Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Coupe de France Féminine 2019-2020

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Irene PAREDES (PSG) : "Encore une défaite aux penalties"

    La capitaine parisienne a vu le scénario se répéter avec cette nouvelle défaite aux tirs au but face à Lyon.


    (photo PSG)


    Vous étiez proche d'une victoire ?

    Nous sommes très frustrées car c'est encore une défaite aux penalties. On s'améliore chaque jour, le groupe est chaque fois plus fort. On était bien défensivement. On était costaud. On va continuer comme ça. A partir de demain, on regardera le match pour corriger nos erreurs.

    Auriez-vous pu faire la différence en cas de prolongation ?
    Je sentais mon équipe plus forte. On était bien physiquement. On a fait une bonne préparation, il faut bien sûr corriger des petits trucs. On n'a pas eu beaucoup d'occasions. On va continuer.

    Etait-ce prévu qu'Endler tire ?
    Elle les tire très bien. Léa aussi. Après cela arrive. Il ne faut donner les noms, on est une équipe. Si on marque avant, on n'arrive pas aux penalties.

    Ni vous, ni Geyoro, ni Diani qui sont des internationales confirmées ont tiré. Etiez-vous trop fatiguées ?
    Non c'était comme ça. Un autre jour, on les tirera peut-être. On est une équipe, mais aujourd'hui c'était ça.

    Lundi 10 Août 2020
    Sylvain Jamet

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...es_a16690.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Olivier ECHOUAFNI : "La réussite est encore dans leur camp pour l'instant"

    Déçu du résultat, l'entraineur parisien retenait malgré tout la bonne prestation de son équipe et est revenu un peu sur le choix des joueuses lors de la séance des tirs au but.




    Quel est votre sentiment après cette défaite ?

    J'ai une pensée pour les filles, pour Léa (Khelifi) et pour Chris (Endler) parce qu'on a perdu aux tirs au but et cela s'est joué sur un petit détail. Sinon je n'ai rien à reprocher aux filles. Je suis fier de ce qu'elles ont réalisé. Elles ont été à la hauteur de l'événement. On a su être conquérant et être capables de faire le jeu par moment. On se rapproche encore.

    Est-ce prévu que Christiane Endler participe aux tirs au but ?
    Depuis plusieurs semaines et tout au long de la semaine, on s'est entraîné aux tirs au but. Chris a une qualité de frappe exceptionnelle. Toute la semaine, elle n'en a pas raté un. Il suffit d'une rencontre pour voir avec tout ce qui est passé où l'on n'avait pas forcément été en réussite, qu'elle tape la barre et ça sort, et elles, ça tape la barre et ça rentre.

    Vous effectuez deux changements avant la séance de tirs au but. Pour quelles raisons ?
    C'était pour faire rentrer des joueuses offensives à la fin pour préparer les tirs au but. C'était le choix.

    Vous étiez proche physiquement de Lyon, était-ce dû au travail effectué par le préparateur physique ?
    C'est un travail d'équipe depuis six semaines. L'objectif était d'amener les joueuses non pas vers leur meilleur niveau parce que ne sont pas encore prêtes mais en tout cas d'être prêtes pour ce genre de rencontre car cela demande beaucoup de force, d'abnégation, d'intensité. Il faut être à la hauteur. Je pense qu'on a été bien physiquement même si on a eu un passage à vide en fin de première mi-temps où on a commencé à perdre quelques ballons trop faciles. La deuxième mi-temps a vraiment été de bonne qualité.

    Ce résultat va-t-il amener des doutes ou des certitudes pour la Ligue des Champions ?
    Ni doutes, ni certitudes, on a qu'un seul objectif maintenant, c'est aller gagner la Ligue des Champions. C'est bien de pouvoir s'appuyer sur ce genre de rencontre et sur la demi-finale contre Bordeaux. Après c'est vrai que la victoire n'est pas au bout. On a réussi à faire jeu égal avec Lyon. Bravo à Lyon, la réussite est encore dans leur camp pour l'instant mais on peut partir de l'Abbé-Deschamps la tête haute.

    A quel point avez-vous ressenti la déception de vos joueuses ?
    Déçues parce qu'on s'était dit qu'il était temps de changer la donne et qu'il y avait un titre à notre portée avec seulement deux matchs. Le parcours a été magnifique avec que des victoires à l'extérieur. On n'en a pas perdu un car je ne considère pas celui-là comme une défaite. Après elles sont pour l'instant sous l'émotion du match, des penalties. On a maintenant qu'une seule envie, c'est de se lancer dans la préparation de la Champions League.

    Vous avez eu des difficultés à vous trouver notamment en attaque ?
    Les niveaux de chaque fille sont un peu différents. Certaines nous ont rejoint tardivement seulement il y a trois semaines, d'autres un petit moins donc il faut retrouver un équilibre sur le plan athlétique et après les automatismes vont se retrouver et en s'appuyant sur ce genre de matchs, on va pouvoir bien travailler et bien progresser.

    L'orage et la pluie en début de match...
    Cela faisait penser à Strasbourg. On s'était dit, c'est peut-être notre soirée mais finalement cela ne l'a pas été. Ça fait partie des matchs de foot. Après on était presque sur le point de gagner le titre et sur deux penalties, le match s'est renversé.

    Lundi 10 Août 2020
    Sylvain Jamet

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...nt_a16688.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Les réactions de Wendie RENARD et Sarah BOUHADDI

    Retrouvez les réactions de la capitaine lyonnaise et de la gardienne de l'OL décisive sur la frappe de Khélifi.


    Wendie RENARD


    image twitter OL

    Vous étiez favorite, cela a été une finale difficile ?

    Pour moi dans une finale, il n'y a pas de favori, c'est 50-50. C'est un peu bizarre après tout ce que l'on vit, avec le Coronavirus. On a la chance de pouvoir finir la Coupe de France et la Ligue des Champions. On savait que cela allait être compliqué car on n'est pas encore à 100% mais on a fait les efforts. On a alterné le bon et moins bon mais le plus important, c'est d'aller au bout et Sarah a fait comme d'habitude une bonne séance de tirs au but.

    Etait-ce crucial de gagner ce match avant d'aborder la Ligue des Champions ?
    C'est important car il y avait un titre au bout. La Ligue des Champions, c'est une autre compétition, un autre état d'esprit où il faut encore plus élevé ton niveau. Après psychologiquement, c'est sûr que plus tu gagnes, plus tu emmagasines de la confiance. Cela libère les joueuses sur le terrain. On est en préparation, on a gagné ce soir mais on n'a pas tout bien fait ce soir. On va avec le recul regarder tout cela à la vidéo.

    Comment avez-vous ressenti l'ambiance ?
    Cela fait déjà plaisir de voir du monde dans le stade après tout ce que l'on vient de vivre. Les gens ont eu l'opportunité de venir soutenir les deux équipes. Après l'ambiance, pendant le match, on essaye de faire abstraction.


    Sarah BOUHADDI


    Bouhaddi félicitée après son arrêt décisif (photo FFF)


    C'était notre premier match de haut niveau avec une belle équipe du PSG en face. Tout le monde s'est donné un maximum. Quand on arrive à cette séance de tirs au but, c'est toujours compliqué. On a essayé de prendre le dessus psychologiquement car cela se joue là-dessus aux tirs au but. On a gagné ce soir, cela aurait pu être en notre défaveur.

    Vous avez été décisive en stoppant le tir de Khélifi ?
    Léa est venue face à moi, elle a pris ses responsabilités, c'est tout à son honneur. Il y en a d'autres qui auraient pu venir. C'est elle que j'ai arrêté. C'est un exercice que je travaille beaucoup.

    Avez-vous été surprise d'avoir une gardienne en face de vous ?
    Non, car cela m'arrive aussi d'aller les tirer. La gardienne du PSG a essayé ce soir, elle a pris ses responsabilités. Cela ne lui a pas réussi. Tant mieux pour nous. Les gardiennes sont aussi capables de tirer les penalties, les tirs au but. C'est tout à fait logique, il n'y a pas de différence dans ce domaine-là.

    Lundi 10 Août 2020
    Sylvain Jamet

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...DI_a16689.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Jean-Luc VASSEUR (OL) : "Ce petit supplément d'âme qui fait la différence"

    L'entraîneur lyonnais a analysé la victoire de son équipe, les tirs au but avant d'évoquer le tournoi et la Ligue des Champions à venir.


    (capture image TV)


    Est-ce qu'au regard du scénario des tirs au but, c'est un soulagement de ramener ce trophée ?

    Le match a été un très bon match de promotion de football féminin. Un match de qualité dans le jeu, dans le scénario. En face, il y avait une équipe du Paris Saint-Germain qui construit depuis quelques années et qui est aujourd'hui derrière nous mais pas très loin. J'ai des filles qui sont extraordinaires au quotidien, extraordinaires sur ces finales avec une capacité à mesurer ces émotions et être dans le projet de jeu attendu sur ce match, et cet ADN de la victoire ! C'est ce petit supplément d'âme qui fait la différence.

    Que s'est-il passé après le tir au but manqué par Le Sommer ?
    Ce n'est pas fini. Il y a encore un match de foot. On aurait pris un but, cela nous aurait remis en cause. Dans ces choses-là, il y a des émotions. La gardienne fait un superbe arrêt et derrière elle le tire. Je pense, connaissant le ressenti des gardiennes après avoir arrêté un penalty. Ça génère une décharge d'adrénaline, vous montez en émotion. Elle a mal négocié son tir en tirant un peu trop fort.

    Eugénie avait déjà manqué son tir lors du Trophée des Championnes, c'est elle qui a décidé ?
    Elle a assumé. Elle va continuer à tirer, et elle marquera. On a demandé qui voulait tirer, elle voulait tirer. C'est peut-être elle qui fera la différence la prochaine fois.

    Avez-vous été surpris par votre adversaire ?
    Non, cela fait des années que cette équipe n'est pas loin. En 2017, cela avait aussi match nul et cela s'était décidé aux penalties. On est post-COVID, on revient sur des matchs à enjeu tout de suite. En face, il y avait une très belle équipe même si nous devons encore monter en puissance.

    Qu'avez-vous pensé de l'ambiance ?
    C'est dommage qu'aujourd'hui l'on était restreint mais il y avait de l'ambiance. J'espère que cela va s'arrêter et que l'on pourra plus remplir. Il y a un public pour ce foot un peu différent.

    Quels sont les axes de travail avec le tournoi à venir (13-15 août contre Eindhoven et la Juventus) ?
    On doit s'appuyer sur toutes nos joueuses et prévoir tous les aléas de la compétition. Ces deux matchs face à des équipes étrangères vont nous amener à jouer d'autres types de jeu. On avait un problème règlementaire aussi avec des joueuses qui ne pouvaient pas jouer aussi en Coupe de France comme Sakina Karchaoui. Ces matchs-là vont nous permettre d'avoir plus de rythme et espérer aligner contre le Bayern la meilleure équipe.

    Un seul but marqué en deux matchs. Comment l'expliquez-vous ?
    Il ne faut pas minimiser la prestation de Guingamp. C'est une équipe qui joue très bien l'animation défensive. On a eu quatre occasions franches mais on ne se met pas à l'abri tout de suite. Ce sont des matchs de haut niveau et en face, il y avait de la qualité.

    Lundi 10 Août 2020
    Sylvain Jamet

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ce_a16691.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - LYON conserve son bien après les tirs au but

    Les Lyonnaises ont remporté leur neuvième Coupe de France à l'issue d'une rencontre soldée sur un score vierge. Lors de l'exercice des tirs au but, le PSG a eu l'occasion de prendre l'avantage mais a finalement cédé.


    Les Lyonnaises décrochent leur 30e titre (capture France 4)



    La finale de la Coupe de France trouvait enfin son épilogue ce dimanche 9 août 2020 à Auxerre. La canicule qui touchait la France dans son ensemble avait cependant décidé de ne pas s'attarder pour cette rencontre. Si bien qu'avec un temps orageux, c'est une pluie qui tombait sans discontinuité bien avant le coup d'envoi. Cependant, même si cela restait dans les esprits avec la finale longtemps interrompue il y a deux ans du côté de Strasbourg entre ces deux mêmes équipes, il était difficile d'imaginer le même scénario.

    Qu'à cela ne tienne, les deux équipes étaient prêtes à en découdre, d'autant que le match retour de championnat n'avait déjà pas pu se dérouler. Du côté de l'OL, Jean-Luc Vasseur apportait deux changements par rapport au onze qui avait débuté à Guingamp, avec Bacha et Cascarino titularisées en lieu et place de Greenwood et Le Sommer. Ce sont aussi deux modifications qui étaient apportées par Echouafni avec les titularisations de Formiga et Baltimore à la place de Luana et Nadim.

    Dès les premiers instants de la rencontre, les Lyonnaises prenaient le jeu à leur compte. Lawrence était obligée d'accrocher Majri juste avant son entrée dans la surface. Le coup franc obtenu était frappé par Majri pour la tête de Renard non cadrée (8e). Moins de deux minutes après, le stade se retrouvait dans le noir ! Une panne d'éclairage causée par l'orage qui plongeaient les 22 actrices dans l'attente et sous la pluie. Après moins de cinq minutes, l'arbitre décidait de faire rentrer les joueuses aux vestiaires puisque le temps nécessaire pour réactiver l'éclairage était d'une dizaine de minutes.

    Une coupure d'éclairage interrompt le match


    Cascarino et Baltimore se disputent le ballon sous la pluie icaunaise (photo PSG)


    L'occasion pour l'entraîneur lyonnais de glisser quelques mots à ses joueuses : "Vous avez l'impression de revivre quelque chose. C'est l'occasion de réécrire l'histoire". Quelques mots choisis pour maintenir son équipe qui semblait alors prendre l'ascendant. 13 minutes 43 secondes d'interruption écoulées, le jeu pouvait reprendre. Les occasions allaient néanmoins se faire rares. Un ballon rapidement porté vers l'avant avec Henry - Parris et finalement Majri qui avait une belle opportunité annihilée par le retour décisif de Geyoro (23e). La défense parisienne connaissait une fin de première période plus difficile. Une première fois avec une passe en retrait de Dudek pour Endler pas assez appuyée où Parris en s'arrachant venait gêner le dégagement d'Endler (35e). C'est encore l'Anglaise trouvée en profondeur qui venait éliminer Endler avant de tenter de redresser le ballon vers le but. Il fallait alors le retour de la capitaine parisienne pour éviter le but (40e). Une dernière opportunité survenait avant le repos, suite à un corner, et deux frappes de Cascarino contrées par Katoto et le dos de Kumagai (42e).

    Le bloc parisien tenait bon


    Buchanan ici face à Katoto et la défense lyonnaise ont été peu en danger (photo PSG)


    Cascarino résumait la situation à la pause : "On a eu les meilleures occasions, Il nous manque juste le dernier geste. Il faut continuer comme ça défensivement". Les Lyonnaises n'avaient pas été mises en difficulté car le seul coup de tête de Huitema était passé au dessus du cadre de Bouhaddi (12e). La reprise en seconde période voyait cependant un bloc parisien plus solide et les difficultés pour les Lyonnaises de trouver la faille. Pourtant le PSG essayait de jouer quelques coups et non de déjouer. Les Parisiennes plus appliquées, les occasions se faisaient attendre. A l'heure de jeu, sur un bon de Majri, Parris réussissait un bel enchaînement en pleine course mais sa volée du gauche n'était pas concluante (61e). Les deux camps commençaient à apporter de la fraîcheur dans le secteur offensif pour essayer de faire la décision. Le Sommer tentait un retourné (66e) alors que Nadim cadrait une première frappe (76e). Dans les dernières minutes, ce sont même les Parisiennes qui étaient les plus dangereuses. Quelques instants de fébrilité dans la défense lyonnaise avec Diani, Katoto, Nadim et enfin Däbritz qui essayaient tour à tour de frapper. Rien n'y faisait.

    L'OL gagne sa quatrième séance de tirs au but face au PSG


    Endler a stoppé un tir au but avant de manquer sa tentative (photo PSG)


    Les deux camps décidaient alors juste avant les tirs au buts d'ultimes changements. Taylor effectuait sa première sous le maillot de l'OL, tandis que dans les ultimes secondes, Echouafni lançait Bruun et Khélifi pour la séance de tirs au but. Un pari qui ne va s'avérer payant. Dans cet exercice entre les deux clubs, avantage aux Lyonnaises avec trois victoires à une. La seule et unique séance de tirs au but remportée par les Parisiennes face aux Lyonnaises remonte à dix ans en demi-finale de Coupe de France. Celle de ce soir à Auxerre débutait par un sans-faute de part et d'autre jusqu'à la tentative de Le Sommer stoppée par Endler. La gardienne chilienne prenait ensuite ses responsabilités mais expédiait sa puissante frappe sur la barre. Côté parisien, les dernières entrantes Bruun et Khélifi participaient aux tirs. Si la première le convertissait, la seconde était plus malheureuse, et Bouhaddi repoussait la tentative pour envoyer l'OL décrocher une neuvième Coupe de France.


    Coupe de France féminine - Finale
    Dimanche 9 août 2020
    - 21h00
    OLYMPIQUE LYONNAIS - PARIS SAINT-GERMAIN FC : 0-0 (tab 4-3)
    Auxerre (Stade de l'Abbé-Deschamps)
    Temps pluvieux - Terrain glissant
    Spectateurs : 4 500
    Arbitres : Victoria Beyer assistée de Elodie Coppola et Camille Soriano. 4e adversaire : Alexandra Collin
    Avertissements : Eugénie Le Sommer 90+1' à Lyon ; Paulina Dudek 17', Marie-Antoinette Katoto 28' au PSG
    Tirs au but : Majri (1-0), Nadim (1-1), Marozsan (2-1), Däbritz (2-2), Renard (3-2), Bruun (3-3), Le Sommer (arrêté), Endler (barre), Bronze (4-3), Khélifi (arrêté)

    OL : 16-Sarah Bouhaddi ; 2-Lucy Bronze, 21-Kadeisha Buchanan, 3-Wendie Renard (cap.), 4-Selma Bacha (9-Eugénie Le Sommer 62') ; 6-Amandine Henry (8-Sara Björk Gunnarsdottir 74'), 5-Saki Kumagai ; 20-Delphine Cascarino (11-Shanice van de Sanden 74'), 10-Dzsenifer Marozsán, 17-Nikita Parris (31-Jodie Taylor 90'), 7-Amel Majri. Entr.: Jean-Luc Vasseur
    Non utilisées : 40-Katriina Talaslahti, 15-Alex Greenwood, 18-Alice Sombath, 22-Sally Julini, 23-Janice Cayman
    PSG : 16-Christiane Endler ; 12-Ashley Lawrence (27-Léa Khelifi 90+5'), 4-Paulina Dudek, 14-Irene Paredes (cap.), 20-Perle Morroni ; 11-Kadidiatou Diani, 8-Grace Geyoro, 24-Formiga (13-Sara Däbritz 57'), 21-Sandy Baltimore (7-Ramona Bachmann 74') ; 23-Jordyn Huitema (10-Nadia Nadim 74'), 9-Marie-Antoinette Katoto (22-Signe Bruun 90+5'). Entr.: Olivier Echouafni
    Non utilisées : 1-Charlotte Voll, 5-Alana Cook, 6-Luana, 15-Karina Saevik


    (photo FFF)


    (photo FFF)




    Lundi 10 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ut_a16687.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - La conférence d'avant-match OL - PSG

    Entre Jean-Luc Vasseur, dont l'équipe est favorite et dont l'entraîneur de l'OL assume le statut, et son homologue Olivier Echouafni qui veut gravir la dernière marche, cette finale sera encore indécise mais avec des facteurs nouveaux liés à l'état physique des joueuses et la chaleur attendue demain soir.




    Olivier ECHOUAFNI (entraîneur du PSG) : "Je ne sais pas trop physiquement où on va en être"

    Quels enseignements avez-vous tiré des demi-finales ?

    La joie d'un groupe, la joie des filles après cette excellence qualification. C'est une bonne préparation en vue de cette finale. Cela n'a pas été facile mais les filles ont eu beaucoup de personnalité et de caractère pour se retrouver en finale.

    Et pour cette finale ?
    On est content de pouvoir terminer cette Coupe de France. Le championnat s'est terminé le 13 mars. Cinq mois après, on a la chance de la terminer. C'est l'occasion de montrer que l'on a fait un bon parcours dans cette Coupe de France. Maintenant, il reste une dernière marche à gravir pour aller chercher le titre.

    Est-ce la plus belle affiche espérée ?
    C'est un match entre le champion en titre et le vice-champion. On ne pouvait pas espérer mieux maintenant il faut espérer que sur le terrain les deux équipes montrent un beau match, un beau spectacle.

    Sur quoi pensez-vous pouvoir faire la différence ?
    Cela reste l'inconnu. La compétition, on l'a découvert la semaine dernière pour cette demi-finale. C'était une magnifique préparation, maintenant je ne sais pas trop physiquement où on va en être. Pour les Lyonnaises, ce sera un peu la même chose. On sera à six semaines de préparation, mais après la compétition, c'est tout autre. Vous avez l'intensité, l'impact, le contact, on espère avant tout bien rivaliser dans tous ses domaines-là. Un match de Coupe, c'est toujours particulier, il n'y a pas de rattrapage possible. A nous de faire en sorte d'aller provoquer, de tenter des choses pour aller marquer des buts parce que l'on en est capable.


    Jean-Luc VASSEUR (entraîneur de Lyon) : "Favori ? Il ne faut pas se cacher les choses"


    Jean-Luc Vasseur au stade de l'Abbé-Deschamps (twitter OL)

    Comment votre équipe aborde cette finale ?

    Comme une finale. Les filles en ont plus l'habitude que moi. Elles savent. Ce sera dans des conditions climatiques chaudes. On connait aussi bien nos adversaires, et on est ravi de les retrouver à ce niveau-là. Une finale, cela ne se joue pas, cela se gagne.

    Partez-vous avec le statut de favori ?
    Oui, il ne faut pas se cacher les choses. Par contre, gagner ce n'est pas facile? Il faut faire plus que l'autre en face. Et en face, il y a du talent, de la qualité. Cela reste un challenge hyper important, hyper excitant et emballant.

    C'est une compétition importante alors que la Ligue des Champions se profile ?
    Gagner, pour elles, cela fait partie de leur ADN, même une séance d'entraînement. Imaginez-vous une compétition, et même une finale. Elles sont dans cet esprit de tout faire pour remporter le match.

    Est-ce l'affiche rêvée ?
    On prend ce qui a. On n'est pas pour le spectacle, pour la promotion si, mais cela se sera le contenu. Je pense que c'est l'attente des uns et des autres. Sans se leurrer, on est les deux représentants sur la scène nationale et internationale. On peut dire que c'est une belle affiche mais il faudra que le contenu du match soit bon pour que cela profite à la promotion du foot et la promotion de ces jeunes filles qui doivent arriver en nombre pour arriver à être le premier sport collectif féminin en France.

    Est-ce important que les finales soient délocalisées ?
    Les passionnées de foot auraient pu remplir l'enceinte. Il y a une attente de tout le monde. A nous d'être au rendez-vous par rapport à cette attente. C'est important que des stades comme Auxerre, on a joué à Guingamp ; il y a plein de beaux stades en France. Il faudrait qu'ils ouvrent leurs portes par seulement pour une compétition mais comme déjà les clubs qui sont représentés en D1 féminine.

    Dimanche 9 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...SG_a16684.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - PSG, le parcours qualificatif

    Les Parisiennes ont assuré quatre victoires en déplacement pour atteindre la finale, éliminant une équipe de R1, deux de D2 et une de D1. Elles auront aussi été menées au score à deux reprises face à Arras puis Bordeaux réussissant à reprendre ensuite le dessus.


    Seizième de finale (12/01/2020) : AS Mazères UR (R1)-PSG 0-9


    Geyoro et le PSG avaient débuté face à l'ASMUR (photo : République des Pyrénées)


    Bizanos (Stade du Hameau Idron)
    Spectateurs : 2685 - Arbitre : Charlène Laur
    Buts : Marie-Antoinette Katoto 14' (passe de Nadim), Ashley Lawrence 25' (passe de Glas), Nadia Nadim 32' (passe de Katoto), Léa Khelifi 45' (passe de Nadim), Grace Geyoro 56', Irene Paredes 65' (passe de Glas), Lina Boussaha 84' pen., 90+1', Sandy Baltimore 88' (passe de Nadim)
    Avertissement : Lison Hoqui 42' pour Mazères

    PSG : 1-Christiane Endler , 2-Hanna Glas, 5-Alana Cook, 4-Irene Paredes ©, 3-Perle Morroni, 7-Léa Khelifi (12-Lina Boussaha 71'), 8-Grace Geyoro, 6-Formiga, 11-Ashley Lawrence (14-Sandy Baltimore 66'), 9-Marie-Antoinette Katoto (15-Jordyn Huitema 46'), 10-Nadia Nadim, Entr.: Olivier Echouafni
    Non utilisées : 13-Ève Périsset, 16-Alice Pinguet

    Devant un public record pour le club de l'ASMUR (2 685 spectateurs), les Parisiennes ont fait le spectacle. La valeureuse gardienne locale Hourcaillou s'inclinait devant la tête piquée de Katoto une première fois. Lawrence marquait dix minutes plus tard en deux temps. Nadim et Khelifi étaient aussi à la finition avant la pause (0-4). En seconde période, Geyoro, Paredes, Boussaha à deux reprises et Baltimore alourdissaient la marque.


    Huitième de finale (01/02/2020) : Rodez (D2)-PSG 0-6


    Qualification rapidement acquise (photo JL Bories)


    Samedi 01 février 2020 à 14h15
    Rodez (Stade Paul Lignon)
    Spectateurs : 1178 - Arbitre : Maïka Vanderstichel
    Buts : Marie-Antoinette Katoto 9' (passe de Baltimore), 15' (passe de Boussaha), Lina Boussaha 11' (passe de Diani), 83', Karina Sævik 18' (passe de Khelifi), 86' (passe de Geyoro)
    Avertissement : Anne-Laure Davy 51' pour Rodez

    PSG : 1-Katarzyna Kiedrzynek, 2-Hanna Glas, 4-Irene Paredes © (12-Paulina Dudek 60'), 5-Alana Cook, 3-Perle Morroni (13-Grace Geyoro 75'), 6-Luana, 7-Karina Sævik, 10-Lina Boussaha, 8-Léa Khelifi, 11-Sandy Baltimore, 9-Marie-Antoinette Katoto (15-Kadidiatou Diani 60'), Entr.: Olivier Echouafni
    Non utilisées : 16-Christiane Endler , 14-Ève Périsset

    Deuxième déplacement dans la moitié Sud pour le PSG et deuxième large succès. Les Ruthénoises ont cédé trop rapidement pour faire douter leurs adversaires. Le score était déjà de 4-0 après 18 minutes de jeu. Katoto à deux reprises avait trompé Arpin de deux coups de tête. Boussaha était la plus prompte pour suivre un ballon relâché par la gardienne et Saevik bénéficiait d'un contre favorable face à cette même joueuse. Le match baissait ensuite de rythme et ce n'est que sur la fin que Boussaha s'offrait un doublé, tout comme Saevik.


    Quart de finale (15/02/2020) : Arras (D2)-PSG 1-3


    Arras aura mené au score durant 1 minute (photo JL Martinet)


    Samedi 15 février 2020 à 16h00
    Arras (Stade Degouve Brabant)
    Spectateurs : 948 - Arbitre : Alexandra Collin
    But pour Arras : Pauline Cousin 10'
    Buts pour PSG : Nadia Nadim 11' (passe de Saevik), 50' (passe de Saevik), Léa Khelifi 40'
    Avertissements : Loreen Herbet 56', Chloé Lefevre 87' pour Arras

    PSG : 1-Katarzyna Kiedrzynek, 2-Hanna Glas, 5-Paulina Dudek, 4-Irene Paredes ©, 3-Sandy Baltimore, 8-Léa Khelifi, 6-Luana, 11-Kadidiatou Diani (13-Vicki Becho 76'), 9-Lina Boussaha (12-Formiga 76'), 7-Karina Sævik, 10-Nadia Nadim, Entr.: Olivier Echouafni
    Non utilisées : 16-Christiane Endler , 14-Ève Périsset, 15-Alice Sombath

    Les Parisiennes auront été menées au score en quart de finale le temps d'une minute. C'est Cousin qui profita d'un mauvais renvoi de Glas pour réaliser une magnifique reprise de volée du droit de 15 m dans la lucarne de Kiedrzynek. Mais dans la foulée Saevik se rattrapait en offrant le but de l'égalisation à Nadim (1-1, 11'). Khelifi mettait son équipe sur de bons rails avant la pause d'une belle frappe croisée du gauche. Dès la reprise, Nadim signait un doublé à la réception d'un centre (1-3, 50').


    Demi-finale (02/08/2020) : Bordeaux (D1)-PSG 1-2


    Geyoro à la lutte avec Cascarino (photo FCGB)


    Dimanche 02 août 2020 à 20h30
    Libourne (Stade Jean-Antoine Moueix)
    Spectateurs : 1814 - Arbitre : Alexandra Collin
    But pour Bordeaux : Katja Snoeijs 23'
    Buts pour PSG : Irene Paredes 55' (passe de Nadim), Signe Bruun 84' (passe de Baltimore)
    Avertissements : Charlotte Bilbault 49' pour Bordeaux, Luana 15', Grace Geyoro 30', Irene Paredes 45', Nadia Nadim 56' pour PSG

    PSG : 16-Christiane Endler, 12-Ashley Lawrence, 14-Irene Paredes ©, 4-Paulina Dudek, 20-Perle Morroni, 8-Grace Geyoro, 6-Luana (13-Sara Däbritz 61'), 10-Nadia Nadim (7-Ramona Bachmann 69'), 23-Jordyn Huitema (21-Sandy Baltimore 69'), 9-Marie-Antoinette Katoto, 11-Kadidiatou Diani (22-Signe Bruun 78'), Entr.: Olivier Echouafni
    Non utilisées : 1-Charlotte Voll, 15-Karina Sævik, 24-Formiga, 27-Léa Khelifi, 33-Jade Le Guilly

    Les Parisiennes ont rejoint les Lyonnaises en finale mais les Bordelaises avaient réussi à mener au score avant la pause. Le temps fort parisien du début de match n'était pas concluant et passée cette entame, Bordeaux pouvait compter sur Snoeijs, seule sur l'action, qui interceptait une passe en retrait avant de filer vers le but d'Endler (1-0, 23'). Les Parisiennes prenaient le dessus physiquement au retour des vestiaires. L'égalisation arrivait avec un corner de Nadim repris de la tête par Paredes (1-1, 55'). Les interventions bordelaises se faisaient plus nombreuses pour tenir. L'une des rares opportunités des Girondines était au crédit de Shaw avec une volée sur le poteau (73e). Mais ces quelques minutes d'espoir étaient anéanties par l'apport des remplaçantes parisiennes. Baltimore trouvait Bruun qui ne manquait son face-à-face (1-2, 84'). Une dernière occasion parisienne voyait Paredes trouver de nouveau la barre sur un corner (90e).


    L'EFFECTIF UTILISÉ

    Gardiennes

    16. ENDLER Christiane - 2 m (180 min) - 1 but encaissé
    KIEDRZYNEK Katarzyna** - 2 m (180 min) - 1 but encaissé
    1. VOLL Charlotte* - 0 m
    30. CRISCIONE Arianna - 0 m

    Défenseures
    COOK Alana*** - 2 m (180 min)
    4. DUDEK Paulina - 3 m (211 min)
    GLAS Hanna** - 3 m (270 min) - 2 passes décisives
    12. LAWRENCE Ashley - 2 m (155 min) - 1 but
    33. LE GUILLY Jade - 0 m
    20. MORRONI Perle - 3 m (254 min)
    14. PAREDES Irene - 4 m (329 min) - 2 buts

    Milieux
    6. LUANA - 3 m (240 min)
    BOUSSAHA Lina** - 3 m (185 min) - 4 buts - 1 passe décisive
    13. DÄBRITZ Sara - 1 m (30 min)
    24. FORMIGA - 2 m (105 min)
    8. GEYORO Grace - 3 m (196 min) - 1 but - 1 passe décisive
    27. KHELIFI Léa - 3 m (250 min) - 2 buts - 1 passe décisive
    15. SAEVIK Karina - 2 m (180 min) - 2 buts - 2 passes décisives

    Attaquantes
    7. BACHMANN Ramona - 1 m (22 min)
    21. BALTIMORE Sandy - 4 m (227 min) - 1 but - 2 passes décisives
    BECHO Vicki** - 1 m (15 min)
    22. BRUUN Signe - 1 m (13 min) - 1 but
    11. DIANI Kadidiatou - 3 m (183 min) - 1 passe décisive
    23. HUITEMA Jordyn - 2 m (113 min)
    9. KATOTO Marie-Antoinette - 3 m (194 min) - 3 buts - 1 passe décisive
    10. NADIM Nadia - 3 m (248 min) - 3 buts - 4 passes décisives

    4 matchs - 4 victoires - 20 buts marqués, 2 buts encaissés

    *joueuse nouvellement recrutée
    **joueuse ayant quitté le club
    ***joueuse temporairement prêtée


    Pour rappel, Simon non qualifiée (participation à cette édition de Coupe de France avec un autre club)

    Dimanche 9 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...if_a16686.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - OL, le parcours qualificatif

    Trois formations de D1 et une de D2 se sont trouvées sur la route des Lyonnaises au cours du parcours de qualification débuté face à l'OM le 12 janvier dernier.


    Seizième de finale (12/01/2020) : Lyon-Marseille (D1) 9-1


    Quadruplé pour Parris (photo OL)


    Spectateurs : 1206 - Arbitre : Maïka Vanderstichel
    Buts pour Lyon : Nikita Parris 12', 40' (passe de Majri), 46' (passe de Marozsán), 86' (passe de Le Sommer), Eugénie Le Sommer 21', 35' (passe de Marozsan), Dzsenifer Marozsán 47' (passe de Bronze), Wendie Renard 49' (passe de Marozsán), Janice Cayman 75' (passe de Bronze)
    But pour Marseille : Mickaëlla Cardia 8'
    Aucun avertissement
    NB. Penalty de Marozsán repoussé par Joly (21')

    Lyon : 1-Lisa Weiß, 2-Lucy Bronze, 11-Griedge Mbock Bathy Nka (12-Kadeisha Buchanan 63'), 6-Wendie Renard ©, 4-Alex Greenwood, 5-Saki Kumagai (14-Janice Cayman 72'), 6-Amandine Henry (15-Shanice van de Sanden 62'), 8-Nikita Parris, 7-Amel Majri, 9-Eugénie Le Sommer, 10-Dzsenifer Marozsán. Entr.: Jean-Luc Vasseur
    Non utilisées : 13-Selma Bacha, 16-Sarah Bouhaddi

    C'est un peu une sensation sans le savoir que l'OM a réussi le 12 janvier dernier face à l'OL. Marquer un but à l'OL en Coupe de France, une situation très rare en dehors de la finale. Le dernier club qui y était parvenu était Yzeure 5 ans plus tôt (8-1) en seizième mais l'OM faisait mieux en menant au score ce que seuls trois clubs, hors finales, ont réussi et chaque fois au stade des demi-finales. Cette entrée en lice marquée par cette surprise n'a cependant pas duré longtemps puisque Parris a égalisé quatre minutes après et aura été avec son quadruplé l'une des actrices de ce match tout comme Marozsán avec un but et trois passes décisives.


    Huitième de finale (01/02/2020) : Thonon Évian (D2)-Lyon 0-2


    Renard buteuse comme en seizième sur une passe de Marozsan (photo OL)


    Thonon-les-Bains (Stade Joseph Moynat)
    Spectateurs : 2568 - Arbitre : Savina Elbour
    Buts : Dzsenifer Marozsán 17', Wendie Renard 44' (passe de Marozsán)
    Avertissements : Maysa Jbarah 22', Lina Khelif 29', Amandine Jung 43', Frédérique Messomo 82' pour Thonon Évian, Alex Greenwood 81' pour Lyon
    NB. Penalty de Cascarino arrêté par Saunders (90+1')

    Lyon : 1-Lisa Weiß, 2-Lucy Bronze, 3-Wendie Renard ©, 11-Alex Greenwood, 4-Selma Bacha, 5-Saki Kumagai (13-Amel Majri 46'), 6-Amandine Henry, 9-Janice Cayman, 10-Dzsenifer Marozsán (14-Jéssica Silva 72'), 8-Delphine Cascarino, 7-Nikita Parris (12-Shanice van de Sanden 46'). Entr.: Jean-Luc Vasseur
    Non utilisées : 16-Sarah Bouhaddi, 15-Griedge Mbock Bathy Nka

    Sur un terrain compliqué en cette période hivernale, l'OL a été sérieux pour faire la différence avant la pause. Un OL qui venait d'apprendre la grave blessure d'Hegerberg. Marozsán côté droit près du point de corner délivrait un centre qui retombait dans la lucarne opposée, le ballon heurtant le montant et la nuque de Blais avant de faire trembler les filets (0-1, 17'). Juste avant le repos, sur un coup franc de Marozsán à 25 m côté droit, Renard esseulée au second poteau à 7 m ajustait une tête croisée (0-2, 44'). Le manque de justesse ne permettait pas d'alourdir la marque et Cascarino échouait sur penalty en toute fin de match.


    Quart de finale (15/02/2020) : Dijon (D1)-Lyon 0-2


    Cascarino a contribué à débloquer la situation face à Dijon


    Dijon (Stade des Poussots)
    Spectateurs : 552 - Arbitre : Maïka Vanderstichel
    Buts : Delphine Cascarino 51' (passe de Bronze), Nikita Parris 75' (passe de Cascarino)
    Aucun avertissement

    Lyon : 1-Lisa Weiß, 2-Lucy Bronze, 11-Griedge Mbock Bathy Nka, 3-Wendie Renard ©, 4-Selma Bacha, 6-Amandine Henry (14-Shanice van de Sanden 15'), 5-Saki Kumagai (15-Alex Greenwood 81'), 9-Delphine Cascarino, 10-Dzsenifer Marozsán, 7-Amel Majri (12-Naomie Feller 66'), 8-Nikita Parris, Entr.: Jean-Luc Vasseur
    Non utilisées : 16-Sarah Bouhaddi, 13-Janice Cayman

    L'OL qui avait connu un accroc à Dijon au Stade Gaston Gérard (0-0) ne s'est cette fois-ci pas fait surprendre. Pour autant, les Dijonnaises se sont de nouveau montées très accrocheuses et les Lyonnaises en difficulté pour trouver des espaces dans le bloc dijonnais. La sortie rapide de Henry sur blessure amena à réorganiser la tactique. A la pause, tout restait à faire. C'est Cascarino d'une Madjer sur un centre de Bronzer qui trouve la faille face à Chavas (0-1, 51'). Lancée par Feller, elle allait ensuite déborder à gauche pour remettre sur Parris (0-2, 75'). L'OL se qualifiait logiquement mais Dijon aura eu le mérite de résister.


    Demi-finale (02/08/2020) : Guingamp (D1)-Lyon 0-1


    Majri dimanche dernier à Roudourou


    Guingamp (Stade de Roudourou)
    Spectateurs : 1196 - Arbitre : Savina Elbour
    But : Nikita Parris 65' (passe de Renard)
    Avertissements : Haley Lukas 67', Sana Daoudi 78', Aïssata Traoré 82' pour Guingamp, Saki Kumagai 88' pour Lyon

    Lyon : 16-Sarah Bouhaddi, 2-Lucy Bronze, 3-Wendie Renard ©, 21-Kadeisha Buchanan, 15-Alex Greenwood (4-Selma Bacha 59'), 6-Amandine Henry (8-Sara Björk Gunnarsdóttir 72'), 5-Saki Kumagai, 7-Amel Majri (11-Shanice van de Sanden 72'), 10-Dzsenifer Marozsán, 9-Eugénie Le Sommer (20-Delphine Cascarino 59'), 17-Nikita Parris (23-Janice Cayman 90'), Entr.: Jean-Luc Vasseur
    Non utilisées : 1-Lola Gallardo, 22-Sally Julini

    Après une longue couverture, les demi-finales prévus initialement le 22 mars ont pu se tenir le 2 août. L'OL après sept semaines de préparation se rendait à Guingamp qui disputait sa première demi-finale. Face à une équipe de Guingamp décidée à venir presser son adversaire et des Lyonnaises qui commettaient des erreurs techniques, le score restait vierge. Les Lyonnaises vont se heurter à Durand, décisive, jusqu'à la 65e minute lors que Parris héritait d'un centre de Renard pour conclure d'une tête piquée (0-1, 65'). Un seul but suffisant pour retrouver le PSG ce dimanche.


    L'EFFECTIF UTILISÉ

    Gardiennes

    16. BOUHADDI Sarah - 1 m (90 min) - 0 but encaissé
    1. GALLARDO Lola* - 0 m
    40. TALASLAHTI Katriina - 0 m
    WEISS Lisa** - 3 m (270 min) - 1 but encaissé

    Défenseures
    4. BACHA Selma - 3 m (212 min)
    2. BRONZE Lucy - 4 m (360 min) - 3 passes décisives
    21. BUCHANAN Kadeisha - 2 m (118 min)
    CARPENTER Ellie* - 0 m (actuellement indisponible)
    23. CAYMAN Janice - 3 m (110 min) - 1 but
    15. GREENWOOD Alex - 4 m (248 min)
    29. MBOCK Griedge - 2 m (152 min) (actuellement indisponible)
    3. RENARD Wendie - 4 m (360 min) - 2 buts - 1 passe décisive
    13. REVELLI Manon - 0 m (actuellement indisponible)
    18. SOMBATH Alice* - 0 m

    Milieux
    8. GUNNARSDOTTIR Sara Björk* - 1 m (19 min)
    6. HENRY Amandine - 4 m (236 min)
    22. JULINI Sally - 0 m
    5. KUMAGAI Saki - 4 m (286 min)
    7. MAJRI Amel - 4 m (271 min) - 1 passe décisive
    10. MAROZSAN Dzsenifer - 4 m (341 min) - 2 buts - 4 passes décisives

    Attaquantes
    20. CASCARINO Delphine - 3 m (212 min) - 1 but - 1 passe décisive
    FELLER Naomie** - 1 m (25 min)
    14. HEGERBERG Ada - 0 m (actuellement indisponible)
    9. LE SOMMER Eugénie - 2 m (148 min) - 2 buts - 1 passe décisive
    17. PARRIS Nikita - 4 m (314 min) - 6 buts
    19. SILVA Jéssica - 1 m (19 min) (actuellement indisponible)
    12. TAYLOR Jodie* - 0 m
    11. VAN DE SANDEN Shanice - 4 m (169 min)

    4 matchs - 4 victoires - 14 buts marqués, 1 but encaissé, 2 penaltys arrêtés (Cascarino et Marozsan)

    *joueuse nouvellement recrutée
    **joueuse ayant quitté le club


    Pour rappel, Karchaoui, Malard, Becho et Maoulida non qualifiées (participation à cette édition de Coupe de France avec un autre club)



    Samedi 8 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...if_a16683.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Un contexte particulier pour cette finale

    C'est dans un contexte particulier que se déroulera cette 19e finale ce dimanche 9 août au stade de l'Abbé Deschamps à Auxerre. En raison du contexte sanitaire actuel, de nombreuses dispositions ont été prises pour pouvoir accueillir du public.





    En effet, seules 5 000 personnes seront présentes dans l'enceinte icaunaise comme le rappelait la préfecture "pour la lutte contre l’épidémie de covid-19, le nombre de personnes dans l’enceinte du stade sera limité à 5 000". Un nombre qui inclut tout le monde : des joueuses aux staffs, de la sécurité aux secouristes, des spectateurs aux journalistes ou encore des organisateurs aux arbitres. 4 500 spectateurs seront présents auxquels s'ajouteront les 500 personnes accréditées.

    Au-delà de cette jauge restrictive de spectateurs, le port du masque sera obligatoire. La préfecture de l'Yonne a en effet annoncé que le port du masque pour assister à cette rencontre sera obligatoire pour les personnes de plus de 11 ans "y compris aux abords du stade" de l'Abbé-Deschamps. Entre 18h et 21h, il faudra donc porter son masque route de Vaux à partir de l'avenue Yver située à près de 300 m du stade, espace où la distanciation ne sera plus possible à l'approche du coup d'envoi. Quels que soient les accès autour du stade, les files d'attente seront aussi concernées pour le public.

    Pour cette finale, la rencontre se jouera à guichets fermés après la vente d'un reliquat de dernières places ce vendredi après-midi. Car le contingent de places qui était vendu au public uniquement à la boutique du club au prix de 8€ a trouvé preneur très rapidement. La première vague de 200 places le 3 août était partie en une heure. La Ligue avait aussi mis en vente 500 places à destination de ses clubs, toutes vendues depuis mardi. Les abonnés 2019-2020 étaient également invités par le club, en retirant leurs place au plus tard ce samedi. En effet, dimanche, aucun guichet ne sera ouvert. Le public pourra accéder au stade avec l'ouverture des portes à partir de 19h30.

    Pour les non détenteurs de billet, il ne reste plus qu'à se brancher dimanche soir sur France 4 ou Eurosport 2 pour suivre la rencontre. La chaîne OLTV proposera pour sa part comme pour chaque rencontre des Lyonnaises un avant et un après-match et la diffusion en différé.

    Hommage à Jean-Claude Hamel

    Avant cette rencontre, l'AJ Auxerre rendra un hommage à Monsieur Jean-Claude Hamel, son ancien Président, disparu début juin. L'AJA a prévu plusieurs temps forts pour saluer la mémoire de son Président historique. Dès 14h, un lever de rideau avec un match amical entre les équipes féminines de l'AJA Stade et C’ Chartres Foot (R1F) se jouera au Stade Groupama (anciennement Annexe 3 du stade Abbé Deschamps). L'accès y sera gratuit et ouvert au public. Une célébration hommage à M. Jean-Claude Hamel aura lieu à 16h en la Cathédrale St Etienne d’Auxerre, également ouverte au public avant une cérémonie « Centre de formation JC Hamel » au centre de formation de l’AJA.

    Vendredi 7 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...le_a16682.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Retour sur les quatre précédentes finales OL - PSG

    Sur les 18 précédentes éditions, à quatre reprises, l'OL et le PSG se sont rencontrés en finale. Net avantage aux Lyonnaises (3-1) qui seront opposées une cinquième fois aux Parisiennes ce dimanche à Auxerre. Retour sur les quatre précédents.


    2018 : orage et confusion


    Au terme d'une rencontre interminable, le PSG décroche le trophée (photo archive LAF)


    Après avoir fait vu tomber beaucoup de pluie, cette finale aura fait couler beaucoup d'encre. Dans un scénario des plus imprévisibles, la finale commençait sous les meilleurs auspices avec un record d'affluence et ses 12 480 spectateurs au stade de la Meinay. Les joueuses de Reynald Pedros qui glanent tous les trophées dont la dernière Ligue des Champions face à Wolfsbourg sont les favorites. Le PSG proposait comme en championnat un bloc défensif sur lequel les Lyonnaises butaient avant d'être cueillies à froid par un but de Katoto qui héritait du ballon, réussissait le coup du sombréro sur Henry avant de conclure (1-0, 16'). Tout allait ensuite être dans la confusion pour les joueuses.

    L'orage se mettait à gronder à 22h18, l'arbitre mettait les joueuses à l'abri mais la pelouse se gorgeait d'eau au fil des minutes et l'issue semblait difficile avec des rendez-vous internationaux la semaine suivante. Et finalement bien au delà des 45 minutes règlementaires rappelées à la Loi du Jeu 7 : "Si les périodes pendant lesquelles un match est momentanément arrêté dépassent 45 minutes à partir de l'heure de début du match (y compris les périodes de mi-temps), l'arbitre a également l'obligation d'interrompre définitivement le match". Finalement après de longues minutes de confusion, le match reprenait à 23h30 sur une pelouse très difficile. L'OL pensait tout de même égaliser lorsque Mbock déviait pour Hegerberg qui finissait l'action de la tête (90+3'). Le but semblait valable mais l'arbitre le refusait sifflant une faute sur Endler alors que c'est l'une de ses partenaires qui l'avait bousculée.



    PSG - OL : 1-0
    Jeudi 31 mai 2018 à 21h00
    Strasbourg (Stade de la Meinau)
    Spectateurs : 12 480
    Arbitres : Florence Guillemin assisté de Camille Soriano et Céline Bagrowski.
    But : Marie-Antoinette Katoto 16'
    Avertissements : Marie-Laure Delie 29', Christiane Endler 81', Kadidiatou Diani 90+2' pour PSG, Eugénie Le Sommer 40', Amandine Henry 41', Shanice van de Sanden 52' pour Lyon

    PSG : 16-Christiane Endler , 17-Ève Périsset, 8-Erika, 14-Irene Paredes, 12-Ashley Lawrence, 26-Grace Geyoro, 11-Kadidiatou Diani, 7-Aminata Diallo, 24-Formiga © (10-Jenni Hermoso 77'), 9-Marie-Antoinette Katoto (13-Sandy Baltimore 86'), 18-Marie-Laure Delie, Entr.: Bernard Mendy
    Non utilisées : 1-Katarzyna Kiedrzynek, 3-Laure Boulleau, 4-Paulina Dudek, 6-Andrine Hegerberg, 19-Lina Boussaha
    Lyon : 1-Pauline Peyraud-Magnin, 22-Lucy Bronze, 21-Kadeisha Buchanan, 3-Wendie Renard ©, 4-Selma Bacha (19-Shanice van de Sanden 23'), 6-Amandine Henry, 5-Saki Kumagai (20-Delphine Cascarino 46'), 10-Dzsenifer Marozsán, 9-Eugénie Le Sommer, 14-Ada Hegerberg, 7-Amel Majri (29-Griedge Mbock Bathy Nka 82'), Entr.: Reynald Pedros
    Non utilisées : 30-Romane Bruneau, 11-Kheira Hamraoui, 17-Corine Franco, 23-Camille Abily

    1-0 Katoto (16') : Diani s'arrache sur le côté droit de la surface face à Renard et Bacha qui contre son ballon. Ce dernier revient vers l'axe et Henry manque son tacle pour dégager. Katoto récupère et enchaîne un coup du sombréro par dessus Henry pour placer une reprise croisée du gauche qui termine sur la droite de Peyraud-Magnin

    Match interrompu de 22h18 à 23h30 en raison d'un violent orage


    2017 : l'OL patiente jusqu'aux tirs au but


    A Vannes, l'OL remporte sa première finale aux tirs au but


    C'est la fatidique séance de tirs au but qui a finalement souri aux Lyonnaises pour la première dans cette compétition. Les deux futurs finalistes européens se retrouvaient dans un stade de la Rabine comble. La tactique parisienne à trois joueuses derrière fonctionnaient, et l'OL se faisait prendre au piège. Un corner d'Abily renvoyé au premier poteau par Périsset et un contre parisien assassin. Cristiane débordait dans le couloir droit, elle enroulait une frappe du gauche qui allait se loger dans la lucarne de Gérard impuissante (0-1, 7'). L'OL n'arrivait pas à venir inquiéter Kiedrzynek, le PSG procédait par contre et chacune de ses actions était dangereuse. Alors que l'OL réclamait une main de Paredes (26), trois minutes plus tard, un téléscopage entre Cruz et Le Sommer, dont il était difficile d'apprécier la fautive donnait l'occasion idéale de revenir à la marque par Kumagai (1-1, 34'). En seconde période, Lyon prenait le jeu à son compte mais Prêcheur persistait à garder son onze de départ.

    Les tirs au but allaient cependant sourire aux Lyonnaises. Si Kumagai avait la balle de la victoire après l'échec de Paredes, mais manquait pour la première fois sa tentative avec l'OL, Hegerberg n'allait pas trembler en transformait la huitième tentative lyonnaise (7-6). Le 1er juin qui suivait l'OL s'imposait en finale de la Ligue des Champions face au PSG aux tirs au but !



    PSG - OL : 1-1 (tab 6-7)
    Vendredi 19 mai 2017 à 21h00
    Vannes (Stade de la Rabine)
    Spectateurs : 6616
    Arbitres : Solen Dallongeville assisté de Elodie Coppola et Anaëlle Loidon.
    But pour PSG : Cristiane 7'
    But pour Lyon : Saki Kumagai 34' pen.

    Avertissements : Ève Périsset 86', Katarzyna Kiedrzynek 91' pour PSG, Griedge Mbock Bathy Nka 74' pour Lyon

    PSG : 1-Katarzyna Kiedrzynek, 17-Ève Périsset, 5-Sabrina Delannoy, 4-Laura Georges, 4-Irene Paredes, 12-Ashley Lawrence, 24-Formiga, 26-Grace Geyoro (7-Aminata Diallo 72'), 28-Shirley Cruz © (21-Vero Boquete 82'), 18-Marie-Laure Delie, 10-Cristiane (27-Ouleymata Sarr 68'), Entr.: Patrice Lair
    Non utilisées : 16-Loes Geurts, 3-Laure Boulleau, 15-Nataša Andonova, 20-Perle Morroni
    Lyon : 30-Méline Gérard, 29-Griedge Mbock Bathy Nka, 3-Wendie Renard ©, 21-Kadeisha Buchanan, 7-Amel Majri, 5-Saki Kumagai, 10-Dzsenifer Marozsán, 23-Camille Abily, 12-Élodie Thomis, 13-Ada Hegerberg, 9-Eugénie Le Sommer, Entr.: Gérard Prêcheur
    Non utilisées : 16-Sarah Bouhaddi, 8-Jessica Houara d'Hommeaux, 17-Corine Franco, 18-Claire Lavogez, 24-Mylaine Tarrieu, 26-Josephine Henning, 27-Caroline Seger

    1-0 Cristiane (7') : Suite un à corner lyonnais, Ève Périsset lance Cristiane qui prend de vitesse Amel Majri et trompe Méline Gérard d'une frappe enroulée.
    1-1 Kumagai (34') : Faute de Shirley Cruz sur Eugénie Le Sommer. Saki Kumagai transforme le pénalty malgré l'intervention de la gardienne.
    Tirs au but : Delannoy (0-1), Majri (1-1), Delie (1-2), Le Sommer (2-2), Périsset (2-3), Renard (3-3), Formiga (3-4), Mbock (4-4), Paredes (au dessus), Kumagai (poteau), Boquete (4-5), Marozsan (5-5), Diallo (5-6), Abily (6-6), Sarr (arrêté), Hegerberg (7-6)


    2014 : Patrice Lair termine sur un succès


    Heath et Henry dans un duel accroché (photo FFF)


    Les Lyonnaises ont remporté leur troisième Coupe de France d’affilée grâce à des buts de Dickenmann et Franco en seconde mi-temps. Le PSG n’a pas réussi à faire tomber le roi Lyon une seconde fois en 2014. Pour le dernier match de leur coach Patrice Lair, en première période, les deux seules équipes pros du championnat se sont livrées un duel féroce et équilibré. Ce sont finalement les défenseures rhodaniennes qui ont permis à l’OL de faire la différence après la pause. Avec une ouverture de Necib, Dickenmann a merveilleusement enroulé son ballon dans la lucarne de Kiedrzynek (1-0, 57'). Assommé, le PSG a ensuite reçu un deuxième coup sur la tête quatre minutes plus tard. Franco, sur un délice de coup franc de Necib, a placé une superbe tête plongeante et a permis à l’OL de faire le break (2-0, 61'). Amandine Henry a même failli ajouter un troisième but de la tête à la toute dernière minute (94e).



    OL - PSG : 2-0
    Samedi 07 juin 2014 à 20h55
    Le Mans (MMArena)
    Spectateurs : 6588
    Arbitres : Séverine Zinck assisté de Élodie Coppola et Aurélie Efe.
    Buts : Lara Dickenmann 58', Corine Franco 61'
    Aucun avertissement

    Lyon : 16-Sarah Bouhaddi, 17-Corine Franco, 3-Wendie Renard ©, 5-Saki Kumagai, 21-Lara Dickenmann, 6-Amandine Henry, 23-Camille Abily, 10-Louisa Necib (11-Amel Majri 80'), 9-Eugénie Le Sommer, 12-Élodie Thomis (15-Élise Bussaglia 55'), 8-Lotta Schelin (24-Laetitia Tonazzi 83'), Entr.: Patrice Lair
    Non utilisées : 1-Pauline Peyraud-Magnin, 4-Makan Mouchou Traoré, 13-Mélissa Plaza, 19-Ève Périsset
    PSG : 1-Katarzyna Kiedrzynek, 11-Jessica Houara d'Hommeaux, 4-Laura Georges, 5-Sabrina Delannoy ©, 3-Laure Boulleau, 2-Kenza Dali (29-Kosovare Asllani 70'), 20-Caroline Pizzala (28-Shirley Cruz 69'), 14-Kheira Hamraoui, 27-Tobin Heath, 7-Lindsey Horan (10-Linda Bresonik 76'), 18-Marie-Laure Delie, Entr.: Farid Benstiti
    Non utilisées : 16-Karima Benameur, 8-Nonna Debonne, 13-Annike Krahn, 17-Aurélie Kaci

    1-0 Dickenmann (58') : À l'entrée de la surface, Necib trouve Abily, qui transmet dans la foulée à la Dickenmann. Cette dernière trouve la lucarne opposée.
    2-0 Franco (61') : Necib dépose magistralement le ballon sur la tête de Corine Petit qui marque d'une tête plongeante.


    2008 : un lever de rideau dans un grand stade pour une première


    Georges au duel avec Prévost lors de la finale au stade de France (archive PSG)


    Dans un contexte inédit, cette première finale entre l'OL et le PSG se tient au Stade de France en lever de rideau. Mais le public est avant tout présent pour la rencontre des Bleues face à la Colombie (1-0) qui se tient 3 heures et demi plus tard. Champion de France, l'OL a l'occasion de clore sa saison par un doublé. Si l'enceinte de 80 000 places sonne creux au coup d'envoi, nous avions estimé à l'époque quelque 700 spectateurs au coup d'envoi, les Lyonnaises vont progressivement prendre le dessus et le public sera de l'ordre de 3 000 personnes lorsque l'OL trouve enfin la faille. Une série de frappes contrées et le ballon parvient à la Costaricaine Cruz qui ne tremble pas pour ajuster la gardienne du droit à 6 m (0-1, 52'). Le second but arrive rapidement après une frappe contrée de Thomis et cette fois-ci l'adresse de Necib à 10 m pour marquer à ras de terre du gauche (0-2, 59'). Le PSG craque une troisième fois avec Bompastor qui avait tout le temps pour centrer sur la tête d'Abily oubliée dans l'axe, seule face à Quatredeniers (0-3, 78'). Le premier titre de l'OL dans cette compétition après trois échecs en finale.

    PSG - OL : 0-3
    Mardi 03 juin 2008 à 17h30
    Saint-Denis (Stade de France)
    Spectateurs : 3 000 environ
    Arbitres : Séverine Craipeau assisté de Audrey Guerlin et Sabrina Himber.
    Buts : Shirley Cruz 52', Louisa Necib 59', Camille Abily 78'
    Aucun avertissement

    PSG : 1-Cécilie Quatredeniers, 2-Félicité Tiziri Hamidouche, 4-Émilie L'Huillier, 5-Sabrina Delannoy © (14-Aude Moreau 46'), 11-Nonna Debonne, 7-Mériame Ben Abdelwahab (12-Inès Dhaou 53'), 6-Caroline Pizzala, 8-Sophie Perrichon (13-Adama Doumbouya 80'), 3-Laure Boulleau, 10-Candice Prévost, 9-Marie-Laure Delie, Entr.: Eric Leroy
    Non utilisées : 15-Claire Ficadière, 16-Méline Gérard
    Lyon : 1-Bente Nordby, 3-Dorte Dalum Jensen, 4-Laura Georges, 2-Sandrine Dusang, 8-Sonia Bompastor ©, 11-Shirley Cruz, 6-Simone Jatobá, 9-Élodie Thomis (13-Katia 74'), 7-Louisa Necib (14-Alix Faye-Chellali 82'), 10-Camille Abily (12-Sandrine Brétigny 80'), 5-Hoda Lattaf, Entr.: Farid Benstiti
    Non utilisées : 15-Wendie Renard, 16-Emmeline Mainguy

    0-1 Cruz (52') : Lattaf rentre dans la surface, légèrement décalée sur la gauche. Elle centre sur Abily mais la défense dégage. Le ballon parvient d'abord sur Necib dont le tir est contré puis revient après avoir touché Perrichon sur Cruz Trana qui contrôle et marque du droit à 6 m
    0-2 Necib (59') : Thomis tente une frappe contrée par Debonne et récupère Necib à 10 mètres, contrôle et enchaîne d'une belle frappe à ras de terre du plat du pied gauche
    0-3 Abily (78') : Centre de Bompastor, de la gauche vers la droite, et tête piquée décroisée de Abily à 5 m seule face à Quatredeniers

    Samedi 8 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...SG_a16681.html

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    Envoyé par Pr.Skinner Voir le message
    Ils n'ont pas prit l'ascendant pendant les TAB
    On a loupé notre penalty mais ils n'en ont pas profité puisqu'ils ont loupé le leur a leur tour
    A aucun moment ils n'ont donc eu un avantage, et pendant 90 min c'etait l'OL qui avait dominé

    Je maintiens que ce "que c'est cruel pour le PSG" est du plus grand RIDICULE bien que peu etonnant
    Dominer ne donne aucune victoire ou aucun trophée à la sortie si tu es incapable de concrétiser.
    Si l'OL n'avait pas remporté la séance de TAB, il n'aurait pu s'en prendre qu'à lui-même et son déchet dans le dernier geste, la gardienne du PSG n'ayant eu aucun arrêt compliqué à faire en 90 minutes.
    Pour le reste, je te laisse avec ta parano, considérant que le journaliste en question se fout de savoir que l'une ou l'autre des équipes gagne, à partir du moment où le suspense est au rdv (tout bénef pour la retransmission et donc son boulot).

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    Ils n'ont pas prit l'ascendant pendant les TAB
    On a loupé notre penalty mais ils n'en ont pas profité puisqu'ils ont loupé le leur a leur tour
    A aucun moment ils n'ont donc eu un avantage, et pendant 90 min c'etait l'OL qui avait dominé

    Je maintiens que ce "que c'est cruel pour le PSG" est du plus grand RIDICULE bien que peu etonnant
    Dernière modification par Pr.Skinner, 11/08/2020, 20h26.

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    Envoyé par Pr.Skinner Voir le message
    Resumé de la finale sur France Television



    On notera la remarque du journaliste a la fin "que c'est cruel pour le PSG" de perdre aux penos, alors que le resumé montre 10 occasions lyonnaises pour aucune du PSG
    La phrase du journaliste fait référence au déroulé de la séance de TAB, durant laquelle le PSG avait pris l'ascendant.
    6 occases côté lyonnais dans le match avec beaucoup de déchet, on ne peut pas dire qu'Endler ait été particulièrement mise à contribution.

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    Resumé de la finale sur France Television



    On notera la remarque du journaliste a la fin "que c'est cruel pour le PSG" de perdre aux penos, alors que le resumé montre 10 occasions lyonnaises pour aucune du PSG

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Les réactions de BORDEAUX - PSG

    Retrouvez les réactions des entraineurs et joueuses après la demi-finale entre Bordeaux et le PSG.


    Pedro MARTINEZ LOSA (entraîneur, Bordeaux) : "On a exposé des joueuses à de nombreux risques"


    Pedro Martinez Losa


    Pour ce match, je pense que tous les coachs sont d’accord pour dire qu’on n’a pas eu assez de temps pour se préparer. Il y avait un risque de blessure élevé. Les deux équipes ont beaucoup souffert. On a vu les joueuses de Lyon et Guingamp souffrir aussi. On a eu quatre blessures ici aujourd’hui, sans compter celles de la semaine. Je pense qu’on aurait dû avoir au moins huit semaines de préparation. Mais la fédération a décidé qu’il fallait jouer à cette date. Je pense qu’on a exposé des joueuses à de nombreux risques.

    On a fait un bon match d'un bon niveau contre le PSG. C’est un adversaire très difficile mais je suis très fier de mes filles. On est déçu, car on voulait gagner et on a tout fait pour. L'équipe a tout tenté pour gagner et progresser. Elles ont été cherchées dans leurs ressources et ont réussi à faire jeu égal avec le PSG. Il ne faut pas oublier que l'on a joué l'une des meilleures équipes de France et du Monde qui comme Lyon joue la Ligue des Champions. D'un côté, il y a de la fierté et de l'autre côté on ressent de la déception, car on était tout près.


    Charlotte BILBAULT (capitaine, Bordeaux) : "On s'est complètement laisser aller par l'aspect tactique"

    On a été solide en première mi-temps. On a respecté le plan de jeu du coach. On avait bien travaillé tactiquement. On était bien en place. En deuxième mi-temps, on a reculé. On a pris le premier but, je n'ai pas été au marquage, on le paye cash. On s'est complètement laisser aller par l'aspect tactique. On n'y était plus. Le deuxième but est un exploit individuel. On n'est pas très loin, mais ce qui nous importe c'est la victoire. C'est frustrant car en première mi-temps, on y était et finalement on perd le match 2-1. Cela faisait cinq mois que l'on n'avait pas joué. Physiquement, cela a été très dur, il faut reprendre du rythme, des automatismes. Maintenant on va se concentrer sur le championnat.


    Olivier ECHOUAFNI (entraîneur, PSG) : "Le banc de touche qui a fait la différence"


    Olivier Echouafni


    On revient peut-être un peu de loin, cette victoire, on a été vraiment la chercher. Quelque part ce sont les plus belles victoires, celles qui forgent aussi un groupe. On a été malmené dans une première période que l'on avait plutôt bien démarrée mais par manque d'efficacité, on n'avait pas marqué ce premier but. Une erreur de notre part et cela nous coûte ce premier but. Après les filles ont perdu confiance et ont commencé à douter. Il fallait que l'on élève notre niveau et ensuite Bordeaux allait avoir des difficultés. On a eu quand même énormément de situations, on aurait dû marquer plus rapidement. Finalement le doute ne s'est pas installé. C'est finalement le banc de touche qui a fait la différence. Nos quatre joueuses qui sont entrées ont amené de la fraîcheur. Elles ont été décisives et ce sont elles aujourd'hui qui récompensent l'ensemble du travail du groupe. Il y avait beaucoup d'incertitudes, cela faisait cinq mois que l'on n'avait pas joué, il y avait de l'engagement mais c'était un match à enjeu. Une finale à aller chercher. Le plus important, c'était de se qualifier face à une équipe de Bordeaux qui a été très valeureuse. On va aller à Auxerre pour aller chercher le titre.


    Perle MORRONI (joueuse, PSG) : "On était bien physiquement"

    C'était le premier match depuis cinq mois. On savait que cela allait très compliqué contre une équipe de Bordeaux qui s'est bien préparé. Quoi qu'il arrive, il ne fallait pas lâcher. Le coach nous avait dit que Bordeaux allait très forte en première période et qu'après cela allait se relâcher. Nous, on était bien physiquement même si on doit encore travailler. C'est cela qui a fait la différence.

    Mardi 4 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...SG_a16679.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Le PSG réagit après la pause face à BORDEAUX

    Les Parisiennes ont rejoint les Lyonnaises en finale pour une cinquième opposition entre les deux équipes. Les Bordelaises avaient réussi à mener au score avant la pause mais ont reculé ensuite concédant deux buts.


    Lawrence et Shaw en duel (photo FCGB)



    L'entraîneur parisien annonçait un duel à 50-50, son homologue bordelais rêvait d'atteindre la finale avec son équipe. L'opposition a répondu aux attentes puisque si les Parisiennes étaient les premières dangereuses, elles ne concrétisaient pas cette domination. Au sein du trio d'attaque parisien, Nadim trouvait en retrait Katoto qui pouvait cependant trop son pied droit voyant le ballon finir juste à côté du montant gauche de Bruneau (5e). Cinq minutes après, un déboulé de Katoto à droite se concluait par un centre fort qui parvenait à Diani au second poteau. Là encore le ballon flirtait avec le montant (10e).

    Passée cette entame, Bordeaux avait effectué des réglages pour ne plus se faire surprendre dans les couloirs. C'est par contre ce qui allait coûter aux Parisiennes. Sauf que Snoeijs était seule sur l'action, profitant de son opportunisme pour intercepter une passe en retrait de Lawrence vers Paredes avant de filer vers le but d'Endler. Avec plein de sang froid, elle fixait Endler pour placer le ballon du gauche au ras du montant (1-0, 23'). Bordeaux était mieux, les Parisiennes commettaient plusieurs fautes qui allaient leur coûter trois avertissements. Ce n'est par contre pas une mauvaise intention qui entraînait la sortie sur blessure de Gilles mais une mauvaise réception en retombant d'un duel (35e). L'occasion pour l'internationale italienne Linari de faire ses débuts avec le club girondin et d'intervenir parfaitement devant Katoto (42e). Jusqu'à la pause, Bordeaux tenait bon et Bruneau arrêtait un dernier tir de Diani (45+1e).

    Bordeaux a mené avant de craquer


    Les Bordelaises y ont cru (photo FCGB)


    "On n'a pas fait notre travail, on était un peu stressé" relevait la capitaine parisienne. Mais la pause allait être salvatrice : "On s'est bougé aux vestiaires et cela a été mieux". A peine, le jeu repris un coup franc de Nadim plein axe à 25 m alertait déjà des intentions en venant terminer sur le poteau avant un sauvetage de Linari (47e). Paris dominait, Bordeaux subissait et l'égalisation arrivait avec un corner de Nadim repris de la tête par Paredes (1-1, 55'). Une autre belle occasion arrivait dans la foulée avec Katoto et Diani qui combinaient pour finalement voir Geyoro frapper au dessus du cadre (57e). Les interventions défensives bordelaises se faisaient plus nombreuses pour tenir. L'une des rares opportunités des Girondines était au crédit de Garbino, décalée par Lavogez mais sa frappe passait au dessus (67e). La plus belle occasion restait en faveur de la Jamaïcaine Shaw avec une volée magnifique du droit qui venait frapper le poteau droit d'Endler battue (73e). Mais ces quelques minutes d'espoir étaient anéanties par l'apport des remplaçantes parisiennes. Baltimore trouvait Bruun qui ne manquait son face-à-face (1-2, 84'). Une dernière occasion parisienne voyait Paredes trouver de nouveau la barre sur un corner (90e). Bilbault à l'image de son équipe pouvait regretter les erreurs défensives en seconde période : "On a été cohérent en première mi-temps. On s'est laissé aller en deuxième mi-temps, on a reculé. On l'a payé cash sur le premier but où je ne suis pas au marquage. Le deuxième but, sur un exploit individuel où on n'est pas au marquage au début. On a encore beaucoup de travail. Le haut niveau se joue sur des détails."

    Le PSG devra se concentrer dès dimanche prochain sur la finale avant la Ligue des Champions. Bordeaux dispose d'encore un mois pour préparer son début de championnat et satisfaire ses ambitions de top 3.


    Coupe de France 2019-2020 - Demi-finale
    Dimanche 2 août 2020
    - 20h30
    FC GIRONDINS DE BORDEAUX - PARIS SAINT-GERMAIN FC : 1-2 (1-0)
    Libourne (Stade Jean-Antoine Moueix)
    Spectateurs : 1 814
    Arbitres : Alexandra Collin assistée de Clothilde Brassart et Valérie Todeschini. 4e arbitre : Gabrielle Guillot
    But :
    1-0 Katja SNOEIJS 23'
    (Sur une passe en retrait de Lawrence pour Paredes, Snoiejs intercepte couloir gauche à 40 m et part dans le couloir seule, avance face à Endler dans la surface qu'elle fixe avant de conclure du plat du pied gauche depuis l'angle des 5,5m en plaçant le ballon au ras du premier poteau)
    1-1 Irene PAREDES 55' (Corner joué côté gauche par Nadim qui trouve la tête de Paredes à 10 m qui vient placer le ballon au ras du poteau gauche de Bruneau)
    1-2 Signe BRUUN 84' (Baltimore à 25 m glisse le ballon pour Bruun qui s'avance dans la surface en contrôlant de l'extérieur du droit avant de conclure du pointu du droit à 8 m face à Bruneau)

    Avertissements : Charlotte Bilbault 49' pour Bordeaux ; Luana 15', Grace Geyoro 30', Irene Paredes 45+4', Nadia Nadim 56' pour le PSG

    Bordeaux : 30-Romane Bruneau ; 17-Eve Périsset (24-Marine Perea 90+6'), 4-Vanessa Gilles (13-Elena Linari 35'), 3-Julie Thibaud, 5-Estelle Cascarino ; 10-Claire Lavogez, 6-Charlotte Bilbault (cap.), 14-Inès Jaurena, 15-Maëlle Garbino (19-Sophie Istillart 83') ; 9-Khadija Shaw, 25-Katja Snoeijs. Entr.: Pedro Martinez Losa
    Non utilisées : 1-Anna Moorhouse, 7-Ghoutia Karchouni, 11-Ouleymata Sarr, 23-Andrea Lardez
    PSG : 16-Christiane Endler ; 12-Ashley Lawrence, 14-Irene Paredes (cap.), 4-Paulina Dudek, 20-Perle Morroni ; 8-Grace Geyoro, 6-Luana (13-Sara Däbritz 61'), 10-Nadia Nadim (7-Ramona Bachmann 69') ; 23-Jordyn Huitema (21-Sandy Baltimore 69'), 9-Marie-Antoinette Katoto, 11-Kadidiatou Diani (22-Signe Bruun 78'). Entr.: Olivier Echouafni
    Non utilisées : 1-Charlotte Voll, 15-Karina Saevik, 24-Formiga, 27-Léa Khelifi, 33-Jade Le Guilly

    Lundi 3 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...UX_a16676.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Les réactions de GUINGAMP - LYON

    Retrouvez les réactions des entraîneurs et des joueuses après ces deux demi-finales disputées ce dimanche.


    Frédéric BIANCALANI (entraîneur, EAG) : "On a mis du cœur"


    Frédéric Biancalani a pu apprécier la prestation de son équipe, tout comme son homologue lyonnais (photo EAG)


    On a montré de très belles choses. Cela a été compliqué, on ne s'est pas procuré beaucoup d'occasions mais on a eu du cœur. On avait à cœur de les emmerder (sic) le plus longtemps possible. On a bien fait les choses. On a mal joué quelques situations, on aurait pu mettre plus en danger cette équipe. On a manqué un peu d'ambitions offensivement pour pouvoir les embêter un peu plus, de courage pour certaines.

    Le plan était de les embêter, d'aller les chercher, de mettre une grosse pression, chose qu'elles aiment moins, pas pour blesser la joueuse. Quand on connaît la qualité technique qu'il y a en face, il faut tout de suite aller dans le duel, essayer de gagner son un-contre-un pour mettre en péril cette équipe. Il fallait être ambitieux. J'ai un groupe jeune, et c'est le genre de matchs qui peut faire grandir dix fois plus vite.

    Plus le temps passait, plus on y croyait un petit peu. On a manqué de justesse dans le dernier geste, dans la dernière passe. On a dû bricoler un petit peu, et je pense qu'on l'a plutôt bien fait. Mais il y a eu trop de situations laissées à l'adversaire. Il faut que l'on travaille pour gommer nos erreurs et que cela ne se reproduise pas contre d'autres équipes.

    C'est normal que l'on a baissé le pied. Quand on remet les dates, c'est plus facile. Elles ont repris trois semaines avant nous. Maintenant on fait ce que l'on a pu avec les moyens que l'on avait. Quand on a quatre semaines d'entraînement après quatre mois d'arrêt, c'est difficile de remettre la machine en route. On a manqué un peu de jus à la fin. On n'a pas fait de matchs de préparation donc aujourd'hui on peut féliciter les filles.

    Quand on rentre avec de la déception après une demi-finale contre l'OL, c'est sûr que c'est bien mais c'est aussi mal. On a réussi à faire des choses intéressantes mais pas suffisant face à cette équipe pour aller encore plus loin. C'est de bonne augure pour la suite du championnat.


    Solène DURAND (gardienne et capitaine, EAG) : "C'est de bonne augure pour la saison qui vient"

    C'était compliqué, les repères avec une équipe remaniée qui n'est pas celle de l'année dernière, ni celle de la saison prochaine. C'est un peu compliqué de travailler dans ces conditions-là, il faut s'adapter. On s'est plutôt bien adapté à la situation. Il y avait de la tristesse, des pleurs. Mais c'est aussi une bonne chose, cela veut dire qu'il y a de l'ambition. C'est de bonne augure pour la saison qui vient, cela veut dire que l'on est compétitrices.
    Cela fait toujours plaisir de jouer contre une telle équipe. Si on pouvait jouer contre des équipes comme ça tous les week-ends. Si on les avait joué une ou deux semaines plus tard, on aurait peut-être eu un plus de jus pour les embêter un peu plus longtemps.


    Jean-Luc VASSEUR (entraîneur OL) : "Un peu inhibée"


    Jean-Luc Vasseur (photo EAG)


    C'était un match post-COVID, un retour à la compétition, un retour à l'élévation émotionnelle et en ayant vu certains premiers matchs que ce soit hommes et femmes, tout n'était pas parfait, sur le plan tactique, sur le plan mobilité. Je ne suis pas satisfait du résultat. On a joué contre une équipe qui a joué crânement son jeu, en allant nous chercher un peu plus, en nous posant un peu de difficultés. On s'attendait dans ces cas-là à avoir des possibilités de réponse et s'offrir des situations plus nombreuses. On a quatre occasions et c'est la gardienne qui fait des arrêts énormes en première mi-temps. Il y a la satisfaction de la qualification, mais aussi de ces matchs de compétition qui reviennent. L'équipe a été un peu inhibée. Il y a eu un manque de mobilité, pas mal de déchets techniques mais aussi de concentration.

    L'envie de reprendre la compétition, ce qui compte et d'avoir l'enjeu de se qualifier. C'est intéressant parce qu'aujourd'hui, on en avait besoin. On doit se dire attention les acquis ne sont pas là, le niveau que l'on attendait n'est pas là. Mais avec plus de dynamisme, de collectif, on aurait pu être en capacité de se procurer d'occasions. Il faut saluer la prestation de l'équipe en face. On s'est peut-être mis un peu de pression. On a du mal à se réactiver sur le plan émotionnel. A la mi-temps, on a parlé posément. Paradoxalement, la deuxième est moins fructueuse en occasions mais c'est là où l'on marque.


    Amel MAJRI (joueuse OL) : "On aurait pu se rendre la tâche un peu plus facile"

    Cela reste un match de coupe. Cela a été compliqué. On aurait pu se rendre la tâche un peu plus facile si on avait concrétisé nos occasions. Pour un match de reprise, l'intensité était au rendez-vous. En terme de contenu, on prend ce qu'il y a à prendre. Au niveau du rythme, on peut faire mieux faire. Dans les déplacements, aussi. L'équipe que l'on avait en face à proposer quelque chose de bien. Solène Durand a été présente. Cela nous montre que l'on doit encore travailler pour préparer cette finale. Cela faisait plaisir de revoir un peu de monde. On avait qu'une envie, c'était de jouer.

    A Guingamp, Sylvain Jamet

    Mardi 4 Août 2020
    Sylvain Jamet

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ON_a16678.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - L'OL se qualifie d'une courte tête

    En panne d'efficacité en première période, l'OL a trouvé la faille en seconde grâce à une action de Renard et une conclusion de Parris. Une victoire sur la petite des marges qui ouvre les portes de la finale à Auxerre dans une semaine.


    La capitaine Renard a apporté son soutien sur le seul but du match (photo OL)



    Comme attendu pour cette première demi-finale, l’OL prenait le jeu à son compte en début de match avec des Lyonnaises ayant disputé de nombreux matchs amicaux après un mois et demi de préparation alors que Guingamp a débuté sa préparation il y a seulement quatre semaines. La première occasion de but arrivait dès la sixième minute avec un coup franc de Majri du droit et un premier dégagement de Durand dans l’axe. La reprise qui suivait n’était pas cadrée. La deuxième occasion venait d’un long ballon de Wendie Renard parfaitement donné vers Amel Majri sur son aile droite mais dont la frappe passait à côté du but de Durand (8e). A la 12e minute, un beau ballon en profondeur de Greenwood pour Parris était un peu trop long et Durand interceptait le cuir. Un premier quart d'heure tout à l’avantage des visiteuses avec pour seule réplique une frappe de Traoré de loin sans danger pour Bouhaddi (14e).

    Lyon continuait de dominer le match avec une nouvelle frappe aux 25 mètres de Maroszan que Durand captait en deux temps (16e). C’est Parris qui s’essayait à son tour (18e) et encore Maroszan sur un coup franc direct (21e). L’action suivante était superbe avec une talonnade de Kumagai au milieu de terrain qui prenait à revers toute la défense guingampaise. Elle servait Le Sommer qui trouvait Majri en un contre un mais Durand gagnait à nouveau le duel pour la plus grosse occasion de cette première mi-temps (24e). La gardienne locale était encore décisive sur l'action suivante de Lucy Bronze qui percutait côté droit et servait Marozsan seule dans l'axe (25e).

    Guingamp tient bon avec Solène Durand


    Durand gagne son duel avec Majri (photo OL)


    Guingamp répondait timidement par un corner de Fleury repris de volée sans beaucoup de puissance de la part de Le Mouël (31e). A nouveau, Fleury en percussion passait plusieurs joueuses en revue mais ne réussissait pas à mettre le ballon à Traoré qui s’était démarquée à droite de la défense lyonnaise (36e). La fin de la mi-temps était tout à l’avantage de l’OL d’abord avec Majri qui décalait Parris mais butait aussi sur Durand (42e). Et deux minutes plus tard, un excellent une-deux Bronze Parris se concluait par un énième arrêt de Solène Durand, impériale dans cette première mi-temps. L'OL s’est créé des occasions mais n’a pas pu concrétiser alors que Bouhaddi n’a pas été mise à contribution lors de cette première mi-temps.

    La deuxième mi-temps repartait avec le même scénario et des Lyonnaises qui dominaient alors que Guingamp était à l’affût d’un contre. A la 49e minute, Le Sommer lançait Parris dans la surface, l’internationale anglaise réclamait le penalty que l’arbitre ne lui accordait pas (49e). L’OL continuait de pousser alors que les Guingampaises commençaient à piocher physiquement, suite à leur grosse débauche d’énergie défensive. L’occasion suivante venait d’un centre que Durand ne parvenait pas à maitriser, Le Sommer reprenait le ballon qui passait à côté du but (58e).

    Un but capital de Parris


    Parris libère son équipe (photo OL)


    L’ouverture du score arrivait peu après l'heure de jeu. Un premier centre de Majri et la reprise de Maroszan était bien détournée en corner par Durand (64e). Le corner de Marozsan qui s'ensuivait était prolongé par Durand au deuxième poteau. Le ballon était récupéré par Renard qui crochetait à deux reprises son adversaire Gevitz et centrait du droit vers Parris qui reprenait de la tête pour marquer entre les jambes de Durand (0-1, 65').

    La plus grosse occasion guingampaise survenait après cette ouverture du score. Un coup franc de Robert était dévié et passait juste à côté du but de Bouhaddi (77e). Les nombreux changements dans les deux équipes apportaient du tonus d'un point de vue offensif avec les espaces qui se libéraient avec la fatigue des défenses. La dernière occasion du match était pour Kumagai avec une frappe en deux temps après un contre rapidement mené mais elle ne trouvait pas le cadre (86e). Guingamp finissait le match avec sa nouvelle recrue australienne Laura Brock, arrière centrale, mais jouant en position d’avant-centre sans réussite.

    L’OL s’impose de manière logique 1-0, mais aura dû batailler pour son premier match officiel de la saison.


    Coupe de France 2019-2020 - Demi-finale
    Dimanche 2 août 2020
    - 15h00
    EA GUINGAMP - O. LYONNAIS : 0-1 (0-0)
    Guingamp (Stade du Roudourou)
    Spectateurs : 1 196
    Arbitres : Savina Elbour assistée de Nabila Zaouak et Clémentine Dubreil. 4e arbitre : Emeline Rochebilière
    But :
    0-1 Nikita PARRIS 65'
    (Corner de Marozsan prolongé par Durand au second poteau, Renard crochète deux fois Gevitz sur le côté gauche de la surface et adresse un centre rentrant repris de la tête au second poteau par Parris qui pique le ballon qui passe entre les jambes de Durand)

    Avertissements : Haley Lukas 67', Sana Daoudi 78', Aïssata Traoré 82' pour Guingamp ; Saki Kumagai 88' pour Lyon

    Guingamp : 16-Solène Durand (cap.) ; 19-Emmy Jézéquel, 4-Luna Gevitz, 13-Héloïse Mansuy, 5-Haley Lukas ; 8-Jeannette Grace Ngock Yango, 6-Sana Daoudi (23-Laura Brock 90+1'), 10-Aïssata Traoré ; 11-Louise Fleury (7-Dialamba Diaby 83'), 15-Margaux Le Mouël (20-Alison Peniguel 68'), 25-Faustine Robert. Entr : Frédéric Biancalani
    Non utilisées : 30-Manon Le Page, 2-Léa Sotier, 3-Maïwen Renard, 9-Sarah Cambot, 18-Enora Guillois, 29-Manon Coquil
    Lyon : 16-Sarah Bouhaddi ; 2-Lucy Bronze, 3-Wendie Renard (cap.), 21-Kadeisha Buchanan, 15-Alex Greenwood (4-Selma Bacha 59') ; 6-Amandine Henry (8-Sara Björk Gunnarsdottir 72'), 5-Saki Kumagai ; 7-Amel Majri (11-Shanice van de Sanden 72'), 10-Dzsenifer Marozsan, 9-Eugénie Le Sommer (20-Delphine Cascarino 59') ; 17-Nikita Parris (23-Janice Cayman 90+1'). Entr : Jean-Luc Vasseur
    Non utilisées : 1-Dolores Gallardo, 22-Sally Julini

    Lundi 3 Août 2020
    Sylvain Jamet

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...te_a16675.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - BORDEAUX - PSG, un duel d'ambitieux

    D'un côté une formation de Bordeaux qui s'installe au fil des saisons dans le haut de tableau, de l'autre, le PSG qui reste toujours dans l'ombre de l'OL. Cette demi-finale offre l'occasion à l'une des deux formations de s'offrir une finale et d'espérer un trophée.


    Eve Périsset retrouvera son ancien club (photo FCGB)



    La méfiance est de mise de part et d'autres pour ce duel indécis qui ouvrirait les portes de la finale. D'un côté, la formation girondine qui a étoffé son effectif avec des ambitions de s'installer dans le trio de tête pour viser l'Europe. Mais pour le moment, la capitaine Charlotte Bilbault fait abstraction de cela : "Focus sur la demi-finale" et de rappeler que la finale était une ambition en début de saison : "On va essayer de faire ce qui était prévu... pourquoi pas la finale !"

    Après quatre semaines de préparation, Bordeaux s'apprête à recevoir le PSG à Libourne devant 1 900 spectateurs. Leur entraîneur Pedro Martinez Losa insiste aussi sur cette occasion : "C'est une opportunité unique pour le club, pour sa section féminine". D'autant qu'au cours de leur parcours, les Bordelaises se sont qualifiées à trois reprises à l'extérieur et aux tirs au but sortant notamment deux D1 (Paris FC et Montpellier) et une D2 (Montauban). A Montpellier, en quart, Sarr avait été la vedette avec son triplé dont deux buts en deux minutes (78e, 80e) pour offrir les tirs au but. A l'exception des recrues ayant déjà pris part à la compétition avec un autre club (Cardia, Dufour, Palis), Martinez Losa disposera de son effectif dont Périsset, la recrue parisienne qui n'avait pas joué les matchs avec son ancien club.

    Echouafni : "Du 50-50"

    Victorieux il y a deux ans, le PSG va devoir passer l'obstacle bordelais avant de pouvoir rallier Auxerre. Après quatre mois et demi sans match officiel, les Parisiennes sont dans l'incertitude même si cette longue interruption a été profitable pour récupérer tout son effectif ou presque. Däbritz en phase de reprise ne devrait pas y participer au contraire de Bruun dans un secteur offensif où les joueuses sont nombreuses. Cependant par rapport à Bordeaux qui n'a joué qu'une opposition face aux U17 du club (1-1), le PSG a remporté ses trois matchs contre Twente (4-2) et le Paris FC (4-1 et 2-0). Echouafni se montre cependant prudent : "On n'est certainement pas favoris contre Bordeaux. Il y a beaucoup d'incertitudes. On a réussi à faire trois matches, donc les filles sont prêtes, physiquement, psychologiquement. On va être attendus, Bordeaux aura à coeur de se qualifier, ce sera du 50-50." Les Parisiennes restent malgré tout sur une victoire 3-0 contre cet adversaire en championnat. En Coupe de France, le PSG a sorti en déplacement trois adversaires de niveau inférieur avec Mazères (R1, 9-0), Rodez (D2, 6-0) et Arras (D2, 3-1).


    LES GROUPES POSSIBLES

    BORDEAUX

    G : 1-Moorhouse, 30-Bruneau
    D : 3-Thibaud, 4-Gilles, 5-Cascarino, 13-Linari, 17-Périsset, 22-Chatelin, 24-Péréa, 23-Lardez
    M : 6-Bilbault, 7-Karchouni, 10-Lavogez, 14-Jaurena, 15-Garbino, 19-Istillart
    A : 7-Snoeijs, 9-Shaw, 11-Sarr
    Non qualifiées : Cardia, Dufour, Palis (Coupe de France disputée avec un autre club au cours de la saison)

    PSG
    G : 16-Endler, 1-Voll
    D : 4-Dudek, 12-Lawrence, 14-Paredes, 20-Morroni
    M : 6-Luana, 8-Geyoro, 21-Baltimore, 24-Formiga, 27-Khelifi, 18-Fazer
    A : 9-Katoto, 10-Nadim, 11-Diani, 15-Saevik, 22-Bruun, 23-Huitema, 7-Bachmann
    En phase de reprise : Däbritz
    Non qualifiée : Simon (Coupe de France disputée avec un autre club au cours de la saison)



    LE MATCH

    Demi-finale
    FC GIRONDINS DE BORDEAUX - PARIS SAINT-GERMAIN FC

    Dimanche 2 août 2020 - 20h30
    Libourne (Stade Jean-Antoine Moueix)
    Configuration limitée à 1 900 places (complet)

    En direct sur Eurosport 2

    Dimanche 2 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ux_a16674.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - EAG - OL, une demie, deux clubs aux antipodes

    Il n'y a pas que quelque 800 km qui séparent les deux villes mais ce sont aussi deux clubs aux moyens bien différents qui seront opposés ce dimanche au Stade de Roudourou. D'un côté, un effectif jeune et le double-projet, de l'autre, une professionnalisation et des titres à foison.


    LE RECRUTEMENT

    Un XI à Guingamp, deux XI à l'OL

    Que ce soit à Guingamp ou l'OL, le recrutement n'est probablement pas terminé. Les Guingampaises ont vu le départ de titulaires (Hudson en défense, Palis et Tyryshkina au milieu, Oparanozie et Fourré en attaque) compensés en partie par les arrivées de Brock, Cambot et Tall. La situation de la défenseure Hoarau n'a été annoncée à ce jour. Si le championnat débute dans un mois, l'entraîneur Frédéric Biancalani espère au moins l'arrivée d'une milieu relayeuse alors que l'effectif manque de profondeur de banc.

    Guingamp ne dispose pas du budget de l'OL avec une quinzaine de contrats fédéraux alors que l'OL en compte plus du double ! Et l'équipe actuelle lyonnaise ne sera probablement pas celle de la nouvelle saison. Des départs ou des prêts sont probables tout comme des arrivées car les délais de reprise d'Ada Hegerberg, Griedge Mbock, Jessica Silva ou Manon Revelli sont plus ou moins longs. Jean-Luc Vasseur espère aussi convaincre a minima Lucy Bronze de rester. L'OL s'est déjà assuré les arrivées de joueuses expérimentées de Gallardo en gardienne, Carpenter et Karchaoui en défense, Gunnarsdóttir au milieu et le secteur offensif pourrait s'étoffer d'une internationale étrangère expérimentée.


    LA PRÉPARATION

    Trois amicaux pour l'OL, une opposition pour EAG

    Frédéric Biancalani aurait souhaité que les demi-finales se déroulent autour de la mi-août plutôt qu'à cette date avancée. L'entraîneur qui a repris l'entraînement avec ses joueuses le 6 juillet 2020 a organisé sa préparation en conséquence. Faute d'avoir pu trouver un adversaire en match amical, notamment le PSG dont les échanges n'ont pas abouti, l'équipe bretonne n'a effectué qu'une seule opposition face aux U19 masculins à l'Akademi le 25 juillet dernier où le score de la lourde défaite reste anecdotique.

    Jean-Luc Vasseur a rassemblé ses joueuses dès la mi-juin. Après les tests au club, les joueuses ont effectué un premier stage à Tignes, puis un second à Opalenica en Pologne. C'est là-bas qu'elles y ont effectué trois rencontres amicales face à des adversaires aux trois premiers de la D1 polonaise. La première opposition face au vice-champion de Pologne, quatre fois titrés par le passé, habitué aux joutes européennes, avec une victoire 5-0 à la clé. Le second match face au champion sortant et triple tenant du titre, Górnik Łęczna (4-1) et enfin une ultime répétition le 24 juillet dernier devant le Czarni Sosnowiec (9-0). Au total, vingt-cinq joueuses ont joué, mais certaines avec de légères blessures ont été ménagées comme van de Sanden ou encore Carpenter sans oublier les quatre plus longues absences.


    LES OBJECTIFS

    Guingamp prépare la reprise de la D1 en septembre, l'OL la Ligue des Champions fin août

    Avec trois semaines de préparation d'écart, Guingamp et Lyon n'ont pas les mêmes objectifs. D'un côté, si Guingamp se prépare à la première demi-finale de son histoire, celle-ci se situe à plus d'un mois de la reprise de la D1 Arkema qui reste le principal pour le club breton. En face, l'OL se veut plus affûté physiquement avec l'objectif d'un nouveau titre en Coupe de France avant de se projeter sur un quart de finale de Ligue des Champions face au Bayern le 22 août.


    Après la qualification en quart face à Reims, retour au Roudourou pour la demi (source facebook Papy Xav le Breton)


    LE PARCOURS

    Trois succès par un but d'écart

    Les Guingampaises ont sorti trois équipes de D1 pour se qualifier en demi-finale, à chaque fois par un but d'écart. En seizième, à Fleury, c'est Fleury et Traoré en neuf minutes en seconde période qui ont compensé le but encaissé rapidement (6e). Au tour suivant, devant Soyaux, c'est de nouveau Traoré qui a offert le but de qualification à un quart d'heure du terme. Enfin, en quart de finale, c'est une victoire décrochée à l'arrachée au Roudourou. Après l'ouverture du score de Palis (28e), Ouchene a égalisé de la tête (79e). Finalement, Robert a offert la victoire sur un coup franc direct dans les arrêts de jeu (2-1, 90+2').

    Treize buts en trois matchs
    Les Lyonnaises ont entamé leur campagne de Coupe par l'écrasant succès face à l'OM (9-1). Surprise par le but de Cardia (8e), les Lyonnaises ont réagi dans la foulée. Parris a signé un quadruplé, Le Sommer un doublé, Marozsán, Renard et Cayman étant buteuse en seconde période. En huitième, sur la pelouse de Thonon, Marozsán et Renard ont de nouveau été buteuses, cette fois en première période pour une victoire 2-0. C'est sur ce même score, face à Dijon, en quart de finale, que Cascarino et Parris ont marqué en seconde période.


    HISTORIQUE ET PALMARÈS EN COUPE

    L'OL a les titres, EAG pour une première

    Dans ce domaine, l'OL affiche 8 Coupes de France auxquelles s'ajoutent quatre finales depuis l'intégration de la section féminine du FC Lyon en 2004. Son adversaire, dont la section émane du Stade Briochin (2011), Guingamp n'avait jamais fait mieux que les quarts de finale. A trois reprises (2013, 2015 et 2016), les Bretonnes avaient échoué aux portes du dernier carré. On retiendra aussi que l'OL a déjà sorti deux fois Guingamp de la Coupe en quart de finale, justement en 2015 (6-0) et en huitième en 2017 (5-0). Et avant que les deux clubs ne soient sous ces entités, une demi-finale avait opposé le FC Lyon au Stade Briochin en demi-finale en 2002 (3-2).


    LES GROUPES POSSIBLES

    EAG

    G : Durand, Le Page
    D : Brock, Coquil, Gevitz, Jézéquel, Lukas, Mansuy, M.Renard, Sotier
    M : Daoudi, Le Mouël, Ngock Yango, Robert
    A : Diaby, Fleury, Guillois, Peniguel, Traoré
    Non qualifiées : Cambot, Imlak, Tall (Coupe de France disputée avec un autre club au cours de la saison)

    LYON
    G : 1-Gallardo, 16-Bouhaddi, 40-Talaslahti
    D : 2-Bronze, 3-W.Renard, 4-Bacha, 15-Greenwood, 21-Buchanan, 23-Cayman
    M : 5-Kumagai, 6-Henry, 8-Gunnarsdottir, 10-Marozsan, 22-Julini
    A : 7-Majri, 9-Le Sommer, 17-Parris, 20-Cascarino, 22-van de Sanden
    Non retenues : Sombath, Kazadi, Benyahia
    Blessées : Hegerberg, Mbock, Jessica Silva, Romanelli, Carpenter
    Non qualifiées : Karchaoui, Becho, Maoulida, Malard, Laurent (Coupe de France disputée avec un autre club au cours de la saison)


    LE MATCH



    Demi-finale
    EN AVANT DE GUINGAMP - OLYMPIQUE LYONNAIS

    Dimanche 2 août 2020 - 15h00
    Stade du Roudourou
    Configuration limitée à 5 000 places (organisation incluse)

    Billets en vente exclusivement à la Boutique EAG.
    Tarif Unique: 5€
    Port du masque OBLIGATOIRE dans le Stade.

    Guichet du stade fermé le jour du match.
    Contact billetterie 02 96 40 62 75.

    En direct sur FFF TV et Eurosport 2

    Dimanche 2 Août 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...es_a16673.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Les arbitres pour les demi-finales et la finale

    Le quatuor arbitral pour la finale a été approuvé par le Comité Exécutif de la FFF suite à la proposition de la Commission fédérale des arbitres.



    Victoria Beyer arbitrait le match aller OL - PSG en novembre dernier (photo DR)[/B]


    C'est l'arbitre mosellane de 29 ans, Victoria Beyer, qui a été désignée pour diriger la finale le dimanche 9 août à Auxerre (21h00). C'est la première fois qu'elle officiera en finale de cette compétition. Cette saison, elle était l'arbitre du match aller en championnat entre l'OL et le PSG le 16 novembre dernier (1-0). Deux équipes qui pourraient atteindre cette finale.

    Plus récemment, elle a dirigé deux fois Bordeaux en Coupe de France lors de Paris FC - Bordeaux et Montpellier - Bordeaux, deux victoires aux tirs au but, et pourrait en cas de qualification des Girondines les retrouver à nouveau. Son dernier match officiel a été en D1 Arkema l'opposition entre Guingamp et le PSG le 22 février dernier.

    Pour cette finale, elle sera assistée d'Elodie Coppola si Lyon élimine Guingamp ou de Solenne Bartnik si le scénario inverse se produit. La seconde assistante sera Camille Soriano présente aussi en novembre dernier pour OL - PSG. A noter qu'Elodie Coppola a déjà officié quatre fois à la touche en finale et une fois au centre tandis que Camille Soriano était assistante lors de la victoire du PSG face à Lyon au terme d'une épique finale à Strasbourg en 2018. La 4e arbitre sera Alexandra Collin qui est par ailleurs désignée pour la demi-finale entre Bordeaux et le PSG pendant que Savina Elbour sera à Guingamp - Lyon.

    A noter que Victoria Beyer et Alexandra Collin font parties des huit arbitres bénéficiaires du plan de professionnalisation de l’arbitrage féminin acté la semaine dernière par le COMEX.

    Vendredi 17 Juillet 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...le_a16656.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France - Vingt joueuses et cinq remplacements autorisés

    Le Comité Exécutif du 8 juillet 2020 a approuvé que les demi-finales et finale de la Coupe de France féminine, se joueront avec les dispositions proposées par l'IFAB concernant le nombre de remplacements.


    Les Parisiennes avant leur match à Arras (photo Jean-Luc Martinet)



    Conformément à la circulaire IFAB n°19 du 8 mai 2020 portant amendement temporaire à la Loi 3 dans le contexte de pandémie Covid-19, le COMEX a ainsi validé les points suivants :

    Au cours du match,
    - Chaque équipe est autorisée à effectuer 5 remplacements durant le match (90 minutes + temps additionnel) ;
    - Chaque équipe dispose de 3 opportunités de remplacements pendant le match pour effectuer ces 5 changements (un changement à la mi-temps n’est pas comptabilisé dans ces 3 opportunités) ;
    - Si les 2 équipes effectuent un remplacement en même temps, il sera considéré qu’elles utilisent chacune l’une de leurs 3 opportunités de remplacement.

    20 joueuses sur la feuille de match

    En conséquence de ces modifications relatives au nombre de remplacements, le nombre de joueuses sur la feuille de match est augmenté à 20 contre 19 initialement à ce stade de la compétition.

    Pour rappel, le dimanche 2 août, Guingamp accueillera Lyon à 15h00 pendant qu'en soirée (20h30), Bordeaux sera opposé au PSG à Libourne. La finale aura lieu quant à elle le 9 août à Auxerre.


    Les précédentes informations sur les qualifications des joueuses

    >> Qualification des joueuses

    Vendredi 17 Juillet 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...es_a16655.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France féminine - Les demi-finales et la finale télévisées

    Le dénouement de la Coupe de france féminine aura bien début août avec les demi-finales le 2 août et la finale le 9 août à Auxerre





    Eurosport 2 diffusera les demi-finales qui se dérouleront le 2 août. A 15h, les Guingampaises recevront l'Olympique Lyonnais. Le soir, l'affiche entre Bordeaux et le PSG, se tiendra à Libourne à 20h30.

    La finale de la Coupe de France Féminine 2020 aura lieu à Auxerre le dimanche 9 août prochain (21h00) au stade de l'Abbé-Deschamps. La rencontre sera retransmise en direct sur France 4 et Eurosport 2.

    Samedi 11 Juillet 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...es_a16639.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France 2020 - Qualification des joueuses pour la Coupe de France féminine

    Le COMEX de la FFF a précisé que les joueuses qualifiées pour les demi-finales et finale de la Coupe de France seront celles à la date réelle du match.


    photo FFF



    Le Comité Exécutif du 22 juin 2020 a décidé que, les demi-finales et finales étant des matchs remis, les joueuses qui pourront participer aux matches seront celles qualifiées à la date réelle du match, au sens de l’article 120 des Règlements Généraux de la FFF.

    Pour rappel, les demi-finales se tiendront le week-end des 1er et 2 août. Bordeaux - PSG a été fixé au dimanche 2 août à 20h30 à Libourne, tandis que la programmation de Guingamp - Lyon reste à fixer. La finale se tiendra le 9 août à 21h00 à Auxerre.

    La FFF a rappelé par ailleurs les dispositions de l’article 7.3 de la Coupe de France Féminine à savoir «au cours d’une même saison, les joueuses ne peuvent participer à la Coupe de France que pour un seul club».

    En conséquence, les clubs pourront aligner les joueuses qui seront licenciées au sein du club pour la saison 2020-2021 et donc les nouvelles recrues sous réserve de ne pas avoir disputé la Coupe de France avec un autre club au cours de la saison 2019-2020.

    Mardi 7 Juillet 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ne_a16647.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Coupe de France féminine - Demi-finales confirmées le 2 août et finale le 9 août

    Le dénouement de la Coupe de france féminine aura bien lieu début août avec les demi-finales le 2 août et la finale le 9 août à Auxerre




    La FFF a confirmé ce jour l'organisation des deux derniers tours de la Coupe de France. Les demi-finales se dérouleront le 2 août. Bordeaux recevra le PSG à Libourne, pendant que Guingamp accueillera Lyon.

    La finale de la Coupe de France Féminine 2020 aura lieu à Auxerre le dimanche 9 août prochain (21h00) au stade de l'Abbé-Deschamps. La rencontre sera retransmise en direct sur France 4 et Eurosport 2.

    Mardi 30 Juin 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ut_a16639.html

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X