équipe iséroise est depuis trois saisons, devenue celle du Grenoble Foot 38. Emmenée par Nicolas Bach, ancien coach de Rodez notamment, la formation des Blanc et Bleu veut croire en l’exploit ou en tout cas se donner à fond pour tenter d’au moins faire douter les Lyonnaises.

                                      Cette saison n’est pas la meilleure que vous ayez faite en D2, en revanche elle l’est en coupe de France. Est-ce que finalement c’est cette compétition qui vous relance un peu cette année ?
                                      Laureen Navas –
                                      Nous avions l’objectif de jouer les premiers rôles dans notre groupe de D2 alors notre début de championnat n’était pas satisfaisant. Cela a été compliqué pour nous et c’est vrai que le premier match de coupe de France face à Yzeure nous a finalement permis de retrouver davantage de plaisir et de jouer un peu plus décomplexé. Même si la coupe n’est pas la seule raison, cela a été un déclic pour la suite en tout cas.
                                      Sandrine Bretigny – Je rejoins Laureen sur le fait qu’on ait pas la saison espérée en championnat mais c’est vrai aussi que la coupe nous a finalement aidé à retrouver du poil de la bête. Après cette victoire contre Yzeure, on a enchaîner une vraie belle série en coupe mais aussi en championnat.



                                      D’après vous, qu’est-ce qui vous a permis d’arriver jusqu’à cette demi-finale de coupe ?
                                      LN –
                                      Yzeure était premier du groupe quand nous les avons battu en coupe alors je pense que cela nous a fait prendre conscience de notre potentiel et de ce que nous étions capables de faire. Après, nous avons eu relativement de chance lors des tirages mais je pense que nous étions dans une dynamique très positive qui nous a permis de franchir les tours les uns après les autres.
                                      SB – Oui on va pas se le cacher, après Yzeure on a eu un tirage favorable avec des équipes qui nous été inférieures jusqu’au quart de finale contre Dijon. La coupe n’était pas un objectif affiché mais on s’est pris au jeu et c’est tant mieux. D’une certaine façon je pense aussi que la séance de tirs au but contre Avignon nous a été bénéfique. Nous avons retrouvé de la confiance et nous avons su rester dans notre belle dynamique.

                                      Prendre l’Olympique Lyonnais au tirage c’était plutôt quelque chose de positif ou de frustrant ?
                                      LN –
                                      Je pense que c’est un mélange des deux sentiments. On aurait peut-être aimé jouer plutôt contre le Paris FC ou Lille parce que comme contre Dijon, on se serait dit qu’on avait une chance de se qualifier et pourquoi pas rêver d’une finale. D’un autre côté, jouer Lyon à domicile amène aussi son lot de positif. Nous sommes beaucoup sollicitées, on parle beaucoup de nous, cela va attirer du monde… alors cela reste une belle chose.
                                      SB – Pour moi, ça balance un peu du côté de la frustration malgré tout. Bien sûr qu’on peut voir certains avantages à la réception de l’OL mais quand on veut aller le plus loin possible et tenter d’accrocher une finale, Lyon est l’adversaire que tout le monde veut éviter. On va pas se mentir, on aurait eu plus de chance de gagner contre Lille que contre Lyon.



                                      Laureen, pour toi qui est au club depuis toujours ou presque (depuis 2005), que représente cette première demi-finale pour le GF38 ?
                                      J’ai toujours été à Grenoble et j’ai toujours voulu y rester alors je suis vraiment heureuse de pouvoir jouer une telle rencontre devant notre public, ma famille et mes amis. Nous jouons au stade des Alpes et je pense que cet événement sera un moment important pour nous joueuses mais aussi pour le club et la ville de Grenoble. J’espère que cela va faire venir les gens au stade et leur donner envie de revenir. De soutenir les Bleues pendant la coupe du Monde cet été aussi (sourire).

                                      « Bret », tu as déjà gagné et marqué de nombreux buts avec l’OL dans cette compétition. Qu’est-ce que cela te fait de jouer cette demie sous le maillot du GF38 et face au club avec lequel tu as tout gagné ?
                                      Même si j’ai beaucoup d’affection pour Lyon, j’ai toujours donné mon maximum sous les couleurs des équipes par lesquelles je suis passée ensuite alors ça ça ne change pas. C’est sympa de revoir d’anciennes coéquipières mais je ne perds pas de vue l’objectif avec le GF38. En tout cas, je suis très contente de pouvoir jouer à nouveau une demi-finale de coupe de France, surtout à mon âge (rires).



                                      Quels seront vos objectifs sur la rencontre de ce dimanche contre Lyon ?
                                      LN –
                                      Quand on connait la qualité de l’effectif lyonnais et qu’on voit ses résultats on sait que ce sera forcément très compliqué de faire quelque chose dimanche. Nous essaierons d’être accrocheuses et solidaires pour prendre le moins de buts possible. Ensuite, il nous faudra faire encore plus que ce ne que nous faisons d’habitude, nous devrons nous surpasser.
                                      SB – Comme l’a dit le coach cette semaine, il ne faudra pas profiter du match mais le vivre et en être les actrices. Il faudra être très solidaires pour bloquer les offensives lyonnaises et résister du mieux que l’on pourra. Les 11 qui commenceront devront tout donner et aller jusqu’au bout d’elles-mêmes… Si besoin, les filles sur le banc prendront la relève. C’est aussi pour ça que nous sommes 16 !

                                      Le mot de la fin ?
                                      LN –
                                      Nous sommes très heureuses d’être arrivées à ce niveau là. J’espère que le public répondra présent au stade des Alpes dimanche et que tout le monde sera derrière nous.
                                      SB – J’invite à un maximum de Grenoblois et Grenobloises à se déplacer au stade et j’espère que le soutien du public nous donnera encore plus d’énergie sur le terrain. Merci !




                                      Historique entre les deux clubs en coupe de France
                                      2016-2017, 16es de finale – Lyon/Grenoble : 5-0
                                      2013-2014, 16es de finale – Claix/Lyon : 0-6
                                      2005-2006, quart de finale – Lyon/Claix : 4-0

                                      Le parcours de Grenoble cette saison
                                      25.11.18 – 1er tour fédéral, Grenoble/Yzeure : 2-1
                                      16.12.18 – 2e tour fédéral, Alès/Grenoble : 2-6
                                      06.01.19 – 16es de finale : Chily/Grenoble : 0-12
                                      27.01.19 – 8es de finale : Avignon/Grenoble : 1-1 (3-4 aux TAB)
                                      09.02.19 – Quart de finale : Dijon/Grenoble : 0-0 (4-5 aux TAB)
                                      10.03.19 – Demi-finale : Grenoble/Lyon : ?


                                      Crédit photos : Julien Diaferia/gf38.fr

                                      https://www.footdelles.com/cdf-demi-...ique-grenoble/
                                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                      Commentaire


                                      • #44
                                        Coupe de France (Demies) - Le LOSC en finale, l'OL s'impose sur le fil

                                        Les deux demi-finales de la Coupe de France se déroulaient ce dimanche après-midi. L'OL, large favori, a dû patienter et attendre les arrêts de jeu et la délivrance d'Hegerberg tandis que le Paris FC a été battu à domicile par le LOSC.


                                        GRENOBLE - LYON 0-1

                                        Le but de la délivrance pour l'OL
                                        Le but de la délivrance pour l'OL


                                        Les Grenobloises ont cru durant plus de 90 minutes à l'incroyable exploit de faire tomber Lyon. Pensionnaire de D2, le GF38 a résisté aux assauts adverses et sa gardienne n'a pas manqué de briller pour permettre de tenir bon. La période internationale n'a pas été des plus bénéfiques aux Lyonnaises qui ont commis beaucoup d'erreurs techniques comme le déclarait Reynald Pedros : "On a eu énormément de déchets mais les filles n'ont rien lâché. On a demandé de bien s'appliquer sur les centres, les corners. On est en finale, c'est déjà une bonne chose". Seule la victoire est belle et Grenoble qui avait poussé Dijon aux tirs au but avant de les éliminer n'a pas cette fois-ci pu récidiver. Hegerberg est passée par là d'un coup de tête sur un bon centre de Marozsan (0-1, 90+4').

                                        Tous les efforts grenobloises ont été anéanti durant les arrêts de jeu longs de huit minutes. Juste avant ce but, Marozsan avait manqué de réussite trouvant la base du poteau de Perrault (90+1e). L'ancienne gardienne de l'OL a été à l'image de son équipe courageuse pour tenir durant cet attaque-défense. Le Sommer avait trop croisé sur son premier tir (13e), devant ensuite quitter ses partenaires suite à un choc de la tête avec Fortin finalement sans gravité (27e). Les plus beaux arrêts de Perrault auront été nombreux comme sur un ballon dévié par sa partenaire vers son but (16e) sur les tentatives de Bronze (41e), Marozsan (84e) ou encore Jaimes (62e, 88e). Les Grenobloises n'eurent que quelques rares occasions de s'exprimer en contre comme celle de Khoury devant Weiss (52e).

                                        L'élimination est cruelle pour de courageuses grenobloises qui auront offert aux quelque 5 000 spectateurs un vrai match de Coupe même si la surprise n'a pas été au rendez-vous.


                                        Grenoble (D2) - Lyon : 0-1 (0-0)
                                        Grenoble (Stade des Alpes) - 4 920 spectateurs
                                        Arbitre : Solenne Bartnik
                                        15h15 - Eurosport 2 en duplex - Eurosport 360

                                        0-1 Ada HEGERBERG 90+4' (Marozsan côté gauche effectue un passement de jambes devant son adverse et délivre un centre pour la reprise de la tête d'Hegerberg plein axe à 5 m qui conclut)

                                        Aucun avertissement

                                        Grenoble : Perrault (c) ; Fortin, Da Cunha, Boilard, Smaali (Guilhemjouan 90'), Schlepp ; Elisor, Navas, Bueno ; Bretigny (Jbarah 58'), Khoury (Grange 79')
                                        Banc : Troussier (G), Grange, Jbarah, Guilhemjouan, Neutelers
                                        Lyon : Weiss ; Bronze, Buchanan, Kumagai, Malard ; Henry, Fishlock (Jaimes 57'), Marozsan ; Cascarino, Hegerberg, Le Sommer (c) (van de Sanden 29')
                                        Banc : Bouhaddi (G), Van de San, Roux, Azzaro, Jaimes


                                        RÉACTIONS

                                        Nicolas Bach (entraîneur du GF38) :

                                        "Il y a deux sentiments qui pré-dominent. L'issue est cruelle pour nous mais il y a de la fierté suite à notre prestation. Je savais que les 10 premières minutes de la rencontre allaient être difficile face à cette équipe, on a eu du mal à gagner nos duels. Une fois passé cette période sans prendre de but, c'était mieux même si je ne pensais pas qu'on aurait autant de mal à ressortir le ballon. Malgré tout, derrière, on a su faire preuve de solidarité, de combativité. Je suis fier de mon équipe, qui s'est tout simplement comportée comme des "pros". Mes joueuses ont été héroïques, ici ou par exemple à Dijon. Le président (Stéphane Rosnoblet) ou encore Laurent Dechaux (coordinateur administratif) ont dit aux filles, dans le vestiaire, que c'était comme une victoire et à plusieurs niveaux, avis que je partage totalement. C'est une bonne publicité pour le foot féminin à Grenoble. On a à coeur de bien finir la saison maintenant.”

                                        Reynald Pedros (entraîneur OL):
                                        "Un sentiment de satisfaction de s'être qualifié pour la finale. On savait très bien que plus le temps avançait dans la rencontre, plus Grenoble allait défendre crânement ses chances. Quand on entre dans les arrêts de jeu, on se demande si ça va finir par entrer. On a eu énormément de déchet mais les filles n'ont rien lâché. Elles ont continué à aller de l'avant, en allant au bout d'elles-mêmes. Et on parvient à marquer ce but mérité sur la fin. Il fallait mettre du monde dans la surface, quitte à rester en un-contre-un derrière. Ça nous a réussi et c'est tant mieux. Si on marque dans le 1er quart d'heure, le match aurait pu être tout autre pour nous. Malgré tout, je suis satisfait. Les blessures ne sont pas une excuse sachant que les internationales qui sont revenues jeudi ou vendredi ont malgré tout joué. On a buté sur une équipe solide du GF38 qui a eu un bloc bas et ça nous a mis en difficulté. Comme je l'ai dit précédemment, je reste satisfait de cette qualification.
                                        Cette finale contre Lille sera une surprise parce que le Paris FC partait tout de même favori. Ça ne sera pas facile, il faudra lutter. On sait à quoi s'attendre, tous les matches que l'on joue sont compliqués. Maintenant, on est fixé sur Bordeaux et il faudra bien récupérer avant d'aborder cette rencontre. Pour Eugénie
                                        (Le Sommer), elle a été touchée à l'arcade mais sa blessure n'est pas grave et ne compromet rien pour le week-end prochain."

                                        Sandrine Brétigny (attaquante du Grenoble Foot 38) :
                                        "Je pense qu'on y a cru. On a montré aujourd'hui qu'on était une équipe solidaire. J'espère que le public s'est régalé à regarder ce match. On aurait aimé aller aux penaltys comme les deux tours précédents. Malgré tout je reste fière de mes coéquipières et de ce que nous avons réalisé aujourd'hui. Il y a de la déception car on était proche du bonheur total. Ça fait une belle promotion pour notre équipe, pour le GF38 mais également pour la Coupe du Monde féminine qui approche. On espère dorénavant que les gens viendront voir nos matchs et nous soutiendront pour finir à la meilleure place possible en championnat."

                                        Ada Hegerberg (auteur du but de la victoire de l'OL) :
                                        "On est très contente de s'être qualifiées pour la finale. C'était un match difficile mais on mérite de marquer ce but et d'aller plus loin. Il fallait tenir jusqu'au bout mais ce n'était pas forcément notre journée. C'était vraiment dur aujourd'hui mais on a su l'emporter et c'est le plus important. Ce n'est jamais simple contre ce genre d'équipes, encore plus quand elles tentent de casser le rythme. À nous de maintenir une certaine cadence pour gagner. Aujourd'hui, on a eu du mal à le faire mais on a réussi l'essentiel en se qualifiant pour la finale."


                                        PARIS FC - LILLE 0-1

                                        Coupe de France (Demies) - Le LOSC en finale, l'OL s'impose sur le fil

                                        Jamais deux sans trois. Le LOSC n'aura perdu aucune de ses confrontations avec le Paris FC cette saison. Mieux les Lilloises se sont même imposées pour la deuxième fois sur ces trois rencontres.
                                        Une défaite et une grosse désillusion pour le Paris FC qui partait favori au regard du classement en championnat. Mais en Coupe de France, tout est possible et les Lilloises l'ont démontré. Avec un fort vent présent dans l'enceinte "ouverte" de Bondoufle, les Lilloises n'ont pas hésité à tenter et Benameur a dû intervenir devant Sarr (37e) ou encore Diaz (41e). Côté parisien, les opportunités furent rares si ce n'est une tentative sur un corner direct de Thiney bien repoussé par Launay (22e). L'apport de Bourdieu en attaque avant même la mi-temps n'a pas suffi à surprendre la défense lilloise. Dans ces conditions, il a fallu attendre l'ouverture du score sur un corner direct de Boussaha qui a surpris Benameur (0-1, 75') pour voir une réaction. Mais cela n'a pas suffi car Launay a veillé jusqu'au bout et un coup de tête de Matéo (90+1e).

                                        Dans une saison compliquée, le LOSC qui n'a pas encore dit son dernier mot pour le maintien, aura l'occasion de terminer sa saison en beauté par la première finale de son histoire face à Lyon, à Châteauroux, le 8 mai prochain.


                                        Paris FC - Lille : 0-1 (0-0)
                                        Bondoufle (Stade Robert Bobin) - 600 spectateurs
                                        Arbitre : Jennifer Maubacq
                                        15h15 - Eurosport 2 en duplex - Eurosport 360

                                        0-1 Lina BOUSSAHA 75' (Corner direct frappé du droit de la gauche vers la droite qui retombe plein axe sous la barre de Benameur lobée)

                                        Aucun avertissement

                                        PFC : Benameur ; Jaurena, Cascarino, Aigbogun, Soyer ; Makanza (Vaysse 79'), Thiney (c), Benoit, Abam (Bourdieu 38'), Matéo ; Sällström
                                        Banc : Pecharman (G), Bourdieu, Vaysse, Ribeiro De Carvalho, Jean-François
                                        LOSC : Launay ; Lernon, Nicoli, Coutereels (c), Dafeur ; Sarr (Teegarden 88'), Boussaha (Dufour 79'), Polito, Demeyere, Boucly (Bauduin 90+2') ; Diaz
                                        Banc : Azem (G), Teegarden, Bauduin, Dufour, La Villa

                                        Coupe de France (Demies) - Le LOSC en finale, l'OL s'impose sur le fil

                                        Lundi 11 Mars 2019
                                        Sebastien Duret

                                        https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...il_a15577.html
                                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                        Commentaire


                                        • #45
                                          Coupe de France - La finale OL - LOSC codiffusée le 8 mai à 19h00

                                          La finale de la Coupe de France 2019 se déroulera à Châteauroux le mercredi 8 mai prochain. La rencontre sera codiffusée par Eurosport 2 et France 4 à 19h00.





                                          La Ligue Centre-Val de Loire de Football accueillera la finale de la Coupe de France Féminine 2019 au stade Gaston Petit à Châteauroux. La rencontre entre l'Olympique Lyonnais et le Lille OSC aura lieu le mercredi 8 mai 2019 à 19h00, quatre jours après la dernière journée de championnat. Comme les dernières saisons, Eurosport 2 et France Télévisions via sa chaîne France 4 retransmettront la rencontre en direct.

                                          Plus aucun billet n'est en vente pour la finale sur le site de la FFF. Une rencontre qui se déroulera à guichets fermés.

                                          https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...00_a15686.html
                                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                          Commentaire


                                          • #46
                                            Coupe de France - Les chiffres avant la finale

                                            C'est une finale inédite qui se déroulera ce mercredi soir au stade Gaston Petit de Châteauroux. L'Olympique Lyonnais, habitué de cet exercice, jouera contre le Lille OSC, qui vient de connaître samedi dernier une relégation en D2.


                                            Coupe de France - Les chiffres avant la finale


                                            D'un côté, l'équipe lyonnaise et ses 7 trophées, de l'autre une équipe surprise, qui n'avait jamais été plus loin que les seizièmes de finale dans son histoire, même sous les couleurs de Templemars Vendeville. Pour la seconde fois dans l'histoire de la compétition, l'un des finalistes est condamné à la relégation après Compiègne il y a quinze ans.

                                            Lyon, archi-favori
                                            Le suspense sera-t-il au rendez-vous dans cette finale. L'OL, cinq fois champion d'Europe et à dix jours d'une nouvelle finale européenne, treize fois champion de France, rencontre le LOSC qui va tout faire pour relever la tête après l'immense déception de la relégation. L'occasion de quitter l'élite la tête haute en tentant de tenir en échec le plus longtemps possible une équipe lyonnaise que le LOSC n'a jamais battu. Pire, cette saison, les échecs ont été criants en championnat avec des défaites (1-10) et (0-6).

                                            Une première
                                            Pour sa quatrième participation à la Coupe de France sous les couleurs du LOSC, l'équipe lilloise a battu tous ses records dans la compétition. Alors que son meilleur parcours restait un seizième de finale en 2016-2017 perdu face à Juvisy (1-6), cette saison, les Dogues ont passé quatre tours et ont pour la première fois éliminé une équipe de D1 dans cette compétition, en l'occurence le Paris FC en demi-finale.


                                            Parcours

                                            OLYMPIQUE LYONNAIS

                                            16e : Rodez AF (D1) - Lyon : 0-6 (Isobel Christiansen 35', Eugénie Le Sommer 56', 83', Wendie Renard 67', Amandine Henry 75', Amel Majri 89' pen.)
                                            8e : ASJ Soyaux (D1) - Lyon : 0-5 (Delphine Cascarino 17', Griedge Mbock Bathy Nka 20', Ada Hegerberg 36', Dzsenifer Marozsán 55', 80')
                                            1/4 : Lyon - PSG (D1) : 1-0 (Jessica Fishlock 60')
                                            1/2 : Grenoble F38 (D2) - Lyon : 0-1 (Ada Hegerberg 90+4')
                                            Bilan : 4 victoires, 13 buts marqués, 0 but encaissé

                                            LILLE OSC
                                            16e : FC Nantes (R1) - Lille : 0-3 (Roxanne Manceau 21' csc, Ouleymata Sarr 52' pen., Marine Dafeur 85')
                                            8e : Lille - ESAP Metz (D2) : 2-0 (Jessica Lernon 79', Ouleymata Sarr 90+3')
                                            1/4 : ESOF La Roche (D2) - Lille : 1-2 (Laura Rueda 29' ; Jessica Lernon 12', Lina Boussaha 90+3')
                                            1/2 : Paris FC (D1) - Lille : 0-1 (Lina Boussaha 75')
                                            Bilan : 4 victoires, 8 buts marqués, 1 but encaissé


                                            Bilan dans la compétition

                                            OLYMPIQUE LYONNAIS

                                            78 matchs, 69 victoires, 8 nuls, 1 défaite, 467 buts marqués, 21 buts encaissés
                                            Meilleures buteuses en Coupe de France (toutes saisons confondues) :
                                            Eugénie Le Sommer (52 buts), Lotta Schelin (41 buts), Camille Abily (31), Sandrine Brétigny (29), Ada Hegerberg (27 buts), Elodie Thomis (20), Katia (15), Wendie Renard (14), Laëtitia Tonazzi (14)

                                            LILLE OSC
                                            9 matchs, 6 victoires, 3 défaites, 19 buts marqués, 10 buts encaissés
                                            Meilleures buteuses en Coupe de France (toutes saisons confondues) :
                                            Justine Bauduin, Lina Boussaha, Jana Coryn, Marine Dafeur, Camille Dolignon, Jessica Lernon, Rachel Saïdi, Ouleymata Sarr (toutes 2 buts), Caroline Villa (1)


                                            La Coupe en chiffres

                                            0

                                            Le nombre minimal de buts en finale
                                            Il s'agit de la finale 2011 remportée par Saint-Étienne face à Montpellier 0-0 (tab 3-2)

                                            1
                                            Le nombre de club de D2 ayant disputé une finale

                                            Le Mans en 2009 (défaite 1-3 face à Montpellier)

                                            2
                                            La minute du but le plus rapide en finale

                                            Lotta Schelin (68 secondes) en 2012 avec Lyon devant Andressa Alves (74 secondes) en 2016 avec Montpellier

                                            2
                                            Le nombre de clubs relégués en fin de saison et finaliste

                                            Compiègne (2004) et Lille (2019)

                                            3
                                            Le nombre de clubs vainqueur de la compétition sans encaisser de buts

                                            OL : 2 fois (2008 et 2014), Saint-Étienne : 1 fois (2011)

                                            3
                                            Le plus de finales dirigées par une arbitre

                                            Florence Guillemin (3 au centre auquel s'ajoute 1 en assistant)

                                            4
                                            La meilleure buteuse en finales

                                            Sandrine Brétigny (Lyon) et Lotta Schelin (lyon)

                                            5
                                            L'écart de buts le plus important en finale

                                            PSG - Montpellier : 5-0 (2010)

                                            5
                                            Le nombre de finales achevées par une séance de tirs au but

                                            Montpellier en a gagné 2 aux tirs au but pour une perdue
                                            OL en perdu 3 aux tirs au but pour une gagnée

                                            5
                                            Le plus grand nombre de titres pour un entraîneur

                                            Patrice Lair a décroché cinq fois le titre (2 avec Montpellier, 3 avec Lyon)*
                                            Il devance Farid Benstiti (4) et Gérard Prêcheur (3)

                                            6
                                            Le plus grand nombre de défaites en finale

                                            Montpellier (6)

                                            6
                                            Le plus de finales perdues pour une joueuse

                                            Marie-Laure Delie (6, PSG : 3, Montpellier : 3)

                                            7
                                            La finale la plus prolifique

                                            FC Lyon - Montpellier : 4-3 (2003)

                                            7
                                            Le club le plus titré

                                            OL (2008, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017)

                                            7
                                            Le nombre de clubs différents titrés

                                            Toulouse FC, FC Lyon, FCF Juvisy, Montpellier HSC, Olympique Lyonnais, PSG, AS Saint-Etienne

                                            7
                                            Le nombre de finales consécutives jouées par une joueuse

                                            Série en cours pour Wendie Renard et Eugénie Le Sommer

                                            8
                                            Le nombre de finales consécutives pour un club

                                            L'OL détient ce record, série en cours (inclus 2019)

                                            8
                                            Le plus de finales disputées pour un entraîneur

                                            Farid Benstiti (Lyon 7, PSG 1)

                                            8
                                            Le plus grand nombre de cartons dans une finale

                                            7 avertissements et 1 exclusion (Montpellier - Lyon, 2006)

                                            9
                                            Le plus grand nombre de victoires pour une joueuse

                                            Elodie Thomis (9) devance Camille Abily (8) et Louisa Necib (7)

                                            12
                                            Le record de finales disputées

                                            L'OL a participé à 12 des 18 finales de Coupe de France (inclus 2019)

                                            47
                                            Le nombre de matchs consécutifs joués en Coupe de France

                                            Série en cours pour l'OL avec la finale qui sera le 47e match

                                            124
                                            Le nombre de joueuses ayant participé et remporté une finale

                                            185
                                            La durée en minutes de la finale la plus longue

                                            N.B. La finale 2018 PSG - OL a été interrompue pendant 72 minutes]b

                                            687
                                            Le nombre d'engagés en Coupe de France cette saison. Un record.

                                            10 217
                                            Le record de spectateurs hors finale
                                            Il s'agit du quart de finale 2018-2019 au Groupama Stadium (OL - PSG : 1-0)

                                            12 480
                                            Le record de spectateurs dans la compétition

                                            Il s'agit de la finale 2018-2019 disputée à Strasbourg (PSG - OL : 1-0)

                                            787 000
                                            Le record d'audience d'une finale

                                            Il s'agit de la finale 2013 OL - Saint-Etienne (3,7% de part d'audience)

                                            *L'an dernier, Patrice Lair n'était pas sur le banc pour la victoire face à Lyon

                                            Lundi 6 Mai 2019
                                            Sebastien Duret

                                            https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...le_a15750.html
                                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                            Commentaire


                                            • #47
                                              Vivement demain
                                              j ai eu les places à 8€
                                              Prix très raisonnable pour une finale
                                              Envoyé par johnsky
                                              Sinon c'est fou la cabale anti-PSG de l'Equipe, j'ai jamais vu ça.

                                              Commentaire


                                              • #48
                                                Coupe de France - OL - LOSC : En mode "reconquête"

                                                D'un côté une équipe lyonnaise qui avait le trophée lui échapper la saison dernière, de l'autre une équipe lilloise reléguée en D2 et qui veut terminer sur une bonne note, cette rencontre entre deux équipes aux antipodes est aussi l'occasion de reconquérir...

                                                Dafeur, Hegerberg et Coutereels lors du match retour en championnat (1-0) (photo OL)
                                                Dafeur, Hegerberg et Coutereels lors du match retour en championnat (1-0) (photo OL)



                                                La finale opposera ce mercredi soir l'Olympique Lyonnais à Lille OSC au stade Gaston Petit de Châteauroux (19h00).

                                                Le Sommer et Pedros (source OL.fr)
                                                Le Sommer et Pedros (source OL.fr)

                                                La défaite en finale l'année dernière est restée en travers de la gorge et si son rival parisien a été sorti en quart de finale grâce à un but de Jessica Fishlock, l'OL doit désormais s'assurer de reconquérir un trophée qui n'avait plus échappé aux Lyonnaises depuis six éditions. "C'est un trophée qu'on veut récupérer. On n'a pas apprécié de l'avoir perdu l'année dernière, surtout de cette manière. On est revanchardes" insistait Eugénie Le Sommer ce mardi à Châteauroux. Même discours de l'entraîneur lyonnais qui se montre serein au regard des conditions de jeu et des motivations de son groupe : "Ce titre nous a échappé la saison passée et on a cœur de le récupérer cette année".

                                                Pour autant, il ne faudra pas prendre ce match à la légère malgré la posture de favori : "Il faut prendre ce match au sérieux. Lille a eu une grosse désillusion ce week-end avec sa rétrogradation. Ce sera à nous d'enfoncer le clou" pour l'entraîneur Reynald Pedros. Pour cela, les Lyonnaises voudront éviter la longue attente de la demi-finale et alors que la fin de saison est chargée, faire le nécessaire dès les premières minutes : "L'idéal serait de marquer rapidement. La pelouse devrait permettre de produire du jeu. Il faudra faire attention à cette équipe de Lille qui voudra tout donner" évoque Eugénie Le Sommer.

                                                Saïdi : "On n'a rien à perdre"

                                                Rachel Saïdi (photo LOSC)
                                                Rachel Saïdi (photo LOSC)


                                                Les Lilloises ne sont pas déterminées à se laisser abattre par la différence de niveau qui sépare les deux équipes entre le champion de France et une formation reléguée en D2. Si pour la latérale Marine Dafeur "sur le papier, elles sont gagnantes. Elles partent avec un avantage, c'est sûr", sa partenaire, buteuse décisive au tour précédent et remplaçante lors de la finale avec le PSG en mai dernier, Lina Boussaha rappelle : "Le championnat et la Coupe, ce sont des choses différentes. On sait qu'en Coupe de France, on peut réaliser de belles choses. Il faudra y croire jusqu'au bout".

                                                La pression sera sur l'OL, favori de la rencontre et Rachel Saïdi ne manque pas de le souligner : "On n’a rien à perdre, nous sommes en position d’outsider et on dira aux joueuses de profiter de ces 95 minutes. On prépare cette finale en s’appuyant sur notre courte défaite à Lyon (1-0) en championnat, mais aussi sur la force mentale du groupe depuis février".

                                                L'aspect mental sera d'ailleurs prépondérant ce mercredi soir. Marine Dafeur mise aussi sur l'esprit collectif et le contexte : "C'est notre dernier match ensemble. Le championnat ne s'est pas très bien terminé, c'est compliqué. On va surtout se concentrer sur cette finale que l'on va jouer toute ensemble et profiter de ce moment".

                                                L'exemple grenoblois

                                                Marine Dafeur (photo LOSC)
                                                Marine Dafeur (photo LOSC)


                                                Rachel Saïdi qui a repris l'équipe connaît bien son groupe et mise aussi sur ses capacités à se montrer unis comme la montrer sa ténacité à s'accrocher jusqu'à l'ultime journée pour le maintien : "On a un groupe qui a pour ambition de bien finir et je sais qu’on aura 18 guerrières pour cette finale de Coupe de France. On a échangé avec les joueuses et malgré la déception, on sent vraiment un groupe impliqué".

                                                La déception de l'élimination, "on (l')a laissé à Montpellier pour se concentrer sur cette finale" ajoute Rachel Saïdi. Une autre compétition et aussi une opportunité unique d'atteindre une finale : "C'est rare dans une carrière" pour l'entraîneure lilloise. Le Président de l'association LOSC, Patrick Robert le souligne également : "On a un rendez-vous historique (...) Ce n'est pas anodin". Le LOSC veut regarder vers l'avant et montrer que sa place est dans l'élite.

                                                Marine Dafeur évoque enfin l'exemple du Grenoble, pensionnaire de D2, qui avait emmené l'OL jusqu'au bout des arrêts de jeu, avant le but d'Hegerberg (90+4') : "Grenoble a réussi à tenir Lyon à 0-0 pendant très longtemps. Pourquoi pas. On n'a rien à perdre, on va faire tout ce que l'on peut faire. On va être solidaires, c'est faisable."


                                                Les 20 Lyonnaises

                                                Gardiennes :
                                                Bouhaddi, Weiss
                                                Défenseures : Bacha, Buchanan, Bronze, Mbock, Renard, Simon
                                                Milieux : Fishlock, Henry, Kouache, Kumagai, Majri, Marozsan
                                                Attaquantes : Cascarino, Hegerberg, Jaimes, Le Sommer, Malard, van de Sanden

                                                Seules 18 joueuses pourront être inscrites sur la feuille de match. A noter que Cascarino qui fait partie du groupe est blessée à la cheville
                                                Blessées : Delphine Cascarino, Isobel Christiansen


                                                Les 20 Lilloises

                                                Gardiennes :
                                                Azem, Launay
                                                Défenseures : Coutereels, Dafeur, La Villa, Lernon, Mansuy, Nicoli
                                                Milieux : Bauduin, Boussaha, Demeyere, Dufour, Lermusiaux, Polito, Teegarden
                                                Attaquantes : Boucly, Bultel, Dellidj, Diaz, Sarr

                                                A noter que Sarr a purgé son match de suspension contre Montpellier
                                                Blessées : Laëtitia Chapeh, Jana Coryn, Danielle Tolmais

                                                Mercredi 8 Mai 2019
                                                Sebastien Duret

                                                https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...te_a15753.html
                                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                Commentaire


                                                • #49
                                                  Temps pourri
                                                  avec de la grêle
                                                  Envoyé par johnsky
                                                  Sinon c'est fou la cabale anti-PSG de l'Equipe, j'ai jamais vu ça.

                                                  Commentaire


                                                  • #50
                                                    Le temps est mieux désormais
                                                    Envoyé par johnsky
                                                    Sinon c'est fou la cabale anti-PSG de l'Equipe, j'ai jamais vu ça.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X