Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Équipe de France A, campagne 2019-2021

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Rem56
    a répondu
    Bleues - FRANCE - ISLANDE, préparer la suite en gardant le rythme

    Pour cette dernière rencontre de la phase de groupes face à l'Islande (21h00, TF1 et Canal+) qui doit encore assurer sa qualification, Corinne Diacre va devoir préparer le quart de finale face aux Pays-Bas notamment à la pointe de l'attaque.

    Sarr sera-t-elle le choix de Diacre en attaque ? (photo UEFA)
    Sarr sera-t-elle le choix de Diacre en attaque ? (photo UEFA)



    Il ne sera certainement pas question de mettre tout le monde au repos en vue de cette dernière rencontre du groupe D entre l'Équipe de France, assurée de sa première place et l'Islande qui espère bien prendre la seconde.

    Un adversaire que les Bleues connaissent bien et qui leur a donné du fil à retordre il y a cinq ans. Il faut en effet s'accrocher face au jeu engagé des Islandaises qui devront tout donner pour ne pas laisser échapper une qualification en quart de finale comme en 2013.

    Le onze de départ ne sera connu que deux heures avant la rencontre, Corinne Diacre n'ayant dévoilé comme à chaque rencontre. "Je n'ai pas forcément de titulaires ou de remplaçantes. Toutes les joueuses peuvent démarrer. L'idée quel que soit le onze que l'on aligne, c'est de gagner" a rappelé l'ancienne internationale tricolore.

    Ne pas tout bousculer pour garder le rythme

    C'est la victoire que la France ira chercher mais il va aussi falloir gérer l'état physique des joueuses avant d'entamer les matchs à élimination directe. Les Bleues joueront leur rencontre vendredi prochain face aux Pays-Bas. Il ne faut pas s'attendre à un changement intégral du onze mais c'est peut-être dans la gestion des remplacements que Corinne Diacre pourra faire souffler, d'autant que désormais cinq remplacements sont possibles ce qui change la gestion par rapport aux précédentes phases finales.

    Ce qui fait l'objet de tous les questionnements depuis le match face à la Belgique, c'est la joueuse qui prendra part à la pointe de l'attaque des Bleues. Une certitude, le système de jeu ne changera pas avec un 4-3-3. Katoto out, Sarr qui n'avait pas pris part à l'avant-dernier entraînement, était présente ce dimanche. C'est la joueuse qui serait à son poste de prédilection en débutant la rencontre, même si d'autres peuvent y évoluer comme Diani, ou encore Malard. C'est dans ce choix que résidera aussi la suite de la compétition. Ce test permettra de voir les alternatives à l'absence de Katoto pour essayer d'aller remplir l'objectif.

    Lundi 18 Juillet 2022
    Sebastien Duret

    Pour cette dernière rencontre de la phase de groupes face à l'Islande (21h00, TF1 et Canal+) qui doit encore assurer sa qualification, Corinne Diacre va devoir préparer le quart de finale face aux Pays-Bas notamment à la pointe de l'attaque. Il ne sera certainement pas question de mettre tout le...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Euro 2022 - FRANCE - BELGIQUE : les réactions

    Retrouvez les principales réactions après le deuxième match des Bleues


    Corinne Diacre (photo UEFA)


    Corinne DIACRE

    On est déjà qualifié, on peut encore se projeter un peu plus loin. Quand on arrive pas concrétiser nos temps forts, je pense que l'on commence un peu à douter, on met moins de rythme. L'équipe belge a bien défendu, a joué avec toutes ses armes. Mais on est aussi tombé sur une belle équipe belge, on avait un bel adversaire qui a joué avec toutes ses armes. C’est une belle équipe, très sincèrement. On a gagné avec un peu de difficultés. On aurait pu breaker avec ce penalty.
    Il y a de la satisfaction. Il faut conserver ce qui a bien fonctionné. On a un peu baissé de rythme.
    Le seul point noir, c'est la blessure de Marie. J'espère que ce ne sera pas trop grave. C'est le genou. Maintenant il faut que l'on attende les examens.

    Sakina KARCHAOUI
    C’était l’objectif d’aujourd’hui, de se qualifier, de se mettre à l’abri. On a su le démontrer en première mi-temps, un peu plus. Le deuxième match, il ne faut pas le prendre à la légère. Il y a eu un manque de lucidité en fin de match. Maintenant, on a un troisième match à jouer, il faut corriger ce qu’on a fait de mal aujourd’hui pour mieux se projeter sur le quart de finale.
    (Sur son énergie dépensée sur l'aile) On peut me le reprocher de temps en temps mais c’est mon jeu, c’est comme ça que je prends plaisir à jouer, tout en servant le collectif et en restant très disciplinée défensivement. Ça a payé aujourd’hui.

    Griedge MBOCK
    On est tombé sur une équipe de Belgique assez forte. Je pense qu'elle nous ont beaucoup analysé par rapport au premier match. Forcément, le niveau se resserre et on voit qu'il n'y a pas de petites équipes. On a peut-être aussi manqué parfois d'efficacité notamment en première mi-temps. On sait qu'il n'y aura pas de matchs faciles. A nous de travailler sur nos erreurs.
    Il faut aussi que l'on s'appuie sur notre force de caractère. On a un groupe qui a de l'ambition, qui a des objectifs. Le fait de passer par des matchs comme cela, cela doit nous permettre de nous améliorer, à nous forger.
    (Sur son but et la qualification) J'ai ressenti beaucoup de fierté et de joie. C'est encore plus fort car cela nous a permis de reprendre l'avantage.
    (Sur son premier match sur le banc) Forcément déçue, je suis une compétitrice, je suis derrière le groupe. On a un groupe assez homogène. Il faut penser au groupe avant tout et c'est ce que j'essaie de faire.

    Kadidiatou DIANI
    On a moins abouti nos actions alors que le premier match on avait l'impression qu'une fois que l'on arrivait devant le but, cela centrait, ça marquait. Ce soir, c'était moins le cas. On va travailler pour pouvoir mieux finir. On doit concrétiser nos actions.

    Delphine CASCARINO
    Les Belges ont bien joué mais on a atteint l'objectif de se qualifier après le deuxième match. On s'est pris un but, cela nous a mis un coup au moral, mais aussi la perte de Marie. Mais on a su réagir par une belle passe décisive de Clara et Griedge qui finit de la tête. On aurait aimé qu'elle soit là. Après Ouleye a fait une très bonne entrée.

    Ives SERNEELS (sélectionneur de la Belgique)
    Nous n'avons pas bien commencé mais nous avons tout fait pour nous créer des occasions. Tout le monde a tout donné et c'est dommage que le résultat ne reflète pas cela et que nous n'ayons pas été récompensés pour nos efforts. Le premier but que nous avons marqué est un bon exemple de la confiance que nous avions. Mais nous avons pris du retard à deux moments difficiles. Mais là encore, nos joueuses ont fait preuve de résilience. La France a su tenir, c'est ce qu'on attend d'une équipe de haut niveau.

    Vendredi 15 Juillet 2022
    Sebastien Duret

    Retrouvez les principales réactions après le deuxième match des Bleues Corinne DIACRE On est déjà qualifié, on peut encore se projeter un peu plus loin. Quand on arrive pas concrétiser nos temps forts, je pense que l'on commence un peu à douter, on met moins de rythme. L'équipe belge a bien...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Euro 2022 - La FRANCE obtient sa qualification pour les quarts

    Des buts de Kadidiatou Diani et Griedge Mbock en première période ont offert la victoire (2-1), la qualification et la première place du groupe à la France. Janice Cayman avait égalisé pour la Belgique, toujours en course pour les quarts de finale. Wendie Renard a manqué un penalty.


    Diani a ouvert le score dès la 6e minute (photo UEFA)



    L'équipe de France avait l'opportunité avec ce deuxième match de s'assurer de la première place du groupe en cas de victoire. Pour cette rencontre, Corinne Diacre titularisait Griedge Mbock à la place d'Aissatou Tounkara, et Clara Matéo à la place de Sandie Toletti. Ives Serneels de son côté reconduisait le même onze qui avait obtenu le match nul contre l'Islande lors de la première journée.

    Les Tricolores réalisaient un gros début de rencontre, se montrant dangereuses dès la première minute de jeu avec un centre de Kadidiatou Diani, et à plusieurs reprises dans les minutes qui suivaient. Leurs efforts étaient rapidement récompensés avec une longue ouverture de Wendie Renard pour Sakina Karchaoui dans le couloir gauche, et la défenseure parisienne centrait au deuxième poteau pour Diani qui offrait l'avantage aux Bleues d'une tête piquée (1-0, 6'). La domination française était quasi totale, les Belges ne parvenant à sortir de leur terrain que sur un centre de Janice Cayman pour personne (11'). Le début de match des Françaises était intéressant, mais une mauvaise nouvelle arrivait vite avec la sortie sur blessure de Marie-Antoinette Katoto, blessée seule au genou sur une reprise d'appui. Elle sortait, remplacée quelques minutes plus tard par Ouleye Sarr (17'). Alors que les Bleues évoluaient à dix, Diani était encore trouvée sur un centre de Karchaoui, mais Nicky Evrard déviait le ballon sur son poteau (16'). Sur le corner, Wendie Renard plaçait sa tête, mais Laura De Neve était sur le trajet (17').

    Cayman égalise


    Cayman a pris le dessus sur sa partenaire lyonnaise (photo UEFA)


    Pendant un petit quart d'heure ensuite, le jeu était plus brouillon, les transmissions et combinaisons moins fluides côté Tricolore. La sortie inquiétante de Katoto devait participer à cette baisse de performance. Et si la France se créait une belle occasion après un bon travail de Delphine Cascarino, Clara Matéo manquait le cadre (30'). Et quelques minutes plus tard, la Belgique allait revenir au score. Un appel de Tessa Wullaert dans le dos de Périsset, mal placée, un service dans le dos de Mbock pour Janice Cayman, la plus prompte à se jeter sur le ballon qui finissait au fond des filets (1-1, 36').

    Mbock marque le but de la qualification


    Mbock a inscrit son premier but de la tête en sélection (photo UEFA)


    Les Françaises s'étaient un peu endormies et étaient punies sur la première occasion belge. Mais elles montraient une belle capacité de réaction et reprenaient l'avantage avant la pause sur corner. Le centre de Matéo était dégagé mais elle récupérait le ballon près de la ligne de sortie de but, éliminait joliment Jody Vangheluwe et adressait un centre fort devant le but, repris par Mbock d'une tête puissante (2-1, 41'). Le duo de remplaçantes la première journée. Les Bleues avaient bien réagi, et après quelques dernières opportunités qui ne faisaient pas frémir Evrard, la pause était sifflée. Le principal était là pour la France avec cet avantage au score, mais le break n'était pas fait, la copie était moins séduisante que lors de la première période. Peu dangereuses, les Belges avaient su se montrer efficaces et restaient dans le match.

    Renard manque un penalty à la fin

    Ives Serneels effectuait un changement pour la deuxième période avec l'entrée de Marie Minnaert, tandis que Corinne Diacre repartait avec les mêmes joueuses. Et avec Diani principalement, très en jambes, les Bleues se montraient à leur avantage en début de seconde période. L'attaquante parisienne trouvait le petit filet (46'), puis Sarr qui manquait sa reprise (50'), alors que Cascarino tentait une nouvelle frappe avoir repiqué dans l'axe, hors cadre (50'). Lancée en profondeur, Sarr, gênée par le retour de Biesmans, était finalement devancée par Evrard sur un ballon poussé un peu trop (54'). Un centre de Matéo se transformait en centre-tir qui manquait de peu le cadre (55').

    Après ces dix premières minutes intéressantes, la France reculait nettement, et n'arrivait plus à grand chose tandis que la Belgique se montrait. Après tout, elle n'avait qu'un but de retard et était déjà revenue deux fois au score dans cet Euro. Nettement moins bien dans le jeu, les Tricolores réussissaient néanmoins à porter le danger dans la surface belge, mais Sarr manquait de justesse sur un bon centre de Cascarino (68'), passée à droite avec l'entrée en jeu de Selma Bacha pour Diani et Sandie Toletti pour Matéo. Ces deux entrées apportaient un petit plus au jeu français, mais la copie restait brouillonne. Et la menace belge restait bien réelle, malgré une défense qui restait solide. La France, qui n'avait déjà pas réussi à marquer en deuxième période contre l'Italie, se voyait offrir un après intervention de la VAR un penalty dans les dernières minutes de jeu pour une main d'Amber Tysiak (89'). Evrard, qui avait déjà arrêté le penalty de Berglind Björg Þorvaldsdóttir lors de la première journée, rééditait son exploit. Elle ne pouvait cependant que repousser le ballon et Renard était la première dessus, mais cette fois-ci elle manquait le cadre (90'). Dans les arrêts de jeu, Bacha et Melvine Malard combinaient, mais cette dernière frappait sur Evrard (90+4) qui sortait sur sa ligne une dernière tête de Renard sur corner sur la dernière action du match (90+6').

    Du côté des points positifs de la soirée, la qualification et la première place sont acquises pour les Bleues. Dans les points moins positifs ou franchement négatifs, la blessure de Katoto et la prestation globale des Françaises. La Belgique n'aura jamais été vraiment dangereuse mais auront marqué sur leur seule véritable occasion de la rencontre. Cette petit défaite, alors qu'elle jouera a priori sa qualification dans un duel face à l'Italie lundi prochain, lui donne un avantage à la différence de but.


    UEFA Women's EURO 2022 - Angleterre - Groupe D - Deuxième journée
    Jeudi 14 juillet 2022
    - 20h00 locales (21h00 françaises)
    FRANCE - BELGIQUE : 2-1 (2-1)
    Rotherham (New York Stadium) - 8 173 spectateurs
    Temps légèrement nuageux (21°C) - Terrain excellent
    Arbitres : Cheryl Foster (pays de Galles) assistée de Michelle O'Neill (République d'Irlande) et Polyxeni Irodotou (Chypre). 4e arbitre : Lorraine Watson (Écosse). Arbitres VAR : Tomasz Kwiatkowski (Pologne) assisté de Bartosz Frankowski (Pologne)

    1-0 Kadidiatou DIANI 6' (Longue ouverture de Renard pour Matéo couloir gauche qui dédouble avec Karchaoui dont le centre est délivré au second poteau pour Diani qui pique sa tête pour placer le ballon au ras du montant gauche)
    1-1 Janice CAYMAN 36' (Sur un ballon de Philtjens couloir gauche, elle trouve Wullaerts qui réalise un contrôle dos au jet et arrive à lancer Cayman qui résiste au retour de Renard et tacle le ballon du gauche de 11 m au ras du poteau droit de Peyraud-Magnin)
    2-1 Griedge MBOCK BATHY 41' (Corner de Matéo côté droit pour Sarr, le ballon lui revient. Elle élimine dans la surface Vangheluwe d'un crochet et centre fort du gauche pour trouver Mbock à 3 m qui catapulte le ballon de la tête)

    Avertissements : Amber Tysiak 82' et 89', Feli Delacauw 90+4' pour la Belgique
    Expulsion : Amber Tysiak 89' pour la Belgique

    NB. Penalty tiré par Renard que Evrard repousse, le ballon revient sur Renard qui ouvre trop son pied gauch et manque le cadre (90')

    France : 21-Pauline Peyraud-Magnin ; 22-Ève Périsset, 19-Griedge Mbock Bathy, 3-Wendie Renard (cap.), 7-Sakina Karchaoui ; 8-Grace Geyoro (2-Ella Palis 90+1'), 14-Charlotte Bilbault, 10-Clara Matéo (6-Sandie Toletti 66') ; 11-Kadidiatou Diani (13-Selma Bacha 65'), 9-Marie-Antoinette Katoto (18-Ouleymata Sarr 17'), 20-Delphine Cascarino (12-Melvine Malard 90+1'). Entr.: Corinne Diacre
    Non utilisées : 1-Mylène Chavas (G), 16-Justine Lerond (G), 4-Marion Torrent, 5-Aïssatou Tounkara, 15-Kenza Dali, 17-Sandy Baltimore, 23-Hawa Cissoko
    Belgique : 1-Nicky Evrard ; 15-Jody Vangheluwe (16-Marie Minnaert 46'), 19-Sari Kees, 18-Laura De Neve (4-Amber Tysiak 70'), 2-Davina Philtjens (22-Laura Deloose 59') ; 10-Justine Vanhaevermaet, 20-Julie Biesmans (8-Feli Delacauw 59') ; 13-Elena Dhont (7-Hannah Eurlings 78'), 6-Tine De Caigny, 11-Janice Cayman ; 9-Tessa Wullaert (cap.). Entr.: Ives Serneels
    Non utilisées : 12-Diede Lemey (G), 21-Lisa Lichtfus (G), 3-Ella Van Kerkhoven, 5-Sarah Wijnants, 14-Davinia Vanmechelen, 17-Charlotte Tison, 23-Kassandra Missipo

    Jeudi 14 Juillet 2022
    Charlotte Vincelot

    https://www.footofeminin.fr/Euro-202...ts_a18041.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - La BELGIQUE pour confirmer et se qualifier

    Après une rencontre face à l'Italie où la France avait fait la différence en première période, les Bleues affrontent la Belgique avec la possibilité de décrocher leur qualification pour les quarts de finale dès la 2e journée.


    Mbock ou Tounkara pour débuter ? (photo FFF)



    Le large succès lundi face à l'adversaire présumé le plus difficile du groupe a confirmé le statut de favori du groupe D. Il faut désormais continuer et confirmer face à un adversaire belge contre lequel les Bleues ont plus de 35 ans d'invincibilité. L'équipe alignée avait montré un visage intéressant notamment dans le secteur offensif.

    La question soulevée depuis cette victoire est de savoir si le même onze sera aligné, avant que le dernier match ne puisse être l'opportunité de gérer l'effectif en cas de qualification. Mais avant cela, il faut déjà penser au terrain ce jeudi et la sélectionneuse a l'embarras du choix avec un effectif au complet. Corinne Diacre n'a rien dévoilé à la veille de ce match mais la seule interrogation semblant subsister concerne la charnière centrale à savoir si Tounkara sera de nouveau associée à Renard. A cette question, elle a laissé planer le doute : "Normalement non, mais il y en a qui le font. On va réfléchir et vous verrez cela demain" (ndlr : jeudi).

    Par ailleurs, Corinne Diacre s'attend à un adversaire qui ne fermera pas le jeu : "Ça va donner lieu à un match très ouvert" a déclaré la sélectionneuse. Les Bleues se sont préparées jusqu'à leur dernière séance dans leur camp de base, alors qu'elles vont rejouer de nouveau à Rotherham. Une ville où elles ont leurs repères et elles se sont rapprochées ce mercredi soir en arrivant à leur hôtel.

    Les Bleues répétaient régulièrement à l'issue de la première victoire ne pas s'enflammer. La confirmation viendra du terrain surtout comme l'a rappelé Wendie Renard que l'enjeu est majeur : "On sait qu'on peut assurer cette place en quarts. On est comme à la veille du premier match : concentrées, déterminées, appliquées". Réponse avec le même onze ?

    Mercredi 13 Juillet 2022
    Sebastien Duret

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Euro 2022 - FRANCE - ITALIE : les réactions

    Retrouvez les premières réactions de la sélectionneuse et des joueuses après le succès face à l'Italie.


    Corinne DIACRE : "Elles étaient capables de le faire mais elles-mêmes ne le savaient pas. Aujourd'hui elles le savent"


    Corinne Diacre (photo UEFA.com)

    Sur le match

    Il fallait que l'on gagne ce premier match, c'est chose faite. On a fait une première mi-temps quasi-parfaite, une deuxième moins aboutie par la force de choses. On essaye toujours de trouver les mots qu'il faut pour cette deuxième période mais quand on mène 5-0... On avait tellement tout fait sur la première période. On a essayé malgré tout mais bon. Très satisfaite de cette première victoire.
    On a tellement bien travaillé qu'il fallait qu'elles aient confiance en elles. Surtout il fallait qu'elles osent, qu'elles tentent énormément de choses et quand on voit le but de Cascarino. C'est juste extraordinaire. Cela fait partie de ces petites choses que l'on ne voyait pas avant et que les filles sont capables de faire aujourd'hui. Elles étaient capables de le faire mais elles-mêmes ne le savaient pas. Aujourd'hui elles le savent.
    Cela nous a permis de faire des changements plus tôt et donner du temps de jeu au groupe. Maintenant, on va récupérer et s'atteler à la tâche pour le deuxième match. On a très bien démarré mais on faut rester concentré et humble.

    La prestation de Geyoro
    Il faudrait qu'elle se blesse plus souvent pour être en forme avec nous. Elle a été exceptionnelle, à l'image de l'équipe. Elle a été au bon endroit, au bon moment. Elle a été à la conclusion du travail de ses coéquipières. Il a eu des performances individuelles ce soir de très haut niveau. Pourvu que ça dure.

    Sur le choix de Tounkara
    Aïssatou n'a pas été blessée cette saison contrairement à Griedge. C'est un profil qui correspondait mieux à Girelli. Peut-être que sur le prochain match, ce sera différent. Il faut que j'analyse un peu mieux cette équipe de Belgique mais je pense que Tounkara a fait son match ce soir.

    Sur le premier but en phase finale de Katoto
    Marie a fait énormément de travail et cela a permis aux autres d'être efficaces. Elle a cette capacité de caler deux à trois défenseures à elle toute seule et c'est elle qui a donné de bons ballons. Après, si elle est peu moins à la réception et qu'elle arrive à faire marquer les autres... Mais c'est important qu'elle ait marqué ce soir.


    Eve Périsset
    On a fait une très belle première mi-temps. On a marqué assez rapidement c'est l'objectif que l'on avait. On s'est rendu la tâche assez facile. Après en deuxième mi-temps, on peut faire un peu mieux et éviter d'encaisser ce but qui est le point négatif de ce match. Dans l'ensemble, on a fait un bon match.

    Marie-Antoinette Katoto
    On a fait une bonne première période. On n'a pas grand chose à redire sur cette période même si Pauline nous sauve bien car je pense qu'il pouvait y avoir 1-0 pour elles. On a très efficace mais après la deuxième, on a eu du mal surtout physiquement. On n'a pas encore donné le meilleur de nous-mêmes. Physiquement on a eu une grosse saison. On ne prend personne à la légère et on fait ce que l'on a à faire.

    Grace Geyoro
    On retient que du positif. On a essayé de mettre notre jeu en place. On a été efficaces. J'ai été blessée au départ de la préparation mais je me suis sentie mieux au fur et à mesure et aujourd'hui, j'ai pu avoir des occasions et les mettre au fond. Cela fait plaisir d'être décisive, de marquer et de pouvoir aussi prendre du plaisir avec mes coéquipières.

    Sakina Karchaoui
    On a marqué dans les temps forts au début du match. Il faut continuer, reste humble et serein. J'ai essayé de monter, de percuter avec Delphine qui prend la profondeur et rester plus sereines en deuxième mi-temps. Je suis confiante, on a l'équipe pour aller loin mais il faut rester tranquille. Les transversales et le jeu, Wendie, on essaye de le travailler et combiner.

    Wendie Renard
    Cela donne de la confiance mais chaque match est différent. C'est jamais évident de rentrer dans une continuation mais nous l'avons démontré aujourd'hui de belles manières avec des beaux buts et de belles actions. En deuxième mi-temps, on doit être capables de continuer sur le même rythme et de maîtriser un peu plus le match et le sujet. Surtout quand on a maîtrisé une première mi-temps comme ça, on doit être capable de faire de même en deuxième mi-temps. Mais voilà, il faut rester positif et en tout cas, on a gagné.
    Ce n'est pas ma première compétition et je sais qu'un Euro est compliqué et chaque match est difficile. Pareil, on avait dit en 2017, qu'on avait un groupe facile et on a galéré face à l'Islande, l'Autriche et la Suisse, il faut garder l'humilité, on a fait un bon match, on a fait de belles choses ce soir mais on n'a rien encore gagné. Ce n'est que le premier match et il faut rééditer les mêmes performances, les mêmes efforts lors du deuxième, troisième match et après on pourra attaquer une autre compétition.

    Propos recueillis aux micros de TF1 et Canal+ et Sylvain Jamet, à Rotherham


    Milena BERTOLINI (sélectionneuse italienne)
    Bien sûr, ce n'était pas la soirée que nous imaginions, mais nous savions que la France était forte. Nous devons nous concentrer sur les prochains matchs. Nous ne pouvions pas imaginer perdre par un tel score, mais donnons aussi du mérite à la France. J'ai dit à mes joueuses de revenir sur le terrain en deuxième mi-temps comme si le match était à 0-0, elles l'ont fait et ce n'est pas facile après cette première mi-temps.
    Il y a un certain nombre de points positifs qui ressortent de cette soirée, nous allons repartir avec l'attitude que nous avons montrée en deuxième mi-temps et ce n'est pas si facile de relever la tête quand vous entrez dans la seconde mi-temps. Mené 5-0, ça aurait pu être une grosse débâcle mais les filles ont fait du bon travail en faisant les choses simples dont on avait discuté en amont, c'est une défaite qui nous apprendra beaucoup.

    Dimanche 10 Juillet 2022
    Sebastien Duret

    Retrouvez les premières réactions de la sélectionneuse et des joueuses après le succès face à l'Italie. Sur le match Il fallait que l'on gagne ce premier match, c'est chose faite. On a fait une première mi-temps quasi-parfaite, une deuxième moins aboutie par la force de choses. On essaye toujours...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Euro 2022 - Des Bleues en état de Grace

    Une première période de grand qualité a permis à la France de s'imposer 5-1 face à l'Italie. Un triplé de Grace Geyoro, des buts de Marie-Antoinette Katoto et Delphine Cascarino en première période ont permis à la France de prendre les devants. Martina Piemonte a réduit le score en seconde période.


    Grace Geyoro a signé le premier triplé de sa carrière pour sa 50e sélection (photo UEFA)



    La France faisait son entrée dans le tournoi face à l'Italie, a priori son adversaire le plus coriace du groupe. Dans un match qui partait tambour battant, les Tricolores manquaient d'être cueillies à froid par Barbara Bonansea, trouvée dans le dos d'Eve Périsset. Pauline Peyraud-Magnin s'interposait devant sa coéquipière à la Juventus (4'). Puis la France débutait quarante minutes de folie. Cela commençait avec Grace Geyoro, qui profitait d'un centre de Kadidiatou Diani mal dégagé par Sara Gama. Elle n'avait plus qu'à glisser le ballon au fond des filets (1-0, 9'). L'Italie réagissait par une frappe d'Aurora Galli qui n'inquiétait pas Peyraud-Magnin (10'), puis la France faisait le break deux minutes plus tard, avec cette fois un centre de Sakina Karchaoui depuis le couloir gauche dévié -encore- par Gama, et repoussé mollement par Laura Giuliani dans les pieds de Marie-Antoinette Katoto qui inscrivait son 26e but en sélection (2-0, 12'). La buteuse française manquait de peu le doublé, sur un centre de Diani et une remise de Delphine Cascarino au deuxième poteau. Katoto ne trouvait que le poteau opposé (15').

    45 premières minutes de folie


    Cinq buts en première période, une première pour les Bleues en phase finale (photo UEFA)


    Les occasions s'enchaînaient pour les Bleues avec notamment un centre de Katoto sur lequel Aissatou Tounkara était trop courte, tandis que Geyoro au deuxième poteau ne pouvait redresser le ballon (19'). Puis après un nouveau numéro de Diani, le centre de Katoto était dévié par Gama, mais Cascarino ne pouvait reprendre (22'). La France retrouvait le fond des filets italiens à trois reprises en fin de première période, une frappe de 18 mètres de Cascarino rentrée dans l'axe (3-0, 38'), et un deuxième, puis troisième but pour Geyoro. Sur le premier, elle était parfaitement servie par Katoto avant d'aller éliminer Giuliani et de marquer dans le but vide (4-0, 40'), sur le deuxième, elle trouvait Sandie Toletti sur la gauche de la surface, qui lui remettait et Geyoro reprenait sans contrôle (5-0, 45'). Grace Geyoro, blessée pendant la préparation, venait d'inscrire un triplé historique dans la compétition, le premier de sa carrière, le deuxième d'une Française dans un Euro. Deux minutes avant, Giuliani avait dû réaliser une belle parade sur une frappe de Diani passée à gauche et servie par Cascarino passée à droite (43').

    5-0 en une période, un score inédit à l'Euro. L'équipe de France avait réalisé un premier acte rêvé, ou presque. Presque, car défensivement, elle n'aura pas donné toutes les garanties de solidité même si les offensives italiennes ne furent pas nombreuses. L'arrêt de Peyraud-Magnin en tout début de match fut déterminant. Les mouvements des Françaises, avec une Katoto descendant participant au jeu, Toletti ou Geyoro montant dans la surface, des latérales très offensives et des ailières virevoltantes, ont posé de gros problèmes à une équipe pourtant réputée pour sa rigueur tactique. Le tout avec une Corinne Diacre vivant le match comme jamais depuis le bord du terrain.

    L'Italie sauve l'honneur


    Tounkara a été préférée à Mbock en défense centrale (photo UEFA)


    Après sa première période idyllique, la France repartait avec les mêmes joueuses pour le second acte tandis que Milena Bertolini effectuait deux changements. C'était probablement la conséquence de quarante-cinq premières minutes très réussies, mais la France mettait moins d'intensité, avec plus de déchet technique et moins de mouvement, et permettait à l'Italie de se montrer plus entreprenante. Sur une sortie aux poings de , Lisa Boattin était à la retombée du ballon et frappait fort, mais juste à côté (57'). Quelques minutes plus tard, Gama recevait un carton rouge pour une grosse faute sur Geyoro, mais Rebbeca Welsh le changeait de façon difficilement compréhensible après intervention de la VAR (63').

    La menace transalpine se précisait, avec d'abord une très bonne situation sur corner, mais une petite déviation de Toletti empêchait Elena Linari de frapper au but (75'). Puis Martina Piemonte, à peine entrée en jeu, était trouvée par Boattin au second poteau, et réduisait le score (76'). Tounkara se montrait ensuite doublement décisive dans sa surface, devant Giacinti puis sur une frappe de Piemonte, pour éviter d'encaisser un deuxième but (83'). Selma Bacha, une des entrantes du côté tricolore, sauvait sur sa ligne une frappe de Flaminia Simonetti (90+2'). Ouleye Sarr ne trouvait pas le cadre sur un centre de Sandy Baltimore (90+3'). Et Peyraud-Magnin se montrait à nouveau décisive sur une tentative de Piemonte (90+5'), lors d'une fin de rencontre décidément compliqué pour les Tricolores. La France s'impose 5-1 et rentre bien dans la compétition après une première période de haute volée. La seconde période aura cependant été plus compliquée face à une Italie beaucoup plus à son avantage alors que la France avait nettement levé le pied. Du côté italien, il faudra construire sur la deuxième période pour aller chercher la qualification.


    UEFA Women's EURO 2022 - Angleterre - Groupe D - Première journée
    Dimanche 10 juillet 2022
    - 20h00 locales (21h00 françaises)
    FRANCE - ITALIE : 5-1 (5-0)
    Rotherham (New York Stadium) - 8 541 spectateurs
    Temps chaud (26°C) - Terrain excellent
    Arbitres : Rebecca Welsh (Angleterre) assistée de Sian Massey-Ellis (Angleterre) et Lisa Rashid (Angleterre). 4e arbitre : Lorraine Watson (Écosse). Arbitres VAR : Christopher Kavanagh (Angleterre) assisté de Tiago Bruno Lopes Martins (Portugal)

    1-0 Grace GEYORO 9' (Bon travail de Périsset qui remonte côté droit joue pour Diani qui élimine Boattin à la limite de la surface avant de centrer dans les 5,5m. Gama renvoie du gauche dans l'axe sur Geyoro qui reprend du plat du pied droit à 8 m)
    2-0 Marie-Antoinette KATOTO 12' (Longue ouverture de Renard pour Karchaoui qui déborde à gauche et délivre un centre que Gama dévie et sa gardienne surprise repousse devant son but où Katoto a le temps de contrôler à 6 m et placer du droit le ballon sur la gauche de la gardienne)
    3-0 Delphine CASCARINO 38' (Karchaoui sur la gauche joue pour Cascarino juste à l'extérieur près de l'angle de la surface qui revient vers l'axe et place une frappe croisée du cou du pied droit dans le petit filet opposé)
    4-0 Grace GEYORO 40' (Périsset allonge le jeu pour trouver Katoto à 40 m dans l'axe dos au but qui dévie pour Geyoro qui part dans le dos de la défense, en pleine course, entre côté droit de la surface, élimine Giuliani à 10 m du but avant de redresser le ballon pour marquer du plat du pied droit dans le but vide)
    5-0 Grace GEYORO 45' (Geyoro récupère le ballon à 30 m sert Toletti à gauche de la surface qui lui remet en retrait près du point de penalty pour une reprise en ouvrant son pied droit)
    5-1 Martina PIEMONTE 76' (Bonansea décale pour Boattin à gauche qui délivre un centre au second poteau pour la reprise de la tête de Piemonte qui devance Karchaoui aux 5,5m)

    Avertissements : Lisa Boattin 16', Flaminia Simonetti 52', Sara Gama 66' pour l'Italie

    France : 21-Pauline Peyraud-Magnin ; 22-Eve Périsset, 5-Aïssatou Tounkara, 3-Wendie Renard, 7-Sakina Karchaoui (17-Sandy Baltimore 87') ; 8-Grace Geyoro (15-Kenza Dali 67'), 14-Charlotte Bilbault, 6-Sandie Toletti ; 11-Kadidiatou Diani (13-Selma Bacha 78'), 9-Marie-Antoinette Katoto (18-Ouleymata Sarr 77'), 20-Delphine Cascarino (12-Melvine Malard 67'). Entr.: Corinne Diacre
    Non utilisées : 1-Mylène Chavas (G), 16-Justine Lerond (G), 2-Ella Palis, 4-Marion Torrent, 10-Clara Matéo, 19-Griedge Mbock Bathy, 23-Hawa Cissoko
    Italie : 1-Laura Giuliani ; 13-Elisa Bartoli, 3-Sara Gama (cap.) 5-Elena Linari, 17-Lisa Boattin ; 4-Aurora Galli (8-Martina Rosucci 46'), 6-Manuela Giugliano (7-Flaminia Simonetti 46'), 18-Arianna Caruso (20-Martina Piemonte 74') ; 2-Valentina Bergamaschi, 10-Cristiana Girelli (19-Valentina Giacinti 58'), 11-Barbara Bonansea (16-Lucia Di Guglielmo 81'). Entr.: Milena Bertolini
    Non utilisées : 12-Katja Schroffenegger (G), 22-Francesca Durante (G), 9-Daniela Sabatino, 14-Agnese Bonfantini, 15-Maria Luisa Filangeri, 23-Martina Lenzini

    Dimanche 10 Juillet 2022
    Charlotte Vincelot

    https://www.footofeminin.fr/Euro-202...ce_a18013.html
    Dernière modification par Rem56, 12/07/2022, 03h04.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Euro 2022 - FRANCE - ITALIE : pas d'impatience, mais de la sérénité pour débuter

    Cinq jours après avoir atterri sur le sol anglais, les Françaises vont entrer en compétition face à l'Italie (21h00, TF1 et Canal +). L'attente est réelle et l'ambition d'atteindre le dernier carré aussi.


    photo FFF



    Cette dernière rencontre du programme de la première journée de cet EURO se faisait attendre. Installées dans le calme du camp de base Champneys Springs, en retrait d'Ashby-de-la-Zouch, les Françaises sont studieuses et le groupe au complet. Pour Corinne Diacre, le ressenti n'est cependant pas celui d'une équipe impatiente : "Je sens plutôt une équipe sereine, concentrée qui sait bien rigoler quand il le faut le faire. Je n'ai pas noté de réelle impatience (...) L'impatience peut faire faire des erreurs". Sa capitaine Wendie Renard s'y était préparée depuis le tirage : "On est dans le dernier groupe. On savait que l'on avait énormément d'attente mais maintenant c'est à nous de jouer".

    La dernière précaution a été prise pour Kadidiatou Diani l'avant-veille du match, absente de la séance. Ce samedi, sur la pelouse de Rotherham, elle était bien présente. Tout comme ses 22 partenaires, elles ont quitté leur camp de base pour leur premier déplacement depuis leur arrivée en Angleterre.

    Diacre : "Toutes les joueuses prêtes physiquement et mentalement"


    (photo FFF)


    Corinne Diacre va donc avoir l'embarras du choix pour débuter la compétition. Si Wendie Renard, Grace Geyoro et Sakina Karchaoui n'ont pas pu prendre part aux deux matchs de préparation, elles restent des titulaires en puissance. L'association Renard - Mbock en défense centrale avec Périsset et Karchaoui dans les couloirs devraient donner la défense de départ. Au milieu de terrain, autour de Bilbault dans l'axe, Geyoro est attendue, alors que Toletti semble préférée même si est aussi possible de jouer sur un profil polyvalent comme Matéo. Enfin, l'attaque composée de Diani - Katoto et Cascarino à gauche.

    En face, l'équipe italienne qui reste sur un match nul face à l'Espagne, est une équipe très défensive mais qui sait aussi jouer sur la force de ses attaquantes. Un piège dans lequel devra éviter de tomber la France alors que l'Italie va lui laisser le jeu pour mieux la surprendre sur ses temps forts. Si les souvenirs face à cette sélection sont plutôt positifs dans l'histoire récente, la formation transalpine dispose d'un groupe de plus en plus compétitif à l'image de son club phare, la Juventus. "C'est une équipe avec des individualités et un collectif qui se connaît par cœur. En club et en sélection, ce ne sont pas les mêmes attentes" précise cependant Wendie Renard en référence à ce comparatif.

    Les deux matchs de préparation aisément maîtrisés face au Cameroun et au Viêtnam ont permis de prendre de la confiance même si la France n'a pas été mise en réelle difficulté défensivement par rapport à l'adversité proposée. Face à l'Italie, adversaire présumé le plus relevé du groupe, Corinne Diacre l'a préparé comme l'aurait été des débuts face à la Belgique et l'Islande. Le premier résultat aura son importance comme le rappelait la sélectionneuse et sa capitaine : "On connaît l'importance du premier match". Wendie Renard nuance un peu du fait d'avoir pu voir les autres groupes évoluer : "Ça doit un peu nous soulager parce que l'on a vu les autres équipes jouer. On sait à quoi s'attendre. Le premier match, c'est lui qui vous donne la confiance pour la suite". Place au terrain.


    La présentation des Bleues
    >> A lire ici

    Dimanche 10 Juillet 2022
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Euro-202...er_a18010.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Euro 2022 - Groupe D - La FRANCE veut faire sauter le verrou

    Focus sur la France, un des (nombreux) favoris de la compétition, avec une équipe renouvelée et rajeunie, pour faire enfin sauter le blocage rencontré lors des tournois précédents.


    Son parcours de qualification


    Placée dans un groupe où figuraient l'Autriche, la Serbie, la Macédoine du Nord et le Kazakhstan, la France n'a connu aucun souci pour terminer à la première place et se qualifier directement pour l'Euro. Seule l'Autriche a réussi à la mettre en difficulté, partageant les points à domicile. L'équipe de France est la seule à ne pas avoir encaissé le moindre de but lors de sa campagne de qualification.

    Groupe G : 1re
    Matchs : 8
    Victoires : 7
    Match nul : 1
    Défaite : 0
    Buts inscrits : 44
    Buts encaissés : 0

    Les résultats
    Autriche (0-0, 3-0)
    Serbie (6-0, 2-0)
    Kazakhstan (3-0, 12-0)
    Macédoine du Nord (7-0, 11-0)


    L'équipe

    La France s'est imposée depuis une grosse dizaine d'années comme une des meilleures équipes au monde, mais également comme une équipe qui ne confirme pas les espoirs placés en elle malgré des prestations parfois impressionnantes en matchs amicaux. Cet Euro est une occasion de plus pour la France de prouver qu'elle fait bien partie des meilleures équipes au monde.

    Après une Coupe du monde décevante avec un effectif dans la lignée des compétitions précédentes, Diacre a commencé un nouveau cycle. Le groupe pour l'Euro est composé à un tiers de joueuses championnes du monde en 2012, pour la plupart devenues des cadres et arrivant à maturité, et à moitié de joueuses de 25 ans ou moins. L'équipe dispose de joueuses de qualité à tous les postes, et l'on peut penser qu'elle s'est même renforcée à des postes-clés, dans le but avec Pauline Peyraud-Magnin et en attaque avec Marie-Antoinette Katoto, qui auront un rôle particulièrement important.

    En défense, Wendie Renard continue de dominer – et est une menace de chaque instant sur coups de pieds arrêtés- tandis que Griedge Mbock est bien revenue après une longue absence. Tandis qu'à droite, Eve Périsset semble logiquement avoir supplanté Marion Torrent, la concurrence est rude à gauche avec Sakina Karchaoui, a priori titulaire et toujours à son avantage, et Selma Bacha, auteure d'une grosse saison en club. Au milieu, la bonne nouvelle vient de la blessure moins grave que prévu d'une Grace Geyoro devenue pièce-maîtresse de l'équipe et qui pourra finalement disputer le tournoi. A ses côtés, plusieurs options avec des joueuses présentant des qualités différentes, mais Sandie Toletti s'est imposée depuis son retour dans l'équipe. Le secteur peut-être le plus fourni est l'attaque avec Katoto, Diani et un banc plutôt jeune qui va permettre à Corinne Diacre d'utiliser son la profondeur de banc.

    L'une des grandes qualités de la France vient de ses couloirs, avec des joueuses à la fois rapides et techniques pour faire la différence, aussi bien en défense qu'en attaque, et une des toutes meilleures buteuses au monde. L'équipe est également solide défensivement, même si elle peut être dépassée sur les contre-attaques adverses. Le seul point d'interrogation concerne le milieu de terrain dont la composition et les automatismes sont encore en chantier, et la profondeur de banc peut-être moins qualitative que dans les autres secteurs.


    La photo officielle (source FFF)


    Le sélectionneur

    Corinne Diacre

    Ancienne défenseure comptant 121 élections avec l'équipe de France, elle en a ensuite pris les rênes après l'Euro 2017, pour préparer la Coupe du monde 2019 à domicile. Le résultat fut décevant, avec un groupe en fin de cycle et des mésententes internes. Depuis, Diacre a débuté un nouveau cycle, a rajeuni la sélection, et remis en question son mode de fonctionnement. Il existe toujours des conflits, pas forcément liés à la sélection, mais l'équipe semble mieux armée, plus volontaire et solidaire pour cet Euro qui sera la première compétition pour de nombreuses joueuses du groupe, puisque seule la moitié était présente en 2019.


    La joueuse clé

    Marie-Antoinette Katoto
    Non retenue pour la Coupe du monde en 2019, la jeune attaquante s'est depuis imposée comme la menace numéro 1 de l'équipe de France et parmi les meilleures buteuses au monde. Elle a le potentiel pour influer grandement sur le parcours de l'équipe alors que l'efficacité est un point qui a souvent fait défaut aux Tricolores. Il s'agit cependant de sa première compétition internationale et elle sera également là pour apprendre.


    Le pronostic

    L'équipe de France a le potentiel pour aller loin, comme souvent. Cela passera par un groupe piégeux qui demandera du sérieux, puis des affrontements face à des favoris (a priori Suède ou Pays-Bas dès les quarts de finale). L'objectif avoué est de remporter le titre. Ce ne sera peut-être pas le cas, mais passer le stade des quarts de finale sur lequel l'équipe bute depuis près de dix ans serait déjà une bonne chose.


    La déclaration

    Corinne Diacre :
    « Je fais des choix, toujours en mon âme et conscience. Tout cela pour le bien de l'équipe et non pas pour mon intérêt personnel. Tout est fait pour l'équipe, pour essayer de ramener ce premier titre qui manque tant à la Fédération. ».


    Le fait

    Euro 2013 (Danemark), Coupe du monde 2015 (Allemagne), Jeux olympiques 2016 (Canada), Euro 2017 (Angleterre), Coupe du monde 2019 (États-Unis). Demi-finaliste de la Coupe du monde 2011 et des Jeux olympiques 2012, s'imposant en quelques courtes années parmi le gratin mondial à la faveur d'une génération dorée. Mais depuis, la sélection se heurte à un mur, celui des quarts de finale. Cela fait désormais cinq compétitions, depuis 2013, que l'équipe de France bloque à ce stade de la compétition, avec des prestations de moins en moins convaincantes. Il serait peut-être temps de voir au-delà...


    Le chiffre : 6

    La France est l'équipe qui compte le plus de participations à la compétition sans jamais atteindre les demi-finales. Elle a atteint trois fois les quarts de finale et a été éliminée à trois reprises dès la phase de poules.


    La préparation

    La France s'est bien préparée et reste sur une série de 14 victoires consécutives depuis juin 2021. Parmi les victoires notables, l'Allemagne, le Brésil ou les Pays-Bas, et quelques rencontres plus compliquées face à la Slovénie ou le Pays de Galles notamment. Elle n'a encaissé que cinq buts lors de cette série.

    >> Les résultats des matchs de préparation


    Le calendrier

    Le dimanche 10 juillet à 21h contre l'Italie
    Le jeudi 14 juillet à 21h face à la Belgique
    Le lundi 18 juillet à 21h contre l'Islande


    Les joueuses

    G :
    1-Mylène Chavas (FC Girondins de Bordeaux, 1/0), 16-Justine Lerond (FC Metz, 0/0), 21-Pauline Peyraud-Magnin (Juventus FC, ITA, 26/0)
    D : 13-Selma Bacha (Olympique Lyonnais, 6/1), 23-Hawa Cissoko (West Ham United, ANG, 6/0), 7-Sakina Karchaoui (Paris Saint-Germain, 47/0), 19-Griedge Mbock (Olympique Lyonnais, 67/7), 22-Eve Périsset (Chelsea WFC, ANG, 36/3), 3-Wendie Renard (Olympique Lyonnais, 131/33), 4-Marion Torrent (Montpellier HSC, 46/1), 5-Aïssatou Tounkara (Atlético Madrid, ESP, 33/3)
    M : 14-Charlotte Bilbault (Montpellier HSC, 45/1), 15-Kenza Dali (Everton FC, ANG, 44/9), 8-Grace Geyoro (Paris Saint-Germain, 49/5), 2-Ella Palis (FC Girondins de Bordeaux, 8/0), 6-Sandie Toletti (Levante UD, ESP, 29/2)
    A : 17-Sandy Baltimore (Paris Saint-Germain, 15/2), 20-Delphine Cascarino (Olympique Lyonnais, 42/10), 11-Kadidiatou Diani (Paris Saint-Germain, 71/18), 9-Marie-Antoinette Katoto (Paris Saint-Germain, 30/25), 10-Clara Matéo (Paris FC, 12/2), 12-Melvine Malard (Olympique Lyonnais, 13/4), 18-Ouleymata Sarr (Paris FC, 17/5)

    Absences majeures : Amel Majri (blessure et maternité), Amandine Henry (choix), Eugénie Le Sommer (choix)


    Participations à l'Euro

    Participations : 6
    Meilleur résultat : Quart de finale (2009, 2013, 2017)
    Pire résultat : Groupe (1997, 2001, 2005)
    Dernière participation : 2017 (Phase de groupe)

    Samedi 9 Juillet 2022
    Charlotte Vincelot/Daniel Marques

    https://www.footofeminin.fr/Euro-202...ou_a18008.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Une promenade de santé face au VIETNAM

    Malgré l'absence de joueuses cadres, ménagées, la France n'a pas eu à forcer son talent face au Vietnam qui jouera la prochaine du Coupe du Monde en 2023. Les Tricolores ont marqué six buts en première période avant une septième réalisation par la capitaine du jour, Tounkara.


    Katoto, Cascarino, Matéo et Torrent ont contribué aux buts français (photo twitter Edf féminine)



    Pour sa première confrontation face au Vietnam, à neuf jours de son entrée dans l'Euro, la France a pu parfaire ses automatismes offensives au contraire de ceux de la défense qui n'aura jamais été inquiétée par son adversaire du jour. "On a bien travaillé offensivement, défensivement cela a été difficile de se jauger. On va travailler aux entraînements. Il nous reste encore quelques jours pour peaufiner" résumait la sélectionneuse qui avait laissé, par précaution, Renard, Geyoro ou encore Karchaoui en tribune.

    Six buts à la pause !

    Tout comme les 6 000 spectateurs présents, elles ont rapidement vu la supériorité de leurs partenaires. Le côté gauche de la défense viêtnamienne a passé une très mauvaise soirée. Lancée par Périsset, Diani prenait le dessus et son centre trouvait Cascarino au second poteau (1-0, 5'). On retrouvait cette même Périsset au départ de l'action de Matéo conclue par Toletti (3-0, 16'). Elle réitérait pour lancer Cascarino et Katoto de la tête s'imposait (4-0, 22').

    Le sélectionneur vietnamien effectuait un premier remplacement après 26 minutes mais cela ne suffisait pas à solutionner les difficultés de ses joueuses. Partie depuis son côté gauche, Cascarino rentrait à l'intérieur pour déclencher une frappe qui terminait sur la barre (28e).

    De buteuse, Katoto se transformait en passeuse pour Matéo qui perçait la défense pour placer un tir du gauche en lucarne (5-0, 33'). Seule Diani signait un doublé au cours de cette rencontre. Le premier après avoir été servie par Bilbault, elle fixait sa défenseure et frappait du gauche de l'entrée de la surface (2-0, 11'). Et juste avant la pause, sur un centre de Cascarino avec un coup de tête à 6 m (6-0, 45+1').

    Le poteau pour Sarr, Tounkara buteuse

    La défense passait une soirée très tranquille et Torrent qui avait débuté la rencontre côté gauche retrouvait son côté droit après l'entrée de Bacha. Elle s'illustrait sur un coup de tête (67e) avant un centre pour Sarr dont le contrôle orienté la mettait en bonne position mais la défenseure contrait en corner (80e). Au cours du second acte, un seul but était inscrit. Katoto n'était pas en réussite en touchant le poteau droit sur un bon service de Toletti (55e). C'est finalement Tounkara sur un centre de Torrent qui marquait à son tour de la tête (7-0, 68').

    Si l'opposition de ce vendredi soir n'a pas apporté beaucoup d'enseignements, les Françaises devront se montrer prêtes pour ne pas manquer leur entrée dans la compétition. D'autant qu'après deux jours de repos, il sera temps de peaufiner les derniers réglages avec un effectif enfin au complet. Les ambitions sont affichées : "Aller en finale. Maintenant il va falloir procéder étape par étape. On a cette ambition mais il va falloir travailler" a conclu Corinne Diacre sur W9.


    Match de préparation à l'Euro 2022
    Vendredi 1er juillet 2022
    - 21h10 (W9)
    FRANCE - VIETNAM : 7-0 (6-0)
    Orléans (Stade de la Source) - 6 094 spectateurs
    Temps clair (18°C) - Terrain en très bon état
    Arbitres : Shona Shukrula (Pays-Bas) assistée de Nicolet Bakker (Pays-Bas) et Melissa Joos (Allemagne). 4e arbitre : Julia van Es (Pays-Bas)

    1-0 Delphine CASCARINO 5' (Périsset lance Diani couloir droit qui prend le dessus sur Hoàng Thị Loan et centre fort devant le but. Katoto ne peut pas reprendre au premier poteau mais Cascarino surgit en passant devant son adversaire au second poteau pour reprendre du droit à 3 m)
    2-0 Kadidiatou DIANI 11' (Bilbault trouve au sol dans l'axe Diani qui vient fixer Chương Thị Kiều à l'entrée de la surface puis arme une frappe du gauche de 14 m dans le petit gauche vietnamien)
    3-0 Sandie TOLETTI 16' (Périsset lance Matéo à droite qui accélère pour déborder Trần Thị Thu et centrer en retrait pour Toletti qui place une reprise décroisée du droit de 11 m dans le petit filet droit)
    4-0 Marie-Antoinette KATOTO 22' (Périsset lance Cascarino à droite qui prend le couloir et s'avance aux abords de la surface, se déjoue de Hoàng Thị Loan pour centrer en retrait dans l'axe où Katoto prend le dessus de la tête à 6 m face à Chương Thị Kiều pour marquer d'une tête piquée du droit)
    5-0 Clara MATÉO 33' (Tounkara trouve Katoto à 30 m dos au but qui décale pour Matéo astucieusement. Elle s'avance dans la surface et lève son ballon du gauche depuis l'angle des 5,5m et trouver la lucarne droite)
    6-0 Kadidiatou DIANI 45+1' (Cascarino déborde à gauche, puis revient crocheter sa défenseure avant de délivrer un centre rentrant pour la reprise de la tête de Diani qui surgit aux 6 m)
    7-0 Aïssatou TOUNKARA 68' (Suite à un corner, le ballon est ressorti sur Torrent à droite qui délivre un long centre pour la tête de Tounkara à 6 m au second poteau qui prend le dessus sur Nguyễn Thị Bích Thuỳ pour placer le ballon au ras du montant droit)

    Aucun avertissement

    France : 21-Pauline Peyraud-Magnin ; 22-Eve Périsset (13-Selma Bacha 61'), 5-Aïssatou Tounkara (cap.), 19-Griedge Mbock Bathy Nka, 4-Marion Torrent ; 6-Sandie Toletti, 14-Charlotte Bilbault (2-Ella Palis 46'), 10-Clara Matéo (15-Kenza Dali 61') ; 11-Kadidiatou Diani (12-Melvine Malard 73'), 9-Marie-Antoinette Katoto (18-Ouleymata Sarr 73'), 20-Delphine Cascarino (17-Sandy Baltimore 61'). Entr.: Corinne Diacre
    Non utilisées : 1-Mylène Chavas (G), 16-Justine Lerond (G)
    Blessées : 3-Wendie Renard, 7-Sakina Karchaoui, 8-Grace Geyoro, 23-Hawa Cissoko

    Vietnam : 14-Trần Thị Kim Thanh (20-Khổng Thị Hằng 71') ; 23-Nguyễn Thị Bích Thuỳ (21-Ngân Thị Vạn Sự 71'), 3-Chương Thị Kiều, 4-Trần Thị Thu, 5-Hoàng Thị Loan (17-Nguyễn Thị Mỹ Anh 26') ; 8-Trần Thị Thùy Trang (19-Nguyễn Thị Thanh Nhã 46'), 16-Dương Thị Vân, 13-Lê Thị Diễm My (10-Trần Thị Hải Linh 43'), 7-Nguyễn Thị Tuyết Dung ; 12-Phạm Hải Yến (18-Nguyễn Thị Vạn 71'), 9-Huỳnh Như (cap.). Entr.: Mai Đức Chung
    Non utilisées : 1-Lại Thị Tuyết (G), 2-Lương Thị Thu Thương, 6-Phạm Hoàng Quỳnh, 11-Nguyễn Thị Trúc Hương, 15-Phạm Thị Lan Anh, 22-Trần Thị Thu Xuân, 24-Châu Thị Vàng, 25-Trần Thị Thu Thảo

    Vendredi 1 Juillet 2022
    Sebastien Duret

    Malgré l'absence de joueuses cadres, ménagées, la France n'a pas eu à forcer son talent face au Vietnam qui jouera la prochaine du Coupe du Monde en 2023. Les Tricolores ont marqué six buts en première période avant une septième réalisation par la capitaine du jour, Tounkara. Pour sa première...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - FRANCE - CAMEROUN : les remplaçantes se sont illustrées

    Avec leur nouveau maillot, c'est une équipe remaniée et du temps de jeu donné aux habituelles remplaçantes, que la France s'est imposée 4-0 face au Cameroun. Ouleye Sarr a signé un doublé après les buts de Malard et Mbock.


    Avec son doublé de la tête sur corner, Ouleymata Sarr a brillé (photo twitter équipe de France F)



    Avec l'habituelle capitaine Wendie Renard restée sur le banc, tout comme Kadidiatou Diani, Corinne Diacre a profité de cette première rencontre de préparation pour donner du temps de jeu à une partie du groupe qui sera probablement moins utilisé lors de l'Euro.

    Une rencontre qui fut la première pour Mylène Chavas en Équipe de France A qui aura passé une soirée plutôt tranquille intervenant avec sérénité sur deux ballons aériens. Tout d'abord en interceptant un centre (36e) puis en bloquant un coup franc de Nchout Njoya contré par Palis (86e). Car le Cameroun qui se prépare de son côté pour la phase finale en Afrique a surtout imposé des duels engagés. Pour les Françaises, il fallait un quart d'heure pour les "choses se mettent en place pour retrouver les automatismes" analysait Corinne Diacre. La première frappe de l'entrée de la surface revenait à Cascarino mais elle croisait trop sa tentative (9e). La première occasion franche revenait à Katoto. Matéo se défaisait de Ndzana couloir droit et centrait pour l'attaquante du PSG. Sa première reprise du droit était contrée à bout portant par Johnson. Sa seconde du gauche au point de penalty était sortie au ras du montant droit par Bawou (27e). La gardienne camerounaise réalisait un bel arrêt avant de faire une sortie incompréhensible en dégageant un ballon au pied au lieu de s'en saisir (28e). Cascarino à 18 m le reprenait instantanément mais n'accrochait pas le cadre.

    Malard ouvre le score


    Malard a inscrit son 4e but en sélection (photo FFF)


    La France connaissait alors une dizaine de minutes favorables. Un long ballon de Dali dégagé par la défense mais où Matéo interceptait pour lancer de la tête Malard. Elle faisait ensuite la différence dans la surface et ouvrait parfaitement son pied droit (1-0, 31'). Le ballon se rapprochait dangereusement du but des Lionnes Indomptables. Un coup franc de Dali était claqué en corner par Bawou (35e) puis Mbock plaçait une reprise de la tête juste au dessus. Le jeu long proposé par Bilbault s'avérait payant avec une sortie tardive de Bawou sur Tounkara. Mbock récupérait le ballon pour conclure d'une demi-volée (2-0, 38').

    Un doublé pour Sarr, proche du triplé

    Logiquement devant à la pause, Corinne Diacre commençait son turn-over dès la reprise avec les entrées de Baltimore, Torrent et Sarr. Trois joueuses rapidement en évidence. Une première frappe trop croisée de Baltimore (49e). Une récupération de cette dernière ensuite pour chercher Sarr qui arrivait à lober la gardienne sortie et il fallait le retour d'Awona juste sur la ligne pour dégager le ballon (54e). Mais l'attaquante du PFC qui finit décidément la saison en trombe trouvait le chemin des filets. Un corner de l'entrante Torrent et un coup de tête en sautant plus haut que tout le monde (3-0, 58'). Cinq minutes après, nouveau corner, Dali à l'exécution de l'autre côté et cette fois-ci une tête plongeante parfaitement placée (4-0, 63'). Le triplé n'était pas loin quand le poteau a repoussé sa tentative (86e).

    Dans les autres changements de la soirée, la capitaine Bilbault avait été remplacée par Palis, le brassard revenant à Tounkara. Deux autres joueuses allaient entrer : Toletti (68e) et enfin Cissoko (82e). Cette dernière n'allait pas être en réussite. En treize minutes sur le terrain, elle recevait deux avertissements pour des fautes sur Aboudi Onguene (88e et 90+6e), obligée de quitter le terrain juste avant le coup de sifflet final. Le seul point noir d'une soirée maîtrisée.

    A l'issue de la rencontre, Corinne Diacre retenait : "On a été sérieuses et disciplinées sur l'ensemble du match. Les joueuses qui sont entrées ont fait du bien à l'équipe. On a encore un peu de travail. On était aussi dans une période athlétique un peu compliquée. On savait que tout n'allait pas être parfait, mais on accepte. Il y avait des intentions même si on a manqué de justesse technique. On va essayer de récupérer". Vendredi prochain, les Bleues affronteront le Viêtnam avant de franchir la Manche pour rallier Rotherham.


    Match de préparation à l'Euro 2022
    Samedi 25 juin 2022
    - 21h10 (W9)
    FRANCE - CAMEROUN : 4-0 (2-0)
    Beauvais (Stade Pierre-Brisson) - 6 348 spectateurs
    Temps ensoleillé (17°C) - Terrain en très bon état
    Arbitres : Maria Sole Ferrieri Caputi (Italie) assistée de Tiziana Trasciatti (Italie) et Giulia Tempestilli (Italie). 4e arbitre : Maria Marotta (Italie)

    1-0 Melvine MALARD 31' (Dali joue un ballon vers l'avant que Mbengono dévie de la tête. Matéo surgit pour le dévier dans la course de Malard qui entre à droite dans la surface et ouvre son pied droit à 10 m pour marquer sur la gauche de Bawou)
    2-0 Griedge MBOCK BATHY 38' (Sur un long ballon de Bilbault qui retombe aux 5,5m sur Tounkara mais Bawou sort pour repousser. Mbock récupère et reprend d'une demi-volée du droit près du point de penalty. Johnson devant la ligne ne peut que dévier le ballon dans son but)
    3-0 Ouleymata SARR 58' (Corner côté droit de Torrent qui est déposé sur la tête de Sarr plein axe aux 5,5 m qui envoie le ballon dans le petit filet au premier poteau)
    4-0 Ouleymata SARR 63' (Corner côté gauche de Dali qui arrive au delà du point de penalty pour Sarr qui place une tête plongeante et croise sa reprise pour envoyer le ballon dans le petit filet droit)

    Avertissements : Hawa Cissoko 88' et 90+6' pour la France ; Brigitte Omboudou 33', Jeannette Grace Ngock Yango 90+4' pour le Cameroun
    Expulsion : Hawa Cissoko 90+6' pour la France

    France : 1-Mylène Chavas ; 22-Eve Périsset (4-Marion Torrent 46'), 5-Aïssatou Tounkara, 19-Griedge Mbock Bathy, 13-Selma Bacha (23-Hawa Cissoko 82') ; 15-Kenza Dali, 14-Charlotte Bilbault (cap.) (2-Ella Palis 62'), 10-Clara Matéo ; 12-Melvine Malard (6-Sandie Toletti 68'), 9-Marie-Antoinette Katoto (18-Ouleymata Sarr 46'), 20-Delphine Cascarino (17-Sandy Baltimore 46'). Entr.: Corinne Diacre
    Non utilisées : 16-Justine Lerond (G), 21-Pauline Peyraud-Magnin (G), 3-Wendie Renard, 11-Kadidiatou Diani
    Cameroun : 16-Ange Gabrielle Bawou ; 2-Easther Mayi Kith (25-Ousmanou Doudou 78'), 6-Estelle Johnson, 11-Marie-Aurelle Awona, 15-Colette Ndzana Fegue ; 17-Brigitte Omboudou (8-Fadimatou Aretouyap Komé 56'), 18-Claudia Voulania Dabda (14-Monique Ngo Ngock 33') ; 3-Ajara Nchout Njoya (cap.), 10-Jeannette Grace Ngock Yango, 4-Catherine Mbengono (24-Kevine Ossol 56') ; 9-Alice Flora Kameni Djientieu (7-Gabrielle Aboudi Onguene 78'). Entr.: Gabriel Zabo Toze
    Non utilisées : 1-Pauline Alang Ayangma (G), 23-Regine Flore Enyegue (G), 5-Annecy Nguiadem Kamdem, 13-Rose Bella, 19-Doly Diane Wabeua Djiatio, 20-Geneviève Ngo Mbeleck, 21-Eliane Mambo Lamo, 22-Micheala Batya Bisi Abam

    Samedi 25 Juin 2022
    Sebastien Duret

    Avec leur nouveau maillot, c'est une équipe remaniée et du temps de jeu donné aux habituelles remplaçantes, que la France s'est imposée 4-0 face au Cameroun. Ouleye Sarr a signé un doublé après les buts de Malard et Mbock. Avec l'habituelle capitaine Wendie Renard restée sur le banc, tout comme...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Préparation : le CAMEROUN pour retrouver le terrain

    Après une deuxième semaine de stage à Clairefontaine, les Bleues quittent ce jour le Centre Technique National pour rallier Beauvais où elles affrontent ce samedi soir le Cameroun à Beauvais (21h10, W9).





    Ce soir, d'un côté la France qui prépare l'Euro, de l'autre le Cameroun qui prépare la Coupe d'Afrique des Nations. Une Équipe de France qui évoluera sans la milieu de terrain, Grace Geyoro, touchée mardi dernier au genou. Victime d'une entorse latérale du genou gauche, son indisponibilité a été évaluée à une dizaine de jours. Une autre joueuse est ménagée puisque la latérale Sakina Karchaoui, légèrement touchée est aussi ménagée.

    Quel juste milieu ?
    Pour cette première répétition, il sera intéressant de voir le milieu qui sera proposé sans Geyoro. Il en sera probablement de même contre le Viêtnam. Dans ce secteur, face à la Slovénie, c'est Ella Palis qui avait été testée, alors que contre les Pays-Bas et les deux matchs face au Kazakhstan, Charlotte Bilbault était en poste. Lors des sept autres rencontres, Grace Geyoro avait été titularisée et affiche une plus grande polyvalence que l'ex-Bordelaise. Et la milieu parisienne est devenue un rouage du milieu de terrain. Son absence pourra ainsi profiter à Clara Matéo ou Kenza Dali en fonction de l'organisation qui sera proposée. Pour autant, Corinne Diacre a des alternatives mais il faudra voir leurs capacités à répondre à la répétition des rencontres qui s'annoncent.

    Le Cameroun veut se situer
    Face au Cameroun, l'aspect physique sera primordial. Tout d'abord après deux semaines de préparation intense mais aussi parce son adversaire aura du répondant dans ce domaine. Les Lionnes Indomptables qui restent sur deux victoires face au Sénégal avaient aligné des équipes en partie remaniées, et un effectif incomplet à l'image de la capitaine et milieu de terrain Onguene qui a débarqué hier soir en France et n'a pas pu s'entraîner avec le groupe. L'entraîneur Gabriel Zabo attend de son côté de se jauger : "Nous voulons jouer un peu dans l'adversité pour savoir à quel niveau on peut répondre réellement face aux difficultés" a-t-il déclaré sur FECAFOOT TV.


    Match de préparation à l'Euro 2022
    Samedi 25 juin 2022
    - 21h10 (W9)
    FRANCE - CAMEROUN
    Beauvais (Stade Pierre Brisson)
    Arbitre : Maria Sole Ferrieri Caputi (Italie)

    Cameroun
    G : Ange Gabrielle Bawou (Bayelsa Queens FF), Pauline Alang Ayangma (Ebolowa FC), Regine Flore Enyegue (Canon FF)
    D : Ousmanou Doudou (Amazone Fap FC), Annecy Nguiadem Kamdem (FC Okzhetpes, KAZ), Éliane Mambo Lamo (Jinelux Juan Grande, ESP), Marie Aurelle Awona (Napoli Fem., ITA), Easther Mayi Kith (Stade de Reims, FRA), Falone Meffometou Tcheno (FC Fleury, FRA), Colette Ndzana Fegue (Dinamo Minsk, BLR), Estelle Johnson (Gotham FC, USA)
    M : Brigitte Omboudou (River Angels, NGA), Fatima Aretouyap Kome (ASJ Soyaux, FRA), Monique Ngo Ngock (Eclair FF De Saa), Grâce Ngock Yango (FC Fleury, FRA), Geneviève Ngo Mbeleck (Maccabi Kyriat, ISR), Claudia Voulania Dabda (Dinamo Minsk, BLR)
    A : Alice Flora Kameni Djientieu (Louves Minproff), Kevine Ossol (AS Awa FC), Catherine Mbengono (FC Okzhetpes, KAZ), Rose Bella (Trabzonspor, TUR), Doly Diane Wabeua Djiatio (Trabzonspor, TUR), Ajara Nchout Njoya (Inter Milan, ITA), Michaela-Batya Bisi Abam (Houston Dash, USA), Gabrielle Aboudi Onguene (CSKA Moscou, RUS), Gwladys Ewodo Ekogo (Enlsey, RUS)


    Info en plus

    L'arbitre italienne de la rencontre Maria Sole Ferrieri Caputi (31 ans) va devenir la première femme à arbitrer en Série A. L’Italienne avait officié cette saison lors de la rencontre Cagliari (Série A) - Cittadella, en huitièmes de finale de la Coupe d'Italie, ce qui avait déjà été dans l'histoire du football italien.

    Samedi 25 Juin 2022
    Sebastien Duret

    Après une deuxième semaine de stage à Clairefontaine, les Bleues quittent ce jour le Centre Technique National pour rallier Beauvais où elles affrontent ce samedi soir le Cameroun à Beauvais (21h10, W9). Ce soir, d'un côté la France qui prépare l'Euro, de l'autre le Cameroun qui prépare la Coupe...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Clairefontaine - Des Bleus aux Bleues

    Alors que la sélection masculine a quitté Clairefontaine lundi et une défaite face à la Croatie, ce sont leurs homologues féminines qui ont pris leurs quartiers au Château ce mardi et jusqu'à samedi.


    Les Bleues sont installées dans la Résidence Équipe de France (photo FFF)



    Les Bleues de Corinne Diacre sont arrivées à Clairefontaine mardi après une journée off qui faisait suite à un stage de trois jours à Anglet.

    Corinne Diacre va devoir remettre tout le monde dans le même physique alors que selon les clubs, les joueuses n'ont pas eu la même fin de saison. Les joueuses évoluant en France ont fini le plus tardivement, le 1er juin dernier, alors que celles évoluant à l'étranger ont fini en mai. Avant le premier rassemblement à Anglet, les joueuses de D1 Arkema ont donc eu tout au plus une semaine de coupure. « On va avoir cette semaine pour remettre tout le groupe au même niveau et ensuite individualiser au maximum » a déclaré hier Corinne Diacre lors de sa première conférence de presse.

    Un stage plus traditionnel a débuté

    Dans les Pyrénées-Atlantiques, le groupe s'est régénéré avec des activités telles qu'« une initiation au rugby avec le sélectionneur de l’Équipe de France féminine, Thomas Darrack, une séance de pilates, un footing ou encore une petite randonnée dans le Pays basque ». Une approche sportive mais aussi pour le moral et la solidarité du groupe.

    Le stage de cohésion de trois jours achevé, le groupe va devoir désormais travailler durement pour être prêt physiquement. « On est prêtes à souffrir, on va partager les efforts. C'est plus facile quand on est à plusieurs » a tenu à souligner Corinne Diacre donc l'objectif est « d'être prêtes à jouer six fois 90 minutes, minimum. » A Clairefontaine, le stage sera plus « traditionnel avec des séances d’entraînement variées, entre physique et tactique, des séances vidéo et des soins » a expliqué la sélectionneuse.

    Ce premier rassemblement à Clairefontaine s'achèvera samedi.


    Le programme

    MARDI 14 JUIN

    10.00 Rassemblement des joueuses à Clairefontaine

    MERCREDI 15 JUIN
    16.30 Entraînement de rêve avec 23 jeunes joueuses - Mini-plaine
    17.00 Entraînement - Terrain Pibarot

    JEUDI 16 JUIN
    17.00 Entraînement - Terrain Platini

    VENDREDI 17 JUIN
    Journée à huis-clos

    SAMEDI 18 JUIN
    Matinée à huis-clos puis dislocation

    Mercredi 15 Juin 2022
    Sebastien Duret

    Alors que la sélection masculine a quitté Clairefontaine lundi et une défaite face à la Croatie, ce sont leurs homologues féminines qui ont pris leurs quartiers au Château ce mardi et jusqu'à samedi. Les Bleues de Corinne Diacre sont arrivées à Clairefontaine mardi après une journée off qu...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Premier rassemblement à ANGLET

    A un mois de leur premier match de l'Euro face à l'Italie, la France entame sa préparation par un premier stage à Anglet.


    Corinne Diacre avec le groupe à Anglet (photo Antonio MESA / FFF)



    Depuis l'annonce des 23 joueuses retenues, les Bleues ont disposé de seulement une semaine de coupure avant le rendez-vous donné jeudi soir à 18 heures dans les Pyrénées-Atlantiques.

    A Anglet, l'ensemble du groupe a subi un contrôle médical puis s'est retrouvé le soir. Ce stage est destiné à se régénérer et comprendra des activités de cohésion jusqu'à dimanche soir. Le retour sur le terrain pour la préparation physique et sportive débutera le mardi 14 juin à Clairefontaine.


    VENDREDI 10 JUIN
    - Footing
    - Activités de cohésion

    SAMEDI 11 JUIN
    - Activités de cohésion

    DIMANCHE 12 JUIN
    - Footing
    - Retour et dislocation


    Matchs de préparation
    25 juin : FRANCE - CAMEROUN, à Beauvais (21h10)
    1er juillet : FRANCE - VIETNAM, à Orléans (21h10)
    Euro 2022
    10 juillet : FRANCE - ITALIE, à Rotherham (21h00)
    14 juillet : FRANCE - BELGIQUE, à Rotherham (21h00)
    18 juillet : FRANCE - ISLANDE, à Rotherham (21h00)


    La liste

    Mylène CHAVAS
    Justine LEROND
    Pauline PEYRAUD-MAGNIN

    Selma BACHA
    Hawa CISSOKO
    Sakina KARCHAOUI
    Griedge MBOCK BATHY NKA
    Eve PÉRISSET
    Wendie RENARD
    Marion TORRENT
    Aïssatou TOUNKARA

    Charlotte BILBAULT
    Kenza DALI
    Grace GEYORO
    Ella PALIS
    Sandie TOLETTI

    Sandy BALTIMORE
    Delphine CASCARINO
    Kadidiatou DIANI
    Marie-Antoinette KATOTO
    Melvine MALARD
    Clara MATÉO
    Ouleymata SARR

    Vendredi 10 Juin 2022
    Sebastien Duret

    A un mois de leur premier match de l'Euro face à l'Italie, la France entame sa préparation par un premier stage à Anglet. Depuis l'annonce des 23 joueuses retenues, les Bleues ont disposé de seulement une semaine de coupure avant le rendez-vous donné jeudi soir à 18 heures dans les...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Euro 2022 - Corinne DIACRE : "On est sur un certain équilibre que je n’ai pas voulu casser"

    Corinne Diacre a répondu aux questions en conférence de presse après l'annonce de la liste des 23 joueuses pour l'EURO 2022.




    Y’a-t-il eu des cas de conscience dans la finalisation de cette liste ? Notamment pour Amandine Henry ?

    La liste a été faite de manière naturelle avec les adjoints. On a passé quasiment toute une journée dessus, sur le choix des joueuses. On a pesé le pour et le contre. On a souhaité faire confiance aux joueuses avec lesquelles on travaille et avec qui on a construit depuis quelques mois cette équipe qui s’est qualifiée pour la Coupe du monde. On a souhaité rester sur un certain équilibre tout simplement.

    Vous ne craigniez pas d’avoir un manque d’expérience de haut niveau avec l’absence d’Amandine Henry au milieu ?
    C’est une question que l’on s’est posé mais de l’expérience, on en a avec beaucoup d’autre joueuses. Il était important aussi de régénérer un peu cet effectif. C’est ce que l’on a commencé à faire à l’issue de la Coupe du monde. Là je pense qu’aujourd’hui, on a trouvé un certain équilibre. Donc on n’a pas voulu changer quoi que ce soit par rapport aux filles qui avaient fait les efforts et nous avaient donné satisfaction, aussi bien en termes de performance que de vie de groupe hors du terrain. On a souhaité garder cet équilibre pour l’EURO.

    Y’a-t-il des réservistes ?
    Officieusement oui. Je les appellerai dans la journée, au plus tard demain, pour leur faire part de mes intentions de les conserver en bonne forme au cas où il y aurait une blessée d’ici l’annonce de la liste officielle auprès de l’UEFA.

    "Ses performances ont été en-deça cette saison" (Asseyi)

    Avez-vous eu des nouvelles concernant une potentielle blessure de Katoto hier ? Sera-t-elle la joueuse sur laquelle la France devra se reposer pour cet EURO ?

    Marie va bien, je suis la première rassurée. On va éviter de lui mettre de la pression sur ses épaules, elle en aura déjà suffisamment vis-à-vis d’elle-même. Il faut simplement que l’équipe fonctionne très bien autour d’elle. On a très envie qu’elle performe évidemment mais on a aussi d’autres atouts qui peuvent performer autour d’elle.

    Un mot sur l’absence de Viviane Asseyi, qui sort d’une saison un peu compliquée au Bayern Munich ? Est-ce que ce sont ses performances qui expliquent son absence dans cette liste ?
    Oui, c’était un choix difficile. Mais effectivement, ses performances ont été en-deçà cette saison de ce que nous pouvons attendre en équipe de France. C’est vrai qu’elle a rencontré quelques difficultés avec son club… Ça a été une décision difficile à prendre. Il y en a eu d’autres bien sûr mais à partir du moment où l’on fait des choix, je les assume.

    Kheira Hamraoui ne fait pas partie de la liste non plus. Ce sont les problèmes extra-sportifs qui font qu’elle ne pouvait pas non plus intégrer ce groupe pour l’EURO ?
    C’est surtout le fait qu’elle ne joue pas depuis plusieurs semaines. Donc à partir du moment où en termes de performances, c’est difficile pour nous de l’observer, ça fait pencher la balance vers le choix de ne pas la sélectionner.

    "Justine (Lerond) est la gardienne titulaire des U23 donc il était logique pour nous qu'elle tape à la porte des A"

    Ouleymata Sarr intègre elle cette liste. Qu’est ce qui a fait pencher le choix pour elle plutôt qu’une attaquante d’expérience comme Eugénie Le Sommer ?

    Son profil. Les deux joueuses que vous venez de citer ont des profils athlétiques complètement différents. Ce sont sa capacité à prendre la profondeur et à suppléer l’attaquante axiale qui ont mis Ouleymata dans une balance favorable pour cette liste.

    Par rapport aux matches de préparation à venir face au Cameroun et le Vietnam, y’a-t-il un objectif de faire tourner un maximum l’effectif ou de quand même garder le noyau de titulaires sur ces rencontres ?
    Sur le premier match, il va venir dans la continuité de notre préparation. Sur le deuxième, on devrait être un tout petit peu plus proche de la composition pour l’EURO. Un tout petit peu… C’est difficile de vous dire ce qu’il va se passer d’ici deux semaines.

    Justine Lerond est appelée en tant que troisième gardienne. Pourquoi ce choix et qu’attendez-vous de sa sélection dans le groupe ?
    Le choix de Justine s’est fait assez simplement car en début de saison avec Sabrina Viguier, la responsable des sélections nationales de jeunes, on avait souhaité maintenir l’équipe U23. Le Président nous a accordé deux stages pour cette équipe. Elles ont également fait quatre matches amicaux cette saison, contre l’Angleterre et la Belgique. Justine est la gardienne titulaire des U23 donc il était logique pour nous que la titulaire des U23 tape à la porte des A. C’est aussi pour cette raison que l’on avait souhaité maintenir cette équipe U23, pour qu’elles puissent jouer des matches internationaux à haut niveau. On a bien fait car malheureusement, Solène Durand s’est blessée gravement. Donc aujourd’hui on prend dans cette équipe U23 dont je salue le travail de Grégoire Sorin et de son staff.

    "(Katoto) est désormais l’attaquante de l’Équipe de France"

    Sur la présence d’Hawa Cissokho, quels éléments ont fait pencher la balance en sa faveur ? Élisa de Almeida avait effectué des prestations encourageantes en début de saison avant de moins jouer au PSG. Est-ce aussi la raison de son absence ?

    Elisa joue de plus en plus sur cette fin de saison avec le Paris Saint-Germain. Il y a eu un peu de tout. Hawa est toujours titulaire dans son club. Il y a les performances mais aussi le profil dans la vie du groupe. Ça s’est joué à pas grand-chose. On a fait le choix d’Hawa plutôt qu’Elisa, c’est un choix délibéré. Maintenant, Elisa aurait aussi pu faire partie de ce groupe, elle n’était pas loin. Seules 23 joueuses pouvaient composer cette liste donc on s’est arrêté au choix d’Hawa.

    Dans quelle mesure la Coupe du monde 2019 et le vécu de cette grande compétition a pesé dans les choix faits pour cette liste pour l’EURO 2022 ?
    Un bilan a été fait après la Coupe du monde, sur plusieurs aspects : sportif, hors terrain, groupe, notre vie interne avec les joueuses et le staff… Il y a eu beaucoup de temps passé avec mes adjoints en termes de discussions et de réunions. Depuis la Coupe du monde, trois ans se sont écoulés. On a eu le temps d’essayer plusieurs choses, d’avoir un fonctionnement évolutif.
    Aujourd’hui, on est arrivé à quelque chose qui fonctionne bien, que ce soit avec les joueuses mais aussi avec le staff. On demande souvent aux joueuses d’avoir une bonne cohésion et entente mais si nous on n’a pas ça dans notre staff… Il y avait plusieurs choses à revoir. C’est ce que l’on a fait. Par rapport à 2019, on a trois ans de plus. On ne rajeunit pas mais personne ne le fait. Trois ans d’expérience supplémentaire et plus de recul. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui, on se connaît bien mieux aussi. Les choses se font un peu plus naturellement aussi.

    En quoi par rapport à ces trois ans passés Katoto est plus forte qu’aujourd’hui ? Sur quoi a-t-elle progressé ? Espérez-vous aussi que son avenir soit réglé d’ici l’EURO ?
    Par rapport à 2019, il faut remettre les choses dans le contexte. Marie sortait d’une Coupe du monde U20 en 2018… je ne sais pas si je peux employer le mot catastrophique, mais en tout cas elle n’a pas été à la hauteur de ce qu’elle déjà espérait. 2019 était un peu tôt pour la prendre avec nous. Marie a ce talent. On le sait depuis un petit moment, elle performe avec les sélections de jeunes depuis très longtemps. Mais à ce moment-là, elle n’était pas performante. Je n’ai pas de regrets de ne pas l’avoir pris en 2019 car je pense que l’état d’esprit dans lequel elle était à ce moment-là n’aurait servi ni elle ni l’équipe de France.
    Maintenant, si on l’avait prise… on ne sait pas ce qu’il se serait passé. Mais de ma part, il n’y a pas de regrets. Je savais qu’à un moment donné, Marie ferait partie du groupe. Elle l’est aujourd’hui. On a souvent dit que Marie n’était pas performante dans les grands rendez-vous. Aujourd’hui, on n’en parle plus, elle l’est. Donc elle est désormais l’attaquante de l’équipe de France. Sur son avenir, je pense qu’il sera réglé avant le début de la préparation. On en a convenu collégialement avec le groupe des joueuses.

    Derrière l’absence de joueuses emblématiques comme Amandine Henry ou Eugénie Le Sommer, il n’y a pas aussi une volonté de recentrer l’intérêt sur le collectif et non les individualités comme ça avait pu être le cas par le passé ?
    Oui, c’est quelque chose sur lequel on travaille depuis un petit moment. Des individualités après il en faut, heureusement, et j’en ai des très fortes qui vont mener ce groupe-là et aider la jeunesse à s’intégrer. Aujourd’hui, c’est très fluide. On a près de 18 mois de vécu en commun, on reste sur une dynamique de victoire. On a eu des moments difficiles, comme face à la Slovénie ou le Pays de Galles. Maintenant, il y a des choses qui s’installent. On va avoir quatre stages de préparation où il va y avoir du travail, un peu de souffrance car les filles ne vont se reposer que quelques jours d’ici le premier rassemblement. Cela étant, aujourd’hui on est sur un certain équilibre que je n’ai pas voulu casser. On est aussi sur une certaine dynamique que j’ai souhaité conserver.

    "Une dizaine de joueuses (pour la liste de réservistes)"

    Un mot sur le camp de base des Bleues révélé il y a quelques semaines, un peu isolé et loin du stade où elles évolueront ? Pourquoi ce choix ?

    Cet hôtel faisait partie d’un catalogue et je peux vous dire qu’on n’a pas choisi le plus loin, ni le plus isolé. Donc va s’estimer heureux. Le choix était difficile, le catalogue étant très peu fourni. Il y avait d’autres paramètres à prendre en compte. Notre choix s’est porté sur celui-ci et la Fédération nous donne énormément de moyens pour que l’on s’y sente très bien et que l’on puisse y vivre le plus longtemps possible.

    Que représente pour vous le fait de jouer cet EURO en Angleterre ?
    Une nation qui évolue même si cela fait un petit moment que l'on n'a pas joué contre les Anglaises. Mais j'ai envie de dire que toutes les nations travaillent bien, mettent énormément de moyens et je pense que cela va être un très très bel EURO et qu'il va être très très serré.

    Quelles sont vos ambitions pour cette compétition ? Est-ce qu'un autre résultat qu'une victoire sera un échec pour vous ?
    Aujourd'hui, je ne pense pas à un échec. On a encore du temps pour travailler. On a une ambition affichée. Cette ambition est collective. Les choses ne vont pas se faire naturellement et très facilement. On va passer par des étapes. Il faudra rester sereins, droits dans ce qu'on veut faire, garder notre cap et rester professionnelles. On a cette ambition, on ne va pas s'en cacher mais on sait aussi que le parcours sera difficile.

    Vous avez fait le choix de retenir Clara Matéo, qu'est-ce qui a fait pencher la balance en sa faveur ?
    Déjà, sa belle saison avec le PFC auréolé d'une troisième place en championnat. Des prestations individuelles qui ont évolué au cours de la saison. On l'avait déjà sélectionné la saison passée, elle était arrivée très timide. Et on a vu au fil des résultats en club et dans sa vie professionnelle, une certaine stabilité et une certaine maturité. Elle peut évoluer à plusieurs postes. C'est une opportunité de choix supplémentaires.

    Combien de joueuses figurent la liste officieuse de réservistes ? Qui sont-elles ?
    Il y aura une dizaine de joueuses que l'on va appeler, je ne les ai pas encore appelé, donc je leur laisse la primeur. En plus, les joueuses que je vais appeler aura le droit de me dire non. Ce sont des choses que je garderai pour moi.

    Qu'en est-il du brassard de capitaine et de la vice-capitaine ?
    Le brassard est dévolu à Wendie. Il y a plusieurs vice-capitaines et certaines ont déjà eu ce rôle-là par le passé. Charlotte Bilbault, Aïssatou Tounkara, Marion Torrent, mais d'autres comme Grace Geyoro, Griedge Mbock, Kadidiatou Diani. Plein de joueuses peuvent être vice-capitaines et cela se fera en fonction aussi de la place qu'elles prendront dans le groupe.

    Comment va se dérouler la préparation ?
    On va faire un premier stage dans le Sud-Ouest et ensuite on va tout le gros de la préparation à Clairefontaine.

    Lundi 30 Mai 2022
    Daniel Marques

    https://www.footofeminin.fr/Euro-202...er_a17912.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Euro 2022 - Les 23 joueuses pour l'EURO

    La liste des 23 joueuses pour l'EURO a été dévoilée.




    Lundi 30 Mai 2022
    Sebastien Duret

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - CAMEROUN et VIETNAM pour préparer l'Euro

    La France disputera deux rencontres de préparation face au Cameroun et le Vietnam avant de partir en Angleterre disputer l'Euro.


    photo Frédérique Grando



    Qualifiée pour l’UEFA Euro 2022, prévu du 6 au 31 juillet 2022, en Angleterre, l’Équipe de France Féminine débutera sa préparation à la compétition à la mi-juin à Clairefontaine.

    Avant leur départ outre-Manche, les joueuses de Corinne Diacre disputeront deux matches internationaux. L’un face au Cameroun, le samedi 25 juin au stade Pierre-Brisson de Beauvais (21h10), l’autre face au Vietnam le vendredi 1er juillet au Stade de la Source à Orléans (21h10).

    Il s'agira du premier France-Vietman de l'histoire des Bleues, alors qu'elles ont déjà affronté le Cameroun en octobre 2018 en amical, pour une victoire 6 à 0.

    Les Bleues débuteront leur Euro face à l’Italie le dimanche 10 juillet.


    Les matchs de préparation des qualifiés à l'Euro (liste provisoire)

    12 juin 2022

    Autriche - Danemark

    16 juin 2022
    Angleterre - Belgique, à Wolverhampton

    18 juin 2022 (à confirmer)
    Pays-Bas - Belarus, à La Hague (match en retard des qualifications à la Coupe du Monde 2023)

    22 juin 2022
    Autriche - Écosse

    23 juin 2022
    Belgique - Irlande du Nord

    24 juin 2022
    Angleterre - Pays-Bas, à Leeds
    Allemagne - Suisse, à Erfurt

    25 juin 2022
    Norvège - Nouvelle-Zélande, à Oslo
    France - Cameroun, à Beauvais

    26 juin 2022
    Belgique - Autriche

    27 juin 2022
    Finlande - Japon, à Turku

    28 juin 2022
    Belgique - Luxembourg
    Suède - Brésil, à Solna

    29 juin 2022
    Danemark - Norvège, à Viborg

    30 juin 2022
    Suisse - Angleterre, à Zürich

    1er juillet 2022
    France - Vietnam, à Orléans


    Les groupes de l'Euro 2022

    Groupe A : Angleterre (pays organisateur), Autriche, Norvège, Irlande du Nord
    Groupe B : Allemagne, Danemark, Espagne, Finlande
    Groupe C : Pays-Bas, Suède, Portugal, Suisse
    Groupe D : France, Italie, Belgique, Islande

    Vendredi 20 Mai 2022
    Sebastien Duret

    La France disputera deux rencontres de préparation face au Cameroun et le Vietnam avant de partir en Angleterre disputer l'Euro. Qualifiée pour l’UEFA Euro 2022, prévu du 6 au 31 juillet 2022, en Angleterre, l’Équipe de France Féminine débutera sa préparation à la compétition à la mi-juin à...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - La FRANCE assure l'essentiel et sera au Mondial 2023

    Alors que les Bleues n'avaient besoin que d'un match nul, elle ont gagné contre la Slovénie grâce à Delphine Cascarino (1-0) et seront donc au rendez-vous de la Coupe du monde 2023 avant les derniers matchs de qualification.


    Cascarino a assuré la qualification tricolore à la reprise (photo twitter EquipedeFranceF)



    Lors du match aller en Slovénie, les Bleues ne l'avaient emporté que d'un petit penalty d'Amel Majri en fin de temps additionnel (2-3), et s'attendaient donc à une confrontation un peu compliquée encore une fois, quelques jours après une petite victoire obtenue au Pays de Galles (1-2). Corinne Diacre effectuait six changements pour cette rencontre qui pouvait permettre à la France de valider son billet pour la Coupe du monde, alors qu'un seul point était nécessaire aux Bleues. Marion Torrent, Aissatou Tounkara, Ella Palis, Kenza Dali, Clara Matéo et Delphine Cascarino étaient titularisées.

    Avec l'étiquette de grandes favorites de la rencontre, les Bleues débutaient bien et se portaient à l'attaque dès les premières minutes du match. A l'exception d'une frappe cadrée de Sandy Baltimore qui ne mettait pas en danger la gardienne adverse Zala Meršnik (5') cependant, le danger restait plutôt abstrait. Bien en place, les Slovènes se montraient solides et disciplinées en défense, et ce sont elles qui se procuraient la meilleure occasion du début de rencontre sur une frappe de Mateja Zver qui obligeait Pauline Peyraud-Magnin à dévier le ballon en corner (8'). Sur celui-ci, la Slovénie trouvait le fond des filets, mais en position de hors-jeu.

    La Slovénie dangereuse, Peyraud-Magnin veille

    Une vraie alerte pour les Bleues qui ne parvenaient pas à déstabiliser l'arrière-garde slovène, se contentant principalement de frappes tentées hors de la surface (Kenza Dali 14', 40', Delphine Cascarino 32', Clara Matéo 45') ne présentant pas de danger pour Meršnik. Les Slovènes, moins présentes dans la moitié de terrain française, se mettaient encore en évidence avec la belle action de Lara Prašnikar, au duel avec Tounkara, qui tentait une frappe trop croisée (39'). Les deux équipes étaient dos à dos à la pause après un premier acte dominé par des Tricolores qui manquaient de mobilité pour destabiliser une équipe slovène bien organisée et qui se sera finalement montrée la plus dangereuse.

    Cascarino dès la reprise libère les Bleues

    Dès le début de la seconde période, les Bleues se montraient plus agressives, plus mobiles, écartant mieux le jeu. Sur un décalage de Baltimore pour Matéo côté gauche, la joueuse du PFC adressait un bon centre dans la surface. Marie-Antoinette Katoto était un peu trop juste au premier poteau, mais Delphine Cascarino était bien présente derrière pour envoyer le ballon au fond des filets (1-0, 48') et donner un peu d'air aux Bleues, proches du break sur corner quelques minutes plus tard sur une tentative de la tête de Wendie Renard qui s'écrasait sur le poteau droit de Meršnik (52'). Les occasions tricolores allaient se succéder assez logiquement, la France présentant un visage plus conquérant qu'en première période. Cependant, les Bleues ne parvenaient pas à trouver à nouveau l'ouverture, butant sur la gardienne slovène (Katoto 58', Torrent 70'), sa défense (Baltimore, Tounkara 67', Sarr 90+1'), ou ne trouvant pas le cadre (Baltimore 61', Renard 75').

    Une seule occasion du côté slovène avec une frappe croisée de Kaja Eržen qui n'inquiétait pas Peyraud-Magnin (85'). La France dominait largement la seconde période mais n'arrivait pas à faire le break pour obtenir une victoire plus convaincante, s'imposant finalement sur le plus petit des scores. La qualification pour la Coupe du monde est bien au rendez-vous de ce double confrontation face au Pays de Galles et à la Slovénie, mais il faudra montrer plus lors de la compétition continentale cet été. Si les deux pays ont progressé, la France aurait dû l'emporter plus largement. Elle a cependant évité le piège et réalisé un parcours mathématiquement parfait avec huit victoires en autant de rencontres avant de terminer son parcours de qualification face à l'Estonie et la Grèce début septembre.


    Qualifications à la Coupe du Monde de la FIFA 2023- Zone UEFA - Groupe I - 8e journée
    Mardi 12 avril 2022
    - 21h10 (W9)
    FRANCE - SLOVÉNIE : 1-0 (0-0)
    Le Mans (MMArena) - 10 103 spectateurs
    Temps gris (14°C) - Pelouse correcte
    Arbitres : Sandra Braz Bastos (Portugal) assistée de Andreia Catarina Ferreira de Sousa (Portugal) et Cátia Alexandra Graça Tavares (Portugal). 4e arbitre : Ana Cristina Rolo Amorim (Portugal)

    1-0 Delphine CASCARINO 48' (Baltimore à gauche trouve Matéo sur le côté dans la surface qui centre au sol devant le but et Cascarinbo au second poteau vient mettre un plat du pied droit en opposition pour conclure de près)

    Avertissement : Kaja Korošec 35' pour la Slovénie

    France : 21-Pauline Peyraud-Magnin ; 4-Marion Torrent, 5-Aïssatou Tounkara, 3-Wendie Renard (cap.), 2-Ève Périsset ; 15-Kenza Dali (14-Charlotte Bilbault 89'), 10-Ella Palis, 22-Clara Matéo (6-Sandie Toletti 78') ; 20-Delphine Cascarino, 9-Marie-Antoinette Katoto (12-Ouleymata Sarr 78'), 17-Sandy Baltimore ( 18-Viviane Asseyi 78'). Entr.: Corinne Diacre
    Non utilisées : 1-Solène Durand (G), 16-Mylène Chavas (G), 7-Sakina Karchaoui, 8-Grace Geyoro, 11-Kadidiatou Diani, 13-Perle Morroni, 19-Griedge Mbock Bathy, 23-Hawa Cissoko
    Slovénie : 1-Zala Meršnik ; 16-Kaja Eržen, 2-Lana Golob, 3-Sara Agrež, 7-Kristina Erman ; 10-Dominika Čonč (15-Sara Makovec 75') ; 19-Ana Milović (14-Špela Kolbl 75'), 18-Manja Rogan, 6-Kaja Korošec, 8-Mateja Zver (cap.) (17-Izabela Križaj 87') ; 11-Lara Prašnikar. Entr.: Borut Jarc
    Non utilisées : 22-Sara Nemet (G), 4-Evelina Kos, 5-Špela Rozmarič, 9-Lara Klopčič, 20-Nika Babnik, 21-Anja Prša, 23-Nina Predanič

    Mardi 12 Avril 2022
    Charlotte Vincelot

    Alors que les Bleues n'avaient besoin que d'un match nul, elle ont gagné contre la Slovénie grâce à Delphine Cascarino (1-0) et seront donc au rendez-vous de la Coupe du monde 2023 avant les derniers matchs de qualification. Lors du match aller en Slovénie, les Bleues ne l'avaient emporté qu...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Finir le travail face à la SLOVÉNIE

    Après une difficile mais précieuse victoire au pays de Galles, la France reçoit au Mans la Slovénie dans une rencontre qui devrait offrir la qualification directe à la Coupe du Monde.


    Katoto avait signé un doublé à l'aller (photo DR)



    Si la France a réussi jusqu'à présent un parcours sans-faute, le match aller en Slovénie laisse des souvenirs car la victoire avait été décrochée dans les arrêts de jeu grâce à un penalty d'Amel Majri (3-2). "On a une petite revanche à prendre contre cette équipe qui nous avait mis en difficulté à l'aller . On a un petit challenge entre nous, on est ''focus'" déclarait à la veille du match la sélectionneuse Corinne Diacre en conférence de presse.

    Alors qu'un match nul suffirait au bonheur des Bleues pour participer à leur 5e Coupe du Monde, la victoire est attendue pour poursuivre également la série de succès consécutifs (11 à ce jour). La capitaine Wendie Renard sait cependant que c'est lors des phases finales que la France doit désormais briller et enchaîner les succès : "On a joué des matches de qualification, pas des matches de préparation, des matches qui comptaient, donc c'était important. Je ne veux pas être championne du monde des matches amicaux. Tout ce qui m'intéresse, c'est l'Euro, la Coupe du monde et les JO".

    En cas de qualification, la France pourra se focaliser sereinement sur la préparation de l'Euro qui débutera dans moins de trois mois face à l'Italie (11 juillet à Rotherham).


    Qualifications à la Coupe du Monde de la FIFA 2023- Zone UEFA - Groupe I - 8e journée
    Mardi 12 avril 2022
    - 21h10 (W9)
    FRANCE - SLOVÉNIE
    Le Mans (MMArena)
    Arbitres : Sandra Braz Bastos (Portugal) assistée de Andreia Catarina Ferreira de Sousa (Portugal) et Cátia Alexandra Graça Tavares (Portugal). 4e arbitre : Ana Cristina Rolo Amorim (Portugal)

    Mardi 12 Avril 2022
    Sebastien Duret

    Après une difficile mais précieuse victoire au pays de Galles, la France reçoit au Mans la Slovénie dans une rencontre qui devrait offrir la qualification directe à la Coupe du Monde. Si la France a réussi jusqu'à présent un parcours sans-faute, le match aller en Slovénie laisse des souvenirs car...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Corinne DIACRE : "On a fait un grand pas ce soir et c'est l'essentiel"

    Si Corinne Diacre reconnaît la prestation moyenne des Bleues, elle relève que l'essentiel a été décroché avec les trois points de la victoire et une qualification qui se rapproche.




    La qualification se rapproche malgré un match compliqué ?

    C'était un match compliqué dans des conditions difficiles. On n'a pas vu le meilleur visage de l'Équipe de France ce soir (ndlr : vendredi) mais malgré tout, on a les trois points. C'est ce que l'on était venu chercher. Mathématiquement maintenant il nous reste un point à aller chercher en trois matchs. On aimerait le faire mardi devant notre public, surtout avoir définitivement cette qualification en poche avant l'Euro mais on a fait un grand pas ce soir et c'est l'essentiel.

    Malgré la difficulté, plusieurs joueuses ont montré un état d'esprit conquérant ?
    Il y a des choses qui se mettent en place, des joueuses qui prennent de plus en plus de place dans cette équipe. Même dans la difficulté, on arrive à trouver des ressources même si ce soir, ce n'était pas très joli, c'était difficile. On a eu une incertitude aussi avant le match, on ne savait pas si Wendie allait pouvoir tenir sa place car elle a eu une nuit difficile (maux de gorge). Mais malgré tout, on a été cherché les trois points qu'il nous fallait.

    A quelles joueuses pensez-vous ?
    Je trouve que c'est difficile de faire ressortir quelqu'un, il faut ressortir le groupe pour avoir été chercher ce caractère. S'il y en a une qui doit ressortir ce soir, c'est Diani. Je l'ai trouvée très percutante. Elle peut encore faire mieux dans la finition ou dans le dernier geste.

    Est-ce que l'on a vu la force de caractère de l'Équipe de France ce soir ?
    Dans les moments difficiles, il faut sortit cet atout-là. Je leur ai dit en rentrant dans le vestiaire que tout ne se construisait pas dans la facilité. Je leur ai dit que c'était difficile, on a fait un match moyen face à une belle équipe et dans des conditions difficiles parce qu'il faisait particulièrement froid. Mais on ne va pas se chercher d'excuses, on n'a pas mis tout ce qu'il fallait ce soir.

    Malgré son incertitude, Wendie marque...
    C'est encore elle qui débloque le compteur (sourire). Et puis Marie (Katoto) a été opportuniste, on avait ciblé un peu de zèle de la gardienne. Un peu à la Benzema. On en avait parlé avec mes adjoints. Elle a bien usé la défense ce qui nous a permis de déployer notre jeu.

    Samedi 9 Avril 2022
    Sylvain Jamet

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-C...el_a17827.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - La FRANCE décroche son 7e succès

    Face à un adversaire direct à la qualification, la France bousculée a su trouver la faille à deux reprises grâce à sa capitaine Wendie Renard et son attaquante Marie-Antoinette Katoto.


    Wendie Renard a marqué son 33e but en 130 sélections (photo FFF)



    Dans un match qui pourrait rapprocher un peu plus les Bleues de la Coupe du Monde 2023, Corinne Diacre alignait un onze sans surprise. La France prenait la possession du ballon en début de match et alors qu'elle n'avait pas été inquiétée, la première offensive galloise sur une relance de la gardienne voyait Fishlock trouver Carrie Jones couloir droit pour un centre en retrait. Le dégagement de Mbock contré, c'est la capitaine Wendie Renard qui écartait le danger (12e). La France répondait sur une action de Diani à droite dans la surface, elle centrait pour Katoto. Le ballon était remis en retrait sur Toletti qui enlevait trop sa frappe du droit (14e). Enfin sur un bon ballon de Toletti pour Diani, elle tentait une frappe dans un angle fermé repoussée par la gardienne (16e). Alors que l'action se poursuivait, Diani récupérait le ballon et sa frappe était trop croisée (17e).

    Le pays de Galles se rapprochait à nouveau du but tricolore. Une nouvelle action partie de la droite, un centre long que Peyraud-Magnin renvoyait dans l'axe avant de percuter une partenaire. Fishlock remisait alors sur sa droite pour Holland dont la reprise manquait de puissance permettant à la gardienne française de revenir sur sa ligne (19e). Les Galloises essayaient et sur une action de Jones à droite, elle se défaisait de Périsset pour s'ouvrir un meilleur angle de tir. La frappe trouvait les gants de Peyraud-Magnin au premier poteau (21e).

    Renard en patronne, Katoto opportuniste


    Katoto marque son 24e but en 27 sélections


    La situation se décantait sur corner. Une première tentative marquée par une tête piquée de Renard était placée par la gardienne qui allait la chercher au ras de son montant droit. Elle concédait un nouveau corner, le sixième des Bleues. Cette fois-ci, même scénario mais le ballon de Toletti trouvait Renard démarquée plein axe et sa tête piquée de l'autre côté était imparable (0-1, 31'). Pendant ce temps-là, Katoto mettait du temps à ajuster la mire. Sur un centre au cordeau de Diani, sa reprise de la tête manquait le cadre (36e). On la retrouvait sur un centre de Périsset avec un coup de tête pas assez appuyé (53e). Elle ouvrait finalement son compteur quatre minutes après en venant presser la gardienne galloise qui voyait son dégagement contré par l'attaquante, cette dernière n'avait plus qu'à finir devant le but vide (0-2, 57').

    Le pays de Galles met la France à mal

    Le pays de Galles ne lâchait rien et se relançait sur un corner où Peyraud-Magnin n'était pas à son avantage. Le ballon ressortait sur la capitaine Ingle qui plaçait une reprise puissante (1-2, 71'). Deux minutes plus tard, Harding pensait égaliser en trouvant le cadre mais était signalée hors-jeu (73e). C'est ensuite Rowe qui venait percuter Périsset, espérant un penalty, mais Adámková ne bronchait pas (80e). Mbock évitait une nouvelle opportunité des locales d'un tacle parfait dans la surface (86e). Si la France était proche du break sur un bon travail de Baltimore à gauche conclu par une frappe qui passait entre les gants de O'Sullivan. Evans arrivait à dégager devant son but et Diani (87e).

    Les Bleues ramènent tout de même la précieuse victoire du pays de Galles et auront l'occasion de décrocher leur billet mardi prochain lors de la réception de la Slovénie au Mans.


    Qualifications à la Coupe du Monde de la FIFA 2023- Zone UEFA - Groupe I - 7e journée
    Vendredi 8 avril 2022
    - 20h45 (19h45 locales) (W9)
    PAYS DE GALLES - FRANCE : 1-2 (0-1)
    Llanelli (Parc Y Scarlets) - 4 553 spectateurs
    Temps humide et venteux - Terrain dur
    Arbitres : Jana Adámková (République tchèque) assistée de Lucie Ratajová (République tchèque) et Natálie Čampišová (République tchèque). 4e arbitre : Helena Salková (République tchèque)

    0-1 Wendie RENARD 31' (Corner côté gauche frappé tendu par Toletti pour le déposer sur la tête de Renard à 7 m dans l'axe, démarquée, qui pique son ballon pour le placer au ras du montant gauche de O'Sullivan)
    0-2 Marie-Antoinette KATOTO 57' (Sur une passe en retrait de Ladd pour sa gardienne à l'entrée de la surface. Elle contrôle puis dégage mais Katoto tend sa jambe droite et contre le ballon, se retrouvant seule face au but pour finir du plat du pied gauche à 7 m)
    1-2 Sophie INGLE 71' (Corner côté gauche frappé par James sur lequel Peyraud-Magnin manque son intervention. Au second poteau, Harding récupère et remet pour Roberts qui ne peut reprendre mais est remis en retrait sur Ingle à l'entrée de la surface qui place une reprise de demi-volée du droit qui traverse la défense, déviée sur sa trajectoire)

    Avertissement : Ceri Holland 43' pour le pays de Galles

    Pays de Galles : 1-Laura O'Sullivan ; 5-Rhiannon Roberts, 14-Hayley Ladd, 3-Gemma Evans, 13-Rachel Rowe ; 4-Sophie Ingle (cap.) ; 11-Natasha Harding (23-Ffion Morgan 90+1'), 8-Angharad James, 10-Jessica Fishlock, 18-Ceri Holland (7-Helen Ward 90+2') ; 20-Carrie Jones. Entr.: Gemma Grainger
    Non utilisées : 12-Olivia Clark (G), 21-Poppy Soper (G), 2-Lily Woodham, 6-Josie Green, 9-Chloe Williams, 15-Elise Hughes, 16-Charlie Estcourt, 17-Georgia Walters, 19-Megan Wynne, 22-Anna Filbey
    France : 21-Pauline Peyraud-Magnin ; 2-Eve Périsset (4-Marion Torrent 89'), 19-Griedge Mbock, 3-Wendie Renard (cap.), 7-Sakina Karchaoui ; 6-Sandie Toletti (15-Kenza Dali 77'), 14-Charlotte Bilbault, 8-Grace Geyoro (10-Ella Palis 89') ; 11-Kadidiatou Diani, 9-Marie-Antoinette Katoto (22-Clara Matéo 77'), 20-Delphine Cascarino (17-Sandy Baltimore 63'). Entr.: Corinne Diacre
    Non utilisées : 1-Solène Durand (G), 16-Mylène Chavas (G), 5-Aïssatou Tounkara, 12-Ouleymata Sarr, 13-Perle Morroni, 18-Viviane Asseyi, 23-Hawa Cissoko




    (photo FAW)

    Samedi 9 Avril 2022
    Sebastien Duret

    Face à un adversaire direct à la qualification, la France bousculée a su trouver la faille à deux reprises grâce à sa capitaine Wendie Renard et son attaquante Marie-Antoinette Katoto. Dans un match qui pourrait rapprocher un peu plus les Bleues de la Coupe du Monde 2023, Corinne Diacre alignai...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Corinne DIACRE : "Une équipe que l'on prend très au sérieux mais que l'on ne craint pas"

    La sélectionneuse s'est exprimée sur ce rendez-vous décisif dans la course à la Coupe du Monde 2023 ce vendredi face au pays de Galles.


    Corinne Diacre (photo Frédérique Grando)


    Ce match ressemble à une finale ?

    Une finale, oui et non, car on a cinq points d'avance sur notre adversaire. A nous de bien négocier ce match pour que l'on puisse se dire samedi matin que l'on est quasiment qualifiées pour la Coupe du Monde puisque mathématiquement il nous manquerait un point. Il nous resterait trois jours.
    Il nous reste un match sérieux à aborder contre une belle équipe, finale, non, car on aurait encore des opportunités si on ratait le match de demain soir (ndlr : ce vendredi). Mais notre objectif, c'est de ne pas le rater.

    A l'aller, il y a eu la victoire (2-0) mais la rencontre aurait pu basculer avec notamment l'occasion de Fishlock avant le but de Bacha pour creuser l'écart ?
    C'est vrai que le match avait été indécis mais très sincèrement on avait dominé notre sujet. Quand vous reprenez l'occasion de Fishlock, comment elle arrive, c'est un peu bizarre. Par contre, ce qui est intéressant c'est la suite. Ce que je retiens, c'est qu'en deux passes, on a réussi à inverser la tendance. On en a beaucoup parlé avec les joueuses, dans les arrêts de jeu, en fin de match, une occasion contre, une occasion pour. Il faut être attentives et elles ont su très bien réagir. Si Fishlock trouve le poteau, pour moi il me semble que Peyraud-Magnin est sur la trajectoire et derrière, on a très bien exploité le contre. Maintenant, cela nous prouve que cette équipe, tant que le coup de sifflet final n'est pas donné, joue. Et elles étaient à dix à ce moment-là. C'est une équipe que l'on prend très au sérieux mais que l'on ne craint pas.

    "Il n'y aura pas de gestion"

    Quel est votre avis sur l'évolution de Marie-Antoinette Katoto ?

    Bien. A partir du moment où une attaquante marque. On peut dire qu'elle est bien. Maintenant dans ma position d'entraîneur, heureusement que je n'ai pas qu'une seule joueuse dans l'équipe. A onze contre une, ce serait un peu difficile de jouer. Il y a aussi un potentiel autour d'elle pour lui amener des bons moments. Et marquer des buts, c'est bien mais si on en prend de plus, non. Donc il me faut aussi des bonnes défenseures. Je parlerai plutôt d'une équipe homogène avec plusieurs talents dans cette équipe.

    Au niveau de la gestion des Parisiennes et des Lyonnaises avec la Ligue des Champions, qui ont peut-être plus de fatigue, est-ce que l'on est obligé de gérer ?
    De la fatigue, il y en a, mais de la gestion, il n'y en aura pas parce qu'il y a un match à gagner. La récupération, on la fait depuis mardi matin. Il n'y aura pas de gestion. On a un objectif, les clubs ont aussi un objectif, chaque chose en son temps. Maintenant on a mis des choses pour que les filles récupèrent.

    On a vu Clara Matéo évoluer à plusieurs postes. A quelle poste vous la préférez ou bien ce qui lui manque ?
    Le poste auquel je la préfère, c'est celui où elle peut servir l’Équipe de France. Quand on joue, en équipe de France quel que soit le poste, on veut performer.
    Après qu'est ce qui lui manque, pas grand chose. Si elle est là, c'est qu'il lui manque moins qu'hier. Après les places sont chères. Effectivement, il y a aujourd'hui des filles qui se dégagent plus en titulaires mais les joueuses qui sont sur le banc doivent pouvoir faire la différence.

    Que pensez-vous de l'évolution de Grace Geyoro ?
    Elle est en pleine évolution mais elle peut encore faire plus. Il en manque un peu dans la constance. Le fait de ne pas faire forcément des grosses perfs et des moins bonnes. En tout cas, ce qu'elle fait est mieux que dans un passé récent, et je pense qu'elle peut encore faire mieux. Le capitanat (au PSG) donne des responsabilités. Ces responsabilités-là, elle peut aussi les prendre ici sans avoir le brassard qui est dévolu à Wendie. Elle prend plus de responsabilités qu'avant même si c'est quelqu'un qui a une personnalité un peu introvertie.

    Jeudi 7 Avril 2022
    Sylvain Jamet

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-C...as_a17821.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Wendie RENARD : "Extérieur ou domicile, ça ne change pas le plan de jeu"

    La capitaine des Bleues était en conférence de veille de match à Llanelli. Retrouvez son entretien.


    La capitaine des Bleues figure dans le top 7 des buteuses en sélection


    Vous connaissez Jessica Fishlock, est-ce qu'il faut être vigilent sur elle ?

    Je la connais très bien, on a évolué longtemps ensemble en club. Elle ne va rien lâcher jusqu'à la dernière minute, de part sa mentalité, elle a de l'expérience aujourd'hui. C'est une sangsue, elle va se jeter là où on ne peut pas mettre la tête, elle va la mettre. C'est une fille avec une bonne mentalité, une joueuse respectée dans son pays, par ses coéquipières mais aussi par ce qu'elle a fait. Il y aura une vigilance mais il y a d'autres joueuses capables de faire la différence. C'est sûr que l'on voit que la patronne, c'est elle. Collectivement, il faudra être capables d'élever encore notre niveau de jeu, notre niveau technique parce que cela va être un match compliqué et difficile.

    Vous êtes-vous chambrées avant ce match ?
    Non, pas chambrer, il y a trop de respect entre nous. Après le match, on pourra se chambrer, mais avant elle me connaît, si je ne dois pas lui faire de cadeaux, elle sait que je ne vais pas lui faire de cadeaux.

    Face à une équipe agressive comme celle du Pays de Galles, l'idée sera-t-elle de démarrer fort ou de faire le dos rond pour commencer ?
    On est à l'extérieur, mais dans nos habitudes, on a toujours attaqué nos matches fort. Extérieur ou domicile, ça ne change pas le plan de jeu. Maintenant forcément l'adversaire est chez elle, il faudra regarder les 15 premières minutes ce qu'elles proposent. Mais notre idée sera toujours d'aller de l'avant, de marquer le plus vite possible et prendre l'ascendant sur notre adversaire.

    "Alterner entre synthétique et herbe, pour le corps, cela n'est pas très bon"

    Marie-Antoinette Katoto est en pleine phase ascendante. Est-ce que vous vous attendiez-vous à cette évolution de sa part, même dans les grands rendez-vous ?

    Non, il fallait juste être patients avec elle. Marie, ça fait des années qu'elle montre ses qualités. Maintenant, c'est vrai que dès qu'un joueur ou une joueuse montre un peu ses qualités, on a tendance à vouloir tout, tout de suite, alors qu'il y a des étapes à passer. Aujourd'hui, elle s'est forgée, elle a progressé, elle continue de travailler. C'est tout naturellement qu'elle montre ses qualités, c'est une buteuse, c'est quelqu'un qui aime être dans la surface, marquer des buts. Elle est toujours bien servie. En tout cas, j'espère qu'elle marquera le plus possible chez les Bleues.

    Une chance de vous voir ensemble à Lyon l'an prochain ?
    Ce n'est pas le lieu, ni le moment (rires).

    Ces deux matches importants pour l’Équipe de France arrivent entre la Ligue des champions. Est-ce facile de changer de cap ?
    C'est facile, parce qu'on est sous le maillot bleu, on n'est pas en club. On doit être capable de faire la part des choses. En tout cas, on a nos objectifs en club, mais ici aussi on a des objectifs à atteindre. Cette qualification n'est pas encore acquise, il faudra faire un gros match demain (ndlr : vendredi) pour l'avoir. Après, on aura le temps de discuter. Mais à partir du moment où on enchaîne, il y a toujours de la fatigue surtout sur des terrains difficiles où tu alternes entre synthétique et herbe. Pour le corps, cela n'est pas très bon. Cela fait partie du haut niveau mais c'est à nous individuellement d'être sérieuses sur notre récupération.

    Y-a-t-il des craintes sur la pelouse ?
    Pour l'instant la pelouse a l'air plutôt pas mal. Maintenant on verra après l'entraînement. On a toujours des surprises quand on s'entraîne.

    Jeudi 7 Avril 2022
    Sylvain Jamet

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-W...eu_a17820.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Deux joueuses appelées pour pallier les forfaits

    Melvine Malard et Selma Bacha ont déclaré forfait pour le rassemblement des Bleues, qui a débuté ce lundi. Corinne Diacre a convoqué Ouleymata Sarr et Perle Morroni pour les remplacer.



    Touchée aux adducteurs ce dimanche à Guingamp, la Lyonnaise Melvine Malard est forfait tout comme sa partenaire Selma Bacha, blessée au quadriceps gauche. Présentes au rassemblement à Clairefontaine où le staff médical a pu évaluer leurs blessures, elles ont été remises à la disposition de leur club et Corinne Diacre a convoqué Perle Morroni (OL) et Ouleymata Sarr (Paris FC) pour les remplacer.

    L'Équipe de France jouera vendredi à Llanelli le pays de Galles puis recevra la Slovénie au Mans, mardi, dans le cadre des qualifications à la Coupe du monde 2023.

    Lundi 4 Avril 2022
    Sebastien Duret

    Melvine Malard et Selma Bacha ont déclaré forfait pour le rassemblement des Bleues, qui a débuté ce lundi. Corinne Diacre a convoqué Ouleymata Sarr et Perle Morroni pour les remplacer. Touchée aux adducteurs ce dimanche à Guingamp, la Lyonnaise Melvine Malard est forfait tout comme sa partenaire...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - La liste des 23 joueuses retenues : sans Kheira HAMRAOUI, avec Ella PALIS

    La sélectionneure nationale Corinne Diacre a communiqué ce jeudi 31 mars la listes des vingt-trois joueuses sélectionnées pour les matches au pays de Galles et contre la Slovénie.



    Après le Tournoi de France, les joueuses de l'Équipe de France Féminine reprennent la route des éliminatoires de la Coupe du Monde 2023 qui se jouera en Australie et en Nouvelle-Zélande.

    Deux rencontres sont au programme des Bleues, en tête de leur groupe : un déplacement au pays de Galles le vendredi 8 à Llanelli (20h45, sur W9), puis la réception de la Slovénie, le mardi 12 au MMArena du Mans (21h10, sur W9). L'occasion pour les Françaises d'assurer leur qualification à la prochaine Coupe du Monde.

    La liste communiquée est proche de celles du Tournoi de France. Avec 23 joueuses contre 25 précédemment, Julie Thibaud et Ouleymata Sarr en font les frais. Un autre changement aussi est au milieu de terrain puisque Kheira Hamraoui, touchée hier en Ligue des Champions, est absente. Cependant Corinne Diacre a précisé en conférence de presse : "Son absence n'est pas liée à cela. J'ai voulu revoir sur ce dernier rassemblement avec l'Euro, Ella Palis" dont les prestations en U23 en février dernier ainsi que le temps de jeu retrouver en club ont convainc la sélectionneure de lui donner une chance.

    Concernant Eugénie Le Sommer, blessée, Corinne Diacre a précisé que son absence était avant tout liée à sa blessure, et qu'elle pouvait toujours être appelée.



    Jeudi 31 Mars 2022
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-L...IS_a17802.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Carnet noir : L'AIMÉ de ces dames est parti

    Sélectionneur des Bleues pendant dix ans, Aimé Mignot avait permis de décrocher une première qualification au Championnat d'Europe. A 89 ans, il s'est éteint dans la nuit du 25 au 26 mars 2022 d'une péritonite.


    Aimé Mignot autour de "ses dames" (photo DR)



    Que ce soit en tant que joueur où il aura accompli une longue carrière professionnelle ou comme entraîneur avec notamment l'équipe de France féminine sous sa direction, Aimé Mignot aura été un passionné de football mais aussi passionnant. Des atouts qui ont permis au football féminin de structurer pour franchir un premier palier à la fin des années 80 puis durant dix saisons à la tête de l'équipe nationale.

    Après un parcours de joueur avec une carrière professionnelle entamée dans sa ville de naissance à Aix-en-Provence puis à Lyon comme défenseur et capitaine du club rhodanien, avec lequel il a disputé 425 matches de 1955 à 1966, Aimé Mignot s'était vu proposer d'entraîner au sein du club lyonnais.

    Dix ans à la tête des Bleues


    Aimé Mignot était apprécié de tous (photo DR)


    L'équipe réserve de l'OL puis l'équipe première à compter de 1968. Il décrochera une Coupe de France comme entraîneur en 1973, après celle comme joueur en 1964 et restera durant huit saisons à la tête de l'équipe, limogé en février 1976 avec l'arrivée d'Aimé Jacquet. Il passera ensuite trois saisons à Angers, puis deux à Alès. Sollicité pour devenir cadre technique dans la Ligue Rhône-Alpes, il entre en 1981, en étant CTD puis CTR.

    Mais Aimé Mignot s’est aussi passionné pour le football féminin. Alors que celui-ci peinait à se développer, il a insufflé un nouvel élan. A peine nommé sélectionneur national à la place de Francis-Pierre Coché, Aimé Mignot déclarait en 1987 : "Les filles sont la seule catégorie que je n'avais pas encore entraîné. J'ai pris ma tâche à cœur et j'espère que nous aurons des résultats car la progression du football féminin passe par là".

    Son expérience de joueur et son discours sera bénéfique aux joueuses et aux Bleues. Il va contribuer à resserrer l'élite nationale avec la création de la poule unique en 1992. Un travail de longue haleine aussi en sélection, épaulé par Élisabeth Loisel, nommée animatrice fédérale à la fin des années 80. Avec 82 matchs sous sa direction, la France va progresser et en 1996 un succès face à la Finlande ouvre enfin la porte d'une première phase finale européenne. La France échouera aux portes des demi-finales. Il passera ensuite le relais mais aura continuer à s'engager dans le football dans la Ligue Rhône-Alpes jusqu'à très récemment.

    Avec cette disparition, le football féminin perd l'une de ses figures emblématiques. Footofeminin.fr adresse ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.


    Aimé MIGNOT
    Né le 3 décembre 1932 à Aix-en-Provence
    Décédé le 26 mars 2022

    Parcours joueur
    AS Aix (1947-1955), O. Lyonnais (1955-1966)

    Parcours entraîneur
    O. Lyonnais, réserve (1966-1968), O. Lyonnais (1968-1976), SCO Angers (1976-1979), O. Alès (1979-1981), Conseiller technique départemental puis régional, Ligue Rhône-Alpes (1981-1987), sélectionneur équipe de France féminines (1987-1997)

    Premier match en tant que sélectionneur
    24/10/1987 Belgique - France : 0-2
    Dernier match
    05/07/1997 Suède - France : 3-0

    Bilan
    82 matchs, 37 victoires, 17 nuls, 28 défaites
    1 phase finale du Championnat d'Europe féminin en 1997

    70 joueuses ont connu leur première sélection sous Aimé Mignot (dont Sandrine Soubeyrand, Corinne Diacre, Stéphanie Mugneret, Marinette Pichon...)

    Samedi 26 Mars 2022
    Sebastien Duret

    Sélectionneur des Bleues pendant dix ans, Aimé Mignot avait permis de décrocher une première qualification au Championnat d'Europe. A 89 ans, il s'est éteint dans la nuit du 25 au 26 mars 2022 d'une péritonite. Que ce soit en tant que joueur où il aura accompli une longue carrière professionnelle...

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X