Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Coupe du Monde 2019

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Coupe du Monde 2019






    Finale

    7 juillet
    États-Unis 2 - 0 Pays-Bas


    Match pour la troisième place

    6 juillet
    Angleterre 1 - 2 Suède


    Demi-finales

    2 juillet
    Angleterre 1 - 2 États-Unis

    3 juillet
    Pays-Bas 1 - 0 a.p. Suède


    Quarts de finale

    27 juin
    Norvège 0 - 3 Angleterre

    28 juin
    France 1 - 2 États-Unis

    29 juin
    Italie 0 - 2 Pays-Bas
    Allemagne 1 - 2 Suède


    Huitièmes de finale

    22 juin
    Allemagne 3 - 0 Nigeria
    Norvège 1 - 1 a.p. / 4 t.a.b. à 1 Australie

    23 juin
    Angleterre 3 - 0 Cameroun
    France 2 - 1 a.p. Brésil

    24 juin
    Espagne 1 - 2 États-Unis
    Suède 1 - 0 Canada

    25 juin
    Italie 2 - 0 Chine
    Pays-Bas 2 - 1 Japon


    Phase de groupes

    Groupe A



    1. France 9 pts (+6) / 7-1
    2. Norvège 6 pts (+3) / 6-3

    3. Nigeria 3 pts (-2) / 2-4

    4. Corée du Sud 0 pt (-7) / 1-8

    7 et 8 juin
    France 4 - 0 Corée du Sud
    Norvège 3 - 0 Nigeria

    12 juin
    Nigeria 2 - 0 Corée du Sud
    France 2 - 1 Norvège

    17 juin
    Nigeria 0 - 1 France
    Corée du Sud 1 - 2 Norvège


    Groupe B



    1. Allemagne 9 pts (+6) / 6-0
    2. Espagne 4 pts (+1) / 3-2

    3. Chine 4 pts (0) / 1-1

    4. Afrique du Sud 0 pt (-7) / 1-8

    8 juin
    Allemagne 1 - 0 Chine
    Espagne 3 - 1 Afrique du Sud

    12 et 13 juin
    Allemagne 1 - 0 Espagne
    Afrique du Sud 0 - 1 Chine

    17 juin
    Chine 0 - 0 Espagne
    Afrique du Sud 0 - 4 Allemagne


    Groupe C



    1. Italie 6 pts (+5) / 7-2
    2. Australie 6 pts (+3) / 8-5

    3. Brésil 6 pts (+3) / 6-3

    4. Jamaïque 0 pt (-11) / 1-12

    9 juin
    Australie 1 - 2 Italie
    Brésil 3 - 0 Jamaïque

    13 et 14 juin
    Australie 3 - 2 Brésil
    Jamaïque 0 - 5 Italie

    18 juin
    Jamaïque 1 - 4 Australie
    Italie 0 - 1 Brésil


    Groupe D



    1. Angleterre 9 pts (+4) / 5-1
    2. Japon 4 pts (-1) / 2-3

    3. Argentine 2 pts (-1) / 3-4
    4. Écosse 1 pt (-2) / 5-7


    9 et 10 juin
    Angleterre 2 - 1 Écosse
    Argentine 0 - 0 Japon

    14 juin
    Japon 2 - 1 Écosse
    Angleterre 1 - 0 Argentine

    19 juin
    Japon 0 - 2 Angleterre
    Écosse 3 - 3 Argentine


    Groupe E



    1. Pays-Bas 9 pts (+4) / 6-2
    2. Canada 6 pts (+2) / 4-2

    3. Cameroun 3 pts (-2) / 3-5

    4. Nouvelle-Zélande 0 pt (-4) / 1-5

    10 et 11 juin
    Canada 1 - 0 Cameroun
    Nouvelle-Zélande 0 - 1 Pays-Bas

    15 juin
    Pays-Bas 3 - 1 Cameroun
    Canada 2 - 0 Nouvelle-Zélande

    20 juin
    Cameroun 2 - 1 Nouvelle-Zélande
    Pays-Bas 2 - 1 Canada


    Groupe F



    1. États-Unis 9 pts (+18) / 18-0
    2. Suède 6 pts (+4) / 7-3

    3. Chili 3 pts (-3) / 2-5
    4. Thaïlande 0 pt (-19) / 1-20


    11 juin
    Chili 0 - 2 Suède
    États-Unis 13 - 0 Thaïlande

    16 juin
    Suède 5 - 1 Thaïlande
    États-Unis 3 - 0 Chili

    20 juin
    Suède 0 - 2 États-Unis
    Thaïlande 0 - 2 Chili
    Dernière modification par Rem56, 19/07/2019, 01h18.
    2011 2012 2016 2017 2018 2019

  • #2
    Meilleures buteuses :

    6 buts
    DrapeauÂ*: États-Unis Megan Rapinoe
    DrapeauÂ*: États-Unis Alex Morgan
    DrapeauÂ*: Angleterre Ellen White

    5 buts
    DrapeauÂ*: Australie Samantha Kerr

    4 buts
    DrapeauÂ*: Brésil Cristiane
    DrapeauÂ*: France Wendie Renard

    3 buts
    DrapeauÂ*: Suède Kosovare Asllani
    DrapeauÂ*: Allemagne Sara Däbritz
    DrapeauÂ*: Italie Aurora Galli
    DrapeauÂ*: Italie Cristiana Girelli
    DrapeauÂ*: Espagne Jennifer Hermoso
    DrapeauÂ*: États-Unis Rose Lavelle
    DrapeauÂ*: États-Unis Carli Lloyd
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Vivianne Miedema

    2 buts
    DrapeauÂ*: Suède Stina Blackstenius
    DrapeauÂ*: Italie Barbara Bonansea
    DrapeauÂ*: France Valérie Gauvin
    DrapeauÂ*: France Amandine Henry
    DrapeauÂ*: Norvège Isabell Herlovsen
    DrapeauÂ*: États-Unis Lindsey Horan
    DrapeauÂ*: Suède Sofia Jakobsson
    DrapeauÂ*: France Eugénie Le Sommer
    DrapeauÂ*: Allemagne Lina Magull
    DrapeauÂ*: Brésil Marta
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Lieke Martens
    DrapeauÂ*: États-Unis Sam Mewis
    DrapeauÂ*: Cameroun Ajara Nchout
    DrapeauÂ*: Allemagne Alexandra Popp

    1 but
    DrapeauÂ*: Écosse Jennifer Beattie
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Lineth Beerensteyn
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Dominique Bloodworth
    DrapeauÂ*: Argentine Florencia Bonsegundo
    DrapeauÂ*: Angleterre Lucy Bronze
    DrapeauÂ*: Canada Kadeisha Buchanan
    DrapeauÂ*: Écosse Lana Clelland
    DrapeauÂ*: Écosse Erin Cuthbert
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Anouk Dekker
    DrapeauÂ*: Écosse Claire Emslie
    DrapeauÂ*: États-Unis Julie Ertz
    DrapeauÂ*: Canada Jessie Fleming
    DrapeauÂ*: Australie Caitlin Foord
    DrapeauÂ*: Espagne Lucía García
    DrapeauÂ*: Italie Valentina Giacinti
    DrapeauÂ*: Norvège Caroline Graham Hansen
    DrapeauÂ*: Angleterre Alex Greenwood
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Jackie Groenen
    DrapeauÂ*: Allemagne Giulia Gwinn
    DrapeauÂ*: Japon Yui Hasegawa
    DrapeauÂ*: Angleterre Stephanie Houghton
    DrapeauÂ*: Suède Lina Hurtig
    DrapeauÂ*: Japon Mana Iwabuchi
    DrapeauÂ*: Suède Madelen Janogy
    DrapeauÂ*: Norvège Lisa-Marie Karlseng Utland
    DrapeauÂ*: Australie Elise Kellond-Knight
    DrapeauÂ*: Afrique du Sud Thembi Kgatlana
    DrapeauÂ*: Angleterre Francesca Kirby
    DrapeauÂ*: Allemagne Melanie Leupolz
    DrapeauÂ*: République populaire de Chine Li Ying
    DrapeauÂ*: Écosse Kim Little
    DrapeauÂ*: Australie Chloe Logarzo
    DrapeauÂ*: Argentine Milagros Menéndez
    DrapeauÂ*: Cameroun Gabrielle Onguéné
    DrapeauÂ*: Nigeria Asisat Oshoala
    DrapeauÂ*: Angleterre Nikita Parris
    DrapeauÂ*: États-Unis Christen Press
    DrapeauÂ*: Canada Nichelle Prince
    DrapeauÂ*: États-Unis Mallory Pugh
    DrapeauÂ*: Norvège Guro Reiten
    DrapeauÂ*: Suède Fridolina Rolfö
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Jill Roord
    DrapeauÂ*: Suède Elin Rubensson
    DrapeauÂ*: Angleterre Jill Scott
    DrapeauÂ*: Allemagne Lea Schüller
    DrapeauÂ*: Suède Linda Sembrant
    DrapeauÂ*: Canada Christine Sinclair
    DrapeauÂ*: Jamaïque Havana Solaun
    DrapeauÂ*: Japon Yuika Sugasawa
    DrapeauÂ*: Thaïlande Kanjana Sungngoen
    DrapeauÂ*: Angleterre Jodie Taylor
    DrapeauÂ*: Brésil Thaisa
    DrapeauÂ*: Chili Maria José Urrutia
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Stefanie van der Gragt
    DrapeauÂ*: Corée du Sud Yeo Min-ji

    Buts contre son camp
    DrapeauÂ*: Écosse Lee Alexander
    DrapeauÂ*: Suède Jonna Andersson
    DrapeauÂ*: Cameroun Marie-Aurelle Awona
    DrapeauÂ*: Thaïlande Waraporn Boonsing
    DrapeauÂ*: Corée du Sud Kim Do-yeon
    DrapeauÂ*: Brésil Mônica
    DrapeauÂ*: Nigeria Osinachi Ohale
    DrapeauÂ*: France Wendie Renard


    Meilleures passeuses :

    4 passes décisives
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Sherida Spitse

    3 passes décisives
    DrapeauÂ*: Italie Manuela Giugliano
    DrapeauÂ*: France Amel Majri
    DrapeauÂ*: Angleterre Beth Mead
    DrapeauÂ*: États-Unis Sam Mewis
    DrapeauÂ*: États-Unis Alex Morgan
    DrapeauÂ*: États-Unis Megan Rapinoe

    2 passes décisives
    DrapeauÂ*: Angleterre Lucy Bronze
    DrapeauÂ*: Angleterre Toni Duggan
    DrapeauÂ*: Brésil Andressa Alves
    DrapeauÂ*: États-Unis Tierna Davidson
    DrapeauÂ*: États-Unis Lindsey Horan
    DrapeauÂ*: États-Unis Kelley O'Hara
    DrapeauÂ*: France Gaëtane Thiney

    1 passe décisive
    DrapeauÂ*: Suède Anna Anvegård
    DrapeauÂ*: Suède Kosovare Asllani
    DrapeauÂ*: Canada Janine Beckie
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Lineth Beerensteyn
    DrapeauÂ*: Suède Stina Blackstenius
    DrapeauÂ*: Italie Lisa Boattin
    DrapeauÂ*: Angleterre Karen Carney
    DrapeauÂ*: Australie Ellie Carpenter
    DrapeauÂ*: Italie Valentina Cernoia
    DrapeauÂ*: Écosse Erin Cuthbert
    DrapeauÂ*: Allemagne Sara Däbritz
    DrapeauÂ*: Thaïlande Taneekarn Dangda
    DrapeauÂ*: Brésil Debinha
    DrapeauÂ*: France Kadidiatou Diani
    DrapeauÂ*: États-Unis Crystal Dunn
    DrapeauÂ*: Japon Jun Endo
    DrapeauÂ*: Suède Magdalena Eriksson
    DrapeauÂ*: Écosse Lisa Evans
    DrapeauÂ*: Espagne Lucía García
    DrapeauÂ*: Australie Emily Gielnik
    DrapeauÂ*: Australie Katrina Gorry
    DrapeauÂ*: Norvège Caroline Graham Hansen
    DrapeauÂ*: Italie Alia Guagni
    DrapeauÂ*: Allemagne Giulia Gwinn
    DrapeauÂ*: États-Unis Tobin Heath
    DrapeauÂ*: France Amandine Henry
    DrapeauÂ*: Argentine Dalila Ippolito
    DrapeauÂ*: Japon Mana Iwabuchi
    DrapeauÂ*: Angleterre Francesca Kirby
    DrapeauÂ*: Canada Ashley Lawrence
    DrapeauÂ*: France Eugénie Le Sommer
    DrapeauÂ*: Corée du Sud Lee Geum-min
    DrapeauÂ*: Cameroun Yvonne Leuko
    DrapeauÂ*: États-Unis Carli Lloyd
    DrapeauÂ*: Australie Chloe Logarzo
    DrapeauÂ*: Chili Yessenia López
    DrapeauÂ*: Allemagne Lina Magull
    DrapeauÂ*: Afrique du Sud Linda Motlhalo
    DrapeauÂ*: Nigeria Chidinma Okeke
    DrapeauÂ*: Angleterre Nikita Parris
    DrapeauÂ*: États-Unis Christen Press
    DrapeauÂ*: Canada Nichelle Prince
    DrapeauÂ*: Norvège Guro Reiten
    DrapeauÂ*: Suède Elin Rubensson
    DrapeauÂ*: Norvège Karina Sævik
    DrapeauÂ*: Allemagne Verena Schweers
    DrapeauÂ*: Angleterre Jill Scott
    DrapeauÂ*: Suède Linda Sembrant
    DrapeauÂ*: Jamaïque Khadija Shaw
    DrapeauÂ*: Angleterre Georgia Stanway
    DrapeauÂ*: Espagne Virginia Torrecilla
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Shanice van de Sanden
    DrapeauÂ*: Pays-Bas Desiree van Lunteren
    DrapeauÂ*: Écosse Caroline Weir
    DrapeauÂ*: République populaire de Chine Zhang Rui
    Dernière modification par Rem56, 19/07/2019, 01h15.
    2011 2012 2016 2017 2018 2019

    Commentaire


    • #3
      Palmarès de la compétition

      2015 : États-Unis
      2011 : Japon
      2007 : Allemagne
      2003 : Allemagne
      1999 : États-Unis
      1995 : Norvège
      1991 : États-Unis
      2011 2012 2016 2017 2018 2019

      Commentaire


      • #4
        Coupe du Monde 2019 : Où en sont les favoris et outsiders ?

        A un peu plus d'un mois de la Coupe du monde, voici un état des lieux de onze équipes qui seront à des niveaux différents favoris ou outsiders lors de la compétition, qui s'annonce ouverte et voit les prétendants se bousculer au portillon.


        ALLEMAGNE


        Après le passage décevant de Steffi Jones sur le banc allemand, Horst Hrubesch a remis l'équipe sur les bons rails lors d'un intérim de huit matchs en 2018, et Martina Voss-Tecklenburg a pris les rênes de la sélection en début d'année avec succès. Elle a dirigé trois matches à peine de la sélection, avec réussite malgré la revue d'effectif et les différentes dispositions tactiques expérimentées puisqu'elle a remporté ses deux premières rencontres face à la France et la Suède, avant de concéder le match nul face au Japon suite à deux grosses erreurs de sa gardienne Almuth Schult, qui n'est pas en grande forme. A l'heure actuelle, elle n'est pas un atout pour l'équipe qui a pourtant retrouvé de belles couleurs. Malgré le peu de temps passé à la tête de la sélection et le rendez-vous estival qui approche rapidement, Martina Voss-Tecklenburg n'a pas hésité à intégrer plusieurs jeunes talents (Sydney Lohmann, Lena Oberdorf, Klara Bühl, Janina Hechler) qui permettent d'entrevoir déjà un bel avenir pour la sélection, de retour sur le devant de la scène.


        ANGLETERRE

        Son retour au premier plan avait été peut-être plus rapide que prévu avec son podium lors de la dernière Coupe du monde. Mais depuis, la sélection a confirmé, que ce soit sous la direction de Mark Sampson ou son actuel sélectionneur Phil Neville, et s'affiche aujourd'hui comme un candidat solide au titre mondial, malgré des performances parfois décevantes comme face à la Suède fin 2018 (0-2) ou le Canada cette année (1-0). Solide à tous les niveaux, avec une belle profondeur d'effectif, un fighting spirit reconnu et un secteur offensif fourni et de qualité, la sélection anglaise est une des rares à ne pas avoir de point faible visible si ce n'est une tendance à un jeu stéréotypé par moments et une défense dont le niveau peut varier selon les compositions et les absences. Ses victoires depuis le début d'année face à des équipes techniques telles que le Brésil (2-1), le Japon (3-0) ou encore l'Espagne (2-1) montrent également que l'Angleterre a passé un cap dans le jeu.

        (photos FIFA.com)
        (photos FIFA.com)


        AUSTRALIE


        Perturbée par des problèmes en interne et avec la fédération il y a quelques mois, avec un nouveau sélectionneur intérimaire à sa tête, l'Australie est une équipe de haut niveau emmenée par la redoutable Sam Kerr en attaque, où son duo retrouvé avec Caitlin Foord en fait une équipe très dangereuse, mais qui peine cependant à passer à l'étape supérieure pour véritablement faire partie des favoris, notamment à cause d'une défense qui ne donne pas toutes les garanties, et un manque de créativité qui ne lui permet pas de plan B si son jeu physique et dans la profondeur ne fonctionne pas. A l'heure actuelle, l'équipe semble trop limitée pour rêver en grand, mais une Sam Kerr en grande forme peut changer beaucoup de choses. L'équipe a disputé peu de matches amicaux en 2019, mais a tout de même récolté des victoires face à des mondialistes, dont le premier adversaire de la France, la Corée du Sud, largement battue. Son dernier match perdu 3-5 face aux États-Unis a montré ses qualités offensives ainsi que les domaines où lui fallait encore progresser.


        BRÉSIL

        Si la Coupe du monde débutait aujourd'hui, comment imaginer le Brésil aller loin dans la compétition ? Depuis août 2018, l'équipe reste sur une triste série de neuf défaites consécutives, loin de ses standards. Certes, le Brésil n'a pas été épargné par les blessures, les tensions avec la fédération, et ces matches, disputés pour la plupart contre des adversaires de premier plan (USA x2, Angleterre x2, France, Japon...), n'ont souvent été perdus qu'avec un but d'écart (six). Le talent individuel des joueuses ne fait aucun doute, mais force est de constater que les résultats ne sont pas là, et qu'ils pourraient être plus sévères sans les nombreux arrêts de ses gardiennes ou l'activité toujours aussi impressionnante de Formiga. Le potentiel reste très important, mais il faut parvenir à convertir les talents individuels en un collectif ambitieux dans le sillage d'une Marta qui reste le danger numéro 1 de la sélection. L'équipe marque trop peu de buts par rapport à son potentiel et aux occasions créées. Il ne reste que peu de temps à Vadao pour lui permettre de retrouver son standing, parce qu'à l'heure actuelle, le Brésil ne fait tout simplement plus peur, et ce n'est pas l'Écosse, son dernier vainqueur, qui dira le contraire.


        CANADA

        Depuis début 2019, le Canada est l'antithèse de son voisin nord-américain. L'équipe s'appuie avant tout sur sa défense, qui n'a encaissé qu'un but en sept rencontres (aucune défaite), alors que son attaque peine à se montrer tranchante, avec cinq buts au total. Lors des six premières rencontres de l'année, la sélection canadienne a obtenu trois matches nuls et vierges, et trois victoires sur le plus petit des scores grâce à Christine Sinclair, avec au passage une victoire de prestige face à l'Angleterre. Le double médaillé olympique pourrait créer des surprises, que la compétition se joue aujourd'hui ou dans deux mois si sa solidité défensive se confirme, une bonne base pour voir loin. D'autant plus que malgré son manque d'allant offensif, l'équipe a des joueuses de talent devant qui peuvent marquer à tout moment, à commencer par la légende Sinclair, qui pourrait devenir la buteuse la plus prolifique en sélection lors de la Coupe du monde. Solide et compliqué à jouer –ce n'est pas la France qui dira le contraire-, le Canada est forcément dangereux en compétition, même s'il semble préférer les Jeux olympiques à la Coupe du monde.


        ESPAGNE

        Il ne fait aucun doute que l'Espagne progresse de façon régulière depuis plusieurs années, mais elle semble encore un peu trop juste pour jouer les premiers rôles en senior comme elle le fait dans les catégories jeunes. L'afflux récent et à venir de jeunes grands talents pourrait lui permettre de vite combler l'écart qui lui manque avec les top nations, notamment dans le secteur offensif (Patri Guijarro, Aitana Bonmati, Mariona Caldentey, Lucia et et Nahikari Garcia...), mais il faut certainement montrer encore un peu de patience. Cela n'empêche pas l'équipe d'obtenir des résultats intéressants, avec des victoires récentes sur les Pays-Bas ou le Brésil, un match nul face à l'Allemagne ou de courtes défaites face aux États-Unis ou encore l'Angleterre. Mais son match nul face à la Belgique et sa défaite face à la Pologne dans l'Algarve montrent que l'équipe est encore assez limitée malgré du talent et du potentiel à tous les étages. Dans tous les cas, l'Espagne est et sera un outsider dangereux. Un déclic peut lui permettre de réaliser une belle performance à court ou moyen terme.


        FRANCE

        Depuis la rencontrée 2018, l'équipe a obtenu de bons résultats avec huit victoires, notamment face à l'Australie, le Brésil, les États-Unis ou encore le Japon, pour une courte défaite face à l'Allemagne. La France a montré de vrais progrès sous la houlette de Corinne Diacre, passée par des défaites peu rassurantes pour arriver aujourd'hui à ces résultats convaincants. Plus que les résultats eux-mêmes, la manière, la confirmation ou montée en puissance de jeunes joueuses ainsi que d'un secteur offensif qui lui a souvent causé du souci promettent de belles choses. Cependant, le potentiel des équipes de France depuis plusieurs tournois est moins discuté que sa capacité à se sublimer lors d'une grande compétition, ce qu'elle n'a pas su faire ces dernières années. Et les résultats obtenus en matches de préparation ne pourront être confirmés que le ou les jours J, car la sélection tricolore a souvent brillé en amical avant de voir son parcours prendre fin plus tôt que prévu.


        JAPON

        En reconstruction depuis la qualification manquée pour les Jeux olympiques de 2016, la sélection japonaise monte en puissance année après année, servie notamment par l'arrivée dans l'équipe de joueuses très prometteuses ayant réalisé une belle carrière dans les catégories de jeunes. L'équipe a du talent à revendre, mais les résultats ne sont pas forcément au rendez-vous avec une seule victoire en cinq matches en 2019, et deux nettes défaites face à la France et l'Angleterre. Le turnover d'Asako Takakura, important, ne permet que rarement de voir à l'oeuvre le réel potentiel de l'équipe, qui souffre face à des adversaires rapides et puissants. S'il ne faut surtout pas prendre à la légère une sélection qui a déjà été sacrée championne du monde, joue intelligemment, se montre opportuniste et ne lâche rien, les JO à domicile en 2020 ou encore un Mondial possiblement disputé à domicile en 2023 semblent être des objectifs plus réalistes.


        PAYS-BAS

        Championne d'Europe un peu inattendue, mais avec brio il y a deux ans à domicile, quelques mois à peine après l'arrivée de Sarina Wiegman, l'équipe n'a que peu changé depuis même si quelques jeunes ont obtenu leur place dans le groupe. Les Pays-Bas ont une identité de jeu et un onze de départ immuable ou presque, avec des joueuses aux qualités diverses et complémentaires qui ont fait merveille. La question est de savoir si l'équipe peut réitérer son exploit d'il y a deux ans à l'échelle mondiale, dans une compétition qu'elle disputera pour la deuxième fois seulement. Les Néerlandaises n'ont pas croisé la route de grandes nations mondiales récemment, ont battu le Danemark (à deux reprises) et la Suisse depuis la rentrée 2018, mais également perdu contre l'Espagne et la Pologne lors du tournoi de l'Algarve. Le niveau de jeu actuel de la sélection est donc un point d'interrogation, mais ses joueuses, notamment offensives, se mettent en évidence tous les week-ends dans leur championnat respectif. Une chose est certaine, elle ne bénéficie plus de l'effet de surprise et a désormais un statut à défendre.

        Coupe du Monde 2019 : Où en sont les favoris et outsiders ?

        SUÈDE

        Vice-championne olympique en 2016 en s'appuyant notamment sur une défense de fer, le jeu suédois a opéré un changement sous la houlette de Peter Gehrardsson avec notamment un secteur offensif plus fourni. Mais le sélectionneur n'a pas encore réussi à trouver la formule gagnante pour faire de cette sélection un vrai outsider pour le titre. Vainqueur de la Norvège, l'Angleterre, la Suisse ou encore l'Autriche depuis la rentrée 2018, l'équipe peut se montrer solide, mais ses défaites face à l'Italie, au Portugal ou encore l'Allemagne montrent une inconstance qu'elle doit corriger. Les piliers Lindahl, Fischer, Sembrant, Seger sont encore là pour l'assise défensive, et de nombreuses joueuses arrivent à maturité pour faire de l'équipe un solide adversaire. Mais il lui faut plus de diversité dans le jeu, alors que les performances de Kosovare Asllani donnent souvent le ton offensivement.


        ÉTATS-UNIS

        Les triples championnes du monde et tenantes du titre feront partie des grands favoris cet été, mais si la compétition devait se jouer maintenant, il est plus difficile de les imaginer aller au bout de l'aventure. L'équipe a disputé sept rencontres en 2019, en a remporté quatre et perdu une, contre la France. Ce bilan, qui n'est pas exceptionnel pour cette sélection, s'explique en partie par son manque de condition physique alors que les rencontres ont été disputées hors-compétition, mais surtout par une défense loin du niveau attendu. Face à la France (défaite), au Japon (match nul), à l'Angleterre (match nul) et à l'Australie (victoire), qui font tous figure de favoris ou d'outsiders pour la Coupe du monde, les États-Unis ont encaissé onze buts. Certes, sa force de frappe offensive, toujours exceptionnelle avec notamment le trio offensif titulaire Rapinoe/Morgan/Heath, lui permet quelques largesses à ce niveau, mais force est de constater que l'équipe concède beaucoup trop de buts pour être sereine. Il reste du temps à Jill Ellis pour trouver la bonne formule, mais à l'heure actuelle, la défense états-unienne n'est tout simplement pas au niveau d'un potentiel champion du monde.

        Mercredi 1 Mai 2019
        Charlotte Vincelot

        https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...rs_a15723.html
        2011 2012 2016 2017 2018 2019

        Commentaire


        • #5
          #FIFAWWC J-40 : Les mondialistes débutants
          Sandrine Dusang | 28 avril 2019



          Plus que 40 jours avant le début de la coupe du Monde féminine ! A l’occasion de cette nouvelle étape du compte à rebours, Foot d’Elles vous propose un focus sur les quatre mondialistes débutants. En effet, pour l’Afrique du Sud, le Chili, l’Ecosse et la Jamaïque cette coupe du Monde sera la première de leur histoire.


          Afrique du Sud


          Dans le groupe B avec l’Allemagne, le Chine et l’Espagne

          Les Banyana Banyana qui occupent actuellement la 49eplace du classement mondial FIFA/Coca-Cola, ont décroché leur ticket pour la coupe du Monde en terminant deuxièmes de la CAN. L’équipe nationale d’Afrique du Sud s’était imposée 2 buts à 0 en demi-finale face au Mali, avant de s’incliner aux tirs au but contre le Nigéria lors de la finale (0-0, puis 3-4 aux TAB).

          Sélectionneure : Desiree Ellis
          Ancienne joueuse internationale et pionnière du football pratiqué par les femmes dans son pays, Desiree Ellis a su construire une équipe solidaire et lui faire prendre conscience de ses qualités. Elle est aussi la première, hommes et femmes confondus, à avoir remporté le championnat COSAFA en tant que joueuse (2002) puis coach (2017, 2018).

          Joueuses clés :
          Janine van Wyk, la plus capée des joueuses/joueurs d’Afrique du Sud (159 sélections) et du continent Mère.
          Thembi Kgatlana, meilleure joueuse et meilleure buteuse de la CAN 2018



          Chili

          Dans le groupe F avec les États-Unis, la Thaïlande et la Suède

          C’est en battant l’Argentine 4 buts à 0 lors du tour final de la Copa América, organisé chez elles en avril dernier, que les Chiliennes ont validé leur participation à la coupe du Monde 2019. Le Chili, 39edu classement mondial FIFA/Coca-Cola aujourd’hui, n’avait connu la défaite que face au Brésil, en finale de la compétition sud-américaine.

          Sélectionneur : José Letelier
          Ancien joueur, José Letelier a commencé à entraîner les jeunes d’un des clubs les plus réputés du pays et sans aucun doute le plus titré : le CSD Colo-Colo, basé dans le quartier de Macul à Santiago. En 2010, il prend la tête de l’équipe féminine du club qui est aujourd’hui sur une lancée de 10 titres nationaux. C’est en 2015 que Letelier a pris les rênes de la sélection féminine du Chili.

          Joueuses clés :
          Christiane Endler, capitaine de la Roja, la gardienne du PSG met son expérience et son mètre quatre-vingts au service de l’équipe chilienne depuis plus de dix ans déjà.
          Francisca Lara, aussi appelée Pancha Lara, qui évolue à Séville au poste de milieu de terrain, joue parfois dans un rôle plus offensif avec la sélection. Elle fait partie des Chiliennes qui marquent.



          Écosse

          Dans le groupe D avec l’Angleterre, l’Argentine et le Japon

          Pour s’ouvrir les portes de la coupe du Monde 2019, l'Écosse est passée par les qualifications de la zone Euro. Dans le groupe 2 avec la Suisse, la Pologne, l’Albanie et le Bélarus, les Ecossaises sont sorties en tête avec 7 victoires et 1 défaite. Aujourd’hui 20edu classement mondial FIFA/Coca-Cola, les Scottish veulent confirmer leur progrès lors de la compétition.

          Sélectionneure : Shelley Kerr
          Ancienne capitaine de l’équipe écossaise, Shelley Kerr a ensuite fait ses gammes de coach avec les U19 du pays et l’équipe d’Arsenal. Kerr a été la première femme à la tête d’une équipe masculine au Royaume-Uni et est également entrée dans l’histoire en qualifiant son pays pour son premier Mondial.

          Joueuses clés :
          Kim Little, élue récemment meilleure joueuse aux États-Unis et en Angleterre, la joueuse de 28 ans sait se montrer décisive lors des matches importants.
          Jane Ross est probablement la joueuse la plus expérimentée de l’effectif écossais. Son leadership est un véritable atout pour l’équipe.
          Erin Cuthbert, l’étoile montante écossaise. Précieuse et efficace, la joueuse de vingt ans qui évolue à Chelsea fera à n’en pas douter, partie des joueuses à suivre lors de ce tournoi.



          Jamaïque

          Dans le groupe C avec l’Australie, l’Italie et le Brésil

          A la 53eplace du classement mondial FIFA/Coca-Cola, la Jamaïque a su tirer son épingle du jeu lors du dernier tournoi CONCACAF. En terminant 2ede leur groupe puis 3e du tournoi en battant le Panama aux tirs au but (2-2, 4-2 aux TAB), les Reggae Girlz ont décroché leur ticket pour France 2019 et une première participation à une coupe du Monde.

          Sélectionneur : Hue Menzies
          Fort d’une expérience de 30 ans sur les bancs de touche, Hue Menzies a notamment coaché plusieurs équipes universitaires aux États-Unis.

          Joueuses clés :
          Jody Brown. A tout juste 17 ans, l’attaquante caribéenne s’est déjà pas mal fait remarquer. Meilleure buteuse de son équipe lors du tournoi CONCACAF (4 buts), elle a également été élue meilleure jeune joueuse de ce même tournoi.
          Khadija Shaw dit « Bunny » Shaw, l’autre attaquante phare de la formation jamaïquaine. Avec son mètre quatre-vingts et ses grandes enjambées, difficile de ne pas la remarquer.



          Crédit photos : FIFA

          https://www.footdelles.com/fifawwc-j...tes-debutants/
          2011 2012 2016 2017 2018 2019

          Commentaire


          • #6
            Coupe du Monde - La chanteuse JAIN chantera lors de la cérémonie d'ouverture

            L'annonce a été faite ce samedi. C'est la chanteuse française Jain qui sera au Parc des Princes le 7 juin prochain pour donner le coup d'envoi du Mondial féminin.





            Quand on lui a proposé de prendre part à la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de football féminine, Jain "a tout de suite dit oui". "C'est vrai que c'est quelque chose qui me tient vraiment à cœur de supporter le football féminin", a expliqué la chanteuse de 27 ans au micro de TF1.

            Elle sera au Parc des Princes, le 7 juin, pour donner le coup d'envoi de cet événement. L'occasion pour elle aussi de se produire aussi dans un lieu unique. "Je n'ai jamais fait de stade donc c'était aussi l'occasion ou jamais. J'ai hâte", glisse celle qui officiera devant quelque 47 000 spectateurs. Elle y chantera "Gloria", son nouveau titre composé pour l'évènement.



            Lundi 6 Mai 2019
            Sebastien Duret

            https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...re_a15751.html
            2011 2012 2016 2017 2018 2019

            Commentaire


            • #7
              Coupe du Monde - Le dispositif du groupe Canal+

              Diffuseur cette saison de la D1 féminine, le groupe Canal + a dévoilé le détail de sa couverture de la Coupe du Monde dont il retransmettra les 52 matchs.

              L'équipe au complet du groupe Canal + pour la compétition
              L'équipe au complet du groupe Canal + pour la compétition



              Avec l'acquisition des droits de la compétition, les 52 matchs seront complétés par des émissions quotidiennes autour d'une équipe étoffée. Des 52 matchs programmés, 27 seront diffusés sur Canal +, les autres l'étant sur Canal + Sport ou Canal + Décalé, auxquels il faut ajouter les cérémonies d'ouverture et de clôture.

              Des rencontres qui seront commentées par Stéphane Guy pour les Bleues avec Aline Riera et Jessica Houara d'Hommeaux en bord terrain. Les autres commentateurs seront Joris Sabi, François Marchal, David Berger, Xavier Giraudon, Paul Tchoukriel et Anne-Laure Salvatico.

              Autour des matchs, les émissions verront à l'équipe éditoriale Ludovic Deroin, habitué cette saison à la D1 féminine, Virginie Ramel, Clément Gacheny, Nicolas Tourriol, Laurie Delhostal et Pauline Sanzey. L'équipe de consultants sera composée d'anciennes internationales outre Riera et Houara d'Hommeaux, Candice Prévost et Sandrine Roux et aussi de l'ancien sélectionneur Bruno Bini.

              Émissions quotidiennes

              Les consultantes et consultants
              Les consultantes et consultants


              Ces retransmissions des rencontres seront donc complétées par des émissions quotidiennes avec l'appui de consultants. Chaque jour de match, le Late Football Club sur Canal + ou Canal + Sport à 23h00 reviendra sur l'actualité complète du jour. Une émission présentée par Eric Besnard avec en alternance Laurie Delhostal et Gauthier Kuntzmann ainsi que Geoffroy Garetier.

              Le dimanche, le Canal Football Club autour d'Hervé Mathoux sera en mode Coupe du Monde féminine. Une diffusion en clair à 19h55 avec l'équipe habituelle composée notamment d'Habib Beye, Laure Boulleau, Pierre Ménès et Dominique Armand.

              Sur Infosport, une quotidienne diffusée du lundi au vendredi à partir du 10 juin reviendra sur l'actu du jour mais aussi suivra l'Équipe de France au jour le jour avec Marie Portolano et Karim Bennani à l'animation.

              Les autres supports du groupe avec myCanal, Dailymotion, Facebook et Periscope proposeront une extension digitale, la reprise de conférences de presse.

              Trois documentaires originaux

              Toute la programmation sera complétée par trois documentaires. Un documentaire hors série de SPORT REPORTER diffusé sur Canal en mai et juin et intitulé "BLEUES". Plongé avec les joueuses suivies pendant un an dans leurs clubs respectifs, le documentaire de 90 minutes de Mathieu Darnon feront vivre les joies, les efforts et les doutes dans des Bleues dans leur quotidien.

              Le 4 juin, "Little Miss Soccer", documentaire de Candice Prévost et Mélina Boetti, sera diffusé sur Planète+ Aventure & Expérience à 21h00. Parties sur les cinq continents, elles sont allées à la rencontre de jeunes filles où le football est un jeu sociétal avec toutes les spécificités de chaque région du monde. Une voyage singulier et unique à découvrir.

              Le 9 juin, Canal + Family proposera "Lionnes", un documentaire sur de jeunes filles de 14 ans du quartier des Minguettes où a grandi Amel Majri et qui rêvent d'un parcours à son image.

              Mercredi 8 Mai 2019
              Sebastien Duret

              https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...al_a15754.html
              2011 2012 2016 2017 2018 2019

              Commentaire


              • #8
                Coupe du Monde - Le dispositif du groupe TF1

                Détenteur des droits en clair, le groupe TF1 proposera 25 des plus belles affiches de la compétition sur TF1 et TMC.


                Coupe du Monde - Le dispositif du groupe TF1


                A un mois de la compétition, TF1 a présenté son dispositif pour la couverture de la compétition, une première pour la chaîne. Sur les 25 matchs proposés, il y aura bien évidemment tous ceux des Bleues, mais aussi 6 huitièmes de finale, puis toutes les rencontres éliminatoires en intégralité à partir des quarts de finale jusqu'à la finale.

                Avec la volonté d'en faire un événement populaire et d'en assurer la promotion, TF1 mise sur un dispositif qui rappelle la Coupe du Monde masculine 2018 en Russie. Aux commentaires des matchs des Bleues, Grégoire Margotton et Bixente Lizarazu formeront l'habituel duo avec Camille Abily en bord terrain. L'autre binôme pour commenter les rencontres sera composé de Christian Jeanpierre et de Sabrina Delannoy.

                Chaque rencontre sera complétée par un dispositif post-match "Le Mag de la Coupe du Monde" avec un magazine qui reviendra sur la journée animé par le duo Denis Brogniart-Nathalie Iannetta. Des consultants font leur apparition sur la chaîne puisque les ex-internationales Louisa Necib et Elodie Thomis ainsi que l'ancien sélectionneur et actuel entraîneur du PSG, Olivier Echouafni.

                L'émission dominicale Téléfoot ne manquera pas de se décliner aux couleurs de la compétition avec une quotidienne en version numérique disponible sur TFX.

                La chaîne lancera la compétition par la diffusion du match d'ouverture le 7 juin avec le JT de 20 heures d'Anne-Claire Coudray en direct du Parc des Princes.

                Enfin, un documentaire produit par Julie Gayet qui a suivi au quotidien durant plusieurs mois Amandine Henry, Wendie Renard, Gaëtane Thiney, Kadidiatou Diani et Viviane Asseyi sera aussi durant la compétition à une date non communiquée.


                Les 25 matchs proposés par TF1/TMC

                Vendredi 7 juin - 21h00
                France - Corée du Sud (TF1 et Canal +)

                Samedi 8 juin - 18h00
                Espagne - Afrique du Sud (TMC)

                Dimanche 9 juin - 18h00
                Angleterre - Ecosse (TMC)

                Mercredi 12 juin - 21h00
                France - Norvège (TF1)

                Vendredi 14 juin - 21h00
                Angleterre - Argentine (TMC)

                Samedi 15 juin - 21h00
                Canada - Nouvelle-Zélande (TMC)

                Dimanche 16 juin - 18h00
                Etats-Unis - Chili (TMC)

                Lundi 17 juin - 21h00
                Nigeria - France (TF1)

                Mercredi 19 juin - 21h00
                Japon - Angleterre (TMC)

                Jeudi 20 juin - 21h00
                Suède - Etats-Unis (TMC)

                Samedi 22 juin - 17h30
                Huitième de finale n°1 (TMC)
                Samedi 22 juin - 21h00
                Huitième de finale n°2 (TMC)
                Dimanche 23 juin - 17h30
                Huitième de finale n°3 (TMC)
                Dimanche 23 juin - 21h00
                Huitième de finale n°4 (TF1*)
                Lundi 24 juin - 21h00
                Huitième de finale n°6 (TMC)
                Mardi 25 juin - 21h00
                Huitième de finale n°8 (TMC)

                Jeudi 27 juin - 21h00
                Quart de finale n°1 (TMC*)
                Vendredi 28 juin - 21h00
                Quart de finale n°2 (TF1*)
                Samedi 29 juin - 15h00
                Quart de finale n°3 (TMC)
                Samedi 29 juin - 18h30
                Quart de finale n°4 (TMC)

                Mardi 2 juillet - 21h00
                Demi-finale n°1 (TF1*)

                Mercredi 3 juillet - 21h00
                Demi-finale (TMC*)

                Samedi 6 juillet - 17h00
                Match pour la 3e place (TMC*)

                Dimanche 7 juillet - 21h00
                Finale (TF1)

                *La chaîne est susceptible d'être modifiée si la France participe ou non à la rencontre

                Mercredi 8 Mai 2019
                Sebastien Duret

                https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...F1_a15755.html
                2011 2012 2016 2017 2018 2019

                Commentaire


                • #9
                  Coupe du Monde - Le trophée débute sa tournoi française mardi

                  Après avoir visité chacun des 24 pays qualifiés pour France 2019, le trophée de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ est de retour dans le pays hôte.

                  photo FIFA
                  photo FIFA



                  Il débutera son « tour de France » le mardi 14 mai prochain à Paris, site du match d’ouverture entre la France et la République de Corée le 7 juin, et le terminera à Lyon, où aura lieu la finale le 7 juillet. Les supporters de toute la France auront l’occasion d’approcher de près le trophée de la Coupe du Monde Féminine.

                  Durant ces deux prochaines semaines, ce dernier sera présenté dans des écoles, des lycées, des mairies et des stades, où l’attendront de nombreux admirateurs et invités. D’anciennes joueuses internationales françaises et des légendes FIFA seront présentes sur certaines dates de la tournée.

                  La SNCF, Supporter national de la Coupe du Monde Féminine 2019 et leader du marché de la mobilité en France, présentera le trophée dans ses trains lors de ses déplacements entre les villes.


                  Programme

                  • Paris : mardi 14 mai
                  • Le Havre : mercredi 15 mai
                  • Reims : jeudi 16 mai
                  • Valenciennes : vendredi 17 mai
                  • Rennes : lundi 20 mai
                  • Grenoble : mardi 21 mai
                  • Montpellier : mercredi 22 mai
                  • Nice : jeudi 23 mai
                  • Lyon : vendredi 24 mai

                  Samedi 11 Mai 2019
                  Sebastien Duret

                  https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...di_a15766.html
                  2011 2012 2016 2017 2018 2019

                  Commentaire


                  • #10
                    Coupe du Monde - Le point sur la billetterie

                    Dans un article paru ce lundi, France Bleu révèle l'état de la billetterie stade par stade et les matchs les mieux vendus.

                    photo FIFA
                    photo FIFA



                    Alors que 770 000 des 1,3 millions de billets ont été vendus, France Bleu donne le détail par stade de la billetterie. Si les organisateurs ont déjà annoncés que sept matchs étaient à guichets fermés : match d'ouverture (France-Corée du Sud), les demi-finales et la finale à Lyon, ainsi que pour les matches Nigeria-France (Rennes), Pays-Bas-Cameroun (Valenciennes) et Suède-États-Unis (Le Havre), on apprend que six autres matchs sont quasiment complets : USA-Chili et le quart du Parc des Princes (ndlr : qui pourrait être France - Etats-Unis), Pays-Bas-Canada et USA-Thaïlande à Reims, Allemagne-Espagne et Italie-Brésil à Valenciennes.

                    >> BILLETTERIE SUR FIFA.COM


                    Les données annoncées par France Bleu

                    PARIS – Parc des Princes (7 matches)

                    Nombre de billets écoulés : 185 000
                    Nombre de places du stade : 47 673
                    Taux de remplissage : 55%
                    Les matches qui se vendent le mieux : USA-Chili puis quart de finale (reste 8 000 places)
                    1 match à guichets fermés : France-République de Corée (match d’ouverture, le 7 juin)

                    LYON – Stade de Lyon (3 matches)
                    Nombre de billets vendus : 130 000
                    Nombre de places du stade : 57 948
                    Taux de remplissage : 100%
                    Les 3 matches à guichets fermés (demi-finales les 2 et 3 juillet ; finale le 7 juillet)

                    RENNES – Roazhon Park (7 matches)
                    Nombre de billets écoulés: 85 500
                    Nombre de places du stade : 28 602
                    Taux de remplissage : 43%
                    Le match qui se vend le mieux : quart de finale
                    1 match à guichets fermés : Nigeria-France, le 17 juin

                    LE HAVRE – Stade Océane (7 matches)
                    Nombre de billets écoulés : 84 500
                    Nombre de places du stade : 24 029
                    Taux de remplissage : 50%
                    Le match qui se vend le mieux : Angleterre-Argentine (reste 6 000 places)
                    1 match à guichets fermés : Suède - États-Unis, le 20 juin

                    VALENCIENNES – Stade du Hainaut (6 matches)
                    Nombre de billets écoulés : 82 500
                    Nombre de places du stade : 22 651
                    Taux de remplissage : 61%
                    Les matches qui se vendent le mieux : Allemagne-Espagne et Italie-Brésil (environ 5 000 places)
                    1 match à guichets fermés : Pays-Bas – Cameroun, le 15 juin

                    REIMS – Stade Auguste-Delaune (6 matches)
                    Nombre de billets écoulés : 63 000
                    Nombre de places du stade : 20 506
                    Taux de remplissage : 51%
                    Les matches qui se vendent le mieux : États-Unis – Thaïlande (2 000 places) et Pays-Bas – Canada (5 000 places)

                    NICE – Stade de Nice (6 matches)
                    Nombre de billets écoulés : 55 000
                    Nombre de places du stade : 35 161
                    Taux de remplissage : 26% (match de la France à 50%)
                    Le match qui se vend le mieux : France-Norvège (reste 15 000 places)

                    GRENOBLE – Stade des Alpes (5 matches)
                    Nombre de billets écoulés : 50 000
                    Nombre de places du stade : 18 043
                    Taux de remplissage : 55%
                    Le match qui se vend le mieux : Brésil-Jamaïque (reste 4000 places)

                    MONTPELLIER – Stade de la Mosson (5 matches)
                    Nombre de billets écoulés : 36 000
                    Nombre de places du stade : 19 328
                    Taux de remplissage : 37%
                    Le match qui se vend le mieux : Australie-Brésil (reste 7 000 places)

                    Mardi 14 Mai 2019
                    Sebastien Duret

                    https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...ie_a15775.html
                    2011 2012 2016 2017 2018 2019

                    Commentaire


                    • #11
                      Quelle déception les billets vendu à Nice !
                      Ils sont a 50% de billets vendu pour le match de la France (contre Norvège) et 26% pour les autres matchs !!
                      C'est eux qui ont la meilleur série de matchs ne plus :
                      Angleterre - Ecosse : 1 grosse équipe
                      France - Norvege : 2 grosses équipes
                      Suede - Thaillande : 1 grosse équipe
                      Japon - Angleterre : 2 grosses équipes
                      Quart : sans doute 2 grosses équipes dont possiblement la France (Norvège ou France ou Corée contre Italie ou Brésil ou Australie) je considère comme aucune chance pour les 4eme équipes des 2 groupes de finir 2eme
                      Matche 3eme place : Forcément des grosses équipes avec possiblement une 3eme fois la France

                      Après, faut dire, dans la moitié sud on a pas trop l'habitude de voir jouer l'EDF, depuis le 26/11/2014 (dernière fois ou l'EDF à joué à Lyon), il y a eu 7 autres matchs dans la moitié sud (Grenoble x2, Sainté, Bordeaux, Marseille, Nice, Montpellier) contre 26 dans la partie nord.

                      Commentaire


                      • #12
                        Le dispositif de "L'ÉQUIPE" pour la Coupe du Monde

                        L'Equipe à travers ses différents supports va déployer un dispositif similaire à la dernière Coupe du Monde masculine en 2018. Emissions, conférences, débats...




                        Les consultants
                        Ada HEGERBERG

                        Absente de la prochaine Coupe du Monde, après avoir confirmé son retrait de la sélection, la première joueuse à avoir décroché le ballon d'Or féminin apportera son expertise : coup de coeur, coup de gueule, éclairage...

                        Patrice LAIR
                        Déjà présent en plateau depuis mars lors des rencontres des Bleues, Patrice Lair donnera aussi son regard avec son franc-parler.

                        Marinette PICHON
                        L'histoire meilleure des Bleues qui avait participé à la première Coupe du Monde en 2003 donnera aussi son regard sur la compétition et le parcours des Tricolores.

                        5 Reporters pour les Bleues
                        Syanie Dalmat, Christine Thomas, Vincent Duluc, Nathan Gourdol et Mathieu Barberousse suiveront le quotidien des Bleues et des grandes nations dont certaines auront un reporter dédié : Yann Soudé pour les USA, David Fioux pour l’Allemagne, Pierre-Étienne Minonzio pour l’Angleterre...
                        Quatre autres reporters rendront compte de l'ambiance dans les 9 villes-hôtes.

                        Le guide du Mondial
                        - Une version numérique L'Equipe avec les 23 Bleues
                        - L'Equipe du 1er juin 2019
                        - France Football du 4 juin 2019

                        Et aussi :
                        - Actu sur la numérique, le journal chaque jour
                        - notes des Bleues, quiz, sondages, lives...
                        - entretiens vidéos, coulisses...

                        Dispositif sur la chaîne l'Equipe
                        Du 7 juin au 7 juillet, l'Equipe d'Estelle Denis fera le tour de l'actu de la compétition avec ses consultants réguliers et Marinette Pichon.

                        L'Equipe du Soir avec Olivier Menard, qui sera entouré de Patrice Lair, Paul Le Guen pour analyser le jeu des Bleues. Un débriefing des rencontres aura lieu après chaque match des Bleues puis après chaque affiche à compter des huitièmes

                        Les conférences de presse et entraînements seront à suivre en direct sur le site et la chaîne
                        Les jours de matchs, une spéciale L'Equipe du Soir avec avant-match, mi-temps et débrief

                        Expo photos
                        L’Équipe s’associe au Musée National du Sport à travers une exposition autour du football féminin, créée sous l’impulsion du Ministère des Sports. Dans les villes hôtes du Mondial, cette exposition rassemblera une vingtaine de photographies retraçant l’histoire de la pratique du football de L’Équipe de France féminine. Ces clichés sont issus du fond photos de L'Équipe et légendés par Vincent Duluc.

                        Vendredi 17 Mai 2019
                        Sebastien Duret

                        https://www.footofeminin.fr/Le-dispo...de_a15787.html
                        2011 2012 2016 2017 2018 2019

                        Commentaire


                        • #13
                          L’equipe, ils arrivent quand même à te mettre 2 photos de Hamraoui qui n’est pas sélectionné dans leur montage photos pour illustrer leur dispositif de la CDM.

                          Commentaire


                          • #14
                            Corinne Diacre : « On surfe aussi sur cette vague de l'Olympique Lyonnais car elles nous ont apporté un titre supplémentaire. Elles apportent de la joie de vivre. Il nous reste à faire comme elles, et d'aller jusqu'au bout.» (Conf de presse d'aujourd'hui)
                            Elle semble être revenue à de meilleures dispositions envers l'OL, dont acte, c'est une bonne chose.
                            Ce canard n'a qu'un bec, et n'eut jamais envie d'en avoir deux.

                            Commentaire


                            • #15
                              Foot Coupe du Monde 2019 USA
                              Mondial féminin : l'Américaine Megan Rapinoe épingle la FIFA

                              Publié le samedi 25 mai 2019 à 10:59

                              Pour la joueuse passée par Lyon, la programmation de deux autres finales le jour de celle du Mondial féminin, le 7 juillet, est « ridicule ».


                              Carli Lloyd, Alex Morgan et Megan Rapinoe (au premier plan) vendredi soir lors d'un « media day » de l'équipe américaine. USA Today Sports/Reuters


                              Megan Rapinoe, l'une des stars de l'équipe féminine américaine, qui va remettre son titre mondial en jeu en France (7 juin-7 juillet), a épinglé la FIFA vendredi à New York, en qualifiant de « ridicule » sa décision d'autoriser la tenue le même jour, le dimanche 7 juillet, des finales du Mondial féminin (17 heures), de la Copa America (22 heures) et de la Gold Cup (03h15 lundi, HF).

                              « Je pense que des progrès ont été accomplis (pour la promotion du football féminin), mais en ce qui concerne leur capacité de changement (de la FIFA), je ne pense pas qu'elle soit énorme », a encore taclé la milieu offensive. « Le changement progressif que nous avons pu constater n'est pas suffisant, a poursuivi la joueuse de 33 ans passée par l'OL. Cela vaut mieux que rien, mais je pense que la FIFA n'en fait pas assez en termes de moyens mis en oeuvre (pour la promotion du football féminin). »

                              Encore loin des hommes

                              La FIFA a doublé le montant des primes que se partageront les 24 équipes participant au Mondial français. La dotation globale passe de 15 à 30 M$ (de 13,4 à 26,8 M€). Ce montant reste largement inférieur aux plus de 400 M$ que se sont partagées les 32 équipes au Mondial 2018 en Russie. Et les 15 millions supplémentaires accordés cette année au Mondial féminin sont également bien inférieurs aux 40 millions de plus injectés pour le Mondial 2022 au Qatar.

                              Avec AFP

                              https://www.lequipe.fr/Football/Actu...a-fifa/1022576
                              2011 2012 2016 2017 2018 2019

                              Commentaire


                              • #16
                                Coupe du Monde - Les listes des 24 équipes connues

                                À moins de deux semaines du coup d’envoi de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™, les listes finales de toutes les équipes participantes ont été annoncées aujourd’hui par la FIFA



                                Les 552 joueuses des 24 équipes sont donc désormais connues. Pour connaître les effectifs de toutes les équipes, cliquez ici.

                                Coupe du Monde - Les listes des 24 équipes connues


                                - 188 joueuses ont déjà participé à une rencontre d'une précédente Coupe du Monde
                                - 225 joueuses évoluant en dehors de leur pays de sélection
                                - 73 joueuses retenues évoluent aux États-Unis
                                - 15 joueuses au FC Barcelone, le plus représenté (devant Lyon : 14)
                                - 7ème participation à une Coupe du Monde pour FORMIGA (Record)
                                - 0 : comme le nombre de joueuses jamaïcaines évoluant dans leur pays
                                - 23 : comme le nombre de joueuses américaines évoluant dans leur pays

                                La plus jeune joueuse : Mary FOWLER (Australie, 16 ans et 113 jours au 7 juin)
                                La plus âgée : FORMIGA (Brésil, 41 ans et 96 jours au 7 juin)
                                L'équipe la plus jeune : JAMAÏQUE (23 ans et 7 mois)
                                L'équipe la plus âgée : ÉTATS-UNIS (29 ans)

                                Lundi 27 Mai 2019
                                Sebastien Duret

                                https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...es_a15809.html
                                2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                Commentaire


                                • #17
                                  Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de l'ESPAGNE (1/24)

                                  Avec un football espagnol en perpétuelle croissance depuis quelques saisons, à l'image du FC Barcelone, finaliste de la Ligue des Champions, l'Espagne sera un outsider à suivre. Présentation.


                                  LA FICHE GÉNÉRALE



                                  Classement FIFA actuel :
                                  13e
                                  Meilleur classement FIFA : 12e (03-07/2018)

                                  Premier match de la sélection : 5 février 1983 contre le Portugal 0-1 (non officiel : 21 février 1971 contre le Portugal 3-3)
                                  Plus large victoire : 17-0 contre la Slovénie (20 mars 1994)
                                  Plus large défaite : 0-8 contre la Suède (2 juin 1996)

                                  Programme de la sélection en Coupe du Monde
                                  8 juin 2019 : Afrique du Sud (Le Havre)
                                  12 juin 2019 : Allemagne (Valenciennes)
                                  17 juin 2019 : Chine (au Havre)


                                  La sélection en Coupe du Monde

                                  Participation en Coupe du Monde :
                                  1 (2015)
                                  Participation aux éliminatoires : 8
                                  Meilleur parcours en Coupe du Monde : phase de groupe (2015, 4e place)
                                  Bilan général en Coupe du Monde : trois matches, un match nul et deux défaites (2 buts pour/4 buts contre)
                                  Plus large victoire : aucune victoire en Coupe du monde (meilleur résultat : 1-1 contre le Costa Rica en 2015)
                                  Plus large défaite : 1-2 contre la Corée du Sud, 0-1 contre le Brésil (2015)

                                  Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde : 11 joueuses avec 3 matchs
                                  Meilleure buteuse en Coupe du Monde : Veronica Boquete, Vicky Losada, 1 but (2015)


                                  Qualifications

                                  Dans le groupe 7 des qualifications, l'Espagne est la seule à avoir réaliser le sans-faute, huit victoires en autant de matches, laissant l'Autriche à huit points. Avec cette campagne de qualification rondement menée, l'Espagne a donc gagné le droit de participer à sa deuxième Coupe du monde consécutive.

                                  Date de qualification : 8 juin 2018

                                  Bilan des qualifications
                                  8 matchs, 8 victoires, 25 buts pour, 2 buts contre : Israël (6-0, 2-0) ; Serbie (2-1, 3-0) ; Autriche (4-0, 1-0) ; Finlande (2-0, 5-1)

                                  Sélectionneur : Jorge Vilda (8)
                                  Bilan joueuses/buteuses
                                  G : Sandra Paños (3), Dolores Gallardo (8)
                                  D : Andrea Pereira (4), María León (6), Ivana Andrés (4), Irene Paredes (6/4 buts), Celia Jiménez (4), Marta Carro (1)
                                  M : Virginia Torrecilla (8/1), Mariona Caldentey (2), Patricia Guijarro (8/2), Amanda Sampedro (8/2), Aitana Bonmati (4), Vicky Losada (3), Eunate Arraiza (1)
                                  A : Nahikari Garcia (1/1), Marta Corredera (8/2), Esther Gonzales (1), Bárbara Latorre (4/1), Olga García (5/1), Jennifer Hermoso (8/7)


                                  Les joueuses pour la Coupe du Monde

                                  La liste des 23

                                  Près de la moitié des joueuses évolue à Barcelone (10), l'Atlético Madrid propose le deuxième contingent avec cinq joueuses. Parmi les autres joueuses qui évoluent en Espagne, cinq jouent pour la Real Sociaded (2), Levante (2) et l'Athletic Bilbao (1), les trois joueuses évoluaient à l'étranger, en France (2, mais Virginia Torrecilla portera les couleurs de l'Atlético Madrid la saison prochaine), et en NWSL pour Celia Jiménez. L'équipe est jeune dans l'ensemble (une trentenaire), et Jorge Vilda n'a pas hésité à appeler plusieurs jeunes joueuses qui ont fait leurs preuves avec les sélections de jeunes et en championnat.

                                  Les grandes absentes
                                  Un nom ressort particulièrement, celui d'Angela Sosa, la milieu de terrain de l'Atlético Madrid. La meilleure passeuse du championnat (seize passes assorties de dix buts) a joué un rôle déterminant à nouveau dans le titre remporté par le club devant Barcelone et a été une des meilleures joueuses -voire la meilleure- du championnat. Il ne s'agit pas d'une joueuse qui est une habituée de la sélection (3 sélections), mais il peut paraître surprenant de voir sa coéquipière Andrea Falcon (une des jeunes promesses appelées) lui être préférée. A noter aussi, que la défenseure de Valence, Marta Carro (7 sélections) est blessée et qu'Olga Garcia (31 sélections) n'a finalement pas été retenue après avoir pris part à 5 des 8 matchs de qualification

                                  Équipe-type
                                  Difficile de dégager une équipe-type au-delà de la défense, car Jorge Vilda a utilisé différentes mises en place tactiques, qu'il y a de nombreuses joueuses de qualité, et des jeunes talents prêtes à se rendre indispensables. Dans le but, la titulaire est Lola Gallardo, et en défense, c'est a priori le quatuor Mapi León, Irene Paredes, Andrea Pereira, Marta Torrejón qui devrait être le plus vu. Dans une disposition en 4-3-3, le milieu pourrait être composé de Silvia Meseguer, Vicky Losada et Patri Guijarro ou Alexia Putellas ou Amanda Sampedro. En attaque, Jenni Hermoso et Mariona Caldentey ont leur place, accompagnées d'une des deux dernières joueuses citées pour le milieu du terrain.



                                  Commentaires sur l’équipe
                                  § Points forts :
                                  la maîtrise technique, tactique et collective. Du talent à tous les postes. Une profondeur de banc qui offre des possibilités.
                                  § Points faibles : on attend la confirmation lors d'un grand rendez-vous, et la joueuse qui peut débloquer n'importe quelle situation.
                                  § Joueuses clés : elles sont plusieurs, mais on citera Irene Paredes en défense centrale, Silvia Meseguer au milieu du terrain, ou encore Jenni Hermoso en attaque.
                                  § Infos à savoir sur le système de jeu : Jorge Vilda peut utiliser différents systèmes, qui permettent tous à son équipe de bâtir son jeu avec son milieu de terrain, et des couloirs souvent utilisés.

                                  La joueuse à suivre : il sera intéressant de voir si Jenni Hermoso peut -enfin- être la buteuse attendue, alors que la jeune garde arrive. Des joueuses comme Vicky Losada, Amanda Sampedro et Alexia Putellas seront également attendues.

                                  Le sélectionneur
                                  Jorge Vilda a pris les rênes de la sélection suite à la Coupe du monde 2015. Après plusieurs années passées avec succès auprès des sélections U17 et U19, il a donc passé un cap avec la sélection A, et a atteint les quarts de finale du dernier Euro.


                                  La préparation

                                  2 juin 2019 : Japon (au Touquet)
                                  24 mai : Canada 0-0 N
                                  17 mai : Cameroun 4-0 G
                                  9 avril : Angleterre : 1-2 P
                                  5 avril : Brésil 2-1 G
                                  6 mars : Suisse 2-0 G
                                  1er mars : Pologne 0-3 P
                                  27 février : Pays-Bas 2-0 G
                                  22 janvier : Etats-Unis 0-1 P
                                  17 janvier : Belgique 1-1 N


                                  Faits et chiffres

                                  La sélection ibérique est l’une des huit sélections – la seule d’Europe – qui n’a jamais connu la victoire sur la scène planétaire. Son meilleur résultat reste le nul 1-1 décroché face au Costa Rica lors de ses débuts au Canada.
                                  Les Espagnoles ont remporté leurs huit matches qualificatifs pour le grand rendez-vous français de 2019, une prouesse inégalée lors de cette campagne qualificative de la Zone Europe.


                                  L'avis de FOOTOFÉMININ

                                  Dans le groupe B de la Coupe du monde avec l'Afrique du Sud, l'Allemagne et la Chine (dans l'ordre), l'Espagne doit se qualifier pour les huitièmes de finale. A ce stade de la compétition et si la logique est respectée, ce pourrait être les États-Unis qui se dressent sur sa route, de quoi motiver les troupes pour terminer en tête du groupe, et pour cela, il faudra battre l'Allemagne.

                                  photo RFEF
                                  photo RFEF

                                  Mardi 28 Mai 2019
                                  Charlotte Vincelot/Sébastien Duret

                                  https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...24_a15812.html
                                  2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                  Commentaire


                                  • #18
                                    Coupe du Monde - Groupe C : Présentation de l'ITALIE (2/24)

                                    Après vingt ans d'absence, la sélection italienne dirigée par Milena Bertolini s'est qualifiée pour la Coupe du Monde au terme d'un parcours de qualification maîtrisé. Présentation.


                                    LA FICHE GÉNÉRALE



                                    Classement FIFA actuel :
                                    15e
                                    Meilleur classement FIFA : 10e (07/2003)

                                    Premier match de la sélection : 23 février 1968 contre la Slovaquie 2-1
                                    Plus large victoire : 15-0 contre la Macédoine (17 septembre 2014)
                                    Plus large défaite : 0-6 contre le Danemark (16 mai 1982)

                                    Programme de la sélection en Coupe du Monde
                                    9 juin 2019 : Australie (Valenciennes)
                                    14 juin 2019 : Jamaïque (Reims)
                                    18 juin 2019 : Brésil (Valenciennes)


                                    La sélection en Coupe du Monde

                                    Participation en Coupe du Monde :
                                    2 (1991, 1999)
                                    Participation aux éliminatoires : 8
                                    Meilleur parcours en Coupe du Monde : quart de finale (1991)
                                    Bilan général en Coupe du Monde : sept matches, trois victoires, trois défaites, un match nul, 11 buts pour, 8 buts contre
                                    Plus large victoire : 5-0 contre Taiwan (1991)
                                    Plus large défaite : 0-2 contre l'Allemagne (1991), et contre le Brésil (1999)

                                    Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde : Federica d'Astolfo et Silvia Fiorini, 6 matchs (1991, 1999)
                                    Meilleure buteuse en Coupe du Monde : Carolina Morace, 4 buts (1991)


                                    Qualifications

                                    Milena Bertolini
                                    Milena Bertolini


                                    Dans le groupe 6 des qualifications, l'Italie a devancé la Belgique pour retrouver la Coupe du monde, vingt ans après. Une qualification acquise officieusement lors de la première rencontre entre les deux équipes qui se disputaient la qualification, l'Italie remportant trois points précieux à domicile. Les Italiennes ne se sont inclinées qu'à une reprise, lors de la dernière journée sans enjeu face à la Belgique. Avec sept victoires en huit rencontres, la Nazionale présente un bilan similaire à celui des autres équipes vainqueur de leur groupe.

                                    Date de qualification : 8 juin 2018

                                    Bilan des qualifications
                                    8 matchs, 7 victoires, 1 défaite, 19 buts pour, 4 buts contre : Moldavie (5-0, 3-1) ; Roumanie (1-0, 3-0) ; Portugal (1-0, 3-0) ; Belgique (2-1, 1-2) ;

                                    Sélectionneure : Milena Bertolini (8)
                                    Bilan joueuses/buteuses
                                    G : Rosalia Pipitone (1), Laura Giuliani (7)
                                    D : Sara Gama (7), Lisa Boattin (2), Linda Tucceri Cimini (3/1), Cecilia Salvai (5/1), Elena Linari (6)
                                    M : Greta Adami (1), Lisa Alborghetti (3), Aurora Galli (7), Alice Parisi (2), Valentina Cernoia (2), Manuela Giugliano (6)
                                    A : Barbara Bonansea (8/3), Eleonora Goldoni (2), Valentina Giacinti (4/1), Cristiana Girelli (8/7), Sandy Iannella (2), Ilaria Mauro (5)


                                    Les joueuses pour la Coupe du Monde

                                    La liste des 23

                                    Sans surprise, les joueuses sélectionnées évoluent principalement du côté de la Juventus (8), de Milan (6), de Rome et de la Fiorentina (3). Deux joueuses de Florentia, une du Chievo Verona, et une joueuse qui évolue à l'étranger (Atlético Madrid) complètent la sélection. A noter qu'il y a plus de trentenaires (7) que de joueuses âgées de 25 ans ou moins (6) dans la sélection.

                                    Les absentes
                                    Il n'y a pas d'absence majeure à recenser. L'Italie n'a pas les réserves des grandes nations et les choix de Bertolini sont plutôt logiques et dans la continuité. Cependant, la sélectionneure a dû se passer de Cecilia Salvai de la Juventus suite à une blessure au ligament croisé antérieur du genou gauche survenu en début d'année. A l'issue de la préparation, elle a décidé de ne pas faire appel aux milieux Greta Adami (Fiorentina) et Lisa Alborghetti (Milan).

                                    Équipe-type
                                    Elle dépend du système utilisé, et Bertolini n'a pas hésité à tenter différentes tactiques. Dans le but, Giuliani est la numéro 1. La défense devrait favoriser le quatuor Gama (capitaine), Boattin, Linari, Bartoli, et Guagni également. Au milieu, Bonansea est indéboulonnable côté gauche, et ses coéquipières à la Juventus Cernoia, Galli et Rosucci (selon son état de forme) devront voir du temps de jeu, comme Giugliano dans un rôle plus offensif. En attaque, les solutions sont diverses avec des attaquantes plutôt prolifiques et dont le niveau est proche. Girelli et Giacinti tiennent la barre pour être toutes les deux titulaires, avec des solutions de qualité sur le banc.



                                    Commentaires sur l’équipe
                                    § Points forts :
                                    L'attaque italienne est plutôt intéressante avec des joueuses de qualité, et la sélection a inscrit au moins un but lors de ses quatorze derniers matches. Elle est également plutôt au point tactiquement et dispose d'une défense solide.
                                    § Points faibles : La sélection dans son ensemble évolue un bon ton en-dessous des favoris et outsiders.
                                    § Joueuses clés : Barbara Bonansea est attendue comme la menace numéro 1 dans la création d'opportunités, et son duo avec Cristina Girelli fonctionne bien du côté de la Juventus. Dans l'ensemble, le secteur offensif peut évoluer sous différentes dispositions et avec des joueuses différentes sans perdre vraiment en qualité, ce qui peut être intéressant.
                                    § Infos à savoir sur le système de jeu : Bertolini n'a pas hésité à utiliser différents systèmes depuis son arrivée, et il pourrait changer selon l'opposition.

                                    La joueuse à suivre
                                    Si Bonansea est la joueuse la plus attendue, on se demande si la jeune Annamaria Serturini, nouvelle en sélection, aura du temps de jeu. C'est une valeur montante du championnat qui pourrait pourquoi prétendre à être le pendant de Bonansea dans le couloir droit dans les années à venir.

                                    Le sélectionneur
                                    Milena Bertolini a été nommée à la tête de la sélection à la suite de l'Euro 2017 que l'Italie avait quitté dès la phase de poule, remplaçant ainsi Antonio Cabrini qui était en poste depuis cinq ans. Plusieurs fois lauréate du titre de meilleur entraineur/e de la saison en Série A notamment lorsqu'elle était à la tête de Brescia, l'ancienne défenseure internationale italienne a apporté son expérience de la discipline et du métier d'entraineur, et déjà réussi son premier pari en permettant à la sélection de se qualifier pour la Coupe du monde pour la première fois depuis son élimination en phase de poule il y a vingt ans, en 1999.


                                    La préparation

                                    29 mai : Suisse (à Ferrara)
                                    9 avril : Irlande 2-1 (G)
                                    5 avril : Pologne 1-1 (N)
                                    6 mars : Corée du Nord 3-3 tab 6-7 (N)
                                    4 mars : Thaïlande 4-1 (G)
                                    1er mars : Hongrie 3-0 (G)
                                    27 février : Mexique 5-0 (G)
                                    22 janvier : Pays de Galles 2-0 (G)
                                    18 janvier : Chili 2-1 (G)


                                    Faits et chiffres

                                    Alors que la sélection masculine ne s'est pas qualifiée pour la dernière Coupe du monde, voici que la sélection féminin y fait son retour après vingt ans d'absence. C'est l'occasion idéale pour une discipline qui commence à prendre de l'ampleur au pays de faire parler d'elle...
                                    L’Italie, qui en est désormais à sa troisième participation, retrouve la phase finale après la plus longue absence pour une sélection dans l’histoire de la compétition. Son meilleur résultat remonte à 1991, avec une place en quart de finale.
                                    C’est à une joueuse italienne, Carolina Morace, que l’on doit le premier hat-trick de l’histoire de la Coupe du Monde. Ces trois buts furent inscrits le 17 novembre 1991, lors du 5-0 infligé à Taïwan par les Italiennes.


                                    L'avis de FOOTOFÉMININ

                                    Dans le groupe C avec l'Australie, la Jamaïque et le Brésil (ses adversaires dans l'ordre), l'Italie ne part pas avec les faveurs des pronostics. Mais la sélection peut être portée par l'élan de la qualification et la voir se hisser en huitièmes de finale ne serait pas forcément une grosse surprise, car aucune équipe ne semble hors d'atteinte dans le groupe.

                                    photo FIGC
                                    photo FIGC

                                    Mardi 28 Mai 2019
                                    Charlotte Vincelot/Sébastien Duret

                                    https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...24_a15813.html
                                    2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                    Commentaire


                                    • #19
                                      Coupe du Monde - Groupe D : Présentation de l'ANGLETERRE (3/24)

                                      L'Angleterre disputera sa cinquième Coupe du Monde Féminine, la quatrième consécutive. Après avoir atteint les quarts de finale lors des trois premières éditions, les Anglaises ont réussi leur meilleure performance en 2015, en terminant à la troisième place.


                                      LA FICHE GÉNÉRALE

                                      Coupe du Monde - Groupe D : Présentation de l'ANGLETERRE (3/24)

                                      Classement FIFA actuel :
                                      3e
                                      Meilleur classement FIFA : 2e (03/2018)

                                      Premier match de la sélection : 18 novembre 1972 contre l'Ecosse (3-2)
                                      Plus large victoire : 13-0 contre la Hongrie (27 octobre 2005)
                                      Plus large défaite : 0-8 contre la Norvège (4 juin 2000)

                                      Programme de la sélection en Coupe du Monde
                                      9 juin 2019 : Écosse (Nice)
                                      14 juin 2019 : Argentine (Le Havre)
                                      19 juin 2019 : Japon (Nice)


                                      La sélection en Coupe du Monde

                                      Participation en Coupe du Monde :
                                      4 (1995, 2007, 2011, 2015)
                                      Participation aux éliminatoires : 8
                                      Meilleur parcours en Coupe du Monde : troisième place (2015)
                                      Bilan général en Coupe du Monde : 19 matches, 10 victoires, 5 défaites, 4 matches nuls, 30 buts pour, 25 buts contre
                                      Plus large victoire : 6-1 contre l'Argentine (2007)
                                      Plus large défaite : 0-3 contre les États-Unis (2007)
                                      Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde : Jill Scott, 14 matchs (2007, 2011, 2015)
                                      Meilleure buteuse en Coupe du Monde : Fara Williams, 5 buts (2007, 2011, 2015)


                                      Qualifications

                                      Fran Kirby
                                      Fran Kirby


                                      Dans le groupe 1 des qualifications pour la Coupe du monde, l'Angleterre a terminé en tête avec sept victoires et un match nul en huit rencontres, un but encaissé et vingt-neuf inscrits. Une qualification donc aisée, les Lionesses ont terminé avec cinq points d'avance sur le Pays de Galles.

                                      Date de qualification : 31 août 2018

                                      Bilan des qualifications
                                      8 matchs, 7 victoires, 1 nul, 29 buts pour, 1 but contre : Russie (6-0, 3-1) ; Bosnie-Herzégovine (4-0, 2-0) ; Kazakhstan (5-0, 6-0) ; Pays de Galles (0-0, 3-0)

                                      Sélectionneurs : Sampson (1), Marley (2), P. Neville (5)
                                      Bilan joueuses/buteuses
                                      G : Earps (1), Telford (4), Bardsley (2)
                                      D : George (1), McManus (4), Blundell (1), Houghton (6/2 buts), Bronze (8/2)
                                      M : Walsh (5), Nobbs (5/1), Christiansen (6/2), Staniforth (1/1), Bruton (1), Williamson (2), Bright (4), Daly (4/1)
                                      A : Mead (4/2), Duggan (7/4), Parris (6/6)


                                      Les joueuses pour la Coupe du Monde

                                      La liste des 23

                                      La plupart des joueuses évoluent en Angleterre, et Manchester City est sans surprise le principal pourvoyeur, avec dix joueuses en incluant Ellen White. Chelsea arrive en seconde place (4), devant Arsenal (2), Birmingham (2), Reading (1) et Manchester United (1). Plusieurs joueuses évoluent à l'étranger, à commencer par Lucy Bronze en France, et Jodie Taylor et Rachel Daly en NWSL. Dans l'ensemble, c'est un groupe complet et expérimenté qui sera en France, et les nouvelles Leah Williamson et surtout Georgia Stanway pourront se distinguer.

                                      Les absentes
                                      Jordan Nobbs et Isobel Christiansen. La première nommée sera la principale absente, pour son importance dans le groupe -elle est la vice-capitaine-, mais également sur le terrain. Son absence a vu Neville tenter de faire monter Bronze d'un cran au milieu du terrain, une configuration que l'on pourrait revoir à la Coupe du monde. La Lyonnaise Christiansen, blessée aussi, aurait également été une joueuse importante, mais pas autant que Nobbs dont l'absence pose des vraies questions à Neville.

                                      Équipe-type
                                      Selon la disposition tactique choisie, voici une équipe-type « classique » : Carly Telford ou Karen Bardsley dans les buts, un quatuor Lucy Bronze, Millie Bright, Steph Houghton, Demi Stokes en défense, Jill Scott accompagnée de Keira Walsh et Fran Kirby au milieu du terrain, et un trio -le plus indécis- Nikita Parris, Ellen White, Toni Duggan en attaque



                                      Commentaires sur l’équipe
                                      § Points forts :
                                      équipe complète, avec de la qualité à tous les postes et notamment dans le secteur offensif, qui progresse régulièrement, portée par les efforts faits par la fédération pour développer la discipline.
                                      § Points faibles : aucun ne crève les yeux, mais la défense peut se montrer un peu lourde, et l'attaque manquer de créativité face à des défenses bien organisées.
                                      § Joueuses clés : en défense, il faudra une Steph Houghton à 100%. Mais il n'y a peut-être pas plus clé que Jill Scott au milieu du terrain, d'autant plus qu'une joueuse comme Nobbs ne sera pas là.
                                      § Infos à savoir sur le système de jeu : il devrait dépendre des adversaires et du turnover mis en place.

                                      La joueuse à suivre
                                      Plus qu'une joueuse, c'est toute l'attaque qu'il faudra suivre. Peu d'équipes peuvent se targuer d'avoir un secteur offensif aussi bien fourni en quantité, mais également en qualité, avec des profils différents offrant du choix à Neville. De Stanway à Taylor, de Parris à Duggan, de Mead à White en passant par Kirby...

                                      Le sélectionneur
                                      Phil Neville est un ancien international anglais qui a disputé plus de 500 matches de Premier League dans sa carrière, mais n'avait qu'une expérience limitée en terme de management avant de prendre la tête de la sélection. Nommé sélectionneur après le licenciement de Mark Sampson, Neville débutait avec les Lionesses lors de la SheBelieves Cup 2018, ouverte avec une large victoire 4-1 face à la France, une compétition remportée en 2019 après avoir obtenu une qualification aisée pour la Coupe du monde.


                                      La préparation

                                      1er juin : Nouvelle-Zélande (Falmer)
                                      25 mai : Danemark 2-0 (G)
                                      9 avril : Espagne 2-1 (G)
                                      5 avril : Canada 0-1 (P)
                                      5 mars : Japon 3-0 (G)
                                      2 mars : États-Unis 2-2 (N)
                                      27 février : Brésil 2-1 (G)


                                      Faits et chiffres

                                      Lors de l’édition 2007, l’Angleterre a été la seule équipe à tenir en échec l’Allemagne, future championne du monde avec cinq victoires sur six possibles dans le tournoi ; en 2011, les Anglaises ont été les seules à battre le Japon (2-0 en phase de groupes), avant que les Asiatiques ne finissent par remporter le titre.
                                      Avec un bilan de 7 victoires et un match nul (0-0 contre le Pays de Galles), l’Angleterre est sortie invaincue de sa quatrième campagne qualificative d’affilée pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA. Elle porte ainsi son record d’invincibilité à 36 matches (32 victoires et 4 nuls), à une petite unité de la Norvège. La dernière sélection à avoir battu l’Angleterre en phase de qualifications mondiales est la France (1-0), en 2002.


                                      L'avis de FOOTOFÉMININ

                                      Dans le groupe D avec l'Écosse, l'Argentine et le Japon, les huitièmes de finale l'attende. En théorie, les Lionesses sont favorites de leur groupe devant le Japon, et la première place leur offrirait une voie plutôt ouverte jusqu'en demi-finale. Les voir faire au moins aussi bien qu'il y a quatre ans (troisième place) ne sera pas une surprise, cette année, c'est le titre qui est visé et comme d'autres équipes, l'Angleterre a ses chances.

                                      Coupe du Monde - Groupe D : Présentation de l'ANGLETERRE (3/24)

                                      Mercredi 29 Mai 2019
                                      Charlotte Vincelot/Sébastien Duret

                                      https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...24_a15816.html
                                      2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                      Commentaire


                                      • #20
                                        Coupe du Monde - Groupe E : Présentation de l'ÉCOSSE (4/24)

                                        Après une première phase finale de l'Euro en 2017, l'Écosse disputera sa première Coupe du Monde en France. Et la compétition débutera face à l'historique rival anglais.


                                        LA FICHE GÉNÉRALE



                                        Classement FIFA actuel :
                                        20e
                                        Meilleur classement FIFA : 19e (09/2018)

                                        Premier match de la sélection : 18 novembre 1972 contre l'Angleterre (2-3)
                                        Plus large victoire : 17-0 contre la Lituanie (30 mai 1998)
                                        Plus large défaite : 0-8 contre l'Angleterre (23 juin 1973)

                                        Programme de la sélection en Coupe du Monde
                                        9 juin 2019 : Angleterre (Nice)
                                        14 juin 2019 : Japon (Rennes)
                                        19 juin 2019 : Argentine (Paris)


                                        La sélection en Coupe du Monde

                                        Participation en Coupe du Monde :
                                        0
                                        Participation aux éliminatoires : 7
                                        Meilleur parcours en Coupe du Monde : -
                                        Bilan général en Coupe du Monde : -
                                        Plus large victoire : -
                                        Plus large défaite : -
                                        Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde : -
                                        Meilleure buteuse en Coupe du Monde : -


                                        Qualifications

                                        Erin Cuthbert
                                        Erin Cuthbert


                                        L'Écosse a obtenu sa qualification lors de la dernière journée décisive en allant battre l'Albanie, pendant que dans le même temps, la Suisse laissait passer sa chance en partageant les points en Pologne. Suisse et Écosse avaient remporté chacune un match, la Suisse ayant l'avantage d'avoir marqué un but à l'extérieur. Mais en ne battant pas la Pologne, elle laissait l'Écosse obtenir sa première qualification pour la Coupe du monde.

                                        Date de qualification : 4 septembre 2018

                                        Bilan des qualifications
                                        8 matchs, 7 victoires, 1 défaite, 19 buts pour, 7 buts contre : Belarus (2-1, 2-1) ; Albanie (5-0, 2-1) ; Suisse (0-1, 2-1), Pologne (3-0, 3-2)

                                        Sélectionneure : Kerr (8)
                                        Bilan joueuses/buteuses
                                        G : Alexander (8)
                                        D : Frankie Brown (1), Howard (4), Arthur (2), Smith (2), Beattie (8), Corsie (8), Mitchell (7)
                                        M : Cuthbert (8/4 buts), Love (2), Fiona Brown (6/1), Crichton (2), Emslie (7/2)
                                        A : C.Murray (3), Clelland (2), J.Ross (8/4), Evans (8/2), Weir (8), Ness (1/1), Little (6/3), Arnot (4)


                                        Les joueuses pour la Coupe du Monde

                                        La liste des 23

                                        une majorité d'appelées évolue en Angleterre pour différents clubs (12), et en Écosse (7 dont 5 pour Glasgow City). Les quatre joueuses restantes évoluent en Suède (2), en NWSL (1) et en Italie (1).

                                        Les absentes
                                        S'il y a une absente à souligner, c'est Emma Mitchell, qui paie les bonnes performances de Nicola Docherty pendant sa blessure. Au-delà de la joueuse d'Arsenal, pas d'absence majeure à souligner, les jeunes joueuses prometteuses sont bien de la partie.

                                        Équipe-type
                                        Dans le but, Lee Alexander sera titulaire, devant une défense centrale composée de Jennifer Beattie et Rachel Corsie (la capitaine). Sur les côtés de la défense, ce sera probablement Nicola Docherty et Chloe Arthur, même si Hayley Lauder ou Kirsty Smith peuvent les suppléer. Au milieu, cela dépend ensuite de la tactique mise en place. Un doublon Crichton (Arnott)/Weir, avec Claire Emslie et Erin Cuthbert sur les côtés, ou Fiona Brown, derrière Kim Little et Cuthbert ou Jane Ross en pointe semble tenir la route, alors que Lisa Evans revient bien après sa blessure.



                                        Commentaires sur l’équipe
                                        § Points forts :
                                        la vitesse, sur les côtés et en attaque.
                                        § Points faibles : dans l'ensemble, l'équipe ne peut pas prétendre rivaliser avec les meilleures nations. La défense est plutôt lourde, et techniquement, on a vu mieux.
                                        § Joueuses clés : Kim Little, Erin Cuthbert, Rachel Corsie
                                        § Infos à savoir sur le système de jeu : quels que soient le système et les joueuses utilisées, l’Écosse peut être une équipe dangereuse si on lui donne des opportunités en contre-attaque

                                        La joueuse à suivre
                                        Kim Little était absente à l'Euro 2017, la première compétition pour laquelle l'Écosse s'était qualifiée. Mais elle sera bien là à la Coupe du monde, et l'équipe compte beaucoup sur celle qui est revenue jouer en Angleterre (et vient de remporter le championnat avec Arsenal) et fait partie des meilleures joueuses du monde.

                                        La sélectionneure
                                        Shelley Kerr est une ancienne défenseure internationale écossaise qui a un solide parcours en tant qu'entraineure dans le football féminin, en Écosse, avec Arsenal ou la sélection des moins de 19 ans. Elle a remplacé la Suédoise Anna Signeul à la tête de la sélection en 2017, et l'a menée à sa première participation à une Coupe du monde.


                                        La préparation

                                        28 mai : Jamaïque 3-2 (G)
                                        8 avril : Brésil 1-0 (G)
                                        5 avril : Chili 1-1 (N)
                                        6 mars : Danemark 1-0 (G)
                                        4 mars : Islande 4-1 (G)
                                        1er mars : Canada 0-1 (P)
                                        21 janvier : Islande 1-2 (P)
                                        17 janvier : Norvège 1-3 (P)


                                        Faits et chiffres

                                        L’Écosse participera à sa première phase finale mondiale. Il s’agit de la douzième sélection européenne à disputer la phase finale de la Coupe du Monde Féminine. Les dernières représentantes de la Zone Europe ont été les Pays-Bas, l’Espagne et la Suisse, lors du rendez-vous canadien de 2015.


                                        L'avis de FOOTOFÉMININ

                                        Dans le groupe D de la Coupe du monde avec l'Angleterre, le Japon et l'Argentine (dans l'ordre des matches), l'Écosse ne devrait logiquement pas atteindre l'une des deux premières places promises à l'Angleterre et au Japon. Mais la troisième est dans ses cordes, et pourquoi pas une qualification en huitièmes de finale en tant que meilleure troisième. Cela s'annonce compliqué, mais la sélection n'a rien à perdre et a des individualités qui peuvent faire la différence.

                                        Coupe du Monde - Groupe E : Présentation de l'ECOSSE (4/24)

                                        Mercredi 29 Mai 2019
                                        Charlotte Vincelot/Sébastien Duret

                                        https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...24_a15817.html
                                        2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                        Commentaire


                                        • #21
                                          Coupe du Monde - Groupe E : Présentation des PAYS-BAS (5/24)

                                          Championnes d'Europe en titre, les Néerlandaises se sont qualifiées pour leur deuxième Coupe du Monde à l'issue des barrages.


                                          LA FICHE GÉNÉRALE



                                          Classement FIFA actuel :
                                          8e
                                          Meilleur classement FIFA : 7e (09/2017)

                                          Premier match de la sélection : 17 avril 1971 contre la France (0-4) (Premier match avec la KNVB : 9 novembre 1973 contre l'Angleterre 0-1)
                                          Plus large victoire : 13-1 contre la Macédoine (29 octobre 2009) et 12-0 contre l'Israël (22 août 1977)
                                          Plus large défaite : 0-7 contre la Suède (26 septembre 1981)

                                          Programme de la sélection en Coupe du Monde
                                          11 juin 2019 : Nouvelle-Zélande (Le Havre)
                                          15 juin 2019 : Cameroun (Valenciennes)
                                          20 juin 2019 : Canada (Reims)


                                          La sélection en Coupe du Monde

                                          Participation en Coupe du Monde :
                                          1
                                          Participation aux éliminatoires : 8
                                          Meilleur parcours en Coupe du Monde : Huitième (2015)
                                          Bilan général en Coupe du Monde : quatre matches, une victoire, un match nul, deux défaites, 3 buts pour, 4 buts contre
                                          Plus large victoire : 1-0 face à la Nouvelle-Zélande (2015)
                                          Plus large défaite : 1-2 contre le Japon (2015), 0-1 contre la Chine (2015)
                                          Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde : 9 joueuses avec 4 matchs
                                          Meilleure buteuse en Coupe du Monde : Kirsten van de Ven, 2 buts (2015)


                                          Qualifications

                                          Coupe du Monde - Groupe E : Présentation des PAYS-BAS (5/24)

                                          Les Pays-Bas ont vu la qualification directe leur échapper lors de la dernière journée des qualifications, avec une défaite en Norvège coûteuse, car les championnes d'Europe avaient réalisé un match nul face à l'Irlande fin 2017 qui les plaçait sous la menace de la Norvège en cas de défaite. Mais, qualifiée pour les barrages, la sélection néerlandaise éliminait d'abord le Danemark, en remportant les matches aller et retour (4-1 en cumulé), puis la Suisse, nettement battue au match aller avant un match nul au retour (4-1 en cumulé), pour obtenir le droit de disputer sa deuxième Coupe du monde consécutive.

                                          Date de qualification : 13 novembre 2018

                                          Bilan des qualifications
                                          12 matchs, 9 victoires, 2 nuls, 1 défaite, 30 buts pour, 4 buts contre
                                          Norvège (1-0, 1-2) ; Slovaquie (5-0, 1-0) ; Irlande (0-0, 2-0) ; Irlande du Nord (7-0, 5-0) ; Danemark (2-0, 2-1) ; Suisse (3-0, 1-1)

                                          Sélectionneure : Wiegman-Glotzbach (12)
                                          Bilan joueuses/buteuses
                                          G : Van Veenendaal (7), Geurts (4)
                                          D : Worm (4), van Es (6), van der Most (2), Bloodworth (12)
                                          M : van de Donk (11/1 but), Spitse (12/6), Martens (12/4), van Lunteren (9), Dekker (9), Roord (10), Groenen (11/1)
                                          A : Beerensteyn (11/5), E.Jansen (2), R.Jansen (9), van de Sanden (12/3), Miedema (9/7), van Dongen (1)


                                          Les joueuses pour la Coupe du Monde

                                          La liste des 23

                                          Les joueuses sélectionnées évoluent dans différents championnats, principalement à domicile et en Angleterre (6). L'autre moitié de la liste évolue en Allemagne, France, Norvège ou encore en Suède. Sarina Wiegman a joué sur la continuité, puisque non moins de 17 joueuses appelées ont été sacrées championnes d'Europe il y a deux ans, dont la quasi-intégralité de l'équipe-type.

                                          Les absentes
                                          Il n'y en a pas. Plusieurs joueuses qui ont une certaine expérience de la sélection sont réservistes, mais aucune n'avait un rôle dans le groupe tel que son absence serait un coup dur pour la sélection.

                                          Équipe-type
                                          Dans un système en 4-3-3 habituel, Sari van Veenendaal devrait être titulaire dans les buts, Loes Geurts étant numéro 1 bis. La défense préférentielle devrait être composée du quatuor Kika Van Es à gauche, Desiree Van Lunteren à droite, et le duo Dekker/Bloodworth en défense centrale, avec Stephanie van der Gragt comme alternative. Le trio au milieu du terrain est composé de Sherida Spitse, Jackie Groenen et Danielle van de Donk, Jill Roord se présentant comme la première remplaçante. En attaque, Lieke Martens occupe le côté gauche, Vivianne Miedema celui d'avant-centre, et le côté droit peut être occupée soit par Shanice van de Sanden, soit Lineth Beerensteyn, qui peut également suppléer Miedema en pointe.



                                          Commentaires sur l’équipe
                                          § Points forts :
                                          collectif, complémentarité, présence physique, vitesse dans les couloirs
                                          § Points faibles : défense lourde, existe-t-il un plan B ?
                                          § Joueuses clés : l'équipe telle qu'elle est construite fonctionne comme un tout, chaque joueuse ayant son rôle dans le collectif.
                                          § Infos à savoir sur le système de jeu : la recette est immuable pour l'instant, avec une défense imposante physiquement mais plutôt lourde, un trio complémentaire au milieu, qui propose aussi bien physique que technique, deux flèches sur les côtés, et une avant-centre efficace qui joue un rôle dans la construction du jeu.

                                          La joueuse à suivre
                                          Parce qu'elle est trop souvent sous-estimée, Danielle van de Donk. La numéro 10 batave est une joueuse intelligente qui permet de fluidifier le jeu, notamment avec Jackie Groenen, et à ses coéquipières de briller.

                                          La sélectionneure
                                          Sarina Wiegman-Glotzbach est une ancienne internationale néerlandaise qui fut la première à passer le cap des 100 sélections. Elle a débuté sa carrière d'entraineur il y a plus de 10 ans, et n'était pas étrangère à la sélection A avant d'être nommée définitivement début 2017, puisqu'elle avait déjà été adjointe, et même sélectionneure par intérim après la dernière Coupe du monde. Pour sa première compétition à la tête de la sélection elle a remporté l'Euro qui était disputé à domicile, et remporté le titre de Meilleur Entraineur de l'année décerné par la FIFA. Elle va disputer sa première Coupe du monde avec la sélection.


                                          La préparation

                                          1er juin : Australie (Eindhoven)
                                          9 avril : Chili 7-0 (G)
                                          5 avril : Mexique 2-0 (G)
                                          6 mars : Chine 1-1 (tab 2-4) (N)
                                          4 mars : Pologne 0-1 (P)
                                          27 février : Espagne 0-2 (P)
                                          19 janvier : Afrique du Sud 2-1 (G)


                                          Faits et chiffres

                                          Deux des trois buts bataves inscrits en Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ portent la griffe de Kirsten Van de Ven, pourtant remplaçante. Face au Canada, Van de Ven était entrée en jeu à la 72e minute, signant l’égalisation 15 minutes plus tard (score final 1:1) ; contre le Japon, la joueuse était sortie du banc à la 53e minute, sauvant l’honneur à la 92e minute face aux Asiatiques (score final 2:1). En revanche, le but qui a offert la seule victoire des Pays-Bas (1:0) en Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ est à mettre au crédit de Lieke Martens, devant la Nouvelle-Zélande.


                                          L'avis de FOOTOFÉMININ

                                          Face à la Nouvelle-Zélande, au Cameroun et au Canada (dans l'ordre des matchs), les Pays-Bas, qui ont désormais un statut à défendre, n'ont pas le droit à l'erreur. Le premier objectif sera la première place du groupe, pour laquelle le Canada sera son principal adversaire. En huitièmes de finale, l'équipe devrait rencontrer une équipe solide et c'est à partir de là qu'il lui faudra vraiment sortir le grand jeu. Très belle championne d'Europe, la sélection est désormais attendue, et la Coupe du monde sera l'occasion de confirmer son titre sans bénéficier toutefois de l'effet de surprise, et avec une recette désormais connue.

                                          Coupe du Monde - Groupe E : Présentation des PAYS-BAS (5/24)

                                          Jeudi 30 Mai 2019
                                          Charlotte Vincelot/Sébastien Duret

                                          https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...24_a15821.html
                                          2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                          Commentaire


                                          • #22
                                            Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de l'ALLEMAGNE (6/24)

                                            Deux fois vainqueur de la compétition, l'Allemagne a perdu les derniers titres mondiaux et européens, et ne détient plus que les Jeux Olympiques au moment d'aborder un tournoi où elle restera une valeur sure.


                                            LA FICHE GÉNÉRALE



                                            Classement FIFA actuel :
                                            2e
                                            Meilleur classement FIFA : 1er (10/2003 à 2007, 12/2014 à 06/2015, 03/2017)

                                            Premier match de la sélection : 10 novembre 1982 contre la Suisse (5-1)
                                            Plus large victoire : 17-0 contre le Kazakhstan (19 novembre 2011)
                                            Plus large défaite : 0-6 contre les Etats-Unis (14 mars 1996)

                                            Programme de la sélection en Coupe du Monde
                                            8 juin 2019 : Chine (Rennes)
                                            12 juin 2019 : Espagne (Valenciennes)
                                            17 juin 2019 : Afrique du Sud (Montpellier)


                                            La sélection en Coupe du Monde

                                            Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de l'ALLEMAGNE (6/24)

                                            Participation en Coupe du Monde :
                                            8
                                            Participation aux éliminatoires : 8
                                            Meilleur parcours en Coupe du Monde : Vainqueur (2003, 2007)
                                            Bilan général en Coupe du Monde : 39 matches, 26 victoires, 8 défaites, 5 matches nuls, 111 buts pour, 37 buts contre
                                            Plus large victoire : 11-0 contre l'Argentine (2007)
                                            Plus large défaite : 0-4 contre la Suède (1991)
                                            Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde : Birgit Prinz, 24 matchs (1995, 1999, 2003, 2007)
                                            Meilleure buteuse en Coupe du Monde : Birgit Prinz, 14 buts (1995, 1999, 2003, 2007)


                                            Qualifications

                                            Dans le groupe 5, l'Allemagne a finalement terminé en tête après un début de campagne plutôt compliqué et notamment une défaite face à l'Islande qui a eu raison de Steffi Jones. Ce fut le seul faux-pas, et les seuls buts encaissés par la sélection qui a retrouvé un second souffle par la suite pour se qualifier fort logiquement pour sa huitième Coupe du monde.

                                            Date de qualification : 4 septembre 2018

                                            Bilan des qualifications
                                            8 matchs, 7 victoires, 1 défaite, 38 buts pour, 3 buts contre
                                            Slovénie (6-0, 4-0) ; République tchèque (1-0, 4-0) ; Islande (2-3, 2-0) ; Iles Féroé (11-0, 8-0)

                                            Sélectionneurs : Jones (4), Hrubesch (4)
                                            Bilan joueuses/buteuses
                                            G : Schult (6)
                                            D : Schweers (2), Doorsoun-Khajeh (5), Demann (5/1 but), Simon (5/2), Maier (7/1), Elsig (2)
                                            M : Däbritz (5), Schüller (6/6), Magull (5/4), Leupolz (5), Goessling (5)
                                            A : Popp (6/6), Knaak (2), Rolser (1), Dallmann (6/1), Huth (6/3)


                                            Les joueuses pour la Coupe du Monde

                                            Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de l'ALLEMAGNE (6/24)

                                            La liste des 23

                                            A l'exception de deux joueuses évoluant à l'OL (et bientôt une de plus au PSG), les Allemandes évoluent à domicile, principalement dans quatre clubs : le Bayern Munich, Essen (5), Wolfsburg et Fribourg (4). Martina Voss-Tecklenburg n'a pas hésité à faire appel à certaines très jeunes joueuses appelées à faire les beaux jours de la sélection dans les années à venir et à donner un vrai coup de jeune à la sélection depuis son arrivée, et il n'est pas surprenant de voir que dix joueuses comptent 15 sélections ou moins à leur compteur.

                                            Les absentes
                                            Il n'y a pas de grande absente à recenser, si ce n'est peut-être Babett Peter, désormais à la retraite mais que l'on aurait pu imaginer pousser jusqu'à la Coupe du monde.

                                            Équipe-type
                                            Martina Voss-Tecklenburg n'ayant à ce jour dirigé la sélection que pour trois rencontres, difficile de s'avancer concrètement. Dans un système en 4-2-3-1, utilisé à deux reprises, l'équipe pourrait ressembler à ce qui suit : Almuth Schult dans les buts (ou Merle Frohms), un quatuor Schweers/Elsig/Hegering/Heindrich (ou Maier) en défense, un duo Lina Magull/Melanie Leupolz évoluant derrière un trio composé de Sara Däbritz (ou Dallmann), Dzsenifer Marozsan et Svenja Huth (ou Popp), avec Alexandra Popp (ou Schüller) en pointe.

                                            Commentaires sur l’équipe
                                            § Points forts :
                                            une équipe complète, du talent à tous les étages
                                            § Points faibles : aucune gardienne n'est Nadine Angerer, peut-être un peu de confusion avec les changements d'entraineurs
                                            § Joueuses clés : Alex Popp, Dzsenifer Marozsan
                                            § Infos à savoir sur le système de jeu : quel que soit le système de jeu utilisé, l'Allemagne aura une équipe compétitive sur le terrain et des latérales offensives qui appelleront le surnombre en attaque

                                            La joueuse à suivre
                                            Si Alex Popp sera encore une fois la leader mentale, et Dzsenifer Marozsan la leader technique, il sera intéressant de suivre le comportement de Johanna Elsig, en train de s'installer comme le nouveau pilier de la défense allemande, un secteur en reconstruction et qui n'a plus la sécurité Nadine Angerer derrière elle.

                                            La sélectionneure
                                            Martina Voss-Tecklenburg est une ancienne internationale allemande qui a pris part à plusieurs Coupes du monde, ainsi qu'aux Jeux olympiques, et a disputé l'Euro à plusieurs reprises, représentant l'Allemagne à 125 reprises au plus haut niveau. Elle a ensuite birfurqué vers le métier d'entraineure, et s'est construit une solide réputation, d'abord en championnat, puis en qualifiant la Suisse pour sa première Coupe du monde il y a quatre ans. Elle a pris les rênes de la sélection allemande une fois la Suisse éliminée des barrages pour la Coupe du monde, et vient donc tout juste de débuter une nouvelle ère pour la sélection allemande.




                                            La préparation

                                            30 mai : Chili
                                            9 avril : Japon 2-2 (N)
                                            6 avril : Suède 2-1 (G)
                                            28 février : France 1-0 (G)


                                            Faits et chiffres

                                            Deuxième derrière les États-Unis au nombre de titres conquis (2 à 3), de matches disputés (39 contre 43), de victoires (26 à 33) et de buts marqués (111 contre 112), l’Allemagne est en revanche la seule nation à avoir remporté deux Coupes du Monde Féminines de la FIFA d’affilée, en 2003 et en 2007.
                                            La sélection allemande compte d’autres records dans la compétition. La Frauen-Mannschaft a maintenu sa cage inviolée pendant les 6 rencontres du tournoi remporté en 2007 ; elle a signé le plus grand nombre de buts en une seule édition (25 en 2003, aussi bien que les États-Unis en 1991) ; elle est restée invaincue pendant 15 matches entre 2003 et 2011 ; elle détient le record des victoires les plus larges (11-0 contre l’Argentine en 2007 et 10:0 face à la Côte d’Ivoire en 2015) ; enfin, 5 joueuses allemandes ont signé un triplé en phase finale mondiale : Inka Grings (1999), Birgit Prinz (2007), Sandra Smisek (2007), Anja Mittag (2015) et Celia Sasic (2015).


                                            L'avis de FOOTOFÉMININ

                                            Face à la Chine, à l'Espagne et à l'Afrique du Sud (dans l'ordre des matches), l'objectif de l'Allemagne ne peut être que la qualification pour les huitièmes de finale comme première étape vers le titre pour lequel elle fait partie des favoris comme toujours, et ce malgré les dernières années agitées et les nombreuses retraites qui ont demandé un renouvellement de l'effectif. Il lui faudra montrer les crocs dès le début de la compétition, notamment face à l'Espagne qui voudra également terminer en tête du groupe.

                                            Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de l'ALLEMAGNE (6/24)

                                            Jeudi 30 Mai 2019
                                            Charlotte Vincelot/Sébastien Duret

                                            https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...24_a15822.html
                                            2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                            Commentaire


                                            • #23
                                              Le dernier carré sans Maro ? ... ça vaudrait pas un sou.

                                              Commentaire


                                              • #24
                                                Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de la CHINE (7/24)

                                                Bien loin de ses performances des années 90 et du début des années 2000, la Chine essaye de se reconstruire un avenir parmi les plus grands.


                                                LA FICHE GÉNÉRALE



                                                Classement FIFA actuel :
                                                16e
                                                Meilleur classement FIFA : 4e (07/2003)

                                                Premier match de la sélection : 20 juillet 1986 contre les États-Unis (1-2)
                                                Plus large victoire : 21-0 contre les Philippines (24 septembre 1995)
                                                Plus large défaite : 0-8 contre l'Allemagne (11 août 2004)

                                                Programme de la sélection en Coupe du Monde
                                                8 juin 2019 : Allemagne (Rennes)
                                                13 juin 2019 : Afrique du Sud (Paris)
                                                17 juin 2019 : Espagne (Le Havre)


                                                La sélection en Coupe du Monde

                                                Participation en Coupe du Monde :
                                                6
                                                Participation aux éliminatoires : 8
                                                Meilleur parcours en Coupe du Monde : Finaliste (1999)
                                                Bilan général en Coupe du Monde : 29 matches, 15 victoires, 6 nuls, 8 défaites, 52 buts pour, 29 buts contre
                                                Plus large victoire : 7-0 contre le Ghana (1999)
                                                Plus large défaite : 0-5 contre le Brésil (2007)
                                                Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde : Sun Wen, 20 matchs (1991, 1995, 1999, 2003)
                                                Meilleure buteuse en Coupe du Monde : Sun Wen, 11 buts (1991, 1995, 1999, 2003)


                                                Qualifications

                                                Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de la CHINE (7/24)

                                                Placée dans le groupe le moins relevé, évitant à la fois le Japon et l'Australie, la Chine a terminé en tête de son groupe lors de la Coupe d'Asie des Nations qualificative pour la Coupe du monde. Face à la Thaïlande, les Philippines puis la Jordanie, les Roses d'Acier se sont largement imposées pour obtenir leur qualification pour la France. En demi-finale, elles ont chuté contre le Japon, puis ont battu la Thaïlande à nouveau lors du match pour la troisième place.

                                                Date de qualification : 9 avril 2018

                                                Bilan des qualifications
                                                8 matchs, 7 victoires, 1 défaite, 38 buts pour, 3 buts contre
                                                Slovénie (6-0, 4-0) ; République tchèque (1-0, 4-0) ; Islande (2-3, 2-0) ; Iles Féroé (11-0, 8-0)

                                                Sélectionneurs : Eyjolfsson (5)
                                                Bilan joueuses/buteuses
                                                G : Peng Shimeng (5)
                                                D : Liu Shanshan (5), Xue Jiao (1), Li Danyang (4), Wu Haiyan (4), Lin Yuping (1),
                                                M : Wang Shuang (5/4 buts), Ma Jun (4/1), Tang Jiali (2/1), Lu Yueyun (2), Xu Yanlu (5), Song Duan (5/4), Yan Jinjin (1), Han Peng (1), Tan Ruyin (1), Zhang Rui (4), Xiao Yuyi (1)
                                                A : Wang Shanshan (3/1), Ren Guixin (5/1), Li Ying (5/7), Gu Yasha (5)


                                                Les joueuses pour la Coupe du Monde

                                                La liste des 23

                                                Toutes les joueuses sélectionnées pour la Coupe du monde évoluent dans le championnat national à l'exception de Wang Shuang, qui a récemment rejoint la France et le PSG. Un départ pour l'étranger qui pourrait en amener d'autres selon la capitaine Wu Haiyan, pour l'expérience globale que cela peut apporter pour permettre de faire grandir les joueuses et la sélection.

                                                Les absentes
                                                Il n'y a pas vraiment de grandes absentes, la Chine tente depuis plusieurs années de retrouver les sommets et a tenté différents entraineurs étrangers et de nombreuses joueuses. Si des joueuses comme Lina Yang ou Wang Linlin pensaient peut-être avoir convaincu le sélectionneur des les appeler, il a fait ses choix au fil des matches.

                                                Équipe-type
                                                Dans un 4-4-2 classique, on devrait retrouver Penh Shimeng dans les buts, devant Peng Shimeng. Devant, une défense à quatre avec Lou Jiahui et Liu Shanshan sur les côtés, Wu Haiyan et Li Jiayue au centre avec Lin Yuping en suppléante. Le duo central au milieu du terrain devrait être composé de Zhang Rui et Tan Ruyin ou Han Peng, avec Gu Yasha et Wang Shuang sur les côtés, derrière un duo Li Ying/Wang Shanshan en attaque.



                                                Commentaires sur l’équipe
                                                § Points forts :
                                                collectif, tactique, attaque
                                                § Points faibles : physique, un certain manque de continuité et travail sur le long terme
                                                § Joueuses clés : Wu Haiyan, Zhang Rui, Wang Shuang, Wang Shanshan
                                                § Infos à savoir sur le système de jeu : il faut s'attendre à une équipe bien en place, qui veut jouer rapidement vers l'avant. Le sélectionneur a dit vouloir s'inspirer de plusieurs résultats surprises lors de la dernière Coupe du monde masculine.

                                                La joueuse à suivre
                                                Véritable star en Chine, Wang Shuang sera particulièrement attendue pour créer des opportunités de but ou les finir. Son duo avec Wang Shanshan fonctionne bien depuis plusieurs années.

                                                La sélectionneure
                                                Jia Xiuquan est un des entraineurs les plus respectés en Chine. Ancien international, il a entrainé différents clubs et sélections masculines et connait avec la sélection féminine depuis un an sa première expérience dans le football féminin, et va disputer sa première grande compétition avec la sélection. Une compétition dont il vise le titre, tout simplement.


                                                La préparation

                                                31 mai : France
                                                7 avril : Cameroun 1-0 (G)
                                                4 avril : Russie 4-1 (G)
                                                6 mars : Pays-Bas 1-1 tab 2-4 (N)
                                                4 mars : Danemark 0-1 (P)
                                                1er mars : Norvège 1-3 (P)
                                                20 janvier : Corée du Sud 1-0 (G)
                                                17 janvier : Nigeria 3-0 (G)


                                                Faits et chiffres

                                                La Chine, qui n’a manqué que l’édition 2011, a obtenu son meilleur résultat en Coupe du Monde Féminine de la FIFA, États-Unis 1999 en s’inclinant en finale, aux tirs au but, face aux États-Unis.
                                                C’est à une joueuse chinoise, Ma Li, que l’on doit la première réalisation de l’histoire de la compétition, lors de la victoire 4-0 sur la Norvège en 1991.


                                                L'avis de FOOTOFEMININ

                                                Le tirage n'a pas été forcément clément avec la Chine puisqu'elle va affronter dans l'ordre l'Allemagne, l'Afrique du Sud et l'Espagne. Les deux nations européennes sont favorites, donc il lui faudra réaliser de belles performances d'entrée de jeu, et espérer au minimum une place de meilleur troisième pour continuer l'aventure. Viser le titre semble cependant quelque peu présomptueux. Retrouver les quarts de finale comme ce fut le cas il y a quatre ans serait déjà une très bonne performance.

                                                Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de la CHINE (7/24)

                                                Vendredi 31 Mai 2019
                                                Charlotte Vincelot/Sébastien Duret

                                                https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...24_a15824.html
                                                2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                                Commentaire


                                                • #25
                                                  Coupe du Monde - Groupe A : Présentation de la NORVÈGE (8/24)

                                                  Présente lors des huit éditions, la Norvège a été titrée en 1995. Depuis 20 ans, la sélection n'a plus atteint le dernier carré et se retrouve dans le groupe des Bleues.


                                                  LA FICHE GÉNÉRALE



                                                  Classement FIFA actuel :
                                                  12e
                                                  Meilleur classement FIFA : 2e (07/2003)

                                                  Premier match de la sélection : 16 juillet 1978 contre la Suède (1-2)
                                                  Plus large victoire : 17-0 contre la Slovaquie (19 septembre 1995)
                                                  Plus large défaite : 0-5 contre la Suède (22 août 1985) et 0-5 contre la Chine (4 juillet 1999)

                                                  Programme de la sélection en Coupe du Monde
                                                  8 juin 2019 : Nigeria (Reims)
                                                  12 juin 2019 : France (Nice)
                                                  17 juin 2019 : Corée du Sud (Reims)


                                                  La sélection en Coupe du Monde

                                                  Participation en Coupe du Monde :
                                                  7
                                                  Participation aux éliminatoires : 8
                                                  Meilleur parcours en Coupe du Monde : Vainqueur (1995)
                                                  Bilan général en Coupe du Monde : 35 matches, 22 victoires, 3 matches nuls, 10 défaites, 86 buts pour, 45 buts contre
                                                  Plus large victoire : 8-0 contre le Nigeria (1995)
                                                  Plus large défaite : 0-5 contre la Chine (1999)
                                                  Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde : Bente Nordby, 22 matchs (1995, 1999, 2003, 2007) et Hege Riise (1991, 1995, 1999, 2003)
                                                  Meilleure buteuse en Coupe du Monde : Ann Kristin Aarones, 10 buts (1995, 1999)


                                                  Qualifications

                                                  Coupe du Monde - Groupe A : Présentation de la NORVEGE (8/24)

                                                  Dans le groupe 3 des qualifications pour la Coupe du monde, la Norvège a obtenu sa qualification directe lors de la dernière journée en battant les Pays-Bas alors leaders du groupe. Une belle performance, alors que son seul faux-pas était survenu contre les championnes d'Europe, vainqueurs à domicile dans le temps additionnel. La Norvège a donc réalisé une phase de qualification très solide, avec un bilan de sept victoires et une défaite en huit rencontres dans un groupe relevé.

                                                  Date de qualification : 4 septembre 2018

                                                  Bilan des qualifications
                                                  8 matchs, 7 victoires, 1 défaite, 22 buts pour, 4 buts contre
                                                  Irlande du Nord (4-1, 3-0) ; Slovaquie (6-1, 4-0) ; Pays-Bas (0-1, 2-1) ; Irlande (2-0, 1-0)

                                                  Sélectionneurs : Sjögren (8)
                                                  Bilan joueuses/buteuses
                                                  G : Hjelmseth (8)
                                                  D : Thorisdottir (8), Wold (8), Leine (1), Mjelde (8/1), Minde (6)
                                                  M : Haavi (5), Maanum (8), Skinnes Hansen (4), Reiten (8/4), Spord (3), Engen (5/1), Risa (4)
                                                  A : Herlovsen (6/2), Graham Hansen (8/6), Jensen (1), Utland (8/7)


                                                  Les joueuses pour la Coupe du Monde

                                                  La liste des 23

                                                  Les Norvégiennes évoluent principalement à domicile (16) et notamment du côté de Lillestrøm (8), les joueuses restantes défendant les couleurs de clubs suédois (3), anglais (2) et allemand (2, Caroline Hansen ayant d'ores et déjà signé à Barcelone).

                                                  Les absentes
                                                  Ce n'est en aucun cas une surprise, mais il faut bien mentionner Ada Hegerberg, la star de l'équipe qui évolue en France. La Norvège a obtenu sa qualification sans la Ballon d'Or, et disputera la compétition sans elle comme cela était attendu.

                                                  Équipe-type
                                                  L'équipe devrait évoluer principalement évoluer en 4-4-2 avec Ingrid Hjelmseth qui garde a priori une petite longueur d'avance sur Cecilie Fiskerstrand pour être titulaire dans les buts. La défense devrait voir Kristine Minde à gauche, le duo de Chelsea Maren Mjelde (à moins qu'elle ne joue au milieu)/Marie Thorisdottir, Ingrid Moe Wold à droite. Au milieu, Guro Reiten devrait évoluer dans le couloir gauche, le jeune duo Ingrid Engen/Vilde Bøe Risa part avec un temps d'avance au centre, et a priori Emilie Haavi dans le couloir droit. Cela ne laisse que deux places dans le onze pour Caroline Hansen, Lisa-Marie Utland et Isabelle Herlovsen, il peut donc y avoir des modifications.



                                                  Commentaires sur l’équipe
                                                  § Points forts :
                                                  solidité générale et notamment défensive, bon mélange entre expérience et jeunesse, vitesse en attaque
                                                  § Points faibles : créativité malgré Caroline Hansen, niveau général
                                                  § Joueuses clés : l'équipe s'appuie avant tout sur un collectif solide, mais des joueuses telles que Maren Mjelde ou Caroline Hansen auront un rôle important.
                                                  § Infos à savoir sur le système de jeu : l'équipe évolue surtout dans un 442 assez strict, Caroline Hansen ayant un rôle d'électron libre en attaque. Les latérales sont offensives et n'hésitent pas à créer le surnombre, les côtés sont donc particulièrement à surveiller.

                                                  La joueuse à suivre
                                                  Si Caroline Hansen est naturellement la principale joueuse à suivre, Guro Reiten peut profiter de la compétition pour confirmer toutes ses qualités avant de signer pourquoi pas à l'étranger.

                                                  Le sélectionneur
                                                  Martin Sjögren est un jeune entraineur suédois, ancien joueur qui s'est fait un nom en entrainant Malmö (qui deviendra Rosengård) puis Linköping, qu'il quitte après le titre national en 2016 pour prendre les rênes de la sélection norvégienne, pour un projet « sur le long terme » avec une jeune sélection. Pour sa première compétition avec la sélection, la Norvège terminait l'Euro 2017 avec un bilan de trois défaites en autant de rencontres.


                                                  La préparation

                                                  2 juin : Afrique du Sud
                                                  9 avril : Nouvelle-Zélande 0-1 (P)
                                                  5 avril : Nouvelle-Zélande 1-0 (G) *non FIFA
                                                  6 mars : Pologne 3-0 (G)
                                                  1er mars : Chine 3-1 (G)
                                                  27 février : Danemark 2-1 (G)
                                                  22 janvier : Canada 0-1 (P)
                                                  17 janvier : Ecosse 3-1 (G)


                                                  Faits et chiffres

                                                  La Norvège a été la première sélection à disputer deux finales consécutives. Après avoir perdu la première finale de l’histoire en 1991 face aux États-Unis, elle l’a emporté quatre ans plus tard devant l’Allemagne.
                                                  En Coupe du Monde Féminine de la FIFA, les Norvégiennes détiennent le record du nombre de victoires d’affilée (10 entre 1995 et 1999) et du nombre de matches consécutifs en ayant marqué (15 entre 1991 et 1999).


                                                  L'avis de FOOTOFÉMININ

                                                  Face au Nigeria, à la France et à la Corée du Sud (dans l'ordre des matches) dans le groupe A de la Coupe du monde, la Norvège a toutes ses chances de rejoindre les huitièmes de finale et ne devrait en tout cas pas terminer avec un bilan similaire à celui de l'Euro. Selon les confrontations qui s'offriraient à elle en cas de qualification pour les huitièmes de finale, elle a le potentiel pour rejoindre les quarts de finale, ce qui serait son meilleur résultat depuis 2007.

                                                  Coupe du Monde - Groupe A : Présentation de la NORVEGE (8/24)

                                                  Dimanche 2 Juin 2019
                                                  Charlotte Vincelot

                                                  https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...24_a15829.html
                                                  2011 2012 2016 2017 2018 2019

                                                  Commentaire

                                                  Chargement...
                                                  X