Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Équipe de France A, campagne 2019-2021

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Gaëtane THINEY : "Diacre doit "s'inspirer" de Deschamps, qui "fédère""

    Dans un entretien réalisé pour l'AFP, Gaëtane Thiney invite la sélectionneuse de l'équipe de France féminine à "moderniser" son management et à "s'inspirer" de Didier Deschamps, un technicien qui "protège ses joueurs, les aime, les fédère".


    Photo Frédérique Grando


    Q : Qu'est-ce qui vous pousse à prendre la parole, huit mois après l'élimination en quart de finale du Mondial-2019 contre les États-Unis (2-1) ?

    R : "Cette Coupe du monde a été une déception. On a envie de gagner des titres et de répondre présentes dans les rendez-vous, et aujourd'hui ce n'est pas le cas. Pour les joueuses c'est une grosse frustration puisqu'il y a une grande remise en question quotidienne. A chaque fois on échoue et on a l'impression que l'approche reste la même."

    Q : Est-ce que le problème vient de la sélectionneuse Corinne Diacre ?
    R : "Je ne suis pas là pour me battre contre qui que ce soit. La faute est surtout partagée. Ca fait huit ans qu'on n'a pas été en demi-finale d'une grande compétition. On a la chance d'avoir une Fédération avec une vraie volonté politique, des moyens financiers pour qu'on réussisse et ça ne marche pas. Il faut surtout moderniser l'approche, être plus visionnaire et encore plus impliqué dans la haute performance qui repose sur trois piliers: manager les personnalités, développer le leadership et se rendre compte que les joueuses sont dépositaires d'un savoir primordial pour la performance."

    Q : Ce n'est pas le cas actuellement ?
    R : "Quand on dit qu'on est à un but des États-Unis, ce n'est pas vrai, on est à des années d'elles. La performance repose sur des principes de respect, de +bien jouer+ ensemble, de bien-être ensemble, sur lesquels on doit progresser à tout prix. Il faut co-construire un projet en responsabilisant les joueuses. Quand on entre sur le terrain, on doit être galvanisées, avoir un groupe qui se développe, prend en maturité. Aujourd'hui, les joueuses ne s'expriment pas à la hauteur de leur potentiel."

    "Les joueuses ne s'expriment pas à la hauteur de leur potentiel"

    Q : Parce qu'elles sont freinées dans leur expression ?

    R : "La Coupe du monde, pour nous, c'est du gâchis. On n'a pas réussi à exprimer le potentiel qu'on avait et, au-delà, à le valoriser par l'énergie donnée par le public. C'est une vraie frustration. Je suis conseillère technique à la Fédération, joueuse de l'équipe de France, mon devoir c'est de faire ce qu'il y a de mieux pour l'équipe. (...) Il faut que tout le monde se remette en question. Mais l'encadrement ne peut pas faire supporter aux joueuses ce qu'on a oublié de faire ensemble."

    Q : Vos propos semblent cibler clairement le staff actuel...
    R : "C'est difficile de faire cette interview, la limite entre détruire et construire est très fragile. Et ma volonté est réelle de construire. Je ne peux pas léguer à la nouvelle génération un système, une approche, sans dire qu'il faut la moderniser. C'est mon devoir. On a la chance d'être dans une Fédération qui réussit avec les garçons. Didier Deschamps est surtout un meneur d'hommes qui sait manager des personnalités, développer du leadership. Évidemment des fois il doit y avoir des couacs, mais on doit s'inspirer de sa communication, de son management."

    Q : Le sélectionneur des Bleus est-il l'antithèse de Diacre ?
    R : "Ce qui est sûr, c'est qu'il protège ses joueurs, il les aime, il les emmène, il les fédère. Corinne Diacre ou d'autres - mon discours n'est pas anti-Corinne Diacre, je vois au-delà - doivent s'inspirer de cela. En tout cas, le football féminin a besoin d'avancer sur ces points-là, sinon on ne réussira jamais."

    "Ça fait quatre ans que je ne m'exprime pas et j'en souffre"

    Q : Êtes-vous consciente que cet entretien met en danger votre avenir en sélection ?

    R : "Oui, j'ai mesuré les risques mais dans la vie il faut en prendre, être engagée. On peut toutes faire de la langue de bois, mais ça n'avancera pas. Pourquoi je le fais médiatiquement ? Parce qu'on est souvent plus écoutées. Ça fait quatre ans que je ne m'exprime pas et j'en souffre."

    Q : Êtes-vous préparée à d'éventuelles réactions hostiles dans la presse ou les réseaux sociaux ?
    R : "En même temps, quelles conséquences ça peut avoir d'exprimer mon amour pour l'équipe et de dire que j'aimerais juste qu'on gagne, qu'on soit encore meilleures ? Qu'on doive s'appuyer sur les méthodes utilisées chez les garçons, avec une Fédération mêlant volonté politique et moyens financiers pour qu'on réussisse ? Je ne dis pas grand-chose de mal."

    Propos recueillis par Jérémy TALBOT (source AFP.fr)

    Samedi 15 Février 2020
    Source AFP

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-G...re_a16488.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Eric BLAHIC remplace Philippe JOLY

    Philippe Joly intègre la DTN comme formateur et c'est Eric Blahic qui le remplace au poste d'adjoint de Corinne Diacre.

    photo FFF.fr
    photo FFF.fr



    Le technicien Éric Blahic (54 ans) rejoint le staff de l’Équipe de France féminine dirigée par Corinne Diacre et occupe désormais le poste d’entraîneur-adjoint. L’ex-adjoint de Francis Smerecki, Guy Lacombe, Victor Zvunka et Jocelyn Gourvennec, qui a exercé à l’En Avant Guingamp, au FC Sochaux-Montbéliard, au Paris Saint-Germain et aux Girondins de Bordeaux, a signé un contrat d’un an et demi, jusqu’en juillet 2021.

    Corinne Diacre et son staff préparent le prochain rassemblement des Bleues qui vont disputer le Tournoi de France, à Valenciennes et Calais, du 4 au 10 mars, avec le Brésil, le Canada, la France et les Pays-Bas.

    Réaction d'Éric Blahic sur fff.fr
    "Je suis enchanté de rejoindre la Fédération Française de Football. C’est un honneur pour moi d’intégrer l’Équipe de France Féminine en tant qu’adjoint de Corinne. À titre personnel, il s’agit d’une nouvelle aventure dans un football féminin en plein développement. C’est un challenge passionnant et exaltant."

    Jeudi 30 Janvier 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-E...LY_a16460.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Corinne DIACRE : "On a eu une franche discussion"

    Interrogée par Ludovic Deroin sur Canal + Sport à la mi-temps de la rencontre Bordeaux - Lyon, la sélectionneuse Corinne Diacre a confirmé l'entretien avec Wendie Renard.

    (capture écran Canal+ Sport)
    (capture écran Canal+ Sport)



    "On s'est vu au siège de la FFF cette semaine (ndlr : mardi 14 janvier). On a eu une franche discussion. On s'est dit les choses, c'est une bonne chose. Maintenant, le sujet est clos. L'idée est de regarder maintenant vers l'avant, de continuer à travailler et de faire que cette Équipe de France soit performante. Il faut continuer à l'aller de l'avant". Des propos qui corroborent l'info révélée mardi dernier par RMC Sport.

    En mars, la France disputera le premier Tournoi de France avec des confrontations face au Canada, au Brésil et aux Pays-Bas. Une rendez-vous préparatoire et non décisif pour Diacre : "On a trois gros matchs pour préparer les quatre matchs de qualification en avril et en juin et surtout les deux matchs face à l'Autriche". La première place devrait en effet se soit face au demi-finaliste de l'Euro 2017. "Il faut continuer à gagner de la confiance, continuer à bien jouer" a ajouté la sélectionneuse.

    Dimanche 19 Janvier 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-C...on_a16437.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Un début d'année mouvementé

    Selon des informations publiées ce mardi par RMC Sport, une réunion a été organisée à la FFF ce 14 janvier entre Corinne Diacre, Wendie Renard et le Président de la FFF. De plus, l'adjoint Philippe Joly a d'un commun accord quitté son poste et sera réaffecté au sein de la DTN où il reste salarié.





    L'adjoint de Corinne Diacre, Philippe Joly (44 ans) qui avait intégré le staff des Bleues pour la seconde fois de sa carrière après un précédent passage alors sous la direction de Bruno Bini alors en charge des gardiennes, ne poursuivra pas l'aventure avec les Bleues. Un départ qu'il souhaitait depuis la dernière Coupe du Monde selon RMC Sport et qui s'est décidé d'un commun accord. Arrivé en 2017, l'ancien DTR de la Ligue de Bourgogne-Franche-Comté va intégrer la Direction Technique Nationale. L'ancien adjoint de Jocelyn Gourvennec à Guingamp et Bordeaux, Éric Blahic (54 ans), est pressenti pour lui succéder selon l'Equipe.

    Une réunion de conciliation entre Wendie Renard et Corinne Diacre

    Ce mardi s'est tenu à la FFF une réunion de conciliation entre la sélectionneure Corinne Diacre d'un côté et Wendie Renard accompagnée de son conseiller de l'autre, rapporte également RMC Sport. Une relation conflictuelle accentuée le mois dernier lors de la sortie du livre de la capitaine de l'OL "Mon étoile" chez Talent Editions et les déclarations dans les médias notamment sur le retrait du brassard avec les Bleues.

    Selon les informations de RMC Sport relayées par Anthony Rech et Jano Resseguié, les débats ont été à "bâtons rompus" avant de s'apaiser avec comme médiateur le Président de la FFF Noël Le Graët. En l'absence de rendez-vous international en ce mois de janvier, c'est début mars lors du tournoi international organisé à Valenciennes et Calais face au Brésil, au Canada et aux Pays-Bas que les Bleues retrouveront les pelouses et l'intérêt suprême de la sélection à défendre comme le déclarait Wendie Renard : "J'aime ce pays, j'aime ce maillot. Je l'ai toujours défendu et je continuerai à le faire si j'ai le niveau".

    Dans son parcours de qualification à l'Euro 2021, prochaine échéance majeure après la non qualification aux JO 2020 au Japon, les Bleues disputeront quatre matchs qualificatifs d'ici la fin de saison. Il sera alors temps de faire un nouveau point sportif et extrasportif.


    Le programme 2020

    Tournoi de France

    4 mars : France - Canada, à Calais (17h00)
    7 mars : France - Brésil, à Valenciennes (21h00)
    10 mars : France - Pays-Bas, à Valenciennes (21h00)

    Qualifications Euro 2021
    10 avril : France - Macédoine du Nord
    14 avril : Autriche - France
    5 juin : France - Autriche
    9 juin : France - Kazakhstan
    18 septembre : Serbie - France
    22 septembre : Macédoine - France

    Mardi 14 Janvier 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-U...te_a16423.html

    Laisser un commentaire:


  • ALEXOLMAPASS
    a répondu
    Une réunion de conciliation avec Wendie Renard et Noël Le Graët

    Début décembre, Wendie Renard, défenseure de l’équipe de France, a sorti son autobiographie "Mon étoile". Livre dans lequel la joueuse de l’Olympique lyonnais revient notamment sur le retrait du brassard de capitaine par Corinne Diacre à son arrivée à la tête des Bleues à l’automne 2017 (ndlr: Renard avait été capitaine de 2013 à 2017) et sur leur relation humaine compliquée. Un ouvrage qui n’a pas été très bien reçu par la sélectionneure.

    Après ce nouvel épisode de la relation conflictuelle entre les deux protagonistes des Bleues, le président de la FFF, Noël Le Graêt, attaché à l’équipe de France féminine et à l’historique de Wendie Renard chez les Bleues, a convoqué une réunion de conciliation ce mardi 14 janvier au siège de la FFF. D’un côté de la table, Corinne Diacre, de l’autre Wendie Renard et son conseiller. Avec en médiateur, le président de la FFF.

    Selon nos informations, pendant près d’une heure, les deux femmes ont d’abord eu une discussion à bâtons rompus, parfois tendue, où chacune est restée sur ses positions, mais qui a fini par s’apaiser. Noël Le Graët leur a demandé de faire en sorte de "travailler ensemble pour le bien et l’avenir de l’équipe de France, sans pour autant être amies".

    source rmc sport

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - La FFF dévoile le programme du premier tournoi de France

    Comme nous l'avions révélé il y a un mois, la FFF organisera le premier tournoi de France du 4 au 10 mars 2020 à Calais et Valenciennes avec le Brésil, le Canada et les Pays-Bas.





    La Fédération Française de Football, à l’initiative de son président Noël Le Graët, a décidé de créer un nouveau tournoi international féminin dont la première édition se déroulera du mercredi 4 au mardi 10 mars 2020. Baptisée "Tournoi de France", la première édition réunira quatre des meilleures équipes du monde, avec les Pays-Bas, champions d’Europe en titre et vice-champions du monde (3ès au classement FIFA), le Canada (8e) et le Brésil (9e). Pour l’Équipe de France Féminine (4e), dirigée par Corinne Diacre, ce tournoi constituera le premier rendez-vous sur le calendrier de l’année 2020.

    Pour cette première édition, le Comité exécutif de la Fédération du 14 novembre dernier a choisi la Ligue des Hauts-de-France comme territoire. Les six matches se dérouleront sur deux sites, à Calais, au stade de l’Epopée, et à Valenciennes, au stade du Hainaut. Cette nouvelle compétition organisée par la FFF est destinée à se pérenniser et se déroulera chaque saison. Au fur et à mesure des éditions, d’autres territoires et sites de compétition seront désignés. Après le succès de la Coupe du monde Féminine de la FIFA, France 2019, ce nouveau tournoi international s’inscrit dans la continuité du plan de développement du football féminin mis en œuvre par la FFF depuis la saison 2011-2012.

    L’ouverture de la billetterie pour le grand public est prévue le jeudi 16 janvier. La politique tarifaire volontariste de la FFF favorisera un accès au plus grand nombre avec des places à partir de 5 euros.

    Les rencontres de l’Équipe de France seront retransmises par W9, diffuseur officiel de l’Équipe de France. Les autres rencontres seront diffusées sur 6play, plateforme digitale du groupe M6.

    Plusieurs animations autour de l'événement

    Plusieurs événements seront organisés autour de ce premier tournoi. Mercredi dernier lors du tirage au sort de la Coupe de France féminine, le Président de la LFA Marc Debarbat annonçait que ce tournoi serait aussi l'occasion de fêter les 50 ans de la reconnaissance par la FFF du football féminin en France. Des actions avec le club des 100 dirigeantes, anciennes internationales... devraient animer cette semaine de tournoi.


    Le programme du Tournoi de France

    Mercredi 4 mars 2020 :

    - France-Canada (Calais, 17h00)
    - Pays-Bas-Brésil (Valenciennes, 19h00)

    Samedi 7 mars 2020 :
    - Canada-Pays-Bas (19h00, Calais)
    - France-Brésil (Valenciennes, 21h00)

    Mardi 10 mars 2020 :
    - Brésil-Canada (Calais, 19h00)
    - France-Pays-Bas (Valenciennes, 21h00)

    Samedi 21 Décembre 2019
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-L...ce_a16402.html

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    Pinoe ne doit pas regarder souvent jouer l'OL parce que ce qu'elle dit sur le positionnement d'ELS à gauche avec Majri qui joue derrière s'applique sur x matchs de l'OL ces dernières années, notamment avec Pedros qui jouait ainsi sur pas mal de gros matchs. Et on verra si on ne retrouve pas ce schéma au printemps prochain avec Vasseur.
    Si tu veux mettre Majri à gauche, il faut une arrière gauche qui tient la route défensivement et c'est là que ça se complique.....parce que Karchaoui comme Bacha sont des latérales plus performantes pour venir soutenir les attaques que pour defendre dur.

    Laisser un commentaire:


  • ALEXOLMAPASS
    a répondu
    Envoyé par Rem56 Voir le message

    6ème du Ballon d'Or hier soir, plutôt pas mal pour une joueuse qui n'a visiblement pas le niveau international

    J'ai un peu le même sentiment que Wendie dans l'article de L'Equipe, content quand elle était arrivée mais j'ai plutôt mis un peu plus de temps à déchanter... cette histoire du "Brassardgate" je l'ai minimisée au départ, mais quand plusieurs choses s'accumulent ensuite avec une absence d'identité de jeu totale et un jeu maussade pendant les 2 ans de préparation à la CDM, des multiples choix de joueuses douteux qui n'ont absolument pas (ou plus) le niveau international ou écartées car elles sentent probablement mauvais du derrière ou de la bouche, un échec visible à des milliers de kilomètres cet été à la CDM qu'elle n'a pas assumé et préféré mettre sur le dos de certaines cadres lyonnaises (comme par hasard)... ça fait beaucoup dans son dossier à la Diacre

    La seule chose qu'on ne peut pas lui imputer, c'est l'absence partielle de talents et de grandes joueuses en sélection depuis la retraite progressive de la "génération dorée", on est avec des joueuses de niveau correct mais sans plus avec une épine dorsale qui tire le reste vers le haut (Renard, Henry, ELS, Majri).

    Encore une fois, on ira droit dans le mur dans 1 an et demi à l'Euro... et la Fédé est bien évidemment complice absolu de ce saccage, comme elle le fait depuis des années
    je prendrais le temps de te donner une partie des explications concernant le pourquoi du comment de l attitude de MEDIACRE envers WENDY et plus généralement envers l OL et JMA. cela date de son passé de joueuses quant l OL a émergé
    c est assez savoureux de voir que c est elle qui a été choisi alors que tous savaient ce qu elle pensait du foot pro féminin et de l OL et par qui elle a été choisi. cela révèle beaucoups de choses sur ce qui se passe a la Fédération sur les féminines et de la mentalité des personne en places

    Laisser un commentaire:


  • ALEXOLMAPASS
    a répondu
    MEGAN en 6 phrases a remis MEDIACRE a la place qui lui revient ........aux oubliettes

    Laisser un commentaire:


  • ALEXOLMAPASS
    a répondu
    Megan Rapinoe, Ballon d'Or féminin France Football : « Les Françaises ont peut-être besoin de se détendre »



    Megan Rapinoe après la victoire des États-Unis en finale de la Coupe du monde. (A. Martin/L'Équipe) Megan Rapinoe, élue Ballon d'Or lundi soir, a livré son avis sur l'équipe de France. L'Américaine n'est pas tendre avec la sélectionneuse des Bleues.

    Sy. D.mis à jour le 3 décembre 2019 à 16h53
    partager


    Deuxième Ballon d'Or féminin de l'histoire après la Norvégienne Ada Hegerberg, l'Américaine Megan Rapinoe a accordé une interview à France Football à la hauteur de sa réputation : sans concession, ni langue de bois. La championne du monde a été interrogée sur l'équipe de France, éliminée par les Etats-Unis en quarts de finale du Mondial (2-1). « Vu leur talent, les Françaises voleraient sur le terrain, estime Rapinoe. Mais elles ont tellement peur de perdre qu'elles ne s'autorisent pas à gagner. Relax, les filles ! Les Françaises ont peut-être besoin de se détendre ou d'être dirigées par un(e) coach plus débridé(e). »

    publicité

    lire aussi

    Wendie Renard épingle Corinne Diacre dans son autobiographie

    « Je n'ai pas compris le système tactique de l'équipe de France face à nous »

    Megan Rapinoe, Ballon d'Or féminin



    Si elle ne la cite pas nommément, Rapinoe n'est pas tendre avec Corinne Diacre, la sélectionneuse de l'équipe de France, dont elle critique les choix tactiques. « Je ne comprends toujours pas pourquoi Eugénie (Le Sommer) a évolué côté gauche lors de la Coupe du monde, s'étonne-t-elle. Elle devait être positionnée plein axe car elle est tellement créative. Ce qui aurait libéré la place pour Amel (Majri), qui rongeait son frein comme arrière gauche. Je n'ai pas compris le système tactique de l'équipe de France face à nous en quarts de finale. Mais je suis reconnaissante à la personne qui l'a mis en place. »



    Retrouvez l'intégralité de l'interview de Megan Rapinoe ce mercredi dans France Football.

    publié le 3 décembre 2019 à 16h25mis à jour le 3 décembre 2019 à 16h53

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Envoyé par ALEXOLMAPASS Voir le message
    MEDIACRE a plus besoin de WENDY que du contraire. meme si WENDY a eu qq faiblesse. , en France elle est de loin la meilleur a son poste
    de plus quant on sait et apprends pourquoi et de quant date les ressentiments complètements débiles de cette petite sélectionneuse contre l OL et le monde pro , on comprends qu il y a pire que Bini comme sélectionneur , ce que je ne pensait pas possible
    d'un autre coté MEDIACRE etait son ancienne adjointe et surtout proche de FFF. ceci peut expliquer cela
    6ème du Ballon d'Or hier soir, plutôt pas mal pour une joueuse qui n'a visiblement pas le niveau international

    J'ai un peu le même sentiment que Wendie dans l'article de L'Equipe, content quand elle était arrivée mais j'ai plutôt mis un peu plus de temps à déchanter... cette histoire du "Brassardgate" je l'ai minimisée au départ, mais quand plusieurs choses s'accumulent ensuite avec une absence d'identité de jeu totale et un jeu maussade pendant les 2 ans de préparation à la CDM, des multiples choix de joueuses douteux qui n'ont absolument pas (ou plus) le niveau international ou écartées car elles sentent probablement mauvais du derrière ou de la bouche, un échec visible à des milliers de kilomètres cet été à la CDM qu'elle n'a pas assumé et préféré mettre sur le dos de certaines cadres lyonnaises (comme par hasard)... ça fait beaucoup dans son dossier à la Diacre

    La seule chose qu'on ne peut pas lui imputer, c'est l'absence partielle de talents et de grandes joueuses en sélection depuis la retraite progressive de la "génération dorée", on est avec des joueuses de niveau correct mais sans plus avec une épine dorsale qui tire le reste vers le haut (Renard, Henry, ELS, Majri).

    Encore une fois, on ira droit dans le mur dans 1 an et demi à l'Euro... et la Fédé est bien évidemment complice absolu de ce saccage, comme elle le fait depuis des années

    Laisser un commentaire:


  • Lolo52
    a répondu
    J'assume mon parti pris.....Mon équipe de France à moi "type" serait la suivante :
    Sarah
    Aurélie K - Wendie - Griedge- Selma
    Kheira H - Amandine - Kenza D
    Delphine - Eugénie - Amel
    Je sais , que des Fenottes ou ex-Fenottes, je vous ai dit j'assume ....

    Laisser un commentaire:


  • Lolo52
    a répondu
    A quand une "ligue fermée" et la fin des équipes nationales ?!....Cette question peut paraître "abrupte" ...J'avoue, mais si les coachs embauchés par la 3F , et les équipes nationales "cassent" "mentalement et/ou physiquement" les joueuses et les joueurs, le jour où les Présidentes et Présidents de Club vont interdire à leurs "joueuses et joueurs salariés" d'aller en équipe nationale approche à grands pas.....Et il ne faudra pas les en blâmer......Et n'en déplaise à certaines et certains, le niveau de la Coupe d'Europe (Féminines et masculines) est bien supérieur à toutes équipes nationales, "nos Fenottes " ne craignent aucune équipe nationale féminine , de même Liverpool et autre Barcelone ne craignent aucune équipe nationale pour les "mecs".....Qu'une sélectionneuse pense le contraire m'interpelle vraiment......Bon, ce n'est que ma pensée que je partage déjà avec moi-même, mais je ne pense pas être le seul....
    Dernière modification par Lolo52, 02/12/2019, 16h59.

    Laisser un commentaire:


  • ALEXOLMAPASS
    a répondu
    Envoyé par Izihood69 Voir le message
    wendie renard a peut etre fait une benzema dans ses declas sur diacre.
    pas sur que l'ex joueuse de soyaux la selectionne derriere
    MEDIACRE a plus besoin de WENDY que du contraire. meme si WENDY a eu qq faiblesse. , en France elle est de loin la meilleur a son poste
    de plus quant on sait et apprends pourquoi et de quant date les ressentiments complètements débiles de cette petite sélectionneuse contre l OL et le monde pro , on comprends qu il y a pire que Bini comme sélectionneur , ce que je ne pensait pas possible
    d'un autre coté MEDIACRE etait son ancienne adjointe et surtout proche de FFF. ceci peut expliquer cela

    Laisser un commentaire:


  • Izihood69
    a répondu
    wendie renard a peut etre fait une benzema dans ses declas sur diacre.
    pas sur que l'ex joueuse de soyaux la selectionne derriere

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Corinne DIACRE : « On s'est facilité la tâche »

    Retrouvez les déclarations de Corinne Diacre en conférence de presse à l'issue de la victoire tricolore (6-0)




    Le match

    On savoure ces trois points, c'était l'essentiel. Après plus tôt on marque, mieux c'est, on l'a encore vu aujourd'hui. On s'est facilité la tâche en menant 2-0 rapidement mais heureusement parce qu'il y avait une belle équipe serbe. Et à 2-0, ca aurait pu faire 2-1 mais on a de la chance, cela fait 3-0 à la mi-temps. Franchement, une belle équipe serbe en face et heureusement que l'on a fait le boulot dans le premier quart d'heure. Si on veut être perfectionniste, ce léger moment flottement me dérange évidemment. Après j'ai été joueuse aussi et à un moment donné, je sais très bien que l'on peut avoir un relâchement. On a essayé de rectifier cela à la pause.
    On a fait une deuxième période même s'il y a eu quelques moments de flottement. Mais on a marqué ce quatrième but rapidement. Après c'est si l'on veut aller chercher la petite bête. A 6-0, on est satisfaite ce soir.

    "Un match parfait (de Majri) avec trois réalisations"

    La prestation de Majri à ce poste plus haut

    Avec un triplé, on ne peut pas dire le contraire, maintenant cela aurait pu être Eugénie à cette place-là ce soir aussi, elle aurait certainement battu le record ce soir. J'ai une petite pensée pour elle. Maintenant Amel fait le travail, elle était très bien placée, à la réception des deux ballons de Cascarino.
    (...) Amel avait le souhait de jouer plus haut, c'est ce que j'ai mis en place ce soir. Maintenant, il faut trouver des automatismes. A Lyon, elle va certainement jouer à d'autres postes. On l'a vu jouer dans l'axe, milieu défensive. Il faut trouver les bons compromis pour cette Equipe de France. Maintenant ce soir elle a fait un match parfait avec trois réalisations de bonne facture. On va se laisser un peu temps.

    La sortie de Gauvin, l'entrée de Katoto
    C'était un choix de ma part. Sa première mi-temps ne m'a pas donné satisfaction donc j'ai voulu apporter un peu de sang frais avec la rentrée Katoto. Les entrantes ont bien fait le travail et deux sur trois ont réussi à marquer. Thiney n'était pas loin aussi.
    Marie-Antoinette a fait un bon début de deuxième période, après c'était un peu plus difficile. Mais très sincèrement dans l'ensemble que ce soit Maire-Antoinette ou les autres joueuses, tout le monde a tenu son rang ce soir.

    La prestation de Geyoro avec un "6" et deux "8"
    Ce soir, elle a fait un meilleur match que ses précédents mais je pense qu'elle peut encore faire mieux. Elle a une marge de progression qui est tellement grande. A chaque sortie, elle est un peu mieux, j'espère que cela va continuer. Je pense qu'elle peut nous apporter plus, un petit peu plus haut. Ce n'est pas qu'elle ne peut pas jouer milieu défensive mais avec les qualités qu'elle a, je pense qu'elle peut nous servir en étant positionnée plus haut. Elle a fait en tout cas un match bien meilleur que les précédents.

    Une soirée parfaite ?
    Une soirée presque parfaite. Il nous a manqué quelques temps. Si on veut pousser le bouchon un peu plus loin. Si on avait mis plus de buts... mais le job a été fait aussi. On a six points en deux matchs, on va pouvoir passer l'hiver au chaud et puis se retrouver fin février pour un tournoi.

    Bilan de 2019
    Sur l'ensemble, on a deux défaites en 2019. Une première contre l'Allemagne qui nous a servie malgré tout à préparer la Coupe du Monde. Malheureusement je ne peux pas oublier la défaite contre les États-Unis. Elle est là, ancrée, difficile, elle nous barre la route des demi-finales de la Coupe du Monde. Maintenant on a su très bien réagir, quatre matchs, quatre victoires et on entame très bien ses qualifications. C'est notre objectif aujourd'hui. On laisse le passé derrière nous, on se sert de nos erreurs, et on continue à avancer.

    Dimanche 10 Novembre 2019
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-C...he_a16324.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Amel MAJRIque face à la SERBIE (6-0)

    Il n'y aura pas eu de round d'observation pour ce cinquième France - Serbie de l'histoire. Les Tricolores se sont vite mises à l'abri grâce au doublé express de Majri qui s'est même offert un troisième but et une passe décisive.

    Amel Majri compte désormais huit buts en A (4 du droit, 3 du gauche et un de la tête)
    Amel Majri compte désormais huit buts en A (4 du droit, 3 du gauche et un de la tête)



    Dans l'écrin bordelais où la France évoluait pour la première fois, Corinne Diacre alignait une équipe assez prévisible par rapport aux absences d'Henry, Le Sommer ou encore Diani avec Dali titulaire comme face à l'Islande il y a un mois. Son premier coup franc ne donnait rien contré par le mur (2e). C'est le duo Cascarino - Majri qui faisaient des étincelles au grand dam de la latérale gauche serbe Ilić. Deux débordements dans le couloir, deux centres et à l'arrivée Majri qui alternait reprise du droit à 6 m (1-0, 7') puis pointu du gauche à 11 m (2-0, 12'), portant ainsi son total à 7 buts en A.

    Geyoro trouve la lucarne

    Cascarino a fait passer une mauvaise soirée à Ilic (photo FFF.fr)
    Cascarino a fait passer une mauvaise soirée à Ilic (photo FFF.fr)


    Autre joueuse en réussite, Geyoro qui avait percuté une première fois pour obliger la gardienne à concéder un corner (3e), était en pleine réussite sur le troisième but. Un centre de Torrent renvoyé par la capitaine serbe sur elle et sa tentative de volée du droit venait nettoyer la lucarne de Kostić (3-0, 31').

    Juste avant ce but, la Serbie arrivait à cadrer à deux reprises sur deux actions individuelles. Celle menée par Stanković se concluait par une frappe en bout de course (27e), la seconde après une remontée de balle de plus de 60 m de Mijatović pour servir à gauche Čanković qui tentait de piquer son ballon face à Bouhaddi bien sortie (29e).

    Katoto remplace Gauvin et marque

    Geyoro auteure du troisième but
    Geyoro auteure du troisième but


    Trouvée aussi à plusieurs reprises, Gauvin à la pointe de l'attaque ne connaissait pas le même réalisme que ses partenaires (5e, 25e, 43e) et à la pause, elle devait céder sa place à Katoto. La Parisienne après deux premiers ballons pour se chauffer (50e) se montrait plus efficace deux minutes après. Sur un coup franc de Majri, elle marquait de la tête en deux temps au premier poteau (4-0, 52').

    Moins emballantes dans le jeu, les Tricolores commettaient quelques erreurs défensives et Bouhaddi aurait même pu concéder un but sur une frappe de 20 m de Stefanovic qui lui glissait sous le ventre avant de passer juste à côté de son montant gauche (54e).

    Asseyi finit le travail

    Le dernier mot de la soirée revenait à Majri. Entrée en jeu à la place de Dali une minute auparavant, Thiney centrait pour la reprise de Majri qui plaçait son troisième but, le second du pied droit de cette soirée Majrique pour la n°10 qui porte bien son numéro (5-0, 63'). Cependant la partie se terminait sur une touche bordelaise. Asseyi était à l'affût d'un coup franc joué à deux entre Majri et Mbock pour conclure du gauche (6-0, 90+3').

    Avec cette victoire, la France prend la deuxième place du groupe derrière l'Autriche qui compte trois points et un match de plus avant de pouvoir poursuivre la pression en cas de victoire sur le Kazakhstan mardi prochain. Pour les Bleues, le retour aux éliminatoires aura lieu le 10 avril avec la réception de la Macédoine du Nord. D'ici-là, les Bleues disputeront un tournoi en France en mars prochain.


    Championnat d'Europe féminin de l'UEFA 2021 - Qualifications - Groupe G
    Samedi 9 novembre 2019
    - 21h00
    FRANCE - SERBIE : 6-0 (3-0)
    Bordeaux (Matmut Atlantique)
    Temps humide (10°C) - Terrain souple
    Spectateurs : 21 211
    Arbitres : Marta Huerta De Aza (Espagne) assistée de Andrada Aloman (Espagne) et Eliana Fernández González (Espagne). 4e arbitre : Arantza Gallastegui Pérez (Espagne)

    Buts :
    1-0 Amel MAJRI 7'
    (Bilbault lance sur le couloir droit cascarino qui déborde et centre au cordeau pour Majri qui place une reprise du droit à 6 m à ras de terre)
    2-0 Amel MAJRI 12' (Dali lance Cascarino sur la droite qui entre dans la défense, fixe son adversaire et sert au point de penalty Majri qui conclut d'un pointu du gauche)
    3-0 Grace GEYORO 31' (Centre de Torrent depuis le couloir droit qui arrive dans l'axe sur Slović qui renvoie de la tête sur le même côté sur Geyoro à l'entrée de la surface qui place une volée du droit dans la lucarne gauche de la gardienne, le ballon heurte le poteau avant d'entrer)
    4-0 Marie-Antoinette KATOTO 52' (Coup franc côté droit à 25 m tiré rentrant par Majri qui trouve la tête au premier poteau à 5 m de Katoto, la gardienne repousse le ballon sur l'attaquante qui place une deuxième tête victorieuse)
    5-0 Amel MAJRI 63' (Torrent trouve Thiney en profondeur à droite qui centre en retrait sur Majri plein axe à 10 m qui place une reprise du droit sur la droite de la gardienne)
    6-0 Viviane ASSEYI 90+3' (Coup franc à 22 m décalé à gauche. Majri glisse sur Mbock qui place une frappe du droit repoussée par la gardienne, Asseyi arrive aux 5,5m et ajuste du plat du pied gauche)

    Avertissements : Charlotte Bilbault 57' pour la France ; Milica Mijatović 32', Jelena Čanković 51' pour la Serbie

    France : 16-Sarah Bouhaddi ; 4-Marion Torrent (cap.), 19-Griedge Mbock Bathy Nka, 3-Wendie Renard, 7-Sakina Karchaoui ; 8-Grace Geyoro, 14-Charlotte Bilbault (18-Viviane Asseyi 69'), 15-Kenza Dali (17-Gaëtane Thiney 62') ; 20-Delphine Cascarino, 13-Valérie Gauvin (12-Marie-Antoinette Katoto 46'), 10-Amel Majri. Entr.: Corinne Diacre
    Non utilisées : 1-Laëtitia Philippe, 21-Pauline Peyraud-Magnin, 2-Eve Périsset, 5-Aïssatou Tounkara, 6-Léa Khelifi, 11-Louise Fleury, 22-Elisa De Almeida, 23-Perle Morroni
    Serbie : 1-Milica Kostić ; 17-Allegra Poljak, 5-Violeta Slović (cap.), 6-Nevena Damjanović, 4-Marija Ilić (18-Biljana Bradić 69') ; 3-Dejana Stefanović ; 22-Milika Stanković (19-Marija Vuković 46'), 8-Dina Blagojević, 7-Milica Mijatović, 9-Marija Radojičić ; 10-Jelena Čanković (20-Tijana Filipović 81'). Entr.: Predrag Grozdanovic
    Non utilisées : 12-Sara Cetinja, 2-Jovana Miladinović, 11-Jelena Čubrilo, 13-Jovana Stojanović, 14-Isidora Vučković, 15-Tijana Janković, 16-Vajda Oršoja, 21-Tijana Matić

    Dimanche 10 Novembre 2019
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-A...-0_a16323.html

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Asseyi qui reprends le ballon repoussé par la gardienne sur un CF joué a 2 decalé par Amel pour Griedge. Et c’est fini.

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Triplé d’Amel sur un centre de Thiney juste entrée en jeu.

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Katoto en 2 temps sur un CF de Amel met le 4eme (3eme par Geyoro) en début de 2eme période (entrée a la place de Gauvin)

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Deja 2-0 pour la France avec un doublé d’Amel sur 2 centre de Delphine.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - La conférence avant FRANCE - SERBIE : "Les absences peuvent permettre de stimuler d’autres joueuses"

    Retrouvez la conférence de presse de veille de match avec la sélectionneure Corinne Diacre et Marion Torrent, capitaine ce samedi au stade Matmut Atlantique de Bordeaux




    Vendredi 8 Novembre 2019
    Sebastien Duret

    https://forum.ol.fr/forum/forum-offi...019-2021/page2

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Kenza DALI : « Je voulais taper dans mes limites »

    Après avoir manqué la coupe du monde sur blessure, Kenza Dali enchaîne les convocations avec les Bleues. A nouveau du groupe pour affronter la Serbie, contre qui elle s’attend à un match compliqué, celle qui a écumé les pelouses de D1 féminine pendant 10 ans raconte aussi son changement de quotidien, elle qui est partie à West Ham, en Angleterre, cet été.

    Bleues - Kenza DALI : « Je voulais taper dans mes limites »


    Tu es de toutes les listes de Corinne Diacre depuis que tu as manqué la coupe du monde cet été, à la suite d’un accident domestique. Comment tu as vécu cette compétition depuis l’extérieur ?

    Oui j’ai fait tomber une centrale vapeur, les grosses machines de pressing qu’on utilise pour repasser, sur mon pied… Ça fait super mal, c’est quand on se casse l’orteil qu’on se rend compte de son importance (rires). Ça a été difficile de vivre cette coupe du monde de loin, du moins lors des premiers temps. Je me suis toujours sentie comme une chanceuse, donc nous je ne m’apitoyais pas sur mon sort, en disant que le destin ne voulait pas de moi. Mais c’est difficile, je suis une compétitrice. Et surtout ce n’est pas comme si je n’avais pas fait partie du groupe restreint tout au long de l’année, j’avais participé aux matches de l’équipe de France avant la compétition, donc c’était encore plus dur. Mais quand, comme moi, on a la chance d’être bien entourée, c’est plus facile.

    Qu’est-ce qu’il a manqué à l’Equipe de France selon toi lors de cette compétition ?
    Si je le savais… (sourire) Un brin de réussite ! Honnêtement, quand vous revoyez le match, elles (les Américaines, qui ont battu la France en quart de finale, NDLR) ont plus de réussite. Dans mon équipe de West Ham, j’ai onze nations différentes, et pour chacune d’entre elles l’équipe de France c’est très fort, l’une des meilleures équipes du monde. On la provoque, c’est sûr, mais la réussite est essentielle, et on ne l’a pas eu sur ce match-là.

    "Ce sera un match tout aussi compliqué que face au Kazakhstan"

    Il y a eu trois départs et trois arrivées de Clairefontaine ce lundi (Solène Durand, Kadidiatou Diani et Amandine Henry ont cédé leurs places à Laetitia Philippe, Louise Fleury et Léa Khelifi, NDLR), ça ne chamboule pas trop le groupe tous ces va-et-vient ?

    Non, parce que c’est des filles qu’on connaît. Il y en a deux sur trois qui ont déjà participé à la vie de l’Equipe de France, donc ça ne chamboule pas le groupe. Après c’est vrai que ce sont des pertes importantes, comme par exemple la capitaine. C’est (Henry) une super joueuse, une personne importante pour le groupe, mais il y en a d’autres qui prennent le relais. Moi ? Non, je pensais à Wendie (Renard), Eugénie (Le Sommer), Griedge (M’Bock), Sarah (Bouhaddi)… C’est une période compliquée novembre, du point de vue physique, surtout après une grosse compétition. Même en club il y a pas mal de blessures. A cette époque-là l’an passée c’était Eugénie et moi qui avions déclaré forfait, avant le match contre le Brésil. Après on a vu que face au Kazakhstan ou à l’Islande, les joueuses qui ont remplacé Amandine ont fait le travail.

    Justement, vous vous attendez à une rencontre plus difficile face à la Serbie du fait de ce petit creux au niveau physique ?
    Elles doivent aussi être moins fraîches physiquement, c’est quelque chose qui touche toutes les sélections je pense. En club en tout cas je le vois, tout le monde a un petit coup de mou. Les premières fraîcheurs, tout ça… Elles l’auront aussi je pense. Et puis vous savez de toute façon quand vous portez le maillot de l’Equipe de France vous ne le ressentez pas trop ce coup de mou. Quand vous êtes sur un match où il y a du monde, qui n’est pas amical, vous oubliez tout ça. Ce sera un match tout aussi compliqué que face au Kazakhstan. Ce groupe n’est pas facile. Peut-être que sur le papier on peut se dire que l’on est largement au-dessus, mais on le voit avec les garçons, ce n’est jamais facile, on ne sait jamais comment le match va se dérouler, comme l’équipe adverse va jouer… Je ne m’attends pas à un match tranquille. De toute façon, je n’ai jamais connu un match facile, même quand on gagne 8-0 face au Cameroun, parce que vous avez une pression supplémentaire quand vous portez le maillot, donc ce n’est jamais simple. De l’extérieur ça peut paraître facile, mais de l’intérieur, je vous assure que ça ne l’est pas.

    Tu t’es engagée pour une saison à West Ham cet été, ton sixième club en carrière. Pourquoi être partie à l’étranger maintenant ?
    Parce que je pensais avoir fait le tour. J’ai joué à Paris, à Lyon, les deux meilleures équipes actuelles. J’ai connu le très haut niveau, que ce soit en jouant le titre ou en jouant le maintien. Donc je me disais que je n’avais plus grand-chose à gagner personnellement en restant en France. C’était le moment parfait pour partir.

    "C’est deux heures et demies d’entraînement"

    Bleues - Kenza DALI : « Je voulais taper dans mes limites »

    Comment est la première division anglaise, par rapport à la D1 tricolore ?

    Au niveau collectif, c’est plus homogène, c’est très compliqué de gagner un match le week-end, que vous jouiez Arsenal, Chelsea ou Brighton. Je ne dis pas qu’en France on a des matches faciles mais il y a des matches plus abordables. Et d’un point de vue individuel, mon GPS il affiche tous les week-ends 12 kilomètres (rires) ! La différence pour moi c’est que je cavale ! Je suis exténuée. En plus la semaine est dure ! C’est deux heures et demies d’entraînement ! Pour eux on ne fait pas 1h30, c’est 2h15 quand c’est « light ». C’est ce que je recherchais aussi, je voulais taper dans mes limites physiques et psychologiques aussi. Le but, c’était de se faire mal, tout le temps. Et c’est le cas pour tout. S’entraîner sur des plaines avec du vent et de la pluie toute la semaine, aussi longtemps…

    Il ne fait pas forcément meilleur à Paris !
    Franchement, c’est différent. Là depuis le mois d’octobre, c’est passé à un autre niveau, et puis les Anglais ils ne lâchent rien, ce sont des durs à cuire, ils sont durs dans les coups, résistants au froid… Mais c’est ce que je voulais encore une fois, me pousser dans mes retranchements, ne pas être dans le confort, sur le terrain mais aussi dans la vie, avec la langue. J’avais des bonnes bases en anglais, j’étais bien dans mes études, mais quand vous pensez avoir des bases et que vous arrivez là-bas, vous vous dites ‘mais en fait je suis vraiment nulle’. Après vous progressez vite, c’est l’avantage de ne pas avoir de Francophones dans l’équipe, on est obligé de comprendre. Je voulais me pousser dans quelque chose que je ne connais pas, et je ne le regrette pas, c’est une super expérience.

    Tu as connu Paris, Lyon, désormais tu découvres Londres. Tu t’y fais facilement ?
    Moi je suis une amoureuse de Paris, pour plein de raisons, mais Londres c’est quelque chose… C’est très grand, très beau, et super diversifié. C’est incroyable ! Je suis choquée par le nombre de personnes différentes qu’il y a au mètre carré (sourire). C’est une ville qui représente le monde. Déjà qu’en France on est pas mal, mais les Anglais à Londres, c’est encore un niveau au-dessus. C’est multiculturel et c’est magnifique.

    "On a la sensation d’appartenir à quelque chose"

    Le vestiaire de West Ham est lui aussi multiculturel, comment se passe ton intégration ?

    Dans le onze de départ je crois qu’on a qu’une Anglaise, quand je regarde la composition, parfois j’hallucine ! Cette diversité rend l’intégration plus facile. Les filles m’ont si bien accueillie que j’avais l’impression que ça faisait trois ans que j’étais là-bas ! Les gens sont très ouverts, dans l’entraide, même sur des choses bateau que ce soit l’installation, le déménagement, le compte en banque, prendre sa carte de transports… Ils font tout pour que tu sois super bien. (Elle nous montre sa main) Là j’ai une bague, c’est la bague de West Ham, qu’ils nous offrent en cadeau d’arrivée, une façon de dire ‘bienvenue dans la famille !’. J’ai un coach très compréhensif, qui a voyagé lui aussi et comprend les complications que peuvent engendrer l’éloignement. C’est donc une intégration très facile, alors que je m’attendais à quelque chose de dur.

    Et niveau ambiance, dans les tribunes ? Ta cote d’amour a dû monter en flèche après ton but face à Tottenham (Dali avait inscrit un coup franc direct à la dernière minute pour arracher l’égalisation, NDLR)…
    (Rires) Oui, j’ai même ma photo à London Stadium ! J’ai vu une photo devant, je me suis dit « mais c’est moi ça ! », j’étais très étonnée, mais c’est les Anglais, ils sont comme ça ! C’est un peu une fratrie. On a la sensation d’appartenir à quelque chose. C’est West Ham, West Ham West Ham ; Irons Irons Irons (l’un des surnoms de ceux qu’on appelle aussi les ‘Hammers’, NDLR)… C’est exactement ce qu’on voit quand on regarde les reportages sur Manchester United, il y a toute une culture derrière. A partir du moment où tu bosses, où tu mouille le maillot, même si tu es moins bien techniquement ou quoi, ils t’adorent, parce que tu donnes tout. Ce sont des passionnés de foot, les garçons jouent le samedi, les filles le dimanche, donc ils se font un week-end foot, et ils kiffent. Même chez les filles on ressent qu’ils n’ont pas envie de perdre contre Chelsea, Tottenham, il n’y a pas de petites ou de grosses équipes, donc c’est génial.

    Tu es une fan de Premier League ?
    Je suis une fan de foot, donc forcément j’adore ce championnat, je regarde beaucoup les matches, et depuis que je suis à Londres j’en profite pour aller au stade. En plus on peut aller à Tottenham, West Ham, Arsenal, Chelsea… On a le choix ! Les filles de West Ham qui n’ont pas été en sélection sont par exemple allées voir le match entre Chelsea et l’Ajax Amsterdam en Ligue des champions masculine cette semaine (4-4). Je suivais déjà beaucoup ce championnat, mais le voir en vrai c’est top.

    "Ce qui me choque, c’est que c’est hyper carré."

    Bleues - Kenza DALI : « Je voulais taper dans mes limites »

    Tu l’as mentionné tout à l’heure, ton entraîneur, Matt Beard est quelqu’un d’expérimenté, qui a travaillé aux États-Unis ou à Chelsea. Quel genre de coach est-il ?

    C’est un entraîneur qui est sur les détails, avec un gros esprit de compétition. Qu’importe l’équipe qu’on joue, il sera toujours dans la compét’ ! Ce qui me choque, c’est que c’est hyper carré. C’est-à-dire que tous les entraînements sont filmés, le soir il y a une application pour voir ton entraînement et te corriger. On a des clips individuels de matches, on a plein de statistiques, notamment sur le nombre de courses qu’on a fait, en entraînement ou en match, l’intensité des courses… C’est d’une précision extrême. Et sur les deux heures et demies d’entraînement qu’on a, il a sa feuille, où tous les exercices sont déjà notés et organisés à la minute près. Ce qui m’a plu chez lui également c’est qu’il a une culture de la possession. Il déteste les longs ballons, il faut le souligner pour un Anglais (sourire). Il déteste qu’on ne ressorte pas le ballon depuis derrière. Et en match, à la mi-temps, le mot ‘fuck’ il le sort presque tout le temps, ça m’avais choqué ! Mais c’est aussi quelqu’un de très ouvert, très à l’écoute. On peut lui dire quelque chose et en regardant la vidéo il dire ‘tu as raison’. C’est rare chez un coach.

    C’est aussi un entraîneur qui marche à l’affect…
    Il est très proche de ses joueuses, quand on arrive le matin il nous fait un câlin, un bisou, il t’appelle ‘darling’… C’est un papa ! Par contre, une fois que ça commence, il est à fond pendant tout l’entraînement, il est très actif sur le bord du terrain, on n’entend que lui, il est connu pour ça. C’est rare de trouver cette balance chez un entraîneur. Comme il a des filles du monde entier, il est obligé d’être comme ça pour qu’elles se sentent bien, pour former une sorte de famille au club. Par contre, sur le terrain, il oublie tout et il envoie du lourd. Il a tout mis en place pour que je me sente très bien. Il me dit tout le temps : ‘Kenza, express yourself’ (exprime-toi), tout le temps ! Ça c’est génial, on a de supers relations en dehors ou sur le terrain, on a la même philosophie de jeu. On a été en alchimie immédiatement, même ma famille l’adore. C’est le genre de coach, même s’il n’a vu mon neveu qu’une fois, il me demande tout le temps comment il va ! C’est important d’avoir cette proximité avec lui, même s’il n’hésitera pas à te rentrer dedans. Il n’a pas cette proximité qu’avec une joueuse en plus, il l’a avec les 23, et ça donne d’autant plus envie de se donner à fond sur le terrain.

    "Il y a une communication autour de ce championnat qu’on n’a pas en France"

    En revanche, tu arrives à maîtriser son accent ?

    C’est l’accent londonien… Ils appellent ça le cockney (un accent working class propre à l'est de Londres, NDLR). Les trois premières semaines, je demandais aux Américaines de me traduire ce qu’il disait. Même certaines Anglaises, parfois, elles sont comme ça (elles ouvrent grand les yeux) ! C’est un Ch’ti de l’Angleterre (rires), j’ai connu les Ch’tis et je vous promets que c’est vrai. Ce qui est bien c’est que je travaille ma concentration lors des causeries, je suis obligée de suivre attentivement. Mais bon, depuis un mois, c’est plus facile, j’ai réussi à m’adapter à son accent et du coup je le comprends bien.

    A terme, tu penses que le championnat anglais peut dépasser la D1 féminine ?
    En termes d’infrastructures il n’y a pas mieux, tous les week-ends on joue sur des billards. Pour eux c’est une honte d’accueillir un adversaire sur une pelouse qui n’est pas parfaite. En termes d’infrastructures, même à Lyon, où c’est génial, là c’est au moins aussi bien. Sauf qu’en France on n’a pas d’aussi bons terrains. En termes de compétitivité, c’est déjà devant selon moi. Et puis il y a une communication autour de ce championnat qu’on n’a pas en France. Sur les réseaux sociaux, ils sont super forts. En plus ils en profitent, ils sont sur la campagne de l’Euro (que l’Angleterre organisera en 2021), donc ils font jouer les filles dans des grands stades, il y a une application qui a été mise en place pour voir les matches partout dans le monde, je sais que ma famille suit les matches grâce à ça et ça marche très bien. Il y a une grosse communication qui permet d’avoir du monde dans les stades. C’est toujours agréable, c’est le kiff de jouer devant 25 000 personnes comme on a pu le faire lors du match contre Tottenham au London Stadium.

    A Clairefontaine,
    Vincent Roussel
    Photos : FFF, West Ham United

    SA FICHE

    Vendredi 8 Novembre 2019
    Vincent Roussel

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-K...es_a16313.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - LE SOMMER quatrième forfait

    Corinne Diacre avait fait appel à trois joueuses lundi suite aux forfaits de Diani, Durand et Henry. Fleury, Philippe et Khélifi ont été appelées pour les remplacer. Ce jeudi, c'est Le Sommer qui a déclaré forfait mais ne sera pas remplacée


    photo FFF



    Touchée à la cuisse ce jeudi matin à l’entraînement, l'attaquante de l'Olympique Lyonnais a quitté le CNF Clairefontaine en début d’après-midi et ne sera pas remplacée dans le groupe qui était en partance pour Bordeaux ce jeudi après-midi. Elle ne fera donc pas tomber le record de buts de Marinette Pichon au Matmut Atlantique.

    Le Sommer après Henry

    Bleues - LE SOMMER quatrième forfait

    Absente du dernier rassemblement, Amandine Henry devait faire son retour en sélection. Mais lundi, après avoir été reçue à Clairefontaine par le staff médical, il a été décidé de ne pas prendre de risque suite au contact aux cervicales à Montpellier, pour lequel elle avait quitté le terrain prématurément (88e).

    La rencontre de dimanche entre le PSG et l'EAG a aussi connu son lot de blessées. Du côté parisien, Diani touchée au mollet de la jambe gauche, avait quitté le terrain (82e), alors qu'à Guingamp, si Solène Durand avait terminé la rencontre, sa blessure à la cheville gauche suite à une mauvaise réception après un duel avec Nadim l'a contrainte au forfait.

    Fleury, Philippe et Khelifi appelées

    Corinne Diacre a fait appel à Léa Khelifi (PSG), Louise Fleury (Guingamp) et Laëtitia Philippe (Fleury) pour les remplacer en prévision du match face à la Serbie ce samedi à Bordeaux (21h00) dans le cadre des éliminatoires à l'Euro 2021.

    Le programme de la semaine des Bleues prévoit quatre entraînements à Clairefontaine, le premier était ce lundi (17h00) suivi de ceux à huis clos, mardi (10h00), mercredi (16h30) et jeudi (10h00). Elles rejoindront Bordeaux (Gironde) jeudi après-midi, et découvriront le stade Matmut-Atlantique, à l'occasion d'un entraînement, vendredi (17h00).

    Jeudi 7 Novembre 2019
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-L...it_a16307.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Trois remplacements suite au forfait de DIANI, DURAND et HENRY

    Corinne Diacre a fait appel à trois joueuses suite aux forfaits de Diani, Durand et Henry. Fleury, Philippe et Khélifi ont été appelées pour les remplacer


    Bleues - Trois remplacements suite au forfait de DIANI, DURAND et HENRY


    Absente du dernier rassemblement, Amandine Henry devait faire son retour en sélection. Mais ce lundi, après avoir été reçue à Clairefontaine par le staff médical, il a été décidé de ne pas prendre de risque suite au contact aux cervicales à Montpellier, pour lequel elle avait quitté le terrain prématurément (88e).

    La rencontre de dimanche entre le PSG et l'EAG a aussi connu son lot de blessées. Du côté parisien, Diani touchée au mollet de la jambe gauche, avait quitté le terrain (82e), alors qu'à Guingamp, si Solène Durand avait terminé la rencontre, sa blessure à la cheville gauche suite à une mauvaise réception après un duel avec Nadim l'a contrainte au forfait.

    Corinne Diacre a fait appel à Léa Khelifi (PSG), Louise Fleury (Guingamp) et Laëtitia Philippe (Fleury) pour les remplacer en prévision du match face à la Serbie ce samedi à Bordeaux (21h00) dans le cadre des éliminatoires à l'Euro 2021.

    Mardi 5 Novembre 2019
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Bleues-T...RY_a16307.html

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X