Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ligue des Champions Féminine 2015-2016

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Foot Ligue des Champions (Femmes) OL
    Jean-Michel Aulas : «Beaucoup de joie»

    Le 24/04/2016 à 19:47:00 | 82 Commentaires

    Après la leçon donnée par ses joueuses au PSG (7-0) dans un Parc OL bien garni, le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, a dit sa «fierté».


    Jean-Michel Aulas a apprécié le spectacle. (A. Martin/L'Equipe)

    Jean-Michel Aulas (président de l’OL, vainqueur du PSG en Ligue des champions féminine) : «Il y a de la fierté par le résultat et beaucoup de bonheur et de joie d’avoir vu un grand match européen dans un stade qui est l’un des plus beaux d’Europe et qui avait une affluence particulièrement significative (22 050, record battu pour un match féminin). Quand on s’est engagé dans le football féminin, il y a un peu plus de douze ans, on n’imaginait pas qu’on pourrait reproduire ce rêve de faire jouer les filles dans un stade initialement fait pour les garçons avec les mêmes émotions que des grands matches masculins.

    Il y a bien sûr la fierté du résultat parce qu’il est inespéré pour une demi-finale de Coupe d’Europe mais elles ont tout tellement bien fait. Je pense que le PSG, tout en ayant une très bonne équipe, a fait quelques erreurs. Quand on joue contre une grande équipe comme celle de Lyon et qu’on fait des erreurs, on n’a aucune chance de s’en sortir. Je suis un petit peu peiné pour Farid (Benstiti) qui est un ancien de la maison mais aujourd’hui, il y avait une telle différence sur le plan efficacité, savoir-faire et mental, car nos filles étaient en confiance.

    «Là on rassemble 22 050 spectateurs et on réalise une recette»

    Depuis le début, j’ai cette vision de garçons qui arrivent à se qualifier pour la Champions League et des filles qui arrivent à la gagner. Pour le moment, on reste dans le rêve, mais un rêve partagé par 22 000 spectateurs. On a changé notre stratégie avec l’entrée dans le Parc OL. Une grande partie des spectateurs paient leurs places, on fait des recettes. Beaucoup de sports n’arriveraient pas à le faire. Je pense au rugby, à Lyon. Là on rassemble 22 050 spectateurs payants et on réalise une recette qui permet de montrer que le football professionnel féminin n’est pas une lubie, ni un engagement individuel sans raison. Les gens aiment ça.»

    C. Ga. à Lyon

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...de-joie/655374
    Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

    Commentaire


    • Foot Ligue des Champions (Femmes) OL
      Ada Hegerberg : «Jouer devant 22.000 spectateurs, c'est incroyable»

      Le 25/04/2016 à 00:08:00 | Mis à jour le 25/04/2016 à 00:13:42

      L'attaquante lyonnaise Ada Hegerberg (20 ans), qui a précité la chute du PSG (7-0) en Ligue des champions, a clamé son «bonheur» d'avoir joué cette demi-finale aller au Parc OL.


      La buteuse norvégienne a inscrit un doublé lors de la victoire de l'OL face au PSG. (Alex Martin - L'Équipe)

      «On a vu un grand Olympique Lyonnais contre le PSG (7-0)…
      C’est une très grosse performance. On a été réalistes jusqu’à la fin de la rencontre. C’était incroyable de jouer devant ce public. Plus de 22.000 personnes ! Un vrai bonheur.

      Votre premier but a débloqué la situation pour l’OL.
      Il ne faut pas croire mais Paris a une très bonne équipe. C’est toujours important de bien démarrer le match et de marquer ce premier but. Ça nous a donné de la confiance et de l’énergie.

      «Ça va être une bonne expérience de jouer au Parc des Princes»

      Qu’avez-vous ressenti en évoluant devant un public si nombreux ?

      Je ne peux pas expliquer les sensations que cela procure de jouer dans ce stade devant 22.000 spectateurs, c’est incroyable. Ça me donnait les poils… Je ne sais pas comment on dit en français ? (On lui souffle «qui s’hérissent» ou «donnait la chair de poule») Oui, c’est exactement ça, la chair de poule !

      Vous pensez désormais à la finale ?
      C’est vrai qu’avec ce 7-0, on y est presque mais il reste encore un match. Pour nous, c’est important de toujours progresser dans le jeu donc ça va être une bonne expérience de jouer au Parc des Princes.

      Avec votre doublé, vous n’êtes plus qu’à deux longueurs du record de buts marqués sur une édition de C1 (14 réalisations)…
      Beaucoup de gens m’en ont parlé mais pour moi, c’est important de rester concentrée, de continuer à travailler car c’est comme ça qu’on atteint le très haut niveau. Je reste tranquille. Après avoir beaucoup travaillé, je suis contente que ça fonctionne collectivement et que ça marche bien pour moi aussi individuellement.»

      C. Ga. à Lyon

      http://www.lequipe.fr/Football/Actua...royable/655485
      Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

      Commentaire


      • Foot Ligue des Champions (Femmes) PSG
        Farid Benstiti (PSG) : «Oui, j'ai honte»

        Le 24/04/2016 à 18:40:00 | Mis à jour le 24/04/2016 à 19:08:35 | 26 Commentaires

        Après une accolade avec Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, dont il fut l'entraîneur, Farid Benstiti, le technicien parisien, s'est arrêté en zone mixte. Marqué, forcément, par la claque reçue au Parc OL en demi-finales aller de la Ligue des champions.


        Farid Benstiti et les Parisiennes ont plongé à Lyon. (A. Martin/L'Equipe)

        «Comment analysez-vous ce match (défaite 7-0) ?
        C’est très compliqué parce que tout avait été fait pour que ce ne soit pas une catastrophe, pour qu’on puisse bien défendre et qu’on ait la chance de marquer car on a débuté avec une équipe assez offensive (Delie-Critiane-Mittag en pointe). Je pensais vraiment qu’on allait atteindre la mi-temps avec ce 2-0 et tout alors aurait été possible. Ensuite, je ne sais pas ce qui nous a pris de nous aligner sur l’OL avec des filles qui vont très, très vites. On prend ce troisième but et là, ça sentait quand même le match de l’aller (en Championnat, 0-5), même encore pire. On peut perdre un match mais de cette manière-là, on n’a pas le droit. En termes d’état d’esprit, j’ai senti qu’on n’était pas guerriers. On a ensuite une cascade de blessures (Boulleau, Hamraoui, Georges)… Sincèrement pour moi, c’est un cauchemar.

        On a senti un moment de flottement après la sortie de Laure Boulleau à la 21e minute de jeu…
        Je ne cherche pas d’excuses. Je ne pense pas que ce soit ça. On vient ici et on a l’impression que nos joueuses se laissent marcher dessus par cette équipe de Lyon, par ce club alors qu’on est un grand club. Il faut beaucoup plus d’ingrédients pour battre l’Olympique Lyonnais. En termes d’état d’esprit, de volonté, d’agressivité, il nous faut des joueuses qui soient dans notre projet sur le long terme et il nous faut de jeunes joueuses.

        «Ce n'est pas un problème d'argent»

        Ressentez-vous de la honte après une telle prestation ?

        Oui, moi, j’ai honte, bien sûr que j’ai honte. Ça fait quinze ans que je suis entraîneur. Même quand j’étais entraîneur du FC Lyon, je n’ai jamais pris 7-0. À un moment donné, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Il est possible que ce soit moi, le club prendra une décision. J’assume complètement ma responsabilité aussi aujourd’hui. Après tout assumer, non.

        Comment faire pour mobiliser ses joueuses lors de la demi-finale retour ?
        Justement je ne crois pas que ce soit un problème. Un sportif est fait d’orgueil. On oublie la qualif’ mais on fait un bon match. Après il arrivera ce qu’il arrivera. Mais il est hors de question qu’elles baissent les bras sur le match retour. Ce 7-0, ce n’est pas Farid Benstiti qui le prend, c’est le club. Quand un beau club comme le PSG prend une raclée comme celle d’aujourd’hui, c’est une rivalité qui s’installe encore plus. Elle doit être encore plus présente. Au sein du club, il faut qu’on mène une réflexion sur le long terme pour savoir ce que l’on doit faire sur cette équipe féminine. Ce n’est pas un problème d’argent mais d’état d’esprit.»

        Claire GAILLARD à Lyon

        http://www.lequipe.fr/Football/Actua...i-honte/655351
        Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

        Commentaire


        • LDC : Wolfsburg tout en maitrise
          Publié le 24 avril 2016 | Actus / Chronos
          Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



          Après la très large victoire de Lyon face au PSG, l'autre demi-finale aller mettait aux prises Wolfsburg et Francfort. Les Louves n'ont pas fait dans le détail en s'imposant 4-0 face au champion d'Europe, à la peine. Isabel Kerchowski, Alex Popp, Babett Peter et Ramona Bachmann ont inscrit les but de Wolfsburg. Une finale OL-Wolfsburg se profile sauf énorme surprise


          La première demi-finale entre l'Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain étant déjà pliée, on espérait plus de suspense entre Wolfsburg et Francfort. Ce ne fut pas le cas, puisque Wolfsburg a déjà fait la différence en gagnant 4-0. Et s'il ne faut pas sous-estimer Francfort, il semble improbable de voir le champion d'Europe retourner la situation.

          Wolfsburg en maitrise

          Les Louves n'ont pas tardé à mettre leur empreinte sur la première période, en confisquant le ballon et se créant deux belles occasions dans les cinq premières minutes de jeu. Alex Popp ratait le cadre (4') et Ann-Kathrine Kremer s'interposait de justesse sur une déviation de la tête de Popp (5'). Mais il ne fallait pas attendre pour voir les joueuses de Ralf Kellerman ouvrir logiquement le score. Bien lancée dans le couloir droit, Ramona Bachmann centrait fort devant le but depuis le couloir droit, un ballon que personne ne touchait à l'exception d'Isabel Kerchowski au deuxième poteau, qui prenait le temps de contrôlait et de placer le ballon (7').
          Malheureusement pour Francfort, perdu sur le terrain, Wolfsburg allait marquer encore à deux reprises lors de cette première période à sens unique. Très active, que ce soit en défense ou en attaque, Alex Popp était récompensée de ses efforts suite à une action initiée par Elise Bussaglia (très en vue lors des 45 premières minutes) et Ramona Bachmann. L'attaquante allemande frappait sans contrôle une balle enroulée et puissante qui laissait Kremer sans réaction (28'). Babett Peter enfonçait le clou à quelques minutes de la pause parfaitement servie par Bussaglia, d'une tête piquée qui frappait le poteau avant de terminer sa course dans le but (42'). Il ne manquait quasiment rien à Zsanett Jakabfi pour inscrire un quatrième but (45+1'). 3-0 à la mi-temps, la différence semblait faite.

          Kremer termine le travail

          L'entrée en jeu de Kerstin Garefrekes pour la seconde période et le replacement de Saskia Bartusiak en défense centrale avaient pour conséquence de voir Francfort proposer autre chose qu'en première période. Mandy Islacker frappait même au but, pour la première fois du match (47'). Le jeu était plus équilibré, et un but de Francfort n'était pas à exclure. Mais voilà que Kremer, auteure de bonnes interventions mais également de grosses sautes de concentration (comme cette sortie qui permettait à Alex Popp de tenter un lob lointain, heureusement pour Francfort non cadré 50'), réalisait une énorme faute de main qui permettait à Ramona Bachmann, la première surprise, à inscrire le 4e but des Louves (58').
          Si l'entrée de Sophie Schmidt à la place de Jackie Groenen (64') permettait à Francfort d'être plus dynamique et de se montrer légèrement plus dangereux, Almuth Schult passait une après-midi très tranquille. Wolfsburg, qui aura vu Lara Dickenmann sortir sur blessure, a fait la différence dès le match aller, remporté donc 4-0, et avec de nombreuses occasions supplémentaires qui aurait pu rendre le score encore plus lourd. Si l'écart n'est pas le même qu'entre Lyon et le PSG, les Louves ont fait le plus dur face à une équipe très timide et en difficulté défensivement et il semble compliqué pour Francfort de retourner la situation dans une semaine. On se dirige tout droit vers une nouvelle finale (après 2013) Olympique Lyonnais-Wolfsburg.


          Les compositions :

          Wolfsburg :
          Schult, Jakabfi (Wullaert 63'), Fischer, Peter, Popp, Bachmann (Pajor 76'), Dickenmann (Blässe 82'), Wedemeyer, I.Kerschowski, Goessling, Bussaglia
          Francfort : Kremer, Störzel, Hendrich, Marozsán, Laudehr (Ogimi 90'), Priessen (Garefrekes 46'), Groenen (Schmidt 64'), Islacker, Crnogorčević, Bartusiak, Kuznik

          http://www.footdelles.com/article/Ac...se_130993.html
          Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

          Commentaire


          • Olympique Lyonnais (FRA) 7 - 0 Paris Saint-Germain FC (FRA)
            1-0 : Ada Hegerberg 18'
            2-0 : Eugénie Le Sommer 28'
            3-0 : Ada Hegerberg 40'
            4-0 : Eugénie Le Sommer 43'
            5-0 : Camille Abily 45'+1
            6-0 : Louisa Necib 73'
            7-0 : Lotta Schelin 76'

            VfL Wolfsbourg (ALL) 4 - 0 1. FFC Francfort (ALL)
            1-0 : Isabel Kerschowski 7'
            2-0 : Alexandra Popp 28'
            3-0 : Babett Peter 42'
            4-0 : Ramona Bachmann 58'
            Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

            Commentaire


            • Dommage pour la blessure de Lara, j'espère que c'est pas trop grave (bon en même temps, c'est mieux pour nous si elle est absente de la finale).

              Benstiti ne se voile pas la face pour une fois, mais là, ya pas trop moyen de faire autrement. Maintenant, je doute que le PSG poursuive avec lui, quand je vois comment Cristiane s'engueule avec lui (et c'est pas la 1er fois), et sur ce match, c'est pas la seule joueuse a avoir fait des gestes d'incomprehension, je pense que si le PSG veux continuer à attirer des grandes joueuses, vu qu'il n'y a pour le moment aucun titre, et qu'elles en viennent à se faire humilier en LDC, ils vont etre obligé de ce séparer de lui pour montrer qu'il y a du changement dans l'air.

              Commentaire


              • Ligue des Champions - Lyon sur les sommets face au PSG écimé

                Cette demi-finale aller de la Ligue des Champions était attendue entre les deux premiers du championnat français. Mais sur la pelouse du Parc OL, il n'y aura eu qu'une équipe, celle de Lyon, intraitable face à un adversaire qui a explosé en plein vol.


                Hegerberg a porté son total à 12 buts en Ligue des Champions


                Le nombreux public du Parc OL qui avait répondu présent n'a pas été déçu du spectacle en assistant à sept buts de ses protégées. Si l'on connaissait la puissance offensive de l'OL, le score infligé aux Parisiennes a de quoi laisser perplexe par son ampleur à ce stade de la compétition.

                Lyon était bien décidé à briller pour sa première demi-finale en trois ans. Même sans Henry, ménagée, l'organisation lyonnaise, l'impact dans le jeu, ont permis de dérouler face à des Parisiennes inexistants, et privées de Cruz et Houara d'Hommeaux, suspendues. Pire, elles ont failli dans tous les duels perdant même trois joueuses sur blessure lors de la première période. Un indicateur de l'engagement et de la force lyonnaise dans cette rencontre dominée de bout en bout par l'OL.

                Hegerberg en "tueuse"



                Car pour le PSG, en dehors de la frappe sans danger de Delie dès la première minute, les Parisiennes ont été transparentes. Très vite, on sentait que les débordements lyonnais faisaient mal à une défense à la peine et où les joueuses de retour de blessure étaient bien loin de leur plénitude physique. Majri débordait une première fois pour trouver Abily (2e), Le Sommer en faisait autant avant de chercher Thomis (5e). Après ces quelques essais infructueux, la machine lyonnaise se mettait en route avec son attaquante norvégienne en première "tueuse". Profitant d'une remise manquant de puissance d'Hamraoui vers Erika, Hegerberg venait récupérer le ballon pour éliminer la gardienne et ouvrir le score (1-0, 18'). Cette première action de but résumait le scénario de ce match entre une équipe omniprésente et pressante face à une autre absente, commettant des erreurs techniques grossières.

                Trois blessures, trois changements


                Georges a dû sortir prématurément


                A cela s'ajoutait l'incroyable série de sorties sur blessure de Boulleau (21e), Hamraoui (33e) et Georges (37e). En quart d'heure, les Parisiennes perdaient trois éléments et ne disposaient plus de changements ! Le Sommer avait déjà eu le temps de marquer deux buts. Si le premier lui était injustement refusé pour un hors-jeu inexistant (26e), le second sur un service d'Hegerberg était conclu par l'attaquante qui se retrouvait bien esseulée au milieu de la défense (2-0, 28').
                L'équipe parisienne allait ensuite voler en éclats avant la pause. Hegerberg, servie Le Sommer (3-0, 40'), Le Sommer sur un débordement de Thomis (4-0, 42') et Abily d'un magnifique coup franc à l'entrée de la surface (5-0, 45+1') portaient les coups de massue.

                Les remplaçantes Necib et Schelin participent au spectacle



                A la reprise, si le PSG stoppait l'hémorragie jusqu'à l'heure de jeu, les entrées de Necib et Schelin allaient voir le score s'alourdir. Auparavant Majri avait une occasion d'une frappe puissante du gauche de 25 m de toucher le montant gauche parisien (61e), alors sur un ballon relâché par Bouhaddi, la reprise d'Erika était sortie par Abily en corner (64e). La fraîcheur des remplaçantes faisait le reste. Necib d'une frappe enroulée (6-0, 73') et Schelin sur un bon travail de Necib (7-0, 76') ne faisaient que rapprocher un peu plus leur équipe de la finale du 26 mai à Reggio Emilia.

                L'OL a quelque chose en plus


                Abily enchaîne les buts


                Après le 5-0 en championnat à Gerland, l'OL a cette fois-ci réussit encore plus fort avec un 7-0 qui eut l'honneur des ola dans les travées du Parc OL. Le match retour dans une semaine a perdu de son importance sur le plan du suspense. Mais les Parisiennes arriveront-elles à réagir a^rès cet affront. L'effectif composé d'internationales tout comme l'OL aurait pu le laisser penser, mais ce dimanche 24 avril, les Lyonnaises ont montré qu'elles avaient quelque chose en plus.


                Les chiffres du match
                50.
                Abily a remporté son 50e match de Ligue des Champions sur les 62 qu'elle a disputés
                22 050. Lyon a battu son nouveau record de spectateurs pour une rencontre de l'équipe féminine.
                12. Ada Hegerberg a inscrit 12 buts cette saison en Ligue des Champions et n'est plus qu'à deux unités d'égaler le record de Pohlers (14)
                7/8. Lyon a cadré huit fois plus un poteau, et marqué sept buts dans cette rencontre.

                Les buts
                7-0 Lotta SCHELIN 76' (Bon travail de Necib qui trouve, Schelin, dos au but dans la surface côté droit, qui contrôle puis pivote, élimine sa défenseure et placer une frappe à ras de terre)
                6-0 Louisa NECIB 73' (Servie en retrait par Le Sommer à 20 m axe gauche, Necib élimine Seger d'un petit crochet et déclenche une magnifique frappe du droit qui trouve la lucarne droite)
                5-0 Camille ABILY 45+1' (Faute de Dahlkvist à l'entrée de la surface sur Le Sommer. Coup franc frappé à 18 m plein axe est enroulée du droit et trouve la lucarne droite de Kiedrzynek)
                4-0 Eugénie LE SOMMER 42' (Alertée par Mbock, Thomis côté droit centre pour Le Sommer au second poteau qui tacle le ballon du gauche en se jetant)
                3-0 Ada HEGERBERG 40' (Service pour Le Sommer à gauche qui donne un caviar à Hegerberg qui marque du plat du pied droit)
                2-0 Eugénie LE SOMMER 28' (Mbock allonge à droite pour Hegerberg qui entre dans la surface et centre pour Le Sommer, esseulée qui reprend du plat du pied droit plein axe)
                1-0 Ada HEGERBERG 18' (Sur une passe en retrait de Hamraoui vers Erika pas assez puissante, Hegerberg récupère le ballon puis élimine Kiedrzynek avant de glisser le ballon du pied gauche)


                Ligue des Champions - Demi-finale aller
                Dimanche 24 avril 2016
                - 15h00
                OLYMPIQUE LYONNAIS - PARIS SAINT-GERMAIN : 7-0 (5-0)
                Décines-Charpieu (Parc Olympique Lyonnais)
                Spectateurs : 22 050
                Temps frais et printanier - Terrain excellent
                Arbitre : Bibiana Steinhaus (ALL) assistée de Katrin Rafalski (ALL) et Karoline Wacker (ALL). 4e arbitre : Riem Hussein (ALL)
                Buts : Ada HEGERBERG 18', 40', Eugénie LE SOMMER 28', 42', Camille ABILY 45+1', Louisa NECIB 73', Lotta SCHELIN 76'
                Avertissement : Rosana 44' pour le PSG

                Lyon : 16-Sarah Bouhaddi ; 22-Pauline Bremer (17-Corine Petit 79'), 29-Griedge Mbock Bathy Nka, 3-Wendie Renard (cap.), 7-Amel Majri ; 15-Aurélie Kaci (10-Louisa Necib 63'), 23-Camille Abily, 5-Saki Kumagai ; 9-Eugénie Le Sommer, 14-Ada Hegerberg, 12-Elodie Thomis (8-Lotta Schelin 60'). Entr.: Gérard Prêcheur
                Non utilisées : 30-Méline Gérard, 19-Eve Perisset, 20-Delphine Cascarino, 24-Mylaine Tarrieu
                PSG : 1-Katarzyna Kiedrzynek ; 5-Sabrina Delannoy, 4-Laura Georges (7-Rosana 37'), 8-Erika, 3-Laure Boulleau (17-Lisa Dahlkvist 21') ; 2-Kenza Dali, 27-Caroline Seger, 14-Kheira Hamraoui (20-Perle Morroni 33'), 10-Cristiane ; 18-Marie-Laure Delie, 29-Anja Mittag. Entr.: Farid Benstiti
                Non utilisées : 30-Ann-Kathrin Berger, 21-Anissa Lahmari, 24-Ghoutia Karchouni, 26-Onema Grace Geyoro





                Mardi 26 Avril 2016
                Sebastien Duret

                http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...me_a12421.html
                Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                Commentaire


                • La finale est programmée sur quelle chaine TV et à quelle heure ???

                  Commentaire


                  • PSG : la fin d'un cycle ?
                    Publié le 27 avril 2016 | Actus / Chronos
                    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



                    L'humiliation subie au Parc OL ce dimanche pour le compte de la demi-finale aller de Ligue des champions par le Paris Saint-Germain face à l'Olympique Lyonnais (7-0) a mis en lumière certaines interrogations qui planaient depuis un moment : le PSG est-il en fin de cycle ? Farid Benstiti est-il encore l'homme de la situation ? Eléments de réponse.


                    « Au sein du club, il faut qu’on mène une réflexion sur le long terme pour savoir ce que l’on doit faire sur cette équipe féminine. Ce n’est pas un problème d’argent mais d’état d’esprit ». Cette phrase, recueillie par l'Equipe, est signée Farid Benstiti juste après la déroute face à l'Olympique Lyonnais ce dimanche en demi-finale aller de Ligue des champions (défaite 7-0). Lus comme cela, ces quelques mots sont au final symptomatiques d'un PSG devenu professionnel depuis 2011 mais qui se retrouve désormais à la croisée des chemins à bien des étages.

                    Vers une fin de cycle ?

                    Le groupe actuel du Paris Saint-Germain est composé de cadres présentes depuis plusieurs années au clubs. C'est notamment le cas de Jessica Houara d'Hommeaux (au club depuis 2009), Laure Boulleau (2005), Sabrina Delannoy (2005), Shirley Cruz (2012). S'il ne s'agit évidemment pas d'opérer une grande lessive à l'intersaison, il faudra probablement retoucher l'effectif en vue de la saison prochaine : « Si elles veulent grandir, il faut une continuité, des anciennes pour rappeler ce qu'a été le PSG avant, un club amateur qui a été à mille lieux de ce qu'elles sont désormais », avance Julien Froment, journaliste football à Europe 1. Mais ce groupe-là n'est pas encore capable d'aller chercher un premier titre sous l'ère qatari.
                    Pourtant, cette saison pour se renforcer, le PSG a choisi de faire quelques paris. Avec la double arrivée brésilienne de Cristiane et Erika, Farid Benstiti a fait venir deux joueuses qui n'avaient que très peu joué ces dernières saisons. Les deux joueuses ont répondu présentes sur l'ensemble de la saison, tout particulièrement Cristiane (meilleure buteuse du club) que Benstiti avait même comparé à Hatem Ben Arfa après la victoire en championnat à Montpellier (2-1). Mais quid d'Anja Mittag dont l'aventure parisienne s'avère être une énorme déception ? Que se passe-t-il avec Ebere qui n'a joué que 296 minutes en championnat avec le club depuis son arrivée ? La Nigériane doit d'ailleurs avoir le temps de découvrir les parcs et autres monuments parisiens... « C'est Farid qui fait le recrutement. C'est lui qui a mis Kheira Hamraoui sur la touche en début de saison, ainsi que Marie-Laure Delie. C'est lui qui prend les décisions ».



                    Farid Benstiti, toujours l'homme de la situation ?

                    Farid Benstiti a été l'homme qui a posé les fondations de l'Olympique Lyonnais d'aujourd'hui. Il a été choisi par le Paris Saint-Germain pour construire ce nouveau projet du football féminin dans la capitale. Avec une grande ambition : celle de régner sur l'Hexagone puis l'Europe à moyen terme. Si depuis son arrivée, le club de la capitale a indéniablement progressé, une certaine impression de stagnation est palpable cette saison. Voire une mauvaise gestion de groupe et d'individus.
                    Pire, juste après le naufrage lyonnais, l'entraîneur parisien a fustigé l'état d'esprit de ses joueuses pas « guerrières », pas assez dans « la rivalité ». Notifiant simplement qu'il assumait sa responsabilité mais qu'il ne voulait pas tout assumer. Si sur le principe, le discours peut éventuellement se comprendre, sur le fond, le technicien montre là une remise en cause de son groupe, déjà apparue auparavant. « D'un côté il n'a pas tort. Ce n'est pas lui qui est sur le terrain. Sur le match, il y a eu des coups du sort, mais c'est lui qui a décidé d'aligner ces joueuses-là. Au-delà du score, cela marque la fin d'un cycle. Cela ne fait que refléter le vrai écart qu'il y a entre le PSG et OL », juge Julien Froment.
                    Et peut-être aussi son incapacité à tirer le meilleur de ses troupes lors des grandes échéances nationales ou européennes. Car si Benstiti a été quatre fois champion de France avec l'OL (entre 2007 et 2010), il a échoué deux fois sur le Vieux Continent s'inclinant en finale avec Lyon et le PSG. Le manque de réaction de ses joueuses après l'ouverture du score lyonnaise dimanche en est aussi une preuve récente.

                    A la croisée des chemins

                    Après cinq saisons professionnelles, le PSG semble être à la croisée des chemins. Car cette saison, de nombreux signaux négatifs ont tout de même été envoyés. Tout d'abord, sur le plan médical, l'infirmerie n'a pas désempli de la saison. Certaines y ont passé plus de temps que sur le terrain. « Il y a énormément de blessées. On a l'impression d'un état d'urgence permanent, il y a énormément de joueuses qui tirent sur la corde depuis pas mal de temps », confie Julien Froment. Depuis leur installation au centre d'entrainement à Bougival, les Parisiennes utilisent les vestiaires du club hôte et ont en guise de salle de musculation un pré-fabriqué au bord du terrain...

                    Quand on voit un Jean-Michel Aulas annoncer l'arrivée de deux joueuses américaines, signer des prolongations de contrat à ses cadres (Hegerberg, Le Sommer, Thomis) et être proche de sa section féminine, en face on a un Paris Saint-Germain plus que discret, voire inexistant médiatiquement. Avec pour seul responsable du recrutement Farid Benstiti. « Il y a de nombreuses joueuses en fin de contrat : on les prolonge sur un bout de table ou on ne les prolonge pas. Du côté de Lyon, il y a Jean-Michel Aulas qui envoie un communiqué avec photo et maillot, qui est totalement impliqué. L'implication des Qataris dans le PSG c'est un peu cosmétique. Cela donne une belle image », analyse Julien Froment. S'il n'y a pas qu'un responsable dans cette nouvelle saison parisienne sans titre, il est certain qu'une réflexion profonde sur l'avenir du projet football féminin à Paris sera indispensable pour relancer la machine. Faute de quoi le PSG professionnel deviendra « une étoile filante ».


                    Crédit photo : DamienLG / Foot d'Elles

                    http://www.footdelles.com/article/Ac...le_131158.html
                    Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                    Commentaire


                    • Demi-finales - Matchs aller

                      Olympique Lyonnais (FRA) 7 - 0 Paris Saint-Germain FC (FRA)

                      VfL Wolfsbourg (ALL) 4 - 0 1. FFC Francfort (ALL)
                      Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                      Commentaire


                      • On affrontera bien Wolsburg en finale malgré leur défaite 1 a 0.

                        Commentaire


                        • Envoyé par tasslehoff Voir le message
                          On affrontera bien Wolsburg en finale malgré leur défaite 1 a 0.
                          Je sais bien que c'est impossible que cela ne le soit pas mais tout de même, c'est après le match retour que l'on sera qualifié. Superstition quand tu nous tiens :)
                          Le football se joue à 11 contre 11 et à la fin c'est Lyon qui gagne.

                          Commentaire


                          • LDC : Les destins croisés des demi-finalistes
                            Publié le 30 avril 2016 | Actus / Chronos
                            Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



                            Francfort, Olympique Lyonnais, Paris Saint-Germain, Wolfsburg. Les quatre demi-finalistes de la Ligue des Champions 2015-2016 se sont rencontrés à plusieurs reprises ces dernières années. Retour sur les confrontations de ces quatre clubs aux destins entremêlés depuis 2012


                            Depuis la saison 2011-2012, les quatre demi-finalistes de la présente édition se sont rencontrés à plusieurs reprises, entre absences et éliminations précoces. Le Paris Saint-Germain a affronté Lyon, Francfort et Wolsfburg lors d'une même édition, c'était l'année dernière pour la seule finale de sa courte histoire européenne. Derrière Francfort et ses quatre titres européens, Wolsfburg et Lyon, qui s'étaient déjà rencontrés en finale en 2013, comptent chacun deux titres et auront l'occasion de se rapprocher à une marche de l'équipe qui est encore pour un petit mois championne d'Europe.


                            2011-2012 (Paris, Francfort, Lyon)
                            La première confrontation opposant deux des quatre demi-finalistes de l'édition 2015-2016 de la Ligue des Champions féminine a mis aux prises les deux protagonistes de la dernière finale, Francfort et le PSG. Pour le même résultat, puisque ce sont les Allemandes qui se qualifient après avoir fait la différence au match aller (3-0, 2-1 pour Paris au retour). Entre les deux clubs, un gouffre de palmarès puisque Francfort a déjà remporté trois fois la compétition européenne, alors que le PSG dispute sa première campagne.
                            La deuxième confrontation se déroule lors de la même édition, en finale cette fois-ci. L'Olympique Lyonnais a disputé en 2010 et 2011 ses deux dernières finales, face au Turbine Potsdam, gagnant la seconde. Et le club rhodanien continue sur sa lancée, battant Francfort 2-0 (Le Sommer, Abily, meilleures buteuses de la compétition avec 9 buts). Lyon s'impose alors véritablement comme le meilleur club européen.

                            2012-2013 (Lyon, Wolfsburg)
                            Wolfsburg, vice-champion d'Allemagne, fait une entrée fracassante sur la scène européenne et réalisera la triplé. Une édition à laquelle ne participeront ni Francfort ni le PSG. Double tenant du titre, finaliste lors des trois dernières éditions, l'Olympique Lyonnais rejoint la finale sans encombre (40 buts inscrits, un seul encaissé - Diani en demi-finale). L'y rejoint Wolfsburg, nouveau cador d'un riche football allemand. Et pour la seconde fois en quatre ans, Lyon, pourtant grand favori de la compétition, s'incline en finale, sur un penalty de Martina Müller à un quart d'heure de la fin de la rencontre. Pas de troisième titre consécutif -qui aurait été inédit- pour les Françaises.

                            2013-2014 (Paris, Lyon, Wolfsburg)
                            Si Francfort ne participe pas à cette édition, en recul depuis sa finale de 2012, Wolfsburg, Lyon et Paris sont bien là. Les Parisiennes sont victimes des stars de Tyresö lors d'une double confrontation mal gérée, dès leur entrée en lice en 1/16e de finale. Lyon fait à peine mieux en étant éliminé au tour suivant par Potsdam, vainqueur à Lyon lors du match retour. Sur les quatre clubs, seul Wolfsburg est présent en quart de finale. Et les Louves iront jusqu'au bout, prenant le dessus sur l'équipe qui avait éliminé le PSG, Tyresö, au cours d'une finale haletante et mémorable (4-3). Deux participations, deux titres pour Wolfsburg qui se pose en principal concurrent de Lyon sur la scène européenne.

                            2014-2015 (Lyon, Wolfsburg, Paris, Francfort)
                            Deux favoris se détachent pour cette édition, Wolfsburg et Lyon. Rosengård, Francfort et dans une moindre mesure Paris font figure d'outsiders. Pourtant, aucun des deux favoris n'atteindra la finale, victimes d'une équipe d'un PSG solide et de caractère. Les premières à tomber sont les Fenottes en huitièmes de finale, pour la seconde édition consécutive. Lira Alushi marque les deux buts de la qualification parisienne, obtenue à dix minutes de la fin du match retour joué à Lyon.
                            C'est ensuite au tour de l'autre favori, Wolsfburg, de tomber face à Paris. Le PSG aura réalisé le meilleur match de son histoire sur la pelouse de l'AOK Stadion, infligeant à Wolsfburg sa seule défaite européenne à ce jour (0-2). Le retour est plus tendu, et Wolsfburg passe tout près de retourner la situation dans un stade Charléty qui retient son souffle lors du dernier quart d'heure.
                            En finale, on retrouve donc Francfort et le PSG. Les Allemandes ont bénéficié de tirages cléments (BIIK Kazygurt, Torres, Bristol, Brøndby) pour retrouver la finale, trois ans après. Le parcours du combattant du PSG (Twente, Lyon, Wolsfburg) ne connaitra pas d'issue favorable, le club de la capitale s'inclinant dans les arrêts de jeu (1-2), offrant un quatrième titre historique à Francfort.

                            2015-2016 (Francfort, Paris, Lyon, Wolfsburg)
                            Après un premier tour aisé, les quatre clubs se qualifient tous pour les quarts de finale de façon plus ou moins facile. Le vainqueur sortant s'en sort aux tirs au but face à Lillestrøm. Rebelote en quart, face à Rosengård cette fois. Wolfsburg et Lyon ont pris le dessus sur un tirage favorable (Brescia et Slavia Prague respectivement), le PSG s'est compliqué la tâche face à un solide FC Barcelone.
                            Voilà les quatre équipes en demi-finales, opposées dans des confrontations entre équipes d'une même nation promettant un nouvel affrontement germano-français en finale, le sixième en sept ans (seul les Suèdoises de Tyresö auront réussi à briser la série en 2014). Si le suspense aura toujours été présent dans les rencontres européennes entre ces clubs -à l'exception de la toute première-, ce n'est pas le cas cette année, les deux finalistes de 2013 faisant la différence dès l'aller face aux deux finalistes de 2015. Les matches retour, qui auront lieu demain et lundi, compteront pour du beurre.
                            Les deux finalistes sortants hors concours, place désormais aux finalistes de 2013. L'Olympique Lyonnais et Wolfsburg vont se rencontrer pour la deuxième fois de leur histoire dans la compétition, une nouvelle fois en finale. Il y a trois ans, les débutantes de Wolfsburg avaient pris le dessus sur la meilleure équipe européenne du moment, Lyon. Ce 26 mai en Italie, l'Olympique Lyonnais cherchera à prendre sa revanche sur les Louves et à imiter le Paris Saint-Germain, seule équipe à avoir fait tomber les joueuses de Ralf Kellerman en LDC.

                            http://www.footdelles.com/article/Ac...es_131155.html
                            Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                            Commentaire


                            • LDC : Francfort s'impose, Wolfsburg se qualifie
                              Publié le 01 mai 2016 | Actus / Chronos
                              Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



                              Demi-finale retour entre Wolfsburg et Francfort cet après-midi. Les Louves ont fait la différence dès le match aller, et Francfort ne s'est jamais vraiment montré dangereux lors de la rencontre, remportée pourtant grâce à un but de la tête de Marith Priessen inscrit en fin de match (90'). Sans surprise, Wolfsburg sera au rendez-vous de la finale le 26 mai


                              Après la large victoire de Wolfsburg lors du match aller (4-0), l'issue de cette demi-finale germano-allemande ne faisait que peu de doute. Difficile de donner un avis sur le début de match, car la rencontre, prévue à partir de 15h sur Eurosport, n'a été diffusée qu'à partir de la demi-heure de jeu pour laisser le Tour de Turquie cycliste se terminer. Lors du dernier quart d'heure de la première période, pas grand chose à signaler, Wolfsburg étant en maitrise face à un champion d'Europe à la peine pour créer du jeu ou se montrer dangereux. Et si Kerstin Garefrekes passait à deux doigts d'ouvrir le score, bien servie par Emily van Egmond, elle ne cadrait pas sa frappe (41'). Et Wolfsburg répliquait par le duo suisse Dickenmann-Bachmann, la seconde étant surprise de recevoir le ballon et glissant sur son contrôle (43'). Pas de but à la pause.

                              Marith Priessen pour l'honneur

                              La deuxième période ne changeait pas la physionomie du match. Francfort ne donnait pas vraiment l'impression de vouloir gagner le match -à défaut d'arracher la qualification. A l'exception de quelques occasions (Garefrekes 69', Schmidt 69', Schmidt 76'), les hôtes de la rencontre ne se montraient pas dangereuses face à une équipe de Wolfsburg en contrôle. Et pourtant, Francfort allait réussir à marquer et à remporter la rencontre, sur un corner tiré par Dzenifer Marozsán et repris de la tête par Marith Priessen en fin de rencontre (90'). Une victoire pour l'honneur, mais c'est bien Wolfsburg qui disputera la finale le 26 mai.

                              Et la suite ?

                              Pour Wolfsburg, alors que le Bayern Munich vient de remporter le championnat pour la deuxième année consécutive, les objectifs de fin de saison sont la Pokal (finale face à Sand le 21 mai) et la Ligue des Champions, deux ans après son dernier titre (finale le 26 mai face à l'Olympique Lyonnais -sauf retournement de situation). En championnat, les Louves tenteront de conserver leur deuxième place pour assurer leur participation à la prochaine édition de la LDC en attendant de savoir si elles remporteront un nouveau titre européen.
                              Pour Francfort, un seul objectif d'ici la fin de saison : tenter de finir la saison à la deuxième place de championnat pour participer à la prochaine Ligue des Champions. Avec quatre points de retard sur Wolfsburg, la tâche s'annonce très compliquée. Au-delà de ça, le club s'annonce dans une situation proche de celle du PSG avec de nombreuses interrogations sur son avenir et le départ attendu de plusieurs cadres à l'intersaison.


                              Les compositions d'équipe :

                              Francfort :
                              Schumann, Störzel (Groenen 59'), Hendrich, Van Egmond, Marozsán, Schmidt, Priessen, Islacker, Garefrekes, Crnogorčević (Ogimi 46'), Bartusiak
                              Wolfsburg : Schult, Fischer, Peter, Blässe (Jakabfi 68'), Popp, Bachmann, Dickenmann, Wedemeyer, I. Kerschowski, Goessling, Bussaglia (Bernauer 58')


                              Crédit photo : DFB

                              http://www.footdelles.com/article/Ac...ie_131456.html
                              Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                              Commentaire


                              • Ligue des Champions (Demi-finale) - FRANKFURT sauve l'honneur face à WOLFSBURG (1-0)

                                Battu 4-0 à l'aller, Frankfurt a finalement sauvé l'honneur en toute de fin de match après que Wolfsburg ait géré tranquillement son avantage lors de cette demi-finale retour.


                                Bussaglia disputera la finale de la Ligue des Champions, le 26 mai prochain (photo DFB.de)


                                Pour cette rencontre retour, après le résultat nettement favorable à Wolfsburg (4-0), l'entraîneur de Frankfurt réalisait quelques changements dans son onze de départ dont celui du poste de gardienne, très décevante dimanche dernier. Bartusiak retrouvait également sa place en défense centrale. Pour Wolfsburg, seule Blässe débutait à la place de Jakabfi.

                                La première période était favorable à Wolfsburg qui utilisait bien les couloirs pour déborder son adversaire. Mais les joueuses de Ralf Kellermann ne parvenaient pas à surprendre la gardienne Schumann. Cette dernière était cependant en réussite lorsque sa défense cafouillait sa relance suite à un coup franc (30e). Les joueuses de Frankfurt se procuraient une seule opportunité franche par Islacker, contrée au dernier moment par Peter (20e).

                                A la reprise, les débats étaient équilibrées mais cette rencontre restait gérée par Wolfsburg qui en profitait pour faire tourner son effectif afin de préparer les prochaines échéances en championnat, dès mercredi avec la réception d'Hoffenheim qui pourrait en cas de victoire quasiment assurer une place en Ligue des Champions la saison prochaine. Les partenaires d'Elise Bussaglia auraient alors deux rencontres à jouer contre Potsdam (8e) et la lanterne rouge Cologne. Elles enchaîneront ensuite par la finale de la Coupe d'Allemagne, le 21 mai avant celle de la Ligue des Champions, le 26 mai probablement face à Lyon.

                                Jamais, les joueuses de Frankfurt n'avaient finalement mis en difficulté leurs adversaires jusqu'à ce corner de Marozsan repris de la tête au point de penalty par Priessen qui envoyait le ballon sous la transversale de Schult (1-0, 90').

                                >> LE MATCH ALLER


                                Ligue des Champions - Demi-finale retour
                                Dimanche 1er mai 2016
                                - 15h15
                                1.FFC FRANKFURT - VfL WOLFSBURG : 1-0 (0-0)
                                Frankfurt am Main (Stadion am Brentanobad)
                                Temps ensoleillé et venteux - Terrain excellent
                                Spectateurs : 3 720
                                Arbitres : Kateryna Monzul (UKR) assistée de Natalia Rachynska (UKR) et de Maryna Striletska (UKR). 4e arbitre : Liudmyla Telbukh (UKR)
                                But : Marith PRIESSEN 90'
                                Avertissements : Priessen 79' pour Frankfurt ; Peter 75' pour Wolfsburg

                                Frankfurt : 1-Desirée Schumann ; 4-Kathrin-Julia Hendrich, 13-Marith Priessen, 25-Saskia Bartusiak, 12-Sophie Schmidt ; 18-Kerstin Garefrekes, 3-Laura Störzel (14-Jackie Groenen 59'), 5-Emily van Egmond ; 21-Ana-Maria Crnogorcevic (9-Yuki Ogimi 46'), 10-Dzsenifer Marozsan, 17-Mandy Islacker (29-Julia Matuschewski 88'). Entr.: Matthew Ross
                                Non utilisées : 30-Anne-Kathrine Kremer, 6-Saskia Matheis, 20-Melissa Friedrich, 28-Nadine Anstatt
                                Wolfsburg : 1-Almuth Schult ; 21-Lara Dickenmann, 4-Nilla Fischer (cap.) (10-Tessa Wullaert 83'), 24-Joelle Wedemeyer, 8-Babett Peter ; 9-Anna Blässe (3-Zsanett Jakabfi 68'), 30-Elise Bussaglia (18-Vanessa Bernauer 58'), 28-Lena Goessling, 27-Isabel Kerschowski ; 19-Ramona Bachmann, 11-Alexandra Popp. Entr.: Ralf Kellermann
                                Non utilisées : 29-Merle Frohms, 2-Luisa Wensing, 7-Synne Jensen, 20-Stephanie Bunte

                                Lundi 2 Mai 2016
                                Sebastien Duret

                                http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...-0_a12438.html
                                Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                Commentaire


                                • Ligue des Champions - Du Parc OL au Parc des Princes : le point sur la demi-finale OL - PSG

                                  Ce lundi, la demi-finale retour de Ligue des Champions franco-français ne s'annonce pas indécise quant au qualifié pour la finale tant l'avantage lyonnais à l'issue du match aller (7-0) est insurmontable. Malgré tout, les Lyonnaises devront gérer ce match face à une équipe parisienne qui voudra laver l'affront au Parc des Princes (lundi, 20h45).



                                  Les systèmes de jeu

                                  Auteur d'un pressing en début de match à l'aller, le PSG au visage offensif s'était ensuite essoufflé. Pire, les Parisiennes avaient rapidement libéré des espaces aux joueuses lyonnaises qui s'y étaient engouffrées avec joie. Alors que les Lyonnaises s'attendaient à une équipe venue chercher avant tout un résultat permettant d'entretenir les chances avant le match retour, il n'en fut finalement rien surprenant Camille Abily : "Paris est venu nous chercher un peu plus haut, j'étais un peu surprise sur le terrain. Mais on a des attaquantes qui vont vite. C'était difficile pour elles derrière".

                                  Pris au piège lyonnais, l'équipe offensive parisienne a ouvert les espaces à son adversaire et a surtout commis de grossières erreurs. Farid Benstiti, l'entraîneur parisien, ayant par ailleurs déclaré : "C’est compliqué, dans le football, quand on est mené deux buts à zéro, rien n’est terminé. Mais nous faisons des erreurs grossières. On sait que notre force est la vitesse, on fait des erreurs dans l’alignement. Il fallait rentrer à deux buts à zéro à la mi-temps. L’ambition des joueuses d’aller les chercher a compromis la match. Un bloc un peu trop haut, c’est ce que notre adversaire recherchait". Ajouter à cela, une gardienne Kiedrzynek, peu inspirée contrairement à son habitude, devant une défense aux abois, et le score est devenu insurmontable avant le match retour de ce lundi.

                                  Prêcheur : "Les arguments, c'était la cohérence"


                                  Les choix tactiques de Prêcheur ont été récompensés

                                  Les blessures, les retours

                                  Entre le PSG et Lyon, il y a deux approches. Celle du camp lyonnais où Prêcheur a préservé les retours de blessure et dû faire des choix difficiles mais en prévision d'un système de jeu. Sans Henry, préservée, ni Lavogez blessée, l'entraîneur lyonnais avait aussi décidé de placer Necib et Schelin sur le banc au coup d'envoi. "Choisir les joueuses a été très dur. Ne pas aligner des joueuses comme Lotta Schelin ou Louisa Nécib, c'est très dur. Il faut des arguments. Les arguments, c'était la cohérence. On a basé notre jeu sur la percussion et la verticalité. J'ai opté pour Pauline à droite et Amel à gauche. Et là, il était incontestable de ne jouer qu'avec une seul numéro six avec deux latérales qui participent autant sur le plan offensif. Il fallait jouer avec deux numéros six. Louisa revenait aussi un peu de blessure, Camille est dans une phase très positive. Élodie est dans une bonne phase, une bonne dynamique. Voilà pourquoi ces choix". Des choix payants et argumentés qui ont en plus été récompensé par les entrées remarquées de Necib et Schelin, buteuses en seconde période. Necib voulait prendre part au spectacle : "Je ne me suis pas posée de question sur le moment. C’est une belle frappe, j’étais contente de marquer. Quand on rentre dans un tel match, on veut participer au jeu et prendre du plaisir".

                                  Côté parisien, Farid Benstiti avait privilégié les joueuses expérimentées mais pour certaines de retour de blessure à la jeunesse. Un choix qu'il n'expliquait pas à l'issue du match, évoquant une différence de comportement : "C’est un état d’esprit d’une section de football féminin au Paris-Saint-Germain qui doit être certainement plus agressive, dans toutes nos entités. C’est indispensable. À l’Olympique Lyonnais, quand elles jouent contre le Paris-Saint-Germain, elles veulent nous écraser. Il faudrait inverser la chose, comme les garçons le font. Mais ça ne va pas être de sitôt". Pas d'optimisme donc en prévision ? Mais surtout l'équipe sera-t-elle sensiblement modifiée ? Si Houara d'Hommeaux et Cruz, suspendues ont indéniablement manqué, les sorties prématurées sur blessure de Boulleau, Hamraoui et Georges ont déstabilisé l'équipe comme le reconnaissait Prêcheur : "La tâche a été facilitée par les blessures des Parisiennes en première période. Cela les a perturbées". Mais ces blessures trouvent peut-être leur explication ailleurs. L'enjeu sportif a peut-être pris le dessus dans le choix de l'équipe avec des joueuses diminuées.

                                  Certaines joueuses expérimentées parisiennes pas au niveau espéré, un amalgame lyonnais réussi. Les Lyonnaises ont trouvé des failles dans la défense à de multiples occasions. Une défense diminuée mais où certaines entrées n'ont pas été des plus efficaces. Dahlkvist positionnée en latérale a été en très grande difficulté. Si la jeune parisienne Morroni s'est montrée percutante dès sont entrée dans le travail défensif, elle a réussi à exister devant Le Sommer et Hegerberg, n'ayant pas peur d'aller au duel pour stopper quelques actions qui auraient pu alourdir encore plus l'addition. Insuffisantes face à des joueuses comme Thomis volontaire : "Nous avons toutes été combatives, sur toutes les actions. Cela nous a permis de marquer beaucoup de buts, des beaux buts"

                                  Abily : "C'est vrai que la qualification est quasiment assurée"

                                  L'ampleur du score aller

                                  En championnat, le match aller (5-0) avait déjà été un avertissement. Le 7-0 est devenu une confirmation. Sans réaction d'orgueil, avec une absence de collectif et où le mental mental a failli, le PSG a craqué. Personne n'imaginait un tel résultat : "Une catastrophe" pour Farid Benstiti. "Surprenant" pour Gérard Prêcheur, son homologue qui reconnaissait qu'il était difficile d'envisager un tel scénario. Pour Jean-Michel Aulas, le président lyonnais, la qualification est acquise à 99%. Mais le discours reste toujours prudent de la part des joueuses comme Abily : "Il reste 90 minutes, il ne faut pas faire de bêtise. Mais c'est vrai que la qualification est quasiment assurée". Hegerberg, la buteuse norvégienne, tient les mêmes propos : "C’est vrai qu’avec ce 7-0, on y est presque mais il reste encore un match".

                                  Benstiti : "Notre équipe vaut mieux que ça"



                                  L'enjeu du match retour

                                  Alors que le PSG n'aura pas de titre cette saison, la seule note positive de cette saison pour le PSG sera la qualification pour une nouvelle Ligue des Champions. Une place acquise probablement grâce au succès à Montpellier en janvier dernier mais bien insuffisant par rapport aux ambitions de titres affichées. Avec l'honneur de jouer au Parc des Princes, Houara d'Hommeaux absente à l'aller voudra briller : "On a un état d'esprit revanchard après l'humiliation au Parc OL. C'est important pour nous de montrer un autre visage et de laver l'affront. On veut prouver que c'était une erreur, un jour sans, comme le Brésil a pu le vivre en demi-finale de Coupe du Monde contre l'Allemagne (défaite 7-1, le 8 juillet 2014)". Les Parisiennes rechercheront la victoire pour l'honneur. Il restera à savoir l'ambiance dans le stade. Si l'on s'attendra à voir des Parisiennes avec la rage (sic) pour aller chercher au moins une victoire et relever la tête, les Lyonnaises ne viendront certainement pas avec la volonté de laisser le match à leurs adversaires. Farid Benstiti espère "terminer sur un bon résultat, sans penser à la qualification. Notre équipe vaut mieux que ça. C’est certain. On va essayer juste de faire un bon match, éviter des erreurs d’enfant". Mais à Lyon, Thomis rappelait modestement : "Même si on a 7 buts d’avance, on n’est pas encore qualifié". "On a pris une belle option" concluait Necib.

                                  >> LE COMPTE-RENDU DU MATCH ALLER

                                  Lundi 2 Mai 2016
                                  Sebastien Duret

                                  http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...SG_a12425.html
                                  Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                  Commentaire


                                  • Paris, pour l'orgueil
                                    Publié le 02 mai 2016 | Actus / Chronos
                                    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



                                    Après l'humiliation subie au Parc OL (7-0), les joueuses du Paris Saint-Germain ont dit adieu à leurs espoirs de Ligue des champions 2016. Désormais, pour cette demi-finale retour au Parc des Princes, le PSG se doit de réagir et de montrer un minimum d'orgueil.


                                    La gueule de bois doit probablement être encore un peu là. Dans leurs esprits, ce goût amer d'une humiliation et d'un nouvel échec peine à s'effacer. Car les joueuses du Paris Saint-Germain ont subi un revers historique dimanche dernier au Parc OL face aux Lyonnaises. Quatre-vingt-dix minutes de cauchemar au cours desquelles les Parisiennes ont perdu Laure Boulleau, Kheira Hamraoui et Laura Georges et ont encaissé une belle batterie de buts.

                                    S'imposer sur tous les plans

                                    C'est l'heure pour les Parisiennes de montrer qu'elles peuvent réagir et être des guerrières devant leur public et surtout au Parc des Princes. Car ce sera seulement la deuxième fois sous l'ère QSI que les féminines du PSG pourront profiter de l'antre Porte d'Auteuil après le quart de finale l'année passée face à Glasgow. Il faudra être à la hauteur de ce stade.
                                    La rédemption commencera par de l'impact, car à Lyon, les joueuses de Farid Benstiti ont d'abord perdu le combat. Elles devront réapprendre à gagner des duels. Ensuite, il faudra aussi faire preuve d'une rigueur, d'une concentration irréprochable et réaliser cette fois une performance digne d'une demi-finale de Ligue des champions. Et puis quelle que soit la manière, il faudra marquer et dans l'idéal l'emporter. Même si cela n'effacera pas la déroute rhodanienne, une victoire permettra au moins de vivre une saison un tout petit moins morose et difficile. Car cette fois, les Parisiennes devront regarder à la télévision la finale de la Coupe de France (le 15 mai) et aussi celle de la Ligue des champions. Mais en cas de nouvelle désillusion et d'absence de réaction ce lundi soir, il pourrait y avoir quelques décisions de prises d'ici à la fin de saison qui bousculeront les lignes au sein du club.

                                    Un Parc vide ?

                                    Dans d'autres conditions, avec un match aller serré et un but marqué à l'extérieur par les coéquipières de Caroline Seger, le retour au Parc des Princes aurait pu connaître un scenario tout à fait palpitant. Mais il n'y aura rien de tout cela. D'ailleurs, aujourd'hui, les dirigeants qataris doivent probablement regretter de l'avoir attribué pour cette rencontre. Les joueuses de la capitale se présenteront sur le billard du Parc pour laver leur honneur de championnes. Ce sera déjà pas mal face à cet OL en quête d'un triplé. Mais est-ce que cela suffira à faire venir les supporters un lundi soir à 20h45 près de la Porte de Saint-Cloud, jour de la reprise d'école dans la zone parisienne après quinze jours de vacances ? Car au-delà du problème de disponibilité, l'équipe de Farid Benstiti a cruellement déçu il y a une semaine, même s'il n'y avait vraiment rien de surprenant dans cette débâcle au final. On sera certainement loin des quelques 11 318 spectateurs qui s'étaient déplacés pour le quart de finale face à Glasgow l'année passée dans ce même stade. Et pour attirer les supporters, le club a notamment mis en place un tarif réduit à destination des licencié(e)s FFF et des abonnés du PSG (5€). Pas sûr que cela permette de remplir les travées...

                                    http://www.footdelles.com/article/Ac...il_131453.html
                                    Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                    Commentaire


                                    • Ligue des Champions (Demi-finale) - LYON a maîtrisé son sujet

                                      Après sa nette victoire à l'aller (7-0), les Lyonnaises ont confirmé par une victoire 1-0 au Parc des Princes et retrouveront Wolfsburg en finale le 26 mai prochain.


                                      Schelin a inscrit le but de la victoire lyonnaise (photo UEFA.com)


                                      Quatre ans après son dernier titre remporté face à Frankfurt, Lyon aura l'occasion de jouer une nouvelle finale de Ligue des Champions. Une qualification largement méritée pour la finale après avoir négocié ses deux rencontres face au PSG dans cette demi-finale franco-française.

                                      L'équipe parisienne était totalement remodelée en défense. Kiedrzynek sur le banc, Berger dans le but ; Georges et Boulleau blessées, Houara d'Hommeaux de retour de suspension, seules Delannoy et Erika étaient déjà présentes à l'aller alors que Morroni était titularisée à gauche. Cruz faisait aussi son retour alors que Mittag n'était pas sur la feuille et Delie sur le banc.
                                      Pour les Lyonnaises, Prêcheur continuait son travail en vue des prochaines échéances et alignait Schelin à la pointe de l'attaque, laissant Le Sommer sur le banc. On retrouvait aussi Abily remplaçante alors que Majri était en tribune, remplacées au poste par Henry et Tarrieu.

                                      Schelin avant la pause


                                      La joie de la Suédoise contraste avec la déception de Houara d'Hommeaux (photo UEFA.com)


                                      Une rencontre que les Parisiennes débutaient avec plus de prudence, ne reproduisant pas les mêmes erreurs défensives. Mais pourtant Schelin allait trouver des espaces dans la profondeur à plusieurs reprises (7e, 9e, 16e). Quelques avertissements qui n'allaient pas suffire pour éviter que la Suédoise ne devienne buteuse. Servie par Renard après un bon appel au milieu de la défense centrale, elle concluait face à Berger juste avant le repos (0-1, 44'). Les Lyonnaises avaient eu une première opportunité dix minutes plus tôt sur un coup franc de Necib repris par Renard de la tête idéalement placée mais qui ne trouvait pas le cadre (34e).

                                      Pour les joueuses parisiennes, Morroni avait effectué une percée remarquée sur le côté droit avant de rentrer vers l'axe et d'éliminer Renard pour conclure d'une frappe qui fuyait le cadre de Bouhaddi (22e). La gardienne lyonnaise s'était ensuite saisie aisément de la frappe lointaine de Rosana (36e), avant de voir Bremer contrée in extremis une reprise de Cristiane suite à un débordement de Houara d'Hommeaux (38e).

                                      En seconde période, alors que Prêcheur faisait tourner son effectif dès la reprise avec deux changements, Benstiti tardait à faire ses premiers changements. Rosana se mettait à quelques reprises en situation comme sur une passe de Cruz sur la gauche mais Bouhaddi jaillissait dans ses pides (60e). Malgré des modifications offensives dans les dernières minutes, le PSG restait muet pour la quatrième fois face à Lyon cette saison.

                                      Le Parc des Princes n'aura pas permis aux Parisiennes de briller. Si elles n'ont pas connu le sort du match aller, elles n'ont jamais pu bousculer Lyon.


                                      Les chiffres
                                      69. Lyon disputait son 69e match européen avec un bilan de 53 victoires, 11 nuls et 5 défaites. Le 70e sera donc la finale
                                      45. Farid Benstiti dirigeait son 45e match de Ligue des Champions comme entraîneur
                                      41. Lotta Schelin a inscrit son 41e but en Ligue des Champions avec l'OL
                                      35. Lyon totalise 35 buts en Ligue des Champions cette saison soit une moyenne de près de 4,4 par match
                                      5. Pour sa huitième demi-finale, Lyon a obtenu sa cinquième qualification pour une finale
                                      4. Cette rencontre des Parisiennes au Parc des Princes était la quatrième de la section féminine (2 en championnat, 2 en Ligue des Champions)

                                      Le but
                                      0-1 Lotta SCHELIN 44' (Bremer sert Renard à 25 m qui de l'extérieur du droit sert Schelin qui avait fait un appel plein axe. La défense centrale parisienne est absente et Schelin n'a plus qu'à conclure face à Berger)

                                      Les réactions (au micro de beINSPORT)
                                      Farid Benstiti (entraîneur du PSG) : "On ne vit pas avec ses regrets (par rapport à la défaite du match aller). On y a des choses imprévisibles. J'ai retrouvé mon équipe aujourd'hui (lundi) comme j'aurai aimé la trouver au match aller. Il ne faut pas rêver, on rivalise un petit peu avec Lyon mais Lyon est supérieur. Il nous a manqué l'état d'esprit. On n'a pas peur de Lyon mais on a de l'humilité.
                                      C'est une demi-finale, on respecte les consignes, on ne laisse pas d'espaces dans son dos. A un moment donné, on le sait c'est difficile. Avec cet état d'esprit aujourd'hui on peut être à 1-0 ou à 0-0. C'est tout ça qu'il faut appréhender. Il faut que les filles qui signent au PSG sache que l'on ne s'amuse pas avec un club, avec une institution comme le PSG. Il faudra faire signer celles qui le veulent vraiment. C'était un gâchis le match aller et j'en suis désolé pour le club
                                      "

                                      Gérard Prêcheur (entraîneur de Lyon) : "C'est un beau succès parce qu'il fallait gagner. On a une équipe pour gagner, elles ont appliqué à la lettre les consignes avec l'objectif d'avoir la maîtrise du jeu dans le camp adverse. On avait besoin de travailler sur la profondeur. On a alterné par rapport au match aller où on voulait travailler sur la largeur. On peut jouer offensif et ne pas prendre de buts, c'est bien. Aujourd'hui, c'est une grosse satisfaction d'aller en finale mais pour le moment on n'a rien gagner. Je souhaite que lundi prochain on est un dixième titre de champion. Il faudra gagner contre Rodez (jeudi) et Soyaux (dimanche). Ensuite il y aura la finale de la Coupe de France. On a un peu de temps pour préparer la finale le 26 mai."


                                      Ligue des Champions - Demi-finale retour
                                      Lundi 2 mai 2016
                                      - 20h45
                                      PARIS SAINT-GERMAIN - OLYMPIQUE LYONNAIS : 0-1 (0-1)
                                      Paris (Parc des Princes)
                                      Temps doux - Terrain excellent
                                      Spectateurs : 5 855
                                      Arbitres : Esther Staubli (SUI) assistée de Belinda Brem (SUI) et Susann Küng (SUI). 4e arbitre : Désirée Grundbacher (SUI)
                                      But : Lotta SCHELIN 44'
                                      Avertissement : Houara d'Hommeaux 33' pour le PSG

                                      PSG : 30-Ann-Kathrin Berger ; 11-Jessica Houara d'Hommeaux, 5-Sabrina Delannoy, 8-Erika Cristiano dos Santos, 20-Perle Morroni ; 27-Caroline Seger (cap.) ; 2-Kenza Dali, 17-Lisa Dahlkvist, 28-Shirley Cruz Trana, 7-Rosana dos Santos Augusto (26-Onema Grace Geyoro 79') ; 10-Cristiane Rozeira De Souza Silva (18-Marie-Laure Delie 88'). Entr.: Farid Benstiti
                                      Banc : 1-Katarzyna Kiedrzynek, 14-Kheira Hamraoui, 15-Ouleymata Sarr, 21-Anissa Lahmari, 23-Hawa Cissoko
                                      Lyon : 16-Sarah Bouhaddi ; 22-Pauline Bremer, 29-Griedge M'Bock Bathy Nka (5-Saki Kumagai 61'), 3-Wendie Renard (cap.), 24-Mylaine Tarrieu ; 6-Amandine Henry (23-Camille Abily 46'), 15-Aurélie Kaci ; 10-Louisa Necib ; 12-Elodie Thomis, 8-Lotta Schelin, 14-Ada Hegerberg (9-Eugénie Le Sommer 46'). Entr.: Gérard Prêcheur
                                      Banc : 30-Méline Gérard, 17-Corine Petit, 19-Eve Périsset, 20-Delphine Cascarino


                                      LES STATS DE PSG - LYON (source UEFA)



                                      Mardi 3 Mai 2016
                                      Sebastien Duret

                                      http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...et_a12443.html
                                      Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                      Commentaire


                                      • Paris, plus qu'une élimination
                                        Publié le 02 mai 2016 | Actus / Chronos
                                        Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



                                        Pour le compte de la demi-finale retour de Ligue des champions, le Paris Saint-Germain n'a fait illusion qu'un gros quart d'heure avant d'inévitablement céder face à un Olympique lyonnais en total contrôle. Les Fenottes s'imposent 1-0 et filent en finale. De son côté, le PSG file vers des semaines qui s'annoncent complexes.


                                        Avant le coup d'envoi, tout aurait pu prêter à rêver. Une demi-finale retour de Ligue des champions, au Parc des Princes, sur une pelouse magnifique avec deux clubs français majeurs. Mais au bout d'une seconde et demi, on revient vite à cette triste réalité du moment. Que ce match n'intéressait pas grand monde tant il était dénué d'intérêt ou presque. A part voir une réaction d'orgueil des joueuses de Farid Benstiti. Mais la performance parisienne n'aura pas permis de redonner un peu d'attrait à cette rencontre.

                                        Le mal parisien semble profond

                                        Si les coéquipières de Carolionie Seger ont tenté de faire illusion lors du premier quart d'heure de jeu, l'inévitable fossé entre un Olympique lyonnais ultra-dominateur et un PSG perdu dans un tunnel sans lumière, s'est inexorablement creusé au fil des minutes. Mais le fossé a semblé également se creuser en interne côté parisien. Malgré de la volonté, on a vu parfois des joueuses tenter de régler d'innombrables incompréhensions en vain. On a aussi vu un Farid Benstiti s'agiter de son banc de touche mais les Parisiennes ont, elles, très peu vu de près la surface de réparation lyonnaise et n'ont pas ruéssi à metre en danger Sarah Bouhaddi qui a passé une soirée plutôt tranquille Porte d'Auteuil, malgré des tentatives de Moroni (23'), Cristiane (38') ou Rosana (65'). En revanche, les Fenottes ont été beaucoup plus efficaces. Et il a d'abord fallu une bonne Ann-Katrin Berger pour repousser les premières tentatives de Lotta Schelin (9' et 16') avant que la Suédoise ne trouve la faille (44') sur un service de Wendie Renard.
                                        Derrière l'ouverture du score, les Lyonnaises ont géré très tranquillement la deuxième période. On pourra tout de même regretter que les Parisiennes n'aient pas été à la hauteur de l'ensemble de cette demi-finale car une demi-finale de Ligue des champions au Parc des Princes, cela reste plus qu'alléchant. Comme prévu, les travées du stade ont été très clairsemées... Pour ne pas dire vides. Franchement dommage. Tout comme d'apprendre à la mi-temps dans les travées du stade que des négociations seraient en cours entre le club lyonnais et certaines joueuses parisiennes ce qui prouve que le mal est profond... Les semaines à venir s'annoncent houleuses.

                                        L'OL, à la conquête du triplé

                                        Dans ce match et cette double confrontation, au-delà du cas parisien, il ne faudra pas oublier au passage le niveau de performance de cet OL. Les joueuses de Gérard Prêcheur ont d'abord remis les pendules à l'heure à l'aller de bien belle manière et ont prouvé qu'elles étaient en route pour aller conquérir pour la troisième fois la scène européenne. Avec la ferme intention d'écrire l'histoire et la conviction que cette machine là va être très compliquée à arrêter à Reggio Emilie même pour Wolfsburg. Au-delà de cette troisième couronne, l'OL va débuter trois semaines et demi cruciales où les Fenottes devront aller chercher ce fameux triplé. Celles pour lesquelles elles courent depuis le début de la saison. Celles qui permettront à l'OL d'asseoir un peu plus sa suprématie.


                                        Compositions d'équipe :

                                        PSG :
                                        Berger – Morroni, Erika, Delannoy, Houara – Seger, Cruz, Dali, Dahlkvist– Cristiane, Rosana
                                        Olympique Lyonnais : Bouhaddi – Tarrieu, Renard, Bathy, Bremer, - Kaci, Henry, Thomis, Necib - Hegerberg, Schelin,

                                        http://www.footdelles.com/article/Ac...on_131561.html
                                        Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                        Commentaire


                                        • Foot Ligue des Champions (Femmes)
                                          Lyon rejoint Wolfsburg en finale de la Ligue des champions

                                          Le 02/05/2016 à 22:49:00 | 48 Commentaires

                                          Vainqueurs du PSG (1-0), les Lyonnaises, qui avaient assuré à l'aller, ont validé leur billet pour la finale de la Ligue des champions, le 26 mai en Italie.


                                          Lyon va jouer la finale de la Ligue des champions pour la cinquième fois de son histoire. (A. Réau / L'Equipe)

                                          Une pluie fine, quelques dizaines de membres des forces de l’ordre et environ 3 000 supporters. Tout rappelait, lundi soir au Parc des Princes, que ce n’était pas un soir de fête. Pas celui imaginé, en tout cas, par les dirigeants parisiens au moment où ils ont décidé d’ouvrir l’enceinte mythique à leur équipe féminine, comme ils l’avaient fait l’année dernière en quarts de finale contre Glasgow.

                                          Entre-temps, le crash du Parc OL s’est intercalé et, après une si lourde défaite (0-7), les Parisiennes savaient que la soirée aurait un goût amer. Il s’agissait pour elles de relever la tête, montrer un autre visage que celui, amorphe, proposé le 24 avril. Mission accomplie pour les joueuses de Farid Benstiti, solides même si elles ont été dominées par un Olympique Lyonnais moins tranchant que d’habitude. Lotta Schelin, titularisée en pointe, a buté plusieurs fois sur Ann-Katrin Berger (8e, 16e, 17e), avant de trouver le chemin des filets grâce à un bon service de la capitaine Wendie Renard (1-0, 44e), qui n’avait pas cadré sa tête un peu plus tôt (36e).

                                          Le 26 mai prochain, à Reggio d'Emilie, Lyon retrouvera en finale Wolfsburg, tombeur en demies de Francfort (4-0, 0-1). Comme en 2013, date de la dernière finale de l’OL (0-1).

                                          C. Ga. au Parc des Princes

                                          http://www.lequipe.fr/Football/Actua...ampions/666495
                                          Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                          Commentaire


                                          • Foot Ligue des Champions féminine Lyon
                                            Gérard Prêcheur : «On s'impatientait»

                                            Le 03/05/2016 à 00:00:00

                                            Satisfait de la courte victoire de ses joueuses contre le PSG (1-0), l'entraîneur de Lyon Gérard Prêcheur reconnait que le temps a été long depuis la dernière finale de C1 du club en 2013.

                                            Gérard Prêcheur (entraîneur de Lyon, qualifié pour la finale de Ligue des champions en battant Lyon : 7-0, 1-0) :
                                            «Je suis très heureux pour la qualification en finale et de la prestation de mes joueuses surtout en seconde période. 1-0 ça me satisfait. On a été performants dans la maîtrise et la récupération à la perte du ballon. On s'impatientait car ça fait quelques temps que l'OL n'allait plus en finale. On y est et on est sur les trois tableaux. Une finale contre Wolfsburg ce ne sera pas facile. J'ai déjà commencé à analyser leur jeu et je vais continuer. On est dans une bonne dynamique. Ce sera une finale de rêve si on la gagne.»

                                            Farid Benstiti (entraîneur du Paris-SG) : «Il faut positiver sur le match retour. C'était difficile de te motiver tout le monde après l'aller. Elles l'ont fait. On a même essayé de revenir à 1-1 et peut être que si ce penalty est sifflé... Cet état d'esprit il fallait l'afficher à l'aller. Lyon est très fort. C'est dommage. J'avais peur que psychologiquement certaines joueuses s'écroulent au Parc mais j'ai retrouvé les joueuses que je connais avec leurs caractères. Ce qu'il manque à Paris ? Des joueuses de l'OL, ce sont les meilleures ! On doit passer à une seconde étape. On a bien bossé en quatre ans maintenant il faut un nouveau cycle, lancer de jeunes joueuses et leur inculquer la culture club.»

                                            C. Ga. Au Parc des Princes

                                            http://www.lequipe.fr/Football/Actua...ientait/666541
                                            Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                            Commentaire


                                            • Foot Ligue des Champions féminine OL
                                              Jean-Michel Aulas : «La meilleure joueuse européenne va venir à Lyon»

                                              Le 03/05/2016 à 00:31:00

                                              La qualification pour la finale officiellement acquise, Jean-Michel Aulas, le président de Lyon, a annoncé que le recrutement de la saison prochaine était quasiment finalisé concernant son équipe féminine.

                                              Jean-Michel Aulas (président de Lyon) :
                                              «Disputer une cinquième finale, c'est un moment important. L'équipe du PSG était passée au travers lors du premier match mais elle a montré des qualités. On a joué dans un très beau stade. Il y a plein de satisfactions. On veut conquérir cette Coupe d'Europe, la dernière on l'a perdue (en 2013, déjà face à Wolfsburg, 0-1). Je suis très heureux pour cette équipe. Quelques noms circulent pour nous renforcer, je ne peux pas vous en donner ce soir.

                                              Mais je peux vous dire qu'on va faire un recrutement très important avec trois, quatre, cinq joueuses parmi les meilleures en Europe et au monde. Tout en conservant nos meilleures joueuses même si Amandine (Henry) va nous quitter. L'objectif c'est de gagner la C1 et d'annoncer rapidement nos renforts, dès que les contrats seront signés et les clubs prévenus. J'avais prévu de vous donner un nom mais ça ne va finalement pas être possible. Ce que je peux vous dire c'est que la meilleure joueuse européenne (l'Allemande Dzenisfer Marozsan) va venir à Lyon. Notre recrutement est déjà bouclé.»

                                              C.Ga., au Parc des Princes

                                              http://www.lequipe.fr/Football/Actua...-a-lyon/666557
                                              Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                              Commentaire


                                              • D1 - Jean-Michel AULAS annonce l'arrivée de "joueuses stars"

                                                Après l'avoir déjà évoqué à plusieurs reprises, Jean-Michel Aulas continue de faire durer le suspense sur le recrutement de la saison prochaine...




                                                Interrogé sur beINSPORTS, le Président lyonnais n'a pas voulu dévoiler les noms des arrivées. Si des noms de joueuses allemande ou encore américaine ont circulé, le doute reste encore permis. Il a cependant réaffirmé les ambitions du club : "On veut préparer l’avenir et on espère aller au bout et gagner cette finale. On veut aussi que le foot féminin continue d’être médiatique et dans cette optique on s’apprête à annoncer l’arrivée de joueuses stars"

                                                Pour autant, interroger en conférence de presse sur les noms de ces joueuses, ce dernier n'a pas dévoilé de nom précisant "J'avais prévu d'annoncer la meilleure joueuse européenne ce soir. Mais par respect pour son club, j'attendrai la fin de saison". Il faudra donc encore patienter pour savoir ce que réserve l'avenir lyonnais.

                                                Celui du PSG s'annonce en tout cas animé en vue de l'intersaison. Ce lundi soir, selon la chaîne beINSPORTS, la capitaine suédoise du PSG, Caroline Seger, a été annoncé en négociations avec Lyon alors que la Costaricienne Shirley Cruz pourrait rejoindre le FC Barcelone. D'autres joueuses arrivent en fin de contrat et pourraient donc annoncer de nombreux changements dans l'effectif du club de la capitale.

                                                Mardi 3 Mai 2016
                                                Sebastien Duret

                                                http://www.footofeminin.fr/D1-Jean-M...rs_a12444.html
                                                Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                Commentaire


                                                • 1. FFC Francfort (ALL) 1 - 0 VfL Wolfsbourg (ALL) [0-4]
                                                  1-0 : Marith Priessen 90'
                                                  Paris Saint-Germain FC (FRA) 0 - 1 Olympique Lyonnais (FRA) [0-7]
                                                  0-1 : Lotta Schelin 44'



                                                  *Score du match aller
                                                  Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                  Commentaire


                                                  • Demi-finales - Matchs retour

                                                    1. FFC Francfort (ALL) 1 - 0 VfL Wolfsbourg (ALL) [0-4]

                                                    Paris Saint-Germain FC (FRA) 0 - 1 Olympique Lyonnais (FRA) [0-7]


                                                    *Score du match aller
                                                    Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X