Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le foot féminin, vues d'ailleurs...

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • C'est pas le problème, Paris jouait bien trop bas et Asllani ésseulée, ca servait a rien qu'elle redescende, il aurait fallu un point de fixation et que l'équipe remonte vite quand on balançait sur elle. Le problème, c'est qu'on envoyait devant, mais ca montait pas, Lyon pouvait aller récupérer le ballon et déployer son jeu tranquille dans sa moitié de terrain pépére, on pressait qu'une fois la ligne médiane franchie... :(

    Commentaire


    • Envoyé par HFS Voir le message
      C'est pas le problème, Paris jouait bien trop bas et Asllani ésseulée, ca servait a rien qu'elle redescende, il aurait fallu un point de fixation et que l'équipe remonte vite quand on balançait sur elle. Le problème, c'est qu'on envoyait devant, mais ca montait pas, Lyon pouvait aller récupérer le ballon et déployer son jeu tranquille dans sa moitié de terrain pépére, on pressait qu'une fois la ligne médiane franchie... :(
      Le truc c'est que Farid à soit sous estimer Lyon en pensant qu'Asllani était suffisante, soit il jouait sincèrement le nul, dans tout les cas, c'était une mauvaise stratégie. Match pas interressant, ce n'était pas aux Lyonnaises de faire le jeu, car nous on est bien, c'était au PSG à essayer d'aller chercher cette victoire pour etre 1er et pour avoir une belle opposition.

      Tout ce que ce match à montrer c'est que le PSG devrait remercier Shirley, Aurélie, Kenza et Véronique (toutes ex lyonnaises en passant). Ainsi que Jessica en passant
      ~OL family~
      Une formidable raison d'être heureux

      Commentaire


      • Je pense pas qu'il soit aussi débile pour sous estimer une équipe qu'il a monté. Maintenant, l'idée de jouer le nul est tentante, mais c'est pas fait correctement. Juvisy par exemple a super bien joué le coup contre Lyon à Gerland l'an dernier. Meme si leur but sur péno est litigieux et qu'elles ont eu le cul bordé de nouilles en seconde mi-temps de pas en prendre 4 ou 5.

        Commentaire


        • Juste comme ça, je dis pas ça parce que j'aime pas le PSG, au contraire!
          Vous avez une trèèèès belle équipe, et c'était juste décevant de voir ce côté là...
          Je veux pas que Lyon perde, mais avoir une opposition séré avec un match palpitant où on sent que les deux équipes vont pas lacher... On a vu ça contre Montpellier! alors qu'avant elles étaient toujours regroupé en défense, là elles sont sorties on attaquées et même marquer le 1er but.

          J'espère voir mieux du PSG au prochain match.
          ~OL family~
          Une formidable raison d'être heureux

          Commentaire


          • Bah pareil. Je pense pas qu'on aurait pris une valise en jouant comme Montpellier, vu qu'on a pas Meilleroux en DC :mdr: Donc pareil, très déçu du peu de jeu développé, on l'a joué petite fiotte. :-(

            Commentaire


            • Envoyé par HFS Voir le message
              Bah pareil. Je pense pas qu'on aurait pris une valise en jouant comme Montpellier, vu qu'on a pas Meilleroux en DC :mdr:
              Déja x)
              Puis toutes vos lignes sont composées de très bonnes joueuses.
              Yavait mieux à faire :: Kheira a une très belle frappe de loin. Shirley a beaucoup de percussion et aurait pu placer Lindsey et Asllani dans de bonnes positions. Jessica est une très bonne centreuse sur des corner ça aurait pu faire mal notamment avec Krahn.

              Je pense pas qu'il y aurait forcémment eu plein de but, ya quand meme Sarah et Vero dans les buts, c'est pas n'importe qui lol, mais le jeu aurait été plus palpitant! :)
              ~OL family~
              Une formidable raison d'être heureux

              Commentaire


              • Envoyé par HFS Voir le message
                Non, le championnat est surement meilleur, mais il n'y pas de leader à la Lyon. Tyreso vient seulement de remporter le championnat alors qu'elles ont des Marta et autres brasilous. On a la malchance d'avoir 8 clubs sur 12 qui se feraient éclater en Europe, faut etre lucide. N'importe quel club suédois, meme de milieu de tableau éclaterait des Arras, Toulouse, Issy, Vendenheim...
                C'est juste qu'elle ne citait que Lyon et le PSG capables de bien figurer en Suède... Je rajoute Montpellier (nul contre Paris) et Juvisy qui va sûrement lui prouver prochainement qu'il est difficile de les battre...
                Ce canard n'a qu'un bec, et n'eut jamais envie d'en avoir deux.

                Commentaire


                • Trouvé sur Eurosport ce matin:

                  Football
                  Etats-Unis: une Ligue féminine relancée avec l'aide du Canada et du Mexique
                  Publié le 22/11/2012 à 04:01
                  -

                  Une Ligue professionnelle de football féminin va renaître la saison prochaine aux Etats-Unis avec l'aide financière des Fédérations américaines, canadiennes et mexicaines, a indiqué mercredi le président de la Fédération américaine (US Soccer) Sunil Gulati.

                  Ce Championnat comprendra huit équipes (Boston, Chicago, Etat de New York, New Jersey, Kansas City, Washington, Seattle et Portland) et le salaire de quelques joueuses sera pris en charge par leur Fédération respective.

                  Selon ce nouveau système, jusqu'à 24 internationales américaines (3 par équipe maximum) seront payées par la Fédération américaine. Les Fédérations canadiennes feront de même pour, respectivement, 16 et 12 de leurs joueuses. Au final, un club n'aura pas besoin de payer six ou sept joueuses de son effectif.

                  "Nous essayons de créer un modèle économique qui soit soutenable en diminuant le besoin d'investissement du secteur privé", a expliqué M. Gulati lors d'une conférence de presse téléphonique.

                  Depuis l'an 2000, deux Ligues pro féminine ont échoué aux Etats-Unis, ne durant que trois saisons chacune.

                  La saison de ce nouveau Championnat, qui n'a pas encore de noms, se jouera de mars-avril à septembre-octobre et la plupart des Américaines sacrées championnes olympiques à Londres cet été devraient y participer.

                  La prochaine Coupe du monde féminine aura lieu en 2015 au Canada.

                  Commentaire


                  • Envoyé par Bigbastoune Voir le message
                    Trouvé sur Eurosport ce matin:

                    Football
                    Etats-Unis: une Ligue féminine relancée avec l'aide du Canada et du Mexique
                    Publié le 22/11/2012 à 04:01
                    -

                    Une Ligue professionnelle de football féminin va renaître la saison prochaine aux Etats-Unis avec l'aide financière des Fédérations américaines, canadiennes et mexicaines, a indiqué mercredi le président de la Fédération américaine (US Soccer) Sunil Gulati.

                    Ce Championnat comprendra huit équipes (Boston, Chicago, Etat de New York, New Jersey, Kansas City, Washington, Seattle et Portland) et le salaire de quelques joueuses sera pris en charge par leur Fédération respective.

                    Selon ce nouveau système, jusqu'à 24 internationales américaines (3 par équipe maximum) seront payées par la Fédération américaine. Les Fédérations canadiennes feront de même pour, respectivement, 16 et 12 de leurs joueuses. Au final, un club n'aura pas besoin de payer six ou sept joueuses de son effectif.

                    "Nous essayons de créer un modèle économique qui soit soutenable en diminuant le besoin d'investissement du secteur privé", a expliqué M. Gulati lors d'une conférence de presse téléphonique.

                    Depuis l'an 2000, deux Ligues pro féminine ont échoué aux Etats-Unis, ne durant que trois saisons chacune.

                    La saison de ce nouveau Championnat, qui n'a pas encore de noms, se jouera de mars-avril à septembre-octobre et la plupart des Américaines sacrées championnes olympiques à Londres cet été devraient y participer.

                    La prochaine Coupe du monde féminine aura lieu en 2015 au Canada.
                    Je n'ai jamais vraiment compris ce souci avec le championnat américain, quelqu'un peut m'expliquer pourquoi le pays qui possède la meilleure équipe du monde n'a pas tout le temps un championnat national ? :confus:

                    Commentaire


                    • Envoyé par S-B Voir le message
                      Je n'ai jamais vraiment compris ce souci avec le championnat américain, quelqu'un peut m'expliquer pourquoi le pays qui possède la meilleure équipe du monde n'a pas tout le temps un championnat national ?
                      la raison constante et générale? c'est que le sport aux US s'organise de facon completement differente qu'en europe.

                      pour les jeunes, il est lié non pas aux clubs mais aux lycées et aux universités. strictement amateur (en principe au moins car des caisses noires existent pour les programmes les plus huppées). les championnats universitaires dans les sports majeurs "américains" génerent BEAUCOUP d'interet (et d'argent). le championnat universitaire de "soccer" féminin est de haut niveau, mais bien sur ouvert qu'aux étudiantes, donc apres 21 ou 22 ans on n'y jouent plus.

                      ensuite, il y a des ligues professionelles, qui ont eu souvent des origines modestes. bien sur, aujourd'hui le NFL et NBA cassent tout, mais ils sont restés les freres pauvres de la NCAA (National Collegiate Athletic Association) pendant des tres nombreuses années.

                      ces ligues pros ne sont pas gérées par des fédérations : ce sont des entreprises a but lucratif a part entiere, et cela depuis les cincinnati red stockings (baseball) fondés en 1869, premier club pro aux states. et quand le "business model" ne marchent pas, tout s'écroule. pour les ligues et clubs qui existent aujourd'hui, des dizaines d'autres ligues et des centaines de clubs ont disparu corps et biens.

                      la raison spécifique aux 2 ligues WUSA et WPS qui ont fait si rapidement faillite? les yeux plus gros que le ventre. elles se sont basés sur un calcul, un "business model", qui les condamnait a drainer 10,000 ou 15,000 spectateurs PAYANTS par match (pas gratos comme pour nous) et des contrats télé lucratifs pour survivre. l'utopie, quoi!

                      et pas de clubs comme OL, PSG ou EAG pour les épauler non plus. des orphelins morts-nés. leur faillite était couru d'avance. avec les fédés pour aider cela pourrait marcher un peu, mais je ne pense pas qu'on verra toutes les joueuses de france, navarre, thule et albion se ruer vers l'or comme il y a 4 ans.

                      j'ai beaucoup écrit pour peut etre pas expliquer grande chose, mais je connais le sujet (étant amérloque et sportif... et, ayant été a une époque un peu journalo sportif américain sur les bords, je l'espere bien!) et si tu a d'autres questions, je pourrais écrire ENCORE plus!

                      Commentaire


                      • Envoyé par sirius Voir le message
                        la raison constante et générale? c'est que le sport aux US s'organise de facon completement differente qu'en europe.

                        pour les jeunes, il est lié non pas aux clubs mais aux lycées et aux universités. strictement amateur (en principe au moins car des caisses noires existent pour les programmes les plus huppées). les championnats universitaires dans les sports majeurs "américains" génerent BEAUCOUP d'interet (et d'argent). le championnat universitaire de "soccer" féminin est de haut niveau, mais bien sur ouvert qu'aux étudiantes, donc apres 21 ou 22 ans on n'y jouent plus.

                        ensuite, il y a des ligues professionelles, qui ont eu souvent des origines modestes. bien sur, aujourd'hui le NFL et NBA cassent tout, mais ils sont restés les freres pauvres de la NCAA (National Collegiate Athletic Association) pendant des tres nombreuses années.

                        ces ligues pros ne sont pas gérées par des fédérations : ce sont des entreprises a but lucratif a part entiere, et cela depuis les cincinnati red stockings (baseball) fondés en 1869, premier club pro aux states. et quand le "business model" ne marchent pas, tout s'écroule. pour les ligues et clubs qui existent aujourd'hui, des dizaines d'autres ligues et des centaines de clubs ont disparu corps et biens.

                        la raison spécifique aux 2 ligues WUSA et WPS qui ont fait si rapidement faillite? les yeux plus gros que le ventre. elles se sont basés sur un calcul, un "business model", qui les condamnait a drainer 10,000 ou 15,000 spectateurs PAYANTS par match (pas gratos comme pour nous) et des contrats télé lucratifs pour survivre. l'utopie, quoi!

                        et pas de clubs comme OL, PSG ou EAG pour les épauler non plus. des orphelins morts-nés. leur faillite était couru d'avance. avec les fédés pour aider cela pourrait marcher un peu, mais je ne pense pas qu'on verra toutes les joueuses de france, navarre, thule et albion se ruer vers l'or comme il y a 4 ans.

                        j'ai beaucoup écrit pour peut etre pas expliquer grande chose, mais je connais le sujet (étant amérloque et sportif... et, ayant été a une époque un peu journalo sportif américain sur les bords, je l'espere bien!) et si tu a d'autres questions, je pourrais écrire ENCORE plus!
                        Pas de souci, au contraire plus c'est long, plus il y a d'éléments intéressants à lire. :)
                        Par contre je n'ai pas bien compris l'histoire des clubs. Chez les jeunes, ce sont les universités, ça ok, mais pour les "vieilles", ça n'existe pas ?


                        Aussi ce que je trouve aberrant c'est que le foot féminin semble être un sport banal aux Etats-Unis (comme le basket ou le hand chez nous par exemple) mais également très populaire, et je suis étonné qu'ils se privent d'un tel sport, surtout avec toutes ces joueuses américaines qui sont un peu considérées comme des stars là-bas (je ne dis pas de bêtise j'espère).
                        Il n'y a pas moyen de changer le système et de le faire gérer par une fédération américaine ?

                        Commentaire


                        • Ca ne marche pas comme ca la bas, la fédération est indépendante des championnats, qui sont gérés par des entreprises privées.
                          En France, la FFF a pas mal de liens avec la LFP, qui organise la L1 /L2, et est elle même très proche de l'UEFA.

                          La bas, c'est différent, la USSF est indépendante de la société qui gère la WPS. Ils se sont rapprochés dernièrement, ce qui fait que les fédérations américaines, canadiennes et méxicaines vont supporter des salaires d'internationales dans les nouvelles franchises ( club ) qui vont se monter ( ou reprendre d'anciennes franchises par exemple ).

                          sirius pourra bien mieux développer.

                          Commentaire


                          • Envoyé par S-B Voir le message
                            Aussi ce que je trouve aberrant c'est que le foot féminin semble être un sport banal aux Etats-Unis (comme le basket ou le hand chez nous par exemple) mais également très populaire, et je suis étonné qu'ils se privent d'un tel sport, surtout avec toutes ces joueuses américaines qui sont un peu considérées comme des stars là-bas (je ne dis pas de bêtise j'espère).
                            Il n'y a pas moyen de changer le système et de le faire gérer par une fédération américaine ?
                            Le soccer est encore tres loin d'etre populaire (loin derriere le FootUS, le Basket, Baseball ou Hockey): garcons ou filles, meme si la generation des "Soccer moms" a un peu change la donne, des meres qui en gros en avaient assez de voir leurs fils se faire defoncer chaque semaine en jouant au Foot US dans les lycees etc...

                            il y avait un superbe article sur la victoire et le match d'anthologie des USA contre le Bresil lors de la derniere CdM des femmes en Allemagne: ils disaient que si apres un match pareil, les Americains n'arrivaient pas a se passioner pour le foot/soccer...
                            Par contre, il y a de plus en plus de foot a la TV: le championat Anglais, la Ligue des champions et la derniere Coupe du Monde a vu un vrai engouement avec retransmission dans les bars, restos... je n'avais jamais vu ca aux States (enfin, dans l'etat de New York, ou il y quand meme plus d'Europeens ou descendants d'Europeens)

                            Commentaire


                            • Etat des lieux du foot féminin avec une-deux.net

                              A quelques heures d'une finale de coupe du monde des clubs entre l'Olympique Lyonnais et le club japonais de l'INAC Leonessa, infos.fr a voulu faire un état des lieux du foot féminin en France.



                              Nous avons rencontré Oicem Saidoun, du site internet une-deux.net, qui a très gentiment répondu à nos quelques questions et apporté son regard de spécialiste sur ce sport en plein essor.

                              Bonjour, pouvez-vous présenter votre site : pourquoi l'avez-vous créé, quelles sont vos ambitions ?

                              Une-Deux.net existe depuis novembre 2011. L'idée qu'on avait avec le cofondateur Vincent Viau, était de se placer sur un créneau et bosser au quotidien comme dans une rédaction. Le foot masculin était archi bouché, on s'est dit qu'on pouvait apporter notre vision dans un football féminin encore timoré qui n'ose pas parler tout haut et qui dont la promotion nous semblait un brin démagogique. On est venu pour relayer des infos, parler de jeu avant tout (ce qui se faisait très peu avant nous), mettre en valeur les clubs et les filles moins connus. Apporter un traitement journalistique qui n'existait pas.

                              Le foot féminin semble en plein essor, confirmez-vous la tendance avec la fréquentation de votre site internet ?

                              Absolument. Depuis un an la fréquentation est constamment à la hausse ! Des vues arrivent du Japon, de Norvège, des États-Unis. Des pays fans de ce sport qui commencent à jeter un œil sur ce que font les Françaises.

                              Au niveau des diffusions TV, on voit de plus en plus de matchs féminins, peut être encore trop peu à votre goût? Est-ce que cela va changer ?


                              On ne peut pas imposer le football féminin à la France. Il faut qu'il y ait une volonté des téléspectateurs. J'entends ici et là que l'Équipe de France féminine devrait passer sur TF1 etc... Mais non. Chaque chose à sa place... Les féminines sont encore loin de la puissance marketing des hommes et ne rapporte,t pas autant. C'est donc logique qu'on les voit moins.

                              À terme il serait bien que chaque but de D1 puisse être filmé et diffusé. Avec dans l'idéal un résumé de la journée le dimanche soir et un ou deux matches par journée en intégralité. On y arrivera sans doute d'ici deux ou trois ans. Mais que cela aille plus loin que ça me surprendrait beaucoup.

                              Pourquoi d'après vous, les médias devraient diffuser plus de foot féminin? Quelles sont les principales différences avec le foot masculin?


                              Le football féminin est un peu à double tranchant. C'est soit un match de folie soit un 0-0 des familles. La différence principale se fait sur l'état d'esprit, au sens où on n'a pas de simulation, peu de temps morts etc. Les filles jouent bien au ballon mais il y a encore beaucoup d'écart entre les équipes.

                              Les gens qui tombent sur un super match sont bluffés... mais ceux qui voient l'inverse n'y reviendront pas à deux fois. Mais le football masculin reste la base, il ne faut pas se mentir. Tout part de là. Le foot féminin a un côté moins lourd, moins grave, on est là pour jouer, gagner si possible, c'est tout. Chez les hommes, ça prend parfois une gravité qui fait fuir quelques fans.

                              Lyon semble écraser le foot féminin français, européen et peut être mondial. D'autres clubs français sont-ils capables de rivaliser? L'arrivée du Qatar aux commandes du PSG peut-elle changer la donne ?


                              Avant le Qatar, Juvisy, Montpellier et Paris ont donné du fil à retordre à l'OL l'an dernier. Ces équipes compensent par une énorme rage de vaincre... Le souci est que l'OL avec ses allures de millionnaires a tout autant de rage. Ce n'est pas tant une question d'argent que de soif de victoire. L'année passée le prouve. Mais si Paris arrive à conjuguer les deux, Lyon pourrait tomber de son trône d'ici un an ou deux.

                              Votre pronostic pour Lyon - INAC Leonessa ce week-end en Coupe du Monde des clubs?


                              Ce sont les deux meilleures équipes du monde a priori. les Françaises veulent une revanche sur les JO, mais les Japonaises jouent chez elles... 2-1 pour Lyon ?


                              Source: http://www.infos.fr/etat-des-lieux-d...#ixzz2D9NZ4ro9

                              Commentaire


                              • J'aimais bien ce site mais je crois qu'il aurait mieux fait de se taire...

                                il dit qu'ils sont la parce que le foot masculin est archi bouché... donc, sinon... le foot féminin, ils n'en avaient rien à faire ?!!...:dt::dt:

                                d'autre part le foot masculin a rapporté au niveau financier parce qu'il était diffusé, et pas l'inverse...
                                Passer à TF1, à une heure décente, OL-Postdam de l'an dernier et on verra les audiences...
                                Mais ça : ...

                                Dimanche 7 octobre 2012
                                Issy - Saint-Etienne
                                Division 1
                                Eurosport à 17h30 (direct)

                                je suis pas sûr...:grn:

                                Après son entrevue, ce type je ne le sens pas du tout...
                                Dernière modification par ours11, 24/11/2012, 15h31.

                                LYON
                                20 Titres de Champion de France de Basket


                                1946,,2019

                                Commentaire


                                • Envoyé par ours11 Voir le message
                                  J'aimais bien ce site mais je crois qu'il aurait mieux fait de se taire...

                                  il dit qu'ils sont la parce que le foot masculin est archi bouché... donc, sinon... le foot féminin, ils n'en avaient rien à faire ?!!...:dt::dt:

                                  d'autre part le foot masculin a rapporté au niveau financier parce qu'il était diffusé, et pas l'inverse...
                                  Passer à TF1, à une heure décente, OL-Postdam de l'an dernier et on verra les audiences...
                                  Mais ça : ...

                                  Dimanche 7 octobre 2012
                                  Issy - Saint-Etienne
                                  Division 1
                                  Eurosport à 17h30 (direct)

                                  je suis pas sûr...:grn:

                                  Après son entrevue, ce type je ne le sens pas du tout...

                                  Perso je vais regarder le match x)
                                  La défense d'Issy contre le PSG m'avait quand meme un peu impressionné, et puis la gardienne de st etienne m'a fait bonne impression aussi ( ou mauvaise vu qu'elle a arrété pas mal de nos tirs :p).
                                  Ce sera pas le match le plus palpitant mais il sera sans doute mieux que notre match contre le PSG
                                  ~OL family~
                                  Une formidable raison d'être heureux

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par NickyS.971 Voir le message
                                    Perso je vais regarder le match x)
                                    La défense d'Issy contre le PSG m'avait quand meme un peu impressionné, et puis la gardienne de st etienne m'a fait bonne impression aussi ( ou mauvaise vu qu'elle a arrété pas mal de nos tirs :p).
                                    Ce sera pas le match le plus palpitant mais il sera sans doute mieux que notre match contre le PSG

                                    Bonsoir, tu vas bien ?...:shock::crazy::-o:folie:


                                    C'était un exemple, le match a eu lieu en Octobre...:mdr:

                                    LYON
                                    20 Titres de Champion de France de Basket


                                    1946,,2019

                                    Commentaire


                                    • Ah xD J'avais pas vu xDDDDDDDDDDd

                                      Ecoute hein je sors de 4h de devoir de Maths... mon cerveau est ramoli xDDD

                                      Mais Bref c'est un match que J'aurAIS regardé si j'avais su qu'il passait x)
                                      ~OL family~
                                      Une formidable raison d'être heureux

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par NickyS.971 Voir le message
                                        Ah xD J'avais pas vu xDDDDDDDDDDd

                                        Ecoute hein je sors de 4h de devoirs de Maths... mon cerveau est ramolie xDDD

                                        Mais Bref c'est un match que J'aurAIS regardé si j'avais su qu'il passait x)
                                        Je me disais bien que quelque chose avait dû te, Trau-MAT-iser...:-):-)

                                        moi aussi je l'aurais regardé, mais je voulais dire que ce genre de match, ne va pas donner envie de s'intéresser au foot féminin, à des gens qui ne connaissent pas, alors qu'un OL- Potsdam...:fier:

                                        LYON
                                        20 Titres de Champion de France de Basket


                                        1946,,2019

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par ours11 Voir le message
                                          Je me disais bien que quelque chose avait dû te, Trau-MAT-iser...:-):-)

                                          moi aussi je l'aurais regardé, mais je voulais dire que ce genre de match, ne va pas donner envie de s'intéresser au foot féminin, à des gens qui ne connaissent pas, alors qu'un OL- Potsdam...:fier:
                                          C'est vrai je l'avoue x)

                                          D'accord, maintenant que je m'y interesse je regarderai, mais j'aurais jamais regarder le foot fem' et je serais tombée sur celui contre le PSG (Psg-Issy) j'aurais pas regarder à nouveau x)
                                          ~OL family~
                                          Une formidable raison d'être heureux

                                          Commentaire


                                          • Être gardienne, mais qu’est ce que c’est ?

                                            Publié le 22 novembre 2012 | Actu
                                            Par Charles Chevillard

                                            « Les gardiennes sont mauvaises ». Voici souvent la réponse généralisée entendue à propos des gardiennes. Le métier est difficile, les coups encaissés ont un vrai impact. A la différence des attaquant(e)s, si un/une gardien(ne) se loupe, il/elle n’aura pas d’autres tentatives. Partant de cette réflexion et de la mauvaise image des gardiennes au sein du football féminin, la rédaction (bien aidée par Sandrine Dusang) s’est mise dans la tête de lancer un forum interactif. Le succès fut au rendez-vous ! Avec une participation dépassant nos espérances, l’opération fut une véritable réussite. Grâce à cet après-midi, les internautes ont pu ainsi interroger les protagonistes en question. Rencontre


                                            Être gardienne, c’est avant tout un état d’esprit. Candice Prévost, ex attaquante du PSG (et internationale) maintenant commentatrice pour Eurosport, décrit ses coéquipières tenant les cages comme des « spécimen » à part. « Je me suis toujours bien entendue avec mes gardiennes de but. Elles ont une mentalité différente. Ce sont des « psychopathes » dans leur tête (…) J’adore ses filles ! J’aimais moi aussi me tordre dans tous les sens pour les titiller. Elles sont aussi dans leur bulle. Et toujours la voix de la raison », explique Candice. Nous avons tous joué entre amis au football. La tâche pour trouver un gardien restait ardue et le refus fut souvent catégorique. Et pourtant, certaines sont attirées par cette tâche ingrate. « Pour ma part, j’ai choisi tout d’abord ce poste parce que je n’étais pas tellement attirée par le fait de marquer des buts. D’ailleurs, je n’étais pas douée pour. J’étais assez coup donc je me suis dirigée vers ce poste que je n’ai plus lâché jusque là », raconte Méline Girard, gardiennne en devenir de l’ASSE.

                                            Un poste difficile et disputé

                                            Mais être gardien n’est pas une partie de plaisir. Le travail est constant, lourd. Néanmoins, la concurrence est seine dans les clubs. Le PSG en est l’exemple type. Avec 3 gardiennes de talent (Sapowicz, Benameur et Pons), le choix pour le coach doit être bien difficile par moment. « Je réponds pour l’ensemble des filles. Nous avons une concurrence seine et on travaille dur toutes les trois … La meilleure du moment et dans le meilleur état physique en règle générale joue le match. Après, la hiérarchie est définie en début de saison par le coach », décrit Véronique Pons, ancienne de l’OL et gardienne des Parisiennes. Même son de cloche pour Bérangère Sapowicz. Longtemps, on a cru que l’internationale française avait pris sa retraite l’année dernière après des mois de lutte face à sa blessure ressentie pendant la coupe du Monde 2011. Mais cette année, elle est de retour. « Que ce soit 1ère, 2ème ou 3ème gardienne, je profite à mon de mon retour sur le terrain et aussi des conditions dans lesquelles le club nous met cette année ! Ma carrière est derrière moi, je m’éclate avec », explique enthousiaste Bérangère. Le travail reste dur et le niveau plutôt compliqué à atteindre lorsqu’on a été au top auparavant. « Après 7 mois d’arrêt c’est très dur de retrouver un très bon niveau. Je travaille mais je ne suis pas sûr d’avoir assez de temps devant moi pour pouvoir retourner mon niveau et prétendre revenir en sélection », reconnaît consciente Bérangère.

                                            Des gardiennes souvent décriées

                                            Les gardiennes sont au cœur des critiques. Décriées pour leur incapacité à parfois aller chercher des ballons en hauteur, elles sont au milieu d’un brouhaha propre à certains observateurs. Sarah Bouhaddi en est la première proie … mais surtout facile. « Des erreurs ont en fait toutes et tout. L’erreur qu’a fait Sarah aux JO est à mon goût trop resté dans les têtes de tout le monde, on a vite oublié le match qu’elle a fait en quart de finale », assure Méline Gerard. Candice poursuit. « C’est vrai que c’est problématique. Sarah n’a pas souvent l’habitude d’être sollicitée. Et malheureusement, il n’y a pas un gros réservoir à ce poste. Le football féminin se développe mais pas à la même vitesse partout. Les meilleures gardiennes vont dans les meilleurs clubs logiquement. La formation des jeunes s’accroît aussi. C’est la volonté de la FFF. On verra de bonnes gardiennes arriver, mais c’est long. Et en plus de ça, la deuxième difficulté, c’est bien le poste », acquiesce Candice, fan de Méline Gérard.

                                            Être complète, un vrai plus

                                            Si les gardiennes sont si touchées par les discussions, la grande question reste d'établir une liste de qualités. Certains termes sont automatiques dans notre bouche : explosivité, sortie, puissance. Mais le mot « aérien » est souvent le plus utilisé mais surtout le principal reproche du public à ses idoles. « L’explosivité est une grande qualité des gardiennes de but. Je le travaille beaucoup à l’entraînement. Au niveau de ce qui est réflexe et vitesse de réaction, c’est quelque chose que je vois moins mais qu’il est essentiel de travailler », affirme la portière des Amazones de l’ASSE. Le fameux jeu aérien n’est pas mis de côté, rassurez-vous. « Aujourd’hui, les gardiennes doivent être capables de jouer sur tous les niveaux : au sol, aérien, ou jeu au pied. Mais une gardienne qui a un bon jeu aérien rassure sa défense et fait douter l’adversaire ! », avoue Véronique Pons. Méline surenchérit. Malgré son jeune âge, la gardienne Rhodanienne a déjà un avis bien tranché sur la question, signe de maturité. « Je pense qu’à présent pour être la meilleure, il faut surtout être complète. Le jeu aérien fait parti de notre poste, il faut donc être performante dans ce domaine. Je pense néanmoins que l’une des clés pouvant faire la différente aujourd’hui, est l’aspect mental », explique-t-elle.

                                            Le mental, caractéristique décisive

                                            Et donc si la solution c’était le mental ? Méline nous raconte ses « secrets » pour se préparer. « Lorsque je dois gérer un match important, ma manière de m’y préparer ne change pas par rapport aux autres rencontres. Je reste positive. Je pense à ce que j’ai à faire. Et à aucun moment, ce qu’il pourrait se passer. C’est toujours frustrant d’encaisser des buts mais malgré cela j’essaie toujours se faire de mon mieux », commence-t-elle avant de continuer, « Dans un match quand je suis peu sollicitée, j’ai tendance à beaucoup me déplacer pour rester active. Beaucoup de personnes pensent que parfois les gardiennes s’embêtent dans un match mais cela n’est pas mon cas ! La concentration est telle que le match passe à une vitesse folle ». Décriées, décisives, hargneuses mais toujours honnêtes, les gardiennes sont des spécimens rares. Capables de résister à la pression, l’écrémage se fait au niveau psychologique. N’importe quelle personne lambda ne peut pas « assurer » dans les cages. Être gardien reste un poste si difficile. Mais quand l’ivresse est présente, la passion aussi. Une passion envahissante à Foot d’Elles qui reste aux aguets et vous proposera au fil du temps de nouveaux sujets pour un forum interactif (ou chat). Restez connecté(e)s.


                                            Liste des participantes :

                                            Véronique PONS Gardienne PSG
                                            Bérangère SAPOWICZ Gardienne PSG
                                            Karima BENAMEUR Gardienne PSG
                                            Tanya DE SOUZA Gardienne Juvisy
                                            Méline GERARD Gardienne St Etienne
                                            Candice PREVOST Consultante Eurosport


                                            Charles Chevillard

                                            http://www.footdelles.com/article/Ac...st-_72979.html
                                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                            Commentaire


                                            • USA : Le Soccer féminin renaît de ses cendres

                                              Publié le 22 novembre 2012 | Ailleurs
                                              Par Charles Chevillard

                                              Le changement, c’est maintenant. Le football féminin américain est en perpétuel mouvement. Après la nomination de Tom Sermani au poste de sélectionneur des USA, le Championnat de football féminin va reprendre. Privées pour beaucoup de leur club et donc de football, les joueuses internationales vont pouvoir à nouveau tâter le cuir. La faillite est une nouvelle fois interdite pour les clubs. Mais sur ce coup, les fédérations rentrent en scène.


                                              Après 3 tentatives en douze ans, le championnat féminin américain semble pouvoir enfin durer. Les fédérations mexicaines, canadiennes et américaines payeront le salaire de leurs meilleures joueuses respectives, évitant aux clubs de dépenser trop d’argent. Sunil Gulati, président de l'US Soccer, ne cache pas sa satisfaction d’avoir trouvé cet accord. « Au cours des derniers mois, nous avons fait un certain nombre d’actions pour parler de notre idée à des circonscriptions importantes ou encore des intervenants dans le sport pas seulement aux USA mais dans le monde entier. Et je suis vraiment très heureux du modèle que nous avons mis en place », assure le président.

                                              Un accord entre les fédérations

                                              Ce système permettra aux joueuses phares de l’équipe nationale des Etats-Unis d'être payées plus que le club ne pourrait offrir mais également de s’entraîner dans un environnement sable. L’US Soccer financera jusqu’à 24 joueuses (3 par équipe maximum). Les Fédérations canadiennes et mexicaines pourront payer respectivement 16 et 12 de leurs joueuses.

                                              Le président de la fédération canadienne se réjouit de cette initiative. « Nous sommes très heureux de l’annonce aujourd’hui. Nous organisons la Coupe du Monde féminine en 2015. C’est une excellente occasion de tirer parti de cet événement. Nos joueuses s’entraînent enfin dans un environnement professionnel », s’exclame Victor Montagliani. Malheureusement, les Canadiens et Mexicains peuvent déplorer l’absence d’une équipe « fondatrice » dans les deux pays. Guilati assure le travail de 11 groupes d’étude pour inclure une équipe dans la ligue la saison prochaine. Tout en refusant d’en parler …

                                              Une nouvelle rassurante pour les joueuses

                                              Chez les joueuses, la nouvelle ravit tout le monde dont l’ancienne parisienne, Alex Long. « Je suis vraiment contente. Je pense que c’est un bon début pour la croissance du football féminin tout en espérant que ça soit durable », assure Alex. « Je suis vraiment reconnaissante envers les fédérations. Cela va contribuer sur le long au développement du football dans notre pays. C’est juste une chose impressionnante que nous avons obtenu, ensemble. Tout le monde attend impatiemment. Je sais qu’en tant de joueuse, je vais sortir de mon rôle pour promouvoir la ligue autour de moi », explique la milieu de terrain.

                                              La canadienne Karina LeBlanc est clairement fière de sa fédération. « C’est vraiment idéal pour la croissance du soccer. Je suis également heureuse d’apprendre la participation de la fédé canadienne. En accueillant la prochaine Coupe du Monde, nous avions besoin de cette ligue pour préserver l’attente. Cette ligue y contribuera. Avoir l’occasion pour plusieurs joueuses canadiennes de jouer dans une équipe professionnelle tous les jours sera bon pour tout le monde. Joueurs, organisation et fans », déclare-t-elle. La saison se jouera de mars-avril à septembre-octobre. Faites de la place. Les stars se remettent à briller.


                                              Charles Chevillard

                                              http://www.footdelles.com/article/Ai...res_72972.html
                                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                              Commentaire


                                              • Sans recompte des voix, Alex Morgan encore récompensée

                                                Publié le 05 décembre 2012 | Ailleurs
                                                Par Charles Chevillard


                                                Le 3 décembre 2012, à Chicago, le football féminin américain était en ébullition. Après des votes en lignes enregistrés sur la page Facebook de l’US Soccer, Alex Morgan a été désignée footballeuse américaine de l’année. Ce titre représente la plus haute distinction décernée aux joueurs de football aux USA.



                                                La puce « américaine », toujours en liste pour le ballon d’Or, connaît une saison fantastique ! Championne olympique, joueuse décisive avec son équipe nationale, favorite pour le ballon d’Or, Alex Morgan rajoute une ligne à son palmarès. Le titre de meilleure joueuse américaine de l'année. Elle a remporté l’élection grâce au soutien du public sur les réseaux sociaux (50% du résultat) mais aussi par les votes de la presse nationale américaine et les représentants du football (les autres 50%). Le talent de Morgan est donc unanime et reconnu par tous.

                                                Cette récompense est la première de sa carrière. Elle succède à Abby Wambach, vainqueur en 2010 et 2011. En 2012, l’avant-centre de poche a inscrit la bagatelle de 28 buts faisant d’elle la troisième meilleur buteuse américaine sur une année civile dont la « tenante » du titre est Michelle Akers avec 39 buts en 1991 ! Badaboum. Or, Alex Morgan est une joueuse complète. Pétrie de qualités, elle sait faire jouer ses coéquipières. Elle a offert 19 passes décisives en 2012. Ce nombre la place à la 4ème place des joueuses ayant offert le plus de caviars en une seule année. N’oublions pas qu’il lui reste encore trois matchs à disputer face à la Chine ! Va-t-elle s’arrêter un jour ?

                                                La vedette américaine ne fut pas la seule récompensée. Les plus jeunes eurent également le droit aux lauriers. Ainsi, la défenseuse des U20, Julie Johnston a remporté le prix de la jeune joueuse féminine de l’année. Le titre fut disputé ! Elle devance de quelques crampons Kealia Ohai, buteuse décisive lors de la coupe du monde et Vanessa DiBernardo. La capitaine est ainsi récompensée du parcours formidable de son équipe, vainqueur de la Coupe du monde U20 au Japon. Lors de ce tournoi, elle fut déjà récompensée, en étant élue troisième meilleur joueuse du tournoi. Un exploit pour un défenseur !


                                                Vidéo de ses exploits :

                                                Alex Morgan, meilleure joueuse américaine en 2012


                                                La liste des anciennes gagnantes :

                                                1985: Sharon Remer
                                                1986: April Heinrichs
                                                1987: Carin Jennings
                                                1988: Joy Biefeld
                                                1989: April Heinrichs
                                                1990: Michelle Akers
                                                1991: Michelle Akers
                                                1992: Carin Gabarra
                                                1993: Kristine Lilly
                                                1994: Mia Hamm
                                                1995: Mia Hamm
                                                1996: Mia Hamm
                                                1997: Mia Hamm
                                                1998: Mia Hamm
                                                1999: Michelle Akers
                                                2000: Tiffeny Milbrett
                                                2001: Tiffeny Milbrett
                                                2002: Shannon MacMillan
                                                2003: Abby Wambach
                                                2004: Abby Wambach
                                                2005: Kristine Lilly
                                                2006: Kristine Lilly
                                                2007: Abby Wambach
                                                2008: Carli Lloyd
                                                2009: Hope Solo
                                                2010: Abby Wambach
                                                2011: Abby Wambach
                                                2012: Alex Morgan



                                                Charles Chevillard
                                                http://www.footdelles.com/article/Ai...see_73556.html

                                                Commentaire


                                                • Division 1
                                                  OL-ARRAS : le match vu par Laurie DACQUIGNY (FCF ARRAS)

                                                  Dimanche 2 décembre à 14h30, Arras tentait un périlleux déplacement chez l’ogre lyonnais, invaincu depuis le début de la saison. Les coéquipières de Laurie Dacquigny, milieu de terrain, savaient pertinemment que plusieurs classes séparaient les deux équipes au coup d’envoi.


                                                  Laurie Dacquigny et Arras ont une semaine pour digérer cette lourde défaite...(photos Jean-Luc Martinet)


                                                  Le scénario de ce match a très vite tourné en la faveur des joueuses de Patrice Lair, qui se sont distinguées en inscrivant trois buts lors des dix premières minutes de la rencontre. A la pause, les espoirs de l’équipe visiteuse étaient d’ores-et-déjà vains, puisque le tableau d’affichage indiquait 7-0 en faveur des coéquipières de Laetitia Tonazzi et Lotta Schelin. Laurie Dacquigny, milieu de terrain d’Arras, a accepté de revenir avec nous sur cette rencontre, en nous livrant plusieurs réactions « à chaud » depuis le TGV qui ramenait l’ensemble de la délégation arrageoise après ce match disputé à Lyon.

                                                  « Avant de débuter ce match, nous savions pertinemment que les choses allaient être extrêmement compliquées pour nous, face à une équipe lyonnaise qui domine le football européen, et qui a réussi à se faire un nom au niveau mondial récemment. Nous nous sommes bien préparées, dans l’optique du match important qui nous attend le week-end prochain face à Vendenheim, rencontre capitale pour nous, qui viendra clôturer cette première partie de saison ».
                                                  Consciente du danger permanent que représente l’attaque de l’olympique lyonnais, la stratégie était bien définie avant le début du match. « Nous savions que, contre une telle équipe, l’objectif principal était de bien défendre. Nous voulions essayer de soigner notre goal-average, chose que nous avons eu du mal à faire ce soir, et à laquelle il nous faudra remédier pour les prochaines échéances, car c’est un détail qui pourra s’avérer décisif en fin de saison. Aujourd’hui, notre manque d’expérience nous a fait défaut contre des joueuses très réalistes qui savent saisir chacune des opportunités qui se présentent à elles. Nous étions bien conscientes du fossé qui nous sépare de l’OL, mais là, nous ne pensions tout de même pas tomber sur un tel os ! Bien évidemment, c’est une défaite qui fait très mal et qui sera difficile à digérer, mais nous sommes déjà concentrées sur le prochain match de championnat, le week-end prochain face à Vendenheim, rencontre décisive pour la suite de notre saison ».

                                                  "Nous reconcentrer pour faire un bon résultat à Vendenheim"


                                                  Dacquigny lors du précédent match gagné contre Yzeure...


                                                  Elle évoque la position actuelle du club en championnat, peu avant la dernière rencontre avant la trêve la semaine prochaine contre Vendenheim. « Si on regarde le classement de cette D1 féminine, nous sommes très satisfaites d’être à cette place aujourd’hui (7ème) ! Mais nous savons aussi que tout peut aller très vite et qu’il nous faudra se battre pour espérer terminer le plus haut possible en fin de saison. Certaines grosses écuries sont bien détachées en haut de tableau, ce qui n’est pas le cas pour toutes les autres, comme nous… Nous devrons nous reconcentrer pour faire un bon résultat dès le week-end prochain, de façon à nous éloigner au plus de la zone rouge et du bas de tableau ».
                                                  Enfin, Laurie Dacquigny rappelle les objectifs du club cette saison, dont le principal reste bien évidemment le maintien en D1 …
                                                  « Notre objectif de début de saison était de nous maintenir en D1… Cela restera le même jusqu’à la fin du championnat ! C’est notre fil conducteur, l’élément qui nous fera dire, ou non, que notre saison a été réussie. Sur le court terme, l’ambition est de structurer le club afin de pouvoir garantir une stabilité et une continuité en division 1. Sur du plus long terme à présent, pouvoir atteindre le statut et le niveau que certains clubs de l’élite ont acquis, de façon à réduire la différence entre les clubs de haut et bas de tableau, ceux qui tentent de se battre au mieux pour éviter la relégation. On s’aperçoit toutes qu’entre les clubs qui tendent vers le professionnalisme ou qui sont professionnels, et ceux qui sont amateurs comme le nôtre, il y a tout de même un fossé assez énorme ».

                                                  Propos recueillis par Benjamin Roux

                                                  http://www.footofeminin.fr/D1-OL-ARR...RAS_a5940.html
                                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                  Commentaire


                                                  • Division 1
                                                    Sophie VAYSSE (RODEZ AF) : "C'est mon frère jumeau qui m'a donné l'envie"

                                                    Sophie Vaysse a joué tous les matches avec Rodez depuis le début de la saison à l'exception de la semaine écoulée où elle était suspendue. Une performance à seulement dix-huit ans. Rencontre avec une jeune fille qui devrait disputer dimanche son dixième match en D1 contre Yzeure.


                                                    Sophie Vaysse découvre la D1, ici face au PSG (photo Eric Baledent/LMP)


                                                    Huit cent dix minutes de jeu en D1 en neuf matches disputés. On ne peut pas faire mieux. A seulement dix-huit ans, Sophie Vaysse, qui a raté la passe de dix matches consécutifs dans le derby à Toulouse après avoir cumulé trois cartons jaunes, s’est installée en ce début de saison dans l’entrejeu ruthénois. Profitant aussi de l’absence d’Audrey Cugat touchée aux ligaments, celle qui est née à Cahors savoure ce début de saison réussi. Pour elle, c'était d'ailleurs un « rêve » de jouer un jour en D1. « C'était mon objectif, j'ai toujours voulu jouer au foot au plus haut niveau », raconte-t-elle. Sophie qui a démarré à Prayssac en mixité y a évolué jusqu'à l'âge de 15 ans. « J’ai commencé le foot à 5 ans avec mon frère jumeau (Rémi), c’est lui qui m’a donné le goût ». Les deux ont d'ailleurs été dans le même collège à Figeac. Avant que Sophie ne trace sa route du côté d'Albi en 2009. Elle joue alors en D2 pour l'ASPTT d'Albi et entre au même moment au pôle espoir de Blagnac. Mais les chemins des deux jumeaux vont se croiser à nouveau puisque la jeune fille rejoint son frère qui évoluait déjà à Rodez dans l'équipe de DH. « En fait, on s'est quitté en seconde et on a fini par se retrouver cette année. Tout le monde dit qu’on s’entend bien. Il le faut bien puisqu'on loue ensemble dans un appartement (rires). »

                                                    En D1, je pensais que c'était "chacun pour sa pomme", ici, ce n'est pas du tout le cas


                                                    (photo William Morice)


                                                    Aujourd'hui en première année de Staps à la Fac Jean-François Champollion de Rodez avec cinq autres joueuses de l'équipe, elle s'éclate dans le collectif ruthénois. « Je viens de D2 et je pensais que c’était « chacun pour sa pomme » mais en fait ce n'est pas du tout le cas. Ici, le collectif prime sur l'individu. Les filles et les objectifs sont aussi différents d'Albi. Là tout le monde a envie et ça se voit sur le terrain. On a eu des difficultés au début de saison avec pas mal de blessés (défaites contre Lyon et Vendenheim) mais on a su faire parler notre collectif et les résultats ont suivi comme ce nul à Juvisy (0-0) et la victoire contre Guingamp (4-0). En plus Elodie nous fait de bons entraînement, tient un bon discours. On a pu repartir sur de bonnes bases. » Sélectionnée en équipe de France U17 puis U19, l'objectif de la Ruthénoise, c'est désormais d'y rester. Mais comment faire ? « Il faut travailler et écouter Elodie (Woock) (rires) et puis prouver en match, à l'entraînement mais ça il faudra le faire sur la durée. Il faut aussi que dans le jeu, je joue plus vite, en une ou deux touches de balles. Bref être simple, efficace et mieux récupérer les ballons au milieu de terrain. » Car Sophie n'est qu'au début de sa jeune carrière. « J'espère rester en D1, progresser avec Rodez et pourquoi pas aller jouer plus haut dans un autre club par la suite si j'ai le niveau. Mais on n'en est pas encore là. »

                                                    T.S.

                                                    L'avis d'Elodie Woock
                                                    "C'est une jeune joueuse en formation qui progresse de match en match. Elle a un très bon état d'esprit et joue vers l'avant. Il faut qu'elle arrive à mieux gérer ses efforts physiques, car elle étudie en plus en STAPS. Elle doit aussi faire des progrès au niveau mental et athlétique et doit peaufiner sa technique pour servir encore mieux ses partenaires. Mais je suis satisfait de ce qu'elle fait, j'espère qu'elle continuera comme ça toute la saison. Son niveau n'est pas une surprise pour moi car elle avait déjà des qualités avant de venir ici. Et elle possède une marge de progression intéressante."

                                                    Sophie VAYSSE
                                                    Née le 22 janvier 1994 à Cahors
                                                    1m63
                                                    Milieu de terrain

                                                    Parcours
                                                    FC Puylévêque Prassac (2001-2005), Ecole F. Basse Vallée du Lot (2005-2009), ASPTT Albi (2009-2012), Rodez AF (depuis 2012)

                                                    Sélections
                                                    U19 (3), U17 (7)

                                                    LA FICHE DETAILLEE

                                                    http://www.footofeminin.fr/D1-Sophie...vie_a5958.html
                                                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X