Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ligue des Champions Féminine 2020-2021

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #76
    Ligue des Champions - Le BAYERN rejoint CHELSEA et BARCELONE en demies

    Le Bayern Munich s'est qualifié à son tour pour les demi-finales, après Chelsea qui avait confirmé son résultat du match aller en récidivant face à Wolfsburg. De son côté, Barcelone avait pris un avantage déterminant au match aller (3-0) et se qualifie malgré sa défaite face à City.


    Le Bayern tranquille


    Les Munichoises se sont à nouveau imposées face à Rosengard


    Vainqueur 3-0 à l'aller lors d'un match maîtrisé de bout en bout, le Bayern Munich débutait ce match retour avec 9 orteils en demi-finale. Pour rendre cette confrontation intéressante, Rosengård aurait dû réussir à ouvrir le score rapidement, mais face à une équipe bavaroise solide, Caroline Seger et ses coéquipières ne parvenaient pas à trouver la moindre ouverture et c'est finalement le Bayern, par l'intermédiaire de Lea Schüller, qui ouvrait le score. Sur un centre venu de la gauche et Carolin Simon, elle catapultait le ballon dans les filets d'une tête puissante sous la barre (22'). Un but qui obligeait Rosengård à inscrire cinq buts avant la fin de la rencontre pour passer au prochain tour... Si les débats étaient plutôt équilibrés dans le jeu avant le but, le Bayern a pris l'ascendant et continué de contrôler la rencontre.

    La meilleure occasion suédoise de la première période était une frappe d'Olivia Schough droit sur Laura Benkarth (37'). Lineth Beerensteyn, comme à l'aller, a posé beaucoup de soucis à l'arrière-garde suédoise par sa vitesse et son énergie. Elle inscrivait même un but juste avant la pause, refusé pour une touche en début d'action (45'). A la pause, sans forcer, le Bayern menait 4-0 sur l'ensemble des deux rencontres. La seconde période allait elle aussi être vivante et rugueuse, les fautes s'accumulant au fur et à mesure des minutes qui s'écoulaient, avec presque vingt fautes sifflées sur la seule seconde période, et cinq cartons jaunes distribués sur la dernière demi-heure. Les dernières minutes de la rencontre voyaient Rosengård se montrer plus pressante, avec des bons coups francs et corners obtenus, deux centres dans la surface qui ne trouvaient pas preneuse (81', 85'), une demande de penalty refusée (90'), et enfin la meilleure occasion suédoise de cette seconde période, un tir de Caroline Seger contré (90+2').

    L'issue de cette double confrontation ne proposait que peu de suspense avant ce match retour, et la rencontre a confirmé ce sentiment. Bien que batailleuse et de bonne volonté, Rosengård n'avait pas les armes offensivement pour embêter le Bayern Munich qui n'aura pas eu à forcer son talent. Les demi-finales et Chelsea devraient apporter un autre niveau de compétition pour le leader de Bundesliga. Rosengård de son côté sera de retour pour la prochaine édition et a fait un pas de plus dans la préparation pour le championnat qui débutera le 18.

    Rosengård : 1- Stéphanie Labbé, 15- Jessica Wik, 25- Emma Berglund, 4- Glódís Viggósdóttir, 2- Katrine Veje, 51- Sana Troelsgaard, 17- Caroline Seger ©, 10- Jelena Čanković, 7- Fiona Brown (11- Mimmi Larsson 58'), 8- Hanna Bennison, 22- Olivia Schough
    Bayern Munich : 1- Laura Benkarth, 30- Carolin Simon (21- Simone Laudehr 79'), 19- Carina Wenninger, 14- Amanda Ilestedt, 5- Hannah Glas, 27- Marina Hegering (3- Simone Boye Sørensen 57'), 11- Lea Schüller (18- Viviane Asseyi 57'), 25- Sarah Zadrazil (23- Karólína Lea Vilhjálmsdóttir 57'), 16- Lina Magull © (8- Gia Corley 68'), 10- Linda Dallmann, 6- Lineth Beerensteyn


    Chelsea avec brio


    Les Blues sont en demi-finales (photo club)


    Chelsea a confirmé son succès du match aller avec une nouvelle victoire (3-0, buts de Pernille Harder, Sam Kerr et Fran Kirby) pour un score cumulé de 5-1 sur l'ensemble des deux rencontres, avec à la clé une qualification pour les demi-finales.

    Le match aller avait permis à Chelsea, en difficulté dans le jeu, d'offrir une leçon d'opportunisme à Wolfsburg pour avoir l'avantage avant le match retour. Ce fut encore le cas cette fois-ci, d'une certaine manière. Les débats ont été plus équilibrés d'entrée de jeu, et le duo Ann-Katrin Berger/Magda Eriksson a veillé au grain derrière sur les quelques situations chaudes pour les Louves, par l'intermédiaire de Fridolina Rolfö (12', 20'). Puis, la décision s'est faite en l'espace de quelques minutes. Un premier avertissement, avec un centre de Pernille Harder pour Sam Kerr dans la surface allemande, mais son contrôle était trop long (25').
    La minute suivante, l'Australienne était lancée en profondeur, prenant de vitesse la charnière Sara Doorsoun-Khajeh/Dominique Janssen, l'Allemande concédant un penalty à l'entrée de sa surface. Un penalty que Pernille Harder ne manquait pas de convertir, portant l'avantage de Chelsea à 3-1 sur l'ensemble des deux rencontres (27'). Cinq minutes plus tard à peine, Sophie Ingle trouvait Kerr dans la surface, à nouveau face à la charnière allemande. Dos au but, elle se retournait et faisait le break, creusant un écart décisif (31'). Wolfsburg avait laissé passer sa chance de rester dans le match quelques instants plus tôt. Rolfö, décalée dans le couloir gauche, adressait un centre au second poteau pour Ewa Pajor, qui manquait le cadre et une rare opportunité de croire encore à la qualification (29').
    Le deuxième but mettait un coup de massue sur la tête des Louves, qui se montraient bien timides par la suite. S'il fallait une bonne intervention de Millie Bright pour que le tableau d'affichage reste bloqué sur 2-0 à la pause (42'), ou encore Berger sur un coup franc de Melanie Leupolz (70') ainsi qu'une double occasion de Zsanett Jakabfi (90'), le cœur n'y était plus pour les Allemandes face à une équipe londonienne plus à l'aise dans le jeu et sûre défensivement. Cerise sur le gâteau pour les Blues, un troisième but signé Fran Kirby en fin de rencontre. Un une-deux avec Ji So-yun, tout juste entrée en jeu, et elle trompait Katarzyna Kiedrzynek d'une petite pichenette (81').
    Berger et Eriksson en défense, Kerr et Harder en attaque (quatre buts, une passe décisive, un penalty obtenu) ont fait la différence en Hongrie.
    Le réalisme londonien a encore frappé, accompagné cette fois-ci d'une prestation bien plus convaincante dans le jeu. Avec une victoire en cumulé 5-1 face à Wolfsburg, Chelsea confirme que l'équipe fait partie des prétendants à la victoire finale.

    WOLFSBURG (ALL)-CHELSEA (ANG) : 0-3 (0-2) Chelsea 5-1 au cumul.
    Budapest (Szusza Ferenc Stadion)
    Arbitre : Anastasia Pustovoitova (RUS)
    Buts : Pernille Harder 27' pen., Samantha Kerr 32', Francesca Kirby 81'
    Avertissements : Francesca Kirby 56’ pour Chelsea ; Ariane Hingst 65’ pour Wolfsburg (entraîneur-adjoint)

    Wolfsburg : 77- Katarzyna Kiedrzynek, 13- Felicitas Rauch, 6- Dominique Janssen, 23- Sara Doorsoun-Khajeh, 4- Kathrin Hendrich, 15- Ingrid Engen (31- Lotta Cordes 85'), 14- Fridolina Rolfö (22- Shanice van de Sanden 60'), 10- Svenja Huth, 11- Alex Popp (c), 17- Ewa Pajor (3- Zsanett Jakabfi 75'), 16- Rebecka Blomqvist (19- Sofie Svava 75')
    Chelsea : 30- Ann-Katrin Berger, 7- Jess Carter, 4- Millie Bright, 6- Magdalena Eriksson (c), 25- Jonna Anderssonn 5- Sophie Ingle (24- Drew Spence 84'), 8- Melanie Leupolz (10- Ji So-yun 79'), 22- Erin Cuthbert (17- Jessie Fleming 79'), 14- Fran Kirby, 23- Pernille Harder, 20- Sam Kerr (11- Guro Reiten 63')




    Barcelone finit le travail, City sorti


    Mariona Caldentey face à Alex Greenwood (photo club)


    Avec une avance confortable avant le match retour, Barcelone a obtenu sa qualification malgré la défaite (2-1, buts de Janine Beckie et Sam Mewis sur penalty contre un but d'Asisat Oshoala) et connaître son adversaire pour les demi-finales le 18 avril suite à la rencontre entre Lyon et Paris.

    Dos au mur avant ce match retour, Manchester City devait sortir le grand jeu et partait à l'attaque dès le coup d'envoi, l'intervention de Marta Torrejon devant Janine Beckie au seconde poteau sur un centre de Chloe Kelly se montrant décisive pour éviter un début de match idéal pour les Anglaises (1'). Si Rose Lavelle (13') ou Beckie (15') apportaient quelques frissons, c'est sur corner que Manchester parvenait à ouvrir le score, la tête de Sam Mewis rebondissant sur Abby Dahlkemper, et Beckie s'empressait de glisser le ballon au fond des filets (20'). Un bon début de match pour City, qui ne parvenait cependant pas à capitaliser. Chloe Kelly obtenait un bon coup franc qui ne donnait rien (29'), Sandra Panos repoussait la frappe de Beckie (37'). Mais la grande joueuse anglaise de cette première période, à l'exception de Beckie plutôt à son avantage en remplacement de dernière minute de la dynamiteuse Lauren Hemp, ce fut Lucy Bronze, décisive à deux reprises devant Asisat Oshoala pour éviter un but barcelonais à l'extérieur qui aurait probablement mis fin à tout espoir mancunien de qualification.
    Deux actions barcelonaises venues de la droite sans grande surprise, avec Caroline Hansen dans un premier temps qui donnait le tournis à Alex Greenwood avant de frapper, le ballon était repoussé sur Oshoala qui voyait Bronze se jetter pour éviter le but (31'). A quelques minutes de la pause, sur une action directe initiée par Patri Guijarro depuis sa moitié de terrain, Oshoala était lancée en profondeur et si sa frappe était repoussée dans un premier temps par Ellie Roebuck, elle profitait d'un contre favorable mais ne pouvait totalement finir son geste, permettant ainsi à Bronze de dégager le ballon sur sa ligne (42'). Après avoir bien entamé la rencontre et réussi à ouvrir le score assez tôt dans le match, City a cependant semblé plus proche de concéder un but rédhibitoire qu'en inscrire un deuxième pour continuer à espérer.
    La tendance s'est confirmée en seconde période et si Oshoala a encore manqué de finesse dans son duel avec Roebuck après un bon lancement dans l'intervalle d'Alexia (49'), elle a fini par être récompensée de ses efforts. Alors que le dégagement de la défense anglaise était contré par Patri, Hansen récupérait le ballon et servait en retrait Oshoala, qui n'avait plus qu'à le mettre au fond des filets (59'). Avec ce but, Barcelone obligeait Manchester à en inscrire trois de plus pour se qualifier.
    Et City réagissait bien. Ellen White obtenait un penalty suite à une faute de Leila Ouahabi, et cette fois-ci contrairement au match aller, City le marquait grâce à Sam Mewis (68'). Et... voilà. City n'est pas parvenu à pousser pour forcer la décision, un nouveau duel Roebuck/Oshoala remporté par ala gardienne, une fin de match quelque peu décousue, des jeunes joueuses qui ont fait leur entrée sur le terrain, et Sandra Panos qui peut se permettre une sortie complètement ratée pour terminer la rencontre (90+5').
    Manchester City, en perdant 3-0 à l'aller en manquant notamment un penalty, avait déjà bien hypothéqué ses chances de qualification. Et si l'équipe s'est bien battue, le but inscrit par Asisat Oshoala à l'heure de jeu était de trop pour une équipe somme toute limité par des faiblesses évidentes, notamment l'axe gauche de sa défense et un manque de créativité en attaque à laquelle l'absence d'Hemp a contribué. Barcelone, solide sur l'ensemble des deux rencontres, s'impose 4-2 en score cumulé et continue sa route. Son prochain adversaire sera français, dans un duel d'ores et déjà prometteur.

    MANCHESTER CITY (ANG)-FC BARCELONE (ESP) : 2-1 (1-0) – FC Barcelone qualifié (2-4 au cumul)
    Manchester (MCFC Academy Stadium)
    Arbitre : Monika Mularczyk (POL)
    Buts : Janine Beckie 20', Samantha Mewis 68' pen. ; Asisat Oshoala 59'
    Avertissements : Chloe Kelly 40’ pour Manchester City ; Patricia Guijarro 29’ pour Barcelone

    Manchester City : 26- Ellie Roebuck, 14- Esme Morgan, 27- Alex Greenwood, 13- Abby Dahlkemper, 20- Lucy Bronze (19- Caroline Weir 73'), 22- Sam Mewis (7- Laura Coombs 80'), 24- Keira Walsh, 21- Rose Lavelle, 11- Janine Backie, 9- Chloe Kelly (16-Jessica Park 86') , 18- Ellen White © (10- Georgia Stanway 73')
    Barcelone : 1- Sandra Panos, 8- Marta Torrejon, 17- Andrea Pereira (24- Bruna Villamala 89'), 4- Mapi Leon, 15- Leila Ouahabi, 14- Aitana Bonmati, 12- Patri Guijarro (6- Vicky Losada 79'), 11- Alexia Putellas ©, 15- Caroline Hansen (22- Lieke Martens 61'), 9- Mariona Caldentey (23- Jana Fernandez 89'), 20- Asisat Oshoala (22- Ana Maria Crnogorčević 79')

    https://twitter.com/FCBfemeni/status...19434189148169

    Vendredi 2 Avril 2021
    Charlotte Vincelot

    https://www.footofeminin.fr/Ligue-de...es_a17148.html
    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

    Commentaire


    • #77
      Avec ces clubs, on dirait presque la Ligue des Champions masculines.

      Chelsea a été impressionnant.

      Commentaire


      • #78
        #UWCL - L'OL est-il dépendant des coups de pied arrêtés ?

        À l’image du quart aller de Ligue des Championnes face au PSG (1-0), l’OL a souvent fait la différence cette saison sur un corner, un coup franc ou encore un penalty. Mais peut-on pour autant parler de réelle dépendance ? Éléments de réponse.


        Les coups de pied arrêtés, arme privilégiée de l'OL (photo UEFA.com)



        Un penalty avait suffi pour sceller le sort du duel de haute volée entre Lyonnaises et Parisiennes le 24 mars dernier. Tout comme le coup de tête rageur de Wendie Renard avait permis à son équipe d’être propulsée en finale de la Ligue des Championnes en août 2020. Ou encore les trois buts sur corner marqués aussi bien contre Le Havre que Reims, qui avaient offert à chaque fois une victoire au club rhodanien pour lui permettre de rester au contact de son principal rival en championnat.

        Cette saison, les coups de pied arrêtés rythment les rencontres de l’Olympique Lyonnais plus qu’à l’accoutumé. Une tendance de fond devenue de plus en plus visible au fil des mois et qui perdure encore aujourd’hui. Pour autant, les racines de cette dernière semblent se dessiner depuis déjà quelques années.

        Une proportion de buts sur CPA en nette augmentation

        Pour mener à bien les comparaisons dans cette analyse en étant le plus précis possible, nous avons compilé les données concernant les matchs de l’OL depuis la saison 2016-2017 de notre partenaire InStat ainsi que celles de notre site ou encore de résumés vidéos. De quoi parvenir à analyser 153 des 161 rencontres disputées par Lyon toutes compétitions confondues sur cette période et 643 des 716 réalisations des Fenottes sur le terrain.

        Un simple calcul du pourcentage de buts inscrits sur coups de pied arrêtés au fil des saisons TCC permet d’ores et déjà d’observer une augmentation relativement continue depuis la fin de l’ère Gérard Prêcheur. Augmentation qui s’accentue notamment depuis l’arrivée de Jean-Luc Vasseur sur le banc lyonnais à l’été 2019.



        Avec 41,7% de ses buts inscrits sur ces phases de jeu en 2020-2021, dont une très large partie sur corner ou coup franc (22 sur 30 – 73,3%), Lyon affiche en effet son total le plus élevé dans ce secteur sur les dernières saisons. Pour donner un ordre d’idée encore plus clair : en l’espace de cinq ans le champion en titre de D1 est passé d’un but sur 4,2 sur CPA à un but sur 2,4 aujourd’hui, soit près du double en proportion.

        Une production offensive moins qualitative

        Mais comment expliquer cette montée du pourcentage de buts sur ces phases de jeu ? Plusieurs facteurs peuvent être pris en compte. Le plus évident et le plus souvent cité concerne la production offensive lyonnaise. Cette dernière est en effet moins importante cette saison par rapport à avant, comme le montre la comparaison suivante avec le nombre de buts inscrits en tout ainsi que sur coups de pied arrêtés.



        On y voit un clair resserrement de l’écart entre les buts marqués en général par l’OL et ceux sur CPA depuis la première saison de Reynald Pedros sur le banc rhodanien. Pourtant, le nombre de buts sur CPA reste globalement stable au fil des saisons, preuve que c’est avant tout la chute du nombre de buts inscrits qui provoque cette augmentation du pourcentage en 2020-2021. L’observation du même graphique mais avec cette fois le nombre de buts par match conduit à un résultat similaire.



        Ici, on constate mieux l’écart qui se réduit cette saison. Car si le nombre de buts sur coups de pied arrêtés est bien en hausse dès les premières saisons de Pedros (+ 0,37) et Vasseur (+ 0,39), le volume de buts marqués globalement permettait alors d’obtenir un pourcentage moins important (sachant que la saison 2019-2020 fut écourtée). De plus, la baisse de production offensive se constate ici plus nettement, passant de 5,38 buts par match en 2017-2018 avant de tourner autour de 4 les deux saisons suivantes puis de tomber à 3,27 buts par match en 2020-2021.

        En se penchant sur les statistiques autour des tirs et des occasions de l’OL sous Vasseur, on y voit aussi un ralentissement entre les deux saisons. Moins de tirs (18,5 en 20-21 contre 22,4 en 19-20), souvent en prime moins cadrés (45,3% en 20-21 contre 50,8% en 19-20), ce qui donne un ratio de but par frappes en très légère baisse (1 but tous les 5,7 tirs en 20-21 contre un tous les 5,3 tirs en 19-20).

        Ce volume de buts en baisse et cette difficulté grandissante à faire la différence trouve certaines explications dans le fond de jeu de l’OL. Plus pauvre que sous l’ère Prêcheur ou les précédentes, ce dernier s’est notamment affaibli dans les attaques placées, à l’image des difficultés rencontrées cette saison par Lyon lorsqu’il a fait face à des blocs denses (Brøndby, Bordeaux, Le Havre, etc.).

        Là où l’équipe de Reynald Pedros compensait encore ces difficultés par un contre-pressing très présent et efficace qui lui permettait de déséquilibrer le bloc adverse, celle de Jean-Luc Vasseur a vu cette facette de son jeu s’estomper au fil de son mandat. Un constat qui s’était montré encore plus criant lors de l’opposition face au PSG en novembre dernier.

        Le facteur Hegerberg

        Autre élément qui vient souvent à l’esprit au moment d’expliquer cette dépendance grandissante : l’absence de la serial buteuse lyonnaise de ces dernières années Ada Hegerberg. S’il est vrai que l’OL pâtit de sa blessure, se privant de l’une des attaquantes les plus prolifiques et efficaces au monde, elle ne semble toutefois pas avoir d’impact sur la proportion de buts inscrits sur coups de pied arrêtés par Lyon sous Vasseur.

        En effet, sur les 18 matchs des Fenottes en 2019-2020 avant sa blessure, ces dernières avaient inscrit 87 buts dont 35 sur CPA (soit 40,2%). Sur les 33 rencontres suivantes en son absence, à cheval sur les deux saisons, les Lyonnaises ont marqué 101 buts dont 41 sur CPA (soit 40,6%). Une proportion équivalente, signe que cette dépendance est plus rattachée au fond de jeu de l’OL qu’à une seule joueuse en particulier.

        D’ailleurs, la Norvégienne n’a jamais marqué plus qu’une autre joueuse en moyenne sur ces phases de jeu. Sur les 93 matchs analysés par InStat qu’elle a disputé depuis 2016-2017, cette dernière a inscrit seulement 24 réalisations sur CPA (sur 97 en tout soit 24,7% de ses buts). Un chiffre bien loin de celui de la capitaine lyonnaise Wendie Renard, véritable atout dans ce secteur (50 buts sur 51 sur CPA en 111 rencontres analysées – 98%).

        Lyon parmi les plus dépendants d’Europe

        Questionné sur ce sujet des coups de pied arrêtés au micro de Canal + en janvier dernier en amont du duel entre le Paris FC et l’OL, Jean-Luc Vasseur avait balayé les interrogations en faisant valoir le fait que toutes les grandes équipes européennes tournaient généralement autour de 35-40% de buts inscrits sur ces phases de jeu. Un constat qui, aussi bien à l’époque qu’aujourd’hui, ne se vérifie toujours pas comme le montre la comparaison ci-dessous.



        En zoomant sur les huit clubs quarts de finalistes de l’édition 2020-2021 de l’UWCL, censés logiquement représenter le gratin européen actuel, l’OL apparaît bien en tête et se retrouve seulement suivi de près par le Bayern Munich, actuel leader du championnat allemand. Les six autres équipes se situent elles bien en retrait, avec en moyenne autour de 25% de leurs buts inscrits sur coups de pied arrêtés cette saison.

        De plus, l’influence éventuelle des championnats ne peut pas non plus être avancée, la D1 Arkema étant celui qui compte le moins de buts en proportion sur CPA en 2020-2021 sur les quatre premières ligues européennes au coefficient UEFA juste derrière l’Angleterre, l’Allemagne et l’Espagne.

        En effet, sur les 340 buts inscrits cette saison en D1 Arkema, 94 l’ont été sur coups de pied arrêtés (soit 27,6%). Des disparités existent toutefois, Soyaux (7 sur 10 – 70%), Le Havre (5 sur 12 – 41,7%) et l’OL (22 sur 55 – 40%) se montrant nettement plus dépendants de ces phases que Montpellier (2 sur 22 – 9,09%) par exemple.



        Enfin, un dernier argument se basant sur une éventuelle solidité défensive plus importante des clubs aussi bien en D1 qu’en Europe pourrait expliquer cette difficulté grandissante à faire la différence dans le jeu. Mais quand on prend par exemple le PSG en point de comparaison, ce dernier étant lui aussi un cador dans son championnat et ayant un poids désormais important en Europe, il n’affiche pas la même évolution.

        Son taux de buts sur CPA augmente à peine si l’on s’en fit aux données d’Instat, avec 86 réalisations dont 22 sur ces phases en 2020-2021 (soit 25,6%, 22 matchs analysés), contre 22 sur 94 en 2019-2020 (23,4%, 27 matchs analysés) et 18 sur 75 en 2018-2019 (24%, 29 matchs analysés). Un accroissement de 1,6% en trois ans quand sur la même période, Lyon connaît une augmentation de 10,5%.

        Une force qui cache d’autres problèmes

        Si l’importance des coups de pied arrêtés pour l’Olympique Lyonnais dans cette saison 2020-2021 n’est plus à prouver, est-ce pour autant un point fort ou une faiblesse ? La capacité des Rhodaniennes à faire la différence sur ces phases, avec dans leur poche un atout comme Wendie Renard sur corner notamment, est sans aucun doute une force. Dans les matchs à enjeux qui peuvent se jouer sur des détails, un tel avantage permet bien souvent de faire pencher la balance.

        Cette forte proportion de buts sur CPA semble plutôt masquer des problèmes bien plus profonds au sein du jeu des Fenottes. Si le niveau global de la D1 Arkema et du football féminin européen a certes progressé, l’OL apparaît lui plus limité dans ses options offensives qu’il y a quelques années lorsqu’il était au plus fort de sa domination. Ce qui a pour conséquence de voir sa production offensive se dégrader mois après mois.

        Si la marge confortable de Lyon lui permet encore aujourd’hui d’être au-dessus du lot, cette dernière ne cesse de se réduire. Et en l’absence de renouveau ou de certaines améliorations, les difficultés ne pourraient faire qu’augmenter au fur et à mesure que les options s’amenuisent. Faisant de cette dépendance sur coups de pied arrêtés une faiblesse à long terme.


        Les statistiques brutes des rencontres sont fournies par notre partenaire InStat Football : https://instatsport.com

        Dimanche 18 Avril 2021
        Daniel Marques

        https://www.footofeminin.fr/UWCL-L-O...es_a17190.html
        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

        Commentaire


        • #79
          Olympique Lyonnais (FRA) 1 - 2 Paris Saint-Germain FC (FRA) [1-0]
          1-0 : Catarina Macario 4'
          1-1 : Grace Geyoro 25'
          1-2 : Wendie Renard 61' (CSC)




          *Score du match aller
          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

          Commentaire


          • #80
            Ok donc il y a aussi une Super Ligue Féminine qui va être crée ...

            Oh merde !

            Commentaire


            • #81
              #UWCL - Le PSG sort le tenant du titre lyonnais

              Les Parisiennes ont réussi la performance d'aller s'imposer à Lyon après avoir été mené au score. Ce succès leur ouvre les portes des demi-finales face au FC Barcelone.


              Les Parisiennes s'imposent au Groupama Stadium (photo UEFA.com)



              Jean-Luc Vasseur avait annoncé avant la rencontre que "le calcul (n'était) pas bon" après une courte victoire 1-0 à l'aller. Ses joueuses l'ont d'abord entendu réussissant une bonne entame de rencontre concrétisée par un but sur la première occasion du match.

              Au départ de cette action, la recrue hivernale Catarina Macario récupérait le ballon dans les pieds de Formiga à 30 m du but, jouant sur Majri à gauche, pour continuer sa course dans la surface. Cascarino demandait le ballon dans le dos de Lawrence et était parfaitement servie. Solide dans son duel, elle arrivait à remettre dans l'axe pour la conclusion du droit de Macario (1-0, 4'). 186 secondes avaient suffi aux Lyonnaises pour se donner un but supplémentaire d'avance. Mais la suite ne fut pas du même acabit.

              Lyon a reculé après son but


              Macário et Parris avaient frappé d'entrée (photo UEFA.com)


              Obligées de marquer deux buts pour se qualifier, les Parisiennes réagissaient rapidement. Une belle passe par dessus de la défense de Geyoro pour Däbritz. L'Allemande se déjouait de la sortie de Bouhaddi pour redresser le ballon mais se heurtait au poteau droit (7e). Trois minutes plus tard, un dédoublement Baltimore-Morroni à droite était suivi d'un centre au second poteau pour la tête plongeante de Diani qui manquait le cadre (10e).

              L'OL ne franchissait plus le milieu de terrain depuis son but et les mouvements offensifs parisiens se répétaient que ce soit à gauche, à droite et même dans l'axe. Un centre tendu de Baltimore voyait Katoto surgir au premier poteau pour reprendre de la tête au dessus (14e).

              Geyoro égalise


              Geyoro félicitée par Däbritz (photo UEFA.com)


              Les Lyonnaises ne franchissaient plus le milieu de terrain, illustration faite avec un pressing de Paredes à 35 m du but parisien sur Majri. Renard tentait alors de dégager le ballon mais la capitaine parisienne sur la trajectoire remettait le ballon dans la course de Katoto qui entrait dans l'axe de la surface. Buchanan d'un tacle écartait le ballon sur le côté où Geyoro à droite arrivait pour placer une frappe du droit dans un angle fermé sous la barre (1-1, 24').

              Après une dernière infiltration dangereuse de Diani dans la surface (35e), l'OL relevait la tête obtenant son premier corner au bout de 38 minutes de jeu. A la rentrée aux vestiaires, la sérénité n'était pas de mise côté lyonnais.

              Le match bascule sur un c.s.c.


              Renard malheureuse buteuse contre son camp (photo UEFA.com)


              La physionomie de la seconde période était disputée avec une possession du ballon au milieu du terrain, mais aucune des deux équipes ne semblaient clairement prendre le dessus. Cependant les Parisiennes commençaient se rapprocher du but de Bouhaddi. La gardienne lyonnaise allait se saisir sans trop de difficulté d'une reprise de volée du droit difficile de Katoto après un centre de Diani (56e).

              Tout basculait cinq minutes plus tard. Diani était trouvée par Morroni, profitant d'une erreur de Majri qui se faisait surprendre par le rebond. Elle délivrait un centre tendu que Renard déviait contre son camp devançant Bouhaddi au premier poteau (1-2, 61'). Ce but mettait le PSG en position de qualifié pour la première fois dans ce duel. franco-français.

              L'OL à la peine physiquement

              Jean-Luc Vasseur procédait alors à ses premiers changements avec les entrées d'Amandine Henry et Eugénie Le Sommer. La nouvelle organisation lyonnaise n'y changeait rien. Au contraire, c'est l'entrante parisienne, Bachmann qui était proche du break. Une accélération de Katoto laissait Renard sur place et son centre dans l'axe trouvait la Suissesse qui butait sur Bouhaddi sortie avec autorité (74e). Baltimore manquait aussi une belle opportunité à la conclusion d'un contre lancé avec Diani (77e).

              La fin de match plus tendue et accrochée. L'OL, brouillon, ne parvenait pas à s'approcher du but parisien. Peut-être éprouvées par le cluster, les Lyonnaises ne trouvaient pas les ressources physiques pour se relancer. Mais l'absence de maîtrise technique a aussi été pénalisante. Un ultime coup franc de Maroszán de la droite vers la gauche. Renard de la tête déviait et Malard effectuait une volée à bout portant. Endler sortait une énorme parade décisive (90+2e). Le PSG tenait sa performance, sort le tenant et rival lyonnais pour poursuivre l'aventure européenne. L'OL subit sa première défaite depuis 2017 soit une série de 31 rencontres. La première élimination aussi depuis six ans.


              UEFA Women's Champions League - Quart de finale retour
              Dimanche 18 avril 2021
              - 14h00
              OLYMPIQUE LYONNAIS - PARIS SAINT-GERMAIN : 1-2 (1-1)
              (score cumulé : 2-2. PSG qualifié grâce aux buts à l'extérieur)
              Décines-Charpieu (Groupama Stadium)
              Match disputé à huis clos
              Temps ensoleillé (13°C) - Terrain excellent
              Arbitres : Ivana Martinčić (Croatie) assistée de Katalin Török (Hongrie) et Anita Vad (Hongrie). 4e arbitre : Désirée Grundbacher (Suisse)

              Buts :
              1-0 Catarina MACARIO 4'
              (Macario au départ dans l'axe sert Majri qui va trouver Cascarino dans le dos de Lawrence. Elle résiste à la défenseure à l'angle des 5,5m pour centrer en retrait plein sur Macario qui se jette à 6 m pour couper du pied droit le ballon. Endler le touche mais ne peut pas repousser)
              1-1 Grace GEYORO 24' (Relance de Renard contrée par la tête de Paredes, le ballon revient dans l'axe sur Katoto qui se présente dans la surface. Tacle décisif de Buchanan mais le ballon arrive côté droit de la surface pour Geyoro qui frappe du droit en force dans un angle fermé)
              1-2 Wendie RENARD 61' c.s.c. (Morroni effectue une longue balle transversale de la gauche vers la droite. Majri manque son intervention de la tête et Diani récupère le ballon dans son dos pour venir délivrer un centre tendu. Renard tend sa jambe droite pour intervenir à 3 m du but et devance Bouhaddi, le ballon venant terminer au premier poteau)

              Avertissements : Amandine Henry 73', Selma Bacha 90' pour l'OL ; Perle Morroni 65' pour le PSG

              Lyon : 16-Sarah Bouhaddi ; 12-Ellie Carpenter, 21-Kadeisha Buchanan, 3-Wendie Renard (cap.), 26-Sakina Karchaoui (4-Selma Bacha 83') ; 10-Dzsenifer Marozsán, 11-Damaris Egurrola (5-Saki Kumagai 83'), 7-Amel Majri (6-Amandine Henry 66') ; 17-Nikita Parris (9-Eugéne Le Sommer 66'), 13-Catarina Macário (28-Melvine Malard 75'), 20-Delphine Cascarino. Entr.: Jean-Luc Vasseur
              Non utilisées : 1-Lola Gallardo, 40-Katriina Talaslahti, 18-Alice Sombath, 22-Sally Julini, 23-Janice Cayman, 27-Vicki Becho
              PSG : 16-Christiane Endler ; 12-Ashley Lawrence, 4-Paulina Dudek, 14-Irene Paredes (cap.), 20-Perle Morroni ; 8-Grace Geyoro, 24-Formiga (7-Ramona Bachmann 71'), 13-Sara Däbritz ; 11-Kadidiatou Diani (5-Alana Cook 87'), 9-Marie-Antoinette Katoto, 21-Sandy Baltimore (23-Jordyn Huitema 82'). Entr.: Olivier Echouafni
              Non utilisées : 1-Charlotte Voll, 40-Alice Pinguet, 2-Bénédicte Simon, 10-Nadia Nadim, 18-Laurina Fazer, 22-Signe Bruun, 25-Magnaba Folquet, 27-Océane Hurtré, 28-Jade Le Guilly

              Lundi 19 Avril 2021
              Sebastien Duret

              https://www.footofeminin.fr/UWCL-Le-...is_a17192.html
              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

              Commentaire


              • #82
                #UWCL - Fin de série pour l'OL : une équipe empruntée, un second souffle à trouver

                Depuis novembre 2014, l'OL n'avait manqué aucun match européen, enchaînant cinq trophées consécutifs. La série a pris fin ce dimanche pour l'OL qui a dû faire face à une préparation compliquée sans pouvoir préserver le résultat de l'aller.


                Renard trompe Bouhaddi et l'OL est éliminé (photo @PSG féminines)



                C'était l'une des interrogations avant cette rencontre et le déroulement de la rencontre a confirmé que les Lyonnaises n'étaient pas au mieux physiquement. Trois semaines après avoir joué contre Dijon (0-3) et les premiers cas de COVID-19, les Lyonnaises étaient à l'isolement. Entre cette période d'isolement, suivi médical et entraînement individuel, l'effectif lyonnais n'était pas dans de bonnes dispositions pour aborder ce match retour. Seules quelques Lyonnaises avaient rejoint leur sélection nationale pour s'entraîner et jouer un match. Mais au coup d'envoi de la rencontre, Nikita Parris l'unique joueuse alignée. Jean-Luc Vasseur avait choisi de laisser les autres joueuses de champ sur le banc : Eugénie Le Sommer, Melvine Malard, Selma Bacha ou Janice Cayman. Si certaines n'étaient pas des titulaires habituelles, d'autres pouvaient l'être.

                Jean-Luc Vasseur expliquait avoir dû prendre aussi en compte les critères liés au cluster lyonnais. "Il y a eu forcément à prendre en considération les filles qui étaient revenues depuis peu de temps. J'ai fait ce choix-là. Il a été probant sur les premières minutes et puis on a reculé un peu. On s'est retrouvé acculé". Dans le secteur défensif, les deux latérales lyonnaises ont connu une rencontre difficile face aux débordements de Diani et Baltimore. Ainsi Carpenter, touchée par le COVID, s'est montrée en difficulté comme rarement, et Karchaoui de l'autre côté a été prise à revers, les deux buts étant initiés depuis son couloir. Buchanan, décisive à plusieurs reprises dans ses interventions même si elle redonna le ballon à Geyoro sur le premier but, a été la meilleure défenseure lyonnais tandis que sa partenaire Renard n'a pas offert la meilleure des prestations, avec la relance contrée amenant le premier but, avant la déviation contre son camp. Celle qui a souvent été la sauveuse de l'OL, affichant sa grande détermination et l'envie de performer, n'a pas non plus eut l'occasion d'apporter autant qu'à l'accoutumée sur les coups de pied arrêtés avec seulement trois corners lyonnais et un coup franc.

                Un collectif à la peine

                Dans le but lyonnais, Sarah Bouhaddi n'a rien pu faire sur le premier but parisien (24e) alors que sur le second but, difficile de savoir si elle a pu échanger avec son partenaire pour éviter cette situation, même si la présence en embuscade de Katoto avait mis la pression. Elle évita le but du break en remportant son duel devant Bachmann (74e). Dans le secteur offensif où l'OL a pêché et Bouhaddi en fit l'amer constat dans sa déclaration d'après-match : "Le résultat à l'aller n'a pas suffi. Quand on joue un match, il faut marquer des buts. On n'a pas marqué assez. Elles sont venues ici, elles nous ont mis la pression."

                C'est dans l'animation du jeu et le secteur offensif que l'OL a à nouveau failli. Henry et Kumagai sur le banc, Gunnarsdóttir blessée, Egurrola était titularisée pour la seconde fois avec l'OL. Si elle eut un importance abattage dans le milieu pour tenter de freiner les attaques adverses, elle n'était pas à même de relancer son équipe seule. Et dans ce domaine, les présences de Marozsán et Majri auraient dû l'accompagner. Mais les deux joueuses semblèrent diminuées. Faute de l'apport habituel de ses joueuses, le secteur offensif sembla parfois démuni et les longues séquences de passes furent rares comme le soulignait Patrice Lair sur OL TV.

                Macário n'eut que peu de ballons intéressants pour venir s'approcher du but d'Endler. "Je ne suis pas encore à mon meilleur niveau. Je veux tout faire pour aider l’équipe" soufflait l'Américaine après le match. Sa partenaire Nikita Parris qui avait aussi montré des difficultés en sélection nationale n'était pas assez dangereuse. Cascarino fut aussi décevante dans le couloir gauche où elle avait été affecté combinant rarement avec Majri face à des adversaires comme Diani, Geyoro en pleine possession de leurs moyens.

                "Il y avait trop de petites choses qui nous manquaient"


                Jean-Luc Vasseur (photo twitter OL)


                Le coach de Jean-Luc Vasseur a aussi pu surprendre. Si seul le coach lyonnais connaissait la situation de son effectif après le cluster, les premiers changements intervenus qu'après le deuxième parisien ont semblé tardif pour un effectif en manque de compétition. L'OL subissait déjà en première période et ne semblait pas avec l'équipe alignée en mesure de répondre au pressing parisien. "Il y avait trop de petites choses qui nous manquaient. Une bonne préparation, un peu plus d'énergie" relevait pourtant ce dernier ajoutant "On a reculé un petit peu". Mais les entrées des expérimentées Le Sommer et Henry n'ont pas changé la physionomie. La seconde était rapidement avertie et la première, manquait à son tour de bons ballons. Seule Malard comme elle l'avait montré depuis le début de la compétition était dangereuse. Buteuse avec la sélection U23 il y a une semaine, elle allait être se procurer une balle de qualification dans les arrêts de jeu. Une reprise de volée parfaite exécutée mais qui se heurtait à l'arrêt décisif Endler (90+2e).

                "On sort d’une grosse période de COVID qui ne nous a pas avantagé. Cela a été un véritable inconvénient. On a manqué de fraîcheur dan le jeu. Si on avait été en meilleures conditions physiques, le match aurait été différent" regrettait Macário. Si la période difficile connue à cause du cluster a impacté l'OL pour ce quart de finale retour avec un manque de rythme évident, l'OL a affiché certaines lacunes déjà relevées tout au long de saison. Dans le domaine collectif et technique et aussi sa dépendance croissante sur coups de pied arrêtés s'est confirmée. En l'absence de ces situations pour aller porter le danger plus souvent devant le but parisien, l'OL a semblé désemparé. Mais pour l'entraîneur lyonnais, cette erreur de parcours n'est que provisoire positivant en fin de conférence : "Ce n'est pas du tout une page qui se tourne. Il nous a surtout manqué du rythme et de la préparation pour ce match face au PSG." Le match retour de championnat dans un mois et demi permettra de juger.

                Lundi 19 Avril 2021
                Sebastien Duret

                https://www.footofeminin.fr/UWCL-Fin...er_a17193.html
                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                Commentaire


                • #83
                  Quarts de finale - Matchs retour

                  VfL Wolfsbourg (ALL) 0 - 3 Chelsea FCW (ANG) [1-2]

                  Manchester City FC (ANG) 2 - 1 FC Barcelone (ESP) [0-3]

                  FC Rosengård (SUÈ) 0 - 1 FC Bayern Munich (ALL) [0-3]

                  Olympique Lyonnais (FRA) 1 - 2 Paris Saint-Germain FC (FRA) [1-0]


                  *Score du match aller
                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                  Commentaire


                  • #84
                    #UWCL - Un quatuor inédit pour décrocher le sacre européen

                    Après l'élimination de l'OL en quart de finale qui faisait suite à celle de Wolfsburg, aucun ancien vainqueur de la compétition ne figure dans le dernier carré. Le vainqueur de l'édition 2021 dont la finale aura lieu à Göteborg sera inédit.


                    source UEFA



                    Le 16 mai prochain sur le sol suédois, un nouveau nom sera gravé sur le trophée de la compétition suprême européenne. PSG, Barça, Bayern ou Chelsea sont les quatre noms possibles et si les deux premiers ont déjà disputé la finale, aucun n'a réussi à la remporter, stoppés ces dernières saisons par l'hégémonie lyonnaise.

                    Quatre équipes qui sont actuellement en pleine forme puisqu'elles sont toutes leader de leur championnat national. Voici la présentation des équipes en présence.

                    Les demi-finales se jouent les 24/25 avril (aller) et 1er/2 mai (retour).


                    PARIS SAINT-GERMAIN (FRA) - FC BARCELONE (ESP)

                    PARIS SAINT-GERMAIN (FRA)

                    Classement actuel en championnat : 1er (17 matchs joués : 16 victoires, 1 nul/19 journées)
                    Parcours : Górnik Łęczna (8-1), Sparta Prague (5-3), O. Lyonnais (2-2)
                    Meilleur parcours : finale (2015 et 2017)
                    Demi-finales déjà jouées : 4 (2 éliminations)

                    Après avoir été la dernière équipe à sortir l'OL avant sa série de cinq titres consécutifs, le PSG a récidivé cette saison. Le PSG bénéficie de deux précédentes confrontations victorieuses face à Barcelone dont une demi-finale en 2017 (cumul : 5-1).

                    FC BARCELONE (ESP)
                    Classement actuel en championnat : 1er (23 matchs joués : 23 victoires/26 journées)
                    Parcours : PSV Eindhoven (8-2), Fortuna Hjørring (9-0), Manchester City (5-2)
                    Meilleur parcours : finale (2019)
                    Demi-finales déjà jouées : 3 (2 éliminations)

                    En pleine croissance sur la scène européenne, le FC Barcelone qui domine outrageusement son championnat, a décroché sa première finale en 2019, perdu face à l'OL (4-1). Les Barcelonaises n'ont pour l'instant pas un passé favorable face au PSG mais en quatre ans, les deux effectifs ont évolué.


                    FC BAYERN MUNICH (ALL) - CHELSEA FC (ANG)

                    FC BAYERN MUNICH (ALL)

                    Classement actuel en championnat : 1er (18 matchs joués : 17 victoires, 1 défaite/18 journées)
                    Parcours : Ajax (6-1), BIIK Kazygurt (9-1), Rosengård (4-0)
                    Meilleur parcours : demi-finale (2019)
                    Demi-finales déjà jouées : 1 (1 élimination)

                    Les Allemandes n'ont pas encore réussi en sept saisons européennes à atteindre la finale. Comme en 2019, elles se retrouvent en demi-finale. Une étape de plus que l'an dernier où elles avaient échoué en quart face à l'OL (2-1).

                    CHELSEA FC (ANG)
                    Classement actuel en championnat : 1er (19 matchs joués : 16 victoires, 2 nuls, 1 défaite/19 journées)
                    Parcours : Benfica (8-0), Atlético (3-0), Wolfsburg (5-1)
                    Meilleur parcours : demi-finale (2018 et 2019)
                    Demi-finales déjà jouées : 2 (2 éliminations)

                    Absent de la scène européenne la saison dernière, Chelsea a réussi à faire déjà aussi bien qu'en 2018 et 2019 en atteignant les demi-finales. Après avoir été barré par Wolfsbourg puis l'OL, les Anglaises espèrent atteindre une première finale tout comme leurs adversaires allemandes.

                    Lundi 19 Avril 2021
                    Sebastien Duret

                    https://www.footofeminin.fr/UWCL-Un-...en_a17195.html
                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                    Commentaire


                    • #85
                      #UWCL - Le PSG avait de la ressource mentale

                      Alors que la situation semblait mal embarquée pour les Parisiennes après un but rapidement concédé, le PSG a su se relancer pour faire tomber le rival lyonnais sur sa pelouse grâce à sa force mentale mais aussi à son collectif. Une qualification obtenue après une nouvelle prestation aboutie


                      Katoto et Endler à la fin du match (photo PSG)



                      Depuis le début de saison et dehors de l'absence de Luana, le PSG contrairement à l'OL, dispose d'un effectif au complet qui a été épargné par les pépins physiques. Si le bref épisode du COVID-19 en mars aurait pu avoir un effet néfaste, il n'a pas cassé la dynamique du collectif qui permet à l'équipe parisienne d'être aussi l'actuel du championnat.

                      Cette saison, la force du PSG est aussi en attaque. En dehors de la 2e journée de championnat à Bordeaux (0-0) où un but avait été injustement refusé, et ce quart de finale aller face à l'OL (0-1), les Parisiennes ont toujours fait trembler les filets adverses. De quoi faire de l'équipe parisienne, la même attaque du championnat national. Diani et Katoto qui avaient déjà affiché la saison dernière un potentiel ont vu leur partenaire Baltimore exploser, et ce trio qui avait brillé contre l'Angleterre avec la sélection, la aussi démontré face à l'OL.

                      Un trio d'attaque détonant


                      Baltimore, Geyoro, Katoto et Morroni (photo UEFA.com)


                      Katoto manquait d'abord le cadre, puis servie par une récupération de Paredes, elle était rattrapée par le tacle décisif de Buchanan. Sa partenaire Geyoro, auteure d'une remarquable prestation au milieu, ne manquait pas de conclure sur le premier tir cadré de son équipe (24e). Après les précédents échecs face à l'OL, la milieu de terrain parisienne louait la prestation aboutie de son équipe : "J'en avais un petit peu marre de perdre toujours avec le même scénario. On savait que l'on avait toutes les qualités. On a un bon groupe, notre force a été collective". Mais ce qui a aussi fait la différence, ce sont les débordements incessants de Baltimore et Diani. Cette dernière sera d'ailleurs à l'origine du second but de son équipe (61e). Pourtant le PSG aurait pu repartir bredouilles après avoir manqué de faire le break. Olivier Echouafni en faisait écho après la rencontre : "Nous aurions pu inscrire un troisième but qu'on ne marque pas et Endler sauve l'équipe tout à la fin et sans son arrêt nous aurions été éliminés. Ce n'est peut-être qu'une étape."

                      Le scénario n'était pas écrit avant le coup d'envoi. Les Parisiennes savaient qu'il fallait inscrire deux buts pour se qualifier, un seul envoyait seulement en prolongation. "Ce n'était pas évident même si dans nos têtes, on avait cet objectif" expliquait la capitaine Irene Paredes, ajoutant "On savait que l'on pouvait le faire". Et lorsque le PSG sur une erreur défensive se faisait surprendre très rapidement, l'aspect mental s'est relevé important car l'équipe francilienne n'a pas paniqué. "On a mal débuté. Il était question que l'on fasse l'inverse. Elles ont montré leur progression sur le plan mental. Cette force de caractère qui leur manquait auparavant" relevait avec fierté Echouafni. Après l'égalisation, le PSG continua à effectuer un pressing, affichant une condition physique supérieure à des Lyonnaises sans solution.

                      Une égalisation qui a "boosté" les Parisiennes

                      "Les vieux démons ne sont pas revenus, bien au contraire, elles ont su prendre les choses en main. En première mi-temps, on a su concrétiser. Cela a donné un boost pas possible aux filles. Le scénario a été enclenché et c'est ce qui a permis de prendre confiance" justifiait Echouafni. Car malgré le départ durant dix jours de 17 joueuses en sélection nationale, le collectif parisien s'est montré bien huilé. "On a fait un gros match collectivement du début à la fin. On savait que l'on devait marquer deux buts. On a mis tous les ingrédients pour que l'on puisse être au top. On a un groupe fort, solide" s'enthousiasmait Geyoro. Le PSG a également pu compter sur sa gardienne. Quelques jours après une qualification aux JO avec le Chili, elle a réalisé l'arrêt du match à bout portant face à Malard (90+2e).

                      Mais il va falloir confirmer par la suite. Tout d'abord dès la semaine prochaine face au FC Barcelone, puis ensuite en championnat avec une série de matchs à enchaîner avant le choc face à l'OL fin mai où le club rhodanien aura une revanche à prendre pour tenter de conserver le championnat, à défaut de la Ligue des Champions. Echouafni reste d'ailleurs mesurer mais croit au potentiel de son groupe : "C'est qu'une étape sur la suite de ce groupe et de cette progression." Le palmarès parisien reste encore à étoffer et les deux mois à venir s'annoncent denses.



                      Lundi 19 Avril 2021
                      Sebastien Duret

                      https://www.footofeminin.fr/UWCL-Le-...le_a17194.html
                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                      Commentaire


                      • #86
                        #UWCL - Pas de Parc des Princes, le PSG accueille BARCELONE au Camp des Loges

                        Le 21 novembre dernier, le PSG avait reçu l'OL au Parc des Princes, une première face à cet adversaire en D1 après un précédent face à Juvisy dans cette même enceinte.


                        Le Stade Georges Lefèvre, au Camp des Loges (photo PSG.fr)



                        Plus récemment, le PSG avait aussi reçu l'OL en quart de finale aller de Ligue des Champions. Le 24 mars dernier, les Parisiennes s'étaient inclinées 0-1. Mais pour la demi-finale face au FC Barcelone, retour au Camp des Loges, malgré l'adversaire prestigieux proposé. L'absence de public a certes facilité la décision des dirigeants qui ont comme cela avait été le cas précédemment limité l'utilisation de la pelouse du Parc alors que l'équipe masculine vient de recevoir Angers en Coupe de France et s'apprête à accueillir Manchester City. Une organisation aussi moins coûteuse avec le huis clos.

                        La gestion de la pelouse a souvent guidé les décisions du club parisien au détriment de l'équipe féminine. Le 28 mars 2015, malgré tout, l'équipe féminine avait pour la première fois joué en Ligue des Champions au Parc des Princes. Une décision facilitée par la trêve internationale masculine. C'était face à Glasgow (5-0) en quart de finale. Mais un mois après en demi-finale, les Parisiennes avaient reçu Wolfsbourg à Charléty pour les mêmes raisons évoquées précédemment. Le PSG jouant alors deux matchs de Ligue 1 consécutifs au Parc.

                        PSG - Barcelone au Parc en 2017

                        Les joueuses du PSG avaient retrouvé le Parc des Princes le 2 mai 2016 lors de la demi-finale retour face à l'OL (0-1). Un match qui suivait la cinglante défaite à Lyon (0-7), et qui avait un instant remis en cause le lieu initial de la rencontre de crainte d'avoir peu de spectateurs.

                        Enfin, il y a quatre ans, le PSG avait déjà accueilli Barcelone en demi-finale au Parc des Princes (2-0, 29 avril 2017). Un mois plus tôt, les Parisiennes s'étaient offert une large victoire face au Bayern Munich (4-0) dans cette même enceinte.

                        Depuis, l'équipe féminine avait pris ses quartiers au Stade Jean Bouin, jusqu'à cette saison et le retour régulier au Camp des Loges dans un contexte sans public.

                        Dans le même temps, l'OL a toujours ouvert les portes du Groupama Stadium dans les matchs majeurs de son équipe féminine. Ainsi le retour Lyon - PSG en Ligue des Champions joué dimanche dernier, s'est déroulé trois jours avant OL - Monaco en Coupe de France, sur la même pelouse.

                        Quant à son adversaire barcelonais, pas de Nou Camp, il accueillera le PSG dans une semaine sur la pelouse dédiée aux féminines et à l'équipe réserve du club catalan. Et pour la première fois depuis longtemps, le public sera autorisé avec une jauge réduite. 1 000 billets avaient été mis en vente et ont été acquis en une demi-heure.

                        Vendredi 23 Avril 2021
                        Sebastien Duret

                        https://www.footofeminin.fr/UWCL-Pas...es_a17204.html
                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                        Commentaire


                        • #87
                          #UWCL - PSG - Barcelona : des chiffres avant le match aller

                          Ce dimanche midi, le PSG accueille le FC Barcelone en demi-finale aller. L'occasion avant cette rencontre de faire le tour des dernières informations sur les deux équipes.


                          Formiga et Paredes étaient déjà présentes en 2017 (photo archive PSG)


                          Championnat : 2 leaders face-à-face
                          PSG :
                          Après 19 journées disputées mais deux matchs en retard contre l'OL et le Paris FC, le PSG est leader du championnat. Les Parisiennes devancent l'OL qu'elles viennent d'éliminer en Ligue des Champions. En championnat, le PSG a gagné 16 matchs pour un seul nul (contre Bordeaux 0-0 et aucun défaite).

                          Barça : Rien n'arrête le Barça qui file vers le titre. Les Catalanes ont remporté leurs 24 matchs et comptent trois matchs remis dont celui prévu ce dimanche face à l'Atlético. Le Barça écrase la concurrence avec 125 buts marqués pour seulement 5 buts encaissés (156 buts inscrits toutes compétitions confondues pour Barcelone).


                          Ligue des Champions : parcours avec des défaites
                          PSG :
                          Après un premier tour contre Górnik Łęczna (2-0, 6-1), le PSG a gagné 5-0 à l'aller face au Sparta. Données perdantes sur tapis vert en huitième de finale retour pour cause de COVID, les Parisiennes se sont inclinées ensuite sur le terrain lors du quart de finale aller à domicile face à l'OL (0-1).

                          Barça : Après deux premiers tours sans encombres contre le PSV Eindhoven (4-1 et 4-1), et Fortuna Hjørring (4-0 et 5-0), le FC Barcelone a subi sa première défaite lors du match retour contre Manchester City (1-2). Mais le match aller avait été largement remporté 3-0.


                          Equipes probables
                          Une absence dans le onze parisien avec la blessure de Diani qui manquera au moins le match aller qui s'ajoute à celle de Luana.

                          PSG : 16-Christiane Endler ; 12-Ashley Lawrence, 14-Irene Paredes, 4-Paulina Dudek, 20-Perle Morroni ; 8-Grace Geyoro, 24-Formiga, 13-Sara Däbritz ; 7-Ramona Bachmann, 9-Marie-Antoinette Katoto, 21-Sandy Baltimore
                          Banc : 1-Charlotte Voll (G), 40-Alice Pinguet (G), 2-Bénédicte Simon, 5-Alana Cook, 10-Nadia Nadim, 18-Laurina Fazer, 22-Signe Bruun, 23-Jordyn Huitema, 25-Magnaba Folquet, 26-Manssita Traoré, 27-Océane Hurtré, 28-Jade Le Guilly
                          Blessées : 6-Luana, 11-Kadidiatou Diani

                          Les Barcelonaises ont vu leur internationale nigériane Asisat Oshoala opérée du pied droit le mardi 6 avril dernier. Si peu de surprise est à attendre en défense, au milieu Hamraoui sera présente alors que Mariona Caldentey comme face à City devrait être préférée à Lieke Martens.

                          Barcelone : 1-Sandra Paños ; 8-Marta Torrejón, 17-Andrea Pereira, 4-María León, 15-Leila Ouahabi ; 14-Aitana Bonmati, 10-Kheira Hamraoui, 11-Alexia Putellas ; 16-Caroline Graham Hansen, 7-Jennifer Hermoso, 9-Mariona Caldentey
                          Banc : 13-Catalina Coll (G), 25-Gemma Font (G), 3-Laia Codina, 5-Melanie Serrano, 6-Vicky Losada, 18-Ana-Maria Crnogorčević, 22-Lieke Martens, 23-Jana Fernández, 24-Bruna Vilamala
                          Blessées : 20-Asisat Oshoala, 21-Andrea Falcón
                          Suspendue : 12-Patricia Guijarro


                          Troisième confrontation
                          Avantage PSG

                          Les deux clubs se sont affrontés à deux reprises en matchs aller-retour dans cette compétition. Déjà en demi-finale lors de la saison 2016-2017 avec deux succès parisiens (3-1 à l'extérieur puis 2-0 à domicile). Mais auparavant, c'est en quart de finale que la première confrontation en match officiel a eu lieu. Un match aller sans but à Barcelone (0-0) avant une victoire sur le fil au retour (1-0, Cristiane 86').
                          Le FC Barcelone a aussi joué un autre club français avec le PSG en quart de finale en 2018 (2-1, 1-0 pour l'OL) et en finale avec le succès lyonnais (4-1) en 2019.


                          Parcours croisés
                          Hermoso
                          L'attaquante espagnole qui évolue depuis deux ans à Barcelone a évolué au PSG au cours de la saison (24 matchs, 8 buts).

                          Hamraoui La milieu de terrain française a évolué durant quatre saisons au PSG entre 2012 et 2016 (92 matchs, 16 buts).

                          Morroni La latérale parisienne avait été prêtée en cours de saison au FC Barcelone en 2017-2018 participant à 5 matchs.


                          Transferts et négociations
                          Paredes vers le Barça

                          La capitaine du PSG pourrait quitter son club à l'issue de son contrat en juin. Et son prochain club sera probablement le FC Barcelone. L'occasion pour l'internationale espagnole de retourner dans son pays natal mais aussi de préparer sa future vie parentale alors qu'elle a annoncé avec sa compagne l'arrivée d'un futur bébé sur les réseaux sociaux.

                          Morroni vers l'Allemagne
                          Perle Morroni qui arrive en fin de contrat devrait quitter le club de la capitale cet été pour rejoindre le Bayern Munich et aurait trouvé un accord selon L'Equipe avec le club bavarois pour un contrat de trois ans.

                          Oshoala vers l'Angleterre ?
                          Asisat Oshoala, en conflit avec le staff du FC Barcelone, pourrait prendre la direction de Manchester United la saison prochaine.

                          Le PSG négocie des arrivées
                          Selon Le Parisien, le PSG négocie l'arrivée d'Estelle Cascarino qui arrive en fin de contrat à Bordeaux. En parallèle, une autre piste mène aussi à la Montpelliéraine Elisa De Almeida.

                          Samedi 24 Avril 2021
                          Sebastien Duret

                          https://www.footofeminin.fr/UWCL-PSG...er_a17208.html
                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                          Commentaire


                          • #88
                            #UWCL - Le Barça en ballottage favorable face au PSG

                            Opposées de nouveau en demi-finale de la Ligue des Championnes quatre ans après leur dernier affrontement au même stade de la compétition, Parisiennes et Barcelonaises ont livré un match de haute volée dans cette manche aller sans parvenir à se départager (1-1).


                            L'ancienne Parisienne Hermoso a ouvert le score (photo UEFA.com)



                            La route de Göteborg semble encore longue pour le PSG. Face au FC Barcelone sur la pelouse du Stade Georges Lefèvre, préféré pour l’occasion, les joueuses d’Olivier Echouafni ne sont pas parvenues à prendre l’avantage dans cette demi-finale de Ligue des Championnes. Bousculées par un Barça décidé à développer son jeu de possession, Paris a dans un premier temps reculé. Deux premières alertes de Hansen, intenable sur son côté droit, face auxquelles Endler est restée impeccable (4e, 9e) avant de se faire surprendre à la sortie du premier quart d’heure. Sur un nouveau centre de la Norvégienne, Hermoso anticipe la sortie de la portière parisienne pour marquer de la tête à bout portant (0-1, 13').


                            L'Américaine Cook a égalisé sur corner (photo PSG)

                            Mené au score, le club de la capitale ne tarde pas à réagir. Sur un corner botté par Baltimore au second poteau, Katoto remet pour Cook qui place sa tête au premier (1-1, 21'). Les Parisiennes passent même tout près de prendre l’avantage dans la foulée, le coup franc de Däbritz se retrouvant sauvé sur la ligne (24e). Toujours aussi animée, la rencontre voit les deux clubs se rendre coup pour coup. Mais si le PSG peut de nouveau compter sur Endler pour sortir une énorme parade de près face à Hermoso (35e), sa serial buteuse habituelle Katoto manque elle de précision devant.

                            Servie deux fois par Geyoro dans le dos de la défense suite à une erreur de relance barcelonaise, la Française manque par deux fois son face-à-face, trouvant le poteau sur le premier (42e) avant de voir sa frappe finir hors cadre sur le second (44e). Incapable de prendre les devants, Paris va jusqu’à friser la correctionnelle avant la pause, León s’écroulant dans la surface suite à un contact avec une parisienne sans qu’un penalty ne soit signalé (45+1e).

                            Un match de plus en plus tendu


                            Däbritz en action face au milieu barcelonais (photo UEFA.com)


                            Le second acte part lui sur les mêmes bases. Le FC Barcelone continue de dominer la possession face à un PSG qui tente de se montrer tranchant en contre-attaque. Mais les occasions se font plus rares, l’atmosphère se tendant au fil des minutes. Putellas pousse Endler à s’employer sur coup franc (53e) avant de voir sa seconde tentative raser le montant droit de la Chilienne (59e). De son côté, le PSG voit Geyoro trouver les gants de Panõs (61e) avant que Paredes ne fasse passer un frisson dans la défense adverse sur corner, sa tête passant juste à côté (65e).

                            Si les deux équipes se tiennent, le rythme imprimé par les Espagnoles leur permet toutefois d’obtenir un gros temps fort dans la seconde période. Les alertes se multiplient en effet peu à peu sur la cage du PSG, plus en difficulté pour ressortir le ballon. Martens tente de reprendre comme elle peut une offrande de Hansen au point de penalty (68e) avant qu’un nouveau centre de cette dernière ne fuse devant la cage des Parisiennes sans que personne ne puisse le prendre, Oshoala se jetant après le second poteau sans succès (77e).

                            Dans une fin de rencontre de plus en plus électrique, où les fautes s’enchaînent de part et d’autre, aucune équipe ne parvient à faire la différence. Si l’entrée de Bachmann redynamise l’attaque parisienne, cela ne suffira pas pour permettre au PSG de l’emporter dans ce match aller. Solide dans le jeu, Barcelone prend une très légère option avant l’affrontement retour entre les deux équipes dans une semaine.


                            UEFA Women's Champions League - Demi-finale aller
                            Dimanche 25 avril 2021
                            - 15h00
                            PARIS SAINT-GERMAIN (FRA) - FC BARCELONE (ESP) : 1-1 (1-1)
                            Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre)
                            Match joué à huis clos (100 accrédités)
                            Temps ensoleillé (17°C) - Vent fort - Terrain excellent
                            Arbitres : Olga Zadinová (République tchèque) assistée de Lucie Ratajová (République tchèque) et Paulina Baranowska (Pologne). 4e arbitre : Monika Mularczyk (Pologne)

                            Buts :
                            0-1 Jennifer HERMOSO 13'
                            (Lancée sur la droite par Hamraoui, Bonmati délivre de l'angle de la surface un centre qui lobe Paredes et retombe au second poteau sur la tête de Hermoso à 4 m, Endler sort en retard)
                            1-1 Alana COOK 21' (Corner côté gauche de Baltimore qui arrive sur Katoto au 2e poteau qui remet de la tête sur Cook, esseulée au premier poteau, qui conclut de la tête à 1 m)

                            Avertissements : Formiga 30', Perle Morroni 52', Irene Paredes 71' ; Andrea Pereira 36', María León 63'

                            PSG : 16-Christiane Endler ; 5-Alana Cook (7-Ramona Bachmann 73'), 14-Irene Paredes (cap.), 4-Paulina Dudek, 20-Perle Morroni ; 8-Grace Geyoro, 24-Formiga (10-Nadia Nadim 76'), 13-Sara Däbritz ; 12-Ashley Lawrence, 9-Marie-Antoinette Katoto, 21-Sandy Baltimore. Entr.: Olivier Echouafni
                            Non utilisées : 1-Charlotte Voll, 40-Alice Pinguet, 2-Bénédicte Simon, 18-Laurina Fazer, 22-Signe Bruun, 23-Jordyn Huitema, 25-Magnaba Folquet, 27-Océane Hurtré, 28-Jade Le Guilly
                            Barcelone : 1-Sandra Paños ; 8-Marta Torrejón, 17-Andrea Pereira, 4-María León, 15-Leila Ouahabi ; 14-Aitana Bonmati, 10-Kheira Hamraoui (6-Vicky Losada 84'), 11-Alexia Putellas (cap.) ; 16-Caroline Graham Hansen, 7-Jennifer Hermoso (20-Asisat Oshoala 74'), 22-Lieke Martens (9-Mariona Caldentey 74'). Entr.: Lluís Cortés
                            Non utilisées : 13-Catalina Coll, 25-Gemma Font, 3-Laia Codina, 5-Melanie Serrano, 18-Ana-Maria Crnogorčević, 23-Jana Fernàndez, 24-Bruna Vilamala

                            Lundi 26 Avril 2021
                            Daniel Marques

                            https://www.footofeminin.fr/UWCL-Le-...SG_a17209.html
                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                            Commentaire


                            • #89
                              #UWCL - PSG - Barcelone : les réactions

                              L'arbitrage et l'intensité de la rencontre ont été au coeur des réactions d'après-match malgré une certaine réserve dans les propos des deux entraîneurs.


                              Olivier Echouafni (entraîneur du PSG) : "ça me parait assez équilibré même si on est un peu frustré"


                              Echouafni (photo UEFA.com)

                              Après ce match nul, quel est votre sentiment ?

                              C’est un sentiment un peu mitigé. C’était un match de très haut niveau sur cette demi-finale. On connaissait la qualité de cette équipe, on m’avait donné toutes les informations sur son profil. 1-1 ça me parait assez équilibré même si on est un peu frustré avec quelques occasions manquées en fin de première période qui aurait permis de rentrer avec un but d’avance à la pause.

                              Sur la fin de rencontre, on a senti que ça devenait dur physiquement…
                              Oui c’était dur dans une telle rencontre. C’est notre deuxième match en huit jours à ce niveau-là d’intensité. Mais on est loin d’être dans une mauvaise position avec ce score. C’est même plutôt un bon résultat, meilleur que contre l’OL par exemple avant le retour. On va à Barcelone avec l’objectif de se qualifier et on fera tout pour le faire.

                              Que faudra-t-il améliorer avant le match retour ?
                              L’efficacité. On a un certain nombre de situations et d’occasions aujourd’hui, beaucoup trop par rapport à ce niveau. Il faudra aussi être plus compact et regroupé en défense face à une équipe aussi mobile, avec de meilleurs déplacements.

                              Un mot sur la performance d’Endler sur cette rencontre ?
                              C’est elle qui nous assure de rester en course pour la qualification. Ce n’était pas évident avec les conditions climatiques et le vent. Sur les relances, les ballons prenaient de la vitesse et tourbillonnaient. On est sûr de notre gardienne, de ce qu’elle est capable de faire. On n’est plus surpris. Mais au retour, il va falloir que le Barça se procure moins de situations et que nous soyons capables d’aller marquer.

                              Sur la composition de départ, Lawrence a pris la place de Diani avec Cook arrière droite. Est-ce une solution possible également pour le match retour ? Et quel est votre avis sur leurs performances ?
                              On est obligé de s’adapter aux circonstances avec Kadi qui était absente. Il a fallu faire d’autres choix avec Ashley qui déjà joué à ce poste et Alana derrière qui avait déjà été performante contre Montpellier. Lawrence a une qualité de percussion au-dessus de la moyenne. Elle s’en est bien sortie même s’il y a eu des moments plus difficiles. On espère que Diani sera rétablie avant le match retour. C’est un véritable atout et on sait qu’avec elle, on est encore plus forts.

                              Par rapport au match face à l’OL, on a vu plus d’imprécisions dans les sorties de balles. Comment vous l’expliquer ?
                              La qualité de l’adversaire et la fatigue physique ont joué. On a étudié le Barça avec son pressing très haut sur le terrain. Finalement, on a surtout eu des pertes de balles inhabituelles. Avec le vent, c’était difficile de jouer long. On a essayé de chercher loin pour sortir de ce pressing. On va devoir répéter ça tout au long de la semaine pour tenter d’améliorer tout cela.

                              Pour terminer, votre homologue Lluís Cortés a évoqué deux penalties qui auraient pu être sifflés. Quel est votre avis sur ces situations et l’arbitrage de la rencontre en général ?
                              Je n’ai rien revu. Je ne peux pas parler, durant le match nous sommes loin des actions. L’arbitre a essayé de gérer le match. Ce n’était pas facile sur une demi-finale de Ligue des Champions avec de la tension. Mais elle a plutôt bien tenu son match.


                              Perle Morroni (défenseure du PSG)

                              On a la sensation que vous avez souffert sur votre couloir droit durant la rencontre. Quel est votre avis et comment allez-vous après ce match ?

                              Pas particulièrement. C’est une demi-finale, on sait que l’on va souffrir de toute façon. Mais nous aussi, on a su les faire souffrir en retour. Après, on n’a pas eu de chance sur certaines occasions. Et personnellement je me sens bien.

                              On a vu les ultras présents avant la rencontre pour vous soutenir ainsi que plusieurs cadres de l’équipe masculine dans les tribunes avec Mauricio Pochettino, Presnel Kimpembe ou encore Leonardo. Sont-ils venus vous voir et vous parler avant la rencontre ?
                              On sait qu’ils sont derrière nous, qu’on a le soutien de tout le Paris Saint-Germain et on va tout faire pour aller chercher la qualification à Barcelone.


                              Lluís Cortés (entraîneur du FC Barcelone) : "Concernant l’arbitrage et la VAR, je ne m’exprimerais pas dessus car je ne veux pas avoir de problèmes"


                              Lluís Cortés (photo UEFA.com)

                              Tout d’abord, avez-vous ressenti un manque de contrôle du Barça sur le match ? Et pouvez-vous nous dire un mot sur l’état d’Hamraoui et Hermoso ?

                              Kheira Hamraoui a une gêne musculaire dû à la charge de travail depuis son retour et Hermoso a pris un simple coup à la cheville.
                              Pour ce qui est du match, oui on n’a pas eu assez de contrôle sur ce dernier mais cela venait notamment de l’équipe adverse qui nous a bien gêné. Par contre, quand on a eu plus de possession et de contrôle du ballon, cela s’est mieux passé comme en seconde.

                              Est-ce que vous vous attendiez à une telle opposition et qu’espérez-vous pour le retour ?
                              Je m’attendais à un PSG très fort physiquement, intense dans les duels et rapide dans les transitions comme il l’a été. On a su répondre à ce défi. On aurait voulu tenir plus le ballon mais la pression adverse compliquait aussi la chose. Je suis très content de notre prestation, sachant qu’il y aurait pu avoir plus de buts d’un côté comme de l’autre. Mais tout reste ouvert pour le retour au Stade Johan Cruyff où l’on a tout gagné jusqu’ici.

                              Le résultat aurait-il pu être plus large aujourd’hui ? Et quel est votre avis sur l’arbitrage de cette rencontre ?
                              Il y aurait pu y avoir plus de buts oui comme je l’ai dit mais des deux côtés. Nous méritions de marquer plus mais eux aussi notamment sur quelques situations de coups de pied arrêtés. C’est difficile de dire quel résultat aurait été le plus juste. Concernant l’arbitrage et la VAR, je ne m’exprimerais pas dessus car je ne veux pas avoir de problèmes.

                              Quelle sensation vous laisse ce match ? Et comment allez-vous aborder le match retour ?
                              La sensation est positive. Nous pouvons être compétitifs face à n’importe quelle équipe, il n’y a pas de fossé. On aurait pu gagner ce match face à un très grand PSG tout comme l’inverse. Pour le retour, on garde toutes nos options ouvertes. On peut se qualifier face à cette équipe de Paris qui, je le répète, n’est pas plus forte que nous. Ce sera serré mais on espère se qualifier.

                              Sur les deux situations potentielles de penalty, les avez-vous revus et quel est votre avis ?
                              J’ai vécu ces situations comme vous et je n’ai pas pu revoir les images. J’ai la sensation qu’il y avait penalty et ceux qui ont vu les images me l’ont confirmé. Mais j’insiste sur le fait que la décision est prise sur le moment et que ce n’est pas toujours simple d’être juste. En attendant, la pièce retombe toujours du même côté et on peut se poser la question de la présence ou non de l’arbitrage vidéo sur ces matchs.


                              Irene Paredes (capitaine du PSG)

                              "On a joué contre une très belle équipe. On a joué avec nos armes. Les deux équipes ont eu des occasions très franches. Mais il faut marquer. Je m'attendais à cette opposition. On sait comment elles jouent. C'est un football spécial. Il faudra créer plus pour avoir plus de chances de marquer"

                              Kheira Hamraoui (milieu du FC Barcelone)

                              "On a fait un bon match. On s'attendait à un match difficile, très physique. C'est un bon résultat à l'extérieur. Nos objectifs ? On veut gagner la Ligue des Champions. Il va falloir marquer nos occasions."

                              Lundi 26 Avril 2021
                              Daniel Marques

                              https://www.footofeminin.fr/UWCL-PSG...ns_a17210.html
                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                              Commentaire


                              • #90
                                Paris Saint-Germain FC (FRA) 1 - 1 FC Barcelone (ESP)
                                0-1 : Jennifer Hermoso 12'
                                1-1 : Alana Cook 21'

                                FC Bayern Munich (ALL) 2 - 1 Chelsea FCW (ANG)
                                1-0 : Sydney Lohmann 12'
                                1-1 : Melanie Leupolz 23'
                                2-1 : Hanna Glas 56'
                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                Commentaire


                                • #91
                                  #UWCL - Le Bayern d'une courte tête face à Chelsea

                                  Lors de ce match aller de la deuxième demi-finale de Ligue des champions, le Bayern Munich a obtenu une courte victoire face à Chelsea 2-1, buts de Lyndsey Lohmann et Hanna Glas côté bavarois, Melanie Leupolz côté londonien. Rien n'est joué dans cette demi-finale.


                                  Hanna Glas, passeuse et buteuse lors de cette demi-finale aller (photo UEFA.com)



                                  Dans cette rencontre entre deux équipes ayant espoir de participer à leur première finale dans la compétition, la rencontre partait sur les chapeaux de roue, mais les défenses avaient le dessus au cours des dix premières minutes. Après une première étincelle pour les Blues, par l'intermédiaire de Guro Reiten qui se trouvait seule plein axe à 20 mètres mais manquait sa frappe, c'est le Bayern qui trouvait l'ouverture. Pourtant exemplaire jusque là dans la compétition, Ann-Katrin Berger manquait son dégagement sur un centre d'Hannah Glas et le prolongeait vers Sydney Lohmann, qui ouvrait le score de la tête, Millie Bright ne pouvant que dégager dans son but (12'). Un début de match idéal pour les locales, qui avaient le match en main mais faisaient face à un pressing londonien pouvant s'avérer dangereux. Il ne fallait que dix minutes aux joueuses d'Emma Hayes pour revenir dans la partie, sur un coup franc obtenu et frappé par Guro Reiten. Le ballon étaient dégagé par Simone Laudehr mais rebondissait sur la tête de son ancienne capitaine au club, Melanie Leupolz, qui lobait tout le monde (22').

                                  Egalisation sur un but gag

                                  Ce but quelque peu gag donnait un regain d'énergie à Chelsea qui aller se montrer dangereux à deux reprises dans les minutes qui suivaient. Trois minutes après l'égalisation, Pernille Harder n'enroulait pas assez sa frappe depuis le coin gauche de la surface, et manquait la lucarne (25'). Puis Marina Hegering réalisait une intervention décisive, bloquant la tentative de Sam Kerr pour garder les deux équipes à égalité (30'). Après un début de match intense, les deux rencontres jouaient ensuite plutôt par à-coups, toutes les deux capables de se porter rapidement à l'attaque. Le Bayern était cependant plus timoré après l'égalisation, et à l'exception d’une tête sans danger de Lineth Beerensteyn, bien contenue dans l'ensemble (44'). Alors que Laura Benkarth concédait bêtement un corner dans le temps additionnel qui occasionnait une petite frayeur dans sa surface (45+2'), le premier acte prenait
                                  fin sur un score logique de un but partout.

                                  Une frappe victorieuse de Glas

                                  Après une première période plutôt animée achevée sur un score nul, les deux équipes cherchaient à prendre l'ascendant dans la rencontre, sans y parvenir dans un premier temps, Berger et Benkarth suppléant parfaitement des défenses en place. C'est le Bayern qui allait à nouveau prendre l'avantage, peu avant l'heure de jeu grâce à HannGlas, qui repiquait vers l'axe, se mettait sur son pied gauche et trompait Berger d'une frappe aux 18 mètres (56'). Suite à ce but, accessoirement le seul de la journée qui ne fut pas inscrit de la tête, le Bayern laissait peu à peu le ballon à Chelsea pour évoluer en contre, et les Londoniennes passaient très proche d'en profiter sur une frappe de Ji Soyun repoussée par la barre transversale de Benkarth, qui pouvait ensuite s'emparer du ballon sur une tentative de Bethany England manquant de puissance (73'). Tout juste entrée en jeu, l'attaquante se mettait également en évidence sur un centre venu de la gauche, mais sa tête ratait assez largement le cadre (75').

                                  Face à une équipe de Chelsea manquant d'idée face à une défense bien groupée, le Bayern allumait quelques étincelles en contre-attaque, pas vraiment dangereux jusqu'à une frappe de Linda Dallmann légèrement trop croisée en fin de match (88'). Au niveau défensif, les Bavaroises n'étaient pas vraiment mises en danger, voyant la victoire se profiler au fil des minutes. Chelsea n'aura pas vraiment réussi à mettre la pression sur les buts allemands, manquant d'urgence dans son jeu. C'est finalement plutôt logique de voir le Bayern s'imposer à domicile. Une courte victoire qui ne permettra cependant aucun relâchement face à une équipe de Chelsea qui n'aura plus rien à perdre et est parfaitement capable de renverser la situation.


                                  UEFA Women's Champions League - Demi-finale aller
                                  Dimanche 25 avril 2021
                                  - 17h00
                                  FC BAYERN MUNICH (ALL) - CHELSEA FC (ANG) : 2-1 (1-1)
                                  Munich (FC Bayern Campus)
                                  Match joué à huis clos
                                  Temps nuageux (18°c) - Terrain excellent
                                  Arbitres : Sara Persson (Suède) assistée de Julia Magnusson (Suède) et Almira Spahić (Suède). 4e arbitre : Pernilla Larsson (Suède)

                                  Buts :
                                  1-0 Sydney LOHMANN 12'
                                  (Couloir droit, Glas délivre un centre tendu devant le but que Berger ne parvient pas à capter, le ballon arrivant sur la tête de Lohmann au second poteau qui conclut malgré la tentative de dégagement de Bright)
                                  1-1 Melanie LEUPOLZ 22' (Coup franc côté gauche tiré par Ji So-Yun qui retombe au second poteau. Laudehr veut dégager de la tête mais le ballon est contré par la tête de Leupolz et vient se loger côté opposé en lobant toute la défense)
                                  2-1 Hanna GLAS 56' (Décalée par Magull sur le couloir droit, Glas s'avance jusqu'aux abords de la surface sans être attaquée par Andersson et enroule de 18 m une frappe du gauche au premier poteau)

                                  Avertissements : Sarah Zadrazil 22' ; Pernille Harder 33'

                                  Bayern : 1-Laura Benkarth ; 5-Hanna Glas, 14-Amanda Ilestedt, 27-Marina Hegering, 30-Carolin Simon ; 16-Lina Magull (cap.) (3-Simone Boye Sørensen 90+1'), 21-Simone Laudehr (19-Carina Wenninger 77'), 25-Sarah Zadrazil ; 17-Klara Bühl (11-Lea Schüller 62'), 6-Lineth Beerensteyn (10-Linda Dallmann 77'), 12-Sydney Lohmann. Entr.: Jens Scheuer
                                  Non utilisées : 22-Maria Luisa Grohs, 44-Kathrin Lehmann, 2-Laura Donhauser, 8-Gia Corley, 18-Viviane Asseyi, 23-Karólína Lea Vilhjálmsdóttir, 24-Julia Pollak
                                  Chelsea : 30-Ann-Kathrin Berger ; 7-Jessica Carter, 4-Millie Bright (cap.), 5-Sophie Ingle, 25-Jonna Andersson ; 14-Francesca Kirby, 10-Ji So-Yun, 8-Melanie Leupolz ; 20-Samantha Kerr, 23-Pernille Harder (9-Bethany England 70'), 11-Guro Reiten (21-Niamh Charles 65'). Entr.: Emma Hayes
                                  Non utilisées : 1-Zećira Mušović, 28-Carly Telford, 3-Hannah Blundell, 17-Jessie Fleming, 22-Erin Cuthbert, 24-Drew Spence, 29-Jorja Fox, 33-Agnes Beever-Jones

                                  Lundi 26 Avril 2021
                                  Charlotte Vincelot

                                  https://www.footofeminin.fr/UWCL-Le-...ea_a17211.html
                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                  Commentaire


                                  • #92
                                    Envoyé par Rem56 Voir le message
                                    #UWCL - Le Bayern d'une courte tête face à Chelsea

                                    Lors de ce match aller de la deuxième demi-finale de Ligue des champions, le Bayern Munich a obtenu une courte victoire face à Chelsea 2-1, buts de Lyndsey Lohmann et Hanna Glas côté bavarois, Melanie Leupolz côté londonien. Rien n'est joué dans cette demi-finale.


                                    Hanna Glas, passeuse et buteuse lors de cette demi-finale aller (photo UEFA.com)



                                    Dans cette rencontre entre deux équipes ayant espoir de participer à leur première finale dans la compétition, la rencontre partait sur les chapeaux de roue, mais les défenses avaient le dessus au cours des dix premières minutes. Après une première étincelle pour les Blues, par l'intermédiaire de Guro Reiten qui se trouvait seule plein axe à 20 mètres mais manquait sa frappe, c'est le Bayern qui trouvait l'ouverture. Pourtant exemplaire jusque là dans la compétition, Ann-Katrin Berger manquait son dégagement sur un centre d'Hannah Glas et le prolongeait vers Sydney Lohmann, qui ouvrait le score de la tête, Millie Bright ne pouvant que dégager dans son but (12'). Un début de match idéal pour les locales, qui avaient le match en main mais faisaient face à un pressing londonien pouvant s'avérer dangereux. Il ne fallait que dix minutes aux joueuses d'Emma Hayes pour revenir dans la partie, sur un coup franc obtenu et frappé par Guro Reiten. Le ballon étaient dégagé par Simone Laudehr mais rebondissait sur la tête de son ancienne capitaine au club, Melanie Leupolz, qui lobait tout le monde (22').

                                    Egalisation sur un but gag

                                    Ce but quelque peu gag donnait un regain d'énergie à Chelsea qui aller se montrer dangereux à deux reprises dans les minutes qui suivaient. Trois minutes après l'égalisation, Pernille Harder n'enroulait pas assez sa frappe depuis le coin gauche de la surface, et manquait la lucarne (25'). Puis Marina Hegering réalisait une intervention décisive, bloquant la tentative de Sam Kerr pour garder les deux équipes à égalité (30'). Après un début de match intense, les deux rencontres jouaient ensuite plutôt par à-coups, toutes les deux capables de se porter rapidement à l'attaque. Le Bayern était cependant plus timoré après l'égalisation, et à l'exception d’une tête sans danger de Lineth Beerensteyn, bien contenue dans l'ensemble (44'). Alors que Laura Benkarth concédait bêtement un corner dans le temps additionnel qui occasionnait une petite frayeur dans sa surface (45+2'), le premier acte prenait
                                    fin sur un score logique de un but partout.

                                    Une frappe victorieuse de Glas

                                    Après une première période plutôt animée achevée sur un score nul, les deux équipes cherchaient à prendre l'ascendant dans la rencontre, sans y parvenir dans un premier temps, Berger et Benkarth suppléant parfaitement des défenses en place. C'est le Bayern qui allait à nouveau prendre l'avantage, peu avant l'heure de jeu grâce à HannGlas, qui repiquait vers l'axe, se mettait sur son pied gauche et trompait Berger d'une frappe aux 18 mètres (56'). Suite à ce but, accessoirement le seul de la journée qui ne fut pas inscrit de la tête, le Bayern laissait peu à peu le ballon à Chelsea pour évoluer en contre, et les Londoniennes passaient très proche d'en profiter sur une frappe de Ji Soyun repoussée par la barre transversale de Benkarth, qui pouvait ensuite s'emparer du ballon sur une tentative de Bethany England manquant de puissance (73'). Tout juste entrée en jeu, l'attaquante se mettait également en évidence sur un centre venu de la gauche, mais sa tête ratait assez largement le cadre (75').

                                    Face à une équipe de Chelsea manquant d'idée face à une défense bien groupée, le Bayern allumait quelques étincelles en contre-attaque, pas vraiment dangereux jusqu'à une frappe de Linda Dallmann légèrement trop croisée en fin de match (88'). Au niveau défensif, les Bavaroises n'étaient pas vraiment mises en danger, voyant la victoire se profiler au fil des minutes. Chelsea n'aura pas vraiment réussi à mettre la pression sur les buts allemands, manquant d'urgence dans son jeu. C'est finalement plutôt logique de voir le Bayern s'imposer à domicile. Une courte victoire qui ne permettra cependant aucun relâchement face à une équipe de Chelsea qui n'aura plus rien à perdre et est parfaitement capable de renverser la situation.


                                    UEFA Women's Champions League - Demi-finale aller
                                    Dimanche 25 avril 2021
                                    - 17h00
                                    FC BAYERN MUNICH (ALL) - CHELSEA FC (ANG) : 2-1 (1-1)
                                    Munich (FC Bayern Campus)
                                    Match joué à huis clos
                                    Temps nuageux (18°c) - Terrain excellent
                                    Arbitres : Sara Persson (Suède) assistée de Julia Magnusson (Suède) et Almira Spahić (Suède). 4e arbitre : Pernilla Larsson (Suède)

                                    Buts :
                                    1-0 Sydney LOHMANN 12'
                                    (Couloir droit, Glas délivre un centre tendu devant le but que Berger ne parvient pas à capter, le ballon arrivant sur la tête de Lohmann au second poteau qui conclut malgré la tentative de dégagement de Bright)
                                    1-1 Melanie LEUPOLZ 22' (Coup franc côté gauche tiré par Ji So-Yun qui retombe au second poteau. Laudehr veut dégager de la tête mais le ballon est contré par la tête de Leupolz et vient se loger côté opposé en lobant toute la défense)
                                    2-1 Hanna GLAS 56' (Décalée par Magull sur le couloir droit, Glas s'avance jusqu'aux abords de la surface sans être attaquée par Andersson et enroule de 18 m une frappe du gauche au premier poteau)

                                    Avertissements : Sarah Zadrazil 22' ; Pernille Harder 33'

                                    Bayern : 1-Laura Benkarth ; 5-Hanna Glas, 14-Amanda Ilestedt, 27-Marina Hegering, 30-Carolin Simon ; 16-Lina Magull (cap.) (3-Simone Boye Sørensen 90+1'), 21-Simone Laudehr (19-Carina Wenninger 77'), 25-Sarah Zadrazil ; 17-Klara Bühl (11-Lea Schüller 62'), 6-Lineth Beerensteyn (10-Linda Dallmann 77'), 12-Sydney Lohmann. Entr.: Jens Scheuer
                                    Non utilisées : 22-Maria Luisa Grohs, 44-Kathrin Lehmann, 2-Laura Donhauser, 8-Gia Corley, 18-Viviane Asseyi, 23-Karólína Lea Vilhjálmsdóttir, 24-Julia Pollak
                                    Chelsea : 30-Ann-Kathrin Berger ; 7-Jessica Carter, 4-Millie Bright (cap.), 5-Sophie Ingle, 25-Jonna Andersson ; 14-Francesca Kirby, 10-Ji So-Yun, 8-Melanie Leupolz ; 20-Samantha Kerr, 23-Pernille Harder (9-Bethany England 70'), 11-Guro Reiten (21-Niamh Charles 65'). Entr.: Emma Hayes
                                    Non utilisées : 1-Zećira Mušović, 28-Carly Telford, 3-Hannah Blundell, 17-Jessie Fleming, 22-Erin Cuthbert, 24-Drew Spence, 29-Jorja Fox, 33-Agnes Beever-Jones

                                    Lundi 26 Avril 2021
                                    Charlotte Vincelot

                                    https://www.footofeminin.fr/UWCL-Le-...ea_a17211.html
                                    escouade de belles filles

                                    Commentaire


                                    • #93
                                      Demi-finales - Matchs aller

                                      Paris Saint-Germain FC (FRA) 1 - 1 FC Barcelone (ESP)

                                      FC Bayern Munich (ALL) 2 - 1 Chelsea FCW (ANG)
                                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                      Commentaire


                                      • #94
                                        Ligue des Champions - Nouveautés : Hausse des primes, la VAR à partir des quarts

                                        L’UEFA Women’s Champions League nouvelle formule, qui débute au mois d’août, va connaître de nombreuses nouveautés en plus de sa nouvelle configuration.





                                        Le nouveau modèle, mis en place pour la saison 2021/22 et approuvé par le Comité exécutif de l’UEFA la semaine dernière, va permettre à la plus grande compétition interclubs féminine de la planète de redistribuer 24 millions d'Euros au football féminin d’Europe entière, soit quatre fois plus que le montant actuel.

                                        Cette augmentation considérable est le fruit du travail de remaniement de la Women’s Champions League par l’UEFA, avec notamment la centralisation des droits de sponsoring et des droits médias à partir de la phase de groupe. Outre les recettes générées par cette décision, le nouveau modèle de distribution financière profitera également de la toute première subvention croisée en provenance des compétitions interclubs masculines de l’UEFA, qui viendra ainsi contribuer au football féminin et renforcer l’investissement de l’UEFA.

                                        L’instance dirigeante du football européen s’engage aussi à redistribuer 23 % des 24 millions d'Euros disponibles au moyen de versements de solidarité aux clubs non participants de chacun des championnats nationaux européens de première division représentés dans la compétition. Ces versements doivent être réinvestis dans le développement du football interclubs féminin.

                                        Ceferin (Président de l’UEFA) : « un pas de géant dans la bonne direction pour le football »

                                        « L’annonce faite aujourd’hui représente un pas de géant dans la bonne direction pour le football. Le nouveau modèle de distribution financière de la compétition va renforcer l’ensemble du football professionnel féminin à travers l’Europe », a déclaré Aleksander Čeferin, le président de l’UEFA, ce mardi.

                                        « Il démontre également à quel point le modèle sportif européen est au cœur du développement à long terme du football, a ajouté M. Čeferin. Le développement du football féminin ne doit pas être dicté par l’appât du gain à court terme, mais bien par une vision à long terme. Grâce aux versements de solidarité sur lesquels ce projet repose et grâce à l’augmentation des primes, le moindre Euro généré par la Women’s Champions League, et même davantage, sera reversé au football féminin. »

                                        Nadine Kessler, responsable en chef Football féminin de l’UEFA, a déclaré : « Après plus de trois années de dialogue et de consultation avec nos associations nationales, nos clubs et l’Association des clubs européens, nous tenons à remercier de tout notre cœur l’ensemble des personnes impliquées pour leur contribution. Chacun de ces changements est dicté par une vision uniforme et garantit que nous allons dans la même direction : vers l’avant ! Nous avons hâte de présenter au monde entier la nouvelle formule de l’UEFA Women’s Champions League, et de proposer aux supporters de football les meilleures joueuses et les meilleures équipes à l’occasion de la meilleure compétition interclubs féminine au monde. »

                                        « Cette subvention croisée destinée à la Women’s Champions League en provenance des compétitions interclubs masculines est un signal fort que le football féminin constitue une priorité stratégique », a ajouté M. Čeferin.

                                        Une hausse des primes et des versements de solidarité

                                        Selon les premières estimations de l’UEFA, tous les clubs participant à la prochaine édition de la Women’s Champions League pourront bénéficier de la hausse des primes. Par exemple, les équipes disputant la nouvelle phase de groupe recevront au minimum EUR 400 000, soit cinq fois plus que les sommes versées aux équipes atteignant le stade équivalent (les huitièmes de finale) dans l’actuelle compétition. Le vainqueur pourrait gagner jusqu’à EUR 1,4 million de primes selon ses résultats tout au long de la compétition.

                                        Les versements de solidarité distribués aux clubs non participants seront calculés selon la meilleure performance des clubs représentant leur championnat national dans la Women’s Champions League. Plus un club ira loin, plus les versements de solidarité alloués aux clubs évoluant dans son championnat national seront élevés.

                                        Un nouveau règlement pour protéger et développer les joueuses

                                        L’UEFA a également pris d’autres mesures afin d’adapter le règlement de la compétition pour mieux protéger les joueuses professionnelles en plus d’encourager le développement des talents européens.

                                        Le règlement protégera ainsi les joueuses décidant de devenir maman. À compter de la saison prochaine, les clubs participants auront la possibilité de modifier leur effectif à tout moment de la saison afin de remplacer de façon temporaire les joueuses qui sont enceintes ou doivent partir en congé maternité, et de réintégrer celles qui en reviennent.

                                        Le développement de jeunes joueuses talentueuses joue désormais un rôle central dans le règlement de la compétition. La mise en place d’une liste B permettra en effet aux clubs de compléter leur effectif en y intégrant de jeunes joueuses qui répondent à des critères spécifiques. De plus, à compter de la saison 2022/23, l’UEFA prévoit de mettre en place une règle des « joueuses formées localement » pour entretenir la croissance des talents formés localement en Europe.

                                        Assistance vidéo à l’arbitrage à partir des quarts de finale

                                        En vue de professionnaliser davantage encore la compétition, l’assistance vidéo à l’arbitrage, qui n’était déployée qu’en finale, sera désormais utilisée dans tous les matches de la phase à élimination directe.

                                        April 27, 2021, 5:55 pm

                                        https://www.footofeminin.fr/Ligue-de...ts_a17214.html
                                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                        Commentaire


                                        • #95
                                          Bon, on ne va pas se mentir, l'élimination du PSG ne va pas nous faire pleurer.

                                          Commentaire


                                          • #96
                                            #UWCL (Demi-finale) - Le PSG sorti par le FC Barcelone

                                            Accusant deux buts de retard signés Lieke Martens, le PSG s'est montré trop fébrile dans le jeu pour réussir à déstabiliser le FC Barcelone. Le rêve de finale s'envole.


                                            La joie barcelonaise (photo UEFA.com)



                                            Une semaine après avoir concédé le nul (1-1) à domicile, les Parisiennes se déplaçaient dans un stade garni d'un millier de spectateurs pour tenter de décrocher une troisième finale dans l'histoire du club parisien avec l'obligation de marquer au moins un but.

                                            Les deux entraîneurs procédaient à un changement dans le onze de départ. Alana Cook était laissée sur le banc, Lawrence retrouvant son poste et Ramona Bachmann titulaire côté droit alors que Kadi Diani était toujours indisponible. Dans le onze catalan, la Française Hamraoui était reléguée sur le banc avec le retour de suspension de Patri Guijarro.

                                            Martens frappe deux fois


                                            Lieke Martens


                                            Après un début de match équilibré, et la gardienne Sandra Paños en difficulté sur un corner (3e), les Barcelonaises concluaient idéalement une action rondement menée cinq minutes plus tard.Lieke Martens était lancée dans le couloir par Leila Ouahabi dans le dos d'Ashley Lawrence. La Canadienne qui retrouvait son poste, une semaine après avoir évolué dans le secteur offensif était prise à revers et la Néerlandaise qui était couverte du hors-jeu par Perle Morroni venait ajuster Christiane Endler (1-0, 8').

                                            La formation parisienne éprouvait des difficultés à enchaîner les passes pour venir s'approcher du but adverse et Sara Däbritz tentait de loin (15e). Lorsque Ramona Bachmann, active sur le côté droit, délivrait un centre fuyant intéressant personne ne se trouvait à la réception (24e). Les Blaugrana prenaient de plus en plus le monopole du ballon et concrétisait par un second but. Morroni était éliminée par Caroline Graham Hansen qui arrivait à centrer devant le but. Martens surgissait pour devancer Lawrence (2-0, 31').

                                            Katoto entretient l'espoir parisien


                                            Katoto rageuse (photo UEFA.com)


                                            Un break qui mettait les Parisiennes dans l'obligation de marquer à deux reprises pour envisager la qualification. Rageuse, [B]Marie-Antoinette Katoto surgissait sur un corner de Däbritz que la défense ne parvenait pas à dégager. Elle contrait le ballon pour surprendre Paños (2-1, 34'). Katoto haranguait ses partenaires pour les réveiller.

                                            La rencontre repartait sur les mêmes bases qu'elle s'était termliné avec des Barcelonaises maîtresses du jeu. Si un centre de Bachmann trouvait Morroni, sa frappe en déséquilibre ne donnait rien (47e). La frayeur était dans la surface parisienne une minute après. Graham Hansen envoyait un ballon en profondeur vers Martens. Endler anticipait pour s'en emparer avant de le relâcher et venir bousculer Martens en tentant de le récupérer dans ses pieds. L'arbitre ne sifflait pas de penalty.

                                            Les Catalanes manquent le break mais préservent leur avantage


                                            Däbritz tente d'intervenir (photo UEFA.com)


                                            Aux abords de l'heure de jeu, le PSG se montrait un peu plus entreprenant avec Bachmann pour Lawrence (56e) puis un mouvement Katoto-Geyoro et Bachmann. La Suissesse armait une frappe repoussée difficilement par Paños (59e). De part et d'autre, des occasions de faire pencher la balance. Dudek devait intervenir devant Graham Hansen (63e) alors que Baltimore cherchait Katoto mais le ballon passait dans son dos (64e). Les Parisiennes étaient ensuite chanceuses lorsque Graham Hansen échappait complètement à Morroni pour venir tenter sa chance (68e). Un corner concédé, frappé par Graham Hansen. Au second poteau, Marta Torrejón le reprenait mais était contrée. Hermoso récupérait le ballon sans contrôle mais trouvait le poteau droit d'Endler battue (69e). Une troisième opportunité signée Torrejón rebondissait sur la barre (70e).

                                            Echouafni procédait à ses premiers remplacements avec les entrées de Nadim et Huitema (73e). Caldentey et Hamraoui entraient côté barcelonais. Paris poussait avec Katoto (77e) mais s'exposait aussi. Seule la maladresse d'Oshoala évitait le 3-1 (90e). Le dernier coup franc de Däbritz pour trouver Bruun ne donnait rien, avec un hors-jeu signalé (90+2e).

                                            Le FC Barcelone s'impose pour la première fois face à un club français en Ligue des Champions et s'envole pour la deuxième finale de son histoire. Une finale sans l'OL et le PSG, ce qui n'était arrivé qu'à une seule reprise en 12 ans.


                                            Réactions

                                            Olivier Echouafni (entraîneur du PSG) :
                                            « Il nous a manqué pas mal de choses, notamment en première période. Cela fait deux matches qu'on encaisse rapidement, les Barcelonaises sont venues deux fois dans notre camp et elles ont marqué deux buts. Après, on a eu cette volonté d'aller de l'avant, de marquer pour revenir au score. (Il a manqué) de l'efficacité, aussi. On a manqué des occasions. À 2-1, en deuxième période, on a eu des situations qu'on aurait pu concrétiser. Le mental, c'est là que ça se joue aussi. C'est dur d'encaisser ça. Il y a des jeunes joueuses. Cela va leur servir pour la suite de leur carrière. Grace, Sandy, Marie-Antoinette, Jordyn... On va continuer l'année prochaine, avec l'envie de faire aussi bien, voire mieux. Il faudra aller chercher encore plus loin. »

                                            Lluís Cortés (entraîneur du FC Barcelone) : "Je ressens une joie incroyable. Il y a de nombreuses heures de travail et de nombreux jours d'entraînement depuis la finale à Budapest (ndlr : perdue en 2019 contre Lyon 1-4) et nous voulions vraiment revenir le plus vite possible. Nous étions très proches cet été (ndlr : lors du final8), qu'il n'y avait pas de grand écart et qu'il fallait jouer. Justice a finalement été faite avec cette équipe. Nous sommes très heureux d'atteindre la finale et ne doutons pas que nous la gagnerons. C'était impensable de disputer deux finales en trois ans car ce n'était accessible qu'aux grandes équipes et l'équipe a démontré qu'à l'heure actuelle, le Barça est l'une des meilleures équipes d'Europe. Nous avons incroyablement grandi ces dernières années et nous sommes ici parce que nous le méritons. Cette équipe est prête à jouer dans tous les contextes. Quand je parle de la maturité de cette équipe, ça y est. Ce match il y a quelques années je suis sûr que nous l'aurions perdu et nous aurions été éliminés, mais maintenant nous sommes prêts à jouer contre n'importe qui. Nous devons montrer que nous sommes arrivés ici parce que nous le méritons et que notre façon de jouer est la meilleure. Nous devons montrer qu'avec ce style, nous pouvons gagner la Ligue des champions."


                                            UEFA Women's Champions League - Demi-finaler retour
                                            Dimanche 2 mai 2021
                                            - 12h00
                                            FC BARCELONE (ESP) - PARIS SAINT-GERMAIN (FRA) : 2-1 (2-1)
                                            Score aller : 1-1. Score cumulé : 3-2
                                            Sant Joan Despí (Estadi Johan Cruyff)
                                            Spectateurs : 981
                                            Temps couvert (15°C) - Terrain excellent
                                            Arbitres : Anastasia Pustovoitova (Russie) assistée de Ekaterina Kurochkina (Russie) et Karolin Kaivoja (Estonie). 4e arbitre : Sandra Braz Bastos (Portugal)

                                            Buts :
                                            1-0 Lieke MARTENS 8'
                                            (Ouahabi couloir droit allonge une passe en profondeur pour lancer Martens qui part à la limite du hors-jeu dans le dos de Lawrence et vient se présenter face à Endler pour ouvrir son pied à 10 m et de l'intérieur du droit envoyer le ballon dans le petit filet opposé)
                                            2-0 Lieke MARTENS 31' (Putellas allonge le jeu pour trouver Graham Hansen à droite qui se déjoue de Morroni et centre pour Martens qui surgit devant Lawrence à 5 m au second poteau)
                                            2-1 Marie-Antoinette KATOTO 34' (Corner de Däbritz côté droit que Marta Torrejón n'arrive pas à dégager. Formiga au duel avec Martens remet le ballon aux 5,5 m, Ouahabi essaye de dégager mais Katoto met sa jambe droite en opposition et contre à bout portant)

                                            Avertissements : Andrea Pereira 67', Sandra Paños 78', Asisat Oshoala 85', Mariona Caldentey 90+2', Alexia Putellas 90+4' ; Ashley Lawrence 45', Paulina Dudek 61'

                                            Barcelone : 1-Sandra Paños ; 8-Marta Torrejón, 17-Andrea Pereira (10-Kheira Hamraoui 76'), 4-María León, 15-Leila Ouahabi ; 14-Aitana Bonmati (20-Asisat Oshoala 79'), 12-Patricia Guijarro, 11-Alexia Putellas (cap.) ; 16-Caroline Graham Hansen, 7-Jennifer Hermoso, 22-Lieke Martens (9-Mariona Caldentey 72'). Entr.: Lluís Cortés
                                            Non utilisées : 13-Catalina Coll, 25-Gemma Font, 3-Laia Codina, 5-Melanie Serrano, 6-Vicky Losada, 18-Ana-Maria Crnogorčević, 23-Jana Fernàndez, 24-Bruna Vilamala
                                            PSG : 16-Christiane Endler ; 12-Ashley Lawrence, 14-Irene Paredes (cap.), 4-Paulina Dudek, 20-Perle Morroni (22-Signe Bruun 87') ; 8-Grace Geyoro, 24-Formiga (10-Nadia Nadim 73'), 13-Sara Däbritz ; 7-Ramona Bachmann (23-Jordyn Huitema 73'), 9-Marie-Antoinette Katoto, 21-Sandy Baltimore. Entr.: Olivier Echouafni
                                            Non utilisées : 1-Charlotte Voll, 40-Alice Pinguet, 2-Bénédicte Simon, 5-Alana Cook, 18-Laurina Fazer, 25-Magnaba Folquet, 27-Océane Hurtré, 28-Jade Le Guilly

                                            Lundi 3 Mai 2021
                                            Sebastien Duret

                                            https://www.footofeminin.fr/UWCL-Dem...ne_a17219.html
                                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                            Commentaire


                                            • #97
                                              FC Barcelone (ESP) 2 - 1 Paris Saint-Germain FC (FRA) [1-1]
                                              1-0 : Lieke Martens 8'
                                              2-0 : Lieke Martens 31'
                                              2-1 : Marie-Antoinette Katoto 34'

                                              Chelsea FCW (ANG) 4 - 1 FC Bayern Munich (ALL) [1-2]
                                              1-0 : Francesca Kirby 11'
                                              1-1 : Sarah Zadrazil 29'
                                              2-1 : Ji So-Yun 43'
                                              3-1 : Pernille Harder 84'
                                              4-1 : Francesca Kirby 90'+5




                                              *Score du match aller
                                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                              Commentaire


                                              • #98
                                                Ben oui, n'est pas l'Olympique Lyonnais qui veut
                                                Apres nous avoir sorti, elles ont sans doute cru que le plus dur etait fait, mais au haut niveau rien n'est jamais joué d'avance.
                                                Envoyé par interactif
                                                si j'avais du aller voter, j'aurais évidemment voté Juppé.

                                                Commentaire


                                                • #99
                                                  #UWCL (Demi-finale) - CHELSEA plus « clutch » que le BAYERN

                                                  Mené 1-2 après le match aller, Chelsea est parvenu à renverser le Bayern Munich en fin de match pour finalement s'imposer 4-1 et obtenir un billet pour sa première finale dans la compétition. Fran Kirby a inscrit un doublé, Ji Soyun et Pernille Harder ont également marqué, mais le plus beau but de la rencontre est à mettre à l'actif de Sarah Zadrazil.


                                                  Les Blues disputeront leur première finale européenne face à Barcelone (photo UEFA.com)



                                                  Battu à l'aller, Chelsea démarrait le match tambour battant avec l'objectif de reprendre l'avantage dans cette double confrontation et éviter que le Bayern joue son jeu de contre-attaque. Une pression qui allait rapidement porter ses fruits, puisque sur une récupération de Niamh Charles, Fran Kirby initiait une contre-attaque, servait Sam Kerr qui temporisait et lui redonnait parfaitement le ballon dans l'intervalle pour battre Laura Benkarth et permettre à Chelsea de se retrouver en position de force dès le début de la rencontre (1-0, 11'). Pas satisfaites, les Londoniennes continuaient à pousser et se procuraient quelques occasions (frappes de Sophie Ingle 13', Melanie Leupolz 19', Kirby 27', centre dangereux de Leupolz 20') mais devaient se montrer attentives derrière, comme ce fut le cas de Jess Carter, décisive sur une frappe quasiment à bout portant de Lineth Beerensteyn qui aurait pu rapidement remettre le Bayern devant sur l'ensemble des deux rencontres (14').

                                                  Égalité parfaite sur les deux matchs à la pause


                                                  Sarah Zadrazil avait relancé le Bayern (photo UEFA.com)


                                                  C'est finalement Sarah Zadrazil qui s'en chargeait, sur un corner repoussé par la défense anglaise. A 20 mètres plein axe, elle déclenchait une frappe puissante qui allait se loger dans la lucarne d'Ann-Katrin Berger qui n'avait même pas le temps de bouger (1-1, 29'). Un fort joli but qui temporait quelque peu les ardeurs des Blues. Le Bayern se procurait une belle opportunité de faire grandir son avance sur une récupération de Beerensteyn au niveau de la ligne médiane, qui lançait Lea Schüller dans la profondeur, mais l'attaquante bavaroise ne parvenait pas à accrocher le cadre, gênée par Magdalena Eriksson de retour au sein de l'arrière-garde londonienne (38'). Juste avant la pause, la rencontre tournait encore à la suite d'un coup de pied arrêté. Lina Magull, en retard face à Kirby, concédait un bon coup-franc aux abords de sa surface et Ji Soyun, dont la frappe initiale était repoussée par le mur, s'y reprenait à deux fois pour remettre les compteurs à égalité sur l'ensemble des deux rencontres, avec l'aide du poteau (2-1, 43').

                                                  Après une première période vivante et disputée, sans temps morts, où les deux équipes ont su faire parler leurs qualités, c'est Chelsea qui s'en est le mieux sorti en revenant à égalité pour s'offrir une seconde période en position de force à domicile.

                                                  Harder, la délivrance


                                                  La déviation de la tête d'Harder fait basculer le match (photo UEFA.com)


                                                  Dos à dos, les deux équipes avaient quarante-cinq minutes et quelques pour faire la différence. C'est le Bayern qui repartait le plus fort, pas assommé par le but de Ji Soyun en fin de première période. Une pression qui s'intensifiait encore avec l'entrée en jeu de Linda Dallmann à l'heure de jeu, mais qui n'offrait pas aux Bavaroises de véritable occasion de but. Le retour de la capitaine Eriksson au sein de la défense londonienne se faisait sentir, tout comme la confiance grandissante de Jess Carter, et l'arrière-garde des Blues se montrait très solide sans qu'Ann-Katrin Berger n'ait à sortir le grand jeu, repoussant de nombreuses tentatives allemandes. Eriksson allait d'ailleurs se montrait décisive à plusieurs reprises au cours de cette seconde période.

                                                  C'est alors que l'on était entré dans les dix dernières minutes de jeu que le match allait s'emballer, alors qu'une passe en retrait de Leupolz n'était pas passée loin de son but quelques instants auparavant (78'). En contre-attaque, Harder décalait Kirby qui cherchait ensuite Sam Kerr au deuxième poteau, mais Carina Wenninger écartait le danger de la tête (81'). Puis Eriksson intervenait parfaitement sur une frappe de Dallmann (82'). Et c'est un nouveau coup franc qui allait faire la différence. Obtenu et tiré par Jess Carter couloir droit d'une frappe tendue, il permettait à Harder, qui déviait le ballon de la tête au premier poteau, de mettre Chelsea devant à quelques minutes de la fin de la rencontre (3-1, 84').

                                                  Kirby enfonce le clou sur le fil

                                                  Chelsea avait l'occasion d'en finir avec cette rencontre, mais Kerr manquait le cadre en contre-attaque encore (88'), permettant au Bayern de mettre une grosse pression sur les buts de Berger qui réalisait un arrêt décisif sur une frappe de Klara Bühl sur corner avant d'être suppléée par Eriksson (90'). Une tête de Viviane Asseyi permettait au Bayern d'obtenir le corner de la dernière chance, mais cela tournait au vinaigre quand la défense de Chelsea repoussait le ballon et que Kirby était trouvée en profondeur pour aller inscrire un quatrième but dans le but déserté par Benkarth (4-1, 90+5'). Alors que les défenses s'étaient montrées intraitables en seconde période, le match s'est emballé en toute fin de rencontre et un coup franc a permis à Chelsea de remporter cette double confrontation de haut niveau, qui aura tenu ses promesses jusque dans les derniers instants. Première finale européenne pour Chelsea.


                                                  UEFA Women's Champions League - Demi-finale retour
                                                  Dimanche 2 mai 2021
                                                  - 12h30 (13h30 françaises)
                                                  CHELSEA FC (ANG) - FC BAYERN MUNICH (ALL) : 4-1 (2-1)
                                                  Score aller : 1-2. Score cumulé : 5-3
                                                  Kingston-upon-Thames (Kingsmeadow "Cherry Red Records Stadium)
                                                  Match joué à huis clos
                                                  Temps ensoleillé (12°c) - Terrain excellent
                                                  Arbitres : Esther Staubli (Suisse) assistée de Susann Küng (Suisse) et Francesca Di Monte (Italie). 4e arbitre : Maria Marotta (Italie)

                                                  Buts :
                                                  1-0 Francesca KIRBY 11'
                                                  (Partie de la moitié de camp de son équipe, Kirby remonte le ballon dans l'axe en jouant avec Kerr sur la gauche qui lui remet dans l'intervalle à l'entrée de la surface, elle s'emmène le ballon d'un contrôle du gauche puis, à 7 m du but, croise sa frappe du gauche à ras de terre)
                                                  1-1 Sarah ZADRAZIL 29' (Corner joué côté gauche par Magnull avec Simon qui délivre un centre, repoussé par Kirby dans l'axe sur Zadrazil à 22 m qui contrôle du gauche puis enchaîne par une frappe en demi-volée du droit qui va se loger dans la lucarne gauche de Berger)
                                                  2-1 JI So Yun 43' (Coup franc à 20 m légèrement excentré à droite que Ji So Yun frappe dans le mur, mais le ballon lui revient et reprend du droit de 16 m, envoyant le ballon se loger dans le petit filet droit de Benkarth)
                                                  3-1 Pernille HARDER 84' (Coup franc côté droit à 18 m frappé du droit tendu par Carter que Harder vient couper de la tête aux 5,5m et placer le ballon au premier poteau)
                                                  4-1 Francesca KIRBY 90+5' (Corner allemand, le ballon est disputé et récupéré par Cuthbert, qui décale sur Kirby partie du milieu de terrain côté droit, elle s'avance jusqu'à l'entrée de la surface et conclut du plat du pied droit de 16 m dans le but vide)

                                                  Avertissements : Jessica Carter 48' ; Lina Magull 42', Carolin Simon 74', Lineth Beerensteyn 83'

                                                  Chelsea : 30-Ann-Katrin Berger ; 7-Jessica Carter, 4-Millie Bright, 16-Magdalena Eriksson (cap.), 21-Niamh Charles ; 8-Melanie Leupolz (22-Erin Cuthbert 88'), 5-Sophie Ingle, 10-Ji Soyun ; 14-Francesca Kirby, 23-Pernille Harder (24-Drew Spence 90+3'), 20-Samantha Kerr. Entr.: Emma Hayes
                                                  Non utilisées : 1-Zećira Mušović, 28-Carly Telford, 3-Hannah Blundell, 9-Bethany England, 11-Guro Reiten, 17-Jess Fleming, 29-Jorja Fox, 33-Agnes Beever-Jones, 25-Jonna Andersson
                                                  Bayern : 1-Laura Benkarth ; 14-Amanda Ilesdedt (21-Simone Laudehr 87'), 27-Marina Hegering, 5-Hanna Glas ; 30- Carolin Simon (19-Carina Wenninger 76'), 11-Lea Schüller (10-Linda Dallmann 61'), 16-Lina Magull (cap.), 25-Sarah Zadrazil, 6-Lineth Beerensteyn ; 17-Klara Bühl, 12-Sydney Lohmann (18-Viviane Asseyi 77'). Entr.: Jens Scheuer
                                                  Non utilisées : 22-Maria-Luisa Grohs, 44-Kathrin Lehmann, 2-Laura Donhauser, 3-Simone Boye Sørensen, 8-Gia Corley, 23-Karólína Lea Vilhjálmsdóttir, 24-Julia Pollak



                                                  Lundi 3 Mai 2021
                                                  Charlotte Vincelot

                                                  https://www.footofeminin.fr/UWCL-Dem...RN_a17220.html
                                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                  Commentaire


                                                  • Envoyé par Al Bundy Voir le message
                                                    Ben oui, n'est pas l'Olympique Lyonnais qui veut
                                                    Apres nous avoir sorti, elles ont sans doute cru que le plus dur etait fait, mais au haut niveau rien n'est jamais joué d'avance.
                                                    Et c'est ça qui rend leur élimination jouissive... avec la complaisance de certains merdias aussi qui n'attendaient juste qu'une chose : la passation de pouvoir entre le méchant OL et le gentil QSG. Pas de bol, ça sera pas pour cette année
                                                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X