Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Division 1 Arkema 2020-2021

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Pas de modification du nombre de changements cette saison

    Une demande signée de Laurent Nicollin et cosignée par les douze clubs de D1 Arkema avait été adressée à la FFF afin de proposer cinq changements par rencontre. Le COMEX n'y a pas donné une suite favorable pour cette saison.




    Le Comité Exécutif réunit le 8 octobre dernier a étudié une demande signée par M. Laurent NICOLLIN et formulée à la demande des 12 clubs de D1 Arkema visant, avec effet immédiat, une modification du nombre de changements dans ce championnat. Cette demande dont les entraîneurs étaient favorables faisaient suite à disposer du dispositif des cinq changements autorisés par l'IFAB et appliqué en France au niveau de la Ligue 1 et Ligue 2. De nombreux pays, mais aussi la Ligue des Champions féminine ont décidé de mettre en place cette nouvelle règle.

    En France, la D1 Arkema n'a pas bénéficié de cette opportunité ce qui avait amené les entraîneurs et leurs clubs a en faire une demande commune. Cependant le COMEX a suivi les recommandations du Service Juridique de la FFF représenté par son Directeur Jean Lapeyre. Il a été rappelé que, "de jurisprudence constante, une fois la saison débutée, une modification des règles du jeu, même demandée par tous les clubs, ne peut pas s’appliquer à la saison en cours."

    Les clubs devront donc continuer la saison avec trois remplacements autorisés alors que le nombre de joueuses sur le banc est passé de 16 à 18 pour cette saison. Néanmoins, le Comité Exécutif a proposé d’intégrer cette demande afin qu’elle soit envisagée, si les circonstances la rendent nécessaire, dans les propositions de modifications de texte pour la saison prochaine.

    Jeudi 22 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...on_a16864.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu


    D1 le Mag, best of 1

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Les statistiques de la 6e journée

    Chaque semaine, Footoféminin vous propose de revenir sur la dernière journée de championnat en ressortant une statistique ou prestation forte par match.


    OL 4-0 Guingamp : Cascarino l’intenable


    L’OL a dû patienter ce week-end pour faire exploser Guingamp sur son terrain, son travail de sape payant en seconde période. Une prestation d’ensemble où se démarque sur le plan offensif Delphine Cascarino : deux passes décisives, deux tirs dont un cadré et 17 dribbles tentés (plus haut total de la journée, 71% réussis). Avec en prime toujours une aide apportée défensivement (5 récupérations et 4 interceptions), elle a livré une belle partition pour permettre aux Lyonnaises de signer un sixième succès en autant de rencontres.




    Soyaux 0-3 PSG : une domination nette et totale

    À l’instar du leader, les Parisiennes ont elles aussi dû prendre leur mal en patience pour s’imposer chez les Sojaldiciennes et ce malgré une domination sans partage : 72% de possession (record du week-end), 17 tirs à 4, un xG* de 2,6, 56% de duels remportés mais surtout seulement sept ballons perdus dans sa moitié de terrain. L’atmosphère était irrespirable pour une équipe de Soyaux qui n’a pas trouvé la solution.




    GPSO 92 Issy 3-1 Bordeaux : Teinturier réveille son équipe

    La défaite de Bordeaux chez la lanterne rouge samedi a sans doute été l’un des résultats les plus surprenants de ce début de saison. Même si le FCGB a continué de pousser à 10 et de se procurer des occasions (15 tirs dont 5 cadrés, 1,15 xG*), il est tombé sur un os en la personne de Laurie Teinturier : trois tirs, trois occasions pour deux buts en plus d’une propreté dans ses passes (27 tentées, 85% réussies) et d’une activité continue dans le jeu pour gêner les Bordelaises. L’attaquante des Chouettes, qui avait touché la barre contre Le Havre, a fini par débloquer son compteur au meilleur moment pour permettre à Issy de prendre ses premiers points de la saison.




    Reims 0-1 Montpellier : les Stadistes ont donné du fil à retordre

    Les Montpelliéraines ont eu bien du mal à se remettre de la claque reçue à Paris lors de la précédente journée sur la pelouse des Rémoises. Ces dernières étaient en prime bien décidées à prendre des points et créer la surprise face à un candidat à l’Europe. Un match âprement disputé qui se ressent dans les chiffres : 198 duels (record de la journée) dont 50% remportés par chaque équipe et une production offensive quasiment similaire (xG de 0,51 pour Reims contre 0,94 pour Montpellier, 5 occasions à 6). Seule Iva Landeka sur coup franc est parvenue à sortir le MHSC d’une telle situation.




    Fleury 91 1-1 Paris FC : Piga et sa défense se rassurent

    Après avoir souffert contre Lyon et exploser en vol à Bordeaux, la défense floriacumoise a retrouvé ses standards lors du derby face au Paris FC. À commencer par Julie Piga, restée solide en défense centrale pour permettre aux siennes de prendre un point : 16 récupérations (2e plus haut total du week-end), 11 interceptions, 82% de duels remportés (pour 17 disputés) et 89% de tacles réussis (pour 9 tentés). Elle s’est en prime offert le luxe d’être la passeuse décisive du seul but de Fleury, son coup franc lointain trouvant la tête de Céleste Boureille.




    Dijon 2-1 Le Havre : les Dijonnaises ont la gâchette facile

    Dans ce duel à six points entre deux équipes aux trajectoires différentes, les joueuses de Yannick Chandioux ont fait le travail pour signer un troisième succès. Elles ont notamment tenté leur chance autant que possible face à la défense havraise : 17 tirs dont 11 cadrés (records de la journée) pour un xG* de 1,83. Une production au rendement faible (seulement 0,11 xG par tir, 7e total de la journée à égalité avec le HAC) qui s’explique par la propension du DFCO à tirer de loin samedi (6 tirs hors surface).





    *xG : Expected Goals, soit le nombre de buts que l’équipe aurait dû marquer en fonction de la probabilité que ses tirs se transforment en buts (calculée grâce à divers facteurs).

    Vendredi 23 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...ee_a16868.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - J6 : Le PSG suit l'OL, ISSY s'offre BORDEAUX, FLEURY accroche le PFC, MONTPELLIER et DIJON s'imposent

    Retrouvez les informations des rencontres de la 6e journée de D1 Arkema.



    Dimanche 18 octobre 2020 - 12h45 (Canal + Sport)
    SOYAUX - PSG : 0-3 (0-0)
    Angoulême (Stade Camille Lebon) - 694 spectateurs
    Arbitres : Alexandra Collin assistée de Clémentine Dubreil et Violette Le Chevert

    0-1 Signe BRUUN 55' (Däbritz élimine dans la surface, ressort le ballon sur le couloir droit à Huitema qui remet derrière pour Lawrence à 20 m près de l'angle de la surface qui délivre un long centre au second poteau où Bruun saute plus haut que Couturier pour placer sa reprise de la tête dans la lucarne droite de Munich)
    0-2 Grace GEYORO 60' (Baltimore sur la gauche sert Huitema dans l'axe qui dévie dans la course de Geyoro à 20 m qui entre dans la surface et se retrouve face à Couturier et M'Bassidje, profitant d'un contre favorable pour se présenter face à Munich et ouvrir son pied droit à 10 m)
    0-3 Jordyn HUITEMA 80' (Sur le côté gauche, Däbritz déborde et centre en retrait vers les 5,5 m où la défense de Soyaux ne parvient à couper la trajectoire, Bruun ne peut reprendre mais Huitema hérite du ballon face au but et vient couper de l'intérieur du gauche à 6 m)

    Avertissements : Bourgouin 62', Stapelfeld 79' ; Paredes 79'

    Soyaux
    Munich ; Couturier, Collin, M'Bassidjé ; Dumont (Boudaud 66'), Tandia (c), Benoit (Donnary 86'), Bourgouin, Avant ; Roux (Cazeau 64') ; Stapelfeld
    Banc : Bottega (G), Donnary, Cazeau, Boudaud, Camus
    PSG
    Endler ; Lawrence (Morroni 86'), Paredes (c), Cook, Baltimore ; Däbritz (Nadim 86'), Formiga, Geyoro, Katoto (Diani 74') ; Huitema, Bruun
    Banc : Voll (G), Simon, Dudek, Luana, Nadim, Diani, Morroni


    Samedi 17 octobre 2020 - 14h30 (Foot+)
    REIMS - MONTPELLIER : 0-1 (0-1)
    Bétheny (Stade Louis Blériot) - 182 spectateurs
    Arbitres : Justine Catania assistée de Stéphanie Di Bendetto

    0-1 Iva LANDEKA 16' (Coup franc à 20 m décalé à gauche que Landeka enroule du droit, le ballon retombant au premier poteau sur la droite de la gardienne)

    Avertissements : Rapp 28', Joly 90+3' ; Lakrar 20', Torrent 43' et 76', Le Bihan 45+2', Puntigam 53', Perrault 87'
    Expulsion : Torrent 76'

    Reims
    Tullis-Joyce (c) ; Doucouré, Awona, Deslandes, Mayi Kith ; van der Linden (Philippe 73'), Ouchene, Rapp (Joly 69') ; Romanenko (Corboz 61'), Gomes, Bussy
    Banc : Dupupet (G), Kravets, David, Corboz, Joly, Philippe, Notel
    Montpellier
    Perrault ; Torrent (c), Mpome, Lakrar, Pankratz ; Landeka ; Mondésir, Škorvánková, Le Bihan (Fowler 70'), Puntigam ; Petermann
    Banc : Petiteau (G), Belloumou, Weerden, Fowler, Nicoli, Léger
    Suspendue : De Almeida


    Samedi 17 octobre 2020 - 14h30 (Multisports 1)
    FLEURY - PARIS FC : 1-1 (1-1)
    Fleury-Mérogis (Stade Auguste Gentelet - Walter Felder) - 320 spectateurs
    Arbitres : Emeline Rochebilière assistée de Valérie Todeschini et Angélique Aubin Hostains

    0-1 Clara MATEO 13' (Action sur la droite avec Vaysse qui récupère joue sur Viens qui remet vers Thiney à l'entrée de la surface côté droit qui trouve dans l'axe, Matéo pour la reprise du droit de 11 m)
    1-1 Céleste BOUREILLE 28' (Coup franc de Piga à 50 m du but qui retombe au point de penalty sur la tête de Boureille qui prolonge dans le but de Nnadozie sortie en retard)

    Avertissements : Haupais 53', Meffometou 82' ; Butel 83', Vaysse 89'

    Fleury
    Heil ; Fernandes, Sissoko, Piga, Meffometou (Dafeur 84') ; Boureille, Haupais (c) ; Bigot (Grabowska 68'), Le Garrec, Makanza (Dear 72') ; Spetsmark
    Banc : Philippe (G), Sandvej, Dear, Diaz, Grabowska, Chapelle, Dafeur
    Paris FC
    Nnadozie ; Soyer, Butel, Greboval, Savin ; Vaysse, Corboz ; Laplacette (Catala 62'), Thiney (c), Matéo ; Viens (Sällström 70')
    Banc : Honegger (G), Riehl, Jean-François, Ferreira, Sow, Sällström, Catala


    Samedi 17 octobre 2020 - 14h30 (Multisports 2)
    DIJON - LE HAVRE : 2-1
    Dijon (Stade des Poussots) - huis clos
    Arbitres : Savina Elbour assistée de Solenne Bartnik et Siham Boudina

    1-0 Sh'nia GORDON 25' (Lancée en profondeur par Khelifi sur la droite, Gordon prend sa défenseure de vitesse, entre dans la surface et se présente face à Picaud, qu'elle fixe pour placer un plat du pied droit à ras de terre de 7 m)
    2-0 Solène BARBANCE 56' (Coup franc près du milieu de terrain joué long par Daughetee qui retombe dans le dos de la défense. Barbance hérite du ballon et place de l'angle des 5,5 m une reprise de demi-volée croisée du droit)
    2-1 Berglind THORVALSDOTTIR 87' (Louis sur la gauche centre en retrait pour la reprise de Thorvalsdottir du gauche à 6 m)

    Avertissement : Sahraoui 55'

    Dijon
    Chavas ; Goetsch, Fercocq, Cuynet (cap.), Daughetee ; Barbance (Lavaud 77'), Amani (Tarrieu 77'), Nakkach, Khelifi, Declercq ; Gordon (Stephen 87')
    Banc : Gignoux (G), Tarrieu, Stephen, Carage, Lavaud, Bonet, Daniel
    Le Havre
    Picaud ; Sahraoui, Tresfield, Kristjansdóttir, Davis ; Tyryshkina (Legrout 64'), Huaumé-Danet (c) ; Lara (Louis 64'), Clark, Thornton (Koui 63') ; Thorvaldsdóttir
    Banc : Arsenyeva (G), Legrout, Koui, Neal, Louis, Policarpo, Levesque


    Samedi 17 octobre 2020 - 14h30 (Multisports 3)
    ISSY - BORDEAUX : 3-1 (1-1)
    Boulogne-Billancourt (Stade Le Gallo) - 120 spectateurs
    Arbitres : Charlène Laur assistée de Bérengère Jourdain et Mara Pansart

    0-1 Katja SNOEIJS 32' (Garbino sur le côté gauche de la surface élimine Boudaoud et centre pour Snoeijs dans l'axe à 5 m qui coupe la trajectoire d'une tête piquée)
    1-1 Laurie TEINTURIER 45+2' (Coup franc joué à 30 m côté gauche par Kaabachi qui arrive dans la surface après avoir été prolongé de la tête par Palis. Teinturier récupère le ballon à l'entrée de la surface, contrôle du droit et enroule une frappe du gauche de 15 m qui va se loger dans le petit filet droit de Moorhouse)
    2-1 Laurie TEINTURIER 63' (Sur un long ballon en profondeur de Debonne pour Teinturier, elle dévie le ballon à l'entrée de la surface, éliminant la gardienne, puis continue vers le but pour conclure du droit à 6 m dans le but vide)
    3-1 Esther MBAKEM NIARO 88' (Lancée par Kaabachi, Teinturier réussit une action individuelle sur le côté droit, se déjoue de Linari puis place une frappe du plat du pied droit que Moorhouse dévie mais le ballon arrive au second poteau où Mbakem Niaro, seule à 1 m du but, n'a plus qu'à pousser le ballon du droit derrière la ligne)

    Avertissements : Boudaoud 40' ; Snoeijs 45+1', Garbino 58'
    Expulsion : Cascarino 29'

    Issy
    Froger ; Boudaoud, Butel (c), Pantuso, Debonne ; Bayo (Machart 66') ; Teinturier, Barclais, Mills (Kaabachi 33'), Zemzem ; Louis (Mbakem Niaro 81')
    Banc : Moitrel (G), Kaabachi, Mondiri, Creus, Rabanne, Mbakem Niaro, Thomas
    Bordeaux
    Moorhouse ; Linari, Gilles (c), Cascarino, Chatelin ; Palis (Karchouni 66') ; Dufour, Lavogez, Garbino (Bilbault 66') ; Shaw (Cardia 79'), Snoeijs
    Banc : Bruneau (G), Thibaud, Bilbault, Karchouni, Cardia, Jaurena


    Vendredi 16 octobre 2020 - 20h45 (Canal + Sport)
    LYON - GUINGAMP : 4-0 (1-0)
    Décines-Charpieu (Stade Groupama Training Center) - 750 spectateurs
    Arbitres : Romy Fournier assistée d'Amira Locutura et Clothilde Brassart

    1-0 Amandine HENRY 37' (Marozsan joue avec Cascarino sur le côté droit et délivre un centre sur Henry plein axe qui reprend d'une tête smashée à 6 m sur la gauche de Durand qui voit le ballon lui passer entre les mains)
    2-0 Amel MAJRI 70' (Carpenter déborde sur le flanc droit entre dans la surface et centre en retrait vers Cascarino. La frappe est contrée par Gevitz, et finalement retombe sur Majri côté gauche de la surface qui contrôle à 15 m et place une demi-volée du droit en cloche qui retombe sous la barre lobant Durand)
    3-0 Sara Björk GUNNARSDOTTIR 73' (Carpenter déborde à nouveau sur la droite et entre dans la surface pour servir en retrait Cascarino qui talonne vers Gunnarsdottir à l'entrée de la surface qui enroule une frappe du gauche depuis la ligne de la surface de réparation et place le ballon côté opposé dans le petit filet droit de Durand)
    4-0 Amel MAJRI 81' (Karchaoui lance Le Sommer sur la gauche et s'avance juste aux abords de la surface sur le côté pour centrer en retrait vers Majri qui reprend du gauche à 7 m au premier poteau)

    Avertissements : Parris 63', Majri 86' ; Durand 25', Traoré 90+1', Lahmari 90+3'

    Lyon
    Bouhaddi ; Carpenter, Buchanan, Renard (c), Karchaoui ; Marozsan, Henry, Le Sommer ; Cascarino (Becho 82'), Parris (Gunnarsdottir 64'), Malard (Majri 64')
    Banc : Gallardo (G), Majri, Gunnarsdottir, Revelli, Maoulida, Becho
    Suspendue : Bacha
    Guingamp
    Durand (c) ; Mansuy, Gevitz, Brock, Jézéquel ; Fleury (Traoré 64'), Daoudi, Le Mouël (Lahmari 46'), Robert ; Cambot, Peniguel (Tall 77')
    Banc : Imlak (G), Sotier, Lukas, Diaby, Traoré, Tall, Lahmari
    Suspendues : Ngock Yango, Le Page (G), Biancalani (entraineur)



    Dimanche 18 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...nt_a16846.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Gaëtane THINEY : "Je n'ai pas choisi la facilité"

    De Saint-Memmie au Paris FC en passant par Compiègne et Juvisy, Gaëtane Thiney revient sur sa carrière en D1 débutée en 2000 et qui verra la capitaine du Paris FC aux 163 sélections franchir le cap des 400 matchs en D1 ce samedi face à Fleury.


    Thiney sous les couleurs de Saint-Memmie en 2005


    Comment s'est passée l'arrivée à Saint-Memmie ?

    J'ai le souvenir de mon départ de Brienne. La Présidente de Saint-Memmie, Régine Pierre, était venue chez mes parents. Je m'en souviens comme si c'était hier. Je rentrais à pied du collège et il y avait une voiture devant chez moi que je connaissais pas. C'était la Présidente de Saint-Memmie qui était là avec Marinette Pichon et qui venait me proposer plusieurs possibilités pour partir à l'internat. J'arrivais à un âge où il fallait partir en compétition avec les féminines et arrêter la mixité. J'ai toujours voulu être maître de mon destin et déjà très jeune. J'ai fait le choix de refuser de partir en internat et de rester chez mes parents. Du coup, je m'entraînais avec les seniors garçons de Brienne-le-Château et mes trois premières saisons, j'allais jouer le week-end avec les filles de Saint-Memmie. Je ne m'entraînais avec elles que sur les périodes de vacances scolaires et sur la reprise de début de saison mais sinon tout au long de l'année, je m'entrainais à côté de chez moi avec l'équipe qui était en Promotion de Ligue, et avec qui j'ai passé de superbes années. C'est devenu des amis pendant cette période de trois ans qui était une période de formation pour moi de 14 à 17 ans.

    N'est-ce pas un crève-cœur de devoir quitter les garçons pour jouer avec une équipe féminine ?
    J'ai fait une transition en douceur en réussissant à avoir cette vie un peu hybride où je jouais avec les filles que le week-end. Cela s'est fait tranquillement. Au début, ce n'était pas simple mais très rapidement le coach Alain Rampant et les joueuses qui constituaient cette équipe m'ont intégré très vite. Je me suis sentie dans mon élément très vite. C'était un club très familial. Si aujourd'hui si on disait ne s'entraîne pas avec les filles mais joue le week-end, ce serait compliqué quoi que les filles en pôle font ainsi. C'était un petit peu mon pôle à moi que j'avais construit. Cela s'est très bien passé à Saint-Memmie et j'ai vécu des années merveilleuses.

    "(A Saint-Memmie) On a vécu des saisons extraordinaires"


    Thiney en 2006 lors de sa dernière saison à Saint-Memmie

    Avec cette équipe de Saint-Memmie jouait Marinette Pichon. A-t-elle eu un rôle important dans ton parcours de joueuse ?

    Oui, je pense. Marinette avec sa famille qui habitait à 250 mètres de chez mes parents. Même si on n'était pas proche car on avait dix ans d'écart, j'ai toujours vu Marinette dans mon environnement. Le fait qu'elle me connaisse, que l'on vienne de la même ville, m'a permis de m'intégrer plus vite. On était trois joueuses à être arrivée en même temps à Saint-Memmie avec Elise Bussaglia et Julie Rampant, on s'est très vite intégré. Marinette a joué un rôle mais aussi le coach qui est arrivé cette année-là, Alain Rampant. Il a amené une dynamique ultrapositive. Il amenait son expérience de footballeur professionnel et c'était un très bon coach. Cela nous a permis de vivre des supers années. Je n'avais pas encore 15 ans. Quand on arrive et que l'on découvre des équipes féminines, j'ai le souvenir de Juvisy, une équipe qui était très difficile à battre, avec Toulouse. Il y avait tellement d'écart. J'avais 15 ans et on jouait contre des filles qui avaient 25 ans, qui avait déjà joué un Championnat d'Europe. Il y avait un monde d'écart mais on avait de la cohésion, une dynamique très forte, les valeurs du club. Cela m'a construit en tant que joueuse, en tant que personne. J'ai passé six ans à Saint-Memmie de 14 à 20 ans, cela a été évidemment une étape très importante de ma construction où on a joué le maintien et finalement on s'est retrouvé la première saison cinquième. On a vécu des saisons extraordinaires. Après cette aventure s'est terminée de manière triste humainement parce que j'ai perdu une de mes coéquipières et cela m'a marquée. Déborah (ndlr : Jeannet décédée subitement de maladie en 2005 à l'âge de 22 ans) a aussi joué un rôle important dans ma carrière. Cela a été une vraie blessure que j'ai vécue pleinement. Partir de Saint-Memmie a été presque naturel. J'avais beaucoup de sollicitations, je me sentais bien dans cet environnement et le fait d'avoir vécu cet événement dramatique, à cet âge-là, j'avais besoin de voir autre chose. C'est aussi pour cela en partie que je suis parti à Compiègne.

    "J'ai pris mon premier avion pour aller à Toulouse"


    Match de Challenge de France avec Juvisy face à Arras

    Quels souvenirs gardez-vous de ce premier match, du championnat...

    Cela parait tellement loin. C'était contre Quimper. Je me souviens qu'il avait Toulouse qui était le gros match, le FC Lyon, Soyaux. C'était une autre époque. C'était des matchs très difficiles. Il avait aussi La Roche-sur-Yon avec Hoda Lattaf, Sonia Bompastor, Camille Abily. Ce sont des super souvenirs de déplacements, de départ en bus très tôt le matin, de rigolades. Sur le terrain, on se donnait, on défendait notre club. J'adorais, c'était hyper convivial avec des après-matchs avec les parents, les familles, on n'avait pas de complexes, on ne se posait pas la question, si on était jugées, pas jugées. On jouait, on avait le sourire. On était heureuses. Il y avait des écarts importants entre les équipes mais de temps en temps avec quelques surprises. Je me souviens d'un match contre Juvisy où l'on avait fait 1-1. J'avais marqué et j'avais eu la balle du 2-1. J'avais un face-à-face pour le 2-0 et derrière on prenait le but de l'égalisation. J'ai souvenir des matchs contre Toulouse avec Gaëlle Blouin, Anne Zenoni, athlétiquement, c'était vraiment autre chose. On ne se prenait pas la tête. Le niveau était vraiment différent. On s'entraînait moins. Les terrains étaient pas toujours de bonne qualité mais j'ai envie sur ce point-là, on peut encore évoluer même en 2020. On avait des maillots hyper-larges, des survêtements trop grands. Cela faisait partie du truc, ce n'était pas notre priorité. On était ravie quand on avait le même survêtement. Pour les déplacements, des fois on partait en voiture, dès fois, on partait en bus. C'était cool. J'ai pris mon premier avion pour aller à Toulouse avec Saint-Memmie. C'était des moments magiques, monter dans un avion pour aller jouer un match de foot. C'était extraordinaire. On était comme des enfants qui arrivent dans un monde inconnu. Le foot permet de vivre des choses que l'on n'aurait pas l'occasion de faire.

    "Deux heures de route tous les jours d'entraînement"


    Thiney avec Juvisy face au PSG en 2009

    Et le premier but ?

    Je n'ai pas le souvenir. Je me souviens contre Montpellier et Juvisy. Cela ne m'a pas marqué mais on a gagné largement (5-1). J'étais numéro 10, je n'étais pas une buteuse. Je suis une milieu qui a marqué beaucoup de buts. Mais j'ai plus de souvenirs des matchs plus disputés.

    Le départ vers Compiègne ? Un choix ?
    A la base, je me suis retrouvée étudiante à Reims. Quand j'ai eu ma licence, à Reims, j'avais tous mes amis de la fac, j'étais bien, j'étais heureuse et il fallait que je parte de Saint-Memmie. J'avais plusieurs sollicitations : Toulouse, PSG, Juvisy... Il y a un peu tous les clubs qui m'avait appelé directement ou indirectement. J'étais toujours dans le truc de ma vie où j'étais bien. Compiègne est venu me voir et du coup, j'ai négocié avec Compiègne pour rester à Reims et venir jouer à Compiègne. Je venais de prendre un nouvel appartement tout neuf à Reims et j'avais dit, je reste ici. Du coup, je faisais les deux heures de route tous les jours où il y avait entraînement et l'entraînement où je n'allais pas, je m'entraînais avec les U15 garçons du Stade de Reims. J'avais encore trouvé une solution pour pouvoir rester où j'étais. La première année, j'ai fait comme cela et puis la route, c'était vraiment très long, j'ai commencé à me sentir bien à Compiègne et la deuxième année, j'ai emménagé là-bas. J'ai alors fait même médecine mais au bout de six mois, j'ai arrêté, cela n'était pas compatible avec le sport de haut niveau. Du coup, je suis partie à Compiègne où j'étais professeur des écoles en grande section maternelle dans le privé. Je suis arrivée et l'équipe était en D2 malheureusement et j'étais arrivée en Equipe de France A entretemps. Comme je me sentais mal vis-à-vis du club de Compiègne qui m'avait indemnisé, pour la première fois de ma vie, je me voyais mal partir au bout d'un an. J'avais dit à Bruno Bini, je fais un an en D2, je m'entraîne en parallèle avec un décathlonien qui s'appelle Laurent Hernu pour faire de la préparation athlétique et garder le niveau. Si on ne remontait pas en D1, je partais. J'ai fait un an, j'ai fini meilleure buteuse mais on a terminé deuxième et on n'est pas monté et je suis partie.

    "J'ai organisé ma vie pour que cela permettre à mon corps d'être dans les meilleures dispositions"


    Thiney en action

    Pourquoi avoir choisi Juvisy ensuite ?

    Après Compiègne, j'ai voulu intégrer une équipe de haut niveau. A cette époque-là, Juvisy était l'équipe la plus titrée. C'était l'équipe de haut niveau qui allait me faire passer un cap et en plus me permettait de continuer mon double projet en rentrant à l'INSEP pour préparer le professorat de sport. J'alliais tout et en plus, j'étais au sud de Paris dont pas très loin de chez moi, de ma famille et mes amis. Mais j'avais une vie de dingue parce que j'avais cours à 8h00 à l'INSEP, j'habitais à Juvisy et je m'entraînais le soir à 19h30. J'avais des journées hyper-chargées mais j'aimais cela. Quand je suis arrivé à Juvisy, la préparation athlétique et le niveau des joueuses étaient impressionnants. Je me suis alors demandé si j'allais être titulaire dans cette équipe. Je me suis accrochée, j'ai joué avec Laëtitia Tonazzi, Sandrine Soubeyrand, des joueuses avec un gros bagage et une grosse expérience. Je sortais de club où ne travaillait pas autant. J'ai souvenir des premiers entraînements horribles, j'étais malade le soir, je n'étais pas et la première année à Juvisy, j'ai perdu six kilos. J'ai vraiment changé de direction à ce moment-là.

    Cela a été un tournant à Juvisy ?
    Je rentrais dans un monde du haut niveau avec des problématiques d'horaire, d'entraînement. En fait, je n'ai pas choisi la facilité mais on était tellement bien, on s'entrainait jusqu'à 22 heures, on ne se plaignait pas. C'était génial. J'avais le potentiel pour faire plus mais je n'avais pas jusqu'alors la nécessité. Et là, il a fallu appuyer sur le bouton. Cela a été une évolution importante et là je me suis dit encore plus, encore plus. J'étais obsédée par la performance tout en gardant mes valeurs de relations humaines, de partage et de convivialité. C'était une époque extraordinaire parce que l'on avait les résultats en plus. On fait 2e, une demi-finale de Champions League. On avait une période de 50 à 60 matchs par saison, je trouvais cela génial. J'ai dû être fatiguée, je ne me souviens pas mais je prenais les matchs, les uns après les autres. On était une équipe soudée avec parfois des engueulades mais on était une famille avec des filles de caractère, de la coach à la Présidente.
    Cela collait parfaitement à mes valeurs et à mon éducation. On brillait et on s'entrainait dur. La valeur du travail était très importante. Quand on commençait l'entraînement, il n'y en avait jamais une qui se plaignait d'être fatiguée. On switchait et on était vraiment déterminées. Si on avait eu plus de moyens, on aurait peut-être perdu quelques valeurs. Finalement, l'alliance que l'on avait trouvée entre Sandrine Mathivet, Marie-Christine Terroni, Sandrine Soubeyrand et toutes les joueuses de cette génération-là, était parfaite à mon sens. Aller en demi-finale de Champions League, c'était un exploit. On n'a pas eu de chance, on est tombées sur Lyon.

    L'hygiène de vie, jamais de grosses blessures dans cette longue carrière, c'est quelque chose d'important ?
    Je suis quelqu'un qui aime la vie. J'aime aller au restaurant, j'aime boire du Champagne, j'aime rire, j'aime la convivialité mais par contre, je sais quand c'est bon et quand ce n'est pas bon. Se connaître, c'est savoir s'adapter à nos envies. Est-ce que l'on est capable de se restreindre totalement ou bien de s'adapter à nos envies. Mes envies, c'était d'être performante le week-end, de ne pas me blesser et d'être au max. J'ai organisé ma vie pour que cela permettre à mon corps d'être dans les meilleures dispositions. A des instants, c'était plus après match. Je me suis imposée des choses auxquelles je ne peux pas déroger. J'ai de la chance d'avoir un corps très musclé qui me protège et aussi un mental qui me permet aussi de ne pas y penser. La blessure, parfois ce n'est pas de chance. J'ai fait tout ce que j'ai pu en essayant de me sentir toujours bien. Je suis très organisée. Tout cela m'a permis de vivre ces 400 matchs de ne pas me blesser et de vivre la carrière que je suis en train de faire.

    "Au-delà du football, c'est que j'ai progressé en tant que personne"


    Thiney avec Juvisy face à Toulouse (photo Patrick Charbit)

    Y-a-t-il plus de vigilance au fil des années ?

    Je fais toujours attention à moi. J'ai une masseuse, un ostéo en parallèle du club, une psychologue. J'ai des soins tous les lundis matin, je m'étire, je fais du yoga. En fait, je suis très excessive. J'ai une rigueur sur certaines choses. J'ai un corps qui peut encaisser beaucoup mais qui a aussi besoin que l'on s'occupe de lui. Je fais des soins en plus de ce que je fais au club. Il faut aussi respecter son corps. Cela fait vingt ans qu'il joue tous les week-ends, que je prends beaucoup de coups même si je n'ai pas de blessure, j'ai certaines fragilités. Je dois faire attention, me renforcer sur certains points. Et je n'oublie pas que le mental est important. Je sais que le dimanche soir, le lundi après le match, aller au restaurant peut faire bien que d'être tendu toute la semaine.

    Aujourd'hui est Juvisy est devenu le Paris FC, c'est dans l'évolution du football féminin de se professionnaliser. Comment vivez-vous ces changements ?
    C'est bien pour le club parce que Juvisy était arrivé à un niveau trop important au regard d'un monde associatif. Il fallait se structurer professionnellement et du coup, l'alliance entre le savoir-faire de Juvisy et les moyens humains et le savoir-faire du Paris FC a bien matché. Ils ont laissé une certaine autonomie à ceux qui étaient présents tout en laissant leur savoir-faire à un club qui représente qui ressemble totalement aux valeurs de Juvisy mais en même temps qui apporte beaucoup. J'étais très émue quand on a fait l'ouverture du centre d'entraînement. Ce que j'avais comme souvenirs de nous, joueuses, qui allions nous garer à Maquin, à Perrin, pour s'entraîner. J'aurai aimé voir des joueuses que j'ai connues avoir ces conditions. C'est un club de passionnées qui cherchent pas grand chose à part un univers social qui leur permet d'être reconnu, de se sentir bien. De ce projet qui part de rien, à la création de Juvisy, on arrive à s'entraîner sur un terrain hybride avec des vestiaires, des casiers, un écran géant dans le vestiaire, une salle de soins... Je suis très ancrée, je donne beaucoup d'importance aux symboles. C'est un très beau symbole, c'est une juste récompense même si évidemment cela a fait perdre d'autres choses. C'était obligatoire. Il reste la volonté de développer une joueuse comme une personne. C'est très important. J'ai aimé, c'est qu'au-delà du football, c'est que j'ai progressé en tant que personne. J'ai un très fort sentiment d'appartenance à mon club parce qu'il m'a beaucoup respecté quel que soit mon niveau de jeu. Que je réussisse, que j'échoue, c'est incroyable. J'ai ce sentiment de vouloir rendre ce que l'on m'a donné. C'est aussi pour cela que je suis restée. Si j'avais vécu d'autres choses dans des clubs, j'aurai peut-être remporté des titres en allant à Lyon, au PSG. Mais la richesse que j'ai connue au club, je ne la changerai pour rien.

    "J'aime le foot, je n'arrêterai pas le foot en juin"

    Une expérience à l'étranger ?

    Elle se pose. C'est un des objectifs dans ma carrière, d'en faire une. J'aime le foot, je n'arrêterai pas le foot en juin. Je ne sais encore pas ce que je vais faire. Je vais en discuter tranquillement avec mon club. Ensuite, on verra, c'est possible que oui, que non. J'ai plein de projets professionnels. J'ai envie de jouer. Tout le reste est en suspens.

    L'après football se construit encore ?
    Cela fait huit ans que je travaille à la Fédération, j'ai déjà bien construit mon double projet qui pour moi est un équilibre au quotidien. Cette reconversion ne se pose pas trop. J'ai de multiples projets, j'ai une mission à la FFF qui est en train d'évoluer sur le haut niveau féminin. J'ai d'autres projets qui vont être un peu décalés (rires). Cela devrait le sortir le jour de mes 35 ans (ndlr : le 28 octobre prochain).


    Un but ?
    - Un penalty contre Lyon qui nous permet de mener 1-0 à un quart d'heure de la fin. J'ai le souvenir de ce match où on avait un match extraordinaire. J'avais marqué le penalty. Lyon était la référence et nous ont gagné 1-0 et on tire sur la barre avec Tizi (ndlr : Stéphanie Léocadie). Et on prend un but d'Eugénie, et on fait 1-1.
    - Il y a un but de la tête aussi parce que je ne suis pas très bonne de la tête. On avait joué Saint-Étienne avec Juvisy. On faisait 0-0, il restait cinq minutes. Je n'étais pas aller tirer le corner, c'était Soub' qui l'avait tiré rentrant pied gauche, à droite. Là, je ne sais pas pourquoi, je me suis dit, c'est bon, j'y vais, je cours, je saute, je la prends de la tête et je marque. Ce qui était incroyable, ce n'était le fait que je marque mais la réaction des joueuses qui étaient tellement choquées que je marque de la tête.

    Un match ?
    - Il y a le dernier match de Soub' à Bondoufle où si l'on bat le PSG, on va en Ligue des Champions. Le match d'avant on avait joué le PSG en Coupe de France, et on perd 0-6. On les rejoue, dans la semaine, on fait le jeu du "suicide", ce n'était pas conseillé. On avait dit au coach, tu es dingue. On était tellement énervé et le dimanche suivant on rejoue le PSG. On arrive au match qui était pour nous particulier pour notre capitaine emblématique qui arrêtait. On perdait une partie de nous. C'était une semaine tellement difficile. C'est vraiment le match qui m'a marqué. J'étais survolté, je me rappelle être partie le matin énervé. J'aurai vraiment aimé qu'on le gagne. Je marque le premier bit. J'avais pressé la gardienne et elle rate le ballon, et je tacle pour marquer. Ce but-là, je l'ai revu il y a pas longtemps et je demande pourquoi j'étais venue la presser alors qu'il n'y avait aucune raison. Si aujourd'hui, une attaquante fait cela et je suis milieu, je lui dis, reviens ! Finalement, j'y vais et elle rate le ballon. On fait 2-2 sur un match où l'on joue une place en Champions League. Et je mets un ballon sur la barre à la fin, si on marque, on allait en Champions League. Et on aurait pu convaincre de Soub' de faire une saison de plus.


    Thiney avec les Bleues lors des JO 2012 (photo Eric Baledent)

    Retrouvez une autre interview de Gaëtane Thiney qui évoque l'Equipe de France en début de semaine prochaine

    Samedi 17 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...te_a16843.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Couvre-feu : Le championnat dispose d'une dérogation

    La FFF a annoncé la déclinaison des mesures suite à l'annonce du couvre-feu dans neuf métropoles en France. Le football bénéficiera de certaines dispositions dérogatoires à la mesure couvre-feu en vigueur à partir de ce samedi et jusqu’au 14 novembre dont la D1 Arkema bénéficiera.



    À la suite de l'entrée en vigueur ce samedi du couvre-feu dans neuf métropoles de l’Hexagone - Grenoble, Paris (et la région Île-de-France), Lille, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint Étienne, Lyon, Toulouse - les pouvoirs publics ont publié un décret d'application des mesures annoncées dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

    Ce couvre-feu, de 21h00 à 6h00, est instauré pour une durée minimum de quatre semaines (soit jusqu’au samedi 14 novembre à 00h00), pouvant être prolongée de deux semaines (soit jusqu’au samedi 28 novembre à 00h00).

    Certaines activités sportives bénéficieront néanmoins de mesures de dérogation dont la D1 Arkema. Les équipes de ces championnats peuvent donc s’entraîner normalement sans restriction d’horaires. Elles peuvent également se déplacer librement sur le territoire pour participer aux matches (tout en remplissant les attestations dérogatoires).

    Pour l’organisation des matches de ces compétitions dans les métropoles concernées par le couvre-feu :
    - jauge de 1 000 spectateurs pour les matches programmés à un horaire permettant un retour à domicile avant 21h00 ;
    - huis-clos pour les matches ne le permettant pas ;
    - les personnes concourant à l’organisation peuvent travailler et rentrer chez elles en étant munies d’une attestation dérogatoire.



    Samedi 17 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...on_a16854.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu


    D1 le Mag : saison 3, épisode 5

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - 400e match en D1 pour Gaëtane THINEY ce samedi

    La joueuse du Paris FC va atteindre le seuil symbolique des 400 matchs en D1 ce week-end. Un record dans la compétition.Retrouvez le détail avec les archives de footofeminin.fr et le classement des joueuses en activité


    Gaëtane Thiney lors de la saison 2011-2012 (photo Eric Baledent)



    Pour atteindre un tel record, c'est a minima 18 saisons en D1 qu'il faut accomplir. Une telle longévité est très rare et si l'on relève pour certaines joueuses 17 à 18 saisons en D1, aucune n'a pu atteindre le seul des 400 matchs en D1 même si certaines l'ont approché à l'image de Sandrine Soubeyrand. D'autres comme Camille Abily ou encore Corinne Diacre avoisinent les 350 matchs en D1. Gaëtane Thiney est donc la recordwoman en la matière et ce malgré un passage d'une saison en D2 avec Compiègne. Six saisons en D1 avec Saint-Memmie depuis les débuts le 17 septembre 2000, une saison avec Compiègne puis neuf avec Juvisy avant de passer sous le maillot du PFC où elle entame sa quatrième saison ont permis d'atteindre ce seuil symbolique. En parallèle, ce sont 163 buts inscrits en D1 et 102 passes décisives depuis 14 saisons (NB. Nous ne relevions pas les passes décisives avant 2006).

    Chiffres et statistiques compilées par Sébastien Duret


    Son parcours en D1

    ST-MEMMIE OLYMPIQUE (126 matchs/22 buts)

    2000-2001 22 matchs/3 buts
    2001-2002 20 matchs/2 buts
    2002-2003 20 matchs/3 buts
    2003-2004 22 matchs/1 but
    2004-2005 20 matchs/6 buts
    2005-2006 22 matchs/7 buts

    USCCO COMPIÈGNE (21 matchs/5 buts/6 passes décisives)
    2006-2007 21 matchs/5 buts/6 passes décisives
    (D2 2007-2008 18 matchs/20 buts)

    FCF JUVISY (189 matchs/115 buts/77 passes décisives)
    2008-2009 21 matchs/10 buts/5 passes décisives
    2009-2010 22 matchs/9 buts/8 passes décisives
    2010-2011 21 matchs/11 buts/4 passes décisives
    2011-2012 22 matchs/14 buts/10 passes décisives
    2012-2013 17 matchs/13 buts/7 passes décisives
    2013-2014 22 matchs/25 buts/10 passes décisives
    2014-2015 22 matchs/14 buts/11 passes décisives
    2015-2016 21 matchs/11 buts/11 passes décisives
    2016-2017 21 matchs/8 buts/11 passes décisives

    PARIS FC (63 matchs/21 buts/19 passes décisives)
    2017-2018 22 matchs/11 buts/9 passes décisives
    2018-2019 22 matchs/8 buts/6 passes décisives
    2019-2020 14 matchs/2 buts/2 passes décisives
    2020-2021 5 matchs/0 but/2 passes décisives

    Bilan en D1
    399 matchs en D1
    (392 titularisations)
    163 buts
    102 passes décisives (depuis 2006-2007)
    37 cartons jaunes
    2 cartons rouges
    5 matchs de suspension (2 fois 2 matchs + 1 match suite à 3 avertissements)

    Premier match en D1 : 17/09/2000 St-Memmie - Quimper (6-2)
    Premier but en D1 : 25/02/2001 St-Memmie - Soyaux (5-1, 17e) (Coup-franc de Jennyfer Orban pour Thiney qui reprend la balle de demi-volée du gauche pour l’expédier dans la lucarne de Raffier)

    100e match en D1 : 20/03/2005 Soyaux - St-Memmie (0-1)
    200e match en D1 : 15/12/2010 Juvisy - PSG (0-0)
    300e match en D1 : 11/10/2015 Soyaux - Juvisy (0-1)


    Son bilan dans les autres compétitions

    D2 :
    18 matchs/20 buts
    Challenge/Coupe de France : 48 matchs/30 buts
    Coupe d'Europe : 17 matchs/6 buts
    Sélections jeunes : 34 matchs/6 buts
    Équipe de France A : 163 matchs/58 buts


    Les joueuses en activité en D1 à plus de 150 matchs : 400e pour Thiney, 300e but pour Bouhaddi

    399
    Gaëtane Thiney (Paris FC)
    332 Julie Soyer (Paris FC)
    299 Sarah Bouhaddi (Lyon)
    258 Eugénie Le Sommer (Lyon)
    235 Anaïs Dumont (Soyaux)
    232 Wendie Renard (Lyon)
    231 Amandine Henry (Lyon)
    231 Charlotte Bilbault (Bordeaux)
    227 Salma Amani (Dijon)
    225 Anaïg Butel (Paris FC)
    221 Nonna Debonne (Issy)
    219 Camille Catala (Paris FC)
    218 Marion Torrent (Montpellier)
    203 Gwenaëlle Butel (Issy)
    198 Delphine Chatelin (Bordeaux)
    196 Julie Peruzzetto (Issy)
    188 Rose Lavaud (Dijon)
    185 Clarisse Le Bihan (Montpellier)
    179 Julie Rabanne (Issy)
    178 Siga Tandia (Soyaux)
    169 Griedge Mbock Bathy Nka (Lyon)
    161 Viviane Boudaud (Soyaux)
    154 Laëtitia Philippe (Fleury)
    154 Laura Bourgouin (Soyaux)
    152 Claire Lavogez (Bordeaux)
    152 Janice Cayman (Lyon)
    151 Solène Barbance (Dijon)

    Samedi 17 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...di_a16842.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Deux lourdes sanctions à GUINGAMP

    Exclu lors de la rencontre face à Dijon, l'entraineur de Guingamp Frédéric Biancalani mais aussi la manager des féminines ont écopé de lourdes sanctions par la Commission de Discipline de la FFF, rapporte Ouest-France.


    Biancalani ne pourra suivre les prestations de ses joueuses que depuis la tribune pendant une bonne partie de la saison (photo EAG)



    Enervé par les décisions arbitrales, l'entraîneur Frédéric Biancalani avait échangé des mots avec l'arbitre assistant Jennifer Barrocas, entendu par l'arbitre centrale Emeline Rochebilière grâce aux oreillettes. Finalement, l'arbitre centrale appelée par son assistante avait exclu l'entraîneur guingampais après seulement 32 minutes de jeu lors de la rencontre face à Dijon (1-2). Après son exclusion, ce dernier avait continué à contester les décisions arbitrales, ce qui a aggravé la sanction prononcée par la Commission de Discipline. La manager des féminines, Marlène Bouédec, avait aussi eu des propos déplacés et blessants envers le corps arbitral. Au regard de ces éléments, la Commission de Discipline a sanctionné de 17 matches de suspension de banc Frédéric Biancalani, et de 15 matches Marlène Bouedec. Le club après avoir eu la décision notifiée et les motivations disposera de sept jours pour faire appel de la décision auprès de la Commission Supérieure d'Appel.

    Au regard de la sanction, supérieure à six matchs, le club devra procéder au remplacement de l’entraineur suspendu par un éducateur ou entraineur titulaire a minima d’un CFF2 ou CFF3. Gwenaël Roucheyrolle avait déjà commencé à pallier la suspension à titre conservatoire sur le banc de Frédéric Biancalani et devrait donc continuer sa mission pratiquement toute la saison.

    A noter qu'un autre entraîneur, celui de Montpellier, Frédéric Mendy pourrait lors de la prochaine Commission être aussi sanctionné suite à des faits survenus à la mi-temps du match face au Paris FC.

    Vendredi 16 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...MP_a16844.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Les statistiques de la 5e journée

    Chaque semaine, Footoféminin vous propose désormais de revenir sur la dernière journée de championnat en ressortant une statistique ou prestation forte par match.


    PSG 4-0 Montpellier : tir à vide pour les Héraultaises


    Le duel entre le PSG et le MHSC, respectivement deuxième et troisième au coup d’envoi, était attendu de pied ferme en ce début de saison. Mais l’affrontement a tourné court. Alors qu’avant cette rencontre, Montpellier affichait un l’un des meilleurs taux de conversion de ses tirs en D1 (un but tous les 5 tirs, 2e meilleur ratio), il est tombé sur un os face au club de la capitale : 11 tirs pour seulement 1 dans le cadre (9% de tirs cadrés), 2 occasions et une inoffensivité offensive qui n’a pas aidé face à une Katoto des grands soirs en face (3 tirs, 2 cadrés, 2 buts, 9 dribbles tentés dont 67% réussis).


    Les 11 tirs du MHSC face au PSG (Point = réussi / X = hors cadre ou contré).


    OL 2-0 Dijon FCO : Henry tient le milieu lyonnais


    Si elles partaient favorites face au DFCO, les Lyonnaises ont toutefois dû attendre avant de voir leur succès se dessiner. Mais pour contrôler la rencontre, elles ont pu compter sur plusieurs de leurs cadres dont notamment Amandine Henry : 88% de passes réussies (sur 111 passes, 2e meilleur total de la journée), 68% de duels remportés (sur 25 disputés) dont 82% dans les airs, 4 interceptions mais surtout 13 récupérations dont 10 dans la moitié de terrain adverse (record de la journée). De quoi étouffer les Dijonnaises et empêcher la moindre contre-attaque.


    Les 13 récupérations d’Amandine Henry face à Dijon.


    Paris FC 5-0 GPSO 92 Issy : l’accent canadien s’invite à Bondoufle


    Les Parisiennes ont peut-être trouvé la solution à leurs problèmes offensifs. Alors que le réalisme fuyait les joueuses de Sandrine Soubeyrand sur ce début de saison, ces dernières ont pu se rassurer face à une équipe d’Issy en grande souffrance. L’occasion pour Evelyne Viens de se montrer une nouvelle fois : 8 tirs dont 4 cadrés pour 3 buts. Aucune joueuse n’avait autant tiré dans un match de D1 sous le maillot du PFC sur les deux dernières saisons. Avec en prime une efficacité au dribble redoutable (7 tentés pour 6 réussis, 86%), la Canadienne a prouvé sur ses dernières sorties qu’elle pourrait bien être le facteur X du Paris FC cette saison.


    Les 8 tirs d’Evelyne Viens face à Issy. Renarde des surfaces (Point = cadré / X = non-cadré ou contré).


    Guingamp 3-0 Soyaux : Robert sonne la révolte


    Rien de tel qu’une cadre pour réveiller une équipe endormie. En difficulté sur son début de saison, l’EAG a frappé fort face aux joueuses d’un Sébastien Joseph sur le départ. Pour y parvenir, il a pu s’appuyer sur l’intenable Faustine Robert : 4 tirs dont 3 cadrés pour 2 buts, 4 passes clés réussies sur 4 tentées dont une passe décisive et 7 interceptions. Un match plein et un travail rondement mené par l’attaquante guingampaise avant de céder sa place dans les dernières minutes.


    Les 4 passes clés (carré sombre), 4 tirs et 7 interceptions de Faustine Robert face à Soyaux.


    Le Havre 0-1 Reims : nouveau compteur débloqué


    Les Stadistes retrouvent des couleurs depuis quelques semaines. Après leur succès étincelant face à Issy, les Rémoises ont su garder la tête froide pour ramener les trois points du Havre. Un seul but inscrit par Mélissa Gomes qui a la particularité d’être marqué sur un coup franc tiré directement : une première cette saison en D1. Plus largement, c’est aussi une première pour Reims dans l’élite depuis sa remontée l’an dernier après huit tentatives infructueuses. Le seul autre coup franc tiré directement cette saison par le SDR (face à Bordeaux) avait d’ailleurs trouvé la barre avant d’être détourné par Romane Bruneau dans sa cage. La botte secrète de Reims en 2020-2021 ?


    Les 9 coups francs tentés directement par Reims depuis son arrivée en D1 en 2019 (Point = réussi / X = hors cadre ou contré).

    Ndlr : les statistiques de Bordeaux-Fleury 91 sont actuellement indisponibles d’où leur absence dans cet article.



    Vendredi 16 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...ee_a16847.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu

    Tous les buts de la 5ème journée

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Sandrine SOUBEYRAND (Paris FC) : "Les nouvelles joueuses apportent un plus à l’effectif"

    Après avoir perdu des points lors de rencontres à sa portée, le Paris FC s'est rassuré offensivement face à Issy, porté notamment par la recrue Evelyne Viens. Soubeyrand revient sur ce début de saison et son effectif dont elle se montre pleinement satisfait.


    Soubeyrand (photo PFC)


    Quel est votre sentiment après cette victoire ?

    On est satisfait du résultat. Après le revers à l’extérieur à Montpellier et même le match nul ici contre Le Havre, ça fait du bien de gagner car au regard des trois rencontres, il n’aurait pas été illogique de prendre neuf points. On n’en a pris que quatre, c’est un peu frustrant. Mais aujourd’hui, j’attendais qu’on démontre qu’on était supérieures à cette équipe. Je pense que l’on n’a pas été mises en grande difficulté. On a fait ce qu’on avait à faire. Après, on a manqué un peu de justesse technique dans les transmissions pour se créer plus d’occasions mais je suis satisfaite.

    Justement sur ces trois rencontres, l’efficacité offensive a beaucoup joué. Aujourd’hui, il y en a cinq mais il y aurait pu en avoir beaucoup plus. Comment expliquer et régler ce manque d’efficacité ?
    Je pense que pour chacun des joueuses aujourd’hui, quand elles avaient une occasion, l’objectif c’était de marquer de marquer. Après, c’est difficile aussi de marquer un but. On dit toujours que c’est facile de défendre et plus difficile de marquer. Je pense que c’est la réalité. Aujourd’hui, on s’est créé moins d’occasions que contre Le Havre en marquant plus. On a été plus efficace, on travaille tous les jours. Depuis un petit moment, on a accentué sur la finition à l’entraînement mais c’est une équipe où il faut être à 250%. On n’a pas beaucoup de marge et dès qu’on loupe un but, deux buts… Ce sont des joueuses qui manquent aussi un peu de confiance et qui ont besoin de marquer pour être mieux. Sur ce match, on a trois buteuses différentes. J’aimerais qu’il y en ait encore plus car plusieurs se sont procuré des occasions sur les autres rencontres sans marquer. Mais on bosse pour améliorer cela.

    "Si je peux avoir que des internationales, je suis preneuse"

    En début de saison, vous aviez évoqué le manque de Mathilde Bourdieu pour peser justement devant. Evelyne Viens en est à quatre buts en deux rencontres. C’est une solution de plus pour se monter plus efficace devant…

    Évidemment. Si on l’a fait venir, c’est aussi qu’on connaissait ses qualités de buteuse. Elle est récompensée de son travail. Elle a marqué des vrais buts d’attaquantes, sur des centres, des seconds ballons… Après on a Linda qui a d’autres qualités, on a Mathilde qui en a d’autres mais qui ne peut pas les exprimer en ce moment. On a aussi d’autres joueuses comme Camille Catala ou Clara Matéo qui sont aussi capables de faire la différence. Ce que j’aimerais, c’est qu’il y en ait plus pour se relancer et se donner confiance.
    Après, quand on marque dès la première occasion c’est plus simple. À Montpellier, il nous a fallu plusieurs situations pour marquer. On a même une occasion de faire la différence à 1-1. Mais c’est un contexte et un adversaire différent. Contre Le Havre, on a eu pleins d’opportunités et au final, on a failli perdre. Après sur les qualités des joueuses, j’ai tendance à dire que l’avant-centre est la première défenseure et la gardienne la première attaquante. Je ne dis pas que la gardienne pourrait marquer un but mais il faut que tout le monde se sente concerner pour finir les actions.

    Vous évoquiez la gardienne justement : premier match pour Nnodzie aujourd’hui. Qu’avez-vous pensé de sa prestation ?
    Elle n’a pas eu grand-chose à faire. Il y avait un arrêt à sortir, elle l’a fait. L’objectif, c’est d’avoir trois gardiennes performantes. Natascha Honegger avait joué les premiers matchs. J’avais envie de voir Chiamaka qui est là depuis huit mois et qui bosse au quotidien. Elle a des qualités fantastiques comme Natascha et Camille. Chacun est différente mais je voulais voir Chiamaka dans un match où j’espèrerais qu’on ne soit pas trop sollicité pour lui permettre de s’acclimater et de s’habituer à diriger une défense en français. Elle parle très bien anglais mais le français est encore un peu compliqué. Donc quand on commande des défenseures qui parlent français, il faut un peu de temps pour se faire à tout cela. Mais je trouve qu’elle le fait très bien et qu’au fur et à mesure, elle prendra confiance. Elle a de vraies qualités pour s’imposer au PFC.

    Un mot rapide aussi sur Natascha, appelée une nouvelle fois avec le Brésil. Une internationale en plus dans votre effectif qui commencer à s’installer dans sa sélection, ça doit vous réjouir…
    Effectivement. Quand on a recruté Chiamaka aussi en janvier, on savait qu’elle était internationale. Plus on a de joueuses avec des vécus et des expériences de niveau international, plus on sait que ça va bonifier l’effectif. Donc pour moi, c’est top. Après c’est une question de management. Je n’ai pas de soucis avec cela, c’est à moi de faire les choix. Ce que je veux, c’est un effectif de 22 joueuses. Après, si je peux avoir que des internationales, je suis preneuse aussi (rires). L’objectif aussi ici, c’est de les faire grandir. Natascha quand elle est arrivée, elle n’était pas internationale. Donc mon rôle aussi, c’est de les faire progresser et les faire avancer aussi au travers du club. J’ai plusieurs joueuses qui ont un très bon potentiel. Ça ne demande qu’à mûrir. Pour certaines, il faut parfois un peu de temps. Mais en tout cas, elles progressent, elles sont impliquées.

    "A Montpellier, on serait revenu avec trois points, il n’y aurait pu eu de scandale"


    Face au HAC, le PFC avait dû concédé le nul (1-1)

    En championnat, le Paris FC est en train de rentrer dans une série de matchs importants. Est-ce le genre d’enchaînement qui peut déjà presque décider de la suite du championnat ? De si l’équipe vise toujours le top 3-top 4 ou s’il faut se contenter de la 5e ou 6e place comme ces dernières années ?

    L’objectif est de jouer les matchs les uns après les autres. Je ne suis pas trop dans des séries. Il faut faire de son mieux, que chacune collectivement donne son maximum. Je n’ai pas envie de me projeter plus loin que le prochain match. On va déjà savourer celui-là. La victoire, c’est quand même quelque chose qu’il faut apprécier à sa juste valeur. On banalise un peu trop les victoires pour repartir tout de suite dans l’entraînement, l’adversaire, le lendemain… Là, j’ai envie de me projeter sur cette victoire jusqu’à ce soir. Demain, je serais peut-être un peu sur Fleury. Je préfère voir à court terme même si moi, dans ma tête, je me projette beaucoup sur le long terme. Le long terme pour moi c’est décembre.

    Dans le jeu en tout cas, ça semble rassurant par rapport à l’objectif initial de top 3-4…
    Je reste confiante et convaincue que l’on a un effectif de qualité cette saison. On a peut-être moins recruté que d’autres équipes. Mais je reste persuadé que l’on a un groupe de qualité. On l’a prouvé à Montpellier, on serait revenu avec trois points, il n’y aurait pu eu de scandale. Après leur force, c’est qu’elles n’ont jamais abdiqué et ont su faire leur retard. Si on regarde bien, elles ont surtout été efficaces. Mais même si on ne peut pas accepter le résultat final, dans le contenu je ne suis pas trop inquiète.
    Après le piège, c’est qu’il est souvent plus facile de jouer contre les grosses équipes que celles avec moins de qualités. On a une équipe qui n’est pas toujours mature pour trouver les solutions face à des blocs regroupés comme cet après-midi. Aujourd’hui, on a eu des situations sur des choses que l’on ne faisait pas forcément bien l’année passée. C’est aussi parce que les nouvelles joueuses apportent des qualités différentes et nous permettent d’avoir d’autres possibilités. Et je suis convaincue que les choix que j’ai fait et que les nouvelles joueuses apportent un plus à l’effectif, qui est je le répète de très très bonne qualité.

    Lundi 12 Octobre 2020
    Daniel Marques

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...if_a16832.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Yacine GUESMIA (GPSO Issy) : "On sait que le maintien va être difficile"

    Avec un effectif toujours incomplet, l'entraîneur d'Issy connait une difficile entame de saison mais ne s'avoue pas battu pour autant.




    Pour commencer, votre sentiment après cette rencontre ?

    C’est dur… Le score fait un peu mal mais avec les aléas que l’on a au niveau de l’effectif, je suis malgré tout satisfait de l’état d’esprit des filles. On joue une équipe qui est meilleure que nous et elles n’ont pas lâché. Après sur le match, on a Solène Froger qui se blesse à l’échauffement, ensuite Pauline Moitrel aussi pendant le match. Résultat, Solène a dû rentrer blessée. C’était un peu compliqué. Mais l’essentiel, c’est de ne pas avoir baisser la tête malgré le score.

    On sent que malgré les bonnes intentions, l’équipe souffre énormément notamment en défense en ce début de saison. Comment voyez-vous aujourd’hui votre équipe ? Y’a-t-il des perspectives d’amélioration ou des motifs d’espoir ?
    La problématique aujourd’hui est que l’on n’a pas du tout l’effectif au complet. Alisson Pantuso n’est arrivée que dimanche et elle a joué directement aujourd’hui. C’est déjà une satisfaction. Après, on a Nonna Debonne blessée, Mélanie Carvalho aussi. Sur le plan défensif, on a Gwenaelle Butel qui a joué sur une jambe. Donc je reste confiant car les filles arrivent petit à petit. On n’a pas encore l’effectif à 100%. Et de toute façon, même au complet, on sait que le maintien va être difficile. Mais entre les recrues qui ne sont pas arrivées, les aléas et les petites blessures, c’est forcément un peu plus dur aujourd’hui.

    Vous espérez disposer de l’effectif complet quand ?
    Bonne question… On a Roselord Borgela dans les petits papiers qui devrait arriver d’ici une à deux semaines. On a Nonna Debonne qui va revenir, Ella Kaabachi qui revient, Julie Rabanne qui était sur le banc aujourd’hui et qui est en fin de convalescence. Après, on a aussi des filles comme Fanny Pereira qui reprennent d’ici une dizaine de jours. Je pense qu’on aura l’effectif complet d’ici 2-3 semaines. Mais en dehors de cela, il faut aller chercher les points face aux concurrents directs pour le maintien. Le Paris FC, ce n’est pas un concurrent direct. Bordeaux non plus. On ira chercher les autres on verra… peut être pour la dernière de Sébastien Joseph (sourire).

    "Pour l’instant, on bricole"

    Sur cette fin d’année 2020, vous allez avoir un calendrier assez dense avec notamment des confrontations face à l’OL, le PSG, Montpellier ou encore Bordeaux. Avec aucun point pris pour l’instant, notamment face aux concurrents directs, faut-il presque déjà miser sur une grosse seconde partie de saison pour se maintenir ?

    On espérait plus clairement sur ce début de saison, notamment face aux concurrents directs, la faute entre autres au fait qu’on n’ait jamais eu l’effectif au complet. Pour l’instant, on bricole. Après sur chaque match, en toute humilité, on va y aller pour essayer de les gagner. Le PSG, l’OL… On ne va pas se mentir, ils sont clairement au-dessus de nous. Mais sur chaque rencontre, on n’ira pas la fleur au fusil.
    Aujourd’hui, le classement commence à se dessiner. Soyaux je ne les compte même pas dans les concurrents directs, ils font un bon début de championnat. Guingamp par exemple n’est pas top en ce moment, il y a d’autres équipes que l’on a déjà joué que l’on attendra au retour. Mais il faudra quand même prendre des points sur cette phase aller. Au minimum 6-7 points ce serait bien.

    Tout se joue au final pour vous sur le calendrier, avec un effectif amoindri au moment de jouer les concurrents directs et qui sera disponible à 100% seulement au moment d’affronter les gros…
    Exactement. Limite, si on avait eu le calendrier de Reims qui joue les gros directement, ça aurait été peut-être mieux. Mais il va falloir de toute façon travailler et ne pas lâcher. Même les matchs contre les gros, on les jouera à fond et dans l’idée de progresser. C’est l’intensité de ces rencontres qui nous fera avancer. Ce sont des matchs importants, il ne faut pas se dire c’est zéro point et c’est tout. Comme aujourd’hui, à 4 ou 5-0, les filles n’ont pas lâché et elles ont continué à travailler. C’est le plus important je pense sachant que le championnat est encore long. Des points on pourra aller en chercher et au complet, je pense que l’on va embêter beaucoup d’équipes.

    Pour terminer, un mot sur les aides financières de la LFP à la D1 et D2 féminine qui ont fait débat récemment. Un nouvel accord a été trouvé avec une grosse revalorisation de l’aide pour les clubs amateurs, rapprochant son montant de celui des clubs pros. Quelle est ta réaction par rapport à cela ?
    Je n’étais pas au courant (sourire). Vous m’annoncez une bonne nouvelle. C’est bien pour le club, pour continuer son évolution, se structurer voire éventuellement renforcer l’effectif. Après, je ne suis pas décideur au niveau financier. Mais c’est une bonne chose que la balance soit presque rééquilibrée. Elle ne l’est pas encore. Pour moi, tout le monde devrait être au même niveau. Mais après, je ne suis pas décideur. Je reste un acteur parmi tant d’autres. Mais quand tu es dans le même championnat, tu devrais avoir la même chose pour tout le monde. Quand on est autour d’une table, tout le monde mange la même chose. Je pense que la notion de partage n’a pas été respectée à 100%.

    Les clubs amateurs s’étaient montrés durs dans leur communiqué commun, évoquant une « rupture d’égalité », une discrimination envers eux…
    En soi, déjà de base, on sait que l’on va être en difficulté, on a moins de moyens. Donc clairement, l’écart qu’il y avait sur les premières sommes était trop important. Ça rééquilibre un peu mais normalement, ça doit être égalité pour tout le monde. Là, le fossé s’agrandit entre les clubs amateurs et les clubs des structures professionnelles.

    Dimanche 11 Octobre 2020
    Daniel Marques

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...le_a16831.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - J5 : L'OL doucement, BORDEAUX, PFC, PSG et GUINGAMP d'attaque, REIMS assure au HAC


    Dimanche 11 octobre - 17h00 (Canal + Sport)
    LYON - DIJON : 2-0 (1-0)
    Décines-Charpieu (Stade Groupama Training Center)
    Arbitres : Victoria Beyer assistée de Marina Barbotin et Mara Pansart

    1-0 Nikita PARRIS 31' (Marozsan dans l'axe trouve Malard à 20 m qui talonne du droit pour trouver Parris dans la surface. A 8 m, elle place une frappe croisée du gauche dans le petit filet droit de Chavas)
    2-0 Wendie RENARD 87' s.p. (Main de Daniel à l'entrée de la surface sur un ballon de Le Sommer. Renard frappe le penalty en ouvrant son pied droit pour le placer dans le petit filet gauche de Chavas prise à contre-pied)

    Avertissements : Gordon 5', Daniel 76', Cuynet 90+3'

    Lyon
    Gallardo ; Carpenter, Buchanan, Renard (c), Karchaoui ; Marozsan, Henry, Le Sommer ; Cascarino (Taylor 83'), Parris (Becho 88'), Malard (Julini 83')
    Banc : Bouhaddi (G), Revelli, Maoulida, Julini, Taylor, Becho
    Suspendue : Bacha
    Dijon
    Chavas ; Bonet, Cuynet (c), Daniel, Daughetee ; Nakkach (Khelifi 45') ; Barbance (Goetsch 88'), Amani (Tarrieu 74'), Stephen, Declercq ; Gordon
    Banc : Gignoux (G), Goetsch, Fercocq, Tarrieu, Khelifi, Carage, Chaney


    Samedi 10 octobre - 20h45 (Canal + Sport)
    PSG - MONTPELLIER : 4-0 (3-0)
    Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre) - 155 spectateurs
    Arbitres : Maïka Vanderstichel assistée de Nabila Zaouak et Bérengère Jourdain

    1-0 Irene PAREDES 8' (Corner de Luana depuis la gauche, joué à deux avec Baltimore qui centre dans l'axe à 6 m sur Paredes qui reprend de l'extérieur du droit)
    2-0 Marie-Antoinette KATOTO 15' (Lancée par Lawrence en profondeur, Diani à droite délivre une passe pour Katoto au second poteau à ras de terre qui ajuste la gardienne du plat du pied gauche à 5 m)
    3-0 Marie-Antoinette KATOTO 41' (Coup franc à 30 m couloir gauche frappé par Luana du droit qui trouve dans l'axe à 10 m du but Katoto dont la reprise de la tête est placée sur la droite de la gardienne)
    4-0 Sandy BALTIMORE 89' (Katoto sur la droite se déjoue de deux joueuses et délivre un centre aérien en retrait que Perrault repousse au second poteau. Baltimore est plus prompte que Mondésir pour récupérer à 10 m et placer une frappe croisée du gauche dans le petit filet opposé)

    Avertissements : Morroni 26', Nadim 29', Paredes 50' ; Torrent 46', Skorvankova 73'

    PSG
    Endler ; Lawrence, Paredes (c), Dudek, Morroni ; Luana, Däbritz (Formiga 75') ; Diani (Bruun 85'), Nadim (Geyoro 63'), Baltimore ; Katoto
    Banc : Voll (G), Simon, Cook, Geyoro, Bruun, Huitema, Formiga
    Montpellier
    Schmitz (Perrault 35') ; Torrent (c), Nicoli, De Almeida, Pankratz ; Mondésir, Landeka, Skorvankova, Puntigam ; Petermann, Fowler (Weerden 75')
    Banc : Perrault (G), Belloumou, Weerden, Mpome, Lakrar, Léger, Le Bihan


    Samedi 10 octobre - 14h30 (Foot+)
    BORDEAUX - FLEURY : 6-1 (3-1)
    Le Bouscat (Stade Sainte-Germaine - J. Chatenet) - 463 spectateurs
    Arbitres : Gabrielle Guillot assistée de Clothilde Brassart et Amira Locutura

    1-0 Khadija SHAW 8' (Déboublement sur le côté gauche avec Snoeijs qui centre fort au premier poteau où Shaw arrive devant Philippe. La gardienne empêche la première reprise de l'attaquante mais elle arrive à récupérer le ballon à 3 m pour conclure en pivot du droit)
    1-1 Julia SPETSMARK 9' (Le Garrec sur la droite délivre un centre à ras de terre vers Spetsmark à 13 m qui place une reprise magnifique du droit dans la lucarne gauche de Moorhouse)
    2-1 Khadija SHAW 19' (Corner côté gauche de Lavogez qui le frappe fort avec un rebond au premier poteau et Shaw au second poteau qui place une tête plongeante)
    3-1 Khadija SHAW 45' (Philippe manque son contrôle du ballon dans la surface, sous la pression de Shaw qui récupère, s'excentre à gauche pour dribbler la gardienne et placer un plat du pied gauche dans le but vide de l'angle des 5,5m)
    4-1 Katja SNOEIJS 51' (Corner tiré de la gauche par Lavogez qui arrive au second poteau où Jenkins récupère le long de la surface avant de pivoter pour remettre un centre au poteau opposé où Snoeijs de la tête à bout portant saute plus haut pour dévier dans la lucarne droite)
    5-1 Claire LAVOGEZ 62' s.p. (Penalty consécutif à une main de Sissoko. Lavogez croise sa frappe du droit à ras de terre pour prendre la gardienne à contre-pied)
    6-1 Khadija SHAW 64' (Dufour sur la droite centre dans la surface où Grabowska manque son dégagement qui arrive dans l'axe à 13 m sur Shaw qui reprend du gauche)

    Avertissements : Lavogez 80' ; Grabowska 45+1'

    Bordeaux
    Moorhouse ; Périsset (c), Thibaud (Linari 66'), Cascarino, Chatelin ; Dufour, Lavogez, Palis (Garbino 82'), Jenkins ; Shaw, Snoeijs (Cardia 73')
    Banc : Bruneau (G), Gilles, Karchouni, Cardia, Linari, Garbino, Perea
    Fleury
    Philippe ; Fernandes (Meffometou 76'), Sissoko, Piga, Sandvej ; Haupais (c) (Bigot 46') ; Grabowska (Dafeur 65'), Boureille, Le Garrec, Diaz ; Spetsmark
    Banc : Heil (G), Meffometou, Eninger, Bigot, Chapelle, Dafeur


    Samedi 10 octobre - 14h30 (Multisports 1)
    LE HAVRE - REIMS : 0-1 (0-1)
    Le Havre (Stade Océane) - 990 spectateurs (599 payants)
    Arbitres : Alexandra Collin assistée de Jennifer Barrocas et Mélissa Rossignol

    0-1 Mélissa GOMES 22' (Coup franc sur l'arc de cercle à 20 m du but est frappé par Gomes du droit qui enroule le ballon pour le placer dans le petit filet sur la gauche de Picaud)

    Avertissements : Kravets 3', Ouchene 68'

    Le Havre
    Picaud ; Sahraoui, Tresfield, Kristjansdottir, Davis ; Lara, Huaumé-Danet (c), Tyryshkina (Legrout 70'), Thornton (Policarpo 70') ; Louis (Clark 46') ; Thorvaldsdottir
    Banc : Arsenyeva (G), Legrout, Clark, Koui, Neal, Policarpo, Aubert
    Reims
    Tullis-Joyce (c) ; Doucouré, Kravets, Deslandes, Mayi Kith ; van der Linden, Ouchene, Philippe (Joly 66') ; Bussy, Gomes (Corboz 82'), Romanenko (Rapp 75')
    Banc : Dupupet (G), Awona, David, Corboz, Joly, Rapp, Notel


    Samedi 10 octobre - 14h30 (Multisports 2)
    GUINGAMP - SOYAUX : 3-0 (3-0)
    Pabu (Stade du Centre de Formation EAG "Akademi") - 202 spectateurs
    Arbitres : Charlène Laur assistée de Jennifer Maubacq et Siham Boudina

    1-0 Sarah CAMBOT 14' (Gevitz effectue une ouverture pour Robert à droite qui sert Cambot dans la surface à 10 m qui contrôle du gauche et place une frappe croisée du droit)
    2-0 Faustine ROBERT 21' (Le ballon est remonté côté gauche avec Fleury, le centre dévié arrive sur Peniguel au premier poteau qui trouve Robert dans l'axe pour catapulter le ballon de la tête en pleine course)
    3-0 Faustine ROBERT 45' (Nouvelle remontée du ballon de Fleury à gauche qui délivre un centre dans l'axe que Munich relâche. Robert surgit, récupère et place une reprise croisée du gauche de 6 m)

    Avertissements : Daoudi 39', Jézéquel 71'

    Guingamp
    Durand (c) ; Mansuy, Gevitz, Brock, Jézéquel ; Le Mouël, Daoudi ; Robert (Lahmari 84'), Peniguel (Ngock Yango 79'), Fleury (Traoré 79') ; Cambot
    Banc : Imlak (G), Sotier, Lukas, Ngock Yango, Traoré, Tall, Lahmari
    Suspendues : Le Page (G), Biancalani (entraîneur)
    Soyaux
    Munich ; Saint-Georges, Collin, M'Bassidjé, Boudaud (Dumont 60') ; Tandia (c), Couturier (Roux 69') ; Avant, Bourgouin, Cazeau ; Stapelfeld (Benoit 66')
    Banc : Bottega (G), Dumont, Benoit, Roux, Abdu
    Suspendue : R.Dubois (G),


    Samedi 10 octobre - 14h30 (Multisports 3)
    PARIS FC - GPSO ISSY : 5-0 (2-0)
    Bondoufle (Stade Robert Bobin) - 115 spectateurs
    Arbitres : Emeline Rochebilière assistée de Clémentine Dubreil et Violette Le Chevert

    1-0 Clara MATEO 6' (Soyer sur la droite délivre un centre au premier poteau pour Viens au duel avec Barclais et la gardienne Moitrel qui manque sa sortie, le ballon parvenant derrière à Matéo à l'affût à 6 m pour tendre la jambe droite et dévier le ballon dans le but vide)
    2-0 Evelyne VIENS 45' (Thiney sur la droite délivre un centre au premier poteau, Matéo reprend mais trouve le poteau, le ballon arrive sur Viens qui conclut du gauche à 3m à l'affût)
    3-0 Evelyne VIENS 52' (Thiney sur la droite centre pour Viens qui jaillit au premier poteau à 3 m couper la trajectoire de la tête devançant Moitrel)
    4-0 Evelyne VIENS 58' (Catala glisse le ballon dans la profondeur à Viens à l'entrée de la surface qui se jette à 12 m pour pousser de l'extérieur du gauche le ballon au fond du but)
    5-0 Linda SÄLLSTRÖM 90+3' (Thiney sert Sällström en profondeur qui se déjoue de Froger et Barclais à l'entrée de la surface et conclut d'une frappe du droit de 15 m)

    Avertissements : Pantuso 51', Bayo 73'

    Paris FC
    Nnadozie ; Soyer, Butel, Greboval, Savin (Catala 51') ; Jean-François, Corboz (Sow 67') ; Matéo (Sällström 60'), Thiney (c), Aigbogun ; Viens
    Banc : Honegger (G), Laplacette, Claire, Ferreira, Sow, Sällström, Catala
    GPSO Issy
    Moitrel (Froger 57') ; Boudaoud, Barclais, Pantuso, Butel (c) (Creus Fabregat 78') ; Teinturier, Bayo, Mills ; Louis, Mbakem Niaro ; Zemzem (Mondiri 67')
    Banc : Froger (G), Kaabachi, Mondiri, Creus Fabregat, Rabanne, Thomas

    >> CLASSEMENTS
    >> BUTEUSES ET PASSEUSES
    >> TEMPS DE JEU
    >> CALENDRIER



    Dimanche 11 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://forum.ol.fr/forum/forum-offi...3#post11559351

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Sébastien JOSEPH a expliqué son départ de SOYAUX

    Interrogé ce samedi soir par Ludovic Deroin sur Canal + Sport, Sébastien Joseph a expliqué les raisons qui ont motivé son départ de Soyaux à la fin du mois d'octobre.




    Tout d'abord, est-ce que vous pensez que cette décision a perturbé vos joueuses cet après-midi ?

    On espère toujours que non dans ce genre de situation maintenant c'est vrai que lorsque les choses arrivent comme cela, un peu soudainement, on ne peut pas non plus ignorer l'impact que cela peut avoir sur le groupe à l'entame du match.

    Quelles sont les raisons de votre choix ?
    Elles sont multiples. Ce qu'il faut comprendre, c'est que depuis quelque temps, j'étais éloigné de ma famille pour diverses raisons. J'ai aujourd'hui la volonté de les rejoindre à travers une opportunité qui se présente, qui n'était pas du tout prévue en début de saison. Après, je m'étais inscrit cette année dans un cadre mais j'ai un petit peu du mal à m'y retrouver. L'opportunité faisant, j'ai choisi de me rapprocher de ma famille.

    Cela veut dire que des promesses notamment concernant le recrutement n'ont pas été tenues ?
    La saison n'est pas finie, les choses viendront peut-être par la suite. Pour moi, elles n'étaient pas à la hauteur de celles qui semblaient avoir été convenues. Ce sont des choses qui auraient peut-être pu se faire, j'aurai pu aussi attendre. Mais voilà, il y a des choses qui se présentent des fois dans la vie, qui ne se présenteront dans deux mois ou dans huit mois. C'est quand arrive ce moment-là que c'est peut-être le meilleur choix personnellement mais aussi pour faire avancer les choses. Ce qui compte, c'est le bien du club et de l'équipe.

    "J'ai choisi de me rapprocher de ma famille"

    Comment les joueuses ont pris cette annonce ?

    Il y a toujours forcément de la surprise, de la déception, puisqu'au moment où l'annonce est faite, on est cinquième du championnat et les résultats sont plutôt satisfaisants et j'espère qu'ils continueront à l'être par la suite. Il y a forcément aussi un peu de colère, ou d'incompréhension qui peuvent liées à de la déception, à une situation qui est un peut inconnue. Maintenant le football professionnel, ce sont des choses que l'on doit appréhender, garçons/filles, il peut y avoir des changements de direction, d'entraîneur, de joueuses. Ce sont des événements sportifs qui font partie d'une saison. Quand on est joueuse professionnelle, cela peut nous impacter, mais cela ne doit pas avoir d'incidence sur la suite de notre travail. C'est des choses qui arrivent dans le sport.

    Quelle est l'opportunité ?
    Il n'y a rien d'établir, ni de signer. C'est juste un contact. Ce ne sera pas dans le football féminin mais toujours dans le football. (Proche de Grenoble ?) Non, plutôt, un peu plus au Sud.

    Il vous reste deux matchs face au PSG et Issy ?
    Oui. Et j'espère faire de belles prestations sur les deux matchs à venir.

    Dimanche 11 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...UX_a16830.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - D2 : L'inégalité des aides financières finalement réduite entre clubs "pro" et "amateur"

    Le COMEX de la FFF qui se réunissait ce jeudi 9 octobre a validé les nouvelles modalités d'aides financières à destination des clubs de D1 et D2, réduisant par ailleurs l'écart entre clubs rattachés à des structures professionnelles et clubs "amateurs".



    C'était l'un des "cheval de bataille" du Président de Fleury Pascal Bovis qui menaçait avec l'ensemble des clubs amateurs lésés par l'aide de 6 millions d'Euros de faire grève avec leurs équipes concernées.

    L'origine de ce conflit remontait à début juin lors que la COMEX de la FFF annonçait une aide exceptionnelle de 6 millions d'Euros pour aider le football féminin. Sauf que les modalités de répartition n'était finalement pas équitablement répartie entre toutes les équipes du championnat. Le Comité de Direction de la LFP sur proposition de l'Association pour le football professionnel féminin (AFPF), présidée par Laurent Nicollin, avait défini une grille de répartition de cette aide issue des droits TV à destination des clubs adossés aux clubs professionnels masculins .

    Ainsi les sections féminines des 9 clubs professionnels se voyaient allouer 500 000 € et les 3 clubs "amateurs" 175 000 € soit une enveloppe de près de 5,1 millions € à destination de la D1. Pour la D2, ce sont seulement les équipes rattachées aux clubs professionnels qui bénéficiaient d'une aide de 80 000 € chacun pour une enveloppe globale de 900 000 €.

    L'enveloppe globale passe de 6 à 8,7 millions €

    "Une rupture d'égalité qui constitue une violation des règles de la FFF et des principes éthiques ainsi qu'une discrimination manifeste" pour les clubs lésés qui signaient alors un communiqué commun le 16 septembre dernier. Dans ce contexte, ce sont surtout les attributions prises par la LFP de gérer la redistribution des aides vers les clubs des championnats féminins gérés par la FFF qui interpelait les acteurs. Ce signal d'alerte avait pour but en rencontrant les dirigeants concernés de la FFF et de la LFP de trouver une issue à l'amiable. Une issue qui a finalement abouti à une réduction des inégalités et l'augmentation des enveloppes distribuées aux 36 clubs.

    La LFP et la FFF ont en effet consenti un effort supplémentaire pour compenser cette inégalité de traitement et l'ensemble global passe de 6 à 8,7 millions d'Euros. Les 9 clubs de D1 "pro" toucheront 627 000 € chacun, les 3 clubs "amateurs" près de 550 000 Euros. En D2, 69 000 € iront à destination des 13 sections féminines rattachés aux clubs professionnels, pendant que les 11 autres clubs vont finalement toucher 55 000 €.


    Rappel du communiqué du 16 septembre 2020



    Samedi 10 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...ur_a16828.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Sébastien JOSEPH a donné sa démission

    Cette décision sera effective à la fin du mois, mais l'entraîneur de Soyaux, Sébastien Joseph a donné sa démission aux dirigeants du club charentais. L'information révélée par La Charente Libre ce vendredi a été communiquée au Conseil d'Administration du club jeudi soir et aux joueuses vendredi matin avant leur départ pour Guingamp.





    Le maintien de Sébastien Joseph à la tête de l'équipe charentaise avait fait finalement eu lieu dans un contexte particulier lié au COVID-19. L'entraîneur arrivé il y a trois ans au club avait cependant souhaité des engagements concrets avec les nouveaux dirigeants que ce soit en moyens humains, financiers et matériels. Depuis cet été, l'entraîneur rappelait régulièrement lors des interviews que le recrutement n'était pas suffisant mais faute de moyens, la situation restait tendue. Parmi les arrivées avortées figurent la Brésilienne Nara Da Costa, alors que Culver n'est toujours pas qualifiée. Cependant Soyaux a finalement pu trouver une remplaçante à la blessure de longue durée de Clérac avec la signature de l'ex-joueuse du Paris FC, Alice Benoit.

    Sébastien Joseph a donné sa démission qui sera effective après la réception d’Issy le 31 octobre prochain. Il était l'entraîneur en poste dans une équipe de D1 le plus ancien, avec 64 matchs de D1 à la tête de l'équipe charentaise depuis l'été 2017. Le Grenoblois d'origine devrait ainsi pouvoir retourner dans sa région d'origine.

    Ce samedi, Soyaux est en déplacement à Guingamp et pourra compter sur sa présence. Soyaux va devoir désormais s'organiser pour remplacer Sébastien Joseph avec un entraîneur disposant des diplômes requis.

    Samedi 10 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...on_a16829.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu


    D1 le Mag : saison 3, épisode 4

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Droits TV vendus à l'international pour 19 matchs

    La FFF a annoncé avoir signé un accord de partenariat historique pour la diffusion à l’international de la D1 Arkema. Certains matches du championnat seront désormais visibles, dès cette saison 2020-2021, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Italie.




    Cet accord, négocié avec Canal+, diffuseur exclusif de la D1 Arkema sur le territoire français, a été conclu pour trois saisons avec Atalanta Media et vise à élargir la visibilité du championnat à travers de multiples plateformes de diffusion prémium, précise la FFF.

    Ce partenariat avec Atalanta Media offrira à la D1 Arkema des accords de distribution avec ESPN, BT Sport et DAZN, signés pour la diffusion en direct d’un match par journée. Les matches de D1 Arkema seront également disponibles sur Fanatiz et diffusés sur Atafootball.com.

    Le Président de la FFF Noël Le Graët s'est félicité de cette exposition dans un communiqué : "La diffusion de la D1 Arkema aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne et en Italie reflète l’attractivité grandissante du championnat de France de football féminin, notamment symbolisée par Lyon, champion d’Europe pour la septième fois. Ce contrat de trois ans permettra de diffuser un match en direct par journée. C’est une étape supplémentaire dans le développement et le rayonnement de la D1 Arkema, des clubs et plus largement du football féminin français."


    1 match par journée

    ♦ ESPN+ proposera 19 matches aux États-Unis sur sa plateforme au cours de la saison 2020-2021.
    ♦ BT Sport diffusera 19 matches au Royaume-Uni et en Irlande au cours de la saison 2020-2021.
    ♦ DAZN proposera 19 matches pour la saison 2020-2021 via son service de streaming sportif en Italie et en Allemagne.
    ♦ Ata Football (AtaFootball.com) offrira 19 matches en direct, en replay, à la demande, ainsi que des résumés des meilleurs matches de D1 Arkema aux États-Unis, Royaume-Uni, Italie et Allemagne.
    ♦ Fanatiz diffusera 19 matches via son service de streaming sportif en direct au Royaume-Uni, en Italie et en Allemagne et en replay aux États-Unis.

    Jeudi 8 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...hs_a16821.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Kadidiatou DIANI (PSG), joueuse du mois de septembre

    L'attaquante du Paris SG est la première lauréate du Trophée de meilleure joueuse du mois de D1 Arkema, lancé cette saison par la FFF avec 50% des voix du public.


    Aux côtés de Rose Lavaud (Dijon) et Ellie Carpenter (Lyon), Kadidiatou Diani (Paris SG) figurait parmi les trois nommées pour le Trophée de la joueuse du mois de D1 Arkema en septembre. Récompense individuelle nouvellement créée cette saison par la FFF avec le soutien d’Arkema, partenaire du championnat, de Canal+, détenteur des droits TV, et d’un jury composé d’experts, elle va être décernée pour la première fois à l’attaquante parisienne.

    Plébiscitée par les votes du jury, Diani a aussi terminé en haut du podium lors du vote du public organisé sur les réseaux sociaux de la D1 Arkema (Twitter, Facebook, Instagram). Avec 50 % des voix, elle devance la Lyonnaise Ellie Carpenter (34,5 %) et la Dijonnaise Rose Lavaud (15,5 %).

    Ce trophée vient saluer le mois de septembre canon réalisé par l’internationale française (25 ans), qui avait marqué un triplé et servi Marie-Antoinette Katoto sur son but lors de la première journée de D1 Arkema contre Guingamp (4-1) avant d’inscrire un doublé devant Reims à l’occasion de la troisième journée (4-0).



    Mercredi 7 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...re_a16820.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Les statistiques de la 4e journée

    Chaque semaine, Footoféminin vous propose désormais de revenir sur la dernière journée de championnat en ressortant une statistique ou prestation forte par match.


    Fleury 91 0-3 OL : les corners, atout majeur des Lyonnaises

    Sur le terrain des Floriacumoises vendredi, Lyon a mis du temps à trouver la faille face à un bloc équipe très regroupé. Mais pour y parvenir, les coéquipières d’Eugénie Le Sommer ont pu compter sur l’une de leurs forces sûres : les coups de pied arrêtés. Avec 8 corners tirés pour 5 réussis, l’OL a marqué ses deux premiers buts de la rencontre sur cette phase de jeu. Les deux seuls corners où Wendie Renard a pu être trouvée, à chaque fois au second poteau. Un danger constant imparable pour les adversaires des Lyonnaises.


    Les 8 corners de l’OL face à Fleury (Point = réussi / X = intercepté ou récupéré).


    Dijon 0-3 PSG : Baltimore continue de performer


    En dehors du duo Katoto-Diani, d’autres joueuses parisiennes ont la volonté de se montrer cette saison. À l’image d’une Sandy Baltimore qui enchaîne les bonnes performances en ce début de saison. Déjà très présente face à Reims, elle s’est montrée encore plus redoutable à Dijon : deux occasions pour deux buts, 4 dribbles, 7 centres tentés (plus haut total de la rencontre) et 67% de duels gagnés. Un match à retenir et un début de saison à confirmer désormais.


    Les deux tirs (2 buts) et 4 dribbles tentés par Sandy Baltimore face à Dijon.


    Montpellier 2-1 Paris FC : les Parisiennes doivent régler la mire


    Il doit y avoir des regrets du côté du PFC cette semaine. Face à Montpellier samedi, les Parisiennes se sont montrées à la hauteur de leurs ambitions face à un concurrent direct. Mais comme souvent cette saison, elles ont manqué de réalisme au pire moment : 7 occasions, 13 tirs et un xG* de 2,1 récompensés seulement d’un petit but. Sur cette saison, le Paris FC marque un but tous les 12,75 tirs (2e pire ratio de D1 derrière Issy). Un taux de conversion bien trop faible qui a coûté cher face à un MHSC expert dans ce domaine (un but tous les 5 tirs, 2e meilleur ratio) et qu’il va falloir corriger en urgence.


    Les 13 tirs du Paris FC face à Montpellier (Point = cadré / X = non-cadré ou contré).


    Bordeaux 1-0 Guingamp : Thibaud guide les siennes


    L’affrontement entre Bordelaises et Guingampaises n’aura pas été le plus emballant du week-end. Dans un match assez fermé, le FCGB a pu toutefois compter sur l’infatigable Julie Thibaud : 15 récupérations (record du week-end), 7 interceptions, 75% de duels remportés et 100% de tacles réussis. Avec en prime un jeu au pied assez propre (81% de passes réussis), elle a rassuré son arrière garde quand il le fallait pour permettre à Bordeaux de signer son second clean-sheet de la saison.


    Les 15 ballons récupérés par Julie Thibaud face à Guingamp.


    Le Havre 0-1 Soyaux : un duel âpre et disputé


    Dans les duels déjà importants en vue du maintien, celui entre Le Havre et Soyaux a sans doute été le plus rude. 212 duels entre les deux équipes durant la rencontre (record en D1 cette saison), en majorité remportée par les Charentaises (113 duels gagnés soit 53%). Et ce sans compter les 51 tacles de l’ASJS (record du week-end, 61% réussis) et les 23 fautes sifflées durant le match. Malgré sa domination offensive (7 occasions à 2, 19 tirs à 6, 2,4 xG* contre 0,7), Soyaux a dû s’armer de patience pour venir à bout de ce combat.


    Les 113 duels remportés par Soyaux (53%) face au Havre.


    Reims 7-1 GPSO 92 Issy : Ouchène, triplé historique


    Entre les Stadistes et les Chouettes d’Issy, la question a été entendue bien plus rapidement. Dépassé par une équipe rémoise libérée offensivement, le club francilien a pris l’eau comme rarement en D1. La faute entre autres à Sonia Ouchène, auteure d’un match quasi parfait : 3 occasions, 3 tirs, 3 buts, 7 dribbles tentés et 3 fautes obtenues. Depuis la remontée de Reims en D1 l’an dernier, c’est même la première rémoise à inscrire un triplé en championnat. Rien que ça.


    Les 3 occasions (3 tirs/3 buts) de Sonia Ouchène face à Issy.

    *xG : Expected Goals, soit le nombre de buts que l’équipe aurait dû marquer en fonction de la probabilité que ses tirs se transforment en buts (calculée grâce à divers facteurs).



    Mardi 6 Octobre 2020
    Daniel Marques

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...ee_a16817.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu

    Tous les buts de la 4ème journée

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - J4 : Le PSG s'impose en seconde période

    La quatrième journée a vu l'OL et le PSG gagner 3-0. Montpellier arrache sa victoire face au Paris FC (2-1). Large succès de Reims devant Issy pendant que Bordeaux et Soyaux assurent l'essentiel



    Dimanche 4 octobre - 15h00 (Canal + Sport)
    DIJON - PSG : 0-3 (0-0)
    Dijon (Stade des Poussots) - Match à huis clos
    Arbitres : Vanessa Cruchon assistée de Nabila Zaouak et Amira Locutura

    0-1 LUANA 54' (Sur le couloir droit, Lawrence trouve Diani qui centre pour Nadim dans l'axe de la surface à 15 m qui remet vers Luana décalée à droite à 12 m du but qui enroule une frappe du gauche vers le petit filet droit de Chavas)
    0-2 Sandy BALTIMORE 59' (Sur une récupération de Morroni de la tête au milieu, Katoto est servie et entre côté gauche de la surface, pour décaler sur Diani à droite qui place une frappe du droit repoussée par Chavas dans l'axe. Baltimore surgit plein axe à 5 m pour pousser du droit au fond)
    0-3 Sandy BALTIMORE 90' (Servie par Diani depuis la droite, Baltimore à 20 m excentrée à droite enroule une frappe du gauche qui va se loger dans le petit filet opposé de Chavas)

    Avertissements : Formiga 20', Morroni 68'

    DIJON
    Chavas ; Goetsch, Cuynet (cap.), Fercocq, Carage ; Lavaud (Gordon 77'), Barbance, Nakkach, Stephen (Amani 63'), Declercq ; Oparanozie
    Banc : Gignoux (G), Gordon, Daughetee, Bonet, Chaney, Daniel, Amani
    PSG
    Endler ; Lawrence, Dudek, Paredes (cap.), Morroni ; Luana (Däbritz 82'), Formiga ; Diani, Nadim (Bruun 75'), Baltimore ; Katoto
    Banc : Voll (G), Simon, Cook, Geyoro, Däbritz, Bruun, Huitema


    Samedi 3 octobre - 14h30
    BORDEAUX - GUINGAMP : 1-0 (0-0) (Multisports 1)
    Le Bouscat (Stade Sainte-Germaine - J Chatenet) - 372 spectateurs
    Arbitres : Justine Catania assistée de Valérie Todeschini et Marina Barbotin

    1-0 Julie DUFOUR 60' (Servie par Palis sur le côté droit juste le long de la ligne de la surface, Dufour délivre un centre du droit qui retombe dans le coin opposé du but de Durand, lobée)

    Avertissements : Ngock Yango 14', Peniguel 41'

    BORDEAUX
    Moorhouse ; Périsset (cap.), Thibaud, Cascarino, Chatelin ; Garbino (Cardia 79'), Lavogez, Jaurena (Palis 6') ; Snoeijs, Shaw, Sarr (Dufour 46')
    Banc : Bruneau (G), Gilles, Cardia, Linari, Palis, Jenkins, Dufour
    GUINGAMP
    Durand (cap.) ; Mansuy, Gevitz, Brock, Jézéquel ; Ngock Yango (Daoudi 46') ; Robert, Lahmari (Cambot 66'), Le Mouël, Fleury ; Peniguel (Tall 83')
    Banc : Le Page (G), Sotier, Lukas, Daoudi, Diaby, Cambot, Tall
    Entraîneur : Gwenaël Roucheyrolle assure l'intérim sur le banc
    Suspendu : Frédéric Biancalani (entraîneur de Guingamp)


    Samedi 3 octobre - 14h30
    MONTPELLIER - PARIS FC : 2-1 (0-0) (Foot+)
    Montpellier (Stade Bernard Gasset 7 - M Ouattara) - Match joué à huis clos
    Arbitres : Alexandra Collin assistée de Solenne Bartnik et Mélissa Rossignol

    0-1 Evelyne VIENS 57' (Récupération au milieu de Corboz qui joue sur Aigbogun dont la déviation trouve Viens juste à l'extérieur de la surface qui place une frappe croisée du gauche vers le petit filet opposé)
    1-1 Mary FOWLER 79' (Relance de Butel contrée, le ballon arrive sur Petermann à 20 m qui dévie dans la course de Fowler qui entre côté gauche dans la surface et arme une frappe puissante croisée du gauche à mi-hauteur près de l'angle des 5,5 m que Honegger ne peut que toucher)
    2-1 Lena PETERMANN 90+1' (Savin porte le ballon que Landeka récupère couloir droit. Son centre trouve au premier poteau la reprise de Fowler contrée par Butel. Le ballon arrive derrière sur Petermann qui contrôle et reprend du gauche de 6 m)

    NB. Faute de Dekker sur Sällström. Penalty frappé par Thiney du droit mais non cadré sur la droite de la gardienne (3e)

    Avertissements : Škorvánková 17', De Almeida 28', Puntigam 31' ; Vaysse 37'

    MONTPELLIER
    Schmitz ; Torrent (cap.), De Almeida, Dekker (Nicoli 62'), Pankratz ; Puntigam, Skorvankova (Fowler 62'), Landeka ; Mondésir, Petermann, Weerden (Le Bihan 74')
    Banc : Perrault (G), Belloumou, Fowler, Lakrar, Nicoli, Léger, Le Bihan
    PARIS FC
    Honegger ; Soyer, Butel, Riehl, Savin ; Vaysse (Jean-François 58'), Corboz ; Matéo (Catala 82'), Thiney (cap.), Aigbogun ; Sällsltröm (Viens 55')
    Banc : Nnadozie (G), Ould Hocine, Laplacette, Jean-François, Sow, Viens, Catala


    Samedi 3 octobre - 14h30
    REIMS - ISSY : 7-1 (3-1) (Multisports 2)
    Bétheny (Stade Louis Blériot) - 124 spectateurs
    Arbitres : Romy Fournier assistée de Angélique Aubin-Hostains et Meline Laurant

    1-0 Sonia OUCHENE 23' (Bussy à 20 m décale sur sa droite pour Ouchene qui s'avance à l'entrée de la surface et déclenche une frappe cadrée du droit que Debonne dévie du gauche et dont la trajectoire prend sa gardienne à revers sur sa gauche)
    2-0 Sonia OUCHENE 31' (Corner joué côté gauche par Joly qui trouve à la réception à 7 m dans l'axe la tête d'Ouchene qui place le ballon sous la barre)
    3-0 Mélissa GOMES 40' s.p. (Côté gauche de la surface, Bayo retient Gomes. Penalty frappé du droit sur la droite de Moitrel)
    3-1 Salma ZEMZEM 41' (Corner joué au sol en retrait depuis la droite par Kaabachi et repris à 13 m du droit par Zemzem qui place le ballon au premier poteau)
    4-1 Kessya BUSSY 54' (Herrera déborde sur la droite et délivre un centre vers l'axe où Bussy reprend du droit à 5 m face au but vide)
    5-1 Melissa HERRERA 65' (Lancée par Gomes, Herrera part seule en profondeur dans l'axe, élimine la gardienne dans la surface mais s'excentre trop sur sa droite. Elle revient vers l'angle des 5,5m, se déjouant de Moitrel à nouveau et frappe du gauche avant le retour des défenseures)
    6-1 Melissa HERRERA 68' (Joly lance Bussy qui part dans le dos de Boudaoud couloir gauche, entre dans la surface et glisse le ballon sur sa droite vers l'axe où Herrera se jette pour tacler du bout du pied droit à 3 m le ballon au fond du but vide)
    7-1 Sonia OUCHENE 90+3' (Sur un renvoi dans l'axe de Debonne, Ouchene ne se pose pas de question et revient d'une demi-volée du droit de 14 m qui termine sous la barre)

    Avertissements : Mayi Kith 27' ; Bayo 39', Mbakem Niaro 48'

    REIMS
    Tullis-Joyce (cap.) ; Doucouré (Philippe 75'), Awona, Deslandes, Mayi Kith ; van der Linden (Rapp 51'), Joly, Ouchene ; Herrera (Romanenko 75'), Gomes, Bussy
    Banc : Dupupet (G), Kravets, David, Corboz, Romanenko, Rapp, Philippe
    ISSY
    Moitrel ; Boudaoud, Barclais, Butel (cap), Debonne ; Kaabachi ; Mbakem Niaro, Bayo, Mills, Teinturier ; Zemzem
    Banc : Froger (G), Pereira, Mondiri, Creus Fabregat, Rabanne, Thomas


    Vendredi 2 octobre - 18h30 (Canal+ Sport)
    FLEURY - LYON : 0-3 (0-0)
    Fleury-Mérogis (Stade Auguste Gentelet) - 865 spectateurs
    Arbitres : Charlène Laur assistée de Clémentine Dubreil et Violette Le Chevert

    0-1 Kadeisha BUCHANAN 69' (Corner de Marozsan depuis la gauche qui trouve au second poteau Renard qui remet de la tête vers le premier poteau où Buchanan dévie en pleine extension à 2 m de la ligne dans le but)
    0-2 Wendie RENARD 79' (Corner tendu de Le Sommer depuis la droite pour Renard qui saute plus haut au second poteau à 6 m et croise sa reprise pour placer le ballon dans le petit filet opposé)
    0-3 Nikita PARRIS 84' (Cayman remonte le ballon depuis le camp lyonnais dans l'axe et trouve d'une passe en profondeur entre la charnière centrale, Parris sur la droite juste à l'extérieur de la surface qui conclut d'un extérieur du droit alors que Philippe sortait à sa rencontre)

    Avertissements : Fernandes 16', Sissoko 30' ; Le Sommer 65'

    FLEURY
    Philippe ; Fernandes (Makanza 76'), Sissoko, Piga, Sandvej (Dafeur 46') ; Boureille, Le Garrec, Haupais (cap) ; Grabowska (Bigot 70'), Spetsmark, Diaz
    Banc : Heil (G), Meffometou, Makanza, Dear, Bigot, Chapelle, Dafeur
    Blessée : Checker
    LYON
    Bouhaddi ; Carpenter, Buchanan, Renard (cap), Karchaoui ; Marozsan, Henry, Le Sommer (Julini 82') ; Cascarino (Cayman 71'), Taylor (Malard 59'), Parris
    Banc : Gallardo (G), Maoulida, Sombath, Julini, Cayman, Becho, Malard
    Blessures ou convalescences : Hegerberg, Mbock, Kumagai, Gunnarsdottir, Majri, Revelli, Jessica Silva
    Suspendue : Bacha


    Vendredi 2 octobre - 18h30 (Foot+)
    LE HAVRE - SOYAUX : 0-1 (0-0)
    Le Havre (Stade Océane) - 946 spectateurs
    Arbitres : Gabrielle Guillot assistée de Stéphanie Di Benedetto et Mara Pansart

    0-1 Camille COLLIN 79' (Coup franc dans le couloir gauche aux abords de la surface frappé rentrant du droit par Bourgouin qui trouve plein axe à 5 m la tête de Collin dont la déviation décroisée termine sur la gauche de la gardienne)

    Avertissements : Tyryshkina 75' ; M'Bassidje 43', Couturier 63'

    LE HAVRE
    Picaud (cap) ; Sahraoui, Kristjansdottir, Tresfield, David ; Lara, Legrout, Clark (Koui 68'), Thornton (Louis 76') ; Thorvaldsdottir, Policarpo (Tyryshkina 56')
    Banc : Arsenyeva (G), Koui, Louis, Tyryshkina, Levesque, Aubert, Lelo
    Blessures ou convalescences : McDonough, Boussaha, Ewele, Pekel
    Non qualifiée : Neal
    SOYAUX
    Munich ; Saint-Georges, Collin, M'Bassidje ; Boudaud, Tandia (cap), Couturier, Dumont (Avant 61') ; Bourgouin, Stapelfeld (Abdu 90'), Cazeau (Roux 68')
    Banc : Bottega (G), Avant, Roux, Camus, Abdu
    Blessures ou convalescences : Clérac
    Non qualifiées : Culver, Benoit



    Dimanche 4 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...de_a16805.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Teninsoun SISSOKO (FC Fleury 91) : "On a fourni une bonne prestation collective"

    La défenseure de Fleury revient sur la défaite face à l'OL, son retour après une longue absence et le programme de l'équipe.


    Sissoko (capture écran Canal + Sport)


    Quel est votre sentiment après ce match ?

    On savait qu’elles débloquaient souvent ces matchs sur coups de pied arrêtés. C’était leur principale force. Nous, on était sûr des nôtres. Défensivement, on a pris très peu de buts depuis le début du championnat. Donc on savait que dans le jeu, elles allaient avoir du mal à marquer et qu’il fallait être attentives sur les coups de pied arrêtés. C’est ce qui nous a fait défaut ce soir. Mais je trouve qu’on a fourni une bonne prestation collective. C’est à retenir. On va s’appuyer sur ce genre de match pour aller de l’avant car on a une série de quatre grosses rencontres qui arrive. Donc à nous de nous aider de ce match défensivement pour être beaucoup plus dangereuses offensivement, et ce dès le week-end prochain à Bordeaux.

    À titre personnel, c’était votre deuxième match cette saison après plusieurs mois à l’arrêt. Comment vous sentez-vous sur le terrain et dans le jeu ?
    Je me sens de mieux en mieux, beaucoup à l’aise physiquement, plus tonique sur mes appuis. C’est vrai que la longue période a fait du mal à nos organismes. Mais on a bien travaillé durant toute la préparation et je me sens bien physiquement.

    Vous évoquiez la série de matchs difficiles qui allaient arriver. Pour l’instant, Fleury est dans les temps de passage prévus ?
    Oui. Cette année avec l’effectif que l’on a, on peut prétendre à mieux que les années précédentes. Si on veut atteindre nos objectifs, ça passera par de bonnes performances face aux grosses écuries. Donc on est prêtes pour cette grosse phase. On va bien travailler, prendre match après match et faire le nécessaire pour essayer d’engranger un maximum de points.

    La volonté au final, c’est un top 5-4 ? Top 3 peut-être même ?
    On va aller sur le top 5 déjà. Et s’il y a moyen d’aller plus haut, on ne va pas se gêner. On sait qu’on est capables de faire énormément. On a un bon effectif pour jouer les trouble-fêtes. Donc on ne va pas se cacher. On joue les cinq premières places mais si on peut aller plus haut, on n’hésitera pas à y aller.

    Samedi 3 Octobre 2020
    Daniel Marques

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...ve_a16810.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1Arkema - Réactions d'Eugénie LE SOMMER et Wendie RENARD après FLEURY - OL

    Le duo Le Sommer - Renard revient sur la victoire acquise en terres floriacumoises qui permet d'enchaîner un quatrième succès et de mettre la pression sur les poursuivants.


    Eugénie Le Sommer


    Quel est votre sentiment après ce match ?
    ELS :
    Contentes forcément ! On est satisfaites du résultat car ce n’était pas gagné d’avance vu les conditions. Le plus important, c’était de ramener les trois points. C’est ce qu’on a fait.

    Comment on rentre justement dans un match comme celui-ci avec ce terrain très compliqué ?
    W.R :
    On essaye de se mettre le plus rapidement à l’abri. On n’a pas réussi à le faire en première période. Mais on savait qu’en deuxième ça allait venir en étant plus patientes et plus lucides dans les 30 derniers mètres. Après, on a décidé de jouer, aussi bien les deux équipes que l’arbitre. Il fallait prendre ses responsabilités. On avait connaissance de ces conditions donc ce ne doit pas être une excuse. À partir du moment où on a dit oui, il fallait jouer. On a fini par trouver la clé en seconde période donc on est super contentes.

    Le premier but vient d’un coup de pied arrêté. C’était une stratégie de parier dessus pour débloquer le match face à ce bloc regroupé ?
    W.R :
    Bien sûr, ça fait partie du jeu. Ce soir, c’est sur coup de pied arrêté. Sur d’autres rencontre, ce sera dans le jeu. C’est comme ça. On a énormément de situations en soi sur ces coups de pieds arrêtés. En première période, c’était un peu plus difficile de les lever. Même sur le jeu long c’était difficile pour moi. En seconde, Eugénie et Maro les ont bien frappés donc c’est parfait pour l’équipe.

    "On a des forces dans tous les domaines et on l’a démontré sur ce match"

    Malgré la domination et la volonté d’étirer le bloc, on a senti que c’était difficile de trouver des espaces sur cette rencontre…
    ELS :
    C’était une équipe très regroupée derrière. On l’a vu avec Wendie et Kadeisha qui avaient le ballon des fois et qui étaient déjà dans leurs 40 derniers mètres. C’était à nous de trouver la solution, les combinaisons. Il y a eu des bonnes séquences mais malheureusement on n’a pas réussi à marquer sur les occasions que l’on s’est créé. Il y avait toujours un pied ou une tête. Aujourd’hui, ça coinçait dans le jeu et on a réussi à débloquer la situation sur coup de pied arrêté. On a des forces dans tous les domaines et on l’a démontré sur ce match. On reste leaders du championnat, c’est le plus important.

    Est-ce qu’il y avait la crainte sur ce match aussi inconsciemment de se blesser vu l’état du terrain et l’adversité ?
    W.R :
    À l’échauffement, on a été clairs entre nous. L’arbitre a dit pour qu’on essaye et qu’on se revoyait après celui-ci. Et à partir du moment où avant le début du match on a dit oui, c’était ok. Il y a des craintes que ce soit sur un terrain comme ça ou en bon état. Après, si on commence à penser à cela, c’est là où l’on va se blesser. Bien sûr que c’est dangereux, on connaît les synthétiques. Mais ça fait partie du football tout comme les blessures. Ce soir il n’y en a pas eu heureusement pour nous, car on en a déjà suffisamment même si elles ne sont pas très graves.

    "C’est de plus en plus dur et tant mieux"

    Nouvelle victoire, pas de blessures, toujours leaders du championnat avec la pression mise sur les poursuivants. Soirée parfaite en somme ?
    ELS :
    Oui, on fait un début de saison parfait. Tous les matchs n’ont pas été parfaits mais en attendant, les résultats sont là. Ce soir, ce n’était pas notre meilleur football même si on a essayé. On s’est précipitée dans le dernier geste ou la dernière passe. Mais le plus important, ce sont les trois points. On est leaders et…
    W.R :…et on se focalise surtout sur nous. C’est nous le plus important, il faut arrêter de nous parler des autres équipes. On fait notre championnat. La prochaine journée, c’est Dijon, après Guingamp… On essaye de faire du mieux possible notre boulot. Après, c’est l’Olympique Lyonnais. On regarde bien sûr les résultats et les autres équipes pour travailler. Mais on se focalise surtout sur nous. Si à chaque fois, on met de la rigueur, de la concentration et de la détermination, on a assez de qualité dans ce groupe pour faire la différence. Maintenant, on le voit ça n’a pas été facile. C’est de plus en plus dur et tant mieux. C’est à nous de trouver les solutions et si on veut rester au top, c’est à nous d’élever notre niveau chaque week-end encore plus. C’est ce qu’on essaye de faire toutes ensembles. Et ce soir, je suis contente de ce qu’on a fait, ce n’était pas une semaine facile.

    Samedi 3 Octobre 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema...OL_a16811.html

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X