Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Coupe du Monde 2019

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Heath aux fraises. Dunn femme du match.

    Commentaire


    • Maintenant que les hollandaises doivent attaquer c'est plus compliqué pour elles. Finit la tactique tous derrière et on plante un contre.
      Supporter de l'Olympique Lyopresque.
      Presqu'en finale, presqu'en LdC.

      Commentaire


      • Bon bah, Megan Rapinoe sera ballon d'or et on aura quand même une Rapinoe qui mettra un vent à Trump

        Commentaire


        • Qu'est-ce que les américaines croquent... elles la jouent trop facile et veulent faire leur petit numéro. Bon y'a quand même 2 buts d'avance, elles sont à l'aise mais si les néerlandaises étaient revenues à 1-2, ça aurait été des frissons encore inutiles comme contre la France et l'Angleterre.

          Commentaire


          • La meilleure equipe qui l'emporte, mérité.
            Pinoe la meilleure des 3 attaquantes US, là aussi pas de surprise.
            Bien aimé Ertz et la 4 en DC. Dunn aura compensé certaines lacunes dans le placement par son engagement.

            Commentaire


            • 2-0 net et sans bavure, en la jouant un peu trop facile en fin de match sur des contres, parfois en surnombre
              Beaucoup plus fraiches aussi les americaines en fin de match
              "Hmmm oui mère..."

              Commentaire


              • Bien trop facile pour les US. Les Néerlandaises médiocres, voire carrément mauvaises. Comment on peut proposer si peu en finale ?

                Commentaire


                • Envoyé par interactif Voir le message
                  Surtout l'impression que l'erreur a été d'emmener ELS sur ce tournoi après sa blessure en préparation.
                  On a bien vu qu'elle n'était pas dans le coup physiquement, du coup son impact a été quasiment inexistant.
                  Oui parce que les mettre à l entraînement des leur arrivée après une finale de LDC et une saison ou on leur a fait jouer tous les matchs banania de l EDF , ou ELS a toujours joue a gauche sans se recentrer , c était très intelligent. Mbock qui se fait une entorse au denier match de préparation et qu' on fait jouer tout le tournoi sans même lui avoir fait une IRM, c est très pro aussi et respectueux de la carrière de la joueuse. Et puis ce déballage en public pour se dédouaner de tout responsabilité, quel classe. C est diacre qui dit qu' une ELS a % c était supérieur à n importe qui, on lui pas dicté. Laisse ELS a la maison pour prendre des asseyi, thiney ( aucune critique sur ell) , torrent, clemaron, bussaglua, c est une vision du foot, à peu près la même que diacre. Quand a renard si j ai bien compris , on compte plus sur elle, tout du moin Jusqu au premier résultat de ce qu' on va nous présenter comme une nouvelle ère. Diacre elle s est prise pour Deschamps, alors que c est le sosie de Domenech, en moin sympa en plus.

                  Commentaire


                  • Moins de récupération, une prolongation contre la Suède, face à une equipe athlétique comme les USA, ça se paie.

                    Commentaire


                    • Envoyé par Dieu_Aulas Voir le message
                      Bien trop facile pour les US. Les Néerlandaises médiocres, voire carrément mauvaises. Comment on peut proposer si peu en finale ?
                      Elle au moins acait un plan de jeu. Et je dirais que jusqu au penalty elle pouvait parfaitement voler cette finale. Alors cette c est pas très glorieux comme tactique mais je suppose qu' elles ne pouvaient pas faire autrement . Decker en défense central, tu as pas interet a laisser des espaces. Sur le peno , quel erreur de la defenseure, mais meme si morgan ne cherche que ca , c est malheureusement pour l,esprit du jeu indiscutable.

                      Commentaire


                      • Le var , penalty pour la suede contre le japon sur une main de kumagai avec un japon 3 cran au dessus. Pas de penalty pour la france sur la meme action pour une main americaine. Comme quoi leur truc ca resoud rien, ca deplace le probleme.

                        Commentaire


                        • Envoyé par anaxagore Voir le message

                          Oui parce que les mettre à l entraînement des leur arrivée après une finale de LDC et une saison ou on leur a fait jouer tous les matchs banania de l EDF , ou ELS a toujours joue a gauche sans se recentrer , c était très intelligent. Mbock qui se fait une entorse au denier match de préparation et qu' on fait jouer tout le tournoi sans même lui avoir fait une IRM, c est très pro aussi et respectueux de la carrière de la joueuse. Et puis ce déballage en public pour se dédouaner de tout responsabilité, quel classe. C est diacre qui dit qu' une ELS a % c était supérieur à n importe qui, on lui pas dicté. Laisse ELS a la maison pour prendre des asseyi, thiney ( aucune critique sur ell) , torrent, clemaron, bussaglua, c est une vision du foot, à peu près la même que diacre. Quand a renard si j ai bien compris , on compte plus sur elle, tout du moin Jusqu au premier résultat de ce qu' on va nous présenter comme une nouvelle ère. Diacre elle s est prise pour Deschamps, alors que c est le sosie de Domenech, en moin sympa en plus.
                          Parce que dire qu'ELS n'était manifestement pas en condition d'apporter un plus à son equipe, veut dire pour toi que Diacre c'est génial ?
                          Rien d'incompatible entre le fait de dire que Diacre est zéro et qu'ELS n'était pas en capacité de jouer à un niveau intéressant.

                          D'ailleurs, au delà d'ELS, on a vu beaucoup de joueuses de l'OL moyennes voire très moyennes sur cette compétition, usure oblige.

                          Commentaire


                          • Envoyé par anaxagore Voir le message
                            Le var , penalty pour la suede contre le japon sur une main de kumagai avec un japon 3 cran au dessus. Pas de penalty pour la france sur la meme action pour une main americaine. Comme quoi leur truc ca resoud rien, ca deplace le probleme.
                            C'est pas la même main.

                            Commentaire


                            • Envoyé par Dieu_Aulas Voir le message
                              Bien trop facile pour les US. Les Néerlandaises médiocres, voire carrément mauvaises. Comment on peut proposer si peu en finale ?
                              Quand elles ont proposé plus, elles ont pris un but comme toutes les autres équipes.

                              Commentaire


                              • Meme si elle a pas montré grand chose, je comprends pas pourquoi la sélectionneuse hollandaise n’a pas mis Shanice titulaire.
                                - sa remplacante n’a pas montré plus en demi
                                - se passer de sa vitesse quand ta tactique est de jouer en défense et tenter des contres rapide c’est pas logique
                                - se passer d’un surplus de motivation et d’encouragement c’est dommage
                                La faire entrer a 2-0 quand les Américaines passent en mode défensif c’est plus très utile.

                                En tout cas, je suis globalement déçu par la coupe du monde de Martens.

                                Mes révélations, Reiten et Lavelle.

                                Mention spéciale aux Italiennes et flop d’or pour les équipes asiatiques qui doivent faire gaffe si elles veulent rester dans le top mondiale.

                                Commentaire


                                • Martens a été aussi en vue sur cette CDM que sur la finale de la LDC. Un fantôme.

                                  Commentaire


                                  • Résultat du jour :

                                    États-Unis 2 - 0 Pays-Bas
                                    1 - 0 : Megan Rapinoe 61' (SP)
                                    2 - 0 : Rose Lavelle 69'

                                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                    Commentaire


                                    • Coupe du Monde - Les Américaines, la tête dans les étoiles

                                      Les Américaines auront patienter une heure avant de faire craquer les Néerlandaises à bout de souffle. Un premier but survenu après l'appel au VAR et réussi par Rapinoe, un second personnel de Lavelle et le tenant du titre a logiquement conservé son trophée ce qui ne leur était jamais arrivé.

                                      La joie américaine (photo Eric Baledent/FOF)
                                      La joie américaine (photo Eric Baledent/FOF)



                                      Pour cet ultime rendez-vous de la Coupe du Monde, Jill Ellis pouvait compter sur le retour de sa capitaine Megan Rapinoe, effectuant un autre changement dans son onze par rapport à celui victorieux de l'Angleterre en laissant Horan sur le banc aux dépens de Mewis. Le onze néerlandais apportait son petit lot d'inattendus. Si van de Sanden était sur le banc comme en demi, préférant Beerensteyn dans une position plus en pointe de l'attaque, Sarina Wiegman décidait de titulariser Dekker et son 1,82 m à la place de Van Dongen. C'est Bloodworth qui glissait ainsi sur le côté gauche de la défense orange.

                                      van Veenendaal repousse l'échéance

                                      (photo Eric Baledent/FOF)
                                      (photo Eric Baledent/FOF)


                                      Fidèles à leurs habitudes des cinq matchs éliminatoires en CONCACAF et des six premiers de la phase finale de la Coupe du Monde, les Américaines se pressaient vers l'avant pour assaillir la défense néerlandaise. Cinq premières minutes intenses avant de voir les Orange ressortirent pour équilibrer les débats et chercher un jeu direct. Ce qui avait jusqu'à présent permis de faire la différence, ne l'était pas cette fois-ci. Le quart d'heure de jeu passé, le score était encore et toujours vierge. La Suède était la dernière formation à y être parvenue en matchs officiels lors des JO 2016. Un exploit qui allait se poursuivre jusqu'à la pause grâce au talent de van Veenendaal.

                                      La gardienne d'Arsenal se chauffait une première fois les gants sur un centre de Lavelle (17e) puis un renversement du jeu initié par Dunn (23e). La première frappe cadrée du match arrivait à la 27e minute du jeu et cette fois-ci, il fallait le talent de van Veenendaal pour éviter de céder. Un corner de Rapinoe joué tendu dévié par Ertz qui rebondissait sur Bloodworth avant que le ballon ne soit repris d'une volée du gauche par Lavelle de 11 m (27e). Les joueuses de Wiegman commençaient à accuser le coup dans l'étouffante chaleur lyonnaise. Morgan réclamait en vain un penalty (37e), et ce sont deux centres successifs de Rapinoe qui rappelaient le danger environnant. Le premier dévié par Mewis repoussé avec réussite par la gardienne néerlandaise, le suivant dans la même minute sauvé du pied sur une déviation de Morgan (38e).

                                      Les Pays-Bas ont puisé...

                                      (photo Eric Baledent/FOF)
                                      (photo Eric Baledent/FOF)


                                      La mi-temps n'était plus loin mais les Pays-Bas semblaient proche de la rupture, n'arrivant plus à resserrer le marquage. Sur un ballon de Ertz, Morgan se retrouvait en bonne position à 18 m pour armer une frappe puissante du gauche et au prix d'une belle horizontale sur sa gauche, van Veenendaal était encore décisive (40e). En danger côté droit de sa défense, Bloodworth venait prendre la place de van Lunteren pour éviter de craquer (41e).

                                      Avec aucun tir cadré à la pause, les Orange n'étaient pas en reste en privilégiant un jeu plus direct dans l'axe. Lancée en profondeur, Beerensteyn ne pouvait récupérer le ballon, Naeher lisait bien le jeu pour venir se coucher sur le ballon à l'entrée de la surface (12e). Dans le même registre, Miedema cherchait Beerensteyn et amenait une nouvelle intervention de Naeher cette fois-ci hors de sa surface (26e). Un pressing des deux attaquantes néerlandaises auraient pu même amener à une occasion franche si Beerensteyn n'en avait pas oublié le ballon (36e). Et lorsque l'opportunité semblait la bonne, c'est Dahlkemper qui stoppait Beerensteyn (41e). Les offensives néerlandaises laissaient aussi apparaître la fébrilité américaine comme sur l'ultime corner avant la pause (45+4e).

                                      ...avant de craquer

                                      Lavelle et Pugh se congratulent Ã* la fin du match (photo Eric Baledent/FOF)
                                      Lavelle et Pugh se congratulent à la fin du match (photo Eric Baledent/FOF)


                                      Dès la pause, Jill Ellis remplaçait O'Hara en défense par Krieger mais c'est en attaque que les Américaines restaient présentes. Un premier corner d'entrée rappelait la pression américaine (47e). Au fil des minutes, l'intensité du match laissait des espaces aux Américaines face à des Orange qui puisaient dans les réserves. Les interventions défensives néerlandaises se faisaient tardives jusqu'à la décision du penalty. L'intervention tardive de van der Gragt sur l'épaule de Morgan était logiquement transformée en penalty après l'appel au VAR. Rapinoe le transformait sans trembler et emmenait son équipe vers la victoire (1-0, 61'). Unique réaction adverse par Miedema après avoir fait le plus dur seule face à trois défenseures, elle oubliait de frapper finalement contrée par Dahlkemper (65e).

                                      La suite était assommante pour les Pays-Bas. Lavelle s'offrait une action individuelle de toute beauté pour conclure par une frappe croisée du gauche (2-0, 69'). L'addition était proche de s'alourdir avec un contre amené par Rapinoe et Heath mais la seconde était contrée in extremis par Spitse (71e). van Veenendaal était de nouveau aux affaires devant Morgan (73e) puis Dunn (75e). Le sang neuf apporté par les entrées de Roord et van de Sanden n'y changeait rien. Les tentatives néerlandaises n'aboutissaient pas. Le rouleur compresseur américain filait vers un quatrième sacre mondial, le deuxième consécutif.


                                      La joueuse du match : Sari van Veenendaal

                                      La gardienne néerlandaise n'aura pas porté son équipe vers un sacre mondial mais elle aura longtemps permis de rester à 0-0. Arrêt réflexe, belles détentes et prises de balle solides, son travail a permis de tenir une heure. Ne pouvant rien, sur le penalty, et le second but, elle a continué après coup à éviter un afflux de buts américains.


                                      Le fait du match : le VAR

                                      Si le VAR n'avait pas appelé Stéphanie Frappart, c'est un corner qui aurait été sifflé sur l'intervention de van der Gragt devant Morgan. La décision n'a souffert d'aucune contestation et c'est finalement sur une bonne note et un usage rapide et à bon escient que l'outil a été utilisé.



                                      Coupe du Monde de la FIFA 2019 - Finale
                                      Dimanche 7 juillet 2019
                                      - 17h00
                                      ÉTATS-UNIS - PAYS-BAS : 2-0 (0-0)
                                      Décines-Charpieu (Groupama Stadium)
                                      Temps lourd (30°C) - Terrain excellent
                                      Spectateurs : 57 900
                                      Arbitres : Stéphanie Frappart (France) assistée de Manuela Nicolosi (France) et Michelle O'Neill (Irlande). 4e arbitre : Claudia Umpiérrez (Uruguay). Arbitre réserviste : Luciana Mascarana (Uruguay). Arbitres VAR : Carlos Del Cerro Grande (Espagne) assisté de Mariana De Almeida (Argentine) et Jose Maria Sanchez (Espagne)

                                      Buts :
                                      1-0 Megan RAPINOE 61' s.p.
                                      (Centre de Heath depuis la droite légèrement dévié de la tête par Spitse. van der Gragt veut intervenir devant Morgan mais vient mettre ses crampons sur l'épaule droite de Morgan. Après usage de la VAR, penalty sifflé et tiré par Rapinoe qui ouvre son pied droit pour marquer à ras de terre sur la droite de van Veenendaal prise contre-pied)
                                      2-0 Rose LAVELLE 69' (Lavelle effectue une percée dans l'axe, crochète devant van der Gragt puis place une frappe croisée du gauche de 15 m qui termine sur la gauche de van Veenendaal)

                                      Avertissements : Abby Dahlkemper 41' pour les États-Unis ; Sherida Spitse 10', Stefanie van der Gragt 60' pour les Pays-Bas

                                      États-Unis : 1-Alyssa Naeher ; 5-Kelley O'Hara (11-Ali Krieger 46'), 7-Abby Dahlkemper, 4-Becky Sauerbrunn, 19-Crystal Dunn ; 3-Samantha Mewis, 8-Julie Ertz, 16-Rose Lavelle ; 17-Tobin Heath (10-Carli Lloyd 87'), 13-Alex Morgan, 15-Megan Rapinoe (cap.) (23-Christen Press 79'). Entr.: Jill Ellis
                                      Non utilisées : 18-Ashlyn Harris, 21-Adrianna Franch, 2-Mallory Pugh, 6-Morgan Brian, 9-Lindsey Horan, 12-Tierna Davidson, 14-Emily Sonnett, 20-Allie Long, 22-Jessica McDonald
                                      Pays-Bas : 1-Sari van Veenendaal (cap.) ; 2-Desiree van Lunteren, 6-Anouk Dekker (7-Shanice van de sanden 73'), 3-Stefanie van der Gragt, 20-Dominique Bloodworth ; 14-Jackie Groenen, 10-Danielle van de Donk, 8-Sherida Spitse, 11-Lieke Martens (19-Jill Roord 70') ; 21-Lineth Beerensteyn, 9-Vivianne Miedema. Entr.: Sarina Wiegman-Glotzbach
                                      Non utilisées : 16-Lize Kop, 23-Loes Geurts, 4-Merel van Dongen, 5-Kika van Es, 12-Victoria Pelova, 13-Renate Jansen, 15-Inessa Kaagman, 17-Ellen Jansen, 18-Danique Kerkdijk, 22-Liza van der Most

                                      Dimanche 7 Juillet 2019
                                      Sebastien Duret

                                      https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...es_a16053.html
                                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                      Commentaire


                                      • Coupe du Monde - Stéphanie FRAPPART une décision qui fait basculer la finale

                                        Au sifflet pour cette finale de la coupe du monde entre les États-Unis et les Pays-Bas (2-0), la Française Stéphanie Frappart a pris une décision litigieuse en accordant un penalty en faveur des joueuses de Jill Ellis. Une décision qui a eu un impact majeur sur la rencontre.


                                        Manuela Nicolosi et Stéphanie Frappart, le duo français en finale (photo Eric Baledent/FOF)



                                        Pour sa première finale de coupe du monde féminine en tant qu’arbitre centrale, on parierait que Stéphanie Frappart aurait aimé un peu moins faire parler d’elle. Mais une décision, qui a scellé l’issue de ce match, l’a forcément placé au cœur des débats après la rencontre. Stefanie Van der Gragt, la fautive, raconte l’action : « Il y a un long ballon, quelqu’un le retouche de la tête, et j’étais tournée de l’autre côté, Alex Morgan vient dans mon dos. Je ne la vois pas, j’essaye de dégager, mais malheureusement je la touche. Elle est intelligente, elle sait que je ne la vois pas, c’était bien joué ».


                                        Stéphanie Frappart accorde le penalty (photo Eric Baledent/FOF)

                                        Dans la foulée, le ballon ayant été dégagé côté droit, l’arbitre tricolore accorde un corner, et ne semble pas douter de sa décision. Mais dans l’oreillette, la VAR s’active, et l’alerte sur le contact entre Morgan et Van der Gragt, que la Française, peut-être masquée, n’avait pas vu dans un premier temps. Elle décide alors d’aller visionner les images elle-même sur le bord du terrain, et après quelques secondes de réflexion, accorde finalement un penalty aux Américaines. « Sur le moment, je pensais qu’il n’y avait pas penalty. Maintenant j’ai vu la vidéo, c’est un peu facile d’accorder ce penalty, mais je la touche », admettait après-match, dépitée, la Barcelonaise Van der Gragt, bien malheureuse sur le coup.

                                        De son côté, Alex Morgan ne tentait pas de minimiser l’incident :« Quand le VAR a été appelée, j’étais très contente parce que ça faisait plusieurs fois que, devant leur but, j’avais l’impression qu’elles (les Néerlandaises, NDLR) y allaient un peu fort. Là cette fois c’est un pied haut, vous le voyez j’ai un gros bleu sur le bras (elle montre son bras droit où l’on voit effectivement une trace du contact, NDLR) ».



                                        « Je n’ai pas vu les images, mais j’ai entendu tout le monde dire qu’il n’y avait pas penalty, mais malheureusement quand l’arbitre revient de la VAR… Et malheureusement Sari (Van Veenendaal) n’a pas pu l’arrêter ». En effet, Megan Rapinoe s’est emparée du ballon pour aller marquer le premier des deux buts qui ont scellé le sacre américain.

                                        Car menée d’un but, déjà bien épuisée par leur duel, les Néerlandaises ont reconnu après coup que cela avait fait basculer la partie. Forcément, l’action prête à débat, car Morgan est touchée, sur un geste involontaire de la défenseure centrale néerlandaise. Mais d’autre penalty ont déjà été sifflés pour des faits similaires dans cette compétition. Comme par exemple quand Marion Torrent avait obtenu un penalty pour les Bleues face à la Norvège en phase de groupe, pour un coup de crampon involontaire d’Engen qui dégageait le ballon.

                                        Pour le reste de son match, Stéphanie Frappart a été correcte. Elle a sévit très tôt, en donnant par exemple un carton jaune à Spitse dès la 10e minute. Pour asseoir son autorité et éviter que le match ne devienne trop rugueux ensuite ? Lors du reste de la partie, elle n’a pas sifflé outre-mesure, et souvent laissé le jeu se poursuivre alors que les deux équipes se livraient un combat acharné, et que quelques contacts auraient peut-être mérités d’être plus sévèrement sanctionnés. Elle a également refusé un premier penalty à Morgan, qui se plaignait d’un coup d’épaule de Bloodworth, trop léger pour siffler ce soir. Mais de son match, Américains et Néerlandais retiendront éternellement cette 58e minute, qui a condamné les uns, et envoyé les autres au paradis.

                                        Dimanche 7 Juillet 2019
                                        Vincent Roussel

                                        https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...le_a16056.html
                                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                        Commentaire


                                        • Coupe du Monde - Le public américain entre ferveur et militantisme

                                          Près de la moitié des spectateurs présents en tribune étaient à la cause américaine. Les explosions de joie lors des buts américains ont fait vibrer l'enceinte lyonnaise jusqu'au coup de sifflet final puis les revendications d'égalité ont été scandées


                                          Le stade célèbre ses championnes (photo Eric Baledent/FOF)



                                          Était-ce un signe annonciateur lorsque la présentation des équipes était terminée, les trois grands drapeaux déployés se retiraient après les hymnes, celui du trophée de la Coupe du Monde glissait du même côté que celui des Stars and Stripes. Les Américaines étaient les grandissantes favorites de cette finale et leurs supporters n'avaient pas hésité à acquérir depuis plusieurs mois les premiers sésames pour garnir les tribunes. En dehors des places alloués aux supporters des deux équipes allouées derrière les buts, la grande majorité était en faveur des USA soit plus de 20 000 personnes.

                                          Les supporters américains remportent aussi la finale


                                          Les Orange ont soutenu leurs protégées (photo Eric Baledent/FOF)


                                          Dès les hymnes nationaux, le ton était donné. Alors que les Néerlandais ont marqué de leur empreinte la compétition en sillonnant les villes hôtes avec leurs maillots orange et leur danse devenue célèbre, la dernière manche a été en faveur des Américaines. Malgré quelques chants "Holland, Holland" en début de match, les explosions de joie lorsque le penalty fut accordé, puis transformé ont été sans égal. Même en demi-finale, de la tribune, nous n'avions pas ressenti une telle vibration. L'intensité monta encore d'un cran sur l'exploit de Lavelle, la cause était entendue et le public le savait.

                                          La bronca pour Infantino, le public US réclame l'égalité

                                          Quelques instants après le coup de sifflet final, la cérémonie des trophées se préparait. C'est alors que le public scandait "Equal Pay ! Equal Pay". Puis lors de la descente des officiels vers la pelouse, les sifflets se sont élevés du côté du public américain. En très grande majorité à l'annonce de son nom envers le Président de la FIFA, Gianni Infantino, qui malgré ses annonces de revalorisation des sommes attribuées au football féminin ne semble pas avoir convaincu outre-Atlantique.

                                          Megan Rapinoe veut aussi tourner la page des revendications : "Tout le monde est prêt pour que cela se concrétise, en a marre d'entendre cela. Passons à la suite, comment on soutient les fédérations, on aide les championnats dans le monde entier" s'appuyant sur l'élan donné par les audiences et la popularité de l'événement : "On a fait le show le plus incroyable. On ne peut rien faire de plus pour être les meilleures ambassadrices. Il fait passer à l'étape supérieure" concluait celle qui a été élue meilleure joueuse de la compétition.

                                          Dimanche 7 Juillet 2019
                                          Sebastien Duret

                                          https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...me_a16055.html
                                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                          Commentaire


                                          • Coupe du Monde - Les récompenses individuelles : Megan RAPINOE rafle les trophées, la FRANCE le fair play

                                            Megan Rapinoe a été élue meilleure joueuse par le Study Group de la FIFA et meilleure buteuse du tournoi. Sari van Veenendaal est élue meilleure gardienne alors que la France récolte le prix du fair play. L'Allemande Giulia Gwinn est élue meilleure jeune joueuse.

                                            Sari van Veenendaal, Megan Rapinoe et Alex Morgan (photo Eric Baledent/FOF)
                                            Sari van Veenendaal, Megan Rapinoe et Alex Morgan (photo Eric Baledent/FOF)


                                            Meilleures joueuses

                                            Megan RAPINOE - #USA
                                            Lucy BRONZE - #ENG
                                            Rose LAVELLE - #USA

                                            Meilleures buteuses
                                            Megan RAPINOE - #USA, 6 buts, 3 passes décisives en 428 minutes
                                            Alex MORGAN - #USA, 6 buts, 3 passes décisives en 490 minutes
                                            Ellen WHITE - #ENG, 6 buts, 0 passe décisive

                                            Meilleure gardienne
                                            Sari VAN VEENENDAAL #NED

                                            Meilleure espoir
                                            Giulia GWINN #GER

                                            Prix du fair play
                                            FRANCE


                                            Dimanche 7 Juillet 2019
                                            Sebastien Duret

                                            https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...ay_a16054.html
                                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                            Commentaire


                                            • Coupe du Monde - ÉTATS-UNIS - PAYS-BAS : les réactions des joueuses

                                              Retrouvez les réactions des joueuses américaines Alex Morgan, Lindsey Horan, Ali Krieger, Megan Rapinoe, Desiree van Lunteren

                                              Alex Morgan (photo Eric Baledent/FOF)
                                              Alex Morgan (photo Eric Baledent/FOF)


                                              Alex Morgan (attaquante des États-Unis) :

                                              « On peut souffler, on sait maintenant que tout le travail accompli jusqu'ici en valait la peine. Ce qui nous a amené jusqu'ici ? L'adversité et la confiance. On a su faire face aux défis qui nous étaient proposés, on savait que ce serait la coupe du monde la plus disputée à laquelle on participait, mais on se challenge aussi nous-mêmes ».
                                              Sur l'adversaire : « Les Pays-Bas ont montré qu'ils méritaient d'être en finale. On a joué d'égal à égal avec eux. Ils ont eu des bonnes séquences, leur gardienne a fait des arrêts fantastiques en première période sur des tirs qui auraient pu faire but. On va encore les voir à ce niveau pendant quelques années je pense ».
                                              Sur le retour en championnat : « On va d'abord célébrer, je suis prête à sabrer le champagne (rires). Je suis si fière de cette équipe. Tellement de joueuses ont brillé durant ce tournoi. On va fêter pendant cette semaine avant de retourner dans nos équipes. On a une saison à finir avant un tournoi olympique bien plus lointain. Il va falloir travailler encore ».
                                              Comparaison avec l'équipe de 1999 : « Je déteste nous comparer aux équipes passées. Chacune a écrit sa légende, on essaye d'entretenir la tradition. Et on a plutôt réussi à le faire ».


                                              Ali Krieger, entrée à la pause (photo Eric Baledent/FOF)

                                              Lindsey Horan (milieu des États-Unis) :

                                              « Le deuxième but a aidé à plier le match. Mais on a continué de pousser jusqu'au bout. On est championnes du monde à la fin, c'est juste un sentiment énorme. C'est incroyable ce que cette équipe a fait, toutes les personnes qui en faisait partie. Toutes ont eu leur importance ».
                                              Sur le niveau du Mondial : « Beaucoup d'équipes ont progressé et se sont rapprochées ces dernières années. C'est pour cela que cette Coupe du monde a été incroyable. Tant de bons matchs et de bonnes équipes. Ça rend le succès encore meilleur aujourd'hui ».

                                              Ali Krieger (défenseure des États-Unis) :
                                              « Je suis si heureuse de cette médaille. J'ai travaillé dur pour revenir dans l'équipe ces deux dernières années, pour jouer ces 45 minutes aujourd'hui. C'est pour cela que je travaille dur tous les jours, pour être prête à chaque fois ».
                                              « C'est ma troisième finale de Coupe du monde d'affilée. Je suis si heureuse de représenter les USA encore aujourd'hui, ma famille, mes coéquipières. C'est un groupe magnifique et ce fut une expérience incroyable. On la fêter comme on devait, on la méritait après tout ce travail ces dernières années. On a fait un boulot incroyable sur cette Coupe du monde ».

                                              Megan Rapinoe (photo Eric Baledent/FOF)
                                              Megan Rapinoe (photo Eric Baledent/FOF)

                                              Megan Rapinoe (attaquante des États-Unis) :

                                              « Ce qu'elle a dit à Infantino après que le public l'a sifflé, et réclamé l'égalité des salaires : On a blagué, on s'est souri. (Potache) Il sait que je sais, je crois qu'il a dit qu'on devrait avoir une conversation sur le sujet, et j'adorerais que ça ait lieu.
                                              L'égalité des salaires : Il faut que tout le monde s'assoit ensemble et se mettre au travail. Ce jeu a fait tellement pour nous, on a tout donné au jeu. C'est ce qui fait qu'on a réussi à avoir cette qualité sur le terrain. Mais comment fait-on pour que cette qualité soit à la hauteur des salaires ?
                                              Son Mondial : Pouvoir jouer au plus haut niveau d'une coupe du monde, j'adore ça. C'est dur de mettre des mots sur ce que cette équipe a fait. Je l'ai déjà dit, mais je pense que cette formation peut changer le monde autour de nous, c'est un sentiment incroyable.
                                              Le penalty : Le fait que la VAR ait beaucoup fait parler d'elle dans cette coupe du monde, et encore aujourd'hui ? (Ironiquement) Allez la VAR ! Bien sûr, elle (la VAR) n'allait pas manquer la finale. Pour revenir sur l'action, c'est ce qu'Alex (Morgan) a fait tout au long du tournoi. Elle a mis son corps en jeu, entre la balle et les défenseures. C'était la première fois que tous ces arbitres l'utilisaient, donc je pense que globalement, sur ce point, ça a plutôt été une bonne coupe du monde.
                                              Son soulier d'Or : Depuis le début du tournoi, Alex (Morgan) a fait en sorte que ce soit l'une de nous, qui remporte ce trophée, donc c'est incroyable ».

                                              Desiree Van Lunteren (défenseure des Pays-Bas) :
                                              « On peut être fières de nous. On a fait un tournoi incroyable, avec des matchs difficiles. On est restées unies jusqu'au bout pour atteindre cette finale. Les USA sont une grande équipe et on a eu des opportunités. On peut être fières aujourd'hui ».
                                              Sur la défense néerlandaise : « La tactique était bonne. On a joué avec quatre défenseures et quatre milieux. La défense a tenu le choc, ce qui nous a permis d'enchaîner et de souffler par moment. Cela nous a aidé en seconde période jusqu'à ce moment du penalty ».
                                              Sur la seconde période : « Je pense qu'après le penalty, il y avait encore le temps pour revenir et égaliser. Mais avec le deuxième but, on avait l'impression que l'équipe n'y croyait plus. Ça devenait difficile face aux Américaines qui poussaient ».
                                              Sur le penalty : « Je ne sais pas s'il y a penalty. Si je regarde de ma position, non. Mais je ne vois pas bien. Je n'ai pas encore revu les images ».
                                              Sur l'évolution du football néerlandais : « Si on regarde d'où on vient, on fait du très bon travail. On gagne le championnat d'Europe, aujourd'hui on atteint une finale de Coupe du monde. On a fait un bon pas en avant et on ne peut que continuer à progresser ».
                                              Sur les supporters : « Nos fans sont incroyables. Sans eux, on n'aurait pas joué cette finale ».
                                              Sur les JO : « On espère faire aussi bien l'an prochain, voire même mieux. On va devoir travailler plus dur et donner le meilleur de nous-même ».
                                              Bilan de la CDM : « Si on regarde ce tournoi, on n'a pas joué notre meilleur football. Mais on a cru en ce dernier et en notre équipe. Il va falloir améliorer cela en espérant qu'on sera encore plus fortes dans le futur ».

                                              Dimanche 7 Juillet 2019
                                              Vincent Roussel/Daniel Marques

                                              https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...es_a16057.html
                                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                              Commentaire


                                              • Coupe du Monde - Brigitte HENRIQUES : "Il faut bien structurer les clubs pour générer des recettes"

                                                A l'heure de la finale, la Vice-Présidente de la FFF Brigitte Henriques fait le bilan de la Coupe du Monde, l'évolution de la D1 féminine et l'héritage pour le football féminin français.


                                                Brigitte Henriques au centre (photo Frédérique Grando/FOF)


                                                Quel bilan faites-vous de l'organisation ?

                                                Depuis 2015, on s'était fixé cinq enjeux :
                                                - Que ce soit célébré partout en France, là on a plus que réussi, cela a eu un rayonnement incroyable,
                                                - Remplir les stades, on est 74% et plus d'un million cent de billets vendus. On avait un objectif de 56%,
                                                - Des supporters avec un engouement de tous les pays du monde
                                                - L'organisation jusqu'à présent qui a été une belle réussite. Il y a eu juste un petit couac au début avec les délégations ministérielles qui fait que l'on n'avait pas bien anticipé toutes ces venues,
                                                - L'héritage, on a anticipé. La DTN est mobilisée pour pouvoir fixer les missions prioritaires de nos cadres techniques pour pouvoir accueillir les nouvelles licenciées plus les 15 millions d'Euros qui ont été dédiés pour les infrastructures et le matériel.

                                                "Il y aura un avant et un après"

                                                Pour Gianni Infantino, c'est la plus belle Coupe du Monde qui n'ait jamais existé. Il y aura un avant et un après. Le plus grand bonheur que l'on ait, c'est que l'on ait vu des gens heureux malgré le fait que notre équipe soit sortie en quart. On avait une chance sur cinq de tomber sur les Etats-Unis au tirage au sort. En terme de performance, on aurait tellement voulu le deuxième rêve de gagner.

                                                Les audiences, avec 12 millions sur TF1, plus d'un million sur Canal +, et cela a été dans le Monde entier. Il y a 11,7 millions pour la première demi-finale en Angleterre, 30 millions au Brésil, 7 millions en Italie, on sait que cela est parti. A mon avis, il va y avoir quelque chose qui va s'enclencher partout au niveau mondial. Infantino a annoncé qu'il y aurait 1 milliard de subventions pour développer partout dans le monde, pour aider les clubs. Noël Le Graët a dit à Gianni Infantino que ce serait bien que l'événement soit organisé tous les deux ans pour que l'on n'oublie pas.

                                                "On a largement atteint les objectifs fixés"

                                                Par rapport aux retombées économiques et aux moyens investis, quelles retombées attendez-vous ?

                                                Quand on avait candidaté, l'objectif était de ne pas perdre d'argent. On avait vraiment étudié un budget avec la FIFA pour ne pas perdre d'argent. Ensuite, on avait un engagement d'apporter 15 millions d'Euros avec la FIFA dont 6 millions avec les partenaires nationaux et le reste avec la billetterie. Aujourd'hui, on a atteint 74% donc on sait que l'on a largement atteint les objectifs qui nous étaient fixés. Après ce sera des discussions qui ont déjà été établies entre Noël Le Graët et la FIFA. On verra ensuite comme cela se passera.

                                                Une professionnalisation de la D1 à moyen terme


                                                Noël Le Graët et Gianni Infantino (photo Frédérique Grando/FOF)

                                                L'après Coupe du Monde ne sera-t-il pas difficile à maintenir, en dehors du contexte de la Coupe du Monde ?

                                                En France, on va continuer tout le travail qui a été fait autour des matchs de l'Equipe de France pour que les stades soient remplis. On sait que la D1 est diffusée tous les week-ends. On sait aussi que l'équipe de France a été déplacée de W9 à M6. Canal va mettre des dispositifs plus importants sur la D1. La priorité est maintenant les championnats de D1 et de la D2 derrière. La bonne nouvelle est Arkema vient de donner 80 000 Euros à chaque club de D1. Noël Le Graët est aussi en train de négocier avec la LFP pour qu'il y ait une enveloppe dans les deux ans pour que les clubs de D1 puissent investir davantage. On a une hétérogénéité de budgets. On a des budgets en D1 même pour les clubs pro qui sont à 500 000 Euros, deux clubs à 5 et 6 millions, c'est énorme. Eux investissent depuis longtemps mais on va aider les clubs à investir davantage avec cette négociation.
                                                Comme Infantino a annoncé qu'il voulait aider avec ce milliard les clubs de haut niveau, c'est vraiment enclenché. Cela va permettre d'aller plus loin dans la gestion plus professionnelle des équipes, sur le plan médical, des infrastructures.

                                                Une professionnalisation à terme de D1 féminine ?
                                                Oui, c'est la prochaine étape. L'étape est d'abord de permettre aux clubs professionnels d'investir davantage pour avoir des staffs vraiment complets, d'avoir aussi de la préformation, de la formation. Après il est certain que dans un moyen terme, il faut que l'on ait une professionnalisation des joueuses mais avant cela, il faut bien structurer pour générer des recettes. Si on ne génère pas de recettes et que l'on n'investit pas de l'argent, on ne pourra pas professionnaliser les joueuses. La finalité est qu'elles soient dans les meilleures conditions.

                                                Cela passe par des obligations sur les infrastructures d'accueil et des stades adaptés ?
                                                On a mis les choses dans le bon sens. On a d'abord élargi la base, maintenant il y a la licence club que l'on a voté il y a un an. Avec la Ligue professionnelle, les sections féminines vont intégrer les critères pour la licence Pro. La prochaine étape, il faut que l'on ait de meilleures affluences à toutes proportions gardées et j'espère que le spectacle plaira autant avec notre club de D1 et ce cercle vertueux que l'on est en train de déclencher avec la Coupe du Monde.

                                                Que pensez-vous de la nomination de Stéphanie Frappart pour la finale ?
                                                Je suis contente pour elle. Ce n'est pas facile l'arbitrage dans les fédérations que ce soit chez nous ou ailleurs. Ce n'est bien évidemment la priorité que ce soit chez nous comme cela n'était pas la priorité chez les joueuses il y a cinq ans. Il y a vraiment une énergie à donner. Stéphanie est la vitrine de notre pays avec Manuela Nicolosi. On est passé à 1 050 arbitres, c'est beaucoup. Il n'y a qu'en Allemagne en Europe, où elles sont à 2 500. C'est une grosse satisfaction pour le football féminin, pour l'arbitrage et même pour le foot français.

                                                Dimanche 7 Juillet 2019
                                                Sebastien Duret

                                                https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...es_a16050.html
                                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                Commentaire


                                                • Victoire méritée des States, les néerlandaises étaient beaucoup trop limitées pour espérer quelque chose aujourd'hui... à part bétonner, et les avoir juste vues attaquer en fin de 1MT, le reste... je pense qu'aussi les prolongations contre la Suède et le jour de récupération en moins a également joué contre elles. Il aura fallu un coup du sort (l'intervention de la/du VAR à juste titre) pour débloquer cette rencontre qui était assez fermée malgré la domination stérile des américaines...

                                                  Bref, j'avais misé avant le début de la compétition sur les USA et elles ne m'auront pas vraiment déçu, malgré pas mal d'incertitudes tout au long de la compétition. Bravo aux Pays-Bas pour leur parcours honorable et respectable.


                                                  Tops de cette CDM :
                                                  - les USA, toujours là, même si l'écart se réduit petit à petit avec certaines nations, pas eu l'impression qu'elles jouaient à 100% de leurs moyens. Megan MVP, archi mérité.
                                                  - quelques révélations assez sympathiques, avec notamment Rose Lavelle ou Giulia Gwinn
                                                  - le niveau des gardiennes a été hyper critiqué dans le passé et reste du pain béni pour les détracteurs du foot féminin, on a vu peu de grosses boulettes de gardiennes dans la compétition
                                                  - équipe révélation : le grand retour de l'Italie
                                                  - stades "quasiment" pleins (je mets bien entre guillemets et en fin de top exprès)

                                                  Flops de cette CDM :
                                                  - l'utilisation (ou non-utilisation) de la/du VAR dans certaines situations, impression que cet outil est utilisé de manière un peu trop aléatoire et à la tête du client
                                                  - l'échec annoncé depuis des mois de l'équipe de France à domicile qui fait vraiment tâche (sans rentrer dans les choix et la qualité de jeu)
                                                  - chiffres des stades gonflés malgré des gros trous dans la majorité des matchs

                                                  Ravi de vous avoir fait suivre ma 3ème CDM féminine à ma façon, même si mon emploi du temps devient de plus en plus serré avec le temps et que le football devient de plus en plus secondaire
                                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                  Commentaire


                                                  • Envoyé par hunkle Voir le message

                                                    C'est pas la même main.
                                                    Oui mais c est le même règlement, et si c est pas les USA en face, il y penalty. Et je ne dis pas que la France méritait de gagner ce match.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X