Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le foot féminin, vues d'ailleurs...

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • FIFA - Coupes du Monde U20F et U17F reportées

    Alors que les qualifications ne sont pas achevées et que la situation sanitaire mondiale n'est pas propice aux maintiens des phases finales de Coupes du Monde, la FIFA a déjà acté le report des Coupes du Monde U17F et U20F, pour cette dernière, la France y était déjà qualifiée.





    Le groupe de travail FIFA-Confédérations, récemment créé par le Bureau du Conseil de la FIFA pour faire face aux conséquences de la pandémie de COVID-19, et qui comprend l'administration de la FIFA et les secrétaires généraux et cadres de toutes les confédérations, a approuvé à l'unanimité une série de recommandations suite à sa première réunion, qui a été organisée par conférence téléphonique ce vendredi 3 avril 2020.

    La FIFA rappelle également que la santé doit toujours être la première priorité et le principal critère de tout processus décisionnel, en particulier en ces temps difficiles.

    Le groupe de travail a fait les recommandations suivantes au Bureau :

    Concernant le calendrier des matches internationaux féminins :
    - Reporter tous les matchs internationaux qui auront lieu au cours de la prochaine période internationale en juin 2020;
    - Inclure les nouvelles dates du Tournoi Olympique de Football Féminin dans le calendrier des matches internationaux féminins
    - Créer un sous-groupe de travail sur le calendrier international des matches féminins pour examiner les changements potentiels au calendrier et aux dates des tournois finaux de la FIFA reportés.

    Concernant les compétitions de la FIFA :
    - Reporter la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Panama / Costa Rica 2020 initialement prévue pour août / septembre 2020
    - Reporter la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Inde 2020 initialement prévue pour novembre 2020.
    De nouvelles dates seront identifiées ultérieurement

    Concernant les questions réglementaires du football :
    - Soutenir le travail du groupe de travail dirigé par la FIFA sur les questions de transfert (composé de toutes les parties prenantes clés du football - confédérations, associations membres, ligues, clubs et joueurs) afin que des lignes directrices et des recommandations soient publiées dès que possible.

    Création d'un fonds mondial de soutien au football :
    - Désigner une personne par confédération pour coordonner ce sujet avec la FIFA, le groupe de travail étant tenu informé de l'évolution de la situation.
    - Le groupe de travail FIFA-Confédérations poursuivra régulièrement ses discussions au fur et à mesure de l'évolution de la situation.

    Samedi 4 Avril 2020
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/FIFA-Cou...es_a16588.html
    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

    Commentaire


    • Les clubs professionnels lancent une nouvelle association pour asseoir la D1 Arkema au niveau international
      Nicolas Jambou | 12 mars 2020



      Désireux de structurer et d’asseoir la D1 Arkema au niveau international, les clubs professionnels français ont créé une Association pour le Football Féminin Professionnel (AFPF). Son président Laurent Nicollin, ainsi que Ulrich Ramé membre du bureau, sont revenus pour Foot d’Elles, sur les futures missions de cette organisation.


      Huit mois après l’immense succès populaire et médiatique de la Coupe du monde, le football féminin français n’en a pas terminé avec son développement. Au cœur des réflexions et des débats quant à ses perspectives de développement, la D1 Arkema voit la concurrence internationale s’émanciper à grande vitesse.

      C’est dans ce contexte que Laurent Nicollin a pris l’initiative de créer une Association avec l’objectif de « mettre tout le monde autour d’une table pour développer ce football féminin qui progresse en France mais aussi à l’étranger. C’est un travail commun entre le Ministère, la Fédération, la Ligue, l’UNFP – qui s’intéresse de près au projet -, toutes les parties sont prenantes » explique Ulrich Ramé. A commencer par son instance dirigeante, la Fédération Française de Football, avec qui les clubs veulent « collaborer dans une démarche constructive » poursuit le directeur technique des Girondins. Les deux dirigeants sont unanimes là-dessus, ils ne veulent pas se positionner en opposition à la FFF. « Nous avons eu une réunion avec Brigitte Henriques et Noël Le Graët pour leur expliquer ce que nous voulions faire, pour pas qu’ils nous voient comme des vilains petits canards » précise Laurent Nicollin. D’autant plus que Ulrich Ramé n’oublie pas le travail réalisé par la Fédération en amont : « ils ont lancé tout le football féminin, le développement des pôles espoirs. Ils ont beaucoup travaillé » rappelle-t-il. Le patron du MHSC complète : « Ils ont été très bons pour mettre en avant l’Équipe de France, maintenant il faut faire pareil pour notre championnat ! »


      2018 : Laurent Nicollin au lancement d1 femmes au siège de canal+ @argueyrolles laurent

      Laurent Nicollin : «Il faut construire tout un modèle !»

      Interrogé sur les axes de travail prioritaires, le Président de Montpellier a préféré rester évasif et souligner la quantité de travail à venir. «On a une feuille blanche et il faut tout régler, même si tout n’est pas à jeter et que certaines choses ont été bien faites». Néanmoins, certaines lignes directrices ressortent, notamment celle de la contractualisation des joueuses mineures. «Les jeunes joueuses, on ne peut pas les faire signer, il n’y a pas de contrat alternatif. Nos U19 partiront à l’étranger parce qu’elles ne peuvent pas jouer au plus haut niveau de suite. Il faut peut-être prendre ce qu’il y a de bien chez les garçons» précise le Président Nicollin. Il s’agit dans ce cas de protéger les jeunes talents tout en incitant les clubs français à développer leurs centres de formation, ce qui représente un réel investissement.

      D’un point de vue économique, il faut «construire tout un modèle car il n’existe pas» poursuit le fils Nicollin. En Angleterre, Barclays a déposé un naming sur la Women’s Super League avec un contrat de dix millions sur trois ans, pendant que celui d’Arkema est de trois millions sur la même durée. Et pour attirer des sponsors, la médiatisation est l’un des enjeux majeurs : «On a la chance d’avoir Canal+ qui retransmet les matchs mais il faut beaucoup plus médiatiser ce championnat, mettre de l’énergie. C’est rare de voir une ligne concernant la D1 dans l’Équipe ou France Football. Si la presse écrite suit, les sponsors arriveront» assure Laurent Nicollin. «Il faut montrer des stades de qualité. Si on veut que les matchs soient plaisants, il faut que les terrains, les stades, le cadre soient agréables» explique à son tour l’ancien capitaine des Girondins.

      Laurent Nicollin : «Avoir un championnat haut de gamme dans 10 ans !»

      Car les besoins financiers sont au centre des perspectives d’évolution. Tous les présidents s’accordent à dire qu’une section féminine n’est pas rentable, à l’exception près de l’Olympique Lyonnais de Jean-Michel Aulas. «Cela ne sert à rien d’investir dans une section féminine s’il n’y a pas de retour financier derrière. Je le fais par passion et parce que j’aime mes filles, mais on ne peut pas jeter des sous pour jeter des sous, c’est pour ça qu’il faut bouger» souligne Laurent Nicollin. La Coupe du monde a donné un élan au football féminin que les deux syndicats de présidents de clubs, la Premier League et l’Union des Clubs Professionnels de Football -dont la fusion est attendue-, ont à cœur d’entretenir à travers cette association. «Il faut profiter de l’élan et des avancées du Mondial pour donner un coup de boost à notre championnat, mais ce n’est pas un projet de six mois. L’idée, c’est d’avoir un championnat haut de gamme dans 10 ans et si on ne fait rien, la D1 française sera quelconque» prévient-il avec d’un ton alarmant.

      Son homologue bordelais le rejoint sur le caractère progressif du développement. «Construire une section féminine, c’est un vrai projet de club. On ne devient pas la meilleure équipe du monde comme l’OL en trois jours» convient l’ancien portier. Bordeaux, troisième de l’actuel exercice de D1 est en pleine expansion et Ulrich Ramé se montre ambitieux : «on veut être le plus performants possible et étendre nos pratiques pour gagner en visibilité et en attractivité. Aujourd’hui, nos joueuses peuvent envisager un plan de carrière et en interne au club, elles sont reconnues et intégrées ! Mais pour développer une section féminine, il faut que les clubs aient de la volonté comme à Bordeaux. Si on travaille de façon cohérente et relativement rapide, parce que les autres pays progressent vite, les choses évolueront.» Si certains clubs de D1 pour les grosses affiches, organisent des rencontres dans les grands stades (ce sera le cas de Bordeaux dimanche au Matmut Atlantique contre Metz), il s’agit d’un sacrifice financier conséquent. «Cela doit venir petit à petit. Je ne peux pas jouer à la Mosson (ndlr : l’enceinte de l’équipe masculine de Montpellier), ça me coûte trop d’argent et je n’ai pas le public pour. J’ai mon stade pour les filles, il faut déjà faire mille ou deux-mille personnes à chaque match» affirme Laurent Nicollin.

      Ulrich Ramé : «Le football féminin, c’est du 20% tous les ans !»


      Ulrich Ramé @ Thierry David

      Enfin avec cette Association, les présidents français veulent montrer, qu’il faut (ré)agir rapidement au risque de prendre du retard sur la concurrence internationale : «Il faut mettre en valeur le championnat de France, comme l’ont fait les Anglais et les Espagnols et maintenant les Italiens» conclut le Président de la Paillade. «Le football féminin est une activité mouvante, croissante dans le monde. Regardez le nombre de licenciées, les retombées de la Coupe du monde en termes de visibilité, les mouvements de transferts et les circulations de joueuses, c’est du 20% en plus tous les ans » s’enchante Ulrich Ramé. Les récentes démarches entrepris par la FIFA et l’UEFA -comme la nouvelle formule de la Ligue des Champions- confirment ces propos, la planète du football féminin est bien en marche. À la France du football d’avancer avec l’ensemble de ces acteurs, dont fait désormais partie l’AFPF, afin d’arborer fièrement sa plus plus belle plume et remplir ligne après ligne cette feuille blanche.


      Crédit Photo : Le FCGB

      https://www.footdelles.com/les-clubs...international/
      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

      Commentaire


      • La Suisse, bombe à retardement du football féminin
        Léane Burtier | 9 avril 2020


        Crédit Photo : ASF

        Encore en retard par rapport à certains de ses voisins européens, le football féminin suisse souffre d’un modèle où les joueuses sont pour la plupart amatrices. Mais la fédération, bien décidée à développer la pratique, y met les moyens. L’essor du football féminin suisse est lancé…


        Avec un nombre de licenciées qui augmente chaque année de 6 à 7%, la Suisse a entamé le développement de son football féminin, actuellement 20ème au classement FIFA. Pourtant, éliminée en barrages par les Pays-Bas, son équipe nationale n’a pas participé à la Coupe du Monde 2019. Un regret, car cela aurait pu servir de tremplin et de caisse de résonance pour la pratique dans le pays. Pleine de potentiel et d’espoir, la Suisse a encore fort à faire pour développer son football féminin.

        Avec 28 423 licenciées lors de la saison 2018-2019, l’Association Suisse de Football (ASF) a vu son nombre de joueuses doubler en 15 ans. Mais rapportées au nombre total de licenciés, les filles ne représentent que 10%. La pratique souffre d’une médiatisation différenciée, comme dans de nombreux pays. Même si celle-ci s’est développée ces dernières années pour les joueuses en raison de la qualification de l’équipe suisse pour les derniers tournois, la couverture du sport féminin reste minime comparée à celle du sport masculin, selon l’ASF : « On estime qu’à la TV le football féminin présente un pourcentage inférieur à celui du football masculin ». Et la Coupe du Monde aurait pu être un véritable plus pour la visibilité, et pour donner envie à de plus en plus de jeunes filles de faire du foot. Mais pas que.

        « Un développement et une médiatisation encore plus poussée de la National League A (NLA), le plus haut championnat féminin, aiderait également les jeunes filles à se mettre au football »

        Avoir un métier en plus du football : les conditions difficiles des joueuses

        Le football féminin suisse est laissé derrière par ses voisins européens avec qui l’écart se creuse de plus en plus : en effet, beaucoup de clubs étrangers accèdent à la professionnalisation de leurs joueuses et de la pratique depuis ces dernières années. La Suisse elle, voit encore ses joueuses évoluer à un niveau amateur : « Les joueuses en NLA sont dans la plupart des cas des joueuses amatrices. Elles travaillent à temps plein ou partiel à côté pour pouvoir vivre, sont étudiantes ou écolières » explique l’ASF. Le football féminin suisse compte actuellement 3 clubs avec un total de 17 joueuses professionnelles, sur les 8 clubs qui évoluent en NLA. Celles-ci ont un contrat avec leur club et reçoivent une indemnité. Les autres joueuses doivent s’entraîner jusqu’à 8 fois par semaine tout en ayant un emploi à côté. Cela représente forcément un gros frein au développement de la pratique et empêche le football féminin suisse d’atteindre l’élite. Soumises à une pression trop forte, les joueuses se blessent également plus fréquemment. Et pour les soigner, pas de structures professionnelles avec médecins et kinés, mais plusieurs jours d’attente pour un rendez-vous chez un médecin de la ville.

        La Suisse, un modèle d’expatriation

        En considérant ces conditions, les joueuses sont forcément attirées pour aller jouer dans des clubs étrangers. Et c’est ce que la plupart font. « Les filles ne sont pas obligées de partir à l’étranger mais actuellement, si elles veulent vivre du football, elles devront s’expatrier » concède l’ASF. Par contre, ces joueuses peuvent bénéficier d’une bonne formation en Suisse jusqu’à leur 18 ou 20 ans, et ne partent donc rarement avant. « Nous considérons notre championnat comme un championnat formateur » affirme l’ASF. Cette dernière voit d’ailleurs un intérêt dans l’expatriation ensuite de ses joueuses, même si elle aimerait développer l’élite : « De plus, cela est dans l’intérêt de la joueuse et de l’équipe nationale que les meilleures joueuses jouent dans les meilleurs championnats comme la France, l’Allemagne ou l’Angleterre. »


        L’équipe de Suisse face à l’Autriche, début mars 2020. Crédit Photo : ASF

        Une fédération motivée avec plusieurs pistes d’améliorations

        La fédération souhaite donc rattraper ses voisins européens, en développant l’élite, et en offrant à ses joueuses des conditions professionnelles. « Ce n’est pas qu’une question de salaire, c’est tout un environnement ». En effet, des infrastructures professionnelles, des médecins, des entraîneurs… Et pour cela, la fédération devra sortir les moyens. Chose qu’elle a déjà commencé, en créant récemment un département féminin, alors qu’avant le football féminin n’était qu’une subdivision du département technique au sein de l’ASF.

        « Notre département contribue au développement du football féminin et nous avons un budget pour cela. Nous essayons principalement de développer la formation, et les clubs de NLA reçoivent un dédommagement pour cela sous forme de label avec des critères. Nous aimerions dans un avenir proche que tous les clubs de football professionnels masculins contribuent également à ce développement. Comme certains le font déjà. »

        De plus, le développement du secteur féminin fait partie des cinq priorités de la fédération, pour lesquelles elle a débloqué deux millions de francs. La fédération fait donc des avancées, mais est-ce suffisant ? Linda Vialatte, présidente du FC Yverdon Féminin, confie dans une interview pour la Radio Télévision Suisse que les moyens financiers investis dans le football féminin ne sont pas suffisants.


        Crédit Photo : ASF

        Autre point que souhaite améliorer la fédération : l’âge auquel les filles commencent le foot, qui est beaucoup plus tardif que les garçons. « Nous voulons pousser les plus jeunes à commencer le football encore plus tôt, car plus nous aurons de la masse, plus l’élite se développera » explique l’ASF. En moyenne, les filles commencent à 7 ou 8 ans, quand les garçons commencent à 5 ou 6 ans. De quoi creuser l’écart, dès le début…

        D’autres pistes de réflexions pour le football féminin suisse se trouvent autour du modèle en vigueur, que nous explique la fédération : « En Suisse, il existe trois modèles pour les clubs de football féminin : l’indépendance, la semi-intégration dans les clubs de football professionnels masculins et l’intégration complète. Dans l’idéal, il serait effectivement judicieux que tous les clubs professionnels masculins intègrent un club de football féminin de NLA afin qu’ils puissent profiter de la synergie et des infrastructures professionnelles. Les clubs de football féminin indépendants subsistent grâce aux sponsors et aux différentes aides (cantons, ville, ASF). Nous espérons que la considération et la reconnaissance du football féminin, ainsi que l’intérêt croissant des médias et de l’économie pour ce sport, motiveront davantage de clubs à diriger des clubs de football féminin plus professionnellement. »

        Pour celle-ci, il n’est cependant pas envisageable d’obliger les clubs masculins à avoir une section féminine s’ils veulent participer à un championnat. Pourtant, pour Tatjana Haenni, ancienne joueuse et responsable du football féminin à l’ASF, ce serait une piste de développement efficace : « Il faudrait que tous les clubs aient une équipe féminine. Actuellement, c’est le cas que pour un tiers des clubs masculins. »

        La fédération, bien consciente du potentiel de son football féminin, et ses retards à rattraper, s’est fixée plusieurs objectifs : établir la discipline comme numéro un auprès des femmes dans le pays, qualifier régulièrement l’équipe nationale aux compétitions internationales pour plus de visibilité, renforcer la NLA et augmenter la représentation féminine au sein de la fédération. L’ascension est bien entamée, et le progrès en cours. Si elle trouve son modèle féminin, la Suisse pourrait bien se retrouver parmi les meilleurs pays européens dans quelques années. « La culture du football dans chaque club, dans chaque officiel de clubs, doit se développer de telle manière qu’il y ait une prise de conscience que le football est un grand sport pour tous, pour les filles et les garçons » conclut la fédération.

        Et après la crise du coronavirus ?

        La crise sanitaire actuelle ne laisse pas sans inquiétude. Tous les sports sont à l’arrêt, plus de matches, plus d’entraînement… Un coup dur pour les amateurs, mais aussi pour l’économie du sport. Et il y a fort à parier que dans le foot, les femmes paient encore plus les pots cassés. Les employés de l’ASF étant tous au chômage partiel, ils ne peuvent pas pour l’instant juger de l’impact que la crise aura sur le football suisse. Pourtant, la fédération assure qu’elle fait tout pour protéger ses joueurs : « Les joueuses et joueurs sont engagés avec leurs clubs et le suivi est fait par leurs clubs respectifs. Il existe déjà différents modèles de soutien en place et nous sommes convaincus qu’il continuera à y avoir une grande solidarité à différents niveaux. »

        L’ASF affirme être en contact régulier avec les joueuses, et que certaines ont bénéficié de programmes. Pour l’instant, la seule conséquence pour elles est la suppression des matches et des entraînements. « Nous ne pensons pas à l’heure actuelle que cette crise impactera sur la pratique du football féminin dans notre pays » conclut l’ASF. Il n’y a plus qu’à attendre la reprise du sport pour le savoir…

        https://www.footdelles.com/la-suisse...tball-feminin/
        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

        Commentaire


        • Le football féminin en Afghanistan, « une lucarne de liberté »
          Léane Burtier | 14 avril 2020



          Ce documentaire nous emmène dans le quotidien de Madina Azizi en Afghanistan, qui se bat tous les jours pour l’émancipation des jeunes filles et leur accès à la pratique du football. Une petite bulle d’espoir et de force signée Arte, à découvrir jusqu’au 5 juillet.


          Direction l’Afghanistan, où le football féminin n’est pas roi, et où certaines femmes doivent se battre jusqu’à risquer leurs vies pour jouer. Le documentaire suit Madina Azizi, qui à 23 ans a déjà fait partie de la sélection nationale afghane, et entraîne aujourd’hui une équipe de filles entre 17 et 20 ans. Après 20 ans, difficile pour elles de continuer à jouer. En effet, une fois mariées, les femmes afghanes ne sont pas censées faire du sport. Créer une équipe et faire en sorte que la pratique perdure n’est alors pas simple, quand les jeunes femmes doivent arrêter très tôt.


          Madina Azizi se bat pour le football féminin en Afghanistan. Crédits Photo : capture d’écran ARTE

          Pourtant, Madina fait preuve de détermination et de courage et fait tout pour emmener ses filles le plus loin possible. Analyse de matches à la télé pour la tactique, séances de musculation au niveau des professionnels, organisation de matches contre d’autres équipes… Madina ne recule devant rien. Même pas devant les nombreux risques et obstacles qui se mettent sur son chemin. En effet, les filles peuvent risquer leur vie en jouant, dans une ville où les femmes n’osent pas sortir seules dans la rue. Parents récalcitrants, attentats-suicides réguliers dans les lieux publics à Kaboul, 2 heures de route pour trouver une équipe à rencontrer et faire un match…


          Madina et son équipe en plein match. Crédits Photo : capture d’écran ARTE

          Madina le sait, mais elle continue à se battre. Elle a été elle-même virée de l’équipe nationale sous prétexte de trop d’absences aux entraînements, mais qui en fait s’explique probablement par son refus face aux avances sexuelles des hommes. En effet, une partie de la fédération afghane, dont son ex-président, a été accusée d’abus sexuels sur les joueuses de la sélection nationale. Madina paye elle-même les maillots et les ballons de son équipe, quand aucun moyen n’est donné par la fédération pour le développement de la pratique des jeunes filles. Elle peut compter sur le soutien de Khalida Popal, première capitaine de l’équipe d’Afghanistan, qui est aujourd’hui réfugiée au Danemark après avoir été menacée de mort pour son militantisme. Madina espère partir jouer un an à l’étranger, et revenir avec encore plus d’expérience pour gérer son équipe. Entre peurs, risques et obstacles, elle persiste et fait progresser ses filles, pour l’amour du football et pour l’avenir de toutes les femmes.

          Un documentaire plein d’espoir et de liberté, qui donne envie de continuer de se battre pour l’émancipation des jeunes filles du monde entier par le sport. À découvrir jusqu’au 5 juillet sur Arte : Cliquez ici pour voir le documentaire sur Arte

          https://www.footdelles.com/le-footba...ne-de-liberte/
          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

          Commentaire


          • Championnats - Une saison à terminer en D1 ? Baisser de rideau pour les autres championnats...

            Le COMEX de la FFF se réunit ce jeudi pour prendre des décisions concernant l'issue des compétitions nationales mais aussi régionales et départementales.



            Noël Le Graët (photo DR)


            Depuis l'annonce de la prolongation du confinement jusqu'au 11 mai, il est désormais acté que les compétitions amateurs ne pourront pas aller à leur terme. Cependant il reste à savoir quel procédé adopté sur les rencontres jouées. Dès le début, le Président de la FFF Noël Le Graët a souhaité ne pas avoir de saison blanche. Dans son dernier PV du COMEX paru sur le site de la FFF, celui-ci précise cependant que "la décision d’arrêt ou de reprise des compétitions par la FFF n’est en aucun cas guidée par des considérations financières la concernant puisqu’elle n’aurait aucun impact sur ses comptes. La décision d’arrêter dès aujourd’hui les compétitions pourrait en revanche être catastrophique sur le plan social."

            "La décision quant à la reprise ou non des compétitions doit intégrer tous les paramètres : l’impact sur nos clubs et nos licenciés, les conditions de reprise possibles au regard des critères de santé publique, et notamment les conditions de préparation pour les joueurs, mais également le vivre ensemble auquel contribue le football amateur."

            Une reprise de la D1, un arrêt de la D2 ?

            D’ores et déjà, le Comité Exécutif du 3 avril dernier avait affirmé adopter les principes suivants :
            - Reprise des compétitions ne veut pas dire aller au bout des championnats : il est exclu d’imposer un rythme de reprise irréaliste, en fonction du niveau des championnats pour les faire aller à leur terme. Une réalisation partielle de la saison est envisageable;
            - La date de fin des championnats sera naturellement dépendante du niveau de compétition : pour les championnats régionaux et départementaux il n’est pas envisageable d’aller au-delà du 30 juin
            - Un système avec montée et sans descente ou une saison blanche pour les championnats nationaux est exclu, car il ne répondrait à aucune logique sportive : si le championnat en cours est réputé pouvoir délivrer un verdict dans un sens, il en est de même dans l’autre
            - Quel que soit le sort des compétitions sur la fin de saison, les règles de fixation des classements seront fixées au niveau national, et homogènes sur l’ensemble du territoire.

            Selon le quotidien L’Équipe de ce jeudi 16 avril, la position de la FFF serait de reprendre uniquement la D1 Arkema pour ce qui concerne les compétitions féminines. Entre des modèles économiques très dépendants du déroulement de la compétition, un diffuseur (Canal+) en charge de promouvoir la D1 Arkema, mais aussi la nécessité de rendre deux qualifiés pour la prochaine Ligue des Champions, l'idée est bien réel. Cependant, selon l'UNFP, seulement un tiers des joueuses serait favorable à la reprise des compétitions. L'instance évoque que les joueuses n'ont pas été consultées et évoquent l'absolue nécessité de préserver leur santé et celle de leur intégrité physique.

            Pour la D2 féminine et les autres compétitions féminines, la saison semble bien terminer. Cependant le COMEX de la FFF doit se prononcer sur l'issue à donner à ces compétitions. Quelles montées, quelles descentes, et sur quelle base ? La probable réalisation d'une ordonnance pour la gestion des recours est en cours d'étude au Ministère des Sports, pourrait réduire les recours.

            Un contexte juridique à cadrer par le Ministère

            A défaut de dispositions réglementaires prévoyant l'impossibilité de terminer une saison ou de la prolonger au delà du 30 juin, les interrogations sont nombreuses quant aux décisions qui seront prises par le COMEX. En tout cas, les clubs lésés que soient pour une accession ou une relégation pourraient intenter des recours. Certains sports ayant déjà pris des décisions ont d'ores et déjà été saisis (basket, rugby) ce qui laisse penser qu'il en sera de même pour le football. L’Équipe rapporte ce jour que le Ministère des Sports travaille sur un texte législatif qui devrait prendre la forme d'une ordonnance. Celui-ci se baserait sur un principe permettant au regard du contexte exceptionnel de permettre aux Fédérations de pouvoir changer les règlements pour fixer les modalités de classement, de montées/descentes, de titres décernés, afin que ces modifications ne puissent pas être remises en cause.

            Il restera néanmoins toujours la possibilité aux clubs de faire des recours car c'est un principe fondamental mais celui-ci ne pourra être porté sur ce nouveau règlement qu'adopterait les Fédérations. Une nouvelle qui soulagerait les Fédérations Sportives et qu'il réduirait les possibilités pour les clubs.

            Jeudi 16 Avril 2020

            https://www.footofeminin.fr/Champion...ts_a16594.html
            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

            Commentaire


            • FFF - Communiqué : les décisions sur les championnats : la D1 devrait reprendre, fin de saison pour tous les autres championnats

              Le Comité Exécutif de la FFF, réuni ce jour, a pris la décision de mettre un terme à l’ensemble des compétitions de Ligues, de Districs, des championnats nationaux du National 3, du National 2, de la D2 féminine et de futsal, et des championnats nationaux de jeunes (féminins et masculins).





              Le 12 mars dernier, la santé des licenciées et acteurs du football amateur. La FFF espérait une reprise des compétitions tant le rôle social du football est essentiel. Il devait être au rendez-vous d’une reprise des activités sur le territoire.

              Mais à la lumière des dernières annonces du président de la République, le lundi 13 avril, prolongeant les mesures sanitaires de confinement jusqu’au 11 mai, cette possibilité de reprise raisonnable des activités n’est plus possible.

              Face au caractère exceptionnel de la situation, la FFF a organisé une large consultation des acteurs du football, de leurs organisations représentatives, des Ligues et des Districts pour déterminer une solution harmonisée avec des modalités d’arrêt des compétitions équitables sur l’ensemble du territoire. Au terme de cette phase d’échanges et d’études, le Comité Exécutif de la FFF a donc pris les décisions suivantes concernant les modalités d’arrêts des compétitions des Ligues et Districts :

              - un arrêt des compétitions à la date du 13 mars (date de suspension des compétitions) quel que soit le nombre de matchs joués.
              - la fixation des classements selon le quotient nombre de points obtenus / nombre de matchs joués afin de neutraliser l’effet des matchs reportés.
              - le départage des clubs à égalité de points en fonction du règlement de la compétition concernée. Si le règlement de la compétition est inopérant ou ne permet pas le départage, des critères fixés par la Fédération seront appliqués.
              - la limitation du nombre de descentes à une par poule, en cohérence avec le règlement qui prévoit l’impossibilité de repêchage du dernier quelles que soient les circonstances.
              - la fixation du nombre de montées en fonction du règlement qui prévaut pour la compétition concernée.

              Concernant les compétitions nationales (hors National 1 et D1 Arkema), le mode de fixation des classements sera identique à celui établi pour les championnats des Ligues et des Districts. Les montées et les descentes seront décidées selon le règlement habituel de chacune des compétitions concernées.

              Concernant le National 1 et le championnat féminin de D1 Arkema, le Comité exécutif de la FFF, qui souhaite un traitement harmonisé du haut niveau féminin et masculin, a décidé de poursuivre la réflexion en faveur d’une éventuelle reprise compte tenu de la nature spécifique de ces deux compétitions. A l’heure actuelle, la possibilité de report du calendrier de ces deux compétitions à partir de juin permet en effet d’envisager une reprise. L’enjeu sportif de la fin de saison pour le National 1, avec les barrages d’accession au monde professionnel en L2, et celui de la D1 Arkema avec le principe de qualification pour les compétitions européennes de l’UEFA, participe également à cette réflexion. Les demi-finales et la finale de la Coupe de France féminine de même que la finale de la Coupe de France masculine seront également prochainement reprogrammées en fonction des conditions sanitaires. Dans tous les cas de figure, la FFF tient à préciser qu’elle restera attentive à l’évolution des mesures sanitaires et que les principes de précaution pour les clubs et de santé pour les joueuses et les joueurs seront observés.

              Le Comité exécutif de la FFF annoncera dans les prochains jours un plan massif de soutien au football amateur et ses 14 000 clubs afin de soutenir leur redémarrage la saison prochaine et de faciliter l’accueil de nos licencié(e)s, en particulier les plus jeunes d’entre eux.

              La FFF tient à saluer l’engagement et le sens des responsabilités et de la solidarité des élus, des clubs et des licenciés. Par ces décisions comme par ses actions de soutien aux soignants, la FFF souhaite contribuer aux efforts de tous dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Le moment venu, le football fort de ses valeurs et de son rôle social et éducatif participera pleinement au vivre ensemble.


              Ce qu'il faut retenir pour la D1 Arkema

              Le Comité exécutif de la FFF souhaite un traitement harmonisé du haut niveau féminin et masculin, et a décidé de poursuivre la réflexion en faveur d’une éventuelle reprise compte tenu de la nature spécifique de ces compétitions. A l’heure actuelle, la possibilité de report du calendrier de ces deux compétitions à partir de juin permet en effet d’envisager une reprise. L’enjeu sportif de la D1 Arkema avec le principe de qualification pour les compétitions européennes de l’UEFA, participe à cette réflexion. Les demi-finales et la finale de la Coupe de France féminine de même que la finale de la Coupe de France masculine seront également prochainement reprogrammées en fonction des conditions sanitaires. Dans tous les cas de figure, la FFF tient à préciser qu’elle restera attentive à l’évolution des mesures sanitaires et que les principes de précaution pour les clubs et de santé pour les joueuses et les joueurs seront observés.

              La FFF en fonction aussi des directives de l'UEFA envisage donc une reprise à ce jour et la compétition pourrait aller au regard des six journées à disputer au delà du 30 juin.

              Vendredi 17 Avril 2020

              https://www.footofeminin.fr/FFF-Comm...es_a16595.html
              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

              Commentaire


              • D2 - Décision de la FFF : quelles incidences ?

                L'annonce ce jeudi 16 avril de la FFF permet de connaître le dénouement en D2 féminine, tout du moins en partie. Retrouvez la projection à la lecture du communiqué de la FFF





                Le Comité Exécutif de la FFF a pris la décision de mettre un terme à la D2 féminine et a pris les décisions suivantes concernant les modalités d’arrêts des compétitions des compétitions nationales (hors National 1 et D1 Arkema), Ligues et Districts :

                - un arrêt des compétitions à la date du 13 mars (date de suspension des compétitions) quel que soit le nombre de matchs joués.
                - la fixation des classements selon le quotient nombre de points obtenus / nombre de matchs joués afin de neutraliser l’effet des matchs reportés.
                - le départage des clubs à égalité de points en fonction du règlement de la compétition concernée. Si le règlement de la compétition est inopérant ou ne permet pas le départage, des critères fixés par la Fédération seront appliqués.
                - la limitation du nombre de descentes à une par poule, en cohérence avec le règlement qui prévoit l’impossibilité de repêchage du dernier quelles que soient les circonstances.
                - la fixation du nombre de montées en fonction du règlement qui prévaut pour la compétition concernée.


                Classements au ratio

                Groupe A

                1. Issy : 2,563
                ------------------------
                2. Rodez : 1,813
                3. Saint-Malo : 1,813
                4. Nantes : 1,75
                5. Montauban : 1,75
                6. Orléans : 1,625
                7. Brest : 1,563
                8. La Roche-sur-Yon : 1,438
                9. Saint-Maur : 1,250
                ------------------------
                10. Albi : 0,750
                ------------------------
                11. Toulouse : 0,688
                12. Bergerac : 0

                Groupe B
                1. Le Havre : 2,500
                ------------------------
                2. Saint-Étienne : 2,467
                3. Lille : 2,200
                4. Yzeure : 1,867
                5. Nancy : 1,733
                6. Thonon-Evian : 1,25
                7. Vendenheim : 1,188
                8. Grenoble : 0,938
                9. Arras : 0,933
                ------------------------
                10. Nice : 0,875 (barragiste)
                ------------------------
                11. Amiens : 0,667
                12. Saint-Denis : 0,313

                Vers ISSY et LE HAVRE en D1

                Sous réserve de l'annonce par la commission fédérale en charge de la gestion des compétitions, à la lecture de la décision du COMEX,

                1) Accession
                a) Sauf dispositions particulières contraires, au terme d’un championnat de niveau national et de niveau supérieur de ligue, il y a au moins une accession par groupe ou par division.
                Avec le calcul au ratio, cela donne :
                Groupe A : ISSY FF
                Groupe B : LE HAVRE AC

                Le Havre AC devance l'ASSE au ratio (2,5 contre 2,46), les Stéphanoises comptant un match en retard.


                Quelles relégations ? Phase d'accession ?

                Normalement le championnat devra être composé la saison prochaine :
                Les 24 équipes qualifiées pour disputer le Championnat de France Féminin de D2 sont :
                - a) les 2 équipes classées la saison précédente aux deux dernières places de D1 Arkema : à définir en fonction de la reprise du championnat
                - b) les 16 équipes classées jusqu’à la 9ème place incluse des groupes de D2 de la saison précédente, à l’exclusion de celles accédant en D1 Arkema :
                - c) les 6 équipes issues de la Phase d’Accession Nationale à l’issue de la saison précédente.
                - d) le ou les équipes nécessaires pour atteindre le nombre de 24 participants prévu à l’article 1 du présent règlement, dès lors que le total de ceux prévus aux paragraphes a), b) et c) ne l’atteint pas, et ce jusqu’à la date du17 juillet, sont désignés exclusivement parmi les équipes classées 10ème des 2 groupes du Championnat de France Féminin de D2 à l’issue de la saison précédente. Ces équipes classées 10ème sont départagées par le nombre de points obtenus lors des rencontres aller et retour qui les ont opposés aux cinq autres équipes classées immédiatement avant elle au classement de leur groupe.

                Le règlement pour la saison en cours précise :
                7.2 Participation à la Phase d’Accession Nationale : Les équipes classées à la 10ème place dans chacun des 2 groupes de D2 participent à la Phase d’Accession Nationale en fin de saison.
                7.3 Relégation en Division Honneur : Les équipes classées aux deux dernières places dans chacun des 2 groupes de D2 sont reléguées en Division Honneur

                Dans ce contexte, la relégation des 11e et 12e de chaque groupe semblent applicables à savoir Bergerac, Toulouse, Amiens et Saint-Denis.

                Pour ce qui est des 10e (Albi et Nice) et de la phase d'accession, la FFF ne précise pas quelle solution sera adoptée pour gérer ces compétitions qui ne sont pas des championnats. Il faudra attendre les éléments de la Fédération et des Commissions concernées pour connaître les solutions retenues.

                Vendredi 17 Avril 2020

                https://www.footofeminin.fr/D2-Decis...es_a16596.html
                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                Commentaire


                • Challenge U19 - L'impact de la décision du COMEX

                  A la lecture de la décision du COMEX de la FFF mettant un terme à la saison des championnas jeunes et du Règlement du Challenge National Féminin U19, les équipes reléguées sont déterminées avec le calcul du ratio de points. Dans cet exercice, Les équipes classées en deçà de la 3eme place du niveau Excellence sont reléguées





                  A l’issue de la saison 2019-2020 : Les 18 équipes suivantes accèdent au Championnat National Féminin U19 :
                  - Les 6 équipes de la Phase 2 Elite
                  - Les 12 équipes classées aux trois premières places du classement de chacun des quatre groupes de la Phase 2 Excellence

                  => Les 12 équipes classées aux 4ème, 5ème et 6ème places de chacun des quatre groupes de la Phase 2 Excellence sont remises à disposition des Ligues.

                  Cette saison, des équipes issues des Ligues devaient participer à la Phase d’Accession Nationale soit 12 équipes (hors équipes réserves) issues des 12 divisions supérieures U18F des Ligues continentales désignées participantes à la Phase d’Accession Nationale selon les modalités définies par l’instance compétente de chaque Ligue.

                  Concernant cette phase d'accession, le communiqué de la FFF ne précise pas ce qui sera réalisée. Néanmoins, si l'application des relégations doit se faire suivant le règlement, les équipes suivantes seront reléguées en Ligue : Arras, Nancy, Metz, Saint-Maur, Thonon-Evian, Yzeure, Montauban, Albi, Rodez, Fleury, Orléans, Issy et Brest.


                  Classements du Challenge U19

                  Elite

                  1. PSG : 6,5
                  2. Lyon : 6,5
                  3. Marseille : 4,5
                  4. Dijon : 3
                  5. Bordeaux : 1,5
                  6. Guingamp : 0

                  Excellence
                  Groupe A

                  1. Vendenheim : 2,5
                  2. Lille : 2,25
                  3. Reims : 1,2
                  -----------------
                  4. Arras : 1 (-2)
                  5. Nancy : 1 (-4)
                  6. Metz : 0,80

                  Groupe B
                  1. Paris FC : 6,5
                  2. Saint-Etienne : 6
                  3. Grenoble : 5
                  -----------------
                  4. Saint-Maur : 3
                  5. Thonon-Evian : 0,2
                  6. Yzeure : 0,2

                  Groupe C
                  1. Montpellier : 3
                  2. Toulouse : 1,8
                  3. Soyaux : 1,6
                  -----------------
                  4. Montauban : 1,2
                  5. Albi : 0,4
                  6. Rodez : 0,4

                  Groupe D
                  1. Saint-Malo : 2
                  2. Le Havre : 1,833
                  3. La Roche sur Yon : 1,8
                  -----------------
                  4. Fleury : 1,75
                  5. Orléans : 1,428
                  6. Issy : 1
                  7. Brest : 0,429

                  Vendredi 17 Avril 2020
                  Sebastien Duret

                  https://www.footofeminin.fr/Challeng...EX_a16598.html
                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                  Commentaire


                  • Accession en D2 - Les quatre Ligues concernées

                    A la suite de la décision du COMEX actant l’arrêt définitif des compétitions nationales, les phases d’accession ne pourront se tenir pour l’accès à la D2 féminine, la D2 Futsal et le Championnat National Féminin U19.





                    En lieux et place, le COMEX a validé le principe des Ligues qui seraient amenées à désigner une équipe pour intégrer directement les compétitions nationales précitées, seraient celles classées par le BELFA conformément au règlement de l’épreuve pour la participation à la phase d’accession et ce, afin de se référer au plus près du règlement de chaque épreuve concernée.

                    Le BELFA du 20 avril dont le PV est paru ce jeudi 23 avril sur le site de la FFF désigne les quatre Ligues invitées à désigner le club issu de leur championnat de ligue qui accèdera en D2 Féminine, selon le classement des Ligues réalisé conformément au règlement de la FFF en vigueur issu de deux critères :
                    - 1. Le classement des Ligues résultant du nombre de clubs engagés dans les Championnats de France Féminins de D1 et D2 lors des 3 dernières saisons. En cas d’égalité, le nombre de clubs engagés lors de la dernière saison de référence est retenu pour classer les ligues de 1 à 13.
                    - 2. Le classement des Ligues résultant du pourcentage entre le nombre total de licenciées seniors féminines rapporté au nombre total de licenciés pratiquants de la Ligue (chiffres Foot2000 arrêtés au 30 avril de la saison précédente soit 2018-2019). Les équipes issues des Ligues régionales sont désignées selon les modalités définies par l’instance compétente de chaque Ligue

                    Ce système est celui qui avait dans un premier temps désigné que dix Ligues proposaient deux équipes en phase d'accession et que les deux moins classées (hors Corse) n'avaient qu'un représentant à savoir la Normandie et Centre Val de Loire.

                    Sont donc ainsi désignées comme Ligues devant proposer une équipe à l'accession en D2 Féminine
                    - Auvergne Rhône-Alpes
                    - Occitanie
                    - Grand Est
                    - Nouvelle Aquitaine


                    Il reste désormais à ces Ligues qui organisent leur championnat en deux groupes à déterminer l'équipe retenue et que celle-ci confirme son souhait d'accéder.

                    Jeudi 23 Avril 2020
                    Sebastien Duret

                    https://www.footofeminin.fr/Accessio...es_a16601.html
                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                    Commentaire


                    • D3 - Une pétition en ligne pour militer pour le retour de la Division 3

                      Réformés en 2010 afin de resserrer l'élite nationale, les championnats nationaux féminins sont constitués de deux divisions amenant chaque saison à des barrages pour accéder de la R1 à la D2. Evreux FC 27 a lancé une pétition adressée à le président de la Fédération Française de Football


                      Evreux FC 27 a lancé cette pétition adressée à le président de la Fédération Française de Football



                      Tout comme le Futsal Masculin et le Challenge U19 Féminin dont la nouvelle formule vient d'être mise en vigueur, le championnat de football de Régional 1 Féminines n'offre pas de montée directe au niveau supérieur (Division 2). Une phase de barrages est nécessaire pour déterminer l’accession des équipes de Ligue qui évolueront au niveau D2 la saison d’après, rappelle la pétition.

                      Chaque saison, 12 clubs sont sacrés champions régionaux, et malgré cela, seuls 6 d’entre eux, dans le meilleur des cas, peuvent accéder à la D2F. De plus, ce système de barrage favorise les « grosses Ligues », leur permettant de présenter deux équipes, quand les « petites ligues » n’y envoient que leurs championnes.

                      Alors, plutôt que de léser des clubs qui ont tous autant mérité sur le terrain le droit de prétendre à l’accession, pourquoi ne pas en profiter pour remettre au « goût du jour » une Division 3, dès la saison 2020/2021, qui permettrait à beaucoup d’équipes de ne pas se sentir lésées ? Et surtout cette solution permettrait également de réduire l’écart de niveau entre la D2F et la R1F, qui semble s’agrandir saison après saison précise les instigateurs de la pétition qui demandent la remise en place d’une 3ème division féminine.

                      >> CLIQUEZ ICI

                      Jeudi 23 Avril 2020
                      Pétition

                      https://www.footofeminin.fr/D3-Une-p...-3_a16602.html
                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                      Commentaire


                      • EURO - L'UEFA reporte officiellement la compétition en juillet 2022

                        Si cela ne faisait plus trop de doutes après le report de l'Euro masculin à 2021 et les Jeux Olympiques en août 2021, l'Euro féminin est aussi reporté d'un an et se jouera du 6 au 31 juillet 2022 en Angleterre.





                        C'est donc à l'été 2022 que la phase finale en Angleterre se déroulera. Une décision inéluctable au regard du calendrier des compétitions internationales de football. Pour les organisateurs, l'Euro masculin dont les demi-finales et finale sont prévues à Wembley mobilisera déjà fortement les organisateurs, sans parler que l'exposition médiatique sera concentrée sur cet événement. Les Jeux Olympiques où des sélections européens participeront en août 2021 ne permettait pas non plus d'envisager un maintien sur l'année 2021. Mais il a fallu se concerter avec la Fédération Anglaise et aussi les organisateurs des Jeux du Commonweath à Birmingham en 2022.

                        La nouvelle planification a été actée ce jeudi 23 avril et se déroulera du 6 au 31 juillet 2022 dans les mêmes lieux ce qui va laisser le temps de réorganiser le calendrier international à l'image des Bleues qui ont vu quatre de leurs rencontres reportées à des dates restant à définir.

                        Dans cette configuration, le match d'ouverture avec l'Angleterre pourra se dérouler le 6 juillet à Old Trafford. La phase de groupes s'achèvera le 18 juillet avant le début des quarts de finale le 20 juillet et le dénouement à Wembley le 31 juillet 2022.

                        L'UEFA communiquera ultérieurement sur des aménagements éventuels et aussi sur la nouvelle dénomination de l'ex-Euro 2021.

                        Jeudi 23 Avril 2020
                        Sebastien Duret

                        https://www.footofeminin.fr/EURO-L-U...22_a16603.html
                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                        Commentaire


                        • Coupe du Monde 2023 - Le duo AUSTRALIE - NOUVELLE-ZÉLANDE coorganisera la prochaine Coupe du Monde

                          La neuvième édition de la Coupe du Monde féminine se déroulera pour la première fois dans l'hémisphère sud avec le choix du duo océanien Australie-Nouvelle-Zélande.


                          Le mythique Opéra de Sydney s'était mis aux couleurs pour soutenir la candidature (photo DR)



                          C'est presque sans surprise que ce duo a gagné l'organisation avec le dossier le plus complet parmi ceux qui avaient été déposés. D'ailleurs, le Brésil et le Japon pour d'autres raisons aussi avaient depuis la publication des évaluations et des dossiers s'étaient retirés. Seule la Colombie restait en lice.

                          Selon la FIFA, la candidature Australie/Nouvelle-Zélande qui avait obtenu une note de 4,1/5 apparaissait comme la proposition commercialement la plus favorable. Les installations proposées répondaient aussi aux attentes de l'instance mondiale et 11 sur 12 sont déjà construites.

                          Lors du vote du Conseil de la FIFA, la candidature Australie/Nouvelle-Zélande a reçu 22 votes contre 13 pour celle de la Colombie.

                          Après la Chine (1991, 2007), la Suède (1995), les États-Unis (1999, 2003), l'Allemagne (2011), le Canada (2015) et la France (2019), ce sera le septième hôte et la première co-organisation. Cette édition sera aussi la première avec 32 équipes contre 24 lors de France 2019.


                          Détail des votes : Noël le Graët avait opté pour la Colombie



                          Jeudi 25 Juin 2020
                          Sebastien Duret

                          https://www.footofeminin.fr/Coupe-du...de_a16636.html
                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                          Commentaire


                          • FFF - Règlements : les modifications adoptées : Joker Médical et augmentation en nombre et en durée des contrats en D2
                            June 30, 2020, 4:35 am


                            Quelques modifications règlementaires ont été apportées par le COMEX de la FFF du 22 juin 2020 concernant les compétitions féminines. Les modifications les plus majeures portent sur le statut de la joueuse fédérale avec la possibilité de faire signer un joker médical dans certains cas (décès, gardienne, blessure en sélection nationale) mais aussi pour les contrats fédéraux en D2 de contracter pour deux saisons au lieu d'une et aussi la possibilité d'avoir 12 contre 5 jusqu'à présent afin de donner un statut moins précaire aux joueuses.

                            Statut de la joueuse fédérale : Joker médical

                            Les clubs du Championnat de France Féminin D1 peuvent, à tout moment, recruter une joueuse fédérale dans les cas suivants :
                            - Décès d’une joueuse sous contrat fédéral ;
                            - Blessure grave d’une gardienne de but ou de sa remplaçante (dans cette hypothèse, le club ne peut recruter qu’une nouvelle gardienne) ;
                            - Blessure grave d’une joueuse sous contrat fédéral, lors d’une sélection en équipe de France, si cette blessure entraîne pour la joueuse une incapacité d’une durée supérieure ou égale à trois mois.

                            Dans les deux derniers cas, les blessures sont constatées et appréciées par le médecin fédéral national. La joueuse blessée et la joueuse recrutée ne peuvent, dans ces hypothèses, être inscrites simultanément sur la feuille de match pendant les trois mois suivant la date du constat de la blessure. Seules les joueuses titulaires d’une licence « joueuse » au sens de l’article 60 des Règlements Généraux de la FFF pour la saison en cours ou les joueuses dont la dernière licence « joueuse » a été délivrée par la FFF, ou une Ligue régionale pourront être recrutées en tant que joueuse dite « joker médical ».
                            Cette autorisation de recrutement supplémentaire s’applique dans les limites suivantes :
                            - Respect du nombre de joueuses non ressortissantes d’un Etat membre de l’U.E. ou de l’E.E.E. ou de pays disposant d’un accord d’association ou de coopération avec l’U.E. tel que visé à l’article 1.2.2 du présent Statut ;
                            - Respect du contrôle de la DNCG ;
                            - Respect du présent Statut de la Joueuse Fédérale.


                            Statut de la joueuse fédérale : durée et nombre augmentés en D2

                            1.2. Nombre de joueuses fédérales autorisées
                            1.2.1. Principe
                            Les clubs du Championnat de France Féminin D1 peuvent utiliser un nombre illimité de joueuses sous contrat.
                            Les clubs du Championnat de France Féminin D2 peuvent contracter au maximum avec 12 joueuses (contre 5 précédemment)

                            2.3. Conditions relatives à la conclusion d’un contrat fédéral
                            Le contrat de travail de la joueuse fédérale doit notamment respecter les conditions suivantes :
                            2.3.2. Durée du contrat
                            Pour les clubs Championnat de France Féminin D1, la durée d’un contrat de travail ne peut être supérieure à 5 saisons sportives. Pour les clubs du Championnat de France Féminin D2, la durée d’un contrat de travail ne peut être supérieure à 2 saisons sportives.


                            Toutes compétitions - Encadrement des équipes

                            2. La présence sur le banc de touche est strictement réservée pour chaque club en présence à : un dirigeant – un entraîneur – un entraîneur adjoint – un médecin – un assistant médical remplacé par :
                            Il ne peut être toléré sur le banc de touche que cinq licenciés au maximum, dont l’éducateur en charge de l’équipe, pour chacun des clubs en présence en plus des joueuses...


                            Championnats de France féminin - adaptation des obligations

                            Obligations
                            b) d’avoir une équipe participant intégralement au Championnat National Féminin U19 de la saison en cours ou d’avoir une équipe féminine U18 (ou U19) ou U15 participant intégralement à un championnat féminin régional, ou de district correspondant, de la saison en cours.


                            Coupe de France féminine : deux divisions d'écart remplace un niveau

                            Scission de la D1 et la D2 en deux divisions ce qui n'entrainera désormais plus d'inversion notamment entre une équipe de D2 et une formation de R1.

                            Ancien article
                            Sauf si le club tiré le deuxième se situe hiérarchiquement à un niveau au moins en dessous de son adversaire. Dans ce cas, la rencontre est fixée sur son installation. Les niveaux suivants sont retenus :
                            1. Clubs de D1 Arkema et de D2 Féminine.
                            2. Clubs de ligue en Régional 1.
                            3. Clubs de ligue évoluant dans une division inférieure à Régional 1.

                            remplacé par
                            Toutefois, dans le cas où le club tiré le deuxième se situe hiérarchiquement deux divisions au moins au-dessous de celui de son adversaire, ce club devient club recevant (Exemple : un club de D1 Arkema se déplacera chez son adversaire de Régional 1 ou d’une division inférieure, et ainsi de suite).



                            https://www.footofeminin.fr/FFF-Regl...D2_a16638.html
                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                            Commentaire


                            • AFRIQUE - La CAN 2020 annulée, la Ligue des Champions féminine créée

                              Le Comité Exécutif de la CAF s’est réuni le mardi 30 juin 2020 par visioconférence pour discuter de l'avenir des compétitions africaines et d'autres questions connexes, dans un contexte marqué par la pandémie de COVID-19. A l’issue de la réunion, les décisions suivantes ont été prises notamment chez les féminines.





                              Si la CAN masculine a été reportée d'un an, la Coupe d'Afrique des Nations Féminine Total 2020 n'aura pas lieu. Une édition dont l'attribution avait donné au Congo. Mais le 8 juillet 2019, la République du Congo avait renoncé à l'organisation de la compétition, évoquant des problèmes de trésorerie la rendant incapable de répondre convenablement au cahier des charges soumis par la CAF.

                              De plus, les deux premiers tours de qualifications qui devaient se tenir en avril et juin 2020 avaient dû être reportés en raison du Covid-19. Sans pays désigné officiellement et en raison de la situation sans précédent, l'édition 2020 de la Coupe d'Afrique des Nations féminine dont le tournoi passait pour la première fois de 8 à 12 équipes a été tout simplement annulée.

                              Une Ligue des Champions féminine dès 2021

                              Dans le même temps, le Comité Exécutif a annoncé le lancement de la Ligue des Champions Féminine de la CAF dès 2021. Le format de la compétition ainsi que d'autres détails autour de l’évènement seront communiqués en temps opportun précise l'instance africaine.

                              Rappelons que la FIFA a prévu l'organisation d'une Coupe du Monde des clubs féminins. L'Afrique était le seul continent à ne pas organiser de compétitions à l'échelle de la confédération. Il reste à connaître les modalités sur un continent où les moyens financiers pour les équipes féminines sont souvent très faibles.

                              Dimanche 5 Juillet 2020
                              Sebastien Duret

                              https://www.footofeminin.fr/AFRIQUE-...ee_a16645.html
                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                              Commentaire


                              • Euro U19F et U17F - De nouveaux formats à partir de 2021-2022

                                Le Comité exécutif de l’UEFA a approuvé une nouvelle formule de compétition pour permettre le développement des joueuses juniors d’élite, dans le cadre de l’engagement continu de l’UEFA en faveur du football féminin. Cette formule permettra à plus de sélections de disposer d'une nombre de matchs plus élevés.





                                La compétition sera basée sur une formule de qualification selon le système de ligue et sur les principes clés suivants :

                                Deux ligues

                                • Pour la première saison, les équipes inscrites à la compétition seront réparties dans deux ligues (A et B) au moyen du classement par coefficient.

                                1er tour
                                • Dans chaque ligue, des groupes de quatre équipes disputeront des mini-tournois.
                                • Les vainqueurs de chaque mini-tournoi de la Ligue B seront promus et les équipes classées dernières des mini-tournois de la Ligue A seront reléguées.

                                2e tour
                                • Le 2e tour de la Ligue A remplacera l’actuel tour Élite, et les vainqueurs (et le meilleur deuxième) se qualifieront pour la phase finale.
                                • À l’issue du 2e tour, les vainqueurs des mini-tournois de la Ligue B seront promus et les équipes classées dernières des mini-tournois de la Ligue A seront reléguées pour le 1er tour de l’édition suivante de la compétition.


                                Organisateur de la phase finale

                                • L’organisateur de la phase finale sera tiré au sort dans une ligue en fonction de son coefficient et poursuivra son parcours dans la compétition comme les autres équipes. Sa place dans le tournoi final sera cependant garantie, indépendamment de ses résultats.

                                La nouvelle formule assurera une compétition plus équilibrée, précise l'UEFA dans son communiqué, car toutes les équipes joueront contre des équipes classées dans la même partie du tableau, tout en permettant à chaque équipe de se qualifier pour la phase finale.

                                Elle garantira aussi aux équipes un minimum de cinq ou six matches de compétition par saison, qui seront disputés dans les périodes de compétition existantes.

                                En outre, l’organisateur de la phase finale sera inclus dans les tours de qualification, ce qui lui permettra de jouer des matches de la compétition avant la phase finale.

                                La nouvelle formule sera appliquée à partir de la saison 2021/22. Cette saison, la République tchèque accueillera la phase finale de l'EURO M19, celle de l'EURO M17 se tiendra en Bosnie-Herzégovine.

                                Lundi 6 Juillet 2020
                                Sebastien Duret

                                https://www.footofeminin.fr/Euro-U19...22_a16641.html
                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                Commentaire


                                • #D2F - L'ASSE déterminé tente un nouveau recours au CNOSF

                                  Classé deuxième derrière Le Havre suite au classement établi au quotient en raison d'un nombre de matchs différents dans le groupe B, l'ASSE tente un recours suite à la décision de la Commission Supérieure d'Appel de la FFF pour espérer obtenir gain de cause.





                                  Le 16 avril dernier, la FFF actait les modalités pour établir les classements suite à l'arrêt des compétitions. L'ASSE qui avait saisi une première fois le CNOSF le 19 avril sur ces modalités de classement n'avait pas obtenu gain de cause le 6 mai. Les classements établis ensuite par la Commission fédérale des pratiques seniors confirmait la première place pour Le Havre.

                                  Ce jeudi 2 juillet, l’AS Saint-Étienne a saisi une nouvelle fois le CNOSF pour contester l’homologation du classement du groupe B de Division 2 féminine qui prive le club d’une accession parmi l’élite. Cette demande de conciliation est consécutive à la décision de la commission supérieure d'appel de la FFF, laquelle a récemment confirmé celle de la Commission fédérale des pratiques seniors (section féminine) validant l'accession du Havre en Division 1.

                                  Invaincue tout au long de la saison 2019-2020 et encore leader de son championnat après la 15e journée, l’ASSE n’a pu jouer sa rencontre à Yzeure comptant pour la 16e journée, la dernière avant l’arrêt définitif des compétitions. Un arrêté pris par le maire d’Yzeure a en effet entraîné le report de ce match. Dans le même temps, Le Havre, son concurrent direct, a battu Vendenheim (4-1) et s’est provisoirement installé à la première place du championnat.

                                  L’ASSE juge totalement arbitraire le report de son match à Yzeure sans lequel son équipe féminine aurait obtenu son accession en Division 1: en effet, l’arrêté municipal imposant la fermeture du stade a été motivé par des intempéries qui n’ont pourtant pas empêché la tenue d’un match, comptant pour la Coupe Auvergne-Rhône-Alpes, sur autre terrain de l'agglomération Moulins-Yzeure.

                                  Selon le club forézien, les règlements de la FFF n’ont pas été respectés. Yzeure devait disposer d’un terrain de remplacement pour éviter le report de sa rencontre, sous peine d’avoir match perdu. Or, cette procédure n’a pas été mise en œuvre par la FFF. D’autre part, l’arrêté municipal n’a pas été transmis au Préfet compétent comme l’exige le Code général des collectivités territoriales. L'ASSE est plus que jamais déterminée à faire valoir ses droits.

                                  A suivre

                                  Lundi 6 Juillet 2020
                                  Sebastien Duret

                                  https://www.footofeminin.fr/D2F-L-AS...SF_a16642.html
                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                  Commentaire


                                  • FFF - La professionnalisation de l'arbitrage féminin en ordre de marche

                                    Huit arbitres bénéficieront lors du prochain championnat de D1 Arkema du plan de professionnalisation de l'arbitrage féminin lancé par la FFF. Approuvée par le Comité exécutif de la FFF, elle sera mise en place lors de la prochaine saison de la D1 Arkema. Huit arbitres en bénéficieront : quatre centrales et quatre assistantes.


                                    photo FFF



                                    Elles percevront une indemnité mensuelle de préparation, qui s’ajoutera à celle de match. En complément des trois stages habituels au CNF Clairefontaine des arbitres de la D1 Arkema, elles devront en suivre quatre autres spécifiques de trois jours pendant la saison. "Ces nouvelles conditions leur permettront de se consacrer davantage à l’arbitrage et ainsi de renforcer leurs compétences techniques et athlétiques", indique Pascal Garibian, Directeur Technique de l’Arbitrage (DTA).

                                    "Je suis heureuse de m’engager dans ce plan de professionnalisation. C’est une avancée incontestable pour l’arbitrage féminin. J’y vois une source de progrès. J’aurais plus de temps et de moyens pour me consacrer à ma fonction d’arbitre", se félicite Maika Vanderstichel (photo), l’une des quatre centrales retenues.

                                    Ce plan de professionnalisation vise à élever le niveau de l’arbitrage féminin français et à en faire une référence internationale. Il doit aussi inciter d’anciennes joueuses de haut niveau à devenir arbitres. Destiné à huit officielles la première année, le dispositif est appelé à se développer au cours des prochaines saisons.


                                    Les huit bénéficiaires

                                    - Arbitres centrales : Victoria Beyer, Alexandra Collin, Savina Elbour, Maika Vanderstichel.
                                    - Arbitres assistantes : Clothilde Brassart, Stéphanie Di Benedetto, Jennifer Maubacq, Nabila Zaouak.

                                    Vendredi 10 Juillet 2020
                                    FFF

                                    https://www.footofeminin.fr/FFF-La-p...he_a16650.html
                                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                    Commentaire


                                    • Trophée des Championnes - Pas d'édition 2020

                                      Après avoir décroché la première édition en 2019, l'OL ne pourra en faire de même en 2020. Au regard de la modification du calendrier, le COMEX a acté le non-déroulement du Trophée des Championnes


                                      Wendie Renard soulevant le trophée en 2020



                                      Prévu initialement le week-end des 5 et 6 septembre au Havre, le Trophée des Championnes qui oppose le champion de France au vainqueur de la Coupe ou au second du championnat, en cas de doublé Coupe-Championnat, ne se tiendra pas en 2020.

                                      Créée à l'initiative du Président de la FFF, au lendemain d'une finale à rebondissements entre ces deux mêmes équipes le 31 mai 2018 lors de l'Assemblée Fédérale à Strasbourg, la compétition n'avait pas vu le jour dès 2019 en raison des contraintes calendaires. L'édition 2019 avait été calé entre les 3e et 4e journées remportée par l'OL (1-1, 4 tirs au but à 3).

                                      Mais cette fois-ci, il a été précisé qu’en raison du report du championnat d’Europe, il s'avérait possible qu’une période internationale soit ajoutée en mai ou juin 2021 et pour cette saison, compte tenu des circonstances liées à la crise sanitaire, le Comité Exécutif décidait d’annuler l’organisation du Trophée des Championnes cette saison.

                                      Samedi 11 Juillet 2020
                                      Sebastien Duret

                                      https://www.footofeminin.fr/Trophee-...20_a16648.html
                                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                      Commentaire


                                      • #D2F - Les transferts des droits d'ARRAS vers le RC LENS officiel

                                        Après avoir reçu les avis favorables au sein des deux clubs, le COMEX de la FFF a officialisé le transfert des droits sportifs du club d'Arras FCF au sein du RC Lens qui évoluera donc en championnat de France de D2 avec sa nouvelle section féminine.





                                        Une semaine après le COMEX de la FFF qui devait valider cette décision, le club du RC Lens a annoncé ce 15 juillet dans un communiqué la création de sa section féminine.

                                        Le jeudi 25 juin dernier en assemblée générale, Arras FCF avait voté un transfert des droits sportifs. Cinq jours après, le RC Lens se prononçait aussi favorablement sur la validation du projet. Après de nombreuses années d’échanges et de rapprochement, le club artésien intègre donc enfin l’Arras Football Club Féminin sous la forme d’un transfert de droits sportifs. Ainsi, l’AFCF devient le RC Lens Féminin et portera les couleurs sang et or (même si dans les faits les Arrageoises portaient déjà les couleurs depuis un an). Ce transfert d’appellation, d’adhérents, de couleurs et de compétences concerne les équipes séniors à U11F, précise le club dans son communiqué.

                                        Après la non-reconduction de Daniel Krawczyk, Sarah M'Barek en sera la manager générale et entraîneure de l'équipe première pour développer la nouvelle structure. Elle sera assistée par Marie Schepers, emblématique joueuse du club, qui sera la coordinatrice administrative. Avec un budget doublé, côté effectif, le nouveau club n'a pas attendu pour commencer à recruter tout en s'appuyant sur près de 90% de l'effectif actuel et devra stabiliser sa place à ce niveau avant de se montrer plus ambitieux. L'objectif d'atteindre la D1 à trois ans est ainsi évoqué.

                                        Avec cette nouvelle section féminine au sein d'un club professionnel masculin de L1 et L2, seuls Rennes, Nîmes, Angers, Sochaux et Chambly n'ont pas encore franchi le pas.


                                        Joseph Oughourlian - Président du Racing Club de Lens
                                        « C’est la fin d’un long processus et le début d’une nouvelle aventure. L’intégration d’une structure existante nous permettra d’atteindre nos objectifs plus rapidement. Nous allons consolider ce qui est en place et améliorer certains points pour retrouver prochainement l’élite du football féminin. Le club veut s’engager pleinement dans le football féminin, c’est une mobilisation forte qui est demandée aux différents acteurs de ce projet. »

                                        Frédéric Leturque - Maire d’Arras
                                        « Cette collaboration est l’aboutissement d’une longue et sincère amitié entre Arras et le RC Lens. Arras et son beffroi, le Racing et son stade Bollaert-Delelis, deux places fortes de notre région, deux magnifiques symboles de notre territoire, deux lieux qui attirent les regards. Cette fusion est à la fois belle et naturelle. Elle permet ainsi à un des plus beaux clubs de France de se lancer dans le football féminin. Un sport déjà bien implanté et structuré à Arras. Je souhaite que cette nouvelle étape apporte réussite et satisfaction à nos familles… qui n’en forment désormais plus qu’une seule, encore plus unie et ambitieuse. Vive Arras, Vive le RC Lens et vive le foot féminin ! »

                                        July 16, 2020, 1:52 pm
                                        https://www.footofeminin.fr/D2F-Les-...el_a16654.html
                                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                        Commentaire


                                        • ESPAGNE - Une solution alternative étudiée le championnat 2020-2021

                                          Dans le cas où la reprise de la Primera Iberdola prévue le 5 septembre serait compromise au regard de la situation sanitaire en Espagne. La Fédération a prévu une alternative pour réduire le nombre de journées qu'elle pourra activer à tout moment avant la fin des matchs aller.





                                          En effet, si la situation sanitaire du pays ne permettait pas de garantir la sécurité des joueuses et autres acteurs des 18 équipes du championnat national, la RFEF réunie en urgence, a préparé un calendrier alternatif pour remplacer les 34 journées au cas où la pandémie de COVID-19 continuait à perdurer de manière importante.

                                          La Fédération prévoit un format réduit de la saison qui débuterait le 15 octobre dans un format inédit en Espagne. La première phase du championnat verrait tous les équipes se rencontrer en matchs aller simple soit 17 journées. Puis dans un second temps, pas de matchs retour dans le format classique mais les 8 premiers se disputeraient le titre soit 7 journées et les dix autres la relégation soit 9 journées. A noter que le championnat sera réduit à 16 équipes à partir de la saison 2021-2022 ce qui entrainera quatre relégations.

                                          Ce plan alternatif pourrait être activé à tout moment, avec toujours dans l'esprit la santé des joueuses. Pour le moment, la Fédération interdit aux équipes tous les moments de convivialité habituel autour des matchs, et exige que les joueuses et le personnel accédant aux stades ayant un test PCR négatif de moins d'une semaine avant chaque rencontre.

                                          La Fédération Espagnole espère par ailleurs aller au terme de sa Coupe de la Reine interrompue au stade des demi-finales et également la SuperCoupe d'Espagne.

                                          Et en France ?

                                          Pour le moment, la Fédération n'a pas communiqué sur le sujet alors que les premiers championnats nationaux doivent reprendre le 23 août. Cependant que ce soit en Ligue 1 mais aussi au niveau amateur, de nombreux cas positifs sont détectés et entraînent l'annulation de matchs amicaux. Reste à savoir les conditions qui seront préconisées par le Ministère en charge des Sports et auxquelles devront se tenir les Fédérations Sportives.

                                          August 8, 2020, 10:41 pm

                                          https://www.footofeminin.fr/ESPAGNE-...02_a16685.html
                                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                          Commentaire


                                          • PAYS-BAS - La Fédération expérimente un projet-pilote de mixité en 4e division nationale

                                            Au cours de la saison 2020/21, la KNVB (Fédération néerlandaise) lance un projet pilote en collaboration avec le club de VV Foarut pour permettre aux femmes de participer au football amateur en seniors pour les hommes. Ellen Fokkema (19 ans) a obtenu une autorisation pour jouer au football dans la première équipe masculine du VV Foarut, qui évolue en quatrième division.





                                            Sur la base des résultats du projet pilote, le KNVB évaluera s'il existe une bonne base pour permettre aux femmes et aux hommes de jouer au football mixte dans la catégorie A et de modifier définitivement le règlement.

                                            Les filles peuvent désormais jouer au football en mixité, de plus jeune âge jusqu'aux moins de 19 ans. Cependant, dès que les garçons passent des moins de 19 ans en seniors (catégorie A), les joueuses sont obligées de jouer au football en "catégorie B" avec les hommes ou dans une équipe féminine. En accordant une dérogation et en la surveillant sur une base individuelle, comme ce sera désormais le cas chez VV Foarut, le KNVB peut formuler une bonne vision de cette problématique à l'avenir, mais aussi donner aux joueuses éligibles la possibilité de jouer.

                                            "C'est tout un défi, mais cela ne fait que m'exciter davantage"



                                            «C'est fantastique que je puisse continuer à jouer dans cette équipe», répond Ellen Fokkema, joueuse de la première équipe du VV Foarut sur le site de la Fédération. «Je joue avec ces gars depuis que j'ai cinq ans et j'étais désolée de ne pas pouvoir jouer avec eux dans une équipe l'année prochaine. De la KNVB, on m'a toujours conseillé de continuer à jouer avec les garçons aussi longtemps que possible, alors pourquoi ne serait-ce pas possible ? C'est tout un défi, mais cela ne fait que m'exciter davantage. J'ai demandé au club si quelque chose était possible et ensemble nous avons soumis la demande au KNVB. Mes coéquipiers ont également réagi avec enthousiasme pour que je puisse rester avec eux. Je n'ose pas dire comment ça va se passer, mais je suis tout de même très heureux de pouvoir participer à ce pilote.»

                                            "Synonyme de diversité et d'égalité"

                                            "Chaque année, un club demande à une femme de jouer au football dans sa première équipe masculine", déclare Art Langeler, directeur du développement du football à la KNVB. «À mon avis, il est spécial que les filles de tous les niveaux puissent jouer au football mixte, mais dès que les garçons passent de moins de 19 ans à la catégorie A des hommes, ils doivent jouer au football sans la femme de leur équipe. Le KNVB est synonyme de diversité et d'égalité. Nous pensons qu'il devrait y avoir de la place pour tout le monde à tous égards. De plus, dans ces cas, il y a un beau défi sportif que nous ne voulons pas bloquer. C'est pourquoi nous commençons ce pilote. L'expérience dira si et comment cela fonctionne. Nous suivrons l'évolution des choses en étroite concertation avec le club. Sur cette base, nous pourrions appliquer un changement de réglementation. »

                                            Une mixité étendue pour permettre de trouver plus facilement un club

                                            Le football féminin a été reconnu aux Pays-Bas en 1971 et fait depuis lors partie officielle de la KNVB. Le football mixte a été introduit en 1986. Dans un premier temps, cette étape a permis aux garçons et aux filles jusqu'à l'âge de douze ans de jouer au football ensemble et contre l'autre. Le football mixte s'est étendu les années suivantes aux compétitions pour les catégories des jeunes plus âgés : en 1995 à la catégorie B. Depuis 1996, les garçons et les filles peuvent aussi jouer ensemble et contre les autres dans la catégorie A des jeunes. Le football mixte a permis aux filles de chaque village et de chaque quartier d'une ville de rejoindre un club de football. De nos jours, il est tout à fait normal que les garçons et les filles jouent au football ensemble, en particulier chez les élèves de nombreux jeunes joueurs jouent de manière mixte. L'effectif a été bénéfique pour la Fédération néerlandaise dont le nombre de licenciées.

                                            La catégorie A correspond aux Pays-Bas les cinq premières divisions seniors masculines. Les joueuses sont autorisées à jouer en dessous de la Division 5 en mixité chez les adultes, c'est-à-dire la catégorie B. En jeunes, elles peuvent évoluer à tous les niveaux en mixité jusqu'à 19 ans.


                                            Age limite de la mixité dans les principaux pays européens

                                            Absence d'âge limite dans les pays suivants : Iles Féroé, Norvège, Pays-Bas (voir ci-dessus, cela ne concerne pas les plus hautes divisions)

                                            L'âge varie de manière très importante suivant les pays. Si la Norvège comme les Pays-Bas permettent aux joueuses d'évoluer en adultes à certains niveaux, la plupart des pays limitent la mixité chez les catégories jeunes. L'Angleterre le permet par exemple jusqu'à 18 ans, l'Allemagne 16 ans ou encore la France, 15 ans. Mais l'Espagne ne l'autorise que jusqu'à 12 ans alors que la Suède l'interdit totalement.

                                            20 ans
                                            Suisse

                                            19 ans
                                            Autriche

                                            18 ans
                                            Angleterre
                                            Danemark
                                            Irlande

                                            17 ans
                                            Belgique
                                            Italie
                                            Portugal

                                            16 ans
                                            Allemagne
                                            Islande

                                            15 ans
                                            Écosse
                                            Finlande
                                            France

                                            13 ans
                                            Pologne

                                            12 ans
                                            Espagne

                                            Pas de mixité autorisée
                                            Albanie, Azerbaidjan, Belarus, Bosnie-Herzégovine, Kazakhstan, Kosovo, Suède

                                            August 5, 2020, 8:10 am

                                            https://www.footofeminin.fr/PAYS-BAS...le_a16680.html
                                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                            Commentaire


                                            • MAROC - Un «Plan Marshall» pour promouvoir et développer le football féminin

                                              La Fédération Royale Marocaine de Football a annoncé la signature, ce jeudi 6 août, d’une convention pour le développement du football féminin sur tout le territoire national. L’objectif annoncé : mettre en place les moyens techniques et financiers pour augmenter la pratique du football, le sport le plus plébiscité par les femmes au Maroc, à l’horizon 2024.





                                              C’est de concert que toute la famille du football marocaine - la Fédération, la Direction Technique Nationale (DTN), la Ligue Nationale de Football Féminin (LNFF), les ligues régionales - se sont réunies pour lancer le “Plan Marshall”. Un plan qui doit faire du Maroc l’une des places fortes du football pour les sections féminines.
                                              Cette nouvelle vision nécessite de réformer le système actuel des compétitions domestiques et de permettre la montée en compétence de l'encadrement technique. Plus de 1.000 postes de cadres techniques seront ainsi créés. Les nouvelles recrues seront formées par la DTN, afin de répondre à la nouvelle obligation faite aux clubs féminins d'intégrer une femme comme entraîneure principale ou assistante.

                                              Pour le grand public, il s’agira notamment d’augmenter massivement le nombre de licenciées, via des programmes de sensibilisation et de recrutement dans les écoles et autres terrains de proximité… Avec un nouveau budget d’environ 60 millions de dirhams pour le football féminin, la Fédération Royale Marocaine de football ambitionne de porter à 90.000 le nombre de pratiquantes en 2024.

                                              Fouzi Lekjaa, président de la FRMF, explique : “Le football est un sport universel et inclusif. Au-delà du symbole, cette convention est une première marche vers l’éclosion du football féminin marocain. Elle doit permettre à nos joueuses d’avoir l’ambition d'atteindre un niveau maximum de compétitivité sur le continent africain et à l’international”.

                                              Des salaires minimums assurés aux joueuses professionnelles

                                              Quant aux joueuses des équipes seniors, elles se verront toutes attribuer un contrat professionnel, avec salaire minimum obligatoire de 3.500 dirhams pour celles évoluant en 1ère division (environ 320 Euros), et 2.600 dirhams (environ 240 Euros) pour les joueuses de 2ème division. Au Maroc, le salaire minimal imposé par le gouvernement au 1er janvier est de 2 698 dirhams.
                                              Chaque joueuse sélectionnée pour l'équipe nationale pourra aussi bénéficier d'un plan de développement individuel, adapté aux besoins de chacune, avec l'appui des entraîneurs en club.

                                              La DTN et le comité directeur de la fédération tiendront également des réunions avec les représentantes des joueuses pour débattre des sujets relatifs au bien-être et à la protection des joueuses, aux conditions contractuelles, aux entraînements et aux objectifs des équipes nationales.

                                              La Fédération veillera à la bonne gestion financière des clubs, afin que les investissements alloués permettent de contribuer à l'essor de cette discipline : paiement des salaires, primes et frais médicaux pour les joueuses et le staff, achat des équipements, frais de déplacement lors des compétitions etc.

                                              Par ce plan Marshall, la FRMC ambitionne également de faire grimper l’équipe nationale féminine dans le top 3 du classement des meilleures équipes nationales africaines et dans le top 50 du classement FIFA. Les objectifs affichés : une qualification régulière aux phases finales des coupes d’Afrique des Nations de toutes les catégories, remporter la coupe d’Afrique dans au moins une catégorie de jeunes, se qualifier pour la Coupe du Monde dans une catégorie de jeunes ainsi qu’à la Coupe du monde séniors 2023 et aux Jeux olympiques Paris 2024.


                                              Les axes prioritaires du « Plan Marshall » pour le football féminin marocain

                                              Volet sportif :
                                              • Création d’un championnat professionnel (D1, D2) dès la saison 2020-2021
                                              • Création d’un championnat national U17 et des championnats régionaux des catégories de jeunes.

                                              Volet financier :
                                              • Augmentation de la subvention annuelle réservée aux clubs de football féminin (1.200.000 dirhams soit 110 000 Euros pour les clubs de D1 et 800.000 dirhams soit 73 500 Euros pour les clubs de D2)
                                              • Financement à hauteur de 100.000 dirhams soit 9 200 Euros des Ligues régionales pour les actions de développement de la pratique féminine du football
                                              • Accompagnement de la professionnalisation des club féminin sur le plan administratif et financier par la DTN et la Direction Financière de la FRMF.

                                              Volet technique :
                                              • Former 10.000 cadres techniques au sein des clubs de football féminin
                                              • Porter à 90.000 le nombre des pratiquantes de football féminin à l’horizon 2024.

                                              August 10, 2020, 4:07 am

                                              https://www.footofeminin.fr/MAROC-Un...in_a16693.html
                                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                              Commentaire


                                              • #D2 - L'AS SAINT-ÉTIENNE débouté

                                                L'ASSE qui avait saisi le tribunal administratif de Paris dans son litige avec la FFF où le club avait contesté les conditions du report du match face à Yzeure a été débouté.





                                                L'équipe féminine de l'AS Saint-Étienne (D2) n'a pas obtenu gain de cause suite au rendu de la décision du tribunal administratif de Paris. Yzeure qui avait un arrêté sur son terrain de Bellevue avait transmis les éléments à la FFF qui avait acté le report de la rencontre de la 16e journée entrainant le non déroulement de celle-ci juste avant l'arrêté prématuré des compétitions. Avec trois points et un match de moins, l'ASSE a finalement été devancé par Le Havre suite aux modalités de classement adoptée par le COMEX.

                                                La FFF avait départagé les équipes au quotient (nombre de points divisés par le nombre de matches joués) ce qui a permis aux Havraises de devancer les Stéphanoises de 0,04 point (2,5 pts contre 2,46 pts).

                                                « En l'état de l'instruction, aucun des moyens soulevés par l'AS Saint-Étienne n'est de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité de la décision attaquée », a indiqué lundi le tribunal administratif de Paris à l'AFP, déclarant que « la requête de l'Association sportive AS Saint-Étienne est rejetée ». Cette dernière dispose d'un délai de 15 jours pour un éventuel recours en cassation devant le Conseil d'État.

                                                August 17, 2020, 3:44 pm

                                                https://www.footofeminin.fr/D2-L-AS-...te_a16713.html
                                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                Commentaire


                                                • COVID-19 - La FFF édicte un protocole pour ses championnats nationaux

                                                  Suite au décret du 13 août actualisant les dispositions applicables, la FFF a rédigé un protocole applicable pour les championnats nationaux, dont la D1 et la D2, qui intègre les dispositions règlementaires actuellement applicables. Un document évolutif en fonction des décisions gouvernementales.




                                                  La saison qui va débuter dans trois semaines n'aura rien à voir avec celle qui s'était arrêtée en mars dernier. La situation sanitaire actuelle en France, l'évolution de la COVID-19 sur le territoire et les dernières annonces gouvernementales ont amené la FFF à définir un cadre pour ses championnats nationaux en attendant que Ligues et Districts s'en inspirent pour la reprise des compétitions régionales et départementales qui approche à grands pas.

                                                  Néanmoins le décret n°2020-1035 du 13 août 2020 modifiant celui du 10 juillet 2020 a apporté une modification majeure en autorisant l'accès aux vestiaires collectifs. De quoi permettre la reprise des compétitions dans un "certain" confort. Dans les modalités présentées par la FFF, celle-ci précise : "Le port du masque et la distanciation physique doivent être respectés à tout moment dans les vestiaires utilisés par les intervenants à la rencontre" en préconisant par ailleurs "un nettoyage régulier, voire une désinfection, des vestiaires (...)".

                                                  Le port du masque s'avère obligatoire pour toute personne en dehors de l'aire du jeu et dans tous ses déplacements. Il est préconisé pour les vestiaires des équipes et des arbitres de limiter "la durée du passage au vestiaire avant et après le match" et uniquement aux personnes indispensables. Dans l'organisation sportive, la FFF précise que "l’utilisation des espaces communs (vestiaires, douches) doit se faire dans le respect de la distanciation physique". Afin de répondre à ces contraintes, il est préconisé d'utiliser plusieurs vestiaires notamment en dissociant les titulaires des remplaçant(e)s.

                                                  Le masque pour tous sauf les 22 actrices, les 3 arbitres et les 2 entraîneurs


                                                  La coach lilloise et les remplaçantes ce jeudi en match amical (photo Sébastien Duret)


                                                  Sur l'aire de jeu, il faut dissocier les personnes actives des autres. Cela signifie que pendant l'échauffement, toutes les joueuses lors de l'échauffement ainsi que les arbitres ne portent pas le masque. Par contre, dès le début de la rencontre, seules les 22 actrices, les 3 arbitres et les 2 entraîneurs principaux ôtent le masque. Sur le banc, toutes les remplaçantes et les autres membres du staff doivent porter le masque. Une attention particulière sera portée à la protection des acteurs du jeu (joueur(se)s, staff et arbitres) rappelle la FFF, ce qui pourra entraîner l’adaptation voire l’annulation de certaines opérations et activités impliquant ces derniers.

                                                  Des dispositions qui entraînent la suppression de tout type d'animation que ce soit le coup d'envoi fictif ou le protocole d'avant-match. Les ramasseurs de balle restent autorisés mais avec le port d'un masque et de gants ainsi que l'utilisation de gel ou de lingettes pour nettoyer les ballons qui devront ensuite être posés au sol.

                                                  Le public soumis à un régime strict pour le respect des gestes barrière

                                                  Le public est aussi contraint à des restrictions et le décret du 10 juillet pour l'accueil de spectateurs en places assises uniquement reste en vigueur. A défaut d'une disposition spécifique locale spécifique qui peut aller jusqu'au huis clos, les spectateurs sont autorisés dans les enceintes mais non debout. Les circulations du public devront être signalées sur le stade afin de gérer les flux et d'éviter les regroupements.

                                                  Le club doit d'ailleurs définir un référent Covid en charge de d'assurer de l'application des bonnes pratiques liées aux dispositions règlementaires et sanitaires. La capacité des stades sera adaptée au regard de ces exigences, les spectateurs devant être regroupés par groupes sociaux dans la limite de 10 personnes, et un siège devra être laissé entre ces groupes. Les supporters visiteurs seront aussi autorisés à accéder au stade mais c'est le club visiteur qui sera en charge de veiller à l'application des gestes barrière.

                                                  Les médias sont aussi soumis à des contraintes. Seuls cinq photographes pourront être aux abords du terrain avec le port du masque, et les tribunes de presse devront respecter la distanciation physique. Si la conférence de presse est autorisée avec le respect de la distanciation, les zones mixtes sont supprimées jusqu'à nouvel ordre.

                                                  Suivi des joueuses : un virus circulant à partir de 4 cas sur 8 jours

                                                  En D1 Arkema, chaque club doit désigner pour son équipe un médecin référent qui aura une fonction de responsable médical en charge de s'informer de la santé du groupe en relation avec les médecins traitant de chaque individu en cas de situation présentant un signe de contamination. Dans cette hypothèse, il apportera toutes les informations utiles aux organes gestionnaires des compétitions de la FFF et aux instances médicales de la FFF précise la Fédération. En D1 Arkema qui dispose d'un cadre plus strict, si "une joueuse ayant eu des symptômes de la maladie Covid-19 et réalisé un test SARS-CoV-2 par RT-PCR nasopharyngé dont le résultat est positif, elle devra confirmer son immunité par une sérologie. Cette disposition est néanmoins préconisée pour tous les autres championnats nationaux" dont la D2 féminine notamment, indique la FFF.

                                                  Toute personne impliquée dans un match présentant des symptômes devra être isolée. Si le résultat du test est positif, elle devra être mise en quatorzaine. A partir de 4 joueuses isolées sur 8 jours consécutifs, il est considéré que le virus est circulant dans le club. Il conviendra alors de travailler en groupes de moins de 10 personnes et effectuer des tests pour les autres joueuses. Si des joueuses sont positives, elles devront être isolées. Celles ayant un résultat négatif devront s'entraîner en petits groupes jusqu'à J+7 après la déclaration du cas. De nouveaux tests seront à réaliser à J+7. Les Commissions d'organisation de la FFF pourront être amenées à étudier le report de rencontres en fonction du nombre de cas déclarés avec la transmission de l'attestation ARS sur la situation. Elle pourra décider de reporter le ou les matchs de l’équipe concernée durant la période pendant laquelle le virus est circulant dans le groupe. En tout état de cause, les reports ne seront pas déclarés si le nombre de joueuses disponibles dans l'équipe concernée est supérieur à 12.

                                                  Samedi 15 Août 2020

                                                  https://www.footofeminin.fr/COVID-19...ux_a16704.html
                                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                  Commentaire


                                                  • Je viens de voir la vidéo de ces joueuses qui protègent une footballeuse des regards après que son hijab s'est détaché. Qu'en pensez vous ?
                                                    Des joueuses protègent une footballeuse à l'abri des regards après que son hijab s'est détaché - Sport - Oh Mon Dieu.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X