Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Équipe de France A, campagne 2019-2021

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • jrlyon
    a répondu
    Quel beau match encore... Que de bons choix dans le 11 de départ ! c'est bon on a compris qu'il vaut mieux mettre n'importe qui plutôt que des Lyonnaises, mais à un moment il va aussi falloir comprendre que sans Lyonnaises cette EDF est juste une équipe très moyenne qui ne fera jamais le poids contre les grosses nations du football.

    Je rêverais que nos filles prennent une décision commune, refuser d'aller jouer dans cette équipe médiocre. On verrait ce que la France est capable de faire... Bon après on ne peut pas leur enlever l'envie de porter ce maillot bleu c'est normal, mais ce serait tellement bon de voir cette équipe se faire taper, pour que Diacre dégage et que tout le monde comprenne que sans Lyonnaises cette équipe ne vaut pas grand chose

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    Envoyé par Maxence2049 Voir le message

    Cascarino frappe au but à l’ol dans ce type de situation... et elle cadre.
    Après lui avoir accordé sa confiance, Diacre lui retire et la met sur le banc alors que ses derniers matchs en EDF sont très réussis et la fait rentrer... à gauche!

    . Normal que la joueuse soit perdue sur le terrain car ce soir Delphine a joué à l’envers... encore du grand management.
    Quznd tu vois que gauvin est sur le terrain...
    Pour Amel, c’est presque une humiliation... idem pour wendie contre la macédoine.
    Espérons que les coachs de l’ol vont vite recoller les morceaux.
    Pour le coup, Cascarino fait 2 mauvais choix (pointés du doigt par Abily aux commentaires) sur le côté droit qu'elle affectionne puisqu'elles ont permuté avec Diani : ne frappe pas et plus tard revient sur son pied gauche au lieu d'utiliser sa vitesse pour éliminer à droite.
    Que Renard ne joue pas contre la Macédoine était logique, pas de risque à prendre avant le match contre l'Autriche pour affronter une équipe qui n'a pas le niveau D2.

    Laisser un commentaire:


  • Maxence2049
    a répondu
    Envoyé par interactif Voir le message
    Petit bilan de ce match :
    - ELS ne doit pas jouer au milieu, n'en déplaise à Diacre ou Vasseur
    - Majri est la seule solution intéressante pour le poste de MOG. Asseyi, Diani ou Cascarino n'ont pas leurs repères sur ce côté, bien plus performantes à droite. A la limite Karchaoui avec Morroni derrière si Majri n'est pas apte, mais les 3 droitières n'apportent rien sur ce côté
    - Bilbault est trop tendre mais on le savait déjà (coucou Hamraoui) : ses pertes de balles auraient pu se payer cash face à un adversaire mieux équipé sur le plan offensif
    - Cascarino manque encore de confiance sur certaines phases, ne frappe pas assez : un axe d'amélioration dans son jeu
    Cascarino frappe au but à l’ol dans ce type de situation... et elle cadre.
    Après lui avoir accordé sa confiance, Diacre lui retire et la met sur le banc alors que ses derniers matchs en EDF sont très réussis et la fait rentrer... à gauche!

    . Normal que la joueuse soit perdue sur le terrain car ce soir Delphine a joué à l’envers... encore du grand management.
    Quznd tu vois que gauvin est sur le terrain...
    Pour Amel, c’est presque une humiliation... idem pour wendie contre la macédoine.
    Espérons que les coachs de l’ol vont vite recoller les morceaux.

    Laisser un commentaire:


  • MAPASSOL2
    a répondu
    MEDIACRE veut absolument montrer sa force en selectionnant que 3 championne d'Europe et de france sur le terrain comme titulaire ce soir
    sauf que cela se voit tout de suite
    résultats une équipe avec des individualités sans automatismes et des joueuses en deca des LYONNAISES CASCARINO et MAJRI

    Laisser un commentaire:


  • MAPASSOL2
    a répondu
    Envoyé par tasslehoff Voir le message
    Bilbault est déjà nulle habituellement, mais ce soir c’est un festival !
    visiblement elle est bien meilleure qu HENRY aux yeux de mediacre puisque elle est sur le terrain et notre fenotte devant la tv
    quelle incompétente cette disciple du gourou bini

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    Petit bilan de ce match :
    - ELS ne doit pas jouer au milieu, n'en déplaise à Diacre ou Vasseur
    - Majri est la seule solution intéressante pour le poste de MOG. Asseyi, Diani ou Cascarino n'ont pas leurs repères sur ce côté, bien plus performantes à droite. A la limite Karchaoui avec Morroni derrière si Majri n'est pas apte, mais les 3 droitières n'apportent rien sur ce côté
    - Bilbault est trop tendre mais on le savait déjà (coucou Hamraoui) : ses pertes de balles auraient pu se payer cash face à un adversaire mieux équipé sur le plan offensif
    - Cascarino manque encore de confiance sur certaines phases, ne frappe pas assez : un axe d'amélioration dans son jeu

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Bilbault est déjà nulle habituellement, mais ce soir c’est un festival !

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    C’est quoi cette arbitre, les Autrichienne nous retiennent par tout ce qu’elles peuvent, nous tapent dans les chevilles pendant tout le match sans prendre de carton. Almeida est a peine entrée, elle tacle le ballon et son mouvement fini sur la cheville d’une Autrichienne (et c’est un tacle a l'arrêt, rien de dangereux) et elle se prend un jaune direct.

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Par contre, pour le moment, elle tire pas très bien les coup de pieds arrêté, ELS.

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Asseyi qui commence déjà a vendanger un caviar de ELS. Déjà le match dernier elle avait loupé des trucs pas normal...

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    https://www.lequipe.fr/Football/Actu...-majri/1188249

    Pas de grosse surprise dans le 11 de Diacre, compte tenu des options prises par cette dernière depuis qq temps.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Corinne DIACRE de retour avec la sélection

    Testée négative au Covid-19 ce samedi 24 octobre, la sélectionneure nationale a pu réintégrer le rassemblement de l’Équipe de France féminine dans la soirée, a indiqué la FFF ce dimanche matin.


    Diacre sera du voyage en Autriche (photo FFF)



    Tout comme Corinne Diacre, son entraîneur des gardiennes, Gilles Fouache, qui avait aussi été testé positif au coronavirus le 17 octobre, et mis à l'isolement, a fait son retour au Château ce samedi soir. Testés samedi matin avec un résultat négatif, ils ont donc pu rejoindre le l’Équipe de France féminine dans la soirée de samedi et seront bien du déplacement en Autriche, pour le match prévu mardi 27 octobre (21h00, en direct sur W9), dans le cadre des éliminatoires de l’UEFA Euro 2022. Un départ pour Vienne qui s'effectue ce dimanche après-midi.


    Le point sur le groupe G

    1. France, 15 pts (5 m)
    -------------------------
    2. Autriche, 15 pts (5 m)
    -------------------------
    3. Serbie, 12 pts (7 m)
    4. Macédoine du Nord, 3 pts (7 m)
    5. Kazakhstan, 0 pt (6 m)

    Mardi 27 octobre 2020
    AUTRICHE - FRANCE : 21h00


    Dimanche 25 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-C...on_a16873.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Eric BLAHIC : "On s'est rendu le match plus facile"

    En l'absence de Corinne Diacre, c'est Eric Blahic qui a participé à la conférence de presse ce vendredi soir à l'issue de la victoire face à la Macédoine du Nord


    photo FFF


    Quel est votre sentiment avec cette large victoire ?

    C'est tout d'abord la joie et le sentiment du devoir accompli qui prédomine après ce match. Il fallait le jouer même si déjà à l'aller il y avait eu un écart assez important. Mais chaque rencontre a sa vérité donc il fallait repartir, ne pas croire que ça allait être facile. On s'est rendu le match plus facile dès le départ, ce qui a permis à tout le monde de se mettre dans le rythme. Marquer 11 buts ce n'est pas anodin. 7 joueuses différentes qui ont marqué en plus, c'est un signe de bonne vitalité c'est bien.

    C'est une défense inédite qui était alignée. Est-ce la volonté de faire des essais ?
    Oui c'était une occasion pour tester. C'est un choix de Corinne et du staff, une réflexion sur le travail à faire. Il y a des affinements qui se sont faits cette semaine, ça a bien travaillé. C'est la forme du moment aussi. Après, c'est le choix et la composition d'un match.

    Les Lyonnaises Renard et Majri n'étaient pas titulaires. Est-ce liée à leur récente sortie médiatique ?
    (Sur la non-titularisation de Renard) : Je vous laisse l'analyser comme vous voulez de votre côté. C'est le choix d'un soir, une réflexion qu'a eu la coach avec le staff. Rien de plus que cela.
    (Sur la non-titularisation de Majri) : C'est pareil. Après sur le banc, on fait rentrer la petite Oriane, Kenza... C'est à un moment donné un ressenti sur le banc et en relation avec Corinne. Il y a de la continuité dans ce qui est fait et des associations qui nous permettent aussi de voir des choses un petit peu différentes.

    Pouvez-vous nous dire comment cela s'est passé dans la gestion avec Corinne Diacre à distance ?
    On avait déjà vraiment bien travailler en amont sur tout ce qui était la semaine de travail et la réflexion avec Gilles et Anthony. On a fonctionné là-dessus. L'évènement a fait que cela s'est déroulé d'une façon totalement différente. Mais on a continué. On était en relation deux à trois fois par jour, soit en visio le midi, soit en visio le soir sur le bilan. On avait installé des caméras sur Clairefontaine donc elle pouvait voir les deux séances en direct. On faisait une analyse, on partait, on re-discutait. On aménageait ce qu'on voulait. Le ressenti, on lui donnait. Bien évidemment, il y a la distance. Mais avec la confiance qu'elle a dans le staff, Gilles a vraiment participé à tout aussi. Donc il n'y a pas eu de réflexion différente. On s'est peut être aménagé un peu notre travail au quotidien de façon différente sur le terrain avec Michel Etorre. Mais la supervision de l'entraînement, de la composition d'équipe, de la stratégie et du plan de jeu est restée dans les mains de Corinne. Ce qui est tout à fait logique et pas embêtant du tout. Nous, on sait ce qu'on a à faire. À partir du moment où il y a des discussions et des échanges, c'est clairement plus simple de se faire une opinion.

    Quel a été votre ressenti personnel durant ce rassemblement malgré le climat actuel ?
    Je l'ai très bien vécu. Je sais que c'est le terrain qui va les guider. Le reste après... C'est vrai qu'on a eu une semaine chargée émotionnellement. J'en ai parlé aux filles. L'absence de Corinne et Gilles, le protocole et l'ambiance sanitaire avec le Covid pour tout le monde, avoir des infos sur leur famille si y a des soucis. La troisième chose c'est quand même la disparition de Bruno Martini qui a touché quelques joueuses de Montpellier et pas mal de personnes du staff ou de l'administratif qui l'ont connu. Il était quand même à Clairefontaine. Il y a eu aussi l'hommage qu'on lui a rendu. Moi, ça ne m'a pas plus gêné que cela. Le terrain quand on est adjoint, c'est ce qui vous guide au quotidien. Donc on s'est remis dessus, on a retravaillé dessus. On a fait ce qu'on avait à faire. Après il y a eu la relation, les discussions dans le staff, les discussions le soir. Moi, je l'ai bien vécu. Après il y a juste les petits détails de quelqu'un qui n'a pas l'habitude comme les conférences de presse et 2-3 choses comme ça. Mais ça va, ce n'est pas non plus la mer à boire.

    Sur le banc vous n'avez pas été trop stressé ce soir, ça a été...
    Non, non. La dernière fois où je me suis retrouvé dans cette situation, c'était une demi-finale de Coupe de France où l'entraîneur avait été expulsé à Toulouse. C'était un moment un peu plus compliqué sportivement. Là, les filles ont fait ce qu'il fallait. C'est plus sympathique d'être sur le banc dans des conditions pareilles.

    Face à l'Autriche, vous vous attendez à autre chose ?
    Oui, on s'attend à quelque chose de différent. On les a observées, c'est quand même l'autre grosse équipe du groupe. On va d'abord profiter de l'instant présent. Elles sont heureuses. On va rentrer tranquillement dans notre château, bien récupérer et commencer à travailler et envisager l'Autriche mardi.

    Qu'avez-vous pensé de la prestation d'Elisa de Almeida ?
    Elle est à l'image de toutes les filles aujourd'hui qui progressent. Elle progresse réellement. L'idée de Corinne de la mettre sur le côté, c'est qu'elle avait quelque chose en tête. Mais l'ensemble du groupe vit bien, s'entraîne bien. Elles progressent ensemble, elles ont envie d'être ensemble, elles font des efforts ensemble. Elles ont vraiment l'envie de bien faire, que tout soit acceptable et que l'on soit satisfait de leur travail. C'est ce qu'elles ont réussi. Elisa est dans ce groupe là grâce à son tempérament. Mais elle s'est mise au diapason de toutes les autres. La performance de Grace, de Valérie... On ne peut pas les ressortir. C'est vraiment un ensemble qui vit bien, qui a envie d'être ensemble et qui fait les efforts pour le bien de l'équipe. C'est la chose à mon avis la plus importante, au delà de mettre en valeur la performance d'une ou deux joueuses. Bien sûr des performances individuelles, on en trouvera. Mais je préfère m'attacher à l'idée de collectif, c'est la chose la plus importante.


    Corinne Diacre : "Les consignes ont été respectées"
    Le premier objectif était la victoire, c'est ce qu'on a réussi à faire très rapidement. L'objectif était vraiment d'ouvrir le score très rapidement, c'est ce qu'on a réussi à faire. Tout a été travaillé dans la semaine, les consignes ont été respectées. À partir du moment où on ouvre le score rapidement, on se rend le match facile. Il y avait des nouvelles joueuses, mais pas tant que ça, il y avait aussi des retours de blessure ou de méforme par rapport au stage précédent. Quand on gagne un match international 11-0 c'est difficile de faire la fine bouche sur la prestation collective. On n'a pas baissé le pied. De là où j'étais, j'ai vécu un moment agréable.

    Source : L'Equipe/interrogée par téléphone

    Samedi 24 Octobre 2020
    Sébastien Duret (avec Daniel Marques)

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-E...le_a16871.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Promenade de santé face à la MACÉDOINE

    Les Bleues ont étrillé la Macédoine du Nord vendredi soir à Orléans en infligeant un 11-0 au terme d'une rencontre marqué le but le plus rapide de l'histoire des Bleues, un quadruplé de Le Sommer, le doublé de Geyoro et l'implication dans sept buts de De Almeida.


    Joie tricolore (photo FFF)



    Après une semaine marquée par des échanges à distance entre des joueuses lyonnaises commentant la non-sélection d'Amandine Henry, et celle de Corinne Diacre, à l'isolement car testée positive à la COVID-19, sur le terrain, les Bleues ont répondu présentes et n'ont pas eu le temps de douter face à une faible équipe de Macédoine du Nord.

    La large victoire à l'aller (7-0) ne laissait pas planer beaucoup de doute, tant l'écart était abyssal mais à cela, les Bleues ont montré que sur le terrain que la soif de victoires était intacte. Le staff avait cependant décidé de faire tourner et c'est une défense inédite composée de Tounkara et Cascarino dans l'axe, Karchaoui à gauche et De Almeida à droite. Cette dernière va profiter de cette titularisation à la place sa coéquipière de club Torrent dans le couloir droit pour s'illustrer de brillante manière.

    Sur le coup d'envoi, servie par une longue passe de Bilbault dans le couloir droit, elle adressait un centre pour la reprise de la tête de Gauvin. On jouait alors la dixième seconde de jeu. Le record du plus but le plus rapide de l'Equipe de France féminine venait de tomber (1-0). Quelques instants plus tard, la capitaine Le Sommer ouvrait son compteur d'un coup de tête sur un centre de Diani (2-0, 5') avant de récidiver un quart d'heure plus tard en étant au départ et à la fin de l'action, suivant une première frappe de Geyoro contrée (3-0, 21'). Le suspense définitivement levé, les Bleues devaient se montrer efficaces pour accentuer leur différence de but. Le quatrième but signé De Almeida permettait alors de passer devant l'Autriche et de prendre pour la première fois la plus place du groupe de qualification (4-0, 39'). Dans les arrêts de jeu, Gauvin trouvait la barre mais Diani en embuscade finissait le travail (5-0, 45+1').

    Quadruplé pour Le Sommer


    Le Sommer, capitaine (photo FFF)

    « On est satisfaits de cette première période. On avait comme plan de jeu sur l'engagement d'aller très vite devant, de faire ce qu'il fallait pour se rendre le match facile. Les filles ont suivi le plan de Corinne à la lettre et à la mi-temps, on s'est mis dans de bonnes dispositions pour la suite » commentait son adjoint Eric Blahic à la pause en l'absence de la sélectionneuse. « Il y a quand même quelques petites choses à améliorer. On en discutait avec Corinne, à savoir sur le mouvement, les déplacements, tenter des combinaisons un peu plus rapides sur les côtés et continuer. On a beaucoup trop d'occasions et on devrait en mettre un peu plus, ce qui serait une bonne chose pour la suite ».

    Asseyi d'un joli geste acrobatique relançait la machine après dix minutes en seconde période (6-0, 55'). Grace Geyoro venait signer un doublé en deux minutes sur deux actions quasiment similaires avec des centres de Cascarino qui apportait de la fraîcheur (8-0, 62'). Le festival se poursuivait pour Le Sommer avec deux autres buts sur des reprises du droit (73', 78') portant son total personnel à 86. Cascarino y allait aussi de sa réalisation personnelle d'une frappe de l'extérieur de la surface (10-0, 76').

    Onze buts à la clé sur 16 tirs cadrés, trois montants touchés par Asseyi (9e), Gauvin (45+1e), Diani (53e), la démonstration a donné de la confiance sur le terrain, mais il faudra s'attendre à une tout autre opposition face à l'Autriche mardi prochain en attendant de connaître l'équipe qui débutera ce match décisif.


    Réactions

    Eric Blahic :
    (sur le match) "La soirée serait encore mieux avec la coach et Gilles sur le banc. On a une grande pensée pour nos deux entraîneurs. Sinon oui, c'était très très bien. Il y a eu de l'investissement jusqu'à la fin, ça n'a pas relâché. Ça a fait les efforts qu'il fallait pour marquer, ce qui est vraiment une bonne chose. Il y avait beaucoup d'envie, de joie de vivre dans cette équipe sur cette rencontre".
    (Sur la composition et l'opposition à venir face à l'Autriche) : "Oui, ce sera une toute autre opposition. Après, il y aura une réflexion. Corinne est déjà sur cette réflexion et ce match-là. Ce sera une autre rencontre. Mais ce n'est pas anodin d'avoir un score comme aujourd'hui. Ça prouve que tout le monde est concerné et a envie de faire de bonnes choses dans cette équipe".

    Eugénie Le Sommer : (sur le match) "Marquer dès la première minute sur la première action, ça nous a facilité la chose et bien lancer dans le match. On a été sérieuses et appliquées sur toute la rencontre et on n'a rien concédé. Je crois qu'elle n'ont pas trop été dans notre moitié de terrain donc c'est bien. Et c'est vrai que marquer 11 buts, ça fait toujours plaisir. Surtout que ça peut se jouer au goal average aussi, on ne sait jamais. On est devant pour l'instant là-dessus et maintenant, on va se concentrer sur l'Autriche".
    (Sur les tensions actuelles) "On voulait que les choses se passent bien sur le terrain. On a répondu ce soir. Même si tout n'est pas parfait en dehors, on essaye de donner le maximum sur le terrain. Aujourd'hui, ça nous a plutôt réussi et tout le monde était concerné donc c'est bien. Maintenant, il faut regarder devant et bien se concentrer car l'Autriche, ça ne va pas être facile, c'est la première place qui se joue. On avait fait un match nul contre elles au dernier Euro donc on veut corriger ça".

    Propos recueillis sur W9


    Match de qualification à l'Euro 2022 de l'UEFA - Groupe G
    Vendredi 23 octobre 2020 - 21h00
    FRANCE - MACÉDOINE DU NORD : 11-0 (5-0)
    Orléans (Stade de la Source)
    Spectateurs : 612
    Temps dégagé (16°C) - Terrain bon
    Arbitres : Vera Opeikina (Russie) assistée de Iuliia Petrova (Russie) et Ekaterina Kurochkina (Russie). 4e arbitre : Nadezhda Gorinova (Russie)

    Buts :
    1-0 Valérie GAUVIN 1'
    (10e seconde) (Coup d'envoi donné par Le Sommer en retrait sur Bilbault qui allonge dans le couloir droit pour De Almeida qui s'avance dans la surface et délivre un centre en retrait pour la tête au premier poteau à 3 m de Gauvin dans la lucarne)
    2-0 Eugénie LE SOMMER 5' (Geyoro distribue le ballon à droite pour De Almeida qui temporise avant de servir Diani qui arrive lancée à droite et centre pour Le Sommer qui place une reprise de la tête à 6 m au premier poteau)
    3-0 Eugénie LE SOMMER 21' (Le Sommer récupère au milieu, sert sur sa droite De Almeida qui lance Diani. Elle va jusqu'au cordeau pour centrer en retrait sur Geyoro. Sa frappe est contrée par Angelovska, le ballon revient à Le Sommer qui se décale sur la gauche et arme une frappe croisée du gauche de l'angle des 5,5 m qui va se loger dans le petit filet opposé dévié au passage par le dos d'Angelovska)
    4-0 Elisa DE ALMEIDA 39' (Geyoro sert Karchaoui sur le côté gauche qui déborde, arrive dans la surface et délivre un centre au second poteau pour De Almeida qui reprend de la cuisse droite)
    5-0 Kadidiatou DIANI 45+1' (Bilbault allonge une passe de 30 m pour trouver la tête de Gauvin sur la gauche de la surface près de l'angle des 5,5m. Sa reprise termine sur le barre, le ballon revient dans l'axe sur Diani qui reprend de volée du droit à bout portant)
    6-0 Viviane ASSEYI 55' (De Almeida couloir droit remet en retrait sur Le Sommer qui trouve Diani le long de la ligne de la surface qui élimine son adversaire puis délivre un centre au second poteau repris d'un ciseau du droit par Asseyi à 6 m du but, le ballon rebondissant dans les 5,5m avant d'entrer)
    7-0 Grace GEYORO 60' (De Almeida joue avec Cascarino couloir droit qui trouve en retrait juste à l'extérieur de la surface côté droit Geyoro dont la frappe du plat du pied droit sans contrôle termine sous la barre)
    8-0 Grace GEYORO 62' (Cascarino se défait de Kolarovska à droite et s'avance dans le coin droit près du point de corner pour adresser un centre en retrait sur Geyoro qui croise sa reprise du droit de 11 m)
    9-0 Eugénie LE SOMMER 73' (Une-deux entre Dali et De Almeida sur la droite et centre pour Le Sommer qui place une reprise de volée du droit)
    10-0 Delphine CASCARINO 76' (Tounkara s'avance à 25 m du but adverse décalée à droite sert Cascarino qui se retourne vers l'arc de cercle des 20 m et place une frappe croisée du gauche à ras de terre sur la gauche de la gardienne)
    11-0 Eugénie LE SOMMER 78' (De Almeida à droite adresse un long centre qui arrive au delà du second poteau, récupéré par Katoto qui joue avec Morroni à 20 m qui trouve Le Sommer pour une reprise du droit à 11 m)

    Avertissements : Ulza Maksuti 5', Maja Angelovska 70' pour la Macédoine du Nord

    France : 21-Pauline Peyraud-Magnin ; 22-Elisa De Almeida, 5-Aïssatou Tounkara, 19-Estelle Cascarino, 7-Sakina Karchaoui (23-Perle Morroni 59') ; 8-Grace Geyoro, 14-Charlotte Bilbault (15-Kenza Dali 68'), 18-Viviane Asseyi (12-Marie-Antoinette Katoto 68') ; 11-Kadidiatou Diani (20-Delphine Cascarino 59'), 13-Valérie Gauvin (2-Oriane Jean-François 79'), 9-Eugénie Le Sommer. Entr.: Eric Blahic
    Non utilisées : 1-Solène Durand, 16-Romane Munich, 3-Wendie Renard, 4-Marion Torrent, 6-Maéva Clemaron, 10-Amel Majri, 17-Melvine Malard
    Macédoine du Nord : 1-Viktorija Panchurova (12-Magdalena Lekovska 68') ; 13-Julija Zivikj (14-Sindis Polozhani 46'), 15-Sara Kolarovska, 17-Maja Angelovska, 3-Ane Boseska (18-Hristina Joshevska 57') ; 6-Elma Shemsovikj (11-Afrodita Saliihi 80'), 4-Katerina Mileska (cap.) ; 21-Marjana Naceva, 10-Aleksandra Ristovska, 7-Ulza Maksuti (9-Hava Mustafa 46') ; 8-Romana Trajkovska. Entr.: Kiril Izov
    Non utilisées : 23-Verica Kolevska, 2-Daniela Veleska, 16-Rabija Dervishi, 20-Jana Chubrinovska


    Le onze (photo FFF)

    Samedi 24 Octobre 2020
    Sébastien Duret (avec Daniel Marques)

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-P...NE_a16870.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Gaëtane THINEY : "Aujourd'hui, tout n'est pas mis en place pour que l’Équipe de France puisse gagner demain"

    Avec 400 matchs en D1, Gaëtane Thiney (163 sélections) a évoqué l’Équipe de France avec laquelle elle n'a plus évolué depuis le match face à la Serbie en novembre 2019. Elle évoque son parcours mais aussi le contexte actuel où les joueuses veulent s’exprimer pour un objet commun de résultats.


    Première sélection et premier but en A pour Thiney en 2007



    Première interview sur le parcours en D1 publié vendredi dernier

    Cette longévité et régularité en championnat vous a permis de connaître l’Équipe de France. Même si aujourd'hui vous n'avez pas été appelé depuis presque un an, vous en gardez de bons souvenirs ?
    Tout d'abord, il y a eu le titre de championnat d'Europe en jeunes (ndlr : Euro U19 remporté en 2003) qui m'a beaucoup marqué, et qui m'a apporté des émotions fortes. Et puis aller en A. C'était des émotions extraordinaires, je suis très ancrage interne, représenter mon pays, cela est viscéral. Mon premier match, je m'en souviens comme si cela était hier, à Mérignac. J'étais tellement stressée que j'avais deux crampes avant le match. Le long péronier, j'avais les deux hyper tendus. Je me disais que je ne pouvais pas jouer.
    L’Équipe de France, c'était l'apothéose et en même temps, je ne me prenais pas la tête. J'étais naturelle, j'y allais sans complexe, sans me prendre la tête. Il y a eu l'ère avec Bruno Bini. C'était un manager qui me correspondait parfaitement. Il était beaucoup sur les valeurs humaines, jouait sur les émotions. Il recentrait sur la motivation, la cohésion, le partage et j'avais besoin de cela. J'ai fait un sport collectif pour ça.

    "On avait un coach qui nous faisait confiance"


    Thiney, buteuse en 2011 face au Canada (photo Eric Baledent)

    Est arrivée ensuite la Coupe du Monde 2011 en Allemagne ?

    Déjà l'Euro 2009 a été la découverte pour moi. J'ai joué contre l'Allemagne, contre Prinz, des monuments du foot. J'ai découvert, j'ai pris confiance et puis l'équipe a commencé à jouer de mieux en mieux avec des joueuses extraordinaires. La génération de la Coupe du Monde 2011 était une alliance et un alliage parfait de joueuses d'expérience et de jeunes joueuses insouciantes et de talents purs. Louisa Necib était pour moi un talent pur. La vitesse d’Élodie Thomis, jamais je pense que l'on ne les retrouvera sur un terrain. On avait toutes des qualités très fortes, chacune à notre niveau. Soub' était pour moi la meilleure milieu de terrain au monde. A gauche, Sonia Bompastor était une battante. Autant on n'était pas les plus grandes amies du monde, mais j'adorais jouer avec elle. Toutes ces joueuses, les unes à côté des autres ont réussi à créer un petit événement quand on regarde la Coupe du Monde 2011. Cela a été la plus belle compétition. Il y a aussi Marie-Laure (Delie), Eugénie (Le Sommer) qui arrivait vraiment bien, Wendie (Renard) aussi qui arrivait. C'était une confiance les yeux fermés en ses partenaires. On avait un coach qui nous faisait confiance, ce qui a fait que l'on a produit un jeu extraordinaire avec le sourire au quotidien. Cela a permis d'aller en demi-finale de Coupe du Monde. Il nous manquait un petit peu plus d'expérience pour pouvoir aller plus loin. Mais déjà une demi-finale, c'était dingue.

    Ce parcours reste aujourd'hui le meilleur de l’Équipe de France à ce jour ?
    Dans une sélection, l'aventure humaine est incontournable. A un moment, nous les joueuses, on n'a pas réussi à avoir la même philosophie. On était très très centré sur la performance avant tout, en oubliant les relations humaines. Il aurait fallu trouver un juste milieu. Bruno Bini a apporté ce juste milieu mais à un moment, il y en a qui ne voulait pas de cela, et ça a changé. Il y en a qui ne voulait plus adhérer à ce projet-là alors qu'avec beaucoup de recul, c'était un projet idéal puisqu'il permettait à tout le monde de s'exprimer. Si on l'avait amélioré, cela aurait cartonné. C'est ma vision des choses. Maintenant, des choix ont été fait, je ne suis pas dans les choix du sélectionneur et heureusement. Ensuite est arrivé Philippe Bergeroo, avec qui cela commençait plutôt bien puisqu'il avait une grosse expérience sur la performance, même s'il lui manquait une expérience avec les filles, et un peu de confiance sur les grandes compétitions pour éviter que cela parte dans tous les sens. Ce n'est pas la faute du sélectionneur mais c'est l'alliage des deux qui était important. On n'a pas réussi à trouver le bon compromis. Soit il y avait une méconnaissance du public féminin, soit on n'est pas assez bon en management, soit on manque un peu d'expertise dans l'approche du haut niveau, et parfois un peu des trois. On pouvait reprocher tout ce que l'on voulait à Bruno mais c'était quelqu'un qui était à l'écoute, était capable d'évoluer. On va dire que je suis pro-Bruno mais il y avait plein de choses à faire. Aujourd'hui il n'y a pas eu le bon dosage, sinon on aurait gagné.

    "A part nous mettre nous-mêmes (staff et joueuses) des bâtons dans les roues, on n'avance pas beaucoup"


    Thiney face aux Pays-Bas trois mois avant l'Euro 2017


    J'ai confronté mon point de vue avec un adjoint de l’Équipe de France de l'époque après l'ère Bruno Bini. Il m'a dit : "oui, Bruno Bini, la preuve que cela n'a pas marché, il n'a fait que demi-finale". Je lui ai répondu : "Rappelle-moi quand l’Équipe de France ira en demi-finale". Bruno a fait deux demi-finales : la Coupe du Monde et les Jeux Olympiques et cela, on ne peut pas le retirer. Maintenant, libre à chacun de pouvoir le faire et force est de constater que ce n'est pas le cas. Je ne suis pas là pour dire que Bruno est le meilleur, je constate des faits uniquement. Tout le monde a des défauts et des qualités, mais il faut surtout penser collectif et penser Équipe de France. Ce que j'aime, c'est la France, je veux que la France gagne. Je ne suis pas une égoïste. Je parle comme je l'ai fait en janvier, parce que je considère que c'est mon devoir. C'est peut-être la dernière chose que je peux faire pour l’Équipe de France, peut-être pas. Mon devoir, c'est de dire qu'aujourd'hui, tout n'est pas mis en place pour que l’Équipe de France puisse demain gagner, nous ne sommes pas dans le haut-niveau sur pleins de domaines, que ce soit le management, les choix sportifs et la collaboration avec les clubs. Cela fait des années que l'on fait semblant. Quand on est joueuse, c'est un véritable gâchis et c'est très très frustrant. Tous les jours, on s'entraîne, on rêve de gagner un titre. Mais on n'arrive pas à être performante, on n'arrive pas à s'exprimer. On ne comprend pas pourquoi. Et à part nous mettre nous-mêmes (staff et joueuses) des bâtons dans les roues, on n'avance pas beaucoup. On n'arrive pas à être positives. Une joueuse américaine m'a dit "Mais comment vous pouvez gagner ?". Je lui dit "oui". Mentalement, ce n'est pas possible. Elle m'a dit : "Quand on lit un article et que l'on voit qu'entre vous, staff et joueuses, cela part dans tous les sens. C'est impossible de gagner".

    Le football, ce n'est pas de la com'. Le foot, c'est du travail. Le sport de haut niveau, c'est travailler ensemble pour atteindre un objectif commun. COMMUN. Ce n'est pas plus l'un que l'autre, obtenir un titre en COMMUN. Cela résume tout. On perd beaucoup trop d'énergie. On aurait dû jouer une Coupe du Monde en France qui aurait dû être extraordinaire. On ne l'a pas vécue de la même manière, de ce que l'on voit à la télé. Ça, c'est la réalité. Mais c'est barbant, parce qu'à chaque fois, c'est un buzz. Il n'y pas d'ego de joueuses frustrées, aigries, qui sont en fin de carrière. Il n'y a rien de tout ça. Cela fait des années que l'on bosse comme des dingues et qu'on suit les gens. Mais on ne nous écoute jamais. Je veux bien tout entendre mais au bout d'un moment, ce n'est pas la politique des joueuses. Ce n'est pas la République des joueuses. Nous, à un moment, on est là pour parler de l’Équipe de France. Je ne gagnerais sans doute rien avec l’Équipe de France parce que cela m'étonnerait que je sois au prochain Euro si c'est Corinne Diacre. En attendant, ma seule volonté, c'est que l’Équipe de France gagne. Aujourd'hui et hier, il y a plein de choses qui manquent.

    "Le rôle d'un sélectionneur, c'est d'écouter les joueuses cadres et leaders"


    Joie dans les vestiaires à l'automne 2019 après un succès face au Kazakhstan

    Vous partagiez la même chambre avec Wendie, vous avez eu l'occasion d'en discuter ?

    Oui. Chaque fois, c'est fatigant, cela devient une histoire plus politique que sportive. Nous, nous sommes des passionnées qui avons envie de remporter des titres avec notre pays. Aujourd'hui, il faut faire de la politique, de la diplomatie, des médias, de la communication pour pouvoir exprimer des choses. Moi, je n'explique pas à mes entraîneurs, comment ils travaillent. Pas du tout, je ne suis pas dans cette volonté-là. Mais à un moment, le rôle d'un sélectionneur, c'est d'écouter les joueuses cadres et leaders qui ont prouvé pendant vingt ans qu'elles étaient fidèles à des valeurs. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas. Une joueuse comme Wendie Renard, comme Amandine Henry, comme Eugénie Le Sommer, ce sont des filles qui veulent gagner, elles ne veulent pas perdre. Quand elles disent des choses, déjà qu'elles en retiennent 95% de ce qu'elles veulent dire, si elles disent 5%, ce n'est pas pour perdre. Elles pensent que c'est pour faire avancer les choses. C'est un projet de vie, c'est fatigant. J'ai 35 ans, je n'ai pas d'enfant. Le football, c'est un projet de vie. On décale tout à plus tard, à un moment il faut se rendre compte que les sacrifices, on les a fait. Il faut juste se rendre compte que l'on veut s'exprimer dans ce que l'on sait faire, notre passion. Et si en plus, on aime notre pays, cela décuple. On demande juste cela. Il n'y a aucune revendication supplémentaire que de juste vouloir s'exprimer de la meilleure des manières.

    Entretien réalisé mercredi 14 octobre 2020


    Gaëtane THINEY

    Née le 28 octobre 1985 à Troyes
    1,70m - 62kg
    Milieu de terrain
    163 sélections (132 titularisations)
    58 buts

    Première sélection :
    28/02/2007 France - Chine (2-0)
    Premier but :
    28/02/2007 France - Chine (2-0)
    Dernière sélection :
    09/11/2019 France - Serbie (6-0)

    Palmarès
    Championne d'Europe des moins de 19 ans en 2003
    Demi-finaliste de la Coupe du Monde 2011
    Demi-finaliste des Jeux Olympiques en 2012

    Mardi 20 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-G...in_a16858.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - La MACÉDOINE DU NORD pour une mise en jambes

    Les Bleues retrouvent la Macédoine du Nord (21h00, Orléans, W9), un peu plus d'un mois après une large victoire à Skopje (7-0). Une rencontre apparemment aisée mais importante dans l'optique du déplacement en Autriche mardi prochain


    photo FFF



    Place au terrain ce vendredi au Stade de la Source après une semaine agitée depuis l'annonce de la liste. Les différentes interventions de joueuses sur la non-sélection d'Amandine Henry ont mis de côté l'enjeu des deux matchs à venir. Toujours en course pour une place à l'Euro 2022, les Bleues abordent en un mois les quatre dernières rencontres qualificatives dont les deux matchs décisifs face à l'Autriche, principal rival à la première place.

    Les Bleues ont réussi actuellement un parcours sans faute avec quatre victoires, 18 buts marqués et aucun encaissé. Mais son adversaire autrichien qui compte un match de plus en a fait autant avec 5 victoires, 21 buts marqués et 0 encaissé. L'Autriche ne jouant pas ce vendredi, la France peut la dépasser au classement avec une victoire par quatre buts d'écart avant de se rendre à Wiener Neustadt mardi soir. Un succès plus qu'envisageable face au 129e au classement FIFA, avant-dernière nation européenne.

    La Macédoine toujours sans ses deux joueuses majeures



    Comme à l'aller, la Macédoine sera privée de ses deux meilleurs attaquantes Gentjana Rocchi et Natasa Andonova. Ces deux joueuses en raison des restrictions liées au COVID-19 pour le retour dans leurs clubs en Finlande et Espagne n'ont pas été appelées. Kiril Izov disposera cependant d'un effectif plus étoffé qu'à l'aller où sept joueuses avaient été testées positives au COVID-19.

    Pour les Tricolores, Corinne Diacre et son adjoint en charge des gardiennes Gilles Fouache positifs au COVID-19, ont été mis à l'isolement et c'est donc à distance que la sélectionneure a échangé avec ses joueuses. Eric Blahic en poste depuis huit mois assurera le relais sur le terrain et le fera sur le banc ce vendredi soir. Une causerie aura lieu ce vendredi en visioconférence entre Corinne Diacre et les joueuses, la sélectionneuse suivra ensuite la rencontre devant sa télévision.

    Diacre recentre sur le terrain


    photo FFF


    Lors de la conférence de presse organisée en visioconférence à la veille du match, Corinne Diacre a recentré les débats sur l'équipe, mettant de côté les interventions d'une "minorité" préférant "s'attarder sur le groupe France" avant d'ajouter "On a des matches de qualifications à jouer, la priorité c'est sur le terrain. Tous les débats hors terrain ne sont pas les bienvenus. Il sera temps de parler de ça, mais aujourd'hui, ce n'est pas le moment. En plus, dans ces conditions, ce ne serait pas bien de ma part. Je pense qu'il vaut mieux se voir entre quatre yeux, pour dire les choses, les ressentir, même si quand on se voit on est masquées et les ressentis sont différents. Donc par écrans interposés, je n'ai vraiment pas envie de ça. Je suis très concentrée et mon staff également, et j'espère que mes joueuses aussi, sur le match de demain et uniquement celui-ci."

    Peyraud-Magnin devrait de nouveau garder la cage tricolore. En défense, Mbock (en phase de reprise) et Périsset (COVID-19) manquent à l'appel. On devrait retrouver une charnière Tounkara - Renard avec Torrent et Karchaoui dans les couloirs. Au milieu de terrain, l'absence d'Amandine Henry profitera probablement à Bilbault et Geyoro même si elles n'ont pas disposé de beaucoup de temps de jeu ces dernières semaines pour raisons médicales. Le Sommer qui portera le brassard devrait aussi être positionnée en attaque, pendant que dans le secteur offensif Diani, Katoto et Majri pourraient débuter, laissant l'opportunité d'apporter de la fraîcheur avec Cascarino, Gauvin, Malard ou encore Asseyi dans le secteur offensif.


    Infos en bref

    GEYORO sur la terre de ses débuts

    Victime d'une fissure au tibia et absente des terrains durant quatre semaines, la joueuse du PSG Grace Geyoro fait son retour en sélection. La milieu de terrain a fait ses débuts à l'US Orléans comme Benjamine il y a 12 ans avant de rejoindre la saison suivante Saint-Jean de Braye pour trois saisons. Elle est ensuite arrivée au PSG à l'été 2012.

    DIACRE, coach à distance
    A l'isolement, Corinne Diacre a pu suivre malgré tout la semaine de travail des joueuses à distance. Si sur le terrain, Éric Blahic, son adjoint, a conduit les séances avec Anthony Grech-Angelini, préparateur physique, la sélectionneure grâce à un dispositif de caméras a pu suivre en direct vidéo les séances sur les terrains Pierre-Pibarot et Michel Platini, puis les débriefer avec son staff, complété par ailleurs par Michel Ettorre suite à l'isolement également de Gilles Fouache, entraîneur des gardiennes.

    RENARD peut égaler DIACRE
    Si elle joue ce vendredi soir, Wendie Renard égalera le nombre de sélections de Corinne Diacre, sa sélectionneure, avec 121 matchs. Dans le secteur défensif, Laura Georges avec 188 sélections, reste la plus capée.

    ORLÉANS, le retour
    Les Françaises ont déjà joué à deux reprises au stade de la Source. La première face à la Roumanie pour préparer les JO 2012 (6-0) et plus récemment devant la Thaïlande en mai 2019 juste avant la Coupe du Monde (3-0).

    SPECTATEURS, pas d'ouverture au grand public
    L'incertitude a longtemps plané sur l'ouverture de la billetterie au grand public. Des jauges à 1 000 ou 2 000 personnes ont été envisagées mais dépendaient de l'accord de la Préfecture et des décisions gouvernementales. Espérée à 1 940 places dont la moitié ouverte au public, finalement, aucune vente n'a été proposée et ce seront donc seulement un millier de personnes (partenaires et membres de la famille du football) qui seront présents dans les tribunes du Stade de la Source.

    HOMMAGES
    Deux hommages seront rendus ce vendredi soir avant la rencontre. Un premier à l'enseignant Samuel Paty tué à Conflans-Saint-Honorine, les joueuses porteront un brassard noir. Un second à l'ancien gardien international Bruno Martini décédé en début de semaine d'un arrêt cardiaque.

    QUALIFICATIONS
    La Serbie affronte le Kazakhstan ce samedi (18h00) pendant que l'Autriche est au repos. Mardi, une seule rencontre au programme avec l'Autriche face à la France. Le premier sera qualifié directement pour l'Euro 2022. Sur les neuf groupes, les trois meilleurs seconds (comparés sur les points obtenus face aux 1er, 3e, 4e et 5e) seront aussi qualifiés directement. Les six autres joueront un tour de barrage pour les trois derniers billets pour l'Angleterre.
    Actuellement, le classement est le suivant :
    1. Autriche, 15 pts (21-0)
    2. France, 12 pts (18-0)
    3. Serbie, 9 pts (17-10)
    4. Macédoine du Nord, 3 pts (5-28)
    5. Kazakhstan, 0 pt (1-24)


    La sélection de Macédoine du Nord



    La sélection française



    Vendredi 23 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-L...es_a16865.html

    Laisser un commentaire:


  • MAPASSOL2
    a répondu
    mediacre montre son autorité devant la 129 em nation
    quel courage petite médiocre

    Laisser un commentaire:


  • Florentin
    a répondu
    Effectivement, ça ne donne pas du tout envie de les regarder

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    https://twitter.com/equipedefrance/s...98460472475651

    Adversaire en carton --> compo en carton.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Corinne DIACRE et Gilles FOUACHE positifs à la COVID-19

    Nouveau rebondissement avec l’Équipe de France après que la non-sélection d'Amandine Henry ait fait couler beaucoup d'encres depuis jeudi midi. Dans un communiqué paru ce samedi midi, la FFF a indiqué que la sélectionneuse et l'entraîneur des gardiennes avaient été contrôlés positifs à la COVID-19 lors du test effectué en amont du prochain rassemblement des Bleues, mais sont asymptomatiques





    Corinne Diacre, sélectionneure de l’Equipe de France Féminine, et Gilles Fouache, l’entraîneur des gardiennes, ont été contrôlés positifs, ne seront donc pas présents au stage prévu à compter de ce lundi 19 octobre à Clairefontaine. Même s'ils sont asymptomatiques, ils vont devoir observer une période d'isolement qui correspondra au stage et aux deux matches de qualification à l’UEFA Euro 2022 face à la Macédoine du Nord (vendredi 23 octobre, 21h à Orléans) et face à l’Autriche (mardi 27 octobre, 21h à Wiener Neustadt).

    Ce sont donc Eric Blahic, adjoint, et Anthony Grech Angelini, préparateur physique, qui prendront le relais de Corinne Diacre sur le terrain lors de ce rassemblement. La coach sera en contact constant avec son staff et ses joueuses par visio-conférence précise la FFF dans son communiqué. « Je confie la sélection avec grande confiance à Eric et Anthony. Nous échangerons de manière constante pendant les 10 jours de stage avec l’objectif inchangé de remporter ces deux matches de qualification. La situation est très particulière mais nous nous adapterons, le plus important étant de respecter les mesures sanitaires pour préserver la santé de tous », a déclaré Corinne Diacre sur FFF.fr. Cependant Gilles Fouache, entraîneur des gardiennes, sera remplacé par un technicien spécifique dont le nom sera communiqué ultérieurement.

    Pour rappel, en mars dernier, l'adjoint de Corinne Diacre, Eric Blahic avait été aussi testé positif et n'avait pas participé au Tournoi de France.

    Samedi 17 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-C...19_a16853.html

    Laisser un commentaire:


  • MAPASSOL2
    a répondu
    ÉQUIPE DE FRANCE: POSITIVE AU COVID-19, DIACRE SERA ABSENTE DU RASSEMBLEMENT


    Testée positive en amont du rassemblement de l’équipe de France féminine de football, la sélectionneuse Corinne Diacre gardera le contact avec ses joueuses par visio-conférence uniquement.



    Sale semaine pour Corinne Diacre. Vilipendée par une partie de son groupe après la non-convocation de la Lyonnaise Amandine Henry, alors qu’une crise couvait déjà après le renouvellement de son contrat en catimini, la sélectionneuse de l’équipe de France féminine de football a été testée positive au coronavirus, annonce la Fédération française de football.


    Diacre et son adjoint seront absents physiquement


    Les tests réalisés ont été pratiqués en amont du rassemblement qui doit avoir lieu ce lundi, avant deux matches de qualification à l’Euro 2022 contre la Macédoine du Nord (vendredi 23 octobre) et face à l’Autriche (mardi 27 octobre). Corinne Diacre et son entraîneur des gardiennes, Gilles Fouache, lui aussi positif, ne pourront être présents physiquements auprès de leurs joueuses pour ces différentes échéances.


    "Eric Blahic, adjoint, et Anthony Grech Angelini, préparateur physique, prendront le relais de Corinne Diacre sur le terrain lors de ce rassemblement. La coach sera en contact constant avec son staff et ses joueuses par visio-conférence", précise la Fédération française de football (FFF) dans un communiqué. Le nom du remplaçant de Gilles Fouache sera communiqué ultérieurement, indique encore la FFF.

    Laisser un commentaire:


  • MAPASSOL2
    a répondu

    BLEUES: LES JOUEUSES LYONNAISES INTERPELLENT LE GRAËT APRÈS LA PROLONGATION DE DIACRE

    Une partie des joueuses de l’OL, cadres de l’équipe de France de football, ont interpellé le président de la Fédération française de football Noël Le Graët sur la prolongation de Corinne Diacre à la tête des Bleues.



    Le président de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graët était en déplacement à Lyon cette semaine, mardi plus exactement, pour remettre une médaille de la Fédération française de football (FFF) aux joueuses de l'Olympique lyonnais suite à leur dernier titre en Ligue des champions. Après la cérémonie et quelques séances photo, Noël Le Graët a été interpellé par des joueuses lyonnaises cadres du groupe France.
    Le Graët n'avait pas de solution à offrir


    Un échange à bâtons rompus pendant lequel les joueuses ont exprimé leur mal-être à venir en équipe de France sous les ordres de Corinne Diacre. Elles ont également insisté sur le fait que l'équipe de France allait droit dans le mur si la situation persistait, que trop de choses difficiles s'étaient passées ces dernières années et que dans ces conditions, il serait impossible d'aller chercher un titre lors de l'Euro 2022. Le président a semblé encaisser les propos sans vraiment offrir de solutions.

    En délicatesse avec une partie de son groupe, Corinne Diacre a été prolongée dans le plus grand secret à la tête de l’équipe de France au printemps, ce qui n’est pas du tout passé auprès de certains éléments de l’équipe de France qui entretiennent des relations difficiles avec la patronne des Bleus. Défenseur de sa sélectionneuse depuis sa prise de fonction, le président Noël Le Graët n’a, selon toute vraisemblance, pas tenu compte du contexte et des récentes tensions apparues ces derniers mois dans sa réflexion. Corinne Diacre tiendra donc les rênes de l’équipe de France jusqu’à l’Euro 2022. Et cela ne plait pas à tout le monde.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Corinne DIACRE : "Je me base sur les résultats"

    Lors de la conférence de presse organisée ce jeudi, Corinne Diacre a évoqué son contrat, les absences d'Henry et Périsset mais aussi la vie du groupe et la première convocation de Jean-François.




    Quelle est à la raison de l'absence d'Amandine Henry ?

    C'est une raison sportive. Je l'ai appelée hier pour lui dire que je ne la prenais pas dans le groupe sur ce stage-là pour lui laisser du temps pour revenir à son meilleur niveau.
    C'est une compétitrice. Elle a entendue ma décision, après j'ai senti au son de sa voix que cette décision ne lui faisait pas plaisir. Je n'en attendais pas moins de toute façon de sa part.

    Vous ne pensiez pas qu'avec le match de ce week-end et le stage, elle avait les moyens de revenir à un meilleur niveau ?
    C'était une possibilité. Maintenant j'ai pris cette décision qui n'était pas facile à prendre. C'est une cadre du groupe, c'est même la capitaine de cette équipe. C'est une décision à un instant T. Aujourd'hui, il n'y a rien à interpréter. A chaque rassemblement, il y a des mouvements, c'est Amandine aujourd'hui. C'est le propre d'une sélection, il y a des nouvelles joueuses, des filles qui reviennent.

    Ce dernier jour, on a appris la prolongation de votre contrat. Pourquoi cela n'a pas été fait de manière plus officielle ?
    Je n'ai pas signé de contrat supplémentaire. J'ai juste signé un avenant lié au décalage de la compétition. A partir du moment où le Président l'avait déjà annoncé en juin, il suffisait de signer l'avenant. C'est une raison pour lesquelles nous n'avons pas communiqué.

    Périsset positive au COVID-19

    Eve Périsset est absente, pour quelles raisons ?

    Eve est positive au COVID-19. On a reçu les tests hier soir. Elle a une période d'incubation. Malheureusement, je ne peux pas la sélectionner. Mais asymptomatique.

    Cascarino et Thibaud ne sont considérées comme cas contact ?
    Pas pour le moment, leurs tests sont négatifs, je n'ai pas eu d'informations contraires.

    Avec l'objectif de l'Euro, est-ce que vous pensez avoir l'adhésion et la cohésion de l'ensemble de votre groupe ?
    Je me base sur les résultats. Aujourd'hui, les résultats sont bons. On est encore en course pour les qualifications pour le Championnat d'Europe. On a deux matchs importants qui nous attendent. Les joueuses que je sélectionne, répondent au plan de jeu donné. Dernièrement sur le stage de septembre, on a fait deux matchs, même si la Serbie, cela était un peu plus poussif, on ne s'était pas vu depuis six mois. Contre la Macédoine du Nord, on a montré un autre visage. On a su pointer du doigt nos défaillances contre la Serbie que l'on a su mettre en application contre la Macédoine. Et surtout, on a très bien vécu le mois de septembre. On a apporté des modifications, on est dans cet objectif de continuer à avancer. Après il faudra poser la question aux joueuses. Au moment où les résultats sont là, l'adhésion au terrain est là.

    Un mot sur la nouvelle joueuse Oriane Jean-François ?
    Même si Gilles Eyquem prépare la Coupe du Monde U20, je trouve que c'est bien d'injecter quelques jeunes joueuses. On l'a vu sur le dernier stage avec Melvine Malard qui a fait un très bon stage. Qui a joué un peu de malchance car elle n'a pas réussi à ouvrir son compteur but.
    L'arrivée d'Oriane à un poste de milieu de terrain, elle a du temps de jeu régulier à Paris FC et c'est une joueuse qui est très prometteuse. Je remercie Gilles Eyquem de me la laisser à disposition. C'est bien à ces joueuses de gouter à l'équipe de France A.

    "A partir du moment où il y a plus d'échanges, on est à même de trouver des solutions pour le groupe"

    En l'absence d'Amandine Henry, qui sera capitaine ?

    Comme sur les derniers stages, Eugénie Le Sommer est la vice-capitaine et sera capitaine.

    Qu'avez-vous apporté sur le quotidien avec votre groupe ?
    On a modifié certaines choses. On travaille différemment. C'est un ensemble, il n'y a pas que moi et le staff, les joueuses aussi apportent autre chose. A partir du moment où il y a plus d'échanges, on est à même de trouver des solutions pour le groupe.

    Un mot sur le début de saison de Kadidiatou Diani
    C'est un très bon début de saison. On connait très bien Kadi, elle avait fait une très bonne Coupe du Monde. Elle redémarre bien le championnat. Avec nous, elle a été performante. Ce que je peux lui souhaiter, c'est de continuer sur cette lancée. Ce sera tout bénéfique pour son club et pour l'Equipe de France.

    Les questions ont été posées par Anthony Rech (RMC Sport), Matthieu Barberousse (L'Equipe) et Nicolas Jambou (L'Equipière)

    Jeudi 15 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-C...ts_a16840.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Une liste sans Amandine HENRY, première pour Oriane JEAN-FRANÇOIS

    La liste de Corinne Diacre pour les matchs France-Macédoine du Nord et Autriche-France.




    Jeudi 15 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-U...IS_a16838.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - GUINGAMP et VANNES après ORLÉANS

    Les lieux des dernières rencontres qualificatives des Bleues sont connues. Corinne Diacre en a fait l'annonce ce jeudi lors de la conférence de presse. Après Orléans, les Bleues joueront en Bretagne à Guingamp puis Vannes.



    Après avoir accueilli une première fois les Bleues en 2012 face à l'Irlande (4-0), le Stade de Roudourou à Guingamp recevra le match décisif face à l'Autriche fin novembre.
    Les Bleues joueront ensuite à Vannes. Ce sera la première venue des A dans ce stade qui a accueilli la finale de la Coupe de France féminine, la Coupe du Monde U20 en 2018 et le Championnat du Monde militaires féminin en 2016.


    LES PROCHAINES RENCONTRES


    Le Stade de la Rabine à Vannes

    23 octobre

    France - Macédoine du Nord, à Orléans (21h00)

    27 octobre
    Autriche - France, à Wiener Stadt (21h00)

    27 novembre
    France - Autriche, à Guingamp (21h00)

    1er décembre
    France - Kazakhstan, à Vannes (21h00)

    Jeudi 15 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-G...NS_a16839.html

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X