Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Équipe de France A, campagne 2015-2017

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Rem56
    a répondu
    Bleues : La liste pour le Brésil et l'Albanie, Thiney de retour
    Publié le 11 septembre 2016 | Equipe de France A
    Par La Rédaction



    Découvrez ci-dessous la première liste du nouveau sélectionneur Olivier Echouafni. Sans grande surprise, une majeure partie des joueuses qui était aux JO est bien présente, alors que Gaëtane Thiney notamment fait son retour en Bleue. Les 23 joueuses pour les matches contres le Brésil et l'Albanie à découvrir ci-dessous.


    En vue des matches du 16 (face au Brésil à Grenoble) et du 20 septembre (face à l'Albanie à Paris), le nouveau sélectionneur Olivier Echouafni, nommé vendredi, a fait appel à 23 joueuses, dont la majorité était au Brésil dans le groupe des 22. A noter les retours des Juvisiennes Gaëtane Thiney ou encore Julie Soyer, de la Marseillaise Kelly Gadéa, ou de la sélection de la Parisienne Eve Perisset.


    La sélection française

    Gardiennes (3) :
    Sarah Bouhaddi (Olympique Lyonnais), Méline Gérard (Olympique Lyonnais), Laëtitia Philippe (Montpellier HSC)
    Défenseures (7) : Annaig Butel (FCF Juvisy), Kelly Gadéa (Olympique Marseille), Laura Georges (Paris SG), Griedge Mbock Bathy (Olympique Lyonnais), Eve Perisset (Paris SG), Wendie Renard (Olympique Lyonnais), Julie Soyer (FCF Juvisy)
    Milieux de terrain (10) : Camille Abily (Olympique Lyonnais), Charlotte Bilbault (FCF Juvisy), Elise Bussaglia (Wolfsburg, Allemagne), Kenza Dali (Olympique Lyonnais), Kadidiatou Diani (FCF Juvisy), Kheira Hamraoui (Olympique Lyonnais), Amandine Henry (Portland Thorns FC, Etats-Unis), Claire Lavogez (Olympique Lyonnais), Gaëtane Thiney (FCF Juvisy), Sandie Toletti (Montpellier HSC)
    Attaquantes (3) : Marie-Laure Delie (Paris SG), Clarisse Le Bihan (Monptellier HSC), Eugénie Le Sommer (Olympique Lyonnais)

    http://www.footdelles.com/article/Eq...ur_137677.html

    Laisser un commentaire:


  • lelavallois
    a répondu
    Envoyé par Rem56 Voir le message
    Un coach étranger ??? Pour une sélection française ??? Qui de plus est féminine ??? Mais tu nages en plein délire, malheureusement :crazy::crazy::crazy:
    ... ET POURTANT CELUI qui a relancé le foot français dans les années 1970 juste avant Hidalgo était un Roumain :

    ""Sous la houlette de Georges Boulogne, la France du football se reconstruit en mettant en place une politique centrée sur la formation dont l'équipe de France profite par ricochet. Stefan Kovacs poursuit sur cette voie en donnant leur chance à de très nombreux jeunes joueurs. Les résultats ne sont pas vraiment encore au rendez-vous, mais la mentalité, le physique et l'approche tactique des joueurs français changent... "

    wikipedia.org/wiki/Équipe_de_France_de_football

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Envoyé par lelavallois Voir le message
    Assez d'accord avec toi, sauf qu'il y a plusieurs parties en négociation donc voilà 2 ans ... Perso je trouve bien dommage de ne pas préparer les suites de sélectionneurs ( 2 ou 3 adjoints que le sélectionneur fait progresser ...), là nommer un nouveau sélectionneur quelques jours avant 2 matchs de moyenne importance ne fait pas très sérieux mais tellement improvisé ...
    Pas certain que Lair et Diacre soient les solutions !!! Perso je pense que pour casser ce copinage à la DTN / FFF ( idem à l' OL ) il faudrait passer à un coach venant de l'étranger ...
    Thiney bientot de retour ???
    Un coach étranger ??? Pour une sélection française ??? Qui de plus est féminine ??? Mais tu nages en plein délire, malheureusement :crazy::crazy::crazy:

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Olivier ECHOUAFNI donnera sa première liste ce soir

    Le nouveau sélectionneur des Bleues n'a pas de temps à perdre dans sa prise de fonction. Avant de sortir sa liste ce soir, il était présent dès ce samedi à Albi.



    Olivier Echouafni donnera sa première liste ce soir. Un mois après l'élimination des Bleues, le sélectionneur doit faire face dans la liste des joueuses présentes aux JO à quelques joueuses en phase de reprise comme Majri, Houara d'Hommeaux ou encore Thomis. Du côté parisien, Boulleau et Georges avaient manqué les JO. La première n'est pas rétablie mais la seconde a joué ce samedi soir toute la rencontre.

    Il reste à savoir quelles joueuses non présentes dans cette liste pourraient rejoindre la sélection. Outre la tentation d'intégrer de jeunes joueuses championnes d'Europe U19, le sélectionneur aura aussi le cas Thiney, qui n'a plus joué en Bleue depuis la période post-Coupe du Monde 2015.

    >> LA NOMINATION


    (photo FFF)


    Dimanche 11 Septembre 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Ol...ir_a12819.html

    Laisser un commentaire:


  • lelavallois
    a répondu
    Envoyé par tasslehoff Voir le message
    Je sais pas du tout de quoi est capable cet ancien joueur en terme de coaching, donc pour le moment, je ne jugerais pas de ce choix. En revanche, le faire signer pour 2 ans, c'est débile, soit faut le faire signer pour 1 an renouvelable, pour l'euro et plus si bon résultat, soit directement pour 3 ans, pour bien définir l'objectif CDM, mais là, c'est carrément débile de faire terminer le contrat en plein milieux d'une préparation.
    Assez d'accord avec toi, sauf qu'il y a plusieurs parties en négociation donc voilà 2 ans ... Perso je trouve bien dommage de ne pas préparer les suites de sélectionneurs ( 2 ou 3 adjoints que le sélectionneur fait progresser ...), là nommer un nouveau sélectionneur quelques jours avant 2 matchs de moyenne importance ne fait pas très sérieux mais tellement improvisé ...
    Pas certain que Lair et Diacre soient les solutions !!! Perso je pense que pour casser ce copinage à la DTN / FFF ( idem à l' OL ) il faudrait passer à un coach venant de l'étranger ...
    Thiney bientot de retour ???

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    On a évité le pire (Soubeyrand, Benstiti...) mais on aurait pu avoir bien mieux (Lair, Diacre) si ces incapables de la Fédé avaient anticipé le coup, vu que notre krach cet été se voyait à des milliers de kilomètres et quelques mois avant les JO :rolleye:

    Echouafni, je l'aimais bien comme joueur, mais il est bien trop peu expérimenté (plutôt bonne à Amiens, mais qui s'est mal finie à Sochaux) et totalement ignare dans le milieu du football féminin pour prendre la tête de la sélection française. J'ai l'impression qu'on a pris le premier qui passait et qu'on lui a filé le poste car personne de compétent n'était disponible :crazy:

    Malgré l'éviction (confirmée par une source peu de temps après la fin des JO, après le fiasco de cet été) de cette pipe de Bergeroo qui a assommé le jeu flamboyant de l'EDF à coups de pelle, Olivier Echouafni n'est pas l'homme de la situation pour moi et sur ce que j'ai lu, le jeu qu'il pratiquait était loin d'être flamboyant et c'est pas rassurant pour la suite... mais je lui souhaite bonne chance malgré tout, il va en avoir vraiment besoin...

    En tous cas, pour moi, je n'attends plus rien de cette EDF pour l'Euro 2017... c'est pas avec lui qu'on gagnera quelque chose avec les filles :rolleye::sick:

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Olivier Echouafni, nouveau patron des Bleues
    Publié le 09 septembre 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Olivier Echouafni a été nommé sélectionneur des Bleues en remplacement de Philippe Bergerôo, dont le départ a été entériné jeudi par le Comité exécutif de la Fédération française. L'ancien milieu de terrain de l'Olympique de Marseille a signé un contrat de deux ans et donnera sa première liste dimanche.


    Après plusieurs jours de flou, la Fédération française de football, et Noël Le Graët en tête, ont trouvé le successeur de Philippe Bergerôo à la tête de l'équipe de France féminine : Olivier Echouafni (43 ans). Le nouveau sélectionneur des Bleues a signé un contrat de deux ans. Soit un an avant la Coupe du monde 2019 en France.

    Nouveau cycle

    Le comité exécutif de la FFF, réuni ce jeudi à Paris, a par ailleurs acté le départ de Philippe Bergerôo, un an avant le terme de son contrat, qui occupait ce poste depuis 2013. Un changement qui était devenu inéluctable pour notre consultante, Sandrine Dusang : « Je pense que le changement de sélectionneur est une bonne chose. L'équipe de France reste sur un échec aux Jeux olympiques (élimination en quart de finale face au Canada, ndlr) car tout le monde attendait plus. Si l'on ajoute à cela les propos tenus par Philippe Bergerôo à l'issue de la compétition, alors le changement de sélectionneur paraît légitime. Tant pour les performances de l'équipe de France, que pour les joueuses ».
    Après le dernier entretien avec Philippe Bergerôo en début de semaine, la président Noël Le Graët se serait activé pour trouver un(e) remplaçant(e) à l'ancien gardien international. Le nom de Corinne Diacre avait un temps été évoqué. Selon nos informations, la coach de Clermont aurait réfléchi à cette opportunité mais le timing n'était pas idéal pour elle. Une solution interne au sein de la direction technique nationale a également été envisagée, mais personne ne convenait, tout comme Farid Benstiti dont la candidature aurait été refusée.

    Sa première liste donnée dimanche

    Le choix s'est donc porté sur Olivier Echouafni. Ancien joueur de l’Olympique de Marseille et de l'OGC Nice, Echouafni avait pris sa retraite sportive en 2010. Le Mentonnais devient alors entraîneur d'Amiens en 2013 pour une saison et prend ensuite les rênes du FC Sochaux durant la saison 2014-2015. Il est démis de ses fonctions le 15 septembre 2015, et était libre depuis. « Je ne connais pas Olivier Echouafni, mais je pense que sa nomination au poste de sélectionneur va forcément apporter un regard neuf sur l'équipe de France et laisser la chance à des joueuses qui ne l'ont pas ou plus eu avec Philippe Bergerôo. C'est un nouveau challenge pour lui et un nouvel élan pour les joueuses et l'équipe de France », estime Sandrine Dusang. Un nouveau challenge car Olivier Echouafni n'a pas encore entraîné d'équipe féminine. Sur le plan du jeu, lors de son passage à Sochaux, le technicien n'avait pas marqué les supporters par son goût démesuré pour le jeu, mais plutôt pour la solidité défensive.

    La liste des joueuses sélectionnées pour les matches France – Brésil (vendredi 17 septembre à 21h à Grenoble au Stade des Alpes) et France – Albanie (mardi 20 septembre 21h à Paris au stade Charléty), la première d'Olivier Echouafni, sera communiquée dimanche après les derniers matchs de la première journée de championnat. En attendant, le nouveau patron des Bleues va devoir se constituer un staff.


    Crédit photo : fff.fr

    http://www.footdelles.com/article/Eq...es_138003.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Olivier ECHOUAFNI nouveau sélectionneur

    La Fédération Française de Football a annoncé la nomination d’Olivier Echouafni (44 ans) au poste de sélectionneur de l’Equipe de France Féminine. La liste des joueuses retenues sera communiquée dimanche soir.


    Olivier Echouafni, nouveau sélectionneur des Bleues (photo FFF)


    Le nouveau sélectionneur des Bleues, le septième de l'histoire de la sélection, a signé un contrat de deux ans soit jusqu'à l'été 2018. Le comité exécutif de la FFF, réuni hier à Paris, a par ailleurs acté le départ de Philippe Bergerôo qui occupait ce poste depuis 2013.

    La liste des joueuses sélectionnées pour les matchs France – Brésil (vendredi 17 septembre à 21h à Grenoble au Stade des Alpes) et France – Albanie (mardi 20 septembre 21h à Paris au stade Charléty) sera communiquée dimanche après les derniers matchs de championnat.

    Le sélectionneur des Bleues tiendra une conférence de presse en début de stage à Clairefontaine (Yvelines), au Centre National du Football, le mercredi 14 septembre. Le staff qui composera sa sélection n'est pas encore connu et doit aussi être finalisé.

    Source FFF


    Sa bio

    Olivier ECHOUAFNI

    Olivier Echouafni est un ancien joueur de football professionnel ayant exclusivement évolué en France. Formé à l'AS Monaco, le milieu de terrain évolue à l’Olympique de Marseille durant cinq saisons avant de s’engager successivement avec le RC Strasbourg, le Stade Rennais puis l’OGC Nice. Prenant sa retraite sportive en 2010, le Mentonnais devient entraîneur de l’Amiens SC en 2013 pour une saison et prend ensuite les rênes du FC Sochaux durant la saison 2014-2015.

    Né le 13 septembre 1972 à Menton
    Milieu de terrain
    Titulaire du BEPF

    Carrière de joueur
    AS Monaco (1978-1993)
    Olympique de Marseille (1993-1998)
    RC Strasbourg (1998-2000)
    Stade Rennais (2000-2003)
    OGC Nice (2003-2010)

    Carrière d’entraîneur
    Amiens SC (2013-2014)
    FC Sochaux (2014-2015)


    Les précédents sélectionneurs

    Pierre Geoffroy
    (1970/1978) 17,65% de victoires
    Francis-Pierre Coché (1978/1987) : 36,11% de victoires
    Aimé Mignot (1987/1997) : 43,04% de victoires (Participation à l'Euro 1997)
    Elisabeth Loisel (1997/2007) : 53,10% de victoires (Participations aux Euro 2001 et 2005, et à la Coupe du Monde 2003)
    Bruno Bini (2007/2013) : 69,39% de victoires (Participations aux Euro 2019 et 2013, à la Coupe du Monde 2011, et aux Jeux Olympiques 2012)
    Philippe Bergerôo (2013/2016) : 76,36% de victoires (Participation à la Coupe du Monde 2015 et aux Jeux Olympiques 2016)

    Vendredi 9 Septembre 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Ol...ur_a12800.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bergerôo, fin de service
    Publié le 09 septembre 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Après un peu plus de trois ans de mandat, et suite à une seconde élimination en quart de finale cette fois du tournoi olympique de football féminin, Philippe Bergerôo, le sélectionneur de l'équipe de France, a été démis de ses fonctions un an avant l'échéance de son contrat. Bilan de l'ère Bergerôo.


    Sous contrat jusqu’en 2017, il semblait décidé à arrêter après les Jeux de Rio mais l’issue du tournoi olympique et cette nouvelle élimination précoce en quart de finale l'auraient incité un moment à poursuivre jusqu’à l’Euro aux Pays-Bas, ce qui évitait aussi au passage à la FFF de lui verser des indemnités pour rupture anticipée. Mais le président Noël Le Graët a finalement choisi d’insuffler une dynamique nouvelle à trois ans de la Coupe du monde en France, et Philippe Bergerôo a été démis de ses fonctions suite au COMEX de ce jeudi matin à la FFF, alors que les Bleues démarrent leur saison vendredi prochain face au Brésil (le 16 septembre à Grenoble).

    Le service prend fin

    Après deux années sans banc entre 2011 et 2013, Philippe Bergerôo avait remis le bleu de travail avec les Bleues après l'Euro. Pour « rendre service » au président qui l'avait convaincu de le sortir de son début de retraite. Successeur de Bruno Bini, Bergerôo aura amené un certain professionnalisme dans le mode de fonctionnement de l'équipe de France. Il aura multiplié les matches amicaux face à des grandes nations du football féminin mondial afin de s'aguerrir à un autre niveau d'exigence que le tournoi de Chypre. Des matches amicaux où l'équipe de France aura parfois brillé mais qui n'auront pas été suivis en compétition officielle.
    Novice dans le football féminin, le sélectionneur va rapidement se rendre compte que manager des filles est bien différent et plus délicat qu'une équipe masculine. Il va donc parfois ronger son frein à des fins diplomatiques et au final, peut-être qu'il n'arrivera pas à faire passer ses messages comme il l'aurait souhaité. Il aura pourtant apprécié l'investissement de ses filles, leur volonté de toujours faire plus à l'entrainement, leur ponctualité, et leur sérieux. Mais cela n'aura pas suffi pour aller conquérir le graal.

    Le quart de finale, la limite récurrente

    Au cours de ses trois années de mandat, l'ancien gardien de buts aura vécu deux compétitions internationales. La Coupe du monde au Canada et les Jeux olympiques (compétition que Bergerôo n'avait jamais vécue auparavant). À chaque fois, l'équipe de France a terminé son parcours en quart de finale. Si le premier face à l'Allemagne avait connu un dénouement cruel, celui face au Canada aura mis en lumière les limites d'un mode de management. Calé au fond de son siège sur le banc de touche, le sélectionneur semblait complètement résigné face au scénario du match, incapable d'exhorter ses joueuses à revenir au score et arracher une qualification pour les demi-finales. Si l'on peut pointer la carence mentale des joueuses de l'équipe de France dans les grands moments, on peut aussi s'interroger sur la capacité de l'homme du Pays Basque à tirer le meilleur de son groupe, dont il disait souvent qu'il manquait de joueuse de niveau international.
    Car à 62 ans, cette fonction de sélectionneur semble être la dernière de Bergerôo qui, après 41 ans dans le monde du football, semblait vouloir s'arrêter à cette dernière mission qui ne lui aura pas permis de décrocher son premier titre avec une équipe senior en tant qu'entraîneur principal (Bergerôo était l'entraîneur des gardiens tricolores en 1998 et a remporté le championnat d'Europe 2004 avec l'équipe de France U17). Si le technicien a obtenu des secondes places ou a connu des finales, il n'a en revanche jamais gagné de titre. Peut-être qu'au final, cette place de quart de finaliste est aussi à l'image de sa carrière d'entraîneur, sans éclat.


    Crédit photo : Sindy Thomas pour FFF.

    http://www.footdelles.com/article/Eq...ce_137014.html

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Je sais pas du tout de quoi est capable cet ancien joueur en terme de coaching, donc pour le moment, je ne jugerais pas de ce choix. En revanche, le faire signer pour 2 ans, c'est débile, soit faut le faire signer pour 1 an renouvelable, pour l'euro et plus si bon résultat, soit directement pour 3 ans, pour bien définir l'objectif CDM, mais là, c'est carrément débile de faire terminer le contrat en plein milieux d'une préparation.

    Laisser un commentaire:


  • Bernie12
    a répondu
    Envoyé par interactif Voir le message
    On recase les copains, en se disant que ça sera bien suffisant pour le foot féminin.
    Je ne sais pas de qui le nouveau coach est le copain, par contre visiblement le foot féminin ne mérite pas mieux, toujours géré par la branche amateur de la FFF :non::non::non:

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    On recase les copains, en se disant que ça sera bien suffisant pour le foot féminin.

    Laisser un commentaire:


  • Bernie12
    a répondu
    Envoyé par ours11 Voir le message
    j'ai bien peur que ce ne soit de pire en pire, non mais sérieux...:non::rolleye:
    J' en ai bien peur aussi...:non::non:
    depuis la fin des JO je me dis que la moins mauvaise solution ( puisqu' il n' y en a apparemment pas de bonne :shock: )
    n' aurait pas été de conserver Bergeroo jusqu' a la fin de son contrat ( un an ) pour permettre par exemple à Corinne Diacre ( ou d' autres ) de se libérer ....

    Laisser un commentaire:


  • ours11
    a répondu
    j'ai bien peur que ce soit de pire en pire, non mais sérieux...:non::rolleye:
    Dernière modification par ours11, 09/09/2016, 12h12.

    Laisser un commentaire:


  • JN84
    a répondu
    Envoyé par Cactus_ Voir le message
    Olivier Echouafni nommé sélectionneur de l'équipe de France féminine




    Olivier Echouafni va être nommé sélectionneur des Bleues en remplacement de Philippe Bergeroo, dont le départ a été entériné jeudi par le Comité exécutif de la Fédération française. L'ancien milieu aurait signé un contrat de deux ans.


    A la veille de la reprise de la D1 féminine et à quelques jours de la rentrée des Bleues, Noël Le Graët a trouvé le successeur du sélectionneur Philippe Bergeroo, qui s’est vu signifier mercredi la fin de sa collaboration à un an du terme de son contrat. Un départ validé, jeudi, par le Comex de la FFF sans qu’il soit pour autant officialisé.

    En parallèle et en coulisses, le président de la Fédération s’activait pour lui dénicher un remplaçant. Après s’être résigné à abandonner sa piste privilégiée qui menait à l’entraîneure de Clermont (L2) Corinne Diacre et étudié d’autres profils en interne (Soubeyrand, Giuntini…), « NLG » s’est, de nouveau, tourné vers l’extérieur.


    Sa première liste communiquée dimanche ?

    Comme indiqué dans nos colonnes ce vendredi matin, il s’est arrêté sur un technicien libre, passé chez les garçons en Ligue 2 ou en National : Olivier Echouafni. A 43 ans, l’ancien milieu de terrain de Marseille ou Nice, reconverti entraîneur après avoir mis un terme à sa carrière en juin 2010, était libre depuis son limogeage de Sochaux (L2) en septembre 2015. Celui qui avait auparavant dirigé Amiens (N) aurait signé un contrat de deux ans, soit jusqu’en 2018.

    Pour Echouafni, tout va aller très vite désormais. Il a déjà commencé à réfléchir à la composition de son staff et doit le finaliser avant d’établir la liste des joueuses retenues pour le match amical face au Brésil, vendredi prochain à Grenoble, puis la rencontre contre l’Albanie, quatre jours plus tard à Paris, en qualifications à l’Euro 2017 pour lequel les Bleues possèdent déjà leur billet. Cette liste devrait être communiquée dimanche, soit deux jours avant le rassemblement fixé mardi à Clairefontaine.




    Enorme surprise non ?
    On a échappé à Soubeyrand c'est déjà ca ;-)

    Laisser un commentaire:


  • Cactus_
    a répondu
    Olivier Echouafni nommé sélectionneur de l'équipe de France féminine




    Olivier Echouafni va être nommé sélectionneur des Bleues en remplacement de Philippe Bergeroo, dont le départ a été entériné jeudi par le Comité exécutif de la Fédération française. L'ancien milieu aurait signé un contrat de deux ans.


    A la veille de la reprise de la D1 féminine et à quelques jours de la rentrée des Bleues, Noël Le Graët a trouvé le successeur du sélectionneur Philippe Bergeroo, qui s’est vu signifier mercredi la fin de sa collaboration à un an du terme de son contrat. Un départ validé, jeudi, par le Comex de la FFF sans qu’il soit pour autant officialisé.

    En parallèle et en coulisses, le président de la Fédération s’activait pour lui dénicher un remplaçant. Après s’être résigné à abandonner sa piste privilégiée qui menait à l’entraîneure de Clermont (L2) Corinne Diacre et étudié d’autres profils en interne (Soubeyrand, Giuntini…), « NLG » s’est, de nouveau, tourné vers l’extérieur.


    Sa première liste communiquée dimanche ?

    Comme indiqué dans nos colonnes ce vendredi matin, il s’est arrêté sur un technicien libre, passé chez les garçons en Ligue 2 ou en National : Olivier Echouafni. A 43 ans, l’ancien milieu de terrain de Marseille ou Nice, reconverti entraîneur après avoir mis un terme à sa carrière en juin 2010, était libre depuis son limogeage de Sochaux (L2) en septembre 2015. Celui qui avait auparavant dirigé Amiens (N) aurait signé un contrat de deux ans, soit jusqu’en 2018.

    Pour Echouafni, tout va aller très vite désormais. Il a déjà commencé à réfléchir à la composition de son staff et doit le finaliser avant d’établir la liste des joueuses retenues pour le match amical face au Brésil, vendredi prochain à Grenoble, puis la rencontre contre l’Albanie, quatre jours plus tard à Paris, en qualifications à l’Euro 2017 pour lequel les Bleues possèdent déjà leur billet. Cette liste devrait être communiquée dimanche, soit deux jours avant le rassemblement fixé mardi à Clairefontaine.

    L'Equipe

    Enorme surprise non ?

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues
    Jean-Michel Aulas verrait bien Hubert Fournier chez les Bleues en cas de départ de Bergeroo

    Le 08/09/2016 à 14:30:00 | Mis à jour le 08/09/2016 à 15:14:44 | 63 Commentaires

    Le sélectionneur de l'équipe de France féminine Philippe Bergeroo étant sur le départ, Jean-Michel Aulas a soufflé l'idée d'Hubert Fournier pour prendre la succession éventuelle de Bergeroo.

    Alors que le sélectionneur de l'équipe de France féminine de football Philippe Bergeroo est sur la sellette, le président de l'Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas s'est dit favorable, ce jeudi, à une nomination au poste de sélectionneur de l'ancien coach de l'OL, Hubert Fournier, en cas de départ de Philippe Bergeroo.
    «Je ne trouve que du bien si Hubert était pressenti et qu'il s'occupe de l'équipe de France féminine», a expliqué l'homme fort du club lyonnais. Pour rappel, Aulas avait limogé Hubert Fournier après 18 mois à la tête de l'OL entre juillet 2014 et décembre 2015.

    Le sélectionneur Philippe Bergeroo proche de la sortie

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...ergeroo/725264

    Laisser un commentaire:


  • lelavallois
    a répondu
    Hubert FOURNIER !!!

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot (Femmes) Bleues Équipe de France
    Proche de la sortie, le sélectionneur Philippe Bergeroo pourrait être remercié jeudi

    Le 07/09/2016 à 19:26:00 | Mis à jour le 07/09/2016 à 19:30:55

    Moins d'un mois après l'élimination des Bleues en quarts de finale des Jeux Olympiques face au Canada (0-1), une séparation entre le sélectionneur Philippe Bergeroo et la Fédération française se profile. Le comité exécutif de l'instance devrait entériner son départ jeudi matin.


    Les Bleues de Philippe Bergeroo .ont échoué en quarts de finale des JO. (L'Equipe)

    Noël Le Graët, le président de la FFF, a reçu mercredi après-midi Philippe Bergeroo, le sélectionneur de l’équipe de France femmes, comme annoncé par nos confrères du Parisien. Il s’agissait du deuxième rendez-vous, à Paris au siège de l’instance, entre les deux hommes depuis l’élimination des Bleues en quarts de finale des Jeux Olympiques (0-1 face au Canada, le 12 août). Alors qu’il lui reste une année de contrat, le technicien (62 ans), nommé à l’été 2013 en remplacement de Bruno Bini, ne devrait pas poursuivre sa mission à la tête de la sélection féminine.

    Rentrée le 16 septembre en amical face au Brésil

    En cause notamment, la sortie de route précoce de ses joueuses au même stade que lors de la Coupe du monde 2015 (1-1, 4-5 aux t.a.b. contre l’Allemagne) mais aussi ses déclarations à l’issue de l’élimination, le mois dernier. «C’est l’histoire de cette équipe qui manque de flamme dans les moments importants (…) C’est une génération qui aura payé ses problèmes mentaux», avait-il déclaré en conférence de presse d’après-match, déplorant aussi «la résignation» de son groupe après l’ouverture du score canadienne. Des propos qui ont agacé Noël Le Graët mais aussi les joueuses elles-mêmes.

    Le départ de Bergeroo devrait être présenté par Noël Le Graët lors du Comex de la Fédération française, jeudi matin à partir de 9 heures. La décision sera alors débattue et, logiquement, entérinée. S’ensuivra alors une course contre-la-montre pour le dirigeant afin de trouver son successeur. À l’heure actuelle, rien n’est acté et aucun nom ne se détache. Seulement dans huit jours, les Bleues feront leur rentrée à Grenoble à l’occasion d’un match amical face au Brésil. Pour l’instant, elles sont sans sélectionneur. Et aussi dans l’attente de leur convocation. Contacté, Philippe Bergeroo n’a pas répondu à nos sollicitations.

    Claire GAILLARD

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...-sortie/725117

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Envoyé par tasslehoff Voir le message
    Sur sport24.com

    Espérons que ça se passe ainsi.
    Soit il gicle, soit on ne gagnera rien à l'Euro l'été prochain... mon choix est vite fait...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Philippe BERGEROO reçu ce mercredi à la FFF

    Le journal "Le Parisien" rapporte ce matin que le sélectionneur des Bleues Philippe Bergeroo, sera reçu par le Président de la FFF ce mercredi.


    (photo FIFA.com)


    Après l'échec en quart de finale des JO, Philippe Bergerôo en contrat jusqu'en 2017 avait mis en avant « les problèmes mentaux » de son groupe pour justifier l'élimination. C'est ce mercredi que l'on devrait en savoir plus sur son maintien ou son remplacement avec une solution interne, ainsi que la liste des joueuses retenues alors que la France affronte dans neuf jours le Brésil à Grenoble.

    Le sélectionneur Philippe Bergeroo et son président, Noël Le Graët, s'étaient déjà entretenus le 13 août dernier à Rio avant de rentrer en France. Quatre semaines pour se laisser le temps de réfléchir. Reste à savoir désormais la position du Président de la FFF vis-à-vis de son sélectionneur après cette coupure.

    Mercredi 7 Septembre 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Ph...FF_a12793.html

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Sur sport24.com
    BERGEROO SUR LE DÉPART ?

    Publié le 07/09/2016 à 10h27
    Selon Le Parisien, Philippe Bergeroo rencontrera Noël Le Graët ce jeudi à Paris. Ce rendez-vous entre le sélectionneur de l'équipe de France féminine et le président de la FFF pourrait déboucher sur le départ du premier nommé. Les Bleues avaient raté leurs JO de Rio avec une élimination dès les quarts de finale face au Canada (0-1).
    Espérons que ça se passe ainsi.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    EDF : Quelles perspectives pour l'avenir ?
    Publié le 17 août 2016 | Equipe de France A
    Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



    Le nouvel échec de l'équipe de France lors des Jeux de Rio a permis de faire plusieurs constats. Désormais, il faut se tourner vers l'avenir, et chercher des solutions pour que la France aille enfin chercher son premier titre, alors que le Mondial 2019 qui se déroulera dans l'Hexagone approche à grands pas.


    L'équipe de France ne fait pas le poids physiquement et n'a pas le mental pour remporter des matches couperets dans les grands championnats. Si ce n'est pas nouveau, cela s'est confirmé encore une fois aux Jeux olympiques de Rio, où les Tricolores ont perdu en quart de finale face au Canada. Il faut donc désormais se tourner vers l'avenir, se poser les bonnes questions et repartir sur de nouvelles bases.

    Une nouvelle tête à la tête des Bleues ?

    Philippe Bergerôo comme Noël Le Graët ont déclaré sobrement après la défaite en quart de finale que le sélectionneur était sous contrat jusqu'en 2017. Aucun des deux n'a émis la possibilité -publiquement, en tout cas- d'un départ de celui qui a pris ses fonctions à la tête des Bleues après l'Euro 2013, où la France avait échoué... en quart de finale. Une possibilité pourtant évoquée par Bergerôo avant même le début de la compétition.
    Son attitude lors du quart de finale contre le Canada, impassible sur son banc alors que l'équipe était perdue sur le terrain, interroge. Avait-il compris qu'il s'agissait de son dernier match à la tête de l'équipe, ou bien ne savait-il tout simplement pas comment motiver son équipe, qui n'était pourtant menée que d'un but ? Lui seul a la réponse à ces questions.
    Alors que la fédération française a comme objectif la Coupe du monde 2019, qui se déroulera en France, il faut donc se poser la question de la personne qui doit mener les Bleues au sommet dans les années à venir. Avec un maigre bilan de deux quarts de finale en deux compétitions disputées, bien loin de ce que le statut de la France demanderait, Philippe Bergerôo doit-il continuer, en changeant de méthode, ou doit-il passer le relai ? Et dans ce cas, la grande question : qui pour prendre la tête de l'équipe de France ?



    A n'en pas douter, la fédération voudra que cette personne soit française. Dans le monde du football féminin, les choix ne sont pas légions à première vue (la faute en partie à sa grande hétérogénéité en France), encore moins si ce changement devait survenir dans les semaines qui arrivent car certains des choix évidents sont en poste en club. Si la fédération est satisfaite du travail réalisé par Bergerôo, elle pourrait décider de renouveler l'expérience d'une personne venant du football masculin. Elle pourrait également, même si cela est peu probable, prospecter à l'étranger.
    Actuellement, toute une génération de jeunes entraineur/es réalise un travail remarqué, que ce soit au niveau international ou national. Anglo-saxons, allemands voire scandinaves, ils appliquent les valeurs de ces footballs, à commencer au niveau mental, fighting spirit, persévérance, refus de la défaite avant qu'elle soit entérinée par le coup de sifflet final. Des qualités qui font défaut à l'équipe de France. L'expérience peut se tenter, si la fédération est prête à élargir son horizon.
    Ce qui est certain, c'est que si Philippe Bergerôo continue l'aventure jusqu'à l'Euro, qui se déroulera en 2017 aux Pays-Bas, il faudra changer de méthode de travail. La France ne peut pas se permettre de passer à côté d'une nouvelle grande compétition en restant dans une figuration similaire à celle actuelle. On en saura plus sur le sujet assez rapidement certainement ; l'équipe de France sera de retour sur les terrains dès la mi-septembre, pour un match amical contre le Brésil (le 16) avant d'enchainer avec sa dernière rencontre des qualifications pour l'Euro face à l'Albanie (le 20).



    Faut-il renouveler l'équipe ?

    L'équipe de France a perdu quatre matches en 2016, deux en quatre rencontres lors des Jeux olympiques dont elle est sortie par la petite porte avec des difficultés confirmées pour tenir le rythme et savoir réagir quand elle est menée (ce qui ne lui est arrivé que trois fois lors des onze rencontres où elle a été menée ces trois dernières années). Entre autres. L'échec est global et a différentes raisons. En ce qui concerne l'équipe de France, il va y avoir des décisions à prendre, parce que des joueuses ont déçu, mais également parce qu'il faut préparer l'avenir. Deux points qui se rejoignent plus ou moins, d'ailleurs, car les trentenaires (ou sur le point de l'être) n'ont pas forcément fait forte impression. Chargé de préparer l'avenir, Philippe Bergerôo a débuté le travail, mais il reste beaucoup à faire.
    Faut-il tout chambouler, accepter que la « génération dorée » terminera sa carrière internationale sans titre, et débuter une nouvelle ère avec une nouvelle ossature, ou bien continuer à modifier progressivement l'équipe ? La première solution signifierait probablement se passer de Sarah Bouhaddi, Sabrina Delannoy, Camille Abily, Elise Bussaglia et Elodie Thomis, les cinq trentenaires (ou sur le point de l'être). On peut y ajouter Laure Boulleau et Laura Georges, même si leur force mentale peut être un atout -si leur corps tient. Il s'agirait véritablement d'un événement, car à l'exception de Delannoy -et peut-être Thomis-, il s'agit de piliers de l'équipe. Parmi ces joueuses, Abily a été la plus décevante, et a montré qu'elle n'avait plus le coffre pour les grandes joutes internationales. Si Bussaglia a réalisé un bon début de tournoi, l'enchainement des matches a été dur à encaisser.

    A l'heure actuelle, trois chantiers semblent se détacher :
    En défense, Jessica Houara d'Hommeaux, ou plutôt le poste de latérale droite, est un problème déjà existant. La néo-Lyonnaise n'a pas réalisé un bon tournoi (impliquée sur les deux buts encaissés), et de nouveau mis en lumière la faiblesse de ce poste, car elle n'a pas de réelle doublure si ce n'est Delannoy. Les solutions sont peu nombreuses actuellement, et il va falloir suivre l'évolution de la jeune génération, car à bientôt 29 ans et à un poste exigeant, Houara d'Hommeaux ne peut pas continuer seule. Au centre, la France a sa charnière pour les années à venir, et à gauche, la relève est déjà là.
    Au milieu de terrain, Louisa Cadamuro a pris sa retraite après un tournoi décevant, et l'équipe de France a perdu sa seule créatrice -à l'exception de Gaëtane Thiney. Les performances insuffisantes d'Abily et Bussaglia peuvent ouvrir la porte à un nouveau milieu dont Amandine Henry aurait les clés. Le départ de ces trois joueuses et leur expérience laisserait un gros vide, d'autant plus que rares sont les joueuses ayant pu obtenir du temps de jeu en leur présence. Sandie Toletti, finalement réserviste, serait un des premiers choix en toute logique. Se passer d'Abily et Bussaglia en plus de Cadamuro serait un choix fort, mais peut-être nécessaire pour l'avenir.
    En attaque, on ne peut se satisfaire du bilan récent, que ce soit au niveau de l'animation ou de la finition. L'animation dépendra des changements apportés au milieu de terrain, et de la progression des jeunes ailières. La finition est un problème récurrent. Eugénie Le Sommer, qui a retrouvé quelques couleurs à Rio, ne suffit pas. Marie-Laure Delie, malgré ses efforts, n'a pas marqué en presque un an. Il pourrait là aussi y avoir des choix forts à faire. Donner leur chance aux plus talentueuses des jeunes attaquantes françaises, à commencer par Marie-Charlotte Léger, serait une première étape.
    Quels que soient les changements apportés dans un avenir proche (s'il y en a), l'équipe de France verra logiquement sa structure changer. On peut penser qu'elle peut désormais se reposer sur une colonne vertébrale Renard-Mbock-Henry-Le Sommer pour les années à venir, en gardant à l'esprit que le plus important -peut-être- est de retrouver de l'ambition : dans les esprits et dans le jeu, tâche qui ne revient pas (qu')aux joueuses.



    Quelles ambitions à court et moyen terme ?

    Difficile à dire, car cela va dépendre des changements apportés à l'équipe dans les semaines à venir. Le grand rendez-vous à court terme, c'est bien sûr l'Euro, dans moins d'un an. Il peut être décidé de tenter une dernière aventure avec la génération actuelle avant de se concentrer sur 2019 et après. Dans ce cas, l'ambition ne pourrait qu'être la victoire finale à l'Euro.
    Dans le cas de choix forts, dans le groupe et à la tête de l'équipe, l'Euro pourrait être une étape vers 2019, une compétition d'apprentissage au cours de laquelle l'objectif serait bien sûr d'aller le plus loin possible. Seule compétition d'envergure avant 2019, objectif avoué de la fédération, l'Euro pourrait être un vrai plus en terme d'expérience pour une équipe renouvelée.
    En 2019, la France accueillera la Coupe du monde. Son ambition sera donc de la gagner. Une bonne partie de l'équipe actuelle pourrait être de la partie, avec des joueuses cadres arrivent à maturité. S'il est impossible de prévoir comment le groupe évoluera d'ici là, il est certain qu'il faudra plus qu'un renouvellement de joueuses pour que la France parvienne enfin à remporter un titre.


    Liens utiles :

    Le bilan des Jeux
    Les satisfactions des Jeux
    Les déceptions des Jeux
    L'attaque française au révélateur

    Crédit photo : FFF

    http://www.footdelles.com/article/Eq...r-_136856.html

    Laisser un commentaire:


  • interactif
    a répondu
    Envoyé par lelavallois Voir le message
    La solution la meilleure pour passer ce cap, serait un coach étranger avec des méthodes et une philosophie différente de nos coachs franchouillards limités; Emery nous fait déjà voir les manques de Blanc et Gasset ...
    Mais les copinages franco français de la FFF , LFP + la mafia ( UNFP ) des coachs français, une belle confrérie, ne devrait pas inciter LE GRAET à faire une révolution culturelle ...
    Malheureusement ce sera un nouveau flop chez nous ...
    Complètement d'accord avec ça.

    Laisser un commentaire:


  • lelavallois
    a répondu
    Louisa Necib a été suppléé par une joueuse appelée " Cadamuro " qui n'a pas été au niveau d'avant ... Bonne continuation à elle !!!

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X